Tour de france 2005
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Tour de france 2005

on

  • 859 views

étape du Tour de France 2005 dans les Alpes. Un morceau de vie...

étape du Tour de France 2005 dans les Alpes. Un morceau de vie...

Statistics

Views

Total Views
859
Views on SlideShare
764
Embed Views
95

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

3 Embeds 95

http://charliban.wordpress.com 90
https://charliban.wordpress.com 3
http://www.slideshare.net 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Tour de france 2005 Tour de france 2005 Document Transcript

  • LE TOUR DE FRANCE 2005
    Montée de Courchevel
    Mardi 12 juillet 2005
    L’aventure commença dès le lundi soir au Chendo! J’y avais donné rendez-vous à mes 4 compères de cette épopée, Nicolas Dupré, Mathias Cointe, Nicolas Marcaillou et Antoine Ludger. Mat et Nico étaient au rendez-vous, avec le plein de charcuteries, St Marcelin et bières à gogo. Les collocs Makai et Tonio nous attendaient tranquillement au St Ex, qu’on vienne les chercher, tels des rois fainéants. Mais leur accoutrement ce soir là dissipa tout doute à leur sujet: ils se donneraient à fond dans cette aventure presque mythologique, et ils en seraient les acteurs principaux!
  • Nous voilà tous les 5 dans la « Polluxmobile », chacun avec une bière à la main et des cahuètes dans l’autre. Il est prêt de 8h00 du soir, et nous ne devrions pas mettre plus de 2 heures pour atteindre Courchevel. C’était sans compter sur ma dilettante naturelle, qui me fit rater la bifurcation vers Grenoble. Une fois le mal fait, j’avais trop d’orgueil pour faire demi-tour, et nous voilà partis pour Grenoble! Mais pour l’instant, une aire de repos nous tend les bras pour une pause ravitaillement. On est déjà rattrapé par le virus du Tour…
    Cet arrêt sera l’occasion pour nous de faire notre première rencontre du Tour (il y en aura bien d’autres!), une famille de St-Etienne avec un gamin d’à peine 9 ans qui nous mis la misère ballon au pied, et il en était pas peu fier. Sale gosse! Heureusement, Makai le remis à sa place en battant devant le gamin son record de jonglage. 103 contre 102. Merci Makai, tu nous as sauvé la mise…
    Nous continuons notre périple à l’ombre des premiers massifs alpestres, dont le coucher de soleil dessine la courbure accidentée de leurs sommets. Nous remontons vers Chambéry, avant de nous arrêter à Albertville, pour sustenter une envie pressante de notre ami Dupré. Nous sortons de la nationale et trouvons refuge sous un arrêt d’autobus, lorsque qu’une voiture inconnue s’arrête à notre hauteur. Un homme typé Europe de l’Est sort du véhicule et nous demande abruptement dans un très mauvais anglais: « Do you have some drugs? », avec des gestes explicites. Makai lui répond alors avec la gentillesse qu’on lui connaît: « No, sorry, we have only some poppers, or a cigarette if you want… ». Mais le bulgare insiste: « you have no coke? ». Nous sommes vraiment désolés, mais il devra aller assouvir son manque ailleurs!
  • Nous remontons dans la voiture et arrivons enfin au pied de la montée de Courchevel. C’est un moment magique! Avec quelques heures d’avances, nous foulons les pentes sur lesquels s’expliqueront demain ces combattants des temps modernes que sont les coureurs du Tour de France. De nombreux camping cars sont déjà présents sur le bord de la route et ont déjà réservé leur place (Un habitant de Courchevel nous confia même que certains allemands étaient sur le bord de la route depuis samedi déjà). Nous continuons jusqu’au sommet pour faire une première reconnaissance de l’ascension, puis redescendons sur Courchevel 1600 pour garer la voiture et poser la tente, que notre cher Oui-Oui (Nicolas Lagarde) nous prêta si généreusement. Il est prêt de 00h00, le calme et la fraîcheur de l’altitude nous engourdissent à petit feu. Seuls les cris de quelques germaniques bien pleins viennent rompre le silence ambiant.
  • Nous cassons tout de même la croûte, avalons quelques petit jaunes pour résister au froid la nuit et nous infiltrons dans la tente. Ayant moi-même un peu abusé du nectar anisé, je sombre soudain et m’endors comme un bébé.
