Your SlideShare is downloading. ×

Les Groupements d'Employeurs en Bretagne

4,758
views

Published on


0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
4,758
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
25
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Les groupements d’employeurs en Bretagne Chambre régionale de commerce et d’industrie de Bretagne Edition Edition 2010
  • 2. Synthèse.................................................................................................................... 4Nouveautés 2010 ...................................................................................................... 6Introduction............................................................................................................... 81/ Préambule ............................................................................................................. 91.1/ Définition du groupement d’employeurs (GE) ............................................................................................ 91.2/ Les différentes formes de groupements d’employeurs et leurs modes de représentation...................... 101.3/ Le GE et les autres modalités d’organisation du travail et de l’emploi................................................... 13 1.31/ L’intérim ................................................................................................................................................. 13 1.32/ Le portage salarial ................................................................................................................................... 14 1.33/ Le multi-salariat ...................................................................................................................................... 15 1.34/ Le détachement d’entreprise ................................................................................................................... 151.4/ Intérêts et finalités de la constitution d’un groupement d’employeurs ................................................... 16 1.41/ Les intérêts du groupement d’employeurs pour l’entreprise ................................................................... 16 1.42/ L’intérêt du groupement d’employeurs pour les salariés ........................................................................ 18 1.43/ Intérêt – objectif d’un GE : une dynamisation du territoire..................................................................... 192/ Première partie : Constitution, organisation et fonctionnement desgroupements d’employeurs................................................................................... 222.1/ Constitution d’un groupement d’employeurs............................................................................................ 22 2.11/ Cadre légal et réglementaire.................................................................................................................... 22 2.12/ La constitution et composition d’un groupement d’employeurs ............................................................. 272.2/ Les phases de création d’un groupement d’employeurs sous forme d’association loi 1901 .................. 28 2.21/ Valider le projet par une étude de faisabilité et la mise en place d’un comité de pilotage ...................... 29 2.22/ L’étude de réalisation .............................................................................................................................. 30 2.23/ Les formalités à accomplir ...................................................................................................................... 30 2.24/ La création juridique : les démarches administratives............................................................................. 33 2.25/ L’information des représentants du personnel......................................................................................... 35 2.26/ Les déclarations d’existence aux services fiscaux et sociaux.................................................................. 362.3/ Les sociétés coopératives ............................................................................................................................. 362.4/ Régime fiscal et responsabilités sociales des groupements d’employeurs ............................................... 37 2.41/ La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) ........................................................................................................ 37 2.42/ Limpôt sur les sociétés (IS) .................................................................................................................... 38 2.43/ Limposition forfaitaire annuelle des sociétés (IFA) ............................................................................... 38 (IFA) Depuis le 1er janvier 1997, tous les groupements d’employeurs sont exonérés de cette imposition (article 13 de la loi de finances 1997). ............................................................................................................. 38 2.44/ La taxe dapprentissage (TA)................................................................................................................... 38 2.45/ La taxe sur les salaires (TS) (TS) ............................................................................................................ 39 2.46/ La Contribution économique territoriale (anciennement TP).................................................................. 39 2.51/ Le fonctionnement administratif ............................................................................................................. 39 2.52/ Le fonctionnement financier ................................................................................................................... 41 2.61/ Relation d’un GE avec ses entreprises adhérentes .................................................................................. 43 2.62/ Relation d’un GE avec ses salariés.......................................................................................................... 45 2.63/ Les relations du salarié avec l’entreprise utilisatrice............................................................................... 47Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 1
  • 3. 2.7/ Les groupements d’employeurs et leurs représentants............................................................................. 48 2.71/ L’Union des Groupements d’Employeurs de France .............................................................................. 48 2.72/ Le Centre de Ressources pour les Groupements d’Employeurs de Bretagne : CRGE de Bretagne ........ 52 2.73/ Le Centre Européen de Ressources pour les Groupements d’Employeurs : CERGE ............................. 543/ Deuxième partie : Freins au développement des groupements etpropositions de solutions...................................................................................... 563.1/ Les freins à la création des GE.................................................................................................................... 57 3.11/ Le manque de communication et d’information...................................................................................... 57 3.12/ Un manque de reconnaissance juridique ................................................................................................. 60 3.13/ Les contraintes lors de la constitution d’un GE....................................................................................... 613.2/ La persistance des obstacles juridiques...................................................................................................... 61 3.21/ La responsabilité solidaire : une responsabilité pleine et entière ............................................................ 61 3.22/ Choix et application de la convention collective..................................................................................... 63 3.23/ Les obstacles à l’adhésion de nouveaux adhérents.................................................................................. 64 3.24/ Les autres obstacles fiscaux : les bénéfices du GE.................................................................................. 663.3/ Les inconvénients pour les salariés ............................................................................................................. 663.4/ Les autres difficultés .................................................................................................................................... 67 3.41/ Les risques de dérive ............................................................................................................................... 67 3.42/ La viabilité économique .......................................................................................................................... 67 3.43/ Les limites en matière de GRH ............................................................................................................... 674/ Troisième partie : Les groupements d’employeurs en Bretagne ................... 694.1/ Localisation des groupements d’employeurs sur le territoire breton...................................................... 694.2/ Les caractéristiques des groupements d’employeurs bretons .................................................................. 704.3/ Les évolutions concernant les GE entre 2006 et 2010 ............................................................................... 714.4/ Les aides accordées aux groupements d’employeurs par les collectivités territoriales.......................... 73ANNEXES ………………………………………………………………………………… 75Annexe 1 : Fiches descriptives des groupements demployeurs présents en Bretagne ……………………..77Annexe 2 : Les soutiens financiers aux groupements demployeurs .............................................................121Annexe 3 : Bibliographie ……………………………………………………………………………………...127Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 2
  • 4. Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 3
  • 5. SynthèseLes groupements d’employeurs sont des associations qui regroupent des entreprises en vuede concilier un maximum de flexibilité mais également un maximum de sécurité pour lessalariés. En effet, ils permettent à ces derniers d’avoir un contrat à durée indéterminée àtemps plein en mutualisant les besoins à temps partiel ou saisonniers de différentesentreprises.Les groupements d’employeurs sont apparus à la suite d’initiatives issues de l’agriculturepuis se sont étendus vers le secteur de l’industrie. Ils font l’objet d’une loi dès 1985 maispeinent à se développer depuis malgré diverses évolutions juridiques visant à promouvoirleur développement.En effet, de trop nombreux freins sont encore présents, notamment concernant laresponsabilité solidaire inhérente à cette structure, la question du choix d’une conventioncollective pour les groupements d’employeurs multisectoriels ou encore les difficultés àregrouper des structures fiscales différentes comme des entreprises et des associations...Cette étude cherche alors à faire le point sur l’environnement des groupementsd’employeurs au niveau national ainsi que sur l’état des lieux des groupements d’employeursen Bretagne.On pourra ainsi observer le fonctionnement particulier des groupements d’employeurs, quirepose sur une relation tripartite : GE Salarié Recrute Adhère au Mis à disposition de EntrepriseEn Bretagne, il existe 17 groupements d’employeurs à vocation économique : - 3 dans les Côtes d’Armor - 6 dans le Finistère - 5 dans l’Ille-et-Vilaine (dont une antenne) - 3 dans le MorbihanSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 4
  • 6. Parmi eux, 10 sont multisectoriels, les autres étant spécialisés dans l’hôtellerie-restauration(3), dans le secteur médico-social (1), dans l’embauche de travailleurs handicapés (1) etdans le domaine associatif (2 dont un spécialisé dans le sport).Au total, la Bretagne compte en 2010 1067 entreprises adhérentes d’un groupementd’employeurs, employant 884 salariés, correspondant à 600 équivalents temps plein.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 5
  • 7. Nouveautés 2010Evolutions apportées par l’édition 2010 Point du planLes évolutions législativesLe statut de groupement d’employeurs a connu quelques évolutionslégislatives depuis l’édition de 2008. 3 textes, particulièrement, ont apportédes modifications importantes. La loi du 3 décembre 2008 permet à un salarié travaillant au sein d’un cf. 2.117groupement d’employeurs de bénéficier des dispositifs de participation,d’intéressement et d’épargne salariale. Bien que n’ayant pas encore été adoptée par le Sénat, la propositionde loi Poisson de juin 2009 constitue une avancée importante dans lalégislation sur les groupements d’employeurs. Elle vise à supprimer la limited’appartenance à deux groupements d’employeurs ainsi que le seuil des 300 cf. 2.118salariés et propose d’autoriser la possibilité de pondérer la responsabilité desadhérents en fonction des services qu’ils en retirent, d’autoriser également lapossibilité aux collectivités territoriales d’intégrer un groupement sansréserve. Par ailleurs, elle propose de faire obligation au Pôle Emploi d’agir encollaboration avec les groupements d’employeurs. Enfin, la loi du 24 novembre 2009 relative à la formationprofessionnelle tout au long de la vie entraine notamment la possibilité deréaliser des contrats de professionnalisation en CDD de 24 mois pour des cf. 2.119publics dits « prioritaires ».La contribution économique territoriale (CET)Depuis le 1er janvier 2010, la taxe professionnelle (TP) a été remplacée parun nouvel impôt : la contribution économique territoriale (CET).La CET se décompose en fait en deux impôts distincts : - la cotisation foncière des entreprises (CFE) cf. 2.46 - la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)Concernant les groupements d’employeurs, il faut retenir que lesgroupements dont le chiffre d’affaire est inférieur à 500 000 euros sontexonérés de la CVAE, mais que tous les groupements d’employeurs sontredevables de la CFE.Les réseaux de groupements d’employeursComme cela a déjà été recensé dans les deux précédentes éditions, lesgroupements d’employeurs peuvent parfois adhérer à des réseaux, qu’ilssoient nationaux (UGEF) ou régionaux (CRGE en Bretagne).Or, la composition des instances et des membres de ces réseaux a étémodifiée depuis la dernière édition.Ainsi, on peut retrouver la nouvelle composition des instances de l’UGEF au cf. 2.712point 2.712. De plus, on peut également voir à la fin du point 2.71 que, parmiSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 6
  • 8. les GE bretons, seuls les groupements Reso 35 et Reso 56 sont adhérents àl’UGEF.Le point 2.72, quant à lui, permet d’identifier les groupements d’employeurs cf. 2.72adhérents au CRGE de Bretagne (15 au total hormis les GE agricoles), ainsique la composition des instances représentatives.Les groupements d’employeurs en BretagneLa dernière partie de l’analyse est consacrée à l’étude spécifique desgroupements d’employeurs bretons1.Cette étude présente dans un premier temps la localisation des groupementsen Bretagne et fait le constat d’une prédominance du Finistère et de l’Ille-et- cf. 4.1Vilaine quant au nombre de groupements localisés sur leurterritoire (respectivement 6 et 5 GE contre 3 dans les deux autresdépartements). On constate également la création de 2 GE depuis la dernièreétude, tous les 2 localisés dans le Finistère (GEM3S et Reso 29).Ensuite, elle cherche à analyser leurs caractéristiques : nature dugroupement, taux de CDD, adhésion à des réseaux, partenariats… cf. 4.2Cette étude est suivie par un examen de l’évolution des données chiffrées surles groupements entre 2006, 2008 et 2010, notamment en termes de cf. 4.3nombres d’entreprises adhérentes à un groupement par département et entermes de catégorie de contrat de travail utilisé (CDD/CDI).Cette étude fait également le point sur les aux aides attribuées par les cf. 4.4collectivités territoriales aux groupements d’employeurs bretons pour leurcréation et leur développement. cf. 4.5Enfin, une dernière partie est consacrée aux projets, en cours de création, denouveaux groupements d’employeurs.1 Hors groupements d’employeurs agricoles ou GEIQSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 7
  • 9. IntroductionDepuis quelques années, les pays européens et notamment la France cherchent àreproduire le modèle de flexicurité développé par le Danemark. Ce modèle allie une facilité àlicencier, une forte indemnisation du chômage et une politique active de formationprofessionnelle. L’Union européenne encourage d’ailleurs cette démarche puisque les lignesdirectrices pour les politiques de l’emploi (2008-2010) ont notamment pour objectifd’ « améliorer la capacité d’adaptation des travailleurs et des entreprises à la conjoncture ».Le texte précise ainsi que « pour mieux faire face aux changements économiques etsociaux, le marché du travail devrait être plus flexible et plus homogène, tout en garantissantla sécurité de l’emploi. Les Etats membres devraient intégrer ces objectifs dans leurslégislations nationales, et promouvoir des formes innovantes d’organisation du travail. »Les groupements d’employeurs (GE) en constituent un parfait exemple. En effet, Ilspermettent de concilier le besoin de flexibilité pour les entreprises et l’assurance d’unevéritable sécurité économique pour le salarié. Le principe des GE est donc de mutualiser lesbesoins partiels en personnel de ses différents membres pour former des emplois pérennes(la plupart du temps des contrats à durée indéterminée). Les groupements d’employeurscontribuent ainsi également à la réduction de la précarité du travail, d’autant plus que cephénomène touche plus particulièrement les femmes, les jeunes et les séniors et que cespopulations représentent une part importante de la main d’œuvre employée par les GE.Les groupements d’employeurs représentent également un outil de développementéconomique local car ils contribuent au dynamisme et à la densification du tissu économiqued’un territoire.La Bretagne a bien saisi l’intérêt de ce type de structure et l’opportunité de développementéconomique qu’elle apporte. Ainsi, alors que le territoire national n’est pas couvertuniformément par des groupements d’employeurs, la région Bretagne constitue un exempleen la matière. On peut penser que cela est notamment dû à deux facteurs : la présenced’une culture locale marquée par la coopération et le partenariat, ainsi que le soutien descollectivités locales et du Centre de Ressources des Groupements d’Employeurs.Cette étude réalisée par la CRCI de Bretagne, avec une récurrence bisannuelle, concerneuniquement les GE à vocation économique, qu’ils soient multisectoriels (regroupant desentreprises de tous secteurs d’activités) ou spécialisés, notamment dans l’hôtellerie-restauration, la santé... Elle rassemble également les 2 groupements associatifs présents enBretagne, à savoir GEDES 35 et Sport Bretagne. Cependant, cette étude ne traite pas desgroupements d’employeurs agricoles ni des groupements d’employeurs pour l’insertion et laqualification (GEIQ).Elle se compose en 3 parties : - la première est consacrée à la présentation des groupements d’employeurs, le dispositif mis en place dès 1985 et ses différentes évolutions jusqu’à ce jour, - la seconde partie fait état des freins rencontrés quant à leur développement et des perspectives d’évolutions qui sont proposées par de nombreux acteurs, - la troisième partie s’attache à dresser la situation des groupements d’employeurs en Bretagne.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 8
  • 10. 1/ Préambule1.1/ Définition du groupement d’employeurs (GE)Le Groupement d’Employeurs (GE) est une association loi 1901, à but non lucratif, créée etdirigée par des employeurs d’un même bassin d’emploi. Son but est de recruter un ouplusieurs salariés pour les mettre à disposition des membres du groupement, selon lesbesoins de chacun deux.La loi n° 85-772 du 25 juillet 1985 en pose le prin cipe.A travers cette loi, il s’agissait de légaliser des pratiques largement répandues dans lesecteur de l’agriculture, pratiques informelles de partage de personnels et de matériels entreexploitants voisins.Le groupement d’employeurs (GE) répondait à un besoin des entreprises en salariés àtemps partagé, besoin induit notamment par la saisonnalité de certaines activités.Mais dès son origine, il appelait une nouvelle logique : celle de la compétence partagée.Il avait pour but de permettre à différents exploitants de se regrouper pour bénéficier d’unpersonnel utilisé selon leurs besoins. Ce regroupement se justifiait dans deux cas : les exploitants avaient la nécessité d’utiliser les services d’un salarié qualifié (vacher, comptable…) mais uniquement à temps partiel du fait de leurs besoins restreints, plusieurs exploitants pouvaient également se regrouper et embaucher de la main d’œuvre nécessaire lors d’un surplus d’activité, dans le cas où les travaux saisonniers propres à chaque exploitation étaient décalés dans le temps. Les besoins des exploitants devaient donc être complémentaires, de façon à ce que le personnel embauché travaille dans les différentes exploitations au fur et à mesure des nécessités.A partir de cette loi, de nombreux GE ont été crées dans l’agriculture. On relève aujourd’huil’existence de plus de 4 000 GE agricoles.Cependant, cette loi imposant aux entreprises adhérentes d’un GE un seuil d’effectifplafonné à 10 salariés, elle réduisait alors la portée de tels dispositifs à d’autres secteursd’activité.Une extension aux PME/PMIMais depuis le début des années 1980, le modèle d’emploi traditionnel - un emploi stable àtemps plein exercé dans un lieu unique pour une durée indéterminée - a perduprogressivement sa position dominante au profit d’autres modes de prise en compte desressources humaines.Cette évolution s’explique par l’évolution des marchés des entreprises. Opérant sur desmarchés de plus en plus ouverts et concurrentiels, les entreprises ont davantage besoin desouplesse et d’adaptabilité.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 9
  • 11. De plus, depuis une dizaine d’années, l’emploi précaire connaît un essor rapide ; les emploistemporaires : contrats à durée déterminée (CDD) et contrats saisonniers, intérim, stages etcontrats aidés, apprentissage représentent environ 13 % de l’emploi total.Dans ce contexte de mutations, le législateur a, par la loi du 30 juillet 1987, relevé le seuild’effectifs des entreprises pouvant adhérer à un groupement d’employeurs ; les sociétésemployant jusqu’à cent salariés peuvent désormais bénéficier de cette formule.Ainsi, le dispositif autorise des petites et moyennes entreprises à se regrouper au sein d’uneassociation pour embaucher du personnel qu’elles n’auraient pas, seules, les moyens derecruter. Les salariés sont mis à la disposition des membres du groupement d’employeurs,selon les besoins de chacun, ce qui leur permet de gérer les fluctuations d’activitéssaisonnières, tout en assurant aux salariés un emploi stable et permanent dans le cadre d’uncontrat de travail unique.La loi quinquennale du 20 décembre 1993, relative au travail, à l’emploi, et à la formationprofessionnelle, viendra assouplir et faciliter le développement de groupementsd’employeurs, élargissant la possibilité d’adhésion aux entreprises comptant jusqu’à 300salariés, au lieu de 100 précédemment.Par ailleurs, sur les zones prioritaires en matière de développement du territoire (zoneéligible à la PAT, prime d’aménagement du territoire), la loi quinquennale autorise lesentreprises à se constituer en groupement d’employeurs, sans limitation de seuil d’effectif.Ces derniers porteront la dénomination de « groupement local d’employeurs ».Ces évolutions juridiques ont permis au dispositif de se développer dans les autres secteursd’activité et en particulier dans l’agroalimentaire où l’activité est rythmée par de fortessaisonnalités.Progressivement, des GE ont été développés dans les secteurs industriels ainsi que danscelui des services, principalement autour des besoins saisonniers, pour des emploisrelativement peu qualifiés. Puis ils se sont développés aussi dans le commerce, l’artisanat, lasanté, les professions libérales et le secteur associatif.Aujourd’hui, il n’existe plus de limitation du seuil d’effectifs pour les entreprises qui souhaitentintégrer un groupement d’employeurs, toute entreprise peut être membre d’un GE quelquesoit son effectif mais il existe une condition contraignante pour les entreprises de plus de 300salariés, à savoir la signature d’un accord collectif.Bien qu’il existe très peu de statistiques en la matière, on estime, à ce jour, à plus de400 le nombre de groupements d’employeurs hors agriculture recensés sur leterritoire national, totalisant environ 13 000 salariés.1.2/ Les différentes formes de groupementsd’employeurs et leurs modes de représentationEn 1985, lorsque les GE sont créés, il s’agit d’un dispositif très limité qui correspond plus oumoins à du « sur mesure » pour l’agriculture.Cependant, au début des années 1990, on voit émerger une forme particulière degroupement : le GEIQ (groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification), quiSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 10
  • 12. s’adresse à un public en difficulté (jeunes sans qualification, demandeurs d’emploi de longuedurée, bénéficiaires du RMI).Dans la foulée de la loi quinquennale de décembre 1993, de nouveaux GE voient le jour, enparticulier sur des logiques territoriales : les groupements locaux d’employeurs (G.L.E.).Aujourd’hui, de nouvelles formes de groupements émergent, notamment dans le secteurartisanal ainsi que dans le secteur associatif.Au fil des années, la palette des modèles de groupements d’employeurs s’est élargie.A ce jour, on peut distinguer quatre grandes catégories de groupements d’employeurs : Les groupements d’employeurs « classiques » (ou à vocation économique)Ce sont ceux qui sont mis en place par la loi du 25 juillet 1985 (anciens articles L.127-1 à 8du code du Travail), modifiée par la suite.Ces groupements d’employeurs rassemblent des entreprises qui peuvent être du mêmesecteur d’activité ou de secteurs différents.Ils sont constitués par des personnes morales ou physiques, quelles que soient leursactivités.Depuis la loi nº 2005-157 du 23 février 2005, des personnes physiques ou morales de droitprivé peuvent créer, avec des collectivités territoriales et leurs établissements publics, desgroupements demployeurs sous cette forme. Le but de cette loi est de favoriser ledéveloppement de lemploi sur un territoire. Les collectivités territoriales et leursétablissements publics ne peuvent constituer cependant plus de la moitié des membres desgroupements créés. De plus, les activités offertes par les adhérents publics ne peuventconstituer l’activité principale du GE et doivent représenter moins d’un mi-temps pour lessalariés mis à disposition.Le décret du 6 avril 2006 précise que lorsque les adhérents de droit privé entrent dans lechamp de la même convention collective, celle-ci s’applique au groupement. Dans le cascontraire, les adhérents choisissent la convention collective qu’ils veulent voir appliquer souscontrôle de la Direction départementale du travail, qui fonde sa décision « sur les activitésdes seuls adhérents de droit privé ».Le regroupement des entreprises, dans le cadre du groupement d’employeurs classique, estmotivé par le partage de salariés suivant leurs besoins, à des postes qualifiés ou non. Parexemple, il existe des groupements qui mettent uniquement à disposition de leurs adhérents,des cadres d’entreprises. Les groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ)Les GEIQ reposent sur le même principe quun groupement demployeurs "classique" : unegestion commune des ressources humaines associant plusieurs entreprises. Cependant, lesGEIQ regroupent des entreprises qui, pour résoudre leurs problèmes de recrutement, parientsur le potentiel des personnes en difficulté d’accès à l’emploi.Ils ont ainsi une mission spécifique : la prise en compte d’un public en difficulté d’insertionsociale et professionnelle. Ils aident des personnes en marge du marché du travail (jeuneSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 11
  • 13. sans qualification, chômeur de longue durée, bénéficiaire du RMI...) à retrouver un niveau dequalification reconnue et un emploi stable.Les salariés suivent un parcours alternant des mises à disposition auprès des entreprisesadhérentes et des sessions de formation. Pour cela, les entreprises mutualisent, par le biaisdu GEIQ, les moyens pour le suivi, la formation et laccompagnement social des salariés etse concentrent sur lapprentissage du métier.Le GEIQ embauche des salariés dans le cadre des contrats de travail qui existent pourfavoriser le retour à lemploi, par exemple les contrats de professionnalisation ou lescontrats unique d’insertion (qui remplacent depuis le 1er janvier 2010 les contrats initiative-emploi). Ces salariés bénéficient dun accompagnement individualisé tout au long dunparcours en alternance où se succèdent sessions de formation et missions en entreprises.Lobjectif visé est lembauche confirmée de ces salariés dans une entreprise à lissue de leurformation.Les secteurs d’activité du bâtiment et des travaux publics ou de l’agriculture sont les plusreprésentés au sein des GEIQ. Il existe également dans une moindre mesure des GEIQdans les domaines de l’agro-alimentaire, des transports… De plus, il existe, comme pour lesGE « classique », des GEIQ multisectoriels.Du point de vue juridique, rien ne distingue les GEIQ des groupements d’employeurstraditionnels. Ils se présentent comme des associations loi 1901 dont le but exclusif est lamise à disposition de personnels aux entreprises adhérentes et l’aide ou le conseil à sesadhérents en matière d’emploi et de gestion des ressources humaines.Les GEIQ s’inscrivent donc, sans exception aucune, dans les règles législatives etréglementaires applicables à tout groupement d’employeurs.Les GEIQ se distinguent des groupements d’employeurs uniquement par la missiond’insertion et de qualification qu’ils se donnent, dont les principes déontologiques sont définispar la charte nationale du Comité National de Coordination et d’Evaluation des Groupementsd’employeurs pour l’insertion et la qualification (CNCE-GEIQ). Seule l’adhésion à cettecharte autorise l’utilisation du label "GEIQ".Le chiffre d’affaires, issu des prestations de services vendues à ses entreprises adhérentes,constitue la ressource principale du GEIQ. Les groupements locaux d’employeursCe type de groupement, introduit par la loi quinquennale de décembre 1993, a été supprimépar la loi Aubry II, du 19 janvier 2000. Toutefois, dès lors qu’ils ont été constitués avant levote de cette loi, ils continuent de fonctionner.Ces groupements bénéficient de conditions d’adhésion plus souples.Aux termes de cette loi, des entreprises ayant un établissement implanté dans un ouplusieurs départements limitrophes et ce, à l’intérieur d’une zone éligible à la primed’aménagement du territoire au titre des projets industriels, ou aux programmesd’aménagement concertés des territoires ruraux des contrats de plan, pouvaient constituerentre elles un groupement local d’employeurs.Les groupements locaux d’employeurs sont soumis aux mêmes règles que les autresgroupements. Cependant :Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 12
