Le bio devient plus accessible pour échapper à la crise
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Le bio devient plus accessible pour échapper à la crise

on

  • 668 views

novembre 2012

novembre 2012

Statistics

Views

Total Views
668
Views on SlideShare
301
Embed Views
367

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

1 Embed 367

http://www.scoop.it 367

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Le bio devient plus accessible pour échapper à la crise Le bio devient plus accessible pour échapper à la crise Document Transcript

  • 18 // Mercredi 21 novembre 2012 Les EchosINDUSTRIE&SERVICES Lebiodevient plusaccessible pouréchapper àlacrise l Les ventes dans les grandes surfaces progressent moins vite. à suivre l Mais les industriels et les distributeurs continuent d’étoffer leurs offres. les plus consommés des Français. CONSOMMATION Elle a ouvert dans la foulée un site Internet consacré à la gamme. Il est Clotilde Briard possible d’y localiser sur une carte cbriard@lesechos.fr le périmètre des champs où les légumes sont cultivés grâce à son Nicolas Lemaitre/AFP L’appétit pour le bio peut-il résister smartphone et au « QR code » figu- à la crise ? Si le secteur a toujours le rant sur les boîtes de conserve. vent en poupe, il n’échappe visible- ment pas à la mise sous sur - Une offre pour les juniors veillance de leur budget quotidien Les industriels déjà bien installés par les ménages. Des signes cherchent, eux, à élargir leursL’armateur CMA CGM publie d’essoufflement ont été détectés publics. Les 2 Vaches, la marqueun résultat trimestriel record par SymphonyIRI, qui a consacré bio du groupe Danone, s’adresse une étude au sujet. Portées par une depuis la rentrée aux juniors avecMARITIME — C’est une performance opérationnelle proche de offre toujours plus large, les ventes les P’tits Miam, des fromagesses plus hauts qu’a publiée, hier, le troisième groupe mondial de de produits alimentaires bio en blancs aux fruits aux ingrédientstransport maritime CMA CGM : entre juillet et fin septembre, grande distribution étaient, en racontés de manière pédagogique.son résultat brut d’exploitation s’est établi à 617 millions de effet, habituées à enregistrer des Ce sera en effet par l’explicationdollars, soit une marge opérationnelle de 12,8 % supérieure aux croissances à deux chiffres. Y com- et la démonstration de ce qu’est leperformances du marché (7,9 % pour le numéro un mondial pris au moment du choc de 2008. bio que marques et distributeursMaerks, 4,9 % pour son challenger Apex). Plusieurs facteurs Mais depuis mars, on assiste à une pourront tirer leur épingle du jeu.ont contribué à ce redressement : hausse des volumes trans- rupture de la tendance. « Le ralentissement de la croissanceportés (+ 4 % par rapport à la même période de 2011, à 2,7 mil- Sur six mois à fin août, le chiffre observé sur le marché semble êtrelions d’équivalent vingt pieds), amélioration des taux de fret d’affaires réalisé par les aliments une parenthèse. Les consomma-(+ 6 %), maîtrise des coûts (550 millions de dollars d’économies bio en hyper et supermarchés pro- teurs expriment toujours des enviessur neuf mois). gresse de seulement 1,9 %, contre d’acheter des produits plus respon- 10,9 % au semestre précédent. Et, sables. Aux acteurs du secteur de même si elle est un peu moins mar- trouver le moyen de convaincre lesLes actionnaires de Xstrata votent quée, la tendance reste assez pro- plus sensibles au sujet », juge Jac-le mariage avec Glencore, sans bonus che en septembre et octobre. « Pris ques Dupré. Il reste à savoir com- par les contraintes de pouvoir bien de temps cette parenthèse estMINE — Ils ont dit « oui » au mariage avec Glencore pour former d’achat, les consommateurs sont en susceptible de durer.le quatrième groupe minier mondial. Comme attendu, l’accord situation d’attente et font moins Les chiffres total à plus d’une cinquantaine dedu Qatar (12 % du capital) a été décisif. En revanche, les action- monter en gamme leur panier. Ces produits. Ce qui peut jouer en 4 1naires du groupe suisse ont rejeté le plan d’intéressement pour arbitrages influent sur le bio », ana- faveur du bio – consommé au70 cadres du groupe. Un camouflet pour la direction de Xstrata, lyse