Jeudi 10 mars 2011                            NOTE D’INFORMATIONObjet : Revue de presse sur le problème de la dépendance –...
II.    ASH N° 2688 (24/12/2010) – DEPENDANCE : LA MEDIATION FAMILIALE PEUT ETRE UTILELa médiation peut constituer un outil...
Ce qui est acquis chez les parlementaires :      1) La renonciation à traiter de manière convergente la prise en charge du...
ORPEA = numéro 1 européen du secteur des établissements de soins.KORIAN = objectif de croissance de 7 %.VII. LE MONDE (04/...
 Alignement du taux de la CSG des retraités sur les actifs. Une journée de solidarité supplémentaire. Assurance privée,...
NOMBRE DE SENIORS DEPENDANTS, EN MILLIONS                      2010                 2020                   2040           ...
Michel NAIDITCH, Chercheur à lIRDES : Lintrication des deux risques dépendance et maladieincite à les traiter conjointemen...
LA CROIX (05/01/2011) : DEPENDANCE, ROSELYNE BACHELOT INSTALLE QUATRE GROUPES     DE TRAVAIL     LEXPRESS (05/01/2011) – D...
reurs, et examiner la possibilité dadopter des référentiels communs dévaluation de la perte   dautonomie et des bases de d...
   Ce programme est destiné aux assurés de 55-75 ans, ayant souscrit au contrat dépen-       dance "Prévoir – Autonomie –...
LE MONDE (08/01/2011) - CHOISIR LA SOLIDARITE SOCIALELe terme même de dépendance est contestable et contesté, pour sa tona...
Il y a urgence à réformer un système de compensation de la perte dautonomie qui nest plussatisfaisant. Situation diniquit...
LES ACTEURS DU FINANCEMENT 1,7 %    :   Caisse nationale dassurance vieillesse (370 millions d€) 1,8 %    :   Etat (387 mi...
Les prestations, dont le but ultime est de réduire la dépendance ou dempêcher son aggrava-tion, peuvent être fournies en e...
LA TRIBUNE (14/01/2011) – FINANCER LA DEPENDANCEQui doit payer et pour qui ? 10 à 20 % de la population na pas de problèm...
LE JOURNAL DU DIMANCHE (16/01/2011) – GOUVERNEMENT, DEPENDANCE : LES PREMIERES        PISTESNicolas SARKOZY : "On commence...
est public coûte plus cher que ce que pourraient faire les entreprises, on démantèle petit à petitle service public en le ...
LES ECHOS (21/01/2011) – ASSURANCE DEPENDANCE : GAIPARE VEUT PROTEGER LE PATRI-     MOINEGAIPARE se positionne avec une ap...
La PCH, une aide personnaliséeLa prestation de compensation du handicap peut être versée pour des charges liées à des be-s...
La perte dautonomie nest pas systématiquement inéluctable. La dépendance cause une souf-france importante chez les personn...
Françoise VAGNER : La Sécurité Sociale a été créée "pour faire face aux aléas de la vie, de lanaissance à la mort".       ...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Dépendance : revue de presse Janvier 2011

642

Published on

Published in: Health & Medicine, Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
642
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
5
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Dépendance : revue de presse Janvier 2011

  1. 1. Jeudi 10 mars 2011 NOTE D’INFORMATIONObjet : Revue de presse sur le problème de la dépendance – Mois de janvier 2011.I. CESR DE MIDI-PYRENEES (16/12/2010) : "DE LA DEPENDANCE LIEE A LAGE, UNE QUESTION DE SOCIETE" Rapport présenté par Marie-Christine ALBARETLaugmentation du nombre de personnes âgées dépendantes en Midi-Pyrénées constitue unvéritable défi à relever : 11,6 % de 75 ans et plus contre 9,1 % en moyenne nationale.Le nombre dacteurs intervenant dans la définition des politiques vieillesse rend la gouvernancecomplexe. Les financements existants ne couvrent pas la totalité des coûts induits par la surve-nue dun état de dépendance.Préconisations La nécessaire prévention, La mise en œuvre dune expérience pilote en Midi-Pyrénées en créant un centre de dépis- tage de la dépendance dans chaque chef-lieu des huit départements, Le recensement des logements inadaptés des personnes âgées, Laménagement des espaces publics pour retarder les effets de la dépendance, Lamélioration du maillage territorial de loffre de soins, La création dun statut porteur de droits sociaux pour les aidants familiaux, La valorisation des métiers liés à la dépendance, La coordination et la complémentarité des différents types détablissements permettant la proximité et la continuité de la prise en charge des personnes âgées dépendantes.  Trouver des réponses au cas par cas.Direction Générale 1/21
  2. 2. II. ASH N° 2688 (24/12/2010) – DEPENDANCE : LA MEDIATION FAMILIALE PEUT ETRE UTILELa médiation peut constituer un outil pertinent pour éclairer les décisions, toujours délicates,relatives à lorientation et à la prise en charge dun parent vieillissant en situation de dépen-dance. Le médiateur veillera à ce que cette dernière étape soit empreinte de sérénité, tant pourla personne âgée en respectant sa dignité, que pour sa famille en pacifiant les interactions liéesà un climat émotionnel déstabilisant.2003 = Conseil national consultatif de la médiation familiale : la médiation concerne "la gestiondes conflits dans le domaine familial entendu dans sa diversité et dans son évolution".En médiation, le conflit, dont lexpression est contrôlée par la mise en œuvre des techniques delécoute active, est source de changement et de redéfinition des relations aux autres, ce quiouvre de nouvelles perspectives. Ressource pour la personne aînée et sa famille, la médiationfamiliale savère en adéquation avec les attentes de la société contemporaine, en rendant pos-sibles lélaboration et la mise en œuvre de nouvelles solidarités familiales.III. LEGIFRANCE.GOUV.FR : JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE DU 31/12/2010Décret n° 2010-1764 du 30 décembre 2010 portant création du Comité interministériel de ladépendance.IV. HOSPIMEDIA DU 05/01/2010 Au Journal Officiel du 31/12/2010Un comité chargé de préparer le débat national sur la dépendance des personnes âgées, denassurer le suivi et den tirer les conclusions est officiellement créé par décret. Il est aussi ques-tion, dans cette édition, de la coordination des professionnels libéraux intervenant dans les EH-PAD.V. LES ECHOS (03/01/2011) : ROSELYNE BACHELOT VEUT FAIRE ABOUTIR LE CHANTIER DE LA DEPENDANCECette réforme coûteuse risque dêtre reportée après 2012. La Ministre de la Cohésion socialeentame la concertation cette semaine. LE FIGARO ECONOMIE (03/01/2011) : DEPENDANCE, PRENDRE DES MESURES A LAUTOMNENicolas SARKOZY : "Chacun a le droit à sa dignité face aux souffrances du grand-âge". HOSPIMEDIA (03/01/2011) : DEBAT SUR LA DEPENDANCE, PASSER DU CHAMPS DES POSSIBLES AU CHOIX DU POSSIBLE.Valérie ROSSO-DEBORD : "Il ne faut pas saffoler". "Le débat porte en fait sur huit milliards, vingt-deux étant déjà sur la table". Le problème nest donc pas du tout de la même ampleur que pourles retraites.Direction Générale 2/21
