RV de l'hôtellerie - novembre 2013 : Respect de l'environnement et maîtrise des coûts
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

RV de l'hôtellerie - novembre 2013 : Respect de l'environnement et maîtrise des coûts

on

  • 701 views

CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin ...

CCI de Strasbourg et du Bas-Rhin
Présentation faite par l'ADEME dans le cadre des Rendez-vous de l'Hôtellerie-Restauration
Respect de l'environnement et maîtrise des coûts
4 novembre 2013

Statistics

Views

Total Views
701
Slideshare-icon Views on SlideShare
621
Embed Views
80

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

1 Embed 80

http://www.strasbourg.cci.fr 80

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    RV de l'hôtellerie - novembre 2013 : Respect de l'environnement et maîtrise des coûts RV de l'hôtellerie - novembre 2013 : Respect de l'environnement et maîtrise des coûts Presentation Transcript

    • Rdv de l’hôtellerie-restauration Respect de l’environnement et maîtrise des coûts Florence Huc - ADEME Alsace Chargée de mission Entreprises florence.huc@ademe.fr
    • Présentation de l’ADEME L’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, EPIC sous la tutelle conjointe des ministères : • de l’Ecologie, du Développement Durable et Energie • de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche 6 Domaines d'intervention : • • • • • • Promotion de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables Protection de la qualité de l’air Approches transversales Lutte contre les nuisances sonores Amélioration de la gestion des déchets Dépollution des sites et sols 4 Métiers ou activités : • • • • Connaître: Études, R&D, Systèmes d’observation Conseiller : Aide à la décision, expertise… Aider à réaliser : Soutien technique et financier Convaincre et mobiliser : Formation, sensibilisation, communication
    • Autorisations d’engagement 2012 par domaine : total France = 690 M€
    • Axes thématiques et soutien Les achats éco-responsables La gestion et la prévention des déchets Le transport et le déplacement des salariés, fournisseurs et visiteurs La maîtrise des consommations d’énergie et l’utilisation des énergies renouvelables Le management environnemental La réduction des émissions de gaz à effet de serre L’éco-conception La pollution de l’air Des outils : - cahier des charges - liste de prestataires - retours d’expériences - conseils - outils de communication … Des aides financières
    • La communication et la sensibilisation des salariés • • Mise à disposition de supports : http://www.ademe-alsace.org/EXPOS Outil de création de supports
    • Aides financières Appel à projets « Entreprises et Efficacité Energétique » • • Pour toutes les entreprises, de l’artisan au grand groupe Projets concernant les procédés (éclairage, froid …), les utilités et le management de l’énergie (système de régulation …)
    • Exemple Le projet : • Réhabilitation des groupes froids (3 GP positifs, 1 GF négatif) • Récupération de chaleur (chaleur fatale) de ces groupes pour produire de l’Eau Chaude Sanitaire (ECS) • Raccordement GF/ ballon de récupération / ballon de distribution Auberge de Schantzwasen à Stosswihr • Auberge : 47 places, 13 chambres, ½ pension • Restauration : capacité 100 couverts • Bâtiment isolé, chaudière bois déchiqueté en 2011 • Approvisionnement autonome, consommation = 130 m3/an soit 110 500 KWh/an Coût installation : 11 740 €HT  Récupérateur et raccordement GF = 9745 € HT  Raccordement ballon distribution = 1995 € HT Energie récupérée : • 14 400 KWh/an soit 1440 litres de fioul • Emission de CO2 évitées = 3,8 tonnes/an • Subvention 40% soit 4696 €
    • Aides financières où trouver l’information ?
    • Aides financières Energie renouvelable • • Subventions aux études de faisabilité : bois énergie, solaire thermique, géothermie profonde et sur champs de sondes/eaux usées, méthanisation, petite hydraulique Soutien à l’investissement : bois énergie, solaire thermique (chauffe-eau solaire), géothermie sur champs de sondes/eaux usées, méthanisation, petite hydraulique, photovoltaïque
