Libre Blanc - "Startupeuriat" par le Club des Entrepreneurs
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Libre Blanc - "Startupeuriat" par le Club des Entrepreneurs

on

  • 3,453 views

Lundi 7 octobre, a été présenté le premier Livre Blanc traitant des spécificités de l'entrepreneuriat start-up en France. Il vise à mieux les comprendre pour mieux améliorer leur réussite. ...

Lundi 7 octobre, a été présenté le premier Livre Blanc traitant des spécificités de l'entrepreneuriat start-up en France. Il vise à mieux les comprendre pour mieux améliorer leur réussite. Aboutissement d'un inédit processus de réflexion collective, il soulève des problématiques singulières représentant des enjeux forts pour notre économie.

Initié par le Club des Entrepreneurs, ce projet, engagé début 2012, procède d'une démarche collaborative et ouverte de toutes les parties prenantes du monde de l'entrepreneuriat et synthétise dans un consensus partagé les principales conditions de l'entrepreneuriat startup.

Statistics

Views

Total Views
3,453
Views on SlideShare
2,627
Embed Views
826

Actions

Likes
3
Downloads
200
Comments
0

10 Embeds 826

http://www.maddyness.com 398
http://www.scoop.it 381
http://cloud.feedly.com 27
http://feeds.feedburner.com 7
http://getpocket.com 4
http://reader.aol.com 4
http://kbc045.kbplatform.com 2
http://feedproxy.google.com 1
http://digg.com 1
http://www.wamigo.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Libre Blanc - "Startupeuriat" par le Club des Entrepreneurs Libre Blanc - "Startupeuriat" par le Club des Entrepreneurs Document Transcript

  • « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » Mark Twain -2-
  • SOMMAIRE 1x1 Connect (YouMoodme) .................................................................................................................... 5 Abbie&Rose ............................................................................................................................................. 8 AirYourVoice (TipMeOut) ...................................................................................................................... 11 All Together ........................................................................................................................................... 13 Applidget ............................................................................................................................................... 16 ArtipS ..................................................................................................................................................... 19 Artsper ................................................................................................................................................... 22 Augment ................................................................................................................................................ 25 AV Concept Products ............................................................................................................................. 28 Babbler .................................................................................................................................................. 31 Biodesiv ................................................................................................................................................. 33 Bonne Gueule ........................................................................................................................................ 35 Borderline .............................................................................................................................................. 37 Bulbintown ............................................................................................................................................ 40 Candyscovery......................................................................................................................................... 43 Capitaine Train ...................................................................................................................................... 46 CityCake ................................................................................................................................................. 48 CredeeZ ................................................................................................................................................. 51 Cup of Teach .......................................................................................................................................... 53 CusiShop ................................................................................................................................................ 55 Darling Box ............................................................................................................................................ 56 DrinkEntrepreneurs ............................................................................................................................... 58 eTâches .................................................................................................................................................. 60 Gallia Paris ............................................................................................................................................. 62 Feel & Clic .............................................................................................................................................. 64 G4 Interactive ........................................................................................................................................ 67 My Hospi Friends ................................................................................................................................... 69 Immoinversé.......................................................................................................................................... 72 King Dagobert ........................................................................................................................................ 75 Kitchen Trotter ...................................................................................................................................... 78 La Belle Assiette..................................................................................................................................... 80 Le Petit Ballon ........................................................................................................................................ 85 Lemon Curve.......................................................................................................................................... 88 -3-
  • Les Chaises Hautes ................................................................................................................................ 90 Les fossettes de Camille ........................................................................................................................ 94 lesmartweb.com .................................................................................................................................... 96 Meetineo ............................................................................................................................................... 98 Modizy ................................................................................................................................................. 101 MoneyDoc (Fiduceo) ........................................................................................................................... 105 My US Investment ............................................................................................................................... 108 My Vitibox ........................................................................................................................................... 111 MyLoisirs.............................................................................................................................................. 114 MySweetRoom.com ............................................................................................................................ 117 Paris ci la Sortie ................................................................................................................................... 121 Parkadom ............................................................................................................................................ 123 Payname .............................................................................................................................................. 126 PayPlug ................................................................................................................................................ 128 Pixopolitan ........................................................................................................................................... 130 Sentinelo.............................................................................................................................................. 132 Shoette ................................................................................................................................................ 134 Skill 2 Invest ......................................................................................................................................... 136 Star of service ...................................................................................................................................... 139 Tribway ................................................................................................................................................ 141 UNC Pro ............................................................................................................................................... 144 Vadequa (from the cloud) ................................................................................................................... 146 Viksen .................................................................................................................................................. 148 Wimi .................................................................................................................................................... 152 WorknMeet ......................................................................................................................................... 155 YouLoveWords .................................................................................................................................... 157 ZenSoon ............................................................................................................................................... 159 -4-
  • 1X1 CONNECT (YOUMOODME) Alexandre Pikiakos, entrepreneur depuis 6 ans. Ingénieur et ancien Sciences Po, et chanteur de rock dans une autre vie. Mon projet est de redonner sens à la liberté d’expression sur internet en proposant un outil 100% centré sur les utilisateurs, leur permettant de s’exprimer partout, en 1 clic : youmood.me. Votre motivation ? Honnêtement : le chômage. Malgré diplômes et motivation à faire n’importe quoi, c’était très difficile de trouver un travail – qui plus est intéressant. J’ai monté une première boîte de conseil en formation professionnelle, c’est là que j’ai pris le virus de l’entrepreneuriat. J’ai toujours eu la double casquette informatique (et web en particulier) / sciences politiques. La première fois que mes deux passions se sont trouvées réunies, c’était au moment de la campagne électorale de Barack Obama. Ce vent de mobilisation, de créativité, d’engagement, m’a énormément inspiré, ainsi que mon ami et associé Nicolas Colin. Nous avons décidé de monter notre projet Causebuilder (un site de mise en relation d’acteurs de cause) à cette occasion. Youmood.me est la résurgence de ce projet initial, 3 ans de R&D, de réflexions, de changements stratégiques plus tard. A quoi doit-on s’attendre lorsqu’on se lance ? Au pire ! L’entrepreneuriat est un chemin semé d’embûches. Mais l’important est de toujours garder en tête l’objectif de base, qui doit s’imposer comme un idéal à atteindre. Pour autant, il faut rester réaliste : c’est le chiffre d’affaires qui paye les factures. En France, le contexte n’est pas la même que dans la Silicon Valley où les business angels investissent allègrement dans des projets, même à l’état embryonnaire. Finalement, il ne faut pas tomber dans la schizophrénie : maintenir le cap, tout en faisant des concessions dans son pilotage. Votre start-up : S’exprimer sur internet aujourd’hui n’est que faussement libre. L’expression des internautes est subordonnée au bon vouloir des sites, qui en donnent l’autorisation ou non, ou modèrent à outrance. Les internautes sont obligés de se rendre sur des plateformes dédiées (réseaux sociaux, forums), alors que dans la vraie vie, ils peuvent s’exprimer où ils le souhaitent. Cette pratique n’est ni logique, ni bénéfique pour les éditeurs de sites qui perdent le contact avec leurs internautes. Selon nous, s’exprimer sur internet devrait être totalement libre et possible partout : c’est la véritable définition du web 2.0 et un excellent moyen de générer du débat, des idées, et de faire évoluer la société. Nous avons développé un bouton magique qui permet à n’importe quel internaute de faire apparaître une boîte de commentaires et de découverte, par-dessus n’importe quelle page web. Nos utilisateurs peuvent laisser des commentaires, lire ceux des autres, découvrir des sujets de conversations et des gens intéressants, le tout sans quitter la boîte youmood.me. Les éditeurs de site peuvent retrouver le contact perdu avec les internautes en utilisant la version B2B de youmood.me, tout en bénéficiant du trafic supplémentaire généré par notre interface de navigation interne. C’est un outil de CRM innovant, et les analytics (tout sauf des données -5-
  • personnelles !) que nous fournissons permettent d’optimiser le channel planning et les frais de régie publicitaire. Nous avons développé une offre de Software as a Service pour 2 types d’éditeurs de site : les marques/e-commerce et les médias/blogs. Notre produit phare est un plugin de commentaires avec navigation interne – soit la version B2B du bouton magique youmood.me. Les prix au mois dépendent du volume d’utilisation. Nous proposons des fonctionnalités et des modules supplémentaires spécifiques à chaque segment de notre clientèle. En complément, nous proposons à nos clients l’accès aux analytics sur leurs audiences. Nous souhaitons toucher nos premiers utilisateurs dans des communautés bien spécifiques. L’aspect « social », prépondérant chez youmood.me, implique de créer du lien entre des usagers au niveau micro. Après tout, c’est un outil de discussions : discuter à plusieurs, entre amis ou avec des gens qui partagent les mêmes centres d’intérêt, c’est mieux. Par ailleurs, nous encourageons l’usage revendicatif de notre outil, et souhaitons qu’il soit repris par des associations, des organisations, comme un outil de liberté d’expression. Si des féministes veulent pouvoir critiquer la maigreur des mannequins des magazines féminins sans se voir censurer, elles le peuvent. Si des défenseurs des droits des consommateurs veulent pouvoir condamner une marque peu regardante directement sur leur site, elles le peuvent. C’est leur droit, et c’est la responsabilité des marques de les écouter et de leur répondre. Les réseaux sociaux sont-ils intégrés dans votre stratégie ? Nous sommes un réseau social ! Les autres réseaux sociaux nous inspirent, ou au contraire nous servent de contre-modèle. Quoiqu’il en soit c’est l’esprit du web 2.0 et de la réappropriation du web par les internautes qui est au cœur de notre projet au quotidien. D’un point de vue technique, nous avons intégré les solutions de connexion en 1-clic (via Facebook, Twitter et Google). Toutes les activités des utilisateurs de youmood.me peuvent être partagées sur la plupart des grands réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google, Pinterest, Linkedin, Tumblr... Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? En train de trinquer avec mes associés, fondateurs et actionnaires, au succès de youmood.me qui est devenu un standard de la liberté d’expression sur le web et à la revente avantageuse de ma boîte à un géant du web, l’esprit déjà embarqué dans une nouvelle idée. Le Startup-euriat : C’est une des voies les plus difficiles qu’on puisse imaginer. Je suis tenté de croire qu’il faut un grain de folie pour se lancer. Et c’est un virus dont on ne guérit pas. Mais les jours de succès, quelle euphorie ! Cela dit, on entend souvent que l’entrepreneuriat en France est impossible, à cause des dispositifs fiscaux. Je ne suis pas d’accord. C’est grâce aux aides au chômage que j’ai pu me lancer, c’est grâce aux subventions que j’ai pu monter mes premières boîtes, c’est grâce aux aides pour la R&D que je peux employer autant de personnel : les écosystèmes d’aides aux entrepreneurs sont nombreux et particulièrement efficaces. Je suis ravi de payer mes impôts quand je sais qu’ils pourront être redistribués de la sorte. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu’on se lance ? Psychologiquement : les critiques et les remises en cause incessantes. Economiquement : un maigre salaire (un peu comme une vie de bohême, la bohême en moins). Socialement : mieux vaut trouver des amis entrepreneurs pour accepter de boire des cafés entre 8h40 et 9h10. Physiquement : une résistance à toute épreuve, les nuits de travail, les levées de fond, les efforts commerciaux, la relation client, le management… -6-
  • Ce ne sont pas les compétences qui comptent dans l’entrepreneuriat, on peut toujours trouver quelqu’un qui fera mieux que nous telle ou telle chose. L’important c’est d’y croire et d’avoir envie, et de savoir transmettre cette envie. J’ai surtout su bien m’entourer : j’ai une équipe en or, d’excellents développeurs qui adorent leur travail, une équipe projet passionnée, et tous travaillent en excellente intelligence. Au quotidien, j’ai suffisamment de connaissances en informatique et en marketing pour superviser mes équipes, mais c’est surtout parce que je les écoute et les motive qu’on arrive où on en est. La plupart des membres de ma famille et de mes amis me prennent pour un fou, mais sont très tolérants, surtout quand je réponds à mes clients par téléphone au milieu du dîner, ou en vacances. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Tous les matins, je me dis que j’aurais du me réveiller plus tôt. Je fais un point avec l’équipe pour connaître l’avancement des chantiers. Pendant le reste de la journée, je suis souvent pris par la comptabilité, les mails aux investisseurs, la relation-client, les imprévus… J’arrive à consacrer une grande partie de mon temps à la direction technique, la conception et la programmation. Mais j’ai délégué la gestion de projet. On ne réalise pas à quel point ce sont les « détails » qui prennent le plus de temps. Concevoir et mettre à jour le planning, par exemple. Même si l’équipe est petite, elle est tellement efficace que les chantiers défilent à une vitesse ingérable. Nous avons la chance d’être très bien situés, au bord de la Seine, parfait lieu de pique-nique d’équipe. Tous les soirs, je me dis que j’aurais dû rentrer plus tôt. Où trouvez-vous votre inspiration ? Sur mon vélo, en mangeant des sushis, en regardant des films, en dormant, en écoutant la radio le matin… Mon cerveau ne s’arrête jamais. Les deux membres de l’équipe projet vont souvent à des conférences et des rencontres, elles en reviennent toujours la tête pleine d’idées. Elles sont aussi ultra-connectées aux réseaux sociaux et aux blogs, beaucoup plus que moi. Ce sont elles les vraies geeks. A nous tous, les idées ne manquent pas. Quelle est votre plus grande chance ? Ma compagne qui me motive chaque jour! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? De rencontrer un maximum d’autres entrepreneurs : entre eux, ils reconnaissent ceux qui sont atteints du virus ! Plus sérieusement, il faut emmagasiner un maximum d’informations, surtout des récits d’échecs (en gardant de la jugeote pour faire le tri, bien sûr), et éviter autant que possible de les reproduire. Enfin, ne JAMAIS entreprendre seul ! Le mot de la fin ? Pourquoi ne pas venir le lire sur youmood.me ? Et obtenez-y le bouton magique ! 1x1 connect en chiffres : 2010 : Date de création 4 développeurs (dont une développeuse !) et 2 responsables commercial / marketing Fin 2012 : Nous avons atteint notre breakeven 4 juin 2013 : Lancement de Youmood.me 100 utilisateurs la première journée ! -7-
  • ABBIE&ROSE Gilles Grosjean, 35 ans, je suis co-fondateur d'Abbie&Rose label de chemises casual pour hommes. Ingénieur de formation, j'ai commencé ma carrière dans la finance au sein d'une banque puis d'une compagnie d'assurance avant de décider de co-fonder Abbie&Rose avec 3 associés: Eric, Jacques et Quentin. Mes 3 associés ne sont pas impliqués directement dans la gestion et le développement de notre label, mais ils apportent leurs compétences et leur expertise dans leurs domaines respectifs d'expérience. Quentin et moi-même sommes 'novices' dans notre secteur, mais Eric et Jacques combinent plus de 75 ans d'expérience dans le textile et en particulier dans la chemise pour hommes. C'est donc un projet construit sur de solides fondations. Votre motivation ? Mon dernier emploi était "conseiller stratégique" pour le développement international d'une entreprise d'assurance. J'ai occupé cette fonction pendant un peu plus de deux ans entre 2008 et 2011... en plein milieu de la crise financière. J'étais donc un peu au mauvais endroit au mauvais moment: budgets coupés par le Conseil d'administration, moins-values à gérer, etc. Cette position inconfortable m'a sans conteste aidé à réaliser mon vieux rêve d'entrepreneuriat... Mes 5 années à la banque, je les avais passées en contact avec des entrepreneurs et pour être honnête, leurs activités me passionnaient nettement plus que les miennes... C'est du coup à cette époque que j'ai commencé à rêver de - moi aussi - créer mon entreprise. Le textile en particulier était un de mes secteurs de prédilection (certains diront sans doute que c'est parce que ma Maman avait elle-même créé un label de prêt-à-porter pour enfants dans les années 80 ;-)). Du coup, quand j'ai finalement pris la décision de franchir le cap, j'ai rencontré toutes les personnes croisées précédemment dans ma carrière et qui faisaient ou avaient fait des choses qui m'intéressaient. C'est comme ça que j'ai recontacté Eric, un de mes clients 5 ans auparavant - il avait heureusement gardé un bon souvenir de notre collaboration. Nous nous sommes rapidement bien entendu et avec Jacques et Quentin nous avons imaginé Abbie&Rose. A quoi doit-on s’attendre lorsqu’on se lance ? A ce que rien ne se passe comme prévu ! Depuis quelques années, j'avais développé une activité de conseil sur le côté - mon objectif était d'accompagner des jeunes entrepreneurs dans le développement de leur business plan. J'étais du coup devenu une sorte d'expert théoricien du business plan. Faire le mien et ensuite le confronter à la réalité a en réalité été très instructif... Votre Startup : Pour Abbie & Rose, les hommes ne sont finalement que des grands garçons qui portent des chemises. Notre label revendique donc un vestiaire pour des hommes qui s’affirment et entreprennent mais qui savent se détendre et garder l’esprit léger. -8-
  • Nous pensons que l’homme moderne cherche de plus en plus à se différencier et s’affirmer notamment via ses vêtements dont le choix n’est plus le fruit du hasard ou de la promotion 1+6 gratuits mais une décision tranchée pour des produits originaux, qui parlent leur langage et qui leur vont bien. Plus que jamais, les vêtements sont devenus un moyen d’expression. En parallèle, ce même homme moderne aime entreprendre au sens large. Que ce soit au niveau professionnel ou personnel, il prend sa vie en main, ne fait pas de choix par défaut (il parait même qu’il lave ses chemises lui-même !). Entreprendre et s’affirmer mais toujours en se faisant plaisir, ce sont les fondamentaux d’Abbie & Rose. L'essentiel de nos ventes se font via nos boutiques partenaires qui distribuent nos chemises - en France, Belgique, au Luxembourg et aux Pays-Bas. Nous vendons également via internet et lors de pop-up stores. Notre business model 'boutique' est atypique pour le secteur qui traditionnellement se base sur des précommandes réalisées 6 à 8 mois avant une livraison en magasin. Chez Abbie&Rose, nous avons pris le parti d'offrir plus de flexibilité aux boutiques - ce qui est particulièrement bienvenu en ces temps incertains. Nous travaillons en effet sur des délais entre la commande et la livraison qui vont de 8 semaines à 2 jours (sur base des disponibilités). En fonction des demandes de nos clients, de l'état de notre plan de production et de nos stocks éventuels, nous sommes capables de servir les boutiques en fonction de leurs besoins. Il est évident qu'apporter un nouveau business model dans un secteur qui n'a finalement que peu évolué sur ces dernières décennies est difficile parce qu'il faut convaincre... Ce que nous apportons répond toutefois largement aux principales préoccupations des détaillants (flexibilité, renouvellement plus régulier de l'offre, modernité, réactivité aux tendances, etc.), du coup, jusqu'ici, notre approche est très bien accueillie. Les réseaux sociaux sont-ils intégrés dans votre stratégie ? Nous avons deux axes principaux - PR et réseaux sociaux. Il est évident que notre développement passe par le développement de notre notoriété - un travail appuyé au niveau des relations presses est donc très important. Nous avons d'ailleurs une assez bonne expérience sur ce point. Une des clés de notre projet est notre univers - or il n'existe pas grand-chose de mieux aujourd'hui pour le partager que les réseaux sociaux. C'est pour nous l'opportunité de partager nos nouveautés, l'évolution de notre projet, et tout l'univers que nous voulons développer autour. Facebook, Twitter et LinkedIn sont les principaux réseaux sociaux pour nous à ce stade. Les réseaux sociaux font partie intégrante de notre communication journalière: nous n'avons pas de blog actuellement, Facebook est donc le moyen idéal pour partager notre contenu. Nous restons toutefois prudents car tous ces outils ne sont pas encore matures - c'est particulièrement évident avec Facebook qui se cherche toujours un business model viable. Comment vous voyez vous dans 5 ans ? Nous avons 3 objectifs principaux dans les 5 ans à venir: 1. Augmenter notre reconnaissance comme spécialiste de la chemise casual ; 2. Développer notre présence et nos part de marchés sur nos marchés actuels (France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) et ouvrir de nouveaux marchés (pourquoi pas l’Angleterre ?) ; 3. Nous souhaitons partager nos profits pour encourager l'entrepreneuriat, notamment comme moyen de réinsertion - du coup, nous souhaitons avoir des moyens suffisants que pour avoir un réel impact ; Le Startup-euriat : C'est assez simple. Il y a des moments plus difficiles évidement - comme partout - mais si on a l'envie et la passion, ces moments ne sont jamais trop difficiles à surmonter. Une des difficultés principales, -9-
  • dans mon cas certainement, c'était (c'est toujours un peu le cas d'ailleurs) la multiplicité des tâches: admin, vente, livraison, production, design, communication, marketing, PR, site web, partenariats, etc. Pas toujours évident de tout faire ou de mettre les bonnes priorités... Un autre constat que j'ai également fait c'est qu'il faut se battre contre les autres - souvent très prompts à critiquer. "Se lancer dans le textile? Au milieu de la crise? Gilles a vraiment eu là une bien mauvaise idée...". Ce qui est finalement amusant, c'est que c'est souvent ceux qui ne font pas grand-chose qui sont les premiers à critiquer ceux qui entreprennent... Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Bien sûr ! Pour moi, le doute est très sain, c'est une remise en question qui permet de prendre du recul et de s'adapter si c'est nécessaire. C'est d'ailleurs dans ce contexte que nous avons évolué pour adapter notre business model et mieux répondre à notre marché. Il est clair que sans mon entourage et ma famille, je n'en serais pas là. Avant de me lancer, ils m'ont poussés à bien réfléchir, mais une fois que ma décision était prise, ils ne s'en sont plus posé non plus, ils m'ont toujours soutenu. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Bien difficile de vous répondre... je n'ai vraiment pas de journée type. Il y a bien quelques petites choses que je fais systématiquement comme suivre les statistiques de notre site web ou gérer notre page Facebook, mais le reste dépend vraiment d'un jour à l'autre: travail de collection, gestion des livraisons, développement commercial, etc. J'ai vraiment une vision de ce que nous pouvons faire et apporter avec Abbie&Rose - c'est cette vision qui me motive à toujours aller de l'avant pour m'en rapprocher. C'est à la fois dans l'évolution de notre secteur que je veux apporter quelque chose, mais aussi dans le levier que nous pouvons faire sur cette activité pour avoir un impact positif plus global. Ces perspectives sont très excitantes. Votre plus grande chance ? De pouvoir faire mes choix. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? J’ai souvent entendu des entrepreneurs dire que leur seul conseil à quelqu'un qui veut entreprendre est de leur dire "fonce!" - je suis un tout petit peu plus nuancé: réfléchis rapidement si tu te sens capable d'assumer un échec. Si la réponse est oui, alors fonce ! Une trop grande peur de l'échec ne permettra jamais de se concentrer sur l'essentiel qui est de développer l'activité. Créer Abbie&Rose, développer la marque, m'adapter au marché, mieux répondre aux besoins de nos clients - cette aventure est certainement la plus passionnante que j'ai connu jusqu'ici. A très bientôt pour la suite ! Abbie&Rose en chiffres : 2012 : Les débuts avec une première collection d'une douzaine de références, et avons clôturé l'année fiscale sur une petite perte comptable en ayant vendu un peu plus de 3.000 : le nombre de chemises Abbie&Rose vendues la première année 2013 : Une année remplie avec pour objectif d’atteindre les 10.000 chemises vendues sur l'année... et d'être profitables ! - 10 -
  • AIRYOURVOICE (TIPMEOUT) Je suis Maxime Troubat et je dirige AirYourVoice, une agence de communication digitale et de développement web et je lance en parallèle des projets qui me tiennent à cœur comme TipMeOut. TipMeOut est une application multiplateforme (iOS, Android) qui permet à tout un chacun de stocker dans un endroit précis ses meilleures adresses et de les partager avec son cercle de confiance. En effectuant un benchmark des solutions existantes, nous nous sommes aperçu qu'aucune application ne répondait réellement à nos besoins en termes de stockage et de partage d'adresses, pourtant tout le monde parle d'adresses en permanence. Cela nous a semblé évident. Et un projet appelle à fonder une entreprise. Quel est le bagage essentiel de tout entrepreneur pour vous ? Il faut tout d'abord avoir une équipe solide, bien définir les rôles au départ puis se donner des objectifs précis avec des échéances. Votre Startup : Nous avions 3 problématiques avant de créer TipMeOut : Où sont mes meilleures adresses ? Quelles sont les meilleures adresses de mes amis ? Comment organiser 1 événement avec mes amis ? TipMeOut permet justement de : créer un carnet d’adresses généraliste avec ses meilleures adresses (Restaurant, hôtels, médecins…), partager ses adresses avec ses cercles de confiance, voir les adresses de ses amis, organiser des événements et les synchroniser avec son calendrier. C’est l’application pratique, simple et ludique En quoi êtes-vous différenciant ? Cette application n’a pas de concurrents directs dans la mesure où ce n’est pas : - 1 annuaire d’adresses comme Foursquare, Dismoiou - 1 application de recommandations anonymes comme Qype, Yelp - 1 application de géolocalisation comme Foursquare - 1 réseau social généraliste comme Facebook Il s’agit d’une application de gestion d’un carnet d’adresses personnalisé à l’intérieur de cercles de confiance en utilisant toute l’étendue technique du smartphone. Pour l'instant, aucun business model n'est défini, c'est souvent le cas lorsqu'on lance des applications qui reposent sur le nombre d'utilisateurs mais après un an d'existence, nous savons quoi faire et ce qui fonctionne donc la prochaine version que nous souhaitons lancer reposera en revanche sur un business model. - 11 -
  • Quelle est votre stratégie de médiatisation et comment y intégrez-vous les réseaux sociaux ? Nous avons eu beaucoup de presse lors de notre lancement très technique, geek. Nous savons également ce qui fonctionne et qui est notre cible à présent, nous allons donc orienter notre communication vers les personnes de 25-35 ans, urbains. Notre application est directement liée à Facebook et Twitter. La prochaine version sera encore plus tournée vers les réseaux sociaux existants. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous espérons devenir l'application de référence pour le partage de bonnes adresses. Le Startup-euriat C’est surtout beaucoup de papier et d'administration qui rendent lourde la tâche. Il faut se renseigner énormément sur la structure à monter, trouver des financements etc. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Non, car lorsqu'on se lance, nous n'avons pas tellement le droit à l'erreur car nous y mettons à la fois nos tripes et notre argent. C'est une nécessité de mener à bien le projet. Votre famille : un atout ou un obstacle à la création ? Ni l'un ni l'autre. Elle a l'habitude Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n'y a pas de journée type quand on lance son entreprise car nous devons toujours jongler entre la gestion du projet, apporter des nouvelles idées, s'occuper de l'administratif et réfléchir à la meilleure stratégie de communication. Par ailleurs, nous devons sans cesse rencontrer de nouvelles personnes pour des partenariats, faire avancer l'idée...passionnant. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? En lisant beaucoup et en suivant l'actualité. Votre plus grande chance ? Avoir un bon réseau ! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Si vous avez une bonne idée, ne réfléchissez pas. Foncez. Créer son entreprise est la plus belle chose qui me soit arrivée. C'est dur, cela demande beaucoup de travail mais c'est la chose la plus gratifiante qui soit. - 12 -
  • ALL TOGETHER All-Together permet de partager des activités de loisirs : trouver d'autres partenaires de tennis, d'autres fans pour aller voir des concerts, d'autres curieux pour aller voir des expos. All-Together est ainsi un réseau social mais aussi une API, un bouton "J'ai envie d'y aller" à intégrer notamment sur les sites de billetterie pour permettre aux internautes de voir les personnes ayant aussi envie d'aller à un événement (film, spectacle, etc.). Enfin, c'est aussi une solution pour les entreprises avec un All-Together en interne permettant aux salariés de se rencontrer pour partager des activités de loisirs ensemble. Cela permet de créer des synergies, de fidéliser les collaborateurs, de les rendre plus productifs en créant un véritable esprit d'équipe. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? 3 choses: un besoin des utilisateurs potentiel, un besoin business de clients potentiels et une envie personnelle. C'est la conviction intime qu'une nouvelle solution pouvait répondre aux besoins que j'avais identifié et une volonté d'entreprendre qui m'ont décidé de me lancer. J'ai eu l'idée quand je suis parti vivre à New York. Je ne connaissais personne et je voulais rencontrer des purs locaux pour découvrir la ville, leur culture et partager mes passions en faisant des activités (visiter les musées, aller voir des spectacles, jouer au football...). Je pensais que dans cette ville de start-ups un site devait forcément déjà exister et j'ai été très surpris de voir que rien ne correspondait vraiment à ce que je voulais. Il y avait des sites de petites annonces, des sites pour rejoindre des groupes se retrouvant toutes les semaines mais rien pour véritablement rencontrer des individus par centre d'intérêt pour partager ponctuellement des activités. D'où l'idée de créer All-Together et, par là même, faire le pas de l'entrepreneuriat. Ensuite j'en ai parlé à des amis, j'ai aussi découvert en travaillant chez Unilever que ce qui gênait les marques avec Facebook & co, c'était le fait que ces réseaux sociaux ne leur apportaient pas de chiffre d'affaires et dans le même temps alors que 86% des internautes préparent leur sortie en ligne, les lieux d'activités sont mal présent sur le web ! J'ai donc eu l'idée de leur apporter du chiffre d'affaires en permettant aux membres de se réunir pour venir chez eux ! A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? À le voir évoluer ! Beaucoup ! Avoir une idée, une vision, des valeurs c'est bien mais la seule vérité est celle du marché. Il faut savoir écouter, s'adapter et évoluer pour répondre aux besoins au mieux. Mon projet s'il ne satisfait que moi, sera un échec, il faut aussi qu'il satisfasse les autres ! C'est le but! Votre Startup : Le concept d'All-Together est de réunir les personnes voulant partager les mêmes activités, les mêmes passions. Je le dis souvent, l'amour n'a pas le monopole de la rencontre. C'est le métier d'AllTogether de le prouver. - 13 -
  • All-Together répond à des besoins de partage, des besoins de rencontre et des besoins de réel à l'heure où les Français ont 150 amis sur Facebook mais n'en voit que 3 en réel pour des activités de loisirs et où 36% des Français sont frustrés de ne pas assez sortir faute de partenaires pour les accompagner ! Nous sommes différenciants par notre vision, notre technologie et notre modèle économique. Notre vision d'une plateforme gratuite pour les utilisateurs mais sans publicité et avec des recommandations pertinentes de lieux partenaires (salle de sport, bars, restaurants...). Notre technologie avec l'API et nos connexions avec les réseaux sociaux permet à chacun de trouver les personnes avec qui partager une activité : parmi nos amis, parmi les personnes partageant les mêmes centres d'intérêt mais aussi parmi les personnes ayant indiqué vouloir aller aux mêmes événements (concert, film, etc.) Nous avons 2 business model: un modèle B2B et un modèle B2B2C. Le modèle B2B est celui avec les grandes entreprises et CE à qui nous vendant notre solution en interne pour que celles-ci permettent à leurs salariés de se rencontrer et de partager des activités de loisirs. Nous vendons ainsi la création et l'installation de la plateforme personnalisée à l'entreprise mais aussi nos services de communication pour la promouvoir en interne ainsi que nos services d'organisation d'activités de team building (tournoi interne et interentreprises, karting, laser game, paintball, d'autant que nous avons des partenariats avec de nombreux lieux d'activité) et enfin nous pouvons recommander et mettre à disposition des salariés de nombreux coachs (sport, bien-être, cuisine etc.) Enfin, l'autre modèle B2B2C est de permettre aux lieux d'activité et billetterie de gagner du chiffres d'affaires sur lequel nous prenons une petite commission en les recommandant à nos utilisateurs et en leur permettant de venir ensemble, à plusieurs. Notre meilleur média, ce sont nos membres. Ce sont eux qui peuvent créer les activités et les partager sur les réseaux sociaux pour les faire connaître. Enfin, nous utilisons aussi beaucoup les RP, les réseaux sociaux et enfin de l'événementiel stratégique. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Évidemment, ils sont la clé. Nous sommes nous-mêmes un réseau social ! Nous avons ainsi complètement intégré les autres réseaux sociaux à notre plateforme : pour permettre aux membres de s'inscrire facilement, d'inviter leurs amis aux activités qu'ils organisent mais aussi pour trouver d'autres membres par centres d'intérêt. Au lieu de demander à nos nouveaux membres d'écrire tous leurs centres d'intérêt, en un clic, on peut récupérer toutes les pages pertinentes (de film, de musique, de sport etc.) que les membres ont aimé sur Facebook pour que chacun puisse ainsi facilement trouver d'autres personnes partageant ses passion. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Leader du partage d'activité de loisirs en Europe...ou dans le monde! Sky is the limit! J'ai reçu un email d'une entrepreneure suisse en Malaisie qui veut lancer All-Together en Malaisie sous forme de franchise. Depuis, j'en ai parlé à plusieurs entrepreneurs que j'ai rencontré et dans les prochains mois on pourrait avoir All-Together se développer en Malaisie, en Inde, au Pérou, en Allemagne et aux États-Unis où les discussions ont déjà commencé avec des entrepreneurs locaux. - 14 -
  • Le Startup-euriat : Professionnellement, rien n'est plus difficile. Humainement, ce n'est pas mal non plus ! Au-delà des obstacles juridico-administratifs et financiers, les véritables obstacles sont personnels. Créer une entreprise n'est jamais un long fleuve tranquille, il faut savoir traverser les tempête et surtout par rapport à son équipe, ses associés qui peuvent ne pas être aussi prêt à affronter l'incertitude où le temps que nécessite la création d'entreprise. Moi-même, j'associé « start-up » à « speed up » alors que si l'entrepreneuriat est une course, c'est une course d'endurance, pas une course de vitesse ! Il faut surtout se dire que sans doute, nul progrès. Il faut savoir se remettre en question au quotidien et l'entrepreneuriat vous force à cela. Pour sûr, il faut avoir foi en son projet et un peu de confiance en soi malgré tout. Votre famille : un atout ou un obstacle à la création ? Ma famille, bien que personne dans ma famille n'ait ne serait-ce que le baccalauréat ni travaillé en entreprise a été mon seul soutien, donc oui elle a été plus qu'un atout. Ce ne devait pas être facile pour mes parents de voir qu'à la sortie de l'école, alors que j'aurais pu gagner plus qu'eux deux réunis, que je me lance dans l'aventure périlleuse de l'entrepreneuriat mais ils ont toujours eu confiance en moi. Je leur suis extrêmement reconnaissant de leur soutien moral ! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Une journée type ? Qu'est-ce que c'est ? Je ne crois qu'un entrepreneur ne connaisse de journée type et c'est tout l'intérêt ! Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans les retours de nos utilisateurs ! Dans les idées de mes collaborateurs et dans les rencontres avec d'autres entrepreneurs. Votre plus grande chance ? Je crois que nous sommes les acteurs de notre propre chance. Bien-sûr j'ai eu la chance de naître en France, d'avoir reçu une bonne éducation mais ensuite c'est à nous de créer notre propre destin, il n'y a pas de fatalité. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Partagez votre idée ! N'ayez pas peur, faites la vivre ! Le mot de la fin ? Mon aphorisme préféré, celui de René Char : "Agir en primitif et prévoir en stratège" qui exprime bien selon moi ce que vit un entrepreneur. All-Together en chiffres 7 mois : le temps qu’il nous a fallu pour recruter plusieurs milliers de membres ! Plusieurs milliers de rencontres à l'occasion de plusieurs centaines d'activités - 15 -
  • APPLIDGET Je suis Tristan Verdier, Président et co-fondateur de la société Applidget avec Romain Pechayre. Applidget est l'unique interlocuteur IT et informatique pour tous les organisateurs d'événements et qui a édité il y a 3 ans sa propre solution Software as a Service, MobiCheckin, constituée d'une plateforme Web et d'une application mobile (iOs et Android). Cette solution permet aux organisateurs de gérer l'ensemble de leurs événements en ligne que cela soit avant, pendant ou après la manifestation. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? J’ai toujours eu un esprit entrepreneurial! J’avais un réel désir d’être libre et de pouvoir allier ma passion pour l’informatique à ma formation commerciale. Mes discussions avec l’administration de l’ESSEC Business School et leur l’intérêt à développer une plateforme représentaient pour moi une opportunité exceptionnelle; d’autant plus que j’avais d’une part le soutien de mes proches et également un premier client, l’ESSEC Business School. Diplômé de l‘ESSEC Business School et après avoir passé 2 ans chez Roland Berger, j’ai fondé en 2009 la société eCareerDays, plateforme permettant aux Grandes Ecoles et universités d’organiser leur forum de recrutement. A l’issu de la deuxième année d’activité, j’ai très vite remarqué que cette solution pouvait être adressée à tout type d’organisateurs d’événements et pas seulement aux écoles; c’est pourquoi début 2011, rejoins par mon associé Romain Pechayre (diplômé de Polytechnique), la société change de nom et devient Applidget. Aujourd’hui, Applidget propose des solutions mobiles événementielles en Software as a Service grâce à une plateforme web (wwww.mobicheckin.com) et à une application iOs (MobiCheckin). A quoi doit-on s’attendre lorsqu’on se lance ? A ne pas beaucoup dormir :) Mais surtout à y prendre goût! On ne se doute pas forcément de rencontrer autant d'obstacles et de challenges comme à l'inverse autant de réussite ;) Votre startup : Applidget et son produit phare MobiCheckin se distinguent de ses concurrents par sa structure de coûts, très légère du fait de l'infrastructure du Cloud et de l'ouverture de notre API, son matériel moins cher car non spécialisé, et la possibilité d'enrichissement des applications mobiles iOs et Android. Mais le réel avantage de la société Applidget par rapport à ses concurrents réside dans le fait que nous sommes le pure player qui n'est pas spécialisé dans le ticketing et qui intervient également sur site, offrant une solution de gestion de A à Z. Enfin, notre ADN Web et notre fort potentiel de développement nous permet de regarder au-delà des solutions standard pour proposer à nos clients des solutions toujours plus innovantes et spécifiques, faisant d'Applidget une agence de développement mais également et surtout un réel partenaire conseil. - 16 -
  • Nous vendons une solution SaaS cela veut donc dire que nos clients peuvent utiliser notre solution de manière autonome en payant directement sur notre plateforme Web. A côté de cela, nous facturons aussi du service sur mesure sous la forme de prestations d'agence de développement. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous participons à beaucoup de concours / prix, à des salons professionnels et nous sommes également membres de plusieurs groupes et associations d'entreprises innovantes et technologiques (Scientipôle Initiative, Réseau Entreprendre 92, Startup GRIND).Ces axes nous permettent de faire parler de nous et d'obtenir de la notoriété sur notre marché. Pour le reste, nous utilisons nos réseaux et également les solutions Web (réseaux sociaux, solutions d'e-mailing, blog, site internet...) pour faire parler de nous et de nos solutions. Les réseaux sociaux sont utilisés comme un relais d'informations autour de nos solutions et de notre entreprise. Nous utilisons surtout les réseaux sociaux dans le cadre des services à nos clients, de manière à faciliter les inscriptions en ligne à leurs événements et surtout de les faire augmenter. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, nous serons l'acteur international référent en termes d'informatique événementiel. Cela veut donc dire que nous pourrons répondre à tous les besoins des organisateurs d'événements grâce à nos solutions en ligne. Le Startup-euriat : Il est facile de créer une entreprise, il suffit de remplir quelques papiers et d'avoir un peu d'argent, ne serait-ce que quelques euros aujourd'hui! :) Le plus dur est de la faire durer et surtout de la faire évoluer comme on le souhaite ;) Dans le cadre de notre activité, le plus dur était de convaincre nos clients d'utiliser des solutions tout à fait novatrices pour le marché événementiel à savoir du QR Code (et non du code barre 1D), des mobiles au lieu de couchettes et surtout d'utiliser une solution en ligne, hébergée dans le Cloud. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Il m'est parfois arrivé de douter de certaines choses et dans ces moments-là je me suis reposé sur le soutien de mon entourage et sur ma motivation à mener à bien ce projet. De plus, j'ai eu la chance d'avoir et d'être très bien épaulé par mon associé et le reste de l'équipe. Mes proches m'ont été un énorme atout dans ce projet, toujours à m'encourager et à m'aiguiller. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Quand vous êtes entrepreneur d'une start-up, il n'y a pas de journées types :) C'est d'ailleurs pour ça que c'est extrêmement stimulant et motivant. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans le Web et dans mes lectures de blog d'entreprises IT, d'articles concernant des nouvelles technologies et surtout chez mes clients qui continuellement m'apportent des nouvelles idées en me demandant telle ou telle chose en plus dans notre solution SaaS. Votre plus grande chance ? Ma plus grande chance c'est mes proches m'aient toujours apporté leur soutien et leur confiance. On se sent toujours plus serein et rassuré quand on sait que notre famille et amis sont là pour nous et qu'ils nous aideront le moment venu. Il faut être passionné par ce que l'on souhaite faire avant de se lancer. - 17 -
  • Le mot de la fin ? « Toute technologie suffisamment avancée ne peut être distinguée de la magie » (Arthur C. Clarke). J'ai toujours rêvé d'être un magicien, et grâce à Applidget et MobiCheckin j'ai l'impression de l'être devenu :) Applidget en chiffres : 110 000€ à 700 000€ : l’évolution de notre C.A entre 2010 et 2013 4 personnes au début de l’aventure 16 maintenant ! - 18 -
  • ARTIPS Artips, c’est une dose d’art au quotidien. Il s’agit d’une anecdote décalée et mémorable sur une œuvre d’art à lire chaque jour en une minute. Il est très simple de s’inscrire sur notre site (une adresse mail suffit), et c’est gratuit. Artips est né de ma rencontre avec Jean. Alors que je terminais mon double-diplôme HEC/Sciences Po à 23 ans, j’ai rencontré Jean, 28 ans, Directeur R&D dans une start-up d’appli mobile et diplômé de l’ENSIMAG. Nous étions tous les deux passionnés d’art et d’innovations avec des compétences et des expériences très complémentaires, lui plutôt technique et moi plutôt business. Nous nous sommes rencontrés lors d’un Start-up Week-end, sorte de concours d’entrepreneuriat. Les encouragements des membres du jury, même si nous n’avons pas gagné, ont constitué le véritable déclic. L’idée avait un véritable potentiel. A l’issue de ces deux jours (et nuits) de travail intense, Jean m’a proposé de démissionner de son poste actuel pour qu’on lance Artips ensemble ! Notre passion commune pour l’histoire de l’art a sans aucun doute été un facteur déterminant. Jean lisait de l’histoire de l’art tous les matins de 5h30 à 6h30 avant d’aller travailler ; quant à moi, je prenais des cours d’histoire de l’art à Sciences Po. Pour l’un comme pour l’autre, recevoir des Artips sur son portable à consulter à n'importe quel moment et surtout de n'importe où aurait été très pratique ! Lors de mon année de césure, mon stage dans la finance était si chronophage que je rêvais d’une minute à moi par jour, qui ne serait pas dédiée au profit et durant laquelle je pourrais continuer à me cultiver. Parce qu’en semaine il est difficile de parvenir à ouvrir un manuel d’histoire de l’art et parce que faire 3 heures de queue le weekend pour visiter une exposition me démotivait, j’ai eu l’idée de fonder Artips. A quoi doit-on s’attendre lorsqu’on se lance ? A des hauts et des bas, bien sûr… Nous avons eu beaucoup de chance en créant Artips : notre ambition de démocratiser l’accès à l’histoire de l’art a suscité un réel enthousiasme auprès de notre communauté de lecteurs, qui y a vu une initiative novatrice qui méritait d’être connue. Bon nombre d’entre eux n’ont d’ailleurs pas hésité à s’investir personnellement dans le projet. Votre Startup : Notre concept est de dépoussiérer l’histoire de l’art ! C’est en effet le côté décalé et ludique d’Artips qui le différencie de ses concurrents, de même que la volonté d’être accessible au plus grand nombre. - 19 -
