http://docnum.info       Continuité documentaire du lycée à l’Université :     résultats d’une expérimentation originale d...
- La bibliothèque constitue toujours un environnementdocumentaire complexe (organisation desconnaissances, classification,...
Fracture numérique:Des formations aux usagers (des bibliothèques)                      à l’imprégnation numérique des Digi...
« Deux éléments caractérisent aujourdhui laccèsaux ressources documentaires.        Dun côté, lextrême dispersion ou varié...
"Ainsi lobservation du fonds général du SCD, après plusde 30 ans daccroissement, amène à sinterroger sur lesraisons de lim...
« Nous vous rappelons que tous les étudiants, enseignants-chercheurs et personnels non enseignants peuvent avoir àaccès à ...
Lee portail documentaire de l’Université d’Artois- La plupart des recherches effectuées passent parl’encart recherche rapi...
Une situation de fracture généralisée
« Toutefois, malgré leur longue histoire et en dépit desimmenses efforts consacrés à leur développement, lescatalogues inf...
"…En effet, un nombre important de recherches montreque les sites Web sont difficiles d’accès et d’utilisation parles inte...
« L’idéal est d’avoir une bibliothèque numérique très  utile et très utilisable. Pour savoir si un système  d’information ...
"La recherche à travers les tables de classificationest relativement aisée pour le bibliothécaire quiconnaît bien le systè...
Explorer les connaissances sans être savant«   …la transcription [d’un besoin conceptuel en unerequête]     nécessite un v...
"…Or cet outil exceptionnel (les grandes classes dessystèmes anciennes de la connaissance) nest bientôt plusdisponible que...
Un modèle conceptuel construit sur 3 élémentsrévélant la cohérence de lobjet "bibliothèque" :   1) La classification ;   2...
Continuité documentaire lycée-Université  Optimiser la formation à la recherche      documentaire des étudiants           ...
Quant à la formation documentaire dans l’enseignementsecondaire, elle est non seulement « discontinue eterratique » mais «...
- Centre de Documentation et d’Information   (CDI) : univers documentaire restreint- Outils technologiques limités (BCDI,m...
Une expérimentation visant à relier lesenseignements de recherche documentairedispensés aux lycéens à l’utilisation desres...
Un OPAC identique (pour chaque lycée etadapté à sa base bibliographique) à celuiutilisé par le SCD de l’Université d’Artoi...
Un dispositif expérimental pour les CDI des lycées(action expérimentale « continuité Lycée / Université »
Quelques résultats de l’expérimentation 2009-2010 (protocole commun d’évaluation : session de formation etexercice de rech...
- Le « nuage de termes » que renvoie le logiciel àchaque recherche ouvre ainsi beaucoup de portes «Dans BCDI, il faut avoi...
- Une expérimentation qui va s’étendre à 20  lycées (université d’Artois) pour l’année             scolaire 2011/2012- Une...
Continuite documentaire du lycée à l'université_Papy_Leblond
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Continuite documentaire du lycée à l'université_Papy_Leblond

925

Published on

Colloque, Sciences de l’information, Shippagan, Canada. Action collaborative de continuité ayant permis de relier les enseignements documentaires destinés aux lycéens et aux étudiants dans le but d’augmenter l’efficacité des formations à l’information. Réalisation d’un groupe de bibliothécaires, professeurs-documentalistes et chercheurs de l’Académie de Lille et l’Université d’Artois, France

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
925
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Continuite documentaire du lycée à l'université_Papy_Leblond