    • Des exemples Depuis 2009 14 installations solaires 25 chaudières bois Hôtel Monopole Best Western à Strasbourg • • Projet : Installation de capteurs solaires thermiques permettant d'assurer la production en eau chaude sanitaire (2012) 89,64 m² • • Coût = 86 592 €HT Subvention = 25 978 €
    • Contexte - enjeux • Hausse du coût de l’énergie fossile  forte dépendance du tourisme et principalement du transport touristique (75% des émissions du tourisme) • Hausse des émissions de Gaz à Effet de serre (GES)  • Epuisements des ressources  augmentation du coût des matières premières (alimentation, matériaux de construction …)  tourisme = 5% des émissions mondiales de CO2 (1,3 milliard de tonnes)  transport touristique en France = 8% des émissions nationales (38,3 Mt) Hausse des coûts Nouvelles réglementations
    • • Bilan carbone® hôtel les Tourelles
    • Exemples de réflexion sur l’évolution des réglementations Source : Les stratégies nationales du tourisme et du climat (2010) Direction générale de l’énergie et du climat / Service du climat et de l’efficacité énergétique
    • Évolution des labels verts  servir de feuille de route à la démarche, donner un cadre précis à l’action  servir de moyen de reconnaissance en attestant les résultats et la rigueur méthodologique
    • Avis des opérateurs tourismes Enquête sur un échantillon de 145 opérateurs du tourisme situés en France, Grèce, Italie, Jordanie et Tunisie (Projet Shmile) • critères les plus importants lors du choix d'un hébergement de la part des voyageurs : qualité des services et coûts (puis confort et l'accessibilité) • Mais … intérêt des voyageurs aux hébergements éco-certifiés (bien considéré par 1/3) attentes : conservation de l'environnement naturel et utilisation de Près de 50 % des particuliers* technologies vertes prennent en compte la certification dans leur choix d’un hébergement • 58% intéressés à organiser de voyages respectueux de l'environnement Attentes : • qualité de l'environnement de la destination (présence d'aires protégées, pistes cyclables, plages pavillon bleu) • qualité de la gestion environnementale de l’hébergement (économie d’énergie et d'eau, distributeurs de savon rechargeables, informations sur l'environnement local…) • env 30% prêts à payer un surcoût (5% à 15%) pour un hébergement éco-certifié * Extrait de l’enquête Eco-label 2011 (téléchargeable sur www.ecolabels.fr)
    • QUESTIONNAIRE
    • NC 1) Connaissez-vous précisément la consommation d’énergie totale de votre établissement et celle de chacun de vos grands postes de consommation (hébergement, restauration, sanitaires, piscine, emplacements…) ? ENERGIE 2) Utilisez-vous des ampoules économes en énergie ? 3) Assurez-vous un entretien annuel de vos équipements de production d’eau chaude sanitaire (détartrage notamment) ? 4) Utilisez-vous les détecteurs de présence ou minuteries dans les locaux techniques peu fréquentés ? 5) Les femmes de chambres coupent-elles les veilles des téléviseurs ? 6) Toutes vos canalisations d’eau chaude sont-elles entièrement isolées ? Oui Non
    • NC 1) Connaissez-vous le coût réel de l’élimination des déchets pour votre entreprise ? DECHETS 2) Vos clients peuvent-ils trier /valoriser certains de leurs déchets grâce à l’organisation que vous leur proposez ? 3) Triez-vous et valorisez-vous les déchets d’emballage ? 4) Vos déchets verts sont-ils compostés (ou broyés pour protéger le sol des espaces verts) ? 5) Les huiles de cuisine sont-elles prises en charge par un prestataire agréé ? Celui-ci vous prouve-t-il qu’elles n’aboutissent pas dans la nature ou les égouts ? 6) Conservez-vous les feuilles imprimées au recto pour le brouillon ? Oui Non
    • NC 1) Utilisez-vous des produits bénéficiant d’un écolabel ? ACHATS 2) Tous les documents visibles et remis à la clientèle sont-ils en papier recyclé (brochures, lettres, cartes de restaurant, livret d’accueil…) ? 3) Utilisez-vous des lessives sans phosphates ? 4) Connaissez-vous les produits dangereux que vous utilisez ? 5) Réduisez-vous l’utilisation de produits chimiques sur les espaces verts ? 6) Évitez-vous le mobilier en bois tropical ? Oui Non
