• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Bilan et Projet MSHS-T
 

Bilan et Projet MSHS-T

on

  • 3,471 views

 

Statistics

Views

Total Views
3,471
Views on SlideShare
3,350
Embed Views
121

Actions

Likes
0
Downloads
8
Comments
0

2 Embeds 121

http://w3.msh.univ-tlse2.fr 120
http://127.0.0.1 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Bilan et Projet MSHS-T Bilan et Projet MSHS-T Document Transcript

    • MSHS-T 2011-2014 Page 1 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Dossier scientifique Table des Matières LES GRANDES LIGNES DU BILAN/PROJET ...............................................................................................................................................3 BILAN 2005‐2009 ............................................................................................................................................................... 4 A. PRESENTATION DU FONCTIONNEMENT DE LA STRUCTURE ....................................................................................................................4 1. Bref historique...................................................................................................................................................................4 2. Moyens..............................................................................................................................................................................4 3. Direction et Conseils..........................................................................................................................................................5 B. REALISATION DU PROJET SCIENTIFIQUE ET EFFETS STRUCTURANTS .........................................................................................................6 1. Actions Incitatives Interdisciplinaires................................................................................................................................6 a) axe patrimoine.................................................................................................................................................................................7 b) axe territoires‐villes‐mode de vie‐environnement ..........................................................................................................................9 c) axe travail‐marché‐risque ..............................................................................................................................................................12 d) axe modélisation‐simulation‐spatialisation (création de l’axe en 2007) .......................................................................................14 2. Implication dans la politique de site et rayonnement.....................................................................................................15 a) politique de site .............................................................................................................................................................................15 b) rayonnement national et international .........................................................................................................................................16 c) communication ..............................................................................................................................................................................17 3. Équipements mutualisés, Plateformes, Bases de données..............................................................................................18 a) équipements mutualisés, plateformes ..........................................................................................................................................18 b) bases de données, portails ............................................................................................................................................................19 PROJET 2011‐2014 ........................................................................................................................................................... 20 A. DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE DE L’UNITE POUR 2011‐2014 ...............................................................................................20 B. FONCTIONNEMENT DE LA STRUCTURE ...........................................................................................................................................21 C. DETAILS DES PROBLEMATIQUES SCIENTIFIQUES ...............................................................................................................................24 1. Thématiques structurantes .............................................................................................................................................24 a) la montagne, évolutions environnementales et modes de construction sociale...........................................................................24 b) le religieux dans la Cité ..................................................................................................................................................................27 c) Genre, Cultures, Transmissions......................................................................................................................................................29 d) Environnements, Risques, Vulnérabilités ......................................................................................................................................32 e) Profession et marché du travail .....................................................................................................................................................37 f) Choix social, équité, coopération ...................................................................................................................................................41 2. Ateliers de dialogues interdisciplinaires..........................................................................................................................43 a) regards croisés Nord‐Sud : expertise et recherche‐action.............................................................................................................43 b) formalisation en Sciences Humaines et Sociales ...........................................................................................................................47 3. Plateformes et Bases de Données ...................................................................................................................................48 a) Conservation de sources (RNMSH) ................................................................................................................................................49 b) Base d’experts MHS (Adonis).........................................................................................................................................................49 c) Archéologie et Environnement ......................................................................................................................................................49 d) Banque d’Images des Patrimoines et Territoires (GÉODE, Adonis) ...............................................................................................49 4. Actions Incitatives Interdisciplinaires..............................................................................................................................50 Page 2 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Les grandes lignes du bilan/projet La Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse (MSHS-T) présente dans ce document le bilan de son 3ème contrat quadriennal et un projet pour un 4ème contrat. La MSHS-T est une structure fédérative (MSH9, DS6) réunissant l’Université Toulouse 1 et l’Université Toulouse 2 autour de quatre axes de travail scientifique interdisciplinaire « Patrimoine », « Territoires-Villes-Mode de vie- Environnement », « Travail-Marché-Risque », « Modélisation-Simulation-Spatialisation », englobant un ensemble de 15 sous-axes. Durant ce dernier quadriennal, la MSHS-T a essentiellement financé une trentaine d’actions innovantes à caractère interdisciplinaire par an. Quelques évènements transversaux aux axes (sur la thématique de la construction européenne par exemple) ont aussi été portés. La MSHS-T participe par ailleurs au bon ancrage et rayonnement des Sciences Humaines et Sociales sur le site toulousain, ainsi qu’au niveau national et international, en présentant de façon unifiée l’ensemble des savoirs et compétences des équipes de recherche qui la constituent. Elle est particulièrement présente sur les domaines du « Patrimoine » et « Santé/Société/Environnement ». Enfin, la MSHS-T a favorisé le développement d’équipements et de plateformes communs en six projets, en particuliers auprès de financeurs tels que la région Midi-Pyrénées ou le TGE ADONIS. La MSHS-T se présente pour 2011-2014 comme un Hôtel à Projets Interdisciplinaires. Les projets sélectionnés pour démarrer le quadriennal 2011-2014 ont émergé des assises que la MSHS-T a organisées en décembre 2008 et sont présentés en détail dans le document. Ils feront l’objet d’un suivi attentif du Conseil Scientifique de la MSHS-T. L’ensemble du projet de la MSHS-T est resserré autour de six propositions, appelées « thématiques structurantes » (au lieu des 15 sous-axes actuels qui couvrent l’ensemble des sciences humaines et sociales), de deux « ateliers de dialogues interdisciplinaires » à caractère essentiellement méthodologique et de quatre plateformes techniques, dont une au moins est de niveau international, qui viennent appuyer les thématiques structurantes. Entérinant des partenariats étroits déjà existant entre les trois universités au sein de la MSHS-T, celle-ci se positionne au niveau du « site toulousain » en accueillant la 3ème université toulousaine parmi ses tutelles. Son implication dans la politique de site est maintenue et renforcée sur les thèmes de la « conservation et la valorisation du patrimoine » et sur l’articulation « société/environnement ». Rappelons que les MSH sont réunies en Groupement d’Intérêt Scientifique depuis 2006 (GIS Réseau National des Maisons des Sciences de l’Homme), qu’elles jouent un rôle de fédérateur pour les Sciences Humaines et Sociales (SHS) et de facilitateur de projets qui se développent dans le respect des cinq « i » autour desquels est structurée la charte du réseau des MSH : Interdisciplinarité, Inscription territoriale, Identité scientifique, développement à l’International, coopération Inter-institutions. Site du réseau des MSH : http://www.msh-reseau.fr/ Site de la MSHS-T : http://w3.msh.univ-tlse2.fr Le document qui suit contient des références à un certain nombre de documents qui sont accessibles directement en ligne et ne sont donc pas joints en annexe. Il est donc préférable de disposer d’une version électronique de ce dossier de bilan-projet. Page 3 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Rapport scientifique BILAN 2005-2009 A. Présentation du fonctionnement de la structure 1. Bref historique Au titre de l’ACI « Réseau des MSH », l’Université Toulouse 2 le Mirail (UT2) avait signé, dès l’année 2000, un contrat d’objectifs correspondant à la mise en place d’une Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) permettant d’affirmer la visibilité nationale du potentiel de recherche de l’UT2. Trois grands axes d’excellence y étaient définis : Patrimoine, Territoires et territorialités, Études sur le travail. Pour le contrat quadriennal 2003-2006, formalisant les liens scientifiques avec l’Université Toulouse 1 à dominante Sciences Sociales et Juridiques, la MSHS s’étend à cette dernière et est reconnue comme structure fédérative UT1-UT2 par le ministère sous l’appellation « Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse ». La Maison se dote de trois axes de recherche supplémentaires : Conditions de vie, Sciences humaines et sociales pour l’entreprise et Interactions-cognition-information. Enfin pour le contrat en cours 2007-2010, la MSHS-T est une structure fédérative (MSH9, DS6) réunissant l’UT1 et l’UT2 autour de quatre axes « Patrimoine », « Territoires-Villes-Mode de vie-Environnement », « Travail-Marché-Risque », « Modélisation-Simulation- Spatialisation » et 15 sous-axes. Elle rassemble 25 unités de recherche dont 11 sont des unités mixtes CNRS. La MSHS-T est constitutive du GIS Réseau National des MSH (RNMSH) et, à ce titre, est signataire de la Charte du Réseau des Maisons des Sciences de l’Homme qui cadre les missions des MSH soucieuses de fédérer, structurer et dynamiser la recherche en Sciences Humaines et Sociales (SHS). La MSHS de Toulouse est en appui sur l’Unité Mixte de Service CNRS (UMS 838, tutelles UT2 et CNRS) qui doit notamment mettre à sa disposition des personnels. Contrairement à l’ensemble des autres MSH du réseau en appui sur une unité mixte du CNRS, qui constitue la majeure partie des MSH, l’UMS 838, créée en 1994, était à Toulouse préexistante à la MSH avec une mission de gestion de la recherche à l’UT2. L’UMS 838 ne s’appelle donc pas « Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse » mais a gardé son appellation « Unité Mixte de Service de Toulouse le Mirail ». Les missions et les tutelles des deux structures sont différentes, ce qui a toujours posé un problème de concurrence d’objectifs, en particulier dans le choix des priorités dans l’affectation des moyens en personnels de l’UMS. 2. Moyens La tension due au manque de personnels d’appui à la recherche à l’UT2 ainsi que l’absence de personnels d’appui de l’UT1 (l’UT1 n’est pas tutelle de l’UMS 838) fait que la MSHS-T dispose de très peu de moyens humains pour mettre en place ses actions : 1 Assistante de direction (AI CNRS), 1 Assistant Ingénieur chargé de communication (CNRS), 1 Ingénieur d’Études responsable documentation/archive (UT2) et 1 Ingénieur d’Études chargé du développement d’Applications Informatiques (UT2), tous partagés avec l’UMS 838 mais qui participent aux réseaux de métiers des 23 maisons du RNMSH ; ½-temps Ingénieur d’Études (CNRS) et un ¼-temps technicien (CNRS) pour l’appui aux programmes ; le reste des missions étant assurées par les services communs de l’UMS au même titre que pour les unités de l’UT2. Depuis 2005, aucun personnel n’a été affecté à l’UMS 838 sur des missions relevant de la MSHS-T. Le nombre de personnels de l’UMS 838 affectés à des missions de la MSHS-T a baissé en quatre ans puisque B. Aït Kalati (informaticien AI CNRS) qui était chargé, pour ½ temps, du développement des bases de données pour la MSHS-T a été affecté à temps plein en appui au laboratoire LISST (UMR CNRS 5193) et C. Pottier (IE UT2) qui était en appui aux programmes de l’axe 3 de la MSHS-T a été Page 4 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 affectée à ½ temps à la mise en place et au suivi de l’Espace Documentation Recherche de l’UT2. Notons enfin que les crédits affectés à l’UT1 sont gérés directement par la division de la recherche de cette université. Les recettes 2009 de la MSHS-T sont de 90 750 € qui se répartissent de la façon suivante : 40 000 € au titre de l’UT2, 15 000 € au titre de l’UT1, 10 000 € de participation de l’UMS 838 aux frais de fonctionnement, et 25 750 € de ressources propres (financement ADONIS et RTRA STAE). La répartition des dépenses pour 2007 et 2008 apparaît dans le tableau qui suit. Les établissements UT1 et UT2 prélèvent à eux deux 7 050 € au titre du BQR. Peu de projets ont été engagés durant l’année 2007 à cause du changement de direction à la MSHS-T qui a pris un certain temps. Bilan Financier 2007 Bilan Financier 2008 Recettes : Recettes : - Subvention d’état UT2 40 000 € - Subvention d’état UT2 40 000 € - Subvention d’état UT1 15 000 € - Subvention d’état UT1 15 000 € - Participation UMS 838 10 000 € - Ressources Propres (contrats) 14 000 € TOTAL 55 000 € TOTAL 79 000 € Dépenses : Dépenses : - BQR UT2 6 000 € - BQR UT2 6 000 € - BQR UT1 1 050 € - BQR UT1 1 050 € - Axe PATR 5 500 € - Axe PATR 9 300 € - Axe TVME 3 000 € - Axe TVME 10 985 € - Axe TMR 9 200 € - Axe TMR 12 200 € - Axe MSS 1 629 € - Axe MSS 8 000 € - Actions transversales 7 500 € - Actions transversales 21 465 € - Fonctionnement Général 11 450 € - Fonctionnement Général 10 000 € - Provision Alloc. de recherche 9 671 € TOTAL 79 000 € TOTAL 55 000 € 3. Direction et Conseils Direction : la direction de la MSHS de Toulouse est assurée depuis juin 2007 par Bertrand Jouve, Maître de Conférences en mathématiques appliquées, spécialiste des graphes et réseaux. Il a pris la suite de Jean-Gérard Gorges, historien alors détaché Chargé de Recherche CNRS. Bertrand Jouve est aussi directeur de l’UMS 838 depuis 2005. Conseil Scientifique : le CS de la MSHS-T est constitué du directeur, des coordonnateurs d’axes, des vice- présidents Recherche de l’UT1 et de l’UT2, de la Déléguée régionale du CNRS. Sont invités permanents : les ingénieurs ou techniciens en appui aux axes, l’assistante de direction et la directrice–adjointe de l’UMS 838. Il délibère sur le choix des actions à soutenir (notamment financièrement) et propose des orientations de politique scientifique. Il donne un avis sur la nomination ou le renouvellement du directeur. Le CS s’est réuni sept fois depuis juin 2007. Notons que si le CNRS n’est pas officiellement tutelle de la MSHS de Toulouse, dans les faits, il est représenté au Conseil Scientifique de la MSHS-T. Bureaux d’axe : chaque axe de la MSHS-T a un coordonnateur de chacune des deux universités. Dans chaque axe, un bureau de trois ou quatre personnes est consulté par les coordonnateurs, il prépare notamment les échanges avec le Conseil Scientifique de la MSHS-T. Page 5 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Assises de la MSHS-T : dans un effort réflexif et programmatique, la MSHS-T a tenu des « Assises » sur deux jours ½ fin 2008. L’objectif en était de questionner l’organisation scientifique actuelle de la MSHS-T sur 1) son articulation avec les UMR et EA du site, 2) sa position dans le site, 3) son inscription territoriale (relation avec les collectivités territoriales). Serge Wolikow, Président du Réseau des MSH, Nicole Belloubet 1ère adjointe au Maire de Toulouse, Marie-Christine Jaillet et Hugues Kenfack respectivement Vice-présidents Recherche de l’UT2 et de l’UT1, Sylvie Bourdin 2ème Vice_présidente Recherche de l’UT3, ainsi que de nombreux directeurs de laboratoires étaient présents. Une synthèse a été rédigée qui est la base du projet scientifique présenté ci-après pour le quadriennal 2011-2014. B. Réalisation du projet scientifique et effets structurants Le projet scientifique de la MSHS-T est découpé en quatre axes scientifiques fortement interdisciplinaires, rappelés au début du paragraphe précédent, auxquels s’ajoutent quelques actions transversales aux axes. La MSHS-T est un instrument de développement de la recherche, essentiellement à dominante Sciences Humaines et Sociale, dans les frontières entre disciplines ou institutions qu’elle incite à explorer. Elle participe au bon ancrage et rayonnement des sciences humaines et sociales sur le site toulousain, ainsi qu’au niveau national et international. Enfin, la MSHS-T favorise le développement d’équipements ou de plateformes communs. Nous présenterons le bilan de la MSHS-T en suivant ces différentes dimensions. 1. Actions Incitatives Interdisciplinaires La MSHS-T soutient financièrement ou par son label une trentaine d’Actions Incitatives Interdisciplinaires (AII) par an pour un montant annuel total d’environ 36 000 €, et qui constituent le cœur du travail de chaque axe. Deux tiers des financements (6 000 € par axe) sont répartis directement par les bureaux des axes et soumis pour approbation au CS de la MSHS-T. Un tiers des financements (12 000 €) est réparti directement par le CS de la MSHS-T sans équilibre a priori entre les axes. Les financements sont modestes, rarement plus de 2 000 € par opération. Ces actions ont un double objectif. Elles permettent d’abord à la MSHS-T de jouer un rôle d’incubateur, qui complète le cadre des Projets Ponctuels de Recherche (PPR) du Conseil Scientifique de l’UT2 ou du PRES Université de Toulouse, ceux-ci étant non nécessairement interdisciplinaires. Elles permettent ensuite à la MSHS-T d’affirmer sont soutien à des évènements que le CS de la MSHS-T juge importants au regard de la dimension interdisciplinaire et du rayonnement des Sciences Humaines et Sociales du site toulousain. Un formulaire de deux pages, disponible en ligne à l’adresse http://w3.msh.univ- tlse2.fr/spip/IMG/doc_questionnaire_financement_MSHS-T.doc , est à remplir par le demandeur de financement ou de label. Hormis les rubriques administratives, le demandeur doit justifier que son projet est structurant pour la recherche dans laquelle il s’inscrit, qu’il permet l’échange entre équipes de chercheurs d’unités différentes et entre juniors et séniors, enfin qu’il répond à une dynamique de recherche soit Interdisciplinaire, soit Internationale, soit d’Implantation territoriale (régionale), soit Inter-MSH. La liste des opérations aidées pour l’année en cours est disponible à http://w3.msh.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?rubrique87, et un bilan par axe est présenté ci-dessous. Deux appels à projets ont lieu par an pour être débattus en CS de la MSHS-T mi-décembre et mi-juin. Ces actions existent depuis plusieurs années, fonctionnent assez bien et sont appréciées pour leur souplesse de mise en œuvre. La plupart des actions correspondent à des colloques, séminaires ou journées d’études qui favorisent l’hybridation des savoirs. Depuis 2008, nous tentons de diversifier les types d’actions en prenant aussi en compte les demandes de financement de missions pour des doctorants vers des laboratoires étrangers ou des colloques internationaux, toujours dans une approche interdisciplinaire (deux financements de ce type). Page 6 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 A) AXE PATRIMOINE (i) Réseaux intellectuels et sociabilités culturelles Dans ce sous-axe, la MSHS-T a permis de renforcer les contacts entre différentes équipes de recherche toulousaines, et en particulier entre UT1 et UT2. Plusieurs manifestations scientifiques ont été soutenues par la MSHS-T, colloques et journées d’études. En novembre 2005, s’est tenu le Colloque international « S'écrire et écrire sur l'Antiquité. L'apport des correspondances à l'histoire des travaux scientifiques », organisé par C. Bonnet et V. Krings pour l’équipe ÉRASME (JE 2392, intégrée dans PLH en 2007), qui a permis de faire le point, à partir d'une série de dossiers archivistiques d'antiquisants (historiens, épigraphistes, archéologues, historiens de l'art, historiens des religions, etc.), sur l'intertextualité entre lettres et œuvres. Les actes de ce Colloque sont parus en 2008 aux éditions Jérôme Millon : Bonnet Corinne, Krings, Véronique (éd.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité. L’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Jérôme Millon, Collection Horos, Grenoble, 2008. En 2006, un cycle de séminaires interdisciplinaire a permis de réunir différents chercheurs autour de la question « Toulouse, un relais intellectuel européen ». Le séminaire PLH-ÉRASME, partiellement financé par la MSH, a été consacré à l’étude de « L’Antiquité en réseaux » (2007-2008 et 2008-2009). On y a questionné toutes les formes de réseaux à l’échelle nationale et internationale, individuelle et institutionnelle. On a aussi scruté les héritages et les filiations, au service de la production des savoirs. Un volume rassemblera les différentes contributions. À la suite de ces travaux, les équipes PLH-ÉRASME et TRACES ont sollicité et obtenu un PPR sur « L’Antiquité en réseaux. Ce portail informatique sur les correspondances de savants antiquisants francophones, XIXe et XXe siècles » débutera à l’automne 2009. Le projet vise à rassembler des correspondances, matériaux sont très dispersés, sous-exploités et mal connus, puis de mener un travail d’inventaire avant de proposer un outil informatique permettant leur exploitation. Le PPR servira de socle pour la préparation, durant le futur quadriennal, d’un dossier ANR touchant à l’histoire des disciplines concernant l’Antiquité et les modalités de la coopération scientifique entre France et Allemagne aux XIXe et XXe siècles. Les étudiants de M2 du Master « Sciences de l’Antiquité » doivent réaliser un stage professionnalisant ou de recherche de 25 heures. L’un des stages de recherche est coordonné par C. Bonnet et concerne l’édition d’une correspondance scientifique de Franz Cumont. Enfin, en partie grâce au soutien de la MSHS-T, les laboratoires TRACES, ÉRASME et FRAMESPA ont poursuivi leurs collaborations pour leurs recherches consacrées à l’univers intellectuel et culturel des préhistoriens au début du XXe siècle. En mars 2006, une journée d’étude consacrée au Dictionnaire des Antiquités de Daremberg et Saglio a permis de poursuivre les travaux engagés suite à la mise en ligne du dictionnaire. (ii) Noms de lieux, noms de personnes, noms de famille : la nomination en héritage Dans ce domaine, l’axe Patrimoine de la MSH a permis de maintenir des contacts entre les différents laboratoires toulousains, engagés sur des projets parallèles et croisés concernant tout autant les questions d’anthroponymie et de nomination, que d’identité et d’états-civils : l’ERSS, le Centre d’Anthropologie, FRAMESPA, ÉRASME en particulier. En octobre 2008, la MSH a participé au financement et à l’organisation du colloque international « Langage du travail, travail du langage. Approche historique de l’identité professionnelle dans les dispositifs de nomination et d’enregistrement des personnes », organisé par Claire Judde de Larivière et Georges Hanne (FRAMESPA). Le colloque visait à comprendre les conditions d’élaboration et de nomination des identités professionnelles, en étudiant les dispositifs de mise en enquête et d’enregistrement. Il s’agissait donc d’analyser les procédures de mise à l’écrit et donc de catégorisation d’une identité spécifique, celle liée au travail et à l’activité professionnelle, par le biais d’une approche comparée, dans le temps et dans l’espace. De la fin du Moyen Âge à nos jours, la nomination professionnelle est apparue comme l’un des identifiants les plus courants