M t Dents
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
4,400
On Slideshare
4,400
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
35
Comments
0
Likes
2

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Rendez-vous de prévention M’T dents : Comment inciter toujours plus d’enfants et d’adolescents à aller régulièrement chez le dentiste ? Campagne 2009 27 mars 2009 Contact presse : Franca Vissière 01 41 49 47 30 franca.vissiere@harrison-wolf.com
  • 2. L’OFFRE M’T dents, une offre de prévention proposée par l’Assurance Maladie Depuis 2007, l’Assurance Maladie offre aux enfants et adolescents âgés de 6, 9, 12, 15 et 18 ans des rendez-vous de prévention M’T dents. La santé bucco-dentaire des jeunes, un enjeu prioritaire de la politique de prévention de l’Assurance Maladie • Une mauvaise hygiène bucco-dentaire induit des pathologies importantes (caries, parodontapathie, etc.). Elle est souvent un des premiers signes d’exclusion sociale et de précarité. • Au-delà de la sensibilisation, la prévention en matière d’hygiène bucco-dentaire à l’égard des enfants et des adolescents est essentielle pour les inciter dès le plus jeune âge à prendre soin de leurs dents et acquérir le réflexe de consulter régulièrement un dentiste. • La stratégie de prévention engagée par l’Assurance Maladie et les organismes professionnels est claire : développer des actions ciblées par tranche d’âge, en fonction d’indicateurs avérés, avec un plan de soins précis. • C’est pourquoi l’Assurance Maladie, en partenariat avec les chirurgiens-dentistes ont créé M’T dents. M’T dents, comment ça marche ? Les enfants et les adolescents de 6, 9, 12, 15 et 18 ans reçoivent une invitation, un mois avant la date de leur anniversaire. Leurs parents prennent rendez-vous avec le dentiste de leur choix. 1- Un rendez-vous 2- Des soins remboursés de prévention gratuit à 100% si nécessaires Le dentiste* fait un examen complet des Si le dentiste détecte des caries ou d’autres dents et de la bouche et donne des conseils problèmes dentaires, l’enfant peut revenir d’hygiène dentaire en fonction de l’âge. effectuer les soins et bénéficier d’une prise en charge totale. * Les médecins stomatologistes peuvent également réaliser cet examen. 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 3. L’OFFRE Les résultats 2 ans après son lancement : des résultats encourageants La fréquentation des 80 % enfants de 6 et 12 ans a considérablement augmenté 40 % 35,3 70 % 35 % Taux de recours général des 6 et 12 ans au chirurgien-dentiste : 60 60 % 30 % 80 % 40 % 35 % 50 50 % 35,3 25 % 70 % 43 35 % 30 % 60 40 % 20 % 60 % 30 % 14,9 25 % 50 30 % 27 15 % 50 % 25 % 43 20 % Près d’1 enfant sur 2 10 % 20 % 40 % âgé de 6 ans a consulté un 20 % 1 10 % chirurgien-dentiste en 2008 14,9 5% 15 % 30 % 27 15 % 0% 0% 10 % 20 % 6 ans 12 ans 10 % 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 10 % 5% 5% Taux 2008 Taux 2008 (année complète) 0% Taux 2006 0% Taux 2007 (à partir d'avril) 0% 6 ans 12 ans 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 ans Tota Taux 2008 Taux 2008 (année complète) Le taux de participation aux rendez-vous M’T dents Taux 2007 (àhausse sur l’ensemble des Taux 2006 est en partir d'avril) classes d’âges 40 % 120 000 A 35,3 35 % 54 % A 51 % Taux d’EBD* (Examen Bucco-Dentaire ou rendez-vous M’T dents) au 31 décembre de chaque année : 100 000 30 % 40 % 120 00035 % Année 2008 55 % 80 000 25 % 35,3 Année 2007 35 % 29 51 % 54 % (+ 400 000 enfants) 29 % 30 % 100 000 20 % 60 000 30 % 25 % 15 % *Taux calculé en faisant 55 % 14,9 80 000 37 % 25 % 20 % 29 % 40 000 le rapport du 39 % nombre 39 % 10 % 20 % d’EBD remboursés sur 39 60 000 50 % 15 % 14,9 20 000 18 % 5% la population protégée. 