    • NC Oui Non NC Oui Non EAU 1) Connaissez-vous précisément la consommation totale d’eau de votre établissement et celle de chacun de vos grands postes de consommation (hébergement, restauration, sanitaires, piscine, emplacements…)? 2) Le réseau d’évacuation des eaux pluviales est-il bien séparé de celui de l’assainissement ? 3) Votre robinetterie est-elle équipée de réducteurs de débit ou autre système économiseur ? 4) Les cuisines sont-elles dotées d’un bac dégraisseur régulièrement vidangé et savez-vous où sont éliminées les matières de vidange ? QUALITE DE L’AIR 5) Proposez-vous à vos clients de garder, s’ils le souhaitent, leurs serviettes de toilette pour leur deuxième nuit ? 1) L’étanchéité des circuits des réfrigérateurs et installations frigorifiques est-elle vérifiée régulièrement ? 2) Assurez-vous un entretien régulier des systèmes de climatisation, de traitement d’air (tours aéro-réfrigérantes notamment) et des réseaux d’eau chaude afin d’éviter la prolifération des légionnelles ?
    • NC Oui Non NC Oui Non BRUIT 1) Savez-vous si vos client sont gênés par du bruit ? 2) Les livreurs ou autocaristes coupent-ils leurs moteurs à l’arrêt devant votre établissement ? 3) Connaissez-vous le niveau sonore de la musique que vous diffusez en soirée ? PAYSAGE 1) Tous les équipements techniques sont-ils dissimulés (citernes, conteneurs et locaux à déchets…) ? 2) Favorisez-vous la pierre, les matériaux naturels et locaux dans les aménagements ? 3) Les façades de vos bâtiments sont-elles en bon état ? 4) Vos enseignes et pré-enseignes sont-elles de taille raisonnable et dans des coloris sobres ? 5) Les limites de votre propriété les plus visibles sont-elles habillées de plantations et en bon état ?
    • NC TRANSPORTS 1) Si des transports collectifs sont disponibles, les horaires sont-ils à disposition des clients ? 2) Vos clients peuvent-ils venir sans trop de difficulté sans voiture dans votre établissement ? 3) Connaissez-vous les modes de transports qu’utilise votre personnel pour venir travailler ? 4) Incitez-vous votre personnel à utiliser les transports en commun, pratiquer le co-voiturage ou utiliser des transports moins polluants (ex. : le vélo) ? 5) Pouvez-vous renseigner vos clients sur les moyens de se déplacer dans la région autres que la voiture ? Oui Non
    • BONNES PRATIQUES
    • Transport BONNES PRATIQUES Bien entretenir son véhicule risque de pannes coûteuses surconsommation = jusqu'à 25% soit 2 L/100 km Bien gonfler les pneus déficit de 0,3 bars = surconsommation d'environ 3% Eviter le départ à froid : démarrer, rouler immédiatement, en douceur et ne pas trop solliciter le moteur sur les premiers kilomètres surconsommation de 50% sur le premier kilomètre + usure du moteur Bon usage de la climatisation Pour gagner 8°C dans l'habitacle = surconsommation de 16% (moteur essence) à 20% (moteur Diesel) Pas de charges inutiles : éviter de rouler avec une galerie (ou des barres de toit) Surconsommation de 10% (à vide) à 15% (chargée) soit 1L/100 km à 120 km/h
    • Transport BONNES PRATIQUES Transporter mieux : optimiser le trajet, le nombre de déplacements, les distances parcourues... Management de la conduite : éviter de rouler trop vite, d’accélérer plus que nécessaire, puis de freiner brutalement, de changer de rapport de vitesse sans cesse... Offre aux clients : mise à disposition des horaires de transports collectifs, information sur les moyens pour arriver à l’hôtel, prêt ou de location de vélos ou de deux roues électriques pour une course ou une balade… Coût : • Journée de sensibilisation à l’éco-conduite sur simulateur (50 pers.) = 1500 à 2000 € • Journée de formation à l’éco-conduite sur route = 250 à 300€ / salarié formé Economies : • env. 15% de consommation de carburant • Baisse des coûts d’entretien du véhicule • Réduction du risque d’accident de 10 à 15%
    • Transport Management de la conduite Source : ADEAN & Altenative Carbone
