Publications de sociétés savantes de Bourgogne dans Gallica
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Publications de sociétés savantes de Bourgogne dans Gallica

on

  • 1,756 views

La Bourgogne dans Gallica : visibilité et pertinence d'une collection de sociétés savantes unifiée dans Gallica ; ...

La Bourgogne dans Gallica : visibilité et pertinence d'une collection de sociétés savantes unifiée dans Gallica ;
Les usages du lecteur de Gallica ;
Mouvement vers une extension de l'offre en ligne de documents sous droits (Cairn, Persée, archives ouvertes) et l'offre de Gallica : les contrats de cession de droits
avec les revues, l'existant et son bilan

Statistics

Views

Total Views
1,756
Views on SlideShare
1,718
Embed Views
38

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

2 Embeds 38

http://www.crl-bourgogne.org 35
http://crl-bourgogne.org 3

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Publications de sociétés savantes de Bourgogne dans Gallica Publications de sociétés savantes de Bourgogne dans Gallica Presentation Transcript

  • Un programme concerté de numérisation : les publications savantes de Bourgogne dans Gallica Arnaud DHERMY Dijon, 20 mai 2010
  • Un programme concerté de numérisation : les publications savantes de Bourgogne dans Gallica
    • 1 – Historique du programme ; état actuel
    • 2 – La Bourgogne dans Gallica
    • 3 – Perspectives : extension de l’offre et valorisation
  • 1. Historique et état actuel sur Gallica
    • Les sociétés savantes : un des premiers chargements importants de périodiques sur Internet
    • Actuellement près de 900 titres
    • Des revues parues entre 1750 et 1940, un total de 14 000 fascicules, 5 millions de pages.
  • Le programme de numérisation des revues savantes de Gallica
    • Initié à partir de 1997, il s’articule autour du schéma suivant :
    • Un chantier en coopération entre la BnF et des établissements publics en régions
    • Un choix documentaire concerté
    • Une complémentarité amorcée en fonction d’un fonds de doubles disponible à la BnF
    • L’élaboration commune d’un éditorial accompagnant la diffusion
    • Une numérisation réalisée par la BnF et mise en ligne en premier lieu sur Gallica
    • Un passage de témoin : la livraison du produit numérique, pour dissémination, à l’ensemble des partenaires.
  • 1998-2001 : premières réalisations en Aquitaine et Lorraine
    • Une recherche de partenariats bilatéraux : les AD et les BM
    • => fourniture de microformes et/ou doubles
    • Une couverture chronologique des origines à 1914
    • Appui des sociétés savantes pour la partie éditoriale du dossier
  • http://gallicadossiers.bnf.fr/SocietesSavantes/
  • Le dossier est organisé par régions, puis par départements Pour chaque département : une présentation historique ; la liste des publications permettant l’accès direct à la série puis au fascicule ; un module « recherche » par mot du titre de l’article ou de l’auteur sur l’ensemble du fonds numérisé des sociétés savantes de la région
  •  
  •  
  • 2003 - 2007 : un rôle potentiellement accru et diversifié des partenaires en région :
    • Un partenaire unique à l’échelon régional
    • Une plus grande variété de collections (ex. sociétés de viticulture)
    • Une offre complémentaire : les Annales de Bourgogne, les Mémoires de la Commission
    • des antiquités de Cd’O.
    • L’alimentation d’une bibliographie
    • régionale :
    • à partir de ses métadonnées
    • le document numérique,
    • est relié aux notices de
    • dépouillement : Britalis ,
    • la Base bibliographique
    • bourguignonne …
  • 2006 : évolution du projet, côté BnF
    • Des évolutions techniques : passage au mode texte
    • Une ouverture de Gallica
    • vers la partie sous droits
  • 2006 : évolution du projet, côté BnF
    • Un accroissement
    • quantitatif
    • (jusqu’à 100 000
    • documents par an)
  • 2006 : évolution du projet, côté BnF Traçabilité des ressources numériques des partenaires la mention de provenance : le tagage des documents :
  • 2006 : évolution du projet, côté BnF
    • En lien avec les partenaires européens , selon trois axes privilégiés :
    • Le patrimoine national (grandes revues françaises, la France des régions, les étapes de l’histoire de France).
    • Les échanges européens (relations
    • internationales ; hommes et idées).
    • La francophonie
  • 2006 : évolution du projet, côté BnF
    • Concernant plus particulièrement les revues :