  3. 3. Ce qui est acquis chez les parlementaires : 1) La renonciation à traiter de manière convergente la prise en charge du handicap et celle de la perte dautonomie. 2) Le problème de la prise en charge des personnes âgées en perte dautonomie se pose de façon aiguë jusquà 2030. 3) Une société civilisée ne peut pas se désintéresser de ses membres aînés les plus fra- giles.  Réticence à faire une Cinquième branche. 4) La question est de savoir si le dispositif de prise en charge de la dépendance portera uniquement sur les GIR 1 à 3 ou si elle englobera aussi les GIR 4.  Inclure les personnes en GIR 4 aide à retarder le passage en GIR 3. 5) Financement en débat : - Recours sur succession, - Part entre solidarité nationale et assurance privée, - Assurance facultative ou obligatoire, - CSG des retraités. 6) Difficultés financières des départements en priorité.  Les départements sont incontournables dans tout dispositif à venir. 7) Règles du jeu du débat national : - Quatre groupes de travail mis en place (société et vieillissement, enjeux démogra- phiques et financiers de la dépendance, accueil et accompagnement des personnes âgées, stratégie pour la couverture de la dépendance des personnes âgées). - Préfets et Directeurs dARS = concertations régionales. - Un comité interministériel pour la bonne marche du chantier. - Intervention du CESE et du HCAAM (effets du vieillissement sur les dépenses de santé et reste à charge). - Arbitrage = été 2011 -> PLFSS 2012.VI. LHUMANITE (04/01/2011) : PAS DE PROFIT SUR LES MAMIES ! LE GOUVERNEMENT LANCE LA REFORME DE LA DEPENDANCE – TOUTES LES OPTIONS FONT LA PART BELLE AUX ASSURANCES PRIVEESLa dépendance, chantier à haut risque. Alors que débute cette semaine la concertation sur laprise en charge de la dépendance, le doute plane sur le mode de financement. La réformesannonce dailleurs tellement coûteuse quelle pourrait être reportée à 2012.Marie-Odile DESANA, Présidente de France Alzheimer, redoute que les personnes dépendantesfassent les frais de la crise : "Quand il y a une volonté politique, on trouve de largent". Nousdéfendons la taxation équitable de tous les patrimoines, y compris les bien-portants, jeunes ouvieux. Souscrire à une assurance obligatoire sonnerait le glas dun système financé par la soli-darité nationale.Le bon business de lor gris : le marché de la dépendance, en pleine expansion, se concentrede plus en plus entre les mains de groupes privés, cotés en Bourse. Avec plus de deux millionsde contrats dassurance dépendance, la France est le deuxième marché derrière les Etats-Unis.Direction Générale 3/21
  4. 4. ORPEA = numéro 1 européen du secteur des établissements de soins.KORIAN = objectif de croissance de 7 %.VII. LE MONDE (04/01/2011)Va t-on assister à une lutte entre générations, tant les derniers nés font figure de sacrifiés dunedécennie où la précarité et le mal-logement nont fait que creuser lécart avec les seniors issusdu baby-boom ? Les jeunes sont mal partis. Dans les sociétés vieillissantes, la surdité aux pro-blèmes sociaux des générations à venir peut devenir un vrai souci. Avec la chute des nouvellesgénérations, ce sont leurs droits sociaux futurs qui sont remis en cause : leur développementhumain aujourdhui, leur capacité à élever leurs enfants demain, et leurs retraites après demain.Il sagit donc de la régression du système social dans son entier. A droite comme à gauche,lenjeu est de servir les droits acquis plutôt que de développer ceux de demain. Une paupérisa-tion des jeunes qui menace la démocratie.VIII. LA CROIX (04/01/2011)Assurance dépendance obligatoire en Flandre : la Flandre a mis en place, en 2001, son propresystème, assez inégalitaire et partiellement efficace. Toute personne de plus de 25 ans est te-nue de saffilier à une "caisse de soins dépendance". Mais 20 % des besoins lourds des per-sonnes âgées ne sont pas couverts.A SAINT-REMY-LES-CHEVREUSES, une résidence haut de gamme a imaginé des formules deprise en charge en un même lieu. Personnes âgées autonomes et dépendantes peuvent ainsicohabiter.Laccueil familial, alternative à la maison de retraite.Une maison "intelligente" pour gérer le quotidien.Dominique LEMAISTRE, Directrice du Mécénat à la Fondation de France : "Faire en sorte que lespersonnes âgées aient vraiment le choix de leur mode de vie".IX. LE FIGARO ECONOMIE (04/01/2011) : BACHELOT OUVRE SES TRAVAUX SUR LA DEPENDANCE"Aucune solution nest préemptée, le Président de la République a voulu un très large débattout au long du premier semestre".Marie-Eve JOËL, Présidente du Conseil scientifique de la CNSA : "Nous arrivons à la fin desgénérations de 1914-1918 qui auraient dû être dépendantes ces dernières années et les géné-rations du baby-boom deviendront dépendantes à partir de 2025 environ".Mais la question nest pas uniquement financière : la prévention, la professionnalisation desservices à la personne ou la façon de soutenir les aidants familiaux, seront abordées.Premières esquisses : Lidée dun recours sur succession est largement critiquée. Relèvement de la fiscalité sur les successions.Direction Générale 4/21