15 % 14,9 37 % 39 % 40 000 390 % % 10 % 0 10 % 39ans 6 % 9 ans 12 ans 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 1 5% 20 000 5 % 18 % Taux 2008 (année complète) 0% Taux 2007 (à partir d'avril) 0 0% 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 ans 6 ans (6-18 9 ans Total ans) 12 ans 15 ans 18 ans Taux 2008 (année complète) En 2008, 400 000 enfants supplémentaires se sont rendus chez le dentiste pour effectuer Taux 2007 (à partir d'avril) un rendez-vous de prévention M’T dents, ce qui porte le taux de participation à 29 %120 000% (15 en 2007). Si des progrès significatifs ont été enregistrés sur l’ensemble des classes 51 % 54 % 100 000 d’âge, on soulignera : • Une progression très encourageante chez les 6 ans (35 % en 2008 contre 15% en 2007), 120 000 Année 2008 80 000 Année 2007 âge d’entrée dans le% 51 dispositif. Un bon présage pour l’avenir avec un enfant sur trois qui 54 % 29 % 100 000 60 000 s’inscrit déjà dans une démarche de prévention. 55 % • 80 000taux de participation à 18 ans encore insuffisant (22% en 2008 contre 11% en 2007). Un 40 000 37 % 39 % 29 % Renforcer la participation des 18 ans avant50leur sortie du dispositif, représente un véritable 60 000 % 18 % 20 000 défi à relever. 37 % 39 % 40 000 39 % 0 39 % 6 ans 9 ans 12 ans 20 000 18 % 27 mars 09 - Dossier de presse 0 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 ans
  • 4. 90 % 90 % 81 80 % 80 % +30% 73 70 % x2 70 % 66 L’OFFRE 60 % 56 60 % 50 % 47 49 47 50 % 51 Les résultats 44 40 % 40 % 39 40 30 % 30 30 % 25 20 % 20 % 10 % 10 % 0% 0% 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 ans Ensemble 40 % 35 % 35,3 Une participation plus importante chez les jeunes qui en ont le29 (+ 400 000 enfants) 35 % 30 % plus besoin 30 % 25 % Nombre d’EBD remboursés en 2008 (ce graphique est exprimé en base 100, base = avril 2007) : 25 % 20 % 600 20 % 500 15 % 14,9 15 % 14,9 51 285 Enfants n’allant pas 7 enfants sur 10 ayant bénéficié 400 régulièrement chez le dentiste d’un rendez-vous 10 % 10 % de prévention M’T dents 300 5% n’allaient pas régulièrement 5% 20 192 Enfants allant régulièrement 200 40 % chez le dentiste 35 % chez le dentiste avant. 100 0% 35,3 0% 35 % 30 % 29 (+ 400 000 enfants) 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 ans Total (6-18 ans) 0 janv. fév. mars avr. %mai 30 juin juil. août sept. oct. nov. déc. 25 % Taux 2008 (année complète) 25 % Taux 2007 (à partir d'avril) 20 % Une progression20 % dans la réalisation des soins 15 % 14,9 15 % 14,9 Source : base de l’Assurance Maladie (ERASME National V1) Nombre de bénéficiaires ayant eu des soins suite à un rendez-vous M’T dents : 10 % 10 % 120 000 Année 2008 5% 5% 54 % Année 2007 51 % 100 000 0% 0% 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 ans Total (6-18 ans) 80 000 55 % Taux 2008 (année complète) 29 % Taux 2007 (à partir d'avril) 60 000 50 % 37 % 39 % 40 000 39 % 39 % 20 000 18 % 120 000 Année 2008 0 54 % Année 2007 51 % 6 ans 9100 000 ans 12 ans 15 ans 18 ans 80 000 55 % L’année 2008 a été marquée par une nette progression dans la réalisation des soins consé- 29 % cutifs à l’examen bucco-dentaire. 46 % des enfants et des adolescents ayant bénéficié d’un 60 000 50 % rendez-vous M’T dents ont réalisé 37 % soins remboursés à 100 % par l’Assurance Maladie ces 40 000 39 % 39 % (contre 34 % en 2007). 39 % 20 000 18 % À savoir 0 6 ans 9 ans 12 ans 15 ans 18 ans Des opérations de terrain ont été menées dans les écoles afin de sensibiliser les 6 ans éloignés du système de santé et les accompagner jusqu’aux soins. Après une phase d’expérimentation réalisée dans 4 Caisses Primaires de l’Assurance Maladie (CPAM) en 2006-2007, l’opération a été élargie au niveau national à 112 CPAM en 2007-2008. Sur plus de 8 000 enfants, 40% sont allés chez le dentiste. Près d’un enfant sur deux avait besoin de soins et 70 % d’entre eux les ont réalisés (en savoir plus : annexe page 08). 