Logistique et Locaux d'activités en France : MarketView CBRE  3T 2013
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Logistique et Locaux d'activités en France : MarketView CBRE 3T 2013

on

  • 895 views

Au 3ème trimestre 2013, CBRE observe des marchés logistiques à plusieurs vitesses, et un marché de l'activité qui marque le pas. ...

Au 3ème trimestre 2013, CBRE observe des marchés logistiques à plusieurs vitesses, et un marché de l'activité qui marque le pas.

Demande placée logistique France : +5%
Offre immédiate logistique France : +3%
Demande placée activités IDF : -30%
Offre immédiate activités IDF : +6%

Statistics

Views

Total Views
895
Views on SlideShare
894
Embed Views
1

Actions

Likes
0
Downloads
9
Comments
0

1 Embed 1

https://twitter.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Logistique et Locaux d'activités en France : MarketView CBRE  3T 2013 Logistique et Locaux d'activités en France : MarketView CBRE 3T 2013 Document Transcript

    • Lo g istiq ue et Lo ca ux d’a ctivités Fra nce MarketView CBRE Études et Recherche 3ème trimestre 2013 DEMANDE PLACÉE* LOGISTIQUE FRANCE +5% OFFRE IMMÉDIATE** LOGISTIQUE FRANCE +3% DEMANDE PLACÉE* ACTIVITÉS ILE-DE-FRANCE - 30 % OFFRE IMMÉDIATE** ACTIVITÉS ILE-DE-FRANCE +6% * Évolution par rapport aux 9M 2012 ** Évolution par rapport au 1er octobre 2012 DES MARCHÉS LOGISTIQUES À PLUSIEURS VITESSES ET UN MARCHÉ DE L’ACTIVITÉ QUI MARQUE LE PAS Contexte économique Points clés  Un marché logistique non linéaire : des demandes exprimées à la peine en régions, mais en progression en Ile-de-France ; des volumes placés plus importants sur les marchés secondaires, mais en retrait sur la dorsale Nord/Sud.  Un niveau de demande placée historiquement bas en France tant sur le marché de l’activité que sur celui de la logistique, même si ce dernier reste stable en un an, grâce à de grosses opérations réalisées en régions.  Un marché logistique francilien toujours impacté, mais un certain nombre de nouveaux développements en cours d’instruction devraient permettre un rebond en 2014.  Un stock immédiat en locaux d’activités et logistique qui augmente.  Des valeurs toujours hétérogènes selon les marchés. Les dernières informations sur l’économie française apportent un certain soulagement, même précaire. La croissance observée lors du 2ème trimestre 2013 (+ 0,5 %) est ainsi la plus forte depuis près de 2 ans et le PIB d’avant crise devrait être atteint en fin d’année. Les dépenses de consommation ont quant à elles été révisées à la hausse, avec + 0,4 % attendu en 2013. Au final, la croissance du PIB français devrait atteindre + 0,2 % en 2013. Autres signaux positifs : le climat des affaires et la confiance des ménages demeurent bas mais sont orientés à la hausse. les perspectives sont peu lisibles, les entreprises diminueront leur investissement en 2013 (- 1,9 % attendu), avant probablement de l’augmenter légèrement en 2014. D’autre part, le pouvoir d’achat pourrait diminuer en 2014 suite à la hausse des prélèvements, même si les dépenses de consommation devraient faire preuve de résilience. Et audelà des lourds défis franco-français, des risques extérieurs demeurent : ralentissement de la croissance des pays émergents, fragilité de la zone euro, évolution des taux d’intérêt, etc. L’activité du transport routier de marchandises (en tonnes-km) a diminué de - 0,9 % au 2ème trimestre 2013 par rapport aux 3 mois précédents. Sur un an, la baisse atteint - 3,3 %. Une certaine gravité est cependant de mise. Tout d’abord la croissance restera atone en 2013 et ne sera que faible en 2014 (autour de + 0,8 %). Cette croissance molle n’empêchera pas le chômage de rester élevé. Signe que Synthèse 