et immédiats dans les procédures d’enregistrement ordonnées par la puissance publique. Sur le temps long, la tension entre des catégories produites par les acteurs eux-mêmes et des catégories définies par le pouvoir a été une constante. Dès lors, étudier ces moments de définitions, pour les périodes anciennes comme encore aujourd’hui s’est révélé particulièrement intéressant. Page 7 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 (iii) Milieux naturels et apports culturels : Paysages, Tourisme et valorisation du Patrimoine L’un des objectifs du sous-axe était avant tout de favoriser les échanges et débats autour de la question de la définition du « patrimoine ». Plusieurs séminaires ou rencontres plus informelles, notamment avec des représentants de la ville de Toulouse et de la Région Midi-Pyrénées, ont permis de poursuivre les discussions et de proposer des réponses adaptées et réfléchies à la demande des institutions publiques partenaires de l’université. Jean-Marie Pailler et Claire Judde de Larivière participent régulièrement aux Ateliers du Patrimoine, organisés chaque année par le Conseil Régional Midi-Pyrénées, en partenariat avec l'Association Nationale des Villes et Pays d'art et d'histoire et des Villes à secteurs sauvegardés et protégés et l'Association des Régions de France. Ces Ateliers constituent une opportunité supplémentaire de nouer des contacts avec des institutions, potentielles partenaires des laboratoires de recherche toulousains. Des contacts ont ainsi été établis avec le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, et des projets sont en cours, en particulier pour établir des définitions communes du patrimoine et des moyens partagés de valorisation des savoirs et du patrimoine. Par ailleurs, des chercheurs associés à la MSH de Toulouse ont l’occasion d’intervenir dans le cadre du Master 2 professionnel Patrimoine, implanté à Cahors. Ce diplôme est organisé avec la collaboration d'enseignants de l'Université des Sciences Sociales (UT1) et de professionnels des métiers de la culture. L’axe Patrimoine, et en particulier le sous-axe « Paysages, Tourisme et valorisation du Patrimoine », est devenu un partenaire privilégié de la Revue Midi-Pyrénées Patrimoine, dirigée par Bernard Seiden. La revue compte désormais dans son comité de rédaction de nombreux chercheurs associés à la MSH, qui ont ainsi trouvé un espace de discussion et de débats sur les formes et la définition du patrimoine au XXIe siècle, en combinant des approches scientifiques complémentaires, dans les domaines de l’histoire, de l’histoire de l’art, de la géographie, de l’anthropologie ou de l’archéologie. Enfin, plusieurs initiatives scientifiques ont été soutenues dans ce sous-axe. La MSH a ainsi collaboré à l’organisation du colloque « Tourisme et fait colonial au Maghreb, (XIXe-XXe siècles), en décembre 2006. Organisé par l’équipe Diasporas du laboratoire FRAMESPA (Colette Zytnicki), en étroite collaboration avec le laboratoire Régions et ressources patrimoniales de Tunisie (Université de Tunis La Manouba, Tunisie), le colloque a marqué l’aboutissement de collaborations sur l’histoire du tourisme au Maghreb. Le laboratoire ERITA (Université de Toulouse 2 le Mirail) spécialisé dans l’analyse du fait touristique, était également associé au travail en cours. Le colloque de décembre 2006 a eu pour objectif d’ouvrir la recherche en faisant appel à des spécialistes des domaines concernés : histoire du Maghreb, géographie du tourisme… L’interdisciplinarité y a été essentielle, et historiens, sociologues, géographes, politologues et économistes des deux rives de la Méditerranée ont eu l’occasion de partager leurs vues sur ces questions. (iv) Utilisation, traitement et valorisation des sources en archéologie Prenant appui sur la grande variété des disciplines faisant usage de l’archéologie à Toulouse, ce sous-axe s’est donné comme objectif de mener un travail d’inventaires des ressources à notre disposition, ainsi que des programmes en cours. Plusieurs passerelles relient ainsi désormais différentes équipes, et ont permis la mise en commun des savoirs et des techniques. Un travail d’archivage et de numérisation est en cours, en particulier avec l’appui de TRACES. Différentes initiatives menées dans les différentes structures de recherches sont venues en outre alimenter ce programme. En mars 2007, le laboratoire TRACES a été sollicité pour accueillir dans son université de rattachement le VIIIe colloque AGER, « Les formes de l’habitat rural gallo-romain : typologies à l’épreuve des réalités archéologiques ». La MSH a participé au financement et à l’organisation de l’initiative. En mai 2007, le colloque « Organisation et fonctionnement des premières sociétés paysannes. Structure des productions céramiques de la Ligurie à la Catalogne », a constitué l’aboutissement d’une « Action collective de recherche » qui visait à approfondir les connaissances sur les premiers horizons néolithiques de la France méditerranéenne et de la Catalogne à travers l’analyse des comportements techniques et socio-économiques liés à la production des céramiques. Ont été présentés les principaux résultats de ce programme. Des démarches similaires réalisées en Italie et en Espagne ont également été évoquées. En mai 2008, le colloque « Les cultures constructives de la brique crue », a permis une étude de l’un des modes de construction les plus répandus dans le monde. Ont été abordées les questions des possibles transferts de connaissances technologiques, des phénomènes de migration et d’acculturation. La rencontre internationale a permis à des chercheurs d’origines Page 8 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 scientifiques et géographiques variées d’exposer leurs travaux et d’échanger leurs points de vue sur les cultures constructives employant la brique crue. B) AXE TERRITOIRES-VILLES-MODE DE VIE-ENVIRONNEMENT Cet axe a fonctionné en trois grands types d’activités capitalisant les dynamiques transversales à plusieurs équipes et associant les doctorants. (i) Journée des doctorants (2007-2008) Dans l’esprit des journées proposées aux doctorants par certaines des équipes qui les accueillent ou par l’École Doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (TESC), les Journées des doctorants de l’Axe TVME ajoutent la possibilité d’échanges avec d’autres doctorants travaillant – sur des sujets parfois très voisins – dans d’autres équipes, mobilisant d’autres disciplines ou d’autres approches méthodologiques. Elles ont eu lieu le 13 février 2006, les 12 et 13 février 2007 et les 6 et 7 février 2008. Elles ont rassemblé entre 35 et 40 doctorants. De ces échanges ont émergé des thèmes d’ateliers ou de séminaires qui ont été mis en œuvre par la suite. (ii) Ateliers et séminaires doctoraux (2006-2009) Ces ateliers pluri-annuels ont réuni des doctorants et des enseignants-chercheurs. Ils pouvaient être organisés avec l’École doctorale TESC. Certains ont donné lieu à des publications. - « Espace local » (2005-2007) Animé par Nadine Hachar-Noé (laboratoire SOI, UT3) et Alice Rouyer (LISST, UT2), ce séminaire s’était donné comme objectif d’explorer les fondements et les enjeux méthodologiques des approches "locales" en sciences sociales. Consacré à la formation des étudiants doctorants et à leur ouverture à d’autres champs disciplinaires, il a mis à profit, notamment, le patrimoine d'expériences, d'opérations de recherche et de travaux théoriques des laboratoires de la MSH. Il a, au total accueilli une quarantaine d’étudiants. Chaque séance de séminaire était enregistrée, afin de permettre une retranscription des interventions et débats, en vue d’une éventuelle publication. Entre 2004 et 2007, neuf séances ont été programmées : les approches et référentiels disciplinaires de la notion de "local", les systèmes d’acteurs localisés ; les identités locales, la(les) mise(s) en scène du "local". Ce premier cycle de séminaire a donné lieu à une publication dans les Cahiers des Études et Travaux de l’École Doctorale TESC (février 2006) intitulée « Regards sur l’espace local » ; Choix du terrain et question de recherche en sciences sociales (23 janvier 2006) ; Gouvernance et anthropologie politique (13 mars 2006) ; Interroger les articulations entre représentations, discours et action, l’exemple de l’instrumentalisation de la littérature dans les discours de l’urbanisme contemporain (3 juillet 2006) ; Fragmentation urbaine et circulations (25 janvier 2006) ; Travailler avec Michel Foucault : la fabrique du "local" par les proviseurs. Ce cycle de séminaires a débouché sur une Journée d’étude de l’atelier doctorant espace local : Questions à la sociologie pragmatique (11 décembre 2007). - SHS et environnement (2006-2008) L’objectif fixé initialement visait l’organisation de séminaires articulés autour des questions d’interdisciplinarité, d’environnement et de développement durable. La formule retenue a été celle de séminaires organisés à l’échelle d’une demi-journée sur la base d’une conférence introductive (45 à 60 minutes) animée par un conférencier invité et d’une discussion conduite selon deux axes par deux modérateurs. La programmation a été la suivante : Environnement et interdisciplinarité : quelle place pour les sciences de l’homme et de la société ? (12 mai 2006) ; Interdisciplinarité et production de connaissances autour des questions d’environnement. Entre recherche et expertise scientifiques (30 juin 2006) ; Interdisciplinarité et développement durable (14 septembre 2006) ; Interdisciplinarité et prospective environnementale (13 novembre 2006). Modélisation en gestion des ressources naturelles. Un outil pour le transfert des connaissances chercheurs-gestionnaires (7 mai 2007) et Analyser l’exposition au risque d’inondation : spécificités et complémentarités disciplinaires (5 juin 2007). Page 9 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Ces cycles de séminaire ont débouché sur la réponse à un appel d’offres et sur un Colloque national "Vulnérabilités sociétales, risques et environnement : comprendre et évaluer", 14-16 mai 2008, à la Maison de la recherche, Université Toulouse le Mirail (http://w3.coll-vulnerabilites-2008.univ-tlse2.fr/). - Séminaire « Sociétés, Images et Sons » (2006-2009) Organisé avec l’École doctorale TESC, le laboratoire Dynamiques Rurales (Jean-Pascal Fontorbes, Anne-Marie Granié, Hélène Guetat-Bernard) en collaboration avec le Laboratoire de Recherches en Audiovisuel (Guy Chapouillie, Paul Lacoste), ce séminaire avait pour objectif de mettre l'accent sur les aspects méthodologiques et théoriques concernant les apports de l'audiovisuel dans la recherche en sciences sociales et en sciences humaines. L'audiovisuel est convoqué dans une co-construction, avec les sciences sociales et les sciences humaines, de compréhension des sociétés rurales dans les pays du Nord et dans les pays du Sud. Il s'agit d’écrire avec des images et des sons de la connaissance scientifique élaborée. Entre 2006 et 2008 : 12 séminaires, trois journées d’étude et un colloque : Les différentes approches du film recherche (15 décembre 2006) ; Le film en géographie (12 janvier 2007) ; La mise en images du territoire et du terroir (2 février 2007) ; Images de vie, images de ville et de campagne (23 mars 2007) ; Journée d’études, Le langage filmique comme écriture de recherche (11 mai 2007) ; Fragments de Vie : monde agricole et rural (16 Novembre 2007) ; Travail de terrain et images (14 Décembre 2007) : Séances annulées pour cause de blocus de l’université et reportée en 2008-2009 ; Filmer les mobilités géographiques (18 Janvier 2008) ; Cinéma au féminin (Journée ÉSAV) (8 Février 2008) ; Paysages et mise en images du territoire (7 Mars 2008) ; La mise en scène de la parole. Journée d’étude (4 Avril 2008) ; La rencontre filmant/filmé (19 décembre 2008) ; Le geste documentaire. Journée Depardon (26 janvier 2009) ; colloque « Paysans Paysages », Sorèze (81), (6 février 2009) ; Le film recherche en SHS (27 mars 2009) ; Journée d’étude, Ethnologie et cinéma (23 avril 2009). Cet atelier a permis la visibilisation de la thématique sur le site toulousain qui a été saisi dans son sillage de plusieurs demandes de collaboration, dont la participation à l’organisation de l’école thématique du CNRS « Images et Sons dans l’Étude des Rapport à l’Espace » (Roscoff, ISERE, 31 août 2009-4 septembre 2009). - Séminaire « Lectures du genre dans les productions et les pratiques culturelles hispaniques et hispano- américaines » (2006-2009) Dans ce séminaire intersites organisé par le GRAL, Españ@31, l’IRIEC à Toulouse, CIREMIA à Tours, et coordonné par Mónica Zapata (MSH de Tours) et Michèle Soriano (MSHS-T), il s’est agit, d’une part, de réévaluer les critères de sélection qui fonctionnent dans le marché littéraire et dans l’ensemble des institutions qui produisent la consécration et la canonisation des œuvres et des auteur-e-s (revues et presse spécialisée, maisons d’édition, prix littéraires, anthologies, histoires de la littérature, universités et manuels scolaires, etc.), d’autre part, de s’interroger sur la manière dont les œuvres représentent un corpus et une expérience exemplaires et susceptibles de nourrir une analyse