  • 14. • ils ne peuvent être constitués qu’à l’intérieur d’une zone géographique définie, • toutes les entreprises, sans condition de seuil d’effectifs, peuvent y adhérer, • elles peuvent être membres de plusieurs groupements locaux à la fois sans limitation de nombre.Le groupement local d’employeurs a pour but de mettre à la disposition de ses membres,dans la zone ainsi définie, des salariés qui lui sont liés par un contrat de travail, le prêt demain d’œuvre donnant lieu au remboursement des charges et des frais exposés. Les groupements d’employeurs associatifsTestée avec succès dans les entreprises, cette mutualisation des ressources humainescommence à intéresser aussi les associations.Toutefois les associations, n’étant pas pour la plupart soumises à la TVA, elles ne peuventadhérer à des GE multisectoriels eux-mêmes soumis à la TVA.C’est ainsi que des GE associatifs se sont créés par regroupement d’associations nonsoumises à la TVA. Ces GE spécialisés dans le domaine associatif se heurtent néanmoins à un maillaged’emploi plus complexe à réaliser que dans les GE multisectoriels en raison de moyenslimités et de faibles besoins à temps partiel.1.3/ Le GE et les autres modalités d’organisation dutravail et de l’emploiAujourd’hui, de nouvelles façons de travailler se développent. Ainsi, les termes depluriactivité et de temps partagé deviennent de plus en plus communs.La pluriactivité est l’exercice de plusieurs emplois ou activités professionnelles assurés defaçon successive ou simultanée dans l’année par un seul individu.Le temps partagé est défini comme une forme d’organisation de l’emploi des personnesexerçant leur activité au service de plusieurs entreprises.Avant de préciser plus en détail le statut juridique et le fonctionnement d’un groupementd’employeurs, il convient de dresser un rapide aperçu des autres dispositifs existants,apportant une réponse organisationnelle et juridique à ces nouvelles façons de travailler.1.31/ L’intérimGroupement d’Employeurs et travail temporaire répondent à la même typologie de services,cest-à-dire la mise à disposition du personnel. Mais il est important de distinguer ces deuxformes d’organisation du travail car malgré des similitudes apparentes en matièred’organisation, elles sont en fait profondément différentes. Tout d’abord, l’intérim occupe aujourd’hui un peu plus de 700 000 salariés en équivalent temps plein, alors que les groupements d’employeurs n’en totalisent qu’environ 13 000. Ces organisations du travail ne répondent pas aux mêmes besoins.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 13
  • 15. Le GE répond à des besoins permanents à temps partiel ou des besoins saisonniers alors que l’intérim s’attache à répondre à des besoins occasionnels non récurrents dus à un surcroît temporaire dactivité ou à labsence dun collaborateur. De plus, ces organisations sont de nature différente : La société de travail temporaire est une société de services, à vocation commerciale, qui a des relations “bilatérales” avec chacun de ses clients. L’entreprise cliente n’est pas concernée par les autres clients de la société de travail temporaire, ni par les autres missions que réalise l’intérimaire. La conclusion d’un contrat de travail temporaire est autorisée uniquement s’il vise à l’exécution d’une tâche précise et temporaire : la mission. Ce contrat ne peut avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l’activité normale et permanente de l’entreprise utilisatrice. Le groupement demployeurs est une association : lentreprise est utilisatrice et membre solidairement responsable en cas de dettes du groupement. Le GE est une association, à but non lucratif, créée par des entreprises pour leurs propres besoins. A travers le GE, les entreprises emploient ensemble et se partagent un personnel dans la durée. La plupart des emplois proposés par les GE sont des CDI relevant d’une convention collective applicable.1.32/ Le portage salarialLe portage salarial est défini par l’article L1251-64 du Code du Travail comme un« ensemble de relations contractuelles organisées entre une entreprise de portage, unepersonne portée et des entreprises clientes comportant pour la personne portée le régime dusalariat et la rémunération de sa prestation chez le client par l’entreprise de portage ».La formule est née du constat que des cadres privés d’emplois se heurtaient à des difficultésde réemploi.Le portage salarial s’adresse en priorité à des jeunes diplômés qui ont un projet ou à des« quadras et quinquas » très spécialisés qui se retrouvent au chômage.Ce système constitue l’un des moyens pour les entreprises de satisfaire leurs besoins encompétences externes spécialisées.Le portage salarial se caractérise, comme le GE, par une relation tripartite.Ainsi la société de portage salarial accueille un professionnel de haut niveau qui a en chargela prospection de sa propre clientèle. Un fois l’intervention définie en termes d’objet, detemps et de rémunération entre lui et l’entreprise cliente, la société de portage signe uncontrat de prestation avec l’entreprise et un contrat de travail avec l’intervenant.En échange de la prise en charge de la responsabilité juridique et financière de la mission, lasociété de portage prélève une part de la rémunération comme frais de gestion. Dans lesfaits, cette formule s’adresse surtout à l’activité de conseil et correspond à une situationtransitoire.Lintervenant signe avec la société de portage salarial une convention dite "Convention deportage" qui fixe les modalités daccueil de lactivité de lintervenant au sein de cette structurejuridique. L’avantage pour le cadre est qu’il est rémunéré dans un cadre légal sans êtreobligé de créer sa propre structure.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 14
  • 16. Lintervenant prospecte sa propre clientèle et négocie les termes de son intervention(contenu, planning, conditions financières...), il na aucun lien de subordination aveclentreprise clienteLa société de portage salarial facture le client de lintervenant, gère les recouvrements etverse chaque mois à l’intervenant son salaire après déduction de frais de gestion pouvantvarier de 3% à 15% (généralement 10%).Cependant, il faut noter que, si la société de portage peut avoir différentes formes juridiques,le groupement d’employeurs ne peut exister que sous la forme associative ou d’une sociétécoopérative. De plus, le groupement d’employeurs ne met des salariés à disposition qu’à sesentreprises membres du groupement ce qui n’est pas le cas dans une société de portage.Aujourd’hui, on compte environ 240 sociétés de portage et 15 000 « portés ». (Entreprises etcarrières, n° 747, 18-24 janvier 2005).Un cadre juridique du portage salarial (entre représentations patronales et organisationssyndicales) est en passe d’être défini (La Tribune, 8 juin 2010).1.33/ Le multi-salariatCela correspond à l’exercice de plusieurs fonctions en qualité de salariés, à temps partiel,auprès de diverses entreprises.En apparence proche de la formule du groupement d’employeurs, le multi-salariat s’endistingue sur deux points essentiels : - d’une part à l’instar du portage salarial, il fait reposer, sur le seul salarié la charge et l’aléa des missions qui composent son emploi, - d’autre part, le salarié ne dispose d’aucune structure support unifiée, lui permettant par exemple, de réaliser un parcours professionnel.Le salarié est donc lié par une série de contrats de travail avec ses différents employeurs.C’est un salarié à part entière des entreprises concernées ; il n’est ni intérimaire, niconsultant. On parle aujourd’hui de « temps partagé ».De manière analogue au portage salarial, le système est tout d’abord né de la volonté decadres sans emploi ou éprouvant des difficultés à trouver un emploi stable à temps plein, de« partager » leurs compétences entre plusieurs entreprises.1.34/ Le détachement d’entrepriseC’est le détachement d’un cadre employé par une entreprise pour le mettre à dispositiond’une autre entreprise, la situation se rencontre également dans la fonction publique où l’onparle d’un détachement d’un fonctionnaire.Ce sont des entreprises, majoritairement de grande taille, qui proposent sous forme deprestation de services, de " détacher " un cadre pour une mission donnée dans une autreentreprise (souvent petite ou moyenne). Cette modalité permet à l’entreprise cliente de nepas avoir à intégrer dans ses effectifs une nouvelle personne, tout en répondant à sesbesoins ponctuels en compétences spécifiques grâce à ce moyen. Ce dispositif estnotamment développé dans la fonction publique et dans les sociétés de servicesinformatiques.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 15
  • 17. 1.4/ Intérêts et finalités de la constitution d’ungroupement d’employeurs1.41/ Les intérêts du groupement d’employeurs pour l’entrepriseD’une manière générale, l’intérêt du groupement d’employeur pour les entreprises est qu’ilaméliore leur compétitivité.En effet, un groupement d’employeurs répond à trois critiques majeures souvent émises parles chefs d’entreprise comme les principaux freins à la compétitivité et au développement deleur activité : o Le besoin de flexibilité dans la gestion du personnel o Le manque de main d’œuvre qualifiée, nécessitant l’intervention de personnels extérieurs mis à disposition de l’entreprise o Le coût d’embauche prohibitif pour des salariés spécialisés, dont le niveau de compétences peut par ailleurs être surdimensionné par rapport au besoin identifié dans l’entrepriseAinsi, à une époque où le « capital humain » et l’intelligence collective déployée au sein del’entreprise apparaissent comme des facteurs clés de réussite et de croissance, il est évidentque les solutions de tiers employeur ne peuvent que contribuer à résoudre cesproblématiques d’emploi récurrentes.D’une manière plus complète, le groupement d’employeurs offre des intérêts variés :En termes d’organisation du travail Souplesse dans la gestion de l’entreprise en adaptant le temps de travail aux besoins réelsPar la formule du groupement d’employeurs, l’entreprise peut trouver réponse à trois typesde besoins en personnel : des besoins saisonniers récurrents, des besoins de compétencespointues à temps partiel et des besoins partiels liés à un surcroit d’activité dans la semaineou dans la journée.Certaines activités sont en effet rythmées par la saisonnalité ou des variations de productionet ne peuvent embaucher du personnel tout au long de l’année, ce qui conduit à un fort tauxde turn-over. Le GE permet aux entreprises de pouvoir adapter leur effectif aux besoins réelset de bénéficier d’une main d’œuvre formée et opérationnelle en qui elles ont confiance. Optimiser laménagement « réduction du temps de travail »La loi dorientation et dincitation relative à la réduction du temps de travail (loi Aubry de1998) offre aux entreprises la possibilité de faire appel à un groupement demployeurs pourréaliser les embauches compensatrices du passage aux 35 heures. A titre dexemple, uneSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 16
  • 18. entreprise passant aux 35 heures et qui emploie 7 salariés pourra réaliser ses 6%dembauches compensatrices en adhérant à un groupement demployeurs qui mettra à sadisposition un ou plusieurs salariés pour une durée équivalente à 7 x 6 = 42 % dun tempsplein.En termes de qualité et de coût du travail Mise à disposition de cadres ou de techniciens qualifiés, ou de nouvelles compétences en proportion de ses besoinsLe GE permet aux PME et PMI de disposer à temps partiel de cadres ou de techniciensqualifiés, dans les fonctions stratégiques de lentreprise (qualité, marketing, gestion,informatique, ressources humaines…), générant ainsi un effet dynamique sur son activité etfavorisant son développement.Il permet ainsi aux entreprises de couvrir une plus grande diversité de fonctions et de s’offrirles compétences qui leur manquent mais qui ne justifient pas d’un temps complet.Il s’agit donc d’apporter de nouvelles compétences dans l’entreprise qu’elle ne pourrait pass’offrir à temps plein du fait d’un manque de moyens financiers ou d’un manque de besoin. Amélioration de la productivité grâce à un personnel non permanent, opérationnelFace à leurs variations récurrentes d’activité, les entreprises recourent de plus en plus auxdifférentes formes demploi précaire (CDD, intérim…) mais ces formes de travail ont desinconvénients : coût, volatilité du personnel, difficulté de le former et de limpliquer.En organisant le partage du temps de travail entre les différentes entreprises d’un mêmebassin d’emploi, le GE permet de résoudre la difficile équation entre souplesse pourl’entreprise et opérationnalité d’un personnel stable et fidélisé. Ceci est source de gains deproductivité par rapport aux formes de travail précaire car il n’y a plus besoin de former lesnouveaux collaborateurs nécessaires en période de surcroit activité. Maîtrise des coûts des personnels non permanentsLe partage du travail permet dajuster aisément l’effectif réel à l’effectif nécessaire. Les coûtsde mise à disposition par le GE sont inférieurs de 10 à 30 % à ceux de lintérim.Le recours à un groupement d’employeurs permet de gagner du temps en ce qui concernela procédure de recrutement (annonces, sélection, entretien, contrats…) : c’est le GE quiréalise cette procédure. De même, le GE assure l’administration et la gestion du personnelmis à disposition (opérations administratives liées à lembauche, paie, déclarations…).Les coûts salariaux sont supportés en proportion de l’utilisation effective des salariés mis àdisposition. La baisse indirecte des coûts ainsi générée est significative et les avantagesobtenus plus importants que dans le cas du recours à l’intérim.En termes de gestion des ressources humaines et des compétences Apport de l’expérience du GE en matière de recrutement et de ressources humainesLe GE dispose de compétences dans le domaine des ressources humaines dont il peut fairebénéficier les entreprises adhérentes.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 17
  • 19. C’est ainsi que le GE sélectionne, recrute et embauche les salariés répondant aux besoins etattentes des différentes entreprises adhérentes. Le recours au GE permet donc à l’entrepriseadhérente de se décharger de la procédure de recrutement.L’adhésion à un groupement d’employeurs permet également d’anticiper sur la gestion descompétences car c’est un outil pertinent pour mener à bien des opérations de qualificationadaptée aux évolutions de ses métiers et de ses marchés. Lentreprise adhérente dispose enoutre dans le groupement dune source de personnel déjà testée quelle peut intégrer àterme au sein de son effectif permanent. Développement des échanges entre chefs d’entreprise rencontrant des difficultés de main-d’œuvre ou d’organisation du travailLe groupement d’employeurs permet aux chefs d’entreprises rencontrant ce type dedifficultés d’échanger des pratiques, des informations, des projets, des investissements. Ilest un lieu de partage de compétences et dexpériences. Il y a un réel effet de synergiegénéré par l’adhésion à un GE.De plus, le groupement d’employeurs permet aux entrepreneurs de s’insérer dans le tissuéconomique local et d’élargir leurs réseaux professionnels.1.42/ L’intérêt du groupement d’employeurs pour les salariésDu point de vue des salariés, il existe trois principaux avantages au système du groupementd’employeurs : la stabilité de l’emploi, l’insertion professionnelle et la création de nouvellesopportunités d’emploi. Ainsi, on peut voir différents intérêts aux groupements d’employeurspour les salariés : Une réduction de la précarité et une véritable sécurité de l’emploiEtre employé au sein d’un groupement d’employeur signifie un contrat de travail écrit,unique et un seul statut salarial qui précise notamment les conditions d’emploi et derémunération, la qualification du salarié, la liste des utilisateurs potentiels.Pour les salariés, cela permet de bénéficier d’une stabilité et d’une meilleure sécurité del’emploi. Toutefois, le salarié embauché par le GE n’est pas salarié d’une entreprise maisd’un collectif d’entreprises d’un même bassin d’emploi, qui se sont associées au sein du GE.Le groupement d’employeurs, en transformant des temps partiels précaires en CDI à tempsplein, permet de lever les difficultés économiques liées au travail précaire comme pourl’obtention d’un prêt bancaire, d’un logement à louer ou à construire (rapport CJD). La possibilité de réintégrer le circuit professionnel pour les catégories les plus frappées par le chômageLes jeunes, les femmes et les seniors sont très souvent exclus du marché du travail et ne sevoient proposer que des emplois à temps partiels ou à durée déterminée.Le groupement d’employeurs apparaît alors comme une véritable opportunité pour laréintégration dans le circuit professionnel de ces publics fragilisés. • Pour les seniors (dont beaucoup ont une expérience enrichie par des passages dans des grands groupes), c’est une occasion de retrouver un dynamisme dans leur parcours professionnel, au-delà de leurs carnets d’adresses habituels, et d’apporter aux PME des compétences et un savoir-faire qui leur manquent. • Pour les jeunes, la possibilité de progresser auprès de plusieurs employeurs et sur des missions très différentes est un moyen de doper une première expérience professionnelle.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 18
  • 20. • Pour les femmes qui souhaitent concilier vie personnelle et vie professionnelle, c’est la solution idéale pour ne pas pénaliser l’employeurPour la PME, c’est à chaque fois l’opportunité d’intégrer des personnes aux profils différents,en dépassant les contraintes de coût (un senior qualifié à temps plein est souvent hors deportée) et d’attractivité (la PME a souvent des difficultés à proposer à ses salariés un tempspartiel). Le GE permet d’accéder à des emplois peu développés dans une régionPour les entreprises, c’est un moyen de créer et de maintenir sur place des emplois plusspécialisés, de hautes qualifications, auxquels elles ne recourraient pas sans ce dispositif.Avec les GE, l’offre de ces emplois spécialisés/hautement qualifiés peut se développer dansdes bassins d’emplois où ces derniers n’apparaissaient pas auparavant.Mais, il existe également d’autres avantages à travailler dans un groupement d’employeurs : Un accès privilégié à la formationLes GE sont en effet très attachés à maintenir et à développer l’employabilité de leurssalariés qui constituent leur seul capital. Ils leur offrent régulièrement des formations pourque leurs compétences soient toujours en adéquation avec la demande du marché : il en vade la pérennité du GE. Une couverture conventionnelle systématiqueEn effet, tout GE doit exercer son activité d’employeur dans le cadre d’une conventioncollective. Un enrichissement progressif du fait de la diversité des missionsPar ailleurs, l’exécution du contrat de travail au sein de deux ou trois entreprises peut être denature à enrichir les compétences du salarié par la diversité des expériences et des tâchesaccomplies.C’est aussi le moyen de rompre la routine, de limiter la monotonie et ainsi de jouir d’unmeilleur cadre et d’une plus grande qualité de travail.1.43/ Intérêt – objectif d’un GE : une dynamisation du territoire • Le développement de l’emploiC’est l’enjeu premier autour du développement des tiers employeurs.En effet, dans le cas d’entreprises amenées par exemple à se restructurer et à licencier, lapossibilité de faire embaucher un salarié par le groupement d’employeurs local peutpermettre de maintenir la personne en activité à temps plein, même si son emploi seretrouve réduit à un temps partiel dans son ancienne entreprise. Ces dispositifs peuventdonc être vus également comme des solutions médianes entre un maintien de l’activité et lelicenciement économique. Dans un rapport sur les groupements d’employeurs, le Centre desjeunes dirigeants d’entreprise (CJD) va plus loin en évoquant « un important potentiel decréation d’emplois ». À partir d’une enquête réalisée auprès de 414 entreprises adhérentes,241 d’entre elles seraient prêtes à recruter des personnes à temps partiel si le dispositif étaitSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 19
  • 21. simplifié. En termes d’emplois, ceci représenterait un potentiel de 477 créations, équivalent à26 838 heures/mois. ce rapport propose une extrapolation aux 2 millions d’entreprisesfrançaises pour avancer le chiffre d’une création « théorique » de 850 000 emplois à tempsplein, ajoutant que ce sont « au moins 500 000 emplois qui sont en jeu », chiffre d’autantplus vraisemblable que le Pôle Emploi évalue déjà à 400 000 le nombre d’offres d’emplois àtemps partiel déclarées et non pourvues (donc l’équivalent de 150 à 200 000 temps pleins). • La lutte contre la précarité pour un développement durable des territoiresLe Conseil économique et social a montré en 2002 que le développement des groupementsd’employeurs participe à une « déprécarisation de l’emploi ». En effet, selon le rapport, cedispositif « procure une sécurité et une stabilisation de l’emploi supérieure à leur situationantérieure, notamment par la transformation d’emplois précaires en emplois permanents ».De plus, une large proportion des salariés des groupements d’employeurs est constituée pardes populations d’emploi dites « fragiles » comme les femmes, les jeunes et les séniors quigagnent ainsi en sécurité de l’emploi et en qualité de vie, ce qui correspond à l’objectif dejustice sociale poursuivie par le développement durable. • L’attractivité des territoires, notamment ceux en difficultéLa présence d’un groupement d’employeurs constitue un atout indéniable pour un territoire,par les avantages qu’il procure aux entreprises, mais également par son insertion dans letissu économique local. C’est d’ailleurs pour cette raison que les groupements d’employeursse développent davantage dans les villes moyennes et les territoires ruraux.De plus, un GE constitue une solution efficace pour répondre à un ensemble deproblématiques persistantes dans les territoires ruraux en général : turn-over, temps partielssubis, nouveaux profils… Le CES a d’ailleurs caractérisé dans son rapport le groupementd’employeur comme un « instrument de dynamisation des zones d’activité et d’emploi ». • « Sécuriser la dynamique économique et sociale des territoires » (rapport Chaudron 2009)La grande force du groupement d’employeurs est qu’il constitue une réponse localepragmatique et concrète aux problèmes d’emploi des territoires, à l’opposé des grandespolitiques nationales. Ainsi, on peut penser qu’en offrant une réponse localisée aux besoinsdes acteurs économiques, un groupement peut permettre également d’éviter le départmassif de salariés vers des bassins d’emploi plus porteurs. Ainsi, un GE permet de fixer unemain-d’œuvre sur un bassin d’emploi, notamment en zone rurale, et de participer à sondéveloppement. Ce sont donc des enjeux de dynamique territoriale qui sont au cœur de cesdispositifs.Enfin, on peut voir que le groupement d’employeurs constitue un outil de développementéconomique local par son influence sur le tissu économique. En effet, en mettant en réseaudes acteurs multiples, il contribue à une densification du maillage territorial et audéveloppement du territoire.D’un point de vue global, le développement des groupements d’employeurs permet depromouvoir une nouvelle forme d’organisation du travail : la flexisécurité, qui tend àconjuguer sécurité et flexibilité de l’emploi.De nombreuses théories sont parues sur le sujet, et diverses tentatives ont été mises enœuvre en France pour essayer de transposer le dispositif danois, exemple en la matière.Cependant, comme le souligne le rapport sur les tiers employeurs, « la nécessité de « sortirSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 20
  • 22. du cadre » pour trouver des réponses innovantes amène à considérer les dispositifs de tiersemployeurs comme de bons laboratoires pour identifier les enjeux et les bonnes pratiques desécurités nouvelles, conjointement à la flexibilité que ces solutions apportent déjà ».Les groupements d’employeurs semblent donc constituer un exemple concret etefficace de flexicurité « à la française ».Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 21
  • 23. 2/ Première partie : Constitution,organisation et fonctionnement desgroupements d’employeurs2.1/ Constitution d’un groupement d’employeurs2.11/ Cadre légal et réglementaireLes groupements demployeurs sont constitués sous lune des formes suivantes : Association régie par la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat dassociation ; Société coopérative au sens de la loi n° 47-1775 du 10 septembre 1947 portant statut de la coopération et de la loi n° 83-657 du 20 juillet 1983 relative au développement de certaines activités déconomie sociale. 2.111/ La loi du 25 juillet 1985 (articles 46 à 48)Cette loi est la véritable incarnation législative du groupement d’employeurs. Elle fixe lecadre juridique du groupement d’employeurs conçu initialement pour permettre leregroupement de petites entreprises d’un ou deux salariés. Le GE doit être constitué sous laforme d’une association déclarée selon les modalités prévues par la loi de 1901.Il doit être constitué dans le but exclusif de mettre à la disposition de ses membres dessalariés liés à ce groupement par un contrat de travail, dans le cadre de l’application d’unemême convention collective. Le groupement devient par ces dispositions l’employeur dedroit, se substituant par là même aux utilisateurs.Ce dispositif était exclusivement réservé à l’époque aux entreprises de moins de 10 salariés.De plus, les entreprises ne pouvaient adhérer qu’à un seul groupement d’employeurs.Ce seuil a été relevé, par la loi du 30 juillet 1987 (article 60), pour permettre aux entreprisesemployant jusqu’à 100 salariés de bénéficier de ce dispositif. 2.112/ La loi quinquennale sur l’emploi du 20 décembre 1993 (article 13)Cette loi a modifié le dispositif du GE sur plusieurs points significatifs.Tout d’abord, le seuil d’effectif jusque-là restreint à 100 salariés a été porté à 300 salariés cequi a permis de développer le dispositif.Ensuite, l’obligation pour les adhérents de relever d’une même convention collective pourpouvoir créer un GE, prévue par la loi de juillet 1985, disparaît. Désormais, lorsque lesadhérents entrent dans le champ d’une même convention collective, une simple notification àSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 22
  • 24. la DDTE suffit ; sinon, une déclaration est nécessaire, et l’arbitrage de la DDTE peutintervenir.Cette loi précise qu’une même entreprise peut désormais adhérer au maximum à deux GE.De plus, la loi a instauré la création d’un type spécifique de structure, les GroupementsLocaux d’Employeurs (GLE). Ces derniers devaient être constitués à l’intérieur d’une zoneéligible soit à la Prime d’Aménagement du Territoire, soit aux Programmes d’Aménagementconcertés des Territoires Ruraux. Ils possédaient deux caractéristique principales : toutes lesentreprises sans condition de seuil pouvaient adhérer à un Groupement Local d’Employeurset les entreprises pouvaient être membres de plusieurs groupements locaux sans restriction.Ce type de groupement a été supprimé par la loi Aubry II du 19 janvier 2000, entrée envigueur le 1er février 2000, cependant, les GLE précédemment constitués continuent deperdurer. 2.113/ La circulaire du 20 mai 1994La direction des relations du travail (DRT) a par la suite explicité les buts de ces structuresdans une circulaire du 20 mai 1994. A savoir : o du partage à temps partiel d’un salarié qualifié (par exemple un comptable ou un cadre ayant des compétences spécifiques) ; o de l’utilisation successive suivant les périodes de l’année d’un ou de plusieurs salariés pour effectuer des travaux saisonniers se situant à des époques différentes (pour la taille des arbres fruitiers, la récolte de légumes, les travaux d’été ou encore la récolte de fruits à l’automne) ; o du bénéfice occasionnel d’appoints de main-d’œuvre pour renforcer l’effectif de salariés existant au sein d’une entreprise et permettre ainsi de faire face à des besoins échelonnés avec un travailleur qui bénéficie du statut de salarié permanent du groupement ; o du maintien de la permanence de l’emploi d’un salarié au sein de plusieurs entreprises alors que ce dernier était menacé de licenciement ou risquait de voir son statut devenir précaire ; o de la transformation des emplois précaires en emplois permanents par la mise à la disposition des membres du groupement des services d’un salarié expérimenté.Sagissant de la durée des contrats de travail, la circulaire du 20 mai 1994 rappelle quelobjectif de la loi qui a créé les Groupements dEmployeurs est, notamment, de lutter contrele travail précaire. En conséquence, le contrat à durée indéterminée doit constituer la formeprivilégiée des contrats de travail. 2.114/ Les lois Aubry I et II relatives à la réduction négociée du temps de travail (13 juin 1998 et 1er février 2000)La loi sur les 35 heures instaure tout d’abord la possibilité pour les groupements debénéficier des allégements de charges, dispositif d’aides de l’Etat prévu dans le cadre dupassage aux 35 heures qui pouvait être a priori difficile pour les plus petites entrepriseslorsqu’il s’agissait de réduire le temps de travail des salariés de quelques heures parsemaine.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 23
  • 25. La loi Aubry II va apporter des modifications de taille sur le dispositif des GE afin d’enfavoriser le développement.En effet, elle lève définitivement la condition limitative relative au seuil d’effectif. Lesentreprises de plus de 300 salariés peuvent adhérer à un groupement d’employeurs à lacondition que les entreprises signent un accord collectif ou un accord d’établissementdéfinissant les garanties accordées aux salariés du groupement sans apporter plus deprécision à ce sujet. Depuis la loi du 24 février 2004, cette adhésion ne peut prendre effetquaprès communication de laccord à lautorité compétente de lEtat.De plus, les accords locaux interentreprises conclus dans le périmètre du GE ne se voientpas appliquer le seuil de 50 salariés prévu.Cela constitue donc des avancées juridiques en faveur du développement des groupementsd’employeurs mais les professionnels, notamment la FFGE, sont déçus : le système restecompliqué et difficile à mettre en œuvre. Et les avancées sont finalement réduites : ainsi,selon la FFGE, le verrou des 300 salariés n’existait déjà plus sur les trois quarts du territoire.L’article L 620-10 de l’ancien Code du travail précise les modalités de calcul de l’effectif del’entreprise qui sont les suivantes : « les salariés titulaires d’un CDI à temps plein et les travailleurs à domicile sont pris intégralement en compte dans l’effectif de l’entreprise » ; « les salariés titulaires d’un CDD, les salariés titulaires d’un contrat intermittent, les travailleurs mis à la disposition de l’entreprise par une entreprise extérieure y compris les travailleurs temporaires, sont pris en compte dans l’effectif de l’entreprise au prorata de leur temps de présence au cours des 12 derniers mois précédents. Toutefois, les salariés titulaires d’un CDD, d’un contrat de travail temporaire ou mis à disposition par une entreprise extérieure sont exclus du décompte des effectifs lorsqu’ils remplacent un salarié absent ou dont le contrat de travail est suspendu » ; « les salariés à temps partiel, quelle que soit la nature de leur contrat de travail, sont pris en compte en divisant la somme totale des horaires inscrits dans leurs contrats de travail par la durée légale ou la durée conventionnelle du travail ».A noter que :Cette loi abroge l’article portant création du statut particulier des GLE, les GE sontdésormais régis par un statut unique. Toutefois, les GLE créés avant le 19 janvier 2000continuent de fonctionner. 2.115/ Le 23 février 2005, la loi relative au développement des territoires rurauxCette loi est venue préciser le statut du salarié employé par un GE.Elle prévoit qu’un salarié mis à disposition peut bénéficier dune délégation de pouvoir duchef dentreprise de lentreprise utilisatrice dans les mêmes conditions quun salarié de cetteentreprise.Par ailleurs, cette loi a apporté d’autres modifications permettant d’améliorer lefonctionnement et le développement des GE :Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 24
