Réduire le risque d’exposition aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène grâce à une collaboration trilatérale
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Réduire le risque d’exposition aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène grâce à une collaboration trilatérale

on

  • 351 views

 

Statistics

Views

Total Views
351
Views on SlideShare
351
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Réduire le risque d’exposition aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène grâce à une collaboration trilatérale Réduire le risque d’exposition aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène grâce à une collaboration trilatérale Presentation Transcript

    • Réduire le risque d’exposition aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène grâce à une collaboration trilatérale Tribune sur la gestion des produits chimiques San Antonio (Texas), les 15 et 16 mai 2012Commission for Environmental Cooperation 1
    • Groupe d’étude sur les dioxines, les furanes et l’hexachlorobenzène Le Groupe d’étude sur les dioxines, les furanes et l’hexachlorobenzène (le « Groupe d’étude ») a été mis sur pied en 2000, par le Groupe de travail sur la gestion rationnelle des produits chimiques (GRPC) de la Commission de coopération environnementale (CCE) de l’Amérique du Nord. Composé de représentants du Canada, du Mexique et des États-Unis, le Groupe d’étude a pour mandat d’œuvrer, dans un esprit de collaboration, à l’instauration d’une gestion efficace visant à réduire les risques liés aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène en Amérique du Nord, conformément aux objectifs stratégiques de la GRPC. Le Groupe d’étude a élaboré une stratégie nord-américaine de collaboration relative aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène qui est fondée sur diverses activités conformes à son mandat. 2
    • Stratégie nord-américaine de collaboration pour la gestion des dioxines, des furanes et de l’hexachlorobenzène On espère que les efforts déployés en ce sens à l’échelle nord-américaine déboucheront sur une réduction des risques posés pour la santé humaine et la salubrité de l’environnement par les dioxines, les furanes et l’hexachlorobenzène. Ces efforts pourraient entraîner une diminution des mouvements transfrontaliers effectués par ces substances sous forme de déchets ou de polluants atmosphériques. Le renforcement des capacités fait partie des principaux buts visés par la collaboration trilatérale et devrait réduire au minimum les ressources dont chacun de trois pays a besoin pour atteindre ses objectifs en matière de gestion des dioxines, des furanes et de l’hexachlorobenzène. 3
    • Surveillance et évaluationSurveillance des concentrations atmosphériques de dioxines et de furanes pour évaluerles conditions de base et l’efficacité de la mise en oeuvre des mesures  C’est en 2007 que des réseaux de surveillance de la pollution atmosphérique ont été établis pour la première fois aux États-Unis (National Dioxins Air surveillance Network - NDAMN, réseau national de surveillance des dioxines dans l’air ambiant), au Canada (RNSPA, Réseau de surveillance de la pollution atmosphérique) et au Mexique (Red de Monitoreo de Dioxinas y Furanos – RMDF, réseau de surveillance des dioxines et des furanes) (projet du Groupe d’étude).  Les concentrations de dioxines enregistrées sur les sites de référence et les sites en milieu semi-urbain sont similaires dans les trois pays.  Les concentrations sur les sites urbains au Mexique étaient aussi élevées que celles mesurées aux États-Unis et au Canada à la fin des années 1990, quand il y avait moins de mesures de gestion des risques qu’aujourd’hui.  On doit poursuivre les activités.  On analysera les données de deux sites sentinelles du RMDF afin de déterminer les tendances.  Des données doivent être recueillies sur différents sites du RNSPA.  On est à évaluer et comparer les données des trois pays, et le rapport de ces travaux sera prêt au plus tard à la fin de juillet 2012. 4
    • Surveillance et évaluationCarottes de sédiments d’eau douce On dispose de données importantes au sujet des sédiments lacustres aux États-Unis et au Canada, en particulier dans la région des Grands Lacs. Au Mexique, on a commencé à recueillir des données relatives aux sédiments afin d’étudier le processus de dépôt de ces derniers.Sol En collaboration avec le Groupe d’experts de la Convention de Stockholm, on a mesuré les concentrations de dioxines, de furanes et d’hexachlorobenzène dans le sol près de briqueteries au Mexique (de même qu’au Kenya et en Afrique du Sud). 5
