Recherche d'information en science politique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Recherche d'information en science politique

on

  • 9,625 views

Recherche d'information en science politique. Information retrieval in political science.

Recherche d'information en science politique. Information retrieval in political science.

Statistics

Views

Total Views
9,625
Views on SlideShare
273
Embed Views
9,352

Actions

Likes
0
Downloads
6
Comments
0

4 Embeds 9,352

http://guides.bib.umontreal.ca 9349
http://translate.googleusercontent.com 1
http://www.google.ca 1
http://www.google.fr 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Recherche d'information en science politique Recherche d'information en science politique Presentation Transcript

  • LA RECHERCHE D’INFORMATION EN SCIENCE POLITIQUE Mathieu Thomas Bibliothécaire, Science Politique Bibliothèque des lettres et sciences humaines
  • Votre bibliothécaire Mathieu Thomas  Tâches:  Formation documentaire  Achat de la documentation  Service de référence (aide-conseil)  Création d’outils (site web, guides, etc.)  Coordonnées:  Courriel: m.thomas@umontreal.ca  Bureau: local 3093 (3e étage)  Téléphone: (514) 343-6111, #2625
  • Particularités de la recherche en science politique  ScPo: discipline pour laquelle la recherche d’information est fondamentale et ratisse très large  Recherches portent autant sur l’actualité récente que des événements historiques  Fait appel à une documentation variée: livres, articles, publications officielles, etc.  Information qualitative et quantitative  Points de vue souvent tranchés – polémiques  Lien avec autres disciplines:  Droit  Communication  Philosophie  Sociologie
  • Savoir déterminer son besoin d’information I Sujet imposé par le professeur  Avantage: sujet forcément pertinent, adapté aux exigences du travail  S’assurer de bien comprendre le sujet; demander des précisions au besoin  Attention aux sujets trop populaires: livres rapidement empruntés! Sujet de votre choix  Avantage: possibilité de travailler sur un sujet qui vous intéresse particulièrement  Important de faire valider son choix, car danger de choisir un sujet trop vaste ou trop spécialisé = perte de temps. Ne pas hésiter à changer!  Bonne idée: choisir son sujet en fonction de la documentation disponible, de vos compétences linguistiques, etc.
  • Savoir déterminer son besoin d’information II Étapes préliminaires : limites de recherche  Aire géographique  Sujet couvert: est-ce qu’on cherche sur une région, un pays en particulier?  Provenance de la documentation: d’un pays particulier, ou peu importe?  Période chronologique  Notre recherche porte sur quelle période? Par ex.: 2000-2010  Limite d’âge des documents à utiliser (plus longue pour les recherches de nature historique)  Langues  Dans quelles langues puis-je lire?  Dans quelle langue vais-je trouver le plus de documentation?
  • Savoir déterminer son besoin d’information III Étapes préliminaires : identifier les principaux concepts, choisir les termes de recherche (et les traduire au besoin) Exemple: “Quels sont les facteurs expliquant la recrudescence des attaques contre des navires dans l’Océan Indien depuis 2005?” Concepts: piraterie, Océan Indien Termes de recherche : Piraterie, pirates (anglais: piracy) Océan Indien (Indian Ocean) Somalie, somaliens (Somalia, somalian, etc.) Photo: Farah Abdi Warsameh, AP
  • Savoir déterminer son besoin d’information IV De quel type de sources d’information avons-nous besoin? Ça dépend du sujet… Sources primaires Sources secondaires Sources tertiaires Documents produits par les témoins directs de l'événement Reformulations, réinterprétations, analyses Signalement des sources primaires et secondaires (livres, rapports, articles, etc.) Entrevues, études de cas, débats de l’Assemblée, rapports d’observation, thèses et mémoires rédigés à partir de données originales Livres, articles, rapports, etc. Catalogues, bibliographies, index, bases de données, etc.
  • Avant de pouvoir déterminer quels types de documents on désire utiliser dans notre travail… Il faut connaître les différents types de documents. Mais auparavant… PAUSE Google !!!