  5. 5.  Alignement du taux de la CSG des retraités sur les actifs. Une journée de solidarité supplémentaire. Assurance privée, facultative ou obligatoire.Total des dépenses dAPA en millions deuros : 2002 = 1 855 (43 % pris en charge par la CNSA) 2003 = 3 205 (41,3 %) 2004 = 3 591 (37,3 %) 2005 = 3 930 (33,9 %) 2006 = 4 244 (33,3 %) 2007 = 4 555 (33,2 %) 2008 = 4 854 (32,9 %) 2009 = 5 116 (29,9 %) 2010 = 5 658 (27 %)X. LA DEPECHE DU MIDI (05/01/2011) - DEPENDANCE : LE CASSE-TETE DU FINANCEMENTLa dépendance apparaît comme une bombe à retardement pour les générations futures. Lesplus de 60 ans devraient représenter un tiers des Français en 2035 et les plus de 75 ans,11,9 millions de personnes. En 2040, la France pourrait compter près de 1,4 million de per-sonnes âgées en perte dautonomie.Près de quatre Français sur dix (39 %) déclarent être confrontés ou avoir été confrontés à laperte dautonomie. Lexpérience de la dépendance semble être plus fréquente au sein des ca-tégories plus favorisées que des catégories populaires : 46 % des cadres, professions libérales et intermédiaires, 35 % des catégories populaires.Jérôme SAINTE-MARIE, Directeur du Département politique-opinion de la CSA : "Signe dun effetde linégalité face à lallongement de la vie ou dune sensibilité différenciée sur le sujet".Selon plus dun Français sur trois, lorsquon soccupe dune personne âgée dépendante, onsacrifie avant tout sa vie familiale (39 %) et le temps libre pour prendre soin de soi (36 %). Unconstat encore plus marqué pour les femmes qui "sont plus impliquées que les hommes dansles décisions sur la prise en charge des personnes âgées de la famille". LES CHIFFRES DE LA DEPENDANCE En 2035, un tiers des Français aura plus de 60 ans. LAPA (ALLOCATION PERSONNALISEE DAUTONOMIE)  De 530 à 1 235 € par mois suivant le degré de dépendance de la personne et son lieu de résidence (domicile ou établissement).  Perçue par 1,2 million de personnes dépendantes de plus de 60 ans, dont 770 000 à domicile. COUT  22 milliards d€ par an.Direction Générale 5/21
  6. 6. NOMBRE DE SENIORS DEPENDANTS, EN MILLIONS 2010 2020 2040 1,2 1,33 1,5 LES PISTES DE FINANCEMENTSPour financer la dépendance, plusieurs pistes sont envisagées. Il pourrait être mis en place uneassurance privée "dépendance" obligatoire dès 50 ans à souscrire auprès dune mutuelle,dune société de prévoyance ou dune société dassurance labellisées. Une Cinquièmebranche de la Sécurité Sociale pourrait être créée. On pourrait également faire participer à la"journée de solidarité" les artisans, professions libérales, agriculteurs, retraités… On pourraittransformer lallocation personnalisée dautonomie (APA) en avance sur succession pourles plus riches (patrimoine de plus de 100 000 €). On pourrait aligner la contribution socialegénéralisée (CSG) des pensions de retraite sur celles des actifs (7,5 % au lieu de 6,6 %). En-fin, on pourrait réserver lAPA aux personnes les plus dépendantes (catégories AGGIR 1 à3).XI. LIAISONS SOCIALES MAGAZINE (JANVIER 2011) – DEPENDANCE : UN GRAND BESOIN DE CLARI- FICATIONLassurance privée repose sur un provisionnement du risque, individu par individu, alors quelassurance sociale est fondée sur la solidarité entre générations.Le phénomène de la dépendance lié au vieillissement de la population est apparu dans les an-nées 90, après que le guichet de la Sécurité Sociale a été refermé. On a donc, au terme debricolages successifs, inventé lAPA, mise à la charge des départements selon des règles fortcompliquées de péréquation, avec laide de la CNSA. Sous couvert de proximité, les départe-ments trouvaient là une justification à leur existence et le moyen dentretenir une économie ad-ministrée autour du plan daide associé à lAPA.Comment financer la dépendance ?Bernard ENNUYER, Sociologue : Cest une très mauvaise manière de poser le débat. Car il nepeut y avoir de réponse que sil est dabord répondu à la question éthique : comment voulons-nous vivre ensemble dans le respect de la dignité et du bien-être des plus fragiles dentrenous ? Cest dabord du contrat social dont nous devons parler.Jean-Christophe BRIANT, Directeur dEtudes chez PRECEPTA : En amont du financement, il fautaussi réfléchir à une réforme de la grille des bénéficiaires de lAPA. Celle-ci exclut trop de per-sonnes dépendantes tout en intégrant certaines qui ne devraient pas en bénéficier. LAPA doitrester au centre du dispositif. Lassurance privée constituerait un troisième axe, sous réserve dene pas se substituer à la solidarité.Direction Générale 6/21
  7. 7. Michel NAIDITCH, Chercheur à lIRDES : Lintrication des deux risques dépendance et maladieincite à les traiter conjointement, avec des principes de financement proches, et à les faire gérerpar lAssurance Maladie, la CNSA voyant son rôle étendu à lensemble des soins à long terme.Elle implique la solidarité nationale. Le volume des services professionnels, à vocation univer-selle, doit permettre de répondre aux besoins des personnes âgées isolées et de celles dispo-sant daidants familiaux, mais aussi inciter les femmes (70 % des aidants) à continuer àtravailler.XII. LOCALTIS-INFO (05/01/2011) : LES INSTANCES DU DEBAT SUR LA DEPENDANCE SE METTENT EN PLACE LES ECHOS (05/01/2011) - DEPENDANCE : NE PAS REDUIRE LE DEBAT AU SEUL FINANCEMENTLes réponses à la dépendance ne viendront pas du tout assistanat ou du tout commercial, etlon doit inventer de nouvelles formes de prise en charge. Cest avant tout de la dignité des per-sonnes dont il est question, avant dêtre un enjeu médical ou de coûts pour la Sécurité Sociale.Le développement des solidarités de proximité est essentiel, même si les solidarités ne peuventpas masquer le phénomène disolement dont souffrent beaucoup de personnes âgées.Lécueil majeur à éviter est la constitution dune charge insupportable pour lEtat qui aurait pourcorollaire le refus de la solidarité auprès des plus âgés. LIBERATION (05/01/2011) – DEPENDANCE : BACHELOT LANCE SA BATTERIE DEXPERTSLa Ministre installe des commissions pour le chantier présidentiel. DIRECT MATIN (05/01/2011) - ROSELYNE BACHELOT SATTAQUE A LA DEPENDANCE : "SADAPTER AUX REALITES"En chiffres :  7 % des plus de 60 ans (1,2 million de personnes) perçoivent actuellement lAPA (allocation personnalisée dautonomie), une aide financière pour accomplir les actes essentiels de la vie courante et se faire aider par un professionnel, le cas échéant.  70 % de laide est versée par les départements. Le montant mensuel total peut atteindre 1 235 € pour des personnes confinées au lit ou au fauteuil, en grandes difficultés physiques ou mentales, nécessitant une présence quasi permanente dintervenants.  22 milliards d€ ont été consacrés en 2009 à la dépendance. La Sécurité Sociale en a financé 12 et lAPA a coûté 5,7 milliards. Dici à 2024, le coût total pourrait atteindre 30 milliards, lorsque plus d1,5 million de personnes seront concernées. LHUMANITE (05/01/2011) - REFORME DE LA DEPENDANCE : CEST PARTIDirection Générale 7/21
