Les ponts thermiques

2,648
-1

Published on

LES PONTS THERMIQUES, NOEUDS GORDIENS D'UNE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE: COMMENT LES ÉVITER, COMMENT LES ÉVALUER? - conférence

Les ponts thermiques correspondent aux points faibles de l’enveloppe. Ils sont à l’origine de déperditions thermiques accrues et de désordres du bâtiment: condensations pouvant dégrader des parties du bâti, moisissures responsables d’une pollution intérieure de l’air, salissures ou fissures en façade… Dès lors, comment les éviter et les évaluer en rénovation?

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
2,648
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
106
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Les ponts thermiques

  1. 1. Les ponts thermiques, ennouvelle construction et enrénovation de bâtimentsProf. dr. ir. Jean-Marie HAUGLUSTAINE,Chargé de coursFaculté des Sciences – Département desSciences et Gestion de l’EnvironnementCycle de conférences « Un habitat durable à Bruxelles »Le Centre Urbain – Bruxelles – 23/10/12
  2. 2. Sommaire Contexte énergétique Définition du pont thermiqueChoix Méthodologie de prise en compte dans la PEB, pour les nouvelles constructionsForme Et les bâtiments à transformer ?U Conclusion : exemple d’isolation a posterioriparoisSfen J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 2
  3. 3. Scénario du GIEC… J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 3
  4. 4.   gérer+  0+ J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 4
  5. 5. Sommaire Contexte énergétique Définition du pont thermiqueChoix Méthodologie de prise en compte dans la PEB, pour les nouvelles constructionsForme Et les bâtiments à transformer ?Uparois Ventilation associée  Conclusion : exemple d’isolation a posterioriSfen J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 5
  6. 6. Déperditions – Ponts Thermiques Interruption de l’isolation thermique pont thermique (nouvelle appellation : « nœuds constructifs ») Zone où le transfert de chaleur (int. ↔ ext.) est facilité Un pont thermique, dans ou autour dun élément de paroi extérieure, est un endroit qui, par rapport aux éléments de parois directement adjacents, présente : une densité de flux de chaleur considérablement plus grande (de l’intérieur vers l’extérieure) ; une température de surface plus basse que la température de surface intérieure Peuvent être la cause d’apparition de condensation à la surface intérieure, accompagnée ou non de moisissures J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 6
  7. 7. Déperditions – nœuds constructifs Augmentent les déperditions thermiques d’autant plus que les parois adjacentes sont mieux isolées Eviter les ponts thermiques lors de la conception  Fournir les détails d’exécution pour chaque point critique du bâtiment Prévenir les ponts thermiques lors de la réalisation  Effectuer un contrôle sur chantier de la conformité aux détails d’exécution J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 7
  8. 8. Définition :ponts thermiques vs nœuds constructifs Ponts thermiques : points particuliers de l’enveloppe où se produisent des pertes de chaleur excessives avec pour conséquences des problèmes de condensation, moisissures… = détails mal conçus, mal réalisés  connotation négative Nœuds constructifs : tous points particuliers de l’enveloppe constitués par : des bonnes solutions = nœuds PEB-conformes des mauvaises solutions (ponts thermiques) = nœuds PEB- non conformes  approche plus positive J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 8
  9. 9. Définition : types de nœuds constructifs Nœud constructif linéaire :  Là où deux parois de la surface de déperdition se rejoignent  Là où une paroi de la surface de déperdition rencontre une paroi à la limite d’une parcelle adjacente  Là où, dans une même paroi de la surface de déperdition, la couche isolante est entièrement ou partiellement interrompue. Nœud constructif ponctuel :  Lorsque la couche isolante d’une paroi est interrompue ponctuellement (colonne, fixation, ancrage…) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 9
  10. 10. Définition N’est pas un nœud constructif : Une couche isolante continue Une interruption déjà prise en compte dans la perte par transmission au travers des parois de la surface de déperdition structure en bois, écarteurs de vitrages, fixations du parement percement de parois par des passages de canalisations Une intersection de deux ou trois nœuds constructifs linéaires Une paroi d’influence limitée sur la déperdition thermique Une paroi en contact direct avec le sol (ex : plancher sur terre- plein) Un percement pour les canalisations J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 10