    • L’amorce d’un corpus de revues savantes, parues avant 1940 sur tout l’espace français , en ligne depuis 2010 sur Gallica.
    • Un accès unique à l’ensemble des sociétés
    • savantes françaises, qui doit permettre
    • d’atteindre les sociétés elles-mêmes,
    • leur expertise, services et activités.
    • Une ouverture de Gallica vers la partie
    • sous droits, sur le principe du volontariat.
  • Rappel des évolutions intervenues
    • Un élargissement des thématiques choisies en direction des sciences, de l’agriculture. Le projet atteint désormais tout type de revues régionales (littéraire, ethnologie, politique…).
    • Une ouverture au XXe siècle , notamment par le conventionnement pour l’accès aux séries sous droit d’auteur (et aussi la fin de l’année 1914 comme date butoir, au profit de 1940).
    • Une souplesse des échanges : abandon des demandes de doubles ou de copies microformes, au profit du prêt de documents originaux reliés .
  • Rappel des évolutions intervenues
    • Un produit privilégiant l’accès ponctuel à des outils de travail, à des articles, chapitres, ou paragraphes, plutôt que la lecture en continu (accès au contenu des sommaires dès l’accueil de Gallica, recherche en plein texte).
    • Un produit qui permet la citabilité des ressources, pour un public « en transit », ou ne connaissant pas a priori les documents qu’il veut consulter : l’adresse url (http) comme référence bibliographique.
    • Une mise à disposition d’originaux « tels quels », mais pas d’édition électronique.
  • Rappel des évolutions intervenues
    • Un produit qui se veut adaptable à la stratégie de chaque partenaire :
    • diffusion et archivage ;
    • portail régional ;
    • valorisation éditoriale ;
    • indexation et accès indexés aux ressources ;
    • visibilité sur le net ; mises à jour ;
    • édition électronique ;
    • extensions vers d’autres programmes concertés …
  • Le programme concerté de numérisation des publications savantes en région pour Gallica
    • 2 La Bourgogne dans Gallica
  • Etat en 2010 moyenne nationale : 56 % soit 12 221 fascicules en ligne
  •  
  • Etat en 2010 moyenne nationale : 56 % soit 12 221 fascicules en ligne. moyenne régionale : 71,6 % soit 827 fascicules en région.
  • Etat en 2010 Les revues de Côte d’Or : Mémoires et séances publiques de l’Académie de Dijon Mémoires de la Commission des antiquités de Côte d’Or Bulletins du Comité d'histoire & d'archéologie religieuses de Dijon Mémoires & bulletins de la Société bourguignonne de Géographie et d'Histoire Journal d’agriculture & d’horticulture du Comité central d'agriculture de la Côte d'Or Journal de la Société d'horticulture de Côte d'Or Mémoires de la Société d'histoire, d'archéologie et de littérature de Beaune Bulletins de la Société vigneronne de l'arrondissement de Beaune Bulletins de la Société archéologique du Châtillonnais Bulletins de la Société archéologique et biographique de Montbard Bulletins de la Société des Sciences historiques et naturelles de Semur Pro Alesia (Société des Sciences historiques et naturelles de Semur) Le Cultivateur, Comité d'agriculture et d'industrie agricole de l'arr. de Semur
  • Etat en 2010 Les revues de Nièvre : Mémoires de la Société académique du Nivernais Bulletins de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts Bulletins de la Société scientifique et artistique de Clamecy
  • Etat en 2010 Les revues de Saône-et-Loire : Annales de l’Académie de Mâcon Mémoires et annales de la Société éduenne Bulletins de la Société d’histoire naturelle d’Autun Mémoires & bulletins de la Société d’histoire et d’archéologie de Chalon Journaux & bulletins de la Société d’agriculture & d’horticulture de Chalon La Bresse louhannaise, Société d’agriculture et d’horticulture de Louhans Bulletins de la Société des amis des arts, sciences, archéologie et histoire locale de la Bresse louhannaise Revue du Bourbonnais – Brionnais (Amis des arts de Marcigny) Annales & bulletins de la Société des amis des arts & sciences de Tournus
  • Etat en 2010 Les revues d’Yonne : Annuaire de l’Yonne Bulletins de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne Bulletins de la Société d’études d’Avallon Bulletins de la Société archéologique de Sens
  • Au-delà des revues, Gallica : un contexte thématique plus large à disposition
    • Des collections cartographiques
    • Des documents généalogiques
    • Des récits de voyage
    • Des pièces historiques (fonds Gaignières)
    • Les monographies communales, les comptes rendus des conseils généraux (LK16-12)
    • Des dessins, affiches…
