L’efficacité du lobbyingen France et en EuropeSimilitudes et différences : uneexception française ?5 JUIN 2013PENN SCHOEN ...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates• En partenariat avec TNS Sofres, 42 interviews ont été réalisées en France entre l...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates3Perception du lobbyingPerception du lobbying
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPrendre des décisions justes et impartiales : l’importance dela multiplicité des so...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLe lobbying : un moyen d’éclairer la décision et d’y associer ladiversité des acteu...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates… Mais qui manquerait trop souvent de transparence etd’objectivité, et reste perçu ...
7Près du tiers pense même que certains secteurs ne devraientpas avoir le droit de faire du lobbying, comme l’industriephar...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesDeux tiers des décideurs français interrogés (et 9 européenssur 10) estiment qu’un ...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates9Perception des acteursPerception des acteursdu lobbying et desdu lobbying et desso...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates64%Les think tankspour le compte deleurs membres*En France, ceux que l’on met derri...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates… Ne sont pas forcément ceux que l’on considère comme lesplus transparents, les org...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesMais ceux que l’on considère comme transparents sont aussiperçus comme les plus eff...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPar rapport aux décideurs européens, les décideurs françaisvalorisent les sources d...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLes principaux reproches adressés au secteur privé, beaucoupplus souvent qu’en Euro...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPour les ONG, il s’agirait plutôt d’une argumentation inadaptée,d’un manque d’adapt...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLes relations avec les lobbyistes moins installées en Francequ’en Europe16Q. Avez-v...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates17Une demande deUne demande detransparence de la parttransparence de la partdes déc...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLa décision de rencontrer un lobbyiste plus souventinfluencée par la pertinence et ...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates… Les décideurs français ne faisant pas preuve d’une grandetransparence dans leurs ...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates20…… Et de régulationEt de régulation
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesUn manque de régulation fortement pointé en France, enpartie par manque de connaiss...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPourtant, plus de la moitié des décideurs pensent qu’unregistre obligatoire serait ...
©2013 Penn, Schoen & Berland Associates23Pour conclure…Pour conclure…
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesDes attentes de transparence, d’apports d’informationsnouvelles, utiles et objectiv...
©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesUn lobbying efficace : transparent, honnête, pertinent,expert de qualité (1/2)25Q. ...
26Un lobbying efficace : transparent, honnête, pertinent,expert de qualité (2/2)Q. Selon vous, quels sont les éléments con...
27Pour conclure : quelques clefs pour un lobbying efficace enFrance Etre transparent Avoir une démarche pertinente : leb...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

L’efficacité du lobbying en France - 5ème étude lobbying Burson-Marsteller

1,266

Published on

Qui sont les lobbyistes les plus efficaces et les meilleures pratiques ? Comment le lobbying devra-t-il être régulé en France dans le futur ? Quelles sont les spécificités françaises ?

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
1,266
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "L’efficacité du lobbying en France - 5ème étude lobbying Burson-Marsteller"