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 5. LA CAMPAG NE L’idée créative Une nouvelle campagne pour renforcer l’incitation Peur ? Manque de temps ? On attend toujours d’avoir mal aux dents pour aller chez le dentiste. L’Assurance Maladie va à l’encontre de ce comportement en incitant les jeunes à franchir la porte du dentiste dans une logique préventive. Une démonstration par l’absurde pour marquer les esprits. « Si les problèmes dentaires prévenaient tout seul avant d’arriver… on n’aurait pas besoin d’aller régulièrement chez le dentiste » En effet, des contrôles réguliers chez le dentiste sont essentiels pour prévenir l’arrivée de problèmes dentaires et garder de bonnes dents. C’est pourquoi le meilleur moment pour y aller, c’est avant d’avoir mal. Une signature incitative « Si t’aimes tes dents, tu prends les devants ». • Une formule qui s’appuie sur le nom de l’opération pour mieux l’inscrire dans les esprits ; • Qui délivre le cœur du message : ne plus attendre le dernier moment mais prendre les devants ; • Qui est tournée vers l’action ; • Qui facilite sa mémorisation par une construction mnémotechnique. 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 6. LA CAMPAG NE Les spots TV et radio Une campagne media qui fait parler les maux dentaires… Un choix créatif fort pour favoriser le recours au dentiste. L’Assurance Maladie a imaginé une situation surréaliste dans laquelle les maux dentaires préviendraient de leur arrivée avec fracas, par l’intermédiaire d’un mécanisme articulé sortant de la bouche. Puisque, dans la réalité, seul le dentiste est capable de les prévenir, la campagne les incite à prendre rendez-vous. 3 spots TV de 31’’ Mettant en scène des enfants, des adolescents et leurs parents. Plan média TV 4 vagues de 2 films : • avril • juin • mai • octobre > Sur les chaînes hertziennes (TF1, France Télévision, M6...) 4 spots radio de 25’’ pour les 15-18 ans À travers des annonces faites pendant une émission de radio, un match Plan média radio de foot, dans un supermarché ou sur le quai d’une gare, une carie, une 3 vagues de 2 spots : • avril • octobre gingivite et le tartre en profitent pour prévenir les jeunes qu’ils arrivent • juin dans leur bouche. > Sur les stations radios (NRJ, Skyrock, Fun Radio…). 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 7. LA CAMPAG NE Les mailings … et prépare l’arrivée des invitations dans les boîtes aux lettres Pour toucher au plus près les jeunes concernés par les rendez-vous de prévention et leurs parents, l’Assurance Maladie poursuit sa campagne de courriers personnalisés envoyés à chaque enfant, un mois avant sa date anniversaire. Chaque année, depuis 2007, l’Assurance Maladie invite plus de 3 millions d’enfants et d’adolescents de 6, 9, 12, 15 et 18 ans. Ce courrier explique l’importance du rendez-vous M’T dents selon les âges concernés et en expose les modalités pratiques. Il se divise en deux parties distinctes qui dissocient les discours : Une lettre informative et pratique Une invitation ludique à conserver adaptée à chaque âge Pour les 6 ans Pour les 9-12 ans Pour les 15-18 ans 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 8. LA CAMPAG NE Le site mtden ts.info un site dédié à la prévention avec un contenu à partager Une source d’information pédagogique et ludique. www.mtdents.info donne des informations clés et du contenu en fonction des âges concernés : • de l’information médicale spécifique à 6, 9, 12, 15 et 18 ans • des informations pour tout savoir sur les rendez-vous M’T dents • un module d’aide pour rechercher son dentiste conventionné Un renvoi vers le site de l’Assurance Maladie ameli.fr, pour créer son compte ameli et permettre aux parents de suivre les rendez-vous M’T dents de leurs enfants. 