féconde du fonctionnement du genre dans les pratiques littéraires. Les séances se sont tenues alternativement à l’Université de Tours et à l’Université Toulouse II. Thèmes des séances : Genre et canon dans la littérature hispano-américaine (1950-1980). États des recherches et perspectives (Toulouse II, 02/12/2005) ; Genre et canon dans la littérature hispano-américaine II (Tours, 20/01/2006) ; Littérature et féminisme : le parcours d’Angélica Gorodischer (Toulouse II, 10/03/2006) ; Genre et canon dans la littérature hispano-américaine III (Tours, 19/05/2006) ; Journée d’Étude Théorie queer et littératures gay et lesbiennes (Tours, 1/12/2006) ; Journées d’Étude : Femmes/Histoire/histoires (Tours, 3- 4/03/2007) ; Genre et transmission (Toulouse II, 26/10/2007) et Genre, érotisme, sexualité (27/10/2007) ; Le genre en question, théories croisées (Tours, 07/12/ 2007) - Journée d’Études : Genre et violence (Toulouse II, 21/03/2008) ; Genre et autorité (Tours, 21/11/2008) ; Monstres et hors genre (Toulouse II, 13/02/2009). Certains travaux présentés sont publiés ou en cours de publication dans la revue en ligne Lectures du genre (http://www.lecturesdugenre.fr/). Par ailleurs, le projet d’une séance « Genre et interdit » a donné lieu à un Colloque organisé par la MSH de Tours (15 -16/05/2009). - Journée d’étude « Appréhender la notion d’acteur en géographie : quels intérêts théoriques et méthodologiques des représentations ? », 24 avril 2007 Cette journée a été organisée en collaboration avec l'ED TESC par un collectif de jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants) émanant de trois laboratoires (Dynamiques Rurales, le LISST-CIEU et GÉODE). L’objectif était Page 10 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 d’une part de donner la parole à de jeunes chercheurs en géographie sociale, et d’autre part d’approfondir les problématiques pivots de l’action et de la territorialité, dans le cadre d’échanges de vues avec deux chercheurs spécialistes de ces domaines, invités pour l’occasion - Bernard Debarbieux, professeur à l’Université de Genève, et Romain Lajarge, maître de conférences à l’Université de Grenoble. La journée a donné lieu à une publication : Cavaillé F. & Milian J. (dir.) 2008. Mobiliser la notion d’acteur en géographie. GÉODOC n° 55, Université de Toulouse-Le Mirail, 111 p. - Séminaire « Action collective et dynamiques participatives à l’interface du local/global. Regards croisés Nord-Sud » (2007-2008) Dans les pays du Sud, mais aussi dans les sociétés occidentales, l’accent est désormais mis sur les dynamiques participatives portées par les acteurs de la « société civile » pour élaborer et/ou mettre en application des processus de développement qui se veulent novateurs. L’ambiguïté et la diversité des approches participatives (souvent associées au concept polysémique de gouvernance) requièrent des regards croisés entre chercheurs du Nord et chercheurs du Sud, dans une perspective comparative. Afin de privilégier les va-et-vient entre analyses théoriques et terrains, et de valoriser l’interdisciplinarité, ce séminaire (Organisé par le LEREPS (UT1) et Dynamiques Rurales (UT2) a abordé cette problématique à travers des questionnements précis identifiés de manière collective lors du premier séminaire. 12 janvier 2007 : Séminaire d’introduction. Économistes (5), Géographes/Aménagement (8) et Sociologues (2) ; 1 mars 2007 : Quel statut de la participation des acteurs locaux dans les approches en termes de gouvernance ? ; 29 mars 2007 : Approches participatives et diversité des modes de gouvernance des ressources : le cas de l’eau ; 27 mars 2008 : Action collective et espace public, une perspective comparative ; 3 juin 2008 : Action collective, apprentissage, construction locale de savoirs et expertise. - Séminaire « Genre et développement » (2008-2009) Organisé par Dynamiques rurales, LISST-CAS et CERTOP-SAGESSE (H. Guétat-Bernard et Anne-Marie Granié), ce séminaire a fait suite à une série d’activités menées sur genre et développement par les chercheuses du labo Dynamiques rurales, qui ont donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif. Le séminaire s’est constitué avec une recherche de collaboration internationale : l’Institut universitaire d’études sur le développement pôle genre Genève, Institut d’études du développement IED Louvain, Belgique, IEDES et Cedref Paris 7 Diderot. Mars 2009 : Genre/Politique et organisation collective et Genre et mobilités spatiales, circulations ; mai 2009 : Femmes/genre et argent, lien à l’économie marchande et Femmes/genre et rapport aux ressources, à la biodiversité, à la préservation des savoirs. - Journée d’étude Jeunes chercheurs « Inégalités et informalités dans les Amériques », 11 mars 2009 Organisée par des doctorants membres de l’association ATRIA relevant des laboratoires FRAMESPA, CAS, LISST, et de l’Institut d’Études Politiques. Les inégalités, entendues aussi comme des disparités, sont une question d’actualité particulièrement sensible dans les Amériques, au cœur d’enjeux de société du nord au sud du continent. Transversale aux diverses disciplines des sciences humaines et sociales, elle a, à ce titre, fait l’objet de manifestations scientifiques organisées en France, notamment au sein de l’Institut Des Amériques (IDA). Cette journée d’étude s’est inscrite dans cette dynamique en abordant la question des inégalités sous un angle particulier, celui de l’informalité, dont chacun des aspects se décline selon une importance et des problématiques spécifiques dans les divers pays américains, tantôt comme réponse tantôt comme reflet des inégalités. Elles donnent ainsi l’occasion d’un regard transdisciplinaire sur les inégalités : en cherchant à identifier leurs marqueurs qualitatifs ou quantitatifs, il s’agissait d’appréhender les tensions et les interactions entre ces deux notions. (iii) Grands séminaires, Colloques, journées d’études - Journée d’étude : « Bonnes d'hier et d'aujourd'hui. Regards croisés sur les mutations du service domestique. Europe, Afrique, Amérique Latine » 17 décembre 2007 Organisatrices: Agnès Fine (LISST-CAS) et Angelina Peralva (LISST-CERS), Félicie Drouilleau (Doctorante, LISST- CAS) et Carmen Sandoval Figueroa (Doctorante, LISST-CERS), avec le soutien de Valérie Robin (UT2). Page 11 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Les textes sont publiés dans la revue Travail, genre et sociétés, novembre 2009. - Grand séminaire : « Nos sciences humaines et sociales » (2007-2008 et 2008-2009) Coordination : Michel Grossetti (LISST-CERS, UT2) et Jean-Pierre Albert (LISST-CAS, UT2) Huit séances ont eu lieu : 28 Janvier 2008 : Qu'est-ce que tenir un discours de (géographe, historien, sociologue, anthropologue, économiste) ? ; 3 Mars 2008 : Qu'est-ce que faire du terrain pour un (géographe, historien, sociologue, anthropologue, économiste) ? ; 7 Avril 2008 : Quelle est la performativité sociale d'un (géographe, historien, sociologue, anthropologue, économiste) ? ; 5 Mai 2008 : Qu'est-ce que la preuve et la généralisation pour un (géographe, historien, sociologue, anthropologue, économiste) ? » ; 16 Juin 2008 : Savoir, prédictibilité, contingence pour un (géographe, historien, sociologue, anthropologue, économiste) ? ; 9 février 2009 : Questions d’échelle ; 2 mars 2009 : Les figures de la crise (panique, contagion, confiance, défiance) ; 23 mars 2009 : Les figures du réductionnisme. - Colloque « Vivre le vieillir », UT2, 11 au 13 mars 2009 Organisé par le LISST-CIEU, le CELIS et la MSH de Clermont-Ferrand. - Colloque « Aux sources de l’anthropologie française. L’œuvre de Paul Lacombe », Lauzerte (81), 24-26 sept 2009. Organisé par Agnès Fine (LISST-CAS), les laboratoires FRAMESPA, CERTOP (équipe Sagesse), Lahic (IIAC, EHESS/CNRS, Ministère de la culture), Paris et le Centre de Recherches historiques (EHESS, Paris). - Journée d’étude « Genre et pratiques culturelles dans l’enfance », 16 Janvier 2009, UT2. Organisée par Agnès Fine (LISST-CAS) et l’équipe SOI, Toulouse 3. - Colloque Santé et mobilités au Nord et au Sud, 16-18 septembre 2009, UT2 Co-organisé par Association AMADES et le LISST, l’IFÉRISS, l’Université Cheikh Anta Diop (Département de Sociologie) à Dakar (Sénégal), l’IRD à Dakar (Sénégal) et Yaoundé (Cameroun). C) AXE TRAVAIL-MARCHE-RISQUE Nous présentons en termes de bilan, les programmes inter-MSH auxquels nous avons participés, les manifestations scientifiques et les publications de l’axe. (i) Programmes de recherche inter-MSH - Axe « Études sur le travail » « Production, compréhension et usages des écrits techniques au travail » (2003-2006) Coordinateur du projet : J.-M. Cellier (LTC, UT2) ; Partenaires : D. Alamargot (MSHS Poitiers), J.-M. Boucheix (MSH Dijon). « Plateforme mutualisée d’expérimentation humaine » (2003-2006) Coordinateur du projet : J.-M. Cellier (LTC, UT2) ; Partenaires : D. Alamargot (MSHS Poitiers). - Axe « Interaction, cognition, information » « Renforcement d’un réseau interdisciplinaire sur les risques collectifs et situations de crise : développement de nouveaux dispositifs scientifiques » (2004-2007) Coordinateur du projet : C. Gilbert (MSH-Alpes) ; Partenaires : G. de Terssac (CERTOP, UT2) - Axe : « Travail, Marché, Risques » (TMR) « LUDO-ALIMENT. La consommation enfantine d’aliments ludiques : entre plaisir, risque et éducation ». ANR/PNRA (Programme National de Recherche en Alimentation et nutrition humaine. F. Cochoy (CERTOP, UT2), en association avec la MSH de Poitiers. (ii) Manifestations scientifiques - Axe « Études sur le travail » (2005-2006) Page 12 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Juin 2005 - Séminaire (1 jour) - « Écrits et travail ». D. Pontille et G. de Terssac (CERTOP, UT2) & B. Fraenkel (MSH Paris). Septembre 2005 - Colloque (3 jours) - « Troisièmes journées d’étude en psychologie ergonomique : ÉPIQUE’2005 » Responsables : É. Raufaste et A. Tricot (LTC, UT2). Septembre 2006 - Workshop (1 jour) - « Travail, organisation, santé : une question de précarité ? » - Responsables : C. Saint-Martin, C. Thébault et G. de Terssac (CERTOP, UT2). - Axe « SHS pour l’entreprise » (2005-2006) Novembre 2005 - Journées d’étude (2 jours) – CERTOP – « Taille et détail : ce que la distribution fait au marché - Responsables : F. Cochoy (CERTOP, UT2) et S. Dubuisson-Quellier (CSO, Paris). Juin 2006 - Journées d’étude (2 jours) – « Lien et marché: autour d’Harrison White » - Responsables : F. Cochoy (CERTOP, UT2) et M. Grossetti (CIRUS-Cers, UT2). Novembre 2006 - Séminaire (2 jours) - « La responsabilité sociale et ses outils » - Responsables : F. Cochoy (CERTOP, UT2) et J. Igalens (LIRHE, UT1), à l’UT1. - Axe « Interaction, cognition, information » (2005-2006) Décembre 2005 – Colloque – « Démocratie et dispositifs électroniques : regards sur la décision, la délibération et le militantisme » - Responsable : G. Loiseau (Réseau Démocratie électronique). Février 2005 - Séminaire (1 jour) – « Les recherches en sciences humaines et sociales face à la catastrophe d'AZF : quelles analyses pour quels résultats ? » – Responsables : G. de Terssac et I. Gaillard (CERTOP, UT2), en collaboration avec la MSH-Alpes, Axe « Risques et crises collectifs ». Mars 2006 - Workshop (2 jours) – « Pratiques d’insertion des ERP dans divers contextes organisationnels et culturels » – Responsables : I. Bazet, A. Mayère (LERASS, UT3), G. de Terssac (CERTOP, UT2) & B. Grabot (LGP/ENIT). Décembre 2006 - Séminaire (1 jour) - « Information, communication sur les risques industriels » - Responsables : M.-G. Suraud (UT3), M.