    • Surveillance et évaluationBiosurveillance humaine Publication en octobre 2011 d’une compilation trinationale des données sur les concentrations de dioxines, de furanes et d’hexachlorobenzène chez les mères. Comparaison des données mexicaines et canadiennes dont les résultats seront publiés à une date ultérieure. Étude pancanadienne en cours sur la surveillance des mères et des nourrissons afin de détecter la présence de dioxines. Publication de L’Enquête canadienne sur les mesures de la santé (2007-2009) prévue pour le printemps 2012 • Selon les résultats préliminaires, il y a une corrélation positive entre les concentrations de dioxines et l’âge (mais on constate un sommet chez les 6 à 11 ans), et les tendances et concentrations canadiennes sont semblables à celles observées aux États-Unis et en Europe. 6
    • Surveillance et évaluationBiosurveillance humaine (suite) Aux États-Unis, on surveille actuellement les concentrations de dioxines et on compile les données afférentes dans le cadre de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES, étude nationale sur la santé et la nutrition). Des données récentes indiquent des concentrations élevées d’hexachlorobenzène et d’autres substances toxiques chez les enfants mexicains qui vivent près de briqueteries. Un programme de biosurveillance humaine visant les populations les plus exposées est en cours au Mexique, et il devrait contribuer à la création d’une banque de données nord-américaines préliminaires sur l’exposition humaine à ces substances. 7
    • Surveillance et évaluationAnalyse des voies d’exposition alimentaires Les États-Unis et le Canada sont dotés de programmes d’analyse des aliments visant à déterminer les modèles de consommation et à surveiller les aliments du bétail et les produits connexes, ainsi que de programmes de retraçage pour permettre l’identification de la source de contamination dans chaque cas. Le Mexique s’est récemment doté des capacités nécessaires pour faire les analyses permettant de déceler la présence de dioxines et de furanes dans les aliments. En vertu d’un programme trinational destiné à déterminer les risques de contamination, on réalise en ce moment une étude afin d’examiner les voies d’exposition propres au Mexique (notamment les modèles relatifs à la production, à la distribution et à la consommation des aliments). 8
    • Surveillance et évaluationFormation et ateliers techniques sur la caractérisation des sources et les questions liéesaux analyses (2011) Des ateliers ont eu lieu tous les ans au Mexique ces dernières années (2007, 2008, 2009,2010 et 2011). Ils portaient sur les sujets suivants :  Caractérisation des sources en ce qui concerne la fabrication de l’acier, du ciment et des briques, et l’incinération des déchets.  Activités visant les inventaires d’émissions, surveillance environnementale, surveillance relative aux aliments, biosurveillance, étude et analyse des voies d’exposition liées aux aliments et aux engrais, mise à jour de la règlementation et stratégies d’information du public.  Tenue de séances de formation technique sur l’assurance qualité et le contrôle de la qualité en ce qui a trait aux analyses d’échantillons d’air et d’aliments au Canada.  Résultat : une tribune régionale organisée pour la mise en commun des expériences au sein de la région, l’atteinte d’une masse critique et le renforcement des capacités. 9
    • Formation et ateliers techniques sur la caractérisation des sources et les questions liées aux analyses (2011) 10
    • Surveillance et évaluationModélisation du devenir dans l’environnement et du transportRenforcement des capacités des techniciens et scientifiques mexicains enmatière de modélisation du transport atmosphérique des substanceschimiques  Tenue au Mexique d’ateliers et de séances de formation sur la modélisation du transport atmosphérique de ces substances sur courte et longue distances en 2009, 2010 et 2012.  Augmentation de la capacité du Mexique en matière de modélisation atmosphérique régionale en vue de la création d’un projet de modélisation visant les dioxines et les furanes dans l’air ambiant. 11
    • Surveillance et évaluationFormation en matière d’évaluation des risques Le Canada a donné au Mexique quatre ateliers sur l’évaluation des risques pour la santé humaine et l’environnement, et cette formation s’est terminée en février 2011.  Le renforcement des capacités est axé sur l’évaluation des risques liés aux dioxines et aux furanes.  On évalue les risques liés à l’exposition aux émissions provenant de la combustion de bois à ciel ouvert utilisée pour la cuisine et pour la fabrication artisanale de briques. 12
