Your SlideShare is downloading. ×
IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES DES RETENUES D’EAU DANS LA REGION NORD DU BURKINA FASO : CAS DE ZIGA, NINIGUI ET OUAHIGOUYA
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES DES RETENUES D’EAU DANS LA REGION NORD DU BURKINA FASO : CAS DE ZIGA, NINIGUI ET OUAHIGOUYA

81

Published on

Final Volta Basin Development Challenge Science Workshop, September 2013

Final Volta Basin Development Challenge Science Workshop, September 2013

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
81
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES DES RETENUES D’EAU DANS LA REGION NORD DU BURKINA FASO : CAS DE ZIGA, NINIGUI ET OUAHIGOUYA OUEDRAOGO Joachim ouedraogo_joachim@yahoo.fr Etudiant en Master II au department de géographie (Université de Ouagadougou) Contexte Le Burkina Faso, pays soudano-sahélien, est caractérisé par une irrégularité pluviométrique. Dans sa partie sahélienne, la production agricole est faible. Cela oblige les populations à s’orienter vers des stratégies d’ adaptation comme la production maraîchère autour des retenues d’eau. C’est le cas de Ziga, Ninigui et de Ouahigouya dans la province du Yatenga. Résultats  Il existe une gamme très variée de spéculations maraîchères. Les plus importantes sont : oignon, pomme de terre, chou, tomate, gombo, concombre, ail.  le revenu moyen net par exploitant varie selon les campagnes agricoles par ménage:  16 500 et 531 125 FCFA de 2006 à 2011 pour la pomme de terre (seuil de pauvreté 108 454 F CFA);  1 160 à 160 000 FCFA pour l’oignon.  75 % de la population enquêtée affirment que les quantités de céréale récoltées sur les aires du maraîchage sont plus importantes que partout ailleurs.Pictures CGIAR Challenge Program on Water and Food P.O. Box 2075,127 Sunil Mawatha Pelawatta, Battaramulla, Sri Lanka T: +94 11 288 0143 F: +94 11 278 4083 E: cpwfsecretariat@cgiar.org www.cgiar.org www.waterandfood.org This document is licensed for use under a Creative Commons Attribution –Non commercial-Share Alike 3.0 Unported License August 2013 Septembre 2013 Objectif L’objectif est d’analyser la contribution du maraîchage autour des retenues d’eau à l’amélioration des conditions de vie des riverains. Il s’agit spécifiquement de :  énumérer les différentes spéculations de contre-saison ;  évaluer la contribution des cultures de contre-saison à l’amélioration des conditions de vie des ménages ;  montrer la contribution des intrants utilisés en contre-saison sur les cultures pluviales. Méthodologie  la revue de littérature  Les enquêtes de terrain ont concerné 87 ménages, 3 focus group, un questionnaire adressé aux services techniques d’agriculture  L’analyse et le traitement de données About CPWF The CGIAR Challenge Program on Water and Food was launched in 2002. CPWF aims to increase the resilience of social and ecological systems through better water management for food production (crops, fisheries and livestock). CPWF currently works in six river basins globally: Andes, Ganges, Limpopo, Mekong, Nile and Volta. CPWF is a member of the CGIAR Water, Land and Ecosystems Research Program. The program focuses on the three critical issues of water scarcity, land degradation and ecosystem services, as well as sustainable natural resource management. CGIAR is a global agriculture research partnership for a food secure future. Its science is carried out by the 15 research centers who are members of the CGIAR Consortium in collaboration with hundreds of partner organizations. Conclusion L’ irrigation paysanne contribue à l’amélioration des revenus des ménages. Des initiatives doivent être développées pour la réduction de la pauvreté à travers les différents usages de l’eau. Des études approfondies pourraient contribuer à mieux cibler les investissements et la diffusion des informations et des technologies relatifs au maraîchage. Zone d’étude Barrage de Ninigui, juin 2012 Récolte de concombre à Tougzagué Récolte de la pomme de terre

×