• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Magazine Poly HIVER 2012 VOL.9 - No 1
 

Magazine Poly HIVER 2012 VOL.9 - No 1

on

  • 1,104 views

Numéro de février du magazine publié par Polytechnique Montréal. Avec un dossier spécial sur les besoins en ingénieurs de l'industrie des jeux vidéo, une entrevue avec le philosophe et ...

Numéro de février du magazine publié par Polytechnique Montréal. Avec un dossier spécial sur les besoins en ingénieurs de l'industrie des jeux vidéo, une entrevue avec le philosophe et éthicien Bernard Lapierre, des portraits de diplômés et des actualités de la recherche, de l'enseignement et de la vie étudiante à Polytechnique.

Statistics

Views

Total Views
1,104
Views on SlideShare
1,104
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
2
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Magazine Poly HIVER 2012 VOL.9 - No 1 Magazine Poly HIVER 2012 VOL.9 - No 1 Document Transcript

    • pOlY LE MAGAZINE DE POLYTECHNIQUE MONTRÉAL HIVER 2012 VOLUME 9 NUMÉRO 1 RECHERCHE / RéACTEuRS SOuS CONDITIONS GRAND DOSSIER / Jeux vidéo, une industrie ExTRêMES pOuR uN NOuvEl AvENIR friande d’ingénieurs ENSEIGNEMENT / éNERGéTIquE Pour une Pratique éthique du géniePoste publications no de convention 41074519.
    • CHEZ FÉRIQUE, IL Y A TOUT UN MONDE QUI VEILLE À VOS INTÉRÊTS LE MEILLEUR DES DEUX MONDES POUR VOTRE REER ET VOTRE CELI Des services financiers d’envergure mondiale Une entreprise à taille humaine Quelle que soit l’heure du jour, quelque part, FÉRIQUE est une organisation de quelqu’un veille à vos Fonds FÉRIQUE. premier plan dotée de la structure, des De Montréal à Tokyo. De Londres à Chicago. mécanismes de contrôle et des services De Louisville à San Francisco. Vos Fonds que vous êtes en droit d’attendre d’une FÉRIQUE ne dorment jamais, grâce à des institution financière de calibre mondial. équipes de gestion de portefeuille triées Mais c’est aussi des gens. Près de vous. sur le volet, partout dans le monde, à leurs Tout un monde, votre monde, qui veille analystes, à leurs réseaux. à vos intérêts. Les Fonds FÉRIQUE sont offerts aux ingénieurs et diplômés en génie, à leurs familles et à leurs entreprises. INVESTISSEZ DANS UN REER OU UN CELI FÉRIQUE ET DÉCOUVREZ UN MONDE DE DIFFÉRENCES www.ferique.com/video Les Fonds FÉRIQUE : il y a un peu de génie là-dedans. 1-800-291-0337 > Placements > Planification de la retraite > Fiscalité > Succession > Assurances > Gestion des risques > Finances personnellesNote: Un placement dans un organisme de placement collectif peut donner lieu à des frais de gestion et d’autres frais. Les ratios de frais de gestion varient d’une année àl’autre. Veuillez lire le prospectus avant d’effectuer un placement. Les organismes de placement collectif ne sont pas garantis, leur valeur fluctue souvent et leur rendementpassé n’est pas indicatif de leur rendement futur. Les Fonds FÉRIQUE sont distribués par Placements Banque Nationale inc., à titre de Placeur principal, et par Services d’inves-tissement FÉRIQUE. Les Fonds FÉRIQUE payent des frais de gestion à Gestion FÉRIQUE lui permettant d’assumer les frais de conseillers en valeurs, de mise en marché et dedistribution des Fonds FÉRIQUE ainsi que les frais d’administration du gérant des Fonds FÉRIQUE. Chaque Fonds FÉRIQUE assume ses propres frais d’exploitation. Les FondsFÉRIQUE sont sans commission lorsqu’un porteur de parts souscrit par l’entremise de Placements Banque Nationale inc. ou de Services d’investissement FÉRIQUE ; certainsfrais de courtage pourraient toutefois être exigibles si la souscription se fait par l’entremise d’un courtier indépendant.
    • pOlYLe MagaZine de SOMMAIREPoLYteChnique MontréaL HIVER 2012 VOLUME 9Vol. 9, n° 1 – Hiver 2012 NUMÉRO 1Poly est publié trois fois paran par la Direction des affairesinstitutionnelles et secrétariat ARTICLESgénéral de Polytechnique.Il est distribué gratuitementaux diplômés, aux membres dupersonnel, aux étudiants et auxpartenaires de Polytechnique. Grand dossier 6Tirage Jeux vidéo, une industrie friande d’ingénieurs26 000 exemplairesÉditionService des communications etdu recrutementRédactrice en chef point de vue 11Chantal Cantin Un secteur en pleine formeComité éditorialCarl-Éric Aubin, ValérieBélisle, Chantal Cantin,Jean Choquette, Diane deChamplain, Hélène Bénéteau portrait 12de Laprairie, Catherine Florès,Lina Forest, Annie Touchette Robert Panet-Raymond, Prix Mérite 2011 de l’ADPRecherche et coordinationCatherine FlorèsRédactionValérie Bélisle, Catherine profil 14Florès, Danielle Ouellet,Virginie Ferland, Tania L’homme aux 53 brevetsTrottier-PérusseRévisionJohanne RaymondStéphane Batigne Recherche 16 En recherche, priorité à l’éthique 16PhotosYves Beaulieu (couverture),Yves Beaulieu, Denis Bernier, 18 Réacteurs sous conditions extrêmes pour un nouvel avenir énergétiqueNormand Desjardins, FerlandPhoto, Jorge Martinez, Poly-Photo, Polytechnique Montréal EnseignementDirection artistique et 20 Pour une pratique éthique du génie 20conception de la grille 22 Caractériser le besoin et le milieu récepteur avant de mettregraphiqueAvion Rouge en œuvre un projetOnt collaboré à ce numéroL’Association des Diplômés dePolytechnique, la Fondationde Polytechnique et la Stages 23Direction de la recherche et de Stages : un système pour simplifier la vie des employeursl’innovation de PolytechniqueLe genre masculin est utilisésans discrimination dans leseul but d’alléger le texte. pleins feux sur la relève 24ISSN 1712-3852 Marie-Ange de Boutray, Prix Étudiant 2011 de l’ADPReproduction autorisée avecmention de la source.Abonnement gratuit :Magazine PolyPolytechnique Montréal vue d’ailleurs 25Service des communications etdu recrutement Regard tourné vers l’EstC.P. 6079, succ. Centre-villeMontréal (Québec) H3C 3A7Tél. : 514 340-4915communications@polymtl.ca BULLETIN 17 / Cours du Centre de formation continue 27 / Association des Diplômés de Polytechnique I F I C AT I 30 / Ça bouge à Poly RT 32 / Fondation de Polytechnique O CE N 34 / Agenda a le C m b pus dura
    • 99% génie 1% aluminium RIO TINTO ALCAN ET POLYTECHNIQUE : UN ALLIAGE SOLIDE Rio Tinto Alcan, un leader mondial de l’industrie de l’aluminium, multiplie les gestes concrets afin de contribuer à un meilleur futur pour la collectivité. En s’associant à Polytechnique, il souhaite souligner le dynamisme de cet important partenaire pour le développement technologique et économique québécois.ALCAN-111118645-Ann.Poly.indd 1 20/01/12 15:22
    • éDITORIAl Dans le domaine du génie, l’éthique demeure et demeurera un enjeu de taille Polytechnique, un incubateur général du Québec à New York) à la d’ingénieurs pour barre du bureau de la campagne tripar- les jeux vidéo tite de financement de Polytechnique L’industrie du jeu vidéo occupe une Montréal, HEC Montréal et l’Université place enviable au Canada avec des re- de Montréal. De toute évidence, vous cettes de 1,7 milliard de dollars et près entendrez parler de cette campagne dans de 16 000 emplois directs, selon l’Asso- les mois et les années à venir. ciation canadienne du logiciel de diver- tissement. Le Québec n’est pas en reste, En terminant, j’ai le grand plaisir de loin de là, avec plus de 70 % de l’indus- vous dévoiler, chers lecteurs, la nou- trie canadienne qui s’y concentre avec velle image de marque de Polytechnique des entreprises comme Ubisoft, Electro- Montréal. Plus audacieuse, elle repose nic Arts, Warner Bros, etc. Évidemment, sur nos acquis précieux avec une touche une main-d’œuvre créative, compétente d ’originalité. et bilingue est prisée par ces entreprises. Cette origina- Polytechnique, avec ses programmes de lité est notam- baccalauréat en génie logiciel et génie ment véhiculée informatique, contribue à cette relève par les petits technocréative. Un dossier de fond bien carrés de couleurs alignés à la droite étoffé sur l’industrie du jeu vidéo à lire ou à la gauche de notre emblème, évo- en page 6. quant la symbolique des couleurs de nos pavillons Lassonde, du magma jusqu’au Au cours de l’année 2011, l’éthique a été ciel. Rappelons qu’en 2005, ces pavillons un sujet d’actualité dans de nombreux ont été les premiers bâtiments universi- reportages touchant les projets d’ingé- taires canadiens à obtenir la certification nierie et de construction au Québec. LEED Or. Dans le domaine du génie, l’éthique de- meure et demeurera un enjeu de taille. Je réitère mes remerciements à tous nos Polytechnique a d’ailleurs mis en place annonceurs qui contribuent, par leur des cours d’éthique appliquée obliga- présence publicitaire, à la diffusion du toires dans tous ses programmes de bac- magazine Poly. Votre apport est précieux. calauréat. Une initiative unique dans les écoles de génie au Canada. Pour en Bonne lecture ! connaître davantage, lisez l’entrevue avec M. Bernard Lapierre à la page 20. Chantal Cantin Rédactrice en chef Ce début d’année 2012 marque l’arri- vée de M. John Parisella (ex-délégué
    • GRAND DOSSIER « Notre programme attire des étudiants qu’on peut qualifier de technocréatifs. » pR STEvEN CHAMbERlAND, DIRECTEuR Du DépARTEMENT DE GéNIE INfORMATIquE ET DE GéNIE lOGICIEl JEux vIDéO, uNE INDuSTRIE fRIANDE D’INGéNIEuRSPAR CATHERINE FLORèsL’industrie du jeu vidéo se portetrès bien. Avec un marché mon-dial évalué aujourd’hui à 70,4milliards de dollars et 105 mil- Chamberland, directeur du Département rière dans le milieu. « Notre programmeliards de dollars en 2015, le sec- de génie informatique et de génie logiciel attire des étudiants qu’on peut qualifierteur engrange des revenus qui de Polytechnique Montréal. « Autour de technocréatifs. Ils se préparent à ré-dépassent dorénavant ceux du des grands et plus petits studios, on soudre des défis très techniques, certes,cinéma. trouve un réseau d’entreprises connexes, mais comprennent les enjeux plus ar- qui offrent des services et des logiciels tistiques liés à la création d’un jeu. IlsAu Canada, cette industrie affiche des spécialisés, comme les moteurs de seront capables de collaborer avec lesrecettes de l’ordre de 1,7 milliard de dol- jeux et les modeleurs 2D et 3D. Le concepteurs du jeu, les scénaristes, leslars et compte près de 16  000 emplois développement de toute cette galaxie, directeurs artistiques, les modeleurs,directs. Son taux de croissance annuel privilégié par des politiques fiscales etc. », souligne le Pr Chamberland.devrait atteindre 17 % au cours des deux incitatives, est stimulé par l’existenceprochaines années, selon l’Association d’un important bassin de main-d’œuvre Le talent créatif des étudiants trouvecanadienne du logiciel de divertisse- compétente, créative et bilingue. » également à s’exprimer au sein dement. Plus de 70 % de cette industrie Poly{Games}, la société techniquese concentre au Québec, où elle a créé À pOlYTECHNIquE, uNE SpéCIAlI- consacrée à la création de jeux vidéo.3 040 emplois au cours des deux der- SATION ad hoc Au bACCAlAuRéAT Ce même talent se fait connaître horsnières années. Et sa tête de pont est sans À Polytechnique, les programmes de frontières : chaque année, une équipe deconteste Montréal, qui accueille une baccalauréat de génie informatique et de Polytechnique participe à la compétitionsoixantaine de studios, dont de grands génie logiciel participent à la formation Virtual Fantasy, une des compétitionsnoms tels qu’Ubisoft, Electronic Arts ou de cette main-d’œuvre recherchée. En étudiantes les plus courues d’EuropeWarner Bros. particulier, la concentration Multimédia dans le domaine de la réalité virtuelle« Montréal représente un écosystème offerte en génie logiciel, une spécificité et des technologies convergentes, du-remarquable pour le secteur du de Polytechnique, s’adresse directement rant le salon annuel Laval Virtual, enjeu vidéo », explique le Pr Steven aux étudiants qui se destinent à faire car- France. Le défi consiste à développer6 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • en 30 heures ininterrompues une appli- ronnements virtuels, l’intelligence artifi- des interfaces et de déboguer.  