Touitou abf 14 juin 2010 avec pages de commentaires
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Touitou abf 14 juin 2010 avec pages de commentaires

on

  • 1,302 views

JE ABF Paris 14 juin 2010

JE ABF Paris 14 juin 2010

Statistics

Views

Total Views
1,302
Views on SlideShare
1,302
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
12
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment
  • l’élargissement considérable des possibilités de consommation, de stockage et d’échange de contenus audiovisuels auquel on a assisté depuis la fin des années 1990, et ce aussi bien dans l’espace privé du domicile qu’ailleurs, compte tenu du caractère souvent nomade des appareils les plus récents
  • Les conditions d’accès à l’art et à la culture ont profondément évolué sous les effets conjugués de la dématérialisation des contenus, de la généralisation de l’internet à haut débit et des progrès considérables de l’équipement des ménages en ordinateurs, consoles de jeux et téléphones multimédias : en moins de dix ans, les appareils fixes dédiés à une fonction précise (écouter des disques, regarder des programmes de télévision, lire des informations, communiquer avec un tiers…) ont été largement supplantés ou complétés par des appareils, le plus souvent nomades, offrant une large palette de fonctionnalités au croisement de la culture, de l’ entertainment et de la communication interpersonnelle. Cette évolution a définitivement consacré les écrans comme support privilégié de nos rapports à la culture tout en accentuant la porosité entre culture et distraction, entre le monde de l’art et ceux du divertissement et de la communication. O Donnat
  • L’intensité de l’usage de l’internet est corrélé avec l’intérêt pour la culture (inverse de la télévsion) : cette situation est complètement inédite Les jeunes et les milieux favorisés sont les principaux utilisateurs de l’internet et des nouveaux écrans, à la différence de la télévision dont la consommation a toujours été plutôt le fait des personnes âgées et peu diplômées. La profonde originalité de l’internet tient dans ce paradoxe : bien qu’utilisé très largement à domicile – les connexions sur appareils nomades restant à ce jour limitées –, ce nouveau média apparaît plutôt lié à la culture de sortie dont sont porteurs les fractions jeunes et diplômées de la population, celles dont le mode de loisir est le plus tourné vers l’extérieur du domicile et dont la participation à la vie culturelle est la plus forte. La situation actuelle est par conséquent radicalement différente de celle des années 1980 ou 1990 où la culture de l’écran se limitait pour l’essentiel à la consommation de programmes télévisés. En effet, si une forte durée d’écoute de la télévision était en général associée à un faible niveau de participation à la vie culturelle, il n’en est pas du tout de même pour l’internet qui concerne prioritairement les catégories de population les plus investies dans le domaine culturel : ainsi, la probabilité d’avoir été au cours des douze derniers mois dans une salle de cinéma, un théâtre ou un musée ou d’avoir lu un nombre important de livres croît-elle régulièrement avec la fréquence des connexions. O Donnat
  • Plus on regarde la TV moins on utilise les autres écrans. Plus le niveau de diplôme augmente, moins on regarde la TV, plus on passe de temps devant les nouveaux écrans. Nouvelle situation qui pour des questions générationnelles risque de se diffuser encore plus dans les années à venir. Réelle concurrence entre TV et nouveaux écrans alors que ce n’est pas le cas pour les autres pratiques culturelles Les activités qui souffrent le plus sont les activités domestiques fortement intégrées au quotidien (mais pas les sorties extérieures) Ainsi, les hommes consacrent en moyenne deux heures hebdomadaires de moins que les femmes à la télévision mais passent quatre heures de plus devant les nouveaux écrans, surtout quand ils sont jeunes en raison de la place importante qu’ils accordent aux jeux vidéo la durée d’écoute de la télévision décline avec le niveau de diplôme alors que celle consacrée aux nouveaux écrans a tendance à augmenter. Il en est de même pour le niveau de revenu, si bien que les cadres supérieurs compensent en partie les dix heures hebdomadaires qu’ils concèdent aux ouvriers sur la télévision par un investissement plus important dans les nouveaux écrans de l’ordre de cinq heures. O Donnat