  • La recherche sur Internet Indispensable d’aborder la question, car la plupart des étudiants n’ont pas connu la période pré-Internet… … et ont souvent des idées préconçues sur ce qu’on y trouve. Arrivée à l’université Syndrome Google « on trouve tout sur Internet! » …FAUX !!!  Problématique du web invisible (ou Deepweb: env. 40% du web): « absence » du contenu réservé ou payant  L’imprimé existe toujours… Mais: Autre façon de voir l’information et Internet  Utilité d’Internet pour certains types de recherche  « Vitrine » électronique de documents imprimés  Accessibilité aux documents officiels (PGI) ou d’organismes  Recherche exploratoire, superficielle (exemple: Wikipedia)
  • Google I  L’incontournable… l’omniprésent… l’insatiable!  Utile pour la recherche universitaire, mais loin d’être le meilleur endroit où chercher Privilégiez plutôt les bases de données  Principale raison de son succès : Classement des résultats grâce à Page Rank : algorithme de recherche basé sur les hyperliens (« poids » relatif des liens pointant vers une page web)  Ce principe est directement inspiré du principe des citations académiques (et donc des références bibliographiques…)  Les pages vers lesquelles il existe le plus de liens se retrouvent au haut des résultats  Mais d’autres facteurs entrent aussi en jeu…
  • Google II Autres critères déterminant le classement (ordre) des résultats  Nombre de fois où ces liens ont été cliqués (et donc, nombre de visites sur la page)  Présence des termes de recherche dans endroits « stratégiques » de la page : titre, premiers paragraphes… + fréquence des mots sur la page  Quel Google a été utilisé? (.com, .ca, .fr…) D’où cherchez-vous?  Votre historique et vos préférences de recherche  Attention à la publicité, parfois difficile à distinguer des résultats Cercle vicieux Des gens cliquent sur un lien le lien « monte » dans les résultats sur le lien, car il est plus haut dans les résultats etc. plus de gens cliquent Google est donc une forme de « concours de popularité » Attention, car popularité n’équivaut nécessairement pas qualité ou pertinence!
  • Google III  Sous-ensemble de Google.com qui limite les résultats aux sources académiques, principalement  Articles de revues scientifiques  Publications de sociétés savantes  Extraits de livres ou référentiels de prépublication  Organisations de recherche  Résultats surtout en anglais (mais pas uniquement)  Ne remplace pas la recherche dans les bases de données, mais peut la compléter  Possible de le configurer pour avoir un lien vers le texte intégral des articles repérés. Voir le Guide Google et Google Scholar
  • Wikipedia Encyclopédie collaborative et gratuite en ligne  Contenu très inégal et instable : sujet à des modifications constantes  Peut parfois être utile dans le contexte de recherches sur des thèmes:  Très récents  Non-traditionnels (ex: positions politiques du groupe hip-hop Loco Locass)  … ou dans un contexte de recherche exploratoire  Préférable d’éviter de citer Wikipedia dans un travail… utilisez plutôt nos encyclopédies en ligne disponibles via Maestro, par exemple:  International Studies Encyclopedia Online  International Encyclopedia of Political Science  Europa World Plus  Encyclopédie État du monde en ligne  Encyclopaedia Universalis  Encyclopaedia Britannica
  • Les conséquences de la révolution Internet / Google Avant peu d’information, difficilement accessible Après beaucoup d’information, Facilement accessible
  • Problème : “trop, c’est comme pas assez”  Nous sommes ainsi passés d’une ère de rareté d’information à une ère de surabondance  Pas un problème en soi lorsqu’on cherche quelque chose de simple…  … mais très problématique dans le contexte de recherches universitaires  Autrement dit,  Avant, la difficulté était de trouver des sources d’information pour notre travail  Maintenant, la difficulté est de choisir les sources adéquates parmi toutes celles qui sont disponibles Que faire?
  • La solution : la bibliothèque Pourquoi utiliser les ressources de la bibliothèque? Parce que…  C’est plus simple et pratique  Ses ressources ont été sélectionnées pour vous, par des spécialistes  Ainsi, vous aurez accès à des ressources fiables et de qualité, qui coûtent des $$$  [Aparté: Changement du rôle du bibliothécaire : de “gardien du savoir” à conseiller] Mais pour utiliser les ressources documentaires de la bibliothèque, vous n’êtes pas toujours obligés de vous y rendre…