-P. Blin-Franchomme (UT1) et G. de Terssac (UT2), à l’UT1. Décembre 2006 - Séminaire (1 jour) – « L'intelligence distribuée : l'émergence de nouvelles pratiques créatives » - Responsables : A. Sauvageot et M. Perrenoud (CIRUS-Cers, UT2). - Axe « Travail, Marché, Risques » (2007-2009) Mars 2007 – Journée d’étude – « Rôle de l’ancienneté et dans l’entreprise et dans l’emploi et sécurité des parcours professionnels », à l’UT1 – Resp. : G. Tahar (LIRHE, UT1). Mai 2007 – Séminaire de recherche international (3 jours) – « Workshop on Research Advances in Organizational Behavior, Human Resources Management and Corporate Social Responsibility », à l’UT1 – Responsable : P. Roussel (LIRHE, UT1). Juin 2007 – Journées d’étude (2 jours) – « Langage, travail et sciences humaines : quelles rencontres possibles ? », organisées par les doctorants et jeunes chercheurs des laboratoires de l’UT2 : CERTOP, CLLE-Ltc, CLLE-Erss – Responsable : P. Vergely, (CLLE-Erss, UT2). Décembre 2007 – Colloque national (2 jours) – « Risques industriels majeurs & SHS » – Responsable : P. Chaskiel (LERASS, UT3), à l’UPS, avec le concours de la MSH Alpes, Axe Risques et crises collectifs. Juin 2008 – Séminaire de recherche (1 jour) – « La précarité : une relation entre travail, organisation et santé » – Responsable : G. de Terssac (CERTOP, UT2). Septembre 2008 – Séminaire de recherche international (1 jour)– « Temps et marchés » – Responsable : J. Thoemmes (CERTOP, UT2). Octobre 2008 – Colloque international (2,5 jours) – « Performativité et Politique : au-delà de la sociologie économique » – Responsables : F. Cochoy (CERTOP, UT2) et J. Igalens (LIRHE, UT1). Novembre 2008 – Séminaire de recherche (2 jours) – « Responsabilité sociale de l'entreprise et Marchés » – Responsables : J. Igalens (LIRHE, UT1) et F. Cochoy (CERTOP, UT2) Année 2008-2009 – Conférences Atelier RISCO « Risques et communication » (5)– Responsable : P. Chaskiel (LERASS, UT3). Juin 2009 – Journée d’étude (1 jour) – « Risques et communication : une perspective comparative », organisée en collaboration avec la MSH Alpes, Axe Risques et crises collectifs – Responsable : P. Chaskiel (LERASS, UT3). (iii) Publications - Octarès Éditions, Collection « Le travail en débats », Série MSHS-T Page 13 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Denis Alamargot, Patrice Terrier et Jean-Marie Cellier (coord.). Production, compréhension et usages des écrits techniques au travail. Octarès Éditions, Collection « Le travail en débats », Série MSHS-T, n°2, avril 2005. Daniel Filâtre et Gilbert de Terssac (coord.), avec la collaboration de Xavier Albanel, Michel Catlla et Ingrid Voléry : Les dynamiques intermédiaires au cœur de l’action publique. Octarès Éditions, Collection « Le travail en débats », Série MSHS-T, n°3, septembre 2005. Jens Thoemmes et Gilbert de Terssac (coord.). Les temporalités sociales : repères méthodologiques. Octarès Éditions, Collection « Le travail en débats », Série MSHS-T, n°4, Juin 2006. Gilbert de Terssac, Isabelle Bazet et Lucien Rapp (coord.). La rationalisation dans les entreprises par les technologies coopératives. Octarès Éditions, Collection « Le travail en débats », Série MSHS-T, n°5, Janvier 2007. Gilbert de Terssac, Corinne Saint-Martin et Claire Thébault (coord.). La précarité : une relation entre travail, organisation et santé. Octarès Éditions, Collection « Le travail en débats », Série MSHS-T, n°6, Mars 2008. Gilbert de Terssac, Ivan Boissières et Irène Gaillard (coord.). La sécurité en action. Octarès Éditions, Collection « Le travail en débats », Série MSHS-T, n°7, Mars 2008. - Autres éditeurs Franck Cochoy et Sophie Dubuisson-Quellier (s/d). Distribution et marché : une affaire de taille et de détail. Réseaux, vol. 24, n° 135-136, mai 2006. Pascale Vergely (Ed.). Communication, travail et SHS : quelles rencontres possibles ? Bordeaux, Pleine page, avril 2008 Gilbert de Terssac et Irène Gaillard (coord.). La catastrophe d’AZF. L’apport des sciences humaines et sociales. Paris, Lavoisier, collection Sciences du risque et du danger, 2008. Isabelle Bazet, Bernard Grabot et Anne Mayère (Eds). ERP Systems and Organisational Change - A Socio-technical Insight. London: Springer publisher, Special Series in Advanced Manufacturing, 2008. D) AXE MODELISATION-SIMULATION-SPATIALISATION (CREATION DE L’AXE EN 2007) La MSH a financé deux projets de recherche interdisciplinaires (économie-psychologie), une journée d'étude (psychométrie), et un workshop multidisciplinaire (économie-psychologie-informatique) relevant du sous-axe « Techniques de modélisation des processus cognitifs en psychologie et économie ». Les interactions au sein du sous-axe ont par ailleurs contribué à l'élaboration et à l'obtention d'un contrat doctoral auprès du PRES Toulouse (dir. Jean-François Bonnefon et Sébastien Pouget), ainsi qu'au mûrissement de l'action thématique structurante « Choix social, équité, coopération » retenue pour le prochain quadriennal. - Testostérone et marchés financiers Ce projet interdisciplinaire, dont la MSH a permis de collecter les données pilote, associe Jean-François Bonnefon (CR en psychologie au CNRS) et Sébastien Pouget (PR de gestion à l’Université Toulouse 1 Capitole). Ce projet (qui implique la mise en place de marchés financiers expérimentaux dans la salle d’expérimentation de l’Université Toulouse 1 Capitole) vise à lier la prise de risque excessive sur les marchés financiers à l'interaction d'un facteur contextuel (le gain de statut associé à certaines décisions) et un facteur biologique (le taux basal de testostérone). - Visages de confiance Ce projet interdisciplinaire, dont la MSH va permettre de collecter les données pilote, associe Jean-François Bonnefon (CR en psychologie au CNRS) et Astrid Hopfensitz (MC en économie gestion à l’Université Toulouse 1 Capitole). Il fait l'objet du dépôt conjoint d'un Partenariat Hubert Curien avec l'université de Leuven (Belgique). Ce projet vise à explorer l'efficacité écologique d'une stratégie qui consiste à prendre ses décisions dans un jeu économique sur la base des traits « dignes de confiance » ou non des autres joueurs ; et de vérifier si les joueurs aux capacités cognitives les plus élevées sont ceux qui recourent le moins à cette stratégie. - Modélisation psychométrique Cette journée organisée par Stéphane Vautier (PR en psychologie à l'UT2) a permis de rassembler deux intervenants invités et une partie du sous-axe « Techniques de modélisation des processus cognitifs en Page 14 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 psychologie et économie » autour de diverses techniques quantitatives et qualitatives de modélisation psychométrique (classes latentes, Rasch, mixte, réponse à l'item pour valeurs bornées et continues). - Workshop Choix social et agrégation Ce workshop organisé par Jean-François Bonnefon (CR en psychologie au CNRS), Georges Casamatta (CR en économie au CNRS), et Jérôme Lang (DR en informatique au CNRS) a rassemblé la communauté toulousaine et quelques invités parisiens autour des questions de l'agrégation des préférences et des jugements, abordée sous l'angle de l'économie, de l'informatique, et de la psychologie. Ce workshop a joué un rôle fondateur dans l'élaboration de l'action thématique structurante « Choix social, équité, coopération ». 2. Implication dans la politique de site et rayonnement A) POLITIQUE DE SITE La participation de la MSHS-T à la politique de recherche du site toulousain est principalement menée suivant deux directions : 1) mise en valeur du patrimoine et 2) thématiques société/environnement et santé/environnement. Les Actions Incitatives Interdisciplinaires alimentent bien sûr ces deux axes. De même, le choix des plateformes, équipements ou Bases de Données qui émargent à ces thématiques sont prioritaires. - Mise en valeur du patrimoine Plusieurs laboratoires des universités toulousaines et du CNRS participent activement depuis bien des quadriennaux à l’étude, la préservation et la valorisation du patrimoine de Toulouse et sa région. Sous leur dénomination actuelle, il s’agit essentiellement des laboratoires FRAMESPA (France Méridionale et Espagne, UMR CNRS 5136), TRACES (Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés, UMR CNRS 5608), GÉODE (Géographie de l’environnement, UMR CNRS 5602), Dynamiques Rurales (UMR MA 104), LISST (Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires, UMR CNRS 5193) et PLH (Patrimoine, Littérature, Histoire, EA 4153). La MSHS-T, en réunissant plus de 500 chercheurs de la place toulousaine et membre d’un réseau associant toutes les universités de Sciences Humaines et Sociales françaises, se positionne comme un acteur privilégié des collectivités territoriales pour coordonner ces actions et leur donner une meilleure visibilité. Plusieurs réunions ont eu lieu en 2009 associant la mairie de Toulouse (François Bordes, Conservateur en Chef du Patrimoine, Sonia Ruiz, Maire-adjointe en charge du tourisme et directrice de l’Office du Tourisme de Toulouse, Jean-François Lapeyre, Directeur du Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse, François Gürtler, Chargé du développement au Muséum) et la MSHS-T. Une lettre d’intention est en cours de signature entre la Mairie de Toulouse et la MSHS-T et comprend quatre grands axes de collaborations : numérisation, conférences et visites- conférences, journées du Patrimoine, appels à projets « Inventons le Patrimoine de demain ». Concernant la numérisation, la lettre d’intention a été suivie par une réunion thématique associant Franck Vidal (CR CNRS, correspondant pour la mission régionale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain) et Céline Pottier (en charge des ressources numériques pour la MSHS-T et l’UMS 838). L’idée est une mise en commun dans l’archivage et la numérisation à la fois concernant les outils (portail internet, charte numérique…) mais aussi les compétences. La responsabilité de F. Vidal de la Banque d’Image du Patrimoine (BIPT) soutenue par la MSHS-T et la participation de C Pottier participant au programme transversal Archives des SHS du Réseau National des MSH http://www.msh-reseau.fr/spip.php?article34 sont des points forts de notre coopération. C. Pottier réalise une enquête interne à toutes les unités de recherche de la MSHS-T sur les besoins numériques pour la sauvegarde des archives de la recherche. Un lecteur de bande et un serveur web de sauvegarde ont été achetés par la MSHS-T pour des archéologues de TRACES pour servir à des premiers tests. Concernant les conférences et visites-conférences, plusieurs actions existantes en coopération avec l’Office du Tourisme (impliquant notamment des étudiants avancés d’histoire de l’art) ont été discutées au cours d’une réunion qui a eu lieu le 25 mars 2009. Il a été décidé d’y ajouter un cycle de huit conférences (2009-2010) pour mettre en valeur un aspect novateur du patrimoine des différents quartiers de Toulouse. Sous un affichage commun avec l’unité de recherche pilote, la MSHS-T a participé en 2008 aux journées du Patrimoine et à la Fête de la Science. La MSHS-T est aussi en partenariat avec la revue Midi-Pyrénées Patrimoine Page 15 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 dont plusieurs chercheurs des unités constitutives participent à la rédaction et à laquelle la MSHS-T à une dizaine d’abonnements pour diffusion interne. Enfin des réunions régulières ont lieu entre le Muséum d’Histoire Naturelle et la MSHS-T depuis une année environ. Il s’agit de proposer sous une forme unifiée les diverses collaborations bilatérales qui existent entre le Muséum et certains chercheurs de la MSH : mise en valeur des collections, accès facilité aux collections par les chercheurs et doctorants… Une table-ronde a eu lieu au Muséum le 19 novembre 2008 sur le thème du « Rapport Homme-animal en milieu rural » (http://w3.msh.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article584), co-organisée par la MSHS-T, le Muséum, la Mission d’Animation des Agrobiosciences (http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=2524&var_recherche=moriceau) et la librairie Ombre Blanche. Une convention de partenariat entre la MSHS-T et le Muséum est en cours de rédaction. - Société/Environnement et Santé/Environnement L'impact de l'homme sur le fonctionnement de la planète tant sur le climat que sur les ressources et la pollution (eaux, sols, air) aura et a déjà des conséquences importantes sur les conditions de vie et la santé des hommes mais, de manière plus générale, sur tous les êtres vivants et la biosphère. Sur ces articulations scientifiques « Société/Environnement » et « Santé/Environnement », la MSHS-T s’est positionnée dès 2007 comme un interlocuteur privilégié pour les équipes de recherche du site toulousain. À l’automne 2008, la MSHS-T a officiellement rejoint le réseau « Terre Vivante et Espace » (TVE, http://www.obs-mip.fr/tve/; le directeur de la MSHS-T est au bureau de TVE) qui réunit une vingtaine d’équipes de recherche, trois structures fédératives et de nombreux partenaires institutionnels tels que Météo France, le CNES, l'ONERA, l'agence de l'eau Adour Garonne mais aussi de nombreux industriels de la région toulousaine ayant pour objectif l’étude, la surveillance et la prévision des milieux naturels. Ces laboratoires et structures participent aux actions du pôle de compétitivité AESE et aux actions des deux RTRA toulousains (STAE, TSE) qui affichent l'environnement comme un des axes prioritaires. La MSHS-T, représentant des chercheurs des laboratoires GÉODE (Géographie de l’Environnement, UMR CNRS 5602), IMT (Institut de Mathématiques de Toulouse, UMR CNRS 5219), LISST (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités Sociétés Territoires, UMR 5193) et CLEE (Cognition Langues Langages Ergonomie, UMR 5263), est, en tant que telle, un des trois partenaires du projet MAELIA (Multi-agent for Environmental Norms Impact Assessment, http://www.iaai-maelia.eu/), bénéficiant d’un financement du RTRA Sciences et Technologies pour l’Aéronautique et l’Espace (http://www.fondation-stae.net/fr/projets/projets- cours.html) pour la période 2008-2011. L’objectif du projet est de développer une plateforme multi-agents modélisant les dynamiques de la gestion environnementale en bassin Adour-Garonne. Notons enfin que la MSHS-T a rapidement été impliquée dans les activités du PPF « Société-environnement » (dir. P Mazzega, LMTG-OMP). Pour préparer la lettre d’intention toulousaine à l’opération Campus (avril 2008), l’Observatoire Midi-Pyrénées, l’Institut National Polytechnique de Toulouse et la MSHS-T ont envoyé conjointement au PRES Université de Toulouse un argumentaire détaillé sur la force du site dans les domaines « Environnement – Santé – Société ». La MSHS-T est positionnée sur les thèmes 3, 4 et 6 : « Vulnérabilité aux aléas et risques environnementaux », « Développement