  8. 8. LA CROIX (05/01/2011) : DEPENDANCE, ROSELYNE BACHELOT INSTALLE QUATRE GROUPES DE TRAVAIL LEXPRESS (05/01/2011) – DEPENDANCE : LA FAUSSE REFORMELa perte dautonomie des personnes âgées est un vrai problème, mais Nicolas SARKOZY ledramatise à lexcès… sans se donner les moyens dagir avant 2012.La dépendance, question sérieuse, mérite t-elle pour autant cette mise en scène ? JacquesATTALI répond par la négative. Si le pays vieillit, le vrai problème reste celui du financement desretraites et non celui de la dépendance.Entre 2009 et 2040, le nombre de personnes en perte dautonomie devrait passer de 1 136 000à 1 533 600. Chiffre à manipuler avec prudence, car il est probable que, grâce à laméliorationdes conditions de vie et au progrès médical, les personnes âgées seront dépendantes plus tardet moins longtemps.Alain FRANCO, Professeur de gériatrie à Nice : "La dépendance ne représente un problème im-portant que pour une minorité".Françoise VAGNER (UCR-CGT) : "Seules 45 % des personnes de plus de 90 ans sont en pertedautonomie et 85% vivent encore chez elles".Geneviève LAROQUE, Présidente de la Fondation nationale de gérontologie : "Quand on entendles discours politiques, on se demande si tout septuagénaire nest pas gâteux. Cet affolementest inquiétant".XIII. REFORME DE LA DEPENDANCE : TOUT LE MONDE SUR LE PONT (MMR)Ca sagite, ça cogite ! Après des années de silence radio, la dépendance est désormais surtoutes les lèvres. Pour le meilleur ou pour le pire ? En tout cas, le gouvernement affine sa stra-tégie ; la Députée UMP Valérie ROSSO-DEBORD, auteure du rapport qui a fait grand bruit, fait latournée des popotes et lAssemblée des départements de France lance les Assises de la pertedautonomie.Le vrai plan du gouvernement dévoilé par… Roselyne Bachelot. Le Ministre des solidarités sin-vite dans les médias depuis trois semaines pour expliquer le projet du gouvernement sur leCinquième risque et ce nest pas réjouissant.Martine AUBRY préfère, pour financer la dépendance, la "carte Vitale à la carte bleue".Aujourdhui, le "reste à charge", tant en EHPAD quà domicile, est devenu une des principalessources de financement du système.CNSA : Xavier DARCOS, éphémère Ministre de la solidarité, avait lancé des groupes de travailtechniques pour commencer à plancher sur la participation des assureurs dans le dispositif Cin-quième risque. Deux groupes de travail sur le partenariat public/privé (PPP) se sont réunis. Lun était piloté par la CNSA, lautre par la DSS. Celui de la CNSA, baptisé "groupe technique sur les possi- bilités de convergence des procédures et des référentiels" est censé étudier les éléments techniques dun rapprochement entre les procédures des Conseils généraux et des assu-Direction Générale 8/21
  9. 9. reurs, et examiner la possibilité dadopter des référentiels communs dévaluation de la perte dautonomie et des bases de données communes. Il a réuni : - Des représentants dassureurs, - Des réassureurs, - Des organismes de prévoyance, - Les mutuelles, - Des Conseils généraux, - LAdministration centrale, - La DREES, - La CNAV, - La CNSA. Après cinq réunions, le groupe a rédigé un rapport.XIV. LE FIGARO ECONOMIE (07/01/2011) : BACHELOT ET MONTCHAMP FIXENT LEURS PRIORITES AVANT MI-2012Des débats régionaux et des colloques inter régionaux sur la dépendance vont être organisés àpartir davril.Roselyne BACHELOT : "Nous ne partons pas de rien, mais nous devons réfléchir, collectivement,à lavenir de la prise en charge de la perte dautonomie des personnes âgées". LA TRIBUNE (07/01/2011) : LA DEPENDANCE, CHANTIER PRIORITAIRE DE ROSELYNE BACHE- LOTSelon lINSEE, les plus de 60 ans devraient représenter un tiers des Français en 2035 et lesplus de 75 ans 11,9 millions. HOSPIMEDIA (11/01/2011) : LANCEMENT DU DEBAT SUR LA DEPENDANCEJuillet 2011, cest le mois au cours duquel lensemble des travaux réalisés lors du débat nationalsur la dépendance sera restitué au Président de la République.XV. ASH N° 2690 (07/01/2011) : LA CONCERTATION NATIONALE SUR LA DEPENDANCE EST LAN- CEE ESE N° 963 DU 7 AU 13 JANVIER 2011 : "SUR LA DEPENDANCE, IL EST POSSIBLE DAGIR EN AMONT" – EDOUARD BIDOU (MEDECIN ET DIRECTEUR INNOVATION ET DEVELOPPEMENT DU GROUPE DASSURANCE PREVOIR) Importance des actions de prévention pour retarder les phénomènes de dépendance. Le programme personnalisé daccompagnement santé a été développé en partenariat avec Mondial Assistance. Cet opérateur dispose de plates formes téléphoniques animées par des infirmières dEtat pour léducation thérapeutique.Direction Générale 9/21
  10. 10.  Ce programme est destiné aux assurés de 55-75 ans, ayant souscrit au contrat dépen- dance "Prévoir – Autonomie – Bien être".Les assurés ont limpression quil sagit dune fatalité. Or, certains problèmes de santé favorisentla survenue de la dépendance. Le fait de les prendre en compte et de modifier son mode de vieen conséquence peut retarder ou supprimer les risques.  Par la prévention, on peut limiter ces problèmes de santé et la perte dautonomie qui en résulte.  Information – Conseil – Suivi personnalisé.  