  11. 11. Mur creux non isolé Mur creux mal isolé J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 11
  12. 12. J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 12
  13. 13. J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 13
  14. 14. J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 14
  15. 15. Déperditions – nœuds constructifs Jonctions courantes pouvant donner lieu à des ponts thermiques : linteaux des baies du volume protégé seuils de fenêtres et de portes raccordements des lames d’air au droit des feuillures des châssis et des portes appuis de planchers lorsqu’ils sont en contact avec le mur de parement rives de toiture (raccord de la contre-façade d’un mur creux isolé à une toiture à versants, traversées de cheminées...) ; encorbellements de terrasses poutres et balcons de béton en contact avec le mur de parement J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 15
  16. 16. = – 0,09 W/mKJ.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 16
  17. 17. Sommaire Contexte énergétique Définition du pont thermiqueChoix Méthodologie de prise en compte dans la PEB, pour les nouvelles constructionsForme Et les bâtiments à transformer ?Uparois Ventilation associée  Conclusion : exemple d’isolation a posterioriSfen J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 17
  18. 18. Déperditions – nœuds constructifs PEB  3 attitudes seront autorisées : A. Les déperditions de tous les NC sont calculées par outil informatique  On intègre les résultats obtenus (∆HNC) dans le total des déperditions (HT), sans autre pénalisation des niveaux K et E  ∆K B. Vérification qualitative des NC Pour les NC dits « PEB conformes » (qui respectent des règles de base)  Niveau K pénalisé forfaitairement : ∆K =3 Pour les NC non « PEB conformes », ou les nœuds plus performants que « PEB conformes » Déperditions calculées par défaut (Ψe,lim) ou par outil informatique Résultats (∆HNC) ajoutés au total des déperditions (HT)  ∆K C. On ne calcule rien, on ne vérifie rien  Niveau K pénalisé forfaitairement : ∆K = 10 J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 18
  19. 19. Méthodologie : 3 options OPTION A OPTION B OPTION CMéthode détaillée Méthode nœuds  PEB‐conformes Supplément  forfaitaire Chaque nœud doit  être déterminé  par  Nœuds PEB‐ Nœuds constructifs  calcul numérique Conformes autres que PEB‐ conformes (+ nœuds  plus performants que  les nœuds  PEB  conformes) + Supplément variable au niveau K + 3 points  + Supplément  + 10 points au  au niveau K variable au niveau K niveau K Nœuds constructifs : La mise en place de la méthodologie en  RW est d’application depuis  le 1er juin 2012 J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 19
  20. 20. OPTION B Méthode nœuds  PEB‐conformesMéthodologie Nœud PEB‐conforme Il satisfait à : Satisfait à une des règles de base OU Ψe ≤ Ψe,l im REGLE DE  REGLE DE BASE 2 REGLE DE  BASE 1 Interposition d’éléments  BASE 3 Epaisseur de  isolants Chemin de  contact  3 conditions :  moindre  minimale des  1| Exigence de valeur λ résistance couches  λ ≤ 0.2 W/mK isolantes : 2| Exigence de valeur R Longueur : dcontact ≥ ½ x  R ≥ min (R1/2 ; R2/2 ; 2) li ≥ 1m min(d1,d2) 3| Exigence d’épaisseur de  Plus  court Moi ti é de la plus  contact trajet entre fa i ble épaisseur de  dcontact ≥ ½ x min (dinsulpart,dx) l’int et l’extl ’i solant ou EANC J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 20
  21. 21. OPTION B Il satisfait à : Méthode nœuds  PEB‐conformes Ψe ≤ Ψe,limMéthodologie Détermination des nœuds PEB-conformes : Détermination du coefficient de transmission linéique Ψe :  2 D - 1 D e  W / mK  Ti - Te Φ2D : Flux thermique total du nœud : calcul numérique validé (EN ISO 10211) Φ1D : Flux thermique calculé via les parois (calcul Umoyen par PEB) Ti, Te : Température intérieure et extérieure, respectivement A.(Ti - Te ) Φ1D = A.U.(Ti - Te ) =  [W ] RTOT A : aire de la paroi U : Coefficient de transmission thermique RTOT : Coefficient de résistance thermique J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 21
