• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Atelier BiB92 _ Communiquer Quentin Ruffin
 

Atelier BiB92 _ Communiquer Quentin Ruffin

on

  • 604 views

Organisés les 15 et 22 novembre 2012 à l'espace multimédia de la Bibliothèque Landowski de Boulogne-Billancourt, ces ateliers ont pour but d'aider les bibliothécaires à établir une veille ...

Organisés les 15 et 22 novembre 2012 à l'espace multimédia de la Bibliothèque Landowski de Boulogne-Billancourt, ces ateliers ont pour but d'aider les bibliothécaires à établir une veille d'information et une veille documentaire efficaces (Camille Rivory – Clamart), communiquer sur le web (Quentin Ruffin – Suresnes), accroître l’efficacité collaborative de son service (Nicolas Andry – Antony).

Statistics

Views

Total Views
604
Views on SlideShare
604
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
8
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Atelier BiB92 _ Communiquer Quentin Ruffin Atelier BiB92 _ Communiquer Quentin Ruffin Presentation Transcript

    • Communiquer sur le webAteliers numériques Bib92 - novembre2012Quentin RuffinMédiathèque de Suresnes
    • Internet, un formidable outil de communication à conditionde bien déterminer:- les publics visés- le type de message ou d’information- les moyens techniques- les moyens humainsInternet répond de plus en plus à une logique de flux.Aujourd’hui s’est développée une économie de l’attention.La communication en ligne est une construction passantpar des vecteurs spécifiques.
    • I. Les supports de communication les plusfréquemment utilisés par les bibliothèques 1. Pour des informations institutionnelles et pratiques 1.1 Le site Internet, le portail- Un outil pivot s’adressant à tous les publics- Le premier (et parfois le seul) support de communication misen place par les bibliothèques- Concentre de nombreux contenus dès la page d’accueil,vitrine de l’ensemble de l’activité des bibliothécaires- Porte d’accès (« hub ») pour les autres vecteurs decommunication: blog, présence sur les réseaux sociaux…Ex: BM Antony, BM Lyon
    • 1.2 Les flux RSS- Affichés dans un agrégateur de contenus (iGoogle, Netvibes…)- Flux permettant de concentrer et de filtrer les informations- Proposer des flux jugés utiles pour les usagers : actionsculturelles, nouvelles acquisitions…- Certains CMS proposent aux usagers de créer leurs propresfluxEx: BM Toulouse, BM Suresnes 1.3 La page Google+- Propose dès la page de résultats de recherche Google desinfos pratiques (accès, horaires, numéros de téléphone…)Ex: BM Suresnes
    • 1.4 La page Wikipedia- Une source d’information très utilisée par nos usagers- Les bibliothèques y sont rarement mentionnées alors que l’on ytrouve très souvent un article consacré aux villes- Pour les informations d’ordre historique, architecturale…- Permet aussi de présenter les collections, activités ou servicesde la bibliothèqueEx: Bibliothèque Carnégie de Reims, BM de Rennes métropole
    • 2. Pour des informations plus ponctuelles 2.1 La newsletter- Permet une communication régulière et systématique- La newsletter doit être concise et hiérarchisée- Envoyée aux usagers en ayant fait la demande ou s’y étantinscrits, sinon peut-être jugée trop « intrusive » !Ex: BM Toulouse 2.2 Le mailing- Intéressant pour des contacts liés à des événementsponctuels, pour un groupe d’usagers particuliers (en lien avecune animation…)- Pas d’envoi massif, doit être personnalisé- Peut être remplacé avantageusement par des fonctionnalitésde Facebook (« Evénement »)
    • II. Les supports de communication exigeant descontributions et un contrôle réguliers La question de l’identité numérique- Qui suis-je ? Suis-je bien identifiable ?- Comment diffuser efficacement nos contenus originaux sur lesdifférents medias ?- 4 principales identités numériques: institutionnelle, de service,thématique, personne-ressource- … auxquelles doivent correspondre des identités visuellesspécifiques !- associer le service Communication
    • 1. Pour des publications mensuelles 1.1 Le blog « global » : un outil de communicationlocal- Des plateformes d’hébergement gratuites et faciles à utiliser- Nécessite une contribution régulière- Des publications courtes (« billets »), datées et signées- Peut pallier une absence de site web dynamique : constitueune sorte de « fil d’actualité » enrichi- Mais un support gratuit montrant rapidement ses limites- L’autorisation du post de commentaires nécessite un contrôlerégulier car la modération a posteriori est à privilégierEx: BM Roubaix, BM Antony
    • 1.2 Le blog « thématique » : susceptibled’intéresser un public plus large- Complète un portail généraliste avec des blogs visant despublics particuliersEx: BM de Toulouse- Peut intéresser une communauté d’amateurs sur une sujetspécifique- Valorise les compétences de bibliothécaires se posant en« découvreurs de pépite »- Peut créer une interaction entre eux et des internautes, unevéritable « médiation numérique » se développe alorsEx. de blogs musicaux: Mediamus (Dole), Bmol (Grenoble),Semelazic (Fontenay-sous-Bois)
    • 1. Pour des publications hebdomadaires (au minimum) 1.1 Facebook- Une page et non un profil !- Touche un public spécifique : adapter le ton, poster desinformations « décalées »- Demande de bénéficier d’une certaine liberté de parole au seinde la mairie- Conquérir des fans et les fidéliser exige des publicationsfréquentes- Possibilité de s’appuyer sur des statistiques précises- Nécessite une modération permanente- Génère de véritables échanges avec les publics- Intéressant mais chronophage car il faut être créatif !Ex: Bnf / GallicaEx: Toulouse / Suresnes
    • 2. Pour des publications quotidiennes (ou presque !) 2.1 Twitter- Une contrainte formelle forte (mini-message de 140caractères)- Pour les informations ponctuelles et surtout informatives- Un public plus restreint que sur Facebook (technophiles)- Nécessite une fréquence de publication très soutenue,demande donc d’avoir beaucoup de contenus à partager- Instaure un échange très poussé avec les usagers(simultanéité…)- Pourrait permettre de remplacer le service d’envoiautomatique de mail ou de SMSEx: Toulouse, Angers
    • III. S’inscrire dans des réseaux sociaux culturelles 1. Partager et diffuser son expertise dans des réseaux bien organisés comptant de nombreux membres actifs- Possibilité de s’insérer dans un réseau spécifique et d’êtreidentifié comme professionnel culturel (profil « pro ») pour uncercle plus large que notre public local- Récupération de contenus de qualité pouvant enrichirdirectement nos catalogues publics (payant)- Un moyen de favoriser la contribution des usagers et d’animerune communautéEx: Réseaux consacrés aux livres : Babelio, Libfly, LibrarythingEx: Réseaux consacrés à plusieurs supports : Senscritique
    • Des questions ? Des questions
    • Merci !Contact: qruffin@ville-suresnes.fr