de la modélisation intégrée société-environnement », et « observatoire de dynamiques hommes/milieux ». L’Observatoire Homme Milieu (OHM) « Pyrénées – Haut Vicdessos » dont il est question dans ce thème 6 est créé depuis mars 2009 par l’INEE. Il est appuyé sur le laboratoire GÉODE (Didier Galop, UMR CNRS 5602), la MSHS-T est partenaire, le directeur de la MSHS-T est au Comité de Direction. B) RAYONNEMENT NATIONAL ET INTERNATIONAL - La MSHS-T est, pour ses unités constitutives, un outil qui permet d’afficher un regroupement rivalisant par sa dimension avec les plus grands laboratoires hors sciences humaines et sociales. Ce changement d’échelle autorise par exemple l’accès à des appels d’offres difficilement accessibles en ordre dispersé (par exemple MAELIA financé par le RTRA STAE). Avec, en outre, un panel de compétences pluridisciplinaire, et forte de son appartenance à un Réseau National, la MSHS-T est en contact régulier avec l’Observatoire Midi-Pyrénées qui bénéficie d’une expérience dans l’articulation entre le terrain, les données et le milieu académique sur des dimensions qui intéressent les MSH : qualité, pérennité, archivage, partage des données, approche Page 16 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 interdisciplinaire, modélisation, etc. Une convention de partenariat entre l’Observatoire Midi Pyrénées et la MSHS-T est en cours de rédaction. La MSHS-T entretient, par ailleurs, des relations avec le Long Term Ecological Research Coweeta (LTER Coweeta) aux États-Unis. En articulation avec l’OHM « Pyrénées-Haut Vicdessos », le directeur de la MSHS-T a été invité à visiter en septembre 2009 le site monitoré du LTER Coweeta situé dans le sud des Appalaches. - Un accord de coopération entre la MSHS-T et la MRSH de Caen (http://w3.msh.univ- tlse2.fr/spip/spip.php?article712) a été signé le 30 janvier 2009. Chacune des MSH s’engage à favoriser l’échange d’étudiants en Master 2 sur les thèmes de la « ruralité » et du « choix social » en dégageant une ligne de crédit de 500 € par étudiant pour aider à son accueil. Aucun étudiant n’en a profité en 2009 (les conditions d’accueil au printemps 2009 n’étaient pas réunies puisque les universités impliquées subissaient de graves perturbations) mais la mesure est reconduite en 2010. - Pour favoriser les échanges entre les structures de recherche du Sud-Ouest de la France, les directions de la MSH-Aquitaine, la MSHS-T et le Pôle Sud-Ouest de l’Institut des Amériques (IDA) se sont rencontrés en 2008 afin de définir les modalités de coopérations. L’intention s’est tournée vers le financement d’une allocation de recherche pour un doctorant en mobilité (d’Aquitaine vers Midi-Pyrénées ou inversement). Après une réunion avec Alain Bénéteau, Vice-président de la Région Midi-Pyrénées, en charge de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, la région n’a pas réussi à définir des critères nous permettant d’être financés sur ce projet. La région Aquitaine a accueilli favorablement le projet. La mutualisation de crédits de la MSHS-T et de l’IDA Sud-Ouest permet l’accueil d’un doctorant en septembre 2009 avec une allocation de recherche de deux années. La 3ème année de financement est en discussion en Aquitaine. Le doctorant sera accueilli dans un laboratoire de la MSHS-T et devra provenir d’Aquitaine. - Au titre du Réseau National des MSH, cinq MSH, dont la MSHS-T (impliquant en particulier des juristes de l’université Toulouse 1), étaient leader d’un projet européen déposé en 2009 dans le cadre du programme « cooperation » du FP7 sous la ligne « New socio-economic concepts, paradigm shift and territorial dynamics in a long term perspective ». Le projet intitulé Dynamics of European territories: Articulating retrospective and prospective territoriality of sustainable development in Europe (ARAPTOSDIE) a reçu une note de 9,5, juste sous le seuil des 10 pour participer à la sélection finale ; il aurait intérêt à être représenté. Ce projet sur les dynamiques des territoires européens émarge au programme transversal du réseau intitulé « La construction sociale des territoires européens » (http://www.msh-reseau.fr/spip.php?article36). En lien avec ce programme et dans le cadre des 50 ans du traité de Rome, la MSHS-T avait organisé les 16 et 17 mars 2007 le colloque international « Trajectoires de l'Europe, unie dans la diversité depuis 50 ans » (http://www.canalc2.tv/evenements.asp?idEvenement=313) dont les actes sont parus aux éditions Dalloz en 2008. Notons que ARAPTOSDIE a reçu le soutien de l’OHM du Bassin Minier de Provence. - La MSHS-T est partenaire du réseau Information Spatiale et Archéologie (ISA) (http://isa.univ-tours.fr) sur lequel se fonde l’action transversale du réseau des MSH intitulée « Le développement des pratiques géomatiques dans la recherche archéologique ». À ce titre elle a par exemple accueilli le séminaire du réseau en 2007 (http://isa.univ-tours.fr/download/S070927.pdf). La MSHS-T participe à l’achat groupé des licences ArcGIS par le réseau des MSH (3 500 € / an, licence de site illimité). - Enfin, afin de favoriser la visibilité internationale de la recherche en SHS, la MSHS-T a organisé en 2008, dans le cadre de la politique de formation aux archives ouvertes du département SHS du CNRS et en collaboration avec la Formation permanente de la Délégation régionale, une journée sur la plateforme « HAL » (Hyper-article en ligne) animée par Daniel Charnay, directeur du CCSD-CNRS (70 personnes, chercheurs et ITA). C) COMMUNICATION - En termes de communication, suivant l’actualité, la MSHS-T dispose d’une ou deux pages dans le Mag’Recherche de l’Université Toulouse le Mirail. Ce journal est bimestriel et présente dans cette page essentiellement la vie de la Maison. Il est actuellement tiré en 150 exemplaires papiers (700 en 2008) et est Page 17 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 distribué principalement sur le site toulousain. Il est aussi envoyé sous format électronique à un carnet de plusieurs centaines d’adresses. http://w3.msh.univ-tlse2.fr/spip/IMG/pdf_pres12-2.pdf - La MSHS-T a partagé une page avec l’Observatoire Midi-Pyrénées dans le zoom de 19 pages de Scientific American sur la dynamique de recherche et d’innovation technologique de la région Midi-Pyrénées. Les missions et l’organisation scientifique de la MSHS-T y sont présentées. Scientific American est tiré en 80 0000 exemplaires environ, essentiellement distribué sur le continent américain. Une version en ligne est disponible avec accès libre et gratuit à l’encart Midi-Pyrénées (http://www.scientificamerican.com/ad-sections/midi- pyrenees/humanities.cfm). - La MSHS-T dispose d’une plaquette de présentation mise à jour régulièrement. Cette plaquette est disponible sous format cartonné ou directement consultable en ligne à l’adresse http://w3.msh.univ- tlse2.fr/spip/spip.php?rubrique83 - Enfin, la MSHS-T a créé en 2008 le « prix de thèse de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse » (http://w3.msh.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?rubrique154). Ce prix de 1 000 € récompense une thèse d’une grande qualité scientifique et dont l’approche interdisciplinaire est au cœur du travail. Le jury est le Conseil Scientifique de la MSHS-T. Il dispose d’une grille commune qu’il remplit en se basant sur le rapport de soutenance, les pré-rapports, un CV du candidat, le mémoire de thèse et une lettre du candidat explicitant notamment la réalité de l’approche interdisciplinaire. Ce prix s’adresse à tous les docteurs ayant soutenu leur thèse durant l’année civile de dépôt de candidature et dont le laboratoire d’accueil est affilié à une Maison des Sciences de l’Homme. Le Conseil Scientifique de la MSHS-T a attribué le Prix 2009 à Aurélie Tricoire pour sa thèse « Action publique et pratiques scientifiques. Interactions autour d’un projet de recherche européen ». Sept thèses étaient concurrentes pour cette 1ère année de création du prix. Aurélie Tricoire a présenté ses travaux au cours d’une cérémonie de remise du prix le 4 juin 2009. 3. Équipements mutualisés, Plateformes, Bases de données La MSHS-T participe au financement d’équipements mutualisés ou de développement de bases de données dans la mesure de ses possibilités financières, lorsqu’ils entrent dans les critères de la charte du Réseau des MSH et s’ils sont structurants pour le site toulousain. Par sa présence dans différentes instances régionales et nationales et par le biais du Réseau des MSH, la MSHS-T participe à promouvoir ces équipements et bases de données. A) EQUIPEMENTS MUTUALISES, PLATEFORMES - TERRAE : plateforme de traitement des mobiliers archéologiques et de relevés topographiques de terrain pour les médiévistes des UMR TRACES (UMR 5608) et FRAMESPA (UMR 5136). Équipement : écran 24’, scanner A3, imprimante laser couleur, logiciel SIG et traitement d’image, binoculaire Leica couplée à une caméra numérique, deux stations de topographie Pentax, appareil photographique EOS400 avec trépied, caméra numérique, vidéoprojecteur. Financement total (depuis 2006) : 17 250 € dont 8 250 € de la MSHS-T pour l’achat d’une station de topographie et des licences de site ArcGIS. Rayonnement : en service pour des programmes internationaux (Interreg, LTER) ; la MSHS-T participe au programme transversal du Réseau National des MSH intitulé ISA (Information Spatiale et Archéologie). - SCANNER 3D : Scanner pour prise de vue tridimensionnelles couplée à un logiciel de reconstitution et d’animation 3D. Équipement : scanner MINOLTA Tridimensionnel VI910, plateau tournant incrémental, ampli de pilotage, station de travail HP fixe et portable DELL, chambre blanche, logiciel MINOLTA de traitement fichiers de points, licence MAYA monoposte, licence RAPIFORM. Financement total (depuis 2003): 110 000 € (79700 € de l’UT2, 15 300 € de la MSHS-T, 15 000 € de la région Midi- Pyrénées) Page 18 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Rayonnement : en service pour des programmes internationaux (en particulier SIAMA) de l’UMR TRACES avec la coopération de l’Institut de Recherche en Informatique de Toulouse. Une convention de mise à disposition aux acteurs publics et privés a été signée pour augmenter l’utilisation et des contacts ont été pris pour une mise en réseau avec des équipements similaires (projets ODENT et FOVEA). Une thèse a été récemment soutenue à l’IRIT (« Classification d'objets de révolution : application aux poteries sigillées ») - ARCHÉO-ENVIRONNEMENT : plateforme d’analyse en paléobotanique. Équipement : 3 microscopes LEICA, 1 microscope ZEISS Axioskop, 1 microscope Nikon de co-observation, 1 microscope Olympus pour l’acquisition d’images, 1 binoculaire MZ12 Leica, 1 microscope Olympus pour l’analyse anthracologique, 1 poste informatique. Financement: La binoculaire MZ12 LEICA a été financée par la MSHS-T Rayonnement : programme internationaux avec l’Autriche, l’Espagne, la Roumanie et l’Arménie ; la plateforme est en appui de l’Observatoire Homme Milieu « Pyrénées ». B) BASES DE DONNEES, PORTAILS - FODOREC : FODOREC est un catalogue collectif réunissant les fonds documentaires de quatre centres (http://fodorec.univ-tlse2.fr) : CEntre de DOCumentation sur l’Amérique Latine (CEDOCAL), Centre Interdisciplinaire d’Études Urbaines, équipe de l’UMR LISST, UMR Géographie de l’Environnement (GÉODE), et l’UMR Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés (TRACES). Le progiciel de gestion électronique a été conçu par la société ARCHIMED. Financement total (depuis 2003) : 41 000 € dont 22 412 € de la MSHS-T (3 610 € en 2005 et 18 800 € en 2003) Rayonnement : international en particulier pour ce qui relève de l’Amérique Latine. Ce catalogue est amené à être arrêté au profit d’une intégration dans le fond général du Service Commun de Documentation de l’UT2. - EXPERTS-MSH : Dans une démarche d’intelligence socio-économique et culturelle, EXPERTS-MSH a pour ambition d’offrir une plateforme d’identification des compétences, savoir penser et savoir-faire des chercheurs du Réseau National des MSH. Ce portail identifie des chercheur-référents et se veut opérationnel pour le développement des partenariats (publics/privés). Une 1ère étape exploratoire financée par la Région Midi- Pyrénées (réponse à appel d’offre régional déposé par la MSHS-T) (14 000 €) et sur fonds propres de la MSHS-T (10 500 €) a permis en 2008-2009 de produire une version béta (http://w3.competences.univ-tlse2.fr) basée sur l’expertises de chercheurs de cinq unités de recherche de la MSHS-T. Le projet a le soutien du Réseau National des MSH, du département valorisation du PRES Université de Toulouse, du réseau Curie. Il a reçu en 2009, et pour deux années, le soutien financier du TGE ADONIS dans le cadre du consortium 6 « Projets et expertises centrés sur les réseaux sociaux et l'animation de communauté ». Ce financement devrait nous permettre d’avancer vers une cartographie complète du Réseau des MSH. - BIPT : Mise en place à partir de 2003 au sein du laboratoire GÉODE UMR 5602/CNRS, la BIPT (Banque d’Image des Patrimoines et Territoires) regroupe plus de 80 000 images numériques (en haute définition) issues de collections photographiques anciennes (depuis fin XIXe) et récentes