  • 26. • Les GE peuvent désormais mettre en place une provision défiscalisée dans la limite de 10 000 Euros au titre d’un même exercice. • Pour une entreprise de plus de trois cents salariés, elle offre la possibilité de conclure un accord au niveau de létablissement définissant les garanties accordées aux salariés du groupement. • Dans le but de favoriser le développement de lemploi sur un territoire, des groupements d’employeurs peuvent être créés entre des personnes physiques ou morales de droit privé et des collectivités territoriales. Mais les collectivités territoriales ne peuvent constituer plus de la moitié des membres des groupements (art. 1253.19). • Toutefois, les tâches confiées aux salariés du groupement mis à disposition dune collectivité territoriale sexercent exclusivement dans le cadre dun service public industriel et commercial, environnemental ou de lentretien des espaces verts ou des espaces publics. • Elles ne peuvent constituer lactivité principale des salariés du groupement et le temps consacré par chaque salarié du groupement aux travaux pour le compte des collectivités territoriales adhérentes doit être inférieur à un mi-temps (art. L1253-20). 2.116/ La loi du 1 Août 2005 en faveur des PMEElle concerne les GE sur trois points : • Désormais, les GE n’ont plus l’obligation d’avoir pour objet unique la mise à disposition de salariés aux membres du GE. Ils peuvent également apporter à leurs membres leur aide ou leur conseil en matière demploi ou de gestion des ressources humaines. • De plus, le statut juridique des GE est étendu : c’est ainsi que ces derniers peuvent se constituer sous forme de sociétés coopératives au sens de la loi n° 47-1775 du 10 septembre 1947 portant statut de la coopération. • Sans préjudice des conventions collectives applicables aux groupements demployeurs, les organisations professionnelles représentant les groupements demployeurs visés à larticle L.1253-17 et les organisations syndicales de salariés représentatives, peuvent conclure des accords collectifs de travail portant sur la polyvalence, la mobilité et le travail à temps partagé des salariés desdits groupements.Les articles 1253-1 à 1253-23 du la nouvelle partie législative du code du travail sontconsacrés aux groupements d’employeurs. Ils précisent : l’objet d’un GE, les modalités de constitution et d’adhésion à un GE, les conditions d’emploi et de travail, les cas des entreprises entrant et n’entrant pas dans le champ d’application d’une même convention collective, le cas des adhésions de membres de droit privé et de collectivités territoriales, les actions en justice.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 25
  • 27. Les lois de février et août ont donc assoupli les modalités de création et de gestion de cesstructures de manière à faciliter encore le développement des groupements d’employeurs.Ainsi, a été prévue la possibilité pour les sociétés coopératives existantes de développer aubénéfice exclusif de leurs membres les activités pratiquées par les groupementsd’employeurs (qu’il s’agisse de mise à disposition de salariés ou bien d’aide et de conseil enmatière d’emploi ou de gestion des ressources humaines). 2.117/ La loi du 3 décembre 2008 sur les revenus du travail (article 2 bis)Les groupements d’employeurs n’ont pas vocation à dégager des profits, c’est pourquoi ilspeuvent difficilement se doter dun accord de participation. La loi du 3 décembre 2008 sur lesrevenus du travail permet au salarié dun groupement demployeurs de bénéficier du dispositifdintéressement, de participation et dépargne salariale, mis en place dans chacune desentreprises adhérentes du groupement auprès de laquelle il est mis à disposition, à condition quilexiste un tel accord.Le décret d’application du 30 mars 2009 précise les conditions de mise en œuvre de ce droitreconnu aux salariés des groupements demployeurs, sachant que le droit des salariés seraétabli au prorata de leur temps de présence dans chacune des entreprises utilisatrices. 2.118/ La proposition de loi Poisson du 9 juin 2009La proposition de loi « visant à faciliter le maintien et la création d’emplois », présentée par ledéputé UMP Jean-Frédéric Poisson, a été adoptée en première lecture à l’Assembléenationale le 9 juin, mais reste en suspens au niveau du Sénat. Ce texte vise à promouvoirdes « formes d’emploi innovantes pour préserver et créer de l’emploi », dans le contexte decrise économique.Les principaux apports de la proposition de loi sont : • la suppression de la limite de l’appartenance à deux groupements d’employeurs (article 1) • la soumission à la négociation collective nationale interprofessionnelle ou de branche du statut des salariés des GE et la suppression du seuil des 300 salariés (article 2) • la fixation par le statut du GE de la responsabilité de leurs adhérents et notamment la possibilité de pondérer la responsabilité des adhérents en fonction des services qu’ils retirent du groupement (article 3) • la possibilité aux collectivités territoriales d’intégrer les groupements d’employeurs sans réserve mais maintien de l’interdiction de constituer un GE exclusivement composé de collectivités (article 4) • l’obligation pour le Pôle emploi d’agir en collaboration avec les groupements d’employeurs, notamment en matière d’emploi à temps partiel non pourvus (article 5) 2.119/ La loi du 24 novembre 2009 relative à la formation professionnelleLa loi relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie comportedes éléments concernant les groupements d’employeurs.En effet, pour les GE de plus de 10 salariés, elle entraine le paiement d’une contributionsupplémentaire rétroactive à l’année 2009 de 0.117 % de la masse salariale affectée auSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 26
  • 28. nouveau Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels ainsi que la possibilitéde réaliser des contrats de professionnalisation en CDD de 24 mois réservés à des publicsprioritaires.Cette loi contient également diverses mesures concernant la formation des salariés desgroupements d’employeurs.2.12/ La constitution et composition d’un groupement d’employeursLa création d’un GE doit résulter d’un enjeu fort accompagné généralement par un porteurde projet. Elle intervient sur un territoire identifié avec un objet clair et précis justifiant lerecours au GE, et après avoir bénéficié d’une expertise soutenue par des partenairesinstitutionnels et financiers. 2.121/ Le statut juridique et l’objet d’un GEAvant la loi du 1 août 2005 en faveur des PME, le groupement devait, de manière exclusive,être constitué sous la forme associative (association loi 1901 ou association régie par lecode civil local en Moselle, dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin).Depuis, il a le choix entre la forme associative et la forme coopérative définie par la loi du 10septembre 1947. Cependant, il faut noter qu’il existe très peu voire aucun groupementd’employeurs constitués sous cette forme car il implique beaucoup moins d’avantages et desécurité que l’association.De même, l’objet du GE a évolué. Jusqu’en 2005, le GE avait un objet unique : mettre àdisposition des membres du groupement, des salariés liés au groupement par un contrat detravail. A présent, il peut aussi apporter à ses membres, aide et conseil en matière d’emploiou de gestion des ressources humaines. 2.122/ Sa compositionToute personne physique ou morale peut adhérer à un groupement d’employeurs, quelle quesoit la nature de son activité (commerciale, industrielle, libérale ou agricole) et sa formejuridique.Les entreprises peuvent adhérer à un GE sans condition de seuil. Toutefois, pour lesemployeurs occupant plus de trois cents salariés, et avant d’adhérer à un GE, il y aobligation de : • conclure un accord collectif ou un accord d’établissement définissant les garanties accordées aux salariés du groupement • transmettre cet accord à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE)Un employeur peut être membre de deux groupements au maximum, sauf s’il possèdeplusieurs entreprises juridiquement distinctes et enregistrées comme telles au RCS.La loi ne fixe aucune limite ni minimale, ni maximale, quant au nombre de membresadhérents au GE.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 27
  • 29. 2.123/ Les facteurs clés pour la réussite d’un groupement d’employeursFacteur clé n° : Les entreprises qui souhaitent créer un GE doivent être mues par une 1réelle volonté de se regrouper au sein de ce dernier et d’y participer. Un engagement fort estnécessaire car les entreprises adhérentes sont solidaires. Dans le cas où une desentreprises fondatrices quitte le GE, le GE peut être complètement déstabilisé.Facteur clé n° : L’implication du conseil d’administration et du président est essentielle au 2bon fonctionnement du GE. Leur rôle est de fixer les ambitions et les orientationsstratégiques du GE et de veiller à l’implication des entreprises adhérentes.Facteur clé n° : Une bonne structure de gestion et d’animation ainsi que la 3professionnalisation de l’équipe du GE sont primordiales. Les GE sont quasi-exclusivementdes associations à but non lucratif ; pourtant ils doivent être gérés comme des entreprises.La gestion du GE nécessite un réel professionnalisme pour la conduite opérationnelle,l’animation et la qualité des prestations fournies, qui seront la clef de la satisfaction desentreprises adhérentes. Les personnes chargées du GE, doivent faire preuve de très fortescapacités commerciales car le GE doit, entre autre, faire adhérer de nouvelles entreprises.Facteur clé n° : Le GE doit développer les compétences de ses salariés et optimiser les 4ressources liées à la formation tout au long de la vie d’où de nécessaires capacitésd’adaptabilité et d’innovation. La formation tout au long de la vie, la polyvalence, la poly-compétence sont des enjeux de l’emploi à temps partagé puisque les salariés doivent êtrecapables de s’adapter à différents postes, notamment dans un GE multisectoriel.Facteur clé n° : Avoir un coefficient de refacturation des heures de délégation de personnel 5compétitif tout en proposant une qualité dans ses services.Facteur clé n° : Le GE s’inscrit comme un outil de développement du territoire. Aussi, le 6soutien des acteurs économiques et politiques, locaux et régionaux, au lancement et audéveloppement des GE est il primordial pour une bonne insertion dans le tissu économique.Facteur clé n° : Une communication commune à l’échelon régional, sur le rôle et l’apport 7des GE dans l’économie locale dans l’objectif de mieux les faire connaître et reconnaîtredans le paysage économique.Facteur clé n° : En final, et c’est peut être l’essentiel, le GE doit répondre à un besoin et 8une attente des entreprises du bassin d’emploi considéré, lui assurant de ce fait un bonfonctionnement et développement.2.2/ Les phases de création d’un groupementd’employeurs sous forme d’association loi 1901La création d’un groupement d’employeurs doit répondre à des besoins réels des entreprisesprésentes sur le bassin d’emploi. La vérification de ces besoins et la nécessité de créer leGE exigent plusieurs études préalables.Les 5 étapes nécessaires à la création d’un groupement d’employeurs sont : • l’étude de faisabilitéSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 28
  • 30. • l’étude de réalisation (analyser le niveau d’engagement des adhérents et clarifier les valeurs partagées au sein du groupement d’employeurs) • les formalités à accomplir • la création juridique2.21/ Valider le projet par une étude de faisabilité et la mise en place d’uncomité de pilotageIl y a trois types de porteurs de projets de création d’un groupement d’employeurs : • les entreprises • les collectivités locales • les organisations professionnelles (chambres consulaires, unions patronales…)L’étude de faisabilité est, le plus souvent, réalisée sous l’égide d’un comité de pilotage. Ellepermet de mettre en évidence les conditions de viabilité économique, sociale et financière dela future association.Le but est de recenser les entreprises susceptibles d’adhérer ou volontaires pour adhérer augroupement d’employeurs et d’estimer leurs besoins.Mener une étude de faisabilité préalable, si possible réalisée par un cabinet extérieur, est denature à rassurer les collectivités territoriales – financeurs potentiels – et les futursemployeurs…La mise en place d’un comité de pilotage chargé de suivre l’étude, d’en valider les différentesétapes – quitte pourquoi pas à l’arrêter – contribue à renforcer la méthodologie.Il est ainsi judicieux d’associer à ce comité de pilotage différentes parties, dont la DIRECCTEou l’Inspection du travail. En effet, ces administrations sont d’une part susceptibles definancer l’étude, et d’autre part elles peuvent aussi donner leur avis sur le projet ou desconseils particuliers (sur le choix d’une convention collective par exemple).Les futures entreprises du groupement d’employeurs ont des besoins différents et unecomplémentarité doit être trouvée en vue des futurs maillages d’emplois. Des périodescreuses en matière de besoin en salariés apparaissent mécaniquement. Pour combler cespériodes, de nouvelles entreprises doivent être recherchées, le but étant de proposer desCDI aux futurs employés du groupement.Il importe ainsi de bien définir les postes de travail adaptés, la périodicité, lacomplémentarité, un volume d’heures correctement réparties entre les structuresadhérentes.L’étude de faisabilité est donc l’occasion de réunir les principaux intéressés par la créationd’un ou de plusieurs emplois partagés, ce qui constitue également l’occasion d’appréhenderles capacités de chacun à communiquer et à dialoguer.Par ailleurs, l’inventaire des contraintes légales, financières, techniques, humainesauxquelles le groupement d’employeurs devra faire face doit être dressé. Ces contraintespeuvent s’opposer à la création ou au fonctionnement du groupement.Le comité de pilotage, à l’issue de l’étude de faisabilité, donne son avis sur l’opportunité dela création du GE.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 29
  • 31. Il est à noter que l’étude de faisabilité peut être soutenue financièrement par la RégionBretagne. Pour cela, trois conditions doivent être réunies : • avis préalable positif du CRGE de Bretagne • réalisation de la partie financière par le CRGE • participation du CRGE au comité de pilotage de l’étudeLe CRGE (Centre de Ressources pour les Groupements d’Employeurs de Bretagne : cf.paragraphe 2.72/ page 57) jugera de l’utilité et de la pertinence de cette étude au regard d’unensemble de critères (existence ou non d’un GE sur le périmètre géographique pressenti,noyau d’entreprises volontaires pour constituer le GE, ...). Une rencontre entre le porteur etle CRGE permettra à ce dernier de collecter toutes les informations utiles et nécessairespour établir son expertise. A l’issue de cette rencontre, le CRGE établira un avis d’expert quivalidera ou non la poursuite le projet. Cet avis sera envoyé à la Région et au porteur duprojet. Si l’avis du CRGE est positif, l’étude de faisabilité et le démarrage du GE pourrontêtre financés par la Région.2.22/ L’étude de réalisationLa réponse positive du comité de pilotage à l’étude de faisabilité amorce l’étude deréalisation. Dans cette phase, le comité de pilotage évalue l’aspect qualitatif des emplois.L’analyse précise des besoins exprimés par chaque entreprise conduit à une planificationpotentielle en fonction des postes demandés et en fonction des entreprises. Une évaluationdu nombre de poste en ETP (équivalent temps plein) est alors possible.Une estimation du coût pour les adhérents et du coefficient de facturation peut êtredéterminée.Le groupement d’employeurs doit définir son niveau d’accompagnement des entreprisesadhérentes. L’engagement doit se faire sur des volumes horaires, l’existence d’entreprises «tampon » (permettant d’amortir les difficultés des plus petites entreprises), la définition despriorités de mise à disposition.Le partage de valeurs ne peut exister que si les adhérents ont les mêmes buts et s’il y a uneéthique dans la relation tripartite.De plus, les membres du groupement d’employeurs s’entendent également sur la conventioncollective qui leur sera applicable, la localisation du groupement, le budget prévisionnel defonctionnement, les statuts, le règlement intérieur, et le personnel qui assurera la gestion.2.23/ Les formalités à accomplir 2.231/ La rédaction des statutsLes membres fondateurs de la future association se réunissent en assemblée généraleconstitutive. Cette assemblée se réunit, une seule fois, pour la création de l’association, afindadopter les statuts et les procédures de mise en place et de démarrage de la structure.Les statuts représentent l’acte fondateur de la création d’une association. Ils doivent êtrerédigés d’un commun accord par les membres du groupement et désignent :Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 30
  • 32. • le nom du groupement • son objet • le lieu du siège social et la durée du groupement • ses membres • les cas de : radiation, exclusion, démission des membres • le mode de désignation des membres du bureau (président, secrétaire, trésorier) • les conditions de réunion de l’assemblée générale • les modalités de modification des statuts ainsi que de modifications et de dissolution de l’association • les ressources du groupement et l’organisation financière ainsi que les fonds de réserve • les règles concernant le Conseil d’Administration • l’administration du groupement d’employeurs • la personne à qui sera confiée la charge de l’établissement des bulletins de salaires, des déclarations auprès des organismes sociaux et de la facturationQuel que soit le statut choisi par le groupement d’employeurs, les membres dugroupement sont solidairement responsables de ses dettes à légard des salariés etdes organismes créanciers de cotisations obligatoires. 2.232/ La rédaction du règlement intérieurLe règlement intérieur permet de prévoir et de gérer les risques.Le groupement fonctionne avec des organes de direction et de délibération : • Conseil d’administration • Bureau • Assemblée généraleLes membres du Conseil d’administration du groupement élaborent et valident le règlementintérieur et déterminent, par la même occasion, les règles nécessaires au fonctionnementdes instances associatives du groupement.Ce document peut ainsi prévoir : • la répartition des charges entre les entreprises utilisatrices • la définition des postes et des plans de formation • le programme d’utilisation des personnels • la convention collective applicable • les modalités de relevés des heures de travail • les conditions de la rupture de travail des salariés et des adhérents, l’avance en compte courant et la facturation des mises à disposition • les modalités d’adhésion et de démission • la composition du conseil d’administration • les modalités de répartition des plannings horaires du ou des salariés • les modalités financières de partage des charges financièresLe règlement intérieur peut également : • préciser les modalités de mise en place du fonds de réserve du groupement • fixer les conditions matérielles de tenue des assemblées généralesSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 31
  • 33. Ce dernier doit enfin envisager les difficultés qui pourraient être rencontrées et prévoir lesmodalités de sa modification, si celle-ci est nécessaire.Par ailleurs, il peut faire figurer en annexe un certain nombre de documents-types permettantde faciliter le fonctionnement quotidien du groupement d’employeurs et ses relations avecles entreprises adhérentes. A ce titre, un certain nombre de groupements prévoit uneconvention-type de mise à disposition de la main d’œuvre salariée du groupement, quiprécise : • les modalités de cotisation des entreprises adhérentes faisant appel au GE • le planning d’utilisation • le coût et le règlement de la prestation • le relevé d’heures • les conditions de travail du salarié • les responsabilités de l’entreprise utilisatrice dans ce cadre • la durée de la convention 2.233/ Le choix de la convention collectiveL’obligation de choisir une convention collective unique pour le groupement d’employeursmène à deux situations possibles selon que les entreprises appartiennent au même secteurd’activité ou non. Première situation : les entreprises qui souhaitent constituer un GE appartiennent au même secteur d’activité.Le choix de la convention ne pose donc pas de problème, la convention collective auxquellesles entreprises sont reliées, sera celle du groupement d’employeurs. La couverture conventionnelle des salariés de ces groupements mono-sectoriels ne poseguère de difficultés. Deuxième situation : les entreprises qui souhaitent constituer un GE sont assujetties à des conventions collectives différentes.Si le Code du travail laisse une marge d’autonomie pour le choix de la convention collective,il précise, sous peine d’opposition de la DIRECCTE1*, qu’elle doit être adaptée à l’exercicemême de l’activité du groupement, et notamment : • aux classifications professionnelles • aux niveaux d’emploi des salariés • ou à l’activité des différents membres du groupementDès lors que la convention collective respecte ces critères, l’opportunité du choix de laconvention applicable reste donc à l’appréciation des membres du groupement.Les membres du groupement peuvent alors décider d’appliquer la convention majoritairechez les membres, ou, celle représentant l’activité dominante du groupement (en fonction duvolume d’heures de mise à disposition, la convention retenue étant celle du secteur d’activitédans lequel sera effectué le plus grand nombre d’heures de mise à disposition).1 * Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi,anciennement Direction Départementale du travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (DDTEFP)Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 32
  • 34. Rien ne s’oppose donc juridiquement au choix d’une convention qui n’est appliquée paraucun des membres du groupement, si elle contient un système de classification permettantde positionner de façon cohérente les salariés du groupement. Les entreprises peuvent, parailleurs, choisir une convention collective dont les classifications sont définies de façon assezgénérale, par rapport au niveau des emplois plus qu’à des métiers, mobilisant la techniquedite des « critères classants » qui permettent le positionnement des emplois.Selon F. Delalande, directeur du groupement d’employeurs Vénétis, le choix de laconvention collective est essentiel car « un mauvais choix peut fermer l’accès du GE àcertains secteurs d’activité ou placer les salariés en situation difficile ». Il convient égalementà cette étape d’entamer un dialogue étroit avec l’Inspection du travail quant au choix de laconvention afin d’être sûr qu’elle soit validée par la suite.2.24/ La création juridique : les démarches administrativesTous les groupements ont, à leur création, une obligation d’information à l’Administration dutravail. En outre, pour acquérir la personnalité juridique, une association doit procéder à sadéclaration à la préfecture et à une insertion au Journal Officiel dun extrait de cettedéclaration, sur production du récépissé 2.241/ La déclaration à la préfectureLa déclaration d’association doit être faite à la préfecture du département ou à la sous-préfecture de larrondissement où lassociation aura son siège social. La déclarationd’association indique : • le nom et l’objet du groupement • le siège des entreprises adhérentes • les noms, professions, domiciles et nationalités des personnes chargées de son administration et de sa directionIl convient d’envoyer, avec la déclaration d’association, deux exemplaires des statuts, et unedemande dinsertion au Journal Officiel. Ces exemplaires doivent être datés et signés par leprésident et le trésorier.La préfecture délivre au groupement d’employeurs, après réception de ces éléments et dansun délai de cinq jours après la remise du dossier, un récépissé de la déclarationd’association. 2.242/ La demande d’insertion au Journal Officiel (J.O)Lassociation nest rendue publique que par une insertion au Journal Officiel, sur productiondu récépissé remis par l’administration.C’est la dernière étape de la création d’une association. Elle se fait par l’intermédiaire de lapréfecture (ou de la sous-préfecture) dont dépend le groupement, qui délivre au groupementun imprimé d’insertion. La date de publication au J.O est alors la date d’acquisition de lapersonnalité juridique pour le groupement. L’extrait de ce J .O est la preuve de lapersonnalité morale de l’association.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 33
  • 35. 2.243/ La déclaration à ladministration du travailLe groupement d’employeurs dispose d’un mois pour avertir l’administration du travail de saconstitution.Le processus d’information est différent suivant que les entreprises relèvent ou pas de lamême convention collective.Si les membres du groupement d’employeurs relèvent tous de la même conventioncollective, ce dernier informe l’inspecteur du travail.Si le groupement d’employeurs est multisectoriel, il informe la DIRECCTE. Déclaration à l’inspection du travailDans le cas où le groupement d’employeurs a la même convention collective que sesentreprises adhérentes, il doit annoncer sa création à l’inspection du travail dont dépend saconvention collective.Une note dinformation doit être adressée à lInspection du travail du lieu du siège social dugroupement, dans le mois suivant la date de constitution.Cette note comprend : • Le nom, le siège social du groupement et sa forme juridique • Les noms, prénoms, domiciles des dirigeants du groupement avec pour chacun d’eux : - son siège social, l’adresse de ses établissements, la nature de son ou ses activités s’il s’agit d’une personne morale (entreprise, association) - son adresse, le siège social de l’entreprise au titre de laquelle elle adhère, la nature de son activité et l’adresse de ses établissements s’il s’agit d’une personne physique - le nombre de salariés que cette personne physique ou morale emploie • Les statuts de l’association • Une copie de l’extrait de déclaration d’association parue au Journal Officiel • Une liste des membres du groupement avec leurs adresses, sièges sociaux, la nature de leurs activités, le nombre de salariés que chaque adhérent emploie • La convention collective appliquée au groupementLa note dinformation, datée et signée par la personne habilitée à cet effet par le groupementdemployeurs, est adressée par lette recommandée avec avis de réception. Déclaration à la DDTEFP (DIRECCTE désormais)Dans le cas des groupements d’employeurs multisectoriels, ceux-ci s’entendent sur uneconvention collective qui s’appliquera au groupement mais le choix de cette conventioncollective est soumis à l’accord de la DDTEFP.L’association doit donc faire connaître à la DDTEFP la convention collective choisie.Cette déclaration comporte les mêmes indications que celles requises au titre de la noted’information remise à l’inspecteur du travail par les groupements dont les entreprisesSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 34
  • 36. relèvent de la même convention collective. Toutefois à cette note d’information, legroupement d’employeurs multisectoriel doit ajouter : • l’intitulé de la convention collective appliquée par chaque membre • la convention collective que le groupement se propose d’appliquer • les indications relatives au nombre et à la qualification des salariés que le groupement envisage d’employerCette déclaration se fait par lettre recommandée avec accusé de réception et doit être datéeet signée par la personne habilitée à le faire au sein du groupement (le responsable, engénéral).La DDTEFP dispose d’un délai d’un mois à réception du dossier pour émettre un aviscompte tenu des renseignements précédents et pour s’opposer au choix de la conventioncollective proposée par le groupement.Selon les règles de l’administration, passé ce délai et sans opposition, le groupementd’employeurs a l’autorisation tacite d’exercer son activité. 2.244/ Les démarches en cas de modificationsLa liste des membres du groupement est tenue en permanence à la disposition delinspecteur du travail au siège du groupement.Les associations sont tenues de faire connaître à la préfecture, dans les trois mois, tous leschangements survenus dans l’administration de leur association, ainsi que toutes lesmodifications apportées à leurs statuts.Ces modifications et changements ne sont opposables aux tiers quà partir du jour où ilsauront été déclarés.Dans le cas de modifications ultérieures des données fournies, le groupement doit eninformer l’inspecteur du travail dans un délai d’un mois.Les modifications et changements seront en outre consignés dans un registre spécial quidevra être présenté aux autorités administratives ou judiciaires chaque fois quelles en ferontla demande.2.25/ L’information des représentants du personnelLors de la constitution dun groupement demployeurs, mais aussi de ladhésion à un GEexistant, lemployeur doit informer les institutions représentatives (le comité d’entreprise etles délégués du personnel) du personnel existant dans son entreprise.Cette information précise la nature des activités du groupement et les conditions de saconstitution et peut intervenir après l’adhésion de l’entreprise au groupement. Il ne sagit pasdune demande dautorisation préalable.Les institutions représentatives du personnel n’ont pas de pouvoir décisionnel quant à cetteadhésion.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 35
  • 37. 2.26/ Les déclarations d’existence aux services fiscaux et sociauxLe groupement d’employeurs doit avertir les services fiscaux et sociaux de sa création. La déclaration d’existence aux services fiscauxLa déclaration d’existence doit être faite auprès des services fiscaux si le groupementd’employeurs est créé dans un premier temps sans l’embauche de personnel. Sinon, en casd’embauche de personnel, c’est auprès de l’URSSAF que cette déclaration doit être faite, quien informe par la suite les impôts. La déclaration d’existence aux services sociauxSi le groupement d’employeurs est créé avec du personnel, la déclaration d’existence estfaite auprès de l’URSSAF qui se charge de transmettre les documents et informations auxautres caisses sociales et aux services fiscaux.2.3/ Les sociétés coopérativesDepuis 2005, les groupements d’employeurs ne sont plus obligatoirement des associationsloi 1901. Il est désormais possible aux sociétés coopératives de créer leurs propresgroupements d’employeurs.De même, les sociétés coopératives existantes peuvent développer, au bénéfice exclusif deleurs membres, les activités de groupement d’employeurs.La société coopérative qui entend développer lactivité de groupement demployeurs prévueà larticle L. 1253-1 doit, avant son exercice effectif, mentionner dans ses statuts cetteactivité ainsi que la responsabilité solidaire des associés pour les dettes qui en résultent àlégard des salariés et des organismes créanciers de cotisations obligatoires.La société coopérative déclare lexercice dune activité de groupement demployeurs selonles modalités prévues aux articles D. 1253-1 à D. 1253-3.La société coopérative qui étend son activité à celle de groupement d’employeurs doit biendistinguer les ressources du groupement d’employeurs de celles de la société coopérative.En effet, même dans le cas où le groupement d’employeurs est créé au sein d’une sociétécoopérative, il garde la caractéristique de poursuivre des opérations à but non lucratif.Ainsi, les moyens de toute nature affectés au groupement demployeurs sont identifiés àlintérieur de la société coopérative et la comptabilité qui s’y rapporte est séparée.Elle précise lorganisation quelle mettra en œuvre pour respecter les obligations spécifiquesprévues par la réglementation.La société coopérative peut recruter des salariés soit pour les affecter exclusivement àlactivité de groupement demployeurs, soit pour les affecter à la fois à cette activité et à sesautres activités.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 36