La prévention associe des mesures dhygiène de vie à un traitement médical propre à éviter ce genre dincident.XVI. AFP (10/01/2011) : LAIDE A DOMICILE "EN CRISE" VEUT UN FONDS DURGENCE DE 100 MIL- LIONS DEUROS.Alors que souvre le chantier de la réforme de la dépendance, un collectif de 16 fédérationsdassociations en charge de laide à domicile pour les personnes âgées, handicapées et pourles familles, a déploré "la situation insupportable dun secteur en crise".XVII. LE MONDE (10/01/2011) : LA DEPENDANCE EST DABORD UNE AFFAIRE DE PREVENTIONAlors que lespérance de vie des Français saccroît chaque année, un autre indicateur : lespé-rance de vie en bonne santé augmente aussi de façon régulière.2008 : - Hommes = 62,4 ans - Femmes = 64,2 ans 15,1 ans pour les hommes où le risque de dépendance 20,1 ans pour les femmes est élevéEn Suède, où des mesures de prévention ont été mises en place, lespérance de vie en bonnesanté est de 69,2 ans pour les hommes et 68,7 ans pour les femmes.La compression de cette période et la prévention de la perte dautonomie à ce moment de la viesont lenjeu majeur des politiques de santé publique dans nos sociétés vieillissantes.Divers moyens peuvent être mis en œuvre pour retarder la survenue de la dépendance.Quatre grands types dintervention : le dépistage, lévaluation, lintervention, le suivi.La mise en œuvre dun tel programme repose prioritairement sur le médecin traitant qui doit enêtre le pivot.Direction Générale 10/21
  11. 11. LE MONDE (08/01/2011) - CHOISIR LA SOLIDARITE SOCIALELe terme même de dépendance est contestable et contesté, pour sa tonalité péjorative.Pour favoriser une action préventive, il est important de fournir une aide, même légère, à ceuxdont la perte dautonomie est modérée. On évite ainsi une dégradation de létat de santé dont lecoût serait finalement alourdi à terme. La solidarité nationale semble donc préférable à la fois pour limiter les inégalités sociales et prévenir laggravation de la dépendance, les assurances privées –facultatives- pouvant tou- jours intervenir à titre complémentaire. Autre enjeu fondamental : la redéfinition des inter relations entre la famille et lEtat. La prise en charge de la dépendance est typique dune responsabilité partagée entre lEtat, les ci- toyens et la société civile, ainsi que dun mixage entre public et privé.  Elle relève à la fois du travail du "CARE" (celui des aidants, dans la famille et lentou- rage) et du marché du travail (celui des professionnels du soin et de laide).  La réforme qui se prépare doit nécessairement redéfinir les frontières dintervention entre les différents acteurs.  Avec la prise de conscience publique de limplication de la famille et de celle, majoritaire, des femmes, la vision des rapports entre laction de la famille et celle des services pu- blics se modifie. La nécessaire complémentarité entre ces deux types daction est en train de simposer. Il est clair que lentourage des personnes dépendantes ne peut maintenir sa fonction daide quavec le soutien de la collectivité.  Aide aux aidants, Relais dentraide, Synergie entre les partenaires. Il ne sagit pas de transférer à la famille, la responsabilité de la dépendance, mais plutôt délargir la politique familiale à laide à la dépendance, en lien avec la politique vieillesse.  Symbiose entre laction de lentourage familial et lintervention publique. LE MONDE (08/01/2011) – IL Y A URGENCE A REFORMER LE SYSTEME DE COMPENSATIONAujourdhui, la France est confrontée à une révolution démographique : nous vivons de plus enplus longtemps. Cette évolution a un impact sur laccroissement des situations de dépendance.Ce doit être un défi pour notre société.Il faut trouver une solution originale qui tienne compte à la fois de notre attachement à un ni-veau de protection sociale élevé et de notre situation financière réelle. Un contrat dépendance auprès dune mutuelle ou dun assureur en complément de la soli- darité nationale.  Mais sécurisation du dispositif à travers la création dun label accordé par lEtat. Attention à ne pas créer un dispositif sans financement comme cela a été fait pour lAPA.Direction Générale 11/21
  12. 12. Il y a urgence à réformer un système de compensation de la perte dautonomie qui nest plussatisfaisant. Situation diniquité territoriale entre les départements, Disparités importantes dans la gestion des plans daide, Leffort doit être porté sur les plus démunis GIR 1 à 3, Cette revalorisation doit être accompagnée de mesures préventives et réalistes :  Mise en place dune consultation obligatoire à partir de 50 ou 60 ans pour dépister les risques de dépendance intellectuelle ou physique.  Recours au grand emprunt pour financer les actions de recherche sur les technologies daide à lautonomie. LE MONDE (11/01/201) - FAUT-IL CREER UNE "CINQUIEME BRANCHE" POUR LA DEPEN- DANCE ? Quel est le coût du vieillissement de la population ? Comment financer les nouveaux besoins ?DREES (Direction de la recherche, des études, de lévaluation et des statistiques) : le nombrede personnes âgées dépendantes devrait augmenter de 1 % par an jusquen 2040. Arrivée au grand âge des générations du baby-boom, Progression spectaculaire de lespérance de vie.Le grand âge nentraîne pas forcément la dépendance. Grâce aux progrès de la médecine, les-pérance de vie en bonne santé a, elle aussi, progressé.Les solidarités familiales sont solides.La prise en charge repose sur une kyrielle daides sociales et fiscales dont la principale estlAPA.Le débat sur la dépendance permet de sinterroger sur la prise en charge de nos aînés :  Remplacer les aides actuelles par un droit universel à la compensation de la perte dau- tonomie,  Comment encourager le maintien à domicile ?  Comment réduire le "reste à charge" assumé par les familles ?  Financement du nouveau système.Nicolas SARKOZY sétait engagé à créer un "organisme destiné à préparer notre pays au défi dela dépendance".  Création dun Cinquième Risque.PARTI SOCIALISTE : "La prise en charge de la perte dautonomie ne doit pas incomber à chaqueindividu ou à sa famille : cest à la société de lassurer de manière solidaire".Valérie ROSSO-DEBORD : "Il est de notre responsabilité politique dassumer le fait que le finan-cement public est désormais incapable de procurer les futurs milliards de dépense que coûtera,dans un avenir proche, la dépendance".Direction Générale 12/21