  • L’approche d’Artips permet de toucher un public très large, des férus d’histoire de l’art aux plus néophytes : certains pourront découvrir les œuvres d’un artiste qu’ils ne connaissaient pas, d’autres apprendre une histoire captivante à raconter en public, d’autres enfin dévoiler un petit détail d’une œuvre qu’ils pensaient pourtant connaître par cœur. Nous nous différencions également par le support choisi : Artips est accessible aussi bien sur smartphone dans le métro ou dans la salle d’attente du médecin, sur ordinateur dans la journée au bureau ou le soir en famille autour d’une tablette. Aujourd’hui, nous sommes fiers de pouvoir proposer Artips à nos lecteurs gratuitement. Nous souhaitons nous inscrire dans une logique de démocratisation de la culture. Ensuite, nous travaillons sur plusieurs projets : nous sommes actuellement en train de développer une application Artips, par exemple. Les anecdotes sont en cours de traduction dans 4 langues, et nous réfléchissons également à des partenariats, des audioguides ou des visites guidées de musées originales, dans l’esprit d’Artips, qui pourraient être payants. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Jusqu’à présent, nous avons surtout bénéficié de l’engouement de nos lecteurs qui ont fait connaître Artips autour d’eux. Nous avons également sollicité la communauté des blogueurs pour relayer notre projet auprès d’internautes aux profils variés. De plus, les associations internationales de professeurs (de français, d’histoire et bien sûr d’histoire de l’art), tout comme certaines écoles d’art, ont vu en Artips un formidable outil pédagogique. Nous réfléchissons par ailleurs à des partenariats avec des musées. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Artips est présent sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google+). Nous nous en servons pour communiquer avec nos lecteurs. Nous y relayons également les actualités d’Artips, les dernières anecdotes publiées et des liens pour approfondir certains sujets. Nous proposons à tous nos lecteurs de faire découvrir Artips à leurs proches ou à leur communauté en facilitant le partage des newsletters. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, nous aimerions qu’Artips soit connu par tous les curieux, dans plusieurs pays. Nous souhaitons effectivement qu’Artips soit davantage présent à l’étranger, avec des anecdotes traduites dans plusieurs langues, ce sur quoi nous travaillons déjà aujourd’hui. Nous espérons également avoir d’ici là établi des partenariats intéressants avec des musées, mis en place des visites guidées originales fidèles à l’esprit Artips, des audioguides… Le Startup-euriat : Facile ? Je ne sais pas… En tout cas, c’est passionnant ! Les challenges changent tous les jours, chaque décision compte et impacte énormément l’entreprise puisque tout est à construire. Etant donné qu’il est impossible de tout savoir, on rencontre des mentors et des gens qui nous aident dans de nombreux domaines. C’est, selon moi, une véritable chance lorsqu’on entreprend et qu’on est jeune. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? La première difficulté, en tout cas pour nous, c’est que nous avons choisi d’entreprendre avec un tout petit budget. Par conséquent, nous devons tout faire par nous-mêmes et choisir avec attention comment nous dépensons le moindre euro. Mais, c’est également très vertueux : on se concentre sur l’essentiel. Ensuite, il faut aussi savoir être très réactif car le projet change sans arrêt au début et il faut accepter de changer ses plans à plusieurs reprises. Il est parfois difficile de se faire connaitre et - 20 -
  • de faire grandir sa base de lecteurs aussi rapidement que l’on souhaite. Les journalistes sont souvent débordés et c’est vraiment une tâche difficile d’attirer leur attention. On a eu beaucoup de chances car les bloggeurs sont venus à nous et nous ont aidés à toucher davantage de lecteurs. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Ma famille n’est pas du tout intéressée par le monde du web. Dans un premier temps, ils n’ont pas compris ce que je comptais monter. Mais une fois que j’ai lancé Artips et que leurs amis ont aimé recevoir notre newsletter, tout est devenu plus facile et ils me soutiennent pleinement aujourd’hui. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? En général, je rencontre 4 ou 5 personnes différentes (stagiaires, rédacteurs, partenaires…) dans un café car nous n’avons pas encore de bureau. Entre ces rencontres, je traite les mails de nos lecteurs et je prépare les anecdotes des jours à venir. Et le soir, quand je peux enfin me poser, je travaille plutôt sur des tâches de fond pour préparer l’avenir d’Artips. Tout au long de la journée, j’échange évidemment des dizaines de mails avec mon associé Jean qui gère toute la partie technique afin de nous coordonner. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans mes rencontres ! Artips me permet de rencontrer des gens vraiment très différents : des passionnés de design, d’art, des financiers, des partenaires, des entrepreneurs... Chacun a sa vision, ses expériences et j’apprends tous les jours de toutes ces rencontres. La personnalité d’Artips se façonne peu à peu au gré de leurs idées et de leurs commentaires. Votre plus grande chance ? Avoir rencontré Jean, mon associé ! Un développeur web passionné d’histoire de l’art et de philosophie; c’est plutôt rare ! Et prêt à démissionner du jour au lendemain pour me suivre dans l’aventure…ça n’arrive qu’une fois. Il ne me restait plus qu’à saisir cette chance ! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Se lancer !!! Et le plus tôt possible. Le mot de la fin ? Une anecdote, peut-être ? Prenons L’angélus de Millet : on y voit deux paysans qui prient après une dure journée de labeur. Enfant, Dali passait devant ce tableau tous les jours à l’école et s’inventait les histoires les plus folles : il voyait dans le tableau ses propres parents priant sur sa tombe ! Bouleversé par une œuvre pourtant peinte près de 40 ans avant sa naissance, il en fait plus de 60 variations… Et en 1963, en insistant auprès du Louvre, il obtient que le tableau de Millet soit radiographié : en lieu et place du panier visible au pied des paysans, il y a bien un petit caisson noir qui représente une tombe ! Artips en chiffres : Fin mars 2013 : création d’Artips 1000 lecteurs et plus ont reçu notre première newsletter ! X 2 : Ce chiffre a doublé en une semaine et a continué de grandir depuis. Plus de 50 rédacteurs de tous horizons : des professionnels (professeurs, guides de musée…) ou des amateurs éclairés (étudiants en histoire de l’art ou passionnés en tous genres), qui rédigent les Artips au gré de leurs recherches et découvertes personnelles. - 21 -
  • ARTSPER Je m'appelle Hugo Mulliez, j'ai 25 ans et je suis diplômé d'un Master of Science Corporate Finance à l'EDHEC Business School. J'ai ouvert le site Artsper le 28 février 2012. Ce site est une place de marché sur laquelle des galeries d'art que nous sélectionnons exposent et mettent en vente les œuvres de leurs artistes. Spécialisé sur l'art contemporain à destination des amateurs d'art "non-initiés", le site propose principalement des œuvres accessibles d'artistes émergents ou établis. Dans une logique d'accompagnement de l'amateur d'art nous proposons beaucoup de contenu autour des œuvres ou des artistes mais aussi sur l'art contemporain en général via notre magazine. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? En stage de fin d'études dans un fonds d'investissement américain, General Atlantic, j'ai pris conscience que ce qui me plaisait le plus c'était de rencontrer les équipe managériales des entreprises dans lesquelles nous souhaitions investir. J'adorais écouter leur histoire. De plus mon frère montait aussi son site internet à l'époque. Son aventure entrepreneuriale me passionnait. C'est alors que j'ai pris conscience que je ne serai pleinement heureux qu'en créant ma propre entreprise. J'en ai parlé à mon patron de l'époque qui m'a beaucoup poussé à le faire. Il m'a même donné l'idée de lancer un site e-commerce spécialisé dans l'art contemporain. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? L'idée vient de mon patron chez General Atlantic, le fonds d'investissement dans lequel j'effectuais mon stage de fin d'étude. Spécialisé dans le secteur du e-commerce et passionné d'art contemporain il trouvait qu'il n'y avait pas de site e-commerce de qualité proposant des œuvres d'art contemporain accessible. De plus il avait conscience du potentiel des places de marché. Il m'en a donc parlé et m'a poussé à me renseigner. En rentrant en France j'ai mené mon étude en lisant énormément de livres et articles sur le marché de l'art, en rencontrant différents acteurs de ce marché et en analysant ce qui se faisait aux Etats-Unis et qui semblait cartonner. L'idée a alors évolué puis s'est transformée en conviction. J'ai donc arrêté de réfléchir et je me suis lancé. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il faut accepter que certains doutes persistent car il est impossible que tous les facteurs clés de succès soient réunis au moment où l'on passe de l'idée au projet. Il faut juste oser se lancer lorsque l'idée se transforme en conviction et que cette conviction est naît d'une étude poussée de son idée. Votre Startup : Le concept d'Artsper est la démocratisation de l'art contemporain. Nous souhaitons le rendre plus facilement accessible et compréhensible à l'amateur d'art "non-initié". Il répond à un besoin fort: de plus en plus de personnes s’intéressent à l'art contemporain mais ce dernier reste encore difficile d'accès. Les maisons de ventes et les galeries sont en effet des endroits - 22 -
  • où les amateurs non-initiés ne se sentent pas à l'aise. De plus lorsque ces personnes n'habitent pas dans une grande ville l'accès y est encore plus compliqué car il existe peu de galeries et encore moins de maisons de vente en province. Avec Artsper nous apportons l'offre des galeries directement chez l'amateur d'art. De plus nous nous différencions par notre positionnement: nous proposons des œuvres uniques ou à tirage très limités à des prix accessibles. Pour l'instant nous ne nous rémunérons que par une commission prélevée à la galerie en cas de vente via la plateforme. Nous étudions aussi l'opportunité de développer un modèle « freemium » pour nos galeries. Elles pourraient payer un abonnement mensuel qui leur donnerait accès à de réels avantages. Nous prévoyons aussi de passer en direct avec de jeunes artistes indépendants et prélever une commission sur leurs ventes. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie de médiatisation ? Nous travaillons beaucoup sur les réseaux sociaux, les newsletters et le blog afin de dépenser un minimum pendant les premiers mois d'activité. Nous faisons aussi de la relation presse mais c'est assez compliqué de le faire par nous-mêmes. Nous développons aussi de nombreux partenariats avec des foires d'art contemporain qui sont déjà assez connues. Nous profitons de leur notoriété pour faire parler de nous. Enfin nous organisons régulièrement des évènements comme des expositions afin de conserver une présence physique qui est encore nécessaire aujourd'hui. Les réseaux sociaux sont pleinement intégrés à notre stratégie. Nous avons un planning et un plan de communication très clair pour Facebook. Pour Twitter, nous relayons tous nos articles de blog (nous en rédigeons un par jour) ainsi que les articles d'autres sites que nous trouvons intéressant. Pour ce qui est de Pinterest c'est très facile pour nous de l'utiliser car ce réseau social se prête très bien à la promotion d'œuvres d'art. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans nous serons le site e-commerce de référence en Europe pour ce qui est de l'acquisition d'œuvres d'art uniques à des prix accessibles. Nous aurons aussi développé notre propre foire physique dans plusieurs pays d'Europe. Notre site sera traduit en anglais et espagnol et nous travaillerons avec tous les acteurs du monde de l'art (galeries, artistes, maisons de ventes, foires, etc.) dans le monde entier. Le Startup-euriat : La création d'entreprise est beaucoup plus difficile que ce que l'on peut penser avant de se lancer. Le doute et la peur ne disparaissent presque jamais pendant la phase de création. On se remet très souvent en question. Il arrive que l'on perde toute confiance en soit et en son projet. Les périodes d'euphories sont toujours suivies par des périodes de perte de confiance, de doute. Il faut sans cesse faire preuve d'imagination pour relancer la machine. C'est très difficile mais c'est passionnant et on ne peu plus enrichissant. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui. J’ai surmonté ces doutes en m'entourant de personnes plus expérimentées que moi dans des domaines dans lesquelles je n'avais pas de compétence. J'ai aussi très rapidement mis en place un comité d'accompagnement composé de personnalités expérimentées du monde de l'art, de la culture, du e-commerce et de la communication afin qu'il m'oriente mon équipe et moi et qu'il nous conseille. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Un énorme atout. Ils ont commencé par me challenger avant que je me lance. Ceci m'a forcé à me poser les bonnes questions afin de proposer les meilleures réponses. Une fois lancé ils m'ont - 23 -
  • beaucoup soutenu et conseillé. Enfin, ils m'ont aidé financièrement pour que je puisse lancer le projet. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Impossible, aucune journée ne se ressemble et c'est ça que j'aime. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans les rencontres que je fais. Je pense que la meilleure chose à faire lorsque l'on est jeune et que l'on monte sa boite s'est de rencontrer un maximum de personnes expérimentées dans des domaines que nous ne connaissons pas forcément très bien. Certaines rencontres ne débouchent sur rien et d'autres permettent à de superbes idées d'éclore. Votre plus grande chance ? Le soutien de ma famille. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Entourez-vous rapidement d'un ou plusieurs associés et créez un comité d'accompagnement. Et surtout n'abandonnez pas un projet en lequel vous croyez vraiment si quelques doutes persistent car si vous attendez de ne plus avoir aucun doute vous ne vous lancerez jamais... Artsper en chiffres : 100 000€ de CA pour nos 10 premiers mois d'existence. 15 000 visites par mois 5 mois après le lancement Plus de 100 galeries partenaires à travers l’Europe 400 artistes et 1 200 œuvres - 24 -
  • AUGMENT Je suis Jean-François Chianetta, co-fondateur et CEO d'Augment. Augment est une application mobile disponible sur iPhone, iPad et Android qui permet de visualiser en réalité augmentée des objets. Ca signifie que l'on pourra voir un objet virtuel parfaitement intégré dans le monde réel, comme s’il était vraiment là. L'application permet donc de tester des objets avant de les acheter ou de les fabriquer. Mon envie de créer mon propre projet et de pouvoir décider de tous les aspects stratégiques pour aller à la conquête du monde à fini par dépasser la sécurité de l'emploi. Un jour, je voulais imprimer des photos en grand format, mais je ne savais pas trop quelle taille prendre. Je me suis dis que c'était une bonne application de la réalité augmentée, pouvoir voir quelle taille serait la plus adaptée au mur. J'ai donc commencé à développer cette application qui était l'embryon Augment. A passer beaucoup de temps pour apprendre et comprendre tous les sujets connexes à son expertise, comme le marketing, la comptabilité, la communication, la gestion humaine, plus tous les autres aspects d'une entreprise qu'on ne connait pas forcement quand on ne s'occupe que de ce qu'on sait faire. Votre Startup : Augment permet d'apporter la réalité augmentée à tous les aspects de la vente : 1. L'aide à la vente : Augment est utilisé comme outil de présentation par des entreprises dans le domaine de l'emballage, de la PLV, du design industriel, des appareils médicaux, de l'architecture 2. Le e-commerce sur mobile : Augment est un nouveau mode de visualisation intégrable dans les applications mobiles de e-commerce, permettant aux utilisateurs d'essayer chez eux en Réalité Augmentée un canapé ou un écran plat avant de l'acheter. 3. Les campagnes marketing print : les marques peuvent rendre leurs supports papier (brochures commerciales, flyers, posters, emballages...) interactifs en proposant aux utilisateurs de le scanner avec Augment pour voir apparaître du contenu 3D par dessus ce support. Le principal différenciateur d'Augment est sa facilité d'utilisation et l'ouverture de sa plateforme qui permet à n'importe qui d'ajouter ses propres modèles et de les partager. Nous vendons des licences aux utilisateurs de notre business catalog. Il leur permet d'avoir accès à tous leurs produits sur leur iPad, sans avoir besoin d'une connexion Internet. Nous vendons également la possibilité d'associé un modèle 3d à une page imprimée. Par exemple dans le cadre d'une publicité, une brochure ou un catalogue produit. - 25 -
  • Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous avons été couverts par la majorité des médias influents. En participant à des salons, des événements start-up et grâce à notre passage dans l'accélérateur Le Camping, nous avons été amené à rencontrer beaucoup de journalistes. Notre produit étant très visuel, innovant et presque magique la première fois qu'on l'expérimente, ces rencontres ont presque toujours débouchées sur un article ou un reportage. Nous sommes aussi très actifs sur Twitter et Facebook. Ces réseaux permettent de maintenir une communauté de fans qui nous apportent des retours très important et nous aide à améliorer le produit. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Comme une alternative aux photos et aux vidéos, une nouvelle façon de visualiser des produits, des œuvres d'art ou n'importe quel objet tangible qui n'est pas présent là ou l'on se trouve. Tout le monde utilisera la réalité augmentée au moins une fois par jour, sur son téléphone, sa tablette ou ses lunettes de réalité augmentée. Le Startup-euriat La partie administrative n'est pas très compliquée, en une semaine la structure peut être montée. A partir de là c'est à l'entrepreneur de prendre les choses en main et démarrer la machine. Le plus compliqué est de convaincre les gens de nous faire confiance, surtout quand c'est notre première boite et qu'on n'a jamais rien prouvé dans le domaine. Il faut faire beaucoup tout seul, sans énormément de ressources. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? La complexité de tous les rouages d'une entreprise et la masse de boulot qui augmente plus rapidement qu'on ne peut la traiter fait qu'à un moment on ne peut plus rester seul. Quand j'ai senti que je n'arriverai pas à tout gérer par moi-même, j'ai fait appel à deux co-fondateurs qui on chacun apporté leur connaissances, leur savoir-faire et leur motivation, ce qui a boosté la croissance d'Augment. Au début c'est assez compliqué de faire comprendre qu'on va dorénavant passer la plupart de ses journées, soirées et week-end à travailler, que l'on ne va plus partir en vacances et qu'on aura plus de salaire pendant une durée indéterminée. Une fois tous ces éléments digérés, c'est plutôt rassurant d'avoir du soutien. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Arrivé au bureau vers 9h30, la matinée se passe à répondre aux mails qui se sont accumulés pendant que les Américains et ensuite les Asiatiques aient utilisé Augment. Après ça, suivant les jours c'est assez varié, création de prototypes, beaucoup d'appels téléphoniques pour convaincre de nouveaux clients ou partenaires. Des tests des nouvelles versions et une planification de la stratégie. Une semaine par mois, un voyage aux Etats-Unis pour rencontrer des utilisateurs en chair et en os au cours de salons ou d'événements. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans la lecture de blogs, de livres ou de biographies de grands entrepreneurs. En général ils sont passés par les mêmes étapes que nous pour en arriver où ils sont. - 26 -
  • Savoir programmer. C'est sans doute la compétence la plus importante pour un fondateur de startup technologique. Ça permet d'économiser des sommes énormes quand on peut soit même faire la majorité du travail. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Ne pas avoir peur de rater, y aller à fond jusqu'à ce que ça passe ou que ça casse. On n'a pas qu'une seule chance. Créer et faire prospérer son entreprise est sans doute une des choses les plus compliquée à faire, celle dans laquelle on a le plus de chance de se planter, mais c'est aussi la plus gratifiante quand on voit des utilisateurs du monde entier s'approprier de ce que l'on a créé à partir de rien. Lancez-vous ! Augment en chiffres : 6 employés Plus de 50 000 utilisateurs actifs 13 000 modèles 3D sur la plateforme. 1 000 nouveaux utilisateurs tous les jours 1 'application utilisée dans plus de 185 pays. - 27 -
  • AV CONCEPT PRODUCTS Mon nom est Sacha TABARLY, j’ai 27 ans et suis depuis toujours passionné de cinéma, d’art, de mode et de design. AV Concept Products (www.avconceptproducts.com) représente la synthèse de ces passions au service du grand public. J’ai depuis toujours trempé dans le monde technique de l’électronique et de l’audiovisuel. Ma passion pour le cinéma m’a vite menée à m’interroger sur le fait que la plus part des personnes aiment le cinéma, s’y rendent régulièrement sans pour autant avoir de véritable Home Cinema chez eux. En posant la question, nous nous sommes rapidement rendu compte des 3 freins systématiques : le prix, la complexité d’installation et l’aspect extérieur négligé d’une telle installation. Notre vision est donc simple : apporter des solutions à la fois simples, design et abordables, permettant à chacun de bénéficier du plaisir du cinéma, chez soi. D’une manière plus générale nous aimons reprendre des technologies déjà existantes afin de les repenser pour un usage au quotidien. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? D’une part, le constat de la monotonie et du manque d’amour de plus en plus fréquent dans les produits électroniques grand public. De l’autre, justement l’envie de créer une ligne de solutions réellement pensées pour l’utilisateur particulier. L’idée est venue naturellement : SIMDA 5V dans laquelle j’ai fait “mes armes” dans le milieu audiovisuel, m’a permis de former mon esprit en prenant en compte les besoins réels liés à l’installation et l'utilisation de solutions électroniques. Une fois l’esprit clair sur ce que devait être AV Concept Products -les produits et services à y proposer- il ne manquait plus rien pour débuter. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? L’esprit a naturellement tendance à simplifier les concepts afin de les rendre plus compréhensibles. Cet esprit de synthèse peut s’avérer dangereux, car dans les produits que nous dessinons, chaque détail compte. Une erreur peut donc vite arriver en se disant que tel ou tel point “n’est qu’un détail”. Votre startup : En ce qui concerne le Rock’R, notre enceinte par vibration, il offre une nouvelle approche de l’audio nomade. Outre son originalité en termes de design, nous avons souhaité apporter un nouvel outil aux artistes audiovisuels. Grâce à la fonction de connexion en série, de nombreux Rock’R peuvent être connectés les uns aux autres. Chacun collé sur une surface différente, les variations sonores produites permettent, pour une même source audio, de réelles innovations en termes d’architecture et création audio. Le - 28 -
  • Rock’R² est bien plus qu’un simple haut-parleur, il est universel. Aussi bien utilisable pour se distraire dans usage artistique que professionnel. Pour la partie “Solutions Home Cinema”, le concept réside dans l’interconnectabilité des solutions. La simplicité d'installation et le design. Chaque solution achetée pousse à vouloir bénéficier du “complément d’objet direct” lui étant associé. En ce qui concerne le Rock’R (et surtout le Rock’R²), nous lui avons apporté tellement d’innovations que de nombreuses utilisations annexes sont possibles grâce à la technologie par vibration. Plusieurs lignes d’accessoires pour des utilisations diverses sont actuellement en développement ou même déjà en production. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Notre domaine (l’électronique grand public) est généralement le dernier des besoins dans un foyer. Surtout lorsqu’il s’agit d'acheter un écran de projection à 800€. Il est donc primordial de communiquer et surtout d’éduquer le public au plaisir de regarder un film à grand spectacle dans des vraies conditions de cinéma. Le Rock’R est en lui-même un véritable objet de communication. Grâce au large éventail de produits, de nombreuses émissions -TV comme radio- ont eu l’occasion d’en parler. Cette forte présence médiatique -non rémunérée- est un gage de confiance : “si on en parle sans même faire de la publicité, c’est que ça fonctionne vraiment !”. Mode, Design, Geek... aujourd’hui, toutes sortes de blogs et émissions parlent de nous. Aussi bien en France, qu’au Québec et même récemment au Vietnam ! Comment les réseaux sociaux ont ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux ont une part importante dans notre stratégie. Seulement 1 an et demi après l’ouverture de notre page Facebook, plus de 5000 fans nous ont rejoints. Nous n’avons jusqu'à présent pas jugé utile de mener une campagne payante pour recruter de nouveaux fans. Ce qui en soit est d’autant plus jouissif puisqu’ils se sont de facto inscrits de plein gré. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Notre objectif cette année est de construire les fondations d’un commerce international. Dans 5 ans, il y a de fortes chances qu’une nouvelle catégorie de produits ou de services soit née dans la gamme AV Concept Products. L’idée étant de travailler sur une base export de 80%. Le Startup-euriat En France, il s’agit plus de risques que de difficulté. L’engagement en tant qu'entrepreneur en France est énorme et l’échec peut rapidement devenir létal au niveau personnel. En bref, créer une société et franchir les différents formulaires et inscriptions obligatoires, tient plus d’une course d’endurance qu’un parcours du combattant. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Les obstacles les plus difficiles sont probablement la difficulté d’adhésion des premières personnes à qui le projet est présenté et par la suite, évidemment, le financement pour aboutir au résultat souhaité. En réalité, c’est un peu comme un sport. Au début, on se trompe et s’égare dans sa présentation, puis, au fil de l'expérience acquise, on s’améliore de d’un rendez-vous à un autre. Le doute aussi existe en chacun de nous. Vécu avec “modération” (et pas trop souvent), c’est un incroyable moteur. Il pousse à remettre en question ses propres compétences mais aussi et surtout - 29 -
  • le projet auquel on croit. Une fois le doute surpassé, on se sent plus fort et le point sur lequel celui-ci a plané est passé pour de bon, à la manière d’un os qui ne se fracture jamais à un même endroit. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? J’ai commencé à travailler très tôt avec mon père. Il a été -et reste- un mentor et un conseil de premier choix pour mener à bien mon projet. La fougue de la jeunesse mérite parfois d'être cadrée par l’expérience. C’est exactement là que ma famille a été un véritable atout. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Levé à 6h15 pour skyper avec nos partenaires asiatiques. Une fois au bureau, il faut s’occuper de toutes les affaires diverses qu’une PME peut rencontrer. Réunion avec l’ensemble des collaborateurs afin de déterminer les prochains axes d’action. Le soir, à partir de 18h00-18h30, c’est le moment idéal pour accomplir les tâches requérant le plus de concentration, comme rédiger les mails importants ou étudier un projet plus en détail. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Je pense que l’inspiration est la meilleure lorsqu’elle vient d’au-delà de nos frontières. Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir accès aux chaînes de TV du Monde entier. Alors, lorsque je n’ai pas l’occasion de voyager, regarder ce qu’il se fait outre atlantique ou en Asie est une formidable source d’énergie. Ces continents sont, malgré la crise mondiale, de véritables puits d’énergies positives. Votre plus grande chance ? Je n’ai pas fait d’études après l’obtention de mon Bac. L’éducation scolaire n’était pas réellement ma “tasse de thé” (euphémisme !). J’ai donc directement appris des situations du monde réel. Ce qui aurait donc pu être un handicap majeur, s’est révélé être une véritable chance. Apprendre seul face aux situations et avoir une liberté de structure d’analyse, permet d’observer les évènements sous des angles nouveaux. Cela a souvent permis de proposer des produits ou des services qui ont “fait la différence”. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Trop de personnes pensent qu’une situation est jouée d’avance. C’est pourquoi je me plais a répéter intérieurement et à appliquer sans modération deux phrases, très courtes, mais pleine de sens : “You know, I try” (""Toi tu sais, moi j’essaye"") et “Le Non est acquis, essayons d’obtenir le Oui”. En les appliquant, les situations se démêlent pratiquement toutes comme par magie ! AV Concept en chiffres : Création en 2010 1 500 000 € de CA en 2012 2013, l’année de l’International ! - 30 -
  • BABBLER Babbler est une agence de relations presse dotée du premier réseau social entre les annonceurs et les médias (journalistes, bloggeurs, influenceurs, rédacteurs en chef..). Quand j'ai fini mes études et que je suis partie à New York pour faire un stage de fin d'étude, j'ai pu sur place me rendre compte que mon idée avait un réel potentiel et qu'il fallait le faire maintenant ou jamais. Le jour où je me suis inscrite sur Twitter. Je me suis rendue compte de 3 choses : 1. Les personnes suivent des personnes parce qu'elles sont spécialisées dans un domaine d'information 2. Certains influenceurs sur les réseaux sociaux ont parfois plus d'impact qu'un magazine 3. Les réseaux sociaux permettent d'entrer en contact direct avec des personnes parfois difficilement accessible Cela m'a donné l'idée de faire un réseau social entre les annonceurs et les médias afin de diffuser simplement des contenus à un réseau ciblé de personnes qui vont relayer l'information. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on se lance ? Pour se lancer il faut s’attendre à avoir une certaine notion de la réalité/faisabilité, à beaucoup travailler, à se confronter à des difficultés et surtout à la satisfaction de voir une idée devenir réalité ;) Votre Startup : Babbler répond aux besoins de deux acteurs : les marques et les médias. Les marques, par manque de budget, de temps et de contacts, ne peuvent pas toujours gérer en interne leur relation presse alors que leur besoin de notoriété et de visibilité est croissant. Avec Babbler, nous proposons une offre complète (outil en ligne et services humains d’attachée de presse) et modulable (en fonction du budget et des actualités du client). Nous travaillons en toute transparence et nos clients ont des reportings live du travail réalisé par leur attachée de presse. Du côté des médias, les journalistes sont sur-sollicités, ils reçoivent des centaines de communiqués par jour. Ils manquent de temps et de contenus. L’info est sans cesse mal ciblée. Avec Babbler, ils bénéficient d’un outil interactif et simple leur permettant d’accéder à des contenus ciblés et au bon format en quelques clics. - 31 -
  • Sur la plateforme ils peuvent faire des recherches avancées de produits mais aussi avoir tous les détails/informations et contenus bruts (visuels HD, CP, DP, vidéos..) dont ils ont besoin au moment où ils en ont besoin. Il y a une vraie interaction avec les médias puisque les journalistes peuvent liker, commenter, partager et télécharger tous les contenus en ligne. Ils peuvent aussi vous demander en amis pour chatter avec vous. Quel est votre business model ? Quelle stratégie de médiatisation adoptez-vous ? L'accès médias est gratuit (et le restera toujours). L’accès marque est payant (forfaits ou services à la carte) Nous faisons nous même nos propres RP, on se fait connaître via nos clients et nos prospects, nous faisons plusieurs sessions sur les salons professionnels où nous rencontrons notre marché cible. On se sert de Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram et nous avons aussi un blog. Les réseaux sociaux nous permettent de relayer toutes les actualités de nos clients mais aussi les nôtres. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Babbler s'ouvrira à d'autres secteurs : cosmétique, fooding et sport. Nous prévoyons de décliner le modèle en Europe et aux US. Le Startup-euriat : Ce n'est pas facile du tout mais c'est autant de difficultés que de satisfactions. Les problématiques de financement, de recrutement et de gestion de la trésorerie sont difficiles à gérer. Il faut aussi capter sa clientèle rapidement et la fidéliser. Votre famille, un réel atout pour vous ? Un des meilleurs atouts !! Je me suis associée avec ma sœur avec qui j'ai la même vision des choses et ça se passe très bien. Notre famille nous a toujours encouragées et a toujours été présente donc ils ont été un soutien considérable car on se bat pour nous mais aussi pour notre famille. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? J'arrive au bureau vers 09h. Je check les plannings des employés, je traite mes mails, les derniers résultats, je déjeune devant mon ordinateur, j'enchaîne souvent les rendez-vous, je retourne au bureau pour traiter les dernières choses à faire puis vers 19h30 j'éteins les lumières. Le soir, il m'arrive de continuer ma journée de travail à la maison :( Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? D'être convaincu et de travailler. Babbler en chiffres : 35 clients et une équipe de 9 personnes 700 parutions générées en quelques mois 2 levées de fonds de 50 000€ puis 200 000€ ! - 32 -
  • BIODESIV Je suis Quentin Courrier, consultant associé au sein de Biodesiv et ingénieur de formation. Biodesiv est une société de conseil en science des polymères qui accompagne les entreprises dans leurs projets de R&D en proposant : - L’externalisation de leurs projets de R&D - La mise à disposition d'ingénieurs dans leur entreprise Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Alors étudiants, nous partagions déjà une forte envie d’entreprendre. En parallèle de nos études, nous avons développé et breveté un matériau innovant pour décontaminer l’eau qui a été de nombreuses fois primé. La notoriété acquise grâce à notre invention nous a permis de rencontrer des entreprises qui nous ont sollicités pour nos compétences en polymères. Nous avons donc créé notre société de conseil pour répondre à cette demande du marché. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il faut notamment s’attendre au fait que notre idée de départ ne soit pas exactement celle qui fera le succès de l’entreprise. Il est nécessaire de confronter l’idée au marché et de la faire évoluer pour qu’elle réponde parfaitement aux attentes des clients. De plus, il faut garder en tête que la route peut-être longue et sinueuse depuis l’idée jusqu’à l’entreprise pérenne, cela prend du temps pour récolter le fruit de son travail. Votre Startup Nous mettons à disposition des grandes entreprises du personnel hautement qualifié et spécialisé dans les polymères pour accompagner leurs projets de recherche et développement. Les compétences que nous proposons sont essentielles dans de nombreux secteurs d’activités, or les entreprises ne disposent pas forcément de ces compétences en interne et ont parfois seulement des besoins ponctuels. Nous leur offrons alors la possibilité d’intégrer des ingénieurs spécialisés tout en conservant une grande flexibilité. De même, certains de nos clients souhaitent externaliser leurs développements. Nous mettons alors à leur disposition tous les moyens nécessaires pour prendre en charge une partie ou la totalité de leur projet. Nous offrons donc des prestations inédites et adaptées aux besoins des industriels. Nous créons de la valeur directement par les prestations de conseil que nous réalisons ainsi que par la valorisation de nos brevets. Cela nous a permis d’atteindre un chiffre d’affaire de 50k€ sur le premier semestre 2013. Nous créons également de la propriété intellectuelle que nous matérialisons par le dépôt de brevets. Ce sont ces innovations qui, via divers médias, mettent notre société et notre savoir-faire en avant. - 33 -
  • Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie de médiatisation ? Les réseaux sociaux nous permettent de relayer les informations que nous souhaitons diffuser, nos développements, notre actualité et l’évolution de la société. Les réseaux sociaux professionnels sont également une vitrine pour mettre en avant nos profils et nos compétences. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? D’ici 5 ans je me vois manager d’une équipe de consultants chez Biodesiv, qui sera alors devenue une référence dans sa spécialité. Le Startup-euriat La création peut-être administrativement lourde mais elle est grandement facilitée lorsque nous choisissons les bonnes personnes pour nous accompagner. Il faut surtout avoir le courage de prendre des risques et de sortir des carrières conventionnelles. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Tout d’abord, la charge de travail est importante et il ne faut pas s’imaginer compter ses heures, seule une bonne organisation permet de mener ses projets à bien. De plus, la vie d’un entrepreneur est faite de hauts et de bas et il ne faut pas se laisser décourager dans les moments de moins bien. Il m’est parfois arrivé de douter de mes capacités à mener ce projet, mais il faut voir le doute comme un moyen de se remettre en question et donc un moyen d’aller de l’avant. Je peux compter sur mes associés pour surmonter ces moments, ils sont d’un grand soutien. Votre famille a-t-elle été un obstacle à la création ? Cela a pris quelques temps pour faire accepter à ma famille que je n’allais pas suivre une carrière classique, mais elle a été un réel atout dans la concrétisation de mon projet de création. Elle m’a tout d’abord soutenu financièrement au démarrage de l’entreprise, et m’a surtout encouragé dans toutes mes initiatives. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Existe-t-il seulement une journée type pour un entrepreneur? Chaque journée peut-être très différente de la précédente. Il faut être multitâche, certes gérer les projets de mes clients, mais également étendre mon portefeuille client et mon réseau, organiser la communication, m’occuper des tâches administratives et ce tout en se tenant informé par de la veille technologique. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? De s’entourer de personnes de confiance et de bien rester à l’écoute. Biodesiv en chiffres : 3 amis et associés et 3 ans d’existence 1 brevet 400% de croissance entre 2012 et 2013 - 34 -
  • BONNE GUEULE Nous développons BonneGueule.fr, qui est à la base un blog créé en 2007. Nous sommes aujourd'hui une start-up de 8 personnes, qui exploite ce media sans publicité, affiliation ou articles sponsorisés. À la place, nous écrivons et distribuons nos propres contenus numériques (livres et formations numériques), et un livre papier sort en octobre. Nous créons et distribuons également une ligne de vêtements créée en collaboration avec de jeunes créateurs de mode masculine, et notre ligne en propre sort fin 2013. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? La sensation de ne pas être à notre place dans le monde des grandes entreprises et des cabinets de conseil : beaucoup de travail non productif, une structure très (trop) pyramidale, une rémunération déconnectée de l'investissement personnel ou du désir de bien faire les choses. C'est venu petit à petit, on est passé du hobby à la PME sans vraiment s'en rendre compte. Mais on a toujours voulu voler de nos propres ailes. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on se lance ? Une sensation de déboussolement : à certains moments il y a énormément de tâches à accomplir, et on ne sait pas forcément par lesquelles commencer. Ce ne sont pas des choses compliquées, mais elles représentent bout-à-bout une charge de travail énorme quand on doit tout faire en même temps : déposer des statuts, faire un plan marketing et un plan de trésorerie, répondre aux clients et aux partenaires, recruter, trouver des locaux... tout en prévoyant la suite du business. Votre startup Nous répondons à deux besoins : celui pour l'homme d'apprendre à s'habiller sur la base de conseils efficaces et objectifs. Et celui de s'habiller de manière élégante, dans un bon rapport qualité / prix. Dans les faits, les marques les plus connues sont celles avec les pires rapports qualité/prix : car l'argent dépensé en marketing et en communication n'est pas investi dans le rapport qualité/prix. Inversement, les petites marques vertueuses peinent à grandir par manque de capitaux et parce qu'elles ne souhaitent pas brader leur qualité au profit d'un peu plus de notoriété (ce n'est de toute façon plus dans l'ordre des choses avec la nouvelle génération Y qui commence à beaucoup consommer). Nous rassemblons donc le meilleur des deux mondes, en combinant notoriété (grâce à notre media), et rapport qualité/prix (parce qu'on pousse nos propres produits et qu'on travaille en direct avec des usines, sans autres intermédiaires dans la chaîne de valeur). Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Le bouche-à-oreille en proposant les meilleurs contenus du web pour apprendre à s'habiller. Nous faisons aussi des partenariats éditoriaux avec des acteurs classiques comme L'Internaute, L'Etudiant ou Masculin.com. Les réseaux sociaux complètent notre stratégie et permettent de proposer un flux éditorial plus léger, mais ne jouent pas de rôle majeur. - 35 -
  • Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous avons racheté le mois dernier notre concurrent américain KinoWear.com, et nous ambitionnons de répliquer notre business model dans plusieurs langues : français, anglais, arabe, chinois, pour accompagner sur le créneau du conseil et du vêtement de qualité des classes émergentes de plus en plus attentives à ce qu'elles portent et à l'authenticité des conseils et des produits. Le Startup-euriat Si c’était facile, on aurait 65 millions de chefs d'entreprise en France ! Ce qui pèse beaucoup au début, c’est la surcharge de travail, et le fait de tâtonner pour trouver son business model : le passage de la théorie à la pratique en somme ! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n'y a pas de journée type, à part que chaque jour on court partout et qu'on regrette de ne pas en avoir fait plus. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans ce qui nous entoure dans l'immédiat : nos amis créateurs, l'architecture art déco de la rue Réaumur, en lisant des blogs sur le business ou la mode, auprès de nos amis entrepreneurs dans d'autres domaines qui nous aident beaucoup aussi. Votre plus grande chance ? Mes amis, nos collaborateurs, nos lecteurs, nos partenaires. Surtout quand au bout d'un moment les frontières se mélangent : c'est un grand plaisir de travailler au quotidien avec les gens qu'on aime. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Oser le faire, ce n'est pas un chemin facile, mais ce n'est jamais aussi dur qu'on peut le croire. Une fois dans l'eau, on apprend vite à nager, on n’a pas le choix. Pour reprendre ce que m’a écrit un jour une de mes anciennes profs quand je me cherchais professionnellement : « Do what you want, follow your guts, but whatever you do, do it good » : Fais ce que tu veux, suis ton instinct, mais quoi que tu choisisses : fais-le bien. Bonne Gueule en chiffres : 1.200.000 d'utilisateurs annuels (visiteurs uniques). 4.900 livres numériques à 27 € vendus en 2 ans (avec 95% de marge) 0 endettement, 0 investisseur - 36 -
  • BORDERLINE Sébastien SPECHT, 26 ans. Je suis l'un des heureux cofondateurs de Borderline, une nouvelle marque de cocktails sans alcool lancée en 2010. Nous développons et commercialisons des produits originaux, à base de fruits, de fleurs et d'épices, tels que Cougar Puritaine (Mangue, Citron vert & Verveine) ou Dandy des Basfonds (Poire, Rhubarbe & Cannelle poivrée). Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? À l'âge de 7 ans, plutôt que d'utiliser mes jouets, je dessinais des plans d'usines ... de jouets ! J'ai donc le virus de l'entrepreneuriat en moi depuis très longtemps. Pendant mes études, j'ai eu l'occasion de perdre une liste BDE avec ceux qui sont devenus plus tard mes associés. Nous avons ensuite monté une association étudiante qui édite un guide gratuit de la Côte d'Azur. C'était une première expérience entrepreneuriale pour nous. Elle nous a confirmé qu'on avait envie de se lancer, et surtout qu'on avait envie de se lancer ensemble. Au moment où nous avons commencé à réfléchir à ce qui allait devenir notre future entreprise, c'était la mode des services à la personne ou du photovoltaïque. Ça ne nous intéressait pas du tout. Très vite, nous avions envie d'un secteur plus traditionnel, plus industriel. On avait envie d'avoir une usine qui tourne avec nos produits. Comme par ailleurs, nous sommes gourmands et épicuriens, nous nous sommes très vite tournés vers l'agroalimentaire. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? On ne doit justement s'attendre à rien. C'est la phase où on va rencontrer le plus de problématiques et où il va falloir prendre des décisions stratégiques qui seront très importantes dans les premiers d'activité. À mon sens, il est donc très important d'aborder cette phase sans idées préconçues, avec un esprit ouvert tout en regardant au maximum de son marché pour proposer des solutions et des idées nouvelles et innovantes. Votre Startup : Notre leitmotiv est de proposer au consommateur un produit qui le sorte de son quotidien, une expérience gustative originale et un univers poétique qu'il ne retrouvera nulle part ailleurs dans le rayon des boissons. Nous nous sommes inspirés du milieu de la mode et des cosmétiques pour proposer des produits dans lequel le consommateur pourra retrouver sa personnalité à travers des recettes totalement inédites et uniques dans leur puissance. Notre business model est peut-être la partie de notre business la plus traditionnelle. Nous développons nos produits et notamment les recettes. Nous sous-traitons ensuite la production à un industriel. Ensuite, nous nous occupons de la commercialisation, de la logistique, ainsi que de la communication autour de nos produits et de notre marque. - 37 -
  • Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Avec un budget très petit, pour ne pas dire nul, nous sommes obligés de ruser pour communiquer. Dans un premier temps, nous avons démarré avec une webTV qui racontait la création de notre entreprise étape par étape. À moindre coût, cela nous a permis de créer une première communauté autour de notre marque et de conquérir nos premiers clients. Ensuite nous avons continué à capitaliser sur les réseaux sociaux, mais également sur les relations presse qui nous permettent d'avoir une visibilité importante pour un investissement limité, tout comme les évènements auxquels nous participons. Nous intégrons également les réseaux sociaux au coeur de notre stratégie, avec notamment une communauté très active sur Facebook, un compte Twitter et une webTV sur Youtube. Nous essayons régulièrement de solliciter notre communauté et nous lui proposons des invitations pour des évènements où Borderline est présent. Par ailleurs, via notre blog, nous proposons également du contenu, lié à la vie de Borderline, mais pas seulement. Nous y parlons également de mode, de restaurants, de tendances... Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, nous espérons que Borderline sera une marque connue et reconnue dans l'univers de la boisson. Pour cela, il sera nécessaire d'étoffer notre gamme actuelle, de sortir de nouveaux formats, mais également d'amener la marque Borderline sur d'autres segments du marché de la boisson. Tout cela est dans les cartons et nous faisons le maximum pour atteindre cet objectif. Le Startup-euriat : Il y a bien évidemment un certain nombre de difficulté à créer son entreprise, mais lorsqu'on saute le pas, la dynamique et la motivation sont telles qu'on parvient à trouver des solutions à toutes les difficultés rencontrées. C'est d'ailleurs ce qui rends le quotidien de l'entrepreneur si pimenté et intéressant. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Pour chaque projet les obstacles peuvent être différents. Mais très généralement, il y a des problématiques de financement : nous avons rencontré une trentaine de banques avant d'obtenir un financement. Il y a également chez nous des problématiques de production : trouver le bon fournisseur, au bon prix, à la bonne capacité de production. Mais finalement, les vrais obstacles arrivent plus tard : comment faire plus de chiffre d'affaires ? Pourquoi mes marges sont beaucoup plus faibles que prévu ? Comment faire pour que mon transporteur ne rate pas une livraison pour la dixième fois ? Nous avons eu des périodes de doutes, comme n'importe quel entrepreneur, mais nous n'avons jamais remis en doute notre capacité à mener à bien le projet. En effet, depuis le début, nous abordons notre création avec beaucoup d'humilité, sans expérience. Ainsi, nous prenons le soin d'acquérir cette expérience auprès de différentes personnes du secteur ou non qui acceptent très gentiment de nous aider. À chaque période de doute, nous nous empressons donc de ne pas rester seuls avec nos interrogations et de chercher les solutions avec d'autres personnes quand nous ne sommes pas capables d'y arriver seuls. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Nos familles sont un atout formidable et quasiment indispensable dans la création. Elles nous permettent de ne pas se payer ou très peu se payer suivant les phases de la création. Mais au-delà du soutien financier, c'est un soutien moral, une fierté familiale qui est un booster de motivation extraordinaire. - 38 -
  • Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? La joie de l'entrepreneuriat, c'est qui y a rarement de journée type. Si certaines tâches reviennent régulièrement (administratif, comptabilité, gestion de la logistique...) et sont assez répétitives, nous pouvons toujours compter sur la créativité de nos prestataires, de nos clients, ou de nos partenaires pour avoir tous les jours de nouvelles problématiques à gérer. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Nous trouvons généralement l'inspiration tard la nuit, mais également en restant éveillé, ouvert à ce qui se passe sur notre secteur, mais également sur d'autres secteurs qui pourraient révéler une nouvelle tendance ou de nouvelles attentes du consommateur. Nous essayons aussi de nous tenir à notre ligne : être original et différent, pour nous forcer à être créatif. Votre plus grande chance ? Notre plus grande chance est clairement d'avoir toujours et encore une très bonne entente entre associés. Chacun a son rôle bien déterminé. Nous ne nous marchons pas sur les pieds et nous sommes parfaitement en accord sur nos objectifs et la stratégie à mener. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Foncez ! Ne réfléchissez-pas trop et entourez-vous ! Le mot de la fin ? Don't follow the line, drink BORDERLINE Borderline en chiffres : Plus de 500 000 bouteilles vendues en 3 ans d'existence (ou presque !) Soit 1 bouteille toutes les 2 ou 3 minutes, quelque part dans le monde Ca reste faible par rapport aux 17 000 bouteilles par seconde de Coca-Cola, mais on ne désespère pas les rattraper un jour ! - 39 -
  • BULBINTOWN Alexandre Laing, 27 ans, co-fondateur de Bulb in town avec Stéphane Vromman. Diplômé en 2009 de l'ESCP Europe, majeure entrepreneuriat. Bulb in Town est une plateforme de financement participatif dédiée aux commerces de proximité et autres projets d’impact local. L'intérêt est de permettre aux commerçants qui ont des projets pour se développer d’utiliser le financement participatif pour récupérer l’argent qu’ils n’ont pas nécessairement ou en complément d’un prêt. C’est aussi pour eux un moyen de communiquer, de se faire connaitre et de créer une communauté de contributeurs qui vont ensuite devenir les portes paroles de leur projet et ainsi créer un lien particulier avec ces commerçants. L'intérêt pour les contributeurs est à la fois d’aider un commerçant de leur quartier, qu’ils connaissent, qui participe à la vie locale et qu’ils ont envie de soutenir, mais c’est aussi pour eux l’occasion d’avoir des bons plans à travers les contreparties que les commerçants vont leur proposer. Nous sommes convaincus de la pertinence de ce mode de financement dans la mesure où il répond aux difficultés que rencontrent aujourd'hui les petites entreprises et associations locales pour obtenir des crédits tout en leur offrant un moyen de communiquer et de fidéliser une communauté de contributeurs. Enfin, notre objectif est d'apporter une solution qui permette de renforcer les liens sociaux locaux entre le tissu économique et associatif et les habitants d'un quartier ou d'une ville. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Une envie forte d'avoir un impact positif sur la société, le monde. La confiance en ma capacité à entreprendre et une passion pour l'entrepreneuriat, les nouvelles technologies et...la vie de quartier. Evidemment, le contexte socio-économique et les évolutions des mentalités m'ont poussé à faire le pas car le time to market était bon. L’économie solidaire et la proximité sont des tendances très fortes de la société. Ce sont à la fois des réponses à la crise qui s’est installée depuis quelques années et dont la sortie reste pour le moins incertaine, et des tendances de fond qui nous pousse à privilégier l’entraide et l’humain aux purs calculs économiques. L'idée de Bulb in Town nous est venue en nous inspirant de la tontine dont mes parents ont fait l'expérience il y a quelques années pour les aider à rénover leur restaurant. C'est un mode de financement en Asie et en Afrique qui fait appel à la communauté pour récolter des fonds. Pour le restaurant par exemple, des membres de la communauté ont soutenu financièrement le projet en échange de réductions à la carte, de cafés offerts, etc ... A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A vivre une aventure passionnante tout d'abord. Ensuite il faut s'accrocher : il y a des hauts et des bas tous les jours, c'est un peu comme des montagnes russes. On peut avoir une super nouvelle un jour puis 3 mauvaises nouvelles qui suivent mais au final c'est un pur bonheur. Evidemment, il faut aussi être prêt à se priver d'un confort matériel qu'on connaissait lorsqu'on était salarié et à faire de très longues journées. En même temps, on est 90% du temps au travail, donc les petites privations matérielles valent largement l'excitation de travailler sur un projet qui fait du sens pour nous. - 40 -
  • Votre Startup Bulb in town est un catalyseur d’initiatives locales d’impact économique, social ou environnemental. Pour cela, Bulb in town mobilise les communautés locales pour qu’elles aient la possibilité et l’envie de collaborer à et/ou soutenir des projets dans leur ville notamment par le financement participatif. Conjoncture économique, politique et bancaire morose, hausse des loyers, autant de facteurs qui conduisent à la disparition du commerce de proximité, d’associations de quartier et sont freins à la réalisation de belles initiatives porteuses de sens près de chez nous... Bulb in town souhaite apporter une solution adaptée à ces problèmes et encourager les initiatives positives. Bulb in town permet un financement participatif local. Ainsi, des projets d’impact économique, social ou environnemental local, portés par des commerçants de proximité, des associations, le café ou le restaurant du coin, peuvent trouver rapidement les financements dont ils ont besoin mais aussi et surtout y associer les habitants des environs (contributeurs). Nous nous différencions des autres acteurs du crowdfunding par notre offre de projets ciblés, un taux de succès supérieur de 30% à la moyenne du fait de notre accompagnement et des moyens spécifiques mis en œuvre (pub locale, partenariats,..). Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous communiquons exclusivement sur les porteurs de projets et le bouche à oreille fait le reste pour le moment. Nous avons eu des articles dans la plupart des journaux nationaux et quelques journaux régionaux (Le parisien, 20 minutes Lille, La montagne,...). 40 % des contributions aux projets proviennent de Facebook. Les réseaux sociaux sont donc partie intégrante de la communication en campagne. D'autre part, nous utilisons les réseaux pour développer et communiquer avec notre communauté de contributeurs, partenaires, porteurs de projets. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Bulb in town sera le site européen qui renforcera la cohésion et les liens entre les habitants et les acteurs socio-économiques du quartier. Le Startup-euriat : C’est loin d’être simple, mais c'est génial. Les obstacles majeurs à la création d’entreprise en France sont l’Administration et les banques. Un fois ce cap passé il faut faire prendre la sauce : trouver les premiers clients et surtout être pris au sérieux alors qu’on n’a pas encore prouvé le concept. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Ma famille ? Un atout. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n'y en a pas et c'est le propre de l'entrepreneuriat et de la non-spécialisation. Une constante : je commence la journée par faire le point sur mes objectifs de la semaine et de la journée et je priorise. J'essaie de ne pas m'occuper des emails immédiatement afin de rester concentré. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Les news, les relations et discussions avec les gens, l'observation des modes de consommation et des opinions… - 41 -
  • Votre plus grande chance ? Avoir des amis et une famille sur qui compter, s'appuyer et avec qui échanger. Rencontrer tous les jours des personnalités intéressantes et avec qui apprendre et grandir. Quels conseils donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? 3 conseils à un porteur de projet : - Parlez de votre idée à un maximum de monde : on a peu de chances de se la faire voler, mais au contraire beaucoup de chances de l'enrichir ou de réaliser l'intérêt ou non de futurs consommateurs ! - Just do it : faire un business plan, une étude de marché, c'est bien. Mais cela ne vaut jamais un retour utilisateur sur un produit même minimal : testez votre vision du produit/service auprès de vos futurs utilisateurs, de vos clients ! - Accrochez-vous et croyez en vous : l'idée, c'est 1% du travail, le reste, c'est un marathon. Il y a dans le lancement d'une startup des hauts et des bas permanents. Mais que cette aventure se solde par un succès ou un échec, elle aura été riche en expérience ! Bulb in town en chiffres : Près de 100 000 € collectés sur plus de 30 projets. Un panier de contribution moyen de 60 € Des campagnes s'échelonnant entre 2 000 € et 10 000 € - 42 -
  • CANDYSCOVERY Dans le cadre de mes études à Grenoble Ecole de Management, j'ai eu l'opportunité de partir étudier au Canada et d'obtenir un MBA de l'Université d'Ottawa. Dans le cadre de ce programme, j'ai participé à un projet de consulting en équipe pour le compte de la société Shopify - une solution E-Commerce SAAS - pendant six mois. Cette expérience m'a permis de réaliser deux choses : d'une part, je souhaitais travailler dans le commerce électronique, un domaine à la croisée des chemins entre ma formation en management et mon intérêt pour les technologies du web ; d'autre part, je devais acquérir de l'expérience dans le secteur pour lancer mon propre projet. En novembre 2011, j'ai donc entrepris un tour du monde pédagogique, le Projet DODEQA afin d'acquérir cette fameuse expérience. Cette aventure m'a permis de rencontrer des entrepreneurs aux quatre coins de la planète, de publier des articles pour le compte de l'Entreprise de participer à TEDxYouth@Krungthep et de lancer Candyscovery, un site de vente de bonbons par abonnement, que je viens tout juste de revendre. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? C'est une conjonction de facteurs. D'abord, j'ai toujours aspiré à entreprendre étant petit. Mes expériences en entreprises m'ont surtout conforté relativement au fait que je me destinais davantage à créer mes propres projets ex-nihilo. Enfin, lorsque je voyageais durant le Projet DODEQA, je voulais développer des compétences pour entreprendre dans l'e-Commerce. Après quelques mois de voyages, j'ai réalisé que le meilleur moyen d'apprendre serait sans conteste de créer ma propre boutique en ligne : c'est ce que j'ai fait en mars 2012. Lors de mon étape à Hong Kong, au détour d'une promenade dans les rues de cette cité asiatique hors du commun, j'ai fait la découverte de nombreuses échoppes qui proposaient des confiseries que je n'avais jamais vues auparavant. Conquis par la diversité et l’originalité de ces merveilles du bout du monde, je prenais cependant conscience d’une chose : seuls les voyageurs avaient une chance de goûter ces petites douceurs locales. Il me fallait donc répondre à une question : comment permettre au plus grand nombre de déguster ces délicieux bonbons, sans bouger de chez eux ? L’année précédente, au Canada, j’avais eu la chance de rencontrer de nombreux entrepreneurs et d’entendre parler d’un concept, alors innovant : l’e-Commerce par abonnement. Le principe était simple : plutôt que d’offrir des produits à l’achat comme une boutique ou un site conventionnel, proposer un service de souscription permettant au client de recevoir, chaque mois ou chaque trimestre, de nouveaux produits autour d’un thème précis. Les pièces du puzzle se sont alors assemblées : pourquoi ne pas créer un service de dégustation de bonbons du monde ? A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Sans aucun doute, à douter ! Passer de l'idée au projet implique de confronter un concept - souvent très attirant sur le papier - à la réalité qui est la nôtre, en tenant compte de l'ensemble des contraintes qui s'imposent à nous. Surgissent alors de nombreuses questions : mon idée est-elle bonne ? Suis-je capable de la mettre en œuvre ? Vais-je être en mesure de trouver des clients ? Que se passera-t-il si j’échoue ? Et si je me concentrais sur une autre idée à la place ? Voilà autant de questions que je me suis posées, à plusieurs reprises. - 43 -
  • Votre Startup Candyscovery est un site de vente de bonbons par abonnement. Le système de l'abonnement permettant chaque mois à des nostalgiques de recevoir une pochette surprise leur rappelant leur enfance. Petit à petit, la clientèle s'est diversifiée, notamment en termes d'âge et de géographie. Candyscovery a été le premier site de vente de bonbons par abonnement en France. Il a rapidement été imité par un premier concurrent, puis entièrement copié par un second concurrent. Malgré tout, Candyscovery a continuer à évoluer, notamment grâce à une sélection de produits originaux constamment renouvelée - un service client extrêmement humanisé et personnalisé et une image de marque bienveillante. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Candyscovery a eu la chance de naître dans des conditions toutes particulières, en étant lancé par un globe-trotter PENDANT son périple, avec en tout et pour tout 200€ en poche. Couplée à un concept alors innovant, cette anecdote a permis au site d'être mentionné dans de nombreux média relativement rapidement : France 2, L'Entreprise, Minute Buzz, etc. Par la suite, Candyscovery a pu surfer sur la vague des "Box" en étant fréquemment cité dans les différents "Top" en tant que seul service à proposer des bonbons. Sans compter un renouvellement permanent des demandes de partenariats émanant des bloggueuses "Food" et "Mode" qui souhaitaient tester les produits afin de donner leur avis. En dehors d'une campagne RP à l'occasion du repositionnement du concept en septembre 2012, la médiatisation s'est déroulée d'une manière assez naturelle. Noémie Coyot, mon épouse est consultante spécialiste des réseaux sociaux (www.soscommunitymanager.fr) : elle m'a aidé bénévolement tout au long de l'expérience Candyscovery. Les réseaux sociaux ont été au cœur de la stratégie de développement de l'activité, aussi bien pour la construction de marque que pour l'acquisition ciblée de nouveaux clients et la gestion des relations clients, avant et après-vente. Candyscovery était - et est toujours - ainsi présent sur les incontournables Facebook et Twitter. Egalement, Instagram a été un formidable outil pour mettre en avant des produits aussi appétissants que des bonbons. Enfin, Hellocoton a permis de s'adresser à une cible essentiellement féminine en intégrant véritablement une communauté de bloggueuses. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Comme je le disais précédemment, j'ai cédé Candyscovery en juin 2013, afin de pouvoir me concentrer du de nouveaux projets, notamment la société NTC WEB, que je viens de fonder avec mon épouse Noémie, qui propose des services de mutualisation de ressources en matière de community management et de content marketing, à travers les sites www.soscommunitymanager.fr et www.sosredacteurweb.fr. En parallèle, j'ai eu la chance de pouvoir collaborer avec les éditions Diateino afin de publier Se lancer sans attendre : Génération d'entrepreneurs, paru le 4 juillet. Cet ouvrage repose sur le constat qu'il est crucial pour les générations X, Y et Z de développer un état d'esprit d'entrepreneur. Enfin, je souhaite (re)partir vivre à l'étranger de manière temporaire. J'aime la France, j'y suis attaché et je pense qu'il est possible d'y accomplir de grandes choses. Toutefois, je crois qu'il est toujours plus facile de revenir chez soi que d'en partir et je souhaite profiter d'une certaine flexibilité dans ma vie personnelle actuelle pour m'expatrier, avec bien entendu, l'idée de revenir plus tard pour entreprendre à nouveau. Le Startup-euriat : Créer son entreprise nécessite un grand nombre de ressources - financières, matérielles, intellectuelles, humaines et surtout mentales - qui rendent inévitablement un tel projet complexe. - 44 -
  • Pas nécessairement compliqué, mais complexe. D'autant que la réussite de ce projet dépend d'un nombre incalculable de paramètres. Il ne me semble donc pas facile de créer son entreprise, mais ce point est à nuancer, pour trois raisons : il n'existe pas nécessairement de pays où il est plus facile d'entreprendre, de nombreux outils et notamment sur le web sont à présent à notre disposition pour faciliter le processus, enfin c'est en entreprenant que l'on devient entrepreneur. Et non l'inverse. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Le manque. Le manque de temps. Le manque d'argent. Le manque de sommeil. Le manque de confiance en soi. Le manque de loisirs et de moments de détente. Mais aussi le doute. Aussi « évident » que cela puisse paraître, la clé pour surmonter les difficultés a été de me lancer. Cela m’a permis de tester le bien-fondé et le potentiel de mon idée, d’apprendre à me débrouiller pour la concrétiser, de trouver des solutions pour la faire connaître et de faire mon maximum pour que le tout fonctionne bien ensemble. Le livre que j'ai publié, Se lancer sans attendre, n'est d'ailleurs rien d'autre qu'un concentré des réponses que j’ai trouvées à toutes ces questions, que ce soit à travers ma modeste expérience, grâce à des lectures enrichissantes ou par le biais de rencontres inspirantes. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Mon cercle le plus proche – Mon épouse Noémie, mes parents, ma grand-mère et mes meilleurs amis - ont été un réel atout. Si j'ai pu compter sur mon entourage proche, j'ai également été surpris par le comportement d'autres personnes, aussi bien dans la sphère personnelle que dans la sphère professionnelle. Cela m'a appris à prendre du recul, à gérer les critiques - fondées ou non, constructives ou non - et à mûrir d'une manière générale. En termes d'inspiration, le Projet DODEQA a été un véritable raz de marée : pendant une année, j'ai lu davantage de livres et d'articles, j'ai rencontré davantage d'entrepreneurs et j'ai découvert davantage de modes de vie différents de ce que je connaissais auparavant, qu'au cours de toute ma vie. Votre plus grande chance ? Sans aucune hésitation, avoir pris conscience - relativement - rapidement de la valeur du temps. Comme je l'explique dans le premier chapitre de « Se lancer sans attendre » : "Nous déclarons souvent : « Le temps, c’est de l’argent. » Le temps, c’est infiniment plus que de l’argent. C’est, me semble-t-il, la première chose dont nous devons avoir conscience lorsque nous désirons nous forger un état d’esprit d’entrepreneur. Parce qu’en prenant conscience de la valeur du temps, nous devenons immédiatement plus riches : la question qui se pose dès lors est de savoir ce que nous allons faire de cette nouvelle richesse Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Avant de nous lancer, nous avons tendance à ne visualiser que deux choses : ce que nous cherchons à accomplir (le succès que nous poursuivons) et ce qu'il pourrait arriver si nous n’y parvenons pas (l'échec potentiel). Cette vision de la situation, tout à fait logique et rationnelle, occulte une partie de la réalité : l'ensemble des opportunités qui surgiront nécessairement du projet que nous souhaitons mener, et que nous ne pouvons pas envisager. Un exemple intéressant de cette idée est le suivant : le Projet DODEQA m'a permis de collaborer avec L'Entreprise, ce qui m'a permis d'interviewer Seth Godin, ce qui m'a permis de rencontrer Dominique Gibert (son éditrice française), directrice des éditions Diateino, ce qui m'a permis de publier « Se lancer sans attendre » ! - 45 -
  • CAPITAINE TRAIN Je m'appelle Jean-Daniel Guyot et j'ai fondé Capitaine Train avec Valentin Surrel et Martin Ottenwaelter. Capitaine Train est la meilleure solution pour acheter ses billets de train en France et en Allemagne. C'est un nouveau type de guichet plus rapide, moins cher et plus humain que toutes les autres solutions existantes sur Internet. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Nous n'étions pas satisfaits de l'expérience d'achat des billets de train sur Internet. L'ouverture à la concurrence dans le monde ferroviaire complexifie énormément les offres disponibles. Nous voulions créer une solution très simple pour que nos clients profitent au maximum de cette concurrence et simplifient leurs voyages en train. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? À ne pas avoir peur de se dire qu'on ne connaît rien à la création et au développement d'une entreprise, et avoir envie d'apprendre beaucoup. Votre Startup : La distribution des produits ferroviaires sur Internet en Europe était auparavant souvent illégalement et exclusivement assurée par les anciens monopoles d'État (jusqu'en 2010 en France), ce qui empêchait toute innovation dans le secteur. Nous apportons une expérience d'achat complètement différente de ce qui existe : pas de publicité, pas de voyages aux Baléares, pas d'hôtel, juste du train. Nous sommes indépendants de tout opérateur ferroviaire, notre unique objectif est d'apporter les meilleures offres le plus rapidement possible à nos clients. Nous assurons un service clients très réactif par email, Twitter et Facebook. Notre business model est centré sur nos clients. Nous négocions avec nos partenaires une commission sur chaque billet vendu, sans que le prix soit changé pour autant pour le client. Nous n'affichons pas de pub sur notre site, ce business model simple nous permet de nous concentrer uniquement sur la qualité du service rendu à nos clients. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous nous appuyons sur le bouche-à-oreille et notre communauté qui nous suit depuis quelque temps maintenant. Les réseaux sociaux sont complètement intégrés car c'est quelque chose de complètement naturel pour nous. Nos clients peuvent créer un compte chez nous en un clic avec Facebook. Tous nos messages à l'attention de nos clients passent par Facebook, Twitter ou Google+. Notre support client se fait aussi par ces biais. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Notre objectif est de devenir le site de vente de billets de train référence en Europe. Le Startup-euriat : C’est simple : il suffit de prendre un bon expert-comptable et un bon avocat. - 46 -
  • Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Il serait difficile de tous les énumérer. L'important est de toujours se dire que d'autres les ont surmontés, que ça soit aujourd'hui ou il y a deux siècles, donc rien n'est impossible. Bien sûr, on se remet tous les jours en question. Pour le moment je ne peux d'ailleurs pas dire que j'ai mené le projet à bien, puisque nous ne sommes pas encore rentables. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? J'ai besoin de 7 à 8h de sommeil par nuit, je démarre ma journée par une vérification des emails, tweets, messages Facebook de Capitaine Train, de l'activité des ventes de la veille, etc. Mes journées sont très diverses. Le recrutement occupe une grande partie de mon temps (recherche de candidats, réponses aux candidatures, entretiens, organisation d'évènements). Nous avons une équipe de personnes très autonomes qui nous permet de minimiser le management nécessaire. J'essaye d'assister autant que je peux chacun à réaliser ses tâches rapidement avec une qualité maximum. Je tiens au courant nos actionnaires et discute avec nos partenaires et futurs partenaires. Je travaille aussi sur l'UX (User eXperience) de nos applications dès que j'ai un peu de temps, toujours pour essayer d'améliorer les milliers de détails qui feront du passage d'un client sur notre site une belle expérience d'achat et un client heureux. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Partout. En discutant avec ma compagne, en échangeant avec les membres de l'équipe qui sont tous très créatifs, en regardant ce que font les autres startups, en posant des questions aux personnes qui sont dans la même situation que moi, en testant de nouvelles choses, en lisant… Je regarde très peu ce qui se fait dans la concurrence, nous essayons de faire les choses comme si nous étions nos propres clients. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? De ne pas se focaliser sur des détails pour se donner des raisons de ne pas avancer (l'administratif, le système scolaire français, les taxes, l'État ou que sais-je). D'avoir de l'ambition. Les gens sans imagination prendront ça pour de l'arrogance, mais ça n'a aucune importance. Sans ambition nous n'aurions pas eu de Tour Eiffel, de Déclaration des Droits de l'Homme ou d'iPhone. L'ambition n'est pas forcément de faire les choses en grand, ça peut aussi être avoir l'ambition d'avoir 100 clients mais le meilleur service clients au monde. Nous avons la chance de vivre dans un pays et sur un continent avec une histoire et une richesse incroyables. Nos atouts sont fantastiques : l'éducation, l'accès à l'information, les structures, le financement, tout est là. Nous sommes très favorisés et souvent nous ne le voyons pas. Je déteste l'état d'esprit qui consiste à faire penser qu'ici tout est compliqué pour les entrepreneurs. Il y a certainement toujours des choses à améliorer, mais souvent ces discours pessimistes sont prononcés par des personnes prêtes à trouver toutes les excuses du monde pour ne pas avancer et ne pas innover. Ne les écoutons pas et faisons. Capitaine Train en chiffres : Nous avons commencé à 3 en février 2009 4 ans après nous sommes 18. 40 000 billets vendus en 2012 et 1000 billets par jour aujourd’hui 2 levées de fonds de 1 300 000€ puis 2 500 000€ - 47 -
  • CITYCAKE Je m’appelle Benjamin Chemla et je suis, avec mon associé Ralph Guyot Jeannin, le cofondateur de l’entreprise Citycake.fr. Après un an passé ensemble à l’ESCP Europe en master Entrepreneuriat, nous avons choisi de lancer notre entreprise. Citycake est le premier site qui sélectionne, vend et livre les meilleures pâtisseries et chocolats de Paris. Citycake.fr vous permet de passer commande directement par internet et d’être livré chez vous ou à votre bureau quand vous le désirez à Paris et la petite couronne. C’est un moyen rapide, facile et nouveau de satisfaire vos envies sucrées ou celles de vos proches par l’envoi de cadeaux gourmands ! Citycake vous apporte sur un plateau vos douceurs préférées et vous permet aussi de découvrir les petits créateurs en vogue du moment. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Avec Ralph, on a eu cette envie de travailler dans un univers plus fun et moins formel que celui des milieux juridiques ou de la banque. Amoureux du net et de la gastronomie, une fois l’idée de Citycake en tête, il n’était pas question de ne pas aller jusqu’au bout. On est en France, pays de la gastronomie, ce n’est pas pensable qu’un outil comme Citycake n’existe pas aux fins de rapprocher les gens de meilleurs chefs et de leurs délicieuses pâtisseries. J’avais déjà lancé par le passé une autre activité, Ralph aussi. Des idées, on en avait une par jour pendant une période. L’important n’est pas tant l’idée mais plutôt l’équipe et l’envie de travailler ensemble. Un jour, on a souhaité faire livrer un cadeau à nos proches. Pour changer du classique bouquet de fleurs, on s’est amusé à chercher à faire livrer un assortiment de macarons d’un grand pâtissier. Et là, surprise, aucun site ne proposait ce genre de service. C’était le début de Citycake. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Même dans le e-commerce, le facteur financier devient vite une contrainte difficile à surmonter. On pense souvent qu’il suffit d’avoir un beau site en ligne mais en vrai pour être visible il faut très vite dépenser. Les coûts d’acquisition clients très élevés sur internet présentent un vrai frein au développement du business online. Autre chose, il faut avoir mis suffisamment de sous de côté pour se permettre de ne pas toucher de salaire pendant 1 an et demi au moins. Enfin, il faut en permanence trouver l’équilibre entre se remettre en question et jamais ne perdre sa motivation. Cette expérience est jalonnée d’échecs, parfois, mais de succès, souvent, et ces succès ont une saveur exceptionnelle. Votre Startup Citycake est le premier site de vente en ligne, service logistique et livraison des meilleurs pâtissiers et chocolatiers. Il y a un an, il était encore difficile de trouver une pâtisserie en ligne faisant des livraisons. En tapant des noms de pâtisseries, Google renvoyait systématiquement sur des sites de recettes ou des blogs. Les sites vitrines des pâtissiers, quant à eux, lorsqu’ils proposent une vente en ligne, se contentent d’un retrait en boutique. A l’heure où le fooding passionne, dans une ville peuplée d’amoureux de la pâtisserie, le besoin était réel et nous n’avons fait que le pointer du doigt. - 48 -
  • Notre business model repose sur la vente en ligne. Les produits sont au même tarif qu’en boutique et nous percevons une commission sur les ventes. Nous développons des offres pour les entreprises qui souhaitent faire des cadeaux d’affaires ou des pots. Par ailleurs, nous développons un ensemble de services sur une plateforme à destinations des pâtissiers qui s’abonnent. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Il faut créer un réflexe « marque ». Faire parler un maximum de « Citycake » la 1ère sélection en ligne des meilleurs. Les maîtres mots sont la qualité, la diversité et la simplicité du service. Ensuite, nous souhaitons être très actifs dans nos relations presses aux fins d’offrir la meilleure visibilité possible à notre site. Enfin tous les outils de E-marketing et d’acquisition clients en ligne vont être mis en place. (Référencement, e-mailling, adwords, partenariats, affiliation, etc…). Nous avons remarqué que la dégustation de pâtisseries s’assimile le plus souvent à un moment de partage. Ainsi, les réseaux sociaux ont très naturellement pris une grande importance dans notre stratégie de communication. Ce que veulent les internautes, ce sont des avis, les retours des autres clients sur les commandes passées avec si possible une photo. C’est pourquoi nous souhaitons créer une communauté autour de Citycake. C’est toujours un plaisir pour nous d’avoir des retours sur les produits référencés que nous avons sélectionné avec la plus grande attention. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, Citycake sera le passage obligé des parisiens pressés en quête de gourmandise. Très bien implantés en France, nous aurons peut-être même lancé une version américaine du site et nous aurons, je l’espère, étendu notre concept dans de grandes capitales européennes comme Londres ou Bruxelles. J’aspire à un développement à l’étranger qui sera pour moi un nouveau souffle, une nouvelle expérience encore plus enrichissante. Le Startup-euriat : C’est très simple. Un aller-retour entre la banque et le Greffe et le tour est joué ! Plus sérieusement, le premier obstacle à surmonter est la question des financements. Mais heureusement beaucoup d’organismes sont aujourd’hui en charge d’accompagner les jeunes entrepreneurs dans leur projet et les démarches sont plutôt simples. Le second obstacle qui s’est présenté à nous est celui de la constitution d’une équipe Citycake. En effet, nous n’étions que deux au départ du projet et très vite, nos besoins se sont diversifiés et il a fallu élargir nos rangs en conséquence. C’est souvent difficile de cibler le profil qui correspond à nos besoins. Nous avons eu la chance de débuter notre développement au sein de l’incubateur de l’ESCP. Nous avons donc pu échanger avec d’autres entrepreneurs qui vivent des expériences assez similaires à la nôtre. Nous nous sommes également entourés de Mentors notamment via le Moovje. Ce qu’il faut c’est faire le point sur soi régulièrement et bien définir un calendrier des taches sur du moyen et long terme. La famille, un atout ou un obstacle à la création ? Nos familles nous sont d’un grand soutien. Nos proches ont tout de suite aimé l’idée et une fois Citycake en ligne, ils nous fait confiance et beaucoup épaulé. Chez moi, il n’y a aucun entrepreneur cependant, j’ai dû développer beaucoup de réflexes intuitivement. Ralph avait déjà une pensée très business. Nous sommes très complémentaires. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Nos journées types ont inspiré une série américaine : 24h ! Un téléphone qui sonne, des commandes à traiter. Petit check sur le service client… Une dégustation chez un bon pâtissier avant de le signer, un déjeuner avec un chocolatier. Plus tard, quelques passages chez des clients BtoB, un coup de fil à - 49 -
  • une journaliste, un café avec un investisseur et une fin de journée avec l’équipe technique pour faire le point sur l’élaboration du nouveau site. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Je suis très admiratif des self-made men. Il y a beaucoup de parcours qui m’impressionnent notamment dans le milieu du net où des milliers d’idées germent perpétuellement et donne parfois lieu à de véritables empires. Je suis aussi fasciné par la fulgurante ascension de businessmen comme Grégoire Lassalle, créateur du site Allociné, ou David Amsellem à la tête de la conciergerie de luxe John Paul. J’apprends également énormément auprès de nos investisseurs très doués chacun dans leur domaine. Ces exemples de réussites sont pour moi une source d’inspiration inépuisable. Votre plus grande chance ? Notre plus grande chance c’est d’être entourés. Entourés d’amis attentifs et de bons conseils, qu’ils soient eux-mêmes jeunes entrepreneurs ou non, entouré d’une équipe qui n’a jamais défailli et surtout entouré de mon associé. Notre complémentarité est sans équivoque notre plus grande force. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Saute dans le grand bain! Si tu as la chance d’avoir une idée en laquelle tu crois, n’hésite pas. C’est le plus beau métier du monde que celui de vivre la construction de son rêve au quotidien et de mettre tout en œuvre pour le concrétiser. Le mot de la fin ? Envie de tester Citycake ? Un code de réduction pour vous : « welcome » pour votre 1ere commande ;) Citycake en chiffres : 1 réseau de 45 pâtissiers partenaires Plus de 2 000 produits référencés triés sur le volet 1 offre clic & collect prévue pour fin Septembre prochain. - 50 -
  • CREDEEZ Jeune entrepreneur issu des bancs d’EMLYON Business School, j'ai décidé de monter en 2012 www.credeez.com, le premier acteur du crédit conso à taux 0% en France. Après une longue période au sein d'une grande banque Française, j'ai réalisé que j'étais plus adapté à une petite structure dans laquelle je pouvais prendre des choix et les assumer, quitte à me tromper. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? L’idée est partie du constat qu'il n'y avait pas encore en France de courtier en crédits étudiants. Le marché ayant simultanément été repéré par un autre entrepreneur, j'ai tenté de comprendre comment baisser les taux des crédits quand moult courtiers se partageaient déjà la part du gâteau. En passant de l'idée au projet on doit s'attendre, si l'on est jeune comme je le suis, à faire un nombre considérable d'erreurs afin de comprendre son marché et ses besoins et adapter en conséquence son produit. Votre Startup CredeeZ.com, c'est du crédit à taux 0%: en s'affiliant à des commerçants dans tous les domaines commerciaux (auto-moto, travaux, bijoux, musique...), la société se donne les moyens de faire payer, en échange de son apport d'affaires, les intérêts des crédits de ses clients par ses commerçants partenaires. Pour le consommateur, c'est un crédit gratuit. Pour le commerçant, ce sont des clients en plus. Pour CredeeZ.com, c'est la mise en place d'un système solidaire et lucratif: l'ensemble des acteurs impliqués dans le crédit payent une partie du coût. Etant apporteur d'affaires à deux titres (auprès des instituts de crédit et des commerçants partenaires), CredeeZ.com fait la sommes des commissions reçues et les reverse (système de cashback) à ses clients par des virements mensuels du montant des intérêts payés. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? L'accent a été mis sur les relais média et l'optimisation du référencement naturel de CredeeZ.com, après une large campagne de publicité dans le métro de deux mois en début d'année. Nous sommes déjà parus dans Le Figaro, Les Echos, BFM, Mieux Vivre Votre Argent, L'AGEFI, Le Parisien, Le Progrès, Frenchweb, Direct Matin... Les réseaux sociaux ont peu été intégrés. Sur le marché du crédit et à cette étape du développement ils ne représentent pas un réel média à investir. Sur le long terme néanmoins, des synergies avec d'autres types de communication seront probantes. C'est pourquoi nous y consacrons malgré tout un certain temps. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous espérons dans 5 ans être reconnus comme les leaders européens du crédit à taux 0%! - 51 -
  • Le Startup-euriat J'imagine que la difficulté d’entreprendre varie en fonction de l'expérience de l'entrepreneur. Un homme de 35 ans étant à sa quatrième création d'entreprise ne rencontrera pas les mêmes difficultés d'un jeune homme de 25 ans qui se lance pour la première fois. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? La méconnaissance du secteur dans lequel on se lance dans mon cas. Une fois l'idée venue et le projet mis en route, le tout a beau paraître génial il faut comprendre comment mettre les choses en route. Pour ma part, je connaissais très peu le web il y a deux ans et je suis passé à travers moult difficultés pour m'approprier le sujet. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Arrivée au bureau à 8h, préparation de la journée des commerciaux, des développeurs et des graphistes, vérification des problèmes rencontrés durant la nuit. 3 à 4 rendez-vous dans la journée à préparer par ailleurs. Arrivée des employés, feuille de route donnée à chacun. Départ en rendezvous, suivi tout au long de la journée de l'avancement des tâches, avec des retours au bureau fréquents entre deux rendez-vous. Retour au bureau le soir, vérification de tout ce qui a été fait et de la façon avec laquelle cela a été fait et envoi de mails de rectification le cas échéant ou d'encouragement. Travail nocturne sur les projets en cours de développement et les améliorations de la structure. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans les journaux spécialisés et les rencontres multiples avec d'autres entrepreneurs. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Entourez-vous bien. Bonne chance à tous ceux qui sont sur le point de se lancer! Credeez en chiffres : Créée en début d'année 2013 Plus de 1 500 demandes de crédit C.A prévisionnel de 300.000€ - 52 -
  • CUP OF TEACH Les journées du patrimoine des startups (#JPDS) sont un événement qui se déroule chaque année dans toute la France, et qui permet au grand public de rencontrer des entrepreneurs et de découvrir leur quotidien de l'intérieur en se rendant directement dans les locaux des entreprises innovantes. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Le fait d'avoir eu la chance de rencontrer de nombreux entrepreneurs lorsque j'étais étudiant, lesquels m'ont convaincu que c'était possible. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? A beaucoup de barrières administratives, beaucoup de soutien, beaucoup de personnes qui ne croient pas en votre projet, à ne pas beaucoup dormir, à pas mal de désillusions, à beaucoup de joies, à de nombreuses remises en questions... Votre Startup Quelle est votre stratégie de médiatisation ? La relation presse. En 2012, les JPDS ont été couvertes par à peu près tous les titres de presse quotidienne nationaux, la presse spécialisée, plusieurs radios (le Moov, France Info) et plusieurs chaînes TV (France 2, LCI etc.). Les réseaux sociaux sont omniprésents et essentiels. C'est la base de toute la communication. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Je ne me projette pas à 5 ans. J'essaye de faire les choses dans l'ordre et de ne jamais mettre la charrue avant les bœufs. Le Startup-reneuriat Difficile ? Oui et non. Obtenir un SIRET n'est pas si compliqué... même si ce n'est pas forcément compréhensible pour tout le monde, le CFE fait un super boulot. En revanche, arriver à l'équilibre, trouver des clients, être rentable…ce qui est le véritable enjeu... c'est beaucoup plus compliqué. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Un atout : je suis d'une famille où tout le monde est entrepreneur, donc c'était assez naturel pour moi. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n'y a pas vraiment de journée type, mais disons que je me lève, j'allume mon ordinateur. Je me fais un café. Je lis mes mails. Je lis l'actualité. Je fais ma To-do de la journée. Je bois mon café. Je fais un ou deux skypes avec des personnes avec lesquelles je dois échanger. Il est midi. Je vais à un ou deux rendez-vous, souvent pour le déjeuner. J'ai des mails qui sont arrivés, je les traite. J'avance sur les différents dossiers en cours pendant l'après-midi. Entre 19h et 20h, je finis ma journée. Je sors, et je vais voir des amis. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? En rencontrant des gens un peu partout, en lisant la presse, en sortant. Aimer ce que je fais, et aimer me lever le matin. - 53 -
  • Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Lance-toi, tu verras plus tard et tu arrondiras les angles. Le mot de la fin ? La meilleure école de l'entrepreneur, c'est de se lancer, et d'échanger avec d'autres entrepreneurs. Les JPDS en chiffres : En 2012, 1 200 personnes se sont rendues dans 40 entreprises lors des JPDS Plus de 200 entreprises participent cette année Plus de 6 500 km parcourus en 1 mois pour aller à la rencontre d’entrepreneurs de la France entière - 54 -
  • CUSISHOP CuisiShop est le premier réseau de cuisinistes à domicile qui s'appuie sur un site internet idoine pour acquérir prospects et clients. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Les brèches laissées ouvertes par les concurrents sur un marché de plus de 4 milliards d'euros par an. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Cela fait maintenant plus de 10 ans que je crée ou reprend des entreprises. C'est devenu parfaitement naturel. Ceci dit il faut s’attendre à deux choses principales : le chemin pour passer de l'idée au projet n'est jamais celui que l'on imaginé ou écrit au départ et surtout une charge de travail énorme imposant beaucoup de sacrifices. Votre Startup : En développant un mode de distribution innovant par l’acquisition des clients via notre site et la concrétisation des ventes par une visite à domicile, nous apportons plus de services à nos clients et réduisons en même temps le prix de vente des cuisines équipées jusqu'à 30% par rapport à nos concurrents, tout en conservant des critères de choix et de qualité élevés. Le business model est simple puisque nous sommes dans une activité de retail : il s’agit d’une simple prise de marge sur chaque vente effectuée. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Pour l'instant nous n'avons pas, nous sommes d'abord dans la construction d'un modèle viable et pérenne. La phase d'industrialisation qui nécessitera une stratégie de médiatisation forte approche. De ce fait les réseaux sociaux ont à ce jour assez peu d'importance car nous évoluons dans un secteur où le réflexe des clients pour l'information ou l'achat ne transite pas encore fortement par les réseaux sociaux. Le Startup-euriat C'est uniquement une question de ténacité et de bon sens. Le plus dur est de trouver son premier client. Ensuite, il faut être pragmatique surtout. Le plus compliqué souvent réside dans l'association et la gestion de la vie personnelle. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Tous les 2 jours environ. J'attends alors le lendemain. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? En général sous la douche mais il faut parfois prendre de longues douches. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? GO ! CusiShop en chiffres : 2 ans d’existence Un C.A. en 2013 5 fois supérieur à celui de l'exercice précédent ! - 55 -
  • DARLING BOX Darlingbox est une société spécialisée dans la confection et la livraison de coffrets à domicile pour les couples. Tous les deux mois, nos abonnés reçoivent de mystérieuses "Darlingbox" contenants 5 à 7 vrai produits pour elle, pour lui, et surtout à partager. Pour un prix d'achat de 29 à 36 euros par coffret selon la formule, la valeur réelle des produits dépasse 80 euros. Notre règle d’or ? « Faire de chaque coffret une source inépuisable d'inspiration pour nos couples ! » Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Le rêve d'être un jour entrepreneur m'anime depuis toujours. Passer le cap jeune était pour moi la meilleure des solutions. A 23 ans, on a rien à perdre, et l'insouciance comme principal atout ! C'est en m'intéressant au marché des coffrets à domiciles que j'ai constaté certains manques et opportunités. Rongé par l'envie de démarrer un projet, Darlingbox est né quelques mois après. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? La fin de la phase théorique est assez difficile, car on a tous tendance à appréhender l'opérationnel, le terrain, le concret. Il faut s'attendre à cette période de doute, mais ne pas oublier que le projet commence à la fin du Business plan, pas avant ! Votre Startup Notre concept : surprendre les couples et leur proposer des produits raffinés et qualitatifs directement livrés chez eux. A quel besoin répondons-nous ? Nous sommes la solution fun et décalée à tous les couples qui souhaitent pimenter leur vie à deux et découvrir de nouveaux produits. Nos particularités : Nous envoyons de vrais produits, contrairement aux autres acteurs basés sur des échantillons. Nous avons été les premiers à nous adresser aux couples, et notre positionnement haut de gamme est inédit sur ce créneau. Nous proposons 3 formules : 1) Abonnement récurrent (tous les deux mois) : 36euros par coffret, virement automatique. 2) Formule 6 mois (3 coffrets): 99 euros 3) Formule 1 an (6 coffrets) 179 euros Nous ouvrons également un "Darlingshop" à la rentrée qui proposera les produits à l'unité, ainsi que des coffrets en série limitée. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Notre notoriété se construit principalement autour des blogs qui testent nos produits et les recommandent. Nous mettons également en place des campagnes de pub en ligne, et travaillons notre référencement au quotidien. Nous organisons aussi des évènements "off-line" afin de toucher une cible plus large. Enfin, les relations presse constituent un levier gagnant depuis le début du projet. - 56 -
  • Les réseaux sociaux font partie intégrante de notre univers. Nous y étudions les avis de nos clients, et mettons en avant les différents articles de notre blog. Il s'agit aussi de créer du lien par différent jeux concours et questionnaires. Dans notre système actuel, ces réseaux sont aussi un facteur de légitimité (nombre de "likes", qualité des interactions) non négligeable qu'il faut soigner. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Je souhaite que nous maintenions notre avance sur ce marché des coffrets pour couple, et imposions notre statut de leader à l'étranger. Le Startup-euriat : Il s'agit d'un parcours du combattant passionnant mais semé d'embuches. Seule issue : le travail acharné ! Administratif, emprunts, association, recrutement, communication...tout est difficile au début ! Il m'est arrivé de douter de nombreuses fois. Dans ces moments-là, je me focalise sur le peu que j'ai réussi à faire jusque-là, cela redonne confiance ! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Impossible...! Il n'y en a pas. Le seul point commun est le traditionnel café du matin où chacun cite la tâche la plus importante de sa journée. Votre plus grande chance ? J'ai la chance d'avoir une famille d'entrepreneurs (réussites, mais aussi échecs !). Cela a clairement été un atout pendant les périodes difficiles, et personne ne m'a reproché de prendre cette voie peu conventionnelle. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Ne réfléchissez pas trop...! Il est important d'aller vite Le mot de la fin ? Mon seul objectif : continuer à être entrepreneur le plus longtemps possible ! Heureux au boulot, heureux dans sa vie :) Merci de m'avoir donné la parole ! Darling Box en chiffres : 850 couples d'abonnés séduits 1 Darlingteam agrandie à 6 collaborateurs ! - 57 -
  • DRINKENTREPRENEURS DrinkEntrepreneurs est un évènement présent dans 11 villes dans le monde (San Francisco - Singapore - Dublin Palo Alto - Paris - London - Bruxelles - Genève - Shanghai Beijing - Buenos Aires) tous les premiers jeudis du mois. La mission est de promouvoir l'entrepreneuriat en créant des communautés et des liens solides entre les entrepreneurs dans chaque ville. Ils se font des amis, échangent des idées, parlent de leur projet, tout est permis puisque l'évènement se passe dans un cadre souvent bien agréable et dans des endroits originaux. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Nous avons toujours beaucoup regardé l'écosystème des startups et des projets innovants. Nous aspirons tous les trois vers une destinée très proche puisque nous aimons créer et répondre à de vrais besoins humains. Lors de notre passage à San Francisco, nous avons clairement ressenti un manque à ne pas pouvoir se réunir de manière informelle entre entrepreneurs et nous avons voulu y remédier. Nous aimions également beaucoup la mentalité dynamique des entrepreneurs et souhaitions pouvoir les réunir. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Beaucoup d'excitation et de stress. Attention de bien garder sa lucidité, personnellement j'essaie de garder mon équilibre de vie. Je ne crois pas du tout aux nuits blanches etc. Votre startup : La mission est de promouvoir l'entrepreneuriat en créant des communautés et des liens solides entre les entrepreneurs dans chaque ville. Ils se font des amis, échangent des idées, parlent de leur projet, s'entraident: tout est permis puisque l'évènement se passe dans un cadre souvent bien agréable et dans des endroits originaux. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Les réseaux sociaux sont complètement intégrés dans notre stratégie puisqu'ils nous permettent d'entretenir nos relations de manière quotidienne avec notre communauté. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous espérons que notre communauté sera devenue grande et fidèle. De plus, nous allons très prochainement développer des outils destinés aux entrepreneurs. Le Startup-euriat : En France c'est un peu plus difficile que dans d'autres pays Européens mais c'est relativement simple. Surtout trop long à mon goût... Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Je pense que nous doutons tous même quand l'entreprise est en forte croissance, tout change tellement vite aujourd'hui. Comme disais Ben Horowitz un des plus grands investisseurs et entrepreneurs à San Francisco : "Focus on the road not the wall". - 58 -
  • Votre plus grande chance ? Notre curiosité et notre envie de créer. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Attention sur le choix des personnes avec lesquelles vous vous associer. C'est une décision majeure et vos associés doivent véritablement être des "superstars" : polyvalents, intelligents et autonomes. Le mot de la fin ? Just do it ! DrinkEntrepreneurs en chiffres : Plus de 10 villes dans le monde Environ 3 000 entrepreneurs qui se réunissent chaque mois à travers le monde - 59 -
