Your SlideShare is downloading. ×
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Apports de la systémique à la gestion des organisations et des institutions publiques

15,328

Published on

Management public et systémique

Management public et systémique

Published in: Education, Business
1 Comment
2 Likes
Statistics
Notes
No Downloads
Views
Total Views
15,328
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
8
Actions
Shares
0
Downloads
133
Comments
1
Likes
2
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Apport de la Systémique à lagestion des institutions et des organisations publiques Claude Rochet (PR) Université Paul Cézanne - Aix-en-Provence 1° décembre 2008
  • 2. Sommaire Institutions et organisations publiques: Définitions L’approche évolutionniste La nation comme système émergent Les trajectoires et les systèmes nationaux d’innovation Ergodicité et décision publique Les organisations publiques comme systèmes adaptatifs Conclusions opérationnelles et perspectives de recherche1° décembre 2008 2 Claude Rochet
  • 3. Dynamique de l’évolution institutionnelle 1° décembre 2008
  • 4. Les institutions et organisations publiquesIdées dominantes Règles Joueurs Faible feedback de l’expérience organisationnelle Institutions formelles sur l’évolution institutionnelleDes institutions sontconsistantes quand les règlesécrites sont cohérentes avec le Organisationssystème de croyance Institutions informelles Système durable de croyances partagées1° décembre 2008 4 Claude Rochet
  • 5. Les institutions comme équilibres de Nash-Cournot Les institutions sont une représentation des traits saillants et invariant des équilibres de Nash- Cournot, soit des croyances partagées par les joueurs quant aux règles des jeux dans lesquels ils sont impliqués de manière répétitive Création endogène de règles (Aoki, 2001)1° décembre 2008 5 Claude Rochet
  • 6. La dynamique du changement Nouvelles compétences Prise de conscience: générées par l’innovation nouvelles opportunités organisationnelle Modèles mentaux des acteurs Institutions Organisations Incitatifs pour créer des compétences nouvelles La trajectoire (succession d’événements) s’inscrit dans une dépendance de sentier1° décembre 2008 6 Claude Rochet
  • 7. Co-évolution du cadre institutionnel et du système de croyances des agentsCadre actuel des jeux décentralisés des agents Règles d’inférences Choix de la Les stratégies Système de définissant les stratégie quiAgents possibles sont en croyances conséquences rapporte le nombre limité partagées subjectives des choix meilleur bénéfice Elargir le champ Modification des Modification des Mise en placeInstitutions des stratégies normes règles d’inférence d’incitatifs possibles institutionnellesInnovation dans le cadre institutionnel1° décembre 2008 7 Adapté de Aoki (2001) Claude Rochet
  • 8. Innovation institutionnelle par Conception déséquilibre cognitif du bien commun Inadaptation des anciennes institutions Dynamique d’apprentissage Nouvelles institutions et nouveau cadre cognitif Les stratégies Nouvel possibles mènent à Nouvel Déséquilibre Apprentissage ensemble de des décision perçues équilibre comme sous- cognitif collectif choix cognitif optimales possibles Cycle vertueux du Cycle vertueux de déséquilibre cognitif l’équilibre autorenforçant Changement Crise du Nouvelles Nouveau Institutions dans paradigme règles système actuelles l’environnement dominant d’inférence institutionnelInnovation dans le cadre institutionnel1° décembre 2008 8 Claude Rochet
  • 9. Temporalité différente d’évolution entre institutions formelles et informelles Etat Temporalité génétique Temporalité somatique Prise de conscience Action intentionnelle Institutions Organisations Informelles: Système de croyances Formelles: Lien entre croyances et Représentation interne Représentation externe codes sociaux de la de la = Modèles mentaux perception de la complexité de l’environnement1° décembre 2008 9 Claude Rochet
  • 10. Approche évolutionniste et changements de paradigme 1° décembre 2008
  • 11. Des structures semblables pour toutes les révolutions industrielles Régularités historiques Spécificités • Une révolution • Chaque révolution technologique tous les change le paradigme de 40 à 60 ans l’innovation et de la compétitivité • Un déploiement en phases de 8 à 12 ans • Un paradigme reste dominant pour un demi siècle Cette compréhension du temps long et des cycles est à la base de toute stratégie1° décembre 2008 11 Claude Rochet
  • 12. La dynamique des cycles Déséquilibre de la Il y a des discontinuités Intrant clé branche porteuse: et des changements •Gains de radicaux productivité Innovations en grappes •Nouvelles industries Les grands découvreurs ne sont pas forcément Nouvelles les bons ingénieurs organisations, reconstruction Nouvel Un changement des consensus équilibre, organisationnel, social sociaux « âge d’or » et institutionnel Unité de compte: 50 ans Révolution technologique: l’intrant devient Déséquilibre une technologie général générique1° décembre 2008 12 Claude Rochet
