Jour3 Session2 Antoine Sawadogo Presentation
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Jour3 Session2 Antoine Sawadogo Presentation

on

  • 1,006 views

Antoine Sawadogo, former president of the national committee on decentralisation in Burkina Faso. A presentation on decentralisation at EC HQ the 6 - 10 July seminar on decentralisation and local ...

Antoine Sawadogo, former president of the national committee on decentralisation in Burkina Faso. A presentation on decentralisation at EC HQ the 6 - 10 July seminar on decentralisation and local governance. (FRENCH)

Statistics

Views

Total Views
1,006
Slideshare-icon Views on SlideShare
1,006
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
8
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Jour3 Session2 Antoine Sawadogo Presentation Jour3 Session2 Antoine Sawadogo Presentation Presentation Transcript

    • Décentralisation politique et gouvernance locale: Enjeux, défis et réponses possibles Antoine Sawadogo Bruxelles, du 04 au 10 Juillet 2009
    •  
      • Formes locales de gouvernances ou pratiques locales (Chefs traditionnels, OSC)
      • Déconcentration (Fonctionnaires de l’Etat)
        • Décentralisation (Elus locaux)
      • Composantes de la Gouvernance locale
      1 1 1 a c b 2 1 a 2
      • Doubles casquettes (Fonctionnaires/Chefs traditionnels ou OSC)
      • Etat Local
      b
      • Doubles casquettes (Chefs traditionnels ou OSC/Elus locaux)
      c
      • Doubles casquettes (Fonctionnaires/Elus locaux)
      • Triples casquettes (Fonctionnaires/Elus locaux/Chefs traditionnels ou OSC)
    • 2 difficultés majeures se posent Difficulté généralisée de dialogue Réticence de l’administration locale, des services techniques et des gouvernants à ouvrir la discussion des politiques publiques aux citoyens Mêmes espaces Mêmes acteurs Mêmes objets
    • Du point de vue des populations : La décentralisation crée de nouveaux pouvoirs alors qu'il en existait déjà d'autres (pouvoirs coutumiers, religieux, la police, la gendarmerie, la douane, les impôts, les forestiers, etc.) 1 Du point de vue des tenants des pouvoirs locaux : La décentralisation crée de nouveaux tenants du pouvoir. 2 Le point de vue des tenants de l'administration : La décentralisation signifie perte de pouvoir et de prestige. 3 Du point de vue des ONG : L’administration communale concurrence directement l'action des ONG 4 Du point de vue des opérateurs économiques : La décentralisation prolonge la liste des interlocuteurs en matière d'attribution de marchés. 5 Elle offre aux acteurs un espace dans lequel les mécanismes de gestion du pouvoir local peuvent être examinés voir remis en cause, émergence de nouveaux défis:
    • D’un coté une gouvernance et une citoyenneté formelles qui proposent des cadres rationalisés, peu en accord avec les réalités du milieu Né dans un contexte où gouvernance et citoyenneté sont à deux vitesses, le LC se donne entre autres pour missions de faciliter l’articulation entre différentes normes de gouvernance: et de l’autre des modes de gouvernance et des citoyennetés ancrées dans le quotidien de populations qui se saisissent tant bien que mal des multiples références qui les entourent (État, tradition, marché, développement, etc.). Des résultats des travaux du LC, la décentralisation et la fourniture de services publics locaux sont aussi les lieux quotidiens où populations et autorités élaborent encore très difficilement les cadres d’une gouvernance fondée sur la redevabilité politique et une citoyenneté réelle. Les difficultés constatées sont à plusieurs niveaux:
      • La trop grande solitude des agents publics locaux,
      • Une demande de service public peu « capturée »,
      • l’ambiguïté des besoins villageois,
      • Sur-responsabilisation des communautés: le cas des associations des parents d’élèves dans le domaine de l’éducation
      • L’ambiguïté de la redevabilité politique en matière d’aide publique au développement.
    • Servir de contre-pouvoir local Contribuer à renforcer des espaces formels/informels de participation 1 2
      • Le collège de sages (notables et chefs traditionnels) 
      • Les figures emblématiques ou « leaders d’opinion » 
      • Les individualités marquantes 
      • Le dévouement 
      • L’inclusion sociale  
      • Espaces formels
      • Cadres de concertation
      • Contrats entre organisations locales et municipalité
      • Prise de participation dans les instruments de coopération
      • Plans de développement local laissant la place au privé,
      • Interpellation de la collectivité par les instances statutaires des organisations de la société civile
      • Espaces informels
      • Le forum multi – acteurs
      • La radio
      • Les forums de résonance
      • Les réseaux d’acteurs  
    • … une véritable planification locale nécessite :
      • Un réel transfert des compétences et des ressources,
      • Une reconsidération du rôle des différents niveaux de décentralisation de sorte à faire correspondre les compétences théoriques aux capacités locales
      • Un Etat moins interventionniste et plus régulateur,
      • Un assouplissement des règles de contrôles des collectivités territoriales. Pourquoi une commune a-t-elle besoin d’écrire au ministère de tutelle pour passer un marché ?
      • Des bailleurs de fonds qui jouent le jeu de la décentralisation,
      • Un dialogue continue entre les différentes échelles de décentralisation
    • Les programmes d’appui budgétaire sectoriel utilisent des indicateurs développés à partir du niveau central dans un langage officiel et technique; pourtant la fonction primaire des indicateurs est de servir comme outil d’apprentissage dans un dialogue multi-acteurs; Il faut construire les conditions nécessaires pour un dialogue entre savoirs et perspectives nationaux et locaux, modernes et coutumiers, quantitatifs et qualificatifs.
    • Comment s’assurer que les stratégies d’appui sont adaptées? DEFIS Investir dans des analyses fines et documentées permettant de comprendre les relations de pouvoir formel et informel, les mécanismes réels de changement et de résistance au changement, les contradictions vécues par les individus, les attentes en matière de service public. RECOMMANDATIONS Comment réduire l’écart citoyenneté formelle et citoyenneté réelle? Organiser des espaces pérennes de dialogue sur le service public. Permettre aux différents acteurs de débattre, de se questionner et de s’écouter mutuellement. 1 2
    • DEFIS RECOMMANDATIONS Comment appuyer une citoyenneté plus active et qui peut articuler une demande de meilleure gouvernance locale? Appuyer les responsables des organisations communautaires dans la mobilisation et la sensibilisation des populations, dans l’interpellation des agents publics. Etablir des alliances avec différentes organisations de la société civile et les autorités publiques jouant un rôle de garant dans le contrôle citoyen. Comment renforcer la redevabilité politique des élus locaux? Renforcer la capacité des élus locaux à assurer un leadership communal, à produire et négocier la confiance locale, à assurer la coordination des prestataires des services, à gérer le contrôle citoyen multi-directionnel 3 4
    • Comment mieux appuyer la société civile dans les processus de décentralisation? Sérier les missions de la société civile en missions ponctuelles, moyen terme et long terme. Adapter les appuis techniques et financiers en fonction des urgences criardes et des problèmes de gouvernance pouvant se décliner dans le temps. DEFI RECOMMANDATIONS 5
    •