Your SlideShare is downloading. ×
La semaine du dessin - Oeuvres sur papier
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

La semaine du dessin - Oeuvres sur papier

156

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
156
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Galerie Chauvy La Semaine du Dessin 21 – 29 mars vernissage jeudi 20 mars 1 Œuvres sur papier Marcel Barbeau avec Jean Bazaine, Kang Chan Mo, Kijno, Karl Lagerfeld, Véra Pagava 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com
  • 2. Galerie Chauvy Le papier est un matériau ancestral mais toujours nouveau pour les artistes, il leur permet des pratiques infinies. Contrairement à Klee, Arp ou Dali qui froissent le papier puis peignent, Kijno, peint et froisse ensuite. Découpage, assemblage, et recadrage donnent le mode de composition innovant des aquarelles de Marcel Barbeau, dès 49. Papier chiffon ou végétal, celui à base d’écorce de mûrier est utilisé par le coréen, Kang Chan Mo pour un usage à la fois traditionnel et symbolique. Le papier permet un caractère direct aux écritures les plus diverses : celle liée à la pratique de l’action-painting par Marcel Barbeau ou celle de Véra Pagava inspirée du maître chinois Chi Tao. Visuel p. 1 Marcel Barbeau (1925) Détail : Le chant du soir, 1989 Acrylique sur papier chiffon Des photographies de Karl Lagerfeld et de Robert Etcheverry dirigé par Marcel Barbeau pour ses Performances donnent un aperçu de la diversité des techniques et des traitements du papier photographique. 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com 2
  • 3. Galerie Chauvy 50 x 65 cm 3 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com
  • 4. Galerie Chauvy Marcel Barbeau (1925) 1988-2009 Une suite de peintures sur papier, exécutées à Piedmont à la fin des années 80, puis à ValDavid, à Saint-Sauveur et au Lac à la Truite, à la fin des années 2000, témoigne des connaissances acquises à travers chaque période de son riche parcours artistique. La permanence de son observation du monde reste indissociable de sa volonté d’en transcrire l’instant présent. Ces différents lieux sont pour lui une source d’enchantement : la lumière filtrée par le feuillage, sa réflexion sur l’eau, les trilles et les cris des oiseaux, la grâce de leur envol soudain – tout le ramène à une écriture libre, sans contrainte, proche de la gestualité de ses œuvres de jeunesse Ninon Gauthier citée dans le catalogue de l’exposition: Marcel Barbeau, Escapades dans les Laurentides, 19 février - 8avril 2012. Floraison, 2007 Acrylique sur papier Arches 45,5 x 61 cm © Photo Daniel Roussel Exposition : Marcel Barbeau Escapades dans les Laurentides, 2012 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com 4
  • 5. Galerie Chauvy Marcel Barbeau (1925) Entre 49 et 53, les Combustions originelles - lumineuses encres de couleur – innovent un mode de composition par le découpage et l’assemblage d’éléments recadrés qui sont autant de voiles de couleur successifs pour des œuvres finales complexes et éclatantes. A partir de 1959, l’acrylique, lui permet de restituer sur le papier, une expression encore plus immédiate. Si l’automatisme eut pour point de départ, l’épisode de la « grande noirceur » du Québec des années 40, il reste pour MarceL Barbeau, à l’image d’André Masson, par exemple, en permanence, la condition de toute expression artistique nouvelle. Dans les années 70, le photographe Robert Etcheverry saisit le caractère novateur de ses Performances, nées des approches croisées et pluridisciplinaires avec les danseurs de la troupe d’Anna Wyman et les Dance Makers de Toronto. Quelques photographies de dessins au sol, et de dessins spatio-lumineux, libérés de la surface du mur et du tableau, prises sous la direction de Marcel Barbeau, sont présentées à l’occasion de l’exposition. 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com 5
  • 6. Galerie Chauvy Les Performances . Photographies à l’argentique de Robert Echteverry Production : Marcel Barbeau. Dessins spatio-lumineux Avec Anna Wyman Dance Theater Vancouver, dans le cadre d’Octobre en danse, Place des arts, Montréal, October 1978, Photo Robert Etcheverry © Robert Etcheverry. 1 6 Marcel Barbeau Performance avec Anne Wyman. Au sol : Danse expression, encre de chine sur papier. Photo Robert Etcheverry, 1978© Robert Et-cheverry. Performance Désirs Mouvements, avec Paul-André Fortier et les Dance Makers, de Toronto, Art gallery of Ontario, Toronto, 1er mai 1977. 19 x 24 cm : papier : 34 x 39 cm Photographe : Ninon Gauthier 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com
  • 7. Galerie Chauvy Marcel Barbeau Le Chant du soir, 1989 Les sentiers de l’aube, 1990 7 Acrylique sur papier chiffon 50 x 65 cm Acrylique sur papier 54 x 79 cm 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com
