0
Tous les matins du mondeLe contexte religieux
le renouveau chrétien    au XVII° siècle• Suite au bouleversement de la Réforme• restauration du catholicisme : dévotion e...
Jansénisme et catholicisme :une autre manière de vivre en accord avec lareligion :    catholiques ➾ vie de prière         ...
Idée que l’homme est condamné à la misère s’il n’a pas la Foi.             (importance accrue accordée au péché originel) ...
Pour Saint-Augustin : depuis le péché originel,    la volonté de lhomme, laissée à ses seules   forces, est incapable d’au...
La grâce divine est un don fait aux hommes parDieu «   gratuitement   » (= sans que l’homme l’aitmérité).Le catholicisme p...
Un lieu emblématique des jansénistes :       Port-Royal-des-Champs.          Les Petites Écoles
Personnages incarnant        le jansénisme   • Sainte-Colombe   • Claude Lancelot (chap. 2)   • Madame de Pont-Carré   • M...
Monsieur de Bures •   « Un homme qui appartenait à la société qui     fréquentait Port-Royal » (page 10) •   « Elles vivai...
Monsieur de la Petitière  connu comme ayant été « la meilleure épée deFrance » (épée est assimilée à la noblesse).  « Il a...
Lancelotenseignant éminent de Port-Royalauteur de la Grammaire de Port-Royal,«  Sainte Colombe avait fait ses études en co...
les peintres :              Lubin Baugin...nombreuses reproductions de ses oeuvres dans le film  Chez Baugin, se trouve une...
Sainte Colombe est également invité à jouer pour les gens dePort-Royal  ➙ « pour quʼil vînt jouer pour la mort dʼun des le...
Autres évocations dans le roman :   p. 76 «  Les Messieurs de Port-Royal étaient en fuite.Ceux-ci avaient eu le projet dʼa...
Texte de Philippe Cibois, janvier 2011 - «Un ex-voto au Louvre»Nous sommes au moment du passage d’une civilisation où la r...
Si la religion se réduit à savoir si on est vraiment en accord avec la volonté de Dieu,   on comprend que cette recherche ...
Le Jansénisme & Tous les matins du monde
Le Jansénisme & Tous les matins du monde
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Le Jansénisme & Tous les matins du monde

1,662

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,662
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
10
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Le Jansénisme & Tous les matins du monde"