9 premiers mois 2013 Marché des entrepôts > 5 000 m² Demande placée (9M 2013) Offre immédiate (en fin de période) Projets « en gris » (en fin de période) Loyers* France 1 689 600 m² 3 537 600 m² 2 936 400 m² 30 € / 60 € Ile-de-France 336 800 m² 1 500 300 m² 622 600 m² 46 € / 60 € Grand Nord 275 500 m² 403 400 m² 286 500 m² 38 € / 45 € Couloir rhodanien 173 000 m² 450 700 m² 267 400 m² 42 € / 44 € Grand Sud 238 200 m² 294 600 m² 253 200 m² 41 € / 45 € Marché des locaux d'activités (toutes surfaces) et petits entrepôts (< 5 000 m²) Demande placée (9M 2013) Ile-de-France Offre immédiate (en fin de période) Projets « en gris » (en fin de période) Loyers** 2 469 000 m² 208 000 m² 60 € / 150 € 516 300 m² Investissements activité & logistique Volume (9M 2013) France Part activité & logistique dans les volumes totaux en France Taux « prime »*** (entrepôts classe A) Taux « prime »*** (locaux d'activités) Taux « prime »*** (parcs d'activités) 1,2 milliard € 11 % 7,25 % 8,50 % 8,25 % * Valeurs faciales, entrepôts classe A neufs, HT HC/m²/an ** Valeurs faciales, locaux d’activités « classiques » (proportion activités/bureaux ≈ 70/30), neufs, restructurés ou rénovés, HT HC/m²/an *** Taux de rendement net immédiat Sources : CBRE et Immostat © 2013 CBRE, Inc.
    • 3ème trimestre 2013 LE MARCHÉ DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE Analyse du marché des entrepôts > 5 000 m² (toutes classes : A, B, C, frigorifique et messagerie). Un marché non linéaire Logistique et Locaux d’activités France | MarketView À l’issue des 9 premiers mois de 2013, les niveaux de demandes exprimées sont inégaux selon les marchés. S’ils sont encore en retrait en régions, ils progressent en Ile-de-France depuis le milieu de l’année et sont ainsi quasiment équivalents à ceux de l’année 2012. Quantitativement, ce chiffre est encourageant et démontre un regain d’attention des acteurs pour de futurs projets d’implantation. En revanche, qualitativement, ces demandes demeurent fragiles et souvent cantonnées à de la prospective, les stratégies immobilières étant toujours extrêmement prudentes. 5 4 3 2 1 Des résultats à relativiser Avec 1 689 600 m² commercialisés sur les 9 premiers mois de 2013, la demande placée en France est en hausse de + 5 % par rapport à la même période en 2012. Cette légère hausse est à relativiser, tout d’abord car l’année 2012 n’avait pas brillé par son dynamisme, mais également car les constats sont assez disparates selon les secteurs. Si la dorsale Nord/Sud a contreperformé cette année (surtout l’Ile-de-France et le Rhône-Alpes), polarisant moins de 60 % des volumes (contre près des ¾ en moyenne avant 2012), de grandes transactions se sont signées sur les marchés secondaires, notamment dans l’Ouest. Avec près de 180 000 m² commercialisés depuis le début de l’année, pour une dizaine de transactions, ce secteur tire en effet son épingle du jeu et concentre 11 % de la demande placée. Le couloir rhodanien marque le pas en 2013 avec seulement 173 000 m² commercialisés. Après un 1er trimestre atone et une reprise au 2ème, le marché est à nouveau à la peine au 3ème, enregistrant un volume largement en-dessous de sa moyenne trimestrielle de long terme. Malgré un stock abondant, il commence à souffrir d’un manque d’entrepôts de classe A et de grande taille. 243 500 m² ont été transactés dans le Nord-Pas de Calais, en forte progression après une année 2012 difficile. 