Marketview CBRE France - Logistique et locaux d'activite T2 2014
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Marketview CBRE France - Logistique et locaux d'activite T2 2014

on

  • 175 views

Inversion de tendance sur le marché logistique : rebond des ...

Inversion de tendance sur le marché logistique : rebond des
marchés francilien et lyonnais, mais des niveaux de demandes plus faibles que prévus. Découvrez le Market View CBRE France sur les commerces en France au 2ème trimestre 2014.

Statistics

Views

Total Views
175
Views on SlideShare
175
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Marketview CBRE France - Logistique et locaux d'activite T2 2014 Document Transcript

  • 1. © 2014 CBRE, Inc. * Évolution par rapport au 1S 2013 ** Évolution par rapport au 1er juillet 2013 Logistique et Locaux d’activités MarketView 2ème trimestre 2014 CBRE Études et Recherche DEMANDE PLACÉE* LOGISTIQUE FRANCE - 16 % OFFRE IMMÉDIATE** LOGISTIQUE FRANCE - 3 % DEMANDE PLACÉE* ACTIVITÉS ILE-DE-FRANCE + 31 % OFFRE IMMÉDIATE** ACTIVITÉS ILE-DE-FRANCE + 7 % INVERSION DE TENDANCE SUR LE MARCHÉ LOGISTIQUE : REBOND DES MARCHÉS FRANCILIEN ET LYONNAIS, MAIS DES NIVEAUX DE DEMANDES PLUS FAIBLES QUE PRÉVUS * Valeurs faciales, entrepôts classe A neufs/restructurés, HT HC/m²/an ** Valeurs faciales, locaux d’activités « classiques » (proportion activités/bureaux ≈ 70/30), neufs, restructurés ou rénovés, HT HC/m²/an *** Taux de rendement net immédiat Sources : CBRE et Immostat Points clés  Desdemandesexpriméesenbernesurtousles marchés logistiques  Rattrapage de l’Ile-de-France et du Rhône- Alpes, mais les autres régions à la peine  Difficulté dans les prises de décisions, l’attentisme prédomine  Manque croissant de produits « prime » et adaptés aux demandes sur les principaux marchés  Le marché de l’activité performe…  …mais recul des demandes pour les mois à venir  Des valeurs (faciales et économiques) hétérogènes Marché des entrepôts > 5 000 m² Demande placée (1S 2014) Offre immédiate (en fin de période) Projets « en gris » (en fin de période) Loyers* France 1 057 000 m² 3 493 900 m² 2 896 100 m² 30 € / 60 € Ile-de-France 422 400 m² 1 629 300 m² 610 300 m² 46 € / 60 € Nord-Pas de Calais 45 300 m² 224 300 m² 401 500 m² 39 € / 44 € Couloir rhodanien 167 000 m² 369 800 m² 341 000 m² 42 € / 45 € PACA 92 100 m² 218 300 m² 229 300 m² 41 € / 43,5 € Marché des locaux d'activités (toutes surfaces) et petits entrepôts (< 5 000 m²) Demande placée (1S 2014) Offre immédiate (en fin de période) Projets « en gris » (en fin de période) Loyers** Ile-de-France 455 800 m² 2 470 700 m² 180 500 m² 60 € / 150 € Investissements industriel & logistique Synthèse 1er semestre 2014 Volume (1S 2014) Part industriel & logistique dans les volumes totaux en France Taux « prime »*** (entrepôts classe A) Taux « prime »*** (locaux d'activités) Taux « prime »*** (parcs d'activités) France 920 millions € 9 % 7 % 8 % 7,5 % LE MARCHÉ DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE Analyse du marché des entrepôts > 5 000 m² (toutes classes : A, B, C, frigorifique et messagerie) Après une année 2013 exceptionnellement dynamique, tirée vers le haut par les marchés secondaires tandis que la dorsale marquait le pas, la situation s’est inversée en 2014, tant en termes géographique que comptable. Après un 1er trimestre en demi-teinte, le 2ème trimestre a déçu et n’enregistre pas le rebond escompté, à l’exception des marchés francilien et lyonnais qui polarisent plus de la moitié de la demande placée sur le semestre. L’Ile-de-France affiche un très bon rattrapage et des volumes commercialisés d’ores et déjà proches de ceux de l’année 2013, tandis que le Nord, le Sud et les marchés secondaires sont à la peine. À contexte économique morose, marché logistique ralenti : l’attentisme prédomine, les prises de décision sont fastidieuses et un certain nombre de projets sont reportés ou annulés.