  13. 13. LES ACTEURS DU FINANCEMENT 1,7 % : Caisse nationale dassurance vieillesse (370 millions d€) 1,8 % : Etat (387 millions d€) 2,7 % : Caisse nationale dallocations familiales (568 millions d€)13,9 % : Caisse nationale de solidarité pour lautonomie (2 968 millions d€)19,6 % : Départements (4 200 millions d€)60,3 % : Assurance maladie (12 893 millions d€) LES ACTIONS FINANCEESSoins en établissement, à lhôpital et en ville, allocation personnalisée dautonomie (APA, aide àlhébergement, financement des établissements, réductions fiscales…).Total en 2008 : 21 386 millions d€Chacun contribue en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins.Cette position aurait recueilli lassentiment du Parti socialiste. LES 75 ANS ET PLUS EN FRANCE en % de la population totale 1960 2007 2060 (Projection) 4,3 8,5 16,2 LE MONDE (11/01/2011) : LEQUILIBRE PRECAIRE DE MICHEL GRILLOT, ENTRE ALLOCATION PERSONNALISEE DAUTONOMIE ET SOUTIEN FAMILIAL Michel GRILLOT a besoin dêtre soutenu, matin et soir, pour les gestes essentiels de la vie. "Il est indispensable que la personne dépendante sentende bien avec ses aides". LE MONDE (11/01/2011) – LALLEMAGNE A CREE UNE "ASSURANCE DEPENDANCE"  Mise en place en 1990.  Cotisations obligatoires (1,95 % du salaire) depuis 1995 (50/50 employeurs/salariés).  Les prestations ont commencé à être versées en 1996.  Les caisses dassurance dépendance sont autonomes, mais rattachées à lassurance maladie.  Trois catégories de dépendance : - La grande dépendance, - La dépendance lourde, - Linvalidité entraînant recours à un tiers.Direction Générale 13/21
  14. 14. Les prestations, dont le but ultime est de réduire la dépendance ou dempêcher son aggrava-tion, peuvent être fournies en espèces et/ou en nature.Dautres prestations sont prévues, notamment des formations aux soins pour les proches ou lesbénévoles, des allocations de soins pour les aidants et des indemnités pour travaux de trans-formation du logement. 70 millions de cotisants Régime équilibré. 2,4 millions de bénéficiaires à court terme, cest moins le financement du système qui pose problème que le manque de personnel qualifié.XVIII. ALAIN GRAND, PROFESSEUR DE SANTE PUBLIQUE (UNIVERSITE TOULOUSE 3) : "LA DEPEN- DANCE, CEST DABORD UNE AFFAIRE DE PREVENTION"XIX. LA DEPECHE : "LE LIVRET A POUR LA DEPENDANCE ?"Lassurance-vie, un des placements préférés des Français, accumule 1 100 milliards deuros.Ce sera le budget de la Sécurité Sociale qui portera le coût de la réforme dépendance et no-tamment celui des services à domicile dont léquilibre financier est instable.Autre sujet sensible : le "reste à charge" des familles.La manne des livrets et de lassurance-vie pourrait donc aider le gouvernement à trouver lesressources nécessaires. Le système de financement pourrait aussi faire appel à un montagemixte avec une assurance individuelle souscrite par chaque individu.XX. PROTECTION SOCIALE (12/01/2011) – DEPENDANCE : LANCEMENT DU CHANTIER EN GRANDE POMPELa Ministre et la Secrétaire dEtat aux solidarités ont lancé, le 4 janvier, la réflexion sur la priseen charge de la perte dautonomie des personnes âgées. LA CROIX (14/01/2011) : UN RESTE A CHARGE DE 1 000 € PAR MOIS POUR LES MALADES DALZHEIMERAu niveau financier, rien na été fait pour aider les malades et leurs proches.Guy LE ROCHAIS : "Aujourdhui, beaucoup de familles sont dans lincapacité de faire face : danscertains endroits, on voit de plus en plus de gens retirer leur proche dun établissement, car ilsne peuvent plus payer"."Il faudra quon décide collectivement sil est légitime daider les familles ou si on préfère conti-nuer à rembourser les psychotropes quelles prennent pour tenir le coup".Direction Générale 14/21
  15. 15. LA TRIBUNE (14/01/2011) – FINANCER LA DEPENDANCEQui doit payer et pour qui ? 10 à 20 % de la population na pas de problème, une autre partie dispose potentiellement des ressources nécessaires, la plus large partie de la population est en état dinsolvabilité par rapport aux coûts de la dépendance.Il faudra encourager tous ceux qui en ont les moyens à souscrire un contrat dassurance agrééouvrant droit à un crédit dimpôt.Il ny a pas de solution répondant aux attentes de lensemble des parties prenantes. ARGUS DE LASSURANCE (14/01/2011) – DEPENDANCE : SIX MOIS DE DEBAT TOUS AZIMUTS"Si lobjectif est de proposer un schéma auquel tous les acteurs adhèrent, il est nécessaire deprendre son temps".Roselyne BACHELOT : "Il ny aura pas uniquement des conclusions législatives ou réglemen-taires, cest également un débat sociétal"."Sil y a nécessité de créer une Cinquième branche, cela relève dune loi organique".Etienne CANIARD, Président de la Mutualité française : "Le calendrier est impossible à tenir silobjectif est de proposer un schéma auquel tous les acteurs adhèrent. Il est nécessaire deprendre son temps, sans pour autant repousser cette réforme à une date trop lointaine". ESE N° 964 (14/01/2011) – QUELQUES REPERES SUR LA DEPENDANCELa démographie est au centre du dossier. Lévolution démographique est un indicateur delaugmentation du risque à assurer, celui-ci étant très fortement corrélé à lâge. Ainsi, 80 ans estlâge à partir duquel la prévalence de la dépendance commence à augmenter sensiblement.Actuellement, la probabilité de finir sa vie dépendant est de 40 %.Selon la DREES, la durée moyenne de vie en dépendance est de 3,7 années.La majeure partie de laccompagnement est apportée par des aidants non professionnels(3,7 millions, dont 70 % de femmes). Il faut assurer aux aidants la disponibilité des moyens pourremplir leur mission. La difficulté des tâches entraîne une usure importante de laidant et unefragilisation par rapport à sa propre dépendance.Vieillissement démographique : - aujourdhui, 2,5 aidants familiaux par personne dépendante, - en 2040 = 0,75 aidant par personne dépendante.XXI. LASER SOLIDARITES / ESE (14 AU 20/01/2011) – ROSELYNE BACHELOT AFFICHE SES ORIENTATIONS ASE N° 2961 (14/01/2011) – "NOUS AVONS LA TRAME DUNE PAUPERISATION ASSUREE CHEZ LES PERSONNES AGEES"Après trente ans damélioration de la situation des personnes âgées, on assiste à un retour enforce de la pauvreté parmi les plus de 65 ans.Direction Générale 15/21