    • Inventaires Les inventaires d’émissions du Mexique font l’objet d’une révision visant à améliorer la qualité et la comparabilité des données des inventaires à l’échelle nord-américaine.  On est à déterminer, en se fondant sur des expériences, les facteurs d’émissions pour chaque source mexicaine afin de réduire l’incertitude quant à ces derniers et d’améliorer la compatibilité des données des différentes régions. Les États-Unis et le Canada sont dotés de programmes de déclaration obligatoire des sources ponctuelles de rejets de dioxines et de furanes. Le Registro de Emisiones y Transferencia de Contaminantes (RETC, Registre de rejets et de transferts de polluants) du Mexique vise également les sources ponctuelles de rejets de dioxines et de furanes. Le Canada a réduit de 85,5 % ses émissions de dioxines et de furanes depuis les années 1990. En 2011, le Mexique a mis à jour son inventaire des émissions de dioxines et de furanes basé sur les données de 2004 (y compris les émissions découlant de la combustion du bois pour la cuisine et la fabrication artisanale de briques, et de l’incinération à ciel ouvert des déchets). Le Canada et les États-Unis tiennent un inventaire de leurs émissions d’hexachlorobenzène, et un inventaire préliminaire de ces émissions a été effectué au Mexique en 2010. 13
    • Prévention de la pollution et lutte contre la pollutionSources industrielles et autres Dans le cadre de son plan national de mise en oeuvre de la Convention de Stockholm, le Canada fait la promotion des meilleures techniques et des meilleures pratiques environnementales qui existent. Les É.-U. appliquent des normes et lignes directrices en matière d’émissions fondées sur le principe de la « maximum achievable control technology » (MACT, technologie de réduction maximale) afin de lutter contre les émissions de polluants. Le Mexique met en application des seuils limites normalisés qui visent les émissions provenant des fours à ciment et de la combustion des déchets.Élimination des déchets à petite échelle• Le Canada et les États-Unis ont inventorié leurs émissions de dioxines attribuables à la combustion des déchets à petite échelle, en particulier la combustion des ordures domestiques. En collaboration avec les responsables de l’initiative relative aux substances chimiques du PNUE (Programme des Nations Unies pour l’environnement) et d’autres organisations, le Mexique a défini les facteurs d’émission liés à la combustion à ciel ouvert des déchets, facteurs qui ont ensuite été pris en compte pour déterminer l’apport représenté par cette source.Pesticides et engrais• Le Canada et les É.-U. réglementent les dioxines, les furanes et l’hexachlorobenzène comme micro-polluants présents dans les pesticides, et une norme trinationale relative aux engrais est en cours d’élaboration. 14
    • Prévention de la pollution et lutte contre la pollutionAvantages communs possibles Détermination des incertitudes à l’égard des émissions de dioxines, de furanes et d’hexachlorobenzène et identification des facteurs d’émission pour chaque source d’après des expériences. D’après une étude sur le remplacement les feux à ciel ouvert faits à l’intérieur par des poêles extérieurs munis d’un dispositif de mise à l’air libre, la santé respiratoire des femmes vivant dans les habitations visées s’est passablement améliorée et leur exposition aux dioxines pourrait avoir diminué. Documentation destinée au public Le Canada et les États-Unis publient de l’information sur les activités de réglementation, les politiques et les questions de santé liées aux dioxines, aux furanes et à l’hexachlorobenzène, et le Mexique a récemment élaboré de la documentation destinée au grand public et à des secteurs précis (fabrication artisanale de briques, combustion à ciel ouvert). 15
    • ATTEINTE DES OBJECTIFS La coopération trilatérale visant les dioxines, les furanes et l’hexachlorobenzène qui existe depuis 2000 constitue une réussite dans le cadre des efforts soutenus déployés par la CCE aux fins de la gestion rationnelle des produits chimiques. Le Mexique est en train d’acquérir les capacités nécessaires en matière de gestion des dioxines, particulièrement en ce qui concerne les voies d’expositions alimentaires, la surveillance de l’air ambiant et les inventaires d’émissions. Au cours des dernières années, le Groupe d’étude a centré sa formation technique sur le renforcement des capacités dans le cadre de ses activités, ce qui explique le succès obtenu eu égard à cet objectif. On peut s’attendre à ce que le travail soutenu effectué par les trois pays en vertu de la Stratégie de coopération favorise une amélioration de leurs programmes nationaux de gestion des risques liés aux dioxines, aux furanes et à l’ hexachlorobenzène. 16
    • MERCI THANK YOU GRACIAS Co-présidentes Beatriz Cardenas, Instituto Nacional de Ecología (INE, Institut nationale d’écologie) du Mexique (bcardena@ine.gob.mx)Lorraine Seed, Direction de la sécurité des milieux, Santé Canada (Lorraine_Seed@hc-sc.gc.ca) 17
    • Membres actuels du Groupe d’étude Canada • Lorraine Seed, Santé Canada (co-présidente) • Anita Wong, Environnement Canada Mexique • Beatriz Cardenas, INE (co-présidente) • Roberto Basaldud, INE • Jose Luis Lara, SEMARNAT • Maria Teresa Lopez Rocha, SEMARNAT États-Unis • Paul Almodovar, EPA • Dale Evarts, EPA Trois pays. Secrétariat de la CCE Un environnement unique. 18