Journal de bussy numéro 126

918 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
918
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
6
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Journal de bussy numéro 126

  1. 1. BussyLA FOULE AU FORUM DES ASSOCIATIONSLA FOULE AU FORUM DES ASSOCIATIONS SYCOMORE: SYCOMORE: LE PROJET ÉDUCATIF LOCAL LE PROJET ÉDUCATIF LOCAL LES 10 ANS DU BUSSY BASKET CLUB LES 10 ANS DU BUSSY BASKET CLUB PAGE 4 PAGE 4 PAS PLUS DE 3000 LOGEMENTS PAS PLUS DE 3000 LOGEMENTS SE MET EN PLACE SE MET EN PLACE PAGE 23 PAGE 23 PAGE 16 PAGE 16 PAGES 18 & 19 PAGES 18 & 19 LE MAGAZINE MUNICIPAL D’INFORMATIONS - OCTOBRE 2010 n°126 Saint-Georges La vérité sur le budget 2010
  2. 2. Sommaire - Edito 34 Vie de la cité Il n’y aura pas d’illuminations pour Noël L 4. Associations et brocante: un cocktail gagnant e titre de cet éditorial résume à lui seul les efforts, notam- 5. Des Virades qui ne manquent pas de souffle ment symboliques, que la municipalité entend mener 6 & 7. L’actu de la médiathèque face à la situation budgétaire et de trésorerie catastro- 8. La statue « Le Rêve de la Mère » inaugurée phique que nous rencontrons. Nous avons choisi de ne réduire nos dépenses qu’aux seuls services indispensables à la popula- 9. La première pierre de la mosquée tion: crèches, écoles, centres aérés, restauration scolaire, police10 Dossier municipale, entretien des espaces verts, des voiries, des bâtiments communaux. Cet effort qui se traduit par des sacrifices suffira-t-il pour autant à écarter la crise? Je n’y crois guère et nous tendons à le démontrer dans un dossier argu- menté de ce journal. Sans visées électoralistes (je ne suis pas candidat aux cantonales et je ne suis guère tenté par une nouvelle candidature municipale si la réforme des collectivités territoriales visant à sup- 10 à 14. Mises au point sur le budget 2010 primer presque tous les pouvoirs du maire allait jus- qu’au bout), il n’a pour but que de dire la vérité. D’abord en stigmatisant le désengagement total de l’Etat. Partout en Europe – j’ai en tête les exemples anglais et hollandais – et aussi en France dans les années 70 et 80, les villes nouvelles se sont développées avec un soutien des pouvoirs publics. Il est évident que soumises de par leurs15 Vie municipale statuts à une croissance forte et n’étant souvent au départ que des villages, elles ne disposent pas des fonds propres nécessaires pour assumer ce développement qui coûte, notamment les infra- structures et superstructures générées par l’afflux de population supplémentaire. Le statut qui nous érigeait « ville nouvelle » en 1985 prévoyait précisément que nous bénéficierions jusqu’à ce que notre réalisation soit arrivée à terme de subventions exceptionnelles. Elles ont été en 1999 puis 2007 supprimées. Cette année il nous manque 4 millions pour faire face à nos échéances. Somme qui précisément nous a été enlevée il y a 3 ans. Et depuis plus jamais versée. 15. L’intercommunalité en débat Alors que les pouvoirs publics tournent le dos à la notion de ville nouvelle s’ajoute une difficulté supplémentaire avec, depuis 2008, la crise du crédit. La réforme du système bancaire interna- 16. 3000 logements pour le Sycomore tional après l’effondrement de grandes institutions américaines ou européennes a amené un 17. Canal Coquelicot change de canal changement d’analyse radical par les banques de leur capacité de prêter. Aujourd’hui, Bussy n’est 18 & 19. Le Projet Educatif Local se dévoile plus en mesure d’emprunter. Et la Chambre Régionale des Comptes, à travers une analyse pru- dentielle que je juge excessive car notre endettement n’est pas plus important que celui des autres 20. Hôtel d’entreprises: c’est complet! villes nouvelles en France ou à l’étranger, n’arrange pas les choses en prônant de ne recourir qu’à21 Magazine nos fonds propres pour payer l’investissement. Cette situation absurde qui tendrait à régler «cash» pour des gymnases ou des routes, dont la durée d’amortissement dépasse plusieurs décen- nies, revient à nous étrangler financièrement. Chacun comprendra que, dans ces conditions, même si nous réduisons considérablement nos dépenses, nous ne serons pas en mesure de pallier par le seul impôt l’effondrement de nos res- sources. Surtout que la situation ne fait qu’empirer. Après la disparition en 2008 de la subven- tion d’équilibre, un coup fatal nous a été porté avec le remplacement de la taxe professionnelle par la contribution économique territoriale (C.E.T.). Enfin, le gouvernement a annoncé début octobre dernier qu’il gelait les dotations aux collectivités locales pour au moins 3 exercices. A Bussy, plus encore qu’ailleurs car notre population augmente d’année en année, cette dernière mesure 21. Devenez conseillère Natura Brasil est de nature à nous déstabiliser. Devrions-nous pour autant baisser les bras? Ce n’est pas dans mon habitude. Je propose donc d’agir en 3 phases. La première consiste à optimiser au mieux les sommes que nous engageons. Il n’est pas un euro d’argent public qui ne doive faire l’objet d’une attention particulière de notre part. Par des mesures22 Sport que je qualifierais de symbole, nous taillons dans nos dépenses de représentation, de communi- cation. Deuxièmement, je vais tenter de toutes mes forces de lever l’emprunt. Je refuse complètement le scénario ubuesque qui nous oblige à payer l’investissement par le fonctionnement. Ce serait une solution idéale dans un monde idéal mais strictement impossible compte tenu de la faiblesse de notre autofinancement. Presque aucune commune en France n’y parvient. Pourquoi impo- ser un tel régime à Bussy Saint-Georges? Je continue de toutes mes forces à démarcher tous les établissements de crédit que je connais et j’entends bien, conseil municipal après conseil muni- cipal, faire voter lignes de trésorerie et emprunts. 22. Le Prodal Boran en stage au Cambodge Enfin, je reste persuadé que si l’Etat est absent, il revient à Bercy de laisser son bras armé qu’est 23. Le Bussy Basket Club a 10 ans l’EPAMARNE casser sa tirelire et partager avec nous les fruits d’un marché de l’immobilier encore florissant. Oui, n’en déplaise à certains élus chagrins des autres secteurs de Marne-la- Vallée, il est temps que l’Etablissement Public substitue par des participations les subventions et dotations évanouies.24 Pratique Ce programme se place sous le signe de l’opiniâtreté. Il passera parfois par des parties de bras de fer avec l’Etat et sûrement par le recours aux tribunaux lorsque ce sera nécessaire. Je n’écarte aucune voie afin de maintenir Bussy Saint-Georges tel l’unique modèle résidentiel de Marne- la-Vallée et ceci dans un climat économique apaisé où nous puissions enfin disposer des res- sources suffisantes pour que notre développement soit harmonieux. Hugues RONDEAU Votre Maire 25. Tribunes Ecrire au Maire : mairie@bussy-saint-georges.fr 26. Nouvelles installations 27. Professions médicales Consulter le site de la ville: www.ville-bussy-saint-georges.fr Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  3. 3. 