    • Les achats BONNES PRATIQUES Choix du véhicule à l’achat : http://carlabelling.ademe.fr Guide qui recense tous les véhicules particuliers homologués par l’UTAC vendus en France. Présentation des véhicule en fonction de sa carburation par marque, gamme, modèle, avec : - son étiquette Energie / CO2 (classe de A à G) - sa consommation de carburant - ses émissions de CO2 - le bonus ou malus à l’achat Choix des équipements lors de l’achat ou du renouvellement des appareils Privilégier ceux qui consomment moins d’énergie, moins d’eau Penser aussi aux moteurs haut rendement (pompes, ventilateurs…) : IE2 = 40% d’économie d’énergie/ standard
    • Les achats Consommation d’énergie annuelle en mode marche Pictogrammes indiquant les performances et les caractéristiques choisies : la consommation d’énergie annuelle en kWh la longueur de la diagonale d’écran visible en pouces et en centimètres la consommation électrique en mode marche en Watt la présence d'un mode désactivé
    • Les achats BONNES PRATIQUES Changer les relations avec les fournisseurs et cibler les conditions de distribution, d’utilisation et de valorisation des produits : • • • • • • • • • la livraisons en vrac ou en gros conditionnement la reprise des emballages la reprise des produits en fin de vie (et garanties sur la revalorisation) la reprise du produit remplacé (DEEE) la livraison en conteneurs réutilisables la mise à disposition d’un système de dosage (éviter les surconsommations) l’optimisation des parcours de livraison la fréquence de livraison : cahier des charges à déterminer (stock + appros + émissions carbone) référencer et créer des liens commerciaux avec les producteurs locaux BAISSER LES COÛTS EN ORGANISANT L’APPROVISIONNEMENT La proximité de la production et le faible nombre d’intermédiaires contribuent à diminuer le coût d’un produit tout en rémunérant plus justement les producteurs
    • Les achats BONNES PRATIQUES Préférer les produits réutilisables aux jetables Privilégier les produits recyclables, recyclés, renouvelables Faire confiance aux labels Ils garantissent la qualité et la prise en compte de l’impact environnemental du produit sur son cycle de vie (durée de vie) Eviter les espèces menacées dans les menus Privilégier les produits de saisons Proposer des menus sobres en carbone Utiliser des produits bio ils ont une teneur en matière sèche supérieure de 30% aux produits conventionnels. Pour une soupe, par exemple, le volume de légumes nécessaire sera moindre, réduisant ainsi le coût du plat
    • Exemples Ibis Berthier à Paris Production de déchets d’un hôtel
    • Gestion de l’eau BONNES PRATIQUES Mesurer installer des compteurs d’eau, suivre les consommations 130-150 L/nuitée 50-70 L/repas 150-220 L/nuitée Installer des équipements économes Robinet qui fuit : 5-15 m3/an Chasse d’eau qui coule : 30 m3/an Coût compteur : env 50 € Economie possible : env 5%
    • Gestion de l’eau Les équipements économes Mitigeur mécanique Prix : 90 € Economie d’eau = 3m3/personne/an Mitigeur et robinet thermostatique Prix : 40 à 150 € Economie d’eau = 4m3/pers/an Toilette chasse d’eau 2 vitesses Prix : 30 à 40 € (mécanisme interrompable) à 120 € (double commande) Economie d’eau = 50% Robinetterie temporisée mécanique ou électronique Prix : environ 80 € (mécanique bouton pressoir) environ 400 € (électronique) Economie d'eau : 60 %
    • Gestion de l’eau Les équipements économes
    • Gestion de l’eau Les équipements économes Economie d'eau : > 50 % (13 L/min à 6 L/min) Le mousseur économiseur Prix : à partir de 2 € Limitateur et régulateur de débit Le pommeau de douche économique Economie d'eau : 50 % (20 L/min à 10 L/min) Prix : 20 € double économie : eau & énergie
    • Exemples Riviera Beach Club (Giens) Installation d’économiseurs WC & douches, robinets Coût = 3000€ pour 148 chambres Résultats: • investissement rentabilisé en 1 an • consommation en eau – 30% Hôtel Restaurant La Magnanerie de Bernas (Gard) • • • Plan "0 fuites" Economiseurs WC & douches Modernisation arrosage Résultats: - 200 m3 consommation eau/an