J’ai mêmecation en 3D en temps réel et interac- cielle, les systèmes de capture du mouve- eu l’occasion de créer des animations. Cetive sur un thème imposé. L’équipe de ment et les moteurs de jeux. Les projets fut une expérience fantastique, très ins-Polytechnique a si souvent raflé la pre- confiés aux étudiants de la concentration tructive. J’ai beaucoup aimé l’environne-mière place à la compétition depuis les Multimédia sont ancrés dans l’univers ment de travail, l’atmosphère décontrac-huit dernières années qu’elle est doré- du jeu vidéo et permettent aux étudiants tée et l’ouverture d’esprit qui règnentnavant considérée comme « l’équipe à d’en connaître les défis. Par exemple, dès dans l’entreprise, cela favorise la créati-battre ». leur deuxième année, on leur demande vité », témoigne Karla Michelle Abrego, de développer un jeu vidéo dans le cadre une jeune diplômée qui a fait un stageLa qualité de la formation offerte à du projet intégrateur. En troisième an- chez Ubisoft en 2009.Polytechnique est reconnue par l’in- née, ils doivent en faire l’évolution surdustrie, qui plébiscite les compétences une tablette électronique », déclare le « Pour un étudiant, nous recevons entechniques pointues des étudiants, ainsi Pr Chamberland. moyenne trois offres de stages. Ubisoft,que leur capacité à travailler en équipe. Electronic Arts, Behaviour Interactive,« Nous formons de futurs ingénieurs très Lorsque vient le moment d’effectuer les Eidos et beaucoup d’autres fontaguerris, notamment en production du stages obligatoires prévus dans leur pro- régulièrement appel à nos stagiaires, etlogiciel : de la spécification des exigences gramme, les étudiants n’ont aucune dif- il est fréquent qu’un stage se termineà la validation et la vérification du logi- ficulté à trouver une entreprise pour les avec une offre d’emploi », révèle Étienneciel en passant par sa conception et sa accueillir et se voient confier des projets Beauregard, coordonnateur au Serviceréalisation. Ils maîtrisent les différents intéressants. «  Au départ, mon mandat des stages et du placement.aspects logiciels et sont également à ne prévoyait que de la programmationl’aise avec les interfaces, les applications de scripts. Cependant, assez rapide-de graphisme et d’animation 2D et 3D, ment, j’ai été en mesure d’exécuter desde même qu’avec la physique des envi- tâches de Level Designer, de modifier >>> Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 7
    • GRAND DOSSIER Jeux vidéo, une industrie friande d’ingénieursuN IMpORTANT bESOIN DE MAIN- commente Étienne Beauregard. « Les accolée aux jeunes programmeurs. C’estD’œuvRE entreprises sont à la recherche de pro- encore plus vrai en ce qui concerne lePour les futurs diplômés, de belles pers- grammeurs, de designers, de chargés recrutement d’étudiantes, qui brillentpectives d’embauche se dessinent à de projet, de spécialistes en recherche par leur rareté dans les programmes del’horizon, comme l’indiquent les chiffres et développement, en production de génie informatique et de génie logiciel.fournis par l’Association canadienne du logiciels ou encore d’intégrateurs pour «  Nous multiplions les initiatives pourlogiciel de divertissement. Celle-ci es- adapter des jeux à différentes plates- les attirer dans nos programmes, maistime que si, actuellement, 60 % des en- formes. Même les ingénieurs avec un cela reste difficile. Celles qui auraient letreprises du secteur sont à la recherche profil plus strictement “informatique”, bon profil préfèrent souvent se dirigerde nouveaux diplômés de programmes comme les analystes-programmeurs et vers les sciences de la santé », constatede multimédia comme celui offert à les spécialistes de bases de données, sont Steven Chamberland.Polytechnique, cette proportion devrait très demandés. »atteindre 77 % d’ici 2013. Selon la même Pourtant, les étudiantes qui choisissentsource, les grands studios ou ceux de Le risque existe toutefois que le besoin d’étudier en multimédia ont toutes les CHARlES bEAuCHEMIN, PO 1994, GÉNIE ÉLECTRIQUE, DIRECTEUR DE L’INGÉNIERIE CHEZ EA MObILEtaille moyenne embaucheraient chacun grandissant d’une main-d’œuvre de qua- occasions de s’y épanouir. Aujourd’huiquelque 25 nouveaux diplômés en 2013. lité débouche sur une pénurie, avec la étudiante à la maîtrise, Fanny Lalonde,Plus du tiers des emplois créés seront en menace de freiner le développement de diplômée du baccalauréat en génieprogrammation. l’industrie au Québec. « C’est ce qui s’est logiciel, concentration Multimédia, se produit à Vancouver, où s’étaient concen- souvient : « J’ai choisi d’étudier spécifi-À Polytechnique, les statistiques de pla- trés un certain nombre de studios il y a quement à Polytechnique parce qu’ellecement reflètent parfaitement le dyna- une dizaine d’années, mais où le manque offrait cette concentration. C’est mamisme du secteur. Pour les périodes de formation de la main-d’œuvre a en- découverte du jeu Final Fantasy à 162008-2009 et 2009-2010, le taux de gendré un recul du secteur, rappelle le ans qui m’a donné envie d’étudier dansplacement des finissants en génie infor- Pr Chamberland. Mais je pense que ce domaine-là. Nous étions à peinematique, douze mois après l’obtention l’éventail de formations disponibles à une dizaine de filles dans les deux pro-de leur diplôme de baccalauréat, a at- Montréal est assez large pour répondre grammes de baccalauréat, génie infor-teint 100 %. Il en est de même pour les aux besoins de l’industrie. Le défi, c’est matique et génie logiciel, réunis. Etfinissants en génie logiciel, dont le quart d’attirer suffisamment d’étudiants. Car tout juste deux dans la concentrations’est placé dans les entreprises du sec- les jeunes, pourtant grands consomma- Multimédia  ! Cela ne m’a pas empê-teur multimédia, telles qu’EA Mobile, teurs de jeux vidéo, méconnaissent en- chée d’adorer ma formation, et en par-THQ Montréal, Eidos, etc. core les métiers qui s’y rattachent. » ticulier la grande liberté de créer qui nous est donnée dans les projets. Et« Le développement des jeux en ligne Où SONT lES fEMMES? je n’ai souffert d’aucun préjugé de laet des jeux sur plates-formes mobiles Sans compter que le domaine souffre part de mes camarades masculins. Endopent les besoins de l’industrie », sans doute encore de l’image du « geek » fait, ce n’est pas un milieu macho  ! »8 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • « Le jeu vidéo est aujourd’hui reconnu comme un produit culturel. » pR STEvEN CHAMbERlANDRares dans les programmes de génie évolution demande de posséder le goûtlogiciel, les femmes le sont évidemment du changement et de rester à l’affût dedans l’industrie. Dans les grandes entre- toutes les nouvelles percées technolo-prises, la proportion d’employées serait giques. La composante gestion des res-en moyenne de 12 %, dont la plus grande sources humaines est aussi très impor-part surtout concentrée en ressources tante, car EA Mobile veut recruter leshumaines, comptabilité et communi- meilleurs talents et leur donner des défiscations. Dans les studios de plus petite à la hauteur de leurs ambitions. »taille, la situation est plus ou moins si-milaire. « Chez nous, les femmes repré- Yassine Riahi, Po 2005, génie infor-sentent 10 % du total de nos effectifs, et matique, programmeur en chef chezelles forment seulement 2 % environ de Warner Bros. Games, souligne quant ànos équipes de développement de pro- lui l’importance de solides compétencesduits », confirme Mme Nicole Vallières, en programmation (C++, C#, Assem-directrice, Service conseil & acquisition bleur ainsi que les langages script). « En fait,de talents chez Behaviour Interactive. « Et il est indispensable d’être ouvert à régulièrement mettre à jour ses connais- ce n’est pasDès lors que les amateurs de jeu vidéo sances. Un grand esprit d’analyse et de un milieucomptent de plus en plus de joueuses débrouillardise est aussi nécessaire afindans leurs rangs, effet renforcé par la de résoudre les problèmes coriaces. » macho ! »tendance des jeux sociaux, très appré- fANNY lAlONDE,ciés des femmes, la faible représentati- Autant le dire, une certaine résistance à DIPLôMÉE DUvité féminine dans l’industrie pourrait- la pression est bienvenue dans ce secteur bACCALAURÉAT ENelle s’estomper prochainement ? Les très compétitif. « Un des plus grands GÉNIE LOGICIEL,efforts que fait l’industrie pour favoriser défis actuellement est de produire un CONCENTRATIONla rétention de son personnel pourraient jeu de qualité dite “AAA” qui puisse se MULTIMÉDIAséduire plus de femmes. classer parmi le top 10 de l’année », té- moigne M. Riahi. Ce qui est de  moins enuN RICHE uNIvERS REMplI DE moins évident, car ce genre de jeux re-DéfIS quiert d’énormes investissements finan-Quelles qualités destinent un jeune in- ciers, technologiques et humains. Pourgénieur à réussir dans ce secteur? Selon les équipes de développement, cela seCharles Beauchemin, Po 94, génie élec- traduit par la pression de livrer un projettrique, directeur de l’ingénierie chez de grande qualité dans des délais de plusEA Mobile, « ce domaine en constante en plus restreints. >>> Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 9