  • 38. L’utilisation de salarié pour l’une ou l’autre des activités de la coopérative est soumise àcondition.La société coopérative peut : • mettre à la disposition de lun des membres du groupement demployeurs un des salariés quelle emploie et qui nest pas affecté à cette activité • utiliser pour ses propres besoins un salarié affecté à lactivité de groupement demployeursDans les deux cas, l’employeur remet au salarié, par lettre recommandée ou par lettreremise en main propre contre décharge, une proposition écrite d’avenant à son contrat detravail mentionnant la durée du changement daffectation (et dans le premier cas : lesconditions d’emploi et de rémunération, la qualification du salarié, la liste des utilisateurspotentiels et les lieux d’exécution du travail). En l’absence de réponse dans un délai de 15jours, le salarié est réputé avoir refusé cette proposition. L’employeur ne peut tirer aucuneconséquence de ce refus sur la situation du salarié.Les modifications amenées par la loi d’août 2005 concernant la possibilité de constituer ungroupement d’employeurs sous la forme coopérative n’apportent aucun changement du pointde vue du régime fiscal applicable : le groupement d’employeurs demeure donc assujetti auximpôts commerciaux.Cependant, cette nouvelle possibilité de forme coopérative modifie la notion de co-responsabilité des membres du groupement. En effet, dans le cadre d’une sociétécoopérative, les membres ne sont solidairement responsables qu’à hauteur de leurs apports.Par ailleurs, les sociétés coopératives relevant purement du secteur marchand auront plusde difficultés à obtenir des aides publiques au démarrage ou pour des actions collectives àdestination des salariés et adhérents.Actuellement, il n’existe pas de groupement d’employeurs constitué sous la forme desociété coopérative en Bretagne.2.4/ Régime fiscal et responsabilités sociales desgroupements d’employeursMalgré leur statut associatif, l’administration fiscale ne reconnaît pas le caractère non lucratifdes groupements d’employeurs (hors GE agricoles).A ce titre, ils sont soumis au régime de droit commun des entreprises commerciales.2.41/ La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)La mise à disposition de personnel étant une activité à caractère économique qui entre dansle champ dapplication de la TVA, le groupement d’employeurs est donc soumis à cette taxe.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 37
  • 39. Cependant, le régime fiscal des groupements d’employeurs au regard de la Taxe sur lavaleur ajoutée (TVA) varie en fonction de la situation des entreprises adhérentes. Legroupement est assujetti à la TVA à partir du moment où l’une de ses entreprises adhérentesy est soumise.Ainsi, certains groupements peuvent bénéficier d’une exonération, pour des services rendusà des personnes physiques ou morales qui exercent une activité exonérée ou placée hors duchamp d’application de la TVA.Le groupement déduit la taxe facturée dans les conditions habituelles : assujettissementobligatoire à la TVA selon le régime général au taux normal de 19.6%, exception faite durégime « franchise de base » qui est exonéré si le chiffre d’affaires annuel est inférieur à27 000 euros.Lorsque cette exonération n’est pas applicable, les prestations offertes par le groupementd’employeurs sont soumises au taux de TVA de 19,6%. Le montant de la TVA doit êtrementionné sur la facture adressée aux entreprises utilisatrices, de sorte qu’elles puissent ladéduire, dans les conditions habituelles.2.42/ Limpôt sur les sociétés (IS)Bien que le groupement soit à but non lucratif, il est soumis à limpôt sur les sociétés au tauxnormal de 33,3 %.Remarque : Ce régime implique la tenue obligatoire d’une comptabilité et de la déclarationannuelle des résultats. Par ailleurs, les subventions sont soumises à l’IS.Dans lhypothèse où le groupement d’employeurs ne réalise pas dexcédent, limpôt à payersera nul. Il subsiste néanmoins la charge deffectuer une déclaration fiscale (coût de gestionà prévoir).2.43/ Limposition forfaitaire annuelle des sociétés (IFA)(IFA)Depuis le 1er janvier 1997, tous les groupements d’employeurs sont exonérés de cetteimposition (article 13 de la loi de finances 1997).Pour les IFA dues à compter du 1er janvier 2009, le seuil dassujettissement à limpositionforfaitaire annuelle est porté à 1 500 000 €, au lieu de 400 000 € en 2008. Les personnesmorales dont le chiffre daffaires du dernier exercice clos est inférieur à 1 500 000 € sontdonc exonérées de lIFA. Les autres tranches du barème ne sont pas modifiées.Ce seuil a été progressivement abaissé à 15 millions deuros à partir du 1er janvier 2010.Avant sa suppression définitive le 1er janvier 2011.2.44/ La taxe dapprentissage (TA)Les groupements demployeurs sont soumis à la taxe dapprentissage. Afin de la factureruniquement aux entreprises utilisatrices assujetties, les groupements demployeurscomposés dadhérents assujettis et non assujettis paient la taxe d’apprentissage enproportion des salaires versés et soumis à cette taxe.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 38
  • 40. De plus, depuis linstruction fiscale 4L1-10 du 22 mars 2010, Les entreprises d’au moins 250salariés doivent verser, en plus de la taxe d’apprentissage, une taxe additionnelle si lenombre moyen de titulaires de contrats en alternance dans l’entreprise est inférieur à 3 % del’effectif annuel moyen de l’entreprise, seuil visant à favoriser l’insertion professionnelle.2.45/ La taxe sur les salaires (TS) (TS)Les groupements demployeurs exonérés de TVA ou bénéficiant dune franchise de TVAsont soumis à la taxe sur les salaires. Les associations loi de 1901 qui emploient moins de30 salariés bénéficient d’un abattement de 5 913 € annuel (en 2010) sur le montant de taxeà payer, c’est-à-dire qu’elles ne paieront pas de taxe sur les salaires tant que son montantest inférieur à 5 913 € par an. Une décote peut également être appliquée.2.46/ La Contribution économique territoriale (anciennement TP)Depuis le 1er janvier 2010, la taxe professionnelle (TP) a été remplacée par un nouvel impôt :la contribution économique territoriale (CET).La CET se décompose en fait en deux impôts distincts : - la cotisation foncière des entreprises (CFE) - la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE)Concernant les groupements d’employeurs, il faut retenir que les groupements dont le chiffred’affaire est inférieur à 500 000 euros sont exonérés de la CVAE, mais que tous lesgroupements d’employeurs sont redevables de la CFE.Il est alors important de noter que la CFE est assise sur la valeur locative des biens soumis àla taxe foncière (hors équipements, biens mobiliers et recettes donc) et que le tauxd’imposition est déterminé par les communes ou les EPCI.En ce qui concerne la CVAE, on peut voir que la valeur ajoutée est plafonnée à 80% duchiffre d’affaires pour les entreprises réalisant moins de 7.6 millions d’euros de chiffred’affaires et à 85% au-delà.2.5/ Le fonctionnement des groupementsd’employeurs2.51/ Le fonctionnement administratifLe groupement, comme toute association, fonctionne avec des organes de direction et dedélibération : Conseil d’administration, bureau, assemblée générale. Les membres duConseil d’administration du groupement élaborent et valident le règlement intérieur quidétermine les règles de fonctionnement des instances du groupement.Ce document peut ainsi prévoir le programme d’utilisation des personnels, la conventioncollective applicable, les conditions de la rupture de travail des salariés, des adhérents et lafacturation des mises à disposition. Il fixe également les conditions matérielles de tenue desassemblées générales. Il doit enfin envisager les difficultés qui pourraient être rencontrées etprévoir les modalités de sa modification si celle-ci s’avère nécessaire.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 39
  • 41. Par ailleurs, il peut faire figurer en annexe un certain nombre de documents-type permettantde faciliter le fonctionnement quotidien du groupement et ses relations avec les entreprisesadhérentes. A ce titre, un certain nombre de groupements d’employeurs prévoient uneconvention-type de mise à disposition de la main d’œuvre salariée du groupement, quiprécise les modalités de cotisation des entreprises adhérentes faisant appel au GE, leplanning d’utilisation, le coût et le règlement de la prestation, le relevé d’heures, lesconditions de travail du salarié et les responsabilités de l’entreprise utilisatrice dans ce cadre,et enfin la durée de la convention.Le groupement d’employeurs se compose des membres fondateurs et des membres ayantadhéré postérieurement à sa création. Pour être adhérents, les nouveaux membres doiventêtre agréés par le conseil d’administration (qui valide la proposition d’adhésion de nouveauxmembres) et s’acquitter du montant de l’adhésion.Les entreprises membres du conseil d’administration dirigent le groupement d’employeurs.Le conseil d’administration contrôle les conditions de fonctionnement, notamment le niveaude facturation des mises à disposition. Il élit son Président. Le nombre et les modalités dedésignation du conseil d’administration sont libres et dépendent des membres de chaquegroupement d’employeurs.Le conseil d’administration décide : • la tarification des mises à disposition • les moyens administratifs du groupement • la politique salariale et sociale • l’entrée de nouveaux adhérents • le pouvoir disciplinaireLa gestion administrative peut être assurée par le groupement d’employeurs ou par descompétences extérieures toutefois, la responsabilité des décisions revient au GE.L’entreprise qui souhaite adhérer doit remplir un dossier d’adhésion, accepter ses statuts etrèglement intérieur et doit acquitter une cotisation et des frais d’entrée. Seuls les adhérentsau groupement peuvent bénéficier de la mise à disposition de personnel et ce, par laconclusion d’un contrat de mise à disposition avec le groupement d’employeurs. Le rôle du directeurCe poste peut avoir différentes appellations : directeur, coordinateur, animateur,responsable…Le directeur du groupement d’employeurs remplit plusieurs missions : • gestion des ressources humaines (paie, formation des salariés, organisation du temps de travail des salariés…) • gestion comptable et financière • recrutement • négociation utilisateurs, salariés • prospection active d’adhérentsDiriger un groupement d’employeurs requiert de mettre en œuvre de nombreusescompétences dans différents domaines. En effet, il faut tout d’abord disposer deSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 40
  • 42. compétences en management et direction d’entreprise et savoir développer un réseaud’adhérents. De plus, au vu du caractère spécifique du groupement d’employeurs, il imported’avoir une expérience dans le montage de projets innovants, mais aussi de savoirprospecter, rechercher des subventions. Enfin, il est primordial de disposer de compétencesen matière de ressources humaines, notamment savoir gérer des compétences et managerun personnel dispersé.2.52/ Le fonctionnement financierSi lors de ses deux premières années de vie, le groupement d’employeurs est aidé pardifférentes subventions, l’association doit au plus vite parvenir à s’autofinancer entièrement.C’est pourquoi, avant la création du groupement d’employeurs, il convient de concevoir unpremier budget prévisionnel permettant d’identifier les capacités de financement du poste(produits) en fonction des salaires (charges) et du fonctionnement du groupement. Les chargesLe groupement d’employeurs doit faire face à plusieurs charges : o Coût salarial - Salaire chargé des cotisations - Congés payés - Autres éléments du coût salarial : ancienneté, formation, comité d’entreprise, avantages divers (mutuelles, prévoyance…), maintien de salaire (maladie…) o Frais de structure - Recrutement - Pilotage et gestion administrative du GE - Charges fixes et variables : factures électricité, téléphone, matériels divers... o Frais annexes - Equipements de travail : chaussures de sécurité, vêtement de travail, casques, outils… - Frais de déplacementEn ce qui concerne les charges, il est nécessaire de procéder à l’identification des emploisdu temps hebdomadaires, mensuels ou annuels. Un planning annuel permet de calculer, auprorata de l’utilisation du salarié, le volume horaire prévisionnel, ainsi que le coût annuel dusalarié. Une fois les niveaux de participation pour chacun des adhérents identifiés,l’ensemble des frais que constituent le salaire, les charges sociales, les frais de gestion,fournitures administratives, achats divers, formation professionnelle, médecine du travail,frais d’assemblée générale ou de matériel… sont partagés au prorata de l’utilisation dusalarié.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 41
  • 43. En fonction du planning annuel horaire et financier, sont identifiés en début d’année (saison,année civile ou autre…) des volumes et participations prévisionnels sur 12 mois. Ils peuventfluctuer en fonction des besoins particuliers des utilisateurs.Lors des réunions du conseil d’administration du groupement d’employeurs, des ajustementsfinanciers sont opérés en fonction des horaires réellement effectués ou en fonction decharges ou produits initialement prévus. Les ressourcesEn termes de ressources, le GE dispose : o De ressources provenant de ses membres - facturation mensuelle des heures travaillées ou forfait sur la base du salaire brut - cotisation annuelle des adhérents - avance en compte courant demandée, correspondant à un mois de facturation - caution bancaire (pouvant porter sur une base forfaitaire par salarié) - fonds de réserve o D’autres ressources - subventions d’aides à la création et au développement du GE - aides à l’emploi - emprunts auprès d’organismes bancaires - autres ressources autorisées par la loi Une facturation mensuelle des heures travaillées ou forfait sur la base du salaire brutLes entreprises utilisatrices sont tenues de payer les heures des salariés qu’elles ont eus àdisposition et de participer aux frais de fonctionnement du groupement. Ces fraiscomprennent les frais de secrétariat, de locaux, de gestion, de matériel. Par ailleurs, legroupement peut facturer les entreprises utilisatrices au travers d’une cotisation, ou bien enincluant les frais de fonctionnement dans le calcul du coût horaire. L’avance en compte courant et la caution bancaireL’avance en compte courant et la caution bancaire permettent d’assurer la protectionfinancière de l’association et de ses adhérents. En effet, chaque adhérent est solidaire desautres membres de l’association : en cas de défaut de paiement, la caution permet d’évitertout problème aux autres membres. Aides à la création et au développement du GEEn fonction des activités développées, les groupements d’employeurs peuvent bénéficier, lecas échéant, de programmes d’aides mis en place par le Conseil régional, le Conseilgénéral, le FSE, le Fonds de Restructuration de la Défense (FRED), le Pays, la communautéde communes ou d’agglomération, …Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 42
  • 44. Ces aides sont mobilisables en fonction des objectifs du groupement, des activitésorganisées et des publics accueillis, en tant que salariés ou en tant que bénéficiaires desprestations du groupement. Aides à l’emploiLe groupement d’employeurs bénéficie pour le compte de ses membres des aides à lacréation du GE et des aides à l’emploi mobilisables dans le cadre du Contrat uniqued’insertion (CUI) qui, depuis le 1er janvier 2010, prend la forme: - D’un Contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE) pour les employeurs du secteur non marchand. - D’un Contrat initiative-emploi (CUI-CIE) pour les employeurs du secteur marchand. Le fonds de réserveLe groupement d’employeurs doit se constituer un fonds de réserve dès sa mise en place.La stabilité financière du groupement réside dans sa capacité à se doter d’un fonds detrésorerie et de réserve.La trésorerie devant être suffisante afin de pouvoir régler les appels de cotisations socialestrimestrielles (URSSAF, ASSEDIC, Caisse de retraite…), de formation continue et de seprémunir contre les risques.Il provient des subventions d’aide à la création et de fonctionnement et ne tient pas comptedes aides à l’emploi.Il trouve également son origine dans les participations des utilisateurs qui peuvent, lors d’unconseil d’administration ou l’assemblée générale du groupement, calculer leurs concours enfonction de l’utilisation du ou des salariés.2.6/ La relation tripartiteL’outil groupement d’employeurs entraine une relation tripartite entre le GE, les entreprisesadhérentes et les salariés.2.61/ Relation d’un GE avec ses entreprises adhérentesPour appartenir au groupement d’employeurs, les entreprises doivent obligatoirement verserune cotisation (le montant de la cotisation varie suivant les groupements ; dans certains, elleest symbolique).Par ailleurs, certains groupements demandent une caution bancaire et une avance encompte courant aux entreprises adhérentes pour se prémunir contre les risques.Le GE est l’employeur du salarié. C’est pourquoi, dans le cas du recours aux prud’hommes,c’est le groupement d’employeurs qui est attaqué et non les entreprises adhérentes, mêmesi le salarié va aux prud’hommes suites au comportement d’une entreprise adhérente.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 43
  • 45. 2.611/ Mise à disposition de salariésContrat de mise à dispositionL’entreprise adhérente fait part à l’équipe de gestion de ses besoins en salariés, des fichesde poste et compétences requises, et de son organisation du temps de travail.En fonction des besoins exprimés par les entreprises du groupement, l’équipe de gestionrecrute les salariés et procède au maillage de poste pour constituer un temps partagé.Toutefois, le groupement est libre dans l’organisation de la mise à disposition des salariésauprès des entreprises utilisatrices. Il n’existe aucune contrainte particulière concernant lemotif d’utilisation des salariés, la durée de leur mise à disposition, le nombre et le rythme deleurs missions et le lieu d’exécution du travail.L’entreprise, lorsqu’elle utilise les compétences d’un salarié, conclut un contrat de mise àdisposition avec le groupement, qui définit les conditions de délégation. Le salarié n’est paspartie prenante à ce contrat, ses droits et obligations étant déterminés par le contrat detravail.Pour chaque mise à disposition d’un salarié, un contrat est signé entre le groupementd’employeurs et l’entreprise utilisatrice. Le contrat de mise à disposition précise le contenu etla durée de la mission, le montant de la rémunération due au salarié et les différentséléments qui la composent, la qualification professionnelle et les caractéristiquesparticulières du poste de travail ou des fonctions occupées.Comme dans le cas des contrats de mise à disposition conclus par les associationsintermédiaires ou les entreprises de travail temporaire, le contrat ne donne pas lieu à untransfert du lien salarial, celui-ci demeurant entre le groupement et le salarié. Néanmoins,l’entreprise utilisatrice est responsable des conditions de travail des personnes mises à sadisposition.Participation financière des membresLe groupement est l’employeur unique des salariés ; c’est à lui qu’incombe le versement dela rémunération et des charges sociales. Les entreprises utilisatrices remboursent ensuite augroupement les dépenses engagées par le salarié qu’elles utilisent.Pour l’entreprise le coût d’un salarié embauché par un GE est moins élevé de 10 à 30 % quecelui d’un intérimaire2. En effet, il correspond au salaire brut de l’employé auquel s’ajoute lescharges patronales, les congés payés, les frais inhérents au salarié (formation, comitéd’entreprise, avantages divers (mutuelle, chèques-déjeuners,…), la prévention contre lesrisques sociaux (maladie par exemple..) et enfin les frais de structure du GE, qui permettentnotamment de couvrir les coûts liés au recrutement et à la gestion du groupement.Le groupement facture à l’entreprise la mise à disposition du ou des salariés, au prorata dutemps de travail effectué. Cette facturation reprend la contrepartie du salaire, des chargessociales et du coût de gestion du groupement.2 Entreprise et carrières, n°850, Les groupements d’employeurs : une voie vers la flexsécuritéSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 44
  • 46. 2.612/ Solidarité financière et cotisation à l’Assurance garantie des salaires (AGS)L’article L1253-8 du Code du Travail prévoit l’application d’un mécanisme de responsabilitéfinancière entre les membres du groupement.Il précise que les membres du groupement sont solidairement responsables des detteséventuelles de celui-ci à l’égard des salariés et des organismes créanciers de cotisationsobligatoires.Cette solidarité joue en dehors de tout paiement relatif aux heures de disposition utilisées.Ainsi une entreprise qui s’est déjà acquittée de son paiement est néanmoins solidaire desdettes éventuelles du groupement d’employeurs, qui constitue de ce point de vue une« association engageante ».Ainsi, en cas de défaillance de l’une des entreprises utilisatrices, les salariés ou lesorganismes créanciers de cotisations obligatoires peuvent se retourner contre n’importequelle entreprise, à partir du moment où elle est membre du groupement.Dans les faits, les groupements prévoient le plus souvent, dans le cadre du règlementintérieur, d’organiser également une responsabilité sociale entre les entreprises adhérentes.Il peut ainsi être stipulé que cette responsabilité pourra être supportée en dernier ressortproportionnellement au remboursement des frais de personnel enregistré par les membresadhérents au cours des trois ou six mois précédant l’incident ayant déclenché la mise enœuvre de la responsabilité.Le règlement intérieur peut en outre prévoir un dépôt de garantie ou l’association d’un dépôtde garantie et d’une caution bancaire dont le montant et la validité sont déterminés par leconseil d’administration, que chaque adhérent s’engage à fournir au groupement au momentde son adhésion.Le groupement d’employeurs peut demander à ses adhérents le versement d’une avance encompte courant, correspondant à deux mois de facturation, que l’entreprise récupère à sasortie du groupement. Toutefois, cette avance n’est obligatoire ni sur le plan légal, ni sur leplan juridique, il appartient à chaque groupement de décider de son existence ou non. Pourle groupement, il constitue un fonds de garantie dans le cas de défaillance d’une entreprise.La solidarité financière n’exonère pas le groupement d’employeurs et les entreprises qui yadhèrent des responsabilités sociales directes à l’égard des salariés dont elles mutualisentl’emploi, mais également entre entreprises adhérentes.Ce principe de solidarité financière est en outre cumulatif avec l’obligation de cotisation àl’Assurance garantie des salaires (AGS). Le principe de solidarité financière en vigueur ausein des GE ayant pour conséquence d’engager financièrement les entreprises adhérentes,les groupements cotisent de fait à l’AGS sans pouvoir bénéficier des prestations qui endécoulent.2.62/ Relation d’un GE avec ses salariés 2.621/ Le contrat de travailLe salarié a un contrat de travail non pas avec les entreprises pour lesquelles il travaille maisavec le groupement d’employeurs. La rémunération est effectuée par le groupement. Lesalarié perçoit une rémunération égale à celle des autres salariés de l’entreprise et estsoumis aux mêmes conditions de travail qu’eux.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 45
  • 47. Les salariés peuvent être recrutés, selon les nécessités, sous contrat à durée indéterminéeou à durée déterminée. Cependant, compte tenu de la finalité même du groupement qui viseà stabiliser les salariés, à temps plein ou à temps partiel, ainsi que le rappelle expressémentla circulaire du 20 mai 1994, le CDI doit rester la forme privilégiée du contrat de travail.Cependant, il est admis que le groupement d’employeurs utilise tout d’abord un CDD pourl’embauche de son personnel, avant la conclusion d’un CDI.Le recours à un contrat à durée déterminée doit s’effectuer dans les formes requises par laloi. Le contrat doit ainsi obligatoirement préciser le motif exact du recours au CDD etrespecter les articles L1242-1à L1242-9 du Code du travail, justifiant ce type de contrat.Qu’il soit conclu pour une période déterminée ou non, le contrat de travail doit dans tous lescas être écrit. A défaut, le juge est susceptible de l’analyser comme un contrat de travail dedroit commun, et d’en tirer les conséquences en termes d’intégration du salarié parmi lestravailleurs permanents de l’association.Un certain nombre de mentions prévues par le Code du Travail doivent en outre être portéessur le contrat : • Les conditions d’emploi et de rémunération • La qualification du salarié • La liste des utilisateurs potentiels • L’indication des lieux d’exécution du contrat de travailLe contrat doit également préciser la convention collective dans le champ de laquelle legroupement d’employeurs a été constitué.S’agissant des utilisateurs potentiels, le Code du travail exige qu’une liste soit établie etexclut de ce fait la possibilité de se borner à un renvoi générique à « l’ensemble desadhérents du groupement d’employeurs ». Dans l’hypothèse d’une modification intervenantparmi les entreprises utilisatrices, notamment du fait d’une nouvelle adhésion, il estnécessaire de conclure un avenant au contrat de travail initial.Etant donné que le contrat de travail est signé entre le GE et le salarié, ce n’est pasl’entreprise qui gère le parcours professionnel et la formation du salarié mais le groupementd’employeurs. Il en va de même pour la médecine du travail.Par ailleurs, c’est au groupement d’employeurs que revient le pouvoir disciplinaire. Aucunesanction ne peut être prise par l’entreprise vis-à-vis du salarié.Depuis février 2005, un salarié mis à disposition par un groupement d’employeurs peutbénéficier d’une délégation de pouvoir du chef d’entreprise de l’entreprise utilisatrice dansles mêmes conditions qu’un salarié de cette entreprise. 2.622/ La rémunérationLe groupement rémunère le salarié.Dans l’éventualité où l’une des entreprises adhérentes interrompt ponctuellement oucesserait définitivement l’activité pour laquelle le salarié était embauché et dès lors qu’unnouveau maillage d’emploi apparaît impossible pour ce salarié, ce dernier est susceptibled’être licencié.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 46
  • 48. La rémunération du salarié dépend de la convention collective appliquée et de saqualification.En principe, la rémunération sur l’année ne doit pas souffrir de modifications du fait de lasuccession de la période de travail dans plusieurs entreprises. Il appartient donc augroupement, en tant qu’employeur, de lisser le niveau de rémunération sur l’année.Le salarié du groupement d’employeurs bénéficie de garanties relatives au versement de sarémunération. En effet, « les membres du groupement sont solidairement responsables desdettes à l’égard des salariés et organismes créanciers de cotisations obligatoires ».Il peut arriver que le salarié ne soit pas occupé à plein temps ou pour partie de son temps,pendant des périodes plus ou moins longues, du fait de l’arrivée à terme de certainesmissions. Dans cette hypothèse, le GE n’a pas, sauf stipulations contraires prévues par lesstatuts de l’association, l’obligation de rémunérer les temps éventuels d’inoccupation, maisl’intéressé peut prétendre au versement d’allocations de chômage partiel dès lors que lesconditions en sont réunies.Les obligations afférentes à la médecine du travail sont à la charge du groupement.Néanmoins, lorsque l’activité exercée par le salarié mis à disposition nécessite unesurveillance médicale spéciale au sens de la réglementation relative à la médecine dutravail, les obligations correspondantes sont à la charge de l’utilisateur.En matière de représentation du personnel, ce sont les règles particulières du travailtemporaire qui s’appliquent : pour les élections professionnelles et de désignation desdélégués syndicaux, les effectifs du groupement sont déterminés en prenant en compte lessalariés mis à disposition pendant une durée totale d’au moins trois mois durant la dernièreannée civile. Ainsi, les salariés mis à disposition pendant au moins trois mois durant ladernière année civile peuvent être électeurs et doivent justifier d’au moins six moisd’ancienneté pour être éligibles ou désignés comme délégués syndicaux.2.63/ Les relations du salarié avec l’entreprise utilisatriceLes obligations de l’entreprise utilisatrice, à l’égard du salarié mis à disposition, sont régiespar les dispositions du Code du travail en matière de prêt de main d’œuvre à but non lucratif.C’est l’entreprise utilisatrice qui est responsable des conditions de travail du salarié sur lelieu de travail.Ces conditions comprennent limitativement : • la durée du travail • un éventuel travail de nuit • les repos hebdomadaires et les jours fériés • l’hygiène et la sécurité • le travail des femmes, des enfants et des jeunes travailleursLes salariés en temps partagé doivent être inscrits sur le registre du personnel desentreprises utilisatrices, avec la mention expresse « mis à disposition par un groupementd’employeurs », ainsi que la dénomination et l’adresse de ce dernier.Les salariés mis à disposition sont pris en compte dans les effectifs de l’entrepriseutilisatrice au prorata du nombre de jours effectivement travaillés, à l’exception deSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 47
  • 49. l’application des dispositions relatives à la formation professionnelle continue, à latarification des risques accident du travail et maladie professionnelle.Le calcul de cet effectif est utilisé pour déterminer le nombre de personnes nécessaires à laconstitution du comité d’entreprise, de délégués du personnel et de délégués syndicaux.Plus précisément, « en ajoutant au nombre de salariés permanents le nombre moyen parjour ouvrable des salariés mis à leur disposition au cours de l’exercice » (Code du travail).Sont exclus du calcul, les salariés mis à disposition pour le remplacement d’un salarié oudont le contrat a été suspendu.Les salariés mis à disposition ne peuvent pas être inscrits sur les listes électorales del’entreprise utilisatrice, mais peuvent recourir aux délégués du personnel en cas deréclamations portant sur : • les conditions d’exécution du travail • l’accès aux moyens de transports collectifs et aux installations collectives de l’entreprise utilisatriceC’est ainsi que les salariés du groupement ont accès dans l’entreprise utilisatrice, et dans lesmêmes conditions que les salariés de celle-ci, aux moyens de transport collectifs et auxinstallations collectives, notamment de restauration, dont peuvent bénéficier les salariés.2.7/ Les groupements d’employeurs et leursreprésentantsPour mieux peser dans le débat, les acteurs des groupements d’employeurs ont décidé demieux s’organiser pour devenir des interlocuteurs plus aisément identifiables.Aux différents échelons territoriaux, les groupements d’employeurs sont représentés par desassociations fédératrices. Ainsi, il existe une représentation des groupements d’employeursau niveau national, anciennement appelée Fédération Française des Groupementsd’Employeurs (FFGE) et qui se nomme, depuis février 2007, l’Union des Groupementsd’Employeurs de France (UGEF).Plus récemment, la Bretagne a vu la création de son Centre de Ressources pour lesGroupements d’Employeurs : CRGE de Bretagne.Enfin, depuis février 2008, il existe un Centre Européen de Ressources pour lesGroupements d’Employeurs : CERGE.2.71/ L’Union des Groupements d’Employeurs de FranceL’UGEF a vu le jour en février 2007 et représente aujourd’hui le réseau des groupementsd’employeurs à l’échelle nationale, succédant ainsi à la FFGE.L’UGEF est une association loi 1901, à but non lucratif, installée à Paris dans le 9èmearrondissement.Elle regroupe 300 groupements d’employeurs représentant 12 000 emplois et 10 000entreprises.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 48
