Candide Chapitre 3 La guerre

42,764 views
42,478 views

Published on

Commentaire littéraire d'un extrait du chapitre 3 de Candide, dans lequel Voltaire dénonce avec ironie les valeurs héroïques et l'absurdité de la guerre.

Published in: Education
0 Comments
6 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
42,764
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
182
Actions
Shares
0
Downloads
175
Comments
0
Likes
6
Embeds 0
No embeds

No notes for slide





































































  • Candide Chapitre 3 La guerre

    1. 1. CANDIDE Voltaire - 1759 Texte 1 : Extrait du chapitre 3 - La guerre
    2. 2. Introduction : Ecrivain emblématique des Lumières, Voltaire a connu la gloire grâce à ses pièces de théâtre ; mais sa vision critique de la monarchie absolue et de l’Eglise catholique l’ont mené en prison et l’ont contraint à l’exil. Son engagement auprès des philosophes de son temps n’a jamais faibli , et ses écrits ont toujours une portée critique. En 1759, il publie Candide, un des contes philosophiques qui lui ont permis d’exprimer de façon imagée et très plaisante pour les lecteurs les critiques les plus acérées sur son époque.
    3. 3. Introduction : Ecrivain emblématique des Lumières, Voltaire a connu la gloire grâce à ses pièces de théâtre ; mais sa vision critique de la monarchie absolue et de l’Eglise catholique l’ont mené en prison et l’ont contraint à l’exil. Son engagement auprès des philosophes de son temps n’a jamais faibli , et ses écrits ont toujours une portée critique. En 1759, il publie Candide, un des contes philosophiques qui lui ont permis d’exprimer de façon imagée et très plaisante pour les lecteurs les critiques les plus acérées sur son époque. Cet extrait est situé au début du chapitre 3 ; on suit le héros, Candide, qui vient d’être chassé du château dans lequel il a grandi, parce qu’il a embrassé Melle Cunégonde, fille du maître des lieux. Engagé dans l’armée bulgare, Candide assiste à sa première bataille.
    4. 4. Introduction : Ecrivain emblématique des Lumières, Voltaire a connu la gloire grâce à ses pièces de théâtre ; mais sa vision critique de la monarchie absolue et de l’Eglise catholique l’ont mené en prison et l’ont contraint à l’exil. Son engagement auprès des philosophes de son temps n’a jamais faibli , et ses écrits ont toujours une portée critique. En 1759, il publie Candide, un des contes philosophiques qui lui ont permis d’exprimer de façon imagée et très plaisante pour les lecteurs les critiques les plus acérées sur son époque. Cet extrait est situé au début du chapitre 3 ; on suit le héros, Candide, qui vient d’être chassé du château dans lequel il a grandi, parce qu’il a embrassé Melle Cunégonde, fille du maître des lieux. Engagé dans l’armée bulgare, Candide assiste à sa première bataille. Comment, à travers ce récit, Voltaire transmet-il sa vision de la guerre ?
    5. 5. Introduction : Ecrivain emblématique des Lumières, Voltaire a connu la gloire grâce à ses pièces de théâtre ; mais sa vision critique de la monarchie absolue et de l’Eglise catholique l’ont mené en prison et l’ont contraint à l’exil. Son engagement auprès des philosophes de son temps n’a jamais faibli , et ses écrits ont toujours une portée critique. En 1759, il publie Candide, un des contes philosophiques qui lui ont permis d’exprimer de façon imagée et très plaisante pour les lecteurs les critiques les plus acérées sur son époque. Cet extrait est situé au début du chapitre 3 ; on suit le héros, Candide, qui vient d’être chassé du château dans lequel il a grandi, parce qu’il a embrassé Melle Cunégonde, fille du maître des lieux. Engagé dans l’armée bulgare, Candide assiste à sa première bataille. Comment, à travers ce récit, 1. Un récit animé propre à plaire au lecteur Voltaire transmet-il sa vision de la 2. Une dénonciation guerre ? universelle de la guerre
    6. 6. Contexte : texte inspiré par la guerre de Sept ans qui oppose la France et l’Angleterre et qui fait rage en Europe. ✦ recrutement immoral et forcé ✦ entraînements violents ✦ mesures disciplinaires violentes et inflexibles (schlague) ✦ désertion de 20% des effectifs ✦ déshumanisation générale
    7. 7. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ;
    8. 8. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ;
    9. 9. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ; Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées.