    • GRAND DOSSIER Jeux vidéo, une industrie friande d’ingénieurs« Je compare le moteur 3D d’un enthousiasme, lui qui apprécie de tra- vailler de concert avec divers spécialistesjeu vidéo à un moteur de voiture techniques, mais aussi des artistes et des designers qui développent le contenu desde Formule 1 : les ingénieurs jeux. « C’est une dimension qu’on ne re- trouve pas dans les autres industries deessaient sans cesse de le pousser au développement de logiciel. » CHANGEMENT D’IMAGEbout de ses limites et d’en sortir le « L’image même des studios s’est assa- gie. Ils furent pendant un temps réputésmeilleur. » pour être dirigés par des jeunes génies de l’informatique, des travailleurs for-YASSINE RIAHI cenés qui imposaient des horaires sur- chargés à leurs équipes. Maintenant, YASSINE RIAHI, PO 2005, GÉNIE INFORMATIQUE, PROGRAMMEUR EN CHEF CHEZ WARNER bROs. GAMEs « En fait, je compare le moteur 3D d’un les studios prennent mieux en compte jeu vidéo à un moteur de voiture de les besoins des employés et leur pro- Formule  1  : les ingénieurs essaient sans posent beaucoup d’avantages », estime le cesse de le pousser au bout de ses limites Pr Chamberland. et d’en sortir le meilleur, soit un jeu beau graphiquement offrant une bonne expé- « Le jeu vidéo est aujourd’hui reconnu rience au joueur », déclare Yassine Riahi. comme un produit culturel. Son indus- trie offre un univers passionnant et tou- «  Le développement des jeux sur plate- jours changeant. Pour de futurs ingé- forme mobile multiplie la quantité de nieurs qui veulent s’investir dans un jeux disponibles sur le marché, ren- milieu assez peu conventionnel, où leur dant difficile la visibilité d’un produit », créativité pourra pleinement s’exprimer, appuie Charles Beauchemin. « Et puis c’est un domaine idéal pour faire car- maintenant, les joueurs évaluent publi- rière », conclut-il. / quement les jeux qu’ils achètent. Il faut donc développer des jeux de plus en plus complexes et raffinés, afin de pou- voir rejoindre le maximum d’usagers et leur donner un produit qu’ils aime- ront et voudront utiliser longtemps. » Des enjeux qui n’entament en rien son10 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • pOINT DE vuE « En période de crise, les gens cherchent des moyens d’oublier momentanément leurs difficultés. Cela profite à l’industrie du divertissement qui offre de l’évasion accessible à tous. » SébASTIEN SlEK Po 95 l’INDuSTRIE Du DIvERTISSEMENT : uN SECTEuR EN plEINE fORMEPAR CATHERINE FLORèsLorsqu’en 2004, Warner Bros. décide Warner en Europe. Ses habiletés de ges- difficultés. Cela profite à l’industrie dude se doter pour la première fois d’une tionnaire ne passent pas inaperçues aux divertissement, qui offre de l’évasionstructure concentrant les achats stra- yeux des dirigeants de la société, qui accessible à tous. En outre, la multipli-tégiques de l’ensemble des filiales de la l’appellent en 2012 au siège de Burbank cation des plates-formes a fait explo-compagnie en Europe, Sébastien Slek, (Californie) afin de lui confier les rênes ser le marché du jeu vidéo, rendant cesPo 95, génie industriel, est engagé pour des achats pour les activités de marke- produits encore plus abordables pour lemettre sur pied le département et déve- ting au niveau mondial. consommateur.lopper les bonnes pratiques d’achats. Entant que responsable des achats straté- « Warner Bros., qui a plus de 87 ans, vit Si les activités de la société ont long-giques, il bâtit et gère une équipe char- une profonde mutation. Avec la révolu- temps été séparées en départementsgée d’optimiser les achats de biens et tion digitale, le consommateur est deve- distincts  (cinéma, DVD, télévision, etc.)services liés aux activités de promotion nu décideur non seulement des divertis- toutes les équipes travaillent maintenantet de distribution des produits Warner sements qu’il va consommer, mais aussi de concert, car les synergies sont réelles.Bros. sur le continent européen. Acti- de quand, sous quel format et sur quelle Nos défis sont excitants, le contexte ac-vités promotionnelles, distribution de plate-forme. Il faut donc faire bouger les tuel donnant beaucoup de place à l’in-jeux et de DVD, études de marché, etc., modes de distribution de nos produits. novation et à l’expérimentation dans lesen passant par la refonte du site Web de Par exemple, au grand bonheur des ci- stratégies marketing. » /Warner France, il n’est pas d’opérations néphiles, nous sommes passés à l’éditiondont les coûts ne soient revus et négociés à la demande d’une collection de filmspar son équipe. Warner qui n’avaient jamais été distri- bués en DVD.Le succès est rapidement au rendez-vous. Les stratégies mises en place Mon secteur vit une période faste. Enpar Sébastien permettent des écono- temps de crise, les gens cherchent desmies conséquentes sur les dépenses de moyens d’oublier momentanément leurs Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 11
    • pORTRAIT pOlYTECHNIquE DEMEuRE, ApRèS pluS DE 40 uN fIl CONDuCTEuR éTINCElANT DANS lA vIE CARRIèRE DE RObERT pANET-RAYMOND.PAR DANIELLE OUELLETDROIT Ou GéNIE ? présidente de l’Union internationale des CARAbIN uN JOuR...« Nul n’est censé ignorer la loi, répétait magistrats. » À la fin de ses études, Robert Panet-volontiers mon père. J’en ai déduit qu’il Raymond remporte le prix Arthur-serait toujours temps de peaufiner cette Les années 1960 sont des années d’effer- Vallée, remis par l’Association des diplô-connaissance. » Le raisonnement est la- vescence. La Révolution tranquille bat més de l’Université de Montréal à unpidaire, mais il a dicté le choix de Robert son plein et les étudiants sont de toutes finissant qui se distingue à la fois par sesPanet-Raymond de devenir ingénieur. les tribunes. « À l’avant-garde, ils jouaient succès académiques et par son implica-« Après mon cours classique, au collège un rôle très actif, beaucoup plus qu’au- tion sociale et sportive. « Les exigencesStanislas, le droit et le génie m’attiraient. jourd’hui, dans les débats sociaux. On les envers les athlètes étaient alors moinsJ’ai pensé que si je n’étais pas exposé consultait et ils se joignaient volontiers grandes qu’aujourd’hui. J’aimais le sportjeune à une formation en génie, le rat- aux comités de réflexion sur les grands et il arrivait même qu’on compte sur moitrapage serait impossible. J’ai choisi choix de société. Le terreau était fertile pour amener mes coéquipiers, des garsPolytechnique. » pour réaliser mon grand désir d’action et grands et forts, sur les lignes de pique- d’implication dans la société. » tage lors des grèves étudiantes ! »bâTIR lE québEC« Mes années en génie civil ont été Robert Panet-Raymond représente Beaucoup plus tard, en 2010, alorsextrêmement formatrices, tout comme l’Association de l’École Polytechnique qu’il préside le conseil d’administra-ce que j’ai fait en dehors des cours. » au conseil de l’Association géné- tion du Centre d’éducation physique etAussitôt entré à Polytechnique, Robert rale des étudiants de l’Université de des sports de l’Université de MontréalPanet-Raymond est au nombre des Montréal (AGEUM). « J’ai ensuite (CEPSUM), M. Panet-Raymond se re-50 étudiants du campus de l’Université été président de l’Association des étu- trouvera sous les feux de la rampe pourde Montréal choisis pour un échange diants de Polytechnique (AEP), puis défendre la décision de ne pas renouve-avec des étudiants ontariens. L’occasion vice-président aux Affaires extérieures ler le contrat de l’entraîneur de footballest belle de faire connaissance avec des de l’AGEUM. “What does Quebec des Carabins. Il évoquera, entre autres,étudiants des autres facultés. « Le jeune want?”  était la question de l’heure au la nécessité pour les joueurs de remonterprofesseur qui nous accompagnait, Canada. J’ai expliqué le Québec dans leurs résultats scolaires à « la moyennePierre Elliot-Trudeau, allait connaître des clubs Kiwanis et des clubs Richelieu, des autres programmes de football auune certaine notoriété, rappelle-t-il dans des universités à Ottawa, Toronto, Québec  ».en riant. Un autre étudiant en droit London, Winnipeg, Vancouver, à l’Uni-se nommait Bernard Landry. L’année versité de Cornell aux États-Unis et L’ex-demi défensif des Carabins fera unsuivante, je suis devenu coprésident même durant trois semaines en Union don personnel de 276 000 dollars aude cet échange avec Louise Mailhot, soviétique. » CEPSUM, et quelques mois plus tard,future juge à la cour d’appel et vice- en mars 2011, les Carabins célébreront12 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • RObERT pANET-RAYMOND, PO 65 PRIx MÉRITE 2011 DE L’ADPANS,ET DANS lAl’ouverture de la salle d’entraînement REDONNER À pOlYTECHNIquE à d’autres dimensions, telles la gestion,Robert-Panet-Raymond, réservée aux Quand sonne l’heure de la retraite, en les finances, les ressources humaines.athlètes de toutes les disciplines du 2005, Robert Panet-Raymond souhaite J’essaie de leur faire prendre consciencecampus Poly-HEC-UdeM. renouveler et approfondir son impli- que la technologie est loin d’être l’unique cation dans la société. Deux voies le composante dans la décision de démarrerDu GéNIE DANS lA fINANCE passionnent : « Je voulais siéger à des un projet. Pour qu’un projet fonctionne,Robert Panet-Raymond est l’une des conseils d’administration - j’ai pris des ils doivent pouvoir en comprendre etrares personnalités à avoir fait deux fois cours pour cela - et enseigner. » Son promouvoir tous les aspects  ».la couverture de la revue Commerce : savoir-faire est recherché : on l’invite autout d’abord à titre d’Homme du mois conseil d’administration de l’UdeM ainsi « Polytechnique est une institutionen 1989 alors qu’il est président et chef qu’à ceux de plusieurs entreprises. remarquable de haut savoir, conclut-il.de la direction des Rôtisseries Saint- Nous avons un véritable joyau entre lesHubert, puis en 1992 dans le cadre d’un Il sera aussi cinq années durant président mains, mais malheureusement sous-dossier sur les nouveaux départs alors de la Fondation de Polytechnique, où il financé. Nous pouvons devenir les meil-qu’il devient premier vice-président, fait du financement son cheval de bataille. leurs au monde, donnons-nous en lesGroupe Entreprises, Est du Canada, de En vue de la prochaine campagne de moyens. » /la banque CIBC. financement, il représente Polytechnique au comité tripartite qui réussit à réu-Ardent défenseur de l’importance nir Polytechnique, HEC Montréal etdes ingénieurs à tous les niveaux de l’Université de Montréal sous une mêmela société, il détient un MBA de la bannière.Harvard University School of BusinessAdministration et il a suivi des cours de Aujourd’hui professeur associé àplanificateur financier et d’administra- Polytechnique, il tente d’intéresserteur de sociétés. les finissants à l’innovation et de les convaincre de s’impliquer dans leur« Les ingénieurs ont beaucoup à appor- société : « Leur formation les prépareter au monde de la finance. La similitude à une très belle carrière, mais ils sedes processus d’analyse, des modèles et confinent trop souvent à la technologie.de la simulation de l’avenir en fonction Ils éprouvent des difficultés à convaincrede paramètres déterminés leur donne les personnes-clés de l’intérêt de leursune vision claire et structurée, qui consti- avancées technologiques pour des pro-tue un fort atout pour les entreprises. » jets d’envergure. Ils hésitent à s’ouvrir Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 13