  • ETACHES Nous vendons du temps pour tous ceux qui en manquent ! eTâches est le premier service d’assistants privés 100% à distance. Les assistants privés eTâches travaillent pour vous, sur toutes les tâches qui peuvent se réaliser à distance et que vous avez besoin de déléguer : Vie professionnelle : Qualification d’une liste de prospects, administration d’un questionnaire par téléphone, saisie de données etc. Vie personnelle : Recherche des meilleurs prix sur Google, gestion de vos réseaux sociaux, transcription des cartes des visites scannées de tous vos contacts en format vCard etc. Nous facilitons l’acte de déléguer. En deux minutes vous pouvez acheter en ligne des unités de temps et vous pouvez commencer à déléguer immédiatement. Votre tâche sera réalisée dans les 24h par votre assistant privé ! Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? J’ai toujours eu envie d’entreprendre mais je n’avais jamais osé franchir le pas. Un jour j’ai pris un verre avec un ami dans un café à Bangalore, en Inde, pour discuter du projet eTâches. Il m’a donné une grande leçon d’optimisme à travers la « loi de l’attraction ». Cette loi peut être résumée par la citation de Paulo Coelho (L’alchimiste) : “Accomplir sa Légende Personnelle est la seule et unique obligation des hommes. Tout n’est qu’une seule chose. Et quand tu veux quelque chose, tout l’Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir. » Tout est dit ! :-) Lorsque je travaillais en finance à Paris j’ai remarqué que mes collègues perdaient un temps fou sur des tâches très basiques alors qu’ils étaient overbookés ! J’ai ensuite lu le livre « la semaine de 4 heures ». L’auteur, Tim Ferriss, nous invite à gagner du temps à travers de nombreux conseils et méthodes. Tout un chapitre est consacré aux « virtual assistants » anglophones qui lui permettent de déléguer un maximum et de se créer du temps ! Ces deux expériences m’ont décidé à lancer eTâches. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A tout ! Pour valider une idée vous demandez à des personnes si elles voudraient acheter le service. Comme vous passez au projet vous leur demandez de l’acheter pour de vrai ! Cela fait toute la différence. Votre Startup Un entrepreneur doit créer de la valeur et doit donc optimiser l’utilisation de son temps. « Votre temps est votre plus précieuse ressource et elle est non renouvelable ! » (Robin Sharma). Notre offre est une alternative à une assistante de gestion ou à une secrétaire. Déléguer à un assistant privé eTâches permet d’améliorer son efficacité et son organisation personnelle pour se simplifier la vie - 60 -
  • et gagner du temps. La mission d’eTâches est de démocratiser l’achat de temps ! Notre service est unique en France pour trois raisons. Nos assistants privés interviennent uniquement à distance. Cela permet à nos clients de déléguer de manière instantanée un très large éventail de tâches. Notre service est également très accessible car nous facturons au quart d’heure, sans engagement, pour moins que le SMIC horaire. Enfin nous contrôlons la qualité des tâches réalisées pour garantir le meilleur niveau de service : Vous êtes satisfaits ou remboursés ! Nous facturons notre service au temps passé. Nos clients achètent en ligne des unités de temps et les utilisent en déléguant à leur assistant virtuel. Nous travaillons en tout indépendance. Nous comptons sur un réseau de prescripteurs qui ont un intérêt à faire gagner du temps à leurs propres clients. Nous sommes également présents dans les milieux de l’entrepreneuriat, espaces de coworking, coachs etc. Nous mettons également en place un programme d’affiliation. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous postons sur Twitter et Facebook tous les conseils sur comment gagner du temps. Nous partageons des outils, des méthodes, des citations, des vidéos etc. Nous croyons que notre page doit être utile et qu’elle ne sert pas à parler de nous. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans la boite à outils de tous les entrepreneurs francophones et pourquoi pas dans la nouvelle édition française de la « semaine de 4 heures » de Tim Ferriss ! Le Startup-euriat : Si vous cherchez la facilité alors vous êtes mal partis ! Mais sinon oui lancez-vous, petit à petit on découvre des tas d’outils, de personnes et de situations favorables inattendues. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Soi-même. Lorsque la confiance en soi joue les montagnes russes il faut savoir s’accrocher. Il faut à la fois douter pour s’adapter. En même temps il faut tenir le cap même en pleine tempête ! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n’y a pas de journée type mais les imprévus qui volent mon temps ont tendance à être récurrents ! Sinon je vais travailler à vélo et je mange le midi en bord de mer. Cela fait partie des avantages en Tunisie. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? La lecture me permet de prendre du recul. Quand on regarde la TV on est passifs alors que devant un livre notre esprit est en ébullition. Je mets beaucoup de temps à lire un essai car je m’arrête toutes les 2 pages pour réfléchir, mettre en pratique, souligner des passages etc. Voici 3 livres que je conseille : La Semaine de 4 Heures (Timothy Ferriss), Le Secret (Rhonda Byrne), The Greatness Guide (Robin Sharma). Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Parlez de votre projet autour de vous !!!! (Et déléguez ;-) Le mot de la fin ? “Quand tu veux quelque chose, tout l’Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir” Paulo Coelho, L’Alchimiste - 61 -
  • GALLIA PARIS Nous sommes deux entrepreneurs Guillaume Roy et Jacques Ferté, et nous avons relancé une marque de bière oubliée depuis 1969. Cette bière était produite à Paris, notre projet a donc pour but de relancer la bière de Paris. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? L'aventure entrepreneuriale ! L'idée est venue de l'opportunité de lancer la bière parisienne (comme à Londres, NY, Berlin, Barcelone etc...) A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A beaucoup, beaucoup de contre temps, l'idée au projet prendra 3 fois plus de temps que ce que vous avez prévu... Votre Startup : Gallia est une bière parisienne. Paris a besoin de sa bière régionale au même titre que les autres capitales du monde et que les autres régions (Bretagne, Normandie, Nord, Alsace, Corse etc...). Nous jouons sur des produits locaux de qualité, une grande proximité avec notre cible et nos clients ainsi qu’un marketing très parisien. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Médias spécialisés dans le fooding, la bistronomie et l'agroalimentaire haut de gamme. Mais aussi la presse grand public car nous sommes un produit grand public. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? C'est un point crucial pour un produit convivial comme le nôtre, nous avons 8000 fans sur FB et il est mis à jour quotidiennement. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Comme une belle PME et une brasserie régionale de référence. Le Startup-euriat : Si on est très motivé oui, mais c'est long. Entre le manque des moyens, la multitude des tâches, la mise en place d’un BFR… Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui, mais il faut compléter ses lacunes par une voire des embauche(s) ! Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Un gros atout, ça me semble essentiel d’avoir le soutien de ses proches lorsqu’on se lance dans quelque chose d’aussi incertain. - 62 -
  • Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Non, elles trop bien trop différentes les unes des autres. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Sur Internet et en faisant des rencontres, c’est toujours intéressant de se tenir au courant et surtout de recueillir les avis et les conseils des gens sur Gallia. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Bon courage ! Gallia en chiffres : 3 ans d’existence 2 bières (blonde et blanche) Présent dans 300 points de vente à Paris 25% du CA réalisé à l'export en 2012 (Australie, Chine, UK, Allemagne etc...) Plus de 500 000 bouteilles vendues depuis le début ! - 63 -
  • FEEL & CLIC Je m’appelle Charles BAUDELOT et je suis co-gérant de la société Feel&Clic. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Passionné de technologies, créatif dans l'âme, j'ai toujours cherché à apprendre en faisant et à créer des projets pour servir les autres. À l'issue de ma formation, j'ai décidé de créer une entreprise de service haut de gamme dans le domaine du Web. En septembre 2009, le greffe du tribunal de commerce de Nanterre inscrivait la société Feel & Clic au registre des entreprises avec pour co-gérants mon associé Nicolas MARSAUD et moimême. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? L'impression d'avoir les bonnes opportunités, le bon environnement et le bon entourage à la bonne période pour tenter une aventure entrepreneuriale. Feel & Clic n'est pas né d'une idée, mais d'une envie. Ayant fait mes armes dans des entreprises de service puis en 2009 dans le domaine du luxe chez LVMH, j'ai souhaité mêler technologies de l'information et haut de gamme. Cette volonté d'apporter un service d'excellence dans un domaine qui m'intéressait particulièrement - le Web - me permettait également de lier 2 aspects de ma personnalité : le côté Ingénieur et le côté créatif. Cette envie initiale est aujourd'hui le slogan de l'entreprise : Élégance Technologique. Mais par-dessus tout, c'est l'alliance avec mon associé Nicolas Marsaud qui a été déclencheur dans cette idée de fondation d'entreprise : avec un projet et une équipe, nous avions ce qu'il fallait pour nous lancer. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? À des surprises et à de l'adrénaline. En passant de l'idée au projet, on passe du fichier Excel à la réalité du terrain, on passe des courbes parfaites aux comptes bancaires à alimenter. De mon point de vue, on peut s'attendre à tout... sauf ce qui se passera vraiment. C'est pour cela que le choix de l'équipe est primordial : pour pouvoir se retourner, repenser, changer, s'adapter. Votre Startup : Feel & Clic est spécialisée dans la création de projets Internet, plateformes Web ou mobiles. Notre positionnement est celui du haut de gamme : approches graphiques soignées, élégance, relation client marquée par la réactivité, développements de qualité. Nous nous attachons à proposer des prestations évolutives, qui prennent en compte les besoins futurs de nos clients. Nos solutions sont également étayées d’une approche de conseil en amont et en aval des réalisations, prenant ainsi en compte l'environnement des projets, et privilégiant une inscription dans la durée. Feel & Clic est une entreprise de service dans le domaine du Web. Notre activité est la vente de prestations dans ce domaine, qu'il s'agisse de sites Internet grand public ou d'outils à usage interne pour les entreprises. Les activités récurrentes se développent depuis 2 ans. Cela comprend principalement la maintenance et l'hébergement des plateformes que nous avons réalisé. - 64 -
  • Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Recommanderiez-vous un bon plombier ? Si la réponse est oui, alors pourquoi ne recommanderiezvous pas une entreprise dont vous êtes pleinement satisfait(e) dans un autre domaine de service : le Web ? Partant de ces réflexions très simples, nous avons orienté tout notre modèle sur la recommandation et la "pollinisation". Pour que cela fonctionne, il faut que le service rendu par Feel & Clic soit parfait. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux ne sont pas intégrés à notre stratégie mais sont de formidables outils de veille et de prise de contact rapide. Nous en avons fait l'expérience encore récemment : un besoin exprimé par un contact sur un réseau social, nous avons pu nous faire une proposition de service dans l'heure et commencer la réalisation du projet le lendemain. C'est l'immédiateté liée à ces réseaux qui est particulièrement intéressante. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Je veux que l'équipe Feel & Clic continue à se développer et à se structurer dans le respect de nos valeurs initiales : la loyauté, la créativité et l'excellence. Si nous continuons comme nous sommes partis et que chacun de nos collaborateurs se réalise pleinement dans cette entreprise, avec un petit grain de folie, Feel & Clic deviendra la première marque de service dans le domaine du Web. Le Startup-euriat : Créer une entreprise est simple, c'est la faire grandir et la pérenniser qui est compliqué. Le reste n'est qu'administratif. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Je crois que l'obstacle principal pour un lancement de société est soi-même. J'entends par là qu'il faut réussir au lancement à garder une motivation peu importe les épreuves à affronter. Ne surtout jamais oublier de se remettre en question. Par la suite, l'obstacle principal est celui du "syndrome de l'entrepreneur" qui a tout fait tout seul au départ et doit impérativement apprendre à déléguer pour grandir. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui, j'ai douté et je continue. Mais je pense que ce doute, s'il n'est pas trop présent, permet justement de se poser les bonnes questions. Pour ma part, j'ai surmonté le doute en échangeant beaucoup avec mon associé Nicolas et en plaçant toute ma confiance dans notre équipe. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Un atout indéniable. La famille est un pilier de la stabilité d'un entrepreneur. Sans forcément être impliquée dans le projet, elle veillera entre autres à votre santé, à ce que vous vous reposiez... ces petites choses ont leur importance. Dans les moments de doute, la famille est également un moteur qui saura vous donner confiance en vous et vous faire prendre du recul. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Mes journées commencent aux alentours de 7h30. Lecture des emails pour voir ce qu'il s'est passé dans la nuit - car les clients travaillent souvent la nuit - puis revue des rendez-vous ou des impératifs de la journée. En début de matinée, parcours des outils de suivi de l'entreprise, notamment du suivi commercial. Je fixe alors les priorités de la journée et commence à traiter, point par point, ce que je j'ai à faire. Rédaction de propositions commerciales, suivi de projet, relance client, production graphique ou technique, communication, rendez-vous de prospection, discussions avec nos partenaires, rendez-vous avec la banque ou le cabinet d'expert-comptable... sont un exemple d'activités qui m'occupent au quotidien. Les journées se terminent souvent aux alentours de 21h. - 65 -
  • Votre plus grande chance ? J'estime avoir eu beaucoup de chance(s) en créant Feel & Clic. J'ai eu la chance de trouver un associé avec qui nous partageons - 4 ans après - toujours les mêmes valeurs avec des traits de personnalité complémentaires. Nous avons eu de la chance de recruter des collaborateurs de valeur qui participent pleinement à l'aventure Feel & Clic et nous avons eu de la chance de trouver des clients qui nous font confiance dès le lancement de l'aventure. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Pour se lancer comme pour grandir, mon conseil est de se forcer à s'entourer. Ne jamais croire détenir la vérité, prendre des avis et faire des choix. Prenez le temps de la réflexion, puis prenez le temps pour l'action... et recommencez. Créer une entreprise est une école formidable. Ce n'est par contre pas une fin en soi, il faut que vous le "sentiez". Soyez humble, déléguez, faites confiance et décidez. Feel & Clic en chiffres : Feel & Clic fêtera ses 4 ans en septembre Nous avons commencé à 2 et sommes aujourd'hui 9 ! 110 000€ de C.A. en 2010 que nous avons multiplié par 2 chaque année 700 000€ de C.A. prévu en 2013 - 66 -
  • G4 INTERACTIVE Je suis Alexandre Sigoigne, j'ai 25 ans et je suis le cofondateur de G4interactive. Nous éditons deux outils en ligne (SaaS) qui permettent de suivre et d'analyser les performances en référencement de son site web sur les moteurs de recherche. Il s'agît de myposeo.com et semvisu.com. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? A l'époque de la création nous étions stagiaires dans de grandes entreprises et nous avons rapidement compris que le chemin serait long pour être en haut de la pyramide. Nous avons donc décidé de nous lancer dans la conception du projet myposeo. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Nous ne trouvions pas de solution accessible en ligne qui puisse répondre à nos besoins en termes de mesure du référencement. Nous avons commencé par analyser le marché et avons décidé que nous pouvions apporter une valeur ajoutée dans ce domaine. Nous avons finalement repris une idée existante mais en voulant nous démarquer par sa réalisation. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Beaucoup de remises en questions et de doutes ! Une idée est toujours belle sur le papier mais on ne pense pas toujours à tout dès le départ, hélas. Il faut savoir que dans les premiers jours les contraintes et réflexions s'accumulent de manière extraordinaire et que c'est à ce moment-là qu'il faut faire le plus gros effort de resté convaincu que notre idée est bonne. Votre startup : myposeo est un outil qui permet de centraliser les indicateurs clés de son référencement naturel. L'outil s'adresse à tous les possesseurs d'un site web qui souhaiteraient connaître le positionnement concurrentiel de celui-ci sur les moteurs de recherche, mais également suivre sa progression. Nous nous différencions principalement sur la nature et la mise en forme des données que nous agrégeons au sein de l'outil. Nos innovations permettent d'aller très loin dans l'analyse des résultats de recherche. Notre Business Model est basé sur le volume. Notre panier moyen n'est pas très élevé mais nous comptons sur la multitude des utilisateurs pour rentabiliser notre solution. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous communiquons via de nombreux sites, principalement sur les blogs spécialisés (SEO, marketing) et dans la presse online. Nous essayons de publier des actualités régulièrement tout en choisissant précisément ce sur quoi nous communiquons. - 67 -
  • Nous utilisons les réseaux sociaux pour relayer les informations que nous publions sur notre blog ainsi que pour discuter avec notre communauté d'utilisateurs ou pour leur faire partager nos découvertes. Ils sont aujourd'hui indispensables de posséder un minimum de profils "sociaux" afin d'être visibles. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous avons pour ambition de gérer une entreprise de taille moyenne (10-15 personnes) qui sera à la hauteur du marché et considérée comme une référence dans son domaine. Le Startup-euriat : Créer son entreprise est très facile, c'est la pérenniser qui est le plus difficile. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? La peur de l'échec, le temps qui passe trop vite, les mauvais choix et parfois la solitude, mais avant tout : le manque de cash et le financement ! Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Je n'ai jamais véritablement douté de pouvoir mener ce projet à bien et ceci en partie grâce à l'équipe que nous avons constituée. Nous avons la chance d'apprendre énormément les uns des autres et c'est comme ça que nous surmontons les possibles angoisses de l'échec. L'échange doit être au cœur d'un projet de création d'entreprise, ce sont les échanges qui permettent de prendre les meilleures décisions et de devenir encore plus compétent. Votre famille a-t-elle été un obstacle à la création ? Personnellement ma famille n'a jamais été un obstacle à la création. Ils m'ont soutenu moralement et continuent de le faire. Ils étaient la dans les bons et les mauvais moments et ont toujours encouragé cette initiative malgré le stress que cela leur à certainement procuré. Elle commence à 8h30 par la rédaction d'une liste de tâches à réaliser dans la journée, puis de réponses aux emails et sollicitations des clients et collaborateurs. La matinée est souvent composée de rédaction de propositions commerciales et de points projet avec les équipes techniques. L'après-midi est plus souvent consacré aux rendez-vous clients et à la prospection. En fin de journée nous passons souvent un peu de temps autour de problèmes rencontrés dans la journée afin de les résoudre et de stimuler l'équipe à trouver des solutions innovantes. Votre plus grande chance ? Avoir un associé qui comprend tout aussi vite que moi et avec qui nous sommes sur la même longueur d'onde. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Croire en son projet ! Il faut se souvenir que seuls ceux qui essayent, peuvent réussir. Entreprendre est une aventure passionnante qui mérite de prendre des risques. Pour rien au monde je ne pourrais revenir en arrière et j'espère pouvoir transmettre encore longtemps cette passion ! Entreprenez ! G4interactive en chiffres : 2 co-fondateurs 7 collaborateurs en moyenne Plus de 1 500 utilisateurs de la solution myposeo Un C.A. de 215 000€ en constante augmentation - 68 -
  • MY HOSPI FRIENDS Après une formation en management hôtelier, j’ai débuté ma vie professionnelle en tant que concierge dans des palaces parisiens. Mais ayant, je pense, déjà l’âme d’un entrepreneur j’ai rapidement créé ma première entreprise. Je me suis installé à mon propre compte comme concierge privé pour des clients internationaux, notamment sur les pays de l’Est et le MoyenOrient. Passionné par les nouvelles technologies de longue date, je me suis réorienté dans le web il y a quelques années. Autodidacte dans ce domaine j’ai commencé en créant une entreprise qui accompagne les jeunes entreprises dans leur stratégie de communication sur le web (site internet, communication sur les réseaux sociaux….). Cette année j’ai créé Hôpital Affinité. C’est le premier réseau social qui permet de connecter les patients entre eux selon leurs affinités. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? En septembre 2011, j’ai eu un grave accident de voiture qui m’a conduit à l’hôpital pendant 5 mois, loin de chez moi. Durant cette période, les visites de mes proches se sont espacées et je me suis rendu compte que peu de choses étaient faites à l’hôpital pour animer la vie du patient. De plus, j’ai été alité pendant 2 mois, et, cette immobilisation forcée m’a conduit à me demander comment faire pour rencontrer du monde, et notamment un autre patient qui partagerait les mêmes passions que moi. De cette expérience, j’ai donc créé un réseau social affinitaire pour les patients, pour qu’ils puissent passer un meilleur séjour et sortir de leur isolement. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Dans le domaine du web, la plus grosse difficulté entrepreneuriale reste la partie technique. Il n’est pas toujours évident de mettre en place les bonnes technologies avec les différentes problématiques et d’adapter le produit au plus grand nombre. Nous devons nous attendre de toute façon à ce que monter un projet ne va pas être facile. C’est un peu comme tomber amoureux et rentrer dans une relation de couple, ça n’est jamais bien facile au début. Votre Startup : J’ai conçu un réseau social de niche, pour les patients hospitalisés. Le but est de resocialiser les patients qui sont à l’hôpital en les faisant échanger sur leurs hobbies, et leur faire oublier un moment la maladie. Les patients ont une grande disponibilité de temps lors d’une hospitalisation surtout lorsqu’ils sont à l’hôpital pour une durée relativement longue ou de façon régulière, et l’ennui ou la déprime n’est jamais loin. La totalité des réseaux sociaux dans le domaine de la santé sont axés sur les pathologies et c’est clairement notre orientation « ludique » qui nous différencie des autres. Egalement par rapport aux réseaux sociaux plus traditionnels, nous avons réalisé un réseau fermé et anonyme pour respecter la confidentialité des malades. Aujourd’hui il y a 1 français sur 2 qui passe au minimum une journée par an à l’hôpital, et nous retrouvons en France environ 2700 hôpitaux qu’ils soient publics ou privés. Nous avons donc deux - 69 -
  • cartes à jouer en faisant notamment une stratégie de BtoBtoC avec le volume de personnes connectées même si nous ne monétisons pas les profils. Notre but est de pouvoir toucher dans les 4 prochaines années environ 5% du marché français. Aujourd’hui nous nous sommes positionnés comme un éditeur de logiciel de l’e-santé. Nous vendons directement des licences d’exploitation de notre réseau aux hôpitaux. Mais en plus de vendre l’accès au réseau, nous apportons à l’hôpital la possibilité de communiquer avec les patients et la gestion de leur e-réputation sur un réseau social. J’ai choisi ce modèle car dans ma vision d’ancien patient, je ne trouvais pas très logique de le faire payer alors qu’il subit déjà l’hospitalisation. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous avons fait appel aux médias pour nos grandes étapes de développement. Notre première étape s’est faite entre Janvier et Mars 2013. La première béta du site a été présentée avec un accès privilégié pour la presse. En Février, nous avons eu la chance de pouvoir participer à l’émission « Toute une histoire » sur France 2. Le thème de l’émission étant la rencontre à l’hôpital, la présentation d’hôpital affinité s’inscrivait complètement dans ce sujet. Nous avons ensuite eu la chance d’être présenté dans la partie web de l’émission « Télématin » sur France 2 et également dans le « Magasine de la Santé » sur France 5. Au-delà de cette communication grand public, Hôpital Affinité a été présent en parallèle dans la presse spécialisée santé et hospitalière. Notre deuxième plan média s’est déroulé en Juin/Juillet lorsque nous avons gagné « Doctors 2.0 », un concours international des acteurs de l’e-santé. Etant nous même un réseau social, nous devions être naturellement présents sur les réseaux sociaux. Nous sommes présents sur Facebook et également sur Twitter. Notre stratégie de diffusion varie en fonction des canaux. Concernant Facebook, nous avons acquis 800 fans entre Janvier et Juin. A partir de septembre, nous allons orienter notre communication sur du multilingue et cibler notamment en fonction du pays. Nous ne diffusons jamais plus de deux posts par jour afin de ne pas polluer le fil d’actualité des utilisateurs de Facebook. Pour ce qui est de Twitter, nous essayons d’être au plus près de nos followers et d’avoir une communication très personnalisée. Nous avons obtenus sur les 6 premiers mois de l’année 2000 followers. Nous essayons d’avoir des followers qualifiés, qui s’intéressent au domaine de la santé et du bien-être. En moyenne nous faisons 40 tweets par jour. Aujourd’hui, nous gagnons un followers tout les 2,7 tweets, c’est un taux d’acquisition qui est plutôt bon. Tout comme le compte Facebook, nous aurons dès septembre une communication beaucoup plus internationale. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Je pense que dans les prochaines années Hôpital Affinité aura une implantation internationale. J’ai été contacté par des hôpitaux en Europe qui ont entendu parler du projet et qui s’y intéressent, c’est un premier axe de développement. Aussi, beaucoup d’hôpitaux et différents organismes/associations nous sollicitent pour développer des réseaux sociaux de niche dans le domaine de la santé, c’est un autre axe de travail pour nous. Le Startup-euriat : Je vais faire ma langue de bois, mais je pense qu’il est facile de créer son entreprise en France. Les seules vraies questions à se poser sont : - Y a t-il une demande sur le produit que vous souhaitez développer et comment se situe l’offre ? - Votre business modèle est-il viable ? A partir du moment où vous solutionnez ces 2 problématiques vous trouverez toujours des personnes pour vous aider, soit à créer la structure, soit à vous accompagner avec un positionnement plus opérationnel et stratégique. - 70 -
  • L’entreprenariat est surtout une histoire de passion, et de patience. Lorsque l’on est passionné par son projet, les obstacles et à-coups du développement font partie des choses à vivre. Et puis, on ne peut être compétent dans tous les domaines : entre les questions administratives, juridiques et financières qui s’ajoutent à la technicité du projet cela fait beaucoup de choses à mener de front. Il faut donc savoir s’entourer ; c’est peut être ça le plus difficile. Ne pas se tromper dans ces conseils et associations. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Pas vraiment. Je me suis déjà lancé dans la création d’entreprise, donc je sais que le parcours est long et que le monde qui nous entoure n’est pas toujours très amical avec les autodidactes. Mais je suis très « sûr » de la viabilité de mon projet, donc je suis confiant en l’avenir. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Pour vous mettre dans la confidence ma journée commence toujours par un bon thé en regardant Jean-Jacques Bourdin sur BFM. Pour le reste il n’y a pas vraiment de journée type. Etant en phase de lancement, les journées sont très variées puisque tout est à construire. A chaque jour son lot de surprises. Mais mon côté geek, fait que je passe toujours un peu de temps sur l’optimisation de la partie technique du site. Je dois dire que ce n’est pas toujours facile, car travailler de chez soi n’est pas évident. Mais une grosse partie de la motivation vient du projet lui-même. Recevoir régulièrement des compliments de patients ou d’entrepreneurs est tout de même très motivant. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Chacun doit appréhender son projet avec sa vision donc je n’ai pas vraiment de conseils et je suis loin d’un Xavier Niel dont j’admire la réussite. Mais je dirai tout de même d’être vigilant aux associations pour monter un projet. La vitesse doit également rester une des principales préoccupations pour la réussite du projet. Le « time to market » est essentiel dans le domaine de l’Internet. Il faut donc savoir prendre des décisions rapidement, et en espérant que ce soit les bonnes…. En conclusion, vous devez gérer votre projet comme votre propre aventure et non pas en fonction des personnes qui vous entourent, même si il faut rester ouvert aux critiques et aux commentaires. Le mot de la fin ? En anglais, je dirais « be unique & humble». Mais plus largement, l’expérience de monter un projet est un challenge fort avec des hauts et des bas. Dans tout les cas mêmes les mauvaises expériences ou les mauvaises décisions apportent toujours quelque chose. Et n’oublions pas que le fondateur doit toujours garder les rênes de l’entreprise afin de ne pas dénaturer la stratégie et les valeurs originelles. My hospi friends en chiffres : 2 à 3 cafés par jour et 2 thés. 10 heures passées devant mon écran chaque jour - 71 -
  • IMMOINVERSE Nous sommes deux associés à parts égales travaillant sur immoinverse.com : - Mickael Fridman, Président, est diplômé d'un Master de gestion financière à l'université Paris 1 Sorbonne, et a été agent immobilier dans une agence de prestige : Barnes International. - Axel Valensi, Directeur Général, est diplômé de l'ESCP Europe et titulaire d'un Master de droit des affaires. IL a participé au lancement de Century 21 au Brésil et a été consultant en stratégie pour CapGemini Consulting. Immoinverse.com vend aux professionnels de l’immobilier et aux agences une base de données d’acquéreurs et locataires, qualifiée et filtrée par l’équipe quotidiennement. Immoinverse.com propose également aux professionnels de l’immobilier un service de mise en commun des biens. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Attirés tous les deux par le monde de l’immobilier et dans un âge où cela devient une préoccupation majeure, nous avons eu envie de travailler ensemble dans ce secteur. Avec ce constat, nous avons décelé une opportunité intéressante qui nous permet de placer les personnes à la recherche d’un bien au cœur de l’opération. Partir dans cette aventure et tenter de bousculer les codes imposés par les leaders du secteur immobilier est un challenge que nous avons trouvé très intéressant et motivant. De par nos expériences professionnelles communes (nous avons pu développer une expertise du secteur immobilier. De plus, nous avons eu tous les deux l’occasion de chercher à acheter, louer ou vendre un bien immobilier et avons pu vivre toutes les étapes avec des points de vue différents : Locataire, acheteur, vendeur particulier, agent immobilier. De ces expériences sont nés plusieurs constats : Le parcours du combattant des agences immobilières : La montée en puissance du la vente et la location en particulier, malgré ses inconvénients L’absence de réseau inter-cabinets C’est ainsi que nous nous sommes lancés dans l’immobilier inversé avec la création du site Internet www.immoinverse.com A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Le passage de l'idée au projet est un moment clef d’entrepreneuriat. En effet, et cela semble une évidence après échanges avec d'autres entrepreneurs, rien de ce qui était prévu ne fonctionne : problèmes techniques (dans notre cas cela s'est manifesté par des difficultés dans la réalisation du site), administratifs (lenteur de systèmes administratifs), et de nombreuses difficultés qui viennent se mettre sur la route d'une voie qu'on imaginait tracée et idyllique. Toutes ces difficultés sont salutaires car elles permettent de tester foi de l'entrepreneur en son projet car de nombreuses sociétés sont mortes nées à la vue des premières difficultés. Votre Startup : Immoinverse.com propose à toute personne qui cherche à acheter ou louer un bien immobilier de déposer sa recherche en ligne gratuitement, en répondant à un grand nombre de questions obligatoires. Ces fiches sont ensuite mises à disposition des professionnels de l'immobilier ou - 72 -
  • des propriétaires qui ont un bien correspondant à la recherche. De plus, immoinverse.com propose aux professionnels de l'immobilier de mettre en commun leurs biens afin de profiter de ce qu'on appelle le réseau inter cabinets. Sur un marché de niche, nous pouvons nous différencier de nos concurrents par l'outil que l'on propose. En effet, nombreux ne proposent qu'une plateforme entre particuliers, et mettent de côté les principaux acteurs de ce marché. Notre algorithme rapprochant les acquéreurs et les produits en les classant par pertinence offre à notre produit une valeur ajoutée supplémentaire. Notre business model repose sur les professionnels de l'immobilier et les propriétaires. Ces derniers doivent s'acquitter d'un abonnement mensuel pour pouvoir contacts les acquéreurs et locataires potentiels. Les professionnels peuvent faire un nombre de recherches illimités mais paient soit au lead, soit en contractant un abonnement illimité. Les propriétaires ne peuvent proposer qu'un seul bien et choisissent entre un abonnement de 1 ou 3 mois. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? La vente du service immoinverse.com se fait par de la communication assez globale (Facebook, flyers, Google adwords) et touche ainsi majoritairement les personnes à la recherche d’un bien, et les propriétaires qui désirent vendre ou mettre en location leur bien. La vente du service aux professionnels se fera directement par démarchage téléphonique, envoi de plaquettes, ainsi que lors du salon immobilier de la porte de Versailles en Avril 2013. Nous avons par ailleurs passé un accord avec une agence d’attachés de presse pour communiquer auprès des journalistes web/TV/radio/Presse écrite sur le lancement de la version officielle du site. Les réseaux sociaux ont une place prépondérante dans notre stratégie de médiatisation. Face aux géants du secteur immobilier (seloger, pap etc.), il est très difficile d'obtenir un référencement naturel satisfaisant. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? L'objectif dans 5 ans est de devenir un produit connu des professionnels de l'immobilier qui se pose comme un véritable complément des sites traditionnels. Pour cela, nous tablons sur un placement de notre produit dans 500 agences en France, soit mois de 2% des agences du territoire. De la même façon, nous espérons être implantés en Europe dans des pays comme l'Angleterre, la Belgique et la Suisse. Notre objectif est d'avoir une vingtaine de salariés qui améliorent le produit jour après jour. Le Startup-euriat : Créer son entreprise n'est pas chose aisée, et tant mieux ! Les lourdeurs administratives nous ont fait perdre par exemple 2 mois 1/2 de travail par faute d'obtenir un Kbis, une déclaration CNIL etc. De la même façon, l'entourage peut s'avérer un frein (es-tu sûr que cela va marcher ? ne préfères-tu pas avoir un salaire ? Comment vas-tu faire sans argent au début ?). Mais finalement, ces difficultés sont un atout car si elles sont franchies, elles donnent une force et une conviction bien plus forte aux créateurs qui doit savoir que tout n'est pas rose, loin de là. On peut ajouter les erreurs qu'on a pu faire au niveau tarifaire, dans notre business plan etc. Entre ce que l'on prévoit, écrit sur un fichier excel, et la réalité du marché, il y a souvent un monde. IL faut donc être prêt en permanence à évoluer, à chercher de nouvelles opportunités, et surtout, éviter de croire que notre fonctionnement est forcément le bon. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Nous n'avons jamais douté de notre compétence à mener le projet à bien dans la mesure où nous sommes deux personnes très complémentaires. Avec un ancien agent immobilier qui dispose d'un réseau conséquent, qui connait les attentes des agents, les écueils, les problématiques etc. et un ancien consultant en stratégie qui sait mettre en place des stratégies, définir une position etc., nous avons réussi à mettre en place une équipe très complémentaire. - 73 -
  • Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Une journée type commence à 9h avec l'étude des inscriptions de la veille, de la fréquentation du site, puis les appels de toutes les personnes inscrites afin de requalifier leur fiche et vérifier leur crédibilité. Puis nous faisons du démarchage d'agences, par mailings, téléphone, nous cherchons des nouvelles opportunités etc. Enfin, tout ça est rythmé et cadencé par nos rendez-vous agences qui nous permettent d'agrandir notre réseau. Tout ça pour se finir en général à 19h. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Quand on créé son entreprise, elle occupe notre esprit 24 heures sur 24. Aussi, nous sommes en permanence à l’affût de tout ce qui peut nous aider, nous faire progresser. Que ce soit à la télévision, dans les journaux, dans les afterworks, ou même les dîners entre amis. Une entreprise ne nous quitte jamais, qu'on le veuille ou non, et donc on tente toujours de tirer profit d'une activité pour trouver des idées. Bien sûr, on regarde les sites de nos concurrents directs et indirects, ce qui est utile pour progresser, trouver ce qu'il nous manque. Votre plus grande chance ? Notre plus grande chance est le fait d'être sortis dans une période où l'immobilier est très tendu. Les prix baissent, les transactions diminuent, les acquéreurs sont de moins en moins nombreux et sont surtout plus exigeants. On parle de plus en plus avec le projet de loi Duflot d'une professionnalisation de l'immobilier. Ce qui montre que le métier doit évoluer, ne peut plus travailler comme avant. Depuis notre création, 5 sites identiques ont vu le jour car le marché est réel. Et notre 2e "plus grande chance" est d'avoir été les premiers. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Foncez, sachez-vous entourer, et croyez en votre projet. L'entrepreneuriat est une aventure extraordinaire mais très difficile. Il ne faut pas croire qu'une idée de projet va se transformer simplement et rapidement en une entreprise à succès. Il faut du travail, beaucoup de travail, du temps, de l'acharnement, être prêt à se faire critiquer. Mais le bonheur que l'on éprouve lors de la signature du premier contrat, de la première entrée d'argent, du premier article sur votre société, c'est comme voir son enfant marcher pour la première fois. Immoinversé en chiffres : Créé il y a seulement 8 mois Déjà près de 50 partenaires sur toute la France Plus de 7 000 acquéreurs actifs 1 objectif atteint : générer du chiffre d’affaires alors que nous n’en prévoyions qu’après un an ! - 74 -
  • KING DAGOBERT King Dagobert™ propose des boxers pour hommes et tout nouvellement pour femmes, aux couleurs originales, mettant l'accent sur le confort et la qualité : deux caractéristiques supportées par une fabrication européenne. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Jean-Baptiste Vidal et moi-même, Valérie-Anne Delaidde, avant même la fin de nos études, avons toujours été tentés par la « grande aventure entrepreneuriale ». Aussi, après plusieurs années à exercer dans le monde de la mode féminine parisienne, j'ai assez naturellement fondé, à la rentrée 2008, une ligne de prêt-à-porter féminin éponyme. Après quelques années à défendre – à mon humble niveau – le savoir-faire de la couture française, l'idée de la ligne de sous-vêtements King Dagobert™ est née. Jean-Baptiste, quant à lui, un diplôme d'ingénieur en poche, passionné par les langues et soucieux de cultiver une ouverture d'esprit et un certain regard sur le monde, s'envole, en 2002, pour le Japon. Il en revient 6 mois plus tard sans que cette envie d'entreprendre ne l’ait quitté. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? C’est un soir d’été en 2010 au cours d’un apéro-brainstorming qu’est née l’idée du concept de King Dagobert™, en partant du constat d’un véritable manque de couleurs au sein des rayonnages de « sous-vêtements » masculins. Les hommes accordant de plus en plus de soin à ce qu’ils portent, nous nous sommes dits qu’il y avait une place pour un produit confortable, qualitatif, coloré et à un prix douillet ! A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? En premier lieu, il est impératif de constituer un dossier de faisabilité solide comprenant une étude de marché, mais également une stratégie de promotion et de développement aboutis. Le soin particulier apporté à ce business plan participe largement aux soutiens apportés par des investisseurs, des établissements bancaires... De plus, il est un outil essentiel pour la présentation de son projet à un panel d'experts. Lors de la rédaction de celui-ci, l'idée de départ pourra ainsi évoluer, s'affiner. Votre startup : Ce qui fait la spécificité des produits King Dagobert™, c’est tout d’abord un très bon rapport qualité-confort-prix puis la nature monochrome du produit et la gamme de coloris offerte qui nous ait exclusive. Enfin, nous nous différencions par la stratégie de marquage de nos produits, à savoir : un positionnement de la griffe original et un affichage innovant des informations telles la taille, la composition, le lieu de fabrication par transfert. Un autre point important, une composition, un assemblage et une qualité avérée, qui nous ont assuré un taux de retour client proche de zéro pour cent. Nous avons, pour le moment, su transformer certains « freins » en « booster » comme, par exemple, le fait qu'une fois une collection de 10 à 15 pièces King Dagobert™ acquises, le taux de renouvellement demeure assez faible, du fait de la faible usure de nos produits. Au final cela nous oblige à proposer régulièrement de nouveaux coloris, à nous - 75 -
  • réinventer et à innover (comme par exemple l'élaboration d'une collection de dessous pour ces dames à la rentrée 2013). Notre action complémentaire constitue aujourd'hui une véritable force pour le développement de la marque. Création, organisation, gestion, comptabilité, marketing,... sont autant de domaines dans lesquels nous nous sommes déjà illustrés professionnellement. King Dagobert™, c'est avant tout la conjonction de deux personnalités complémentaires souhaitant porter cette entreprise au développement et à la réussite, en travaillant quotidiennement à la défense de nos valeurs entrepreneuriales et dans la valorisation du savoir-faire. Enfin, faire que King Dagobert™ œuvre, dans sa gestion comme au sein de sa relation client, dans le respect et le partage. Le but premier de King Dagobert™ est d’offrir un produit confortable, qualitatif, original et à un prix attractif. Mais aussi permettre à chaque homme d’insuffler une touche d’originalité dans leur garderobe de sous-vêtements grâce à des couleurs atypiques et sobres. C’est tout naturellement que nous avons fait le choix de la vente en ligne. Le consommateur peut ainsi effectuer sereinement ses achats de chez lui, de manière sécurisée et sans perdre de temps. L'achat peut se faire 24h/24. Les produits commandés lui seront directement livrés à domicile sous 2/3 jours. Devant le succès avéré au sein d'une première boutique test physique et la demande croissante de notre clientèle plus habituée à la vente directe, nous travaillons actuellement au développement de la revente des boxers King Dagobert™ via des enseignes physiques multimarques et en adéquation avec notre univers. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? La communication est un des éléments incontournables participant à la visibilité et à la notoriété de la marque. En plus de la boutique, un blog a été créé (http://www.lesdessousdekingdagobert.com/) selon la même ligne esthétique et éditoriale que le site. De même des pages Facebook (https://www.facebook.com/KingDagobert), Pinterest, Tumblr, Pheed ou encore un compte Twitter (https://twitter.com/King_Dagobert) nous permettent de rester constamment en lien avec nos clients, prospects, fournisseurs et partenaires. Un travail régulier est effectué en direction de la presse généraliste et spécialisée que ce soit au niveau national ou local et auprès des réseaux de blogueurs par l'envoi de communiqués dressant l'actualité de King Dagobert. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Comme aujourd’hui au niveau de notre éthique, mais avec de vrais “plus” en rapport avec l'évolution du chiffre d'affaires : des locaux plus grands, plus de mains, une gamme de produits plus étoffée et plus colorée. Notre entreprise se sera ainsi enrichi de nouvelles compétences internes dans les domaines du commercial et de la relation clientèle. Côté produit, nous souhaitons continuer à étoffer régulièrement le nombre de nos coloris disponibles, mais aussi proposer des séries limitées de modèles aux imprimés exclusifs, des maillots de bains… Notre volonté est d'élargir notre cible clientèle. De par son modèle économique et les moyens de développement employés, la ligne de sous-vêtements King Dagobert™ est incontestablement scalable. Le Startup-euriat : De nombreux organismes proposent aujourd'hui des accompagnements spécifiques à la création d'entreprise qui méritent d'être largement exploités. Concernant le financement, il existe des mesures facilitant l'accès à l'emprunt (prêt Initiatives, garanties OSEO ou du FGIF, ...) ; et au moment de la constitution de son business plan, par les réseaux associatifs ou la CCI par exemple. Des éléments facilitateurs qui ne demeureraient cependant rien sans le porteur de projet et sa motivation personnel de mener son entreprise à la réussite. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Les obstacles sont multiples et le seront tout au long de la vie de l'entreprise. Dès les prémices, à la création, il faudra savoir convaincre ses partenaires et parfois même remettre en question son - 76 -
  • concept, le faire évoluer. L'atout majeur du porteur de projet : savoir rebondir, prendre rapidement les décisions adéquates. L'entrepreneur est avant tout un décideur. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Le doute doit apparaître comme un "booster" et non une limitation. Il est important de se remettre en question continuellement afin d'anticiper les obstacles et savoir innover dans sa stratégie de développement. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Nos proches ont toujours été des facilitateurs dans ce challenge entrepreneurial, de par leurs regards extérieurs, et pour certains entrepreneurs, leurs partages d'expériences de la création d'entreprise. Leur soutien et leurs conseils sont primordiaux pour le développement de notre activité. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? C'est là un des nombreux points positifs de l’entrepreneuriat : aucune journée ne se ressemble. A la fois, par les différentes casquettes que doit savoir endosser le dirigeant, mais aussi dans les problématiques et actions à mener qui restent très diverses tout au long de la journée. Votre plus grande chance ? Notre motivation : nous partageons tous deux cette volonté d'œuvrer pour la reconnaissance du savoir-faire et du travail bien fait. Malgré le marasme économique – réel pour une grande part – mais qu’on nous assène sans cesse, nous demeurons convaincus qu'il reste encore une place pour l'initiative. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Savoir s'entourer de personnes expertes et de bons conseils, s'ouvrir et échanger pour gagner du temps. Le mot de la fin ? Une dernière question : Quel est le bon moment pour créer son entreprise ? Il n'y en a aucun, ou pour nuancer aucun moment n'est plus propice qu'un autre, les obstacles seront toujours présents. La détermination du porteur de projet reste un des points essentiels. C’est là l'enjeux qui fait de la création d'entreprise un challenge hyper motivant et qui mérite de s'y investir !" King Dagobert en chiffres : Plus de 85% des personnes qui viennent sur le site créent un compte et achètent dans la foulée Plus de 70% de nos acheteurs en ligne ont déjà recommandé au moins 1 fois Et plus de 30% ont commandé 3 fois et plus ! - 77 -
  • KITCHEN TROTTER Je m’appelle Aïcha Mansouri, j’adore cuisiner et voyager. Aujourd’hui, j’en ai fait mon métier ! Après un cursus orienté entrepreneuriat, marketing et innovation à l’Essec, j’ai débuté ma carrière dans un cabinet de conseil en Marketing. L’envie d’entreprendre m'a vite rattrapé et me voilà donc co-fondatrice de Kitchen Trotter. Kitchen Trotter c’est un tour du monde culinaire. En y adhérant, vous recevrez chaque mois, un kit de cuisine représentant une destination en particulier, dans lequel vous retrouverez les recettes emblématiques et les ingrédients secs les plus difficiles pour les réaliser. En bref, un colis qu’un ami vous aurait envoyé depuis son voyage avec une petite carte postale et plein de souvenirs. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Issue d’une famille d’entrepreneurs, je savais qu’à un moment ou un autre de ma vie, je retournerai vers ce que j’ai admiré toute ma vie. Qu’est ce qui m’a décidé ? Une envie qui nous prend au ventre et qui devient d’un coup viscérale, je ne pouvais plus imaginer faire autre chose. J’avais tout simplement envie de créer ! L’idée est née avec mes 2 associés, nous partagions une passion pour le voyage et la cuisine. C’est en mélangeant ces 2 univers que nous avons créé Kitchen Trotter. Notre produit a vite rencontré une forte demande chez toutes les personnes qui voulaient retrouver leurs souvenirs de voyage, qui s’impatientaient en attendant leurs vacances d’été, qui étaient curieux d’autres cultures et d’autres cuisines et enfin chez toutes les personnes qui ont du mal à retrouver des produits exotiques près de chez eux. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? L’idée d’entreprendre est bien agréable à envisager pour la majorité d’entre nous. Pour la concrétiser, la tâche peut s’avérer plus compliquée que prévue. Il faut y être préparé pour continuer à se réveiller tous les matins avec une bonne dose de passion. Votre startup : Kitchen Trotter est un concept innovant autour de la cuisine du monde qui propose un rendez-vous mensuel à ses abonnés. Ainsi, dans leur boite aux lettres, un kit de cuisine les attendra tous les mois pour leur faire découvrir les meilleures spécialités d’un pays à travers les recettes et les ingrédients pour les réaliser. Afin de conserver leur authenticité, les recettes sont concoctées tous les mois par un chef natif de la destination représentée. Par la suite, l’équipe déniche aux 4 coins du monde les ingrédients nécessaires à la réalisation de ces recettes. Chaque kit de cuisine est destiné à 4-6 personnes et contient un menu composé de 4 recettes, 7 produits culinaires ainsi qu’un souvenir de voyage. Enfin, notre différence provient de notre positionnement sur la cuisine du monde. Notre Business model est basé, en ce qui concerne l’e-commerce par abonnement, sur la marge réalisée sur nos kits de cuisine. Nous revendons également les produits distribués sur un e-shop en ligne. D’autres perspectives de développement sont évidemment prévues. - 78 -
  • Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Notre stratégie est essentiellement basée sur les réseaux sociaux et l’effet du bouche à oreille créé par l'engouement de nos clients. L’une de mes associés étant spécialisée dans le community management, ce fut le point de départ de notre stratégie de communication. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Ah tellement de choses, c’est une question pour laquelle il nous est difficile de répondre à ce stade. Nous avons énormément de pistes de développement et avançons par phases de test. Le Startup-euriat : La question est assez vaste, on peut parler de la mise en place de l’idée ou encore des démarches administratives. Pour résumer, je dirais que ce n’est pas facile mais jouable. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Les premiers doutes, les premiers faux-pas, les prestataires,… des petits détails qui s’accumulent pour rendre notre quotidien plus pimenté. Un entrepreneur ne peut pas savoir tout faire. En revanche, il peut s’entourer de personnes qui maitrisent différents domaines. Cela permet d’avoir de bons conseils, combler ses lacunes s’il en existe mais surtout ne pas douter de son aptitude à porter son projet vers ses ambitions. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Dans mon cas, la famille a été un grand atout dans la mesure où elle est uniquement composée d’entrepreneurs. Leur soutien a été d’un grand apport surtout au début. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Tout le bonheur de l’entrepreneuriat se situe pour moi dans le fait que je n’ai pas de journée type, je découvre et apprends de nouvelles choses au quotidien. Votre plus grande chance ? Avoir croisé les bonnes personnes sur mon chemin ! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Persévérer et continuer d’y croire ! Kitchen Trotter en chiffres : 11 destinations couvertes en 1 an 1 première levée de fonds Près de 3 000 abonnés ! - 79 -
  • LA BELLE ASSIETTE Je m'appelle Stephen Leguillon et je suis Francoirlandais. Entrepreneur depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours été intéressé par l'alliance de la technologie et de la restauration. J'ai créé une société en Angleterre, Appetise.com qui permet de commander la livraison d'un plat de restaurant à domicile, il y a maintenant 3 ans et demi. Je suis maintenant à la tête de La Belle Assiette, qui est une place de marché pour chefs indépendants. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? J'étais déjà dans le milieu de la restauration et j'ai commencé à rencontrer chefs indépendants (à leur compte, en Auto-Entrepreneurs) qui réalisaient des prestations seuls, par contact. J'ai alors réalisé qu'aucun d'eux n'utilise Internet pour faire connaitre son business alors qu'il s'agit d'un outil incontournable. J'ai donc commencé à réfléchir à comment les aider à gérer leur business et trouver de la clientèle en ligne en ligne. Le passage à la création de La Belle Assiette a été une grande question de timing. Tout s'est concrétisé suite à un grand changement de la perception des consommateurs par rapport aux chefs sur les 4 dernières années notamment grâce à des émissions comme Top Chef et Masterchef. Avant on ne voyait pas le chef en tant qu'artiste, on venait pour un menu, un plat particulier. Le chef n'était considéré que lorsqu'il était étoilé. Aujourd'hui il est plus facile pour des chefs plus jeunes de gagner en notoriété. Les clients viennent découvrir le talent d'un chef avant tout. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? On doit s'attendre à beaucoup de testing de son idée, avant de trouver le projet qui va marcher. La Belle Assiette a été fondée en février 2012 mais on n'a eu un produit commercialisable qu'en novembre 2012. Cela ne fait que 7 mois qu'il est commercialisé ! Cette phase de testing est primordiale pour s'assurer qu'il y ait une réelle demande et surtout voir si le projet est faisable. Votre startup : La Belle Assiette est la première place de marché de prestations de cuisiniers indépendants et chefs à domicile proposant des prestations allant du cocktail dinatoire au cours de cuisine à domicile. Notre différence se trouve dans les outils que l'on crée pour les chefs. En effet, beaucoup de market places ne permettent que de vendre des prestations. Chez La Belle Assiette nous proposons à nos chefs un panel d'outil de gestion en ligne tels qu'un planning, une mise en ligne des prix et des menus (qui évitent les devis à répétition) ainsi qu'un système de CRM pour communiquer avec les clients. En clair l'idée est d'avoir deux business en simultané en proposant des outils de gestion de l'activité et une market place de promotion de cette dernière. Nous prenons également en charge la comptabilité de nos chefs afin de les laisser se concentrer sur le cœur de métier. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? On a de la chance d'être sur deux choses : un projet innovant et l'aspect restauration ce qui est justement un sujet intéressant pour les médias : Elle, France 5 sont venus à notre rencontre d'eux- 80 -
  • mêmes. Avec des dîners tests toutes les semaines pour choisir les nouveaux chefs, on dispose d'un cadre assez incroyable pour accueillir les médias. On y invite des journalistes, des critiques culinaires et des bloggeurs. Les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Non. Simplement parce que notre clientèle, positionnée à l'origine dans un segment très haut de gamme n'est pas une clientèle qui utilise les réseaux sociaux. Avec des chefs à des prix plus abordables, ce serait peut-être envisageable… Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? On a un projet plus européen. Lancer La Belle Assiette en Europe, notamment au Benelux, en Suisse et en Angleterre. S'imposer en Europe pour faire face à la concurrence américaine. Le Startup-euriat : Ce n’est pas vraiment difficile, il faut juste éviter certains pièges. Il y a des erreurs à ne pas faire, il faut bien réfléchir avant de se lancer. Aujourd'hui, au vu de la situation économique, c'est plus compliqué de lancer son projet mais avec de la réflexion et la détermination, ce défi est possible. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Le principal obstacle que j'ai rencontré c'est le devoir de se spécialiser face à la grandeur du marché. Au début on propose tout, on teste tout, puis on fait un bilan et tente de raccourcir son offre et de cibler ses clients. Pour cela il n'y a qu'une seule ressource : le temps. Prendre le temps de tester, de planifier sans dépenser trop. Il faut s’aider du temps. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui, bien sûr j'ai déjà douté mais je pense que c'est quelque chose de normal. Il faut souvent se remettre en question, s'appuyer sur des mentors, sur des entrepreneurs qui ont réussi. Je crois que la compétence qui m'a fait le plus défaut c'est mon côté "juge". Devoir sélectionner de nouvelles compétences pour développer son entreprise c'est très difficile, c'est pourquoi j'essaye toujours de m'entourer d'un collègue quand je dois assurer un entretien. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Ma famille a été un atout. Si elle ne m'a pas vraiment aidé dans la construction de mon projet, elle a su être un soutien moral pour me faire avancer. Quand on annonce à sa famille qu'on se lance dans un projet, ça peut faire peur. De mon côté, j'ai de la chance, je suis issu d'une famille d'entrepreneurs. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Alors, ma semaine est assez rythmée et diversifiée. Je n'ai pas vraiment de journées types, plutôt des périodes de travail bien fixes. Le mercredi, par exemple, je travaille en interne, c'est à dire, je me concentre essentiellement sur mon produit, j'essaye de ne pas avoir trop de contact avec l'extérieur ce jour-là. Sinon, mes autres journées se divisent autour de trois pôles : l'administration (je m'occupe surtout de l'aspect financier), le développement de mon activité (je travaille sur la stratégie et les projets que j'ai en tête) et enfin je prends du temps pour m’occuper de mon personnel. Pour évacuer le stress, je pose quelques heures pour faire du sport, plutôt en fin de journée, c'est le meilleur moyen pour se vider la tête. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? J'ai deux inspirations : la première, c'est le fait de travailler avec des entrepreneurs. Côtoyer des professionnels qui ont réussi, qui ont pris de risques dans leur vie, ça me motive ! J'aime accompagner ces mentors et les aider dans leurs projets. Ma deuxième force, c'est mon entreprise. - 81 -
  • J'ai l'ambition de construire "Une Belle Assiette" au niveau européen, c'est un projet qui me motive qui redonne la pêche tous les jours. Votre plus grande chance ? Étant franco-irlandais, je suis bilingue. C'est un avantage puisque ma culture m'a donné les clés pour créer une première entreprise en Angleterre. J'ai pu acquérir de l'expérience et comprendre plusieurs choses. En parallèle, j'ai la chance d'être quelqu'un qui ne stresse pas, ou du moins pas beaucoup. Ceci étonne parfois mon entourage ! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Se lancer sur quelque de concret, ne pas voir trop grand, tester avant se lancer. Le mot de la fin ? Au-delà du regard d'entrepreneur, j'aimerai rendre un maximum à la communauté entrepreneuriale. Notre éco-système doit se renforcer, nous, acteurs, nous devons contribuer à développer un réseau plus fort. Vous savez, avant d'en arriver là, j'ai appris, j'ai écouté. Aujourd'hui j'aimerais rendre et partager ce que j'ai reçu. La Belle Assiette en chiffres : 7 personnes : 2 co-fondateurs + 5 collaborateurs 1 prestation La Belle Assiette réalisée à chaque fois que vous êtes en train de manger 2 segments: B to C et B to B 10 clients corporate à ce jour, en plus de nos particuliers Plus de 50 chefs en ligne et une bonne centaine en liste d'attente - 82 -
  • LA PETITE ETOILE Mon projet, La Petite Etoile ? Nous voulons transformer la manière dont les entrepreneurs présentent leur business plan aux investisseurs. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? J'avais l'envie de changer les choses tout en le faisant dans mon secteur de compétence. Après des études de finance et de management, le business plan faisait sens. Je me suis lancée naturellement, c'est une éducation par deux parents entrepreneurs qui est surement la principale raison. Ce n'a donc pas été un choix mais une évidence. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A travailler beaucoup, à passer des moments difficiles, il n’y a pas de glamour dans la création d'entreprise. Votre startup : Nous avons commencé par le conseil avec des prestations classiques de mise en forme de business plan. Maintenant, nous sommes aussi un site internet de e-commerce de business plan, une startup avec Leteaser.fr qui permet à l'internaute de se faire une page pour convaincre, un livre qui sort bientôt pour accompagner les entrepreneurs et des vidéos investisseurs pour donner des réponses aux entrepreneurs. Nous sommes différents car totalement passionnés avant tout. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous avons travaillé un temps avec une RP mais j'ai maintenant une bonne connaissance des journalistes du secteur et travaille en direct avec eux. Potentiellement un peu d'Adwords peut être pour l'ecommerce et beaucoup de partenariats pour le reste. Nous offrons un modèle gratuit de business plan sur notre site contre un like facebook... cela vous donne une idée de notre utilisation des réseaux sociaux ! Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Avec des entrepreneurs La Petite Etoile devenus des grandes planètes ! Le Startup-euriat : Ce n’est pas simple mais rien n'est facile sans volonté Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu’on se lance ? La peur de l'échec, la pression sociale de ne pas avoir un job normal et la patience à avoir car tout est plus long que ce que l'on pense. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Parfois bien sûr et heureusement. En travaillant plus, en se focalisant sur l'essentiel on arrive à surmonter ses doutes. - 83 -
  • Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Emails, réunion d'équipes, rendez-vous prospect, rendez-vous client, rendez-vous pour aider un copain sur son business plan autour d'un verre... Les journées types sont trop courtes. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Chez les autres, nos clients que nous conseillons. Mes étudiants d'école de commerce plein d'espoirs. Votre plus grande chance ? C’est sûrement de se dire que rien n'est impossible Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? La route va être longue mais l'apprentissage va être riche. Vous allez gagner des années à prendre ce risque. Le mot de la fin ? Cette phrase que me disait sans cesse mon père petite : Il faut viser la lune, parce qu'au moins, si vous échouez, vous finissez dans les étoiles. La Petite Etoile en chiffres : 2 ans et demi d'existence 100 entrepreneurs conseillés Des centaines de carambar consommés - 84 -
  • LE PETIT BALLON Le Petit Ballon, un concept innovant qui a le « vin » en poupe. Fondé en 2011 par Martin Ohannessian et JeanMichel Deluc, ancien chef sommelier du Ritz, le Petit Ballon est le pionnier français dans le secteur des abonnements de vin en ligne. Il offre une nouvelle approche de l’achat, de la découverte et de la dégustation du vin. Rendre le vin accessible, facile et ludique pour permettre aux consommateurs de ne garder que le plaisir de déguster une bonne bouteille de vin, et de l’accompagner des mets appropriés. En prime, la chance d’accéder à ses cuvées préférées à prix direct propriété. La boite à vin du Petit Ballon c’est donc un prix accessible, un moyen de commande et de livraison facile, des connaissances simples, compréhensibles et amusantes. Chaque mois, La boîte à vin est livrée à domicile avec un service rodé, qualitatif et facile. Le Petit Ballon bouscule et révolutionne donc nos habitudes de consommation tout en apportant à chaque abonné les connaissances nécessaires pour pouvoir apprécier le vin. Le Petit Ballon apporte en plus de la dégustation de 2 bouteilles par mois, un contenu qualitatif et se propose de faire notre éducation de manière amusante et décalée. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? L'envie de construire et d'apprendre 10000 choses. A presque 30 ans, passionné par le vin mais pourtant incapable de reconnaitre un Bordeaux d'un Bourgogne, je me suis dit qu'il fallait en savoir davantage :) Je me suis essayé aux ateliers d’œnologie mais déchante rapidement : trop chers, trop vieux, fastidieux, ennuyeux. Idem avec les salons et les foires aux vins sans âme, sans chaleur et sans saveur. Et voilà qu’un peu par hasard, je suis tombé sur les vidéos de Gary Vaynerchuk, dans le même temps, l’apparition des «box» au Etats-Unis m'a inspiré un nouveau concept: proposer des coffrets de vins sélectionnés et les accompagner de vidéos ludiques et pédagogiques pour faciliter l’approche du vin. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A beaucoup de travail et de courage !!!!! Votre startup : On avait besoin du Petit Ballon : 90% des Français achètent du vin mais 67% des consommateurs se disent débutants. De plus, 70% de la population trouve l’achat difficile et 78% estiment qu’il est nécessaire de s’informer avant d’acheter du vin. Et surtout 90% des gens aiment acheter après dégustation. Le Petit Ballon était donc plus qu’attendu et il est d’autant plus fait pour ceux qui se sentent perdus dans les rayons des supermarchés face à des linéaires de bouteilles qu’on finit par choisir en fonction du prix ou du design de l’étiquette, ceux qui pensent que l’on peut aimer le vin sans être forcément un expert, ceux qui aimeraient simplement savoir comment déguster et parler un peu du vin servi à - 85 -
  • leurs amis. Sans oublier, ceux qui ne se retrouvent pas sur les sites internet qui proposent des tarifs alléchants, car ils ne connaissent pas forcément les vins et surtout ne les ont pas goûtés. Nous avons aussi pense à ceux pour qui le vin n’est plus un secret, à force de dégustation et de curiosité, mais qui ont envie de découvrir de nouvelles pépites chaque mois. Nous sommes différents sur 3 points : • Notre marque, notre sommelier et notre site web sont les 3 atouts clés que nous possédons. • La Marque – une marque forte, une identité visuelle tranchée. Le Petit Ballon devient dans le monde professionnel un label de qualité. • Jean-Michel Deluc – notre maître sommelier. Aussi à l’aide avec les princes et les passants. Atout considérable du fait de son expertise pour les consommateurs, que son excellente réputation auprès des vignerons et des professionnels. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Avoir une image forte facile à véhiculer pour la presse. C'est du boulot :) Les réseaux sociaux et particulièrement Facebook et Twitter sont complètement intégrés à notre stratégie Client et Média. Pour les clients, ces réseaux sont un excellent moyen de communiquer avec nos équipes, notre sommelier. Autant pour des questions sur les vins que sur le site, les nouvelles offres... Pour les prospects, un très bon moyen de recruter, de faire connaître notre concept, nos offres, notre boutique et nos événements. Je n'ose même pas imaginer une communication sans les réseaux sociaux !!! Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? D'être le partenaire digital incontournable pour les vignerons et un label de qualité pour les consommateurs. Le Startup-euriat : Créer, ah oui c’est simple ! C'est de durer qui est plus compliqué ! Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Le financement tout d'abord. Un des nerfs de la guerre. Le capital humain. Il faut une équipe de choc dès les premiers jours L'organisation. Il y a tellement de choses à faire quand on se lance, que l'organisation est un réel atout. Le temps. Il ne faut pas trainer, le temps est compté. La démotivation. Ne pas se laisse abattre. …et surement beaucoup d'autres. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Tous les jours oui. Ça permet aussi de remettre les choses à plat, la stratégie, l'offre, la comm'. Je surmonte ce sentiment par le travail. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Je crois qu'aucunes journées ne se ressemblent ! Mais essayons l'exercice. 08h - 09h - Emails & organisation des ToDo de ma journée 09h - 13h - Stratégie et création 13h - 14h - Pause dej (plutôt avec des potes) 14h - 20h - Dossiers, Rendez-vous, Suivi des ventes, du travail de chacun, un peu de compta aussi.... 20h30 - On range le bureau et hop. - 86 -
  • Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Pas mal de lecture, blog, journaux. Et surtout par les Hommes que je rencontre (chefs d'entreprise, famille, potes...). J'adore écouter leurs visions, leurs conseils, leurs retours...un trésor. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Go go go ! Le mot de la fin ? A votre entière disposition pour échanger, pour essayer de vous aider ou pour vous donner une bonne dose de courage ! martin@lepetitballon.com @Mohannessian Le Petit Ballon en chiffres : 2 ans d'existence, 1 équipe de choc, 1 sommelier incroyable Des milliers de bouteilles vendues, 1 boutique, Des milliers d'abonnés, des centaines de vidéos :) C.A. 2012 - 300 000€ C.A. 2013 (en cours) – 1 200 000€ - 87 -
  • LEMON CURVE Je m'appelle Agathe Mollinar et je suis la fondatrice de Lemon Curve, le site n°1 de vente de lingerie en France. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? L'idée de Lemon Curve est née d'un constat simple lorsque je cherchais moi-même de la lingerie : il est tout simplement impossible de trouver de jolies marques de lingerie en vente sur Internet. En effet il y a très peu sites et très peu de marques représentées. Pour moi il s'agissait d'une piste à exploiter. L'idée de fonder Lemon Curve a suivi ce constat que j'ai dressé. En comptant mon attirance pour l'aventure et le e-commerce, je me suis vite lancée ! Et puis, c'est quand même très agréable de travailler dans la lingerie... A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? On doit s'attendre paradoxalement à rien ! Par rien, je veux dire qu'il ne sert à rien de partir avec des idées toutes faites puisque l'entrepreneuriat c'est de la découverte au quotidien et que rien ne se passe exactement comme prévu. Plus sérieusement il faut s'attendre à de gros challenges, à des remises en question mais toujours se dire que ça en vaut la peine ! Votre startup : Lemon Curve est un site de vente de lingerie en ligne, le n°1 en France mais aussi le premier à offrir une telle variété de marques. Que ce soit de la lingerie de confort ou de la lingerie fine un large portefeuille de marques est représenté ! Nous proposons de la lingerie pour toutes les femmes, pour tous budgets et dans toutes les tailles. Lemon Curve s'adresse à la fois aux grandes tailles qui ne trouvent pas forcément leur bonheur en magasin mais aussi aux femmes n'ayant pas accès à des boutiques de lingerie à proximité de chez elle, sans oublier celles qui n'ont simplement pas le temps d'aller en boutique, ou les pudiques qui préfèrent essayer chez elles. Et c'est en cela que Lemon Curve est différent ! Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous sommes extrêmement axés sur les canaux d'acquisition traditionnels du web. Oeuvrant en ligne, il nous paraît logique d'assurer notre présence sur Internet. Les réseaux sociaux font partie intégrante de notre stratégie ! Nous disposons d'une page Facebook suivie par une réelle communauté de fans. Nous nous en servons certes pour mettre en valeur des produits et des promotions, mais aussi pour partager des conseils sur le choix de la lingerie. Nous avons également notre propre blog où nous partageons notre actualité. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Comme le site de lingerie de référence des femmes en Europe, et pourquoi pas s'étendre plus loin ! Le Startup-euriat : Ce n’est pas facile de créer son entreprise en France. Et c'est une réalité qu'il ne faut pas se cacher. Avoir une idée c'est bien, remplir les dossiers administratifs prend du temps mais c'est faisable. - 88 -
  • Maintenant créer une entreprise viable, qui existe sur plus que sur du papier est loin d'être facile. Il faut plus qu'une idée, il faut un vrai projet, développé, testé, adapté. Lemon Curve a vu le jour après 5 mois de travail ! Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Passer de l'idée au projet, être sûr de trouver le projet qui répond à un réel besoin et pas seulement à une envie d'entreprendre. Ensuite bien évidemment il y a l'obstacle de la rémunération, ça prend du temps de pouvoir se payer et tout le monde ne peut pas se permettre de vivre tant de temps sans salaire. Et puis il faut croire en soi, ne pas se laisser décourager parce que c'est en ayant confiance en soi que les autres (et notamment les banques) auront confiance en vous et votre projet. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Un atout ! Déjà par le soutien psychologique qu'elle m'a apporté dans mon projet de création ce qui est déjà beaucoup mais aussi par un soutien financier. Sans l'aide de ma mère pendant cette période je n'aurais pas pu lancer Lemon Curve ! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Un des plaisirs de l'entrepreneuriat est que justement il n'y a pas de journées types ! Mais en général je commence mes journées tôt, j'aime arriver plus tôt que le reste de l'équipe histoire de me mettre dans le bain et de faire tranquillement le point sur les actions de la journée. Ensuite une fois que tout le monde arrive, la machine se met en route jusqu'à tard le soir : entre les nouveaux produits à dénicher, les négociations à mener, la communication à coordonner, je ne vois absolument pas le temps passer ! Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Partout, sur Internet, auprès de ma famille et de mes proches... Tout est matière à inspiration. Votre plus grande chance ? Déjà d'avoir pu réaliser mon projet, de travailler chaque jour en faisant ce que j'aime, accompagnée par une merveilleuse équipe et surtout d'être soutenue au quotidien par mes proches. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Lancez-vous ! Entreprendre n'est pas facile mais cela apporte tellement de satisfaction qu'il serait dommage de s'en passer. Lemon Curve en chiffres : 1 équipe motivée Plus de 20 marques représentées sur notre site 3 000 produits qui n'attendent que vous ! - 89 -
  • LES CHAISES HAUTES Nous sommes Anne-Laure et Jean-Frédéric Navarre, les deux co-fondateurs de la société Les Chaises Hautes. Mariés depuis 7 ans et parents de 3 petits garçons, nous nous sommes lancé un nouveau défi : créer « Les Chaises Hautes ». Dans le même temps, nous avons également co-fondés La Poussinade qui est un espace de co-working collaboratif à Paris. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Jean-Frédéric avait depuis longtemps l’envie de se lancer dans l’entreprenariat et il cherchait LA bonne idée… L’événement déclencheur a été une offre de promotion pour Jean-Frédéric, la question se posait : re-signer comme salarié avec un bon poste mais pour au moins 3 ans ou se lancer dans la création d’entreprise. Nous venions d’avoir 30 ans, nous n’avions pas grand-chose à perdre, nos enfants n’ont pas (encore) beaucoup de besoins : le timing nous semblait idéal pour tenter l’aventure. Nous ne pensions pas nous lancer en couple mais au fur et à mesure de nos réflexions, cela s’est imposé ! L'idée des Chaises Hautes est née à la maison lors de la préparation des repas de nos enfants. A ce moment-là, nous avions déjà deux jeunes enfants et nous étions peu satisfaits de l'offre proposée pour leur diversification alimentaire. Anne-Laure, soucieuse d'apporter à nos garçons des produits sains et variés, préparait la grande majorité de leurs petits plats. Nous avions l’habitude de commander nos fruits et légumes bio chez notre primeur. Mais un jour, le hasard d'une erreur de commande de légumes par Anne-Laure nous conduit à recevoir plus de 150 kg de légumes ! Pour ne rien perdre, nous nous sommes aussitôt mis aux fourneaux pour laver, éplucher, découper et congeler les légumes. De là, l'idée des Chaises Hautes a germé. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Au passage à la dure réalité ;) Plus sérieusement, comme pour toute aventure, une fois la décision mûrement réfléchie, l’enthousiasme prend le dessus et permet de passer les premiers mois et les premières difficultés sans se décourager. Le plus surprenant reste la réaction de l’entourage, qui sourit gentiment quand on parle de l’idée et qui nous prend clairement pour des fous quand on se lance réellement dans le projet. Votre startup : Notre concept est de proposer la première gamme de légumes prêt-à-cuisiner pour bébé. Nous voulons redonner la main aux parents pour la préparation des repas de leurs enfants et ainsi répondre à leurs exigences de naturalité, de goût et de diversité. Dans le contexte actuel, les parents sont en effet plus exigent sur la qualité de l’alimentation destinée à leurs enfants. Le prêt-à-manger, type petits pots, existe depuis plus de 100 ans. Au fil des années, on observe surtout des innovations au niveau des packagings (petits pots en verres, plastiques, assiettes etc.), mais aucune innovation majeure sur le contenu. Or les parents sont à la recherche de diversité dans les associations et les recettes. Les parents sont également soucieux - 90 -
  • de savoir ce qu’ils donnent à manger à leurs bébés et veulent du goût dans les assiettes ! Ce mode d’alimentation est notamment facilité par l’apparition des cuit-vapeur, du type Babycook. Ce sont 70% des jeunes parents qui se munissent aujourd’hui de ce type d’appareil. D’après la dernière étude Deloitte de juin 2013, ce sont 83% des jeunes parents qui préparent eux- même les repas de leur enfant. Cependant le fait-maison est chronophage. Il nécessite d’aller faire les courses, de laver, éplucher et découper les légumes. Les parents actifs, soucieux de l’alimentation de leurs enfants, n’ont pas forcément beaucoup de temps à consacrer aux repas. Ils sont de plus soumis à la saisonnalité des légumes, que l’on ne retrouve pas toute l’année. Enfin, les parents se basent souvent sur leur propre goût et ne proposent généralement pas à leurs enfants des aliments qu’ils ne consommeraient pas eux-mêmes. Face à ce constat, nous avons voulu créer, avec Les Chaises Hautes, un nouveau segment sur le marché de la baby-food : le prêt-à-cuisiner ! Nous voulions conserver le côté pratique du produit, essentiel pour les parents, en proposant des petites portions facilement conservables dans les congélateurs citadins, avec notamment des légumes déjà prédécoupés qui ne laissent plus que le plaisir d’associer les saveurs et d’élaborer ces propres recettes. Les repas maisons deviennent simples, rapides et même ludiques ! Notre valeur ajoutée est d’offrir notamment de la variété, des légumes BIO et gourmands, tout en respectant la réglementation très stricte de la baby-food (en particulier les teneurs en pesticides, taux de nitrates et microbiologiques). Nos produits permettent également de proposer des quantités adaptées aux justes besoins de chaque bébé, pour éviter les gaspillages. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous sommes bien évidemment présents sur les réseaux sociaux via Facebook et Twitter. Ce mode de communication a pris une importance considérable dans la société. Comme nous cultivons la valeur de la transparence, nous ne pouvions donc pas nous en passer. Cela nous permet de rester proche des parents qui nous suivent, de recueillir leurs impressions, leurs questions et de les informer sur nos avancés. Nous essayons au maximum de communiquer sur la société, nos projets en cours et les anecdotes que nous rencontrons. Lorsque nous avons besoins de d’avis, c’est préférentiellement vers eux que nous nous tournons. Nous souhaitons créer une vraie communauté de « parents givrés ;) ». Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, nous espérons avoir créé une entreprise pérenne et encore en plein développement. Nous serons une quinzaine de collaborateurs. Nous voulons devenir un acteur qui compte dans le monde de la babyfood face aux leaders du marché que sont Danone et Nestlé et nous serons connus comme les premiers à s’être lancer dans la babyfood surgelée. Nous serons présents dans la majorité des grandes enseignes de la grande distribution. Nous aurons une gamme complète de produits toujours destinés à faciliter la vie des jeunes parents et à éveiller de manière ludique le goût des bébés. L’innovation restera au cœur de notre stratégie. Nous serons également présents sur le marché européen frontalier et au Québec. Le Startup-euriat : Prendre la décision de se lancer et démissionner ou réduire son temps de travail ne sont définitivement pas les moments les plus difficiles. Mais ensuite, les choses se compliquent un peu. Le doute et la remise en question font partie du quotidien. Faire les bons choix, souvent rapidement, être flexible mais rigoureux, réactif, imaginatif et surtout rester confiant, optimiste mais lucide,… Trouver ses premiers partenaires, fournisseurs, clients alors que vous n’êtes rien ni personne n’est vraiment pas facile et il faut vraiment savoir faire preuve de persuasion et de persévérance pour réussir à décrocher ses premiers contacts. - 91 -
  • Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Pour nous, les obstacles ont été principalement de trouver des partenaires/fournisseurs avec qui nous voulions travailler. Nous cherchions des entreprises prêtes à aider une toute jeune société et à nous accompagner dans le développement de nos gammes. Il fallait nous montrer crédible, tout en apprenant, à chaque rendez-vous, notre nouveau métier. Se lancer dans le secteur agroalimentaire et dans la grande distribution sans aucune expérience préalable est souvent surprenant pour nos interlocuteurs. La conviction et la persuasion ont été les maitres mots de cette période. La procrastination peut nous guetter pendant ces premières semaines d’indépendance et il faut être vigilant et vite trouver une organisation rythmant les journées. Selon son secteur d’activité, il est plus ou moins facile de gérer sa trésorerie. Trouver des subventions, des prêts ou même débuter une levée de fonds, tous ces sujets prennent du temps et nous apprennent la patience mais surtout la persévérance. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? J’ai l’impression que le doute fait partie de la vie d’un jeune entrepreneur. Oui, nous connaissons bien ce phénomène : sommes-nous légitimes ? Aurons-nous la force d’esprit de tenir les moments difficiles ? Saurons-nous gérés l’échec ? Saurons-nous gérer l’expansion, si elle a lieu ? Bref, les raisons ne manquent pas pour douter. Cela dit, l’envie d’entreprendre et de se lancer avec cette idée précise vient du fait que l’on est profondément convaincu de notre produit et de notre offre. Je me remotive souvent en me rappelant que nous commençons tous petits et qu’il est bien trop tôt pour la désillusion ou le laisser-aller. Une bonne nuit de sommeil (j’ai la chance d’avoir un sommeil imperturbable contrairement à mon associé de mari..) et le lendemain, je repars remotivée comme au premier jour. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Nous sommes aussi parents d’une famille nombreuse donc notre journée de travail a des horaires aménagés selon les besoins de nos enfants. Le matin, nous nous partageons les taches, Jean-Frédéric dépose les grands à l’école pendant que j’attends la nounou pour le petit dernier. Nous nous retrouvons au bureau vers 09h30. Nous organisons une réunion d’équipe une fois par semaine, afin de nous fixer des objectifs courts mais atteignable et de suivre le travail de chacun sans s’interrompre tous les jours. Nous débutons souvent la journée par une veille sur nos concurrents et sur le marché de la petite enfance en générale. La journée est souvent rythmée par des rendez-vous (fournisseurs, prospects, financiers, etc.). Nous prospectons aussi les professionnels de santé, premiers prescripteurs de nos produits, ce qui nous prend beaucoup de temps. Nous nous déplaçons également régulièrement chez nos sous-traitants, à chaque nouvelle production. Le reste du temps, nous nous occupons du développement de nos nouvelles gammes, de notre stratégie marketing et communication, etc. La journée au bureau s’achève vers 18h pour moi afin de récuperer les enfants. Pour Jean-Frédéric, elle se prolonge souvent plus tard. Une fois, les enfants couchés, nous refaisons régulièrement le point tous les 2 sur les événements de la journée et l’organisation du reste de la semaine. Votre plus grande chance ? D’être d’un naturel optimiste. Rester positive me permet de rester concentrer sur mes problèmes sans me démotiver. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Bien étudier son sujet, son marché, ses concurrents avant de se lancer. Et très vite, travailler en équipe. Encore plus, si le créateur n’a pas d’associé. Travailler dans des bureaux avec d’autres startups, se faire accompagner (il existe nombre de structures offrant un accompagnement de qualité aux créateurs quelque soit leur niveau d’avancement) sont une des clés de la viabilité d’une jeune société. - 92 -
  • Le mot de la fin ? C’est incroyable ce que l’aventure Les Chaises Hautes nous a déjà permis de vivre. Nous en sommes qu’au balbutiement mais, quand nous prenons le temps de nous arrêter 2 minutes, nous ne pouvons nous empêcher d’être surpris de là où nous en sommes, des personnes que nous rencontrons et de tout ce que nous avons appris. Quoiqu’il arrive, nous ne verrons plus jamais notre vie professionnelle de la même manière et nous avons l’impression que nous sommes sérieusement atteints par le virus de l’entreprenariat ;) Les Chaises Hautes en chiffres : 18 mois d’existence La gamme « Je cuisine pour mon bébé » contient 2 références. 2 nouvelles références seront disponibles à la fin de l’automne 2013. « Je cuisine pour mon bébé » est disponible dans une plus de 40 de magasins bio. Au total, c’est 6 000 produits qui ont déjà été vendus. En septembre, nous serons 3 personnes effectives sur le projet. - 93 -
  • LES FOSSETTES DE CAMILLE Les Fossettes de Camille est un site qui vous permet de faire des rencontres sur la base de… votre visage ! Nous avons conçu notre projet comme un distributeur de coups de foudre fondé sur la reconnaissance du visage: 1/vous téléchargez deux photos de vous 2/vous sélectionnez le visage que vous souhaiteriez rencontrer sur notre base de 80 000 visages de personnalités 3/vous recevez plusieurs fois par mois des propositions de rencontres basées sur vos goûts 4/vous décidez de donner suite ou pas D'ailleurs, notre slogan est: "Le hasard fait parfois bien les choses. Les fossettes de Camille les font toujours mieux." Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? La startup s'est lancée fin 2012 sous l'impulsion de 5 associés, passionnés d'innovation et de sociologie, qui ont mené des recherches à la fois sur les techniques de reconnaissance faciale, mais également sur les manières dont nos sociétés décryptent les émotions véhiculées par le visage. Et aussi parce que nous ne croyons pas trop au sentiment fondé sur la raison et sur des critères de choix, voilà pourquoi nous soutenons la théorie du coup de foudre. Le marché de la rencontre amoureuse est en phase de mutation. Il y a des mouvements de fonds qui s'opèrent tel que le besoin de ne pas tenter de remplacer le réel par le numérique, l'envie d'avoir de l'inattendu dans son quotidien, ou encore le fait de ne pas se sentir prisonnier de tel ou tel réseau. On y a vu une opportunité de rupture par rapport aux deux précédentes générations de site de rencontre. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Au-delà des concepts, nous pensons qu'il faut être très pragmatique et privilégier les petites itérations, les tests en conditions réelles et les cycles de décision courts, plutôt que les gros développements et les brainstormings trop longs. Confrontez au plus tôt vos idées directement aux marchés que vous ciblez, et soyez prêts à rectifier autant que de besoin. Faire très attention aux effets de mode. Votre startup : Notre concept est de proposer un distributeur de coups de foudre fondé sur la reconnaissance du visage et les préférences de chacun. Nous répondons aux besoins des célibataires qui cherchent l’amour dans un environnement : - Qualitatif: les propositions de rencontres sont vraies et basées sur votre visage idéal. - Simple: il n’y a pas de questionnaire d’affinité à remplir. - Sécurisé: nous ne diffusons pas les coordonnées, et personne ne peut vous contacter directement. - Sans engagement: il n’y a pas d’abonnement, vous ne payez que si une proposition de rencontre débouche sur un rendez-vous…et c’est le prix d’un café pour le grand amour ! Les principaux éléments de différentiation sont l’expertise de la reconnaissance faciale, qui est une technologie initialement utilisée pour la sécurisation d'accès de bâtiments haute sécurité et surtout ce n’est pas vous qui allez à la rencontre mais la rencontre qui se présente à vous ! - 94 -
  • C’est le site qui propose les mises en relation. Il n’y a pas d’abonnement et les utilisateurs ne payent que lorsque chacun accepte la mise en relation proposée. Nous proposons également une offre marketing B2B couvrant la production de contenu et l’animation de communautés d’influenceurs et d’évènements offline et online pour le compte de marques. Ainsi, Les fossettes de Camille a organisé son premier évènement offline le 9 décembre, dans le 15ème arrondissement de Paris. Marques innovantes et groupes de musiques rock et groove se sont succédés toute une après-midi, le tout dans une ambiance à la fois simple et trendy, pour le plus grands plaisirs d’une centaine d’invités. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous fonctionnons essentiellement sur le bouche à oreille et faisons très peu de référencement payant. Nos principaux relais de notoriété sont: les réseaux sociaux, les jeux concours, le SEO, le référencement naturel, l’évènementiel, notre programme d’affiliation, la presse et les blogs, l’animation de la communauté. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? C'est difficile à dire; on fonctionne par cycles de 6 mois avec des points de type Go/No Go. Par exemple, notre première étape était de savoir si nous étions capables d'atteindre, en 6 mois, les 1000 inscrits avec 0€ d'investissement marketing. Nous avons atteint l'objectif en 4 mois et continuons à abaisser notre coût d'acquisition d'inscrits et de clients. Notre priorité actuelle est la traction de notre projet et le fait de développer la viralité de notre concept. Le Startup-euriat : C'est passionnant mais vraiment très difficile! Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Tout. Trouver l'équipe. Définir le concept. Tester le marché. Ne pas se renfermer sur soi... En fait, c'est vous qui allez chercher le business et non le business qui vient à vous. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui, ça arrive très régulièrement. Notre chance est d'être une équipe. Donc nous pouvons confronter nos points de vue et nous adapter en fonction des difficultés des uns et idées autres. Votre plus grande chance ? Sans hésitation nos 2000 premiers inscrits, car sans eux, le projet n'aurait aucune valeur. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Bien choisir son équipe et ses associés avant de se lancer. Le mot de la fin ? Merci à vous. Si des lecteurs ont des questions concernant l'entrepreneuriat, ils peuvent nous contacter sur contact@lesfossettesdecamille.com. Nous nous ferons un plaisir d'y répondre. Les fossettes de Camille en chiffres : Plus de 8 000 abonnés sur nos différentes pages sociales (FB,twitter,pinterest...) Nous sommes sur le point de fêter notre 2 000 ème inscrit à notre service de rencontre. Le prix d'un coup de foudre est de 2,50 €, soit le prix d’un café pour le grand amour. - 95 -
  • LESMARTWEB.COM Je suis Benoit Guivarc’h l’un des trois associés de LeSmartWeb.com. Je viens tout juste de terminer mes études à Audencia Nantes. J’ai un parcours un peu spécifique parce que je suis en double diplôme ingénieur/manager. Avant d’arriver à Audencia, j’ai étudié en école d’ingénieur aux Mines de Douai. LeSmartWeb veut aider les TPE/PME à se développer grâce à l’utilisation du digital dans leurs entreprises. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? J’ai souhaité créer mon entreprise directement à l’école car je voulais monter un projet de A à Z et voir si on était capable de créer quelque chose de concret, de solide. C’est un vrai challenge mental : il faut gérer les hauts et les bas. C’est un vrai challenge technique : il faut être compétent sur plusieurs domaines différents. Enfin parce que c’est un moyen pour moi de développer ma curiosité en allant toujours chercher de nouveaux partenaires, business model, offres, etc… Nous nous sommes rendu compte qu’Internet n’avait pas rempli son but initial : faciliter la communication entre les individus. Au lieu de les rapprocher, elle a créé une fracture numérique. Notre objectif principal est de simplifier le web en comprenant les outils développés chaque jour, en sélectionnant les meilleurs outils afin de les traduire en usages compréhensibles pour nos clients. Pour nous, le passage de l’idée au projet s’est fait naturellement. Nous avons créé notre entreprise au sein de la majeure entrepreneuriat d’Audencia, nous avons bénéficié de l’émulation de 7 autres projets tout au long de l’année. Au final nous sommes 5 projets à intégrer l’incubatrice symbiose commune à Audencia et Centrale Nantes. Votre startup : Nous voulons donc proposer à nos clients une lecture plus simple du monde numérique, en leur parlant sans cesse des usages qu’ils peuvent en faire. L’objectif est de leur faire comprendre enfin les avantages concrets de l’utilisation du numérique, puis de leur permettre d’y accéder facilement. Notre avantage concurrentiel réside dans notre capacité à comprendre très rapidement si un outil va pouvoir être utile pour l’une ou l’autre de nos typologies de clients. Notre business model est très simple, nous avons deux types de prestations auprès des TPE/PME. Des prestations « one shot » ou des abonnements. Nos prestations one shot permettent aux clients de choisir simplement un module s’ils en ressentent le besoin. Avec les abonnements, le client a cette fois la possibilité de nous déléguer la totalité de sa stratégie digitale. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous essayons de communiquer un maximum sur notre entreprise. Nous participons aux conférences, aux salons dès que nous sommes disponibles. Nous avons déjà participé au Web2Day à Nantes, au Salesforce company tour. Nous essayons de communiquer au maximum auprès de nos partenaires pour profiter au maximum de leur visibilité. Nous avons également une stratégie de communication sur les réseaux sociaux. Nous sommes présents sur Facebook, Twitter, LinkedIn où nous renseignons notre communauté des actualités de - 96 -
  • l’entreprise et d’autres informations concernant le monde digital. Nous avons également un blog qui permet de publier du contenu sur l’univers des Start-up et du digital en France. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? LeSmartWeb.com se sera développé sur plusieurs marchés étrangers. L’idée est de commencer sur les marchés francophones pour se diriger assez rapidement vers l’Afrique, où le potentiel de croissance sur ce type d’offre est colossal. Nous avons aussi la volonté de créer une fondation LeSmartWeb.com qui aura pour but de lutter contre la fracture numérique. Le Startup-euriat : Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent il n’est pas impossible de créer son entreprise en France. A Nantes nous bénéficions d’un environnement très dynamique qui permet de favoriser la créativité et de créer des synergies entre les entreprises. L’incubateur Symbiose offre également une structure d’accueil qui facilite la création. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Au début du projet, on est forcément euphorique, lorsque l’on signe le premier contrat, lorsqu’on trouve le premier partenaire… Mais parfois on doit traverser des périodes creuses où on a l’impression de faire du sur place. Il ne faut pas hésiter à s’entourer, à parler de son entreprise autour de soi pour surmonter ces obstacles et stimuler la créativité. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Ma famille a été un véritable atout dans la création de la société. Etant issu d’une famille d’entrepreneurs, ils ont compris mes motivations à vouloir créer mon entreprise directement après mon diplôme. Ma famille est toujours présente que ce soit pour répondre à mes questions sur la création d’entreprise ou pour me donner des idées ou me conseiller. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Découvrir de nouveaux outils numériques, rechercher des clients, rechercher des partenaires, formuler de nouvelles offres, chaque journée est un nouveau challenge, c’est pour cela que la vie d’entrepreneur est aussi passionnante. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? L’inspiration se trouve dans tout ce qui nous entoure, il faut être curieux. Personnellement, je lis beaucoup les news des autres startups, j’essaye de comprendre les nouveaux business model, comprendre en quoi ils sont différenciant en gardant toujours dans un coin de la tête l’utilisation qu’on pourrait en faire au sein de notre entreprise. Votre plus grande chance ? Je ne pourrai pas résumer ma plus grande chance, mais j’ai de la chance d’être bien entouré, que ce soit mes associés Thomas et Samuel, ou encore mes amis ou ma famille qui me soutiennent au quotidien. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Lancez-vous, sautez le pas, surtout si vous n’êtes pas encore diplômés. Aucun risque. Si ça marche, banco. Sinon, ce sera une super expérience que toutes les entreprises s’arracheront. Enfin soyez curieux, nourrissez-vous de points de vues différents. NE RESTEZ PAS SEULS ! - 97 -
  • MEETINEO MEETINEO, c’est la rencontre entre un ingénieur en systèmes embarqués, Fabien Ferreira et une experte en stratégie et création d'événements, Cynthia Bolé. Lancée en 2012, la startup MEETINEO est une agence spécialisée dans le développement d’applications mobiles innovantes et interactives qui met son expertise au service de l’événementiel. MEETINEO réalise pour ses clients - organisateurs d’événements, grands-comptes, lieux de réception ou encore agences de communication - une application mobile personnalisée regroupant les attentes essentielles des participants : informations, networking et interaction. Après une année de développement de projets sur mesure, nous avons conçu la première solution française de création et de gestion d’applications mobiles événementielles en self-service : WonderApp. La plateforme permet en effet à nos clients de créer et de gérer eux-mêmes l’application de leur événement, en toute simplicité ! www.mywonderapp.com Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? L’établissement de notre business plan, nous a confortés dans notre choix d’entreprendre. Par ailleurs, l’accompagnement que nous avons reçu de la Chambre de Commerce et d’Industrie nous a également aidé dans notre démarche et donné l’impulsion de nous lancer. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Alimentés par nos formations et nos expériences professionnelles, nous avons observé un besoin grandissant en termes d’information, d’interaction et de networking au sein des événements. Parallèlement à cela, l’engouement des smartphones explose et avec lui, celui des applications mobiles. Une évidence s'est alors imposée à nos yeux, l’application mobile répond parfaitement aux problématiques événementielles en situation de mobilité. En capacité de répondre à ce segment de marché, nous nous sommes donc lancés dans la création de notre entreprise MEETINEO. Un véritable défi à relever, reflet de nos aspirations professionnelles respectives, qui a comme objectif de communiquer en tous lieux, via des outils adaptés et personnalisés. - 98 -
  • Nous nous sommes alors rapprochés de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Hauts-de-Seine pour construire et développer notre projet puis nous avons reçu un soutien financier de la part d’Hauts-de-Seine Initiative. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? L’idée c’est une chose, qui ne connait pas aujourd’hui une personne qui a des tas d’idées ! Mais concrétiser une idée, l’emmener au stade de projet et bien au-delà, demande de la persévérance et du travail. A priori, si l’on a vraiment une âme d’entrepreneur, cela ne devrait pas poser de problème. Ce qui compte ensuite c’est de s’entourer de la bonne équipe. C’est plus facile de déplacer les montagnes à plusieurs ! Votre startup : Grâce à My WonderApp, nos clients peuvent euxmêmes concevoir et gérer leur application mobile événementielle. Nous intervenons uniquement dans la validation des données de l’application et sa publication, ce qui nous permet de conserver notre démarche qualitative. Cette solution globale répond à plusieurs besoins exprimés par nos clients lors de cette première année : -Bénéficier d’une application mobile pour son événement même lorsque l’on est une TPE ou PME. -Créer son application à n’importe quel moment et n’importe où. En effet, un client peut très bien décider de créer l’application en soirée, en dehors de ses horaires de travail. -Se projeter plus facilement sur le rendu de son application et ce qu’il souhaite y intégrer. -Etre autonome dans la gestion de son événement. Notre spécialité événementielle nous permet d’avoir une véritable crédibilité dans le secteur avec une connaissance pointue des contraintes et des besoins. Par ailleurs, My WonderApp est la première solution française de création d’applications mobiles événementielles en self-service. La solution My WonderApp est un SAAS en libre-service. Elle permet d’accéder gratuitement pendant 15 jours à la plateforme de création complète avec une assistance personnalisée si nécessaire. La plateforme est sans engagement ni obligation d’achat. Pour pouvoir publier l’application sur les stores, le client doit au préalable choisir parmi les deux formules proposées : -Formule 1 : Informations et personnalisation -Formule 2 : Information, personnalisation, interaction et networking Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous adressant à une cible BtoB, il est essentiel d’être présents sur les principaux salons du secteur de l’événementiel. C’est un moyen efficace pour nous d’aller directement à la rencontre de nos clients. WonderApp étant une plateforme web, nous attachons également beaucoup d’importance au référencement, à travers notamment la création de contenu sur notre blog et les articles parlant de notre solution mobile. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux sont intégrés à notre stratégie et constituent un moyen de bénéficier d’une image dynamique et professionnelle. Ils servent principalement de relais pour nos articles de blog et pour les événements exceptionnels. Nous sommes, à cet effet, présents sur Twitter, Facebook et Pinterest, avec bien entendu, une stratégie différente sur chacun des réseaux. - 99 -
  • Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, nous espérons avoir une belle implantation en France et en Europe avec des solutions qui incluent des modules supplémentaires en fonction de l’évolution des besoins. Notre ambition est de devenir leader européen de créations d’applications mobiles événementielles en self-service. Le Startup-euriat : Créer une entreprise est relativement facile mais la gérer l’est beaucoup moins. Je pense que pour y arriver, il est important d’avoir la bonne équipe et les bonnes compétences. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Il y a tout d'abord l'obstacle financier notamment obtenir un prêt bancaire, la recherche de locaux d'entreprise ou encore la prospection commerciale lorsque l'on ne dispose pas de cette compétence. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui, il y a parfois des périodes de remise en question et même de remise en cause de tout le projet. La force que nous avons est d’être une équipe de trois associés. Nous pouvons ainsi nous soutenir. Votre famille a-t-elle été un atout ou un obstacle à la création ? Les deux à la fois. Notre famille nous a soutenus financièrement lors de notre lancement et sans eux, nous n’aurions pas pu débuter cette belle aventure que nous vivons. Toutefois, la création d’une entreprise et son développement prend du temps et des incompréhensions subsistent parfois. Malgré tout, on ne peut pas reprocher à notre famille de s’inquiéter pour nous ! Ce serait évidemment plus simple pour eux si nous étions chacun salariés dans une entreprise. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Merci l’entreprenariat, il n’y a pas réellement de journée type ! Cependant, manageant une équipe de plusieurs personnes, un point clé revient : on commence toujours la journée par un « stand up meeting » ! Votre plus grande chance ? Avoir un parrain d’entreprise qui est présent pour nous renvoyer une vision objective du développement de notre projet. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Restez motivé ! Le mot de la fin ? « Le succès, c’est se promener d’échecs en échecs tout en restant motivé. » Winston Churchill Ou encore : « Il faut dix ans pour être connu du jour au lendemain ! » - 100 -
  • MODIZY Je m’appelle Benoit Feron, je suis diplômé de l’ESSEC BBA et d’un MBA Marketing et Commerce sur Internet (MBA MCI) à l’ILV. J’ai également travaillé deux ans pour un fond d’investissements ainsi qu’en agence web. Enfin, j’ai créé Modizy.com il y a plus d'un an et demi avec 2 associés, Luc Falempin et Florian Poullin. Modizy est le premier personal shopper en ligne 100% dédié à la mode féminine. Il permet à chaque utilisatrice de découvrir et d'acheter des produits de mode qui correspondent parfaitement à ses goûts personnels. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? La création d’entreprise est aventure qui m'a toujours intéressé. Travailler dans de grands groupes m'a fait prendre conscience que je ne voulais pas être un employé parmi tant d'autres, mais que je souhaitais avant tout créer de la valeur et disposer d'une liberté d'action totale pour mener à terme d'ambitieux projets. L'entrepreneuriat, c’est une aventure, des montées d’adrénaline tous les jours. Entreprendre, cela amène beaucoup de responsabilités mais paradoxalement c’est une véritable liberté. De plus, les 3 membres de l’équipe ayant des diplômes dans le secteur d’internet, nous avions donc tous conscience des innombrables opportunités qu’offre la toile en matière d’entrepreneuriat lorsque l’on est moins victime de l’asymétrie d’informations qui y règne entre les pros et les utilisateurs lambda. Ayant trouvé l’idée et surtout, réussi à constituer une équipe complémentaire et compétente, nous n’avons pas hésité à nous lancer. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Nous avons créé Modizy pour révolutionner le monde du e-commerce, et plus particulièrement celui de la mode féminine. Cette idée est venue du constat que la majorité des femmes adorent faire du shopping en magasin mais qu’elles ne retrouvent pas le même plaisir en ligne. Sur internet, elles parcourent une dizaine de sites avant d’acheter et ont l’impression de fournir un effort de recherche considérable. Sur Modizy, l’expérience est interactive, sociale, et il est possible de bénéficier d’une vraie dimension de conseil, indispensable dans la mode. En effet, le principal problème est qu'aujourd’hui, l’offre en ligne est en moyenne 4 fois plus importante que dans un magasin physique. Les consommatrices sont vite perdues, ce qui peut rapidement créer de la frustration de ne pas trouver les produits qui plaisent. Avec Modizy, les consommatrices de mode disposent d’un site unique qui recense toutes leurs marques préférées ET qui vont forcément leur convenir ! Notre objectif est de faire de l’acte d’achat de mode féminine en ligne, une véritable expérience qui n’a rien à envier à celle que l’on vit lorsque l’on pousse la porte de son magasin de mode préféré. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Comme on dit souvent: "Une idée ne vaut rien, ce qui compte c'est la façon dont on l'exécute". Et lorsque l'on souhaite vraiment concrétiser un projet qui n'est encore qu'une idée, il faut savoir que cela va prendre beaucoup de temps, et demander énormément d'implication. De la création du produit/service, à sa commercialisation, il y a en général de nombreuses étapes à passer, et de nombreuses déceptions à affronter. Il faut donc être préparé mentalement à une longue aventure. Votre startup : Modizy est le premier personal shopper 100% dédié à la mode féminine. Il permet à chaque utilisatrice de ne découvrir que des produits de mode qui vont lui convenir, et qui colleront parfaitement à son propre style. Il est ensuite possible d’acheter ces produits en 1 clic, - 101 -
  • directement sur notre site. Notre site répond au besoin croissant des utilisatrices de trouver facilement des produits qui leur conviennent, et de pouvoir découvrir les nouvelles tendances de mode. Avec Modizy, nous supprimons cette incertitude grâce à notre technologique unique, permettant à chaque e-shoppeuse de ne se concentrer que sur ce qu’elle aime, à savoir faire son shopping. Notre principal axe de différenciation est notre technologie unique. Nous avons en effet développé un algorithme d'intelligence collective qui allie des technologies d'intelligence artificielle, big data ou encore réseau de neurones. Cet algorithme analyse en temps réel toutes les interactions des utilisatrices sur le site, et calcule les similarités de style entre ces dernières, pour définir quels produits correspondent à chacun des styles des utilisatrices. Tout le catalogue est alors trié selon les goûts de chaque utilisatrice, et le plus intéressant est que plus les utilisatrices interagissent avec notre site, et plus ce dernier les comprend et leur fait des recommandations pertinentes. Notre business model s'articule autour de la place de marché que nous avons développé en interne, et qui permet à chacune de nos utilisatrices d'acheter ses produits préférés en un clic. Ainsi, nous percevons des commissions sur chaque vente réalisée sur notre site. Nous avons également mis en place un système de licence pour les petits commerçants, ou les jeunes designers et créateurs. N’ayant pas une grande notoriété, l’idée est de leur faire profiter de celle de Modizy. Ainsi chaque créateur a la possibilité de se créer un profil, mettre en place son univers, faire parler de lui et vendre ! Ce modèle est payant sous forme de licence afin de les impliquer dans le processus. Autre source de chiffres d’affaires pour Modizy : l’organisation d’opérations marketing. Modizy étant doté d’une base de membres assez conséquente, c’est un service que l’on monétise auprès de nos marques. Enfin, Modizy est aussi un data center et centre des tendances pour les marques, leur permettant de mieux comprendre leurs clients, cerner leurs besoins et adapter leur stratégie marketing en fonction. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Notre stratégie de médiatisation repose principalement sur des partenariats. La place de marché Modizy.com étant une plateforme centrale entre les marques et les influenceurs et e-shoppeuses, les médias ciblant les femmes sont donc très intéressés à travailler avec nous. Nous avons les mêmes cibles mais ne sommes pas concurrents, il est donc assez aisé de trouver des logiques de gagnantgagnant. Malheureusement, et surtout dans le monde de la mode, nous avons dû attendre de grossir un peu avant d'être assez crédible : c'est maintenant chose faite. Les réseaux sociaux sont au centre de la stratégie de Modizy. Le site intègre l'Open Graph de Facebook et nous optimisons constamment nos fonctionnalités sociales pour maximiser le partage et l'échange entre nos utilisatrices et leurs amies. Nous sommes bien sûr présents sur un grand nombre de médias sociaux mais nous constatons qu'il n'y a pas de miracles : les jeux concours et autres opérations marketing sur ces sites relais sont beaucoup moins ROIstes que les concours que nous organisons sur notre plateforme. Ils nous permettent de communiquer de créer un écosystème autour de la marque avec de nombreux points d'entrée. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, nous souhaiterions que l'entreprise Modizy soit le leader Européen du social shopping, et reconnu à l'international. Nous voulons aussi développer et commercialiser notre technologie de recommandations sociales auprès d'autres marchés et sites e-commerce. Le Startup-euriat : Créer son entreprise est quelque chose de très facile, la développer est beaucoup plus compliqué. Tout le monde peut avoir une bonne idée, mais ce qui compte est la manière dont on l'exécute. Il faut notamment bien étudier son marché, les solutions existantes ou produits de substitutions, et vérifier son Business Model. Mais le web est l'un des secteurs les plus pratiques pour créer son - 102 -
  • entreprise, puisqu'il ne nécessite que très peu d'investissements initiaux, pour peu d'avoir une équipe aux capacités complémentaires. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Selon moi, les principaux obstacles à surmonter concernent la validation du marché et le business model. En effet, la première à chose à vérifier est qu'il existe un marché pour votre produit/service, et que des personnes sont prêtes à payer pour l'utiliser. Les créateurs d'entreprises sont souvent tellement persuadés que leur idée est la meilleure qu'ils en oublient que le produit n'a pas été créé pour eux, mais pour plaire à un maximum de clients. Le second problème concerne la monétisation du service. En effet, il est fréquent d'entendre "une fois mon produit lancé et utilisé, je trouverai un moyen de le monétiser". Or, il faut avoir cette réflexion en amont pour être sur de trouver les meilleurs moyens de développer le chiffre d'affaires de l'entreprise, ce qui reste l'objectif premier de toute création d'entreprise. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Chaque créateur connait des moments de doutes, et je suis bien entendu passer par là. Lors de la commercialisation de notre produit, je me suis demandé si j'arriverai à le vendre à nos prospects. Lorsque quelques personnes nous ferment une porte, il est facile de se décourager. Finalement, il faut souvent simplement ajuster quelques parties de sa présentation en fonction des spécificités de votre produit afin que cela leur parle directement, et qu'ils puissent se projeter dans l'usage de votre produit. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? La journée commence vers 9h du matin, avec une réunion/petit-déjeuner d’équipe pour voir les priorités de la journée. Je fais ensuite un peu de veille sur les sites web que j’ai l’habitude de fréquenter, et je me mets au travail. Le matin est souvent propice aux démarchages commerciaux. Viens la pause-déjeuner où toute l’équipe se retrouve autour d’une même table. On essaye de ne pas parler boulot, même si c’est généralement compliqué. Le reste de ma journée se passe devant mon ordinateur, jusqu’à 19h30 environ. Cela se prolonge aussi très régulièrement les soirs et les weekends, car c’est vraiment compliqué de décrocher totalement lorsque l’on est entrepreneur. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Je puise mon inspiration en passant beaucoup de temps sur les blogs de mode, l'univers des blogueuses leur est vraiment propre et chacune incarne un style différent. Il y a également les gens comme vous et moi, dans la rue, sur des photos, dans des magazines qui inspire pour un look au quotidien. Finalement, il y a tout l'environnement, la musique, le temps, le paysage, l'humeur. Un look est comme un puzzle, chaque pièce est indispensable. Votre plus grande chance ? Pouvoir faire ce qui me plait, ne dépendre de personne et avoir une totale liberté d'entreprendre. Cette liberté est quelque chose de prépondérant et d'essentiel que je ne pourrais plus sacrifier. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Parlez de votre idée autour de vous, ne construisez pas un produit pour vous, mais pour le marché! Le mot de la fin ? Mesdames, nous vous attendons sur Modizy.com! Venez profiter de notre service unique! - 103 -
  • Modizy en chiffres : 99% de femmes, dont 75% connectées avec Facebook 80% du trafic provient du bouche à oreille + de 6000 marques et 100 000 produits 300 blogueuses de mode et 15 magazines partenaires + de 400 000 affichages de produits par jour + d'1,5 millions de recommandations sociales réalisées par nos utilisatrices, ce qui traduit bien l'addiction à notre service - 104 -
  • MONEYDOC (FIDUCEO) Je m’appelle Pierre Villeroy de Galhau. J’ai 39 ans et suis diplômé d’HEC. Je suis Directeur Général de Fiduceo, société dans laquelle je suis associé à David Godat et Jérémy Girard. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Après avoir créé puis revendu une première entreprise avec l’un des mes associés (David Godat), nous ne pouvions envisager d’autre alternative que de « replonger » dans l’entrepreneuriat. C'est pourquoi en 2011 nous avons travaillé à la réalisation de MoneyDoc : la première appli web et mobile qui regroupe et analyse, de manière 100% automatique, vos comptes bancaires et vos documents administratifs. En bref, il s'agit d'un outil de PFM (Personal Finance Managment) couplé à un coffre-fort électronique. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Après une première expérience entrepreneuriale réussie mais où David Godat et moi-même étions minoritaires, nous avons voulu nous lancer en étant cette fois les leaders du projet et en partant "de la feuille blanche". C'est ensuite parce que nous avons vraiment cru en l'idée que nous avons franchi le pas. Nous étions d'autant plus confortés dans notre démarche que le concept avait déjà été lancé avec succès aux US. Nous avons d’abord réfléchi autour de constats personnels faits dans notre vie quotidienne. Le principal problème que nous avons finalement retenu était la pauvreté des informations contenues dans les relevés bancaires des particuliers. C’est donc autour du concept d’enrichissement des outils de pilotage de la vie financière et administrative des particuliers que s’est appuyée la création de Fiduceo puis de notre outil MoneyDoc. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Des tas de gens ont d'excellentes idées mais n'arrivent pas à en faire des entreprises rentables et, à l’inverse, beaucoup d'entreprises fondées sur des idées peu originales ont été de grands succès commerciaux. En d'autres termes, l'idée n'est pas grand-chose. Ce qui importe ce sont les moyens qu'on y met pour la mener à bien, et notamment les gens avec lesquels on y travaille. Deux précisions : - il est quand même plus motivant d'adhérer et de croire à fond à son idée - il ne faut pas rester à tout prix campé sur son idée initiale en pensant que c'est la plus géniale. Il est très important de savoir la faire évoluer. Votre startup : Nous sommes des éditeurs de logiciels destinés à faciliter la gestion des finances personnelles, ainsi que la gestion documentaire des particuliers (et des TPE). Nous nous appuyons sur quatre principales briques logicielles : - eDatabank qui permet une agrégation automatique d’opérations bancaires issues de différentes banques ou établissements de paiement - eFactures qui agrège automatiquement des documents administratifs issus de différents extranets fournisseurs - catégorisation, enrichissement et analyses des données bancaires brutes - 105 -
  • - PFM (Personal Finance Management) qui est un moteur d’intelligence du traitement de la donnée bancaire à travers la mise à disposition d'outils de gestion des finances personnelles A travers chacune de ces briques, nous répondons au besoin de modernisation des outils bancaires. Ces dernières sont également intégrées au sein de notre outil BtoC qui s'adresse directement aux clients finaux : MoneyDoc (et MoneyDoc Pro pour les TPE). En BtoC, nous proposons sur le site internet www.moneydoc.fr une solution basique gratuite puis des options payantes sous forme d’abonnements. En BtoB, nous offrons une location de briques logicielles ainsi que des travaux d’intégration et de customisation des solutions. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Cette problématique concerne principalement le BtoC. En effet, dans le cadre du BtoB, il s’agit principalement d’une approche commerciale en direct auprès des directions marketing / digitales, il y a donc peu de stratégie média. Notre stratégie de médiatisation sur MoneyDoc consiste d’abord à faire connaître le service en tant que tel : montrer qu’il est désormais possible d’agréger et d’analyser automatiquement toutes les informations financières et administratives du foyer. Il s’agit ensuite de faire connaître la marque MoneyDoc. Pour ce faire, nous avons jusqu’alors principalement misé : · sur une stratégie presse / blog, l’objectif étant d’obtenir le maximum d’articles et interviews nous permettant d’expliquer le concept. Dans ce cadre, nous avons eu plusieurs passages TV (BFM, LCI), radio (BFM) et presse (nombreux articles dont Challenge, Management…) · sur une stratégie SEO (référencement naturel) fondée notamment sur la création de contenu sur notre site et notre blog. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux ont dans un premier temps principalement servi de "relais" à nos différents contenus web. Par la suite, nous avons eu une démarche d'acquisition de clients par le biais notamment de jeux-concours et d'encarts de promotion de nos différentes pages. Enfin, nous avons cherché à créer une communauté autour de nos outils. Grâce à elle, nous pouvons tester de nouvelles idées et demander leur avis aux utilisateurs. Ainsi, les réseaux sociaux deviennent peu à peu de réels espaces interactifs avec nos utilisateurs, ce qui demande un contenu adapté et unique à chacun de ces réseaux. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous nous imaginons comme le principal partenaire technologique des banques et des institutionnels européens sur les sujets de la PFM et des outils induits (gestion documentaire, analyse de la data…). Nous imaginons également que MoneyDoc, en tant que pure player, aura trouvé un public de consommateurs finaux ayant des attentes différentes Le Startup-euriat : Il faut savoir qu’on se lance dans une aventure compliquée qui ne se déroule jamais vraiment comme on l’avait imaginé au départ ! Selon moi, il est impératif : · de s’associer aux bonnes personnes qui doivent être à la fois complémentaires, en qui l’on a confiance et qui partagent les mêmes valeurs · de savoir évoluer et ne pas rester braquer sur certaines convictions Au moment où on se lance, il faut absolument être conscient des sacrifices qui devront être faits et ne surtout pas croire qu’on va retrouver à court terme le confort d’une vie de salarié. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? L'obstacle des ressources : il faut tout d'abord trouver les personnes ayant les compétences adaptées et savoir les convaincre. L'obstacle du temps : il s'agit de ne pas gaspiller de l’énergie et du temps sur - 106 -
  • des sujets non rentables. L'obstacle de la trésorerie : il ne faut pas se faire piéger par le trou de trésorerie et anticiper ce point au maximum. L'obstacle des « faux amis » : il faut savoir distinguer les vrais « sponsors » des « parasites ». Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? On doute tous les jours sur sa capacité à faire. Là encore, le point clé est d’être associé avec des personnes de confiance. Chacun aura des doutes mais ce ne seront pas les mêmes et ce sera à des moments différents : les jours « sans » seront compensés par les jours « avec » de ses associés et inversement. Par ailleurs, dans l’entrepreneuriat, on prend conscience de sa capacité à « déplacer des montagnes » quand on travaille pour son propre projet et de sa faculté à apprendre de nouveaux métiers. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Entre les trois associés fondateurs, les journées s’organisent de manière très différente. Les miennes ne sont donc pas représentatives de celles des deux autres associés fondateurs et donc pas forcément de l’entrepreneur type. Mon quotidien a l’avantage d’être très varié puisque je ne m’occupe pas des problématiques techniques qui, elles, exigent une forme de constance. Ainsi, je vais gérer dans une même journée des sujets commerciaux (rendez-vous clients, relance, préparation des supports…), juridiques (contrats…), RH (recrutement, paie…), administratifs (compta…), de communication (média, blog…). C’est personnellement dans cette diversité que je trouve tout son sens à l’entrepreneuriat. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans le cadre de mes fonctions au sein de notre entreprise, j’ai la chance de rencontrer beaucoup de monde : clients, prospects, autres entrepreneurs…, ce qui constitue ma source quotidienne d'inspiration. Par ailleurs, nous échangeons beaucoup entre associés et au sein de l’équipe et c'est également dans ces conversations que vient l'inspiration. En outre, nous essayons bien entendu de faire un maximum de veille et de suivre et écouter les demandes des clients finaux de MoneyDoc (notamment à travers les réseaux sociaux). Votre plus grande chance ? Mes associés. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? On ne se lance pas dans un projet entrepreneurial « la fleur au fusil ». Il est indispensable de bien en comprendre tous les impacts : les grandes joies que cela apporte…mais aussi les nombreux sacrifices que cela implique. Il me semble donc important de discuter en amont de son projet avec un maximum d’entrepreneurs. Etant passés par là, peu d’entre eux ne vous ouvriront pas leur porte ! MoneyDoc en chiffres : - 12 collaborateurs à mi 2013 De très forts taux de croissance du nombre d’inscrits sur notre plateforme BtoC MoneyDoc et des taux d’usage très élevés Plusieurs millions d’utilisateurs de nos solutions à travers notre activité en marque blanche - 107 -
  • MY US INVESTMENT Je suis Victor Pagès, fondateur / dirigeant de My US Investment. My US Investment est un cabinet de conseil en immobilier spécialisé sur l’investissement locatif aux Etats-Unis. Notre mission est de conseiller les investisseurs français intéressés par le marché immobilier américain et de leur proposer des opportunités d’investissement locatif accessibles et à rendement élevé dans les meilleures conditions. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? L'envie d'entreprendre, de créer, de mesurer très concrètement ma valeur ajoutée sur un plan professionnel. Mais aussi, je l'avoue, un début de carrière sur des postes qui ne me correspondaient pas totalement. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? J'ai commencé à investir à titre personnel sur le marché immobilier américain à partir de 2008. Mais il n'existait pas véritablement de structure (agence / cabinet de conseil) pouvant offrir des solutions d'investissement locatif aux Etats-Unis à des français. Je me suis donc lancé sur le créneau ! A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il faut s'attendre à tout ! L'implication doit être totale et il faut hésiter le moins possible. Quitte à faire des erreurs. Votre startup : Nous offrons un accompagnement complet aux investisseurs français souhaitant se positionner sur le marché immobilier américain. Nous ne sommes pas un simple agent immobilier, nous proposons un accompagnement personnalisé y compris sur les problématiques technique (fiscalité, administratif, juridique, etc.). Notre vocation est de créer une relation à long terme avec nos clients. Nous fonctionnons avec un forfait fixe quel que soit le montant de l'acquisition. Notre travail est en effet le même quel que soit le bien recherché pour notre client et son budget. Notre forfait est de 6000 euros pour un accompagnement complet : recherche, mise en place d'un véhicule d'investissement, phase d'acquisition, ouverture d'un compte bancaire américain, supervision de la gestion pendant les premiers mois, etc. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Notre outil principal est notre site web sur lequel nous avons souhaité être le plus transparent possible. Nous l'avons développé pour que l'investisseur puisse naviguer facilement entre opportunités d'investissement (listing) et rubriques dédiées (fiscalité, gestion, etc). Notre deuxième outil est notre collaboration avec une agence de relation presses qui nous aide à obtenir une couverture médiatique plus large. C'est un investissement conséquent pour une petite structure comme la notre mais l'investissement s'est révélé payant jusqu'au présent car nous sommes par exemple passés sur BFM Business et quelques grands quotidiens / magazines / revues spécialisées tels que Les Echos, Challenges, l'Expansion, Gestion de Fortune, etc." - 108 -
  • Comment les réseaux sociaux ont ils été intégrés à votre stratégie ? C'est une autre partie importante de notre stratégie de médiatisation. Nous sommes assez actifs sur Twitter par exemple et nous tenons également un blog sur lequel nous publions des statistiques, des actualités ainsi que des conseils pour mieux investir. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Comme la référence de l'investissement immobilier aux Etats-Unis pour les français ! Pour cela nous souhaitons développer notre offre de produits (résidences secondaires, produits de luxe, commercial) et notre offre géographique (nouvelles zones). Le Startup-euriat : Créer n'est pas si difficile qu'on l'entend souvent en France. La réelle difficulté est de savoir où aller, comment et avec qui. Le choix des partenaires, savoir investir pour mieux récolter restent le plus difficile. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Ils sont nombreux mais pour le 1er obstacle reste soi-même. Il faut croire en son projet quoi qu'il arrive et faire preuve d'obstination malgré les débuts difficiles, le manque de client ou de trésorerie. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Je n'ai pas douté de mes compétences mais il a fallu que je réalise rapidement où se situaient mes faiblesses pour mieux m'entourer. Un exemple : je ne suis pas un commercial pur jus et je recherche donc aujourd'hui un profil commercial pour assurer les relances et la prospection, mieux que moi. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? C'est l'une des choses que je préfère en tant qu'entrepreneur : je n'ai pas de journée type ! Je change de casquette plusieurs fois par jours entre la gestion administrative, le commercial, la comptabilité, les ressources humaines ou encore le développement stratégique. C'est passionnant ! Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Je suis quelqu'un de très observateur et dès que je vois / entends une bonne idée, un processus intéressant, mon 1er réflexe est de voir si je peux l'appliquer à ma société ou mon équipe pour être plus efficace. Cela peut être en lisant le journal, en discutant avec des amis ou en vacances. Comme beaucoup d'entrepreneur, on a toujours sa société dans un coin de la tête quoi qu'on fasse et quelle que soit l'heure de la journée. Votre plus grande chance ? Avoir pris des bureaux dans un espace de co-working : la Poussinade. Après avoir débuté seul dans mon salon, j'ai retrouvé des "collègues", des entrepreneurs passionnants et passionnés et des conseils avisés ! Sans mes amis coworkers (et maintenant associés !), je n'en serai pas là aujourd'hui ! Cette émulation, être challengé sur ses idées ou sa gestion a été essentiel pour faire avancer mon projet. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Lancez-vous sans regarder derrière mais anticipez toutes les étapes / problèmes potentiels ! Le mot de la fin ? Que dire ?! Qu'être entrepreneur est loin d'être facile tous les jours, que ce soit sur un plan intellectuel ou matériel, mais qu'est-ce que c'est enrichissant comme aventure ! - 109 -
  • My US Investment en chiffres : 3 collaborateurs Plus de 50 acquisitions avec un prix moyen de 75 000€ 90% de notre clientèle sont des investisseurs particuliers et 10% des CGP / Foncières Notre plus gros client : une foncière qui souhaite investir 10 000 000€ sur le marché américain ! - 110 -
  • MY VITIBOX Diplômé d'HEC en 2009 et après trois années comme consultant en stratégie chez McKinsey & Company, j'ai cédé aux sirènes du startup-euriat pour lancer My VitiBox. My VitiBox est une jeune entreprise qui développe et distribue des abonnements vins sur internet. Nos abonnés reçoivent chaque mois un coffret vin thématique pour découvrir de jolis crus sélectionnés par l'ancien sommelier de la Tour d'Argent et apprendre à les déguster. Amateur de bons vins, de bons repas et de convivialité, et passionné de marketing digital, je prends beaucoup de plaisir à développer My VitiBox en France et depuis peu à l'international. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Je me suis lancé par goût de l'aventure. Après quelques années comme consultant chez McKinsey où je commençais à avoir bien trouvé mes marques, j'ai eu envie de me remettre hors de ma zone de confort et de me lancer un nouveau défi personnel : créer une belle et grosse entreprise tout seul et à partir de rien ! Pendant plusieurs mois, j'ai étudié différents projets de création mais à chaque fois, je n'osais pas me lancer à l'issue de ces études et business plans : trop de risques, des marges trop faibles, des investissements trop élevés, etc... Du coup, j'ai compris que, vu mon caractère, il fallait que je me jette à l'eau sans trop me poser de questions sinon je ne créerai jamais rien. C'est ce que j'ai fait avec My VitiBox que j'ai décidé de créer en 5 jours et sans faire ni étude de marché ni business plan ! Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Je me suis rendu compte qu'autour de moi, presque tout le monde aimait le bon vin mais que presque personne ne savait bien le déguster. C'est pourquoi que j'ai imaginé My VitiBox qui permet de découvrir chaque mois de jolis crus et d'apprendre à les déguster. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A un peu de stress, quelques remises en question et beaucoup de travail. Avoir de bonnes idées, c'est très simple ; mais tout devient plus compliqué lorsqu'il s'agit de les exécuter vite et bien ! Passer de l'idée au projet, c'est marcher sur un chemin de crête : il faut se remettre en question un peu mais pas trop. J'ai vu des entrepreneurs faire du sur place car ils n'arrêtaient pas de remettre toutes leurs idées en question et de "pivoter" continuellement ; et j'en ai vu d'autres se prendre des murs aveuglément car ils refusaient toute auto critique. Votre startup : Plus de 80% des Français ne savent pas vraiment comment déguster un verre de vin. Et ils sont plus de 50% à être parfois embarrassés lorsqu'ils doivent choisir une bouteille sur une carte au restaurant. Alors la France est-elle vraiment la patrie des amoureux du vin ? Beaucoup de Français souhaitent découvrir davantage l'œnologie et la dégustation mais ils ne savent pas comment s'y prendre et n'ont pas forcément le temps de suivre chaque semaine des cours. D'où l'idée d'imaginer - 111 -
  • une nouvelle manière de faire découvrir la dégustation de vin : My VitiBox. En recevant chaque mois chez eux leur coffret œnologie et grâce aux conseils et astuces de notre sommelier Alain Gousse, nos abonnés peuvent rapidement devenir des as de la dégustation ! Nous générons des revenus récurrents grâce à la vente de nos formules d'abonnement, ce qui nous permet d'amortir nos coûts d'acquisition sur plusieurs mois. De plus, nos abonnés peuvent racheter sur notre site les vins qu'ils ont appréciés, ce qui dégage des revenus complémentaires. Nous veillons à contrôler nos coûts logistiques, nos coûts d'achat des vins et nos frais de structure pour dégager une rentabilité satisfaisante. Le business model de la vente par abonnement permet une logistique ultra simplifiée et donc économique : zéro stock, peu de références, et des délais de livraison très flexibles. Enfin, nos vignerons partenaires nous proposent de très bons prix d'achat car nous faisons connaître leurs vins à l'ensemble de notre communauté d'abonnés ! Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous avons beaucoup misé sur les relations presse lors de notre lancement, ce qui nous a permis d'être présentés dans de gros quotidiens comme Le Figaro ou Le Monde, mais aussi dans toute une série de magazines plus spécialisés. Récemment, j'ai fait un covoiturage avec une jeune femme qui m'a indiqué qu'elle connaissait My VitiBox car elle avait lu un article à ce propos dans Moto Magazine! Donc parfois, une stratégie de médiatisation un peu "carpet bombing" où on s'éloigne de son coeur d'audience peut porter ses fruits ; ) Au départ, nous n'avions pas pris en compte suffisamment les réseaux sociaux dans notre stratégie d'acquisition et de fidélisation, peut être tout simplement parce qu'à titre personnel, je ne suis pas un addict de Facebook ou Twitter. Du coup, nos résultats sur les réseaux sociaux étaient un peu décevants. Mais j'ai rapidement changé mon fusil d'épaule et j'ai élaboré ensuite avec mon équipe une véritable stratégie réseaux sociaux. Nous avons notamment défini des rendez-vous sur nos réseaux sociaux, attribué un objectif stratégique ou tactique à chaque action social media, et planifié nos actions pour que notre calendrier social media soit cohérent avec notre plan d'actions marketing et ventes. Honnêtement, j'ai été très agréablement surpris par les résultats et aujourd'hui, les réseaux sociaux sont notre quatrième source d'acquisition, par ailleurs l'une des plus rentables ; ) Nous sommes de plus en plus sollicités par nos vignerons partenaires qui souhaitent communiquer sur nos réseaux sociaux pour bénéficier de leur effet d'entraînement ! Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? J'espère que My VitiBox aura consolidé son leadership en Europe et aura mis quelques pieds sur des marchés émergents. Chez McKinsey, j'avais décidé de travailler 50% de mon temps en France et 50% en Afrique et Asie du Sud-Est pour être au contact des pays émergents. C'est quelque chose que j'aimerais bien faire de nouveau en tant qu'entrepreneur. Le Startup-euriat : Créer son entreprise, c'est très simple ; ce qui est compliqué c'est de la développer très rapidement. J'entends souvent parler des contraintes administratives et fiscales pour créer son entreprise, mais les principales difficultés des entrepreneurs avec lesquels je discute, elles ne sont pas tant administratives que commerciales : acquérir de nouveaux clients, c'est souvent là qu'est le nerf de la guerre ! Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Il y en a tellement, mais en même temps, c'est cela qu'on aime ; ) Le principal obstacle quand je me suis lancé, cela a été le manque de moyens marketing et financiers. Du coup, il faut ruser et mettre en place toute une série de partenariats qui permettent de se faire connaître à moindre coût. - 112 -
  • Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? J'évite de trop douter. J'ai créé My VitiBox tout seul, et je ressens la responsabilité de porter le projet avec assurance auprès de mon équipe. S'ils me sentaient chancelants, je pense qu'ils auraient plus de mal à me suivre. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Un superbe atout. On se téléphone tous les jours avec mon père depuis que j'ai créé ma boîte. Cela nous a beaucoup rapprochés car je lui demande souvent conseil. Je trouve qu'il y a quelque chose de familial dans l'entrepreneuriat. D'un autre côté, créer son entreprise est assez "time consuming" ; il faut réussir à se laisser suffisamment du temps pour sa vie personnelle et familiale, et j'ai trouvé difficile de trouver le bon équilibre lors des premiers mois suivant la création de mon entreprise. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Je ne m'y risquerai pas. Je ne sais jamais vraiment quelle tête aura ma journée en me levant le matin, mais je peux être à peu près sûr qu'il y aura un problème imprévu qui me tombera dessus ; ) Cela évite la routine ! Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? J'inspire et j'expire par la bouche, c'est le côté très humain de l'entrepreneur ; ) Pour le reste, c'est vrai qu'on est un peu des extraterrestres ! Votre plus grande chance ? J'ai eu de super stagiaires les premiers mois qui ont fait un super boulot ! Clairement, cela a été ma plus grande chance. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? De pas trop réfléchir, mais un peu quand même ; ) Le mot de la fin ? "QUI SAIT DÉGUSTER NE BOIT PLUS JAMAIS DU VIN MAIS GOÛTE DES SECRETS “ Salvador Dali My VitiBox en chiffres : Plus de 500 abonnés pendant les 10 premières semaines suivant notre lancement. Des VitiBox distribuées dans 5 pays européens - 113 -
  • MYLOISIRS Emmanuelle Sanchez, j’ai 26 ans et je suis co-fondatrice de MyLoisirs.com. Après une école de commerce et un master « création d’entreprise » j’ai eu la chance de faire mon stage de fin d’études dans une start-up, ce qui m’a permis de découvrir l’univers d’une entreprise en création. Les fondateurs ayant décidé de ne pas poursuivre leur projet, je me suis donc dirigée vers un travail de commerciale, que j’ai exercé pendant un an, dans une entreprise de plus grande envergure. En 2011, après ces deux expériences professionnelles, j’ai décidé de créer MyLoisirs.com. Le concept est simple : permettre aux particuliers de réserver un loisir parmi des centaines d’offres à tarif réduit, à des prix avantageux, et temps réel et sans prépaiement en ligne. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Tout d’abord, l’envie de créer ma propre structure, envie qui m’a toujours animée. Par rapport au projet MyLoisirs.com, une raison très « raisonnable », tout simplement les premières études de marché effectuées qui ont mis en relief un réel besoin au niveau des professionnels des loisirs qui étaient lassés de travailler avec des sites d’achat groupé et qui considéraient notre offre quasi sur mesure. L’étude de marché réalisée auprès des particuliers nous a montré une réelle lassitude de payer en ligne avant d’avoir consommé et un fort intérêt dans cette nouvelle idée de ne payer qu’après avoir profité de l’offre. Ces deux points de vue nous ont convaincu que nous avions un réel marché à exploiter et nous nous sommes donc lancés avec mon associé dans l’aventure ! Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Consommatrice d’achats groupés, je trouvais abusif et incommode de payer notre deal avant de l’avoir consommé. Au-delà du prépaiement dérangeant, j’ai toujours eu de mauvaises expériences en passant par ce genre de sites : des prix bradés qui correspondent hélas souvent des prestations de mauvaises qualités. Par ailleurs, en observant le concept du comité d’entreprise, j’ai trouvé extrêmement dommage de ne pas avoir l’équivalent pour des particuliers, sans besoin d’appartenir à une structure professionnelle. J’ai donc pensé à la création MyLoisirs.com soit tous les loisirs réunis pour le plaisir de tous, toute l’année et avec des avantages. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A un retour à la réalité ! Plus sérieusement, il y a un grand gap entre l’idée et sa concrétisation. On a souvent l’impression que l’idée est très claire, et on peut se retrouver confronté à des barrières que l’on n’aurait pas imaginées. Il faut s’attendre à quelques désillusions qui nous permettent toutefois de mieux avancer par la suite. Votre startup : La position actuelle de MyLoisirs.com est claire et définie : elle répond aux particuliers n’ayant plus les moyens de s'offrir des loisirs, et elle soutient les commerces parisiens en manque de clients. En ces temps de crise, les Parisiens (notre première cible) et plus largement les Français n’ont plus les moyens de s’offrir des activités de loisirs. Ces derniers sont lassés de n’avoir que deux options : céder à un achat forcé sur un site d’achats groupés ou rester chez eux faute de moyens. À cela, MyLoisirs répond en permettant aux particuliers d'accéder à différentes offres et à leurs - 114 -
  • disponibilités en temps réel et, sans aucun paiement en ligne, de réserver en quelques clics l’activité qui leur convient. Le client particulier ne paie aucun coût d’accès et bénéficie de ce service totalement gratuitement. Aucune commission ne lui est imputé et aucun abonnement ne lui est demandé : le service est 100% gratuit. Nous générons du chiffre en demandant une commission aux prestataires dès qu’une réservation est effectuée et honorée. La commission s’élève à un euro par personne et par réservation. Nous monétisons également le référencement et la mise en avant sur la plateforme. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Notre stratégie de médiatisation est répartie en trois axes : - des opérations street marketing fortes et originales - des relations presse - des partenariats Les réseaux sociaux sont des outils dont nous nous servons quotidiennement. Dès le lancement de MyLoisirs.com, nous avons cherché à fédérer une communauté réunie autour des bons plans et des loisirs. Nous sommes actuellement en train de développer davantage cet axe de développement." Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans cinq ans, je vois MyLoisirs implanté internationalement, au minimum dans trois pays d’Europe. Dans la mesure où mon objectif premier a toujours été de remplacer définitivement et radicalement les sites d’achat groupés, j’imagine MyLoisirs.com, à terme, comme l’intermédiaire clé entre professionnels et particuliers. Le Startup-euriat : Chaque entrepreneur rencontre de nombreuses difficultés dans son parcours de vie de société. Néanmoins, ces obstacles ne sont pas insurmontables et sont enrichissants sur tous les plans. Je ne considère pas que créer une entreprise soit extrêmement complexe, il faut avoir un mental solide, et être prêt à accueillir des déceptions. Si on acquiert ces deux forces, les choses deviennent alors « quasi faciles ». Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Les difficultés rencontrées lors du lancement d’une plateforme web, puisque dans mon cas il s’agit de ce type de projet, sont liées aux problématiques de développement. Il est extrêmement difficile en étant non-spécialiste en la matière de trouver les bonnes personnes à qui faire appel. De manière plus générale, le choix des fournisseurs peut représenter un obstacle. Par ailleurs, n’ayant que 26 ans, mon âge a pu être un frein pour certains interlocuteurs qui ne m’accordait pas toujours une grande crédibilité. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Je pense que chaque personne, dans sa vie d’entrepreneur, en vient à douter de lui-même, de son projet, et peut avoir en effet tendance à tout remettre en cause. Douter de ma compétence, cela fait partie des choses qui me sont arrivées et qui m’arrivent encore, mais ce sont des moments de doute de très courte durée. Je pars du principe que chacun a ses lacunes et ses faiblesses, et il est normal de se tromper ou de ne pas être le meilleur partout. Pour surmonter cela, je me dis qu’à chaque problème, une solution et qu’à chaque erreur également. Quand je ne me sens pas capable de certaines choses, je m’oriente vers les personnes compétentes en la matière, qui sauront m’aiguiller. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Ma famille a clairement été un atout car d'un grand soutien sur ce projet. À la création, il est important d’échanger et de recueillir des avis de personnes de confiance, et j’ai eu la chance de - 115 -
  • pouvoir partager cela avec elle. Ma sœur a tout particulièrement été indispensable au bon développement du projet, étant elle-même associée de MyLoisirs.com Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Une journée type est répartie en moyenne en 12 heures de travail. Les premières heures sont consacrées à la relève du courrier papier et électronique et aux réponses à ces derniers. Je m’occupe ensuite de l’élargissement du portefeuille clients, en contactant de nouvelles références potentielles pour le site et positionne mes rendez-vous pour l’après-midi ou le lendemain. Dans la mesure où je travaille actuellement avec des stagiaires, je m’occupe également de leur management et encadrement en parallèle Par ailleurs, gérant les relations presse et partenariats, j’ai, dans les périodes de développement, au minimum un rendez-vous à ce propos. La soirée est, quant à elle, consacré aux réunions entre associés et au traitement des comptes et finances de la structure. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Je trouve mon inspiration en observant des modèles de réussite et tout particulièrement la force dont ces personnalités ont pu faire preuve. Je pars du principe que l’humain est capable d’accomplir les plus grandes choses s’il s’en donne les moyens, et s’appuyer sur des modèles en est la preuve la plus concrète. Votre plus grande chance ? Ma plus grande chance, sans hésitation, est mon associé qui est et a toujours été ma force depuis le début de ce projet. J’ai pu observer à travers mon entourage d’entrepreneurs et leur expérience combien il est difficile de trouver la personne avec qui monter son projet. J’ai la chance de partager celui-ci avec une personne qui m’est parfaitement complémentaire et qui a toujours été d’un soutien inconditionnel. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? De ne pas flancher, et de ne jamais abandonner ou perdre confiance en soi et son projet, derrière chaque déception se cache souvent une grande victoire. Le mot de la fin ? Je le laisse à Sénèque : «Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles ». MyLoisirs en chiffres : Plus de 500 offres proposées quotidiennement à nos membres. Plusieurs milliers d’inscrits qui suivent nos activités. Une communauté Facebook et Twitter de plus de 2 000 personnes. - 116 -
  • MYSWEETROOM.COM Je suis Valentin NAPOLI, cofondateur de MySweetRoom.com, le premier jeu social qui permet de trouver l'amour. MySweetRoom est un site inédit dans le monde qui prend la forme d'un site de rencontre dans lequel il faut progresser en réalisant des objectifs dans le but d'obtenir des outils de plus en plus précis et performant pour trouver l'âme-soeur. Très concrètement, le profil de l’utilisateur, c'est sa chambre, et seuls ceux qui ont toqué à la porte et obtenu le droit d'entrer peuvent échanger avec lui. Plus on développe la chambre avec la monnaie virtuelle accumulée en discutant avec les autres inscrits, plus on obtient des privilèges qui nous rendent plus visibles et plus efficaces dans notre recherche amoureuse. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Nous étions pendant nos études, mon associé Baptiste REBUT et moi-même, tous deux à la fois célibataires, et très friands des social games en pleine expansion. Nous nous sommes fait la réflexion que la gamification de la société n'avait, à notre grand regret, pas encore atteint le domaine de la recherche amoureuse, alors que beaucoup s'accordent à dire que c'est un " jeu de séduction ". Nous avions envie de voir un site de rencontre qui fonctionnerait comme un jeu, récompensant les inscrits pour leur assiduité et les aidant toujours plus à trouver leur moitié. Constatant le succès incontestable du social gaming, notamment auprès du public féminin, MySweetRoom s'est imposé pour nous comme une évidence. La seule question qui restait en suspens à cette époque est " pourquoi ça n'existe pas déjà ? " Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Baptiste et moi-même nous sommes rencontrés en classe prépa à Caen, et déjà à cette époque, nous n'étions convaincus que d'une seule chose : un jour, nous serions entrepreneurs. Nous ne savions pas que ce serait ensemble, nous ne savions pas que ce serait dans la sphère ludico-amoureuse, mais nous avions cette envie d'innover, de créer quelque chose d'inédit. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Si j'étais pessimiste, je dirais tout d'abord de la patience et du courage, car ne vient quand on l'a prévu, ni comment on l'a prévu. On essaie de planifier des étapes, mais tout n'est que chamboulement permanent auquel il va savoir s'adapter, sans se décourager. Aussi, il faut s'attendre à vivre sous le feu d’une excitation permanente, telle qu'on ne peut plus, et on ne veut plus mobiliser son attention sur un autre sujet son projet. Dès que l'on commence à rentrer dans le concret, on est pris d'une impatience jamais satisfaite, d'une insatiable envie d'avancer, d'aboutir, de créer à nouveau, d'aller plus loin. La satisfaction de l'étape atteinte ne dure qu'une fraction de seconde, et déjà le regard se porte vers la suivante, voire les 10 prochaines. Nous n'avions pas fini le premier croquis du site que déjà nous débattions de notre développement international. Votre startup : MySweetRoom.com est une alternative plus 2.0 aux sites de rencontres gratuits traditionnels. Les sites de rencontre gratuits sont légions sur la toile, mais ils sont plus la plupart des clones les uns des autres, infestés de publicités, de fausse gratuité, voire de robots en guise d'interlocuteurs... - 117 -