  • Un accès aux ressources sur plusieurs niveaux :
    • les tables des matières
  • Un accès aux ressources sur plusieurs niveaux :
    • un mode texte qui tient compte de la revue dans son identité,
    • plutôt qu’un accès
    • à un article isolé
  • Gallica : un environnement documentaire plus large à disposition Un bouquet de revues de plus en plus important. Visible par un public hors du contexte bourguignon et français Référençable à l’infini de par les usages d’Internet
    • L’accès cartographique :
    une dissémination des ressources de Gallica à travers Internet
    • Les cartes conceptuelles :
    Créer des accès au plus près des usages d’Internet
  • Les publications savantes de Bourgogne dans Gallica
    • 3 Perspectives :
    • vers une
    • extension
    • de l’offre,
    • sa valorisation
  • 2006 : Gallica s’ouvre aux revues sous droit d’auteur
    • Des négociations sont conduites par le département de la Coopération de la BnF afin d'intégrer à Gallica plusieurs grandes revues en sciences humaines et sociales, au-delà de la barrière fixée par les droits d'auteur
    • Cette initiative tire son origine du partenariat avec le portail de diffusion de revues Cairn.
  • 2006 : Gallica s’ouvre aux revues sous droit d’auteur
    • CAIRN diffuse à ce jour plus de 190 titres de périodiques - notamment édités par les PUF – uniquement à partir de l’année 2001.
    • Ils sont disponibles en mode texte et à l’article, pour partie gratuitement et pour partie en accès payant : c'est le système de la barrière mobile.
    • Dans le cadre d'une barrière mobile de 5 ans par exemple, seules les 5 dernières années de publication sont en accès payant.
    • Cette barrière mobile est un moyen de garantir la commercialisation de la production courante, sous forme « papier » ou électronique.
  • 2006 : Gallica s’ouvre aux revues sous droit d’auteur
    • En vertu de cet accord, la BnF numérise le rétrospectif des revues diffusées par Cairn et les diffuse par le biais de Gallica de manière gratuite.
    • A titre d'exemples, la revue Études , accessible sur Cairn de 2001 à 2009, est numérisée par la BnF de 1856 à 2000,
    • et la Revue française de psychanalyse , accessible sur Cairn également de 2001 à 2009, est numérisée par la BnF de 1927 à 2000.
  • 2006 : Gallica s’ouvre aux revues sous droit d’auteur
    • De manière à opérer dans le respect des règles de la propriété intellectuelle, la BnF s’assure préalablement à la numérisation de l'accord des éditeurs, mais aussi de celui des auteurs d'articles.
    • Loi n°78-753 du 17 juillet 1978 sur la réutilisation non commerciale (avec maintien de la mention de source).
    • Elle se rapproche de la rédaction des revues pour effectuer les démarches nécessaires.
  • 2006 : Gallica s’ouvre aux revues sous droit d’auteur
    • Au delà du partenariat avec Cairn, des accords de numérisation ont aussi été négociés avec d’autres revues ( Revue Mabillon, La Pensée ).
    • C’est aussi le cas des revues en sciences dures ( Comptes rendus de l'Académie des Sciences , Bulletin de la Société entomologique de France, … ).
    • Ainsi qu'avec des sociétés savantes .
  • les motivations des revues partenaires
    • En termes de visibilité :
    • Améliorer la réputation et la diffusion des revues de langue française.
    • En complément d’un site propre, utiliser Gallica comme surface de contact vers un public plus large, pour une mise à disposition des lecteurs qui ne les connaissent pas.
    • Assurer une promotion et faciliter une commercialisation - tant dans les aires francophones que dans le reste du monde - selon un modèle économique raisonnable, respectueux à la fois des intérêts des utilisateurs et de ceux des ayants droit.
  • les motivations des revues partenaires
    • En termes d’infrastructure :
    • S’appuyer sur le marché et le financement BnF là où un projet isolé se heurte au volume d’une production séculaire.
    • Utiliser les capacités de la BnF en termes d’accueil des flux de connexion, de capacité de stockage ; s’appuyer sur son système de préservation numérique.
  • les motivations des revues partenaires
    • En termes de complémentarité :
    • en connexion avec son propre site Internet qui diffuse les contenus des sommaires et souhaite échanger avec ses lecteurs.
  • les motivations des revues partenaires
    • En termes de valorisation :
    • Intégrer un bouquet de revues qui va croissant, et dont le chiffre de consultation est important.
    • Mettre ses sommaires en commun avec d’autres revues positionnées sur les mêmes thématiques.
