Your SlideShare is downloading. ×
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Atelier BiB92 / curation Camille Rivory
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×
Saving this for later? Get the SlideShare app to save on your phone or tablet. Read anywhere, anytime – even offline.
Text the download link to your phone
Standard text messaging rates apply

Atelier BiB92 / curation Camille Rivory

492

Published on

Organisés les 15 et 22 novembre 2012 à l'espace multimédia de la Bibliothèque Landowski de Boulogne-Billancourt, ces ateliers ont pour but d'aider les bibliothécaires à établir une veille …

Organisés les 15 et 22 novembre 2012 à l'espace multimédia de la Bibliothèque Landowski de Boulogne-Billancourt, ces ateliers ont pour but d'aider les bibliothécaires à établir une veille d'information et une veille documentaire efficaces (Camille Rivory – Clamart), communiquer sur le web (Quentin Ruffin – Suresnes), accroître l’efficacité collaborative de son service (Nicolas Andry – Antony).

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
492
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide
  • BiB92 est heureux de vous accueilir pour cette matinée d’ateliers webs. Les ateliers seront organisés selon trois grands domaines : établir une veille d'information et une veille documentaire efficaces (Camille Rivory – Clamart), communiquer sur le web (Quentin Ruffin – Suresnes), accroître l’efficacité collaborative de son service (Nicolas Andry – Antony). Comment établir une veille d’information et une veille documentaire efficace ? La recherche d’informations débute principalement avec Google mais pouvons-nous nous permettre tous les jours de refaire cette recherche pour suivre la mise à jour de l’information ? Avons-nous le temps d’aller sur tous les sites web habituels chaque jour ? Comment découvrir de nouveaux sites ? Comment partager ces informations et surtout comment en tirer parti ?
  • Ferme de contenus = Type de site produisant un grand nombre d'articles souvent de faible qualité, avec pour objectif d'obtenir un fort trafic depuis les moteurs de recherche. Carte heuristique = C’est une représentation graphique et synthétique de concepts (ou idées) sous forme d’arborescente (arbre ou graphe). Les concepts constituent les noeuds de l’arbre (ou du graphe) et sont reliés entre eux par des relations. Nommé Mind Mapping par les anglais, la carte heuristique exploite et favorise le fonctionnement naturel du cerveau : association d’idées, utilisation de la couleur et du dessin pour une meilleure mémorisation.
  • Mashup = mixag
  • Diigo très utiles pour les travaux de groupes Socialbookmarking = partage de signets, navigation sociale Citer xmarks, netvibes…
  • Bien sûr nous aurions pu présenter des outils tels que Netvibes ou un mode d’emploi des flux RSS ; néanmoins des outils « clefs en main » existent et peuvent permettre de gagner du temps au sein d’équipe dont le niveau de compétence informatique est varié. Néanmoins les flux RSS peuvent être considérés comme plus rapides et sélectifs.
  • Code : test-atelier bib92.asso@gmail.com http://www.scoop.it/t/bib92/curate?hh=1
  • Satisfaisant pour un neophyte mais compte facebook ou twitter obligatoire
  • Bib92 / test_atelier Profil volontairement vides pour ceux qui veulent tester en direct
  • Crivory chamallow
  • Mon préféré !
  • Web semantique : lier et structurer l’information déjà existante sur internet et en faciliter l’accès grâce au web des données. Quid des collectivités territoriales dans les réseaux sociaux d’entreprise?
  • Transcript