    10. 10. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ; 4 adjectifs élogieux intensifiés par si Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées.
    11. 11. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ; 4 adjectifs élogieux intensifiés par si Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées.
    12. 12. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ; 4 adjectifs élogieux intensifiés par si Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. hyperbole
    13. 13. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ; 4 adjectifs élogieux intensifiés par si Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que les deux armées. hyperbole
    14. 14. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ; 4 adjectifs élogieux intensifiés par si Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que 2 2 3 5 les deux armées. hyperbole
    15. 15. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 1. Candide aux premières loges Le récit est soumis au regard de Candide ; victime de ses illusions et de sa candeur, il est émerveillé devant une «harmonie» à la fois visuelle et sonore ; 4 adjectifs élogieux intensifiés par si Rien n’était si beau, si leste, si brillant, si bien ordonné que 2 2 3 5 les deux armées. hyperbole trompettes, fifres,hautbois, tambours + Te Deum
    16. 16. Dans un discours purement argumentatif, cette première phrase fonctionnerait comme une captatio benevolentiae = dans un discours, ouverture destinée à plaire pour «capter» l’attention du destinataire
    17. 17. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 2. Un récit dynamique Récit dynamique grâce
    18. 18. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 2. Un récit dynamique Récit dynamique grâce ➙ aux actions nombreuses, cf la succession de verbes au passé-simple : les canons renversèrent,... la mousqueterie ôta du meilleur des mondes,... La baïonnette fut la raison suffisante de la mort... Candide se cacha,... il passa par dessus des tas de morts... Candide s’enfuit....
    19. 19. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 2. Un récit dynamique Récit dynamique grâce ➙ aux actions nombreuses, cf la succession de verbes au passé-simple : les canons renversèrent,... la mousqueterie ôta du meilleur des mondes,... La baïonnette fut la raison suffisante de la mort... Candide se cacha,... il passa par dessus des tas de morts... Candide s’enfuit.... ➙ aux énumérations qui interpellent l’imagination.
    20. 20. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 2. Un récit dynamique Récit dynamique grâce ➙ aux actions nombreuses, cf la succession de verbes au passé-simple : les canons renversèrent,... la mousqueterie ôta du meilleur des mondes,... La baïonnette fut la raison suffisante de la mort... Candide se cacha,... il passa par dessus des tas de morts... Candide s’enfuit.... ➙ aux énumérations qui interpellent l’imagination. En s’éloignant du «théâtre de la guerre», Candide fait découvrir au lecteur l’envers de ce tableau : villages en ruines et victimes que Candide enjambe ➙ effet de
    21. 21. I. Un récit animé propre à plaire au lecteur 2. Un récit dynamique Récit dynamique grâce ➙ aux actions nombreuses, cf la succession de verbes au passé-simple : les canons renversèrent,... la mousqueterie ôta du meilleur des mondes,... La baïonnette fut la raison suffisante de la mort... Candide se cacha,... il passa par dessus des tas de morts... Candide s’enfuit.... ➙ aux énumérations qui interpellent l’imagination. En s’éloignant du «théâtre de la guerre», Candide fait découvrir au lecteur l’envers de ce tableau : villages en ruines et victimes que Candide enjambe ➙ effet de contraste qui saisit le lecteur.