  22. 22. OPTION B Il satisfait à : Méthode nœuds  PEB‐conformes Ψe ≤ Ψe,limMéthodologie Tableau des valeurs limites Ψe,lim Type de raccord ψe,lim (W/mK) 2 murs ‐0.10 1. Angle sortant autres 0.00 2. Angle rentrant 0.15 3. Raccords aux fenêtres et aux portes 0.10 4. Appui de fondation 0.05 5. Balcon ‐ Auvents 0.10 6. Raccords de parois dun même volume  protégé ou entre 2  volumes protégés  0.05 différents avec une paroi de la surface de  déperdition 7. Tous les nœuds qui nentrent pas dans la  0.00 catégorie 1 à 6 J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 22
  23. 23. Ancrage de balcons Afin d’éviter un problème de condensation à des éléments à l’intérieur du bâtiment, il faut éviter de plancher creux l’interruption de l’isolation thermique à l’endroit de l’appui du balcon. Une bande d’isolation pourvue d’une armature pour ancrer le balcon à la travée intérieure évite le pont thermique. La zone d’ancrage a une largeur Documentation Echo : exemple d’un standard de 2,4 m. Elle reprend les balcon d’une longueur de 3 m pour une forces de traction (dues au balcon) à profondeur de 2,5 m (ou d’un balcon la partie supérieure de la travée. d’une longueur de 6 m pour une profondeur maximale de 1,5 m). Les forces de compression sont reprises par des plaques de La travée totale est pourvue d’une zone compression situées dans la rupture d’ancrage, qui doivent reprendre les du pont thermique. Il est important forces occasionnées par le balcon. L’autre que la distance entre les plaques et partie de la travée est exécutée avec des la rive des éléments de plancher soit éléments standard. au moins de 5 cm.J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 23
  24. 24. Sommaire Contexte énergétique Définition du pont thermiqueChoix Méthodologie de prise en compte dans la PEB, pour les nouvelles constructionsForme Et les bâtiments à transformer ?U Conclusion : exemple d’isolation a posterioriparoisSfen J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 24
  25. 25. Améliorer les bâtiments existants ? : si non Hypothèses Energy consumption of residential buildings En 2010 : conso du parc (without improvement of existing buildings) résidentiel wallon = 340 350 kWh/m² Chaque année : 300 - construction de 1,8 %Energy consumption [kWh/m²] de nouveaux bâtiments 250 - conso des nouveaux bâtiments = 170 kWh/m² 200 jusque 2012, puis 130, puis New buildings diminue jusque 0 dès 2021 150 Old buildings - démolition de 1 % des 100 bâtiments existants. - aucune amélioration des 50 bâtiments existants En 2030, le parc résidentiel 0 wallon : 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030 - = 120 % de celui de 2010 Year - a une consommation moyenne de 272 kWh/m². J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 25
  26. 26. Améliorer les bâtiments existants ? : si oui Hypothèses En 2010 : conso du parc Energy consumption of residential buildings résidentiel wallon = 340 (with improvement of existing buildings: 2,32 %/yr) kWh/m² 350 Chaque année : 300 - construction de 1,8 % de nouveaux bâtimentsEnergy consumption [kWh/m²] 250 - conso des nouveaux bâtiments = 170 kWh/m² 200 jusque 2012, puis 130, puis diminue jusque 0 dès 2021 150 New buildings - démolition de 1 % des Old buildings bâtiments existants. 100 - amélioration des bâti- ments existants : conso 50 diminue de 2,32 %/an En 2030, le parc résidentiel 0 wallon : 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024 2025 2026 2027 2028 2029 2030 - = 120 % de celui de 2010 Year - a une consommation moyenne de 170 kWh/m². J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 26
  27. 27. L’enveloppe vue globalementCoupe reprenant lesprincipes de position-nement de l’isolationthermique des parois J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 27
  28. 28. Exemples de nœudsconstructifs J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 28
  29. 29. Ponts thermiques ? o Règle 1 : Continuité de l’isolation thermique Intersection entre le mur extérieur et la dalle de sol (vue en coupe) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 29
  30. 30. Ponts thermiques ? o Règle 1 : Continuité de l’isolation thermique J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 30
  31. 31. Ponts thermiques ? o Règle 1 : Continuité de l’isolation thermique J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 31
  32. 32. Ponts thermiques ?o Règle 1 : Continuité de l’isolation thermique J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 32
  33. 33. Ponts thermiques ? o Ou règle 2 : Interposition d’un élément isolant J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 33