  1. 1. L’efficacité du lobbyingen France et en EuropeSimilitudes et différences : uneexception française ?5 JUIN 2013PENN SCHOEN BERLAND
  2. 2. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates• En partenariat avec TNS Sofres, 42 interviews ont été réalisées en France entre le 11février et le 6 mars 2013.• Les interviews se sont déroulées par téléphone, selon la méthode CATI (ComputerAssisted Telephone Interview).• L’échantillon était réparti de la manière suivante :– 17% d’élus locaux– 19% d’élus régionaux– 21% de parlementaires nationaux– 5% de députés européens– 24% de hauts fonctionnaires et membres de cabinets en ministères– 14% de hauts fonctionnaires en autorités administratives• En France, des questions supplémentaires ont été posées afin de mieux comprendre laspécificité du lobbying à la française.Méthodologie - France2
  3. 3. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates3Perception du lobbyingPerception du lobbying
  4. 4. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPrendre des décisions justes et impartiales : l’importance dela multiplicité des sources d’information fiables4Q. Comment vous assurez-vous que les décisions que vous prenez soient considérées par le grand public comme fiables, justes etimpartiales ?« On ne peut pas le savoir. Il y a des retoursd’information. On le voit à l’usage si lesdécisions ne sont pas bonnes, le publicvous le fait savoir. »« En s’entourant d’expertises justes, enentendant toutes les parties. En lessoumettant à délibération. »« On a un programme politique, onl’applique et les lobbies nous aident à êtrevigilants et à affiner nos propositions. »« Il doit y avoir une obligation d’écouterchaque intérêt pour se faire une opinion. »« J’essaie de prendre la décision qui mesemble la plus conforme à l’intérêtcommun. »« En voyant tous les lobbyistes et encherchant les autres qui ne se seraient pasmanifestés. »« En gardant une totale liberté par rapportà l’objectif de ma consultation, c’est-à-direpour que la réponse au choix que j’aurais àfaire soit exclusivement dictée par le bienpublic. »« En rencontrant l’ensemble des partiesprenantes et non pas simplement un seulcôté de la table. »
  5. 5. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLe lobbying : un moyen d’éclairer la décision et d’y associer ladiversité des acteurs…5Q. Dans la liste suivante, quels sont d’après vous les aspects les plus positifs du lobbying?37 28 20 10 3 3
  6. 6. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates… Mais qui manquerait trop souvent de transparence etd’objectivité, et reste perçu en France comme une distorsionde la démocratie6Q. Dans la liste suivante, quels sont d’après vous les aspects les plus négatifs du lobbying ?« Les conflitsd’intérêts »1eClassement -Europe3e4e5e 2e6e 7e26 23 14 7 24 5 1
  7. 7. 7Près du tiers pense même que certains secteurs ne devraientpas avoir le droit de faire du lobbying, comme l’industriepharmaceutiqueQ. Selon vous, y a-t-il certains secteurs ou entreprises auxquels ilfaudrait interdire de faire du lobbying?Oui29%Non66%Industrie pharmaceutiquePétrochimieTransportsEnergieSanté publiqueTabacArmementSecteur financierAgroalimentaireQ. Si oui, lesquels?
  8. 8. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesDeux tiers des décideurs français interrogés (et 9 européenssur 10) estiment qu’un lobbying éthique et transparent estun outil d’aide à la décision publique8Q. Dans quelle mesure êtes-vous en accord avec l’idée qu’un lobbying éthique et transparent aide au développement de nouvellespolitiques ?256482289 69
  9. 9. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates9Perception des acteursPerception des acteursdu lobbying et desdu lobbying et dessources d’informationssources d’informations
  10. 10. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates64%Les think tankspour le compte deleurs membres*En France, ceux que l’on met derrière le mot lobbyiste(principalement les cabinets spécialisés en affaires publiques, lesorganisations professionnelles, les entreprises et les cabinetsd’avocats)…10Q. Selon votre expérience, parmi les profils suivants, lesquels pourraient être considérés comme correspondant à la descriptiond’un « lobbyiste » ?1eClassementEurope3e4e5e2e6e58 57 66 47 27 51 40 30 22 15 14 15 47e8e9e10e10e12e13e55%Les think tanksen leur nompropre*43%Les organisationsconsulaires** Items posés en France uniquement
  11. 11. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates… Ne sont pas forcément ceux que l’on considère comme lesplus transparents, les organisations et fédérationsprofessionnelles, et les syndicats11Q. En pensant à vos réponses à la question précédente, sur une échelle de 1 à 5, où 1 est « je ne sais jamais qui ils représentent » et5 « je vois toujours qui ils représentent », quel serait le niveau de transparence de chacun des acteurs suivants en matière delobbying ?4e ClassementEurope1e6e3e2e9e60 65 56 57 55 52 27 33 27 23 32 165e8e9e7e11e12e
  12. 12. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesMais ceux que l’on considère comme transparents sont aussiperçus comme les plus efficaces12Q. Sur une échelle de 1 à 5, où 1 signifie « pas du tout » et 5 « très », comment qualifieriez-vous les efforts faits par les secteurs suivants entermes de lobbying ?3e ClassementEfficace2e 6e4e1e7e62 51 46 44 44 42 34 30 32 294e10e8e9e29 2110e 12e