  • 2. 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 PACARhône-AlpesNord-Pas de CalaisIle-de-France 1S08 1S09 1S10 1S11 1S12 1S13 1S14 1 2 3 4 5 1S 2014201320122011201020092008 Demande placée Offre immédiate (en fin de période) Sources : CBRE et Immostat Sources : CBRE et Immostat © 2014 CBRE, Inc. 2ème trimestre2014LogistiqueetLocauxd’activités|MarketView 2 Évolution de la demande placée et de l’offre immédiate en France (en millions de m²) Comparaison de la demande placée au 1er semestre chaque année sur les principaux marchés en France (en milliers de m²) Languedoc 1 % Bourgogne / Franche-Comté 3 % Picardie 1 % Normandie 1 % Grand Sud-Ouest 2 % Ouest 4 % PACA 9 % Nord-Pas de Calais 4 % Grand Centre 9 % Rhône-Alpes 16 % Grand Est 10 % Ile-de-France 40 % Sources : CBRE et Immostat Répartition géographique de la demande placée en France au 1er semestre 2014 (en volumes) Un marché logistique tributaire de la situation économique dégradée 1 057 000 m² ont été commercialisés en France au cours du 1er semestre 2014, en baisse de - 16 % par rapport au 1er semestre 2013. Si les 3 premiers mois ont été particulièrement difficiles sur l’ensemble des marchés, les 3 derniers mois affichent une progression, exclusivement localisée sur l’Ile-de-France et le couloir rhodanien. L’environnement économique sans réel moteur pèse sur les ménages – dont la consommation demeure fragile, impactée par le chômage élevé et le poids des prélèvements obligatoires – et les entreprises, conduites à différer ou annuler leurs projets. Avec un taux de croissance nul au 1er trimestre 2014 et une prévision de + 0,7 % sur l’ensemble de l’année, la période n’est pas à la prise de décision. L’attentisme est plus que jamais présent et se répercute sur le marché de l’immobilier logistique où les délais de commercialisation sont particulièrement longs et les négociations fragiles. Un bon rattrapage de l’Ile-de-France... Les demandes exprimées auprès de CBRE en Ile-de-France affichent par conséquent une forte baisse au 2ème trimestre 2014, malgré un 1er trimestre très encourageant. Le calendrier défavorable des mois d’avril et mai, peu propices à une forte activité, en est une des principales causes. Mais la reprise espérée au mois de juin n’a pas eu lieu. Outre le ralentissement des recherches émanant de chargeurs, les appels d’offres de prestataires sont désormais quasi-inexistants, à l’image du reste de la France. Les perspectives de commercialisations à court et moyen termes sont donc préoccupantes. Pourtant, au 1er semestre 2014, l’Ile-de-France montre un très bon rattrapage après la mauvaise année 2013, en raison notamment de signatures d’affaires engagées de longue date et de concrétisations d’opérations clés-en-main. La demande placée est multipliée par 2 par rapport au 1er semestre 2013 et s’élève à 422 400 m². La grande distribution et le commerce spécialisé ont confirmé leur regain d’intérêt pour le marché francilien et polarisent 46 % des volumes transactés, principalement sur des clés-en-main locatifs > 30 000 m². Au total, 10 clés-en-main purgés de toutes conditions suspensives (représentant 57 % des surfaces placées) ont été comptabilisés dans la région francilienne au cours du 1er semestre 2014, un record depuis 2008. Parmi eux, 2 bâtiments XXL devraient sortir de terre courant 2015, pour Toys R Us à Saint- Fargeau-Ponthierry (51 000 m²) et Auchan à Serris (51 500 m²). En dehors de ces grandes transactions, la majeure partie des mouvements porte, de façon habituelle, sur de petites et moyennes surfaces. Plus de 3 signatures sur 4 concernent des entrepôts < 20 000 m² au 1er semestre 2014. …et du Rhône-Alpes Comme pour l’Ile-de-France, le marché lyonnais, après une année 2013 au ralenti et un 1er trimestre poussif, témoigne d’un bon 2ème trimestre 2014. Avec 167 000 m² commercialisés en 6 mois, il se repositionne autour de sa moyenne de demande placée semestrielle, exception faite du pic de 2008. Cependant, la faiblesse des demandes exprimées au cours du 2ème trimestre et la pénurie d’offres disponibles laissent envisager une fin d’année moins dynamique. La Rocade Est a été le secteur le plus actif, avec 61 800 m² transactés, en forte progression par rapport à la même période en 2013. Les volumes placés dans le diffus ont également été importants. En revanche, L’Isle d’Abeau et la Plaine de l’Ain, qui souffrent d’un manque accru de produits de qualité disponibles, marquent le pas, avec environ 20 000 m² placés chacun.