4 Vie de la cité FORUM DES ASSOCIATIONS ET VIDE-GRENIERS DU VILLAGE Les incontournables du mois de septembre Forum des associations et brocante du village: depuis des années, ces deux temps forts de la vie locale rythment le début du mois de septembre. De nombreux Buxangeorgiens n’auraient manqué pour rien au monde ces deux rendez-vous. La preuve… Des associations toujours aussi populaires ! V ous avez été une nouvelle fois fort nombreux à vous rendre au Forum   des associations, dont c’était cette année la quinzième édition. Activités gra- phiques et plastiques, sports, activités cul- turelles ou manuelles : il y en avait pour tous les goûts, toutes les passions et tous les âges ! A Bussy, vous n’avez en effet que l’embarras du choix pour occuper votre temps libre. Dès le vendredi soir, le gymnase Maurice-  Herzog a donc fait le plein. Devant les stands, c’étaient de véritables files d’attente qui se formaient pour valider des inscrip- tions ou obtenir de précieux renseignements auprès des responsables d’associations. Bref, ce Forum est l’évènement incontournable de la rentrée à Bussy.   Nicole Bezoulle, Conseillère municipale déléguée à la Prévention routière, animait un stand de simulation de conduite. Elle conseille ici son collègue Dominique Bijard.  De futurs pêcheurs au sein de l’association? Pascale Sabotier, du Pêcheur de Marne-la-Vallée est à l’affût des nouvelles recrues…  Nathalie Lupi, la présidente de Bussy Gyms, montre à Stéphane Barnier les nombreuses activités proposées tout au long de l’année par son club. Le vide-greniers du village fait recette A près ce quinzième Forum des associations, rendez-vous était pris dans le centre-ville, cette brocante n’en conserve pas moins son charme, une semaine plus tard sur la place de Verdun pour le vide-gre- et on y fait également quelques bonnes affaires…  niers du village. Bien que plus petite que celle du mois de juin  Sur le stand d’un vide-greniers, on trouve de tout : les amateurs de lecture peuvent par exemple y dénicher quelques livres rares, alors que d’autres préfèrent se pencher sur les vêtements !  Un petit creux ? Pas de panique : le Club des Aînés avait préparé quelques petites douceurs pour satisfaire les appétits. Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  4. 4. Vie de la cité 5 Les Virades de l’Espoir ont soufflé fort à Bussy !Malgré une météo peu clémente, toute l’équipe des Virades de l’Espoir des Portes de la Brie était présentepour animer cette douzième édition, dont le programme était comme de coutume très copieux.Quatre jours de fête et d’animations dans toute la ville, afin de lutter contre la mucoviscidose.Retour sur les grands moments de ce long week-end.      Les percussions de Ka Fraternité ont résonné lors de la traditionnelle soirée dansante du samedi. Déjà venu à Bussy lors du Festival du rire, le facétieux Tex était de nouveau au gymnase Herzog le 24 septembre, en tant que chan- teur, dans le spectacle « La Télé qui chante ». Au concours intercommunal de baby-foot humain, on a joué avec les pieds, mais aussi avec la tête ! A l’intérieur de la salle, une quantité de stands attendait les nombreux visiteurs, dont celui de Chantal Hamet, de l’atelier de poterie Kan An Douar, qui proposait aux enfants un atelier manuel. Installé sur le parvis du gymnase, l’élasto- trampoline a fait le bonheur de nombreux enfants. Dominique Bijard, Claude Louis et Stéphane  Barnier figuraient dans le cortège de la Grande Marche de l’Etoile, dont l’arrivée Si vous souhaitez faire un don en faveur de la recherche contre la mucoviscidose, était fixée au gymnase Herzog. rendez-vous sur le site : www.vaincrelamuco.org Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  5. 5. 6 Vie de la cité L’ACTUALITÉ DE LA MÉDIATHÈQUE Actualité encore très chargée à la médiathèque de l’Europe, où il sera question, en novembre, d’astro- nomie, avec une série d’animations qui raviront les scientifiques en herbe! Quant aux adeptes du neu- vième art, en attendant la deuxième édition du fes- tival « Bussy Dingue de BD », un petit retour s’impose sur la venue à Bussy de l’auteur Laurent Maffre lors d’un apéro BD fort intéressant. Le mois de septembre était celui des tout-petits : avec la collaboration du relais assistantes maternelles, les bibliothécaires avaient concocté, à destination des bambins, quelques jolis rendez-vous… L’astronomie en fête ! I l est des rendez-vous qu’on ne devrait man- Vous savez sans doute repérer la Grande Ourse quer sous aucun prétexte. Parmi ceux-ci, la dans le ciel, mais savez-vous trouver les autres manifestation sur l’astronomie, organisée en constellations? Dès la nuit tombée, les instru- partenariat avec l’Association Française d’Astro- ments d’observation seront pointés vers les nomie (AFA), l’Uranoscope d’Ile-de-France et la étoiles pour une soirée d’observation. Des astro- Médiathèque de l’Europe figure en bonne place. nomes seront présents pour répondre aux ques- Elle aura lieu durant tout le mois de novembre à tions du public. La veillée aux étoiles est la médiathèque, et plus particulièrement entre le proposée aux adultes et aux 13 et le 20 novembre, lors de la Fête de la Science. enfants par l’Uranoscope Rendez-vous annuel des chercheurs et de tous d’Ile-de-France le samedi ceux qui sont désireux de découvrir les enjeux 13 novembre à 18h (sur scientifiques et les défis technologiques de inscription). Si le ciel et la demain, cette manifestation aura pour but de météo ne sont pas favo- faire découvrir l’astronomie, de partager des rables à l’observation, vous savoirs et savoir-faire et de permettre à tous de pourrez écouter une conférence sur les constel- mieux appréhender les enjeux éthiques et socio- lations du ciel en hiver. économiques de la recherche. Une conférence tout public sur l’astronomie sera, L’exposition intitulée « Ciel, miroir des cul- en outre, donnée par un éminent scientifique le Les enfants de plus de 10 ans, quant à eux, pour- tures » réalisée par l’AFA avec le vendredi 19 novembre à 19h. ront pratiquer une série d’expériences et de soutien du Ministère de la Par ailleurs, les enfants pour- manipulations, telles que réaliser une constella- Culture montre la diver- ront participer à diverses tion en 3 dimensions, savoir lire l’heure à partir sité des représentations animations selon leur du Soleil, le samedi 20 novembre à 14h et 16h. du ciel à travers les âge. Les 7-10 ans Enfin, les enfants à partir de 8 ans pourront par- âges et les cultures, pourront s’inscrire à ticiper à des ateliers informatiques sur le thème et l’évolution des des ateliers artis- « expose tes connaissances astronomiques » les connaissances tiques le mercredi mercredis 3 et 17 novembre de 10h à 12h. astronomiques. 17 novembre à Amateurs, passionnés, professionnels, toutes les En parallèle, les 14h ou 16h. animations seront comme des fenêtres permet- collections de la Accompagnés tant de s’évader dans l’espace…  médiathèque, qui d’un artiste plasti- sont en rapport cien, ils travailleront ANIMATIONS GRATUITES SUR INSCRIPTION avec le ciel, seront autour de l’art et des Pour plus de renseignements ou pour vous inscrire : Médiathèque de l’Europe mises à votre disposi- sciences, tout en exer- 6 Avenue du Général-de-Gaulle tion. Vous pourrez soit çant leur imagination, leur Tel : 01 64 66 30 85 consulter les documents sur créativité et en appliquant Courriel : mediatheque@bussy-saint-georges.fr place, soit les emprunter. diverses techniques graphiques. Site : www.mediathequebussy.net Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  6. 