  • Pour avoir un service original et de qualité, seuls les sites de rencontres payants parviennent à tirer leur épingle du jeu, mais tout le monde n'a pas envie de payer 30€ par mois pour un service de rencontre en ligne. MySweetRoom est entièrement gratuit, mais sans aucune publicité, tout en étant riche d'une identité forte et originale. Grâce à sa dimension ludique, ce concept nous a permis d'importer le business model des jeux sociaux, fondé sur l'achat de crédits virtuels pour progresser plus vite. Ainsi MySweetRoom est à la fois entièrement gratuit, tout en étant plus rentable qu'un site de rencontre payant. En 4 points : original, gratuit, sans publicité, rentable. MySweetRoom est aujourd'hui à un tournant de son histoire, passant du stade de version bêta prometteuse, au stade d'acteur majeur du marché de la rencontre gratuite. La première version a été pour nous l'opportunité de tester nos hypothèses, de valider que nous étions dans le vrai, et d'adapter notre service suite au retour des early users. Nos milliers d'inscrits nous ont permis de travailler à la réalisation d'une version finalisée plus proche de leurs attentes, plus ajustée en termes de mécanismes de jeu, en un mot, plus addictive. Nous avons importé dans le monde de la rencontre, le business model des jeux sociaux fondé sur une base freemium. Toutes les fonctionnalités du site sont gratuites mais nécessitent des crédits virtuels pour être utilisées. On récupère naturellement ces " Sweetiz " en utilisant le site (envoyer/recevoir des messages, réaliser des objectifs, etc.), mais l'utilisateur a 3 moyens d'en collecter plus rapidement : - par l'achat direct - par le sponsoring (en regardant une vidéo, en s'inscrivant à une newsletter, en participant à une enquête il recevra des Sweetiz supplémentaires gratuitement) - par le partage (en publiant sa chambre sur Facebook ou en invitant ses amis par mail, il reçoit des Sweetiz gratuitement). Ainsi, à aucun moment l'utilisateur n'est forcé d'acheter directement des Sweetiz, mais les dimensions sponsoring et sociales nous permettent de " rentabiliser " chaque utilisateur, même ceux qui ne dépensent pas un centime ! Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux sont intégrés au cœur de notre dispositif de développement. En effet, un site de rencontre, même sous la forme d'un jeu (et aujourd'hui, d'autant plus sous la forme d'un jeu), est d'abord un réseau social. Au-delà du fait qu'il est possible de s'inscrire via facebook en récupérant ses infos de base et photos de profil, il est possible de partager sa chambre ou celle de ses " voisins " directement sur son profil facebook, d'inviter ses amis, etc. Bien entendu, nous animons nos communautés facebook et twitter afin de faire gagner des Sweetiz, des codes promotionnels, ... Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans 5 ans, si tout continue à bien marcher, MySweetRoom sera dans le top 3 des sites de rencontre gratuits en France, et nous aurons déjà amorcé sérieusement notre développement dans les pays les plus friands de jeux sociaux à travers l'Europe et le reste du monde. J'espère que nous serons, audelà du site, une société dans laquelle il fait bon vivre et bon travailler, et dans laquelle les investisseurs qui nous aurons cru en nous dès le début auront récupéré 10 fois leur mise ! Le Startup-euriat : Créer une entreprise est à la portée de tout le monde. Je pense que c'est une idée qui peut surprendre, voire déranger les entrepreneurs qui ont lutté pendant des années avant de décoller, et qui aiment à raconter les obstacles qu'ils ont rencontré. C'est une idée qu'il est bon de diffuser, pour - 118 -
  • ne pas rebuter ceux à qui il manque ce petit coup de pouce pour se lancer dans l'aventure. Ce qui est difficile par contre, c'est de confronter son idée à la réalité et l'adapter (attentes réelles de la demande, viabilité économique, faisabilité technique). En effet, une idée ne nait jamais parfaite. Elle nait utopique, aussi belle qu'inadaptée. Il faut alors, comme on éduque un enfant, l'adapter au monde pour qu'elle vive d'elle-même. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Le principal problème est de savoir quand plier, et quand tenir. Il faut accepter d'avoir tort quasiment en permanence sur une multitude de sujets pour toujours se rapprocher de la meilleure solution. Mais en même temps, il faut savoir être inflexible et croire en son intuition, même lorsque tente de nous décourager. L'autre difficulté majeure due au manque d'expérience d'un entrepreneur novice, c'est de savoir s'entourer. Combien de temps et d'argent avons-nous perdu en travaillant avec les mauvaises personnes qui ne nous comprennent pas. C'est comme pour un recrutement, la compétence seule ne suffit pas. Il faut travailler avec des gens qui nous comprennent, et qui partagent notre vision. Même si c'est pour un détail, même si c'est pour une prestation de quelques heures de travail. Une bonne idée, une bonne équipe. Ce qu'il faut retenir cependant, c'est que ces erreurs inévitables sont comme les coups pour les boxeurs. Plus on en prend, et plus on est fort. Nous avons coutume de dire parfois entre nous : " j'espère que nous avons fait suffisamment d'erreurs sur ce sujet pour le maîtriser. " Les succès ne nous apprennent rien, ils ne sont que des faibles probabilités d'erreurs qui ne se sont pas réalisées, malheureusement. Ainsi, un entrepreneur doit apprendre non seulement à accepter ses erreurs, mais il ne devient qu'un entrepreneur accompli que lorsqu'il sait désirer les échecs pour progresser afin de mieux réussir. Les erreurs que nous avons faites nous ont toujours rapporté beaucoup plus que ce qu'elles nous ont couté. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? A chaque fois que nous regardons vers l'avenir nous doutons de notre capacité à atteindre nos objectifs. Mais quand nous regardons derrière nous, nous ne pouvons contempler qu'une succession d'amélioration de notre produit, mais surtout de nous-même, de notre façon de travailler, de communiquer, de prévoir. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Ce sont nos pères respectifs qui ont été nos premiers investisseurs. Sans eux, MySweetRoom serait resté un croquis papier de quelques pages qui auraient pris la poussière dans un tiroir, dans le meilleur des cas. Je ne pense pas qu'un entrepreneur puisse atteindre ses objectifs sans le soutien de sa famille et/ou de ses proches. Quand tout n'est que doute, il n'y a que la bienveillance des gens à l'extérieur du projet pour nous rappeler tout ce que nous avons déjà accompli et auquel nous ne prêtons pas attention tant nous sommes focalisé sur l'avenir. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Malheureusement, ou plutôt heureusement, la diversité des problématiques auxquelles nous faisons face actuellement ne nous laissent pas le loisir d'avoir une journée type. La seule constante du monde du web, c'est l'inconstance de ses règles et de ses codes. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Je ne sais pas. L'inspiration est là, c'est une certitude, une évidence, mais elle ne porte pas de nom, pas de forme, pas de couleur. Je pense que l'entrepreneur est un peu comme une mère, qui protège son enfant par amour, de manière automatique, en suivant son instinct. Même si on rencontre des difficultés, une fois que l'on a commencé à donner vie à son projet, on ne peut pas le laisser mourir avant qu'il soit mature, ce serait comme abandonner une partie de soi-même. - 119 -
  • Votre plus grande chance ? Notre plus grande chance est d'avoir été deux. J'admire les entrepreneurs qui se sont réalisés seuls. Etre à deux, ou plus, permet de confronter ses idées, et de les faire grandir. De plus, lorsque l'on doute, souvent l'autre sait rester objectif pour continuer d'avancer, le temps de se remettre en selle. Mais si je devais prendre un regard plus global, je dirais que notre chance a aussi été d'avoir des amis proches, entrepreneurs eux aussi, capables de partager leur expérience afin de nous aider et de rire avec nous de nos difficultés communes. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Les clients/utilisateurs ont toujours raison. Ils ne peuvent, et bien souvent ne savent pas l'expliquer, mais ils ont toujours raison. Le mot de la fin ? Entreprendre, c'est agir davantage, c'est vivre plus, dans toutes ses dimensions. - 120 -
  • PARIS CI LA SORTIE Mon projet est le développement d'applications pour smartphone. Plus précisément des applications utiles ou divertissantes. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? L'engouement pour les applications et l'iPhone. C'est un nouveau marché, tout est à créer comme cela a été le cas pour le minitel, l'internet. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Je suis parti de mes problématiques quotidiennes pour déterminer quels sont les besoins de mes clients. Par exemple pour l'application Paris ci la Sortie du Métro, je prends les transports en commun de Paris tous les jours et suis constamment en retard (sans compter les retards éventuels de circulation) et chaque minute compte. Et à chaque fois je trépigne sur le quai sans savoir où se situera ma correspondance ou sortie de métro sur le quai. Je me suis donc dis que s'il existait une application qui me permette de monter dans le bon wagon pour descendre en face de ma correspondance ou de ma sortie, je ne me poserais plus la question. Et comme tous les Parisiens sont pressés, je me suis dit Bingo, il faut que je la crée. C'est comme cela qu'est né Paris ci la Sortie du Métro disponible sur iPhone, Android et Windows Phone. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Beaucoup de personnes m'ont dit que c'était un travail de titan de parcourir toutes les stations de métro, mais Paris ne s'est pas construit en un jour. Alors stylo en main, j'ai parcouru toutes les stations de métro, RER et tramway pour repérer les meilleurs emplacements dans le métro pour optimiser son trajet. Votre startup : C'est un concept nouveau, il répond au besoin des personnes : Le temps. On se bat tous les jours avec le temps. Avec Paris ci la Sortie, cela permet de gagner 2 à 3 minutes par trajet inhabituel, ce qui fait 1 semaine de congés sur 1 an ! J’ai des utilisateurs fidèles et qui participent aux remontées des travaux de la RATP et SNCF. En effet, souvent les couloirs de correspondance sont modifiés, de nouvelles stations et de nouvelles sont créées. Leur aide est un gain de temps si précieux ! Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Être présent, contacter les sites d'information qui parlent de Paris et de ses déplacements. Je communique de temps en temps sur les réseaux sociaux. Ce n'est pas mon principal vecteur. Le Startup-euriat : En passant au stade de vraie entreprise EURL, SARL, ..., les charges sont dissuasives. Trop de charges, trop de paperasse. Il faut simplifier, simplifier. Les créateurs d'entreprise se doivent de rester concentrer sur ce qu'ils savent faire le mieux et pas passer leur temps à résoudre des problèmes administratifs. - 121 -
  • Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Des personnes qui ne croient pas en votre projet, beaucoup de négativité. La France n'est pas un pays d'entrepreneurs, on a du mal à voir les opportunités. J'ai eu des expériences dans des entreprises où l'on ne croit pas aux projets et qui ont été copiés et repris par d'autres. "Il faut laisser la chance au produit" comme dit dans la Vérité si je mens. Comment savoir si cela ne marche pas si on n'essaie pas ? Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui, on doute, on investit du temps, de l'argent... Les doutes existent toujours, mais on se dit que c'est une belle aventure, que mener un projet est toujours passionnant même s'il n'a pas le résultat escompté. La vie est faite de défis ! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Je vérifie les chiffres de téléchargements, regarde les nouvelles applications et puis réfléchis, sur des nouveautés ou améliorations à apporter à mes applications. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans la vie de tous les jours, je suis de nature très observatrice alors j'observe et analyse le comportement des gens, et mes propres besoins d'ailleurs. Votre plus grande chance ? Etre en bonne santé ! Car c'est très important, c'est le moteur de notre travail et ce qui fait fonctionner notre cerveau. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Just Do It ! Lancez-vous et n'écoutez pas trop les autres. Le mot de la fin ? "Tout long voyage commence par un premier pas". Proverbe Chinois Le résultat compte mais le cheminement est tout aussi passionnant et enseignant. - 122 -
  • PARKADOM Je suis Alexandre Poisson co-fondateur de Parkadom avec Benjamin Pozzi. Nous sommes deux ex-étudiants issus de l'Ecole des Dirigeants et Créateurs d'entreprises diplômés d'un Master II depuis 2010; Benjamin en spécialisation Entrepreneuriat, moi-même en Finance. Parkadom est la première communauté de partage de parkings entre particuliers en France, en ligne depuis Octobre 2012. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? J'ai choisi de faire l'EDC pour espérer pouvoir créer mon entreprise un jour, chose faite depuis mes 18 ans dans l'événementiel en parallèle de mes cours. Avec mon associé, nous avons jugé que 24 et 25 ans pour entreprendre étaient les bons âges puisque nous n'avions pas encore de lourdes responsabilités dans la vie. La motivation, la détermination et la foi en notre idée nous ont convaincu de nous lancer. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Alors que nous étions encore étudiants nous avions parlé d'un projet qui permettrait d'améliorer les conditions de stationnement à Paris. En effet, après nos diverses mésaventures en tant qu'automobilistes (stress, retard, embouteillages, rendez-vous manqués, etc) nous avons décidé de nous pencher de plus près sur le sujet du stationnement en agglomération. Après diverses études très poussées nous nous sommes rendu compte du potentiel de notre projet avec un parc de 60% de places détenu par le privé, uniquement à Paris. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il faut s'attendre à beaucoup de travail de recherche et d'études de marché en amont. Il est très difficile d'obtenir les bons chiffres et pour cela il est nécessaire de s'armer de patience afin de rencontrer l'interlocuteur le plus à même de nous fournir lesdites informations. Evidemment le côté financier n'est pas négligeable et mieux avoir mis un peu d'argent de côté pendant la mise en œuvre de son projet. Votre Startup : Nous permettons à des propriétaires de louer leurs places de parking lorsqu'elles sont inoccupées (horaires de bureau, congés, etc) à des automobilistes en recherche de place. Parkadom répond à la problématique du stationnement en agglomération (c'est un vrai problème!) et propose une offre vaste et surtout moins onéreuse que les solutions existantes (jusqu'à 70% moins cher que les parcs publics notamment). De plus nous contribuons à la réduction de la pollution automobile. En effet, un automobile passe en moyenne 16 minutes par déplacement à la recherche de place. Avec Parkadom une place vous attend, ce qui réduit le temps de trajet et amoindri sensiblement le stress des contraventions toujours plus virulentes. - 123 -
  • Parkadom est une place de marché et se rémunère uniquement s'il y a transaction entre un propriétaire et un locataire. Dans ce cas, nous prélevons une commission de 20%TTC, supportée par le propriétaire de la place. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Pour l'instant nous avons la chance de bénéficier de nombreuses retombées presse qui alimentent notre trafic jour après jour. De plus nous sommes très présents sur les réseaux sociaux, notamment Twitter et Facebook. Enfin, nous engageons des actions de communication auprès de nos utilisateurs en allant les rencontrer directement dans la rue. Les réseaux sociaux font partie intégrante de notre stratégie de communication et nous avons un community manager en interne qui gère la proximité avec nos utilisateurs en ligne. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? D'ici 5 ans Parkadom devrait être présent de façon renforcée sur l'ensemble du territoire français et dans la plupart des pays d'Europe. Le co-stationnement sera un phénomène qui aura pris de l'ampleur et il sera courant d'utiliser ce terme en communauté. Parkadom innovera sans cesse pour se conformer aux attentes des automobilistes. Le Startup-euriat : N.O.N. Créer son entreprise est tout sauf facile, aujourd'hui nous pourrions tous deux avoir des postes dans de grosses structures et rémunérés 50K/an sans avoir à se soucier réellement de l'avenir de l'entreprise en rentrant chez soi le soir. Entreprendre est un métier à plein temps, aussi prenant que plaisant, et qui ne laisse place à aucune "pause". Il faut sans cesse se remettre en question, innover, faire face à la concurrence et redoubler d'efforts pour être en première ligne. C'est aussi ce qui fait le charme de l'entrepreneuriat ;) Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Il est très difficile de faire les bons choix et il faut savoir bien s'entourer pour se faire remettre en question quand il y a besoin. Il y a un stade où l'on devient tellement imprégné de son projet qu'il devient compliqué de faire preuve du recul nécessaire. Savoir déléguer est une force et permettra la réussite ou non du projet en question. Toujours les aspects financiers et humains qui sont évidemment à prendre en compte et l'envol vers une nouvelle vie où le projet prendra beaucoup de place. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Nous avons eu tout récemment une difficulté à surmonter, nous n'avons pas vraiment douté de notre compétence à y faire face mais nous avons dû aller chercher des compétences là où nous ne pouvions pas y parvenir seuls. Nous sommes conscients de nos compétences, mais aussi de ce que nous ne pouvons/savons pas faire. Aujourd'hui nous finalisons un nouveau service qui devrait faire parler de lui à la rentrée, après quasiment un an de travail acharné à trouver le modèle pertinent. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Personnellement ma famille n'a pas particulièrement été un atout à la création pour être tout à fait honnête. Ma famille aurait certainement préféré que j'obtienne une situation rapidement, surtout que les possibilités étaient présentes. C'est aussi ce qui motive à vouloir faire bien tous les jours et à se surpasser en voulant leur montrer qu'on est capables. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Justement ce qui fait la force de ce métier réside dans le fait qu'AUCUNE journée n'est semblable, donc je vais tâcher de vous décrire les tâches qui sont récurrentes. Arrivée au bureau le matin entre 9h30 et 10h, la journée commence par la réponse aux mails (utilisateurs, partenaires, fournisseurs, - 124 -
  • prestataires, etc). Appels téléphoniques avec les prestataires pour brainstormer et surveiller l'avancement du projet. Réunion avec toute l'équipe pour mettre en place les objectifs et les moyens Toujours une part d'analyse pour étudier qui sont nos visiteurs, d'où ils viennent et pourquoi Encadrement et management de l'équipe au sein du bureau et organisation de réunions avec les équipes qui travaillent pour/avec nous. Sortie du bureau tardive, peu de temps pour déjeuner. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? L'inspiration me vient vraiment de ceux qui réussissent, j'admire les personnages qui créent une véritable marque connue par des millions de personnes. Ces entrepreneurs donnent de la force chaque jour et poussent à se surpasser pour tenter de les égaler. Je suis très au fait de ce qui se fait dans le web et cela pourrait s'ajouter au planning de la journée type ;) Votre plus grande chance ? Ma plus grande chance est d'avoir pu faire des études qui m'ont permis de concrétiser mon rêve et de côtoyer des gens qui avaient des ambitions similaires. Parkadom a tout de suite été accueilli par le public (utilisateurs, presse, jurys, professionnels) et cette reconnaissance est également une chance. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Persévérer Le mot de la fin ? Pour rien au monde je regrette d'avoir concrétisé la création de Parkadom. On en apprend tellement en quelques mois que cette expérience sera toujours valorisante quoiqu'il advienne. Etre entrepreneur c'est toucher à tout, de la communication à la finance, en passant par le marketing et l'administratif. Nous proposer de participer à cette conférence est une véritable chance et nous vous remercions de la confiance que vous nous témoignez. A très bientôt. Parkadom en chiffres : Mise en ligne en Octobre 2012 800 places de parkings 2000 automobilistes inscrits. - 125 -
  • PAYNAME Eric Charpentier, fondateur de Payname qui est la première application de paiement pour tous les services à domicile. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Je suis déjà un serial entrepreneur puisque Payname est déjà ma troisième société. Ma société précédente a été reprise par les investisseurs, et début 2012 j'ai du redémarrer une nouvelle activité. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Avec presque déjà 10 ans d'expérience dans les services à la personne, je voyais arriver l'économie du partage qui favorise les échanges de biens et de services entre particuliers. Mais finalement l'étape du paiement d'un service comme jardinage ou ménage était très difficile à traiter simplement. J'ai donc imaginé une solution de paiement, proche de Paypal mais qui intègre les déclarations sociales. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Début 2012, l'idée initiale était un site de jobbing et presque un an après c'est une application de paiement pour les services à la personne. Il faut donc d'attendre à faire évoluer son projet autant de fois que nécessaire. Votre startup : Payname permet de déclarer, assurer et payer une personne qui vous a rendu service en un seul clic. Ainsi tous les services entre particuliers pour du ménage, de la garde d'enfant ou du bricolage, sont faciles à déclarer et payer. Et comme tous les paiements sont défiscalisables (50% du montant du paiement) un paiement Payname est plus simple, plus sûr, et plus économique qu'un paiement de la main à la main. Notre marché cible est de 6 milliards d'euros de transactions sur lesquelles nous prenons une commission de 3% à chaque paiement. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous avons dans un premier temps basé notre stratégie de médiatisation sur les relations presse, et en particuliers les médias audiovisuels. Dans un deuxième temps, nous allons axer notre communication sur les liens sponsorisés en ligne. Nous avons également intégré une page Facebook avec une stratégie de publicité sur ce réseau social pour faire connaître nos offres de services. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous avons les moyens de devenir l'application préférée des Français pour sécuriser leurs paiements de services à domicile. Le Startup-euriat : Déjà 10 ans que j'ai créé ma première entreprise, et même si je dois reconnaître des simplifications, cela reste quand même assez complexe et non adapté aux nouveaux usages. - 126 -
  • Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Tout d'abord bien caler et réaliser son idée. Ensuite la faire connaître Et enfin la financer dès que la croissance arrive Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Je dirais que non, il n'y a pas de place pour le doute quand on créé une entreprise. On peut douter des moyens pour y arriver, mais ne jamais douter de ses compétences. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? La famille doit absolument être un atout, car c'est déjà bien assez compliqué. Et l'on parle toujours de la solitude du chef d'entreprise qui est une réalité. Seul face aux décisions. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Je n'ai vraiment pas de journée type car je travaille sans bureau fixe. Je peux travailler dans mon canapé, dans un bureau partagé ou même encore dans un célèbre fastfood. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Je lis beaucoup les médias/blogs sur les nouveaux usages d'internet et de la mobilité. J'observe également beaucoup justement que je travaille dans des endroits un peu insolites. Votre plus grande chance ? Ne jamais être à court d'idées ! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Aucun justement. La création d'une entreprise c'est une expérience tellement personnelle que les formules toutes faites ne sont pas du tout adaptées. Le mot de la fin ? Je suis toujours aussi enthousiaste à développer de nouvelles idées même si ma façon de les mettre en œuvre à beaucoup évolué depuis 10 ans. Je reste avant un pragmatique qui essaye sans cesse de s'adapter. - 127 -
  • PAYPLUG Nous sommes Camille Tyan et Antoine Grimaud, co-fondateurs de PayPlug. Camille vient du monde du web et a notamment travaillé chez Google. Antoine est aussi ingénieur, diplômé de l’Ecole Polytechnique, et a une expérience dans le monde bancaire. Nous nous sommes rencontrés en MBA à Harvard, où est née l’idée du projet. L’ambition de PayPlug est de permettre à tous les petits professionnels indépendants de se faire payer par carte très simplement, sans terminal, sans contrat bancaire et sans aucune intégration complexe. PayPlug a ainsi développé des produits de paiement innovants qui répondent à ce besoin et permettent aux professionnels d’accepter les paiements par carte en face-à-face, à distance et en ligne. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? L’envie d’être indépendants, d’affronter de nouveaux challenges et d’avoir un impact à travers un projet auquel nous croyons. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? L’idée est née de l’observation de nouvelles solutions de paiement aux Etats-Unis, qui répondent au besoin des petits commerçants. Nous avons identifié un besoin similaire en France et en Europe: celui des petits professionnels qui souhaitent accepter la carte et pour qui les solutions existantes sont souvent trop complexes, coûteuses et engageantes sur la durée. Nous avons choisi de fonder PayPlug afin de développer des solutions adaptées au marché français pour répondre à ce besoin. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il y a souvent une phase difficile de « confrontation avec la réalité » lorsque l’on passe de l’idée au projet. C’est dans cette phase qu’on comprend pourquoi personne n’a lancé le projet en question plus tôt. Il peut s’agir de difficultés réglementaires, de marché, de complexité technique ou d’autres choses. Dans tous les cas le principal est de ne pas se décourager et d’être créatif pour surmonter les premières difficultés et aller de l’avant. Votre startup : PayPlug est la solution la plus simple pour accepter les paiements par carte bancaire. Nous répondons au besoin des petits professionnels pour qui les solutions existantes sont mal adaptées. PayPlug se différentie par la simplicité de sa solution, accessible à tous les petits professionnels sans aucune compétence technique, et par son offre commerciale, sans frais d’inscription, sans engagement et sans aucun frais récurrent. Nous facturons un frais de transaction au commerçant sur chaque paiement, ce qui nous permet de rémunérer nos partenaires techniques et bancaires. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous visons la presse spécialisée, qui est lue par les commerçants que nous ciblons, et la presse généraliste. Nous nous faisons accompagner par une agence de relations presse et menons des actions de « buzz » en parallèle (envoi de cadeaux insolites à des personnalités par exemple). Notre objectif est d’avoir un maximum de notoriété et de crédibilité dans le marché des professionnels français. - 128 -
  • Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Nous sommes actifs sur les réseaux sociaux, qui contribuent: à entretenir le lien avec notre communauté d’utilisateur (pour annoncer des nouveaux produits par exemple); à attirer de l’audience en nous exprimant sur des sujets intéressants pour notre cible." "Notre objectif est de faire de PayPlug une "success story" à la française dans les prochaines années. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? D'ici 5 ans, PayPlug aura peut-être été acquis par une autre société. Dans ce cas, peut-être continuerons-nous à nous impliquer dans la poursuite de la croissance de PayPlug, ou peut-être serons-nous déjà engagés dans une nouvelle aventure entrepreneuriale. Le Startup-euriat : Ce n’est pas facile mais c’est passionnant. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Les principaux obstacles sont : rallier les compétences autour de soi. Il est difficile en France d’attirer des talents dans une très jeune entreprise alors que c’est justement le principal facteur de réussite ; se faire connaître. La bataille pour la notoriété est rude et tous les projets entrepreneuriaux ne sont pas nécessairement des bons sujets de presse ; trouver les bons partenaires. Le challenge est d’être crédible pour que des sociétés de taille plus importante acceptent de s’engager aux côtés de la startup. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Nous sommes deux co-fondateurs et savons nous rassurer mutuellement dans les phases de doute. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Un avantage de l’aventure entrepreneuriale est qu’il n’y a pas de journée type ! Nous avons rarement deux journées d’affilée qui se ressemblent. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Nous nous laissons inspirer par les entrepreneurs qui ont réussi avant nous. Nous sommes notamment très influencés par la théorie de la Lean Startup aux Etats-Unis. Votre plus grande chance ? Pouvoir compter l’un sur l’autre entre co-fondateurs. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Lancer son produit le plus tôt possible : chaque jour écoulé post-lancement t’apprend autant que 10 jours de réflexion pré-lancement. Le mot de la fin ? N’hésitez pas, lancez-vous ! Et si vous avez besoin de vous faire régler par vos clients, pensez à vous inscrire sur www.payplug.fr ;) PayPlug en chiffres : Plusieurs centaines de professionnels inscrits Les plus actifs reçoivent plusieurs milliers d’euros de paiement chaque mois ! - 129 -
  • PIXOPOLITAN Je suis Romain Barbet, j'ai 26 ans et je suis le co-fondateur de la société Pixopolitan. Il s'agit de la plus grande bibliothèque de photographies urbaines d’art au monde que nous permettons à nos clients d'imprimer sur des supports de très grande qualité pour décorer leur intérieur. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Je suis entouré d'entrepreneurs depuis toujours (mon père et ma mère sont tous deux entrepreneurs). A 24 ans, en dernière année d'école de commerce, j'ai senti l'opportunité et me suis lancé en me disant qu'au pire j'aurais énormément appris. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Après 2 années passées à Shanghai pendant mes études, je souhaitais me lancer dans l’aventure entrepreneuriale. A peu près au même moment, tout nostalgique que j’étais d’avoir quitté la Chine, je me suis mis à chercher une belle photo de la skyline shanghaienne pour décorer mon appartement. Je n’ai rien trouvé. Et c’est comme cela que m’est venue l’idée de créer un site permettant à tous les amoureux de photographie d'art et de déco de trouver leur bonheur. Ensuite, la rencontre avec mon associé, Paul-Henri Blaiset, en école de commerce nous a permis de concrétiser nos envies entrepreneuriales ! A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? La route est très longue et semée de plus ou moins beaucoup d'embuches ! La première étape est celle de l'étude de faisabilité. Il faut vite comprendre quelles ressources sont indispensables à la concrétisation du projet : investissement, savoir-faire, réseau, etc. Votre startup : Nous permettons aux amateurs d’art et de déco de faire rentrer New York, Shanghai, Paris ou n’importe quelle ville du monde dans leur salon ! Ils choisissent un pays, une ville, un quartier puis un style (street-art, skylines, scènes de vie...) et ils trouvent la photographie urbaine de leur rêve pour décorer leur intérieur ! Nous proposons aussi un service unique au monde : My Pixopolitain. Si un client ne trouve pas la photographie de ses rêves sur le site, nous mandatons nos photographes pour qu’ils « shootent » la photographie qu’il désire dans la ville ou même la rue de son choix. Forts de notre communauté de photographes qui ne cesse de s’agrandir, nous sommes prêts à relever leurs défis et surtout à réaliser la photographie de leur rêve ! Nous faisons une marge sur chacune des photographies imprimées et vendues. Nous travaillons en B2B, en B2C online et en retail. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Dans des bureaux en haut de la tour Eiffel ;-) (Nous ne communiquons pas encore sur la stratégie). - 130 -
  • Le Startup-euriat : La création en elle-même n'est pas très compliquée mais elle pourrait être simplifiée. Il faut bien se renseigner sur les statuts, le pacte d'actionnaire et donc avoir une vision assez précise de ce que la société peut devenir. La transformer en une machine rentable et faire vivre du personnel est en revanche beaucoup plus complexe ! Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Les premières désillusions sont compliquées à gérer. Lorsqu'on se lance, on est plein d'espoir et on s'imagine que la réalité va suivre le business plan. C'est souvent assez différent. Nombreux sont les obstacles : problèmes de financement, de recrutement, d'organisation, de rapidité d'exécution... Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui ça arrive. Les succès et la confiance que nous accordent nos partenaires et notre équipe nous permettent de les surmonter. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n'y a vraiment pas de journée type. Elles sont toutes différentes et plus ou moins intenses et stressantes. La seule chose récurrente : la réunion du mardi matin avec l'équipe. Nous faisons le tour de ce qui a été fait avec ce que nous devons faire (deadline, objectif, + / -). Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Les objectifs que nous nous sommes fixés nous permettent d'avoir un cap précis : nous savons pourquoi nous travaillons tous les jours. Sinon, j'essaie de lire une biographie d'un grand patron : (Yvon Gattaz, Steve Jobs) ou des livres sur les succès du net quand j'ai un peu de temps. Votre plus grande chance ? Notre absence d'expérience peut-être : nous n'avons pas d'idée arrêtée, ce qui nous permet surement d'avancer plus vite. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? S'entourer ! Le mot de la fin ? J'ai plus appris en un an d'entrepreneuriat qu'en 5 ans d'étude. Il s'agit d'une aventure incroyable que je recommande à tout jeune en quête de challenges. Pixopolitain en chiffres : 3 000 photographies urbaines d'art prises dans plus de 300 grandes villes 500 photographes sélectionnés 1 équipe de 12 personnes Plus de 50 000 de CA en moins de 9 mois d'activité - 131 -
  • SENTINELO Sentinelo est un service de marketing opérationnel dédié au commerce physique, en boutiques. Il permet à un acheteur de rechercher à proximité le produit qu’il souhaite, de savoir qui le vend, à quelles conditions, et de se faire guider jusqu’au point de vente le plus proche. Je m’appelle Patrick Mangeol et suis ingénieur de formation. J’ai lancé tout au long de ma carrière beaucoup de projets avec une composante technologique forte au service du business. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? La volonté de démarrer une nouvelle activité à partir d’une feuille blanche, en anticipant le marché, en utilisant le meilleur de la technologie, et avec les gens que j’avais envie d’associer à ce projet. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? C’est clairement la volonté de construire et d’être maître des choix à opérer qui a été le moteur principal du lancement de Sentinelo. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A beaucoup de travail et de difficultés à surmonter. Avoir une idée c’est bien ; avoir une bonne idée c’est très bien ; concrétiser cette idée : là réside toute la difficulté ! Votre startup : Sentinelo repose sur un concept principal très différenciant : ce que les acheteurs recherchent c’est un produit, celui qui correspond à leur besoin ou à leur envie, et toutes les informations qui s’y rapportent (disponibilité, prix, …) et non pas une enseigne de distribution (seule information que fournissent les annuaires). De plus, si beaucoup de gens cherchent de l’information sur Internet, ils se rendent toutefois très majoritairement dans une boutique pour concrétiser leur achat. C’est à cette vaste majorité d’utilisateurs que s’adresse Sentinelo. Les applicationss sont toutes entièrement gratuites. Notre rémunération provient de la facturation du recrutement de nouveaux clients pour nos annonceurs. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous avons déjà un très beau news flow (TV, radio, PQR, magazines, blogs, …) Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Tous les utilisateurs peuvent transmettre leurs coups de cœur et bonnes affaires aux membres de leur tribu par l’intermédiaire des réseaux sociaux tout comme par l’usage du mail ou du MMS. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Notre ambition est d'être un des acteurs majeurs au niveau européen. Le Startup-euriat : Il y a des aides mais, si elles sont les bienvenues, elles ne compensent bien entendu pas la somme des problèmes à traiter. Créer une entreprise reste une histoire de volonté. - 132 -
  • Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Ils sont nombreux : techniques, financiers, administratifs, humains, … S’y ajoutent les incertitudes liées au marché, à la concurrence, etc. Toutefois le principal obstacle c’est souvent soi-même : il faut se décider à sauter le pas ! Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Mon expérience montre que si on a bien préparé tous les aspects opérationnels nécessaires à la conduite de son projet, cela n’empêche pas les difficultés de survenir régulièrement. L’anticipation et la réactivité sont les maîtres mots pour y faire face. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Oui, et c’est un point vital d’être soutenu par ses proches. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Le propre du créateur d'entreprise, c'est justement qu'il n'y a pas de journée type ! Et c'est ce qui est motivant. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Dans la réflexion. Pas de précipitation ni sur-réaction face aux événements. Votre plus grande chance ? Il n’y a pas beaucoup de place pour la chance... Si c’était le cas, il n’y aurait aucune leçon à tirer de sa propre expérience et encore moins de celle des autres (ce qui ne veut bien entendu pas dire que le hasard lui n’a pas sa place, parfois...). Par contre, un de mes plus grands atouts, c'est d'avoir su réunir une équipe de super professionnels. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? De croire en soi. Le mot de la fin ? Toujours garder la foi dans ce que l'on entreprend et y mettre toute son énergie : les plus gros ne mangent pas toujours les plus petits, mais les plus rapides dépassent toujours les plus lents ! Sentinelo en chiffres : Plus de 3 000 000 de porteurs d’applications accédant aux flux Sentinelo. Entre 3 et 4 000 000 d’offres commerciales injectées chaque jour dans nos bases de données Plus de 25 000 points de vente partout en France - 133 -
  • SHOETTE Je suis Eléna HAGEGE, fondatrice de Shoette - la première ballerine de secours pliable et enroulable en France. Avez-vous déjà eu mal aux pieds en chaussures à talons? Shoette est une ballerine de secours, confortable et élégante, à porter à la place de vos chaussures à talons lorsque celles-ci deviennent trop douloureuses pour marcher, danser ou conduire, en journée comme en fin de soirée. Petite, propre et légère, Shoette s'enroule en tout petit, se glisse dans sa petite pochette en coton, et se case dans les plus petits des sacs à main de femme. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? J'ai eu la chance de faire le Master Spécialisé Innover et Entreprendre de l'ESCP Europe. Je n'étais pas convaincue de la viabilité du projet avant d'entrer dans le MS. C'est le succès de Shoette lors des ventes test réalisées pendant le MS suite aux conseils des professeurs qui m'ont convaincues du potentiel de la petite ballerine de secours. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? 4H00 du matin, sortie de discothèque, avec des amis, en nouvelles chaussures à talons hauts magnifiques mais totalement immettables. J'avais très mal aux pieds, et en parlant avec mes copines j'ai vite vu que toutes les filles avaient mal aux pieds, et que tous les hommes en avaient marre de nous entendre nous plaindre à partir de 2H du matin. Puis l'idée a fait son chemin... A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A beaucoup de galères ! Votre startup : Problème : le mal aux pieds en chaussures à talons. En fin de soirée, en journée dans les transports (trajet bureau-maison en tailleur & talons), et au volant pour conduire. Besoin : pouvoir continuer à porter nos chaussures à talons préférées lorsque nous sommes accompagnées, et ne pas avoir mal lorsque nous sommes seules, dans le métro par exemple. Mais sans avoir une grosse paire de basket lourde et encombrante dans notre sac. Concept : la ballerine de secours, confortable, féminine, au design élégant passe partout, parfaitement ergonomique, conçue pour une utilisation nomade. Quel est votre business plan ? Très classique. Conception & Fabrication d'un produit puis vente multicanaux : - en ligne : sur www.shoette.com et une petite dizaine de sites internet marchands - via un réseau de boutiques distributeurs Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous sommes une startup donc budget zéro ! Nous essayons de cibler les articles qui parlent de la problématique nous adressons, et écrivons au journaliste auteur de l'article pour lui faire découvrir Shoette. Généralement, il est intéressé et en parle. Nous manquons cruellement de temps pour développer notre médiatisation. Nous avons préféré concentrer nos efforts à la conception de nos produits, puis au développement de notre réseau de distribution. Demain peut-être, nous nous concentrerons plus sur la médiatisation. - 134 -
  • Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? C'est le lieu où nous pouvons exprimer et diffuser des éléments de l'univers de Shoette et de la vie de Shoette. Ils nous servent à interagir avec notre communauté. Si vous cherchez une information sur Shoette (ou un code promo) vous les trouverez sur notre page Facebook. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? On en reparle dans 4 ans. Le Startup-euriat : Rien n'est excessivement difficile, mais tout faire avancer ensemble m'a paru assez compliqué. Je pense que ça dépend de l'équipe & des compétences détenues en interne. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Manque de compétences en interne, manque de temps. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Non. Mais je suis un peu mégalo donc c'est normal. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? La journée est divisée en missions : Effectuer la mission la plus importante de la journée selon le planning, et ce sans ouvrir la boite mail, Gérer les emails et les urgences, Pause déjeuner... ou pas, Travail en équipe, Deuxième mission de la journée ou Emails et urgences. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Nulle part en particulier, je pense que la vie est une énorme source perpétuelle d'opportunités, et que lorsqu'on entre dans un projet on commence à tout voir du prisme de ce projet, et tout peut devenir une opportunité (ou un obstacle). Votre plus grande chance ? Avoir eu le support de mon entourage (famille, amis, professeurs, MoovJee et autres réseaux d'entrepreneurs). Nous avons eu des soucis dans l'équipe et un manque de compétences sur certains domaines notamment graphique qui nous a fortement retardé, mais nous avons eu la chance d'avoir un advisory board de choc! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Bien cibler les compétences nécesaires pour développer les premières étapes de son projet (finance, informatique, graphisme, etc) et s'assurer de les détenir dans l'équipe initiale. Le mot de la fin ? L'entrepreneuriat est une aventure incroyable. Si vous le faites pour gagner beaucoup d'argent rapidement, ne le faites pas. Si vous le faites pour d'autres raisons, alors foncez car c'est l'expérience professionnelle la plus riche qui soit... du moment que vous êtes prêt à écouter ce qu'on vous dit et à apprendre. Shoette en chiffres : Nous avons commencé en 2010 - 2011 1 première collection lancée en 2012 Plus de chiffres à la fin de l’année ! - 135 -
  • SKILL 2 INVEST Notre équipe est composée d’une dizaine de collaborateurs, dont 4 associés. 2 associés fondateurs Rafaël Kittler et Richard Lévy, rejoints par 2 profils expérimentés ayant eu des fonctions de direction générale dans des structures de tailles importantes. Skill2Invest, cabinet de conseil expert en consulting RH, accompagne les dirigeants d’entreprise dans la structuration de leurs équipes. Skill2Invest recherche et sélectionne les futurs collaborateurs ou associés, et les accompagne dans leur intégration (salariale et/ou capitalistique). Le cabinet intervient à différents niveaux de maturité, lancement commercial, structuration, développement à l’international, transmission douce. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Nous sommes tous deux issus de familles d’entrepreneurs. Pour nous, l’entrepreneuriat est tout simplement la plus belle profession au monde. Richard Lévy : "Dans l’entrepreneuriat, chacune de mes actions a des conséquences directes sur la vie de l’entreprise. C’est ce challenge quotidien qui me donne l’envie de me dépasser." Rafaël Kittler : "Il s’agit pour ma part de donner du sens à mes actions, de faire avancer les choses selon les valeurs qui me semblent justes, à un rythme...accéléré." Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Nous travaillons ensemble depuis maintenant 3 ans. Tout a commencé simplement lors d’une rencontre, autour d’un café à Lyon. Nous nous sommes bien entendu. Nous avons ensuite réalisés que nous avions une même vision de l’orientation que nous voulions donner à notre travail. Il semblait donc logique de structurer ensemble une démarche en laquelle nous croyons profondément. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A la réalité du marché, à la complexité de passer d’une phase théorique à une phase pratique. Cette phase théorique est extrêmement importante dans la mesure où elle préfigure la capacité d’anticipation des fondateurs. Mais il ne faut pas sous-estimer la force de la capacité d’apprentissage au contact du terrain. Ce qui fait la réussite d’une structure, c’est la capacité de l’équipe à s’adapter aux aléas du marché tout en conservant un cap, une réelle stratégie d’entreprise. Il peut arriver parfois qu’après plusieurs adaptations, on revienne au modèle de base théorique, mais simplifié. True story ! Votre startup : Notre cœur de métier consiste à rapprocher 2 populations : des entrepreneurs, souhaitant intégrer des compétences complémentaires en tant qu’associés opérationnels, pour accélérer le développement de leur entreprise ou la transmettre de façon douce ; des talents expérimentés, ayant une appétence entrepreneuriale forte, sans forcément avoir d’idées de création ou l’envie de faire une reprise seul. Rapprocher signifie mettre en relation dans un premier temps, mais surtout suivre et rythmer les discussions et accompagner le binôme tant sur les aspects RH que juridiques. - 136 -
  • Notre particularité est que contrairement à un cabinet classique qui ne se rémunère qu’en numéraire, nous prenons le parti de miser sur la performance future de l’équipe que nous constituons en percevant comme rémunération du capital de la société lors de l’intégration du nouvel associé. Notre autre activité de recrutement et de chasse de tête est en revanche basée sur un modèle classique. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Comme nous l’avons réalisé récemment lors d’une interview BFM, nous souhaitons mettre en évidence la qualité de notre travail par la prescription et le témoignage de nos clients. Nous sommes également bien suivis par la presse spécialisée « entrepreneuriat », et le milieu association entrepreneuriale et de soutien aux talents en reconversion. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Nous utilisons les réseaux sociaux professionnels dans une logique de cooptation. Nous sommes capables de partager notre création de valeur avec les profils qui nous aident à identifier les bonnes personnes au bon moment. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous ambitionnons de devenir le cabinet de recrutement et de chasse d’associés de référence pour les TPE/PME. Le Startup-euriat : Il est facile de créer son entreprise en France. Même si elles ne nous concernent pas (en tant que société de conseil), de nombreuses aides existent pour faciliter la création de sociétés innovantes ou industrielles. Les acteurs pour vous accompagner dans cette démarche et les guides sont nombreux. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Se lancer seul ou à plusieurs ? Avec qui s’associer ? Quel rôle chacun doit-il jouer dans l’aventure ? Lorsque l’ADN de l’entreprise est défini, il est alors plus simple de se confronter au marché. Il faut ensuite savoir placer correctement le curseur entre « j’ai une stratégie et je m’y tiens » et « j’écoute le marché et mes premiers clients afin de faire évoluer le produit/service ». Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Aucun entrepreneur ne peut être compétent sur l’ensemble des activités d’une entreprise : la stratégie, la R&D, le marketing, le juridique, l’expertise opérationnelle, le recrutement et le management, les contentieux, la sélection des partenaires et fournisseur, et bien évidemment le commercial. Un bon entrepreneur est avant tout quelqu’un qui sait fédérer et s’entourer des bonnes personnes au bon moment. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Ma famille m’a toujours soutenu dans cette démarche, tout en apportant une touche de pragmatisme et de sens critique. Il est vrai qu’il est toujours plus difficile d’entreprendre lorsqu’on a un bon diplôme, puisque l’accès à certains postes bien rémunérés rapidement en entreprise est facilité. Je pense que tout entrepreneur doit, lors de ses premiers années de sa vie d’entrepreneur, faire preuve d’une certaine pédagogie pour expliquer à ses proches son choix de vie, difficile à comprendre pour certains. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Aucune journée ne se ressemble, c’est justement pour cela que l’on devient entrepreneur. - 137 -
  • Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Une sensibilité tout particulière aux nouveaux modes de consommations, aux nouveaux usages. Le contact de mes clients, prospects, pour coller au plus près de leurs attentes. Chaque frustration, chaque chose qui me manque dans mon quotidien me donne l’envie de créer, pour moi-même et pour les autres. Votre plus grande chance ? D’avoir eu la chance de rencontrer mes associés, sans qui l’aventure Skill2Invest n’aurait pas été possible. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Connais-toi toi-même. Le mot de la fin ? Au plaisir de se retrouver le 1er octobre prochain pour un moment agréable d'échange et de partage, l'entrepreneuriat étant avant tout une belle école de vie. Skill2Invest en chiffres : Une dizaine de collaborateurs après environ 1 an d’existence. Plus de 60 clients Plus d’une dizaine d’opérations de rapprochement. - 138 -