  • 3. © 2014 CBRE, Inc. 2ème trimestre2014LogistiqueetLocauxd’activités|MarketView 3 Languedoc 1 % Bourgogne / Franche-Comté 4 % Ouest 2 % Normandie 2 % Grand Sud-Ouest 3 % Picardie 4 % Nord-Pas de Calais 6 % Grand Centre 5 % PACA 6 % Rhône-Alpes 11 % Grand Est 9 % Ile-de-France 47 % Répartition géographique de l’offre immédiate en France au 1er juillet 2014 (en volumes) Source : CBRE 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 60 % 70 % 80 % 90 % 100 % PACARhône-AlpesNord-Pas de CalaisIle-de-France Classe A Classe B Classe C Messagerie Structure de l’offre immédiate sur les principaux marchés en France au 1er juillet 2014 (en volumes) Valeurs locatives faciales en France au 1er juillet 2014 (HT HC/m²/an, classe A, neuf/restructuré) Bourgogne / Franche-Comté 30 € / 35 € Couloir rhodanien 42 € / 45 € Grand Centre 32 € / 50 € Grand Est 37 € / 53 € Grand Nord 39 € / 44 € Grand Sud 41 € / 43,5 € Grand Sud-Ouest 41 € / 49 € Ile-de-France* 46 € / 60 € Normandie 37 € / 49 € Ouest 40 € / 45 € Source : CBRE *hors 1ère Couronne Source : CBRE Longtemps considéré comme le marché de régions le plus offreur, le couloir rhodanien pâtit désormais de l’érosion de son offre de classes A et B et/ou de grande taille, ainsi que du manque de foncier disponible pour le développement de clés-en-main. Des marchés voisins comme la Bourgogne peuvent bénéficier de cette situation, certains acteurs déplaçant leurs projets d’implantation ou de développement sur ces secteurs plus offreurs et meilleur marché. Inversion de tendance sur les marchés secondaires Le Nord-Pas de Calais est resté quasiment atone au 2ème trimestre et totalise 45 300 m² placés en 6 mois (chiffre divisé par 2 en un an). Le marché peine à décoller, alors que l’année 2013 avait bien résisté. La faiblesse des demandes exprimées depuis plusieurs trimestres se répercute aujourd'hui sur l’activité. Quelques dossiers en cours pourraient éventuellement se concrétiser d’ici la fin de l’année, mais toujours avec des risques de report. La région PACA est à la traîne également, avec 92 100 m² commercialisés (chiffre lui aussi divisé par 2 en un an). La situation de sous-offre est là aussi problématique, les disponibilités sont au plus bas et les projets de développement mis en stand-by dans le contexte incertain. Quant aux secteurs secondaires, ils ont pour la plupart marqué le pas, alors qu’ils étaient moteurs du marché logistique français en 2013. À l’instar des autres marchés, les projets se font plus longs et les acteurs de la grande distribution, particulièrement actifs l’année passée, temporisent désormais leurs décisions. Ainsi, seuls le Grand Est et le Grand Centre affichent de bons niveaux de commercialisations, grâce à de petites transactions réalisées dans l’existant et à des clés-en-main de moyenne et grande surfaces. Dans ce contexte de ralentissement des demandes, il y a fort à parier que la 2ème partie de l’année confirme ces tendances. Une sous-offre persistante sur certains marchés « prime » L’offre immédiatement disponible en France affiche une baisse de - 3 % entre le 1er juillet 2013 et le 1er juillet 2014 et s’élève à un peu moins de 3,5 millions de m². Elle diminue sur une grande partie des marchés, et de façon conséquente dans le couloir rhodanien, la Normandie et le Grand Sud-Ouest. Elle augmente en revanche de + 11 % en un an en Ile-de- France, pour atteindre 1,6 million de m² (toutes classes confondues). Cette progression est particulièrement visible dans le Sud de la région où l’offre disponible augmente de + 58 %. Les autres secteurs franciliens voient également leurs disponibilités augmenter, mais dans des proportions plus