2 grands comptes-propres (Gifi, 74 100 m² et LIDL, 41 200 m²) se sont concrétisés, dont les signatures étaient largement antérieures à 2013, mais purgées de tous recours seulement cette année. La région PACA affiche elle aussi une augmentation de ses volumes, à relativiser. Avec 162 900 m² placés (6 transactions), le marché a été tiré vers le haut par le clés-en-main locatif Castorama (1ère tranche de 77 000 m²) et, dans une moindre mesure, par la prise à bail de 32 300 m² par Panzani. Quant à l’Ile-de-France, avec 336 800 m² placés, elle enregistre un niveau historiquement bas, très en-deçà de sa moyenne de long terme. La demande placée diminue de - 21 % par rapport aux 9 premiers mois de 2012, année déjà la moins active de la décennie. Bien que 2013 soit mauvaise, près de 400 000 m² de développements signés sont actuellement en cours d’instruction, qui ne devraient être purgés de toutes conditions qu’en 2014, pour l’essentiel. Si les volumes sont au plus bas, le marché n’est pas inactif pour autant. Dichotomie des marchés 2 Évolution de la demande placée et de l’offre immédiate en France (en millions de m²) Avec 47 % de la demande placée totale réalisés sur des produits > 20 000 m² et en régions, le marché des grandes surfaces se trouve clairement en dehors de l’Ile-de-France en 2013. 4 opérations > 50 000 m² ont été recensées et sont exclusivement le fait de grandes sociétés du commerce spécialisé (Castorama à Saint-Martin-de-Crau et Gifi à Sin-le-Noble) et de la 2008 2009 2010 Demande placée 2011 2012 9M 13 Offre immédiate (en fin de période) Sources : CBRE et Immostat Répartition géographique de la demande placée en France sur les 9 premiers mois 2013 (en volumes) Grand Centre 3% Ile-de-France 20 % Grand Sud-Ouest 5% Bourgogne / Franche-Comté 6% Normandie 7% Grand Est 8% Grand Nord 16 % Couloir rhodanien 10 % Grand Sud 14 % Ouest 11 % Sources : CBRE et Immostat Comparaison de la demande placée sur les 9 premiers mois chaque année sur les principaux marchés en France (en millions de m²) 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 Ile-de-France 9M 08 Grand Nord 9M 09 9M 10 Couloir rhodanien 9M 11 Grand Sud 9M 12 9M 13 Sources : CBRE et Immostat © 2013 CBRE, Inc.
    • Ile-de-France 42 % Ouest 2% Les mouvements > 20 000 m² portent pour la plupart sur des clés-en-main à la location ou à la vente. Ces opérations sont essentiellement réalisées en régions (où elles représentent plus de la moitié des volumes), souvent dans le diffus, faute de stocks de qualité disponible. En outre, les marchés secondaires bénéficient de fonciers moins onéreux et d’une fiscalité plus avantageuse pour ce type de développement. Exception faite de ces opérations, la part du neuf dans la demande placée demeure assez faible, sans production « en blanc » depuis plusieurs années. Normandie 4% Grand Sud 8% Grand Est 9% Grand Nord 11 % Couloir rhodanien 13 % Source : CBRE Structure de l’offre immédiate sur les principaux marchés en France au 1er octobre 2013 (en volumes) 100 % 90 % Les chargeurs industriels, la grande distribution et le commerce spécialisé sont les principaux protagonistes des réalisations clés-en-main. En régions, les prestataires logistiques sont par ailleurs toujours en retrait (36 % des transactions, en nombre) depuis quelques années, n’ayant sollicité que peu d’appels d’offre en 2012, qui auraient pu se concrétiser en 2013. En revanche, en Ile-de-France, les logisticiens sont de nouveau présents et polarisent 40 % de la demande placée (tant en nombre qu’en volume). Cette performance s’explique notamment par la prise en compte des nombreuses implantations de Coliposte au cours de l’année, ainsi que par l’activité soutenue de petits prestataires. Le stock ne se résorbe pas 80 % 70 % 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % Ile-de-France Grand Nord Classe A Classe B Couloir rhodanien Classe C Grand Sud Messagerie Source : CBRE Valeurs locatives faciales en France au 1er octobre 2013 (HT HC/m²/an, classe A, neuf) Bourgogne / Franche-Comté 30 € / 35 € Couloir rhodanien 42 € / 44 € Grand Centre 37 € / 50 € Grand Nord 38 € / 45 € Grand Sud 41 € / 45 € Grand Sud-Ouest 41 € / 49 € Ile-de-France 46 € / 60 € Normandie 37 € / 49 € Ouest 40 € / 45 € Un marché contrasté Les valeurs locatives faciales restent en moyenne stables et hétérogènes selon les adresses et les produits. Elles continuent d’être attaquées dans les zones les plus offreuses et moins bien situées et s’améliorent pour les meilleures localisations. 