portant sur l’état des paysages et des sociétés à travers le regard des géographes, et notamment sur l’étude de l’évolution des milieux naturels et anthropisés par comparaison de photographies anciennes et récentes dans les Pyrénées (30 000 images). L’objectif du projet est d’obtenir sauvegarde des données au niveau national, d’ouvrir une interface web pour l’exposition, l’interrogation et la valorisation, de développer une interface de géolocalisation, enfin de permettre l’interopérabilité des fonds avec des collections de partenaires dans le domaine de la géographie, des territoires et des patrimoines (base « DeMartonne » - Paris, base « Tricart » - Strasbourg…). Le projet a été présenté en 2009 sous le label de la MSHS-T en réponse à l’appel à projets ADONIS. Il a été retenu pour un financement de deux années dans le cadre du consortium 4 « Projets et expertises centrés sur les données, la redocumentarisation, la géolocalisation ». Page 19 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Projet scientifique pour la période 2011-2014 PROJET 2011-2014 A. Déclaration de politique générale de l’unité pour 2011-2014 Le projet scientifique de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Toulouse (MSHS-T) pour la période 2011-2014 est construit dans le respect des cinq « i » qui structurent la charte du réseau des MSH (http://www.msh-reseau.fr/spip.php?article3): « Interdisciplinarité », « coopération inter-Institutions », « Implantation territoriale », « Identité scientifique » et « développement International ». À mi-parcours du quadriennal 2007-2010, et comme cela a été présenté précédemment dans le bilan, la MSHS-T a tenu des « Assises » sur 2 jours ½ fin 2008. Les trois universités toulousaines ainsi que le réseau des MSH, la Mairie de Toulouse, la Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse, et la majorité des unités de recherche impliquées dans la MSHS-T étaient représentés. La synthèse de ces assises a donné lieu à une lettre d’intention qui est jointe en annexe de ce document et qui trace les grandes lignes de ce projet. Celui-ci est dans la continuité des projets en cours concernant la politique de site, le rayonnement national et international et le soutien à des plateformes. Il présente cependant trois évolutions majeures par rapport au projet 2007-2010 : 1) la MSHS-T devient un hôtel à projets interdisciplinaires, apportant un appui important à des projets phares, en nombre plus restreint (six thématiques structurantes resserrées pour 2011-2014 contre 15 sous- axes couvrant l’ensemble des sciences humaines et sociales dans le contrat 2007-2010) ; 2) la MSHS-T se positionne clairement au niveau du site toulousain, et même du PRES Université de Toulouse, en accueillant la 3ème université toulousaine (UT3) parmi ses tutelles ; 3) les objectifs de la MSHS-T gagnent en précision par une structuration en quatre types d’activités : « thématiques structurantes », « coordination de plateformes », « ateliers de dialogues interdisciplinaires » et « actions incitatives ». Une présentation schématique de l’organisation de la MSHS-T pour ce quadriennal 2011-2014 est donnée p. 27. La MSHS-T a la volonté d’être un outil majeur en Midi-Pyrénées pour le dynamisme et la structuration des thématiques de recherche qu’elle affiche comme « structurantes » dans son projet, en particulier liées au Patrimoine et à l’Environnement. Comme elle a commencé à le faire depuis un an environ, elle favorisera les formes de coopérations interdisciplinaires qui sortent du milieu académique des sciences humaines et sociales. Cette formulation revêt à la fois des coopérations internes au milieu académique mais qui échappent au domaine des sciences humaines et sociales, que des coopérations avec des institutions externes au milieu académique. Les premières sont par exemple les coopérations avec les disciplines du domaine « Sciences et Technologies », dites « sciences dures ». Au rang des secondes entrent les partenariats avec les collectivités territoriales, mais aussi les coopérations avec des acteurs qui relèvent plus du domaine industriel ou commercial. L’organisation de la MSHS-T sera au service de ces partenariats afin de favoriser la création d’opportunités pour le développement de ces interfaces particulièrement innovantes. La MSHS-T profitera des proximités entre MSH créées à l’échelle nationale par le Réseau National des MSH, en particulier par le biais des programmes transversaux du réseau. Ainsi des partenariats étroits (conventions, coparticipation à des programmes) existent entre la MSHS-T et les MSH de Caen, Alpes, Tours, Besançon et Bordeaux. Chaque fois que cela sera possible, la MSHS-T appuiera ses programmes structurants sur un outil de mutualisation de compétences, essentiellement plateforme technique ou base de données. Le projet de la MSHS-T est structuré en quatre types d’activités : 1. Les « thématiques structurantes » constituent le cœur de la MSHS-T pour le quadriennal 2011-2014. Elles ont émergé des discussions qui ont eu lieu pendant les assises de la MSHS-T et se sont poursuivies avec les chercheurs et directeurs de laboratoires impliqués. Au nombre de six, ces thématiques sont les suivantes : Page 20 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 - « La montagne, évolutions environnementales et modes de construction sociale » ; - « Le religieux dans la cité » ; - « Genre, Cultures, Transmissions » ; - « Environnements, Risques, Vulnérabilités » ; - « Profession et marché du travail » ; - « Choix social, équité, coopération ». 2. Les plateformes techniques qui renforcent la synergie interne à certaines des thématiques précédentes ou assurent son rôle d’interface avec le tissu socio-économique régional et les collectivités. La MSHS-T a identifié quatre plateformes (ou base de données) pour lesquelles elle renforcera son appui : « Conservation de sources », « Base d’experts MSH », « Archéologie et environnement, OHM Pyrénées-Haut Vicdessos », et « Banque d’Images des Patrimoines et Territoires ». Ces quatre plateformes sont intégrées à des réseaux ou consortium nationaux. Ce choix n’est bien sûr pas limitatif mais le critère de participation à des structurations nationales, qui assure dynamisme et visibilité, sera considéré comme important dans le choix de nouvelles plateformes à soutenir. En fédérant plusieurs unités de recherche, et comme nœud d’un réseau, la MSHS-T peut donner à ces plateformes une plus grande assise et ouvrir ainsi la porte à des financements plus importants. 3. Les « ateliers de dialogues interdisciplinaires » constituent le 3ème type d’activités de la MSHS-T. Ces ateliers, à vocation essentiellement méthodologique, représentent un moment de dialogue privilégié pour une mixité des savoirs et des pratiques, particulièrement ouvert aux doctorants. Deux ateliers ont retenu notre attention parmi les projets proposés : « Regards croisés Nord-Sud : expertise et recherche-action » et « Formalisation en SHS ». Le 1er associera des chercheurs et des représentants du milieu socio-économique (ONG notamment), le 2nd explorera les forces et les limites des méthodes formelles en Sciences Humaines et Sociales. 4. Le soutien à des Actions Incitatives Interdisciplinaires est le 4ème et dernier type d’activités de la MSHS-T pour ce quadriennal 2011-2014. Ces soutiens existants sur la période 2007-2010 sont donc reconduits mais en nombre restreint de moitié au moins pour l’ensemble de la MSHS-T. Les critères de sélection en cours actuellement pourraient être reconduits mais les projets s’inscrivant dans le cadre de thématiques transversales du Réseau national des MSH doivent recevoir une attention particulière. Nous pensons que l’évolution présentée, plus claire, plus ciblée sur certaines thématiques et plus englobante de toutes les forces toulousaines, permettra à la MSHS-T de tenir une place à la hauteur des potentialités de ses unités constituantes, autant au niveau régional que national. B. Fonctionnement de la structure Pour le prochain quadriennal, la MSHS-T continuera à être une structure fédérative mais accueillera l’université Toulouse 3 comme nouvelle tutelle, se positionnant ainsi au niveau du site toulousain afin de faciliter la participation d’unités de recherche des trois universités toulousaines. Elle demande par ailleurs le label CNRS sous la forme d’une Unité de Service et de Recherche (USR) qui remplacerait l’UMS. En dehors des unités de l’UT2 ou de l’UT1, à l’UT3 les laboratoires SOI et LERASS, d’une part, et IRIT, IMT et LMTG, d’autre part, participent déjà aux programmes scientifiques de la MSHS-T. La moitié des unités participant à la MSHS-T sont des unités mixtes CNRS. Alors qu’actuellement la MSHS-T est une structure fédérative UT1-UT2, une structure dont les tutelles seront UT1, UT2, UT3 entérinera l’existence d’une coopération interinstitutionnelle et interdisciplinaire large. La structure fonctionnera essentiellement suivant le schéma actuel. L’entrée de l’UT3 comme tutelle demandera cependant la rédaction d’une nouvelle convention. Par ailleurs, une convention de partenariat entre l’UMS 838 et la MSHS-T sera signée ; elle précisera notamment les personnels de l’UMS 838 affectés aux programmes de la MSHS-T. Direction : la nomination du directeur, et éventuellement du directeur adjoint, est prononcée sur proposition du Conseil Scientifique de la MSHS-T, pour quatre ans, renouvelable deux fois au maximum. Conseil Scientifique : le Conseil Scientifique est constitué des représentants des tutelles, d’un représentant du GIS Réseau des MSH, d’un représentant de la région, du directeur (et éventuellement du directeur adjoint), de Page 21 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 représentants des programmes scientifiques de la MSHS-T et d’un expert de chaque université en charge des actions incitatives interdisciplinaires. Il se réunit au moins deux fois par an et est présidé par le directeur de la MSHS-T. Il décide de l’organisation générale et du fonctionnement de la MSHS-T ; il adopte le programme scientifique et le projet de budget afférent. Page 22 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Page 23 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 C. Détails des problématiques scientifiques 1. Thématiques structurantes A) LA MONTAGNE, EVOLUTIONS ENVIRONNEMENTALES ET MODES DE CONSTRUCTION SOCIALE Coordonnatrice : Claire Judde (UT2) I. Contexte et positionnement du thème structurant Le questionnement sur les rapports que les sociétés humaines ont entretenu dans le passé ou entretiennent actuellement avec les milieux montagnards, tant au niveau des représentations que des savoirs et des pratiques, occupe nombre de chercheurs de l’UT2. Ceux-ci sont membres d’équipes différentes (FRAMESPA, GÉODE, Dynamiques rurales, LISST-CAS) et de traditions disciplinaires variées. Ils abordent par conséquent l’objet « montagne » sous des angles différents. C’est précisément là le premier intérêt de l’inclusion d’un axe « Montagne » dans la MSHS-T : encourager les chercheurs concernés à confronter leurs problématiques, leurs outils théoriques et leurs méthodes, de façon à susciter, dans un deuxième temps, l’élaboration de projets interdisciplinaires. - Centre d’Anthropologie sociale (LISST-CAS - UMR CNRS 5193) Deux axes de recherche sur la montagne sont explorés depuis plusieurs années par des chercheurs de l’équipe : 1. La question de la valorisation religieuse des zones montagneuses, qui apparaissent comme un espace de médiation entre le monde humain et divin tant en Europe qu’au Japon, régions où cette question a été étudiée : Page 24 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 - Pour ce qui concerne l’Europe, ont été effectués des travaux sur l’inscription dans la montagne de beaucoup de sanctuaires consacrés à une image « miraculeuse » de la Vierge, sanctuaires qui furent souvent des ermitages (Marlène Albert-Llorca). Ont été également étudiées les raisons de la valorisation, dans les thérapeutiques contemporaines (où l’on prétend soigner à la fois le corps et l’esprit) des plantes aromatiques cueillies dans la montagne (Raphaële Garreta). - Au Japon, Anne Bouchy, Directrice d’études à l’ÉFEO (École Française d’Extrême-orient) travaille sur un courant religieux qui a son lieu d’exercice dans les montagnes, le shugendô, littéralement « voie des pouvoirs par les pratiques d’ascèse ». 