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 9. LA CAMPAG NE Le site mtden ts.info un site proposant des jeux ludo- pédagogiques à partager en famille Des jeux interactifs adaptés à chaque âge. Des jeux interactifs ludiques et pédagogiques, à partager en famille ou entre amis, sont aussi proposés sur le site. Pourrito chrono pour les 9-12 ans. Un jeu d’endurance dans lequel l’enfant a trois minutes chrono pour brosser les dents le plus efficacement possible. Carie killer pour les 15-18 ans. La boîte à dents de lait virtuelle Un jeu d’adresse pour les 6 ans. dans lequel le jeune Une boîte à dents de lait virtuelle dans doit protéger une laquelle l’enfant peut mettre sa dent et bouche en tirant à l’aide de sa souris sur des se prendre en photo pour envoyer son petits monstres représentant des bactéries qui diplôme du plus beau sourire à sa famille. tentent d’attaquer les dents. Des denticônes à partager entre amis. Une dent amoureuse, une dent qui a froid, une bouche qui a mauvaise haleine… sur le prin- cipe des émoticônes, les fameux « smiley », des denticônes ont été créées pour être utilisées sur les tchats. Elles sont téléchargeables sur le site mtdents.info. 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 10. LA CAMPAG NE Les supports édition Des outils pour accompagner les chirurgiens-dentistes dans leur rôle de prévention Sans eux pas de rendez-vous ! Pour les accompagner dans leur rôle de prévention, l’Assurance Maladie met à la disposition des 37 000 chirurgiens-dentistes conventionnés des outils pour créer le dialogue avec leurs patients. Un carnet de santé bucco-dentaire pour Une affiche pour leurs salles d’attente. noter et suivre les rendez-vous. Sans oublier les 128 Caisses Primaires de l’Assurance Maladie Un dépliant qui explique les modalités Une affiche pour les accueils pratiques des rendez-vous de prévention des caisses locales. M’T dents, disponible dans les accueils. 27 mars 09 - Dossier de presse
  • 11. ANNEXES Sommaire Annexes Sommaire Une question de santé publique P. 02 Témoignages P. 03 Pourquoi 6, 9, 12, 15, et 18 ans ? P. 04 M’T dents en pratique P. 06 Actions locales P. 08 (Pour les enfants de 6 ans éloignés du système de santé) Le Vrai / Faux P. 09 01 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 12. ANNEXES Une question de santé publiqu e Pourquoi prendre en charge la santé dentaire des enfants et adolescents ? Les rendez-vous de prévention M’T dents s’inscrivent dans le cadre du plan de prévention bucco-dentaire lancé en novembre 2005 par le Ministère de la Santé et des Solidarités. Une « question de santé publique à part entière ». La prévention bucco-dentaire est une des priorités de santé publique votées par le parlement sur une proposition du gouvernement en août 2004. La loi relative à la politique de santé publi- que du 9 août 2004 a fixé l’objectif de réduire de 30 % en 5 ans le risque carieux des enfants de 6 et 12 ans. Une priorité réaffirmée en 2008. La santé bucco-dentaire est une « question de santé publique à part entière » et « de premier rang ». Le Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative a inscrit « durablement la santé bucco-dentaire au nombre de ses priorités » a déclaré la ministre.* Un engagement actif de l’Assurance Maladie, en partenariat avec les chirurgiens- dentistes. Dans ce cadre, l’Assurance Maladie et les chirurgiens-dentistes s’engagent ensemble pour développer la prévention bucco-dentaire. C’est l’une des priorités de la convention signée en mai 2006 par les syndicats signataires de la convention** et l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie (UNCAM). Le développement de la prévention est un levier essentiel pour améliorer la santé bucco- dentaire des Français, notamment celle des enfants et des adolescents. Des rendez-vous réguliers permettent en effet de détecter rapidement d’éventuels problèmes dentaires qui, traités précocement, permettront aux patients d’éviter des soins plus lourds, voire plus douloureux et aussi plus coûteux dans l’avenir. * Déclaration de Mme Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la vie associative, sur l’organisation de l’offre de soins, le plan national de prévention de santé bucco-dentaire et la profession de chirurgien dentiste, le 20 septembre 2008, Les Issambres (Var) ** Confédération Nationale des Syndicats Dentaires (CNSD) et Union des Jeunes Chirurgiens Dentistes – Union Dentaire (UJCD-UD). 