    Des supporters hollandais nous réveillent pourtant vers 4h00 du matin pour nous demander du « VFEUM ». Du feu? Du vin? Des femmes? Nous n’avons pas bien compris et nous rendormons après les avoir laissés repartir braucouille.
    Nous nous levons au petit matin, agressés par la luminosité et chaleur soudaine du soleil. Tonio et Mister Dupré ont un peu plus de mal…
  • Finalement, tout le monde sort de la tente pour admirer ce nouveau panorama qui nous entoure (arrivés dans la nuit la veille, il était resté caché à nos yeux)…
    …mais soudain nous nous apercevons que quelqu’un manque à l’appel: Makai n’est pas à porter de vue!
  • Ce serait il fait violer par des supporters grecs bourrés? Nous imaginons le pire et nous mettons aussitôt en branle pour le retrouver. Je finis par tenter d’appeler son portable: une sonnerie, deux sonneries…quelqu’un décroche enfin…mais pas de son de sa voix! « Makai, c’est toi? ». Il finira par me répondre après 15 secondes d’un silence très lourd, d’une voix chuchotante: « je ne peux pas parler, je dois raccrocher… ». La communication est alors aussitôt coupée. Nous restons interloqués, ne sachant que penser de cette histoire. Finalement, il apparaît 10 mn plus tard, sortant de l’immeuble d’en face. Il nous jure avoir cherché à trouver une couche plus moelleuse pour sa nuit, mais n’aurait-il pas eu également un petit faible pour la Greta locale?
    Nous n’avons pas le temps de discourir plus sur ce sujet, car notre ventre crie famine, et le petit déjeuner avec l’équipe à la main se fait attendre. Nous descendons à la terrasse de café du bourg, après avoir faire un petit détour au bureau de presse local, et nous voilà tout les 5 à dévorer l’interview de Moreau dans l’équipe. En voici quelques morceaux choisis:« Je suis survolté, putain »« Le maillot jaune, ce serait fabuleux…je voudrais redire ce mot très vite, fabuleux »A la fin de la lecture de cette interview, nous n’avions plus qu’une seule pulsion en tête, crier GO MOREAU GO sur le bord des routes de France.
    Mais le temps tourne et il nous faut repartir, si nous voulons trouver une place de choix avant l’arrivée des coureurs au sommet, c’est-à-dire à plus de 2000 mètres (nous sommes encore, je vous le rappelle, à 1600 mètres). Une fois à la voiture, nous prenons le stricte nécessaire pour l’ascension (à savoir 25 bouteilles de bière, une bouteille de rhum et une dernière de vodka) et faisons un dernier break avant l’effort…
  • Notre premier objectif dans la montée est d’atteindre Courchevel 1850,où l’on nous a promis un écran géant, d’où nous pourrons voir l’évolution ces coureurs jusqu’à notre niveau. Ces 3 kilomètres de marche jusqu’à l’écran tant convoité vont être l’occasion de nous chauffer pour le prix de l’ambiance, et de tester auprès de notre premier public nos rengaines phares. Très vite, nous devon admettre que « Les Corons », de Pierre Bachelet, a un succès fou. Va donc pour les Corons, que nous nous époumonerons à chanter tout au long de la journée:
    « Au Nord, c’était les CoronsLa terre, c’était le charbonLe ciel, c’était l’horizonLes hommes, des mineurs de fond »
  • Mais le Tour, c’est avant toute de chose des rencontres, un certain don de soi où chacun apporte quelque chose à l’autre.Comment rester insensible à l’enthousiasme de ces étudiants en médecine suisses, qui triment comme des bodets le reste de l’année?
    Comment ne pas s’apitoyer sur le sort de ce pauvre homme qui vient de se faire rappeler par sa femme le matin même que c’était leurs 19 ans de mariage?
  • C’est lui!
    Et comment ne pas verser une larme de sympathie devant ce couple de danois qui portent encore en eux les véritables valeurs de l’éthique sportive?