    • pROfIl l’HOMME Aux 53 bREvETS PAR CATHERINE FLORès Pour ce grand En bon gestionnaire, il possède cette fa- innovateur, l’inno- culté essentielle : savoir gérer le risque. vation est avant Pour lui, un visionnaire doit conserver tout affaire d’état les pieds sur terre. « Pour réussir, il faut d’esprit. « Il est une bonne dose de réalisme et ne pas ou- essentiel d’être at- blier que la raison première d’être d’une tentif aux besoins entreprise est de générer des profits. On technologiques veille donc à éviter le surendettement dans l’environne- de l’entreprise. Durant les périodes de ment dans lequel ralentissement, on freine sur les inves- on vit. Tout le tissements, mais pas sur l’innovation. monde a accès, On profite de ces périodes pour se repo- aujourd’hui, à des sitionner, pour évaluer les opportunités, quantités phéno- orienter sa R&D dans des voies d’avenir ménales d’infor- et dynamiser ses liens avec ses parte- mation, il suffit naires. »Luc Ouellet, Po 82 génie physique, d’utiliser un ordinateur personnel ou unlauréat du Prix Innovation technolo- téléphone intelligent. Cet accès à l’infor- Parmi ces derniers figurent en bonnegique 2011 décerné par l’Association mation accélère le développement tech- place les facultés et écoles de génie,des Diplômés de Polytechnique, a fait nologique et tout le monde y participe. avec lesquelles collabore régulièrementsa marque dans le domaine des maté- Les jeunes, en particulier, montrent une le centre de R&D de Teledyne DALSAriaux semi-conducteurs. Vice-président capacité surprenante d’apprendre rapi- Semiconducteur à Bromont.au développement technologique de dement à partir des nouveaux outils queTeledyne DALSA Semiconducteur, une leur offre la technologie. À cet égard, ma « Par exemple, dans le domaine destête de file mondiale dans son secteur, famille de sept enfants, dont plusieurs nanomatériaux, nous développons avecil allie à ses qualités de gestionnaire une adolescents, représente pour moi un for- Polytechnique des projets de techno-remarquable capacité d’innovation. En midable terrain d’observation ! » logie 3D d’empilement de circuits na-témoignent les 53 brevets américains noélectroniques », indique M. Ouellet.accordés dont il est à l’origine, dans les M. Ouellet souligne toutefois qu’entre « C’est un avantage d’avoir au Québecdomaines des technologies de fabrica- la capacité à accéder à de l’information une excellente formation universi-tion de MEMS, de la photonique, de la exploitable et celle de générer une nou- taire en génie, et le centre de Bromontmicro-fluidique, des semiconducteurs, velle technologie, il y a un grand pas. veut participer à la rétention de nosdes couches minces, de divers équipe- « L’innovation reste avant tout un effort. diplômés au Québec », souligne-t-il. Ilments, de technologies de traitements C’est une vocation qui demande qu’on espère voir disparaître un certain com-de surfaces et de caractérisation non s’y consacre sans déroger. C’est une plexe d’infériorité que cultiveraient lesinvasive et non destructive des couches constante. Je dois mes succès aux efforts Québécois par rapport à l’Asie et auxminces. que j’y ai consacrés. » États-Unis. « J’ai eu l’occasion de com-14 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • M. Ouellet regrette lier, leur faire comprendre l’importance toutefois que les stratégique des brevets. » écoles et facultés de génie du Québec ne Lui même a été sensibilisé à la force du se consacrent pas, se- brevet durant ses études à Polytechnique lon lui, autant qu’elles par le Pr Roger A. Blais, fondateur du le devraient au trans- Centre de développement technologique fert technologique. et du Centre d’innovation industrielle de « Elles publient beau- Montréal. « Ce fut une rencontre déter- coup et divulguent minante. Roger A. Blais avait parfaite-parer les centres de recherche en génie leurs travaux, mais elles manquent des ment assimilé les mécanismes de l’inno-de chez nous avec ceux de Taïwan, du occasions de breveter leurs découvertes, vation industrielle et il était un grandJapon ou de la Corée. Nous sommes perdant ainsi un avantage stratégique. Je promoteur du transfert technologique. Ilaussi bons. Dommage que nous ne le pense qu’on devrait davantage diffuser demeure pour moi un modèle. » /sachions pas. » l’esprit entrepreneurial auprès des futurs 12-661AP_RIQ Bing Poly_Layout 1 12-01-10 10:57 AM et chercheurs, et, en particu- ingénieurs Page 1 ÊTRE DIPLÔMÉ EN GÉNIE, C’EST AVOIR ACCÈS À UN RÉSEAU PRIVILÉGIÉ LE RÉSEAU DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC VOUS OFFRE UN PROGRAMME ÉTOFFÉ DE FORMATIONS CONTINUES ET DES AVANTAGES COMMERCIAUX BÂTIS SUR MESURE POUR RÉPONDRE À VOS BESOINS * Vous avez accès aux privilèges du Réseau des ingénieurs du Québec en acquittant un frais d’adhésion annuel de 35 $ www.reseauIQ.qc.ca/diplomes
    • RECHERCHE giLLes savard, DIRECTEUR DE LA RECHERCHE ET DE L’INNOVATION EN RECHERCHE, pRIORITé À l’éTHIquEL’ère de l’économie du savoir, parla pression qu’elle fait peser surles universités, rend primordiale les exigences gouvernementales et les or- Autre impératif : s’assurer de répartirla réflexion sur l’éthique dans le ganismes subventionnaires visant les plus équitablement parmi la population lesdomaine de la recherche. La plus hauts standards en matière d’éthique de bénéfices et les inconvénients de nos tra-grande vigilance doit notamment la recherche. À l’instar de ces organismes, vaux de recherche.être exercée à l’égard de la pro- nous sommes guidés par les grands prin-tection et du respect des per- cipes directeurs suivants : le respect des pRévENTION DES CONflITSsonnes. Avec la volonté d’assumer personnes, la préoccupation pour le bien- D’INTéRêTS EN RECHERCHEpleinement cette responsabilité, être et la justice. Stimulants pour l’innovation, la colla-Polytechnique a fait de l’éthique, boration avec des entreprises et le sta-dans toutes les sphères de ses pARTICIpATION DES SuJETS tut d’entrepreneur de certains de nosactivités, une valeur prépondé- HuMAINS À lA RECHERCHE chercheurs ne sauraient être exempts derante. Concernant les activités de recherche risques de conflits d’intérêts. Confiants exigeant la participation d’êtres hu- en la bonne foi de nos chercheurs, de mains, notre politique en matière nos étudiants et de notre personnel,pROTéGER lES pERSONNES d’éthique de la recherche avec des êtres nous voulons leur fournir des outils pourpARTICIpANT Aux pROJETS humains fournit un cadre solide à la détecter et analyser ce type de situations.DE NOS CHERCHEuRS recherche dans tous les domaines qui Notre politique relative à l’intégrité etLes travaux de nos chercheurs visent à sont les nôtres. Nous sensibilisons tous aux conflits d’intérêts en recherche, dic-proposer des solutions nouvelles, déve- nos départements à la nécessité de s’y tée par notre volonté de transparence etlopper les technologies de demain et conformer. d’intégrité et par notre respect de l’auto-mieux comprendre certains phéno- nomie universitaire, constitue un de cesmènes. Ils représentent une avancée vers Cette politique exige, entre autres, de outils. Elle est relayée par une formationl’inconnu, et, de ce fait, comportent inévi- recueillir le consentement libre, éclairé adéquate sur le sujet ainsi que par destablement une part de risque, d’ampleur et continu des participants à une étude, actions de sensibilisation.variée. Afin de minimiser ces risques et avec, pour corollaire, de les informerde protéger les personnes participant adéquatement afin qu’ils puissent éva- éTHIquE Du CHERCHEuRaux projets des chercheurs, notre comité luer librement les risques et les béné- Pour indispensables que soient cesd’éthique de la recherche, coordonné par fices de leur participation tout au long règlements et procédures en matièreMme Céline Roehrig et entièrement indé- du projet. d’éthique, je crois cependant que les va-pendant de la Direction de la recherche et leurs fondamentales que nos chercheursde l’innovation, a établi des règles et des Le traitement juste et équitable des affirment dans leur pratique, ainsi quemécanismes pour encadrer nos pratiques personnes participant à une recherche, leur conscience aiguë des finalités et desscientifiques. directement ou en fournissant des don- enjeux sociaux de leurs travaux, sont les nées personnelles ou du matériel biolo- meilleurs gardiens de l’éthique de la re-Ces règles et mécanismes sont dictés par gique, est une autre condition prévue. cherche à Polytechnique. /16 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • pub_CFC_Poly_CMJN_PolyMag_fev_2012_02.pdf 1 12-01-21 18:34 Tracez votre avenir POLYTECHNIQUE MONTRÉAL CENTRE DE FORMATION CONTINUE Description complète des cours COURS INTENSIFS www.polymtl.ca/cfc HIVER-PRINTEMPS 2012 QUALITÉ ET GESTION TECHNIQUE Comment passer de scientifique à entrepreneur? 23 mars Conception de composantes d’appareils sous du 2 au Rédaction d’un rapport d’expertise technique 27 mars pression selon l’ASME, section VIII, division 1, 4 mai Rédaction d’offres de services gagnantes 12 avril édition 2010 Optimiser la gestion de projets par lintégration de 16 et 17 avril Infrastructures urbaines durables 9 mai techniques performantes dingénierie selon les Levage et gréage industriel 10 et 11 mai principes Lean Six Sigma Utilisation du « Chapitre V – Électricité » du Code du 14 au C Atteindre à tout coup, dans un temps minimal, les 24 et 25 mai de construction du Québec 17 mai M objectifs de la R&D : performance, coût, qualité et Drainage des constructions et des ouvrages d’art : 18 mai fiabilité principes, pathologie et études de cas J Initiation aux nouvelles générations de services en 22 et 23 maiCM TECHNIQUE télécommunicationsMJ Le dimensionnement de systèmes géothermiques : 16 mars Moteurs, drives et efficacité énergétique 24 et 25 maiCJ le choix du logiciel Interprétation d’une étude géotechnique 28 mai Utilisation du « Chapitre V – Électricité » du Code de du 19 auCMJ construction du Québec 22 mars CYBERCRIME N Introduction à l’optimisation : problèmes complexes 26 mars Moteurs de recherche et investigations 20 et 21 mars et solutions simples à l’aide d’Excel Informatique judiciaire (bloc 1) du 13 avril au Pathologie des fondations 28 mars 10 août Survol des exigences de conception, fabrication, 29 et 30 mars Veille et surveillance de phénomènes sur Internet 19 et 20 avril inspection et certification selon le Code ASME, Réalisation d’enquêtes sur Internet 30 avril et section VIII, division 1, édition 2010, addenda 2011 1er mai Interprétation d’une étude géotechnique 2 avril Tendances sur le Web, réseaux sociaux et identité 7 et 8 mai Stabilité de pente et glissement de terrain 18 avril Démystifier l’analyse des données : comprendre, 23 et 24 avril STRUCTURES (en collaboration avec le MTQ) décider et optimiser – Partie I Conception des ponceaux du 31 janvier Prévention du risque électrique - Génération, 25 avril au 2 février transmission et distribution de l’électricité Entretien des structures du 21 au 23 février Le Smart Grid – La modernisation des réseaux 26 et 27 avril Conception des structures du 12 au 15 mars électriques Inspection des structures du 26 au 30 mars Démystifier l’analyse des données : comprendre, 30 avril et Évaluation de la capacité portante des ponts 3 et 4 avril décider et optimiser – Partie II 1er mai Évaluation de la capacité portante des ponts 5 avril acier-bois Nouveau cours Construction et réparation des structures du 16 au 20 avril Nos cours sont admissibles dans le cadre du règlement sur la formation obligatoire des ingénieurs. Toutes nos formations peuvent être adaptées et offertes dans votre entreprise. Tél. : 514 340-4387 Courriel : cfc@polymtl.ca Web : www.polymtl.ca/cfc FORMATION CONTINUE