    • OBJECTIFS : • informer sur l'utilisation de l'énergie dans l'hôtel • identifier des problèmes et des opportunités d'économies • vérifier l'efficacité des mesures mises en place Effectuer un suivi des consommations d'énergie Energie factures compteurs d'énergie divisionnaires Coût compteurs : env. 40-45 € + maind’œuvre Economie liées aux actions correctives : 8 à 10 % Délai de retour sur investissement : < 1 an Collecte des données = mini 1 fois/mois données exprimées KWh/nuitée et kWh/m2 Identifier les consommations de certaines zones et services spécifiques (service administratif, cuisines, chambres par étage, suites, etc.)  avoir un plan d’actions en tête pour que le personnel puisse appliquer des actions correctives simples basées sur les informations fournies par les compteurs
    • Exemple Hôtel La Perouse à Nantes • 46 chambres • 3 étoiles Installation des compteurs divisionnaires (bureau, chambres et salle technique) Coût des compteurs (eau et énergie) = 1040 € Mise en place de plusieurs indicateurs pour permettre un suivi des consommations dans le temps : – consommation d’énergie en kWh/m2/an = 210 avec taux d’occupation de 75% – consommation d’énergie en kWh/chambre occupée – consommation d’énergie en kWh/nuitée – consommation annuelle d’énergie par nuitée (kWh/m2/an) = 15
    • Energie Eclairage BONNES PRATIQUES Privilégier l’éclairage naturel (fenêtres, puit de lumière, verrières) Adapter les puissances d’éclairement aux besoins (Parkings : 40 lux, Bureau, salles de réunion : 425 lux) Privilégier l’homogénéisation de l’éclairage avec plusieurs appareils de faible puissance, répartis correctement, plutôt qu’un seul luminaire de forte puissance qui génèrera des zones d’ombre Dépoussiérer vos éclairages, éteindre les interrupteurs en quittant les pièces Alimenter les luminaires fluocompacts par des ballasts électroniques = 10% d’économie d’énergie Scinder les alimentations et les commandes pour n’éclairer que les zones utiles à l’activité
    • Energie Eclairage Coût : Ampoule fluorescente compacte : env. 15 € Délai de retour sur investissement : < 1-3 ans Choix des lampes lors du remplacement ou rénovation de l’éclairage Économies d'énergie : jusqu'à 75 % Réduction du coût de la main-d’œuvre (remplacement des ampoules ) liés à durée de vie plus longue (4 à 8 fois) Moins de scintillement Situation initiale Mise à niveau possible lampes à incandescence lampes fluorescentes compactes (LFC) (même intensité d'éclairage, mais avec une puissance électrique moins élevée) tubes fluorescents T8 tubes fluorescentes T5, plus économes en énergie balisage de sortie incandescent balisage de sortie à LED
    • Energie Automatisation : minuterie, va et viens ou détecteurs de présences dans les couloirs, escaliers, réserves… Contrôle de l’éclairage Economie d’énergie : jusqu’à 20% Coût détecteur de présence : de 75 € (détecteur automatique pour une lampe à incandescence) à 125 € (pour une lampe fluorescente ou un système plus complexe) Délai de retour sur investissement : < 1-8 ans 1ère étape : recenser les lampes et les ampoules actuellement utilisées dans les différentes zones de l'hôtel (chambres, paliers, restaurant, zone extérieure, cuisines, etc.) Pour chacune de ces zones, déterminer s'il est préférable d'installer des ampoules à économies d'énergie et/ou des systèmes de contrôle de l'éclairage.
    • Energie Contrôle de l’éclairage Produits Principe Applications Contrôle par minuterie Permet d'éteindre et d'allumer les lumières à certaines heures prédéfinies, chaque jour Peut être utilisé dans les zones utilisées régulièrement Détecteur de présence Permet d'allumer la lumière lorsqu'une présence est détectée et de l'éteindre après un délai prédéfini d'inactivité Peut être utilisé dans les zones qui ne sont pas toujours fréquentées par le personnel et le public Contrôle par cellule photoélectrique Permet d’éteindre ou d'atténuer la lumière lorsqu'une lumière naturelle suffisante est disponible Peut être utilisé dans les pièces recevant la lumière naturelle Contrôle automatique avec serrure à carte Permet d'éteindre tous les appareils électriques des chambres (à l'exception du minibar) Pour les chambres lorsque ces dernières sont inoccupées