  34. 34. Pontsthermiques ? o Règle 2 non respectée J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 34
  35. 35. Pontsthermiques ?o Règle 2 non respectée J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 35
  36. 36. Ponts thermiques ? o Ou règle 3 : augmenter la longueur du chemin de moindre résistance Intersection entre le mur extérieur et le mur de refend (vue en plan) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 36
  37. 37. Ponts thermiques ? o Ou règle 3 : augmenter la longueur du chemin de moindre résistance J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 37
  38. 38. Ponts thermiques ?o Ou règle 3 : augmenter la longueur du chemin de moindre résistance J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 38
  39. 39. Sommaire Contexte énergétique Définition du pont thermiqueChoix Méthodologie de prise en compte dans la PEB, pour les nouvelles constructionsForme Et les bâtiments à transformer ?Uparois Ventilation associée  Conclusion : exemple d’isolation a posterioriSfen J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 39
  40. 40. Pourquoiventiler ? J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 40
  41. 41. Pourquoi ventiler ? J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 41
  42. 42. Quel système de ventilation en rénovation ?o Les systèmes C et D mettent le bâtiment en légère dépression, ce qui réduit le flux de vapeur d’eau traversant les parois de l’enveloppe (cas en France, où le système C a été directement appliqué en complément de l’isolation thermique par l’intérieur) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 42
  43. 43. Sommaire Contexte énergétique Définition du pont thermiqueChoix Méthodologie de prise en compte dans la PEB, pour les nouvelles constructionsForme Et les bâtiments à transformer ?U Conclusion : exemple d’isolation a posterioriparoisSfen J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 43
  44. 44. Intervenir sur un bâtiment existant Acte plus complexe que de construire un bâtiment neuf, parce que la marge de manœuvre est plus restreinte : à cause des choix du projet précédent à cause des contraintes de l’existence du projet précédent respect de son architecture  maîtriser la modification des flux de température / de vapeur d’eau  maîtriser le détail technique en évaluant toutes ses composantes Exemple : Bâtiment B31 (Sart Tilman) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 44
  45. 45. Risque de condensation interne :exemple du B-31(ULg, Sart-Tilman) Problèmes ? Mauvaise étanchéité à l’eau des murs extérieurs Inconfort des occupants J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 45
  46. 46. Rapport d’expertise (2003) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 46
  47. 47. Rapport d’expertise (2003) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 47
  48. 48. Situation existante : trumeaux Coupe horizontale Coupe verticale J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 48
  49. 49. Conclusions de l’expert architecte Méthode d’évaluation utilisée par l’expert = point de rosée o.k. pour température interne superficielle des parois mais, pour la diffusion de vapeur d’eau : approche trop partielle, inappropriée Solution recommandée par l’expert : remplacer bloc d’argile expansée par : parement de briques rouges avec une coulisse ventilée et une couche d’isolation thermique (polystyrène extrudé, ép. 5 cm) Essai de réalisation sur quelques m² difficile (balcons, acrotères, contreforts…) et très cher… J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 49
  50. 50. Seconde investigation J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 50
  51. 51. Situation existante : risque de condensation ? Diagramme de l’air humide – ou psychrométrique – ou de Mollier J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 51
  52. 52. Situation existante : performance thermique risque de condensation 10,9°C Extérieur 0°C Intérieur 20°C 11,7°C risque de condensation J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 52
  53. 53. Situation existante : performance thermique Extérieur 13,1°C 0°C Intérieur 20°C J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 53
  54. 54. Situation existante : points faibles J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 54