32 € / 50 € Grand Est Avec un peu plus de 3,5 millions de m² disponibles au 1er octobre 2013, le stock augmente de + 3 % en un an. Là encore, les évolutions diffèrent selon les marchés. En effet, il diminue logiquement dans le couloir rhodanien, où la quasitotalité des transactions porte sur des produits en état d’usage, de même dans le Nord de la France. En revanche, il marque une nouvelle progression en Ile-de-France, avec 1,5 million de m² (+ 14 % en un an). Ici, ce sont les produits disponibles de classe A qui augmentent le plus, en raison d’un retour sur le marché d’un certain nombre d’entrepôts de classe A, dont les baux arrivent à échéance et ne sont pas reconduits. Ceci permet un renouvellement du stock francilien en produits de qualité existants. Les possibilités de développements futurs sont toujours importantes (plus de 2,9 millions de m² d’offres « en gris » en France, dont 623 000 m² en Ile-de-France) mais dépendantes des volontés des acteurs à se positionner sur ce type d’opération. Logistique et Locaux d’activités France | MarketView Grand Sud-Ouest 3% Grand Centre 4% Bourgogne / Franche-Comté 4% grande distribution (Intermarché à Villeneuve-les-Béziers et Heudebouville). Dans la région capitale, ce sont les petites surfaces qui mènent le marché (60 % des opérations, en nombre, entre 5 000 et 10 000 m²); les 3 plus grandes transactions sont comprises entre 20 000 et 50 000 m² et aucun bâtiment XXL n’a été commercialisé. 3ème trimestre 2013 Répartition géographique de l’offre immédiate en France au 1er octobre 2013 (en volumes) Source : CBRE © 2013 CBRE, Inc. En définitive, si globalement le marché logistique français reste affecté (faible demande placée, déséquilibres régionaux, nouvelle croissance du stock…), des signaux positifs pour 2014 se font néanmoins sentir. La demande placée en 2013 ne devrait pas dépasser 2 à 2,2 millions de m², soit le niveau déjà bas de 2012, mais les programmes en cours et la reprise des demandes exprimées en Ile-de-France, ainsi que le nouvel appétit des acteurs pour relancer des opérations, pourraient se traduire en un rebond l’année prochaine. 3
    • Un marché au ralenti Tandis que les 3 dernières années avaient particulièrement bien résisté à l’environnement morose, avec des niveaux élevés et stables de demande placée, 2013 marque clairement le pas. En effet, avec 516 300 m² commercialisés (dont seulement 37 % d’acquisitions, en volume), les 9 premiers mois de l’année enregistrent une diminution de - 30 % par rapport à la même période en 2012. Les performances des 3 premiers trimestres sont largement en-deçà de la moyenne trimestrielle des 10 dernières années (environ 220 000 m²). La fin de l’année 2013 ne devrait donc pas permettre au marché de se redresser et il devrait s’afficher en net repli par rapport à 2012. Tous les secteurs franciliens sont touchés, qu’il s’agisse de l’Ouest (- 27 %), du Sud (- 31 %), du Nord (- 33 %) ou de l’Est (- 40 %). Les zones situées entre l’A86 et la Francilienne accusent la plus forte baisse des volumes transactés (- 39 %, 245 600 m²), malgré un stock abondant et en hausse. Les transactions portant sur de petites surfaces < 500 