Jacques Dupré, directeur moins une fois par mois par 40 % À NOTERqui a regretté « un risque inutile » pour la réussite future de la « insight » chez SymphonyIRI. des Français, selon l’Agence Bio –, Selon une compilation defusion. Les actionnaires de Glencore ont voté à 99,4 % en faveur c’est son accessibilité. Les ensei- 240 études effectuée par l’uni-du projet. Le nouveau groupe s’appellera Glencore-Xstrata PLC. Nouveaux acteurs MILLION D’HECTARES gnes spécialisées se rénovent, versité américaine de Stand- L’effet prix a un rôle accru. Dans les cultivés en bio commeNaturaliaquivientd’ouvrir ford, il y a 30 % de risques en catégories d’aliments où il réduit un nouveau « concept store » pari- moins de trouver des pesticides 64 %Nucléaire : le tchèque CEZ devra un peu l’écart par rapport aux pro- sien à Beaubourg. En grande distri- dans les produits bio. Mais il n’est pas démontré que leurattendre le résultat de l’appel d’Areva duits« conventionnels »,lebiopro- bution, l’acheteur peut de plus en consommation apporte un réel gresse davantage. Les marques de plus souvent piocher parmi sesCONCURRENCE — L’Office tchèque pour la protection de la distributeurs gagnent aussi du ter- marques habituelles. Car de nou- bénéfice sanitaire.concurrence (UOHS) a annoncé, hier à Prague, avoir interdit au rain. Elles ont dépassé la moitié des Le surcoût par rapport veaux acteurs se lancent dans lagroupe CEZ de signer un accord pour la construction des deuxnouveaux réacteurs de la centrale nucléaire de Temelin, alors unités vendues. Dans le circuit du hard-discount, Dia vient d’étendre aux produits traditionnels bataille. A l’instar de D’aucy. La marque de conserves de légumes a santé du bio sur La bonnequ’Areva a fait appel de son élimination de l’appel d’offres. CEZ sa gamme avec 11 nouvelles réfé- arrive sur le créneau avec 6 réfé-avait exclu Areva le 5 octobre, arguant qu’il n’avait « pas satisfait rences à son nom, ce qui porte le rences choisies parmi les légumes lesechos.fr/dossierdans son offre aux exigences légales ». L’UOHS n’a pas préciséquand pourrait aboutir l’examen de l’appel d’Areva.Les Galeries DISTRIBUTION — L e g r o u p e Intermarché veut en faire un produit du quotidienLafayette Galeries Lafayette a annoncé hier avoir signé un partenariat avec le Le réseau indépendant titut SymphonyIRI, le bio ne pèse marchés de l’enseigne, la croissance références bio dans les gammes deà Istanbul groupe turc Demsa en vue de veut passer de 200 à près que 2,1 % du chiffre d’affaires ali- du bio chez Intermarché passe par marques propres d’Intermarché l’ouverture d’un grand magasin de 300 millions d’euros de mentaire des hypers et supermar- un élargissement de l’offre, mais ( P â t u r a g e s , C h a b r i o r, J e a n Galeries Lafayette à Istanbul, en chiffre d’affaires dans le bio. chés français. Pour Intermarché, aussi par une meilleure présenta- Rozé, etc.) et d’implanter ces pro- Turquie, au premier semestre l’objectif est de gagner 70 millions tion en magasin. La nouvelle straté- duits dans les rayons aux côtés des 2015. Ce grand magasin sera situé Philippe Bertrand dans les trois ans. gieimaginées’appuied’abordsurles marques conventionnelles nationa- dans l’un des futurs grands cen- pbertrand@lesechos.fr marques propres, qui représentent les. « L’idée est que le client se dise que tres commerciaux d’Istanbul, le Une meilleure présentation déjà 50 % du marché. La « MDD » pourunprixsimilaireoumoinsélevé, Boulevardi Mall. Demsa exploite « Bio,onl’aimeauquotidien. »Ceslo- « En période de crise, résume Anne est en effet le moyen de dépasser la il peut acheter un produit bio », expli- 110 magasins en Turquie et est gan résume les ambitions d’Inter- Saintemarie, adhérente à la direc- barrière du prix, frein à la consom- que Stéphane Houssin. aussi présent dans l’immobilier. marché en matière de produits bio- tion marketing internationale, un mation. Le nombre de références va En bref, Intermarché veut rendre DR logiques. Le réseau indépendant marchéquiaétémultipliépar4endix passer de 215 à 300, auxquels s’ajou- visible le bio pour le rendre accessi- aux 1.700 magasins en France a ans, qui a crû de 12 % en 2011, est inté- tent600référencesdeproduitsbioà ble. L’objectif est de fidéliser