    22. 22. 3. Un humour insolite
    23. 23. 3. Un humour insolite Dans ce récit de conflit armé particulièrement meurtrier, Voltaire parvient à nous faire sourire grâce au personnage de Candide
    24. 24. 3. Un humour insolite Dans ce récit de conflit armé particulièrement meurtrier, Voltaire parvient à nous faire sourire grâce au personnage de Candide ➙ qui «tremble comme un philosophe» ➙ autodérision
    25. 25. 3. Un humour insolite Dans ce récit de conflit armé particulièrement meurtrier, Voltaire parvient à nous faire sourire grâce au personnage de Candide ➙ qui «tremble comme un philosophe» ➙ autodérision ➙ qui voit la guerre comme un jeu de soldats de plombs (renversèrent...de chaque côté)
    26. 26. 3. Un humour insolite Dans ce récit de conflit armé particulièrement meurtrier, Voltaire parvient à nous faire sourire grâce au personnage de Candide ➙ qui «tremble comme un philosophe» ➙ autodérision ➙ qui voit la guerre comme un jeu de soldats de plombs (renversèrent...de chaque côté) ➙ qui adapte naïvement les préceptes de Pangloss : ôta du meilleur des monde ➙ euphémisme
    27. 27. 3. Un humour insolite Dans ce récit de conflit armé particulièrement meurtrier, Voltaire parvient à nous faire sourire grâce au personnage de Candide ➙ qui «tremble comme un philosophe» ➙ autodérision ➙ qui voit la guerre comme un jeu de soldats de plombs (renversèrent...de chaque côté) ➙ qui adapte naïvement les préceptes de Pangloss : ôta du meilleur des monde ➙ euphémisme Mais l’humour vient aussi de l’ironie qui se dégage des descriptions que Voltaire fait de cette «boucherie héroïque»,
    28. 28. 3. Un humour insolite Dans ce récit de conflit armé particulièrement meurtrier, Voltaire parvient à nous faire sourire grâce au personnage de Candide ➙ qui «tremble comme un philosophe» ➙ autodérision ➙ qui voit la guerre comme un jeu de soldats de plombs (renversèrent...de chaque côté) ➙ qui adapte naïvement les préceptes de Pangloss : ôta du meilleur des monde ➙ euphémisme Mais l’humour vient aussi de l’ironie qui se dégage des descriptions que Voltaire fait de cette «boucherie héroïque», ➙ seconde partie.
    29. 29. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme
    30. 30. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque
    31. 31. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique
    32. 32. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique
    33. 33. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique besoins naturels des héros viols héros (abares) pilleurs, violeurs boucherie héroïque massacre
    34. 34. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique besoins naturels des héros viols héros (abares) pilleurs, violeurs boucherie héroïque massacre
    35. 35. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique besoins naturels des héros viols héros (abares) pilleurs, violeurs boucherie héroïque massacre
    36. 36. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique besoins naturels des héros viols héros (abares) pilleurs, violeurs boucherie héroïque massacre
    37. 37. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique besoins naturels des héros viols héros (abares) pilleurs, violeurs boucherie héroïque massacre
    38. 38. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’apparente légèreté du premier paragraphe masque l’ironie de Voltaire qui se révèle à travers les exagérations élogieuses des descriptions. 1. Remise en question de l’héroïsme Le recours aux contraires est aussi un indice de l’ironie, comme on le voit dans l’oxymore boucherie héroïque les mots héros et héroïque sont employés de façon antithétique besoins naturels des héros viols héros (abares) pilleurs, violeurs boucherie héroïque massacre
    39. 39. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation
    40. 40. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes
    41. 41. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes (sujets des verbes d’actions du 1er §)
    42. 42. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes (sujets des verbes d’actions du 1er §) ➙ le nombre de victimes militaires apparaît selon une comptabilité globale, approximative :
    43. 43. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes (sujets des verbes d’actions du 1er §) ➙ le nombre de victimes militaires apparaît selon une comptabilité globale, approximative : six mille hommes de chaque côté