  • Poursuite de la baisse de la lecture des quotidiens initiée dans les années 80. Subit la concurrence d’Internet dans un contexte où la baisse de la lecture était antérieure à l’arrivée d’Internet dans un climat morose En matière de lecture d’imprimés, les deux principales tendances à l’oeuvre depuis les années 1980 se sont poursuivies au cours de la dernière décennie : la lecture quotidienne de journaux (payants) a continué à diminuer, de même que la quantité de livres lus en dehors de toute contrainte scolaire ou professionnelle. De ce fait, la proportion de non-lecteurs est plus importante qu’elle ne l’était en 1997, sans toutefois qu’on puisse en déduire avec certitude que les Français lisent moins, compte tenu de l’arrivée au cours de la même période de la presse gratuite et surtout de la multiplication des actes de lecture sur écran Le recul de la presse quotidienne est dû essentiellement, aujourd’hui comme hier, à la diminution du nombre de lecteurs quotidiens : de moins en moins de Français lisent chaque jour un journal, ce qui a pour effet mécanique de grossir d’autant les rangs des lecteurs occasionnels et des non-lecteurs. Ce recul, dont les origines sont bien antérieures à l’arrivée de l’internet ou de la presse gratuite, touche aussi bien la presse nationale que régionale. O Donnat
  • Baisse de la QUANTITE de livres lus (enquête déclarative). Qu’est ce que veut dire « lire un livre » tout dépend de ce que comprend l’enquêté. On n’hésite plus à se dire faible ou non lecteur. Baisse du statut symbolique du livre. Du coup, moins de surdéclaration que dans les années 70. Souvent les gens comprennent « combien de romans avez-vous lus ». Dans le même temps, les genres de livres qui se sont le plus développés sont d’autres genres : BD, manga, livres pratiques, qui ne sont pas comptabilisés par les enquêtés ! Il pourrait y avoir des chiffres plus élevés si les jeunes lecteurs intègraient BD et manga : permet d’expliquer la complexité de cette question. Décrochage du lectorat masculin concurrence avec l’intérêt chez ces lecteurs fragiles de la concurrence d’Internet Dans le cas des livres, la baisse des forts et moyens lecteurs s’est poursuivie. Cette tendance, dont l’origine est, elle aussi, bien antérieure à l’arrivée de l’internet, a continué à peu près au même rythme que lors de la décennie précédente, entraînant une augmentation de la part des très faibles lecteurs – 1 à 4 livres lus dans l’année – mais aussi des non-lecteurs : il y a aujourd’hui plus de Français à n’avoir lu aucun livre dans le cadre de leur temps libre au cours des douze derniers mois qu’il n’y en avait en 1997, et ceux qui n’ont pas délaissé le monde du livre ont réduit leur rythme de lecture d’environ cinq livres par an. D’ailleurs, les Français dans l’ensemble reconnaissent eux-mêmes que leurs relations avec le monde du livre se sont distendues puisque 53% d’entre eux déclarent spontanément lire peu ou pas du tout de livres O Donnat
  • Décrochage des hommes + des milieux populaires : 53% d’entre eux déclarent ne pas avoir lu de livre dans les 12 derniers mois En matière d’intensité de la pratique de lecture de livres, les différences en termes d’âge ont tendance à s’atténuer car les jeunes d’aujourd’hui lisent moins que leurs aînés au même âge tandis que les baby-boomers manifestent un intérêt pour les livres légèrement supérieur à celui des générations nées avant guerre. Les différences entre milieux sociaux, en revanche, ont eu tendance à se creuser au cours de la dernière décennie du fait du décrochage d’une partie des milieux populaires, notamment ouvriers. Il en est de même pour les différences de sexe : les hommes comptent désormais environ 10% de non-lecteurs de livres de plus que les femmes et reconnaissent d’ailleurs sans difficulté leur éloignement croissant à l’égard du monde du livre : 62 % d’entre eux déclarent lire peu ou pas du tout de livres, contre 46% des femmes. Ces dernières sont donc plus nombreuses à lire des livres et de plus, quand elles le font, elles en lisent plus que les hommes (17 livres par an en moyenne contre 14) O Donnat