  13. 13. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPar rapport aux décideurs européens, les décideurs françaisvalorisent les sources d’informations nationales et lesrecherches sur Internet13Q. Sur une échelle de 1 à 5, où 1 signifie « pas du tout utile » et 5 « très utile », quelle est selon vous l’utilité de chacune des sourcessuivantes pour vous fournir les informations nécessaires pour prendre une décision en connaissance de cause dans le cadre de votre travail ?544e1e3e9e1e11e70 70 59 47 51 62 42 36 52 528e6e6e12e5e4410e3612e2214e ClassementST Efficace
  14. 14. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLes principaux reproches adressés au secteur privé, beaucoupplus souvent qu’en Europe, ont trait au manque detransparence et aux pots-de-vin14Q. Concernant les mauvaises pratiques de lobbying, parmi les propositions ci-dessous, quelles sont les 3 erreurs les plus fréquemmentcommises par les entreprises privées et les fédérations professionnelles ? Choisissez en 33eClassementEurope6e4e2e1e5e48 25 35 37 25 32 27 20 2 56e10e8e11e
  15. 15. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPour les ONG, il s’agirait plutôt d’une argumentation inadaptée,d’un manque d’adaptation au processus de décision – etspécificité française – d’une trop grande agressivité15Q. De même, parmi les propositions ci-dessous, quelles sont les 3 erreurs les plus fréquemment commises par les ONG ? Choisissez en 3 ?2eClassementEurope4e7e3e1e6e56 28 39 37 23 19 20 7 2 95e10e8e9e
  16. 16. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLes relations avec les lobbyistes moins installées en Francequ’en Europe16Q. Avez-vous déjà refusé de rencontrer unlobbyiste ?« Ils nous invitent toujours àmanger dans de grands restaurantset je n’ai pas besoin de ça . Ca merend méfiante même. Je n’ai pasbesoin qu’on m’invite à mangerpour solliciter mon attention. »« Dans le cas où le sujet est tropéloigné du domaine législatif surlequel nous travaillons ou parmanque de temps. Mais en aucuncas un refus de principe. »« Quand ça ne touchait pas à mesdomaines d’expertise. Quand jesavais très bien ce qu’il voulait mevendre et que je n’en voulaispas. »Q. Pourquoi et dans quel contexte ?« C’est arrivé des dizaines de fois :absence de crédibilité ou dereprésentativité reconnue, intérêtsau moment de la demande jugésinopportuns, excès et désordredes pressions, manque deprofessionnalisme. »« Soit c’était un sujet sur lequel jen’ai aucune influence ou soit pourdéfendre une position qui étaitdéjà bien connue et sur laquelle jen’avais pas besoin d’obtenir plusde détails. »« Parce que je ne vois pas l’intérêtd’une rencontre avec quelqu’undont les ambitions sont privées etgénéralement commerciales. »503415
  17. 17. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates17Une demande deUne demande detransparence de la parttransparence de la partdes décideurs…des décideurs…
  18. 18. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesLa décision de rencontrer un lobbyiste plus souventinfluencée par la pertinence et l’intérêt du sujet, et unedémarche transparente…18Q. Parmi les facteurs suivants, lesquels pourraient influencer votre décision de parler à un lobbyiste ?2e ClassementEurope3e6e4e1e5e52 42 51 33 24 24 30 19 3 16e10e8e9e
  19. 19. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates… Les décideurs français ne faisant pas preuve d’une grandetransparence dans leurs relations avec des lobbyistes19Q. En pensant à vos rencontres avec des lobbyistes, lequel des énoncés suivants s’applique ?2e ClassementEurope1e7e43 37 12 4 18 7 9 54e6e3e5e8e
  20. 20. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates20…… Et de régulationEt de régulation
  21. 21. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesUn manque de régulation fortement pointé en France, enpartie par manque de connaissance21Q. Pensez-vous que le lobbying soitsuffisamment réglementé dans votre pays ?Q. Le lobbying dans votre pays est… ? Q. Pensez-vous que le lobbying sera davantageréglementé dans votre pays au cours des troisprochaines années ?28 49112538273556
  22. 22. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesPourtant, plus de la moitié des décideurs pensent qu’unregistre obligatoire serait utile, pour une plus grandetransparence22Q. Sur une échelle de 1 à 5, où 1 signifie « pas du tout utile » et5 « très utile », pensez-vous qu’un registre obligatoire deslobbyistes serait utile dans votre pays ?« C’est absolument nécessaire,car le problème du lobbying cen’est pas son principe mais sonopacité. Il est bon que chacunpuisse défendre ses propresintérêts mais en toutetransparence. »« Ca permettra une meilleuretransparence, car ce registrepourra être consulté parl’ensemble des acteurs quiparticipent à la décision. Celaoblige les lobbyistes à faire uneffort en termes de qualité. »« Ce serait plutôt utile pourl’information des citoyens, pour laconnaissance globale des acteursde la décision publique. »« Le fait d’avoir un registre, c’estbeaucoup plus transparent : onsait qui représente qui etpourquoi ils viennent nous voir. Ladifficulté avec les lobbyistes c’estqu’on ne sait pas toujours ce quise cache derrière leurs questionsou leurs demandesd’intervention. »« Honnêtement, je ne pense pasque cela améliore latransparence. Il y a déjà uncertain nombre de lobbyistes quisont transparents, et ceux qui nesont pas transparents ne vont pasle devenir. »Q. Dans quelles mesures considérez-vous que l’adoption d’unregistre public obligatoire des lobbyistes permettra une meilleuretransparence ? Pourquoi ?5322224