    • Energie Froid, équipements frigorifiques ECLAIRAGE (chambres froides) Installer un interrupteur automatiquement déclenché par l’ouverture de la porte Préférer l’éclairage fluorescent (tubes néons ou ampoules fluo-compactes) ENTRETIEN L’énergie consommée par les tubes fluorescents se transforme en 90% d'éclairage et 10% de chaleur Dépoussiérer le condenseur (nettoyage périodique des grilles avec de l’air comprimé par exemple) Vérifier que le dégivrage automatique se fait correctement. Planifier le dégivrage des réfrigérateurs et congélateurs : 3 cm de givre sur les évaporateurs doublent la consommation d’énergie Vider et nettoyer les tuyaux d'évacuation des eaux de dégivrage pour éviter qu'ils ne se bouchent. Pour les appareils sans dégivrage automatique, faire des dégivrages fréquents : au moins 1 à 2 fois/an Vérifier l'étanchéité des joints de fermeture.
    • Energie Froid, équipements frigorifiques BONNES PRATIQUES Limiter la durée d’ouverture de la porte et le temps de présence du personnel à l'intérieur des chambres froides Éloigner les équipements frigorifiques des sources de chaleur (four, radiateur…) et les placer dans une pièce non chauffée si possible Éviter d’entasser les produits : l'air doit circuler correctement Veiller à la fermeture correcte des portes à chaque utilisation Regrouper les livraisons pour limiter l’ouverture des chambres froides Un être humain génère une puissance calorifique de 80 W au repos Un réfrigérateur dans une ambiance à 18°C au lieu de 23°C consomme 38% d’énergie en moins
    • Energie Eau chaude sanitaire BONNES PRATIQUES Isoler la chaudière, le ballon d’eau chaude et les canalisations Coût : enveloppe isolante pour ballon d'eau chaude ≈ 20 €. Délai de retour sur investissement : < 1 an Économie d’eau Economie d’énergie : 4 à 9 % Éviter des points de puisage trop éloignés Utiliser l’énergie renouvelable (solaire)
    • Exemple Hôtel Au Heimbach à Lembach • • • • • • • Eau chaude solaire Remplacement des ballons d’eau chaude 24 m2 de capteurs solaires 18 chambres 3 ballons de stockage soit un total de 1 500 litres Economie de 10 à 15 % sur la facture de fioul annuelle (chauffage et eau chaude) TRI = 7 ans
    • Energie Régulation du chauffage BONNES PRATIQUES Réguler les températures en fonction des besoins réels et de l'occupation ou non des différentes zones de l'hôtel Réglage manuel ou automatique Délai de retour sur investissement : < 1-3 ans Economie d’énergie : 10 à 25 % Températures recommandées en fonction de l'occupation Régime de chauffage/climatisation Chauffage normal Chauffage faible Réglage de la température 20-22 °C 16-18℃ Chauffage minimum 12-14℃ Climatisation normale Climatisation faible 25-26℃ 27-29℃ Climatisation minimum 30-32℃ Application Espaces occupés Inoccupé pendant une courte période Inoccupé pendant une longue période Espaces occupés Inoccupé pendant une courte période Inoccupé pendant une longue période 1°C de moins sur le thermostat de la température ambiante = 7% d’économie sur la facture de chauffage
    • Exemple d’économies d’énergie Hôtel La Perouse • Éclairage efficace : 80% des lumières sont à faible consommation d’énergie. Coût = 487 € • Contrôle de l’éclairage : Une alarme informatique (par mail) indique au personnel lorsque l’éclairage du hall d’entrée peut être éteint. • Contrôle automatique de l’électricité dans les chambres : installation d’un système permettant de coupant l’électricité lorsque les clients quittent leurs chambres (hormis les minibars) • Équipements de cuisine : réfrigérateurs et congélateurs sont de classe énergétique A+/A++. Coût = 2000 € • Contrôle automatique du chauffage/ refroidissement : installation d’un système permettant d’éteindre le chauffage ou l’air conditionné lorsque qu’une fenêtre est ouverte lors de la construction du bâtiment • Contrôle de la ventilation : des bouches hygroréglables ont été installées dans les salles de bains pour ajuster la ventilation en fonction de l’humidité des pièces, le moteur central de 500 W a été remplacé par un moteur dynamique 200-500 W. • Économie d’eau chaude : installation d’économiseurs d’eau dans les salles de bains. Coût = 1235 € • Distribution d’eau chaude : installation d’une boucle d’eau chaude fermée pour que de l’eau chaude soit disponible près des robinets et qu’elle soit ensuite renvoyée vers le chauffe-eau ; 5 pompes fonctionnent 11 heures par jour (elles sont connectées à un programmateur). Coût = 12171€