  • Mais notre plus belle rencontre fut sans aucun doute avec trois grand-pères venus de l’Isère, fans inconditionnels des verts, réunis chaque année pour le Tour autour d’un « p’tit jaune », comme ils disent. Ils nous chambraient un peu à la vue de notre seule bouteille de kro à la main. Mais lorsqu’on a sorti le rhum, ils nous ont aussitôt traité autrement. Une sorte de respect mutuel s’est alors instaurée entre nous, et l’un des papys nous a alors déballé ses souvenirs. « L’étape à St Etienne, c’était il y a 2 ans, vous n’y étiez pas? ». « Mais non », répond un autre, « c’était pas y a 2 ans, c’est beaucoup plus vieux que ça…et puis ils sont encore jeunes ». « T’es sûr, moi j’aurais bien dis 2 ans…bon! ».On a trinqué ensemble, puis nous sommes repartis, vers une quête finalement encore inconnue, mais tant qu’elle nous offrait d’aussi belles rencontres, nous on fonçait…
    Nous arrivons enfin au terme de notre première étape: Courchevel 1850.En suivant les barrières posées sur le bord de la route, nous découvrons l’écran géant. Il ne passe encore que de la pub à la louange de Couchevel. Nous sommes un peu déçus, car l’étape a déjà commencé et Brochard vient d’attaquer. En tout cas, c’est ce que crache les hauts parleurs disséminés dans la ville. Par dépit, nous accostons un gendarme, qui assure la circulation et sécurité du carrefour. « Vous savez quand l’écran géant va retransmettre l’étape? ». « Non ». « Tiens, pends qu’on y est, vous savez ce qu’un spectateur risque s’il fait tomber un coureur?. « Non, mais je ne le vous conseille pas ». « Parce que figurez vous que notre ami déguisé en quadrupède aimerait bien tenter le coup du lapin sur Armstrong… ». Pas de réponse de la part du gendarme. « histoire de faire les gros titres de l’équipe, du genre Coup du lapin sur le Tour de France, la course perd la tête après avoir été décapitée de son leader incontesté». Toujours pas de réponse. Nous laissons tomber, il ne veut apparemment pas rire avec nous
  • Sauf qu’il nous a désormais à l’œil.
    Nous nous posons en face de l’écran géant, sur un petit rebord devant la buvette. Deux bénévoles du coin à la retraite sont assis à côté de nous. Ils sont venus avec leur petit-fils. Levés depuis 6h00 du matin pour assurer le bon fonctionnement du parking, ils s’accordent une petite pause.
    Tonio entame la discussion avec le vieux, qui se dit un ancien grand champion de la petite reine, dans les années 50. Mais à la tête amusée de sa femme à côté, nous comprenons qu’il n’a jamais dépassé les courses régionales. A notre nième reprise des Corons, il nous répond par un ancien chant révolutionnaire des maquisards alpestres. Ce fut un moment émouvant, et plein de noblesse…
  • La pub sur Courchevel devient horripilante! Je ne tiens plus en place et pars voir du côté du camion-emmeteur pour y glaner quelques renseignements. Je monte les escaliers en fer d’un pas assuré, au grand étonnement de mes compagnons de route, mais me retrouve nez-à-nez avec les vitres sans teint de la porte du camion. Je m’apprête à faire demi-tour la queue entre les jambes lorsque la porte s’ouvre. Le technicien apparaît, l’air un peu hagard, comme interrompu dans une sieste. « Quand allez-vous retransmettre l’étape sur votre écran ?». « Quand les chaînes nationales la retransmettrons, pas avant 13h50 ». Nous vérifions dans les pages de l’équipe. Il avait raison le bougre, pas avant 13h50. Pour la première étape alpestre, on se fout de nous. Et ce soleil qui tape de plus en plus fort dans notre coup…
    A force de patience et quelques demis plus tard, nous sommes enfin récompensés, Pierre-Henri Sagné apparaît à l’écran en compagnie de Laurent Jalabert. Le grand show de l’après-midi peut enfin commencer! Nous sortons la bouteille de rhum pour fêter ça…mais le gendarme, qui je vous le rappelle nous avait à l’œil depuis tout à l’heure, se jette alors sur nous avec une jouissance rare pour s’esclaffer d’un ton presque rageant: « Il est interdit de boire sur la voie publique, veuillez ranger votre bouteille! »
    Nous sommes piqués au vif et ne tardons pas à remballer nos affaires pour reprendre notre chemin. Il faut aller plus haut, toujours plus haut. L’échéance approche, et la caravane du Tour commence son défilé ininterrompu. Tonio a un certain succès auprès des filles sur les chars, qui n’hésitent pas à lui lancer tout ce qu’elles ont sous la main, en guise d’appât. Serait ce le déguisement de lapin qui les exciteraient à ce point?