    • RECHERCHE RéACTEuRS SOuS CONDITIONS ExTRêMES pOuR uN NOuvEl AvENIR éNERGéTIquEPAR CATHERINE FLORèsEn décembre dernier, Polytech-nique Montréal a inauguré laChaire de recherche industrielleCRSNG-Total en modélisation passer de 10 Gtep (gigatonnes équiva- les traitons dans un réacteur chimique àhydrodynamique de procédés po- lent pétrole) par an à l’heure actuelle, de hautes températures, mais aussi souslyphasiques dans des conditions à 22 Gtep par an en 2050. Parallèle- forte pression, ce qui ouvre de nouvellesextrêmes. Un long nom, mais ment, les sources d’énergie facilement avenues. Ce traitement intense nousaussi un budget conséquent  : exploitables comme le pétrole ou le gaz permettra de recueillir des gaz de syn-4,2 M$, pour une promesse d’avan- s’épuisent et leur extraction devient de thèse dont on pourra tirer de l’énergiecées remarquables en matière de plus en plus difficile. par combustion. On pourra aussi recom-production d’énergie et de trai- biner les molécules de ces gaz pour obte-tement des déchets. « Une telle situation rend crucial de trou- nir du biodiesel ou des produits à struc- ver des solutions innovantes et respec- tures chimiques plus simples comme deLes professeurs Jamal Chaouki tueuses de l’environnement, commente l’éthanol », explique le Pr Chaouki.et Louis Fradette, respective- Jamal Chaouki, et des technologies per-ment titulaire et cotitulaire mettant la production de combustibles à Un des principaux défis des chercheursde la Chaire, s’emploient avec partir de matières premières beaucoup réside dans le comportement encoreleur équipe à lever les verrous plus complexes font partie de ces solu- inconnu de ces matières d’une grandetechnologiques de la production tions. » viscosité lorsqu’on les expose à des tem-d’énergie à partir de matières pératures et à des pressions élevées.premières complexes. À l’ASSAuT DES STRuCTuRES CHIMIquES COMplExES « Afin d’étudier le comportement hydro-SuRCHAuffE DANS lA DEMANDE Par matières premières complexes, on dynamique des produits soumis à ceséNERGéTIquE MONDIAlE entend des produits hétérogènes tels traitements extrêmes, notre Chaire seraNul n’ignore désormais que la demande que le coke de pétrole, les minerais ré- bientôt dotée de deux réacteurs uniquesénergétique mondiale atteint un seuil fractaires, mais aussi des résidus fores- au Canada, dont l’un est capable decritique. Le développement écono- tiers, voire des déchets industriels, mu- chauffer la matière à 1200 °C (contremique des pays émergents accroît la nicipaux ou domestiques. On cherche à 600 °C pour les systèmes convention-pression, la consommation énergétique organiser de façon différente leurs molé- nels) et à une pression pouvant atteindred’une population étant directement cules en les soumettant à des conditions 20 atmosphères. Grâce à une meilleurereliée à son enrichissement. Ainsi, se- de traitement extrêmes pour en tirer compréhension du comportement delon une récente étude intitulée World d’autres ressources. ces matières et des réactions qui vont seEnergy Technology Outlook-Hydrogen produire, nous serons capables de modé-(WETO-H2), la consommation to- « Pour briser la configuration biochi- liser les procédés les plus performants »,tale d’énergie dans le monde devrait mique complexe de ces produits, nous déclare Louis Fradette.18 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • pR JAMAl CHAOuKI ET pR lOuIS fRADETTETOTAl, uN pARTENAIRENATuREl NOuvEAu SOufflE pOuR l’INDuSTRIE Du TRAITEMENT DES « Pour briser laL’intérêt des travaux des Prs Chaouki et DéCHETS configurationFradette n’a pas échappé à Total, l’undes leaders mondiaux de l’industrie du Les procédés que les deux chercheurs proposent de développer peuvent éga- biochimiquepétrole et du gaz naturel, qui investit lement ouvrir une nouvelle voie au trai- complexe de ces1,25 M$ dans la Chaire. La multina- tement des déchets.tionale, partenaire de longue date du produits, nous lesDépartement de génie chimique (son « Le tri des matières plastiques tel qu’il traitons dans undirecteur adjoint à la direction scien- se pratique actuellement est une mé-tifique, Philippe Tanguy, a lui même thode non rentable, car compliquée et réacteur chimiqueété titulaire d’une chaire au départe- coûteuse à mettre en œuvre. Or, il est à de hautesment), place de solides espoirs dans les tout à fait envisageable de soumettrenouveaux procédés propres de fabrica- ces matières plastiques à un traite- températures, maistion de combustibles que l’équipe des ment par procédé polyphasique, qui aussi sous fortePrs Chaouki et Fradette se propose de rendrait le tri caduc. Et c’est vrai pourdévelopper. toutes sortes de déchets, rapporte le pression, ce qui Pr Fradette. Les perspectives sont im- ouvre de nouvelles« Un de nos objectifs est la fabrication menses !de brut synthétique à très haute valeur, avenues. »et les procédés qui seront mis au point À titre d’exemple, aux États-Unis, on PR JAMAL CHAOUkIau sein de la Chaire nous apporteront estime que les déchets urbains repré-des clés précieuses pour cette fabrica- sentent un potentiel énergétique detion », affirme M. Tanguy. 300 000 GW/an, contre 206 000 GW/ an pour le charbon. De plus, contraire-Les travaux de la Chaire soulèvent l’in- ment aux autres ressources, les déchetstérêt d’autres groupes industriels dans se trouvent sur les lieux mêmes où ondes secteurs tels que les mines ou le en aurait besoin. » Les déchets, unecharbon. richesse pour demain ? / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 19
    • ENSEIGNEMENT « L’éthique, c’est la reconnaissance de notre responsabilité envers tout ce qui vit. » AlbERT SCHwEITzER pOuR uNE pRATIquE éTHIquE Du GéNIEPAR CATHERINE FLORèsL’éthique est un terme beau-coup employé ces derniers tempsdans le monde du génie. Le coor- M. Lapierre, l’éthique se place au niveau quoi l’éthique est devenue une questiondonnateur de l’unité d’éthi- des valeurs, alors que la déontologie se capitale pour les ingénieurs.que de Polytechnique, Bernard place au niveau des normes.Lapierre, philosophe et éthicien, D’une part, la technologie, qui a pris uneexplique pourquoi elle suscite « Le code de déontologie des ingénieurs place prépondérante et sans cesse gran-une si forte préoccupation dans est l’ensemble des règles que la profes- dissante dans nos vies, est certes por-la pratique des ingénieurs. sion s’est fixée vis-à-vis de sa mission. teuse de progrès, mais aussi de risques S’il est important, il ne saurait cepen- majeurs. Les ingénieurs étant en pre-Précisons d’abord ce qu’est l’éthique. dant pas répondre à toutes les questions mière ligne des agents de l’implantation« C’est une branche de la philosophie d’ordre éthique qui se posent aux ingé- des technologies dans la société, leur res-morale qui, depuis Aristote, propose une nieurs. Dans beaucoup de situations, la ponsabilité face à tous les enjeux sociauxréflexion sur la question du bien agir, in- norme ne suffit plus pour définir l’action qui en découlent est donc essentielle. Undique M. Lapierre. L’éthique appliquée, de l’ingénieur, voire elle n’existe pas ingénieur peut être un individu très dan-le domaine qui m’intéresse en particu- encore, comme c’est le cas dans des do- gereux s’il ne fait pas les bons choix !lier, désigne l’ensemble des questions maines très récents tels que la biotech-éthiques qui se posent dans le cadre nologie ou les nanotechnologies. Et jus- D’autre part, qu’elles soient énergé-des différents domaines de l’activité hu- tement, c’est dans une situation où il y a tiques, climatiques, financières, iden-maine, dont le génie et la science. » conflit de valeurs, incertitude et absence titaires ou de la biodiversité, les crises ou inappliquabilité de normes que ré- auxquelles les populations sont confron-éTHIquE ET DéONTOlOGIE, DEux side un problème éthique », commente tées sont d’une ampleur jusque-là jamaisNOTIONS À DISTINGuER l’éthicien. atteinte, et exacerbées par un « clash deDans les débats qui se tiennent valeurs » favorisé par la pression de laaujourd’hui sur l’éthique des ingénieurs, CONSIDéRER l’éTHIquE AvANT mondialisation. Or, on attend des ingé-cette notion est souvent assimilée, lA TECHNOlOGIE nieurs qu’ils proposent des solutions deà tort, à la déontologie. Or, rappelle Selon lui, deux facteurs expliquent pour- développement dans un tel contexte, qui20 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • ne sauraient prendre en compte le seul pour identifier un problème éthique qui RéCONCIlIER lE pROGRèSaspect économique. se présenterait à eux et pour pouvoir TECHNIquE ET lE pROGRèS SOCIAl agir face à ce problème. Cela passe par « Les problèmes sont générés par les hu-Consciente de ces enjeux, Polytechnique l’enseignement de l’analyse critique. Les mains, les solutions doivent l’être aussi.a mis en place des cours d’éthique ap- étudiants se voient présenter des situa- Sans être devin, je pense que l’ingénieurpliquée obligatoires dans tous ses pro- tions issues de cas réels, tels que des ca- du XXIe siècle sera en rupture avec legrammes de baccalauréat. Une initia- tastrophes technoscientifiques comme modèle purement industriel », annonce-tive unique dans les écoles de génie au Tchernobyl, qui demandent de leur part t-il. Amenés à devenir des gestionnaires,Canada et dont se réjouit M. Lapierre. une prise de décision, laquelle doit être des décideurs, les ingénieurs auront à« Il faut préparer les futurs ingénieurs et argumentée. analyser les situations non seulementchercheurs à affronter les défis éthiques, sous les angles de la faisabilité et de lasinon ils courent le risque d’être les exé- Comment les étudiants perçoivent-ils rentabilité financière, mais également decutants d’un système producteur de dé- ces cours d’éthique ? « Les étudiants la sécurité, de la durabilité et du progrèsrives. Ils doivent être en mesure de s’in- sont sensibilisés depuis leur jeune âge social. À cet égard, le développementterroger sur le sens, la raison et la portée aux problèmes de la pénurie de res- durable, c’est une pratique éthique. » /de leurs actions. Être fort en maths, ce sources naturelles, de la mondialisationn’est pas suffisant pour devenir un ingé- et des inégalités sociales. Ils arriventnieur du XXIe siècle ! » affirme-t-il, non déjà avec un questionnement. Ils appré-sans une pointe de provocation. cient de se voir donner des outils pour bâtir leurs réflexions. Très vite, ils com-DES OuTIlS pHIlOSOpHIquES prennent qu’il n’existe pas de réponsepOuR lES INGéNIEuRS DE DEMAIN unique et définitive à une situation »,La formation à l’éthique appliquée don- témoigne M. Lapierre.née à Polytechnique vise à munir lesingénieurs et les chercheurs d’outils Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 21