raisonnables. Cette hausse n’exclut pas une pénurie sur certains marchés (zones Ouest et 1ère Couronne Nord), sur certains types d’actifs (offres > 30 000 m²) et dans les zones intra A86 d’Ile-de-France. Aussi, là où cette sous-offre immédiate est forte (en Rhône-Alpes également), les opérateurs commencent à étudier des possibilités de lancer « en blanc », mais de façon toujours sélective. Par ailleurs, le volume d’offres « en gris », en attente d’utilisateurs, reste à un niveau élevé (2,9 millions de m² en France). Des valeurs à un niveau toujours bas Les valeurs locatives faciales demeurent stables en France, toujours à un niveau assez bas. Seuls certains marchés ciblés de 1ère couronne francilienne peuvent proposer des produits à des valeurs dépassant la barre des 50-60 € HT HC/m²/an. Globalement, l’hétérogénéité des marchés persiste et l’évolution désormais classique des valeurs et avantages commerciaux, à la hausse ou à la baisse en fonction de la qualité, des disponibilités et de la localisation notamment, ne fait pas exception ce trimestre.
  • 4. Source : CBRE Évolution de la demande placée et de l’offre immédiate en Ile-de-France (en millions de m²) © 2014 CBRE, Inc. 2ème trimestre2014LogistiqueetLocauxd’activités|MarketView 4 LE MARCHÉ DES LOCAUX D’ACTIVITÉS (TOUTES SURFACES) ET DES PETITS ENTREPÔTS (< 5 000 M²) EN ILE-DE-FRANCE Un niveau de demandes décevant… Alors qu’une reprise des demandes exprimées auprès de CBRE était observée en mars, le 2ème trimestre a déçu. Avril et mai, pénalisés par un calendrier morcelé entre ponts et vacances scolaires, ne sont habituellement pas propices à une forte activité. Cependant, le rebond espéré en juin ne s’est pas produit. Le contexte morose altère considérablement les décisions des PME/PMI, qui reportent leurs projets de déménagement, d’implantation et/ou d’extension. La période est à un retour des incertitudes dans l’avenir économique et politique du pays et l’attentisme prévaut, ce qui devrait peser sur les volumes au 2ème semestre. En revanche, certains groupes d’envergure disposant d’une assise solide sont redevenus actifs dans leurs recherches, notamment à l’acquisition, voire même pour des opérations clés-en-main. …mais un très bon volume de transactions Avec 455 800 m² commercialisés au 1er semestre 2014, la demande placée est en hausse annuelle de + 31 % et renoue avec sa moyenne semestrielle de long terme. Ce bon niveau, traduction d’un certain nombre de demandes exprimées avant 2014, contraste avec les faibles volumes de demandes depuis le début de l’année. Si tous les marchés franciliens sont en progression annuelle, le Nord est celui qui a été le plus actif (+ 41 %), particulièrement en 1ère Couronne où les communes d’Aubervilliers, Pantin et La Courneuve, entre autres, ont performé. Outre leur attractivité historique car proches de Paris, ces dernières ont bénéficié de nouvelles disponibilités dans des parcs d’activités prisés, qui n’ont pas peiné à retrouver preneur. Les zones entre l’A86 et la Francilienne du Sud de l’Ile-de-France n’ont pas démérité non plus, avec des volumes quasiment multipliés par 2 en un an. Ris-Orangis, Vélizy-Villacoublay et Orly ont notamment été actives sur les locaux > 3 000 m². À l’Est, ce sont les villes de Bussy-Saint-Georges, Croissy-Beaubourg et Fontenay-sous-Bois qui ont, de façon habituelle, polarisé le plus de signatures. Toujours majoritaires, les petites transactions < 500 m² sont pourtant moins nombreuses qu’au 1er semestre 2013. Les produits > 1 000 m² sont au contraire en progression, tant en nombre qu’en volume, en raison d’implantations de drives, de sites d’activités sportives et culturelles, ou