    • 1. TI ON 20 12 RA E BR EM OV C U IV O RY - N & R E ILL LE M CA – IL IB 92VE B N IO AT M FOR
    • 2. INTRODUCTIONOutils collaboratifs, partagés ou privés, les moyens de suivre l’information sur le web sont multiples.Évaluer la crédibilité de l’information est notre travail mais comment valoriser au mieux cette information et la rechercher parmi les méandres de la toile ?Modes de recherches habituels = perte de tempsLa veille n’est pas un concept nouveau mais l’évolution des outils nous fait parler aujourd’hui davantage de « curation ».Tout ceci dans un seul but : informer et aider à la prise de décisions.
    • 3. CURATION : UN CONCEPT ANCIEN…RENOVECurare > latin de “soigner”De l’anglais “curator” > commissaire d’exposition. Il choisit les oeuvres, les organise et les commente.Terme de curation utilisé pour l’essentiel au début dans la communauté scientifique (recherche sur le génôme) Filtrer dans un but précis et pour une audience particulière. Curation = Repérer, ordonner, hiérarchiser, éditorialiser l’information.MAIS Emergence de nouveaux outils avec :- partage (lié au web 2.0)- l’éditorialisation du contenu- Moyens pour conserver ces informations pour des utilisations futures. (personal knowledge management)- 2008 : “digital curator” (Steve Rubel) apparition de ce terme qui désigne les experts d’une thématique et tentent d’en extraire les données les plus importantes et pour les partager
    • 4. QUELQUES REPERESAller au-delà de la base de données (SIGB, Electre…), aller au delà du moteur de recherche.Editorialiser : mettre en une, mettre en valeur (widget plus grand).Il est possible de structurer sa pensée grâce aux cartes heuristiques mais structurer le contenu et notamment l’actualité est plus difficile. D’où la nécessité d’opter pour un outil de curation qui permet de mettre en avant une sélection de textes ou autres. Gare aux “Fermes de contenus” ! A ne pas confondre avec “agrégateur de contenus” Risque de perdre en exhaustivité, voir la curation comme un moyen d’amener vers plutôt que comme une réponse.
    • 5. CURATION DE CONTENUS : MISE EN SCENE DEL’INFORMATIONCinq principes dans la curation de contenus (Rohit Bhargava):1-Agrégation : face aux milliers de réponses hétérogènes fournies par les moteurs web, regrouper en un même lieu des sources pertinentes par rapport à un sujet donné.2-Distillation : dégager la quintessence de l’information, de la façon la plus simple et la plus compréhensible pour tous ; gain de temps pour les utilisateurs >Aller à l’essentiel3-Élévation : pointer les tendances et signaux faibles, à partir d’éléments souvent brefs et éparpillés. L’une des composantes de la curation la plus difficile à mettre en œuvre > nécessite une expertise spécifique et une capacité d’analyse, dans un registre individuel ou collectif.4-Mashup : plusieurs éléments pour créer de nouveaux contenus, en s’appuyant notamment sur divers avis regroupés et partagés en un même lieu.5-Chronologie : forme de curation rassemblant des informations liées à l’historique d’un sujet, organisée chronologiquement pour mettre en évidence l’évolution de ce sujet.
    • 6. OBJECTIFS & ENJEUXLutter contre  « l’infobesité »? S’emparer d’un outil qui fait le buzz ?La curation aide à restructurer des informations disparates autour d’un sujet ou d’un intérêtAvant de mettre en place une curation, décider de la thématique et de l’expertise que l’on souhaite valoriser (politique documentaire, management, etc). Rôle de l’expertise humaine, le veilleur est un professionnel avec une méthodologie bénéficiant du prestige de son institution et oeuvrant avec objectivité. D’où une plus grande crédibilité >Mécanisme de confianceAlimentation et animation d’une communauté, créer du contenu, veiller un secteur
    • 7. NS IO RAT CU DE ES PL EMEX
    • 8. MÉTHODOLOGIECibler son besoinFiltrer, agréger, enrichir des contenusPublier, mettre en scènePartager (mais avant vérifier les liens un minimum !)Améliorer
    • 9. DE DEL.ICIO.US & DIIGO À…A l’origine un souhait de sauvegarder ses marque-pages (delicious créé en 2003, racheté par yahoo en 2005 puis menacé de fermeture en 2010 et depuis repris par Avos)Indexation des ressources avec des tags et l’accès aux bibliothèques des autres utilisateurs> Mais l’éditorialisation était absente et la connexion sociale inexistante. Diigo compense les lacunes en socialbookmarking de Delicious.Concurrence de Diigo qui permet de partagerDésormais : sources proposées, présentation des contenus plus dynamique, outils statistiques, partage vers les réseaux sociauxMais d’autres outils existent et peuvent automatiser ces démarches
    • 10. UXER.LI FL AP E IT ET P D OOP LEDE SC IL PLEVE’EXEM L