m², traditionnellement importantes en Ile-de-France, surtout en 1ère et 2ème couronnes, ont tout de même présenté une évolution positive depuis le début de l’année, tant en nombre qu’en volume. Si les entreprises diffèrent leurs projets d’extensions ou d’implantations sur de plus grands bâtiments, le segment des petites surfaces résiste plutôt bien, les besoins étant structurellement présents, l’offre aussi. Le stock, abondant, à nouveau en hausse Alors qu’il avait entamé une lente résorption à partir de fin 2012, le stock immédiat enregistre une hausse trimestrielle (+ 7 %) et annuelle (+ 6 %), face aux faibles niveaux de demande placée et aux libérations de locaux n’ayant pas retrouvé preneur. Il s’établit ainsi à 2 469 000 m² au 1er octobre 2013. L’offre future certaine étant exclusivement constituée de libérations (dont la plupart en état d’usage), sans reprise des commercialisations, les disponibilités devraient encore s’accroître. Quant aux produits neufs, ils ne devraient pas venir alimenter le marché à court terme, le niveau des offres « en gris » ne dépassant pas 210 000 m² et leurs mises en chantier restant tributaires des stratégies des PME/PMI. Le marché demeure hétérogène Les valeurs restent stables en moyenne, toujours disparates selon les produits. Des tensions peuvent apparaître pour les très bons actifs, très bien localisés et moins abondants, pour lesquels les propriétaires n’hésitent pas à revoir les valeurs à la hausse, face à une demande importante. L’inverse est vrai pour les moins bons produits. © 2013 CBRE, Inc. 3,0 2,5 2,0 1,5 1,0 0,5 03 04 05 06 07 Demande placée 08 09 10 11 12 9M 13 Offre immédiate (en fin de période) Source : CBRE Loyers des locaux d’activités* en Ile-de-France au 1er octobre 2013 (valeurs faciales, HT HC/m²/an) Zones géographiques Neuf / restructuré État d’usage Intra A86 N.S. N.S. 100 € / 120 € 75 € / 90 € Entre A86 et la Francilienne 75 € / 85 € 40 € / 80 € 75 € / 85 € 40 € / 80 € Intra A86 80 € / 150 € 75 € / 80 € Entre A86 et la Francilienne 80 € / 85 € 65 € / 75 € Au-delà de la Francilienne 75 € / 90 € 45 € / 60 € Intra A86 80 € / 95 € 65 € / 90 € Entre A86 et la Francilienne 70 € / 85 € 60 € / 75 € Au-delà de la Francilienne Sud 45 € / 75 € Au-delà de la Francilienne Est 60 € / 107 € 60 € / 85 € Intra A86 Ouest 90 € / 115 € Entre A86 et la Francilienne Au-delà de la Francilienne Nord 65 € / 85 € Logistique et Locaux d’activités France | MarketView Des demandes fragiles et des acteurs résignés Après un décrochage acté à la fin du 1er trimestre 2013, les volumes de demandes exprimées ont poursuivi leur ralentissement au cours de l’année. Néanmoins, ce recul est moins marqué à l’issue des 9 premiers mois de 2013 qu’au début de l’année. En effet, malgré un début d’été au ralenti, le mois de septembre marque une certaine reprise des demandes, tant en nombre qu’en volume. Bien que fragiles, toujours susceptibles de reports ou d’annulation, elles témoignent d’un regain d’intérêt de la part des utilisateurs et d’un léger rééquilibrage du marché, qui pourrait se traduire positivement à moyen ou long terme. En outre, face à une pénurie d’offres proposées à la vente et à des banques resserrant à nouveau leurs conditions d’octroi de crédit, les PME/PMI semblent désormais résignées à se tourner vers la location, dans un marché traditionnellement orienté vers des logiques patrimoniales. Évolution de la demande placée et de l’offre immédiate en Ile-de-France (en millions de m²) 3ème trimestre 2013 LE MARCHÉ DES LOCAUX D’ACTIVITÉS (TOUTES SURFACES) ET DES PETITS ENTREPÔTS (< 5 000 M²) EN ILE-DE-FRANCE 60 € / 70 € * Locaux d’activités « classiques » (proportion activités / bureaux ≈ 70/30) N.S. : non significatif Source : CBRE Prix de vente des locaux d’activités* en Ile-de-France au 1er octobre 2013 (valeurs faciales, HT HD/m²) Zone géographique Minimum Moyenne Maximum 1ère couronne 550 € 1 030 € 1 550 € Nord Reste Ile-de-France 280 € 640 € 900 € Ouest 250 € 520 € 800 € Est 290 € 500 € 1 100 € Sud 350 € 580 € 1 350 € * Locaux d’activités « classiques » (proportion activités / bureaux ≈ 70/30) Source : CBRE 4