  55. 55. Seconde approche Ajouter une protection extérieure du mur pour lui donner une étanchéité à l’eau En profiter pour (un peu) l’isoler thermiquement : réduire les ponts thermiques et accroître le confort diminuer la consommation de chauffage Deuxième solution étudiée : bardage en dalles de terre cuite devant une coulisse ventilée avec une couche d’isolation thermique (laine minérale, ép. 5 cm) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 55
  56. 56. Deuxième solution étudiée Bardage en dalles de terre cuite J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 56
  57. 57. Deuxième solution étudiée Bardage en dalles de terre cuite J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 57
  58. 58. Deuxième solution étudiée Exemple de bardage en dalles de terre cuite J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 58
  59. 59. Deuxième solution étudiée J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 59
  60. 60. Deuxième solution étudiée Retours latéraux en Alucobon sur isolant Problème : solution beaucoup trop chère J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 60
  61. 61. Troisième solution étudiée Crépi sur isolant en façade des trumeaux Alucobon sur isolant en faces latérales des trumeaux en enrobage du plancher des balcons extérieur intérieur J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 61
  62. 62. Troisième solution étudiée Remontée : 5 cm  d’isolant sous crépi Sur le balcon :  12 cm d’isolantrevêtement en Alucobon Sous le balcon :  2 cm d’isolant revêtement en Alucobon J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 62
  63. 63. Troisième solution étudiée Façade des trumeaux : 5 cm d’isolant revêtement en crépiRetour latéral des trumeaux : 2 cm d’isolant revêtement en Alucobon J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 63
  64. 64. Quels risques ? La modification de la composition du mur extérieur peut entraîner : une modification du flux thermique  puisque enrobage non intégral, à certains endroits : t° superficielle du mur à l’intérieur < t° de rosée ?  condensation superficielle ? La modification de la composition du mur extérieur peut entraîner : une modification du flux de vapeur d’eau  condensation à l’intérieur de la paroi ?  condensation interne ? J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 64
  65. 65. Thermiquement :Avant Après 10,9°C 12,4°CExtérieur0°C Intérieur 20°C 11,7°C 14,35°C J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 65
  66. 66. Thermiquement :Avant AprèsExtérieur 13,1°C 13,1°C0°C Intérieur 20°C J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 66
  67. 67. Points faibles :Avant Après J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 67
  68. 68. Après isolation : températures plus homogènes J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 68
  69. 69. Points faibles :Avant Après J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 69
  70. 70. Conclusions flux thermique Pas de problème de condensation superficielle : les températures superficielles sont partout plus élevées qu’actuellement. Flux thermique à travers la portion de façade modélisée = avant rénovation : 1 770 W après rénovation : 1 150 W, soit 35 % en moins pour 20°C à l’intérieur et 0°C à l’extérieur et sur… 3 580 m2 de façades J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 70
  71. 71. Condensation interne au trumeau ? Façade des trumeaux : 5 cm d’isolant revêtement en crépi J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 71
  72. 72. Condensation interne au trumeau ? Modélisation du flux de vapeur d’eau au moyen de la méthode de Glaser selon DIN 4108 « Thermal insulation in buildings » (1981) reprise par NBN EN ISO 13788:2001 Méthode de Glaser applicable ici car : pas de transport d’air au travers du mur : transfert de vapeur par la seule diffusion au travers des matériaux J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 72
  73. 73. Transfert de vapeur d’eau :utilisation du programme Glasta J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 73
  74. 74. Diffusion de vapeur d’eau au droit du trumeau Pas de problème de condensation interne ni avec du polystyrène expansé (tel que prévu) ni avec du polystyrène extrudé ni avec de la laine minérale J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 74
  75. 75. Condensation interne latéralement ?Retour latéral des trumeaux : 2 cm d’isolant revêtement en Alucobon J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 75
  76. 76. Condensation interne latéralement ? J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 76