  • Léger tassement de la proportion de Français qui déclarent être allés dans une bib. En 97, avait montré qu’une partie de la hausse était due aux UNI,il semblerait que ce réservoir se soit tari? Le profil des personnes qui déclarent fréquenter : plutôt jeunes (baisse après 25 ans), différences entre CSP, ce sont plutôt des milieux diplômés Cependant, la bib est l’équipement culturel où ces différences socioculturelles sont le moins discriminantes La variable la plus explicative de la fréquentation est de lire beaucoup ? L’absence d’information sur l’offre culturelle disponible ou sur la politique culturelle conduite sur le territoire où résident les personnes interrogées suffirait à interdire cet usage. Les bibliothèques et médiathèques ont connu un léger tassement de leur fréquentation qui fait écho à celui enregistré au plan des inscriptions : 28% des Français s’y sont rendus au moins une fois au cours des douze derniers mois contre 31% onze ans plus tôt, ce qui semble indiquer que la progression des usagers non inscrits qui avait été forte dans les années 1990 s’est interrompue au cours de la dernière décennie. D’une manière générale, l’âge moyen des publics des équipements culturels a eu tendance à augmenter du fait de l’accroissement du poids des seniors dans la population française et de leur mode de loisirs plus tourné vers les sorties, mais aussi parfois du fait d’une désaffection des jeunes. O Donnat
  • cinq profils d’usage qui vont de l’absence quasi-totale de pratique culturelle à une hyper-activité faisant jouer à plein la logique de cumul (plutôt que de substitution) qui veut que les Français les plus équipés en moyens audiovisuels soient aussi ceux qui sortent le plus. À ce propos, il est intéressant de noter que la culture de l’écran ne conduit pas – pas encore ? – à une société du repli sur soi mais que, par une sorte de compensation dont on saisit sans peine la nécessité, à la dématérialisation et à l’individualisation croissantes répond le besoin symétrique de la présence et du collectif. Ce phénomène est particulièrement vrai, souligne Donnat, dans le cas des adolescents et jeunes adultes, surtout lorsque ceux-ci sont diplômés et/ou issus de milieux socialement favorisés. C’est dans cette tranche d’âge et dans ces milieux que l’on peut observer un recul assez spectaculaire de la consommation audiovisuelle dans ses formes classiques (radio, télévision, hi-fi) ; comme si l’aggravation des tensions dans l’affectation du temps libre les avait conduits à sacrifier ce qui constituait et constitue encore, pour leurs aînés, les pratiques culturelles dominantes O Donnat
  • L’importance de la variable et des clivages générationnels relativise quelque peu celle des critères socio-économiques ; elle n’oblige pas à rejeter en bloc la théorie de la légitimité culturelle mais invite à complexifier le raisonnement en prenant en compte d’autres réalités que les niveaux de diplôme et de revenu.
  • À l’échelle de la population française, la plupart des évolutions de la dernière décennie prolongent parfois en les amplifiant des orientations dont l’origine est bien antérieure à l’arrivée de l’internet. Les seules véritables ruptures concernent la durée d’écoute de la radio qui a baissé de manière importante et celle de la télévision qui marque le pas après la spectaculaire progression des dernières décennies. Dans tous les autres domaines (écoute de musique, lecture de presse et de livres, fréquentation des équipements culturels, pratiques en amateur), les changements restent d’ampleur limitée et surtout s’inscrivent dans le prolongement de tendances mises en évidence par les précédentes éditions de l’enquête Pratiques culturelles . Il est par conséquent tentant en première analyse de relativiser l’impact de la révolution numérique sur les pratiques culturelles : si celle-ci a radicalement modifié les conditions d’accès à une grande partie des contenus culturels et déstabilisé les équilibres économiques dans les secteurs des industries culturelles et des médias, elle n’a pas bouleversé la structure générale des pratiques culturelles ni, surtout, infléchi les tendances d’évolution de la fin du siècle dernier.