  • 50. A l’instar de la Fédération Nationale des Groupements d’Employeurs Agricoles et Ruraux(FNGEAR qui a remplacé la FNGEA depuis juillet 2007), cette association est une structureintervenant pour les seuls groupements d’employeurs à vocation économique.L’UGEF assure un rôle de tête de réseau au travers de trois grandes missions principales :promouvoir, représenter et professionnaliser le réseau et ses acteurs dans le respect deprincipes éthiques.L’UGEF a construit et validé une charte, fondée sur le professionnalisme et le respect d’uneéthique, que les groupements d’employeurs adhérents doivent s’engager à respecter.Elle a mis sur pied, en partenariat avec l’administration du travail, et en particulier avec laDGEFP et la Direction des relations du travail (DRT) un système de labellisation desgroupements d’employeurs, visant à garantir certaines valeurs. 2.711/ ObjetEn changeant d’appellation, l’association a modifié son objet. Désormais, elle assure : • la représentation des groupements d’employeurs au niveau national • la négociation de conventions nationales et d’accords nationaux concernant les groupements d’employeurs • la communication concernant les groupements au niveau national • la promotion du dispositif GE ainsi que toutes les actions transversales nécessaires au développement au niveau national et international • la promotion d’une organisation régionale efficace et cohérente 2.712/ CompositionAssociation loi 1901, l’UGEF se compose : De membresPour adhérer à l’UGEF, il faut verser une cotisation, variable entre les groupementsd’employeurs et fonction du nombre d’heures facturées par le groupement d’employeurs.Parmi ses membres on peut distinguer : • Les membres actifs : on y retrouve les groupements d’employeurs adhérents de l’UGEF et lui versant une cotisation. L’adhésion est comme dans toute association loi 1901 soumise à examen et acceptation préalable du conseil d’administration. Les membres actifs participent aux assemblées générales avec voix délibérative et peuvent participer au conseil d’administration. • Les membres associés : ce sont les personnes physiques ou morales qui soutiennent les buts de l’association et du conseil d’administration. Elles sont invitées aux assemblées générales sans voix délibérative. D’instances : le bureau, le Conseil d’administration et l’équipe permanenteSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 49
  • 51. Le conseil d’administration de l’UGEF est composé de 16 membres dont 8 siègent aubureau. Les membres du bureau • Présidente : Claude DEROSIER, anciennement DGA de l’UNEDIC • Vice-présidents : Hervé SERIEYX, Président sortant, ancien Délégué Interministériel à l’insertion des jeunes Michel BARBAISE, Président du Groupement d’Employeurs G2EL à Chartres et PDG d’une PME dans le secteur de la cosmétique Gérard BAUDRU, Président du groupement d’employeurs Métiers Partagés et Délégué Régional Centre Claudine ESNAULT, Vice-présidente du CRGE des Pays de la Loire (PAGE) et Présidente du GE RESO 44 (Hôtellerie) Louise GUERRE, Anciennement Présidente du CJD et PDG du Groupe Serda-Archimag • Trésorier : Daniel POTTIER, Président d’Alliance Emploi (GE en région Nord-Pas-de- Calais) et chef d’entreprise • Secrétaire : Philippe LAVIALLE, Vice-président du Groupement d’Employeurs INNOVEMPLOI à Evry et chef d’entreprise Les autres membres du Conseil d’administrationEn plus, des membres du bureau, on retrouve au sein du Conseil d’administration :Gilles-Norbert ADJEDJ, Personne qualifiée (MONTPELLIER)Michel BRIET, Président du GET 974 (LA REUNION)Séverine BEMKA, Présidente de PROGET MÉDITÉRANNÉE (TOULON)Bernard COURJEAUD, Directeur du GE IDÉES (REIMS)Michel-Jean HANTUTE, Président de la SALVETERRA (LA CELLE ST CLOUD)Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 50
  • 52. Gérard LANNELONGUE, Président du GE QUATRE SAISONS (LE HOUGA)Isabelle LE FAUCHEUR, Présidente du CRGE Pays de la Loire (NANTES)Marie-José TERRIEN, Directrice du CRGE GIRONDE (BORDEAUX)Joël SALHER, Président du GEYVO (POISSY)Gabriel PONS, Président du GE Alisé Région Centre (VIERZON)Michel RAMBOUR, Directeur du GENN (NANCY) L’équipe permanenteSophie LE NAOURES, Secrétaire GénéralePhilippe POTIN, Chargé de développement régional IDF 2.713/ Les avantages d’une adhésion à l’UGEF Pour un Groupement d’Employeurs, adhérer à l’UGEF signifie :1. s’engager à respecter la Charte et avoir la possibilité d’être labellisé (professionnalisme et éthique)2. pouvoir s’impliquer dans les instances de l’association : o le Conseil d’Administration, composé de Présidents et de directeurs de GE o les structures régionales, force d’animation régionale3. bénéficier de services : o assistance juridique et technique o fiches techniques (extranet) o guides méthodologiques o journées de formation o appui de l’Union et de son réseau lors d’évènements locaux de communication o mise en relation avec des médias nationaux4. participer à la vie du réseau : o Flash (mensuel) o réunions inter-GE en région o groupes de travail ad hoc o animation et appui par la structure régionale o séminaires de réflexion, avec “grand expert” o extranet des adhérentsSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 51
  • 53. Pour un GE “en démarrage”, adhérer à l’UGEF signifie (en plus de ce qui précède) :5. bénéficier de services spécifiques o journée d’accueil à l’UGEF o « kit de démarrage » o stage d’immersion du responsable du nouveau groupement d’employeurs dans un groupement « référent » o parrainage par un autre groupement d’employeursLa cotisation pour l’année 2010 :Par décision du Conseil d’administration du 16 décembre 2009, elle est calculée à partir dunombre d’heures de mise à disposition facturées par le GE en 2009 ; elle est de 0,016 € HTpar heure facturée, avec un minimum : 200 € HT, avec un maximum : 2000 € HT. 2.714/ La charte et le label de l’UGEFAujourd’hui 20 groupements d’employeurs sont labellisés, l’objectif étant qu’à moyen terme,tous les GE soient labellisés.En Bretagne, seuls 2 GE sont adhérents à l’UGEF, 2 groupements appartenant au réseauReso emploi : Reso 35, Reso 56. Aucun groupement d’employeurs breton n’est labellisé parl’UGEF.2.72/ Le Centre de Ressources pour les Groupements d’Employeurs deBretagne : CRGE de BretagneLe Centre de Ressources des Groupements d’Employeurs de Bretagne a vu le jour enseptembre 2006 mais son action n’a débuté qu’en octobre 2007. C’est une association loi1901 autonome qui n’a pas de lien avec l’UGEF.Le CRGE de Bretagne regroupe 15 groupements d’employeurs à vocation économique, soitenviron 800 salariés (environ 500 équivalents temps plein) et 1 000 entreprises adhérentes.Ses membres sont des GE multisectoriels, ou spécialisés dans le secteur associatif, del’hôtellerie restauration, médico-social, du sport… Le CRGE de Bretagne comptabiliseégalement 3 groupements agricoles (Solutis Emploi, Partag’emploi et Terraliance). On peutaussi noter la présence d’un GE basé dans l’Orne (Progessis) car la Normandie n’est pas, àce jour, couverte par un CRGE. Toutefois, ce groupement d’employeurs n’est pas réellementcomptabilisé comme un GE « breton » et ne fait donc pas partie des données chiffrées duCRGE.Les GE adhérents au CRGE de Bretagne sont : - Atouts Pays de Rance (membre fondateur) - Cornoualia (membre fondateur)Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 52
  • 54. - Helys (membre fondateur) - Iroise (membre fondateur) - Solutis Emploi (membre fondateur) - Tisserent (membre fondateur) - Triskell (membre fondateur) - Vénétis (membre fondateur) - Adeliance - Atouts Pays de Fougères - GEDES 35 - GE M3S - Partag’emploi - Progressis - Reso 35 - Reso 56 - Sport Bretagne - Terraliance - TildéLe CRGE de Bretagne est animé par Maryse LE MAUX, à temps partagé avec la directiondu groupement d’employeurs Cornoualia, depuis le 1er octobre 2007. Les membres du bureau • Président : Michel Guernevé (président de la CECAB) • Vice-président : Yann Coadic (président de Bretim) • Trésorier : Rémy Gizard • Secrétaire : Hervé Charles Les autres membres du Conseil d’administration 4 GE représentant les 4 départements bretons • Atouts Pays de Rance (Côtes d’Armor et Ille-et-Vilaine) • Cornoualia (Finistère) • Tisserent (Côtes d’Armor) • Vénétis (Morbihan)Les missions du CRGE Bretagne : La promotion de l’outil « groupement d’employeurs » o Faire connaître les groupements d’employeurs o Faire évoluer leur environnement juridique o Devenir un acteur reconnu de la politique de l’emploi et du dialogue social o Promouvoir sur l’ensemble des pays de Bretagne « l’outil groupement »Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 53
  • 55. La professionnalisation et la mutualisation des savoir-faire des groupements d’employeurs o Conduire des projets collectifs (Informatique, assurances, achats, communication, site Internet, juridique…) o Former et informer des adhérents o Conseiller et accompagner les GE existants (gestion, social, qualité…) o Animer et organiser le réseau des groupements de Bretagne L’accompagnement des porteurs de projets o Apporter une expertise en la matière et accompagner le porteur de projet dans sa réflexion o Conseiller et assister dans le montage et la réflexion du projet o Intervenir au sein du comité de pilotage mis en œuvre par le porteur de projet afin d’accompagner le groupement dans toute sa phase de construction (partenariat avec le Conseil régional de Bretagne) La création d’un site internet pour chaque groupement d’employeurs et la création d’un site intranet o Avoir son propre site internet pour un groupement d’employeurs est un moyen de se faire connaître o Le site intranet vise la communication des GE entre eux ; il doit permettre l’échange d’informations entre les groupements d’employeurs. Le CRGE Bretagne espère que des groupements d’employeurs d’autres régions adhèreront à ce dispositifUn site internet consacré au CRGE Bretagne a vu le jour en septembre 2008 :www.crgebretagne.frLe CRGE de Bretagne est administrateur du Centre Européen de Ressources pour lesGroupements d’Employeurs.2.73/ Le Centre Européen de Ressources pour les Groupementsd’Employeurs : CERGELe CERGE s’est créé à l’issue de la seconde Convention Européenne du 22 février 2008 quise tenait à Bruxelles en présence du Commissaire européen à l’Emploi, aux AffairesSociales et à l’Égalité des Chances, Monsieur Vladimir Špidla et du Président du Comité desRégions, Monsieur Luc Van Den Branden. Développés en France, en Belgique et enAllemagne, les groupements d’employeurs organisent leurs Conventions Européennesautour d’un débat participatif.Les participants ont voulu mettre en place une entité qui aura pour objectif d’informer et depromouvoir le dispositif des groupements d’employeurs en Europe.Monsieur France Joubert a été élu Président du CERGE. Ce dernier, vice-président duCentre de Ressources des Groupements d’Employeurs de Poitou-Charentes, a étél’initiateur du mouvement européen des groupements d’employeurs.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 54
  • 56. 2.731/ L’objetL’objet du CERGE est de : • Diffuser le dispositif « Groupement d’Employeurs » dans les régions d’Europe à travers des actions de promotion et de lobbying et la mise en relation des groupements d’employeurs et des Centres de Ressources pour les groupements d’employeurs d’Europe • Etre un outil porteur des décisions de Lisbonne et de la politique européenne en matière d’emploi et de flexicurité • A l’instar des Centres de Ressources mis en place dans l’agenda social des partenaires sociaux, faire du CERGE un outil de développement du dialogue social dans les nouveaux pays entrants 2.732/ Les missions • Développement d’une charte • Soutien aux initiatives régionales • Collecte et recherche des savoir-faire des différents pays et régions • Développement d’outils et de méthodes de transfert • Organisation d’échanges, de séminaires, de visites d’études • Mise à disposition d’expertise (juridique, de ressources humaines, etc.) • Réalisation d’études approfondies • Publications informatives et juridiques • Centralisation de documentations, de guides, de manuels 2.733/ Le fonctionnementUn Conseil d’Administration, un bureau et un Président garantissent le développementdémocratique et territorial de l’outil. Un technicien assure l’opérationnalité des décisions.Voici la composition du bureau : • Président : France JOUBERT (Nationalité Française) • Trésorier : Gérard LIBEROS (Nationalité Française), GEMIP (Midi-Pyrénées) • Secrétaire : Hess HOLGER (Nationalité Allemande), BV-AGZ (Centre de Ressources des groupements d’employeurs de la région de Brandebourg)Les autres membres du Conseil d’administration : • Michel GUERNEVE (Nationalité Française), CRGE Bretagne • Christophe BOUET (Nationalité Française), CRGE Poitou-Charentes • Marc GERARD (Nationalité Belge), CRGE BruxellesSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 55
  • 57. 3/ Deuxième partie : Freins audéveloppement des groupements etpropositions de solutionsSi les GE ne sont pas une recette « miraculeuse » du chômage en France, il constituenéanmoins un outil particulièrement bien adapté aux exigences économiques de notreépoque et aux attentes de beaucoup de salariés.Le GE dans sa conception même, s’inscrit dans un fonctionnement en réseau desentreprises qui leur permet de partager des ressources humaines, de s’associer et depérenniser des emplois. Ceci constitue un réel changement d’état d’esprit, surtout pour lesPME, et un moyen non négligeable de se créer un avantage compétitif par rapport à sesconcurrents.Il constitue une véritable innovation sociale permettant de sortir « par le haut » descontradictions entre flexibilité et sécurité, en cherchant à concilier au mieux les intérêts dechaque partie.C’est pourquoi le GE mérite de sortir de son relatif anonymat et d’entrer dans une phase dedéveloppement à grande échelle.Toutefois, on ne peut que constater que les groupements d’employeurs, reconnus par la loidepuis maintenant 25 ans, sont encore peu développés. Ils possèdent d’indéniables atoutsmais tous les acteurs en relation avec les groupements d’employeurs s’accordent sur uncertain nombre de points considérés comme des freins au développement. De nombreuxrapports, avis ou études ont été rédigés dans le but de favoriser la connaissance de cedispositif et de mettre en lumière les points à améliorer.Ainsi, le Conseil Economique et Social a rendu un avis en 2002 suite à un rapport de lasection travail intitulé : « Les groupements d’employeurs : un outil pour la croissance etl’emploi ? ». Ce rapport fait état d’un certain nombre de freins qui sont toujours d’actualité :problème de convention collective, de statut des salariés, de solidarité financière…C’est également dans ce cadre que le Centre des Jeunes Dirigeants (CJD) et l’UGEF ontformulé différentes propositions pour permettre le développement et un meilleurfonctionnement de cet outil.Le CJD a également réactualisé, en octobre 2007, son rapport sur les obstacles dressésdevant les GE : « Les groupements d’employeurs : une innovation pour créer des emplois etdévelopper les PME » dont la première édition était parue en juin 2004. C’est FranckDELALANDE, également directeur du GLE Vénétis et auteur de « Groupementsdemployeurs, mode demploi : une forme demploi innovante pour les salariés et pour lesentreprises », qui a piloté ce rapport.Ce rapport a été diffusé aux acteurs institutionnels et notamment : à tous les ministères, auPremier Ministre et au Président de la République.L’UGEF a pour sa part publié en 2007 un document dont le nom est « Favoriser ledéveloppement du modèle français de la flexicurité : 6 propositions de l’UGEF pour adapteret développer les Groupements d’employeurs ». Ce document reprend les différentescontraintes des GE et les solutions que l’UGEF propose.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 56
  • 58. Une première victoire est obtenue en 2008 avec l’obtention de la possibilité pour un salariéd’un groupement d’employeur de bénéficier de l’intéressement, de la participation ou del’épargne salariale. Le décret d’application est paru le 30 mars 2009, rendant effectif cedispositif.De plus, l’année 2009 symbolise une année riche en termes de rapports ayant pour objet lesgroupements d’employeurs. En effet, en janvier 2009, Xavier Bertrand, ministre du Travail, amissionné Thomas Chaudron, ancien président du CJD, d’une étude sur les tiersemployeurs. Ce rapport s’intéresse particulièrement au prêt de main d’œuvre, le travailtemporaire ainsi que les groupements d’employeurs. Il est remis en février 2009 à BriceHortefeux, successeur de Xavier Bertrand. De plus, en avril 2009, une proposition de loi estdéposée à l’Assemblée Nationale et sera adoptée en première lecture le 9 juin 2009. Cetteproposition de loi visant à « Faciliter le maintien et la création d’emplois » comporte denombreuses dispositions sur les groupements d’employeurs (voir 2.118). Cependant, elle n’atoujours pas été adoptée par le Sénat.Ces différents documents font le constat que les obstacles et freins à la création et audéveloppement des groupements d’employeurs persistent toujours et que la législationévolue trop lentement pour être en adéquation avec la réalité des groupementsd’employeurs.3.1/ Les freins à la création des GELes groupements d’employeurs constituent encore aujourd’hui une nouveauté. En effet, si laloi de 93 a facilité leur développement, ils restent un concept méconnu, et donc peu utilisé,notamment parce qu’ils contrastent avec le schéma habituel de l’entreprise et du travail.3.11/ Le manque de communication et d’informationUne première explication au faible développement des groupements d’employeurs est le peud’information et de promotion les concernant. Il y a une carence dans la connaissance etl’information de ce dispositif tant sur le plan quantitatif que qualitatif. De ce fait, du côté desemployeurs comme des salariés, ce dispositif est très peu connu et peut inquiéteremployeurs et salariés. 3.111/ Un manque d’information conduisant à de fausses idées sur les groupements d’employeursLe manque d’informations sur ce dispositif conduit à des idées fausses. Les groupementsd’employeurs souffrent d’une image erronée, véhiculée la plupart du temps par uneméconnaissance de la formule.Parmi les idées fausses véhiculées : • l’amalgame fait avec le travail temporaire • la réservation de ce type de formule aux seules Très Petites Entreprises (TPE) • la réservation également de cette formule aux seuls emplois qualifiésSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 57
  • 59. En effet, la difficulté de changer les habitudes et les idées est préjudiciable audéveloppement des groupements d’employeurs. Les différents acteurs ont l’habitude deraisonner sur l’idée de l’emploi en CDI à temps plein dans la même entreprise tout au longdu parcours professionnel. Le GE appelle à une logique d’emploi évolutif et d’ensemble.Ce fonctionnement peut effrayer les chefs d’entreprises, les salariés mais aussi le législateuret les représentants syndicaux qui représentent des salariés qu’ils ne rencontrent passystématiquement.Fin novembre 1998, Michel Praderie a remis un rapport à Martine Aubry sur les freins audéveloppement des groupements d’employeurs (qui servira de base aux évolutionsapportées par les lois Aubry I et II au sujet des GE). Ce rapport a mis en avant le frein« culturel » comme celui qui explique le plus le faible développement des groupementsd’employeurs. Le rapport observe également le problème de la délicate mais nécessaireétroite coopération entre les différentes entreprises qui n’est pas habituelle. Ce problème estplus accru dans le cas d’un groupement d’employeur mono-sectoriel du fait de la forteconcurrence au niveau local. D’ailleurs, le partage de cadres entre différentes entreprises estdifficile à réaliser car les chefs entreprises craignent un manque de confidentialité.Selon le CJD, il apparait donc primordial de communiquer plus activement sur lesgroupements d’employeurs comme modèle de « flexicurité à la française ».Évaluation quantitative des GE et suivi qualitatif de l’emploi dans laperspective de création d’un observatoire national des emploisL’UGEF propose, pour une meilleure connaissance du dispositif, la réalisation d’une enquêtestatistique annuelle ou bisannuelle sur les groupements d’employeurs. Le but de cetteenquête serait l’évaluation et l’identification des dynamiques du dispositif et servirait àélaborer de nouvelles stratégies de développement économique, de soutien à l’emploi et depromotion de l’attractivité des territoires.Le CJD, quant à lui, propose la réalisation d’une enquête nationale qui ferait apparaître lespotentialités offertes par l’idée de temps partagé, les obstacles qui s’opposent audéveloppement de cette forme de travail et les solutions à mettre en œuvre.Par ailleurs, l’UGEF souhaite voir créer un observatoire national des emplois, rassemblant safédération et les pouvoirs publics. Le but de l’observatoire serait d’analyser les effets surl’emploi produits par les groupements d’employeurs (nombre d’emplois générés et typologiede ces emplois, nature juridique des contrats liant les salariés aux groupements, etc.).On constate néanmoins aujourd’hui une nette évolution de la connaissance de cet outil, aumoins au niveau des institutionnels : directions départementales du travail, chambres decommerce… De plus, l’expérience montre que les groupements se développent davantagedans les territoires où des groupements d’employeurs existent déjà, ce qui met en évidenceun effet d’apprentissage et d’entrainement au vu des résultats concrets du dispositif. 3.112/ Un manque de reconnaissance comme outil de la politique de l’emploiUn des avantages attribué aux groupements d’employeurs est qu’il permet d’éviter lescontrats saisonniers, à temps partiel et à durée déterminée et crée des emplois à tempsplein pérennes. Dans une économie où les entreprises recherchent toujours plus de flexibilitéSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 58
  • 60. et où les temps partiels, les CDD et le recours à l’intérim se développent, la promotion desgroupements d’employeurs peut être une solution intéressante. C’est pourquoi, le CJD etl’UGEF souhaitent que le dispositif soit reconnu comme un outil de la politique de l’emploi. Un outil de la politique de l’emploiLes responsables des groupements d’employeurs considèrent que les possibilités decréation d’emploi et de réduction du chômage possible grâce au recours aux groupementsdevraient être plus exploitées.C’est pourquoi ils considèrent que les acteurs de l’emploi - le ministère du travail, lesConseils régionaux, le Pôle emploi, les syndicats salariaux et patronaux – devraientreconnaître officiellement les groupements d’employeurs comme un outil privilégié de lapolitique de l’emploi et l’intégrer systématiquement dans les différents plans et programmesqu’ils proposent.Ainsi, selon Franck Delalande, les « Missions locales, structures de développementéconomique, le Pôle Emploi, les agences d’intérim, les cabinets de recrutement, les centresde bilan de compétences, les maisons de l’emploi, les chambres consulaires, l’APEC, lapresse locale et régionale, et toute dynamique ou structure agissant localement sur lemarché de l’emploi » constituent autant de partenaires du groupement d’employeurs. Une collaboration avec le Pôle emploiLes acteurs économiques souhaiteraient voir le Pôle emploi avoir recours aux groupementsd’employeurs dans le cas des offres à temps partiel qu’il reçoit. En effet, comme lesentreprises trouvent rarement de candidats pour les postes à temps partiel qu’ellesproposent3, le renvoi de ces offres à un groupement d’employeurs permettrait de proposerdes emplois plus attrayants. Cette collaboration GE/Pôle emploi figure d’ailleurs parmi lesdispositions de la proposition de loi « Faciliter le maintien et la création d’emploi » de juin2009 (loi Poisson). Assurance chômage : aides incitatives à la reprise de l’emploi auprès des GELe groupement d’employeurs est vu comme un moyen de réinsertion des demandeursd’emploi et des personnes alternant CDD et période de chômage.L’UGEF propose notamment que le recrutement rapide d’un demandeur d’emploi par un GEne lui proposant qu’une première activité dans une seule entreprise à temps plein mais àdurée déterminée ou à temps partiel, soit complétée par des aides de l’assurance chômagedans la limite des droits acquis par le salarié.Cette aide pourrait être bornée selon l’UGEF de la manière suivante : • d’une part, la somme des aides que pourrait percevoir le GE serait plafonnée à 80% des droits acquis par le demandeur d’emploi au moment de son embauche • d’autre part, cette aide pourrait être limitée dans le temps à la période d’annualisation en cours au moment de l’embauche, à laquelle s’ajouteraient deux années pleinesLe groupement d’employeurs mettrait à profit ces périodes d’inactivité pour faire de laformation, le Pôle Emploi intervenant pour le financement de cette formation dans lesmêmes conditions qu’une formation préalable à l’embauche.3 30 % des offres à temps partiel déposées par le Pôle emploi ne sont jamais fournies (source : Bretons, février2010, Vénétis révolutionne le temps partiel).Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 59
  • 61. Le GE partenaire des contrats de transition professionnelle et des conventions de conversionL’idée de l’UGEF est d’aider les salariés des entreprises qui vont se délocaliser ou qui sonten phase de licenciement économique.L’emploi partagé devient alors une solution à la reconversion des salariés y compris sur desmétiers différents. Le groupement d’employeurs apparaît alors comme un moyen de fixer lamain d’œuvre sur un territoire, notamment en zone rurale.Pendant la durée de ce portage, les salariés du groupement d’employeurs seraientalternativement en recherche d’emploi, en formation ou mis à disposition des entreprises dubassin d’emploi. Une prise en charge des frais engagés dans le maillage des emplois saisonniersAu sein d’un même groupement d’employeurs, il est possible de mailler deux ou troisactivités saisonnières pour réaliser un temps plein. Mais ceci peut impliquer desdéplacements très importants vers une autre région.Parmi les aides au retour à l’emploi, il est proposé par l’UGEF, d’expérimenter des aides à lamobilité qui soient significatives prenant en charge les frais engagés sur une périodedéterminée de 3 ou 4 mois (pour le logement et le transport).3.12/ Un manque de reconnaissance juridiquePour l’administration, le groupement d’employeurs correspond à une structure floue entreune association et une entreprise, comme en témoigne le régime fiscal qui lui est appliqué.Les groupements d’employeurs souffrent ainsi d’une certaine instabilité juridique due àl’interprétation faite des textes de droit commun auxquels il est nécessaire de se référer enraison du fait que le législateur n’a pas prévu de statut particulier pour cette nouvelle formed’organisation du travail. Ainsi, le groupement se voit souvent soumis à des contraintes plusimportantes qu’une entreprise évoluant « classiquement », cest-à-dire de manièreindépendante.Si juridiquement les groupements d’employeurs se distinguent à la fois des entreprises detravail temporaire et des opérations de prêts de main d’œuvre à but lucratif, en pratique, dessimilitudes dans le fonctionnement de ces différents systèmes peuvent entraîner desconfusions et conduire à une application en marge de la légalité. Les acteurs économiquescraignent une utilisation détournée du dispositif.D’autres incertitudes demeurent concernant la prise en compte des temps d’inoccupation, lareconnaissance financière des temps de déplacement, le régime de prévoyance et lesmodalités d’organisation et d’intervention des institutions représentatives du personnel.Aussi, le CJD propose-t-il d’ouvrir un travail d’analyse de la situation actuelle desgroupements d’employeurs, puis de réflexions et de propositions. Un collectif composéd’acteurs des groupements, de juristes, de représentants des ministères concernés pourraitainsi formaliser une proposition de texte permettant aux GE d’être reconnus et de sedévelopper dans un cadre législatif précis quant à son fonctionnement et son périmètred’action économique.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 60
  • 62. 3.13/ Les contraintes lors de la constitution d’un GELes projets de création d’un groupement d’employeurs peuvent également rencontrer denombreuses difficultés lors de leur phase de montage. En effet, cette phase peut être trèslourde puisqu’elle nécessite des moyens importants en termes de temps et de ressourceshumaines. Il importe ainsi de réaliser une étude de faisabilité détaillée et c’est pourquoi ladurée de constitution d’un groupement d’employeurs peut durer de 6 mois à 1 an. Or cesdélais peuvent être de nature à décourager certaines entreprises.Il existe aussi d’autres facteurs d’échec du montage d’un groupement d’employeurs :l’absence de réseaux constitués d’employeurs, l’absence d’une culture locale de laconcertation mais également l’absence de compétence en matière de gestion anticipée del’emploi.3.2/ La persistance des obstacles juridiquesCertaines incertitudes pèsent sur le dispositif actuel, laissant apparaître plusieurs carences,freinant ainsi le développement de cet outil.Les groupements d’employeurs ne semblent pas bénéficier d’un environnement juridiquepermettant de régler de manière adaptée les différentes questions tenant tant au statut desgroupements et des entreprises adhérentes qu’à celui des salariés.3.21/ La responsabilité solidaire : une responsabilité pleine et entièreCe principe apporte des garanties importantes notamment au bénéfice des salariés qui sontainsi assurés de percevoir leur rémunération et est une incitation à une gestion concertée etcollégiale par les dirigeants du groupement d’employeurs. Ce principe apparaît comme unélément fédérateur tendant à impliquer véritablement les entreprises à la vie et aufonctionnement du groupement. Elle pose ainsi le principe de co-responsabilité desmembres qui est essentiel dans la constitution d’un groupement.Cependant, il génère un certain nombre de difficultés. En effet, la responsabilité solidaires’exerce de façon pleine et entière, c’est à dire que l’ensemble des entreprises dugroupement, qu’elles soient ou non utilisatrices des services des salariés, sont responsablesen totalité des dettes du groupement d’employeurs. Il n’existe pas de règle qui pourraittempérer, pour chacune des entreprises, sa part de responsabilité solidaire. De ce fait, legroupement d’employeurs présente le risque pour une entreprise de payer pour les erreursd’une autre. Chacun des membres peut être tenu responsable de la totalité des dettes.Pourtant, les membres du groupement ne recourent pas à part égale à ses services.Il existe toutefois des solutions à cette difficulté. Ainsi, les groupements constitués sousforme de sociétés coopératives pourront bénéficier d’un régime spécifique de responsabilitésolidaire, limitée à hauteur de leurs apports. Cette possibilité permet donc de limiter le risquepris par les entreprises adhérentes.En ce qui concerne les groupements de forme associative, ils peuvent avoir recours àdifférentes pratiques pour limiter le risque : l’instauration d’un dépôt de garantie lors del’adhésion ou d’une avance de trésorerie, le recours à une vérification des exercicescomptables des adhérents, au principe du prélèvement bancaire, à des réserves financières,à l’annualisation du temps de travail…Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 61