02 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 13. ANNEXES Témoignages Les chirurgiens-dentistes en parlent Marie-Emmanuelle Brétel, chirurgien-dentiste dans l’Oise Les rendez-vous M’T dents nous permettent de faire plus de prévention, notamment pour les 15 à 20 % d’enfants que je peux accueillir au cabinet et qui ne venaient pas régulièrement chez un chirurgien-dentiste auparavant. Pour eux, c’est l’occasion de prendre conscience de la nécessité du suivi bucco-dentaire. Nombre de parents ignorent qu’il est nécessaire d’emmener les enfants chez L’examen bucco-dentaire le chirurgien-dentiste ou qu’il faut brosser les dents de a fait évoluer les mentalités lait. Avec ces rendez-vous, je prends le temps de leur expliquer, c’est un moment d’écoute et de dialogue entre mes patients et moi. Personnellement, je m’appuie aussi sur le site internet mtdents.info qui peut leur rappeler tous les conseils d’hygiène bucco-dentaire. Par ailleurs, je trouve que les enfants sont beaucoup plus à l’aise. Même si c’est parfois difficile de les faire monter sur le fauteuil la première fois, ils prennent conscience qu’en venant consulter avant d’avoir mal, la séance est bien plus confortable. Certains font même passer le message à leurs camarades d’école qui viennent ensuite dans les cabinets dentaires en ayant moins peur. Christine Helliot, chirurgien-dentiste dans les Alpes-Maritimes Les consultations de prévention ont permis aux chirurgiens-dentistes de faire évoluer les comportements des citoyens dès la première campagne de 2007 ; il faut poursuivre ce travail et évaluer les résultats. Nous intervenons auprès des jeunes dès l’âge de 6 ans pour éviter l’installation des mauvais comportements alimentaires qui auront des retentissements sur leur santé, notamment le développement de maladies chroniques comme le diabète et les maladies cardiovasculaires très coûteuses Permettre aux enfants d’intégrer pour la collectivité. les bonnes habitudes d’hygiène Les familles se sentent soutenues par bucco-dentaire le plus tôt possible. nos conseils dans le domaine de l’hygiène bucco-dentaire ; les parents qui ont eu des pathologies dentaires sont plus motivés et souhaitent que leurs enfants intègrent les bonnes habitudes le plus tôt possible. Les adolescents consultent pour recevoir une information et se sentent davantage concernés par l’esthétique ; le chirurgien-dentiste lors de la consultation de prévention trouve un moment privilégié pour rappeler les dangers de l’alcool, du tabac, des drogues mais aussi des piercings. Les chirurgiens-dentistes à l’écoute de leurs patients sont convaincus que la création d’une relation de confiance précoce est la clé de voûte d’une prévention efficace sur le long terme. 03 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 14. ANNEXES Pourquoi 6, 9 , 12, 15, et 18 ans ? Des âges clés pour la santé bucco-dentaire Des âges sélectionnés à la fois pour des raisons physiologiques, alimentaires et de comportements à risques. 6 ans l’âge où la dent est la plus atteinte par la carie. Les premières molaires définitives se mettent en place et, avec elles, la denture permanente qui vient remplacer la denture temporaire. « La dent de 6 ans » est une dent clé pour per- mettre à la denture permanente d’apparaître car cette dernière se met en place autour de la première molaire. C’est la dent la plus atteinte par la carie. D’où l’importance de la visite de prévention à cet âge. Fait important qui va à l’encontre d’une idée reçue : il est indispensable d’être attentif à l’état des dents de lait car elles préparent la place pour l’apparition des dents définitives. A 6 ans, au minimum, il convient d’adopter une habitude de brossage régulier (après chaque repas) et une bonne hygiène alimentaire : ne pas manger de bonbons avant le brossage du soir et ne pas abuser de sucreries. Les rendez-vous de prévention M’T dents sont l’occasion d’installer les bons ré- flexes auprès de l’enfant, mais aussi par ricochet de sensibiliser les parents, en fai- sant le point sur l’alimentation de l’enfant. C’est aussi lui proposer un acte simple et indolore pour protéger ses dents. 