Touitou abf 14 juin 2010 avec pages de commentaires Touitou abf 14 juin 2010 avec pages de commentaires Presentation Transcript

  • Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : Synthèse de quelques études récentes Cécile Touitou BnF Délégation à la Stratégie et à la recherche
    • L’ère numérique : la diffusion de masse des outils
    • Accès et usage
    • Évolution des pratiques culturelles
    • Révolution ou mutation ?
    • Conclusion
    Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : Synthèse de quelques études récentes
  • 1. L’ère numérique : la diffusion de masse des outils Plus des deux tiers de la population (69% exactement, soit 67% des adultes et 92% des 12-17 ans, sont désormais équipés d’au moins un ordinateur à leur domicile
  • 1. L’ère numérique : la diffusion de masse des outils Le taux d’accès à Internet est passé de 23% de la population en 2002 à 63% en 2009 (en deçà de la moyenne européenne 65%) Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe en 2009 / Deps, Valérie Deroin
  • 1. L’ère numérique : la diffusion de masse des outils
    • D’après l’Observatoire des Usages Internet de Médiamétrie :
    • Près de 36 millions de personnes âgées de 11 ans et plus se sont connectées à Internet au cours du dernier mois (35,9 millions) soit 67,1% de la population.
    • En avril 2010, près de 36 millions de personnes âgées de 11 ans et plus se sont connectées à Internet au cours du dernier mois (35,9 millions) soit 67,1% de la population. Le nombre d’internautes (1) progresse de 8% par rapport à avril 2009
    • Près de 32 millions d’internautes à domicile sont connectés en haut débit
    • Au 1er trimestre 2010, 17,6 millions de foyers français ont accès à Internet soit plus de 6 foyers français sur 10 (64,7%)
  • 1. L’ère numérique : la diffusion de masse des outils C’est chez les familles avec de jeunes enfants, dans un ménage qui compte 3 personnes et + que l’on trouve le plus d’ordinateurs et d’accès domestique à Internet
  • 1. L’ère numérique : la diffusion de masse des outils
    • Illustration de la fracture ou du « fossé numérique » (Crédoc 2008 )
    « Les retraités ( 26% sont connectés à Internet chez eux ), les non-diplômés (27%) et les ménages modestes ( 34% des personnes revenu mensuel < 900 € ) sont nettement moins souvent équipés qu’en moyenne (61%) ; dans ces groupes, le basculement dans l’ère numérique se fera sans doute plus lentement que chez les cadres (88%), les étudiants (86%), les 12-17 ans (89%) et les hauts revenus (91%) ». Crédoc L’équipement des ménages : quand les enfants font la différence
  • 2. L’accès n’est pas l’usage « Les nouveaux écrans introduisent une nouvelle polarisation, entre l’écran traditionnel (la télévision) et les autres (ordinateur, jeux vidéo, etc.), remettant en cause l’opposition classique entre la partie jeune et diplômée de la population, au mode de loisirs tourné vers l’extérieur, et celle qui privilégie les activités domestiques. La distinction entre hommes et femmes, en matière d’usage des nouvelles technologies, s’estompe dans les jeunes générations, au détriment du maintien de la lecture chez les femmes. Enfin, l’inégalité sociale se déporte de l’accès aux usages ».  Ch. Détrez
  •  
  • Avènement du « média à tout faire »
    • O. Donnat souligne que les « nouveaux écrans » brouillent les frontières habituelles entre activités culturelles ou/et de loisirs .
    • On peut regarder la télévision, écouter la radio, lire la presse… sur Internet, en direct ou en différé, chez soi ou à l’extérieur, seul ou avec d’autres. Ce qui brouille un peu plus les frontières entre art, culture et loisir et pose de redoutables problèmes méthodologiques à l’enquêteur, l’obligeant à remettre en cause le traditionnel découpage par média ou type de support des pratiques culturelles