  • La BLSH (Bibliothèque des lettres et sciences humaines) Bibliothèque physique (l’édifice) Bibliothèque virtuelle L’endroit idéal pour :  Faire vos recherches, trouver de la documentation  Rédiger vos travaux ou étudier  Travailler en équipe Une part grandissante de nos collections est en ligne (accès réservé UdeM): revues, livres électroniques, encyclopédies… Porte d’entrée vers ces ressources: le site web de la bibliothèque et en particulier la page spécialisée ScPo  Assister à des séances de formation Connexion sans-fil, ordinateurs, imprimantes, photocopieurs, laboratoires informatiques, salles de travail en groupe, médiathèque, bureau de référence… et fauteuils! Pour y avoir accès au moyen d’un ordinateur horscampus, il vous faut configurer votre accès Proxy. À faire dès que possible pour éviter les « cadenas »
  • Types de documents : introduction Pour pouvoir s’y reconnaître dans ce dédale… Il est absolument nécessaire de connaître les différents types de documents et leurs caractéristiques. Mais il faut aussi facilement reconnaître la forme de leurs références bibliographiques. Nous ferons donc d’une pierre deux coups!
  • Comment l’information est-elle produite? Événement 0 Blogues, Facebook, Twitter, Reddit, etc. Quelques heures Sources d’information: journaux, revues d’information Quelques jours Articles scientifiques, rapports gouvernementaux Quelques mois, un an Livres, Thèses et mémoires Un an ou plus Ouvrages de référence Deux ans ou plus
  • Types de documents : les livres McFalls, Laurence H. 1995. Communism's Collapse, Democracy's Demise? The Cultural Context and Consequences of the East German Revolution. New York : New York University Press.  Aussi appelés monographies  Études approfondies d’un sujet  Délai de publication important  Pas toujours nécessaire de les lire au complet…  Utiliser la table des matières et l’index (s’il y en a un)  Repérables dans le catalogue Atrium – la plupart en français ou en anglais  Disponibles en papier (imprimés) et, de plus en plus, en version électronique  Livres imprimés sont classés par sujet: possibilité du butinage sur les rayons (Science politique : Classe J, 6e étage)
  • Types de documents : les livres (suite)  Ouvrage collectif:  Éthier, Diane, dir. 1990. Democratic Transition and Consolidation in Southern Europe, Latin America and Southeast Asia. Basingstoke (G.-B.) : Macmillan.  Chapitre d’ouvrage collectif:  Zahar, Marie-Joëlle. 2002. « Peace by Unconventional Means: Lebanon's Ta'if Accord ». Dans Donald Rothchild, Stephen Stedman et Elizabeth Cousens, dir., Ending Civil Wars : The Implementation of Peace Agreements. Boulder, Colo.: Lynne Rienner, 567-97.  Ces types d’ouvrages rassemblent des chapitres écrits par différentes personnes et portant sur un aspect précis d’une thématique plus large.  On ne lit souvent qu’une partie de ces ouvrages.  Les livres renferment généralement de nombreuses références bibliographiques – utiles pour poursuivre la recherche
  • Types de documents : thèses et mémoires Dalpé, Robert. 1987. Innovation et politique technologique dans une petite économie industrialisée ouverte n’exerçant pas le leadership technologique : le cas canadien. Thèse de doctorat. Département de science politique. Université de Montréal.  Les thèses et les mémoires sont des documents spécifiquement rédigés dans le cadre des études supérieures.  Mémoire: exigé à la maîtrise  Thèse: exigée au doctorat  Présentent des faits, des événements ou des phénomènes et vérifient des hypothèses tout en respectant une démarche scientifique rigoureuse.  Souvent utiles pour leurs listes de références (bibliographie)  M/T déposés à l’UdeM disponibles en ligne depuis 2009 (auparavant: format papier). Repérables dans Atrium  M/T de d’autres universités repérables dans des bases de données, notamment Proquest Dissertations and Theses
  • Types de documents : ouvrages de référence Thiaw-Po-Une, Ludivine. 2008. « École de Francfort ». Dans Alain Renaut, dir., Encyclopédie de la culture politique contemporaine. Paris : Hermann, Tome 3, 87-91.  Ouvrages de références utiles en ScPo: surtout de deux types  Dictionnaires (spécialisés ou de langue)  Encyclopédies  On les consulte pour :  avoir une vue d'ensemble sur un sujet.  identifier et comprendre des idées et des concepts.  repérer des auteurs ayant traité de la question qui nous intéresse.  repérer des références bibliographiques.  Constituent d’excellents points de départ d’une recherche  Disponibles en version imprimée et en ligne. Repérables dans Atrium ou Maestro  Autre type d’ouvrage de référence utile: les publications annuelles  Version imprimée en général localisée en référence au 2e étage (préfixe «REF»)