9 ans recrudescence des caries. La raison principale tient à la denture mixte de l’enfant : il perd ses dents de lait (elles se mettent à bouger de plus en plus avant de tomber) alors que les dents permanentes poussent. Tout cela rend difficile l’hygiène bucco-dentaire : ce n’est pas facile de se brosser des dents qui font mal (celles qui poussent), des dents mal alignées (donc difficiles à nettoyer) et des dents qui bougent…C’est la porte ouverte aux caries ! 9 ans c’est aussi le passage de relais des responsabilités des parents à l’enfant : il commence à prendre conscience de son corps et peut être préparé à se prendre en charge. Les rendez-vous de prévention M’T dents sont l’occasion pour le dentiste de vérifier si les bons gestes de brossage ont été acquis et si l’enfant ne consomme pas trop de bonbons et de boissons sucrées. C’est aussi l’occasion de réinstaller de bonnes habitudes d’hygiène bucco-dentaire. 04 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 15. ANNEXES Pourquoi 6, 9 , 12, 15, et 18 ans ? (suite) 12 ans préserver les dents définitives encore fragiles. C’est la fin de la denture mixte. Les dents définitives se met- tent en place sur l’arcade (cela peut varier de 1 à 2 ans selon la croissance de l’enfant). Il est indispensable de garder les dents définitives intactes et pour cela de soigner les caries dès leur apparition. Une dent est plus vulnérable après son éruption : elle est fragilisée pendant le temps de maturation de l’émail (celui-ci se minéralise au fur et à mesure de la croissance de l’enfant). Par ailleurs, la 2ème molaire définitive apparaît, (« la dent de 12 ans »). A cela s’ajoute l’entrée dans la préadolescence. Les problèmes comportementaux se présentent avec beaucoup d’acuité, renforcés par l’arrivée dans un nouveau milieu scolaire (le collège). Les préados consomment davantage de boissons et d’aliments sucrés et sont moins sensibles aux règles d’hygiène bucco-dentaire. Les rendez-vous M’T dents sont l’occasion de rappeler l’importance de se brosser les dents 2 à 3 fois par jour et de sensibiliser les jeunes sur les méfaits du grignotage et d’une alimentation trop sucrée. C’est aussi l’occasion de rappeler les règles élé- mentaires d’hygiène bucco-dentaire. 15 ans prendre soin des dents définitives. La dentition est maintenant complètement achevée et les dents permanentes se consolident. C’est l’entrée dans l’ado- lescence, moment où l’on est souvent moins sensible aux règles d’hygiène bucco-dentaire. A cela s’ajoute la tentation pour le tabac qui agresse les muqueuses, les dents et leur précieux émail. Les rendez-vous M’T dents doivent permettre de vérifier l’état des dents et la pré- sence éventuelle de caries et de tartre. Ce rendez-vous a aussi pour but de prévenir les risques de dérives en matière d’hygiène bucco-dentaire et d’habitudes alimen- taires, et de sensibiliser sur les risques liés à la consommation tabagique et aux drogues (cannabis). 18 ans prendre en charge sa santé bucco-dentaire. Les troisièmes molaires apparaissent : les fameuses « dents de sagesse ». L’adolescent devient un adulte, il a parfois quitté le milieu familial et assume seul sa prise en charge sur le plan de l’alimentation, de l’administratif et de sa santé bucco-dentaire. Ses préoccupations d’adul- te prennent le pas sur l’attention portée à sa santé dentaire. Les rendez-vous M’T dents permettent de vérifier que les dents sont saines et de pérenniser tous les bons gestes pour les garder en bonne santé. C’est l’occasion, hors du cadre parental, d’échanger avec un professionnel de santé sur la nécessité d’une bonne hygiène bucco-dentaire. 