encore de showrooms pour de grands groupes, qui nécessitent des surfaces plus importantes. Croissance progressive du stock Avec 2 470 700 m², l’offre immédiatement disponible est en augmentation annuelle de + 7 %. Sa croissance devrait se poursuivre encore dans les mois à venir, un niveau important de libérations étant prévu d’ici la fin de l’année, ce qui impactera de nouveau son degré d’obsolescence. Le Sud est sans commune mesure le plus offreur, avec plus d’1 million de m² disponibles (41 % du stock), principalement dans les zones d’Evry, Saint-Quentin-en-Yvelines et Sénart. L’offre « en blanc » atteint près de 40 000 m² au 1er juillet 2014. Alors que ces programmes avaient quasiment disparu ces derniers temps, certains promoteurs prennent à nouveau le risque de construire sans utilisateur au préalable. Néanmoins, ces développements restent ponctuels et localisés sur des marchés « prime » et sécurisés, où la demande demeure élevée. Quant à l’offre « en gris », elle atteint un peu moins de 200 000 m², pour l’essentiel entre l’A86 et la Francilienne. Hétérogénéité persistante des valeurs Les valeurs locatives se tiennent sur le trimestre. Les avantages commerciaux sont toujours très dépendants des zones : élevés dans le diffus pour les moins bons produits, extrêmement réduits pour les locaux et localisations « prime ». * Locaux d’activités « classiques » (proportion activités / bureaux ≈ 70/30) N.S. : non significatif Source : CBRE * Locaux d’activités « classiques » (proportion activités / bureaux ≈ 70/30) Source : CBRE Loyers des locaux d’activités* en Ile-de-France au 1er juillet 2014 (valeurs faciales, HT HC/m²/an) Prix de vente des locaux d’activités* en Ile-de-France au 1er juillet 2014 (valeurs faciales, HT HD/m²) Zones géographiques Neuf / restructuré État d’usage Nord Intra A86 95 € / 115 € 60 € / 107 € Entre A86 et la Francilienne 60 € / 85 € 45 € / 75 € Au-delà de la Francilienne N.S. N.S. Ouest Intra A86 100 € / 120 € 65 € / 90 € Entre A86 et la Francilienne 75 € / 85 € 40 € / 80 € Au-delà de la Francilienne 75 € / 85 € 40 € / 80 € Sud Intra A86 80 € / 95 € 65 € / 80 € Entre A86 et la Francilienne 70 € / 85 € 65 € / 75 € Au-delà de la Francilienne 65 € / 85 € 65 € / 70 € Est Intra A86 80 € / 150 € 75 € / 80 € Entre A86 et la Francilienne 80 € / 85 € 65 € / 75 € Au-delà de la Francilienne 75 € / 90 € 45 € / 60 € Zone géographique Minimum Moyenne Maximum 1ère couronne 550 € 1 030 € 1 550 € Reste Ile-de-France Nord 280 € 640 € 900 € Ouest 250 € 520 € 800 € Sud 350 € 580 € 1 350 € Est 290 € 500 € 1 100 € 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 1S 14131211100908070605 Demande placée Offre immédiate (en fin de période)
  • 5. © 2014 CBRE, Inc. 2ème trimestre2014LogistiqueetLocauxd’activités|MarketView 5 Sources : CBRE, Banque de France Sources : CBRE et Immostat Évolution des engagements en industriel et logistique en France (en milliards d’euros) Évolution comparée des taux (en fin de période) 1 2 3 4 1S 1413121110090807060504 5 % 10 % 15 % 20 % Industriel Poids moyen dans le montant global d’investissement en immobilier d’entreprise banalisé Logistique Sources : CBRE et Immostat Répartition géographique des engagements en industriel et logistique en France au 1er semestre 2014 (en volumes) Autres régions 1 % PACA 10 % Grand Est 2 % Nord-Pas de Calais 5 % Couloir rhodanien 11 % Portefeuilles non localisés 18 % Ile-de-France 53 % Autres régions 2 % 4 % 6 % 8 % 10 % juil-14janv-14janv-13janv-12janv-11janv-10janv-09janv-08janv-07 8,00 % 7,00 % 1,63 % 0,21 % Euribor 3 mois OAT 10 ans Rendement « prime » Logistique classe A Rendement « prime » Locaux d'activités ZOOM SUR LE MARCHÉ DE L’INVESTISSEMENT INDUSTRIEL (ACTIVITÉS ET ENTREPÔTS < 10 000 M²) ET LOGISTIQUE (> 10 000 M²) EN FRANCE Un indéniable appétit pour le marché français Après une année 2013 exceptionnelle, eu égard aux montants investis (1,9 milliard d’euros) mais également à la forte proportion d’investissements indirects dans les volumes globaux (près du tiers), l’année 2014 démarre sur une nouvelle hausse et confirme la tendance croissante du marché (en moyenne + 33 % des engagements chaque année entre 2010 et 2013). Avec 920 millions d’euros investis, les engagements augmentent de + 4 % au 1er semestre 2014 par rapport au 1er semestre 2013. 37 % concernent des actifs industriels, proportion en hausse. Un nombre important de portefeuilles s’est signé depuis le début de l’année (plus des 2 /3 des volumes). Notons par exemple les acquisitions des portefeuilles industriels Elis et Speedy respectivement par l’OPCI Tikehau Investment Management et Foncière Atland/Perial (80 et 36 millions d’euros), ainsi que le portefeuille logistique Loren désormais détenu par Blackstone (dont la part française est légèrement inférieure à 400 millions d’euros). Le cycle immobilier enclin à la hausse des valeurs vénales est favorable aux vendeurs, ce qui entraîne un certain nombre d’arbitrages. En outre, les capitaux à investir en Europe sont de plus en plus massifs. Les dernières orientations prises en termes de politique monétaire européenne (garantie de « non faillite » des PIGS (Portugal, Italie, Grèce et Espagne) et maintien des taux directeurs à des niveaux historiquement bas) ont rendu la zone Euro beaucoup plus attractive pour l’ensemble des capitaux, en particulier sur le marché logistique français qui offre des rendements attractifs. Outre les valeurs locatives parmi les plus basses par rapport aux marchés européens comparables, la France bénéficie d’un avantage en termes de construction. La qualité des entrepôts logistiques de dernière génération est d’une réputation sans égale, en raison notamment des mesures de protection extrêmement élevées liées aux normes ICPE. Leur durée de vie s’en trouve donc allongée, tout comme leur fonctionnalité et leur adaptabilité lors des changements d’utilisateurs. En conséquence, les fonds d’investissement nord-américains (55 % des engagements au 1er semestre 2014) ont levé d’importants capitaux, notamment auprès de caisses de retraite et de fonds de pension qui cherchent à se diversifier dans la logistique. Les Européens ne sont pas en reste, notamment les Français (34 % des investissements), au travers de caisses de retraite également, tout comme les acteurs asiatiques, dont les marques d’intérêt se multiplient depuis plusieurs trimestres. À ce rythme, un niveau minimum d’engagements autour d’1,5 milliard d’euros à l’issue de l’année 2014 serait tout à fait envisageable. En ne considérant que les investissements « directs », le marché serait même en forte progression par rapport à 2013. Les taux sur une tendance baissière Compris entre 7 % et 8 % pour les meilleurs actifs logistiques, loués aux conditions de marché, les taux de rendement net immédiats restent stables. Pourtant, au vu des masses de capitaux en circulation et face à la sous-offre inhérente au marché, la prime de risque devrait être amenée à diminuer de nouveau dans les mois à venir, sous réserve que les taux d’emprunt demeurent à un niveau bas. Le taux de rendement « prime » des locaux d’activités affiche une contraction de 25 points de base en un trimestre et s’établit à 8 %. Plus nombreuses, les transactions portant sur ces actifs ont également gagné en qualité, amenant certains acheteurs à comprimer leur prime de risque.
