• Save
Les bases d'un reseautage reussi_C_Holik
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Les bases d'un reseautage reussi_C_Holik

on

  • 743 views

Colloque, Sciences de l’information, Shippagan, Canada. Présentation de deux réseaux professionnels centrés sur l'étude des archives électroniques et des facteurs clés conditionnant le bon ...

Colloque, Sciences de l’information, Shippagan, Canada. Présentation de deux réseaux professionnels centrés sur l'étude des archives électroniques et des facteurs clés conditionnant le bon fonctionnement de ces réseaux et l'aboutissement de leurs travaux.

Statistics

Views

Total Views
743
Views on SlideShare
743
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Les bases d'un reseautage reussi_C_Holik Les bases d'un reseautage reussi_C_Holik Presentation Transcript

  • LES BASES D UN RESEAUTAGE REUSSI Etude comparative de deux groupes de travail Clarisse Holik Archives départementales de Seine MaritimeCOSSI 2011 Clarisse Holik 1
  • QUELQUES PRECISIONS• La tendance archives en France et au Canada• Les associations professionnelles• Incontournables dans le domaine du traitement de l information• Travail bénévoleCOSSI 2011 clarisse Holik 2
  • RESEAU• Au XIIème siècle, le mot désignait un « filet pour prendre des animaux »• Télévision ou téléphone COSSI 2011 clarisse Holik 3 View slide
  • CONTEXTE• Avec l’avènement du numérique se pose la question suivante : comment préserver de manière pérenne des documents stockés sur un support éphémère ?• La notion de Cycle de vie du document apparaît• Toutefois, elle est rarement prise en compte dans les organisations• Enfin, des métiers différents interviennent tout au long de ce cycle de vie sans avoir de culture commune COSSI 2011 clarisse Holik 4 View slide
  • COSSI 2011 clarisse Holik 5
  • LE GROUPE PIN• En 2000 à l’issue d’un colloque des archivistes, des ingénieurs et des informaticiens désirent continuer à travailler ensemble et constituent un groupe de travail : le groupe PIN comme Pérennisation des Informations Numériques. Il s’appuie sur l’association Aristote qui regroupe de grandes écoles de formation d’ingénieurs, les Archives Nationales, la Bibliothèque nationale de France et le Commissariat à l’énergie atomique.• Plus de 40 personnes issues des grands comptes cités plus haut y participent. Les compétences sont également très diverses. Claude Huc, du centre national d’études spatiales en est l’âme et la cheville ouvrière. COSSI 2011 clarisse Holik 6
  • OBJECTIFS• Echange de savoirs, savoir-faire et expérience dans le domaine de la pérennisation.• Contribuer à lémergence de solutions pratiques et fiables pour la pérennisation des informations.• Méthodes : veille informative et retours d’expériences, publication de manuels pratiques (Dhérent, 2002 ; Poivre, 2004 ; Banat-Berger, 2009), animation de session de formation et organisation de formation dont une formation universitaire de niveau BAC + 5 COSSI 2011 clarisse Holik 7
  • FONCTIONNEMENT• Un site (http://pin.association.aristote.fr) sur lequel les comptes rendus de réunion et les présentations des intervenants, classées par thème, sont disponibles.• Un forum de messageries par internet• Réunion une fois par trimestre avec l’ensemble des participants ; au siège social du Centre National d’Etudes Spatiales à Paris.COSSI 2011 clarisse Holik 8
  • THEMATIQUES PIN• Evaluation de format de données et des supports de restitution• Les normes (OAIS, MoReq2, ISADG)• La politique d’archivage• Les métadonnées, le plan de classement• La cinétique du versement• Retours d’ expériences BNF INA CINES• Les Systèmes d’ information géographiques COSSI 2011 clarisse Holik 9
  • LA CULTURE PIN• Chaque participant a conscience du caractère stratégique de la pérennisation, pérennisation qu’il tentera de mettre en place dans son institution.• Lieu non-marchand et non concurrentiel, lieu d’échanges des savoirs et des expériences, le groupe PIN rappelle parfois les débuts d’Internet.• C’est un lieu d’action où l’on cherche des solutions.• Cette expérience na pas de précédent en France. Mais elle a une fille : la Commission Archives Electroniques de lAssociation des archivistes français. COSSI 2011 clarisse Holik 10
  • LA COMMISSION ARCHIVES ELECTRONIQUES AAF• En 2004, lancement du groupe• Au sein de la section Archives d’entreprise de l’Association des Archivistes Français, partant du constat que les informaticiens et les prestataires redécouvraient les bases du métier d’archiviste, des archivistes, des informaticiens travaillant pour un service d’ Archives décident de créer un groupe de travail pour :COSSI 2011 clarisse Holik 11