    • 3ème trimestre 2013 ZOOM SUR LE MARCHÉ DES PARCS D’ACTIVITÉS EN ILE-DE-FRANCE Logistique et Locaux d’activités France | MarketView Au 1er octobre 2013, 156 parcs d’activités sont recensés par CBRE en Ile-de-France, soit environ 2,3 millions de m² de surfaces construites. Plus de la moitié des parcs (en nombre) est localisée entre l’A86 et la Francilienne et 36 % en 1ère couronne, pour la plupart au Nord et au Sud de la région. Près des 2/3 de ces surfaces ont été construits avant les années 2000, et quasiment la moitié avant les années 1990. Bien que vieillissants, les parcs d’activités demeurent une catégorie d’actifs prisée des utilisateurs, leur permettant de bénéficier de services mutualisés, d’une localisation reconnue, voire même d’interactions avec les autres acteurs en place. Répartition géographique des parcs d’activités existants en Ile-de-France au 1er octobre 2013 (en volumes) Au-delà de la Francilienne 8% Entre l’A86 et la Francilienne 48 % Intra A86 44 % Stabilité du stock immédiat Avec 272 800 m² disponibles, la vacance dans les parcs demeure élevée (12 %), mais stable en un an. Dans le contexte actuel difficile et au vu des évolutions négatives relevées en 2013 sur le marché général de l’activité, cette stabilité est plutôt positive pour ce marché. Les disponibilités sont logiquement réparties principalement entre l’A86 et la Francilienne (141 800 m²) et dans les zones intra A86 (107 800 m²), et en majeure partie à l’Est et au Nord. Dans un secteur de l’activité où les offres proposées à la vente sont peu nombreuses, ce constat est encore plus marqué dans les parcs d’activités, pour la plupart détenus par des investisseurs cherchant à maximiser l’occupation de leurs actifs. Ainsi, avec 81 % des disponibilités et 88 % des transactions (en nombre), les biens en location trustent le marché. Les offres « en blanc » sont toujours au plus bas au 1er octobre 2013. Notons que 8 900 m² sont en cours de chantier, pour une livraison prévue d’ici fin 2013 à Tigery (Parc Innovespace). Les développements « en gris » sont également peu élevés, avec 84 400 m² de programmes prêts à démarrer recensés. Un marché moins impacté que dans le diffus Source : CBRE Évolution de la demande placée des parcs d’activités en Ile-de-France (en milliers de m²) 1,6 1,2 0,8 68 000 m² ont été commercialisés dans des parcs d’activités depuis le début de l’année, soit - 19 % par rapport aux 9 premiers mois de 2012. Le dernier trimestre de 2013 ne devrait pas permettre d’atteindre un niveau semblable aux années précédentes et donc la demande placée devrait s’établir en-deçà de la moyenne annuelle de long terme. Pourtant, force est de constater que le marché est moins attaqué que celui du diffus (- 30 %). 