  • 63. L’obligation pour le GE de cotiser à l’AGSLa responsabilité solidaire soulève également un paradoxe inhérent au fonctionnementactuel des groupements d’employeurs. Le groupement, comme tout employeur, est tenu decotiser auprès de l’Assurance Garantie des Salaires (AGS) : l’obligation de s’assurer pèsesur « tout employeur ayant la qualité de commerçant, d’artisan, d’agriculteur ou de personnemorale de droit privé occupant un ou plusieurs salariés » (C.trav., art. L. 143-11-1). Tous lesGE cotisent à l’AGS.Or, en l’état actuel des dispositions en vigueur, les groupements d’employeurs ne peuventbénéficier des prestations de l’AGS pour les salariés qu’ils mettent à disposition de leursmembres en raison de la solidarité financière imposée aux entreprises du groupement encas de défaillance de l’une d’entre elles. Par conséquent, en cas de défaillance d’uneentreprise adhérente, l’AGS ne jouera pas pour les salariés du GE mis à disposition de cetteentreprise dans la mesure où c’est le groupement qui est juridiquement le seul employeur deces salariés. Le seul cas de figure permettant une intervention de l’AGS serait que legroupement lui-même soit défaillant.Pour se prémunir contre le risque, le groupement d’employeurs demande à tout nouveladhérent des garanties financières qui peuvent être dissuasives.Etant donné que les GE cotisent à l’AGS, les acteurs souhaitent que l’AGS puisse êtreappliquée en cas de défaillance d’une entreprise. La possibilité de recourir aux fonds del’AGS renforcerait ainsi la solidité financière et l’attractivité des groupements d’employeurs.Les propositions pour une nouvelle solidarité financièreLes différents acteurs sont d’accord sur le principe de la solidarité financière des entreprisesadhérentes au groupement d’employeurs car elle est la garantie d’une bonne gestion etl’assurance d’une rémunération aux salariés. Toutefois, les acteurs considèrent qu’il existeplusieurs éléments qui permettraient de limiter cette responsabilité financière : laresponsabilité solidaire au prorata de l’utilisation du groupement et la provision défiscalisée. La responsabilité solidaire au prorata de l’utilisation du GELe recours aux services offerts par le groupement diffère selon les besoins de chaqueentrepreneur, la part de responsabilité financière des entreprises membres pourrait ainsi,selon l’UGEF et le Conseil Economique et Social, être calculée au prorata du nombred’heures de mise à disposition du personnel. La provision défiscaliséeLes groupements d’employeurs ont la possibilité de se constituer un fonds de réservedéfiscalisé de 10 000 € par an pendant 5 ans. L’UGEF propose que cette provisiondéfiscalisée soit doublée. Par ailleurs, l’UGEF propose pour les grands groupements sonplafonnement à 2% de la masse salariale annuelle. Le CJD, lui, propose un seuil limité à 5%de la masse salariale annuelle comme pouvant être la norme pour la défiscalisation du fondsde réserve. Quoiqu’il en soit, cette hausse du fonds de réserve défiscalisé assurerait unemeilleure protection contre les risques et soulagerait la solidarité financière des membres.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 62
  • 64. 3.22/ Choix et application de la convention collectiveLes difficultés rencontrées à ce niveau sont systématiquement évoquées par les acteurs quiconnaissent déjà le fonctionnement d’un groupement d’employeurs.Le choix d’une convention collective unique ne soulève pas de difficultés particulières dansles groupements d’employeurs constitués d’entreprises exerçant la même activité principale.Il en va tout autrement des GE multisectoriels, non seulement au moment de l’option pourune convention collective, mais également au stade de son application.En effet, la loi laissant toute latitude aux membres du groupement quant au choix de laconvention collective, faute de critères précis et hiérarchisés, le choix peut porter sur uneconvention collective ne correspondant que partiellement aux conditions d’emploi dessalariés travaillant dans des secteurs très éloignés en termes d’activité et/ou de métiers. Dèslors, il s’avère difficile de régler les problèmes rencontrés tant par les entreprises que par lessalariés, l’issue résidant dans le choix d’une solution par défaut.Par ailleurs, que la convention collective soit ou non favorable au salarié, certains avantagestels que la retraite complémentaire ou la prévoyance ne peuvent matériellement pas être prisen compte.De plus, des modifications dans la composition du groupement peuvent rendre inadaptées laconvention collective choisie initialement. Or la loi ne prévoit pas les modalités précises duchangement de la Convention collective applicable, ni, a fortiori une nouvelle intervention dela DDTEFP (DIRECCTE désormais) sur ce point.Compte tenu de la diversité des groupements d’employeurs et des secteurs d’activité danslesquels ils interviennent, il semble relativement peu aisé de parvenir à déterminer un cadrequi soit à la fois assez souple pour s’appliquer facilement quelles que soient les particularitésdu groupement et, dans le même temps, qui offre des garanties appréciables aux salariéspour tenir compte des spécificités de leur prestation de travail.Une convention collective ou un accord collectif propre au GELa proposition faite est celle d’une convention collective ou d’un accord collectif propre auxGE multisectoriels.Le but serait alors d’assurer une uniformisation pour les groupementsd’employeurs concernant : les accords de classification et de rémunération minimales, unrégime de retraite complémentaire, la prévoyance et la mutuelle, les œuvres sociales, lesfrais de déplacement et règles de mobilité, une modulation du temps de travail,…Par ailleurs, une convention collective propre permettrait d’éviter certaines situationsinextricables et d’offrir un statut plus clair et mieux adapté à leur mode de fonctionnement. Lecas du groupement qui embauche en CDI, mais dont les salariés peuvent être amenés àtravailler en CDD pour les entreprises adhérentes, pourrait être solutionné. En effet, lalégislation sur les CDD veut que ce soit l’employeur – le GE donc - qui précise le motif duCDD, ce qu’il ne peut pas faire puisqu’il n’a pas le droit de contracter des CDD.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 63
  • 65. Cette proposition figure d’ailleurs dans le rapport de Thomas Chaudron intitulé « Les tiersemployeurs, ou comment conjuguer compétitivité et responsabilité dans la France du 21èsiècle » (février 2009).En effet, parmi les 5 propositions formulées par Thomas Chaudron dans son rapport defévrier 2009, une est consacrée à la problématique de la convention collective au sein desgroupements d’employeurs. Il explique ainsi que : « Le fonctionnement atypique desgroupements d’employeurs devrait amener les partenaires sociaux à convenir de garantiesspécifiques pour les salariés concernés ainsi que de règles du jeu partagées par l’ensembledes acteurs de la profession. Les enjeux de mobilité, de formation ou de modulation dutemps de travail sont en effet au cœur de leur fonctionnement. Plus largement, les questionsde rémunération minimale, de parcours professionnels et de qualification, de couverturescomplémentaires santé ou retraite seraient à aborder au regard des conséquences du tempspartagé. Enfin, l’organisation d’un dialogue social structuré, plus particulièrement dans lesgroupements les plus petits, serait un facteur important de performance et dereconnaissance de l’ensemble des parties prenantes. »3.23/ Les obstacles à l’adhésion de nouveaux adhérentsUn des obstacles au développement des groupements d’employeurs souvent recensé, estl’adhésion délicate pour les entreprises de plus de 300 salariés.En effet, la loi n’interdit pas l’adhésion de ces entreprises mais elle soumet leur adhésion àla conclusion d’un accord collectif au sein de l’entreprise définissant les garanties accordéesaux salariés du groupement. Une possibilité d’adhésion pour les entreprises de plus de 300 salariésLes entreprises comprennent mal les raisons de la fixation de ce seuil et sont réticentes àl’entrée dans le groupement d’employeurs dès lors qu’il leur est nécessaire de conclure unaccord d’entreprise.Pour elles, l’adhésion à un groupement est beaucoup plus difficile que le recours à l’intérimcar elle nécessite un accord avec les partenaires sociaux sur l’équité de traitement dessalariés de l’entreprise et des salariés du GE.Or, les entreprises de cette taille ont la possibilité de créer des emplois pérennes et deremplacer leurs demandes d’emploi d’intérimaire par des demandes d’emplois de salariés degroupement d’employeurs.La présence de telles entreprises au sein des groupements d’employeurs stabiliserait etgénérerait un effet démultiplicateur dans la palette des emplois offerts par le GE.Le CJD et l’UGEF souhaiteraient ainsi une modification législative afin de permettre auxentreprises de plus de 300 salariés d’adhérer à un groupement d’employeurs.Cette difficulté est d’ailleurs également évoquée dans le rapport Chaudron de 2009 quipréconise lui aussi de supprimer l’obligation d’un accord collectif dans les établissements deplus de 300 salariés car elle constitue selon lui « un frein au développement desgroupements d’employeurs, la présence d’un établissement important en son sein étant à lafois une opportunité en termes d’emplois disponibles ainsi qu’une sécurité pour lesentreprises adhérentes les plus petites ».Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 64
  • 66. Les règles fiscales : l’adhésion de différentes structures socialesS’agissant des régimes fiscaux auxquels sont assujetties les entreprises adhérentes, laspécificité des groupements d’employeurs est actuellement insuffisamment prise en comptepar la législation fiscale, qui opte pour un alignement des entreprises formant la réalité dugroupement sur le régime fiscal le plus contraignant applicable à l’un de ses membres.Le groupement d’employeurs peut regrouper des entreprises à statuts différents et qui, à cetitre, bénéficient de traitements particuliers. Or l’appartenance à une structure commune queconstitue le groupement peut leur faire perdre ces avantages. Ainsi, l’assujettissement à laTVA est automatique pour toutes les entreprises du groupement dès lors que l’une d’entre-elles y est soumise, peu importe que le groupement soit constitué d’adhérents assujettis ounon assujettis. Les entreprises non habituellement assujetties sont alors dans l’obligation deconstituer une avance de trésorerie importante en vue du remboursement ultérieur.De plus, les exonérations ou allégements de charges auxquels peuvent prétendre certainesentreprises sont susceptibles de disparaître du fait de leur adhésion au groupementd’employeurs dans la mesure où les organismes fiscaux considèrent la structure dans saglobalité. Ces derniers considèrent le GE comme un employeur à part entière sans prendreen compte les éventuelles particularités statutaires des entreprises membres. Lesspécificités des différentes entreprises membres se trouvent par conséquent occultées par lapersonnalité morale du groupement ; à cet égard, l’adhésion à un groupement d’employeurspeut leur être défavorable.Cette règle, tendant à aligner automatiquement le régime fiscal du groupement sur le niveaule plus élevé, peut conduire une entreprise, exonérée de TVA, de la taxe d’apprentissage oude la taxe professionnelle, à renoncer à sa démarche d’adhésion au groupement. Une possibilité d’association entre les différentes structures socialesLa possibilité pour les groupements d’employeurs de regrouper des entreprises assujettis àla TVA et des structures non assujetties à la TVA permettrait d’élargir le nombre de leursadhérents.D’autre part, pour ces structures, cela leur assurerait une meilleure possibilité de réussite. Eneffet, les groupements créés pour être non assujettis à la TVA, c’est-à-dire ne regroupantque des structures elles-mêmes non assujettis, sont parfois des structures qui de part leurfaible demande de personnel et leurs fonds limités ont des difficultés à fonctionner.Le CJD, souhaite voir élargir le champ d’action des groupements d’employeurs à tous lessecteurs économiques, y compris le secteur public par une clarification de la loi de février2005 (relative au développement des territoires ruraux) qui permet aux collectivités localesd’adhérer à un groupement d’employeurs. Le secteur associatif et les professions libéralessont aussi compris dans cette proposition d’élargissement, tout en intégrant les spécificitésde chacun et notamment le fait que les groupements d’employeurs puissent facturer avec etsans TVA en fonction du régime d’assujettissement de la structure utilisatrice.L’UGEF propose également une transparence fiscale permettant la mixité de régimesfiscaux différents au sein d’un même groupement d’employeurs. Cette proposition vise,d’une part à élargir aux collectivités territoriales et aux associations l’accès à des réservoirsde compétences à temps partagé et, d’autre part, à permettre aux salariés à temps partielsubi de compléter leur temps de travail par des emplois associatifs.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 65
  • 67. 3.24/ Les autres obstacles fiscaux : les bénéfices du GELe groupement d’employeurs est soumis à la Cotisation économique territoriale(anciennement la taxe professionnelle) et à l’impôt sur les sociétés lorsqu’il réalise desbénéfices, comme les entreprises, malgré son statut d’association.En revanche, il est mis en avant le statut associatif du groupement pour refuser son éligibilitéaux primes d’aménagement du territoire et aux aides fiscales réservées aux entreprisesnouvelles. Cette position contradictoire est un peu déstabilisante pour les entreprises, quipeinent à comprendre les raisons motivant ces décisions.Enfin, les provisions effectuées par le groupement sont soumises à l’impôt sur les sociétés,alors que les entreprises le font en franchise d’impôt.3.3/ Les inconvénients pour les salariésIl existe également des inconvénients à travailler dans un groupement d’employeurs. Eneffet, ce mode d’organisation du travail nécessite une certaine facilité à s’adapter, unecertaine souplesse d’organisation. Il peut ainsi être compliqué de travailler à temps partagécar il faut apprendre à se faire reconnaitre de collègues qui ne comprennent pas bien lesystème du groupement d’employeurs. De plus, il faut observer que les évolutionslégislatives en matière de droit du travail ne tiennent pas toujours compte de la particularitédu groupement d’employeurs et les salariés qui y travaillent sont souvent oubliés dans lesréformes, notamment celles qui accordent de nouveaux avantages sociaux. On peutégalement voir que les institutions représentatives du personnel peuvent avoir quelquesdifficultés au sein d’un groupement d’employeurs.Le rôle des institutions représentatives du personnel (IRP)Le législateur a cherché à prendre en compte les conditions particulières dans lesquelles lessalariés des groupements d’employeurs mis à disposition exercent leurs missions, par lamise en place de dispositions analogues à celles prévues pour les entreprises de travailtemporaire. Toutefois, ces dispositions ne résolvent pas l’ensemble des difficultés auxquellesse trouvent confrontés les membres des IRP ou les représentants syndicaux, du fait del’isolement des salariés mis à disposition. Ces difficultés sont de deux ordres : • Il s’agit tout à la fois de faire connaître l’existence et le rôle de ces instances aux personnels • Mais également d’avoir connaissance et de pouvoir appréhender la situation des salariés dans les entreprises utilisatricesPour y remédier, certaines structures organisent des réunions, des repas, des arbres deNoël pour que les salariés se connaissent. Le problème est qu’elles ont énormément de malà mobiliser les salariés puisque les réunions se tiennent forcément en dehors des heures detravail.Au-delà, compte tenu de l’éloignement des différents sites sur lesquels les membres de cesinstitutions sont appelés à intervenir, une réflexion apparaît nécessaire sur l’adaptation desmoyens qui leur sont alloués, en particulier en termes d’heures de délégation ou de frais dedéplacement.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 66
  • 68. 3.4/ Les autres difficultés3.41/ Les risques de dériveSi le dispositif des groupements d’employeurs semble offrir un maximum de garanties, laDARES a néanmoins mis en évidence des risques de dérive lors de son étude de 1995,comme la tentation d’utiliser ce dispositif pour effectuer du prêt de main d’œuvre dans uncadre moins contraignant et moins cher que celui de l’intérim.De plus, on constate aujourd’hui le développement de la précarité au sein même desgroupements d’employeurs. En effet, si la circulaire de 1994 reconnait le CDI comme laforme à privilégier du contrat de travail, il n’existe aucune obligation en la matière. Celas’explique par deux difficultés : le problème de la période d’essai de 1 mois dans un CDI quiest jugée insuffisante et la difficulté de reconstituer un CDI à partir d’emplois éclatés surl’année dans des entreprises différentes. Ainsi, les entreprises adhérentes justifientsouvent le CDD comme période d’essai ou comme conséquence d’une difficulté à« mailler les emplois ».3.42/ La viabilité économiqueUn deuxième problème avancé, même s’il est plus rarement évoqué, est celui de laviabilité économique des groupements d’employeurs. Selon certaines études4, ungroupement ne serait pas rentable à moins de 100 000 heures de travail par an ou àmoins de 10 adhérents. Cette étude suggère également une limite maximale« raisonnable » de 350 000 heures travaillées.L’étude soulève enfin que, si les coûts de gestion sont modiques pour les petitsgroupements se partageant une compétence, ils sont en revanche plus lourds pour lesautres (gestion d’effectifs plus importants, et surtout organisation prévisionnelle desplannings de travail).3.43/ Les limites en matière de GRHEnfin, une dernière difficulté provient de la nécessité pour les entreprises d’effectuer unevéritable gestion prévisionnelle de l’emploi.Le « lissage » des temps de travail des salariés suppose également unecomplémentarité dans le temps des besoins des adhérents du groupement (difficultésd’harmonisation des besoins d’entreprises d’un même secteur qui connaissent engénéral les mêmes pics d’activité dans l’année), c’est pourquoi les groupementsd’employeurs multisectoriels connaissent moins de difficultés d’organisation que lesgroupements spécialisés dans un secteur d’activité.4 Etude du Lab’ho, GIE d’études et de recherches du groupe Adecco, Groupement d’employeurs : entre besoinréel et volonté politique, Avril 2000Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 67
  • 69. Selon Michel Praderie, ces éléments expliquent le peu de CDI engagés dans lesgroupements d’employeurs, ou encore le recours au temps partiel annualisé.En ce qui concerne les cadres, soit la logique de mission ou de projet n’est pas toujourspossible, soit le facteur confidentialité réserve la formule des groupements aux postesfonctionnels (contrôle qualité, contrôle de gestion, informatique, etc.).Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 68
  • 70. 4/ Troisième partie : Les groupementsd’employeurs en Bretagne4.1/ Localisation des groupements d’employeurs surle territoire bretonEn Bretagne, pour cette nouvelle édition, on recense 17 groupements d’employeurs, soit 3de plus qu’en 2008. Ces derniers sont répartis sur l’ensemble des départements bretons.Cependant, on peut remarquer une certaine inégalité territoriale. En effet, le Finistère arriveen tête avec 6 groupements d’employeurs, vient ensuite l’Ille-et-Vilaine avec 5, alors que leMorbihan et les Côtes d’Armor ne comptent que 3 groupements d’employeurs chacun.Aucun groupement n’a disparu depuis 2008, contrairement à ce qui avait été le cas lors de ladernière réactualisation où un GE avait déposé le bilan : le groupement « GE 35 » localisé àChâteaugiron.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 69
  • 71. La grande majorité des GE présents en Bretagne sont multisectoriels. Vénétis est le premierGE multisectoriel, il a été créé en 1997 à Vannes, à l’initiative de son fondateur MonsieurFranck DELALANDE.Les 3 groupements qui ont été créés depuis la dernière étude de 2008 sont les groupementsd’employeurs Atouts Pays de Fougères (35), Reso 29 (29), GEM3S (29).Le groupement d’employeurs Atouts Pays de Fougères était déjà recensé lors de l’étude de2008 mais il était regroupé avec le GE Atouts Pays de Rance et de Fougères. Il est devenuAtouts Pays de Fougères en décembre 2008.Le GE Reso 29 rejoint ainsi les groupements d’employeurs Reso 35 et Reso 56 au sein duréseau de groupements spécialisés dans l’hôtellerie-restauration Reso Emploi. Il faut noterqu’il existe également des antennes en Loire-Atlantique, en Vendée, dans le Maine-et-Loire,en région parisienne et dans la région Rhône-Alpes.Le groupement d’employeurs GEM3S intervient dans le secteur médico-social, social etsanitaire. Il a été créé en janvier 2009 et est basé à Saint-Thégonnec.Enfin, trois groupements d’employeurs méritent d’être cités pour leurs spécificités. Il s’agit duGroupement d’employeurs Tildé de Pleyber-Christ, du GE Sport Bretagne de Rennes et deGEDES 35, également localisé à Rennes.Le groupement d’employeurs Tildé est original de par les salariés qu’il met à disposition. Eneffet, le GE Tildé met à disposition des travailleurs handicapés. Pour autant, ce n’est pas unGE spécialisé dans l’insertion. Pour le moment, ces adhérents sont des entreprises dansl’horticulture et dans les pépinières mais il souhaite s’étendre à d’autres activités et devenirun GE multisectoriel. C’est le seul GE de ce type en Bretagne.Le GE Sport Bretagne date de 2006. Il est né de la possibilité pour les associations de sportde créer des groupements d’employeurs avec la convention collective de cette même année.Enfin, GEDES 35 est un GE associatif qui présente la particularité d’être spécialisé dansl’économie sociale et solidaire. La présence d’un tel groupement montre l’importance de cesecteur de l’économie en Bretagne.Il est également à noter que le groupement d’employeurs Vénétis vient de créer une antennelocalisée à Lorient (voir fiche Vénétis p.115)4.2/ Les caractéristiques des groupementsd’employeurs bretonsLes GE bretons sont très différents les uns des autres par leur nombre d’entreprisesadhérentes de même que par leur nombre de salariés mis à disposition. C’est pourquoi, leschiffres d’affaires des GE sont très différents.Certains groupements d’employeurs ont été créés à l’époque sous le statut de GroupementLocal d’Employeurs (GLE). En conséquence, ils perdurent et ont la possibilité d’avoir desentreprises adhérentes de plus de 300 salariés. (Les autres GE en ont également lapossibilité mais les entreprises de plus de 300 salariés doivent signer un accord et doncpeuvent avoir des réticences à l’adhésion à un GE)Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 70
  • 72. A la lecture des fiches de présentation des différents groupements d’employeurs deBretagne (annexe n° il peut être fait le constat que le nombre d’entreprises adhérentes 1),n’est pas en lien avec le nombre de salariés en équivalent temps plein (ETP). Ainsi, certainsgroupements ont beaucoup d’entreprises adhérentes alors que le nombre d’ETP est faible,l’inverse se vérifie également.Les GE qui offrent le plus d’ETP sont naturellement ceux qui ont les chiffres d’affaires lesplus élevés. Ainsi, Cornoualia et Vénétis ont des chiffres d’affaires s’élevant respectivementà 2.7 et 2.5 millions d’euros (nous ne disposons que du chiffre d’affaire de Vénétis pour2008).Le taux de CDD au sein des groupements d’employeurs varie énormément d’un GE à l’autre.Ainsi, il n’y a aucun CDD au sein de Sport Bretagne, contre 96 % pour Reso 29. On peutexpliquer cela d’une part par le secteur d’activité concerné (l’hôtellerie-restauration) ainsi quepar le fait qu’il s’agisse d’un groupement récent.Deux groupements d’employeurs seulement se déclarent adhérents à l’UGEF : Reso 35 etReso 56. Le CRGE de Bretagne compte, quant à lui, 15 GE adhérents bretons (hors GEagricoles).On peut également remarquer un projet intéressant qui a été développé par les groupementsd’employeurs bretons avec l’appui du CRGE Bretagne : le projet COMPETIC.Ce projet a été défini et mis en place en 2007 à l’initiative du GE Vénétis, dans l’objectifd’une mise en réseau collective.Il s’agit d’une plateforme de communication expérimentale qui contient à la fois un siteinternet pour faire notamment la promotion du groupement d’employeurs, un site intranetpour pouvoir instaurer une véritable communication au sein du groupement et un siteextranet pour dialoguer avec les adhérents et les partenaires.On y retrouve également une CVthèque et un outil de gestion permettant aux salariés et auxentreprises de déclarer directement leurs heures de travail. Pour le groupement, ce systèmepermet d’améliorer les processus de gestion des heures qu’il allège tout en limitant le risqued’erreur.Depuis 2008, 6 groupements d’employeurs ont également développé cet outil : Atouts Paysde Rance, Cornoualia, Helys, Iroise, Solutis Emploi5, Tisserent.4.3/ Les évolutions concernant les GE entre 2006 et2010En 2006, on recensait 11 groupements d’employeurs. Parmi eux, 10 étaient à vocationéconomique et un associatif (GEDES 35). Tous les groupements à vocation économiquerecensés en 2006 étaient multisectoriels.En 2008, 14 GE étaient recensés dans l’étude, 11 GE étaient des groupements à vocationéconomique, 2 groupements d’employeurs étaient associatifs et 1 GE correspondait à un casparticulier dans le sens où il embauchait des travailleurs handicapés (il s’agissait d’un GEagricole désirant s’ouvrir à d’autres secteurs et devenir multisectoriel). Sur les 11 GE à5 Solutis Emploi est un groupement d’employeur agricole ; il ne fait donc pas partie de notre étude.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 71
  • 73. vocation économique, 9 GE étaient multisectoriels et 2 spécialisés dans l’hôtellerie-restauration.En 2010, 17 GE sont recensés, ce qui montre la continuité du développement desgroupements d’employeurs. En effet, 3 GE avaient été créés entre 2006 et 2008 et autantentre 2008 et 2010. Parmi ces 17 GE, les 3 groupements créés depuis 2008 sont des GE àvocation économique. Aucun groupement d’employeurs recensé en 2008 n’a disparu.Ainsi, en 2010, on dénombre : 3 GE multisectoriels dans les Côtes d’Armor : Adeliance, Atouts Pays de Rance et Tisserent 3 GE multisectoriels dans le Finistère : Triskell, Iroise et Cornoualia, ainsi qu’1 GE spécialisé dans l’embauche de travailleurs handicapés (Tildé), 1 dans l’hôtellerie- restauration (Reso 29) et 1 dans le secteur médico-social (GEM3S). En Ille et Vilaine : 2 GE multisectoriels (Helys et Atouts Pays de Fougères), 1 GE mono-sectoriel spécialisé dans l’hôtellerie-restauration (Reso 35) et 2 GE associatifs (GEDES 35 et Sport Bretagne) Dans le Morbihan : 2 GE multisectoriels : Activy et Vénétis et un GE mono- sectoriel : Reso 56 (spécialisé dans l’hôtellerie-restauration) EVOLUTION DU NOMBRE D’ENTREPRISES ADHERENTES A UN GE BRETON Côtes Ille et Années Finistère Morbihan TOTAL d’Armor Vilaine Nombre 2006 206 74 45 145 472d’entreprises 2008 208 119 296 235 858 adhérentes 2010 187 240 338 302 1067Il faut noter que le départ d’une des entreprises fondatrices du groupement Adeliance aentrainé de grosses restructurations en son sein, d’où la diminution du nombre d’entreprisesadhérentes à un GE dans le département des Côtes d’Armor. Ce département, qui était en2006 en avance par rapport aux autres départements bretons dans ce domaine, estaujourd’hui en dernière position. Dans les autres départements bretons le nombred’entreprises adhérentes a continué à augmenter. On peut ainsi remarquer une importanteprogression dans le département du Finistère puisque le nombre d’entreprises adhérentes adoublé ces deux dernières années. On peut également noter que si le nombre degroupements est bien plus important en Ille-et-Vilaine et Finistère qu’au Morbihan, ce derniercomporte tout de même un nombre d’entreprises adhérentes à un GE comparable voire plusimportant que les deux autres départements et un développement continu. Enfin, il estimportant de noter que le nombre de groupements d’employeurs dans l’ensemble de laBretagne a plus que doublé en seulement 4 ans, ce qui témoigne d’une bonne dynamique dedéveloppement.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 72
  • 74. EVOLUTION DES EMPLOIS PROPOSÉS PAR LES GE BRETONS Nombre de CDD Nombre de CDI Nombre de Nombre d’équivalents offerts par les GE offerts par les GE salariés employés temps pleinAnnées 2006 2008 2010 2006 2008 2010 2006 2008 2010 2006 2008 2010 Côtes 47 28 39 131 132 113 218 160 152 147 128 117d’ArmorFinistère 66 81 153 101 144 157 167 225 310 151 214 230 Ille-et- Vilaine 3 82 63 61 100 136 64 182 199 61 48 55Morbihan 41 44 97 64 114 126 105 158 223 105 144 157 Total 157 235 352 357 490 532 554 725 884 464 534 559 L’augmentation du nombre d’entreprises adhérentes aux GE bretons a entrainé une légère hausse des emplois salariés proposés par les groupements d’employeurs présents en Bretagne. Le nombre de salariés travaillant pour les groupements d’employeurs est ainsi passé de 554 en 2006 à 884 en 2010. Cependant, il est important de constater l’augmentation du nombre de CDD au sein des groupements d’employeurs bretons. En effet, si le nombre de CDI a augmenté de 49% entre 2006 et 2010, le nombre de CDD a quant à lui augmenté de 124% . 4.4/ Les aides accordées aux groupements d’employeurs par les collectivités territoriales (cf. annexe n° 2) Les acteurs économiques de la région Bretagne sont convaincus de l’intérêt des groupements d’employeurs. Ils y voient une solution efficace pour permettre la sécurisation des salariés et pour la pérennisation des entreprises ou des secteurs professionnels en difficulté. Le Conseil régional entretient ainsi un partenariat avec le CRGE de Bretagne en le subventionnant pour ses actions visant la structuration et la professionnalisation des groupements d’employeurs. Cette aide est nouvelle, le CRGE de Bretagne étant lui-même récent (fin 2006). De plus, le Conseil régional subventionne depuis longtemps les groupements d’employeurs pour leurs études de faisabilité et durant leurs deux premières années de création. Les taux d’aides sont restés inchangés. A savoir, un financement maximal de 50% du coût de l’étude de faisabilité pour le montage du groupement. Puis 30% et 20%, pour la première et la deuxième année, du coût total du fonctionnement de la structure hors salaires des personnes mises à disposition. Toutefois, désormais, la Région conditionne l’attribution de ces aides à la réalisation de l’étude de faisabilité par le CRGE de Bretagne : avis préalable positif du CRGE ; réalisation de la partie financière par le CRGE ; participation du CRGE au comité de pilotage. Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 73
  • 75. En ce qui concerne les aides départementales, elles sont variables selon les départements.Elles ne concernent pas la création des groupements d’employeurs mais les emplois crééspar eux. Ainsi, dans le Finistère et le Morbihan, les groupements d’employeurs sont aidéspour les emplois qu’ils créent à condition que ce soit des emplois salariés créés en contrat àdurée indéterminée à temps plein. Le Finistère impose une limite de 18 mois après lacréation du groupement pour l’attribution de cette aide, alors que le conseil général duMorbihan pose une limite de 3 ans mais également de 10 emplois.Les conseils généraux de l’Ille-et-Vilaine et des Côtes d’ Armor n’attribuent pas d’aides à lacréation ou au développement des groupements d’employeurs.Enfin, sous conditions, les fonds européens et les communautés de communes peuventsoutenir les groupements d’employeurs. Ainsi, les groupements d’employeurs bretonsCornoualia, GEDES 35, Helys et Tildé bénéficient de subventions au titre du Fonds socialeuropéen et, la communauté de communes du Pays de Landivisiau héberge le groupementd’employeurs Iroise au sein des locaux de l’ancienne Agence de développement du Léon.4.5/ Les groupements d’employeurs en projets • Une antenne du groupement d’employeurs Vénétis, basé à Vannes, a officiellement été créée en novembre 2009 à Lorient. Un bureau et une organisation spécifique gère son développement bien qu’elle ne constitue pas une entité juridique distincte du groupement d’employeurs Vénétis (cf. fiche Vénétis p.115). Cette antenne est en plein démarrage mais on peut d’ores et déjà noter qu’elle a également vocation à se positionner en multisectoriel. Elle regroupe d’ailleurs déjà plusieurs entreprises comme LE TEUFF Electricité, Halieutis, LORIS, RPS, Armor Plats Cuisinés… mais il est encore trop tôt pour afficher des données chiffrées sur cette antenne. • Le Comité Départemental de la Vie Associative des Côtes-d’Armor réfléchit actuellement à l’opportunité de la création d’un groupement d’employeurs pour une mutualisation de l’emploi et des moyens matériels entre associations. • Enfin, l’ACDES (Association des Comités pour le Développement des Emplois), un groupement d’employeurs organisé autours des comités d’entreprises dans le Finistère, s’est élargi en 2009 aux associations, mais faute d’un nombre suffisant d’associations, elle pourrait renoncer à cet élargissement. Il peut donc être intéressant de suivre le développement de ce groupement.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 74