  16. 16. LE JOURNAL DU DIMANCHE (16/01/2011) – GOUVERNEMENT, DEPENDANCE : LES PREMIERES PISTESNicolas SARKOZY : "On commence par définir ce quest la dépendance".Un coup de pouce est envisagé pour laide à domicile : "Ce mode dhébergement correspondaux aspirations des Français".Christine LAGARDE : "Cette réforme ne nous coûtera pas un centime".BERCY : "Les assureurs bénéficient déjà de dispositions favorables pour la dépendance". LHUMANITE (17/01/2011) : AVEC LES SENIORS, TRANSFORMER LA SOCIETEDici à 2050, le nombre des plus de 60 ans va croître pour atteindre un tiers de la population.Fardeau, boulet, catastrophe ? Ou bien incitation à inventer une nouvelle société "plus douce àvivre" ? Lâge est une construction sociale, culturelle, évolutive. Il est crucial de faire évoluer lesreprésentations de lâge, les valeurs, les normes qui lui sont attachées. Vieillir nest pas unemaladie. La "diversité générationnelle" peut apporter beaucoup aux entreprises. Les retraités,véritables "actifs sociaux", vecteurs de nouvelles solidarités de proximité, apportent déjà beau-coup à la société. Les retraités sont "des acteurs du sens pour une société qui ne se résumepas à la seule production de marchandises". Il faut "rajeunir" le regard sur le vieillissement.Serge GUERIN : "La nouvelle société des seniors", éditions Michalon. HTTP://WWW.SOLIDARITE.GOUV.FR : LA DEPENDANCE EST AU CŒUR DES PREOCCUPATIONS DU GOUVERNEMENT POUR 2011 Le calendrier de la réforme, Les quatre groupes de travail chargés de réfléchir sur la dépendance, Les chiffres de la dépendance.XXII. LIBERATION (18/01/2011) : LA VIEILLESSE, UN LUXE INESTIMABLE ?Ce nest déjà pas drôle dêtre vieux, en plus il faut compter ses sous. VALEURS MUTUALISTES : DES DEPARTEMENTS AUX ABOISActeurs centraux de laction sociale, les Conseils généraux sinquiètent de voir leurs finances sedégrader. Les dépenses versées au titre de lAPA, de la prestation de compensation du handi-cap et du RSA ont progressé de 6,8 % en 2009.Claudy LEBRETON, Président de lAssemblée des départements de France : "Les Conseils géné-raux ont la compétence du social depuis près de trente ans ! Territoires de proximité, ils sont lesmieux placés pour évaluer les situations personnelles de façon individuelle"."Deux approches politiques saffrontent actuellement, celle des tenants de la solidarité et celledes tenants de lassurance. Certains sont convaincus que le libéralisme et la finance peuventrégler des problèmes de notre société. A partir du moment où on promeut lidée que tout ce quiDirection Générale 16/21
  17. 17. est public coûte plus cher que ce que pourraient faire les entreprises, on démantèle petit à petitle service public en le privatisant. Cest ce qui pourrait arriver si le financement de la dépen-dance était donné aux assurances privées. Au-delà de la dimension sociale, il existe égalementun autre enjeu, celui de la démocratie territoriale". LARGUS DE LASSURANCE (21/01/2011) – DEPENDANCE : LAFER PROPOSE UN CONTRAT ATTENDULassociation dépargnants se lance dans lassurance dépendance. Le contrat conjugue destarifs raisonnables et des services dès la souscription, dont un bilan mémoire. LES ECHOS (20/01/2011) – LE DEFI DES SOCIETES VIEILLISSANTESNos économies sont condamnées à repousser les frontières de la productivité. Car le défi despays industrialisés est de continuer à créer de la richesse avec une population active quasistagnante ou décroissante.La dépendance porte sur les mécanismes de solidarité inter générationnelle et sur les condi-tions de financement de celle-ci.Nos sociétés vieillissantes sont également condamnées à repenser les solidarités. Les conflitsinter générationnels à venir seront dun nouveau type : ils mettront en jeu les solidarités fami-liales, la cohésion nationale en faisant reposer tout le poids de lallongement de lespérance devie sur les jeunes actifs.Le départ des baby-boomeurs à la retraite transforme en urgence une évolution de long terme :réformer devient un impératif. Demeure le problème du financement de ces politiques.Les difficultés de financement des sociétés vieillissantes sont doubles. Il leur faut assurer lefinancement du risque vieillesse et, en même temps, celui des investissements productifs. Lacroissance est nécessaire pour maintenir la cohésion sociale. LES ECHOS (20/01/2011) – DEPENDANCE : LE BAREME DES AIDES AUX PERSONNES AGEES AU CENTRE DU DEBATValérie ROSSO-DEBORD : "Il faudrait réévaluer lAPA à destination des personnes classées enGIR 1 et 2, sans réduire pour autant les aides aux GIR 3 et 4"."Il faudra donc un financement supplémentaire sans augmenter les prélèvements, ce qui sup-pose un redéploiement dautres ressources".Alain VASSELLE : "Il faudrait revoir les plafonds de ressources. Les personnes isolées, atteintesde maladies neuro-dégénératives ne sont pas assez aidées". LA TRIBUNE (20/01/2011) – ASSURANCE-VIE ET LIVRETS, SOURCES DE FINANCEMENT POS- SIBLES LA TRIBUNE (20/01/2011) – DEPENDANCE : SARKOZY DETAILLE LE CALENDRIER DE LA RE- FORMEDirection Générale 17/21
  18. 18. LES ECHOS (21/01/2011) – ASSURANCE DEPENDANCE : GAIPARE VEUT PROTEGER LE PATRI- MOINEGAIPARE se positionne avec une approche inédite : la préservation du patrimoine pour les héri-tiers. LA CROIX (21/01/2011) – DEPENDANCE : FRANÇOIS FILLON A DEMANDE UN RAPPORT SUR LE FINANCEMENT POUR JUINFrançois FILLON a confié à Jean-Paul DELEVOYE, Président du CESE, un rapport sur la dépen-dance. Il lui a demandé danalyser "la place respective et le rôle des différentes formes de soli-darités, notamment familiales", dexaminer "la répartition du financement de la dépendanceentre acteurs publics, privés et les familles", et de faire des propositions sur les modalités definancement de ce risque.XXIII. LHUMANITE (24/01/2011) : LES AIDANTS FAMILIAUX, UNE CATEGORIE SOCIALE INVISIBLEBernard ENNUYER : "Nicolas SARKOZY sétait engagé à indemniser les congés des aidants fami-liaux, mais il na pas tenu sa promesse".Les personnes qui aident un proche en situation de dépendance sont de plus en plus nom-breuses en France. Cest une catégorie encore trop souvent méconnue dont les conditions nevont pas sans poser de questions, notamment sur la manière de concilier aide familiale et tra-vail. Un Français sur trois a, dans son entourage, un proche en perte dautonomie. Alors quil ne fait aucun doute que ces aidants familiaux sont lun des piliers du maintien à domicile des personnes âgées, ils restent très souvent ignorés dans les débats qui concer- nent la perte dautonomie. Il nexiste pas de définition juridique de laidant familial. Un travailleur sur deux de plus de 50 ans a connu une situation daidant.  