Jouguelet abf 14 juin 2010

  • 1,622 views
Uploaded on

JE ABF Paris 14 juin 2010

JE ABF Paris 14 juin 2010

More in: Education , Business
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
1,622
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
32
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Le modèle de l earning centre est-il transposable en France? Suzanne Jouguelet Inspecteur général honoraire des bibliothèques Journée d’étude ABF Les bibliothèques à l’heure du numérique BnF 14 juin 2010
  • 2. Sommaire
      • 1 Définition, publics, missions
      • 2 Services et équipements
      • 3 Personnel et moyens
      • 4 Evaluation et impact
      • 5 Le contexte universitaire français
      • Q uestions en suspens
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 3. 1Définition, publics, missions Suzanne Jouguelet. 14 Juin 2010
  • 4. C omment définir un learning centre?
    • Au coeur des définitions anglo-saxonnes : le mot “learning”: processus d’apprentissage , ou mieux d’acquisition des connaissances .
    • “ The primary aim of a LC is to support people in the process of learning ”.
    • Les Watson
    • “ Learning, not information, is increasingly the focus.”
    • Brown and Long
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 5. Un vocabulaire en évolution
    • Développement de nouveaux termes: learning resources centre, learning space, learning commons, information commons ….
    • “ The learning commons model functionally and spatially integrates library services, information technology services and media services to provide a continuum of services to the user … ». Susan McMullen .
    • IFLA : la Newsletter de la Section Construction et équipement de bibliothèques parle d’ “ espace d’apprentissage ouvert”.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 6. Une définition récente de l’ISO
    • Zone de la bibliothèque dédiée aux objectifs d’apprentissage des connaissances.Elle intègre le plus souvent la bibliothèque et les services liés aux nouvelles technologies, avec dans la plupart des cas, un réseau sans fil, des équipements multimedia et des services d’aide aux utilisateurs par des bibliothécaires ou des spécialistes des technologies.
    • Un LC peut être, selon les cas, un équipement distinct, à l’intérieur ou à l’extérieur de la bibliothèque, ou une partie intégrante de la bibliothèque.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 7. Quels publics sont visés?
      • M ajoritairement des étudiants de niveau licence et master.
      • L es LCs se situent souvent dans des universités avec une proportion importante d’étudiants étrangers, et des filières professionnalisantes.
      • E xemples des universités de Sheffield, Kingston.Glasgow …Le LC de l’EPFL de Lausanne déclare viser les étudiants les plus jeunes, orientés technologies et réseaux sociaux.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 8. Les étudiants, mais aussi les chercheurs et le grand public
      • Tendance aux USA à s’orienter vers les chercheurs et les enseignants.
      • A Tilburg (Pays-Bas), des espaces des LCs sont réservés à la recherche: salles dédiées aux équipes projets, données de la recherche, professeurs invités….
      • Le grand public est visé par le projet de LC de la BM de Birmingham; à Lausanne, le Rolex LC est ouvert aussi bien aux étudiants qu’au public, avec une offre culturelle.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 9. Missions
      • Elles sont multiples, intégrées et orientées vers l’usager: «  How to move the focus to people and learning ? »
      • Mission documentaire, papier et électronique.
      • Mission d’apprentissage des technologies informatiques et audiovisuelles: orientation multimedia et production.
      • Mission pédagogique: cours en ligne, aide à la rédaction…
      • Mission sociale: carrière, compétences scolaires, aide sociale, conseil financier…
      • La mission culturelle (expositions, débats…) est moins fréquente.
      • Formule du Rolex LC: «  Apprendre, innover, vivre  ».
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 10. 2 Services et équipements Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 11. Des services intégrés , réels et virtuels
    • Le Learning Commons parfaitement achevé devrait, selon le site de l’Université d’York au Canada :
    • http://www.library.yorku.ca/ :
    • C onsidérer comme son objectif premier la réussite des étudiants …
    • Disposer de personnels qui encouragent le débat…
    • Installer un nombre suffisant d’équipements en technologies de l’information…
    • Offrir aux étudiants la formation à ces technologies et l’assistance…
    • Soutenir le développement de la maitrise de l’information…
    • Fournir un espace de travail accessible et esthétique…
    • S’auto-évaluer régulièrement…
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 12. Q uelques exemples d’offres de services
    • L e Saltire Centre, Glasgow: une offre “éclectique” orientée étudiants.
    • Tilburg: une offre distincte étudiants-enseignants/ chercheurs.