    • Multiplicité des équipements technologiques,
    • Augmentation considérable de leurs performances,
    • Baisse de leur coût.
    Diffusion Adhèsion
  • Avènement du « média à tout faire »
    • Dans ces conditions comment continuer à mesurer les pratiques culturelles et comment les appréhender à l’heure numérique?
    • Comment conserver une valeur comparative aux enquêtes sur les pratiques culturelles à travers les générations malgré un tel bouleversement ?
    • Comment mesurer la multiplicité des usages de ces nouveaux écrans ?
    • Une baisse de pratiques mesurées traditionnellement (lecture, pratiques amateurs, télévision…) correspond-elle à une désaffection réelle, ou à son transfert sur le support numérique ?
  • Les enquêtes pratiques culturelles des Français
    • Demande initiale du Commissariat général au plan en 1973, puis reconduction en 1981, 1989, 1997 et 2008
    • Les contraintes d’une enquête nationale par sondage : 1% = 500 000 personnes : On a du mal à mesurer des pratiques émergentes
    • Enquête en face à face à domicile
    • Échantillon représentatif de la population métropolitaine âgée de 15 ans et plus
    • Méthode des quotas
    • 5004 individus interrogés
    • Durée moyenne du questionnaire : 50 minutes
    • Comment prendre en compte les nouveaux modes d’accès à la culture liés au numérique et à Internet ?
    L'enquête Le dispositif
  •  
  •  
  •  
  • Sur 100 personnes 15 ans et plus 1997 2008 SONT INSCRITS 21 19 dont municipales 17 17 scolaires ou universitaires 6 4 autres 4 2 ONT FREQUENTE 31 28 Usagers inscrits 20 18 Usagers non inscrits 11 10 Inscription et fréquentation des bibliothèques
  • Fréquentation d’une bibliothèque ou médiathèque au cours des 12 derniers mois selon le sexe et l’âge
  • Fréquentation d’une bibliothèque ou médiathèque au cours des 12 derniers mois selon le niveau de diplôme.
  •  
  •  
  • Évolution, révolution ou mutation ?
    • À l’échelle de la population française, la plupart des évolutions de la dernière décennie prolongent parfois en les amplifiant des orientations dont l’origine est bien antérieure à l’arrivée de l’internet. Les seules véritables ruptures concernent la durée d’écoute de la radio qui a baissé de manière importante et celle de la télévision qui marque le pas après la spectaculaire progression des dernières décennies.
    • « Cette enquête révèle un « entre-deux », un moment de transition entre deux modes d’accès à la culture où l’on voit bien ce qui s’efface sans discerner clairement ce qui vient ».
  • Conclusion
  • Bibliographie sommaire
    • La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française (2009) / 2009 . http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/etude-credoc-2009-111209.pdf
    • Donnat , Olivier , DEPS , Approche générationnelle des pratiques culturelles et médiatiques . 12 p. ( Pratiques et publics, n° 2007-3)
    • Donnat, Olivier, 2009, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, La Découverte, 2009
    • Donnat, Olivier (dir.), 2003, Regards croisés sur les pratiques culturelles , Paris, La Documentation française, coll. Questions de culture, 348 p.
    • Jouët, Josiane, Pasquier,Dominique , Les jeunes et la culture de l'écran. Enquête nationale auprès des 6-17 ans . ( Réseaux, Année 1999, Volume 17, Numéro 92, p. 25 - 102 )
    • Octobre, Sylvie , Ministère de la culture ; Département des Etudes de la Prospective et des Statistiques (DEPS) , Les loisirs culturels des 6-14 ans . Paris, DEP-Ministère de la culture-La Documentation française, 2004, 432 pages
    • Diffusion et utilisation des TIC en France et en Europe en 2009 / Deps, Valérie Deroin