    • Dépasser l’impression de morcellement de dizaines de revues différentes.
    • Pour une meilleure complémentarité et visibilité d’une production scientifique et d’une communauté d’expertises.
  • 2006 : Gallica s’ouvre aux revues sous droit d’auteur
    • Les partenariats en cours :
    • Plus d’une douzaine de revues du bouquet CAIRN (Revue historique, Etudes…)
    • Plusieurs revues de sciences et SHS : Revue Mabillon, la Pensée…
    • Les sociétés savantes : 10 sont en cours de mise en ligne ; 16 sont en contact
  • 2009 : Convention pour l’accès aux ressources sous droits dans Gallica, sur le principe du volontariat :
  • 2009 : Convention pour l’accès aux ressources sous droits dans Gallica, sur le principe du volontariat :
    • Des contrats bilatéraux entre la BnF et la revue
    • Une intégration des collections des partenaires dans les marchés Gallica, plutôt que l’utilisation des séries patrimoniales de la BnF.
  • 2009 : Convention pour l’accès aux ressources sous droits dans Gallica, sur le principe du volontariat :
    • Une co-propriété des documents numériques
    • 3 types de réappropriation : le permalien (html), le document numérique de diffusion (jpg ou pdf), le document d’archivage (tif).
  • 2009 : Convention pour l’accès aux ressources sous droits dans Gallica, sur le principe du volontariat :
    • Une information des auteurs et ayant droits à partir des données en possession de la revue
    • Un engagement permanent en faveur du droit de retrait (jusqu’à échéance du droit d’auteur).
  • 2009 : l’accès aux ressources sous droits dans Gallica :
    • Extraits du contrat : L’apport des parties
    • La Société, en sa qualité d'éditeur, autorise la BnF à titre gracieux à numériser les numéros de ses "publications citées ", en vue de les conserver sur support numérique.
    • La Société permet en outre à la BnF d'utiliser les numéros des " publications citées " dans le cadre de ses partenariats avec les bibliothèques numériques auxquelles elle est associée, à l'échelon national, européen et mondial.
    • Cette autorisation est conférée à la BnF à titre non exclusif et non révocable, jusqu'à la date à laquelle les numéros des " publications citées " tomberont dans le domaine public.
    • Les coûts de numérisation, de mise en ligne et de traitement seront supportés par la BnF.
    • La BnF, à l'issue de son opération de numérisation, remettra à la Société une copie numérique de la collection telle qu'elle aura été reproduite par ses soins.
    • La participation de la Société au projet sera mentionnée sur le site Gallica par l'apposition du nom et/ou du logo de la Société sur la page d'accès aux documents numérisés. Des liens hypertextes seront créés entre les sites de la BnF et celui de la Société.
  • 2009 : l’accès aux ressources sous droits dans Gallica :
    • Extraits du contrat : les contacts avec les auteurs
    • La Société s'engage à obtenir l'autorisation des auteurs ou de leurs ayants droit pour la reproduction numérique et la diffusion en ligne des articles.
    • A cet effet, la Société s'engage à mettre en œuvre une démarche systématique de demande d'autorisation aux auteurs dont elle a conservé les coordonnées.
    • La Société insèrera par ailleurs dans les numéros des " publications citées " un encart invitant les auteurs ou leurs ayants droit à se faire connaître.
    • Les textes et illustrations dont les auteurs ou ayants droit auront exprimé un refus ne seront pas mis en ligne.
    • A l'issue d'un délai de six mois suivant la publication du premier encart, les parties conviennent que les textes dont les auteurs ou ayants droit n'auraient pu être retrouvés, feraient l'objet d'une numérisation et d'une diffusion sur Gallica.
    • La BnF s'engage à retirer, à la demande de la Société ou d'un titulaire de droits, tout article ou illustration en cas de réclamation dudit titulaire.
  • La valorisation Faire des ressources en revues savantes une offre partagée , en termes : - de continuité et de cohérence, pour le domaine public - de visibilité - de valorisation - d’enrichissement
  • La valorisation : différents niveaux de partenariat
    • mise en ligne et conservation
    • présentation
    • éditorial
    • indexation et dépouillements
    • valorisation
    • intégration à d’autres ressources, d’autres programmes (commémorations, présentations …)
    • actualisation (barrière mobile du droit d’auteur)
    • Merci
    • de votre attention !
    • [email_address]