    • Le Rolex LC, Lausanne: une offre plurielle
      • Bibliothèque, spectacles et conférences, cafés-restaurants, conseil personnalisé aux enseignants, banque, salles de réunions, associations d’étudiants et d’anciens élèves, presses universitaires, librairie, centre de carrière.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 13. Suzanne Jouguelet. Juin 2010 Le Saltire Centre (Glasgow)
  • 14. Q uelques exemples d’offres de services
    • L e Saltire Centre, Glasgow: une offre “éclectique” orientée étudiants.
    • Tilburg: une offre distincte étudiants-enseignants/ chercheurs.
    • Le Rolex LC, Lausanne: une offre plurielle
      • Bibliothèque, spectacles et conférences, cafés-restaurants, conseil personnalisé aux enseignants, banque, salles de réunions, associations d’étudiants et d’anciens élèves, presses universitaires, librairie, centre de carrière.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 15. Des lieux largement ouverts
    • Affichage fréquent d’une ouverture 24h/24, 7j/7, grace à l’accès par badge et à la RFID.
    • Mais l’offre de services diffère selon les horaires d’accès:
    • E x du Rolex LC: accès 7j/7 de 7h à 24h; service de renseignements : 8h à 20h.
    • Ex de Kingston, Centre Nightingale
    • Core service: 8h30-21h lun-ven; 10-17 sam; 10-21 dim
    • Night opening service: 21h à 8h30 lun-jeu et dim.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 16. IMPERIAL COLLEGE LONDRES . Horaires du Learning Centre Suzanne Jouguelet. Juin 2010 Services Lundi -Vendredi Samedi Dimanche Banque d’accueil et de prêt 8h30 – 21 h 10h – 18h 11h – 19h Banque de renseignements 9h30 – 17h30 Café 8h30 - 23h 10h – 16h 10h – 16h
  • 17. Des locaux attractifs et accessibles
    • Publication du JISC en 2006: “ Designing spaces for effective learning”:
    • Principes majeurs: flexibilité, adaptabilité, accessibilité, fonctionnalité, développement durable, facilitation du travail de groupe.  
    • Des constructions nouvelles, souvent emblématiques ou des réaménagements.
    • Des espaces différenciés selon les modes de travail (individuel ou en groupe, avec ou sans PCs, salles de cours ….)
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 18. L’architecture intérieure
    • Rôle crucial de l’éclairage et de l’acoustique
    • Recours fréquent à des designers : “ They place people at the heart of the design experience”( Royal Holloway )
    • Attention spécifique au mobilier, très adaptable, à la signalétique, aux codes couleur
    • Espaces de convivialité bien aménagés
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 19. SALTIRE LEARNING CENTRE Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 20. Quelques exemples
    • D es bâtiments importants ( 10 à 15 000m2 ), “gestes architecturaux”: Sheffield: Adsetts Centre (1996) et Information Commons (2007); Glasgow: Saltire Centre (2006), “social hub of the university”; Lausanne: Rolex learning centre
    • P lusieurs L c s dans une université : les 4 campus de Kingston et les Learning resources centres
    • Le réaménagement d’un étage de la bibliothèque: Imperial College London, Royal Holloway
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 21. L’exemple de Tilburg (NL)
    • Création en 2007 du Montesquieu learning centre au RDC d’un bâtiment de la faculté de droit: 250 places, 150 PCs, divers équipements (vidéo), travail de groupe encouragé.
    • Projet global de rénovation de la bibliothèque en 2009-2010: “ creating learning spaces and moving to e - only”: plusieurs LCs créés (sans livres), proches des départements et gérés par l’entité Library and IT services .
    • Fonctions bien distinguées: apprentissage/recherche/patrimoine ; silence/bruit.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 22. 3 Personnels et moyens Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 23. Le profil des personnels
    • Une clé de la réussite des centres réside dans la qualification et la motivation des personnels
    • Prédominance des services au public, à la fois mobiles et concentrés (« one stop shop »)
    • Polyvalence et premier recours
    • Bibliothécaires, spécialistes des systèmes d’information et de l’audiovisuel, enseignants, administratifs, techniciens…intégration ou juxtaposition?
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 24. Répartition des fonctions: ex du RLC
        • Présentation de David Aymonin à la conférence 2009 de LIBER
        • à Toulouse: fonctions remplies par l’équipe: 33,8 ETP:
        • -10,6% pour l’information et le service au public (yc en ligne)
        • -6,4% pour les acquisitions et la gestion des collections
        • -6,1% pour la gestion de projets et le management des équipes
        • -3,7% pour les services IT et l’assistance (usagers et personnel)
        • -3,1% pour les abonnements électroniques et le catalogue
        • -2,1% pour la direction, l’administration et les RH
        • -1,8% pour la logistique, la maintenance …
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 25. Des moyens concentrés & conséquents
    • Fonctionnement :
      • Kingston : 13, 2 M€ par an pour les LRCs. Budget de l’université: 207 M€
      • Barcelone, CRAI (Centre de ressources):19M€
    • Investissements :
      • Saltire Centre : 25,3 M€
      • RLC Lausanne: 70 M€
      • Mécénat fréquent: 30% pour le RLC .