6. Vie de la cité 7 Retour sur l’apéro BD de la Médiathèque P our son premier Apéro BD, la Médiathèque de l’Europe a eu l’honneur de recevoir Laurent Maffre, auteur de bande dessinée reconnu par ses pairs. Celui-ci est non seulement professeur d’arts plas-Les formations informatiques tiques, mais aussi scéna- riste et illustrateur de BD. ont repris leur cours En guise d’introduction à cette rencontre, Thomas Un autographe de Laurent Maffre, c’est quelque chose !D es séances d’initiation à l’informatique sont proposées plusieurs fois par Gabison, responsable de la collection Actes Sud BD, a lu un extrait de « L’homme semaine à un public de tout âge, afin de se familiariser avec l’outil infor- qui s’évada », le premier album de l’auteur. Un échange entre le responsable BD matique, l’utilisation d’Internet, les logiciels et les périphériques multi- de la médiathèque et l’auteur lui a permis d’évoquer son parcours artistique, lamédias. L’animateur vous accueille en petit groupe (jusquà 6 personnes) et il vous genèse de ses différents albums et sa vision de la BD contemporaine.propose des formations selon votre niveau (débutant, avancé et perfectionne- Echange qui a permis au public de découvrir son univers graphique au traversment). Elles constituent une première étape vers une pratique autonome et per- des ouvrages qu’il a écrit: « L’homme qui s’évada », d’après le roman d’Albertmettent d’acquérir les bases nécessaires à la réalisation d’un projet multimédia. Londres, album qui lui permit d’obtenir une nomination dans la sélection officielleLe programme des ateliers pour adultes a débuté le mardi 21 septembre et les du festival BD d’Angoulême en 2007, et d’autre part, « Les chambres duateliers jeunes (à partir de 8 ans) ont, quant à eux, repris le mercredi 6 octobre. cerveau », adapté d’une nouvelle de Robert Louis Stevenson paru en 2008.Il est disponible sur le site internet de la médiathèquewww.mediathequebussy.net Par cette animation, la médiathèque a souhaité faire découvrir au public, à tra-ou à la médiathèque. vers un auteur, un univers graphique particulier afin d’aller au-delà de la simple lec-Pour pouvoir vous inscrire à ces cours d’initiation, il vous suffit d’être ture de l’ouvrage et ainsi mieux appréhender ce genre littéraire à part entière.abonné à la médiathèque; vous pourrez en plus profiter de votre abon- Une séance de dédicaces a clôt ce chaleureux rendez-vous et un verre de l’ami-nement pour pouvoir emprunter des documents: 4 livres, 3 revues, 4 cd, tié a réuni l’auteur et le public présent.3 partitions et 1 DVD (un seul DVD par famille). Vous pouvez le faire La municipalité tient particulièrement à remercier Laurent Maffre pour sa disponi-sur place à la médiathèque, par téléphone ou par mail. bilité et sa gentillesse et Actes Sud BD au travers de son Directeur de Collection,En dehors de ces séances d’initiation, le personnel de la médiathèque Thomas Gabison.reste à votre disposition pour vous orienter, vous informer et vous guider Pour celles et ceux qui n’ont pas pu assister à l’Apéro BD, sachez que les albumsdans vos recherches.  de Laurent MAFFRE sont à votre disposition dans les rayons de la médiathèque, TARIFS D’INSCRIPTION POUR UNE ANNÉE : qui vous donne d’ores et déjà rendez-vous les 11 et 12 juin 2011 pour son deuxième Festival « Bussy Dingue de BD »: moment de rencontre avec le 9e Art, POUR BUSSY SAINT-GEORGES  POUR LES AUTRES COMMUNESEnfant/étudiant/ Enfant/étudiant/ au travers d’expositions, de conférences et d’ateliers…Demandeur d’emploi : 6 euros Demandeur d’emploi : 8 euros Des romans graphiques, des comics, de la BD asiatique, franco-belge etAdulte : 14 euros Adulte : 16 euros indépendante vous attendent dans le secteur BD… Avis aux amateurs!  Les tout-petits à l’honneur ! A l’occasion du Mois des tout-petits, qui s’est déroulé du 4 au 29 septembre, la médiathèque et le relais assistantes maternelles de Bussy se sont associés. Vous avez pu découvrir une expo- sition sur la lecture avec bébé de l’association ACCES et une autre sur les activités du RAM. Deux temps forts, le samedi 11 et le mercredi 15 septembre, ont réuni petits et grands. Des coups de cœur et d’autres livres sur les doudous, l’école, la propreté ont été présentés par les bibliothécaires et une éducatrice du RAM. Et tous ont pu se régaler d’histoires savoureuses avant de terminer ces mati- nées par un petit-déjeuner. Rappelons que les jeudis des tout-petits ont lieu une fois par mois à 10h et 11h, et que les Histoires du mercredi, destinées aux 0-3 ans sont programmées tous les deux mois à 10 h 30. N’oubliez pas, enfin, le samedi 20 novembre à 10h30 le « samedi des lecteurs », un comité de lec- ture adolescent. Vous découvrirez les nouvelles de l’auteur Jean-Noël Blanc, des nouveautés et surtout, vous pourrez partager vos lectures…  Renseignements et inscriptions auprès de la médiathèque au 01 64 66 30 85 Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  7. 7. 8 Vie de la cité Inauguration du « Rêve de la Mère » Une statue à la mémoire des Boat People L a magnifique statue « Le Rêve People, l’association Bussy SaiGon, de la Mère » a été inaugurée le renforcée par l’Amicale des Vietna- dimanche 12 septembre sur le miens de Bussy, remercient le maire rond-point de SaiGon. A travers cet de Bussy, Hugues Rondeau, la Dépu- ouvrage, rappelons que la commu- tée Chantal Brunel, les élus de la com- nauté vietnamienne de Bussy a voulu mune, le très Vénérable Thich Minh exprimer sa profonde gratitude envers Tam de la pagode KHANH ANH, la France, pays libre et démocratique, ainsi que tous les donateurs et sympa- qui a accueilli de nombreux Boat thisants à Bussy, en France et à travers People et leur a permis de se recons- le monde, d’avoir contribué à l’édifi- truire dans la dignité et l’espérance. cation et à la réussite de cet ouvrage « En retour, dans le respect des lois et commémoratif.  de la citoyenneté, nous participons à la vie collective, économique et sociale de  la France, et particulièrement à celle de Bussy, car nous sommes tous Buxan- georgiens et fiers de l’être, souligne le président de l’association Bussy SaiGon, Christophe Nguyen. Nous avons dédié cette œuvre artistique à la commune pour sa beauté, avec un message que nous espérons transmettre: le devoir de mémoire, pour que les jeunes générations nées en France n’ou- blient pas les sacrifices de leurs parents qui ont choisi l’exil. » Au nom de toute la communauté   vietnamienne et notamment des Boat  C’est à Hugues Rondeau et Chantal Brunel qu’est revenu l’honneur son interprétée lors du défilé de loffrande des Fleurs des enfants. de couper le ruban.  