    • ENSEIGNEMENT CARACTéRISER lE bESOIN ET lE MIlIEu RéCEpTEuR AvANT DE METTRE EN œuvRE uN pROJET Par guY LeCLerC, PROFEssEUR AU DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL« La préparation prime l’action ».Cet adage s’applique à tout typede projets, et ceux d’ingénie-rie civile n’y font pas exception,tant les décisions prises dès la l’ouvrage à concevoir tout en répondant à un besoin d’agrandissement demise en forme du projet ont une au questionnement sur la raison d’être Polytechnique. La mise en forme de ceinfluence déterminante sur la du projet, du point de vue des usagers et projet d’agrandissement a fixé les para-qualité et l’efficience du futur de la population locale. mètres des besoins immédiats et futursbâtiment ou ouvrage d’art qui en espaces. En même temps, elle a aussifait l’objet du projet. L’autre clé pour assurer l’acceptabilité mené à réviser la vocation de l’ensemble de l’ouvrage par les usagers et les popu- des espaces de l’École. Sur cette base, unPlus un projet est complexe, par le lations locales, c’est de caractériser ces cahier des charges fonctionnelles défi-nombre et les groupes d’acteurs exter- derniers et leurs attentes respectives nissant les superficies par type d’usagenes (usagers et population locale), plus actuelles et futures. Il s’agit aussi d’iden- et les exigences pour l’aménagement dunombreuses sont les contraintes d’amé- tifier les potentiels et les contraintes du bâtiment et des locaux a été rédigé à l’in-nagement du site récepteur (ex. : réamé- milieu dans lequel l’ouvrage s’insèrera, tention des professionnels de la concep-nagement d’un territoire urbain) et les tant aux plans environnemental et légal tion de bâtiments. C’est aussi à cetteexigences opérationnelles de l’ouvrage, que réglementaire. étape que les décideurs ont opté pour unplus l’étape de la mise en forme du projet bâtiment écologique. Le succès du projetdevient déterminante pour le succès du C’est grâce à ces caractérisations préala- MacKay-Lassonde s’est donc construitprojet. Omettre de la compléter rigou- bles que le maître de l’ouvrage peut pren- dès le début par l’identification desreusement conduit invariablement à des dre des décisions d’une grande portée besoins et des fonctionnalités par typeremises en question coûteuses et à des stratégique pour le projet et privilégier d’usage et par le désir que le nouveaudélais de réalisation. certains choix de conception judicieuse- bâtiment s’inscrive parfaitement dans ment, en tenant compte des potentiels son nouvel environnement. /En ingénierie civile, avant même de dé- et des contraintes du milieu récepteur,buter l’avant-projet sommaire, on doit des fonctionnalités désirées et des exi-donc prendre soin de caractériser les gences opérationnelles de l’ouvrage.besoins à combler et de définir les fonc-tionnalités offertes par l’ouvrage tout La construction des pavillons MacKay-au long de sa vie utile. C’est la meilleu- Lassonde en est une bonne illustra-re façon de définir les paramètres de tion. Au départ, c’était une réponse22 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • STAGES STAGES : uN SYSTèME pOuR SIMplIfIER lA vIE DES EMplOYEuRS Par aLLan doYLe, DIRECTEUR DU sERVICE DEs sTAGEs ET DU PLACEMENTEn 2010-2011, près de 1200 stagesont été réalisés par nos étudiantsdes 12 différents programmes.Environ le tiers des étudiants enont effectué deux ou plus. besoins de l’employeur et les entrevues cette nouvelle plate-forme permet aux peuvent être organisées à son choix sur employeurs de procéder eux-mêmesPlébiscité par les étudiants comme par le campus de Polytechnique ou dans et très facilement à l’affichage de leursles employeurs, le stage obligatoire dans l’entreprise. Cette option est appréciée offres de stage et d’emploi, à la gestiontous les programmes de baccalauréat des gestionnaires impliqués dans la sé- des candidatures et à la logistique desdemande une adéquation efficace entre lection des stagiaires, car elle leur fait entrevues. /les offres émanant des employeurs et les gagner du temps. En outre, elle permetétudiants à la recherche de cette indis- aux candidats de se familiariser avec leurpensable expérience industrielle. À cet futur environnement de travail.égard, nous sommes fiers de notre sys-tème de gestion des stages, qui se dis- Les mêmes règles que dans la vie pro-tingue par sa simplicité et sa flexibilité.  fessionnelle des ingénieurs s’appliquentGrâce à lui, les employeurs peuvent, en à l’offre de stage gérée par notre sys- Pour afficher une offre de stage oufonction de leurs besoins, engager un tème : l’employeur fait une offre au can- d’emploi, branchez vous sur :stagiaire qui a complété sa première an- didat qu’il trouve le plus intéressant et https://laruche.polymtl.ca/employeur/née, sa deuxième année ou sa troisième à la suite d’une courte négociation, ceannée de cours. Si la durée minimale dernier peut accepter ou refuser l’offre. Pour plus de renseignements surd’un stage est de 4 mois, des stages de L’employeur se voit donc assuré d’obte- le système de gestion de stages de8 ou 12 mois, particulièrement appréciés nir des stagiaires vraiment motivés. Polytechnique :des employeurs qui ont un besoin d’une Autre avantage pour lui, les risques que www.polymtl.ca/sp/employeurmain-d’œuvre qualifiée pour les soute- le candidat qu’il a retenu lui fasse fauxnir dans leurs projets d’envergure, sont bond sont limités. En effet, un candidataussi proposés. qui a accepté une offre ne peut se désis- ter au profit d’une nouvelle offre.Ce système de gestion des stages fonc-tionne sur la base du « juste-à-temps » : De plus, le Service des stages et du pla-les employeurs disposent d’une période cement a récemment mis en serviced’affichage très flexible pour afficher une toute nouvelle application Web deleurs offres de stage. La période pour gestion des stages et emplois particuliè-les entrevues est déterminée selon les rement conviviale. Appelée La Ruche, Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 23
    • plEINS fEux SuR lA RElèvE MARIE-ANGE DE bOuTRAY PRIx ÉTUDIANT 2011 DE L’ADPPAR VIRGINIE FERLANDÀ 24 ans, Marie-Ange de Boutray dustrielles à Hong Kong, Taïwan et Sin- nouvelles personnes. Partir trois ans enprésente déjà un parcours im- gapour avec Poly-Monde. « La concur- France était l’occasion rêvée de décou-pressionnant. Cette jeune femme rence internationale est une réalité à vrir une nouvelle vision de l’ingénierie »,ambitieuse fonce dans sa vie pro- laquelle nous sommes confrontés dans souligne-t-elle.fessionnelle, cumulant expé- les entreprises. Quoi de mieux qu’uneriences et honneurs. expérience de terrain pour bien en sai- Son aventure en sol français lui permet sir les enjeux ?», confie-t-elle. Toujours de réaliser un stage chez Air France etDès son arrivée à Polytechnique, l’étu- à titre d’étudiante, Marie-Ange atteint un second au Centre national d’exper-diante en génie industriel affiche ses avec son équipe la finale nationale à tise hospitalière (CNEH), un importantcouleurs et s’engage pleinement dans la l’Ingenius Contest de L’Oréal en 2008, cabinet de conseil et de formations spé-vie étudiante. Elle se joint tout d’abord qui demande d’élaborer des solutions cialisées dans le domaine de la santé. Cesà l’équipe de la voiture solaire Esteban innovantes pour améliorer l’efficacité nombreuses expériences lui permettentpour s’occuper notamment de la re- énergétique des usines. d’obtenir un stage à la firme-conseilcherche de commandites. En 2007, à Capgemini Consulting, qui débouchetitre de membre de la Société de débat Par ailleurs, Marie-Ange multiplie ses sur un emploi. Depuis septembre,étudiant de Polytechnique, elle contri- expériences de stages en industrie. Marie-Ange y travaille à titre de consul-bue à l’organisation du championnat Elle effectue son premier stage au sein tante au Département des secteursnational de débat étudiant, section de la société Essilor, qui œuvre dans la publics. Elle a la mission d’élaborerfrancophone, de la Société universitaire fabrication de verres correcteurs. Elle le plan national de déploiement de lacanadienne pour le débat intercollégial réalise un deuxième stage chez Pratt & télémédecine en France pour le minis-(SUCDI), à Polytechnique. Sa participa- Whitney Canada avant de faire le grand tère de la Santé.tion à des joutes oratoires à Sherbrooke saut vers la France, afin d’obtenir unla même année lui vaut le prix de « Meil- double diplôme à l’École des Ponts et Dotée d’un leadership, d’une détermina-leure débatrice novice ». Chaussées ParisTech. « J’ai toujours tion et d’une ouverture sur le monde qui ressenti le besoin d’assimiler le plus de ne se démentent pas, gageons que cetteTrilingue, son goût pour l’international choses possible, de m’ouvrir à de nou- jeune diplômée ne cessera d’épater… /l’amène ensuite à effectuer des visites in- veaux horizons et de rencontrer de24 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • vuE D’AIllEuRS « Mon passage à la finance n’est pas une rupture, mais une continuité. »Ingénieur actif dans les secteurs de l’or, industriels et technologiques m’aide à Le marché technologique et industrielde l’uranium et des énergies éoliennes, mieux comprendre les affaires d’une russe présente selon lui un fort potentielexpert en hautes technologies passion- entreprise et ses enjeux, évaluer son d’occasions d’affaires, sans équivalents enné par l’histoire, Québécois épris de potentiel de développement et détecter Europe, en Chine ou aux États-Unis. « Lal’Europe... Jean Bergeron, Ph.D., Po 91, des risques éventuels. » Sa formation à Russie possède des technologies de pre-ne se laisse pas étiqueter facilement. Polytechnique lui donne une approche mier plan et des ressources naturelles et qui essaye de déterminer la « vraie » financières exceptionnelles. Mais il faut REGARD TOuRNé vERS l’ESTPAR CATHERINE FLORèsC’est armé d’un baccalauréat en génie nature des choses – un avantage compé- éviter de s’y lancer la fleur au fusil. Les af-mécanique, d’un doctorat en génie in- titif notamment en finance, secteur où la faires peuvent parfois prendre du tempsdustriel et d’un MBA qu’il a fait carrière réalité est souvent déguisée par des sub- à se conclure. Mais lorsque des liensen France et en Russie. D’abord, chez terfuges », souligne-t-il. solides sont bâtis avec des partenairesEADS, où il a dirigé des missions de russes, les choses peuvent aller rapide-développement des affaires concernant Le développement de North Capital a ment et massivement, car les Russes sontde nouveaux matériaux pour le secteur amené Jean Bergeron à travailler fré- très déterminés. »aéronautique, puis chez HSBC, comme quemment avec la Russie, un pays dontdirecteur des fusions et acquisitions. il a découvert la culture, la langue et le Parmi les nombreuses passions de JeanEn 2000, il fait le saut dans le domaine peuple avec enthousiasme. « Je remarque Bergeron, il y a l’histoire, et en particu-du capital d’investissement en deve- beaucoup de similitudes entre le Québec lier l’époque carolingienne. « J’ai décou-nant directeur chez Eurazeo (banque et la Russie. Non seulement au point de vert que ma famille a un lointain lien deLazard), puis directeur général chez vue des conditions climatiques, mais aus- parenté avec Charles Martel ! Mais c’estNorth Capital (Paris/Moscou). si des gens : les vrais Russes sont, comme surtout une période fascinante qui a vu les Québécois, chaleureux, débrouillards, le développement de l’Europe. Je m’inté-« Mon passage à la finance n’est pas et font preuve d’esprit d’entraide. » Sa resse également aux enjeux financiersune rupture, mais une continuité. connaissance du tissu industriel lui a derrière les événements historiques. Dé-J’utilise mes compétences en génie permis d’aider l’équipe Poly-Russie 2009 couvrir qui finance quoi et pourquoi, c’estpour mieux appréhender les investis- à visiter un important fabricant de tur- souvent la clé pour comprendre la sociétésements. Maîtriser les fondamentaux bines à Saint-Pétersbourg. d’hier comme celle d’aujourd’hui. » / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 25
    • Nousrecrutonsdes gensde talent!• Transport• Structure• Industriel• Infrastructures municipales• Bâtiment• Environnement• Environnement minier• Mines et traitement du minerai• Urbanisme, architecture du paysage et économie• Foresterie• Énergie• Construction• Santé et sécurité On gère de près 1er Prix Grande Entrepriseroche.ca/carrieres