  77. 77. Et les deux flux en même temps ? Façade des trumeaux : 5 cm d’isolant revêtement en crépiRetour latéral des trumeaux : 2 cm d’isolant revêtement en Alucobon J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 77
  78. 78. Et les deux flux en même temps ?Utilisation du programme Trisco (2 D)Ps Ps P R R R 618.1690691 618.169 366.9611545 251.2079146 2.512079146 2.512 1 0 13 618.348132 618.348 367.0372123 251.3109197 2.513109197 2.513 1 0 14 618.527241 618.527 366.9578757 251.5693653 2.515693653 2.516 1 0 15 618.7511923 618.751 367.0851611 251.6660312 2.516660312 2.517 1 0 16 630.2233282 630.223 367.2321683 262.9911599 2.629911599 2.63 3 5 32 631.8188845 631.819 366.7443138 265.0745707 2.650745707 2.651 3 5 33 632.229751 632.23 367.2816785 264.9480725 2.649480725 2.649 3 5 34 635.892362 635.892 366.698311 269.194051 2.69194051 2.692 3 5 35 635.5711314 635.571 677.0378044 -41.46667296 -0.41466673 -0.415 3 6 0 isolant condensation 634.104487 634.104 658.9083012 -24.80381419 -0.248038142 -0.248 3 6 1 isolant 634.104487 634.104 657.6935863 -23.58909933 -0.235890993 -0.236 3 6 2 isolant 633.9671436 633.967 652.8647001 -18.89755646 -0.188975565 -0.189 3 6 3 isolant 633.9213684 633.921 650.1833344 -16.26196604 -0.16261966 -0.163 3 6 4 isolant 633.8755961 633.876 648.8001311 -14.92453503 -0.14924535 -0.149 3 6 5 isolant 633.8755961 633.876 647.9566991 -14.08110301 -0.14081103 -0.141 3 6 6 isolant 633.8298267 633.83 645.5073668 -11.6775401 -0.116775401 -0.117 3 6 7 isolant 633.8298267 633.83 645.3603444 -11.53051766 -0.115305177 -0.115 3 6 8 isolant 633.7840603 633.784 645.2129976 -11.42893729 -0.114289373 -0.114 3 6 9 isolant 633.7840603 633.784 645.0653228 -11.28126253 -0.112812625 -0.113 3 6 10 isolant 633.6925363 633.693 638.8845658 -5.19202947 -0.051920295 -0.052 3 6 11 isolant 633.8298267 633.83 590.8833877 42.94643899 0.42946439 0.429 3 6 12 639.0665175 639.067 509.5634619 129.5030556 1.295030556 1.295 3 6 13 639.2048435 639.205 503.1172149 136.0876286 1.360876286 1.361 3 6 14 639.3431962 639.343 496.503755 142.8394412 1.428394412 1.428 3 6 15 639.5277079 639.528 489.7066564 149.8210515 1.498210515 1.498 3 6 16 649.0943531 649.094 481.5611006 167.5332525 1.675332525 1.675 3 6 17 679.0978841 679.098 468.074317 211.0235671 2.110235671 2.11 3 6 18 J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 78
  79. 79. Diffusion latérale de vapeur d’eau Problème de condensation interne avec du polystyrène expansé (tel que prévu) avec du polystyrène extrudé avec de la laine minérale à cause de l’Alucobon, matériau métallique ne laissant plus passer la vapeur d’eau Proposition : prévoir le retour latéral en crépi sur isolant, comme en façade du trumeau = solution retenue par la Commission des Bâtiments et par le Conseil d’Administration de l’ULg J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 79
  80. 80. Conclusions de cet exemple Intervention sur un bâtiment existant plus complexe que sur un bâtiment neuf, parce que la marge de manœuvre est plus restreinte à cause des choix du projet précédent à cause des contraintes de l’existence du projet précédent respect de son architecture → maîtriser la modification des flux de température / de vapeur d’eau → maîtriser le détail technique en évaluant toutes ses composantes J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 80
  81. 81. Chantier (enjanvier 2012) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 81
  82. 82. Chantier (enjanvier 2012) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 82
  83. 83. Chantier (enjanvier 2012) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 83
  84. 84. Chantier (enjanvier 2012) J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 84
  85. 85. Plus d’infos… Guides pratiques pour architectes (en cours de mise à jour), téléchargeables depuis http://energie.wallonie.be J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 85
  86. 86. Merci de votre attention Jean-Marie HAUGLUSTAINE Université de Liège - Faculté des Sciences Département des Sciences et Gestion de l’Environnement EnergySuD Avenue de Longwy 185 B – 6700 ARLON Tél. : +32 (0) 63 23 09 00 Rue de Pitteurs 2 (Bât. L3) B – 4020 LIÈGE Tél. : +32 (0) 4 366 94 83 Mobile : +32 (0) 486 24 86 28 Courriel : jmhauglustaine@ulg.ac.be www.EnergySuD.ulg.ac.be J.-M. HAUGLUSTAINE – Ponts thermiques – Centre urbain – Bruxelles – 23/10/12 86
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×