  • 6. + SUIVEZ-NOUS Bien que puisées aux meilleures sources, les informations que nous publions ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de CBRE ou du groupe CBRE. La reproduction de tout ou partie du présent document est autorisée sous l'expresse réserve d'en mentionner la source. CBRE Ressources - Groupement d'Intérêt Économique Siège social : 145-151, rue de Courcelles 75017 PARIS - Siren : 412 352 817 - RCS Paris http://www.cbre.fr/fr_fr CONTACTS Études et Recherche Aurélie LEMOINE Directrice t : 33 (0)1 53 64 36 35 e : aurelie.lemoine@cbre.fr Erika LEONARD Chargée d’études Senior t : 33 (0)1 53 64 34 84 e : erika.leonard@cbre.fr Global Logistic Services Didier MALHERBE Directeur Général Adjoint t : 33 (0)1 53 64 36 30 e : didier.malherbe@cbre.fr Activités Ile-de-France Pierre-Louis DUMONT Directeur Nord et Ouest t : 33 (0)1 53 64 33 27 e : pl.dumont@cbre.fr Jean-Marie JACQUET Directeur Est t : 33 (0)1 53 64 34 37 e : jm.jacquet@cbre.fr Elvire REMARS Directrice Sud t : 33 (0)1 53 64 33 09 e : elvire.remars@cbre.fr 6 2ème trimestre2014LogistiqueetLocauxd’activités|MarketView LINKEDIN http://www.linkedin.com/company/cbre- france TWITTER https://twitter.com/CBREFrance GOOGLE+ http://www.gplus.to/CBREFrance Références de transactions en locaux d’activités réalisées en Ile-de-France au 2ème trimestre 2014 Références de transactions en entrepôts > 5 000 m² réalisées en France au 2ème trimestre 2014 Sources : CBRE et Immostat Source : CBRE Secteur géographique Commune Preneur Surface Contrat État des locaux Valeur (HT HC/m²/an ou HT HD/m²) Nord Saint-Ouen (93) SADS 1 830 m² Location État d'usage 82 € Est Emerainville (77) Direct Impression 1 591 m² Vente à utilisateur État d'usage 717 € Sud Champlan (91) Hemmersbach 815 m² Location État d'usage 61 € Sud Le Kremlin-Bicêtre (94) Garage de l'Avenir 800 m² Location Rénové 113 € Nord La Plaine-Saint-Denis (93) Ely'S Bar 497 m² Location État d'usage 97 € Ouest Osny (95) Walid Messawer 283 m² Location État d'usage 55 € Est Montreuil (93) Le Centre des Objets Perdus 190 m² Location État d'usage 80 € Ouest Gennevilliers (92) Take4 180 m² Location État d'usage 80 € Secteur géographique Commune Preneur Surface Contrat État des locaux Classe Ile-de-France Serris (77) Auchan 51 500 m² Clés-en-main locatif Neuf Classe A Ile-de-France Saint-Fargeau-Ponthierry (77) Toys R Us 51 000 m² Clés-en-main locatif Neuf Classe A Centre Bourges (18) Intermarché 49 000 m² Compte-propre Neuf Classe A Ile-de-France Montsoult (95) CAT 18 400 m² Location État d'usage Frigorifique Rhône-Alpes Satolas-et-Bonce (38) Geodis 13 700 m² Location État d'usage Classe A Ile-de-France Wissous (91) Dachser 8 500 m² Clés-en-main locatif Neuf Messagerie Nord-Pas de Calais Douai (59) Geodis Automotive Nord 7 600 m² Location État d'usage Classe C PACA Vitrolles (13) Distribution Aménagement et Isolation (DAI) 7 200 m² Vente utilisateur État d'usage Classe B