    • 11. LE PANORAMA DE PRESSE AVEC SCOOP-ITLe problème n’est pas l’augmentation de l’information sur le web mais la manière de le filtrerScoop it rediffuse dans un compte twitter ou facebook. Effet de chaîne, logique virale du web socialPage peut-être publiqueOutil qui indexe automatiquement. A nous de sélectionner dans un deuxième temps ce qui est pertinent ou non (suppression possible)BookmarkletDéplacer les postsPossibilité de commenter les itemsScoop it outil de curation manuelleCréation d’un magazine (topic) constitué d’articles (post)EditorialisationInscription à partir d’un comote twitter ou facebook ou manuellement via un formulaireExport limité à 10 articles pour la version gratuite
    • 12. UNE VEILLE AUTOMATISEE AVEC PAPER.LIUn modèle de freemium proposé par la société Small Rivers en 2009 (gratuit mais plus d’options en passant en compte pro) fonctionnant grâce à la publicité (entre autres)Le patchwork de contenus peut-être créé à partir de son compte twitter, facebook ou à partir de recherches thématiques. Un moyen de faciliter la lecture des actualités twitter ou facebook.Moteur de recherches agissant sur les comptes twitter, des hashtags, des flux RSS, etcPossibilité d’ajouter l’outil Paper .li (bookmarklet) dans la barre de son navigateurPersonnalisation de la page possible : nom du journal, police, image de couverturePossibilité de contrôler la mise à jour du journal et sa publication sur son compte twitter ou facebook.Possibilité de suivre des journaux déjà créés, des thèmesPossible de s’y abonner (être prévenu par mail si maj ou non) et de régler la mise à jour du journalPossible de partager le journal ou un extrait (soit sous forme de widget par intégration sur un site ou par les réseaux sociaux)Plusieurs types de contenus intégrés (vidéos, images, texte…)Les + une mise en page plus sexy que NetvibesPaper.li outil de publication automatique
    • 13. UE ATIQ EMES TH LTRE E , PEAR LLORIFY EIC STV VE A
    • 14. STORIFYCréé en 2011Journal automatique comme paper.li mais avec possibilité de sélectionner précisément des tweets ou des posts.Permet d’ajouter du texte entre les posts et donc une éditorialisation plus pertinente et personnalisée. > On dit de storify qu’il va révolutionner le journalismePositionnement social prédominant et possibilité de partager via un widget le journal (permet ainsi de toucher un public qui n’est pas nécessairement sur les réseaux sociaux)Produit encore à ses débuts, à suivre donc…(amélioration du référencement à prévoir, navigation à améliorer, etc)
    • 15. PEARLTREESFondé en 2008En 2012 > 1 M° de visiteurs uniquesoutil de curation gratuit sous forme heuristique permettant de référencer des sites web (ou "bookmarker") et de les gérer à travers une interface attractive.Chaque page bookmarkée est représentée par une bulle, appelée perle.Les utilisateurs organisent leurs perles en les rassemblant dans des dossiers de perles appelés Pearltrees.Possibilité de rebondir facilement d’un utilisateur à un autre autour de centres d’intérêt ou de ses propres pearltrees = serendipité à la clefPossibilité de partage, de faire équipe, etcApplication mobilePossibilité de communiquer (commentaires, messages…)Une interface déroutante au premier abord mais finalement très claireFraming : pages web référencées affichées dans un frame
    • 16. A PRENDRE EN COMPTE…Les aspects juridiquesLimites juridiques (droit à l’image VS Pinterest)Redirection de contenu : Droit d’auteur ou droit de citation ?Veiller est-ce créer une oeuvre d’information ?Amplification des fausses rumeursLes aspects économiquesModèle freemium (disparaître ou devenir payant ?)Les infos sont stockées en ligne : simplicité, gratuité (dropbox…) mais risque de perdre ses mémoires numériques
    • 17. INTERROGATIONS…POUR L’AVENIRWeb sémantique : une solution ?Nécessité d’utiliser les réseaux sociaux et les fonctions de partageEmergence des réseaux sociaux d’entreprise et donc de nouveaux moyens de partager l’informationD’autres modèles à découvrir : Flipboard, searcheeze, backtheweb, pinterest (curation d’images et vidéos), newsmix, memolane, etc.La veille pour être conduite efficacement doit être incluse dans la fiche de poste, dans un plan d’amélioration des compétences et de coopération (formation mise en commun), animation et accompagnement des agentsChoisir un outil de curation est un acte personnel. Il correspond à votre démarche mais aussi à votre aisance à manipuler des produits web. Enfin il ne doit pas se laisser influencer par des tendances ou classements divers.Ne pas confondre avec les outils de communication (facebook et twitter ne permettent pas une recherche dans les produits). Exploiter au maximum les barre d’outils des navigateurs
    • 18. MERCI !

    ×