Hugues Rondeau a salué l’investissement de Christophe Nguyen et MINH HIEU, qui avait été repêchée dans les années soixante-dix en de tous les membres de l’association Bussy SaiGon, qui ont mené mer de Chine, a rendu hommage à l’amour maternel dans cette chan- ce projet à bien. Des cours de vietnamien, de chants et de danses folkloriques avec AVB L’ Amicale des Vietnamiens de Bussy pro- Le Nhan », souligne la responsable des cours pose des cours de vietnamien, de danses Mme NGUYEN Thi Xuan Mai : « Je ne suis jamais et de chants folkloriques. Le cours de viet- allé à Hanoi, je n’ai jamais passé à Saigon, je namien est ouvert aux enfants à partir de 7 ans, n’ai jamais visité Hué, je n’ai jamais connu le Viet- notamment ceux qui savent déjà lire et écrire le nam… Mais je suis vietnamien ». français, afin d’éviter toutes confusions, car l’écri- Le cours de vietnamien a démarré le 19 septembre ture actuelle de la langue vietnamienne est une au centre de loisirs Louis-Braille. Les cours ont lieu tous écriture latinisée. les dimanches (sauf vacances scolaires) de 10h30 L’objectif de cet apprentissage est avant tout porté à 12h. Ambiance ludique assurée par des jeux de vers l’oral. Il s’agit de familiariser l’enfant au lan- rôle et chansons. « Nous terminons toujours notre gage courant et de la politesse, sans pourtant cours par une note de musique » conclut oublier l’importance de la langue vietnamienne. Mme NGUYEN Thi Xuan Mai.  Cette dernière est reconnue par la Maison des lement rappeler à la jeune génération vietna- CONTACT Examens – Arcueil comme la première ou la mienne l’intérêt de connaître sa langue maternelle Chez M. NGUYEN Hoai Thanh - 26, promenade André deuxième langue pour ceux qui veulent prendre le et garder en mémoire un extrait tiré de la chanson Jacquemin - 77600 Bussy Saint Georges vietnamien au baccalauréat. « Nous voulons éga- « Vien Khuc Vietnam » de l’auteur compositeur Han Email: avbussy@gmail.com – Tél.: 0612052957 Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  8. 8. Vie de la cité 9 La première pierre du centre culturel et cultuel musulman est posée! Driss Abouri, le président de l’association TAWBA, a eu l’honneur de poser la première pierre du centre culturel et cultuel, aux côtés du maire de Bussy. L a pose de la première pierre du centrePortes ouvertes de Notre-Dame du Val culturel et cultuel musulman de Bussy s’est déroulée le dimancheL es Portes Ouvertes de la Paroisse 10 octobre. L’association TAWBA, qui pilote ce projet, souhaite au travers de ce centre Notre-Dame du Val se sont dérou- faire connaître les vraies valeurs de l’Islam, lées le samedi 11 septembre, dans avec la volonté de rassembler au sein dunl’église et sur le parvis, sous un soleil estival. même espace les différentes cultures présentes à Bussy, et permettre ainsiOrganisée par le groupe Louis-Guibert des échanges interculturels dans le respect mutuel. Lassociation a prisdes Scouts et Guides de France, cette le soin, avec laide de ses responsables et des autorités publiques, dejournée d’échanges et de rencontres a été concevoir un ouvrage moderne, ouvert à tous et s’intégrant totalement dans le paysage de la ville. « Ce sera un lieu où l’on pourra prier digne-une belle réussite. Environ 220 per- ment et apprendre la culture musulmane », soulignait dans son discourssonnes ont ainsi pris part au repas pré- Driss Abouri, le président de TAWBA, qui a tenu à remercier toutes lesparé depuis le matin par les scouts. « Les parents, ça permet de voir dans quel femmes et les hommes qui ont contribué à mener à bien ce projet.Portes Ouvertes, c’est très bien, ça permet contexte les enfants ont leurs activités, dia- Avec son espace culturel ouvert à tous composé de salles de cours,de connaître les paroissiens et d’échanger, loguer avec les responsables et avec les autres dune bibliothèque, dune salle de conférence, d’une salle d’exposi-d’entrer en contact avec des personnes parents ». Toute l’équipe de la paroisse tion et son espace cultuel (la mosquée), avec une salle de prière, une cuisine, des salles dablutions et un bureau, le centre offrira une archi-qu’on ne connaît pas, confiait l’une des est désormais mobilisée pour la mani- tecture moderne, sinsérant harmonieusement dans le parc du Géni-participantes. Je me suis rendue disponible festation « Le Monde en fête », program- toy. Hugues Rondeau notait quant à lui dans son discours qu’il étaitpour la journée et j’ai pu tranquillement mée le samedi 26 février 2011 au important que la communauté musulmane ait un lieu de culte.inscrire mes enfants au catéchisme, aux gymnase Herzog. C’est une grande fête « Nous posons la première pierre d’un édifice qui va satisfaire la com-scouts, et me renseigner sur les groupes qui a lieu tous les deux ou trois ans afin munauté musulmane de Bussy, a-t-il déclaré. Un édifice qui est d’ailleursbibliques. C’est un bon moment de que se rencontrent, se connaissent, se également positif pour l’ensemble de la ville, puisque ce lieu rayonnera réjouissent ensemble les habitants de au-delà de la communauté musulmane. Je formule le vœu que les musul-détente ». « L’organisation par les scouts, mans de Bussy puissent vivre pleinement leur foi dans une France auxc’est bien, ça fait partie de l’esprit scout : notre secteur, de toutes origines, cou- racines chrétiennes. Je prie à l’occasion de la pose de cette première pierrepartage, échange, et ça amène de la jeu- leurs, langues, traditions, et même reli- pour que les trois religions du Livre, le judaïsme, le christianisme et l’islamnesse, renchérissait sa voisine. Pour les gions. Rendez-vous est pris!  soient plus que jamais des sources d’amour et de paix. »  Cérémonie commémorativeRecueillement en forêts de Villeneuve-Saint-Denis et de FavièresL e dimanche 29 août, une délégation une seconde cérémonie s’est tenue en forêt de buxangeorgienne emmenée par le prési- Favières, au lieu-dit le Poncelet, devant la stèle dent de l’Amicale des Anciens Combat- élevée à la mémoire du sergent Raymond Robert,tants de la ville, Robert Msili, Claude Louis, aviateur abattu dans la forêt le 3 juin 1940 àAdjoint au Maire, et Dominique Bijard, l’âge de 22 ans. Comme de coutume, l’AmicaleConseiller municipal, s’est rendu à Villeneuve- des Anciens Combattants de Bussy a déposé uneSaint-Denis pour une importante commémoration, gerbe devant les deux stèles.en hommage aux onze membres des Forces fran- Robert Msili et l’Amicale donnent d’ores et déjàçaises de lintérieur (FFI) fusillés le 25 août 1945. Robert Msili et ses collègues de l’Amicale des Anciens rendez-vous le jeudi 11 novembre à 11h auCette cérémonie commémorative a lieu chaque Combattants de la ville répondent toujours présents Monument aux Morts de Bussy pour la célébra-dernier dimanche du mois d’août. Ce même jour, pour préserver le devoir de mémoire. tion de l’Armistice de la Grande Guerre.  Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  9. 9. 10 Dossier BUDGET 2010 en finir avec les contre-vérités Cours des Comptes, arrêté préfectoral… La hausse des impôts locaux 2010 à Bussy Saint- Georges est devenue ces temps-ci le sujet de tous les débats, de toutes les conversations et, hélas, de toutes les contre-vérités… Bussy serait au bord du gouffre à cause de son endettement, le recours à l’emprunt en deviendrait impossible, et seule une hausse des impôts de 50 % s’avère- rait être la solution. Qu’en est-il?  