  1. 1. Tous les matins du mondeLe contexte religieux
  2. 2. le renouveau chrétien au XVII° siècle• Suite au bouleversement de la Réforme• restauration du catholicisme : dévotion et sainteté ➙ nouveaux ordres religieux ‣ St Vincent de Paul ‣ Compagnie du St Sacrement ‣ Compagnie de Jésus = Jésuites ‣ Jansénistes
  3. 3. Jansénisme et catholicisme :une autre manière de vivre en accord avec lareligion : catholiques ➾ vie de prière plutôt libre jansénistes : ✦ beaucoup plus sévères ; ✦ vivent retirés du monde ; ✦ leur vie doit être la plus austère et la plus pieuse possible.Le Jansénisme est, à la base, une réflexionthéologique centrée sur le problème de la grâcedivine mais devient vite une force politique.
  4. 4. Idée que l’homme est condamné à la misère s’il n’a pas la Foi. (importance accrue accordée au péché originel) doctrine de la prédestination :La prédestination est la doctrine théologique selon laquelle  Dieu choisitdaimer lhomme, de lappeler avant son savoir, de le sauveravant ses mérites, de le maintenir dans la fidélité de cet appelet de ce  salut avant le terme de sa vie, de condenser ainsi dansun acte de libre amour ce qui se déroule dans la multiplicitévariable du temps.La prédestination caractérise Dieu non comme un être immobile etgénéral, mais comme une personne active et élective. Elle protègelhomme contre lautojustification et lautoglorification.Elle est certitude sans sécurité. Elle détache du souci de conquérir un saluthumainement toujours incertain et elle engage lhomme dans unepermanente réponse de gratitude, de tremblement et despérance.La prédestination a toujours constitué un thème important mais difficilepour la théologie chrétienne, car elle paraît sopposer brutalement àdautres thèmes de la foi, tels que la liberté humaine.
  5. 5. Pour Saint-Augustin : depuis le péché originel, la volonté de lhomme, laissée à ses seules forces, est incapable d’aucun bien ; sansl’aide et le secours divin, il ne peut résister à la tentation d’où la notion de grâce divinePb : cette grâce, lorsqu’elle est envoyée, nestcependant pas accordée de la même manière, niindistinctement, à tous les hommes ; ➙ nécessité de se tenir en un état de saintedisposition et de prier sans savoir si adviendront-ou pas- les lumières salvatrices de la grâce Saint-Cyran : « Le diable remplit ce que Dieu ne remplit point.»
  6. 6. La grâce divine est un don fait aux hommes parDieu «   gratuitement   » (= sans que l’homme l’aitmérité).Le catholicisme prône, à l’inverse du Jansénisme, lamiséricorde (=Dieu se montre indulgent et nepunit pas les hommes qui choisissent la confessionou une vie pieuse par exemple).
  7. 7. Un lieu emblématique des jansénistes : Port-Royal-des-Champs. Les Petites Écoles
  8. 8. Personnages incarnant le jansénisme • Sainte-Colombe • Claude Lancelot (chap. 2) • Madame de Pont-Carré • Monsieur de Bures, précepteur des enfants (chap. 1) mais aussile ton de la narration et l’intrigue font référence aux moralistes classiques ; les personnages répondent par des maximes grand pessimisme de ce courant
  9. 9. Monsieur de Bures • « Un homme qui appartenait à la société qui fréquentait Port-Royal » (page 10) • « Elles vivaient dans la compagnie de Guignotte, de Monsieur de Pardoux, et de Monsieur de Bures » (page 19). • « Elle ne communiait plus, sans quʼil y eut forcément lieu de voir en cela les influences de Monsieur de Bures » (page 99).Il est également indiqué que Mr de Bures vit rueSaint-Dominique-d’Enfer où les Petites Ecolesde Port-Royal siègent pendant un certain tempsavant de revenir à Port-Royal des Champs.
  10. 10. Monsieur de la Petitière connu comme ayant été « la meilleure épée deFrance » (épée est assimilée à la noblesse). « Il avait été lié à Monsieur de la Petitière qui avaitété garde du corps du Cardinal sʼétait fait depuissolitaire » (page 17).
  11. 11. Lancelotenseignant éminent de Port-Royalauteur de la Grammaire de Port-Royal,«  Sainte Colombe avait fait ses études en compagniede Claude Lancelot et il le retrouvait quelquefois lesjours où Madame de Pont-Carré recevait. »
  12. 12. les peintres : Lubin Baugin...nombreuses reproductions de ses oeuvres dans le film Chez Baugin, se trouve une vieille femme « qui porteune ancienne coiffe en pointe », ➙ le terme ancien nous rappelle la fraise démodée deSainte Colombe qui montre le détachement desSolitaires avec la cour et sa mode. ...et Philippe de Champaigne « Monsieur de Sainte Colombe ne louait pas lapeinture que faisait alors Monsieur de Champaigne.Il la jugeait moins grave que triste et moins sobreque pauvre. » (page 17)
  13. 13. Sainte Colombe est également invité à jouer pour les gens dePort-Royal ➙ « pour quʼil vînt jouer pour la mort dʼun des leurs ou pour lesTénèbres » (p. 76). (= nom donné aux matines et aux laudes des trois derniers jours-saints : jeudi, vendredi, samedi). rappel des offices : matines, laudes, prime, tierce, sexte, none, vêpres et complies
  14. 14. Autres évocations dans le roman : p. 76 «  Les Messieurs de Port-Royal étaient en fuite.Ceux-ci avaient eu le projet dʼacheter une île en Amérique etde sʼy établir comme les Puritains persécutés lʼavaient fait.Monsieur de Sainte Colombe avait conservé des liensdʼamitié avec Monsieur de Bures. » p. 89, « Lʼannée où on ouvrit les charniers de Port-Royal– lʼannée où le roi exigea par écrit quʼon rasât les murs,quʼon exhumât les corps de Messieurs Hamon et Racine etquʼon les donnât aux chiens ». p. 90, «  cʼétait lors de la grande persécution de juin1679 ».
  15. 15. Texte de Philippe Cibois, janvier 2011 - «Un ex-voto au Louvre»Nous sommes au moment du passage d’une civilisation où la religion imprègne toutes lesréalités de la vie, situation du Moyen âge, à une situation, qui est la nôtre aujourd’hui où lareligion est devenue presque une affaire privée. Le monde vécu comme une réalitétranscendante devient, à l’époque de Galilée et de Descartes, c’est-à-dire dans le siècle dePort-Royal, un monde qui a perdu sa transcendance, désenchanté, objectivé dans sonfonctionnement par la découverte de lois scientifiques. Le Dieu qui régissait le cosmos sereplie sur les âmes, sur l’intériorité et il n’est pas étonnant que l’on redécouvre Saint-Augustin qui avait mis en avant cette dimension.C’est l’époque de la naissance d’un individualisme qui est encore le nôtre : si le mondepaysan, majoritaire en nombre, vit encore un christianisme traditionnel qui l’encadreculturellement et socialement, par contre dans les villes, les marchands et les élitesinstruites en général commencent à faire de la religion une affaire intérieure où l’on sesoucie de savoir si l’on est, ou non, en accord avec la volonté divine, si, pour reprendre levocabulaire traditionnel on est « sauvé ». C’est la question du salut, posée d’abord par laRéforme protestante, puis reprise à l’occasion du Concile de Trente par la Réformecatholique, question que l’on essaiera en vain de sortir de la contradiction entre la toute-puissance de Dieu qui sait tout et donc le destin de chacun, et la liberté humaine quin’existe plus si Dieu, dans sa prescience, l’a destiné à être ou à n’être pas sauvé. Poursortir de cette impasse théorique, Rome essaiera d’imposer le silence sur cette questioneffectivement insoluble, mais en vain.
  16. 16. Si la religion se réduit à savoir si on est vraiment en accord avec la volonté de Dieu, on comprend que cette recherche ait trouvé des solutions diverses, soit du côté calviniste en considérant la réussite professionnelle comme un signe du bon accomplissement de la volonté divine ; soit du côté des jésuites en évitant de mettre la barre du salut trop haut et en tenant compte de la faiblesse des masses ; soit du côté janséniste en exigeant le don total de sa personne à Dieu, l’héroïsme devenant l’exigence de tout croyant véritable.Si chaque individu est l’objet d’un « décret divin » le concernant, chaque individu peutprendre de l’importance : il doit avoir une stratégie pour gagner son salut et, si sonplan de carrière se laïcise peu à peu, la démarche reste la même, il s’agit d’exister auxyeux d’un Autre, puis des autres. Comme la réussite ne se comptabilise plus seulementen réussite (la proximité de Dieu, le paradis en langage traditionnel) ou en échec (sonéloignement, l’enfer), des degrés vont s’imposer dont la réussite sociale etprofessionnelle deviendra le critère. Nous y sommes encore aujourd’hui.
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×