Your SlideShare is downloading. ×
IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES DES RETENUES D’EAU DANS LA REGION NORD DU BURKINA FASO : CAS DE NINIGUI, ZIGA ET OUAHIGOUYA
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES DES RETENUES D’EAU DANS LA REGION NORD DU BURKINA FASO : CAS DE NINIGUI, ZIGA ET OUAHIGOUYA

949

Published on

CPWF Volta Science Workshop: Targeting and Scaling Agricultural Water Management Interventions

CPWF Volta Science Workshop: Targeting and Scaling Agricultural Water Management Interventions

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
949
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
9
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. IMPACTS SOCIO-ECONOMIQUES DES RETENUES D’EAU DANS LA REGION NORD DU BURKINA FASO : CAS DE NINIGUI, ZIGA ET OUAHIGOUYA Présenté par: Pr DA D.E.C., MC,HDR OUEDRAOGO Joachim Jennie BARRON, Ph.D, M.ScOuedraogo_joachim@yahoo.frAu Burkina Faso, l’agriculture est essentiellement pluviale. Pour s’adapter aux nouvelles données du climat, les populations s’adonnent à la production de cultures maraîchères. Aussi, les culturespluviales bénéficient-elles de l’effet de rente de celles de contre-saison. Mais le problème récurent est l’accessibilité aux parcelles productives à cause d’une forte demande des ménages. Denombreux efforts ont été faits par les différents acteurs de la filière agricole (coopératives, Etat, ONG) pour apporter des solutions, notamment les techniques de conservation des eaux et des sols etd’agroforesterie (CES/AGF). L’hypothèse globale stipule que les retenues d’eau sont un atout pour la pratique de cultures de L’objectif principal de cette étude vise à analyser la contribution des activités autour des contre-saison . retenues d’eau dans l’amélioration des conditions de vie de riverains. Le maraîchage apporte des compléments au régime alimentaire de base grâce à la part de Analyser le régime alimentaire des ménages ; l’autoconsommation; Evaluer la contribution des cultures de contre-saison dans l’amélioration des revenus Le maraîchage contribue à l’amélioration des revenus des ménages; des ménages; L’arrière effet des cultures de contre-saison accroît les rendements de celles pluviales. Apprécier les quantités de céréales récoltées sur les aires du maraîchage. L’approche méthodologique adoptée est celle systémique. Les méthodes quantitatives et qualitatives guideront nos différentes investigations sur le terrain. La méthode d’échantillonnage utilisée est le sondage aléatoire. Il a l’avantage de donner à tous les chefs de ménage la même chance de faire partie de l’échantillon. Au total 87 producteurs ont été enquêtés dont 48 femmes, et 3 focus-groupes réalisés pour les 3 sites, Ouahigouya, Ninigui et Ziga. Pour la cartographie, les logiciels ARCVIEW 3.a, ENVI 4.5 seront utilisés. Les graphiques, la saisie du texte s’effectueront sous Microsoft Office 2007. Pour le dépouillement des données des enquêtes, le logiciel Sphinx sera utilisé. PRODUCTION MARAICHERE DE NINIGUI EVOLUTION DES SURFACES EMBLAVEES DE NINIGUIN Surface (ha) 25 900 Production (t) 800 700 20 600 500 15 400 300 200 10 100 0 Oignon Oignon semence Pomme de terre Choux Laitue Piment sec 5 consommation 0 Oignon consommation Oignon semence Pomme de terre Choux Laitue Piment sec 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2011-2011 2006‐2007 Somme de Surface (ha) 2007‐2008 Somme de Surface (ha) 2008‐2009 Somme de Surface (ha) 2009‐2010 Somme de Surface (ha) 2011‐2011 Somme de Surface (ha) Les cultures pluviales bénéficient de l’effet de rente du maraîchage; Le maraîchage apporte un complément alimentaire des producteurs et du fourrage pour le cheptel; Les paysans à Ouahigouya utilisent les eaux des zones d’emprunt pour l’irrigation des cultures maraîchères; Le maraîchage contribue à améliorer de l’habitat et les conditions de vie; Une même parcelle utilisée en saisons sèche et humide à Ninigui, juin 2012 Le maraîchage permet aux femmes de prendre en charge certaines dépenses; La mévente des produits du maraîchage, surtout l’oignon ; Cependant le comblement des retenues d’eau et l’essor de l’orpaillage limitent la production des cultures de contre-saison; Les producteurs sont organisés soit en coopérative, soit en union pour défendre leur intérêt. Grange de stockage de pomme de terre et d’oignon à Ninigui Mars 2012 Les retenues d’eau représentent le principal facteur de production de cultures maraîchères. Les producteurs arrivent à s’autosuffir, et dégager un surplus pour palier à la pénurie de vivres liée à la mauvaise répartition spatio-temporelle des pluies. Les sites du maraîchage bénéficient d’une fertilisation spécifique qui favorise la bonne croissance des cultures pluviales. Les retenues d’eau permettent aux populations de s’adapter aux nouvelles données du climat. Juillet 2012 Ce travail a été supporté financièrement par le projet CPWF-V1, TARGETING AND SKELLING OUT

×