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 26. 4 Evaluation et impact Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 27. Le rôle central de l’évaluation
    • Evaluation régulière des services:
    • s tatistiques de fréquentation, enquêtes de satisfaction, évaluation des usages .
    • Modalités variées d’études: observation, focus groups, sondages en ligne (dont LibQUAL+).
    • Réactivité importante: ex de Kingston, Imperial College London: information rapide des usagers sur les résultats des études et les actions entreprises.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 28. Peut-on mesurer l’impact des LCs?
    • L’impact sur la fréquentation est fréquemment observé: augmentation de 30% relevée à ICL et Royal Holloway. A confirmer dans la durée.
    • Meilleure adéquation constatée avec les besoins et les demandes de la “Google generation”, notamment pour le travail en groupe et la mise à disposition de nombreux équipements.
    • Du point de vue des bibliothèques, bénéfice d’une place renouvelée dans l’université.
    • Bémol quant à l’implication des enseignants.
    • .
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 29. 5 Faiblesses et opportunités dans le contexte universitaire français Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 30. Retards et espoirs
    • Les bibliothèques universitaires françaises accusent un relatif retard quant aux horaires d’ouverture, au libre accès, aux ressources électroniques …
    • Voir étude comparative IGB
    • Raisons budgétaires mais aussi faiblesses structurelles: séparation entre documentation et recherche, entre universités et grandes écoles, culture professionnelle insuffisamment ouverte à la comparaison.
    • Mais les diagnostics sont posés et les facteurs de changement existent: volonté politique, pression des classements internationaux, besoin de stratégies globales des universités. Voir notamment l’intérêt de la Conférence des présidents d’universités.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 31. Quelques débuts de réalisations
    • Université Paul Sabatier à Toulouse: la rénovation de la BU Sciences a été inspirée par l’exemple de Barcelone.
    • Conseil régional du Nord Pas-de-Calais http:// www.nordpasdecalais.fr/enseignement_superieur
    • d es LCs thématiques.
    • Paris intra muros: rapport Larrouturou: “Pour rénover l’enseignement supérieur parisien ”. Ce rapport (Fév 2010) présente les évolutions possibles des bibliothèques interuniversitaires et les projets des 3 PRES parisiens.
    • P armi leurs objectifs figurent la mutualisation des services et un projet pédagogique et scientifique commun.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 32. Le plan de modernisation des bibliothèques universitaires
    • Annoncé par la Ministre en février 2010, il entend:
    • «  D onner la priorité aux usagers dans les bibliothèques (places, libre-accès, horaires),
    • Aider étudiants et chercheurs à bénéficier plus des nouvelles possibilités du numérique,
    • P romouvoir pour les futures bibliothèques un modèle nouveau, qui favorise des liens renforcés entre pédagogie et documentation, et entre documentation et recherche.
    • Nous allons lancer la création de bibliothèques du 21e siècle sur le modèle des learning centres anglo-saxons.”
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 33. Critères de caractérisation des LCs
    • Un axe prioritaire de soutien à l’acquisition des connaissances, et une vision commune de l’enseignement et de la documentation
    • D es espaces conviviaux, ouverts et flexibles
    • Une accessibilité maximale, y compris à distance
    • U n personnel aux compétences multiples et un rapprochement des cultures professionnelles
    • Des ressources documentaires et technologiques intégrées avec des équipements en grand nombre et “up to date”.
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 34. Quelques conditions de réussite
    • Une concentration des moyens, avec le prix à payer pour un haut niveau de service (locaux, fonctionnement, personnel …);
    • Une gouvernance élargie et durable;
    • Une implication dès l’origine des décideurs, des enseignants et des usagers;
    • La définition d’un projet commun aux enseignants, aux bibliothécaires, aux spécialistes des TICE …
    • Des procédures d’évaluation, notamment par les usagers;
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010
  • 35. Parmi les questions en suspens
    • Faut-il traduire l’expression et comment?
    • Un learning centre est-il encore une bibliothèque?
    • Quelle mise en oeuvre en France à l’heure des opérations campus et des PRES?
    Suzanne Jouguelet. Juin 2010