    44. 44. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes (sujets des verbes d’actions du 1er §) ➙ le nombre de victimes militaires apparaît selon une comptabilité globale, approximative : six mille hommes de chaque côté dix mille
    45. 45. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes (sujets des verbes d’actions du 1er §) ➙ le nombre de victimes militaires apparaît selon une comptabilité globale, approximative : six mille hommes de chaque côté dix mille quelques milliers
    46. 46. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes (sujets des verbes d’actions du 1er §) ➙ le nombre de victimes militaires apparaît selon une comptabilité globale, approximative : six mille hommes de chaque côté dix mille quelques milliers une trentaine de milliers
    47. 47. II. Une dénonciation féroce de la guerre 2. Déshumanisation les pertes humaines sont dues à l’efficacité des armes (sujets des verbes d’actions du 1er §) ➙ le nombre de victimes militaires apparaît selon une comptabilité globale, approximative : six mille hommes de chaque côté Énumération dénuée dix mille d’émotion quelques milliers le succès militaire se une trentaine de milliers mesure aux nombres de victimes
    48. 48. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre
    49. 49. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre
    50. 50. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre
    51. 51. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    52. 52. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    53. 53. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    54. 54. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    55. 55. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    56. 56. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    57. 57. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    58. 58. II. Une dénonciation universelle de la guerre 2. Déshumanisation ➙ les victimes civiles, au contraires sont décrites de façon particulièrement réaliste , ce qui fait ressortir l’atrocité du massacre Les victimes se caractérisent vieillards,... par leur faiblesse femmes,...filles, ...enfants mamelles sanglantes...membres les mutilations déshumanisent palpitants... cervelles... jambes les victimes coupées associées à des participes passés passifs : brûlé, criblés des coups, les victimes n’ont rien fait égorgées, éventrées, à demi-brûlées, répandues sur la terre, coupées assonances en /é/: brûlé, criblés, le massacre entre dans égorgées, éventrées, à demi- l’harmonie infernale de la guerre brûlées, coupées
    59. 59. II. Une dénonciation universelle de la guerre L’ensemble des procédés liés à la description des victimes relève du registre pathétique, dans la mesure où elle suscite une émotion intense chez le lecteur, mais cette description suscite également un sentiment de révolte. Ainsi, après avoir capté l’attention de son lecteur par un récit dynamique, Voltaire instille dans son texte les éléments destinés à le sensibiliser aux atrocités de la guerre mais aussi à son absurdité. Pour lui, rien ne justifie la guerre, c’est une absurdité.
    60. 60. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit :
    61. 61. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit :
    62. 62. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    63. 63. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    64. 64. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    65. 65. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    66. 66. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    67. 67. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    68. 68. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    69. 69. II. Une dénonciation universelle de la guerre 3. La guerre est une absurdité Voltaire fait ressortir cette absurdité en établissant un parallélisme entre les deux camps du conflit : même nombre de morts six mille hommes de chaque côté les deux rois faisaient chanter des même foi en la victoire Te Deum chacun dans son camp même comportement des les héros abares l’avaient traité de soudards même même considération de coquins qui infectent la surface du l’adversaire monde
    70. 70. La guerre est une absurdité qui ne supporte aucune justification, ni philosophique : l’expression « » appartient au vocabulaire de Pangloss et cherche à faire entrer la guerre dans un système où l’on retrouve les causes et les effets, or pour Voltaire, aucune raison de peut justifier les atrocités décrites. ni légale : quand Candide observe le village brûlé «selon les lois du droit public», le lecteur devine qu’à la place de selon les lois, il doit comprendre « ». ni religieuse :