  • OBJECTIFS• Élaborer et diffuser sur l’espace adhérent du site Internet de lAAF des fiches conseils et des fiches de synthèse sur larchivage électronique ;• Faire du lobbying auprès des différents acteurs du monde de l’archivage électronique ;• Être force de proposition au sein de lAAF pour tous les sujets liés à larchivage électronique. COSSI 2011 clarisse Holik 12
  • COMPOSITION• 13 membres permanents, archivistes ou informaticiens issus du monde de lentreprise et du secteur public : recherche, monde médical, avocats d’affaires, prestataire en archivage• Des experts sont ponctuellement associés• Deux sous-groupes « Archives Municipales, Archives Electroniques « et « animer un projet d’e-archivage dans la sphère publique »COSSI 2011 clarisse Holik 13
  • FONCTIONNEMENT• Réunions mensuelles avenue des Champs Elysées à PARIS mise en commun et synthèse des travaux individuels• Travaux individuels : un binôme référent par thème• Echanges par courriel• Participation à des salons ( FAN Club) et conférences (Genève 2010)• Décisionnaires : Frédérique Fleisch (animation intellectuelle) et Anita Frieh (logistique) COSSI 2011 clarisse Holik 14
  • Les publications 8 fiches• Les règles de nommage des fichiers 2011• Le plan de classement• Les facteurs de coûts pour la mise en place d’un système d’archivage électronique• Conseils pour rédiger le cahier des charges du SAE ainsi que la liste des attentes des archivistes vis à vis du SAE• L’archivage des e-mails• Qu’est-ce que l’archivage électronique ?• Le rôle du tiers archiveur• Le rôle des différents acteurs d’un projet d’archivage électronique 2005 COSSI 2011 clarisse Holik 15
  • ENSEIGNEMENT• Participation à l’élaboration de stages professionnels sur l archivage électronique avec le centre de formation de l’AAF et le centre de formation du Service Interministériel des Archives de France• Et dispense de cet enseignementCOSSI 2011 clarisse Holik 16
  • POINTS COMMUNS• Nés de l’absence d’expériences concrètes dans leur domaine le groupe PIN et la Commission Archives Electroniques présentent tous les deux un mode dorganisation rigoureux centré sur un animateur énergique, et demandent une réelle discipline de travail• Les participants sont motivés et tentent de mettre en place une stratégie « Archives Electroniques » dans leurs établissementsCOSSI 2011 clarisse Holik
  • POINTS COMMUNS suite• Les buts sont clairement identifiés : trouver des solutions pratiques et fiables pour la pérennisation des informations et mettre au point de fiches techniques utiles prouvant le rôle primordial de larchiviste dans lédification de solutions,• Mais peut-on en tirer des principes pour établir les bases d’un bon fonctionnement ? COSSI 2011 clarisse Holik 18
  • Bases du réseautage• Des règles de conduite précises : une gestion de projet, un partage des tâches, une scission entre organisation matérielle et organisation intellectuelle, un appel collaboratif aux réseaux de chaque participant et des réunions périodiques dans des lieux prestigieux nécessitant un déplacement physique• Les participants ont plaisir à travailler ensemble ce qui renforce le sentiment d’appartenance• Le facteur humain ? COSSI 2011 clarisse Holik 19
  • Pour chaque participant • Les réseaux professionnels existent depuis longtemps. La nouveauté vient de l’interdisciplinarité qui offre la possibilité d’établir des ponts entre les catégories différentes et de réorganiser l’information. • Appartenir à un groupe de travail actif dans un domaine transdisciplinaire donne le pouvoir d’être informé plus vite, mutualise les efforts et améliore la reconnaissance. • Comment s’inscrire dans la durée ?COSSI 2011 clarisse Holik 20
  • CONCLUSIONLes liens entre les deux groupes de travails’officialisent de même que les liens avec d’autresinstitutions comme le service « Formation » de laDirection des Archives de France. La force de cesgroupes de travail qui tenait à la motivation desparticipants, à la réflexivité de l’organisation enréseau et à l’absence presque totale d’expériencesde terrain dans leur domaine d’étude, va-t-elleperdurer ? Ces groupes de travail seront-ils aussipérennes que l’objet de leurs études ? COSSI 2011 clarisse Holik 21
  • MERCI COSSI 2011 clarisse Holik 22