  • 13. Le cycle de vie d’une révolution technologique Incubation Phase 1: Phase 2: Phase 3: Phase 4: Irruption Frénésie Développement MaturitéDegré de maturité technologique et saturation du marché Déploiement Dernières de vagues de l’innovation et Généralisation nouveaux des et croissance produits et potentialités Vers le déclin des de nouvelles du marché tandis que se infrastructures industries prépare le Croissance cycle suivant des technologies de base 1° décembre 2008 Environ 50 ans (phase montante du Kondratiev) 13 Source: Carlota Perez Claude Rochet
  • 14. La « nouvelle économie »: « business as usual ! » 1999: la fin des cycles économiques? « The “death” of the business cycle has often been exaggerated. In the roaring 1920s, just before the Great « All the evidence suggests that investors thought the good times would Depression, firms and a fifth industrial revolution—based on semiconductors, fibre optics, genetics and software—is not notwhat was then the longest never end. In the late 1960s, after only well under way but even approaching maturity. » The Economist, 1999 expansion in history, Americas Department of Commerce, « New technology and globalization havebe defunct, changed the name of deeming the business cycle to repealed the business cycle », Business Week, 1999 of its publications from Business Cycle Developments to one Business Conditions Digest, only for the expansion to end a year later. Again, in the late 1990s the “new economy” was thought to be immune to the business cycle, thanks to information1° décembre 2008 technology, more flexible markets and globalisation. Yet economies, like drunks, continue to move in wavy lines. » The Economist, 2002 14 Claude Rochet
  • 15. Du 4° au 5° cycle Age de l’information Production de masse stagflation, crise Crise systémique Crise de sociale et morale dans les pays 1929Degré de maturité technologique et saturation du marché leaders &WW2 E-crash Trente Déploiement du glorieuses modèle dans les nouveaux pays: 1920-1929: Brésil, Corée « Roaring Trente twenties » piteuses Frénésie 1908-1920 USA: Fin du Irruption Transistor, « paradoxe de machines à Solow » commande Irruption « e-diotie » et numérique telecoms mania 1908: Ford 1° décembre 2008 T 1° ordinateur 1971: microprocesseur 15 1991: 1° navigateur Claude Rochet
  • 16. Innover pour remédier au découplage d’évolution Epuisement Nouveau paradigme du paradigme Momentum critique Pression économique et Système Inertie sociale pour le techno- changement institutionnelle économique Réconciliation Nouveau sens commun Nouveau cadre socio-politique 16 D’après Carlota Perez (2004)1° décembre 2008 Période de croissance durable Claude Rochet
  • 17. Le processus de destruction créatrice Forger l’avenir Ou décliner? Risque! Double nature du changement technologique Mécanismes de diffusion différents1° décembre 2008 17 Claude Rochet
  • 18. La révolution technologique: une opportunité pour redistribuer les cartes ! Incubation Phase 1: Phase 2: Phase 3: Phase 4: Irruption Frénésie Développement MaturitéDegré de maturité technologique et saturation du marché Les pays en retard peuvent: L’important estdes paysbien comprendre la • profiter de la technologie de leaders Les pays leaders du cycle dynamique du développement du développement • sauter les étapes des cycles technologique précédent sont handicapés: (ex: passer au cellulaire sans passer technologique et de savoir oùArrogance sur la par le filaire) • l’on est • profiter d’une plus grande souplesseen S ! courbe • Obsolescence institutionnelle institutionnelle (puisque tout est à bâtir)… • Rentes • … à condition de sinscrire dans son • Reconversion des bureaucraties histoire et le génie de chaque peuple (Alexandre Gerschenkron) 1° décembre 2008 Environ 50 ans (Kondratiev) 18 Source: Carlota Perez Claude Rochet
  • 19. La nation comme système émergent 1° décembre 2008
  • 20. Il y a co-évolution des 5 sous-systèmes semi autonomesLa performance est unepropriété émergente Technologie Economie: : création capital d’artefacts, disponible, innovation investissement, organisation du travail Science: création de Politique: cadre légal, droits de possibles propriété, coûts de Culture: transaction, génération de scolarisation, connaissance utile, cohésion sociale croyances, aptitude au changement Cette co-évolution détermine la trajectoire technologique1° décembre 2008 20 Claude Rochet Source: C. Freeman
  • 21. C’est l’immatériel qui crée la valeur! G = a x f(K x L) = 15% Le « résidu » = De la contribution à la croissance (1957)85 % de la contribution à la croissance1° décembre 2008 21 Claude Rochet
  • 22. Ergodique ou non- ergodique? 1° décembre 2008
  • 23. Institutions et non-ergocicité Prise de conscience de laEn période de croissance stable rationalité limitée: accent mis surau sein du même paradigme, l’apprentissagel’hypothèse ergodique et lalogique positiviste peuventfonctionner Compétition pour l’innovation institutionnelle Pour faire face à l’incertitude, lactualisation de la base de connaissances et du système de croyances est la clé 1° décembre 2008 23 Claude Rochet