Comment réagissez-vous aux préconisations de la CRC, vous contraignant à une hausse des taux d’imposition de 50 % ‚ Hugues RONDEAU Depuis 5 ans et plus, nos budgets sont régulièrement soumis à l’avis de la Chambre Régionale des Comptes. Cette dernière se contente le plus sou- vent de prendre acte des baisses de dotations et subventions de l’Etat et ne propose, pour seule solution, que de relever la fiscalité et de supprimer des services aux habitants. Cet état de fait s’est révélé cruellement d’actualité cette année. Le Conseil municipal, par sa séance du 7 septembre, a pro- posé une solution pratique et immédiate aux difficultés financières structu- s’agit là d’un sacrifice très difficile pour les Buxangeorgiens. De son côté, la relles que nous connaissons. Nous avons préconisé, par le biais de la Chambre Régionale des Comptes a proposé une augmentation de 50 % décision modificative n° 2, un relèvement de l’imposition locale de 8 % par de nos impôts locaux. Il serait inique et insupportable d’augmenter de plus rapport à ce que nous avions voté avant l’été 2010. Ce qui porterait à 20 % de 20 % les impôts locaux en une seule fois, surtout en 2010, où la réces- l’augmentation de nos impôts locaux. Nous savons, bien évidemment, qu’il sion frappe de plein fouet nombre de nos concitoyens. Une augmentation Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  10. 10. Dossier 11 LA QUESTION DU STATUT C’ est la question pri- assumé cette responsabilité avec mordiale. L’État a courage et détermination, mais lui-même imposé à avec également une dépendance Bussy son statut particulier… croissante à l’égard des finance- Depuis 1985, dans le secteur ments de l’État. Dans ce cadre, 3 de Marne-la-Vallée, dit « Val- sa population a plus que décuplé de-Bussy », Bussy Saint-Georges depuis 10 ans, avec une mixité est à elle seule support dagglo- sociale qui fait sa richesse. Elle mération nouvelle. Elle a quitté s’est embellie de parcs et de jar- ainsi son statut de droit dins, elle accueille des zones d’ac-de 50 % des impôts locaux est donc totalement insupportable. C’est pour- commun pour devenir une tivités de premier plan avec desquoi, après une rencontre avec le Sous-préfet puis au cours d’une audition Opération d’Intérêt National et entreprises de renommée inter-devant la Chambre Régionale des Comptes, j’ai demandé une fois de plus permettre, par une urbanisation nationale et fait du développe-de prendre en considération nos propositions contenues dans la décision exceptionnelle, de construire de ment durable son mode de vie.modificative n° 2. Dans cette décision modificative, nous reprenons les pro- nouveaux logements attendus Depuis, la ville se voit contraintepositions de la CRC dans le chiffrage des charges à caractère général et par la population d’Ile-de-France d’assumer ses obligations statu-de personnel. Nous reprenons également le montant de déficit budgétaire et de créer des emplois grâce à taires alors que les dotationsqu’elle préconise pour 2010. Là où notre proposition diffère, c’est dans le l’aménagement de zones d’acti- d’Etat ont pour la plupart étéfinancement. La chambre propose une augmentation des impôts locaux de vité économique. Bussy a supprimées. 50 % et aucun recours à l’emprunt. dépenses grâce à des financements adaptés. Il est normal de financer des En quoi le recours à l’emprunt est-il essentiel? investissements par le recours à l’emprunt. Notre commune, du fait de son‚ Hugues RONDEAU exceptionnelle croissance démographique, a un besoin crucial d’investirLa municipalité a très rapidement répondu à la Chambre qu’il existait d’autres dans des équipements collectifs. A de très rares exceptions, aucune ville nemécanismes que de frapper nos concitoyens au portefeuille, et notamment peut financer ses investissements sur fonds propres. La logique budgétaire etnous autoriser à contracter un emprunt pour l’année 2010. Ce dernier recours comptable veut que l’investissement soit financé par du crédit long terme.n’a rien à voir avec une aggravation démesurée de la dette – du reste sen- Priver une ville de tout recours à l’emprunt n’a pas de sens. Ces dernièressiblement égale à toutes celles des autres villes nouvelles en France – mais années, nous n’avons pu emprunter pour plusieurs raisons : la crise financièreavec l’impératif de régler nos dépenses d’investissement en tenant compte mondiale nous a privés de financement bancaire, comme de nombreusesde la notion d’amortissement et la nécessité impérieuse de régler ces mêmes autres villes. Comment, dès lors, évoquer les équipements suite p.12  HABITANTS POLICE MUNICIPALE CRÈCHES NOMBRE DE CENTRE NOMBRE DE EQUIPEMENTS NOMBRE D’AGENTS NOMBRE DE DE LOISIRS GROUPES SCOLAIRES SPORTIFS TABLEAU BERCEAUX COMPARATIF BUSSY SAINT-GEORGES 20289 42 315 9 9 4 CHAMPS SUR MARNE 24333 Pas de PM 300 10 10 8 TORCY 22117 7 150 6 10 8 CHELLES 51528 35 355 11 17 12 Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  11. 11. 12 Dossier DES DOTATIONS EN PERDITION A vec cette croissance exceptionnelle voulue par l’État, la ville la subvention d’équilibre, pourtant promise comme pérenne au moment s’est vue contrainte, et cela est bien sûr positif lorsque les finan- où Bussy est devenu support unique d’agglomération nouvelle, a été sup- cements suivent, à aller toujours de l’avant, à mettre en place primée en 2007; la dotation globale d’équipement spécifique s’est volati- les infrastructures nécessaires (voiries, espaces verts, crèches, écoles, équi- lisée il y a dix ans, la modification des mécanismes de calcul du Fonds de pements collectifs…), avant même d’avoir les rentrées fiscales des entre- solidarité de la Région Île-de-France et de la dotation de solidarité urbaine prises et des habitants. Les services d’aide à la population se sont mis en en ont réduit les montants à peau de chagrin. Ce sont plus de 10 millions place, particulièrement performants, pour que Bussy, avec sa gare RER, d’euros qui se sont ainsi évanouis en 5 ans! La dotation globale de fonc- ne devienne uniquement une ville-dortoir et les zones d’activités ont tionnement n’en finit pas de diminuer, alors que la population augmente, été aménagées afin que les Buxangeorgiens puissent travailler près de et s’élève aujourd’hui à seulement 187 euros par habitant. Toujours du côté chez eux. Or, que constate-t-on aujourd’hui? Tout d’abord, tous les des recettes, les effets de la réforme de la taxe professionnelle, avec la mise financements qui accompagnaient cette croissance ont fondu comme en place de la Contribution Économique Territoriale, entraîneront d’ores neige au soleil avec la disparition de toute une série de subventions: et déjà un manque à gagner de 1 million d’euros en 2011…  UNE DOTATION GLOBALE DE FONCTIONNEMENT EN CHUTE LIBRE Suite de l’entretien avec Hugues RONDEAU  qui seraient rendus nécessaires par la croissance de la ville et se désoler de leur absence de financement ? Comment peut-on à la fois résorber la dette, ne pas emprunter en suivant les raisonnements de la CRC, et en même temps, rendre possible la construction des édifices que nous attendons, tels que le skate-park, l’école et son centre de loisirs, la salle de spectacle, le stade ou encore les crèches qui nous manquent ? Pour cela, je préfère jouer la carte de la vérité avec les Buxangeorgiens et évoquer le fait que depuis 1985 et quels que soient les maires en place, nous ne sommes jamais parvenus - et c’est là bien la faute à notre statut – à générer des fonds propres suffisants pour ne pas avoir recours aux banques afin que surgissent les groupes sco- laires, les centres aérés, la médiathèque, ou encore le conservatoire, qui constituent une part importante de notre cadre de vie. Plus récemment, nos difficultés financières propres, aggravées par les sai- sines de la CRC, ont conduit les banques à adopter une position frileuse à notre égard. Aujourd’hui, j’appelle les autorités tutélaires a bien vouloir suivre notre raisonnement afin de ne pas faire peser sur les foyers de notre érigeant ville nouvelle, affirmait répondre au besoin francilien de loge- ville une charge disproportionnée, qui n’est que la traduction immédiate ments. J’affirme solennellement que ce n’est pas dans nos poches qu’il du désengagement de l’Etat et de réformes politiques qui aboutissent à la convient de trouver les sommes qui nous ont été, pendant plus de 20 ans, faillite des collectivités territoriales. Les Buxangeorgiens n’ont pas à payer promises et en partie acquittées, et qui aujourd’hui, sous l’effet de la décon- de leur poche un développement voulu dès 1985 par l’Etat qui, en nous fiture générale du budget de l’Etat, s’évanouissent. Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  12. 12. Dossier 13 LA MISE EN PLACE D’UN PLAN DE RIGUEUR L’ équipe majoritaire tente de en diminuer l’impact budgétaire. toutes ses forces de réduire Les exemples de mise en route du au mieux les dépenses et plan sont multiples et significatifs. d’optimiser les recettes. Il nous On évitera, sauf exception, de rem- appartient donc de veiller à jugu- placer un agent qui part en retraite. ler nos dépenses, non par des arti- Chaque cas est bien sûr examiné fices politiciens, évoquant tel avec soin. Hugues Rondeau insiste déplacement, ou tels frais de pour mettre en avant la conscience conseils qui ne constituent qu’une avec laquelle l’ensemble des ser- part extrêmement marginale de vices et des employés municipaux notre budget. Mais bien en à tous niveaux a pris à cœur cette 10 millions d’euros : c’est la facture, à la charge de la ville, du dernier revoyant, ensemble, les coûts struc- obligation, maintenant autant que groupe scolaire construit à Bussy. turant notre budget: les écoles, les possible la qualité du service avec crèches, la police municipale, l’en- moins d’heures et moins de En quoi le retrait de l’Etat est-il si décisif dans tretien et le fonctionnement des moyens. Chaque chef de service bâtiments et de la voirie. pratique à son niveau une « auto- les difficultés financières touchant la ville? Pour tenter de retrouver l’équilibre, censure » avant de présenter ses‚ Hugues RONDEAU du côté des dépenses, l’équipe projets d’économies. La totalitéDans un passé encore récent, nous recevions de l’Etat, chaque année, une municipale manifeste toute sa des marchés a été revue à la baisse bonne volonté pour participer à et chacun d’entre eux a été rené-subvention très conséquente, de l’ordre de 3 000 000 € afin d’équilibrer nos l’effort de redressement en propo- gocié autant que faire se peut,comptes, l’Etat étant parfaitement conscient de notre spécificité d’Opération sant un budget de rigueur sans pré- un comité d’audit fonctionned’Intérêt National et des contraintes financières résultant d’une très forte pro- cédent, en « réduisant la voilure » ainsi qu’un comité de reporting,gression démographique. Cette subvention nous était versée par le Secréta- pour passer ce cap difficile. Tout donnant ainsi un sens du travailriat Général aux Grandes Opérations d’Urbanisme (SGGOU) du Ministère d’abord, des dépenses au coût mar- qui anticipe déjà l’organisationde l’Équipement. Ce dernier participait ainsi à l’effort exceptionnel consenti ginal mais symboliques sont pour 2 011. Ces mesures nepar notre ville en matière de logements. Aujourd’hui, notre croissance démo- réduites, tels la communication constituent malheureusementgraphique continue. Mais l’Etat s’est retiré. Le déficit actuel de notre commune (plaquettes, guides, plans sont sup- qu’une goutte d’eau par rapportreprésente précisément le montant de cette subvention que nous ne recevons primés cette année) et l’événemen- au phénomène général de repliplus de l’Etat. Plus généralement, la question qui se pose pour bon nombre tiel (open de golf, salons…). En ce de l’Etat, sensible par une baissede communes françaises est, au c œur de Marne-la-Vallée, plus cruciale qui concerne la masse salariale, les des dotations, et surtout demainqu’ailleurs: comment pallier aux nouvelles issues en matière de dotations d’Etat élus de la majorité ont souhaité en raison de la difficulté queaux collectivités, notamment le gel annoncé de la DGF et la mise en place remettre à plat une partie du nous aurons à appréhender régime des primes, de façon à le encore une fois la suppression dede la CET, dont la péréquation dessert largement des cités comme Bussy ? rendre le plus égalitaire possible et la taxe professionnelle. Aujourd’hui, chacun s’accorde à considérer les villes nouvelles comme ayantatteint l’âge adulte et achevé leur développement, la situation de Bussy pré-sente un caractère cruellement unique. Néanmoins, conscient que cette situa- ment de l’Opération d’Intérêt National. Ainsi, auditionnés récemment par lation financière ne peut être améliorée sans des mesures particulièrement fortes CRC, nous avons plaidé pour une augmentation progressive de la pression fis-et rigoureuses, que notre collectivité, bien que ville nouvelle, est maintenant cale, fait état de nos mesures de rigueur dont l’aboutissement naturel sera un planjugée comme une commune de droit commun, et que notre population ne peut de redressement voté au plus tôt par le conseil municipal dans le cadre du budgetassumer à elle seule les lourdeurs de notre statut qui lui demeure, j’appelle à primitif 2011. Pour le moment, force est de constater que la logique qui nousune prise de conscience similaire de l’ensemble des acteurs publics concer- est imposée, structurée par l’arrêté préfectoral portant à 50 % l’augmentation desnés par le développement buxangeorgien. impôts, a été tout autre. Face à cela, il ne s’est pas agi pour nous de contesterA l’heure où la Chambre Régionale des Comptes doit statuer sur notre déci- ou même de valider l’avis rendu par la Chambre Régionale des Comptes, maission modificative, la situation économique et financière de Bussy-Saint - simplement, de façon pragmatique et responsable, de proposer une approcheGeorges mérite que lon sy attache avec sérieux et pragmatisme afin que prospective du budget qui serait à même d’obtenir notre totale adhésion tant danscette dernière puisse sortir du cercle vicieux actuel. Outre les efforts consen- son exécution que dans son suivi. Notre volonté s’est bornée à vouloir proposertis par la commune, le déblocage réel et complet de la situation relève en une approche budgétaire respectueuse des motifs de la Chambre, totalementgrande partie de la position des partenaires institutionnels. compatible avec le fonctionnement de la collectivité et pouvant ainsi être scru- puleusement respecté, sans pour autant contraindre les Buxangeorgiens à une hausse insupportable de l’impôt. Mais je ne veux pas en rester là! S’il devait Et maintenant? être maintenu, la ville se tient prête à attaquer en justice l’arrêté du Préfet au motif‚ Hugues RONDEAU qu’il la prive de toute faculté d’emprunt, contrairement au principe constitution-La municipalité entend demeurer force de proposition et maintient sa posture nel de liberté des collectivités territoriales: les contrats, signés en toute légalitéd’ouverture et de collaboration avec les autorités tutélaires en vue de faire émer- avant le dit arrêté pour l’obtention des prêts seraient bafoués et dans quelle situa-ger une solution pérenne et acceptable par tous afin de soutenir le développe- tion absurde se trouverait-on si les fonds étaient versés à notre commune ?  Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  13. 13. 14 Dossier Un budget fidèle à la sociologie de la ville L e budget de fonctionnement, c’est celui qui permet d’assurer les services rendus structurelle encore, ce budget est deux fois supérieur à la moyenne des villes de 20000 par la mairie à la population: entretien du patrimoine communal, de la voirie et habitants. La sociologie de Bussy Saint-Georges, constituée de classe moyenne relati- des équipements sportifs, financement des écoles, soutien aux associations. Il s’ap- vement jeune avec souvent des enfants en bas-âge, génère une consommation impor- parente à un budget de dépenses courantes à court-terme. Sauf qu’à Bussy, spécificité tante en matière de services. Exemple: la restauration scolaire. A Coulommiers, pour 13000 habitants, ce sont 300 élèves qui fréquentent quotidiennement la cantine. Pour 24000 habitants, Bussy Saint-Georges devrait doncen compter plus de 500. Or, nous servons 2800 repas par jour! A ce sujet, il faut savoir ainsi que la municipalité n’a jamais facturé aux bénéficiaires de ces prestations le coût réel du service. La prise en charge communale est une réalité qui ne se dément pas plus aujourd’hui qu’hier. Par exemple, entre ce que la commune paie au prestataire de la restauration scolaire et ce qu’elle perçoit en recettes des familles, le différentiel s’élève quasiment à 2,5 millions d’euros! Les chiffres sont là pour le prouver, puisque les recettes des foyers buxangeorgiens s’élè- vent au total à 1 million d’euros, alors même que le coût total de ce que la collectivité paie au prestataire de la concession se chiffre à 3,4 millions d’euros. Le principe est bien entendu valable pour les centres de loisirs. La collectivité ne crée donc aucun béné- fice sur le dos des administrés. C’est même tout le contraire, puisque personne ne paie le prix réel du repas fixé en moyenne à 9,25 euros. Cela signifie que pas un seul enfant sur les 2500 inscrits n’est facturé au coût réel du service. Un simple examen de la grille des quotients en témoigne, puisque le repas le plus élevé est facturé à 7,19 euros pour les ménages les plus aisés pour un minimum de 2,16 euros pour ceux qu’il convient d’aider au maximum. Quant aux centres de loisirs, ils coûtent à la collectivité 3200000 euros par an et ne « rapportent » que 500000 euros. En réalité, le budget de Bussy Saint-Georges n’a rien d’anormal à partir du moment où nous comptons près de 335 places de crèches-, l’un des ratios les plus importants du département à raison de 10000 euros par berceau-, où nous avons 65000 enfants (forfaits jours) accueillis dans les centres de loisirs et 3311 enfants dans les écoles avec 47 ATSEMS! C’est bien la jeunesse extrême de notre ville, et c’est une chance, qui structure le budget communal.  2800 enfants fréquentent chaque jour les restaurants scolaires. Un chiffre bien supérieur à bien des villes d’une taille équivalente à Bussy MISE AU POINT SUR LA DETTE B ussy Saint-Georges est la seule commune de France à être dotée tant pour chacune des villes concernées pour environ 3200€ à Bussy. du statut spécifique d’agglomération nouvelle. Bien sûr, nous ne On pourrait évoquer également le secteur IV, où il est annoncé un endet- sommes pas les seuls en ville nouvelle, mais tous les autres sont tement de 10000€ par habitant pour une dette globale du SAN Val- constitués en syndicats regroupant plusieurs communes, ce qui signifie d’Europe s’élevant à 170 millions d’euros. En somme, quand Bussy avant tout qu’ils partagent les charges au sein d’un syndicat intercom- Saint-Georges et ses 23000 habitants comptent une dette de 75millions munal, laquelle structure s’endette d’euros, le secteur IV et ses 28000 elle-même au profit des collectivités habitants ont à leur passif 170 mil- adhérentes. Du coup, ces dernières, lions d’euros de dette. Le fait mérite en sus de leur propre dette respec- d’autant plus d’être signalé, que nous tive, cumulent de nouveaux avons dû faire face à une augmenta- emprunts supra-communaux. Or, si tion exponentielle de la population, l’on veut comparer objectivement, il conformément aux objectifs que faut bien additionner les deux mon- l’Etat nous avait assignés, entraînant tants, avant de le comparer à notre un besoin de plus en plus patent en dette. Et là, les chiffres, une fois équipements publics qu’il nous faut consolidés, sont saisissants, car l’on bien financer par un moyen ou un voit bien que les communes du sec- autre. La municipalité a fait le choix teur II de Marne-la-Vallée nous de l’emprunt, préféré à la pression dépassent largement pour ce qui est fiscale, afin de préserver le dévelop- des sommes dues à l’État et aux pement de la ville et de ses habitants. COMPARATIF ENDETTEMENTS banques. Plus de 5000€ par habi- Là est le débat actuel…  Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  14. 14. Vie municipale 15 Réunion publique le 25 novembre à 20h30 L’intercommunalité en débatC e n’est qu’à une courte majorité de six voix que le Sénat a adopté, en juillet dernier, le projet de loi de réforme des collectivi-tés territoriales (RCT)au terme d’un examen hou-leux. Ainsi, la plupart des articles constitutifs du« volet intercommunal » (hors métropoles) du projetde loi sont désormais stabilisés. Le principal chan-gement auquel nous allons être confrontés est notreintégration obligatoire dans une communauté decommunes ou d’agglomération. En effet, les préfetsont déjà reçu consigne de dessiner la carte de l’in-tercommunalité de leur département pour le1er janvier 2011 pour une mise en application au1er janvier 2012. A cette date, toutes les communesde France seront intégrées dans une communautéde communes ou une communauté d’aggloméra-tion. Et Hugues Rondeau, de commenter: « Au-delà, alors que la réforme territoriale nous pousse àadopter une position sur le sujet, nous voulons faire decette contrainte une chance pour Bussy. Puisque nousne pouvons plus demeurer seuls, la municipalité entendêtre à l’initiative dans ce dossier et proposer aux com-munes, collectivités voisines et établissements parte- PETITS RAPPELS :naires, un pacte de développement harmonieux et QU’EST-CE QUE L’INTERCOMMUNALITÉ? dantes comme la nôtre dans un EPCI d’ici 2014.ambitieux au bénéfice de Bussy Saint-Georges et de L’intercommunalité est une structure qui permet aux Si la décision n’est pas prise par notre commune,Marne-la-Vallée. L’Etat nous pose un défi, relevons-le communes de se regrouper au sein d’un Etablisse- le préfet pourra nous imposer une structure intercom-et faisons de ce volet territorial la clef de voûte d’une ment Public de Coopération Intercommunal (EPCI) munale de son choix.nouvelle identité pour le Val-de-Bussy, alliant crois- pour