  • 8. Galerie Chauvy Kang Chan Mo (1949) Avec le papier traditionnel fabriqué à base d’écorce de mûrier, depuis des millénaires en Asie du Sud-Est, Indonésie et Océanie, Kang Chan Mo utilise des pigments, minéraux et végétaux purs et nous introduit au cœur du règne naturel. Sa familiarité avec le Japon Même si la Corée est entourée de montagnes, l’artiste choisit les monts impressionnants de la chaîne himalayenne, ses architectures escarpées, l’âpreté monacale de la nature. Sa quête ne s’attarde pas sur les détails mais isole les reliefs dans leur clarté solaire. Sur les hauteurs de l'Hymalaya balisées de crêtes enneigées, où la terre et l'horizon semblent convoler, une étrange luminosité cisèle les pics et les vallonnements et fait saillir leurs replis ombrés, en laissant largement respirer l'espace azuré, à la cime duquel s'inscrit souvent une sorte de lune blafarde en plein jour. C'est cette impression de recueillement et de temps suspendu, que la main et l'esprit de l'artiste réussissent à nous communiquer, au diapason de la singularité de ses compositions intériorisées. 8 1 2 Gérard Xuriguerra, 2010 1-Pigments naturels sur papier coréen 73 x 32 cm 2- Moon Light Love-meditation pigments naturels sur papier coréen, 141 x 50 cm 3-Pigments purs sur papier de mûrier 150 x 65 cm 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com 3
  • 9. Galerie Chauvy KIJNO (1921-2012) Lorsque que Klee, Arp ou Dali froissent le papier vierge puis peignent après, Kijno, lui fait tout le contraire : il peint son œuvre et la froisse ensuite. Ce froissage, 'il l’expérimente pour la première fois en.1943. Pour n’importe qui, un papier froissé est un papier jetable, pour Kijno, c’est un papier vivant. Brusquement, le voici qui ses couvre de veines, d’artères, le voici qui se métamorphose en tissu animal ou végétal, revenant à sa nature première. A nouveau peau ou parchemin, coupe d’un tronc d’arbre ou constellation de sciure, il est revenu à ses doutes, à ses hésitations, à ses rides, à ce stade sans doute fortement ontologique où la matière n’est déjà plus la matière. Salah Stétié, poète libanais : Fenëtre d’Aveugle, Éditions Rougerie, 199 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com 9
  • 10. Galerie Chauvy Véra Pagava (Tiflis) Tbilissi 1907 – Paris 1988) L’art de son dessin, c’est le sens des intervalles, la capacité de faire résonner les blancs. Serge Lemoine, cité dans : Pagava - catalogue Musée des Beaux-Arts Dijon, 1976. 10 Yèvre-le-Châtel, chez Viera da Silva Mine de plomb sur papier, 1954 Le dessin est indépendant, sans rapport de forme, de thèmes et de technique avec la peinture de Véra Pagava. Des millions de points font des lignes, paquets de lignes pulvérisées : les points se forment comme au gré du souffle non sans lien avec la technique du maître chinois Shih-T’ao. Un plumetis de points vibrants, plus ou moins denses donnent naissance aux formes pour créer un monde singulier, quelque peu étrange et irréel et cependant très évocateur 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com
  • 11. Galerie Chauvy Karl Lagerfeld : une technique parfaite Karl Lagerfeld s’est passionné pour la photographie. à partir de 1987. Son travail de photographe est notamment utilisé dans des campagnes publicitaires des maisons qu’il dirige (Chanel, Fendi, et la ligne Karl Lagerfeld) Il a reçu le Lucky Strike Design Award de la Fondation Raymond Loewy et le prix culturel de la German Photographic Society. La maison d’édition Steidl a publié la majorité de ses catalogues photos. En tant que passionné du noir et blanc, Karl Lagerfeld n’hésite pas à faire de multiples expériences de la pratique photographique. Les images suscitent toutes, extravagance et mystère, puissance et équilibre, caractéristiques de sa signature. Avec ses photos, Karl Lagerfeld se recrée un monde propre. Certains diront qu’il appartient à une autre époque, à un monde fait de raffinement ou même à un univers excentrique. Et on voit clairement dans ces œuvres son amour pour les films muets, dont il reproduit volontiers les mises en scène. Clémentine Gaspard, janvier 2011 citée dans Pixel création Comme pris à la dérobée, Willy Cartier - mannequin vedette de Givenchy – semble sur le départ, au volant de sa voiture – C’est tout le talent de Karl Lagerfeld de ne pas laisser soupçonner la perfection d’une technique exigeante – La photographie est longuement posée. Le visage puissamment métissé du modèle d’origne vietnamiennesénégalaise par sa mère est baigné de clarté. Les effets de nuage qui on tant fasciné les artistes du 19ème siècle, illuminent le ténébreux modèle qui pose à regard perdu et donnent à la photographie un double statut d’abstraction/figuration. Karl Lagerfeld utilise le parebrise pour figurer un étonnant cadrage. Willy Cartier, dont le père peintre fut danseur chez Béjart et la mère directrice d’une académie de danse, fréquente l’académie de danse internationale de Paris. Ancien élève du cours Florent, il a déjà une carrière de comédien bien remplie tout étant mannequin vedette de Givenchy et modèle pour Evian, United Colours of Benetton, Big Star Jean…L’été 2012, il est apparu dans le film réalisé par Lorent Deutsch, : Fouquet Colbert. Karl Lagerfeld – Willy Cartier, 2012 – Photographie Série de 6 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com 11
  • 12. Galerie Chauvy 12 18, rue Grange-Batelière – 75009 – Paris – Tél 01 47 70 18 08 – www.galeriefrance.com

×