  • Types de documents : les articles Les articles sont publiés dans des documents publiés périodiquement: revues, journaux, périodiques. Contiennent en général de l’information plus à jour que les livres. Il existe 4 grands types de périodiques: 1. Scientifiques (ou revues « savantes », « académiques » ou « spécialisées »; In English: scholarly periodicals, ou journals) 2. D’intérêt général (ou revues « grand public » ou « d’information ») 3. Professionnels 4. Revues populaires
  • Types de documents : articles scientifiques  Mérand, Frédéric. 2010. « France’s Return to NATO : the Death Knell for ESDP? ». European Security 19 (no 1) : 29-43.  Noël, Alain et Jean-Philippe Thérien. 1995. « From Domestic to International Justice : The Welfare State and Foreign Aid ». International Organization 49 (été) : 523-53. Avec les livres, les articles scientifiques (académiques) représentent le cœur de nos collections. Est-ce une revue scientifique? • Principe du Peer Review : présence d’un comité de lecture (ou comité scientifique , Editorial Board) • Références bibliographiques • Articles écrits par des spécialistes • Peu ou pas de publicité/illustrations • Articles longs (au moins 10-15 pages) • Niveau de langue (jargon de la discipline; pas de vulgarisation) • N’est pas une revue de commentaire ou d’opinion
  • Types de documents : articles de revues grand public et de journaux  Lula’s leap. 2006. The Economist 378 (no 8467) : 33-5  AFP. 2011. « Un million de Syriens dans la rue ». La Presse (Montréal), 16 juillet : A21.  Barboza, David. 2006. « Sharp Labor Shortage in China May Lead to World Trade Shift ». The New York Times (New York), 3 avril : 1-2.  Sources utiles pour actualiser les données, informer sur les derniers développements ou fournir des renseignements ponctuels qui sont plus difficilement repérables dans d'autres sources.  Offrent une information factuelle, politique, statistique, etc. sur les événements d'actualité locale, nationale ou internationale.  Traitent cependant souvent les sujets d'un point de vue plus informatif qu'analytique.  Variété de supports disponibles:  En papier  En ligne (via des bases de données)  Sur microfilm (pour les années avant le XXIe siècle)
  • Types de documents : PGI (publications gouvernementales et internationales)  Duval, Dominic. 2005. Recension des écrits sur la participation électorale. Sainte-Foy, Québec : Directeur général des élections du Québec.  Organisation mondiale de la santé et Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. 1997. La santé mentale des réfugiés. Genève : Organisation mondiale de la santé.  Documents publiés par des  Gouvernements (Canada, Québec, USA, France, G-B)  Organismes internationaux dont les membres sont des états (ONU, FMI, UE, OTAN, etc.)  De plus en plus disponibles en ligne (pas tous gratuitement…)  Riche collection imprimée au 3e étage de la BLSH  Bibliothécaire spécialisée (Caroline Patenaude)  Page web spécialisée PGI
  • Types de documents : information statistique Données statistiques disponibles sous forme électronique  Avons un accès réservé à ces données :  Par abonnement payant OU  Parce que nous sommes une institution d’enseignement Centre d’information statistique • Postes informatiques dédiés au 3e étage • Possibilité d’utiliser des logiciels spécialisés comme STATA et SPSS • Formation et référence: présence d’une bibliothécaire spécialisée, Caroline Patenaude • Plateforme d’accès aux données d’enquête:
  • Progression “typique” d’une recherche : du général au particulier Types de documents Exemples Ouvrages de référence Historical dictionary of multinaltional peacekeeping (467 pages) Livres (ou PGI ou thèses) Fixing Haïti : MINUSTAH and beyond (14 chapitres, 277 pages) Articles de revues scientifiques Articles de journaux ou revues grand public « Trapped between many worlds: A postcolonial perspective on the UN mission in Haiti (MINUSTAH) » International Peacekeeping, Vol. 19, no.3, p. 377-392 (15 pages) « Haïti dépecé par ses bienfaiteurs » Le Monde Diplomatique, Mai 2013, p.6-7 (2 pages)