  • Nous trouvons finalement notre spot tant convoité pour admirer les coureurs. Sur notre petit rocher, nous avons à nos pieds une grande ligne droite nous permettant de voir arriver les coureurs de loin. Et en nous retournant, nous les voyons avaler les derniers lacets de l’ascension.
  • L’attente se fait de plus en plus pesante, on voit les visages se crisper…
  • Soudain, c’est la délivrance!
    Les hélicoptères se rapprochent irrésistiblement dans les airs…
    …et nous les contemplons ébahis, comprenant que la tête de la course se trouve au pied de ses machines volantes.
    La tensions monte aussitôt d’un cran. Les clameurs commencent à gronder autour de nous,même si nous ne voyons pas encore de coureurs à l’horizon.
    Lorsque les 4 premiers points multicolores apparaissent au loin, entourés de motards et véhicules de course, c’est l’explosion!
    Nous tentons de reconnaître chacun des coureurs pour pouvoir crier leur nom à leur passage. Le groupe de tête n’est plus alors composé que de Armstrong (sans surprise), Rasmussen (le maillot à poix), Valverde et Mancebo. Notre préférence de cœur va ce jour-là à Rasmussen, le pauvre casaque Vinokourov étant au bord du gouffre, quelques kilomètres plus bas.
  • Nous supportons chaque coureur avec une spontanéité et joie immense. Tonio et Makai sont au comble du bonheur…
  • Finalement, le temps de passage des coureurs passe en une fraction de seconde, même pour une étape de montagne. L’excitation étant à son comble, les minutes ont défilées à une vitesse folle. A peine le temps de reprendre son souffle, et le gruppetto vient de fermer la marche devant nous, emmenant triomphalement jusqu’au sommet notre héros tragique Nicolas Jalabert (petit frère de Laurent), alias Trompette. Mais ce paroxysme que fut le passage des coureurs n’était finalement que le reflet pâle de notre quête. L’essentiel avait été ailleurs, construite dans l’attente, sur le bord des routes, en compagnie d’autres Hommes attendant la même chose que nous. Ce que nous étions venus chercher ? Nous le savions désormais…
    L’effervescence retombe d’un coup. Désormais, chacun pense à rentrer chez lui, des rêves plein son occiput. Nous redescendons tout doucement jusqu’à Courchevel 1600, où la voiture nous attend. En passant par Courchevel 1850, nous pouvons cotoyer les techniciens d’équipe, déjà à l’œuvre sur les vélos de leurs champions.
  • Pour l’anecdote, nous avons mis plus de 2h00 pour redescendre les 20 km de la route de Courchevel, tant les bouchons étaient importants. A titre comparatif, les coureurs du jour ont mis moins d’une heure pour la monter…
    ALORS VIVE LE VELO, ET VIVE LE TOUR DE FRANCE
    Charles-Louis Mazerolles, le 14 juillet 2005
  • ANNEXE: Quelques citations prises sur le vif
    « Vous inquiétez plus, moreau est survolté.
    Je voudrais vous dire un mot très vite: Fab(u)leux!!!!!! »
    Matias Cointe
    « Je suis survolté putain !
    N'oubliez pas cependant qu'au nord c'était les corons... »
    Antoine Ludger
    « ALLEZ TROMPETTE !!! »
    Antoine Ludger
    « Allez Vino, allez pereiro!!!!!! »
    Mathias Cointe
    “GO VINO GO !!!”
    Antoine Ludger
    « MAIS OUI !!!
    LE TOUR DE FRANCE A VALLOIRE, SUR LES TRACES DU RAID HANNNIBAL !!!
    ET CA PASSE DEVANT LE CAMPING !!!
    ET CA MONTE JUSQU'A PLAN LACHAT !!!
     ALLEZ VINO !
     GO MOREAU GO !!”
    Antoine Ludger
    « Moreau, Moreau,
    Petit coureur cycliste, cliste
    Tu dévores la piste, piste
    Avec ton drôle de vélo,
     Momomoreau! »
     Mathias Cointe
    « Vino a l'air très chaud!!!!!!!! J'espère qu'il n'est pas survolté putain! »
    Matias Cointe
    phrase de moreau ce matin dans l'Equipe:
    " je n'étais pas forcément impérial hier [...] j'avais un petit coin de ciel jaune dans la tête."
     Qui c'est le plus fort évidemment c'est Vino!!!!!!!!
     Trompette dans le grupetto...
    Nicolas Dupré