  • STAR OF SERVICE Je suis Lucas Lambertini, entrepreneur de 24 ans. J'ai créé le 4 Juin 2012 l'entreprise StarOfService S.A.S avec 2 associés. Nous avons lancé www.starofservice.com le 1er Octobre 2012, qui est la première place de marché pour les services de proximité ou encore le premier comparateur de prix pour les services. StarOfService se veut être le "Amazon" du service. De la même manière que vous trouvez n'importe quel bien sur Amazon, vous pouvez trouver n'importe quel service sur StarOfService. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Ma jeunesse et surtout l'envie de ne jamais être sous les ordres d'une tierce personne en entreprise. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Un besoin insatisfait. Un proche à moi a passé plus de 3 jours à essayer de trouver un élagueur pour son arbre qui touchait un fil électrique. Au bout de 3 jours, il en trouve un. Le rendez-vous est convenu et l'élagage est un massacre. Fil électrique coupé, note salée, etc. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il faut du courage, des nerfs d'acier et une soif d'entreprendre. Ne jamais baisser les bras. C'est la base. Votre startup : Nous sommes partis du constat suivant : lorsqu'on a besoin d'un service et donc d'un professionnel, on perd énormément de temps à chercher, on perd de l'argent car on a jamais les moyens de comparer, et on perd de la confiance car on ne sait jamais sur qui on tombe. StarOfService supprime tous ces freins. Quel est votre business model ? Pour répondre aux demandes des clients, les professionnels nous payent un petit montant pour envoyer leurs devis. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous misons sur le bouche à oreille. Si le produit est sexy, les gens en parlent. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Nous gérons une page Facebook, Twitter, Pinterest, Google plus ainsi qu'un blog pour fédérer toute notre communauté et faire en sorte que les gens puissent voir les nouvelles actualités liées à l'entreprise. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Leader de la mise en relation entre particuliers et professionnels sur la France et l'Europe. Le Startup-euriat : Les contraintes administratives prennent énormément de temps à l'entrepreneur. Ce n’est pas normal. - 139 -
  • Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Il faut aller chercher l'info tout le temps. Il faut se dépasser sans cesse pour ne jamais baisser les bras. L'entrepreneur est souvent très seul à ses débuts, il faut savoir se motiver! Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Non, jamais, même si je n'avais aucune expérience dans le domaine! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? La journée type commence par l'analyse des résultats de la veille, le suivi de l'avancement dans le travail de chacun des membres de l'équipe, l'attribution de nouvelles tâches. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Mon inspiration je la trouve grâce à tout ce que je vois, ce que je lis, et surtout grâce à la veille que j'effectue :) Votre plus grande chance ? Etre jeune. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Il faut du mental comme les sportifs Le mot de la fin ? Allez faire un tour sur www.starofservice.com Star of Service en chiffres : Plus de 10 000 pros en Ile-de-France Plus de 10 000 mises en relation depuis son lancement - 140 -
  • TRIBWAY Je m'appelle Fabien Collangettes, 30 ans, cofondateur de Tribway. Nous sommes en tout 5 à faire partie de l'aventure depuis juin 2011. L'idée autour de Tribway est de rendre le shopping sur internet plus simple, plus social et plus ludique et de créer le réseau social du shopping. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Nous avons réfléchi pendant longtemps avant d'aboutir à une ébauche du concept, mais une fois les grandes lignes tracées, nous avions hâte de commencer l'aventure. De plus tout va très vite dans le e-commerce, nous ne souhaitions pas perdre de temps. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Nous n'étions pas satisfait de l'expérience shopping sur internet et nous avons souhaité créer le site qui répondrait le mieux à nos attentes : des avis et recommandations d'amis ou de personnes de confiance, une plateforme ou je retrouverai toutes les marques que j'aime, c'est entre autre ça Tribway. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A une montagne de travail, il fait être assez méthodique et organisé pour ne pas se perdre. Mais c'est aussi l'une des parties les plus intéressantes de l'aventure, celle où l'idée prend forme où l'imagination va bon train (sans trop de contrainte au départ). Votre startup : Un an après s’être lancé dans le domaine du social shopping et fort de ses 40 000 membres, Tribway devient le 1er site de rencontre entre shoppeurs et produits exigeants. Un positionnement unique et décalé qui reflète la promesse de Tribway : sélection des produits les plus tendance du moment, personnalisation, dimension sociale, fun, création de liens forts entre marques et e-shoppers. Un nouveau modèle qui combine ventes éphémères et forte dimension sociale Tribway propose notamment : - Des ventes éphémères de produits tendance (Mode, Design, Home…) - Un produit coup de cœur mis en avant chaque jour dans « La shoppe du jour » - Un wall of love qui permet de découvrir en temps réel les produits les plus appréciés par la communauté (amis, influenceurs…) Quel est votre business model ? L'affiliation classique. L'organisation de campagne de communication sur les réseaux sociaux (dont Tribway) via des jeux et diverses opérations de viralité. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Les leviers classiques (RP e-mailing) mais surtout l'intégration au sein de l'opengraph de Facebook. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? - 141 -
  • Ils sont piliers dans notre stratégie, s'interconnecter avec les différents réseaux sociaux pour faciliter l'expérience utilisateur. En particulier avec Facebook où l'intégration à l'opengraph donne des possibilités colossales en terme de communication sur Facebook et permet à l'utilisateur de se créer un univers Tribway sur Facebook également. Nous sommes accompagnés par un ami et cofondateur d'OpenGraphy (preferred Facebook developper). Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Etre un acteur majeur du e-commerce en Europe. Le Startup-euriat : Ce n'est pas compliqué, c'est essentiellement un peu de paperasse. Il y a beaucoup d'explications sur Internet, rien d'insurmontable. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Trouver un nom. Ne pas trop perdre de temps à créer un prototype. L'idée est de tester le plus rapidement possible son idée auprès d'utilisateurs. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? On peut douter, mais on n'a pas d'autres choix que d'analyser le problème et de trouver une solution. L'avantage d'être 5 dans l'équipe, c'est qu'on est rarement 5 à douter en même temps, on peut en discuter et trouver une solution à plusieurs. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Un atout, dans toutes mes décisions. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Arrivée 10h, on prend un café avec l'équipe et on discute rapidement de ce qu'on doit faire la journée. Un peu de développement Web le matin. L'après-midi commence par une réunion avec une marque pour définir l'opération que nous allons mettre en place sur Tribway. Un peu de compta. Fin d'après-midi, nous nous réunissons avec l'équipe pour discuter du nouveau design d'une page du site. Fin de journée 20h. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Chez nos concurrents :) et les axes d'amélioration proposés par nos utilisateurs. Votre plus grande chance ? Une chance sur 116 531 800 de gagner à l'Euromillion. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Pour nous, l'équipe est clé. Donc de ne pas partir seul et de s'associer avec quelqu'un de compétent et complémentaire. Le mot de la fin ? No risk, no fun - 142 -
  • Tribway en chiffres : 5 cofondateurs 40 000 membres Des millions de produits Plus de 50 jeux organisés avec des marques et sites marchands - 143 -
  • UNC PRO Je m'appelle Ludovic Michetti. J'ai 27 ans. Je suis le fondateur des marques UNC Pro et So Campus. UNC Pro a été lancée en 2011 avec pour objectif de proposer du mobilier gonflable haut-de-gamme et personnalisable pour les professionnels de l'événementiel. En 18 mois, plus de 2200 produits ont été vendus sur toute l'Europe. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? De 13 ans jusqu'à 19 ans, j'ai entrepris dans le domaine du sport (Sportif de haut-niveau / Football / Olympique Lyonnais). Dès mon arrivée en école de commerce, la création de mon activité était un objectif. L'important pour moi était de trouver une idée simple répondant à un besoin connu (ex : le transport et le stockage du mobilier chez l'étudiant -> Quelle solution proposée par le marché ? Aucune). A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Des échecs et des obstacles quotidiens... Créer son entreprise demande de l'énergie, du courage, et une réelle passion pour son projet. Sans cela, la réussite sera difficile à atteindre ! Votre Startup : Notre concept est basé sur le mobilier gonflable design. L'objectif est de proposer une gamme de meubles : 1. Légère, 2. Facilement transportable 3. Facilement stockable 4. Facilement montable / Démontable 5. Décalée, fun, design. Que ce soit pour notre marque UNC Pro ou So Campus, nous souhaitons proposer un mobilier enfin mobile ! Quel est votre business model ? Nous n'avons pas défini de réel business model. Notre seul souhaite est d'avancer rapidement, et de s'adapter aux marchés et aux opportunités. Notre business model s'est construit sur le terrain... et non sur le papier ! Il évolue de jour en jour. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? À ce jour, nous n'avons développé aucune stratégie de médiatisation. Notre objectif premier est de développer au mieux l'entreprise, avec efficacité et rapidité. Cet état d'esprit nous a permis d'obtenir des résultats financiers encourageants, dès la première année, et donc l'intérêt de la presse. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux ont été utilisés dès le lancement de notre marque UNC Pro. Même si cette dernière est active sur le marché des professionnels, nous souhaitons conserver un lien avec le marché des particuliers et notre entourage. Ainsi, nous sommes actifs quotidiennement sur Facebook, Twitter, Pinterest et FlickR. Ces outils 2.0 nous permettent de gagner en référencement et en visibilité. Concernant So Campus (mobilier gonflable pour étudiants), la partie "réseaux sociaux" sera d'autant plus importante. Elle représentera 70% de notre activité. - 144 -
  • Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Notre objectif est de devenir les leaders internationaux du mobilier gonflable pour étudiants et pour professionnels d'ici 5 ans. Le Startup-euriat : C’est tout sauf facile ! Long, fatiguant, déroutant... De nombreux obstacles vous attendent. Il faut savoir être patient, persévérant et s'entourer correctement. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Les obstacles dépendent du secteur d'activité et du produit / service commercialisé. Le plus difficile est de générer rapidement du chiffre d'affaires, de se faire connaître, et de s'entourer des bons partenaires. Les partenaires (fabricants, web, comptabilité, etc) sont là pour vous accompagner, vous faire gagner en rapidité, et vous faire progresser. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Oui. Votre premier client doit être votre famille. Créer, c'est difficile. Il faut donc avoir un soutien moral à ses côtés. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? 7h30 -> Arrivée au bureau 12h30 -> Pause déjeuner 13h00 -> Reprise 19h45 -> Fin de journée Les journées sont cadencées. L'objectif est de faire avancer un maximum de dossiers. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? L'envie de faire grandir l'entreprise. Il ne faut pas mettre de limite à son ambition. Votre plus grande chance ? Mon équipe ! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Foncez ! Le mot de la fin ? Enfin un vrai métier : l'entrepreneuriat ! UNC Pro en chiffres : Plus de 2 200 produits ont été vendus en France et en Europe. 320 000€ de chiffre d'affaires sur la première année ! - 145 -
  • VADEQUA Arnaud Knobloch. Je suis diplômé de la Miage (Master Informatique / Gestion) en 2009. J’ai travaillé six mois au Luxembourg dans une SSII (Logica) puis un an à Montpellier dans une startup (Aquafadas) le temps de mûrir le projet. J’ai ensuite convaincu un ami qui souhaitai également créer son entreprise, Martin Delemotte, ingénieur Télécom, de quitter New York pour venir me rejoindre à Montpellier afin de créer ensemble une startup : Vadequa. Nous nous sommes alors lancés à temps plein dans le projet en septembre 2010. Vadequa permet aux sociétés de gérer leur culture d'entreprise "from the cloud". Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Une passion pour l’entrepreneuriat depuis le début de mes études. J’ai toujours su que j’allai créer une startup. Pour moi, l’idée n’est pas très importante. Ce n’est pas cela qui doit pousser quelqu’un à fonder une entreprise. Je pense que c’est quelque chose que l’on a au fond de nous qui nous amène à se lancer dans l’aventure. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? La culture d’entreprise et le recrutement sur le savoir-être (cultural fit, soft skills) sont des sujets très en vogue outre-Atlantique. On voit désormais cette tendance arrivée en Europe : gérer et piloter sa culture organisationnelle, recruter des profils en adéquation avec les valeurs de l’entreprise, etc... Nous sommes pour l'instant les seuls en Europe à proposer un logiciel pour répondre à ces problématiques. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Forcément, on doit s'attendre à des obstacles, au fait que tout prend toujours plus de temps que prévu et coûte plus chère que prévu. C'est pourquoi il est essentiel d'aimer le risque, le challenge et le fait de ne pas avoir de monotonie dans sa vie professionnelle. Votre startup : Nous nous focalisons sur la culture d'entreprise avec une approche scientifique et logicielle. Pour qu'une entreprise progresse, il est primordial qu'elle se dote d’une culture forte et durable afin que tous les collaborateurs évoluent dans la même direction. C'est là-dessus que nous intervenons. Quel est votre business model ? Le modèle de Vadequa est un modèle SaaS B2B. L’entreprise paye un abonnement annuel pour avoir accès à la plateforme. Le fait d'avoir une approche innovante et humaine (culture fit) sur un secteur assez traditionnel mais en pleine mutation (les ressources humaines) nous offre l'opportunité d'être médiatisé assez facilement par la presse papier et en ligne. Le bouche à oreille fait le reste. - 146 -
  • Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Essentiellement via notre blog qui traite des ressources humaines sous l'angle scientifique. http://blog.vadequa.com Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Une trentaine de salariés avec une filiale aux Etats-Unis. Le Startup-euriat : S’il est facile de créer oui, se développer est plus compliqué. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? En ce qui nous concerne, les obstacles ont été surtout financiers. Où trouver l'argent au départ pour se lancer ? Puis où trouver l'argent pour se développer rapidement ? Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Pas de place pour le doute. Nous avançons le plus rapidement possible. Si cela fonctionne tant mieux, si cela ne fonctionne pas tant pis, nous pivoterons sur une autre idée. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Un atout. Ils me soutiennent dans cette aventure (mais pas financièrement, je n'ai pas voulu les impliquer). Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n’y a pas de journée type chaque journée est complètement différente de la précédente. C’est l’avantage (ou l’inconvénient pour certains) de ce métier. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? En rencontrant du monde et en échangeant avec eux. J'aime particulièrement discuter avec des gens que je ne connais pas. Lire la presse anglo-saxone est aussi une très bonne source d'inspiration. Votre plus grande chance ? Avec mon associé nous nous entendons très bien depuis toujours. Or pour moi la clé du succès est avant tout l'équipe et sa cohésion (le partage des mêmes valeurs, de la même culture). C'est donc une très grande chance. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Focus & Execute Le mot de la fin ? Je serai ravi d'échanger avec des personnes qui auraient des questions à me poser. Voici mes coordonnées : arnaud@vadequa.com. 06 32 52 05 43 Vadequa en chiffres : 3 ans d'existence 2 ans de R&D avec des laboratoires de recherches 50 clients 15 000 tests passés - 147 -
  • VIKSEN Nous sommes deux entrepreneuses de 25 ans; nous nous sommes rencontrées durant nos études. En janvier 2013, nous avons lancé Viksen, une boutique physique et un e-shop dédiés à la lingerie grande taille et bonnets profonds. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Nous avons fait toutes les deux le constat que ce type de lingerie était très difficile à trouver en boutique à Paris. L'offre était limitée, très chère et très classique. Suite à une étude de marché, nous avons réalisé que beaucoup de femmes achetaient leur lingerie en Angleterre par correspondance. L'idée semblait donc bonne - l'envie de se lancer dans cette aventure nous a conduit à sauter le pas! Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Nous sommes toutes les deux passées par de "grandes écoles" (Edhec & Sciences-Po). En dehors de nos vies professionnelles, nous sommes impliquées chacun dans divers projets associatifs, artistiques... Bref, nous avons le goût du projet, et du défi. Il semblait logique de se lancer! A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? A nos yeux, l'important est de garder un esprit ouvert durant toutes les étapes qui conduisent à la concrétisation d'une idée. A l'issue du business plan, au moment de réunir les fonds, de trouver le local ou de construire le business model, il y aura forcément de l'imprévu auquel il va falloir s'adapter. Parfois, l'idée peut sembler bonne mais elle n'est tout simplement pas viable une fois les hypothèses financières faites. On peut s'être décidé pour un quartier de Paris mais finalement se rendre compte que ce n'est pas la meilleure idée. Bref, réfléchir en amont, en aval, tout le temps, mais aussi faire la part belle à la sérendipité et au réalisme. Ne pas vouloir faire marcher le projet à tout prix en dépit de la réalité, en quelque sorte. Votre startup : Nous proposons lingerie et maillots de bain du 75 au 125, à partir du bonnet D, et du 36 au 56, le tout dans une gamme de prix moyens et dans un style fun et sexy. Les femmes ont beaucoup de mal en France à trouver de la lingerie abordable et pas trop classique au-delà du bonnet D. On n'a pas trop la culture de la lingerie DIY, contrairement par exemple à l'Angleterre où les femmes sont très sensibilisées à l'importance de la bonne taille de soutien-gorge, et on trouve facilement des modèles jusqu'au bonnet G. Pourtant, ce sont des tailles aussi répandues en France que les bonnets plus "classiques". Nous nous différencions par notre boutique physique, qui est quasiment la seule à Paris sur ce créneau. En outre, que ce soit en ligne ou en boutique, nous accordons beaucoup d'importance à notre choix de marques: nous cherchons de la fantaisie, de la séduction, bref de beaux produits, à petits prix. Et enfin, nous nous différencions - 148 -
  • surtout sur le conseil apporté, au point que nous nous positionnons en "experts lingerie": nous mesurons nos clientes qui hésitent sur leurs tailles, nous travaillons beaucoup à la commande... Quel est votre business model ? Notre business model est celui de la distribution multimarques simple: nous sélectionnons de bons produits et nos clients viennent pour notre choix (en termes de goût et de qualité) et nos conseils. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous sommes très présentes sur Internet, via les réseaux sociaux, mais aussi les forums ou les commentaires de blogs. Nous cherchons à nous positionner comme experts en conseil et nous mettons en avant notre boutique physique à Paris, un atout indéniable. En outre, nous organisons un shooting produit deux fois par an, pour continuer à construire notre image de marque et pour élargir notre base clientèle. Les valeurs qui nous tiennent à cœur et que nous communiquons sont notamment le féministe, le body acceptance, la beauté multiculturelle. Nous ne sommes pas une marque de potiches passives, en somme! Nous réalisons enfin beaucoup de partenariats avec les bloggeuses mode ou beauté, avec des marques de prêt-à-porter... Nous croyons beaucoup en la force du réseau! Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux sont très importants pour nous. Nous animons au quotidien notre page Facebook (près de 2000 fans). Nous communiquons beaucoup avec notre clientèle via ce biais. En outre, quand nous réalisons un support de communication, nous le partageons sur nos différents réseaux (Instagram, Tumblr, Twitter, Pinterest...) Notre shooting maillots du mois d'Avril a ainsi été repartagé plus de vingt mille fois sur Tumblr... Nous tenons également un blog de marque pour créer notre propre contenu et devenir un acteur incontournable de la lingerie bonnets profonds en France. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous souhaitons ouvrir une deuxième boutique en province d'ici la fin de l'année 2014. Donc pourquoi pas plusieurs ensuite... L'un de nos projets est également de nous lancer dans la confection, une fois que nous maîtriserons au mieux notre marché et tout ce que cela implique. D'ici cinq ans, il semble réaliste d'envisager une marque Viksen. Nous espérons donc voir grossir notre équipe d'ici un an. Et en parallèle, nous comptons... ouvrir une nouvelle entreprise! Le Startup-euriat : D'un point de vue strictement administratif, il n'est pas difficile de monter son entreprise, il suffit juste de réaliser des démarches un peu longues. Mais dans notre cas, l'investissement a été énorme, en termes de temps, et aussi en termes d'implication. Nous avons toutes les deux gardé notre ancien travail jusqu'à la veille du lancement de Viksen. Nous avons donc porté ce projet à bout de bras pendant six mois en parallèle de notre travail de salarié. Si c'était à refaire, nous prendrions sans doute trois mois "blancs" pour pouvoir lancer le projet plus sereinement. Mais à force de travail et d'efforts, on aboutit toujours. Cela aide de se tenir à son rétroplanning et de prévoir large pour les différentes étapes (administratif, emprunt bancaire, recherche de local, travaux, site Web etc..)" Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? A nos yeux, le lancement de notre projet a été une suite de problèmes plus ou moins compliqués à résoudre. L'administratif et la recherche de fonds est bien sûr un processus assez long et fatiguant. Mais les étapes plus concrètes, comme la recherche de local ou la création du site Web, ont aussi leurs surprises. Nous avons essayé de garder les yeux rivés sur l'objectif et de prendre les choses comme elles venaient, avec philosophie, en croyant dur comme fer qu'à force de travail, nous allions y arriver! Et au final, au lancement, nous avons réalisé que les obstacles étaient loin d'avoir disparu. La gestion du projet au quotidien est un challenge perpétuel. Et c'est bien là tout son intérêt! - 149 -
  • Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Bien sûr. Le doute est très sain; c'est le signe qu'on garde un esprit ouvert et surtout réaliste, et qu'on n'essaie pas de faire aboutir le projet en dépit de toute réalité économique. Nous avons énormément douté, non pas du projet, mais de nous-mêmes. Nous sommes jeunes, avec peu d'expérience dans le monde du travail. Nous craignions de ne pas avoir les épaules. En outre, nous nous lancions dans un marché que nous connaissions assez peu (nous venons respectivement de la comptabilité industrielle et de l'investissement financier). Nous avons eu peur de ne pas être assez compétentes. Au final, l'avantage d'être d'eux, c'est que l'on s'entraide lors des baisses de moral. Et une fois la machine enclenchée, le prêt signé et le local trouvé, il n'était plus question de faire demitour! Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Notre famille nous a beaucoup aidées toutes les deux. Elle a été un soutien précieux au quotidien, notamment nos parents. Dans les moments de doute, ils ont été là, et nous les en remercions souvent. En outre, notre famille a investi un peu de love money dans Viksen, et pour cela nous sommes éternellement reconnaissantes! Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? La particularité de Viksen, c'est que seule l'une d'entre nous (Constance) la gère au quotidien. La seconde fondatrice (Medjo) travaille toujours dans le secteur de l'investissement financier. Au quotidien, c'est donc Constance qui endosse les différentes casquettes. A dix heures, elle ouvre la boutique après avoir posté les commandes Internet. Au cours de la journée, elle enchaîne gestion des stocks, compatibilité, relation fournisseurs, gestion du site web, relation client, mailing, community management, et vente aux clients en direct. Des journées bien remplies, mais on ne se plaint pas! Une fois par semaine, nous nous retrouvons pour faire le point et pour discuter ensemble de la stratégie à long terme et de nos projets de communication. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Notre inspiration, ce sont nos valeurs. Nous sommes fières de proposer enfin une solution aux femmes qui souffrent depuis des années de douleurs chroniques au dos, aux épaules. Qui pleurent de frustration dans les boutiques classiques. Qui ne trouvent jamais leur taille. Qui ne peuvent jamais oublier leur poitrine au quotidien. Qui ne peuvent pas courir après le bus. Qui se sentent délaissées, oubliées et surtout en détresse. Certaines de nos clientes pleurent de joie ou nous remercient du fond du cœur. Ce genre de réaction nous redonne de l'énergie quand nous en manquons. La lingerie, cela peut paraître futile et superflu, mais quand on a une grosse poitrine, cela peut vite se transformer en calvaire chaque jour. Nous sommes féministes et engagées dans le body acceptance: proposer notre propre conception de la femme (courageuse, volontaire, drôle, sexy, engagée) et faire la paix avec son corps. Nos lectures, nos échanges avec des bloggeuses, des clientes, des amis, nous font grandir chaque jour. Votre plus grande chance ? Nous avons le soutien de nos familles, celui de nos amis. Nous avons saisi l'opportunité de nous lancer dans un projet qui nous passionne. Et nous sommes deux dans cette aventure; nous savons que nous sommes extrêmement chanceuses! Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Réfléchir, et puis arrêter de réfléchir et sauter dans le vide! Le mot de la fin ? Nous refusons de vivre avec des regrets, mais nous savons que cela implique d'essayer de faire aboutir ses idées, lorsqu'elles sont bonnes. A force de travail et d'énergie, nous espérons bien arriver à vivre la vie que nous avons choisie. - 150 -
  • Viksen en chiffres : 1 000 clients Breakeven point atteint environ 6 mois après notre ouverture. - 151 -
  • WIMI Bonjour, je m'appelle Lionel Roux et je dirige actuellement la startup Wimi (fr.wimi.pro). Wimi est une solution SaaS touten-un travaillé efficacement en équipe et avec des clients. Wimi permet notamment de: - partager et synchroniser des documents, agendas, contacts - gérer des projets / activités - communiquer efficacement au sein d'une équipe (Chat, Wall, partage d’écran) Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Je travaillais dans un cabinet de conseil en stratégie et j'ai ressenti un besoin fort pour un outil tel que Wimi. Je dirigeais des équipes de consultants et manageais la relation avec mes clients. De nombreux problèmes existaient comme par exemple : « Où se trouve la dernière version du document ? Qui fait quoi dans cette mission etc ». D'un point de vue personnel, c'est ma deuxième aventure entrepreneuriale. J'aime créer, construire, prendre des risques, voir évoluer une équipe et être passionné par ce que je fais. Le choix de créer une société était un choix assez naturel. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Après avoir identifié un besoin non-servi ou mal servi, la création de l'entreprise n'est qu'une formalité. La décision de se lancer est la plus importante. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il faut être conscient que l'idée ne représente qu’une petite partie de la valeur ajoutée que vous allez créer. 90% de la valeur vient de l’exécution. Ainsi, il vous faudra soigner particulièrement le recrutement de vos collaborateurs, la relation avec vos premiers clients et les retours critiques qu'ils peuvent vous faire. Votre idée aura besoin de se préciser, de se nourrir, de mûrir et de s'améliorer au contact du marché. Créer la boucle de retours est crucial selon moi. Votre startup : Le concept est simple: Wimi est un outil tout-en-un pour travailler en équipe et avec ses clients. Voici quelques exemples de problèmes assez récurrents dans les entreprises: «Où est la dernière version de ce document ?» «Qui fait quoi ? Que reste-t-il à faire ?» «Quel est l’avancement du projet ?» «Je ne savais pas que X s’occupait déjà de ça...» «Il faut que je repasse au bureau prendre ce document...» «Ce document est trop volumineux pour être envoyé par email...» «Mon disque dur a lâché...J'ai tout perdu» Wimi répond à tous ces problèmes et améliore considérablement la productivité des entreprises, TPE/PME. Wimi est la seule plateforme qui propose le partage et la synchronisation de documents combiné à de la gestion de projets / travail collaboratif (Espace de travail, gestion avancée des droits, documents, taches, agendas, suivi du temps, Chat, Wall, partage d'écran). Pour la relation commerciale, les entreprises s'équipent d'outils CRM. Pour la comptabilité et autres fonctions de l'entreprise, des logiciels existent également. Wimi représente une nouvelle catégorie d'outils qui - 152 -
  • visent à booster la productivité d'une organisation. Wimi est un outil de CPM (Centralized Productivity Management). Quel est votre business model ? C'est un modèle SaaS classique Freemium et par abonnement. Vous pouvez créer votre Wimi gratuitement et passer sur des abonnements payants si votre usage le justifie. D'ici la fin de l'année, nous innoverons d'un point de vue offre. Je ne peux pas en dire plus. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Cela pourrait se résumer à ca: "Disposer du meilleur produit en terme de valeur ajouté fonctionnelle et de simplicité d'utilisation." Sur le web, lorsqu'un produit est bon, l'information circule vite et les blogs peuvent parler de vous assez rapidement. De même, la meilleure "médiatisation" viendra de vos clients. Nous n'avons pas de budget de relation presse par exemple. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Nous utilisons les réseaux sociaux pour communiquer d'une façon plus riche et plus fréquente avec la communauté de nos utilisateurs. Par ailleurs, nous souhaitons être visibles sur d'autres communautés et nous avons pour cela une stratégie qui implique une jeune et brillante community manager. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Wimi pourrait devenir un outil incontournable pour des millions de TPE/PME pour gérer leurs documents et leurs activités. Nous serons présents dans plusieurs pays d'Europe en plus des USA. Le Startup-euriat : La création a été grandement simplifiée ces dernières années. Plusieurs sites de qualité dont l'APCE propose des contenus très utiles pour faciliter la création d'une entreprise. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Selon moi les obstacles principaux à surmonter sont: - le financement (au-delà des aides publiques) - les premiers recrutements (hyper clé et pas évident quand on a aucune crédibilité en tant que société) - sa propre peur du risque et de l'incertitude Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Je me questionne quotidiennement sur la manière dont je gère mon projet mais la remise en question est saine car elle permet une grande capacité d'adaptation. Personnellement, il est impossible d’être le meilleur dans tous les domaines. Il faut accepter parfois de ne pas être forcément compétente dans un sujet donné et ne pas hésiter à déléguer. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Plutôt un atout car la famille évite la surchauffe ou la vie d'un entrepreneur peut rapidement se réduire a son entreprise. C'est une distraction forcée et saine. Votre famille doit impérativement comprendre les enjeux et les implications d'une création d'entreprise avant le démarrage de votre aventure. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Nous faisons systématiquement un point quotidien avec mon équipe de développeurs le matin à 10h. Un point quotidien également en début d'après-midi avec mon équipe Marketing. Le reste de mes journées et rythmées par les priorités du jour. Difficile de définir un emploi du temps réguliers lorsqu'une entreprise est en construction. - 153 -
  • Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Auprès des meilleurs acteurs du web principalement et de mes équipes. Votre plus grande chance ? Disposer d'une très belle équipe et d'investisseurs fidèles. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Soignez l'exécution ! Wimi en chiffres : Wimi s'est déjà imposé dans plus de 9 155 entreprises et organisations. Plus de 31 500 utilisateurs et notre croissance avoisine les 25% par mois. 13 personnes et des bureaux dans 2 villes de prestige : Paris et San Francisco - 154 -
  • WORK’NMEET Alice Chénel et Emmanuelle Semamra toutes deux issues du commerce depuis plus de 5 ans sont les fondatrices de Work'n meet. Work’n meet est un réseau social professionnel qui organise des rencontres sous format de repas, de soirées d‘affaires et d’évènements. Work'n meet propose aux professionnels de profiter du moment du repas pour développer leur réseau sans perdre de temps et en passant un bon moment. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Nous utilisons tous et au quotidien notre réseau c'est à dire les contacts de nos contacts, pour trouver un notaire, un dentiste, un avocat, un collaborateur, un fournisseur etc. La recommandation est un énorme avantage pour le business. Il existe déjà des réseaux sociaux professionnels et des clubs affaires mais aucun ne correspondait vraiment à nos attentes, contrainte d'horaires imposés, tarifs élevés ou des réseaux uniquement virtuels, ambiance trop professionnel et "coincés" pour certains clubs, leader dans les groupes, peu de renouveau, peu de rencontres... Nous avons donc décidé de créer le réseau de nos rêves, celui où les clients sont ravis d'avoir passé un bon moment ensemble et où en plus les affaires se font. Un réseau qui peut accueillir des millions de membres grâce à sa structure online et où les événements sont organisés en fonction des clients. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? On doit s'attendre à tout et même en étant prévoyant, vous aurez quand même des imprévus :) Il faut rester confiant car chacun aura envie de vous donner sa petite remarque sur votre projet mais il faut aussi savoir écouter et vous entourer ! Votre startup : Notre concept est un réseau social professionnel basé sur les rencontres d'affaires sous formats de déjeuners et dîners. Nous avons tous besoin de nous créer un "carnet d'adresses" car les compétences ne suffisent malheureusement pas et il faut aussi avoir des contacts pour réussir professionnellement. Au-delà de l'aspect business, les professionnels ont envie de partager, de se rencontrer, d'échanger sur leurs problématiques et de passer un bon moment avec de nouvelles personnes. Notre concept n'existe pas car nous sommes les seuls à inclure le concept de rencontres dans un réseau social professionnel et ce, en gérant entièrement l'organisation pour nos clients. Quel est votre business model ? Notre business model est basé essentiellement sur les adhésions au réseau. Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Relations presse pour le démarrage. Des actions marketing sont à venir. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Notre entreprise est un réseau social, nous sommes donc très utilisatrices des différents réseaux sociaux qui sont, pour nous, les meilleurs outils de communication à petits prix. - 155 -
  • Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Leader ...évidemment :) Le Startup-euriat : Si seulement c’était simple ... Non bien sûr, cela nécessite énormément de travail, de pugnacité, d'optimisme et de patience. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Ils sont nombreux mais le manque de moyen au démarrage est un obstacle important car il faut travailler beaucoup plus et trouver des idées pour faire démarrer la société sans le budget marketing approprié. Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Non, nous n'avons jamais douté de nous pour notre projet. Nous savions quelles étaient nos compétences et nos lacunes, nous avons su nous entourer des personnes compétentes lorsque nous ne l'étions pas sur des sujets et domaines spécifiques. Nous avons bien sûr peur de l'échec mais préférons rester concentrées sur le travail. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Aucune journée ne se ressemble à part peut-être au niveau de la charge de travail ... Trouver des clients, travailler sur des nouvelles fonctionnalités et des services supplémentaires, gérer le site, traiter les demandes clients, s'occuper des partenariats, organiser les événements, faire la comptabilité et ... Au début c'est sûr, on est au four et au moulin et en même temps on le fait avec plaisir. Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? Nous avons travaillé deux ans sur ce projet et tout quitté (bon job, bonne situation) pour monter Work'n meet. Notre entreprise nous y croyons à 1000%. Le soutien de son associée et les retours positifs de nos clients sont une très bonne motivation pour s'accrocher les jours difficiles. Votre plus grande chance ? Nous (les fondatrices) nous connaissons depuis plus de 17 années et nous sommes très proches, autant dire que c'est un luxe de travailler ensemble et une sacrée force, contrairement aux idées reçues. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Aimer ce qu'il fait et s'investir sérieusement. Le mot de la fin ? Vous voulez monter une entreprise et avoir des conseils d'autres professionnels? Inscrivez- vous sur notre réseau : http://worknmeet.com WorknMeet en chiffres : 1 200 adhérents 25 repas organisés De nombreuses affaires signées entre nos clients 50 retombées presse Le tout en moins de 4 mois - 156 -
  • YOULOVEWORDS Je suis Grégory Nicolaïdis et je suis diplômé de l’ESCP Europe promo 2002, originaire de Saint -Etienne, spécialiste des industries créatives, des marques et du content marketing. J’ai notamment travaillé au service Marketing d’Universal Music pendant 5 ans et je suis depuis peu lauréat du réseau entreprendre. J’ai fondé WeLoveWords, la première communauté d’auteursrédacteurs en ligne, et nous venons de lancer YouLoveWords, notre plateforme de production de contenus écrits. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? L'envie de faire bouger les "lignes". Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? Le déclic est venu alors que je travaillais chez Universal Music et que j’avais fait appel aux internautes pour trouver des chansons pour certains des artistes dont je m’occupais. J’ai alors réalisé que faire appel à l’intelligence collective était un pari gagnant. Il manquait à l’époque un réseau en ligne destiné aux auteurs-rédacteurs qui leur permettrait de faire connaître leur plume et par ailleurs les industries créatives avaient besoin d’aller sourcer les talents en dehors de leurs réseaux. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Il faut être préparé, c'est une épreuve physique et mentale. Presque comme un marathon, il faut faire du fractionné et apprendre à travailler sur des missions courtes et intenses tout en restant endurant et en n'oubliant pas son objectif final : être le meilleur au moment de passer la ligne d'arrivée. Votre Startup : YouLoveWords propose un modèle inédit de production de contenus écrits sur mesure, l’éclosion d’une nouvelle forme de créativité au service de nos clients. YouLoveWords fédère une communauté active de + de 12 700 auteurs-rédacteurs dont les expertises métiers et les talents sont riches et variés. 30 nationalités sont représentées sur notre plateforme et nous misons notre diversité / réactivité / pertinence. Nous nous adressons aux agences, aux marques, aux régies, aux industries créatives et aux médias en demande de contenus écrits sur mesure. Pour se différencier nos clients sont aujourd’hui obligés de produire des contenus originaux, LEURS contenus. Le contenu est devenu la publicité de nos clients et ils nous font confiance pour les aider à les produire. Nous travaillons sur des sujets très actuels et variés : le brand content, le content marketing, la production de contenus SEO. Nous collaborons notamment avec : Danone, Hennessy, Les Echos, Volkswagen, Universal Music, Flammarion… Quel est votre business model ? Nous produisons le contenu de nos clients selon une grille prédéfinie, nous les facturons et commissionnons nos auteurs. - 157 -
  • Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Nous avons fait appel à une agence RP pour la Com externe à l'occasion du lancement de notre nouveau site YouLoveWords.com et nous gérons nous même notre présence sur les réseaux sociaux. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Pleinement intégrés, nous animons nos comptes Facebook, Twitter, Linkedin Pinterest afin de recruter de nouveaux clients et auteurs et également de les fidéliser. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous souhaitons devenir le leader européen de la production, la correction et la traduction de contenus de qualité sur internet. Le Startup-euriat : Évident…? Non. ;-) Mais l'aventure est belle et la France accompagne relativement bien ses entrepreneurs. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? La solitude, le financement de la société, le management, la capacité à signer des contrats... Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Oui le doute est fréquent malgré la confiance. Il faut en fait bien s'entourer. J'ai reçu le soutien du réseau entreprendre, de SLP Paris, du Labo de l'édition, de mes investisseurs, de mon équipe et c'est réellement fondamental. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Un réel atout. Mes parents sont entrepreneurs et m'ont toujours incité à entreprendre. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n'y pas de journée type. Vraiment. Mais il m'arrive de faire un point avec mes investisseurs, avec mon équipe, de voir la directrice marketing de LVMH, un éditeur indépendant, une marque sportive la même journée... Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? A la fois dans l'action et dans la déconnexion. Votre plus grande chance ? Mon entourage. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Rester soi-même, croire en soi, se dire qu'on n'a qu'une vie, et foncer. Le mot de la fin ? Notre devise "for a better word". Youlovewords en chiffres : Nous sommes une équipe de 7 personnes. Nous venons de lever 400 .000 euros auprès de 20 Business Angels. - 158 -
  • ZENSOON ZenSoon a été fondé par deux jeunes femmes : - Mallorie Sia, diplômée en Economie appliquée et Finance d'Entreprise d'HEC Montréal en cohorte trilingue puis en Entrepreneuriat à HEC Paris, s'est longtemps impliquée dans des actions bénévoles au Canada - Marie Sermadiras, diplômée d'HEC Paris (Spécialisation : Entrepreneuriat), avec les Félicitations du Jury, a travaillé en M&A à Londres puis en capital risque à Paris. ZenSoon est la première centrale de réservation de soins de beauté et bien-être sur Internet. ZenSoon se présente comme un guide des professionnels de la beauté et du bien-être (coiffeurs, instituts de beauté et spas). Il permet au client de trouver des informations sur les professionnels et les soins, de les comparer entre eux, de bénéficier de réductions (20% en moyenne) et de prendre rendez-vous directement en ligne. Comment avez-vous eu l’idée de fonder votre entreprise ? Nous sommes des filles d'entrepreneurs et avons toujours senti inconsciemment la fibre de l'entrepreneuriat en nous. C'est notre rencontre qui a été le catalyseur de ZenSoon. Nous ne nous serions peut-être jamais lancées sans avoir rencontré quelqu'un qui nous semblait complémentaire et de confiance. Quelques mois après notre rencontre, nous avons décidé de tenter notre chance dans l'aventure de l'entrepreneuriat et ZenSoon est rapidement né. Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer ? L'idée de ZenSoon est venue d'un besoin personnel. Lorsque nous cherchions un institut de beauté ou un salon de coiffure, notre premier réflexe était Google. La requête "Salon de coiffure Paris 8" par exemple nous renvoyait des centaines de résultats. Nous passions alors beaucoup de temps à éplucher les adresses, trouver les prix exacts sans avoir aucun gage de qualité ni aucune assurance d'obtenir un RDV. Groupon était à l'époque une jeune société et nous avons donc voulu tester en se disant qu’il sélectionnait pour nous des bonnes adresses. Malheureusement, nous avons souvent été déçues par le manque de sélectivité et nous sommes rendues compte qu'à force de réduire leurs prix, les professionnels ne nous réservaient souvent pas un accueil de qualité. Utilisatrices fréquentes de sites tels que La Fourchette ou Booking, nous nous sommes rendues compte qu'il existait des guides et des outils de réservation sur de nombreux marchés (restauration, hôtellerie, transport) mais aucun sur le vertical de la beauté et le bien-être. A quoi doit-on s'attendre lorsque l'on souhaite passer de l'idée au projet ? Cette période est extrêmement enthousiasmante car un monde gigantesque de possibles s'ouvre à vous. Cependant, il devient vite facile de se perdre dans l'exploration de ces voies : il faut se forcer à rester focus et à se concentrer sur son idée de départ, tout en sachant l'adapter en fonction des retours du marché et de vos réflexions. Il faut également arrêter de sacraliser l'idée. L'idée n'est pas grand-chose. Seule compte l'exécution. Une idée, si elle est bonne, sera rapidement copiée et seule la manière dont vous la mettez en œuvre permettra de vous différencier. - 159 -
  • Votre Startup : ZenSoon est un guide de bonnes adresses beauté et bienêtre. Il permet à l'internaute : - De trouver son soin - D'en savoir plus sur les professionnels autour de lui et de les comparer - De bénéficier de réductions - De réserver directement en ligne, sans avoir à décrocher son téléphone ZenSoon offre aux professionnels : - Davantage de visibilité sur internet - De nouveaux clients de qualité car ne venant pas uniquement pour les réductions (20% de réduction est trop faible pour attirer un grand nombre de clients que nous nommons « les chasseurs de bons deals »). Au lancement, aucun site n'avait un positionnement similaire au nôtre. Seuls des sites de deals nous faisaient indirectement concurrence. Aujourd'hui, preuve que l'idée était bonne, des dizaines de sites ont copié le concept ZenSoon. Nous nous en tenons à la qualité de l'exécution et de notre service client pour nous différencier. Quel est votre business model ? Nous avons deux sources de revenus principales: - Les commissions prélevées à chaque réservation sur notre site internet (Modèle économique "à la performance") - Les abonnements (optionnels) payés par nos partenaires professionnels pour avoir accès à notre logiciel de gestion (Modèle économique "récurrent") Quelle est votre stratégie de médiatisation ? Jusqu'à présent, notre communication a surtout été basée sur le bouche à oreille qui a eu des résultats extrêmement encourageants. Nous mettons actuellement en place une stratégie de référencement naturel et de partenariats pour accroître notre notoriété de manière qualitative (pas d'achats de base de données par exemple). Nous avons pour égérie Sylvie Tellier, présidente de Miss France, qui soutient notre stratégie de médiatisation. Comment les réseaux sociaux ont-ils été intégrés à votre stratégie ? Les réseaux sociaux ont pour l'instant été intégrés de manière marginale dans notre stratégie. Ils avaient plus vocation à permettre à nos followers de suivre l'aventure ZenSoon plus que de vendre nos produits. Le recrutement d'un community manager est prévu pour la fin 2013. Comment vous voyez-vous dans 5 ans ? Nous espérons être devenus une référence dans le domaine de la beauté et du bien-être comme La Fourchette dans la restauration. La Fourchette est quasiment devenue un "réflexe" pour le consommateur. Notre objectif est de devenir le "réflexe" beauté des consommateurs français. Le Startup-euriat : Oui c'est facile et à la portée de tous. La création d'entreprise c'est la méritocratie à l'état pur. Seul le travail, la persévérance et l'acharnement vous permettent de réussir. La contrepartie : mettre de côté une partie de sa vie personnelle et apprendre à dormir moins que la moyenne. Quels sont les obstacles à surmonter lorsqu'on se lance? Il a fallu surmonter les doutes de nos proches ou de nos amis : certaines personnes n'ont pas l'âme d'un entrepreneur. Leur faire accepter votre goût du risque est parfois une tâche difficile. - 160 -
  • Avez-vous déjà douté de votre compétence à mener votre projet à bien ? Nous doutons fréquemment de nos compétences et de notre capacité à mener à bien ce projet. Mais ce sont ces remises en question qui nous permettent de mieux avancer. Encore une fois, l’équipe permet en grande partie de surmonter ce type de difficultés et de doutes car on avance bien plus vite à deux. Le challenge est une source de motivation également pour nous. Les doutes ont beau parfois nous ralentir, voire nous paralyser quelques instants, ils nous permettent de mieux avancer par la suite. Chaque doute dépassé est une petite victoire. Votre famille a-t-elle été un atout ou obstacle à la création ? Nos familles ont été un atout. Souvent inquiètes, elles ont toujours été un pilier et ont toujours su nous faire confiance et ont même accepté de nous supporter financièrement aux débuts de la société. Pouvez-vous nous raconter une de vos journées types ? Il n'y a pas de journée type dans ce métier. Chaque jour est riche en surprises et en déceptions et aucun ne ressemble au précédent. C'est ce qui permet de ne jamais s'ennuyer. La seule régularité de nos journées, c'est le rythme et les horaires que nous nous imposons avec des journées de travail d'environ 15 heures en moyenne (9h AM - 01h AM). Où trouvez-vous votre inspiration au quotidien ? La principale source d'inspiration et de motivation c'est notre équipe qui nous fait confiance mais qui sait souvent mettre sa créativité au service de la société. Nous avons aussi pour habitude de se faire des points hebdomadaires entre associées pour faire un point général sur la stratégie de la société et l'étude des metrics clés de notre activité. Notre inspiration, on la puise aussi en se vidant la tête, grâce au sport ou à la lecture. Votre plus grande chance ? De s'être rencontrées et de réussir à mener en symbiose ce projet et que la chance nous sourit fréquemment. Quel conseil donneriez-vous aux start-upreneurs de demain ? Persévérez ! Le mot de la fin ? N'hésitez pas à réserver sur www.zensoon.com ! ZenSoon en chiffres : Plus de 400 partenaires à Paris, en Ile de France, à Lyon et à Bordeaux Des financements de 325 000 Euros par des business angels - 161 -
  • - 162 -