  • 76. ANNEXESSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 75
  • 77. Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 76
  • 78. ANNEXE N° 1 FICHES DESCRIPTIVES DES GROUPEMENTS D’EMPLOYEURS PRÉSENTS EN BRETAGNELISTE DES GROUPEMENTS D’EMPLOYEURSPRÉSENTS EN BRETAGNE Côtes d’ArmorSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 77
  • 79. Loudéac G.E. Tisserent p.79Quévert G.E. Atouts Pays de Rance p. 81Plérin GE Adeliance p. 83 FinistèreCarhaix G.E. Triskell p. 86Landivisiau G.L.E. Iroise (ex-GE Labour Kenta) p. 88Pleyber-Christ G. E. Tildé p. 90Quimper G.E. Cornoualia p. 92Saint-Thégonnec GE M3S p.96Brest G.E. Reso 29 p.97 Ille-et-VilaineRennes G.E. Helys p. 100Rennes G.E. Reso 35 p. 102Fougères G.E. Atouts Pays de Fougères p.105 MorbihanPontivy G.E. Activy p. 107Vannes G.L.E. Vénétis p. 110Auray G.E. Reso 56 p. 114GROUPEMENTS D’EMPLOYEURS ASSOCIATIFSRennes GEDES 35 p. 117Rennes G.E. Sport Bretagne p. 120 TISSERENTSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 78
  • 80. Groupement d’Employeurs Tisserent Rue Pierre-Simon Laplace BP 344 22603 LOUDEAC Cedex Tel : 02.96.66.42.69 Fax : 02.96.28.39.25 E-mail : contact@tisserent.com www.tisserent.com Président : Yann COADIC Directrice : Gaëlle HENO-MANICSecteur(s) d’activité du groupement MultisectorielBassin d’emploi concerné Pays de LoudéacConvention Collective appliqué 5 branchesAnnée de création Octobre 2002Entreprises fondatrices Vetagri, Gelagri, Goubin, Ceva Santé Animale, VapranNb d’entreprises adhérentes 43Liste à jour des entreprises adhérentes et ci-jointactivitésMembres du Conseil d’Administration : Ceva santé animale (Loudéac), Vetagri (Loudéac), Vapran (Plémet), Vib (Loudéac), Bretim (Bréhan), Brocéliande ALH (Loudéac)Nb de permanents du groupement 1.5 ETPNb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 22 - CDD actuels 2Nb de postes en équivalent temps plein 16.80Nb d’heures facturéesDurée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le groupement 3,15 ansTaux de turn-over du groupementChiffre d’affaires annuel 956 835 EUROS (2009)Subventions accordées par an : - Montant - OriginePropriétaire des murs et équipements Bureau : Capcidéral pépinières d’entreprises Equipements : Tisserent et CapcidéralAdhérent à la FFGE NONLabellisation via la FFGE NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj : mai 2010 Liste des adhérents TisserentSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 79
  • 81. Ceva Loudéac Kaufler, Loudéac Vétagri, Loudéac Serfo-Harnois, Louédac Vapran, Plémet Cail, Loudéac Porc Armor, Loudéac TDI Le Clézio, Loudéac Ecovrac, Saint Caradec LUzelaise, Grâce Uzel Gmmi, Trévé Imprimerie LE MAIRE, Merdrignac Louisiane, Loudéac Constructions HAMON BET Armorique / Bretagne Emeraude, Saloir de Daoulas, Saint Caradec Loudéac Vib, Loudéac Couédic Madoré, Loudéac Cuisines Danet, Loudéac I-TEK, Trémeur Transports Hochet, Loudéac Socogec, Pontivy Société Bretonne de Profilage (SBP) Transports Garnier, Loudéac Loudéac Liogel, La Prenessaye Brocéliande ALH, Louéac Renouard, Loudéac LArmoricaine Laitière, Lanfains Rei, Uzel TCM, Loudéac Jouet, Loudéac Nitro Bickford, La Motte Transports Sohier, Loudéac Super U, Plémet Entrepots Frigorifiques de lArgoat (EFA) Brétim, Brehan Loudéac Leclerc TP, Loudéac Labofarm, Loudeac Centre Leclerc, Loudéac Sovipor, La Trinité Porhoët Carimalo, Loudéac Serres du mené, Merdrignac Celthygiène, Loudéac Ets Hamon, MerdrignacSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 80
  • 82. ATOUTS PAYS DE RANCE 3 rue du Miroir du temps 22100 QUEVERT Tel : 02 96 39 03 81 Fax : 02 96 39 03 87 E-mail : contact@travailler-autrement.org Web : http://www.travailler-autrement.org Président : Rémy GIZARD Directeur : Philippe VITORIASecteur(s) d’activité du groupement MultisectorielBassin d’emploi concerné Pays de Dinan, de Saint-MaloConvention Collective appliqué CCN du Commerce de GrosMain d’œuvre employée : 12 employés, 57 ouvriersAnnée de création 2003Entreprises fondatrices 12 entreprisesNb d’entreprises adhérentes 54 en Mai 2010Liste à jour des entreprises adhérentes et Ci-jointactivités(Indiquez les membres du Conseild’Administration)Nb de permanents du groupement 4 à temps completNb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 41 au 30 avril 2010 - CDD actuels 28 au 30 avril 2010Nb de postes en équivalent temps plein 59 au 31 mars 2010Nb d’heures facturées 73164 heures au 30/11/2009Durée moyenne du contrat par entreprise 6 moisDurée moyenne du salariat dans le groupement 8 moisTaux de turn-over du groupement 17% (181 salariés depuis sa création)Chiffre d’affaires annuel 1 445 482 Euros (2009)Subventions accordées par an : - Montant (2009) 2650 Euros - Origine ODESCA -Montant (2009) 23285 Euros - Origine Conseil Régional (construction Bat)Propriétaire des murs et équipements Bureau: CCI de Saint-Brieuc Equipements : CCI de Saint-Brieuc et Atouts Pays de Rance Atouts Pays de rance depuis fév. 2010Adhérent à l’UGEF NONLabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne : OUI Maj. : mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 81
  • 83. Liste des adhérents Atouts Pays de RancePATISSERIES DELMOTTE 22250 BROONS LES 4 VAULX 22380 ST CAST LE GUILDOSA LOC MARIA LES GAVOTTES 35163 ST LES THERMES MARINS 35400 ST MALOGREGOIREEMBALLAGES SAMSON 22 130 PLANCOET MANO MEDICAL 22 100 TADENLES CELLIERS ASSOCIES 22 690 COMAPECHE 35400 ST MALOPLEUDIHEN SUR RANCELAITERIE DE ST MALO 35 400 ST MALO NEXTENERGIES 35 418 ST MALOLAITERIE NOUVELLE DE L’ARGUENON 22 M’ROAD 35 400 ST MALO130 CREHENCOMABOKO 35 416 ST MALO ABC TEXTURE 35800 DINARDS M P T 22 100 QUEVERT DOMAINE DES ORMES 35120 EPINIAC DIFFUSION PRESSE MALOUINE 35 540TERRES DE ST MALO 35 350 ST MELOIR MINIAC MORVANTRICOTS NORET 22 400 ST DENOUAL ERS 35761 ST GREGOIREESTAR System 35 780 LA RICHARDAIS EMERSON 35120 DOL DE BRETAGNEGEIQ BTP DU PAYS DE ST MALO 35400 SNA CALCIALIMENT 22 690 PLEUDIHENSAINT MALO SUR RANCE CAMPING CHÂTEAU DE GALLINEE 22380L’ABBAYE 22 750 SAINT JACUT DE LA MER ST CAST LE GUILDOGAEC BARBE 35350 SAINT MELOIR DES SAS POILLONG 22 130 PLANCOETONDESTRANSPORTS GUISNEL 35 120 DOL DE Bar aux remparts 35800 DINARDBRETAGNEATELIERS FANIK 22 130 PLANCOET LABORATOIRE DE LA MER 35418 ST MALOCONSERVERIE MINERVE 56 530 QUEVEN ASSOCIATION STEREDENN 22 100 DINANGUY HOQUET 22 100 DINAN BIORANCE 35 400 ST MALOMAILLARD GRANITS 35720 ST PIERRE DE SARL S.LCP (centre médical Gardiner) 35PLESGUEN 800 DINARD COOP.LAITIERE DE PLOUDANIEL 22 130VOCALYSE 22100 DINAN PLANCOETAQUASSYS 35120 DOL DE BRETAGNE Holidays and Co 35 270 BONNEMAINSOBRECO 22 100 CARNE TRADIFEED 35 400 ST MALOELEVAGE DE LISNOBLE 22650 PLOUBALAY Les écuries St Germain 22 550 MATIGNONVOILERIE RICHARD 35 400 ST SERVAN NORMAN LIMITED 22 108 DINANCOMBUSTIBLES DE L OUEST 35771 VERN VENT DE VOYAGE 35 400 SAINT MALOSUR SEICHE FRANCK-YVES ESCOFFIER 35 400 SAINTFLORENDI 35800 DINARD MALOCOMPTAGESMA 35400 ST MALO HOTEL DES BAINS 22 770 LANCIEUXITEOS 22100 TADENSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 82
  • 84. ADELIANCE Eleusis 3 1 rue Pierre et Marie Curie 22 194 PLERIN Cedex Tel : 02.96.58.61.62 Fax : 02.96.58.61.63 E-mail : contact@adeliance.fr Président : Laurence QUERE Directeur : Claire GUEZOU Secteur(s) d’activité du groupement IAA, industrie, grande distribution, transport, commerce Bassin d’emploi concerné Bassin de Saint Brieuc, Bassin de Guingamp, Bassin de Lannion Convention collective appliquée CCN du commerce de gros Année de création 1999 Entreprises fondatrices Gelt Service, Mafart, Chaffoteaux Nb d’entreprises adhérentes 90 en 2010 Liste à jour des entreprises adhérentes et activités ci-jointemembres du Conseil d’Administration Laurence QUERE, Richard DELORME, Jean-Michel GAIGNE, Nicolas TOUBOULIC, Jean-Pierre LE MAT, Guillaume MOUNIER, Maryline JOSSE, Jean-Yves ROUE. Nb de permanents du groupement 3 Nb de contrats gérés par le groupement : (février 2010) - CDI actuels 50 - - CDD actuels 9 Nb de postes en équivalent temps plein 41.59 Nb d’heures facturées 78400 en 2009 Durée moyenne du contrat par entreprise 5 mois Durée moyenne du salariat dans le groupement 3 ans Taux de turn-over du groupement 4% Chiffre d’affaires annuel 1 688 487 euros en 2009 Subventions accordées par an : - Montant - Origine Propriétaire des murs ADELIANCE Adhérent à l’UGEF NON Labellisation via l’UGEF "GE de qualité" niveau 2 de juin 2005 à juin 2007 Adhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj : avril 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 83
  • 85. Liste des adhérents ADELIANCE3 DMS 22190 PLERINADIAGENE 22000 SAINT-BRIEUCALLO GEORGES 22150 PLOEUC SUR LIEAM ELEC 22970 PLOUMAGOARAMI MULTIMEDIA 22170 PLOUAGATARCNAM BRETAGNE 22440 PLOUFRAGANARMOR ANGELS 22000 SAINT-BRIEUCARMOR ASSISTANCE 22940 PLAINTELARMOR BARDAGE COUVERTURE 22170 PLOUAGAT1ARMOR NACELLE SERVICES 22560 PLEUMEUR BODOUASM FERMETURES 22950 TREGUEUXASSOCIATION MAN 22000 ST BRIEUCBRYERE SARL 22000 SAINT-BRIEUCCAPEB 22440 PLOUFRAGANCARREE SA 22120 YFFINIACCCI 22005 ST BRIEUCCFAI 22190 PLERINCOLLIN MANUTENTION 22120 POMMERETCOMBUSTIBLES DE LOUEST 35771 VERN SUR SEICHECOMITE DEPARTEMANTAL DU TOURISME 22046 SAINT BRIEUC CEDEX 9CONSTRUCTIONS PLOEUCOISES SARL 22150 PLOEUC SUR LIECOURCOUX LAURENT 22240 PLURIENCOUVOIR PERROT 22450 POMMERY JAUDYCUISINES CARADEC 22970 PLOUMAGOARCuisine LE DANTEC LE GOFF 22140 CAVANCYAN 100 22360 LANGUEUXDAUNAT 22202 GUINGAMPDECISION ALPHA 22440 PLOUFRAGANDISTILLERIE WARENGHEM 22300 LANNIONDOMAINE DES FLEURS 22120 HILLIONEUROTECH 22270 ST RIEULEVEN 22800 ST DONANFAR OUEST 22300 LANNIONFIDELE SAS 22200 GRACESFNARS BRETAGNE 22200 GUINGAMPGAEC DE MA VALLEE 22150 PLOUGUENASTGARAGE DE LA PRUNELLE 22190 PLERINGARAGE RICHARD 22410 LANTICGAZ ASSISTANCE SERVICE 22000 SAINT-BRIEUCGESFLUX 22190 PLERINGROUPE JLG 22300 LANNIONGROUPE SCOLAIRE ARMOR 22000 SAINT-BRIEUCGT CONSTRUCTIONS 22640 PLENEE JUGONHAMEON SAS 22000 SAINT-BRIEUCHARRIS 22120 YFFINIACIMPRIMERIE JACQ 22000 SAINT-BRIEUCINTERACTIFS 22000 ST BRIEUCIX FIBER 22300 LANNIONSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 84
  • 86. JANIER PHILIPPE 35160 MONFORT SUR MEULA BAIE L BIO 22120 YFFINIACLB TRANSPORT 22120 QUESSOYLE FLAHEC 22360 LANGUEUXLP INVESTISSEMENT 22042 ST BRIEUCMAFART 22000 ST BRIEUCMAX SAUER SAS 22000 ST BRIEUCMONCHOIX 22950 TREGUEUXMOTOCULTURE DU TRIEUX 22260 PONTRIEUXMOY MICHEL 22120 QUESSOYNEOLAIT 22950 TREGUEUXNEXCOM SYSTEMS 22300 LANNIONOCLTRADE INTERNATIONAL 22300 LANNION CDXOGEC 22370 PLENEUF VAL ANDREONCARMOR 22000 ST BRIEUCOUEST PACK 22700 PERROS-GUIRECPAYSAN BRETON 22190 PLERINPHARMACIE LEIZOUR 22300 LANNIONPLEDIS SA 22190 PLERINPORT ST QUAY PORTRIEUX 22410 SAINT-QUAY PORTRIEUXPROTEC INDUSTRIES 22950 TREGUEUXQUINTIN VIANDES 22800 QUINTINRUE DU MIDI 22191 PLERIN cdxSA COOP LA GAMBILLE 22000 SAINT-BRIEUCSARL CORBEL 22120 QUESSOYSARL DEMENAGEMENTS F. HENRY 22000 SAINT BRIEUCSARL LE BRETON YVON 22520 BINICSARL SERT / DEL ARTE 22360 LANGUEUXSDAEC 22195 PLERIN CDXSOLANE 22120 YFFINIACSTALAVEN 22120 YFFINIACSTMP 22300 LANNIONSYNERIC 22700 PERROS-GUIRECTFE SAINT BRIEUC 22120 YFFINIACTRAITEUR BRIOCHIN 22120 HILLIONTRANSPORT COLLET 22440 PLOUFRAGANTSCI 22170 PLELOVAL DECOR 22370 PLENEUF VAL ANDREVAILLANT LAURENT 22000 ST BRIEUCVOCALYSE 22360 LANGUEUXVOISINS DE PANIERS 22510 TREDANIELINARIZ 22400 LAMBALLESeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 85
  • 87. TRISKELL Groupement d’Employeurs Triskell 2, rue Gaspard Mauviel B.P. 139 29833 CARHAIX Tel : 02.98.99.29.83 Fax : 02.98.99.46.50 Email : ge.triskell@wanadoo.fr Président : Marc ANDRE Responsable : Anne JOURDRENSecteur(s) d’activité du groupement MultisectorielBassin d’emploi concerné Centre Ouest BretagneConvention collective appliquée : Industrie des produits alimentaires élaborésAnnée de création 2001Entreprises fondatrices Du jardin de Bretagne, Pan Fish France, Socavi, Boutet et NicolasNb d’entreprises adhérentes 26Liste à jour des entreprises adhérentes et activités (voir fiche ci-jointe)Indiquez les membres du Conseil Président : Monsieur Marc ANDRE, Viced’Administration Président : Monsieur Julien YOUINOU, Trésorier : Monsieur Pascal LE MAITRE, Secrétaire : Monsieur Michel GUILLORENb de permanents du groupement 2Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 17 (2009) - CDD actuels 20 (2009)Nb de postes en équivalent temps plein : 46 (2009)Nb d’heures facturées 70 585Durée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le groupementTaux de turn-over du groupementChiffre d’affaires annuel 1 278 932 Euros (2009)Subventions accordées par an : - Montant - OriginePropriétaire des murs NonAdhérent à l’UGEF NonLabellisation via l’UGEF NonAdhérent au CRGE de Bretagne Oui Maj. : mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 86
  • 88. Liste des adhérents Triskell 1) Dujardin de Bretagne (agroalimentaire) 2) Marine Harvest Kristsen (agroalimentaire) 3) ARDO (agroalimentaire) 4) Perennes (BTP) 5) Qualicom 6) Guegan SARL (négoce) 7) Carhaix automobile (commerce) 8) Les Fromageries du Colombier (IAA) 9) Poupon Peinture (BTP) 10) Le Provost (Paysagiste) 11) Les 4 saisons (agroalimentaire) 12) TSO (transport) 13) Moulin d’Hyères (meunerie) 14) Vatedis (agroalimentaire) 15) Youinou (agroalimentaire) 16) Bretagne Saumon (agroalimentaire) 17) CETO 18) Distrivert 19) Géothermie Confort 20) Le Guillou Gueguen (BTP) 21) Le vidangeur Breton (assainissement) 22) Océaniques (agroalimentaire) 23) Phisale Graphic (graphisme) 24) SMV (agroalimentaire) 25) Vitalac (meunerie) 26) La conserverie MorbihannaiseSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 87
  • 89. IROISE 12 rue Maréchal Foch 29400 LANDIVISIAU Tel : 02.98.68.23.23 Fax : 02.98.68.34.68 Mail : ge-iroise@orange.fr Président : Jean-Pol LE RIBAULT Directrice : Marie-Hélène NEDELLECSecteur(s) d’activité du groupement MultisectorielBassin d’emploi concerné Nord FinistèreConvention collective appliquée CCN des Produits Alimentaires ElaborésMain d’œuvre employée : 32 ouvriers de production, 1assistante, 1 directrice, 4préparateurs de commandes, 1 vendeur conseil, 4 chauffeurs routiers, 1 agent administratifet 1 animatrice qualitéAnnée de création 5 août 1998Entreprises fondatrices Kritsen, Primel Gastronomie, CBA, Gelagri, CoopagriNb d’entreprises adhérentes 19Liste à jour des entreprises adhérentes et Cf. liste jointeactivités(indiquez les membres du Conseild’Administration)Nb de permanents du groupement 2Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 19 - CDD actuels 26Nb de postes en équivalent temps plein 43Nb d’heures facturées 62 610 en 2009Durée moyenne du contrat par entreprise 6 moisDurée moyenne du salariat dans le groupementTaux de turn-over du groupement 77 %Chiffre d’affaires annuel 1 126 902 Euros (2009)Subventions accordées par an : - Montant - OriginePropriétaire des murs Communauté de CommunesAdhérent à l’UGEF NonLabellisation via l’UGEF NonAdhérent au CRGE de Bretagne OuiSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 88
  • 90. Maj. : avril 2010 Liste des adhérents Iroise1/ AQUACOLE D’OUESSANT – Algues pour agroalimentaire et cosmétique – Membre duCA2/ AQUADIS – Transformation de truites – Membre du CA3/ BEGANTON – Produits de la Mer4/ COOPAGRI BRETAGNE – Coopérative Agricole – Membre du CA5/ COMBUSTIBLES DE L’OUEST – Distribution d’hydrocarbures6/ DISTRIVERT – Magasins Vert7/ GUEVEL Transports8/ JAMPI - Glacier9/ LE CALVEZ Transports10/ LEROUX Sarl (Boulangerie CANEVET) – Boulangerie industrielle bio11/ LE SAINT SAS – Fruits et Légumes12/ MARINE HARVEST KRITSEN – Saumon Fumé13/ PODER – Distribution de légumes14/ POULIQUEN SAS – Distribution de légumes15/ PRIMEL GASTRONOMIE Plabennec – Plats cuisinés16/ PRIMEL GASTRONOMIE Plougasnou – Plats cuisinés – Membre du CA17/ SOCOPA – Plats cuisinés à base de viande de veau18/ TOOK TOOK – Plats orientaux19/ TRYBA – Fenêtres, portails, etc.Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 89
  • 91. TILDE 43 ter rue de la République BP 23 29410 PLEYBER-CHRIST Tel : 02 98 78 44 81 Fax : 02 98 78 54 91 E-mail : ge.tilde@orange.fr Président : Philippe SALAUN Directeur : Hélène DESCLOUXSecteur(s) d’activité du groupement AgricoleBassin d’emploi concerné FinistèreConvention collective appliquée Horticulture et pépinières du FinistèreAnnée de création 1er juillet 2007 (initiative créée en 1998)Entreprises fondatrices entreprises agricolesNb d’entreprises adhérentes 27Liste à jour des entreprises adhérentes et activités au 29 avril 2010Membres du Bureau : Philippe SALAUN (Président) ; Olivier ROUÉ (Vice-président) ;Hubert ROUÉ (Trésorier) ; Daniel JACQ (Trésorier Adjoint) ; Gilbert KEROUANTON(Secrétaire) ; Bernard LE JEUNE (Rapporteur du CSE) ; Jacques LE DUC (Coordonnateurdes référents).Nb de permanents du groupement 2Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 34 - CDD actuels 2 (dont 1 apprenti)Nb de postes en équivalent temps plein 32,59Nb d’heures facturées 46 162 h (2009)Durée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le groupementTaux de turn-over du groupementChiffre d’affaires annuel net 463 700 euros (2009)Subventions accordées (montant variable, basé sur des conventions triennales prenant finen juin 2010) : - Montant 80 K€ (sur 12 mois) en 2009, 48 000 (prévisionnel 2010) - Origine Conseil Régional, Conseil Général, FSE, Morlaix CommunautéPropriétaire des murs Monsieur MAILLARD : particulierAdhérent à l’UGEF NONLabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUISeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 90
  • 92. Maj. : avril 2010 Liste des adhérents Tildé 1) Earl Coat Pin 2) Sarl Horticole de Kerguiduff 3) Sarl horticole Guiavarc’h Grall 4) Gaec de Kerangwen 5) Earl de Ker Roué 6) Gaec pepinières Messager 7) Gaec de l’Horn 8) Pépinières Trévien 9) Pépinières de Kervouric 10) Lycée de Suscinio 11) Sas Ets Michel Le Verge 12) Gilbert Kerouanton 13) Earl du Roudous 14) Sarl Roué pépinières 15) Earl Horticole de Kerjean 16) Earl serres de Cosquérou 17) Earl pépinières de Kervren 18) Gaec pépinières de Judicarré 19) Earl Ludovic Ladan 20) Earl pépinières de Kervilou 21) Pépinières de la route des châteaux 22) Michel Seigneur 23) Earl Cidres le Brun 24) Bretagne Plants 25) Sarl Pomservices 26) Gaec Marechal 27) Commune de St ThégonnecSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 91
  • 93. CORNOUALIA 5, rue Félix Le Dantec 29 000 QUIMPER Tel : 02.98.10.24.77 Fax : 02.98.10.02.19 Email : ge.cornoualia@wanadoo.fr Président : Hervé CHARLES Directeur : Maryse LE MAUXSecteur(s) d’activité du groupement MultisectorielBassin d’emploi concerné Sud-Finistère, bassin d’emploi de QuimperConvention collective appliquée CCN du textileAnnée de création 1er janvier 2000Entreprises fondatrices 9Nb d’entreprises adhérentes 78Liste à jour des entreprises adhérentes et Cf. feuille suivanteactivitéMembres du Conseil d’AdministrationNb de permanents du groupement 5Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 76 - CDD actuels 29Nb de postes en équivalent temps plein 91.67Nb d’heures facturées 137 433 heures en 2009Durée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le groupementTaux de turn-over du groupement 23 % en 2009Chiffre d’affaires annuel 2 691 607 Euros en 2009Subventions accordées par an : - Montant - OriginePropriétaire des murs NonAdhérent à l’UGEF NonLabellisation via l’UGEF NonAdhérent au CRGE de Bretagne Oui Maj. : avril 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 92
  • 94. Groupement d’Employeurs CORNOUALIAListe du Conseil d’Administration du Groupement d’Employeurs élu au cours de l’AssembléeGénérale du 19 juin 2009Fonction Nom Prénom Entrepriseau sein du bureauPrésident CHARLES Hervé Bonduelle TraiteurVice-Président AUTRET Didier Financière du GuiridenVice-Président OLLIVIER François Monique RanouTrésorier PUTHOD François Guyader EntreprisesSecrétaire THIEC Nadine FRANPACMembre LEFEUVRE Eric Capitaine CookMembre GELAMUR Vincent MERALLIANCEMembre PEREZ Anne Le Moulin de la MarcheMembre LHOTELLIER Franck TECHNOVETMembre KERGOAT Serge KRAMPOUZSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 93
  • 95. Liste des adhérents CornoualiaBONDUELLE TRAITEUR 29140 ROSPORDEN Production de saladesLE MOULIN DE LA MARCHE 299150 CHATEAULIN Saumon et truite fuméeCAR OUEST 29000 QUIMPER Commerce et réparation automobileARMORIC 29000 QUIMPER Saumon fuméCAPITAINE COOK 29710 PLOZEVET Conserves de poissonsCAPITAINE COOK 29360 CLOHARS CARNOET Produits élaborés de la merGUYADER 29510 LANDREVARZEC Produits élaborés de la merRELAIS MERCURE 29000 QUIMPER HôtelQUICK 29000 QUIMPER Restauration rapideBOUTET-NICOLAS 29140 ROSPORDEN Conserves de légumesMONIQUE RANOU 29000 QUIMPER Charcuterie industrielleSARL LE GALL 29136 PLOGONNEC ScierieCGPA PENY 29380 SAINT THURIEN Conserves de légumes - Plats cuisinésSA LE GLAZIK 29510 BRIEC DE LODET BiscuiteriePENNARUN LE BIHAN 29500 ERGUE GABERIC TraiteurSA GUEGUEN 29970 TREGOUREZ SalaisonsCADIOU INDUSTRIE 29180 LOCRONAN PlasturgieCAPITAINE HOUAT 56100 LORIENT MareyageMIPS 29000 QUIMPER maintenance industrielleMARIE FRAIS 29510 BRIEC Plats cuisinésYPLON 29140 ROSPORDEN Fabrication de produits cosmétiques et dentretienCIGEST CONSEILS 29000 QUIMPER Expertise comptableFLEETGUARD 29000 QUIMPER Fabrication de filtres pour moteurs diéselCTRP 29000 QUIMPER ReprographieFAIENCERIES DART 29000 QUIMPER FaïenceriesBRETONLABORATOIRE DENTARC 29000 QUIMPER Fabrication de Prothèses dentairesSNC COMATA 56100 LORIENT Armement à la pêcheORTHONGEL 29900 CONCARNEAU Organisation des producteurs de thon congelé 29710 PLOGASTEL SAINTSARL AUTOS PASSIONS Garage automobile GERMAINFAF PECHE ET CULTURE 29900 CONCARNEAU Collecteur fonds formationMARINEFRANPAC 29000 DOUARNENEZ Fabrication de boîtes de conserveCAPEB 29000 QUIMPER Organisation professionnelleBSM 29 29940 LA FORET FOUESNANT Travaux sous marinsInstitut Nautique de Bretagne 29900 CONCARNEAU Formation des entreprises du secteur du nautismeSociété LE NOUY 29510 BRIEC DE lODET Fabrication de fermetures et de fenêtres pour lindustrieLES HUITRES CADORET 29340 RIEC SUR BELON OstréiculteurTransports Frigorifiques LECOZ et MAHE 29334 QUIMPER cédex transporteurMAREVAL 29563 QUIMPER cédex 9 Fabrication de produits cuisinés surgelés Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 94
  • 96. Etudes et réalisations de systèmes SEREMAP 56530 QUEVEN automatisés pour lindustrieOCIETE ALIMENTAIRE DE GUIDEL 56520 GUIDEL Produits surgelés à base de viande LAITERIE DARMOR 29340 RIEC SUR BELON Transformation de lait biologique LTB 29360 CLOHARS CARNOET Conception de climatisateurs GROIX ET NATURE 56590 ILE DE GROIX Produits élaborés COMBUSTIBLES DE 29000 QUIMPER Distribution de produits pétroliers lOUEST TECHNOVET 29000 QUIMPER Négoce de produits vétérinaires EDITIONS JOS LE DOARE 29150 CHATEAULIN Editions cartes et livres touristiques SAS LECHAT MAREE 56100 LORIENT Mareyage BUSCO 29900 CONCARNEAU Transports de voyageurs CROWN EMBALLAGES 29900 CONCARNEAU Fabrication demballages AGRAUXINE 29000 QUIMPER Homologation de produits phytosanitaires TIPIAK 29170 FOUESNANT Plats cuisinés AGC 29500 ERGUE GABERIC Plomberie Chauffage Electricité LE COCHON DE TY 29190 LOTHEY Fabrication artisanale de charcuteries NEUDEN BRITT BRASSERIE DE 29910 TREGUNC Fabrication de bières BRETAGNE EARL CIDRES LE BRUN 29720 PLOVAN Fabrication artisanale de cidre ADRIA DEVELOPPEMENT 29196 QUIMPER cédex Recherche, conseil, formation, audit PATISSERIES DE LODET 29300 ERGUE GABERIC Fabrication de patisseries bretonnes LE FINISTERE ASSURANCE 29556 QUIMPER CEDEX 9 Assurances OFFICE DU TOURISME DU PAYS 29172 DOUARNENEZ CEDEX Office du Tourisme DE DOUARNENEZ Conception et fabrication de crèpières KRAMPOUZ 29700 PLUGUFFAN et autres matériels de cuisson Conception et montage de machines HEMA 22000 QUIMPER de remplissage pour lIAA LE PROGRES DE 29018 QUIMPER CEDEX Presse CORNOUAILLE PIERRE CORRE 29000 QUIMPER Conseil en gestion de patrimoine FINANCE ET STRATEGIES WARl LEUR PENN AR BED 29000 QUIMPER Fédération de Cercles Celtiques EURL Eric HENAFF 29790 MAHALON Electricité-Plomberie-Chauffage ORTHOPEDIE POULICHET 29000 QUIMPER Podo-orthésiste SARL ORGANDI 29000 QUIMPER Commerce de détail de tissus ANDOUILLES DE 29170 FOUESNANT Charcuterie FOUESNANT Mise au point de compléments POLARIS 29170 PLEUVEN alimentaires Négoce de produits dintérieur dérivés PARQUETS GUILLORE 29180 QUEMENEVEN du bois ATELIERS DES SAVOIRS 29000 QUIMPER Organisme de formation continue pour adultes FONDAMENTAUX SARPC (Syndicat des Armements Réunionnais 97823 LE PORT CEDEX de Palangriers Congélateurs) CORSER 29000 QUIMPER Propreté Commercialisation darticles AUTOUR DE BEBE 29000 QUIMPER de puériculture FILET BLEU 29563 QUIMPER CEDEX 9 Biscuiterie Groupement dachat des entreprises QUALIARBRE 29000 QUIMPER délagage IDHESA 29334 QUIMPER CEDEX Laboratoire danalyses Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 95
  • 97. GE M3S 2 bis rue des Genêts 29410 SAINT-THEGONNEC Tel : 02.98.79.46.80 Fax : 02.98.79.46.38 Mail : contact@gem3s.fr Président : Serge RAOULT Directrice : Emmanuelle PACREAU-MARYSecteur(s) d’activité du groupement médico-social, social et sanitaireBassin d’emploi concerné FinistèreConvention collective appliquée ccn 1983Main d’œuvre employée : principalement cadres et agents de maîtrise du médico-social (psychologue, diététicienne, ergothérapeute, infirmier, aide-soignant…)Année de création 2008Associations fondatrices : Association Sainte-Bernadette (Saint- Thégonnec), Association Saint-Vincent Lannouchen (Landivisiau), Fondation CHM (Roscoff), Association Ty Yann (Brest), AGEF (Brest), Fédération ADMR du FinistèreNb d’entreprises adhérentes 13 associations, 1 collectivité territoriale et 1 fondationListe à jour des entreprises adhérentes et 7 maisons de retraite privées associatives etactivités : publiques, 6 structures de l’aide à domicile, 2 structures sanitaires, principalement Finistère Nord sauf 1 structure QuimpéroiseLes membres du Conseil d’Administration font partie des adhérents fondateurs sauf l’ADMR(démission du CA) + l’ACADIA (Landivisiau)Nb de permanents du groupement 2Nb de contrats gérés par le groupement - CDI actuels 5 - CDD actuels 10 (dont 5 CDI prévus dans les 4 mois)Nb de postes en équivalent temps plein 9 ETPNb d’heures facturées 1370 heuresDurée moyenne du contrat par entreprise 33.89Durée moyenne du salariat dans le groupement 91.4 h mensuellesTaux de turn-over du groupement 20%Chiffre d’affaires annuel 189 000 € (2009)Subventions accordées par an : au titre de 2009 - Montant 100 177 € - Origine Conseil Régional, DDASS et Conseil Général, DDTEFPPropriétaire des murs NonAdhérent à l’UGEF NonLabellisation via l’UGEF NonAdhérent au CRGE de Bretagne Oui Maj. : mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 96
  • 98. RESO 29 1 place du 19ème RI BP 92 028 29220 BREST Cedex 2 Tel : 06 63 14 32 03 Fax : 02 51 13 49 87 Mail : reso29@resoemploi.fr Président : Brigitte CORRE Directrice : Virginie L’HARIDONSecteur(s) d’activité du groupement hôtellerie restaurationBassin d’emploi concerné FinistèreConvention collective appliquée CHRAnnée de création 2009Entreprises fondatrices : Hostellerie Pointe St Mathieu (Plougonvelin), Citotel gare (Brest), La Butte (Plouider), Hôtel de la Pointe de Mousterlin (Fouesnant), les Sables Blancs (Concarneau), Le Questel (Brest)Nb d’entreprises adhérentes 75Liste à jour des entreprises adhérentes et liste ci-jointeactivitésindiquez les membres du Conseild’AdministrationNb de permanents du groupement 1Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 3 - CDD actuels 69Nb de postes en équivalent temps plein 8Nb d’heures facturées fin 2009Durée moyenne du contrat par entreprise NCDurée moyenne du salariat dans le NCgroupementTaux de turn-over du groupement NCChiffre d’affaires annuel 89 000 euros (2009)Subventions accordées par an : - Montant 30 000 € - Origine Conseil régional, DDTEFP, CCI Brest, Morlaix, QuimperPropriétaire des mursAdhérent à l’UGEF NonLabellisation via l’UGEF NonAdhérent au CRGE de Bretagne NonSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 97
  • 99. Maj. : mai 2010 Liste des adhérents Reso 29 (+ membres du conseil d’administration) ADHERENT VILLE CA ACTIVITEABALYS HOTEL BREST HOTELALAIN POCHART TRAITEUR BREST TRAITEURALBATROS HOTEL MORLAIX HOTELALBATROS RESTAURANT MORLAIX RESTAURANTALPES HOTEL DU PRALONG COURCHEVEL HOTEL RESTAURANTAR MEN DU NEVEZ HOTEL RESTAURANTAUBERGE DE BEL AIR BRELES RESTAURANTAUBERGE DE KERALLORET GUISSENY HOTEL RESTAURANTAUBERGE DE SAINT ST THEGONNEC HOTEL RESTAURANTTHEGONNECAUX TAMARIS ROSCOFF HOTELAUX VIEUX GREEMENTS BREST RESTAURANTBEST WESTERN EUROPE BREST HOTEL RESTAURANTHOTELBEST WESTERN GRAND ROSCOFF CEDEX HOTEL RESTAURANTTALABARDONBISTROT DE L ARMORIQUE LANDERNEAU RESTAURANTBRITHOTEL LE KERODET ERGUE GABERIC HOTEL RESTAURANTCASA DEL MAR PLOUGASNOU RESTAURANTCHAUMIERE ROZ AVEN PONT AVEN HOTEL RESTAURANTCITOTEL DE LA GARE BREST X HOTELEDOUARD SET AVESSAC TRAITEURESCALE OCEANIA QUIMPER HOTEL RESTAURANTFLUNCH KERGARADEC BREST RESTAURANTGRAND HOTEL ABBATIALE BENODET HOTEL RESTAURANTGRAND HOTEL DES BAINS LOCQUIREC HOTEL RESTAURANTHOSTELLERIE DE LA MER CROZON HOTEL RESTAURANTHOSTELLERIE DE LA POINTE PLOUGONVELIN HOTEL RESTAURANT XSAINT MATHIEUHOTEL AGENA BREST HOTELHOTEL ARMEN LE TRITON ROSCOFF HOTELHOTEL BELLE VUE FOUESNANT HOTEL RESTAURANTHOTEL CENTER BREST HOTELHOTEL DE L OCEAN CONCARNEAU HOTEL RESTAURANTHOTEL DE LA PAIX BREST HOTEL RESTAURANTHOTEL DE LA POINTE DE FOUESNANT HOTEL RESTAURANT XMOUSTERLINHOTEL DE LA RADE BREST HOTELHOTEL DU PORT MORLAIX HOTELHOTEL DU QUESTEL BREST X HOTELHOTEL LE CASTEL CLARA BANGOR HOTEL RESTAURANTHOTEL LES GRANDES ALPES COURCHEVEL HOTEL RESTAURANTHOTEL MACCHI CHATEL HOTEL RESTAURANTHOTEL RESTAURANT DU DOUARNENEZ HOTEL RESTAURANTPORT RHUHOTEL SAINT LOUIS BREST HOTELJL SERVICES GUIPAVAS HOTELKYRIAD BREST HOTELL AMIRAUTE BREST HOTEL RESTAURANTSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 98
  • 100. LA BIGOUDENE BREST RESTAURANTLA BUTTE PLOUIDER X HOTEL RESTAURANTLA MARMOTTE LES GETS HOTEL RESTAURANTLA PALUE LANDEDA RESTAURANTLA RECRE DES 3 CURES MILIZAC LOISIRSLA RONDE DES VINS BREST RESTAURANTLA VILLA ROC H VELEN PLOUGASNOU HOTEL RESTAURANTLE CAFE DU PORT PLOUEZOC H RESTAURANTLE CAFE NOIR MORLAIX RESTAURANTLE CLOS DU PONTIC LANDERNEAU HOTEL RESTAURANTLE CONTINENTAL BREST HOTELLE KERMOOR PLOGOFF HOTEL RESTAURANTLE MANOIR PLOUENAN RESTAURANTLE PAVILLON ST HERBLAIN RESTAURANTLE RUFFE BREST RESTAURANTLES ARCADES ROSCOFF HOTEL RESTAURANTLES SABLES BLANCS CONCARNEAU X HOTEL RESTAURANTMAISON DE KERDIES PLOUGASNOU RESTAURANTMERCURE QUIMPER QUIMPER HOTELMOULIN DE KERGUIDUFF TREFLAOUENAN RESTAURANTOCEANE DE RESTAURATION VANNES CEDEX RESTAURATION COLLECTIVEOCEANIA QUIMPER QUIMPER X HOTEL RESTAURANTPARADISO PLAGE CARANTEC RESTAURANTPENNARUN LE BIHAN ERGUE GABERIC TRAITEUR XTRAITEURPIZZERIA DU CHATEAU PONT L ABBE RESTAURANTQUALITY KERLOCH GWEN COMBRIT HOTEL RESTAURANTQUIVIGER TRAITEUR PLOUNEVEZ LOCHRIST TRAITEURRESTECO BEDEE RESTAURATION COLLECTIVESRN EVENDAY BTX NANTES CEDEX 1 TRAITEURSTEPHANE LALEOUS BREST TRAITEURTAVERNE SAINT MARTIN BREST RESTAURANTTROUZ AR MOR PLOUGUERNEAU RESTAURANTSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 99