mutualiser certaines prestations (ramassage Intégrer un EPCI c’est se regrouper pour être plus des ordures ménagères, assainissement, trans- forts ensemble, plus solidaires, élaborer et conduiresance partagée et développement exemplaire. » port,…) et pour élaborer de véritables projets de ensemble des projets communs de développementAinsi, la question aujourd’hui n’est pas de savoir si développement économique, culturel, d’aménage- économique et d’aménagement du territoire.oui ou non nous devons intégrer une intercommu- ment et d’urbanisme au niveau d’un territoire élargi. Pour évaluer le transfert de charges et le calcul du Cet EPCI est administré par un conseil communau- coût de ces transferts, une année entière est à consi-nalité, mais bien dans quel projet de territoire Bussy taire. Les délégués de chaque commune seront élus dérer pour ce travail.Saint-Georges va devoir s’inscrire. Il s’agit ici d’an- en même temps que les conseillers municipaux lorsticiper au mieux et de se positionner dans la carte des prochaines échéances de 2014. QUELS CHOIX S’OFFRENT À NOUS? Il faut savoir qu’une commune ne peut intégrer qu’unde l’intercommunalité qui est en train de se dessi- QU’IMPLIQUE UNE INTÉGRATION EPCI ayant une continuité territoriale avec elle. Doncner, afin d’être un élément moteur d’un projet de DANS UN EPCI? Bussy Saint-Georges a, a priori, 5 possibilités:territoire en devenir. Un transfert de certains services sera réalisé de la  Intégrer la communauté de communes de laAinsi, une réunion publique aura lieu, le commune vers lEPCI. Ce transfert de charges peut Brie Boisée être accompagné dun transfert de personnel. Il sera  Intégrer la communauté d’agglomération25 novembre, à la Médiathèque de l’Europe, chiffré et sopèrera en fonction du domaine de com- Marne-et-Gondoire (CAMG)salle Victor-Hugo, à 20h30, afin de débattre sur pétences de lEPCI concerné. La structure collectera  Unir la communauté de communes de la Briecette question, avec les élus de la ville, des représen- directement certaines taxes, comme la contribution Boisée, la communauté d’agglomération Marne-tants des différentes collectivités voisines, Sous-pré- économique territoriale (CET, l’ancienne taxe pro- et-Gondoire (CAMG) et Bussy Saint-Georges pour fessionnelle versée par les entreprises), les autresfecture et parlementaires, pour sensibiliser le plus ressources fiscales restant en général au bénéfice créer un nouvel ensemble intercommunalgrand nombre, partager les différents scenarii pos- de la commune.  Unir le Secteur III (Bussy Saint-Georges, la CAMG) et le Secteur IV (SAN VAL d’Europe) poursibles et participer ensemble à la définition de ce POURQUOI INTÉGRER créer un nouvel ensemble intercommunalprojet prépondérant pour l’avenir de Bussy.   Unir le Secteur III (Bussy Saint-Georges, la UN EPCI MAINTENANT? Par obligation. Les objectifs induits par la récente CAMG), le Secteur IV (SAN VAL d’Europe) et la RÉUNION PUBLIQUE SUR L’INTERCOMMUNALITÉ, réforme territoriale, votée en juin dernier, sont l’obli- communauté de communes de la Brie Boisée pour le jeudi 25 novembre à 20h30 gation d’intégrer toutes les communes indépen- créer un nouvel ensemble intercommunal  à la médiathèque de l’Europe (salle Victor-Hugo) Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010
  15. 15. 16 Le Sycomore SYCOMORE : 3 000 logements et pas plus ! L a concertation est un point la qualité de vie à Bussy ? Mais, la ZAC du Sycomore répondant à cette fois-ci, par exemple, pas essentiel dans la définition avant tout, il est une question préa- une programmation supérieure à financés sur l’endettement de la d’un écoquartier. Celui-ci, lable, un engagement primordial 3000 logements. commune. L’Etat a déjà promis pour être « durable », doit répondre sur lequel repose tout le reste : le « L’habitat que je prône pour Bussy une enveloppe de 10 millions d’eu- aux contraintes du territoire et de nombre de logements et du taux demeurera humain, la gestion des ros, une somme d’ailleurs insuffi- l’ensemble des ses acteurs. Durant d’habitations à loyer modéré. Une ZAC se veut responsable et raisonnée, sante au regard des besoins futurs plusieurs mois, suivant les sujets question essentielle sur laquelle le en atteste l’obtention du groupe sco- in situ. D’autres négociations avec abordés, différents acteurs se sont maire de Bussy a négocié d’arrache- laire n° 10, qui sera financé à hau- l’aménageur public sur le finance- mobilisés : les élus de la ville, les pied auprès des autorités concer- teur de 80 % par l’aménageur ment sont donc actuellement en acteurs du territoire (Région, nées. Résultat ? « J’ai exigé que la public, premier équipement du Syco- cours. « Contrairement à ses dérives Département, Syndicats de trans- future ZAC du Sycomore soit plafon- more obtenu par négoce et premier passées, l’EPAMarne semble plus ports, d’assainissement…), les ser- née à 3000 logements, avec un seuil engagement tenu », poursuit le ouvert aux réalités du terrain, mais le vices de la mairie (technique, maximal de 20 % de logements maire de Bussy. Nous pesons de cas échéant, nous pourrions bloquer urbanisme, social…), les associa- sociaux (habitat étudiant, jeunes tra- tout notre poids pour que ce futur l’écoquartier et étendre le parc urbain tions et, bien sûr, les Buxangeor- vailleurs, personnes âgées.), le tout quartier soit un plus pour la com- en lieu et place, conclut le maire de giens. Les grandes thématiques accompagné d’une exigence environ- mune, et qu’il soit assumé comme Bussy. Nous tentons par tous les abondent, en effet, concernant la nementale et d’un sceau architectu- il se doit par l’aménageur. Les dis- moyens de rester maîtres de la situa- vie quotidienne dans cette nouvelle ral dans la lignée du caractère cussions sont actuellement en tion, et ce malgré la pression de l’Etat. opération et dans la ville dans son résidentiel pour lequel je me suis cours entre nos deux entités. Il reste Nous avons exigé de la part de l’amé- ensemble: quelle place donner à la battu ces 12 dernières années », effectivement beaucoup de ques- nageur public la création d’une nature, aux espaces naturels et à affirme Hugues Rondeau. Le tions à trancher et nous comptons deuxième gare RER entre Bussy et Jos- l’agriculture dans ce nouveau quar- Conseil municipal, dans sa der- ne rien lâcher: transports, finance- signy, ainsi que des engagements sur tier qui se construira autour de la nière réunion, a voté cette décision. ment des équipements publics, la construction d’un futur échangeur ferme du Génitoy? Quels équipe- Dans le cadre de l’article R. 311-8 architecture… » Contrairement à du Génitoy, reliant l’A4 au futur ments publics, commerciaux et du Code de l’urbanisme, les élus ce qui a pu être conclu par le passé quartier. Il y a aussi les thématiques culturels devrait-on trouver dans ce émettent ainsi un avis défavorable avec la ZAC du centre-ville, la ville de liaisons douces, de stationnement quartier pour ses habitants et tous à un programme des équipements agit sur ce dossier en amont. Les qui sont aussi dans la balance et âpre- les Buxangeorgiens pour améliorer publics du dossier de réalisation de équipements publics ne seront ment négociés. »  Bussy Saint-Georges N° 126 - Octobre 2010

×