  23. 23. ©2013 Penn, Schoen & Berland Associates23Pour conclure…Pour conclure…
  24. 24. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesDes attentes de transparence, d’apports d’informationsnouvelles, utiles et objectives envers les lobbyistes24Q. Que peuvent faire les lobbyistes pour vous aider davantage dans votre travail de décideur politique ?« Pour les ONG, être un peu plusprésentes, plus régulièrement etdévelopper des contacts privilégiés. »« Ce que j’attends, c’estune information de qualitéobjectivement subjective,qu’il soit clair sur son pointde vue, qu’il ne prétendepas à l’objectivité maisqu’il étaye par deséléments construits et del’information de qualité. »« Venir me voir au meilleur moment,plus en amont. M’apprendre deschoses que je ne connais pas. Etretrès transparent. »« Il est vital qu’on sache qui ilssont et qu’on ait une vision trèsclaire des intérêts qu’ils viennentdéfendre et puis on aime bien lesgens qui viennent avec desargumentaires solides. »« M’appeler moins souvent !Souvent, ce n’est pas ciblé et c’estterrible ! Qu’ils ciblent davantageleurs interventions. »RencontreRegistreArgumentairesExpertiseSincéritéPartenaireIntérêtsClartéInformationTransparenceRationalitéDémarche ConvictionPrécisionMomentVenirObjectivitéQualitéApprendreÉtonnerAlerterAnalyseContactsDuréeCiblerDécisionRuralTerrainTravailComprendreBenchmarking
  25. 25. ©2013 Penn, Schoen & Berland AssociatesUn lobbying efficace : transparent, honnête, pertinent,expert de qualité (1/2)25Q. Selon vous, quels sont les éléments constitutifs d’une approche réussie en lobbying ? Quels sont pour vous les critères d’efficacité d’uneaction de lobbying ?« Une approche réussie estclaire, transparente etsolidement argumentée etconstruite. »« Sensibiliser à un sujet avec desfaits précis et articuler cettesensibilisation au travaillégislatif. »« Offrir un accès à desinformations correspondant audomaine d’exercice descompétences. »« Une approche réussie associela transparence de la démarcheet la clarté des objectifs. »« Elle doit être convaincante, soft,pragmatique, sans forcing et dans letemps. »Le lobbying réussi / efficace :TransparenceQualitéInformationOpportunHonnête et ouvertConstructif« La pertinence : à la foisl’intelligence de la motivation etla coïncidence avec le momentd’une décision. »« Quand elle réussit et qu’elle permet de faire émerger unpoint de vue sur une position négligée dans le processuspolitique : quand on néglige certains intérêts industriels oucommerciaux, pourtant stratégiques ou, à l’inverse, qu’ellepermet de faire émerger des points de vue portés par descitoyens qui n’ont pas nécessairement de visibilitémédiatique. »« Quand elle est intelligente et souple. Les trèsbons lobbyistes sont ceux qui écoutent les pouvoirspublics et pas ceux qui leur racontent des trucs,ceux qui apportent une solution plutôt qu’unproblème ou un intérêt. »« Quand elle permet de nourrir la prisede décision en participant de façonconstructive à son élaboration. »
  26. 26. 26Un lobbying efficace : transparent, honnête, pertinent,expert de qualité (2/2)Q. Selon vous, quels sont les éléments constitutifs d’une mauvaise approche en lobbying ?« Une mauvaise approche, c’est l’urgence,quand il y a une crise ou quelque chosecomme ça. »« Une mauvaise approche, c’est quand onne comprend pas où ils vont, qui ils sont etce qu’ils veulent défendre. »« Une mauvaise approche contient unecertaine ambiguïté, en avançant plus oumoins masquée, et le fait de ne pas tenircompte de son interlocuteur. » Le lobbying raté :EmotionnelInsistant ou agressifEn retardNe comprend pas leprocessus de prise dedécision« L’erreur, c’est de se tromper decompétence ou de niveau de responsabilitéde la personne et l’agressivité,essentiellement par répétition de lavolonté de contacts. »« Qu’elle respecte la transparencesur les intérêts défendus, unecertaine objectivité et lesprocédures. »
  27. 27. 27Pour conclure : quelques clefs pour un lobbying efficace enFrance Etre transparent Avoir une démarche pertinente : lebon sujet, le bon interlocuteur, le bontiming, les bons arguments Apporter des informations nouvelleset de qualité, appuyées par despreuves objectives Mettre en avant l’intérêt général dansla démarche de lobbying Etre « objectivement subjectif » Maîtriser le processus de décision Connaître sa cible Penser politique Avancer des arguments affectifsplutôt qu’objectifs Etre agressif, intrusif Manquer de transparence Mettre en avant un sujet mal à-propos Ne pas respecter le processus deconsultation, ou arriver au mauvaismoment Apporter des informations déjàconnues Tenter de séduire le décideur… pard’autres moyens Etre mal préparé

×