  • 101. HELYS ESPACE CLUBS - CCI 2, av. de la préfecture 35000 RENNES Tel : 02.99.33.63.33 E-mail : contact@helys.org Président : Benoit CABANIS Directrice : Caroline THIEFFRYSecteur(s) d’activité du groupement MultisectorielBassin d’emploi concerné Rennes et VitréConvention collective appliquée CCN Commerce de grosAnnée de création 2006 (démarrage en janvier 2007)Entreprises fondatrices : BST CHARRIER – E-SOLUTIONS - LEGRIS – LORANS – SOCAH – SOLIS – TOLLEMERSoutien des institutions représentants de CCI – CENTRE DES JEUNES DIRIGEANTSdirigeants d’entreprises : - UNION DES ENTREPRISES 35 – UIMM 35Nb d’entreprises adhérentes 36Liste à jour des entreprises adhérentes et Cf. liste jointe des adhérents et du Conseilactivités d’Administration(Indiquez les membres du Conseild’Administration)Nb de permanents du groupement 3 (1,5 ETP)Nb de contrats gérés par le groupement 24 - CDI actuels 18 - CDD actuels 6Nb de postes en équivalent temps plein 14, 66 en 2009Nb d’heures facturées 23 000 heures pour 2009Durée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le non significatif car trop récentgroupementTaux de turn-over du groupement non significatif car trop récentChiffre d’affaires annuel 500 K€ (2009)Subventions accordées par an : - Montant 20 K€ en 2009 - Origine Conseil Général – Rennes MétropolePropriétaire des murs et équipements Bureau : Equipements :Adhérent à l’UGEF NONLabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj. : avril 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 100
  • 102. Liste des adhérents Hélys2PSP ELORANettoyage de véhicules Risque sanitaireVERN S/ SEICHE SAINT-GREGOIRE A2COM ESSENTIELPrestations de services informatiques Conseil en communicationPACE RENNES AID COMPUTER GAEC DE LIVREVente de matériels informatiques et prestations MaraichagePARIS DOMAGNEA.I.M.T. GELDELISService de santé au travail Traiteur surgelésRENNES TORCEARESAT HELEOS LE BOUGUENNECCoordination réseau dESAT Expertise comptableNOYAL SUR VILAINE RENNESASKORN MEDICAL LES ATELIERS DU GRAND FOUGERAYFabrication, installation de matériel médico- fabrication dameublementchirurgical GRAND FOUGERAYST GREGOIREASSOCIATION CIDRICOLE DE BRETAGNE LODIFédération filière cidricole Industrie chimiqueRENNES GRAND FOUGERAYAUTOCARS COTTIN OPTIMATransport public de personnes Multi-services aux entreprises et médiation socialeMONTFORT S/ MEU RENNESCAP ACHAT OPTIMA EXPERTISEGroupement dartisans Expertise automobileLA CHAPELLE DES FOUGERETZ CESSON SEVIGNECOBIPORC PESAGE INDUSTRIEL DE LOUESTCentre dinsémination artificielle porcin Maintenance et vente de matériel de pesageSAINT GILLES VERN S/ SEICHECSR LOIC RAISON PREMIER PLANCidrerie Photographie publicitaireDOMAGNE BOURGBARRECYIM ROINEMultimédia, éditeur de logiciels, organisateur Charpentetechnique de congrès DOMALAINCHANTEPIED.E.L. SOCAH HYDRAULIQUEFabrication de liners de piscines Négoce de matériel hydrauliqueBRECE CHATEAUBOURGDUMAS ASSOCIES SOCAH PNEUMATIQUESAgence de communication Négoce de matériel pneumatiqueRENNES ST JEAN SUR VILAINEE-SOLUTIONS SYSAWAREPrestations service internet Prestations de services informatiquesRENNES SAINT MARTIN DHERESTRIBALLAT TRAITEUR DE PARISIndustrie laitière Fabrication de plats cuisinésNOYAL S/ VILAINE LA GUERCHE DE BRETAGNEUNION PATRONALE INTERPROFESSIONNELLE DE BRETAGNEOrganisation patronale RENNESSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 101
  • 103. RESO 35 GROUPEMENT D’EMPLOYEURS HOTELLERIE RESTAURATION RESO 35 Zone du Bordage 35 510 CESSON-SEVIGNE Tel : 02 99 50 57 02 Fax : 02 51 13 49 87 Email : reso35@resoemploi.fr Président : Jacques DAVID Directeur : Philippe CABON Responsables : Nadège ORAIN et Anne GLEMEAUSecteur(s) d’activité du groupement hôtellerie restaurationBassin d’emploi concerné département d’Ille-et-VilaineConvention collective appliquée Cafés-hôtels-restaurantsAnnée de création avril 2006Entreprises fondatrices : Café Leffe ; Château d’Apigné ; brasserie le Picca ; hôtel Atlantic ; hôtel Anne de Bretagne ; Interhôtel Le Sévigné ; hôtel Best Western Ker LannNb d’entreprises adhérentes 136Liste à jour des entreprises adhérentes et activité (voir liste ci-jointe)Membres du Conseil d’Administration (voir liste ci-jointe)Nb de permanents du groupement 3Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 47 en 2009 - CDD actuels 54 en 2009Nb de postes en équivalent temps plein 17Nb d’heures facturées 40 441 heuresDurée moyenne du contrat par entreprise minimum 3 mois sur une année, avec des missions allant de 3h jusqu’au CDI temps plein 39h par semaineDurée moyenne du salariat dans le groupement au moins 6 moisTaux de turn-over du groupement NCChiffre d’affaires annuel NCSubventions accordées par an : - Montant - OriginePropriétaire des murs NONAdhérent à l’UGEF OUILabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj : mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 102
  • 104. Liste des adhérents RESO 35 CHARTRES DEANTRE TERRE ET MER PLEUGUENEUC LA BRAISE BRETAGNEAR MILIN CHATEAUBOURG LA CASA PEPE RENNESAR TRAITEUR CESSON SEVIGNE LA CLE DES CHAMPS VITREARVOR HOTEL RENNES LA CREPERIE DES QUAIS RENNESASSOCIATION OUVRIEREDES COMPAGNONS DUDEVOIR RENNES LA FAVOLA CESSON SEVIGNEAU BUREAU DES ST JACQUES DE LASAVEURS CESSON SEVIGNE LA GAITE LANDEAU P TIT BOUCHOT ST MALO LA GOLOTTE MONTFORT SUR MEUAU P TIT CREUX PACE LA GRILLANDIERE THORIGNE FOUILLARD NOYAL CHATILLON SURAUBERGE DE BEAULIEU SEICH LA GUINGUETTE GOVENAUX BERGES DU LAC GOVEN LA HUBLAIS CESSON SEVIGNEBAR BRASSERIE LE NOYAL CHATILLON SURCRIMEE RENNES LE CASTEL SEICHBEST WESTERNKERLANN BRUZ LE CROCODILE PACEBISTRO DU COIN RENNES LE FLEURON CHANTEPIEBISTRO PARISIEN CESSON SEVIGNE LE GRILLADIN VITREBISTROT LE BOUCHE AOREILLES RENNES LE HARICOT ROUGE RENNESBOUCHERIECHARCUTERIE VETTIER RENNES LE JARDIN D HIVER NOYAL SUR VILAINEBOUCHERIE LEBONHEUR DES PRES LA MEZIERE LE LION D OR ST BRICE EN COGLESBRASSERIE ANTIPOLIS RENNES LE MANDARIN RENNESBRIT HOTEL DU STADE RENNES LE MILLE PATES CHATEAUBOURGBRIT HOTEL LAGUINGUETTE TINTENIAC LE PAVILLON RENNESBRIT HOTEL LEMADISON ETRELLES LE PONT D AVOINE LE RHEUCAFE DE L EST RENNES LE POTAGER VITRECAFE DES BRICOLES RENNES LE PROVENCAL RENNESCAFE DES SPORTS CHEZMARCO RENNES LE PUITS DES SAVEURS RENNESCAFE LEFFE RENNES LE RELAIS D ALSACE ST GREGOIRECAFETERIA RENNES CEDEX LE RELAIS DE BROCELIANDE PAIMPONTCAMPANILE ATALANTE RENNES LE RENN AILE BRUZCAMPANILE CLEUNAY RENNES LE SCENARIO RENNESCAP MALO LE GOLF MELESSE LE SURCOUF RENNESCASINO DE DINARD DINARD LE SWAN RENNESCCI RENNES RENNES CEDEX LES 3 MARCHES VEZIN LE COQUETCCI RENNESFORMATION FACULTE ST JACQUES DE LADES METIERS BRUZ CEDEX LES PIGEONS BLANCS LANDECENTRE DE LANGUES BRUZ CEDEX LES ROSERAIES RENNESCHAPIN TRAITEUR VEZIN LE COQUET LES VOYAGEURS VITRESeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 103
  • 105. CHATEAU D APIGNE LE RHEU LV RESTAURATION LE VERGER HOTEL RESTAURANT LESCHEZ DEDE BIS RENNES LOGES CHANTEPIE HOTEL RESTAURANT LESCHEZ KUB RENNES MARAIS VERN SUR SEICHECHRISTOPHE LOYERTRAITEUR DINARD IBIS RENNES BEAULIEU CESSON SEVIGNE INTER HOTEL DE LA CHARTRES DECIGALE ET FOURMI VEZIN LE COQUET CHAUSSAIRIE BRETAGNECITEA RENNES RENNES INTER HOTEL LE SEVIGNE RENNESCNIEL RENNES L ATELIER DES GOURMETS RENNESCOTE OUEST RENNES MAISON FAMILIALE RURALE HEDECREPERIE CHEZ TANTEJEANNE ST GREGOIRE MARC ANGELLE RESTAURANT RENNESCREPERIE PAYSANNE RENNES MOULIN D APIGNE LE RHEUCREPERIE ST CORNELY RENNES OCEANE DE RESTAURATION VANNES CEDEXDELICECOOK RENNES PAPA MIA RENNESDIDIER TRAITEUR LA BOUEXIERE PAS BON TINTENIACEDOUARD SET AVESSAC PEN ROC CHATEAUBOURG CEDEXEURL GAMPP OLIVIER ST BRIAC SUR MER PIZZERIA EL PARADISIO CESSON SEVIGNEFORMATION CONTINUE BRUZ CEDEX PLANETALIS BETTONGARDEN HOTEL RENNES QUAI OUEST RENNESGLEN CAFE CHATEAUBOURG RESTAURANT DE L HORLOGE BEDEEGRAND HOTELBARRIERE DE DINARD DINARD CEDEX RESTAURANT KER JO ANN CHATEAUBOURGHIBISCUS RENNES RESTAURANT LA ROTISSERIE ST GREGOIREHOLDING DRAGONE CIE CANCALE RESTAURANT LE SAINT HILAIRE L HERMITAGEHOTEL ANNE DEBRETAGNE RENNES RESTECO BEDEEHOTEL ATALANTEBEAULIEU CESSON SEVIGNE SA SODIRENNES ST GREGOIREHOTEL ATLANTIC RENNES SARL LE CAVEAU DU CHAPITRE RENNESHOTEL BRITANNIA ST GREGOIRE SARL MIJOTE RENNES SARL RESTAURANT LESHOTEL DU CHATEAU COMBOURG VOYAGEURS FOUGERESHOTEL IBIS RENNESCENTRE GARE SUD RENNES SAVEURS ET GOURMANDISES LA GOUESNIEREHOTEL IBIS RENNES SNC ESPACE DU BOIS DECESSON CESSON SEVIGNE SOEUVRES VERN SUR SEICHE SNC PERFOTEL HOTELHOTEL KYRIAD GARE RENNES OCEANIA ST GREGOIRE CEDEXHOTEL MERCURECESSON CESSON SEVIGNE SOCIOTEL RENNESHOTEL RESTAURANTCAMPANILE CHANTEPIE SUCELLOS RENNESSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 104
  • 106. ATOUTS PAYS DE FOUGERES 50, rue Nationale 35300 FOUGERES Tel : 02 99 94 75 61 Fax : 02 99 94 75 65 E-mail : stephanie.erard@travailler-autrement.org Web : http://www.travailler-autrement.org Président : Rémy GIZARD Responsable : Stéphanie LAFONTSecteur(s) d’activité du groupement MultisectorielBassin d’emploi concerné Pays de FougèresConvention Collective appliqué CCN du commerce de grosMain d’œuvre employéeAnnée de création 2008Entreprises fondatrices : OCENE – PANPHARMA – HTL - MICROVERT – GENERALE DE GRANIT – ATELIERS DU DOUETNb d’entreprises adhérentes 11Liste à jour des entreprises adhérentes et activités(Indiquez les membres du Conseil d’Administration)Nb de permanents du groupement 1Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 4 - CDD actuels 2Nb de postes en équivalent temps plein 6Nb d’heures facturées 2 782 (sur l’année 2009)Durée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le <1 an (création en décembre 2008)groupementTaux de turn-over du groupementChiffre d’affaires annuel 120 357 euros (2009)Subventions accordées par an : - Montant 11 500€ - Origine : RégionPropriétaire des murs et équipements : CCI de FougèresAdhérent à l’UGEF NonLabellisation via l’UGEF NonAdhérent au CRGE de Bretagne Oui Maj. : avril 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 105
  • 107. Liste des adhérents Atouts Pays de Fougères 1) OCENE 35420 Louvigné du Désert 2) MICROVERT 35300 FOUGERES 3) Volaille des 3 Duchés 35 133 LA SELLE EN LUITRE 4) PANPHARMA 35133 FOUGERES 5) HTL 35133 FOUGERES 6) Ateliers du Douet 35133 ST SAUVEUR DES LANDES 7) GENERALE DU GRANIT 35420 LOUVIGNE DU DESERT 8) ROYER 35300 FOUGERES 9) EMO 35574 CHANTEPIE 10) SFPI 35300 FOUGERES 11) ADAF - 35 460 ST ETIENNE EN COGLESSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 106
  • 108. ACTIVY Groupement d’Employeurs Activy CCIM 80, rue Nationale BP 175 56305 PONTIVY Cedex Tel : 02.97.79.11.50 Fax : 02.97.79.11.51 E-Mail : .activy@wanadoo.fr Président : François COUDRON Directeur : Gérard FRANCOISSecteur(s) d’activité du groupement Multisectoriel (IAA, plasturgie, travaux publics, transports, etc.)Bassin d’emploi concerné Guémené/Scorff, Baud Locminé PontivyConvention collective appliquée CCN Activités industrielles de boulangerie pâtisserie Année de création Septembre 2002Entreprises fondatricesNb d’entreprises adhérentes 57 en 2010Liste à jour des entreprises adhérentes et activités (cf. liste page suivante)(Indiquez les membres du Conseil d’Administration)Valérie BERNARD ALTHOGwenole MERVEILLEUX CHARCUTERIE CELTIQUEFrançois COUDRON SAUGERAChristophe GAILLOT HOUDEBINEGildas LE PENNEC MOULINS DE SAINT ARMELDidier BELLAMY Sté BELLAMYPierre LE BIGOT Pierre LEBIGOT COMMUNICATIONThierry MAHO Bâtiment PONTIVYENPierre HOMBRON Charcuterie LE LAVANDIERNb de permanents du groupement 3Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 46 - CDD actuels 23Nb de postes en équivalent temps plein 60Nb d’heures facturées en 2007 96 520 hDurée moyenne du contrat par entreprise 6 moisDurée moyenne du salariat dans le groupement 2 ans et demiTaux de turn-over du groupement 29 % en 2009Chiffre d’affaires annuel 1 866 947 euros (2009)Subventions accordées par an : - Montant - OriginePropriétaire des murs CCI du MorbihanAdhérent à l’UGEF NONLabellisation via l’UGEF NON Maj. : mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 107
  • 109. Liste des adhérents ACTIVYABZAC NOYAL PONTIVYACEMO PONTIVYALTHO SAINT GERANDATLANTEM INDUSTRIES NOYAL PONTIVYBATIMENT PONTIVYEN PONTIVYBELLAMY SARL SAINT THURIAUBISCUITERIE JOUBARD S.A. PONTIVYBISCUITERIE LE DREAN GUEGONBISCUITERIE LOUIS LE GOFF GUISCRIFFBOUCHERIE CHARCUTERIE LANGONNETCOSPERECCELTIPAK SAINT THURIAUCER France PONTIVYCYBELIA PONTIVYDANDY S.A. PONTIVYDG HOLDING REGUINYELIARD – S.P.C.P. S.A. PONTIVYGALLAIS VIANDES PONTIVYHOUDEBINE S.A. NOYAL PONTIVYINSTITUT ROPARS PONTIVYLA FRUITIERE DU VAL EVEL NAIZINLE CAM OEUFS NAIZINLES MOULINS DE SAINT ARMEL CLEGUERECLES TRANSPORTS POSTIC SAINT GONNERYLINPAC PLASTICS NOYAL PONTIVYLVT ILE DE BERDER – CRENIHUEL SILFIACLYDALL FILTRATION/SEPARATION MELRANDSASNEDELEC LE PIOUFFLE NOYAL PONTIVYOVOGALLIA NOYAL PONTIVYPONTIVY ENTREPOTS SERVICES PLUMELIAUBREIZ MONTAGE LOCMINEROHAN VIANDES ELABORATION CREDINSANDERS BRETAGNE PONTIVYSAUGERA NOYAL PONTIVYSELTEA CREDINSOCIETE DES EDITIONS DU LOCMINEMORBIHANSOCIETE FINANCIERE AMIRAL PONTIVYSOCIETE FROMAGERE DE PONTIVY LE SOURNSOCIETE MICHEL ROBICHON ST THURIAUSNC SALAISONS CELTIQUES (ONNO) PONTIVYSOCOGEC PONTIVYT.M.C.E. SAINT GONNERYT.P.C.O LOCMINET.V.R BAUDSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 108
  • 110. TI MAMM DOUE CLEGUERECTRAVAUX PUBLICS DU BLAVET PLUMELIAUUCIAP PONTIVYUNION FERMIERE MORBIHANNAISE LOCMINEVMAC FINANCES NOYAL PONTIVYLes enfants de KERVILLAN BREHANECOFEUTRE NAIZINCentre Gabriel DESHAYES AURAYLE LAVANDIER PONTIVYLes Vidangeurs De Bretagne BAUDRIO Travaux Public BAUDG+ Distribution PLUMELIAUL’art dans les Chapelles PLUMELIAULaboratoire GALLON PONTIVYSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 109
  • 111. VENETIS 6 Rue Henri Becquerel CP 73 56 038 VANNES cedex Tel : 02.97.54.64.70 Fax : 02.97.54.64.71 E-mail : gle@venetis.fr Site : www.venetis.fr Président : Loïc PILORGET Directeur : Franck DELALANDESecteur(s) d’activité du groupement multisectorielBassin d’emploi concerné Pays de VannesConvention collective appliquée CCN du caoutchoucDate de création janvier 1997Entreprises fondatrices 16Nb d’entreprises adhérentes 160Liste à jour des entreprises adhérentes et cf. liste jointeactivitésMembres du Conseil d’Administration Cf. liste jointeNb de permanents du groupement 6Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 72 - CDD actuels 12Nb de postes en équivalent temps plein 84Nb d’heures facturées 125 000 (chiffre 2008)Durée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le groupementTaux de turn-over du groupementChiffre d’affaires annuel 2.5M Euros (2007)Subventions accordées par an : - Montant - OriginePropriétaire des mursAdhérent à l’UGEF NONLabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj. : mai 2010 A noter : une antenne Vénétis Lorient a officiellement été créée en novembre 2009. Cette antenne a également vocation à se positionner en multisectoriel. Elle regroupe déjà plusieurs entreprises comme LE TEUFF Electricité, Halieutis, LORIS, RPS, Armor Plats Cuisinés… mais il est encore trop tôt pour afficher des données chiffrées sur cette antenne. Toutefois, un bureau a été créé et une organisation spécifique gère son développement. Pour plus d’informations : David Le Thuaut 02 97 59 54 66 / 06 77 05 17 25 E-mail : d.lethuaut@venetis.fr 21 rue Jules Legrand 56 100 LorientSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 110
  • 112. Liste des adhérents VénétisEntreprise Ville Entreprise Ville6S COSMETIQUES LANESTER A2D VANNESADEOSYS SARL ST AVE AEROCHEMICHALS VANNESAGC 56 VANNES AGF VANNESAGRI.COM BOHAL AJN MOTOS VANNESALBERT 1ER VANNES ALCAN PACKAGING PLOUHINECINVESTISSEMENT ALUMINIUM DEALL OCEAN LA TRINITE SUR MER LANDEVANT BRETAGNEAMALTEA VANNES CEDEX ANCO VANNESANSAMBLE SAS VANNES APC KERVIGNACAPF KERTHOMAS PLOEREN ARCHIMEX SAS VANNES CEDEX ROCHEFORT ENARENAL INDUSTRIES ARGANDIA VANNES CEDEX TERRE ARTISANSARMURERIE DU LA ROCHE BERNARD BATISSEURS DE ST AVERODOIR BRETAGNEASSOCIATION LANN- ASSOCIATION LES ILES SAINTE ANNE DAURAY AURAY CEDEXEOL DU PONANTATLANTE ARZAL AUZIP VANNES CEDEXAVON POLYMERES VANNES CEDEX AXILONE PLASTIQUE AURAYBARBIER IMMOBILIER VANNES BARBIER IMMOBILIERBATIMENTS DU GOLFE SAINT PHILIBERT BCI LANGUIDICBERNARD JEAN LUC SAINT JEAN BREVELAY BIC SPORT VANNES CEDEXBOIS ET CONCEPTS VANNES BRASSERIE LANCELOT LE ROC SAINT ANDREBRETAGNE CHIMIE PLEUCADEUC BRETAGNE CHROME PLUVIGNERFINECADIOU ERIC PLOUGOUMELEN CAM SAINT AVE CARROSSERIE DECAP DIANA PLEUCADEUC ELVEN LANVAUXCATEL VANNES CEDEX CAT LE PRAT VANNES CEDEX CELLULOSES DECECAB THEIX PLOERMEL CEDEX BROCELIANDECELTYS PLOUAY CELVIA SAINT JEAN BREVELAYCENTIFOLIA ARZAL CFAI DE BRETAGNE LORIENTCHAMBRE CHOCOLATERIE LEDAGRICULTURE DU VANNES QUIBERON ROUXMORBIHANCLUB ENTREPRISES VANNES CEDEX C.N.FORMACIER SAINT AVESeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 111
  • 113. COMMUNAUTECOMBUSTIBLES DE L VANNES DAGGLOMERATION DE VANNES CEDEXOUEST VANNCOMPAGNIE DES VANNES COMPAGNIE DES ILES VANNESATELIERSCONSULTASSUR VANNES CTM VANNESCULINARI MUNDI VANNES DAVID MAROQUINERIE VANNESDE CHANTERAC DELICES DE ST VANNES CEDEX THEIXHUBERT LEONARDDELIVERT S.A PLOUHINEC DIANA INGREDIENTS SAINT NOLFF DOUX FRAISDIETE SPORT FRANCE PLESCOP PLEUCADEUC PLEUCADEUC ECOLE SCOTTO DIDROUGAT LOIC ELVEN VANNES CESARE EDITIONS PECHEURS DECOTERRE VANNES LA TRINITE SUR MER IMAGES EIFFAGEEIBA LA VRAIE CROIX CONSTRUCTION VANNES CEDEX MORBIHANENGENOR LARMOR BADEN EQUIP PLUS THEIXEUROCOM TP OUEST ST AVE EVIALIS SAINT NOLFFFID OUEST COGEM VANNES CEDEX FRANCE ALLIANCE 56 BRECHFRANCE PANNEAU VANNES GABILLET SARL PLUMELECSOLAIRE GOURMANDISES DEGERME PLOERMEL BROCELIANDEHALIEUTIS LORIENT CEDEX HAMIFORM PLOERMELHILL ROM PLUVIGNER ICAM VANNESIMPRIMERIE PRESSES SENE INVIVO NSA SAINT NOLFFVANNETAISESIOV COMMUNICATION ARRADON IRUS VANNES CEDEXISATECH VANNES ISKRA VANNESJARDINS DE LA BAIE LA TRINITE SUR MER JULIANA VANNESKANTEMIR AURAY KERLYS LOCOAL-MENDON LE PALAIS BELLE ILEKROUIN ETEL LA BIEN NOMMEE SARL EN MER LABORATOIRE PIERRELABORATOIRE ODS PLESCOP SERENT CARONLA PLOERINOISE PLESCOP LE HAZIF CHRISTIAN MOREACLE NORMAND THEIX LE RESTE VANNESLE TALLEC COTE ET ST PIERRE QUIBERON LE TEUFF ELECTRICITE LANESTERJARDINS SARLLORCY (TRANSPORTS) VANNES LORI SI LANESTERMEABAN VANNES CEDEX MESSAGE ET MEDIAS ETELMICHELIN VANNES CEDEX MMP SAINT AVESeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 112
  • 114. NAUTIMAR ARZON NAVILAND VANNESINTERMARCHENESTOR SERVICES VANNES NETENSIA VANNESNOVOTEL IBIS HOTEL CAUDAN HENNEBONT NRJBIO SOLUTIONS LORIENTF1 ETAP HOTELOMNIUM DE L QUEVEN OTS GROUPE MALESTROITENTRETIENOUEST PRODUCTIONS QUIBERON OUEST SAVEURS VANNES CEDEXPACT ARIM VANNES CEDEX PATISSNACK SAS MARZANPEP PLOERMEL CEDEX PETERSON CABINET VANNESPLASMOR THEIX PREFACOM VANNES PRO CUISINEPROCANAR LAUZACH ST AVE SERVICESQUALIMAT VANNES CEDEX QUINTESIS VANNESRAISONANCES VANNES RELAIS DOR MIKO VANNES CEDEXRPS FRANCE GUIDEL SAILS CONCEPT THEIXSARL ODILE MONNET VANNES SARL PIERRE JIQUEL VANNESSEPT D ARMOR VANNES CEDEX SERITECH VANNESS.E.T.I. VANNES SIAGM VANNESSIGMAPHI VANNES SITA OUEST VANNES CEDEXSOCOMETAL SAINT AVE SODIMO SARL BOHALSOFIA SARL (LA BELLE QUIBERON SOLEDIS SAS VANNESILOISE)SOPRAT SAS ELVEN SPCB SAINT AVESPF ELVEN SPI DIANA BERRIC STX FRANCE LORIENTSTACEM GRANDCHAMP LANESTER SAS THALASSOTHERAPIETFE VANNES CEDEX CARNAC DE CARNACTHIBAULT BERGERON MUZILLAC TOITURE SERVICES BELZTPC OUEST SAS ST AVE T.P.V. VANNES CEDEXTRANSPORTS LE RAY PLOERMEL CEDEX TRINITAINE SAINT PHILIBERTTRI VANNES VANNES URBAN S VANNES CEDEXVENETIS VANNES VIDANGES 56 MOREACVIPE GESTION VANNES CEDEX VISIBLES VANNESSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 113
  • 115. RESO 56 RESO 56 GROUPEMENT DEMPLOYEURS CAFES - HOTELS – RESTAURANTS Place Yvonne Sarcey 56470 LA TRINITE SUR MER Tel : 06-59-93-77-28 Fax : 02-51-84-04-58 Email : reso56@orange.fr Président : Robert HUON Animatrice : Stéhanie LE GUEHENNECSecteur(s) d’activité du groupement hôtellerie restaurationBassin d’emploi concerné MORBIHANConvention collective appliquée CHRAnnée de création mars 2008Entreprises fondatrices 10Nb d’entreprises adhérentes 85Liste à jour des entreprises adhérentes et activité : Tableau jointMembres du Conseil d’Administration : Robert HUON, Matthieu MACCHABEY, Jean Yves MARCHAND, Madame SAVOURELNb de permanents du groupement 2Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 8 - CDD actuels 62Nb de postes en équivalent temps plein pour 2009 : 10.16 pour 2010 : 12.76Nb d’heures facturés en 2009 : 18505Nb d’heures facturés en 2010 : 7745Durée moyenne du contrat par entrepriseDurée moyenne du salariat dans le groupementTaux de turn-over du groupementChiffre d’affaires annuel : 337 461 euros (2009)Subventions accordées par an : - Montant 47 911€ - Origine Aides TPE et CAE/CUIPropriétaire des murs NONAdhérent à l’UGEF OUILabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj. : mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 114
  • 116. Liste des adhérents RESO 56 TY MALOU LA TRINITE SUR MER TUMULUS ASTORIA TY GWENN CARNAC TRAOU MAD LE PALAIS RESTECO BEDEE RESIDENCE LES ILES PENESTIN PENNARUN LE BIHAN ERGUE GABERIC OSTREA BISTROT DU MARIN FOUR A PIZZA LA TRINITE SUR MER OCEANE DE RESTAURATION VANNES CEDEX O QUEBEC LANESTER MOR BRAZ ST GILDAS DE RHUYS LES GRANDES ALPES COURCHEVEL CEDEX LES ASTERIES PLOEMEUR LE ZINC CAFE LA TRINITE SUR MER LE SUROIT SARZEAU LE SURCOUF LA TRINITE SUR MER LE RELAIS DE L OCEAN ST PIERRE QUIBERON LE RELAIS DE KERGOU BELZ LE QUAI GOURMAND LORIENT LE PEN DUICK ST PHILIBERT LE PAVILLON ST HERBLAIN LE MOUILLAGE LA TRINITE SUR MER LE MERCURE LORIENT LORIENT LE LODGE KERISPER LA TRINITE SUR MER LE CENIC PENESTIN LE BRETAGNE LE PALAIS LE BORD DE MER VANNES LA TOUR DE PISE CARNAC LA TERRASSE CARNAC LA ROSE TREMIERE PLOUHARNEL LA PLANCHA LA TRINITE SUR MER LA MARMOTTE LES GETS LA MAREBAUDIERE VANNES LA LIBERTE LORIENT LA GRANGE A JULES ARRADON LA GRANDE CALE ARZON LA FLEUR DE SEL THEIX LA BRASSERIE BLEUE VANNES L INFLEXIBLE ARZAL L ESCALE EN ARZ ILE D ARZ L ESCALE LOCMARIAQUER L EGLANTINE AURAY L AZIMUT LA TRINITE SUR MER L ATLANTIQUE VANNESSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 115
  • 117. KERAVEL VACANCES ERDEVEN KER ARNO CAMPING ST PHILIBERT HOTEL MACCHI CHATEL HOTEL LES OCEANES LORIENT HOTEL LE VICTOR HUGO LORIENT HOTEL LE GRAND LARGE BANGOR HOTEL LE CASTEL CLARA BANGOR HOTEL LE CARDINAL SAUZON HOTEL IBIS LORIENT CENTRE LORIENT HOTEL EUROPA QUIBERON CEDEX HOTEL DU LOCH AURAY HOTEL DES DRUIDES QUIBERON HOTEL DE LA PLAGE ST PIERRE QUIBERON HOTEL DE LA PLAGE DAMGAN HOTEL CELTIQUE CARNAC HOTEL BELLEVUE QUIBERON CEDEX GOLFE HOTEL VANNES ESCALE OCEANIA VANNES DOMAINE D INLY PENESTIN CREPERIE MARIE HELENE PONTIVY CHEZ PAULETTE CARNAC CHATEAU DU LAUNAY PLOERDUT CHATEAU DE LOCGUENOLE HENNEBONT CENTRAL HOTEL LORIENT CAMPING LES MENHIRS CARNAC CAMPING LES DRUIDES CARNAC CEDEX CAMPING KERZERHO ERDEVEN CAMPING DU LAC CARNAC CAMPING DO MI SI LA MI QUIBERON CAMPING DES ILES PENESTIN CAMPING DE LA PLAGE GUIDEL CAMPING DE LA BAIE LA TRINITE SUR MER CAMPING DE KERVILOR LA TRINITE SUR MER BREIZH HOTEL LE TOURBILLON CRACH BEST WESTERN LES RIVES DU TER LARMOR PLAGE BATEAU SUR L EAU LA TRINITE SUR MER BAR HOTEL LES PECHEURS LORIENT B AND B LANESTER AUX TERRASSES DE LA PLAGE LA TRINITE SUR MER AUBERGE DU PETIT MATELOT ST PIERRE QUIBERON ASTORIA LORIENT ALPES HOTEL DU PRALONG COURCHEVELSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 116
  • 118. GEDES 35 GEDES 35 22 Rue de Bellevue 35700 RENNES Tel : 02.23 20 48 35 E-mail : isabelle.gedes35@laposte.net Président : Pierre PASCAL Coordinatrice : Isabelle GEORGESSecteur(s) d’activité du groupement AssociatifBassin d’emploi concerné Département 35Convention Collective appliquée Convention nationale des centres sociauxAnnée de création 2005Entreprises fondatrices : Associations Cercle Paul Bert, Ligue de l’Enseignement, Association rennaise des centres sociaux, AROEVENNb d’entreprises adhérentes 70Liste à jour des entreprises adhérentes et cf. listeactivités :(Indiquez les membres du Conseil d’Administration)Nb de permanents du groupement 1.5Nb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 22 - CDD actuels 1Nb de postes en équivalent temps plein 13.5Nb d’heures facturées en 2009 16 684Durée moyenne du contrat par entreprise 20 heures mensuellesDurée moyenne du salariat dans le CDIgroupementTaux de turn-over du groupement pas de turnoverChiffre d’affaires annuel 345 286 euros (2009)Subventions accordées par an (2009)- Montant 33035 €- Origine Conseil Général, Conseil Régional,Propriétaire des murs et équipements VDRAdhérent à l’UGEF NONLabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj : mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 117
  • 119. Liste des adhérents GEDES 35A.D.I.P.H. 35 A.F.P.E.A.I.S. ETABLISSEMENT DE VITRE A.P.C. LA FILOISA.R.C.S. A.S.C.L. JEANNE D’ARCACTION EMPLOI CESSON AIR BREIZHALIVE DJ PRODUCTION APRASAPSARA FLAMENCO AROEVENBUG CANNELLECENTRE CULTUREL DU COLOMBIER CENTRE SOCIAL DU COGLAISCENTRE SOCIAL LA GUERCHE CERCLE PAUL BERTCHUBRI CIDFFCIELE CISSCOMITE VOLLEY BALL CRECHE TY BUGALECRES CSFDEFI DOMICILE ACTIONENFANCE VAL DILLE F.C.P.E FERME DE LA HARPEFed régionale des centres sociauxF.J.T AMITIES SOCIALES F.J.T. TREMPLIN VITRÉFRANCAS FRUITS DE LA PASSIONHANDISPORT RENNES CLUB JEUNES A TRAVERS LE MONDELA GIRAFE LANGUE ET COMMUNICATIONLEGITIME FOLIE Les ajoncsLES TRIPLETTES LIGUE DE L’ENSEIGNEMENT DU 35M.I.R. M.J.C. LE GRAND CORDELSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 118
  • 120. MAISON DE QUARTIER DE MAUREPAS MAISON DES SQUARESMAISON DU CANTON LOUVIGNE MAISON PIERRES ET NATURE MASMAISON VERTEMCE MJC CLEUNAY - ANTIPODEMJC Corps Nuds MQ LA BELLANGERAISNOS CHERUBINS O.I.S. CEZAM 35OPAR PEKEAPEPS PETITS POTESPOLICHINELLE RENNES DANSE ET PATINAGERESO SOLIDAIRE RIBAMBELLESEPAL SOLIDARITE ROUMANIE 35TERRE DES ARTS TIEZ BREIZTOUT ATOUT U.A.I.R.ULYSSE 35 VALSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 119
  • 121. G.E. SPORT BRETAGNE 4, avenue du Bois-Labbé CS 94 323 35 043 RENNES Cedex Tel : 02 99 84 38 96 E-mail : gautier.visseaux@profession-sport-loisirs.fr Président : Monsieur Christian JOSEPH Coordinateurs : Vanessa BERHAULT et Gautier VISSEAUXSecteur(s) d’activité du groupement secteur associatifBassin d’emploi concerné BretagneConvention Collective appliqué CCN SportAnnée de création mai 2006Entreprises fondatrices : groupement issu d’une association Profession SportNb d’entreprises adhérentes 85Liste à jour des entreprises adhérentes et Page suivanteactivitésNb de permanents du groupement 2 ETPNb de contrats gérés par le groupement : - CDI actuels 45 - CDD actuelsNb de postes en équivalent temps plein 4Nb d’heures facturées en 2009 15700Durée moyenne du contrat par entreprise Durée indéterminéeDurée moyenne du salariat dans le 3 ansgroupementTaux de turn-over du groupement 33 %Chiffre d’affaires annuel 416 000 euros (2009)Subventions accordées par an- Montant 97 000 €- Origine Conseil Régional, Conseil Général d’Ille et Vilaine, EtatPropriétaire des murs NONPropriétaire des équipements NONAdhérent à l’UGEF NONLabellisation via l’UGEF NONAdhérent au CRGE de Bretagne OUI Maj : avril 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 120
  • 122. ANNEXE N° 2 LES SOUTIENS FINANCIERS AUX GROUPEMENTS D’EMPLOYEURS Le Conseil régional de Bretagne Le Conseil Général du Finistère Le Conseil Général du MorbihanLe Conseil régional de BretagneSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 121
  • 123. Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 122
  • 124. Le Conseil Général du FinistèreSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 123
  • 125. AIDE AUX GROUPEMENTS D’EMPLOYEURS DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUEET INTERNATIONAL OBJET Favoriser la création et le démarrage de groupements d’employeurs, afin de : - permettre aux PME/PMI et exploitations agricoles de se regrouper pour employer une main d’œuvre qu’elles n’auraient pas, seules, les moyens de recruter ou pour pallier les fluctuations d’activités - lutter contre la précarité des emplois en constituant des CDI à temps plein et favoriser un meilleur accès à la formation. BENEFICIAIRES Groupements d’employeurs, dont les groupements locaux d’employeurs implantés dans le Finistère. CONDITIONS DE RECEVABILITE Les emplois éligibles sont les emplois salariés en contrat à durée indéterminée à temps plein créés dans les 18 mois suivant la création du groupement (les emplois saisonniers et à temps partiel sont exclus). MONTANT DE L’AIDE Subvention calculée sur la base d’un montant forfaitaire de 750 € par emploi créé dans la limite de 7 500 € par groupement. CONDITION D’OCTROI La subvention est octroyée par la Commission permanente du Conseil général du Finistère, sur proposition de la commission du développement économique. Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 124
  • 126. CONSTITUTION DU DOSSIERLe dossier de demande d’aide, constitué selon un modèle-type fourni sur demande, doit êtreproduit en 1 exemplaire au Conseil général du Finistère, direction du développementéconomique et international - 32, boulevard Dupleix - 29196 QUIMPER Cedex ( 02 98 7661 01).Le Conseil Général du MorbihanSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 125
  • 127. AIDE AUX GROUPEMENTS D’EMPLOYEURSBénéficiaires • Groupements d’employeurs (multi ou mono-sectoriels, y compris agricoles) ; • Groupements d’employeurs pour l’insertion ou la qualification (GEIQ) ; • Coopératives d’utilisation de matériel agricole (CUMA).Critères de recevabilitéJustifier du statut de groupement d’employeurs au sens du code du travail.Modalités financières • Groupements d’employeurs : Subvention de 1 000 € par emploi (à temps plein et à durée indéterminée), dans la limite de 10 emplois, pendant les 3 premières années à compter de la création du groupement ; • Groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification : Subvention de 400 € par emploi (en équivalent temps plein) ; • CUMA : Subvention de 1 000 € par emploi (à temps plein et à durée indéterminée), dans la limite de 10 emplois par CUMA, pendant les 3 années suivant la date de l’embauche du 1er salarié subventionné.Pièces à fournir • Lettre de demande, • Copie des statuts du groupement, • Récépissé de déclaration au journal officiel, • Copie des contrats de travail, • Relevé d’identité bancaire, • Numéro SIRET.Dépôt de la demande àM. le Président du conseil général du MorbihanDirection de l’insertion et de l’emploiHôtel du département - 2 rue Saint-Tropez – BP 400 – 56009 Vannes cedexTél. : 02.97.46.27.40 Mise à jour – Mai 2010Septembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 126
  • 128. ANNEXE N° 3 BIBLIOGRAPHIEBibliographieArticlesSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 127
  • 129. - GUILLOTTE Noémie, (janvier 2010), Un groupement d’employeurs teste la flexisécurité, Direction(s), n° p.18-19 70, - RAYNAUDON-KERZERRHO Maïwenn, (mars 2010), Vénétis révolutionne le temps partiel, Bretons, p.54-57Ouvrages - DALICHOUX Jean, FADEUILHE Pierre, (2008), Les groupements d’employeurs : le travail à temps partagé au service de l’emploi, 2ème édition, Editions Liaisons, Paris - DELALANDE Franck, BUANNIC Lionel, (2007), Groupements d’employeurs, mode d’emploi : Une forme d’emploi innovante pour les salariés et pour les entreprises, Eyrolles (collection : Ressources Humaines), ParisRapports/Etudes - Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprises, (octobre 2007), Les groupements d’employeurs : Une innovation pour créer des emplois et développer les PME, adresse URL : http://www.jeunesdirigeants.fr/Default.aspx?tabid=79 - CHAUDRON Thomas, (2009), Le tiers employeurs, ou comment conjuguer compétitivité et responsabilité dans la France du XXIème siècle, rapport remis à Monsieur Brice Hortefeux, ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville, adresse URL : http://www.ugef.fr/IMG/pdf/Rapport_tiers_employeur_final_pdf.pdf - Conseil Economique et social, (2002), Les groupements d’employeurs : un outil pour la croissance et l’emploi ?, adresse URL : http://www.conseil- economique-et-social.fr/ces_dat2/3-1actus/frame_derniers_rapports.htm - POISSON Jean-Frédéric, (2009), rapport sur la proposition de loi visant à faciliter le maintien et la création d’emplois, adresse URL : http://www.assemblee-nationale.fr/13/rapports/r1664.aspSites internetSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 128
  • 130. - www.legifrance.gouv.fr accès à la réglementation sur les groupements d’employeurs - www.ugef.fr site internet du réseau national des groupements d’employeurs - www.crgebretagne.fr site internet du réseau régional des groupements d’employeurs - http://leblogdesgroupementsdemployeurs.blogspot.com blog sur les groupements d’employeurs et leurs actualitésSeptembre 2010 Les groupements d’employeurs en Bretagne 129