    71. 71. La guerre est une absurdité qui ne supporte aucune justification, ni philosophique : l’expression « la raison suffisante » appartient au vocabulaire de Pangloss et cherche à faire entrer la guerre dans un système où l’on retrouve les causes et les effets, or pour Voltaire, aucune raison de peut justifier les atrocités décrites. ni légale : quand Candide observe le village brûlé «selon les lois du droit public», le lecteur devine qu’à la place de selon les lois, il doit comprendre « ». ni religieuse :
    72. 72. La guerre est une absurdité qui ne supporte aucune justification, ni philosophique : l’expression « la raison suffisante » appartient au vocabulaire de Pangloss et cherche à faire entrer la guerre dans un système où l’on retrouve les causes et les effets, or pour Voltaire, aucune raison de peut justifier les atrocités décrites. ni légale : quand Candide observe le village brûlé «selon les lois du droit public», le lecteur devine qu’à la place de selon les lois, il doit comprendre « au mépris des lois ». ni religieuse :
    73. 73. La guerre est une absurdité qui ne supporte aucune justification, ni philosophique : l’expression « la raison suffisante » appartient au vocabulaire de Pangloss et cherche à faire entrer la guerre dans un système où l’on retrouve les causes et les effets, or pour Voltaire, aucune raison de peut justifier les atrocités décrites. ni légale : quand Candide observe le village brûlé «selon les lois du droit public», le lecteur devine qu’à la place de selon les lois, il doit comprendre « au mépris des lois ». ni religieuse : allusion au Te Deum, le même chant d’action de grâce entonné dans les deux camps ennemis
    74. 74. La guerre est une absurdité qui ne supporte aucune justification, ni philosophique : l’expression « la raison suffisante » appartient au vocabulaire de Pangloss et cherche à faire entrer la guerre dans un système où l’on retrouve les causes et les effets, or pour Voltaire, aucune raison de peut justifier les atrocités décrites. ni légale : quand Candide observe le village brûlé «selon les lois du droit public», le lecteur devine qu’à la place de selon les lois, il doit comprendre « au mépris des lois ». ni religieuse : allusion au Te Deum, le même chant d’action de grâce entonné dans les deux camps ennemis Que chacun des rois fasse chanter des Te Deum prouve qu’ils remercient Dieu tous les deux de leur avoir été favorable : chacun pense donc avoir gagné, ce qui est absurde. Voltaire énonce ici la notion même de «guerre sainte». d
    75. 75. Conclusion On retiendra de cet épisode deux caractéristiques: dans la perspective strictement narrative, il constitue un passage important où le héros est confronté à l’épreuve douloureuse de la guerre ; et dans la perspective d’une démonstration philosophique de Voltaire, il se révèle comme l’apparition du mal à l’état pur. Rappel de la problématique : Comment, à travers ce récit, Voltaire transmet-il sa vision de la guerre ? ➙ En choisissant de plonger son héros dans une expérience décrite avec dynamisme et humour. ➙ En multipliant les registres pour toucher le lecteur et lui faire partager son aversion pour cette forme absolue d’atteinte aux droits de l’homme.
    76. 76. Sources bibliographiques : Hélène SABBAH : Itinéraires littéraires - XVIIIèmé siècle, Livre du professeur, Hatier 1990 Xavier DARCOS : Candide - Dossier du professeur, Hachette 1991 Jean GOLDZINK : Candide, collection Textes et contextes, Magnard 1989 + Sources internet citées dans la présentation © Caroline REYS - Lycée Ribeaupierre, mars 2010
    77. 77. Propositions de plan de commentaire : http://www.etudes-litteraires.com/voltaire-candide-chapitre-3.php (Commentaire intégralement rédigé) http://www.bacdefrancais.net/candide-3-2.php (Commentaire intégralement rédigé) 1 - Valorisation de la guerre : o adjectifs appréciatifs (beau, leste, brillant...) o dépréciation des victimes : 10 000 coquins... o les Te Deum : solennité et sacré. o Une valorisation naturellement ironique (harmonie infernale). 2 - La "boucherie héroique" Sur quoi Voltaire met-il l'accent ? Parallélisme des situations, innocence et souffrance des victimes : la guerre est atroce, absurde ; elle ne sert rien. 3 - Tonalité générale du texte, jeu des points de vue. D'où vient l'efficacité de la dénonciation ? Point de vue interne (Candide) et externe (sur Candide). Froideur apparente et ironie. Traitement comique de l'horreur.

    ×