    • Association des Diplômés de Polytechnique ADP 1 2 3pARTIE D’HuîTRES [ 1 ] l’ADN de la STM. Luc Ouellet, Po 82, vice-président du14 OCTObRE Les Montréalais et usagers du transport développement technologique de Te-La Partie d’huîtres, qui s’est tenue en commun suivront avec enthousiasme ledyne DALSA Semiconducteur, s’estcomme d’habitude à la cafétéria de Poly- la mise en œuvre du plan stratégique vu remettre le Prix Innovation tech-technique à la suite de l’AGA, a remporté 2020, notamment l’électrification du nologique pour ses avancées et brevetsun succès inégalé depuis bon nombre réseau de surface. L’ADP salue par ail- dans le domaine des semiconducteurs.d’années ! Plus de 300 convives, dont leurs les mesures déployées par la STM L’Association a également décerné leune forte majorité de diplômés, ont  pu pour affirmer son leadership en matière Prix Étudiant à Marie-Ange de Boutray,déguster ces petits bijoux de la mer à de développement durable. finissante au baccalauréat en génie in-volonté, en plus de profiter d’un souper dustriel et étoile montante. La soiréesous forme de stations culinaires variées. MATIN ADp AvEC SOpHIE bROCHu s’est déroulée à l’hôtel Omni en présenceLa superbe performance du groupe de DE GAz MéTRO de nombreux diplômés de Polytechniquejazz a bien complété l’ambiance convi- 1ER NOvEMbRE et d’éminents membres du milieu desviale et détendue de la soirée, au grand La présidente et chef de la direction affaires. Près de 300 personnes se sontbonheur d’un public enchanté qui en de Gaz Métro nous a fait partager sa déplacées pour célébrer le génie poly-redemandait en fin de soirée. Le moins « flamme bleue » pour son secteur d’ac- technicien.que l’on puisse dire, c’est que cette acti- tivité à l’occasion de sa présentation auvité, devenue une véritable tradition, fait Club Saint-James, sous le thème « Éner-boule de neige année après année. gies, infrastructures et société ». Excel- lente vulgarisatrice, elle a su captiverMATIN ADp AvEC MICHEl son auditoire en brossant un tableau deslAbRECquE DE lA STM [ 2 ] enjeux géopolitiques de l’exploitation19 OCTObRE énergétique à travers le monde.La passion du président du conseil d’ad-ministration de la STM pour le transport GAlA pRIx MéRITE [ 3 ]collectif est contagieuse. À coup sûr, les 3 NOvEMbRE 185 convives présents au Delta Centre- Dans le cadre du 33e Gala Prix Mérite,ville ont apprécié le portrait historique l’ADP a honoré deux diplômés de hautde la STM ainsi que l’aperçu de l’avenir calibre. Robert Panet-Raymond, Po  65,du transport en commun à Montréal. administrateur de sociétés, a reçuSon exposé a clairement démontré que le Prix Mérite 2011 pour l’ensemblel’innovation s’inscrit directement dans de sa brillante carrière, alors que >>> Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 27
    • ADP Fondation de Polytechnique METTRE À JOuR Par téléphone : 514 340-4764 vOS COORDONNéES ou (sans frais) 1 866 452-3296 Par internet : www.adp.polymtl.ca (section Diplômés/Répertoire) 1 2vINS ET fROMAGES JEuNES COCKTAIl fINANCIER : 6 À 8 SpéCIAl NOël [ 2 ]DIplôMéS [ 1 ] INGéNIEuRS, MAxIMISEz vOS 8 DéCEMbRE17 NOvEMbRE ACTIfS ! Les jeunes diplômés ont lancé en grand laPlus de 150 jeunes diplômés se sont 29 NOvEMbRE saison des festivités ! L’ambiance était àrassemblés à la Galerie Rolland pour Une centaine de diplômés ont eu la son comble au chaleureux bar Le Confes-l’incontournable Vins et fromages. Un chance de participer à un cocktail à sa- sionnal. Félicitations à Yves Le Derff,achalandage record ! Les convives ont veur financière dans le somptueux décor Po 2005, qui est reparti avec le  t-shirtlaissé leurs papilles les guider à travers de la Galerie du Gouverneur (SAQ), et des Canadiens, autographié par Davidles assiettées de fromages variés et ont ce, pour  une dernière fois avant la fer- Desharnais, tiré en prix de présence.marié ces saveurs à une sélection de meture de l’endroit. Les trois partenairesvins en parfait accord. Félicitations à financiers de l’ADP, Gestion FÉRIQUE, Prochain rendez-vous le 23 février auJonathan Tardif, Po 2010, l’heureux la Banque Nationale et TD Assurance Festival Montréal en lumière !gagnant de la convoitée paire de billets Meloche Monnex,  ont présenté tour àpour les Canadiens, tirée en prix de pré- tour leurs produits et services exclusive-sence. Avis aux intéressés  pour l’année ment réservés aux diplômés en génie.prochaine : cette activité affiche toujourscomplet à l’avance… Merci à nos MATINS ADp pRIx MéRITE 2011 Alcoa COpRéSIDENCE D’HONNEuR : commanditaires ! Alogient Hydro-Québec Bell Rio Tinto Alcan Les affaires pARTENAIRES MAJEuRS : NOS GRANDS pARTENAIRES Bouthillette Parizeau et Associés Banque Nationale pARTIE D’HuîTRES CIMA+ Gestion FÉRIQUE Génius Les affaires Hydro-Québec SNC-Lavalin Rio Tinto Alcan COCKTAIl fINANCIER COllAbORATEuRS : Roche Ltée, Groupe-conseil Banque Nationale Petrie Raymond Comptables TD Assurance Meloche Monnex Gestion FÉRIQUE AuTRES CONTRIbuTIONS : TD Assurance Meloche Monnex Association de l’aluminium du Canada Specvision28 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • • Jeunes diplômés - ADP GARDEz lE CONTACT AvEC l’ADp DANS lES MéDIAS SOCIAux • École Polytechnique de Montréal in • Association des Diplômés de Polytechnique (Montréal) - Groupe officielAvIS DE DéCèS  cyanobactéries : application à une source NOMINATIONS  d’eau potable. • Katherine D’Avignon, Po 2008• Jacques Domey, Po 69 physique. • William Gravel, Po 52, a reçu un certificat mécanique et candidate au doctorat, a• Yvan Hardy, Po 51 travaux publics et été nommée à titre de représentante de reconnaissance de la Ville de Saguenay en bâtiments. du corps étudiant au sein du Conseil hommage à l’ensemble de sa contribution au• Jacques P. Markowski, Po 48 mécanique. développement de la région. d’administration de la Corporation de l’École Polytechnique.• Léo Scharry, Po 46 électrique. • Le professeur titulaire Samuel Pierre, Rappelons que l’ADP avait reconnu Po 81, a été nommé membre de l’Ordre • Jean-Pascal Foucault, Po 90, a fondé l’ensemble de sa brillante carrière en lui du Canada pour sa contribution dans le l’entreprise tbmaestro SA qui se décernant le Prix Mérite 2003. domaine des réseaux de communications spécialise dans le pilotage stratégique et câblés et sans fil, et pour son engagement opérationnel de patrimoines immobiliers.DISTINCTIONS  bénévole au sein de la communauté • Éric Giguère, Po 85 industriel, a été haïtienne au Québec. nommé à la tête d’une filiale de Latécoère,• Marie-Laure de Boutray, Po 2009, a reçu le Prix Relève catégorie doctorat (bourse • Christian Regaud, Po 93 industriel, a été Latécis Canada. de 2500 $) du Centre d’expertise et de désigné « Artiste du mois » par l’Assemblée • Emmanuelle Sauriol, Po 96 civil, a été recherche en infrastructures urbaines des fonctionnaires francophones des nommée directrice Soutien aux opérations (CERIU) pour son projet Surveillance, organisations internationales pour son de Dessau. modélisation et traitement des roman L’opale d’Abraham.ASSEMbléE GéNéRAlE ANNuEllE (AGA)14 OCTObRE 2011L’Assemblée générale des membres, tenue à • Nataly Désir, Po 2003, chargée de projet Défense Canada (RDDC) et représentantPolytechnique Montréal, a été l’occasion de et analyste, ERP Guru Section de Québecprocéder à l’élection des membres du conseil • Gérald Fallon, Po 68, consultant et • Michel Léonard, Po 74, directeur,d’administration 2011-2012 : représentant du Bureau des Gouverneurs Développement des affaires, SETYM pRéSIDENTE • Fabienne Fayad, Po 87, conseillère de International et représentant Section• Hélène Bénéteau de Laprairie, Po 95, direction, CGI Vallée de l’Outaouais conseillère en système de gestion, Ville de • Gilles Gervais, Po 80, consultant • Marcel Matteau, Po 80, directeur Ventes Montréal Canada, Orange • Sylvain Giguère, Po 2008, ingénieurvICE-pRéSIDENT mécanique groupe turbine-alternateur, • Christian Roy, Po 82, vice-président,• Éric Deschênes, Po 91, vice-président AECOM Exploitation du réseau filaire et télé, Division Énergie Canada, Schneider Bell Canada • Christophe Guy, Po 84, directeur général, Electric Polytechnique Montréal Félicitations à la nouvelle équipe, nosSECRéTAIRE-TRéSORIER • Bernard Lamarre, Po 52, président du vœux de succès vous accompagnent ! Nos• Martin Choinière, Po 94, vice-président Conseil, Corporation de Polytechnique remerciements tous spéciaux à Roger principal et directeur général de la région Montréal  Gauthier, qui a terminé son mandat à la du Grand Montréal, Roche Groupe-conseil • Marc-Alexandre Laroche, Po 2008, présidence, et une chaleureuse bienvenuepRéSIDENT SORTANT associé, Stobec à Martin Choinière, Nataly Désir et Sylvain• Roger Gauthier, Po 70, conseiller de • Paul Lemay, Po 84, gestionnaire de Giguère,  qui se joignent au Conseil. direction, CGI projets, Recherche et Développement Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 29
    • Ça bouge à PolyCHRISTOpHE GuY pROMu Au Québec. L’insigne lui a été remis par le société québécoise. Institué en juin 1984RANG D’OffICIER DE l’ORDRE premier ministre du Québec, M. Jean par le Parlement du Québec, l’Ordre na-NATIONAl Du québEC Charest, le 15 juin dernier. Au total, ce tional constitue la plus haute distinctionM. Christophe Guy, directeur géné- sont 33 personnes d’exception qui ont été décernée par l’État québécois.ral de Polytechnique, a été promu au honorées pour s’être illustrées dans l’unerang d’officier de l’Ordre national du ou l’autre des sphères d’activité de laAuGuSTIN bRAIS HONORé Bâtisseur — Système d’innovation lors bécoise de recherche, d’innovation, depAR l’ADRIq du 21e Gala des Prix Innovation de valorisation et de partenariat technolo-M. Augustin Brais, directeur associé l’ADRIQ. Ce prix est décerné annuelle- gique dans le secteur public.à la recherche et l’innovation et res- ment à un dirigeant de premier niveauponsable des partenariats à l’École qui a contribué directement au dévelop-Polytechnique, a remporté le Prix pement d’une solide infrastructure qué-
    • CHAuffE-EAu SOlAIRE pOuR somme de 20 000 $ à sept étudiants en accomplie, le chauffe-eau solaire al’ACCuEIl bONNEAu génie mécanique. Leur projet  : mettre été installé et est en fonctionnementDans le cadre de son congrès annuel en œuvre un système solaire pour le depuis août dernier  !de 2011, l’American Society of Heating, chauffage de l’eau domestique à l’AccueilRefrigeration and Air conditioning Bonneau dans le but de réduire saEngineers (ASHRAE) a octroyé une consommation d’énergie. MissionfRANçOIS SOuMIS REçOIT uNE de recherche en analyse des décisions de transport, M. Soumis a présentébOuRSE DE 40 000 $ D’IbM (GERAD), a été invité par IBM à sou- un projet de collaboration pour déve-Le Pr François Soumis, titulaire de la mettre sa candidature au programme lopper un outil générique dans le butChaire de recherche du Canada en opti- mondial de bourses de la multinationale. d’élargir l’offre de services à des do-misation des grands réseaux de trans- Spécialisé dans la recherche des logiciels maines plus généraux. Un projet quiport et membre du Groupe d’études et d’optimisation pour les grands réseaux a beaucoup plu à IBM !SubvENTION DE 1,9 M$ pOuR lES Nanorobotique de Polytechnique, pour limites de la technologie en guidantTRAvAux Du pR SYlvAIN MARTEl son projet de recherche sur le traitement des microtransporteurs chargés d’unLe Consortium québécois sur la décou- du cancer colorectal. Connu pour être le médicament anticancéreux jusqu’auverte du médicament a attribué un premier chercheur au monde à avoir gui- foie d’un lapin. Une technique qu’ilfinancement de 1,9 M$ au Pr Sylvain dé in vivo une bille magnétique dans une espère reproduire chez l’humain d’iciMartel, directeur du Laboratoire de artère, le Pr Martel repousse à nouveau les quatre ans.