  1. 1. http://docnum.info Continuité documentaire du lycée à l’Université : résultats d’une expérimentation originale de formation à l’information entre documentalistes de lycées, bibliothécaires en universités et chercheurs en Sciences de l’Information Fabrice PAPY Corinne LEBLONDProfesseur des Universités en Sciences Conservateur d’Etat de Bibliothèquede l’Information et de la Communication Directrice du SCD de l’Université d’Artois fabrice.papy@univ-nancy2.fr corinne.leblond@univ-artois.fr 3e COlloque Spécialisé en Sciences de l’Information (COSSI) – Université de Moncton Campus de Shippagan – 8 & 9 juin 2011
  2. 2. - La bibliothèque constitue toujours un environnementdocumentaire complexe (organisation desconnaissances, classification, notices, autorités-matières, services multiples, etc.) - L’hybridation physique/virtuelle et la généralisationdes ressources numériques accroît cette complexité etconduit à une sous-utilisation des fonds (stratégiescognitives). - La formation documentaire des usagers est toujoursindispensable - L’acquisition des compétences informationnelles ettechnologiques est un processus long et complexe - Les bibliothèques universitaires ne peuvent plusformer davantage d’étudiants (moyens techniques,humains et financiers limités)
  3. 3. Fracture numérique:Des formations aux usagers (des bibliothèques) à l’imprégnation numérique des Digital natives
  4. 4. « Deux éléments caractérisent aujourdhui laccèsaux ressources documentaires. Dun côté, lextrême dispersion ou variétéde loffre, la qualité souvent inégale desressources et la diversité des modes daccèscontribuent à rendre plus difficile la recherchedinformations. De lautre, on observe que les usagers,quoique souvent mal armés, souhaitent à juste titreêtre autonomes dans leur démarche en maîtrisantle processus de recherche documentaire » Claude Jolly, BBF, 2001, Paris, t.46, n°6, p. 53
  5. 5. "Ainsi lobservation du fonds général du SCD, après plusde 30 ans daccroissement, amène à sinterroger sur lesraisons de limportance – visible et invisible – dunconsidérable fonds en sommeil tous secteursconfondus.Appartient à ce fonds tout document nayant pas étéemprunté depuis au moins un an, certains nayantjamais été sortis depuis leur mise en rayons…" Charte pour le développement des collections à la bibliothèque de luniversité Paris 8, 2005
  6. 6. « Nous vous rappelons que tous les étudiants, enseignants-chercheurs et personnels non enseignants peuvent avoir àaccès à : - 19 000 titres de périodiques électroniquesaccessibles (…) - 35 bases de données numériques (…) Ilest important davoir à lesprit que le service ainsi rendua un coût considérable qui saccroît toujours plus. Ainsi,le budget 2008 alloué à la documentation électronique(abonnements aux bases de données et accès auxpériodiques en ligne payants) sélève à 175 000 euros. Tout le monde saccordant en principe sur limportancedes ressources électroniques pour les étudiants et lesenseignants chercheurs, il conviendrait donc que cela setraduise dans les faits, car, jusqu’à nouvel ordre, lesbases de la bibliothèque sont fort peu utilisées."La consultation de la « documentation en ligne », liste de diffusion del’Université Paris 8 à tous les personnels, 25 février 2008
  7. 7. Lee portail documentaire de l’Université d’Artois- La plupart des recherches effectuées passent parl’encart recherche rapide (recherche type Google uneligne de saisie – un clic) malgré la généralisation desformations et la valorisation des ressources numériquesspécifiques.- Il apparaît donc que l’offre dans ce domaine nestructure pas vraiment la demande et quel’appropriation des services personnalisés et de l’offrenumérique nécessite une médiation constante, un effortde formation des usagers toujours renouvelé et unevéritable réflexion sur l’adéquation des ressourcesproposées aux besoins des usagers. Corinne LEBLOND, Mediadix, Juin 2009
  8. 8. Une situation de fracture généralisée
  9. 9. « Toutefois, malgré leur longue histoire et en dépit desimmenses efforts consacrés à leur développement, lescatalogues informatisés des bibliothèques posent encoredes difficultés indéniables, certaines liées à leurplus ou moins grande convivialité, d’autres auxhabiletés techniques des utilisateurs. Après avoircontribué à régler certaines difficultés historiques descatalogues, les TIC en raison de leurs immensescapacités sans cesse améliorés, ont-elles-mêmesgénéré de nouveaux problèmes, notamment ceux liés àla naissance des méga-catalogues » p. 117, Hélène ROUSSEL, « Les collections numériques, le développement dans la continuité », in Usages et Pratiques dans les Bibliothèques numériques, F. Papy (dir), Hermes-Lavoisier, 2007
  10. 10. "…En effet, un nombre important de recherches montreque les sites Web sont difficiles d’accès et d’utilisation parles internautes. Ils ne répondent pas entièrement auxbesoins et aux capacités cognitives desinternautes (…) Certaines de ces difficultés ont traitprincipalement à la prise en compte des besoins del’utilisateur : les concepteurs ne parviennent pas à prendreen compte effectivement et efficacement les besoins deces derniers, bien qu’ils soient eux-mêmes internautes. » A. Chevalier, « Pourquoi les sites Web sont-ils difficiles à utiliser ? Quelques éléments de réponse » in Ergonomie des documents électroniques, A. Chevalier et A. Tricot (dir), PUF, 2008
  11. 11. « L’idéal est d’avoir une bibliothèque numérique très utile et très utilisable. Pour savoir si un système d’information est utile, il suffit généralement de réaliser des études de marché, d’identifier les attentes et besoins des utilisateurs et de comparer le système avec ceux qui existent déjà. Or de telles études semblent être rarement réalisées a priori. »Jérôme DINET, «Comportements et stratégies des utilisateurs dans lesbibliothèques numériques : l’apport de l’ergonomie », in Usages etPratiques dans les Bibliothèques numériques, F. Papy (dir), Hermes-Lavoisier, 2007
  12. 12. "La recherche à travers les tables de classificationest relativement aisée pour le bibliothécaire quiconnaît bien le système de classification quil aadopté pour classer ses livres ou les fiches de soncatalogue et qui soriente sans difficulté du"générique au spécifique" ou bien, inversement enremontant les subdivisions vers la classe principale.Il nest est pas de même de lutilisateur qui nestpas familier du système et qui, sauf exception, nese soucie pas den déchiffrer les arcanes" Paule Salvan . "Esquisse de lévolution des systèmes de classification", E NSB, Paris, 1972, page 18
  13. 13. Explorer les connaissances sans être savant« …la transcription [d’un besoin conceptuel en unerequête] nécessite un vocabulaire étendu, dontl’utilisateur, s’il n’est pas compétent dans le domaine,ne dispose pas. Le problème est donc d’aiderl’utilisateur à trouver les mots avec lesquels, il vatranscrire et préciser la question à laquelle il pense… »A. Cattenat, G. Paul, Thésaurus ou non ou comment interroger desbases de données textuelles sans être savant, 2e confèrenced’informatique appliquée, Univ. Paris 8, octobre 1992
  14. 14. "…Or cet outil exceptionnel (les grandes classes dessystèmes anciennes de la connaissance) nest bientôt plusdisponible que pour une partie résiduelle de noscatalogues de bibliothèque (…) Leur usage en est ainsidémultiplié par leur mise en ligne ultérieure, maisparadoxalement ce développement encore inimaginable ily a peu de laccès aux collections saccompagne dunedégradation qualitative du fait dune conceptionréductrice et malheureusement dominante de cesnouvelles interfaces…"Richard Roy, Pour une approche « conviviale » de laccès à distance aux collections des bibliothèques publiques, ISKO 2003, Grenoble, France
  15. 15. Un modèle conceptuel construit sur 3 élémentsrévélant la cohérence de lobjet "bibliothèque" : 1) La classification ; 2) Les notices bibliographiques ; 3) Les autorités-matières RAMEAU. Trois "systèmes sémio-cognitifs" autonomes mais qui fonctionnent en relations discrètes.
  16. 16. Continuité documentaire lycée-Université Optimiser la formation à la recherche documentaire des étudiants en l’ancrant dans la formation à l’information (obligatoire) des lycéens
  17. 17. Quant à la formation documentaire dans l’enseignementsecondaire, elle est non seulement « discontinue eterratique » mais « les professeurs-documentalistesde lycées et les bibliothécaires des universités nese fréquentent pas alors qu’ils partagent desobjectifs communs de médiation dans l’accès à laconnaissance », Jean-Louis DURPAIRE, Daniel RENOULT, « L’accès et la formation à la documentation du lycée à l’université : un enjeu pour la réussite des études supérieures », Rapport IGEN-IGB, n°2009-000, 2 mars 2009, 65 pages
  18. 18. - Centre de Documentation et d’Information (CDI) : univers documentaire restreint- Outils technologiques limités (BCDI,moteurs de recherches du Web, rares basesde données) et différents des outils utilisésen BU- Structuration et indexation des ressourcesmoins rigoureuse que dans les BU (politiquedocumentaire)- En revanche, le CDI est un lieu de formationsystématique des lycéens à la recherched’informations
  19. 19. Une expérimentation visant à relier lesenseignements de recherche documentairedispensés aux lycéens à l’utilisation desressources (au sens large) de la bibliothèqueuniversitaire (vecteur technologique ettechnique). Une université et son réseau de bibliothèques : l’Université d’Artois + 8 lycées (volontariat des professeurs- documentalises) de la région +
  20. 20. Un OPAC identique (pour chaque lycée etadapté à sa base bibliographique) à celuiutilisé par le SCD de l’Université d’Artois http://visualcatalog.univ-artois.fr & http://visualcdi.univ-artois.fr (Classification Dewey (libellés), RAMEAU, MotBis, expansion de requêtes, … )
  21. 21. Un dispositif expérimental pour les CDI des lycées(action expérimentale « continuité Lycée / Université »
  22. 22. Quelques résultats de l’expérimentation 2009-2010 (protocole commun d’évaluation : session de formation etexercice de recherche documentaire)- Le VisualCDI apporte aux élèves une plus grandecompréhension des principes de structuration desclassifications et d’une utilisation pragmatique decelles-ci- L’approche de la catégorisation induite par la Deweyleurs suggère une autre façon d’apprendre, de cernerun sujet et d’en percevoir les contours, de s’approprierles domaines de savoir et de percevoir lestransversalités enrichissantes - le VisualCDI permet d’augmenter sensiblement ce champ lexical en le complétant automatiquement de nouveaux termes hérités de Motbis et du répertoire d’autorité-matière RAMEAU
  23. 23. - Le « nuage de termes » que renvoie le logiciel àchaque recherche ouvre ainsi beaucoup de portes «Dans BCDI, il faut avoir une idée précise de son sujetdès le départ, dans VisualCDI, on a plus d’idées pourchoisir. Quand on ne sait pas où on va, VisualCDI,c’est bien ! »- Passer par deux interfaces différentes se révèleformatrice et constructrice de sens pour les élèves.Les professeurs-documentalistes ont constaté que lanotion de logiciel documentaire et d’interface étaitmieux comprise- VisualCDI a donné l’impression aux élèvesd’explorer « à fond le fonds » par les mots-clés et laDewey, BCDI de pouvoir choisir les documents pré-repérés par VisualCDI en validant leur pertinence parle résumé et de rédiger la bibliographie
  24. 24. - Une expérimentation qui va s’étendre à 20 lycées (université d’Artois) pour l’année scolaire 2011/2012- Une généralisation prévue à tous leslycées de l’académie de Lille pour 2012-2013 (passerelle documentaire VisualCatalog pour les 6 universités del’académie, financé par le PRES Lille Nordde France )

×