0,4 06 Des valeurs plus résistantes 07 08 1T 09 2T 10 3T 11 12 13 4T Les valeurs locatives faciales sont généralement plus élevées dans les parcs d’activités, en raison des services attachés à ces actifs. Elles sont globalement stables, mais plus ou moins élevées selon la localisations des parcs et leur vacance. Source : CBRE Références de transactions en parcs d’activités réalisées en Ile-de-France au 3ème trimestre 2013 Urbaparc Commune Secteur géographique Collégien (77) Adresse Saint-Denis (93) Preneur Surface État des locaux Contrat Valeur (HT HC/m²/an) Est SAMD 5 256 m² État d’usage Location 60 € Nord Nouvelle régie des jonctions des énergies de France 2 696 m² État d'usage Location 93 € 94 € Valad Parc Locaparc 1 5 Vitry-sur-Seine (94) Sud Roofmart Ile-de-France 1 278 m² État d'usage Location Valad Parc des Mardelles Aulnay-sous-Bois (93) Nord Dixon Group Europ 633 m² État d'usage Location 65 € Carré Ivry II Ivry-sur-Seine (94) Sud Joyetech France 428 m² État d'usage Location 115 € ZI du Val d'Argent 3 Argenteuil (95) Ouest Trans Expo 416 m² État d'usage Location 80 € ZAC des Echassons Montlhery (91) Sud Domisys 297 m² Neuf Location 105 € Valad Parc Delizy Pantin (93) Nord Association Starting Block 267 m² État d'usage Location 135 € Source : CBRE © 2013 CBRE, Inc.
    • 3ème trimestre 2013 Références de transactions en entrepôts > 5 000 m² réalisées en France au 3ème trimestre 2013 Secteur géographique Commune Preneur Surface Contrat État des locaux Classe Grand Nord Sin-le-Noble (59) Gifi 74 100 m² Compte-propre Neuf Classe A Grand Sud Berre-l'Etang (13) Panzani 32 300 m² Location Neuf Classe A Logistique et Locaux d’activités France | MarketView Grand Est Tremery (57) Chausséa 32 000 m² Compte-propre Neuf Classe A Couloir rhodanien Saint-Quentin-Fallavier (38) Rhenus Logistics 21 800 m² Location État d'usage Classe A Ile-de-France Goussainville (95) Orienco 11 400 m² Vente utilisateur État d'usage Classe B Ile-de-France Croissy-Beaubourg (77) Mediapost 9 400 m² Location État d'usage Classe B Ile-de-France Ormoy (91) Cassier Développement 8 600 m² Vente utilisateur État d'usage Classe C Grand Sud Grans (13) Intermarché 5 900 m² Location État d'usage Classe A Sources : CBRE et Immostat Références de transactions en locaux d’activités réalisées en Ile-de-France au 3ème trimestre 2013 Secteur géographique Commune Preneur Surface Contrat État des locaux Valeur (HT HC/m²/an) Est Lagny-sur-Marne (77) Autopro 1 630 m² Location État d'usage 55 € Sud Fresnes (94) Curage Industriel de Gonesse (CIG) 1 400 m² Location État d'usage 60 € Ouest Villeneuve-la-Garenne (92) Arc Uniformes 1 290 m² Location État d'usage 85 € Est Fontenay-Trésigny (77) SCI Bosite 1 230 m² Vente à utilisateur État d'usage 555 € Ouest Taverny (95) Profils Plus 850 m² Location Rénové 62 € Nord Pierrefitte-sur-Seine (93) MPI - Immo 580 m² Vente à utilisateur État d'usage 686 € Sud Saint-Michel-sur-Orge (91) Ambulances d'Evry C. Horvath 270 m² Location État d'usage 68 € Nord Saint-Denis (93) CITC 130 m² Vente à utilisateur État d'usage 952 € Source : CBRE CONTACTS Études et Recherche Aurélie LEMOINE Directrice t : 33 (0)1 53 64 36 35 e : aurelie.lemoine@cbre.fr Global Logistic Services Erika LEONARD Chargée d’études Senior t : 33 (0)1 53 64 34 84 e : erika.leonard@cbre.fr Didier MALHERBE Directeur Général Adjoint t : 33 (0)1 53 64 36 30 e : didier.malherbe@cbre.fr Jean-Marie JACQUET Directeur Est t : 33 (0)1 53 64 34 37 e : jm.jacquet@cbre.fr Elvire REMARS Directrice Sud t : 33 (0)1 53 64 33 09 e : elvire.remars@cbre.fr Activités Ile-de-France Pierre-Louis DUMONT Directeur Nord et Ouest t : 33 (0)1 53 64 33 27 e : pl.dumont@cbre.fr + SUIVEZ-NOUS LINKEDIN GOOGLE+ TWITTER http://www.linkedin.com/company/cbrefrance http://www.gplus.to/CBREFrance https://twitter.com/CBREFrance 6 Bien que puisées aux meilleures sources, les informations que nous publions ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de CBRE ou du groupe CBRE. La reproduction de tout ou partie du présent document est autorisée sous l'expresse réserve d'en mentionner la source. CBRE Ressources - Groupement d'Intérêt Économique Siège social : 145-151, rue de Courcelles 75017 PARIS - Siren : 412 352 817 - RCS Paris http://www.cbre.fr/fr_fr