    • Fondation 1 Ce dîner gastronomique a eu lieu le mardi ment profité de cette occasion pour lancer 23E DîNER DES AMIS 1er novembre 2011 au Centre des sciences officiellement la campagne annuelle de Du pRéSIDENT : de Montréal sous la présidence d’hon- financement 2011-2012. Du JAMAIS vu ! neur de monsieur Yvon Bolduc, président- directeur général, Fonds de solidarité Merci à tous les participants d’avoir1/ Le dernier service du repas a été effectué par FTQ. Plus de cent trente convives ont pu contribué au succès de la soirée et féli-Serge Gendron, Po 73, président, Fondation de apprécier un repas exceptionnel, permet- citations au comité de développement,Polytechnique, et président, Groupe conseil AGF inc.,Bernard Lamarre, Po 52, président du Conseil, tant ainsi à la Fondation de Polytechnique présidé par M. Christian F. Arsenault,Corporation de Polytechnique Montréal, Yvon de recueillir 300 000 $, du jamais vu ! Po 93, pour l’excellent travail accompli.Bolduc, président d’honneur de la soirée et président-directeur général, Fonds de solidarité FTQ, et Restez à l’affût pour connaître les moda-Christophe Guy, directeur général, Polytechnique La Fondation de Polytechnique a égale- lités d’inscription de la prochaine édition.Montréal. Si vous êtes plutôt du type techno, saviez- permettra de remplir les champs tel que uN DON EN lIGNE vous qu’il est possible de faire un don en demandé et de compléter la transaction en RAPIDE, sIMPLE ET ligne à la Fondation de Polytechnique ? toute sécurité. sÉCURITAIRE D’abord, en consultant notre site De plus, si vous possédez déjà un profil sur www.fondationpoly.org, suivez les indi- CanaDon, sachez que notre organisme y est cations en cliquant sur l’onglet «  Faire un également inscrit et qu’il est tout aussi simple don… ». Notre formulaire sécurisé vous et sécuritaire de faire votre don sur leur site. NOS COORDONNéES Fondation de Polytechnique Téléphone : 514 340-5959 405, avenue Ogilvy, bureau 101 Télécopieur : 514 340-4472 Montréal (Québec) H3N 1M3 fondationpoly@polymtl.ca CANADA www.fondationpoly.org32 pOlY / Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1
    • ? SAvIEz-vOuS qu’Il EST TRèS AvANTAGEux DE fAIRE uN DON plANIfIé?Bien qu’il soit tout à l’avantage du donateur don différé. En voici quelques exemples : • Dons d’actions de sociétés publiques, de fonds mutuels, d’actions accréditives • Dons de REÉR et de FERR N’hésitez pas à communiquer avec notre spécialiste en fiscalité, Mme Caroline Monette, CA, LL. M. Fisc. Tél. : 514 340-5959au niveau fiscal, ce type de don est méconnu • Dons de biens en nature (ex. : un immeuble)de la plupart des gens. Le don planifié peut • Dons de polices d’assurance-viese faire sous forme de don immédiat ou de • Dons d’actions de sociétés privées CONSEIl D’ADMINISTRATION DE lA fONDATION DE COMMENT lES bOuRSES pOlYTECHNIquE 2011-2012 pEuvENT CHANGER lA vIE DES éTuDIANTS pRéSIDENT TÉMOIGNAGE DE • M. Serge Gendron, Po 73, président, sTÉPHANIE GENEsT, Acier AGF inc. FINIssANTE EN GÉNIE INDUsTRIEL. vICE-pRéSIDENT • M. Luc Doyon, Po 82, président et chef de la direction, Air Liquide Canada TRéSORIER«  J’ai choisi Polytechnique entre autres de temps à mes études tout en profitant • M. Normand-A. Brais, Po 82,pour sa vie étudiante très développée. de ma vie étudiante. Elles furent égale- président, Brais Malouin &D’ailleurs, dès mon arrivée, je me suis ment un excellent appui financier pour Associés inc.impliquée dans divers comités comme l’échange étudiant que j’ai effectué en pRéSIDENT SORTANTPoly-Habs, Poly-Sport, puis dans l’orga- Australie à l’hiver 2010. • M. Robert Panet-Raymond,nisation du congrès de génie industriel et Po 65, administrateur de sociétés,dans la mission Poly-Monde. Mais j’ai Ce programme de bourses apporte Polytechnique Montréalpu continuer à pratiquer quelques-uns une différence dans la vie de plusieursde mes sports favoris comme le soccer, étudiants en les accompagnant et en MEMbRES D’OffICEl’ultimate frisbee et le volleyball. Aban- leur permettant de se réaliser tout au • M. Bernard Lamarre, Po 52,donner l’activité physique m’aurait été long de leurs études. Ces bourses ont président du Conseil, Corporation deimpossible. Pour moi, la réussite passe été indispensables dans ma réussite à Polytechnique Montréalnon seulement par les résultats acadé- Polytechnique et pour l’obtention de mon • M. Christophe Guy, directeur général,miques, mais également par les acquis emploi en consultation dans l’un des ca- Polytechnique Montréaldéveloppés à travers diverses activités binets de services professionnels les plus • Mme Josée Goulet, Po 85, directriceextra-scolaires. L’équilibre peut être dif- importants au Canada dès juillet pro- principale et chef de pratique,ficile à atteindre, surtout si un emploi à chain.  Knightsbridgetemps partiel est nécessaire. ADMINISTRATEuRS  À mes donateurs, j’adresse un grand mer-J’ai eu la chance et l’honneur de rece- ci. J’espère à mon tour avoir, tout comme • M. Kazimir Olechnowicz, Po 74,voir de nombreuses bourses octroyées vous, un impact positif sur la société. » président, Cima +par la Fondation de Polytechnique telles • Mme Véronique Roy, Po 04, ingénieureque la bourse d’entrée à Polytechnique spécialiste de l’approvisionnement,Montréal, la bourse des Victimes du 6 dé- IBM Bromontcembre 1989, la bourse de la Fondation de Au nom de la Fondation et de tous les • Mme Hélène Brisebois, Po 87,la Famille J.W. McConnell et la bourse de donateurs, chapeau Stéphanie ! Nous présidente, SDK & Associésla Fédération canadienne des étudiants sommes extrêmement fiers de partager • M. Denis Tremblay, Po 81, président,et étudiantes en génie (FCEEG). Celles-ci ce bel exemple de profil étudiant qui BPR-Énergie, BPR Bechtel inc.ont été essentielles à mon parcours, car concorde directement avec le mandat de • M. Roger Gauthier, Po 70, directeurelles m’ont permis d’accorder davantage la Fondation de Polytechnique. administratif, CGI Hiver 2012 / Volume 9 / Numéro 1 / pOlY 33
    • Calendrier JEuDI 23 févRIER 2012 JEuDI 29 MARS 2012 6 @ 8 JEuNES DIplôMéS – SpéCIAl CéRéMONIE DE REMISE DES MONTRéAl EN luMIèRE bOuRSES DE lA fONDATION DE Heure : 18 h pOlYTECHNIquE Lieu : Vieux-Port de Montréal Heure : à déterminer (détails à venir) Lieu : Polytechnique Montréal JEuDI 29 MARS 2012 JEuDI 19 AvRIl 2012 MATIN ADp MATIN ADp Conférencier : Conférencier : Jacques Serge Godin, fondateur et Beaudry-Losique, président du conseil, CGI ancien vice-secrétaire Heure  : 7 h 15 adjoint pour les énergies Lieu : Club Saint-James, Montréal renouvelables, US Department of Energy Heure : 7 h 15 Lieu : Club St-James, Montréal
    • pOuR pluS Communiquez avec D’INfORMATIONS Mme Joane Masson SuR lES ACTIvITéS Tél. : 514 340-4764 DE l’ADp ou (sans frais) 1 866 452-3296 Courriel : adp@polymtl.caJEuDI 19 AvRIl 2012 vENDREDI 11 MAI JEuDI 31 MAI 20126 @ 8 JEuNES DIplôMéS 2012 6 @ 8 JEuNES DIplôMéS —Heure : 18 h MATIN ADp CROISIèRELieu : à déterminer Bonjour QuéBec ! Heure : 18 h Conférencier  : Lieu : Bateau à déterminerJEuDI 10 MAI 2012 Gaëtan Gagné, président et chef de laSOIRéE DE lA fONDATION DE direction, Aéroport de Québec inc.pOlYTECHNIquE À québEC Lieu : Cercle de la Garnison, Québec MERCREDI 6 JuIN 2012Heure : 17 h TOuRNOI DE GOlf ANNuElLieu : à déterminer MERCREDI 23 MAI 2012 Heure : 9 h 30 SOIRéE RETROuvAIllES DES Lieu : Club de golf Glendale, Mirabel DIplôMéS Les profits seront versés à la Fondation Promotions en 2 et 7 de Polytechnique Heure : 17 h Lieu : Palais des congrès de Montréal Participez à la campagne annuelle de la Fondation de Polytechnique AfIN DE pOuRSuIvRE SA MISSION, pOlYTECHNIquE A ½ page annonce Fondation AbSOluMENT bESOIN DE vOTRE SOuTIEN fINANCIER. ! EN AppuYANT pOlYTECHNIquE, vOuS bâTISSEz pOuR lES GéNéRATIONS ACTuEllES ET fuTuRES. POUR DEs DÉTAILs www.fondationpoly.org sUPPLÉMENTAIREs ou communiquer avec nous au 514-340-5959 q 2 500 $ Cercle des q 500 $ Amis de RENSEIGNEMENTS pERSONNElS Bâtisseurs Polytechnique Prénom _________________________________ Signature ________________________________ q 1 500 $ Amis du q 125 $ Partenaires Nom _________________________________ Date ________________________________ Président q Autre ____________ Adresse _________________________________ q Visa q Mastercard q American Express Ville _________________________________ vEuIllEz fAIRE pARvENIR À Numéro de la carte Province _________________________________ vOTRE DON pAR lA pOSTE À : Date d’expiration Code postal _________________________________ Fondation de Polytechnique Téléphone _________________________________ C.P. 6079 succ. Centre-ville q Chèque ci-joint à l’ordre de « Fondation de Polytechnique » Courriel _________________________________ Montréal (Québec) H3C 3A7
    • « Ça a été facile d’obtenir exactement ce qu’il me fallait. » – Bob Raposo Client satisfait depuis 2005 Des soumissions qui font jaser. Chez TD Assurance Meloche Monnex, nous connaissons l’importance d’économiser autant que possible. En tant que membre de l’Association des Diplômés de Polytechnique, vous pourriez profiter de tarifs de groupe avantageux sur vos assurances habitation et auto et d’autres privilèges exclusifs, grâce à notre partenariat avec votre association. Vous bénéficierez également d’une excellente protection et d’un service exceptionnel. Nous sommes convaincus que nous pouvons rendre l’assurance d’une simplicité sans égale afin que vous puissiez choisir votre protection en toute confiance. Demandez une soumission en ligne au www.melochemonnex.com/adp ou téléphonez au 1-866-352-6187 Lundi au vendredi, de 8 h à 20 h Samedi, de 9 h à 16 h Programme d’assurance recommandé par Le programme d’assurances habitation et auto de TD Assurance Meloche Monnex est souscrit par SÉCURITÉ NATIONALE COMPAGNIE D’ASSURANCE. Le programme est distribué par Meloche Monnex assurance et services financiers inc. au Québec et par Meloche Monnex services financiers inc. dans le reste du Canada. En raison des lois provinciales, notre programme d’assurance auto n’est pas offert en Colombie-Britannique, au Manitoba et en Saskatchewan. *Aucun achat requis. Concours organisé conjointement avec Primmum compagnie d’assurance. Peuvent y participer les membres ou employés et autres personnes admissibles appartenant aux groupes employeurs ou de professionnels et diplômés qui ont conclu un protocole d’entente avec les organisateurs et qui, par conséquent, bénéficient d’un tarif de groupe. Le concours se termine le 31 janvier 2013. 1 prix à gagner. Le gagnant a le choix de son prix entre un Lexus RX 450h comprenant l’équipement standard de base incluant les frais de transport et de préparation d’une valeur totale de 60 000 $ ou 60 000 $ canadiens. Le gagnant sera responsable de payer les taxes de vente applicables au véhicule. Réponse à une question d’habileté mathématique requise. Les chances de gagner dépendent du nombre d’inscriptions admissibles reçues. Règlement complet du concours disponible au www.melochemonnex.com/concours. MD/ Le logo TD et les autres marques de commerce sont la propriété de La Banque Toronto-Dominion ou d’une filiale en propriété exclusive au Canada et(ou) dans d’autres pays.8-MM8779-11_MMI.FR•adp (7.68x10.2).indd 1 11-12-20 9:38 AM