    • Exemples Consommation électrique Source : AFNOR
    • Espaces verts BONNES PRATIQUES Choisir des espèces locales adaptées au climat et à la nature du sol qui s’épanouit mieux qu’une espèce exogène, consomme moins d’eau et nécessite moins d’apports de produits chimiques. Privilégier les alliances de plantes : certaines plantes sont bénéfiques les unes aux autres Plantation d'arbre à feuilles caduques au sud-ouest ou au sud-est de votre hôtel (réduction besoin en climatisation) Plantation pour ombrager les éléments extérieurs du système de climatisation : jusqu'à 10 % d’économie d’énergie Murs végétaux : une solution pour réduire la température des murs en été (jusqu'à 10°C) Toits végétaux : une solution qui procure une isolation thermique (été comme hiver) et peut réduire considérablement la charge thermique en été. Coût 100 à 200 €/m2 Installer des bassins ouverts ou des fontaines afin de bénéficier d'un rafraîchissement par évaporation Traitement du sol aux abords de l’hôtel pour éviter le rayonnement et la réflexion de la chaleur : couverture végétale, revêtement perméable et de couleur claire, arbustes pour ombrager, terrasse en bois de couleur claire …
    • Espaces verts BONNES PRATIQUES Limiter les produits phytosanitaires : remplacer par des remèdes naturels (bouillie bordelaise sur les troncs des arbres pour les protéger des champignons, coccinelles pour manger les pucerons…) Installer un récupérateur d’eau de pluie Coût : Cuve en polyéthylène 800 litres : 300 € - 4500 litres : 2200€ Dispositif récupérateur à installer sur la descente de gouttière : 50 € Appliquer la technique du paillage : en recouvrant le sol (copeaux de bois, paille, sciure…), cela permet d’avoir moins de mauvaises herbes, de repousser les insectes, de limiter l’évaporation de l’eau et de réguler la température du sol La tonte haute du gazon (6 à 8 cm) renforce sa résistance à la sécheresse Arroser en début de matinée ou le soir pour limiter l’évaporation et garder au sol son humidité Installer un système d’arrosage goutte-à-goutte
    • Exemples Château Saint-Martin & Spa 14 hectares de propriété offrant une faune et une flore riche en biodiversité • • • Protection des abeilles par le parrainage depuis début 2012 des ruches grâce à l'association « Un toit pour les abeilles » (abeille participe à la pollinisation de plus de 80% des plantes à fleurs) Miel biologique proposé sur le buffet des petits-déjeuners Sensibilisation et éducation à l'environnement avec la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux). : accueil d’écoliers de Vence Maison d’hôte auvergnate « A la Buissonnière » dans la Haute Loire • • A l’extérieur, la flore choisie est issue de l’environnement local et appropriée pour le développement de la biodiversité. Participation au dispositif Nattitude du Comité régional de développement touristique d’Auvergne.
    • Clés de la réussite Clients Communication, sensibilisation Partenaires externes Employés
    • Exemples • • • • Maison d’hôtes 5 chambres Éclairage efficace : 90% ampoules à basse consommation (ampoules fluorescentes, LED au plafond) • Ecolodge chartrons à Bordeaux Utilisation de la lumière naturelle : Installation de systèmes tubulaires (marque Solatube) dans les salles de bains sans fenêtre : la lumière est captée sur le toit et redirigée vers l’intérieur via ce système Équipement de chauffage efficace : installation d’une chaudière au gaz à condensation, également système d’appoint pour la production d’eau chaud sanitaire. Chauffage de l’espace sous le puit de lumière par un poêle à pellets • Utilisation d’équipements à haute efficacité énergétique: la machine à laver est de classe énergétique A et le réfrigérateur de classe énergétique A+. • Économie d’eau chaude : remplacement des baignoires par des douches pour réduire l’utilisation d’eau chaude, installations de mécanismes à faible débit sur les robinets et les douches des chambres