  • Atrium : le catalogue des bibliothèques  Bref aperçu des fonctionnalités d’Atrium  Recherche simple/avancée La recherche par sujet Diverses appellations:  Sujets / Subjects  Facettes  Vedettes-matière / Subject Headings  Dossier du lecteur  Mots-clés / Keywords  Descripteurs / Descriptors  Différences entre:  Recherche d’un titre précis Présence d’un vocabulaire contrôlé  Recherche par sujet  Livres imprimés Vous ne trouvez pas assez de résultats? Élargir  Classification LC (6e et 7e étages)  Emprunt: 20 livres pour 21 jours (renouvelable en ligne)  Livres électroniques  Conçus pour être lus en ligne  Possibilités limitées d’impression et sauvegarde Exemples Conditions politiques actuelles en Jordanie Moyen-Orient – Politique et gouvernement – 21e siècle Artillerie allemande au XVe siècle: Histoire militaire médiévale Allemagne – Histoire militaire Artillerie- Histoire Surpopulation des prisons au Canada : Prisons au Canada
  • Les bases de données (BDD)  Il en existe différents types  BDD Bibliographiques  BDD Factuelles  BDD Statistiques  Nous sommes abonnés à des centaines de bases, accessibles via Maestro  Ces bases sont en général spécialisées dans une discipline ou champ d’étude Bases de données bibliographiques  Mises à jour régulièrement, elles recensent les articles parus dans une sélection de revues du domaine.  Chaque article est signalé dans une notice bibliographique  Une notice comporte notamment:  les éléments bibliographiques de base (auteur, titre de l’article, nom de la revue, date, pages, etc.)  Les sujets associés à l’article  Un résumé (abstract)  Une recherche dans une BDD bibliographique repère donc des notices d’articles.  Si l’on désire lire l’article en question, il faut que la bibliothèque soit abonnée à la revue… il faut donc vérifier soi-même ou utiliser SFX
  • Évaluer ses sources Critères d’évaluation Exemples, précisions Fiabilité de la source Livres de presses universitaires Articles scientifiques Sites gouvernementaux Réputation de l’auteur Professeur, chercheur, spécialiste? Plutôt que journaliste, propagandiste ou personne non-identifiée… Objectivité de l’information Quelle est la motivation de l’auteur? Informer, convaincre, dénoncer? Publicité, propagande?? Points de vue opposés sont présentés; ton posé Exactitude de l’information Présence de citations et d’une bibliographie Sources utilisées dans le document sont-elles crédibles, fiables, vérifiables? Indice: qualité et niveau de la langue Actualité de l’information Date de publication et/ou mise à jour L’information est-elle toujours valide?
  • Éthique et plagiat I « La recherche s’appuie sur des recherches antérieures » Si une information factuelle est tirée d’une recherche effectuée par un autre, vous devez citer cette source  Attention aux mythes:  « c’est sur le web, donc c’est gratuit et c’est à tout le monde »  « tout le monde le fait »  « je ne me ferai pas prendre » ou « si je me fais prendre, je plaiderai l’ignorance, ça marchera »  « si je cite mes sources, le prof va penser que je n’ai pas d’idées à moi »  Différents types de plagiat  Copier/coller directement du web ou copier de sources imprimées  Paraphrases/reformulations sans citer la source  Échanges, réutilisation de travaux  Achats de travaux sur le web
  • Éthique et plagiat II Évitez le plagiat… citez vos sources! Oui, mais pourquoi?  Pour faciliter le repérage de vos sources par le lecteur  Pour respecter le droit d’auteur (ne pas voler le travail des autres)  Pour développer votre expertise de recherche (les vrais chercheurs citent leurs sources)  Pour démontrer un sens de l’éthique professionnelle  Et finalement… pour éviter d’avoir Zéro! Le plagiat est facile à repérer par les professeurs (recherche d’expressions dans Google ; logiciels de détection) Mais comment présenter ses sources et sa bibliographie?
  • Citations et bibliographie  Règles officielles en vigueur au Département de science politique : Guide de présentation matérielle des travaux (fichier PDF à imprimer et garder précieusement)  Outils disponibles pour les étudiants: logiciels de gestion bibliographique Guides, tutoriels et formations disponibles : page LGB Téléchargez le style du Département de ScPo!
  • Des questions? Pour aller plus loin, n’oubliez pas nos formations libres: http://www.bib.umontreal.ca/GIF/formations.aspx Merci et bon trimestre!