36 % des aidants déclarent que le fait daccompagner un proche a eu un impact positif sur leur vie professionnelle.  44 % des aidants ont dû réaménager leurs horaires ou arrêter de travailler.  77 % se sentent soutenus par leurs collègues.  41 % souhaitent un temps partiel mieux rémunéré.  37 % souhaitent avoir la possibilité daménager leurs horaires.  23 % veulent accéder au télétravail.  26 % souhaitent bénéficier dune retraite anticipée. (Sondage BVA)Bernard ENNUYER, Sociologue : "La conciliation se fait forcément au détriment de lemploi". "Lespolitiques publiques se reposent massivement sur les familles, alors que cela relève dune poli-tique publique".Direction Générale 18/21
  19. 19. La PCH, une aide personnaliséeLa prestation de compensation du handicap peut être versée pour des charges liées à des be-soins daides humaines.3,5 : cest en millions le nombre de personnes qui, en France, aident un proche âgé, malade ouhandicapé.Nora BERRA, alors Secrétaire dEtat chargée des aînés, en octobre 2010 : "Actuellement, lacarrière des aidants peut être freinée à cause de leur situation personnelle et dabsences répé-tées. A nous de faire en sorte quils puissent conserver leur travail". HOSPIMEDIA (24/01/2011) – SYSTEME DE PRISE EN CHARGE DE LA DEPENDANCE ET EVOLU- TIONS. LE PREMIER MINISTRE CONFIE UNE MISSION A JEAN-PAUL DELEVOYE"Le vieillissement de la population donne à la question de la dépendance des personnes âgéesune dimension nouvelle. Il nous oblige à adapter notre système de prise en charge pour mieuxrépondre aux besoins des Français". LA TRIBUNE (25/01/2011) – DEPENDANCE : LES NOUVELLES OFFRES DES ASSOCIATIONS DEPARGNANTSAFER, GAIPARE, AGIPI… toutes ces associations, qui se sont faites connaître par lassurance-vie,misent désormais sur le Cinquième risque.XXIV. ESE N° 965 (21 AU 27/01/2011) : "CE PROJET PEUT DIMINUER LES COUTS DE LA DEPEN- DANCE"850 millions deuros de la cagnotte du Grand emprunt iront à la création de cinq instituts hospi-talo-universitaires, plate forme de soins, de recherche et denseignement.Professeur Bruno VELLAS, Directeur du Gérontopôle de Toulouse :  Objectif = mettre en place des actions pour prévenir la dépendance en constituant une plate forme de recherche qui couvrirait les sciences du vieillissement dans le domaine clinique fondamental ou social.  Cinq axes de travail :  Une structure ambulatoire en centre ville.  Prévention du déclin fonctionnel et accès à la recherche clinique.  Programme sur les biomarqueurs plasmatiques ou générétiques et imagerie con- forme aux standards de la recherche.  Constitution dune base de données et de biostats.  Prévention de la dépendance induite.  Parallèlement :  Programme de recherche préchimique sur lexploration des modèles cellulaires ou animaux pour létude des pathologies du vieillissement et la découverte de nouvelles molécules.  Création dune école doctorale sur les sciences du vieillissement.Direction Générale 19/21
  20. 20. La perte dautonomie nest pas systématiquement inéluctable. La dépendance cause une souf-france importante chez les personnes âgées et leur entourage. En la retardant, on améliore lequotidien de ces personnes.  PréventionXXV. LES ECHOS (27/01/2011) – DEPENDANCE : LE PATRIMOINE DES PERSONNES AGEES DANS LE VISEURLe Sénat propose de prélever 20 000 € sur le patrimoine des personnes âgées aisées pourmieux prendre en charge la dépendance de celles qui en ont besoin. Il faut recourir au patrimoine des personnes âgées après leur décès pour financer la prise en charge de la dépendance, à condition que cela résulte dun choix clair du bénéficiaire.Alain VASSELLE : "Pour faire face aux besoins, il faudra dégager des ressources".Préconisations de la mission dinformation du Sénat : - Contre la suppression de lAPA pour les GIR 4, - Meilleure prise en charge de lAlzheimer dans le maintien à domicile, - Recentrer lAPA en établissement sur les personnes qui en ont le plus besoin, - Développer le recours volontaire aux assurances privées, - Inclusion de la garantie dépendance dans les complémentaires santé, - Création dune deuxième journée de solidarité, - Elargissement de lassiette de la Contribution solidarité autonomie.XXVI. LHUMANITE (29/01/2011) – REFORME DE LA DEPENDANCE : QUELS FINANCEMENTS ?Le Chef de lEtat a évoqué la création dun Cinquième Risque. Le terme est lourd dambiguïtés.Il évoque la logique des assurances privées, là où il devrait être question de solidarité nationale.La réduction du sujet de la dépendance aux situations vécues par une partie des personnesâgées fait, elle-même, problème.Valérie ROSSO-DEBORD : La question de la dépendance nest pas réductible à des enjeux comp-tables. Cest une question de société. Il sagit de garantir à chacun le droit de vieillir dans la di-gnité. Les définitions de la dépendance divergent en fonction de ce que chaque groupeprofessionnel, chaque formation politique, voire chaque institution, projette.Françoise VAGNER, Secrétaire générale de lUC des retraités CGT : Il faut parler dautonomie etnon de dépendance. La question qui est posée, cest celle de la compensation du handicap,quel que soit lâge. Toute personne, quels que soient son âge et son degré dautonomie, doitêtre un objectif pour les pouvoirs publics. La prévention tout au long de la vie doit faire partiedune véritable politique de santé publique.Valérie ROSSO-DEBORD : Nous sommes passés dune France des Trente glorieuses, duneFrance jeune et portée par une forte croissance économique, à une France où on vit plus long-temps et dont la croissance a considérablement ralentie.Direction Générale 20/21
  21. 21. Françoise VAGNER : La Sécurité Sociale a été créée "pour faire face aux aléas de la vie, de lanaissance à la mort". Le Directeur, F. DE BLOCKDirection Générale 21/21

×