les grosStatoil fournira GAZ — La compagnie pétrolière dévoilé hier ses nouvelles ambitions ressant à travailler. Même si la crise marques nationales. « Le bio au quo- consommateurs de bio, mais, sur-Wintershal norvégienne Statoil a signé un pour ce qui constitue encore conduit à un ralentissement de la tidien, cela signifie proposer tous les tout, de recruter de nouveaux accord de fourniture de gaz natu- aujourd’hui une niche représentant croissance. » Pour cette jeune doc- produitsalimentairesduquotidienen clients. Intermarché détient 12,6 %en gaz naturel rel avec l’allemand Wintershall 209 millions d’euros de chiffre teur en biochimie qui exploite bio », précise Anne Saintemarie. de part de marché dans le bio. dans sur une période de dix ans. Cet d’affairessurdesventestotales(hors 5 magasins au Portugal avec son L’originalité de la démarche tient les magasins où la nouvelle présen- accord prévoit la livraison totale carburant) égales à 19 milliards mari, comme pour Stéphane Hous- à la volonté de ne pas développer tation est testée, les ventes progres- de 45 milliards de mètres cubes, d’euros… Rappelons que selon l’ins- sin, adhérent en charge des super- une gamme bio spécifique, mais des sent de 20 %. n qui seront destinés à l’Allemagne Bitmap/Dag Myrestrand Pourquoi l’agriculturefrançaise estenretard et à d’autres pays d’Europe du Nord-Ouest. L’Allemagne est le deuxième marché européen pour le gaz naturel, avec une consom- mation de 80 milliards de mètresOtis équipera cubes par an. ASCENSEURS — Otis France, L ’agriculture biologique peine à dépasser les 3 % de la surface agricole utile (SAU) française, même si les hectares bio ANALYSE Marie-Josée Cougard Celaexpliqueaussiquelescham- bres d’agriculture, qui jouent un rôle fondamental de conseil aux exploitants, aient longtemps laissé requiert beaucoup plus d’anticipa- tion que l’agriculture classique, où la chimie permet de corriger beaucoup d’aléas climatiques. »le « Pentagone filiale du groupe américain Uni- ont fait un bond de 63 % depuis le champ libre à la Fédération L’année 2012 a été redoutable de ted Technologies Corp (UTC), a 2008, selon l’Agence Bio. La France mentions valorisantes telles que nationale de l’agriculture bio ce point de vue. L’humidité a provo-à la française » été choisi pour l’installation et la ne vient encore qu’au 19e rang en produits de montagne, fermier ou (FNAB). Résultat, les deux instan- qué une offensive du mildiou dans maintenance des 108 ascenseurs Europe. Plusieurs raisons expli- de pays. Au-delà de cette richesse, ces se trouvent aujourd’hui plus en la vigne, contre lequel les doses de du futur siège du ministère de la quent la moindre importance du on trouve bien évidement des rai- concurrence qu’en situation de col- soufre autorisées en bio sont peu Défense à Paris. Le montant du mode d’exploitation bio dans sons politiques, sources du retard laborer. efficaces. Pour les mêmes raisons contrat n’est pas dévoilé. Le « Pen- l’Hexagone. La première tient sans des organisations professionnelles d’humidité, les rendements en tagone français » devrait regrou- doute au fait que les agriculteurs (OPA) à s’investir dans l’aide au Accroître la recherche céréales bio ont été deux fois moin- per les états-majors et les services français, qui veulent se différencier développement du bio, trop éloigné Cette absence d’intérêt des OPA dres. Sans une recherche accrue, centraux du ministère à Balard, et vendre leurs produits plus cher, par exemple des intérêts commer- pour le bio est en outre à l’origine on risque de ne pas pouvoir offrir Beard Papa/Flickr en 2015. Otis vient ainsi rejoindre disposent de tout un éventail ciaux des coopératives. Ces derniè- d’« un certain déficit de solutions aux agriculteurs la sécurité techni- l e g é a n t d u B T P, B o u y g u e s , d’options. Du label à la certification, res ont en effet longtemps vécu en techniques », selon Etienne Gaigne- que qui les convainc de s’aventurer chargé de réaliser le siège du nou- en passant par les appellations bonne partie sur la vente d’engrais ron,présidentdelacommissionbio sur des pistes alternatives aux voies veau ministère. d’origine, sans oublier les multiples et de pesticides. à la FNSEA. « L’agriculture bio orthodoxes. n