05 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 16. ANNEXES M’T dents en pratique Un rendez-vous de prévention + des soins, si nécessaires Qui est concerné ? Les jeunes âgés de 6, 9, 12, 15 et 18 ans, âges très vulnérables au risque carieux, sont concernés par ce nouveau programme de prévention mis en place depuis 2007 par l’Assurance Maladie, en partenariat avec les chirurgiens-dentistes. Comment ça se passe? Le rendez-vous de prévention comprend obligatoirement : • Une anamnèse : la recherche des antécédents bucco-dentaires de l’enfant ou de l’adoles- cent afin de connaître son histoire. • Un examen bucco-dentaire • Des conseils sanitaires : sensibilisation à la santé bucco-dentaire (hygiène, brossage…) et recommandations d’hygiène alimentaire. • L’inscription dans le dossier médical du patient des données médicales à conserver (historique des soins…). L’examen est complété si nécessaire par des radiographies intra-buccales ainsi que l’établis- sement d’un programme de soins. Comment en bénéficier ? Les parents d’enfants de 6 ans et les jeunes de 9, 12, 15 et 18 ans reçoivent un courrier de l’Assurance Maladie un mois avant la date anniversaire de l’enfant. Il n’y a aucune démarche à effectuer pour bénéficier de cet examen. Deux types de courriers : Pour les enfants qui ne vont pas régulièrement chez le dentiste : • Un courrier personnalisé explique l’importance du rendez-vous M’T dents selon les âges concernés et en expose les modalités pratiques. • Une invitation ludique à conserver. • Une feuille de soins pré-identifiée, spécialement dédiée à l’examen. Pour ceux qui y vont régulièrement : • Un courrier personnalisé explique l’importance du rendez-vous M’T dents selon les âges concernés et en expose les modalités pratiques. • Une feuille de soins pré-identifiée, spécialement dédiée à l’examen. 06 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 17. ANNEXES M’T dents en pratique (suite) Quand effectuer le rendez-vous de prévention ? Le rendez-vous de prévention, qui permet de dresser un bilan de l’état de santé bucco- dentaire du patient doit impérativement être réalisé : • Dans les 6 mois suivant la date anniversaire du bénéficiaire si ce dernier ne va pas chez le chirurgien-dentiste. • Dans le courant de l’année si le jeune concerné y est déjà allé. Quand effectuer les soins ? Le programme de soins éventuels établi lors de l’examen doivent être effectués dans les 9 mois qui suivent le rendez-vous de prévention : • Il doit impérativement être commencé dans les 3 mois qui suivent le rendez-vous. • Il doit s’achever dans les 6 mois suivant la date de début des soins. A noter : ne sont pas pris en charge les soins liés au mauvais positionnement des dents (orthodontie) ou aux prothèses. Quelle prise en charge ? • Le coût de l’examen est pris en charge directement par l’Assurance Maladie (25 € la consul- tation + éventuellement le coût des radiographies). • Les soins conservateurs réalisés (traitement des caries, détartrage, scellement des sillons…) sont remboursés à 100%. Il revient aux patients de faire l’avance des frais*. Les tarifs de ces soins ne peuvent pas faire l’objet de dépassements d’honoraires. Les traitements orthondo- tiques et prothétiques ne sont pas compris dans ce dispositif. * Hormis pour les 6 et 12 ans qui n’ont pas à faire l’avance des frais car ce sont des âges où le rendez-vous de pré- vention est obligatoire. 07 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 18. ANNEXES Actions locale s Les opérations terrain en direction des enfants de 6 ans éloignés du système de santé 60% des enfants issus de familles vulnérables ont des problèmes dentaires. C’est pourquoi l’Assurance Maladie met en place un dispositif complet d’actions pour toucher les jeunes de 6 ans éloignés du système de soins. Il s’agit d’aller à leur rencontre à travers des opérations de terrain menées dans les départements. Objectif : les amener à pousser la porte du dentiste et les accompagner jusqu’à la réalisation effective des soins. Le principe consiste en un suivi individualisé des enfants, de la sensibilisation jusqu’aux soins. Grâce à une mobilisation des partenaires locaux : les caisses locales travaillent main dans la main avec l’Éducation Nationale et les chirurgiens-dentistes : • Des séances de sensibilisation sont organisées dans des classes ciblées, • Une invitation pour le rendez-vous M’T dents chez les dentistes de la localité est remise à chaque enfant. En 2006-2007, une phase d’expérimentation a été réalisée dans 4 Caisses Primaires de l’Assurance Maladie (CPAM) puis élargie à 112 Caisses en 2007-2008. Ce qu’il faut retenir, suite à la sensibilisation en classe : Sur plus de 8000 enfants : • 40% sont allés chez le dentiste. • 1 enfant sur 2 avait besoin de soins. • 70% d’entre eux les ont réalisés. Un bilan positif : cette opération est reconduite et étendue au niveau national. 08 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 19. ANNEXES Le Vrai / Faux Les dents et l’hygiène bucco-dentaire en 10 questions Si mon enfant n’a pas mal aux dents il est inutile d’aller chez le dentiste ? 1 FAUX ! Une carie ne fait pas forcément mal. Il est important d’aller chez le chirurgien- dentiste de façon précoce et dans une logique préventive, même s’il n’y a pas de douleur. Le dentiste vérifiera si tout va bien dans la bouche de l’enfant. Tant que mon enfant n’a pas toutes ses dents définitives, il n’a pas besoin de 2 consulter un dentiste ? FAUX ! Il est indispensable de soigner les dents de lait car elles préparent la place des dents définitives. De plus, les premières caries peuvent apparaître dès le plus jeune âge, avant les dents de lait (carie du biberon). 3 Une dent cariée peut se soigner toute seule ? FAUX ! Une dent atteinte par une carie ne guérit jamais, rien n’arrête sa progression, cela ne fait que s’aggraver d’où l’importance d’un soin précoce. Il faut la soigner tout de suite pour éviter des problèmes dentaires plus importants ou même une atteinte de la santé générale (foyer infectieux à distance par exemple). 4 Le scellement des sillons : une protection efficace contre les caries ? VRAI ! Pour éviter les caries des premières molaires, il est possible de réaliser un acte de protection : le scellement des sillons. Une technique de collage totalement indolore. 5 L’usage de la brosse à dent chez l’enfant est inutile avant l’âge de 6 ans ? FAUX ! Pour préserver les dents des enfants, il est conseillé de leur enseigner l’usage de la brosse à dents et les bonnes habitudes d’hygiène bucco-dentaire dès l’âge de 2 ou 3 ans. 09 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes
  • 20. ANNEXES Le Vrai / Faux (suite) La bonne santé générale de l’enfant dépend de l’état de santé de ses dents ? 6 VRAI ! Peu de Français en ont conscience mais il existe une importante relation de cause à effet entre la santé dentaire et l’état de santé en général. Caries ou encore maladies des gencives peuvent engendrer des problèmes de santé. 7 Il est important de se brosser les dents après chaque repas ? VRAI ! Après chaque repas, la plaque dentaire se forme sur les dents. Elle est une cause de l’apparition des maladies des gencives et de la formation des caries. Seul un brossage de deux à trois minutes après chaque repas peut l’éliminer. Une brosse à dents, ça se change régulièrement ? 8 VRAI ! Une brosse à dents usée est non seulement moins efficace, mais peut également être à l’origine de détériorations des dents et des gencives. Les chirurgiens- dentistes recommandent de changer de brosse à dents tous les trois mois (au minimum). 9 L’utilisation d’un dentifrice fluoré est préférable ? VRAI ! Le rôle protecteur du fluor contre la carie est indiscutable, il aide les dents à mieux résister aux agressions diverses. La carie ne touche que les dents définitives ? 10 FAUX ! La carie touche tout autant les dents de lait que les dents définitives. La carie résulte d’un processus chimique entre les sucres qui se « collent » sur les dents et les bactéries qui se déposent sur la denture formant la plaque dentaire : les bactéries décomposent le sucre apporté par notre alimentation en acide qui attaque l’émail des dents en le déminéralisant. 10 | 27 mars 09 - Dossier de presse - Annexes