  • 24. L’évolution de la décision publique Vous avez dit « démocratie participative »? 1° décembre 2008
  • 25. Un monde en réseau Réseaux en étoile: contrôle par les Réseaux concentrateurs centralisés:contrôle du centre Réseaux maillé: Tout peut passer… jusqu’à inventer de nouveaux moyens de contrôle (ex: les frontières de1° décembre 2008 l’Internet) 25 Claude Rochet
  • 26. Conséquence pour la décision publique Accroissement de la complexité endogène de la décision Le nombre de paramètres à faire entrer en interaction est élevé et pratiquement indéterminé Accroissement de la complexité exogène Du fait que chacun peut court-circuiter l’information officielle et mettre son grain de sel (Internet, Blogosphère…) On peut être tenté de Réduire la complexité par décret Instrumenter la libre expression des citoyens Mais peut-on faire converger tout cela vers une prise1° décembre 2008 de décision publique à plus forte valeur ajoutée? 26 Claude Rochet
  • 27. Le nouveau bestiaire de la décision publique Lazer, David and Allan Friedman, 2005 “The Parable of the Hare and the Tortoise: Small Worlds, Diversity, and System Performance », KSG RWP 05-2581° décembre 2008 27 Claude Rochet
  • 28. Et hibou? Qu’est-ce qu’une décision sage? Pas nécessaire dans l’optique du public choice et de l’individualisme méthodologique Nous renvoie à l’opposition liberté négative / liberté positive Et donc au statut de la raison => Une décision publique doit s’évaluer au regard de ses conséquences supposée => Le management public doit s’inscrire dans le domaine des sciences morales «  Dieu se rit de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » Bossuet1° décembre 2008 28 Claude Rochet
  • 29. Actualiser valeurs et compétences du management public L’instruction : Valeurs héritées du L’éducation : Les nouvelles compétences modèle wébérien Les valeurs à actualiser : Des compétences appropriées à un monde ouvert et incertain : • L ’ E t a t comme architecte des solutions politiques au service du • La scénarisation stratégique dans un bien commun environnement non-déterministe • Le droit public écrit et spécifique • L’intégration du citoyen : comme conséquence de l’inégalité o dans la prise de décision publique de la relation entre l’Etat et le citoyen o dans la conception des services • Le statut de la fonction publique • Une logique de création de valeur mesurable comme reconnaissance de la et évaluable spécificité des valeurs du service • Les systèmes d’information comme levier de public la réforme administrative Les valeurs wébériennes à De nouvelles valeurs à promouvoir : abandonner : • Redéfinir les rôles, responsabilités et modes • La hiérarchie de relations entre le centre et la périphérie • L ’ e mploi exclusif • Développer l’approche horizontale des politiques publiques • La division du travail • Favoriser la mobilité privé public et public privé • Organisation modulaire, évolutive et résiliente des dispositifs publics.1° décembre 2008 29 Claude Rochet
  • 30. Créer de la connaissance utile Base épistémique de la connaissance Connaissance Nouvelle Le savoir qui « quoi » connaissance s’apprend et le c k savoir qui se ba F ee d - crée dans l’action Développement Connaissance empirique de la « comment » connaissance LBD Base empirique de la connaissance1° décembre 2008 30 Claude Rochet
  • 31. Mais tout ne s’apprend pas ! Bien commun Base épistémique de la connaissance Connaissance « quoi » (épistémé) Sagesse pratique (phronesis) Connaissance conjecturale Management (métis) public Base empirique de la connaissance1° décembre 2008 31 Claude Rochet
  • 32. La « bonne gouvernance »? Un retour aux sources s’impose « La grandeur de la Cité, c’est le bien commun » Machiavel1° décembre 2008 32 Claude Rochet
  • 33. Qu’est-ce qu’un dirigeant sage? « Ce que l’infirmité du chef a, en soi, d’irrémédiable ne saurait être compensé par la valeur de l’institution. » Charles De Gaulle, Mémoires d’espoir. La phronesis est l’essence du politique puisque c’est l’exercice du jugement tant par les hommes politiques que par les citoyens, indépendamment de la référence à un savoir transcendant. La phronesis ne peut s’enseigner et ne peut s’acquérir que par l’expérience. L’interaction des institutions avec les organisations, des grands principes avec les problèmes concrets, peut permettre de la développer1° décembre 2008 33 Claude Rochet
  • 34. Au fond des victoires dAlexandre, on retrouve toujours Aristote "La véritable école du commandement est celle de la culture générale. Par elle, la pensée est mise à même de sexercer avec ordre, de discerner dans les choses lessentiel de laccessoire, (...) de sélever à ce degré où les ensembles apparaissent sans préjudice des nuances. Pas un illustre capitaine qui neût le goût et le sentiment du patrimoine et de lesprit humain. Au fond des victoires dAlexandre, on retrouve toujours Aristote..."1° décembre 2008 34 Claude Rochet
  • 35. En conclusion: programme de recherche1° décembre 2008 35 Claude Rochet
  • 36. Merci de votre attention http://claude-rochet.fr1° décembre 2008 36 Claude Rochet

×