2. Plusieurs travaux d’étudiants ont été effectués, sur des terrains pyrénéens, sur les savoirs et les usages actuels des plantes de montagne. Ont été étudiées, plus particulièrement, les pratiques de cueillette : champignons, fleurs sauvages, plantes médicinales. Ces recherches sont encadrées par M. Albert-Llorca (Pr UT2) et R. Garreta, chargée de mission à l’ethnologie au Conservatoire de botanique national des Pyrénées et de Midi- Pyrénées et chercheur associée au LISST-CAS. Elles visent à cerner, d’une part, la façon dont les savoirs et usages traditionnels sont reconfigurés en fonction des connaissances actuelles ou plutôt de ce que l’on en connaît et, d’autre part, les processus de patrimonialisation du végétal. Le colloque international, organisé conjointement par le LISST-CAS et GÉODE « Les plantes de montagne : regards et débats sur un patrimoine » qui se déroulera à l’UT2 en novembre 2009, est un jalon dans cette recherche. - Dynamiques rurales (UMR MA104) La question de la montagne est ici surtout envisagée comme une problématique de recherche contemporaine, les enjeux étant essentiellement actuels. À travers des terrains divers, notamment l’étude du pastoralisme en Ariège, de l’agriculture dans les territoires de montagne et dans les zones périurbaines, principalement dans les Pyrénées, mais aussi en Afrique orientale, il s’agit d’envisager la montagne en tant que catégorie d’action publique. Laurence Barthe coordonne un axe de recherche sur la gouvernance des politiques de développement rural et plusieurs chercheurs de l’équipe s’investissent dans ces travaux sur les territoires de montagne (Corinne Eychenne, Alain Cazenave-Piarrot). Le programme de recherche est réalisé dans le cadre d’une collaboration avec l’INRA. - GÉODE (UMR CNRS 5602) Une tradition ancienne lie le laboratoire GÉODE à la problématique de la montagne, qui constitue le terrain de recherche historique du laboratoire, dans la lignée des recherches de Georges Bertrand. À sa suite, de nombreux chercheurs (Jean-Paul Métailié, Jean-Marc Antoine, Laurent Carozza entre autres) ont abordé et abordent la question dans le cadre d’une réflexion sur l’histoire de l’environnement, la paléoécologie, l’analyse des espaces pastoraux. Les massifs européens, les Pyrénées et le Massif central sont au cœur de ces recherches. Des travaux récents portent également sur le paysage, ses représentations et sa réception par les acteurs, avec des terrains géographiquement très disparates : Inde du Sud, Andes (Colombie, Venezuela, Pérou, Bolivie et Amérique centrale), ainsi que quelques travaux sur l’Afrique. - FRAMESPA (UMR CNRS 5136), TRACES (UMR CNRS 5608) En histoire comme en archéologie, la problématique de la montagne est elle aussi au cœur de travaux nombreux. Christine Rendu aborde la question du pastoralisme en montagne sur la très longue durée, selon une approche combinant l’anthropologie, l’histoire et l’archéologie (du néolithique à nos jours), tandis que des chercheurs en histoire (Serge Brunet, Patrice Poujade) s’intéressent à la montagne (en particulier Pyrénées) comme espace de frontières, d’échanges, de résistance et de contacts. L’histoire des activités économiques de montagnes, industries, activités minières est aussi au centre des préoccupations de nombreux chercheurs (Jean- Marc Olivier). II. Programme et objectif scientifiques Si aujourd’hui la montagne est souvent perçue comme un espace de « nature éternelle », les recherches combinées des géographes, archéologues, historiens et anthropologues révèlent au contraire toute la complexité de l’espace montagnard, fortement anthropisé. L’objectif de cet axe structurant sera donc de mettre en commun les recherches afin d’identifier et d’analyser les évolutions environnementales et les modes de construction sociale de la montagne. Page 25 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Il s’agira dans une première orientation de comprendre les évolutions environnementales de la montagne, des paysages, et des espaces. La montagne est un paysage fortement modifié par l’homme, et de ce fait complexe, qui mérite une analyse fine, dans son évolution sur le temps long. Comment l’homme est intervenu et intervient sur ce paysage et cet environnement ? Selon quelles modalités, par quels biais, selon quels objectifs ? Dans une seconde orientation, la durabilité de la montagne sera questionnée. En effet, les systèmes montagnards doivent être envisagés sur la longue durée, de façon à mettre en perspective leur histoire longue et les enjeux de gestion contemporains. C’est ainsi que pourront être identifiées les causes de cette durabilité. La montagne apparaîtra ainsi comme un véritable objet de connaissance des enjeux liés au développement durable, une fois encore considérés sur la longue durée. Quels systèmes ont été mis en place, qui ont garanti cette durabilité ? Quelles sont les spécificités des modes de gestion des espaces montagnards qui l’ont rendue possible ? Conduite dans une perspective comparatiste, une troisième orientation envisagera l’étude des processus de patrimonialisation des espaces montagnards. Induit par la valorisation, dans le monde contemporain, des espaces « naturels » et à l’idée que la montagne est l’espace naturel par excellence (c’est-à-dire préservé de l’homme et donc pur), ce processus est également lié à l’importance qu’a pris le tourisme. Enfin, une quatrième orientation, qui renverra aussi à d’autres préoccupations de la MSH, sera portée plus spécifiquement par le LISST-CAS. L’équipe souhaite poursuivre les recherches sur la valorisation religieuse des montagnes. Aux terrains japonais et européens vont s’ajouter des terrains situés en Inde et actuellement explorés par deux doctorants (Alexis Avdeeff et Cécile Guillaume). Au final, c’est la catégorie de « nature » qui sera de la sorte questionnée. L’objectif est de comprendre comment cette catégorie s’est construite, selon quels processus sociaux, politiques, anthropologiques. L’imaginaire de la « nature » de même que celui de la « montagne » ont fortement contribué à l’élaboration de ces catégories. Les parcs nationaux et naturels, pour beaucoup justement situés en zone de montagne, serviront en particulier de terrain de recherche. L’idée est donc de porter la plus grande attention aux représentations sociales de cet espace et de les mettre en lien avec les pratiques. La proximité des Pyrénées, zone qui retient à plusieurs titres l’attention des pouvoirs publics et plus particulièrement du Conseil régional, oriente logiquement une partie des recherches. Les institutions publiques et les partenaires locaux sont évidemment intéressés par les recherches susceptibles d’éclairer leur politique. Rappelons, par ailleurs, que l’UT2 a établi, via certains de ses chercheurs ou certaines de ses équipes, des relations avec des institutions comme le Parc National des Pyrénées ou le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées, relations qui seront renforcées par la présence d’un axe « montagne » dans la MSHS-T. La mise en avant de cette thématique permettra enfin de renforcer et d’élargir les relations avec les équipes de recherche espagnoles. Cela ne signifie évidemment pas que l’on identifie la montagne aux seules Pyrénées. Les terrains des chercheurs de l’UT2 qui travaillent sur la montagne sont situés dans diverses parties du monde, ce qui autorise des perspectives comparatistes qu’il faut absolument développer. L’usage du comparatisme et la mise en perspective de sociétés différentes sont un moyen de faire apparaître les déterminants socioculturels des représentations et pratiques (Japon, Europe, Inde, Amérique latine, Afrique). III. Organisation du travail Les recherches spécifiques engagées dans les différents laboratoires se poursuivront durant toute la durée du quadriennal. Nous espérons des programmes intégrants sur une même aire géographique, ou sur un même objet, les compétences de chercheurs des différents laboratoires cités. Au minimum, des journées d’études communes seront organisées, de façon à rendre compte des travaux en cours et de mettre en avant les avancées récentes et les perspectives communes. Ce travail au croisement du Patrimoine et de l’Environnement s’appuiera sur les deux plateformes BIPT et OHM (voir paragraphe « plateforme ») qui faciliteront le croisement des savoirs. Le travail de numérisation, coordonné dans le cadre d’une 3ème plateforme et déjà engagé par de nombreuses structures de recherche, sera probablement aussi interagissant. Page 26 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Ce thème structurant se prêtera à une collaboration serrée avec l’université Toulouse 1 où plusieurs recherches sont déjà entreprises sur les économies de montagne, et l’université Toulouse 3 par le biais en particulier de l’Observatoire Midi-Pyrénées sur les questions d’environnement (voir bilan). La MSHS-T et la MSH de Grenoble ont déclaré en réunion de direction du réseau des MSH leur intention de s’associer pour défendre la création d’un thème transversal du réseau national autour de problématiques liées à la montagne. La MSHS-T sera amené à interagir avec l’Université de Savoie et son « Pôle Montagne » destiné à héberger l’Institut de la Montagne, l’UMS Montagne, les filières d’enseignement Montagne et le laboratoire EDYTEM (Environnement, DYnamiques et TErritoires de Montagne). Notons que le département de Géographie de l’UT2 et le laboratoire Foix gèrent conjointement le master Pro « Aménagement de la Montagne ». Enfin, plusieurs institutions toulousaines seront amenées, bien entendu, à collaborer et à s’associer aux chercheurs du thème structurants : la future Maison de l’Archéologie ou le Muséum d’Histoire Naturelle par exemple. B) LE RELIGIEUX DANS LA CITE Coordonnateur : Jean-Pierre Albert (EHESS) I. Contexte et positionnement du thème structurant État des forces à Toulouse L’UT2 a depuis longtemps une importante activité de recherche consacrée au religieux. Celle-ci se développe comme attendu dans les perspectives de l’histoire et l’histoire de l’art (FRAMESPA, PLH), l’archéologie (TRACES), l’anthropologie la sociologie et la géographie (LISST), mais elle intéresse également les lettres et les langues, comme en témoignent plusieurs programmes de l’Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Lettre Langue et Art (IRPALL). L’antenne régionale de l’Institut Européen en Sciences des Religions (IESR-EPHE) ouverte à Toulouse en 2004 contribue à développer un partenariat interuniversitaire dans le domaine de la diffusion et de la valorisation de ces travaux auprès du grand public et dans les opérations de formation des enseignants des 1er et 2nd degrés. Les équipes, fédérations ou instituts mentionnés ont tous manifesté au cours des dernières années un niveau très élevé d’activité sur ces questions. Des collaborations existent déjà entre eux, un des objectifs de ce programme est de les développer. Contexte national et international La question du religieux aujourd’hui, de la capacité mobilisatrice des religions et des modalités de leur expression dans le contexte de la mondialisation sont au cœur d’évolutions tout à fait cruciales tant au niveau de la gestion du religieux par les États (question de la laïcité, des nouveaux mouvements religieux catégorisés comme des « sectes ») qu’au niveau géopolitique (conflits internationaux impliquant la dimension du religieux, intégrismes etc.). Face à l’importance des enjeux, le cloisonnement des études entre historiens, philosophes, linguistes, politistes, sociologues et anthropologues est préjudiciable à une compréhension de la réalité qui tend trop souvent à réduire la religion à quelques-unes seulement de ses composantes, voire à la considérer comme une idéologie sans spécificité. Or, s’il n’y a pas grand sens à abstraire la dimension du religieux de l’ensemble des phénomènes sociaux et culturels dans lesquels elle est impliquée, il est tout aussi réducteur de ne pas chercher à comprendre ce qui, précisément, explique son emprise sur les consciences et son efficacité sociale : une façon particulière de fonder des valeurs, de construire des liens sociaux etc. En saisir la portée actuelle implique d’en mesurer l’enracinement historique, d’en saisir les effets dans les manières d’être, de penser, de dire, de faire et d’organiser la vie sociale. Une perspective pluridisciplinaire semble donc être la bonne manière de parvenir à une construction plus riche de l’objet. Un autre enjeu crucial dans la compréhension du religieux aujourd’hui est de dépasser les points de vue franco- ou européo-centrés. Les formes prises par le religieux dans le contexte de la modernité sont en effet Page 27 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 extrêmement variées, qu’il s’agisse des pays en voie de développement ou de domaines comme l’Amérique du nord, le Japon etc. L’ouverture internationale des équipes engagées dans le projet permettra la mise en œuvre de démarches comparatives étayées par des études de cas précises. Par ailleurs, certains des centres de recherche concernés sont déjà bien identifiés à l’échelle nationale et internationale pour leurs travaux dans ces domaines – en anthropologie et sociologie des religions, par exemple, l’équipe du LISST est à peu près la seule relevant du CNRS en dehors de Paris et ses chercheurs sont très sollicités pour des conférences, colloques, jurys de thèse ou d’HDR. Le dynamisme des historiens du FRAMESPA est tout aussi reconnu, qu’il s’agisse de leurs travaux en histoire et histoire de l’art du Moyen Âge ou de ceux des contemporanéistes de l’équipe Diasporas sur la laïcité. Outre cette inscription internationale de la recherche, c’est l’objet même qui requiert, par sa propre circulation matérielle ou immatérielle, un regard sensible à la mobilité géographique, comme le montrent dans le passé les échanges intellectuels incessants qui lièrent et nourrirent par exemple le monde occitan et le monde méditerranéen, ou bien encore le nord et le sud de l’Europe. Les équipes toulousaines s’intéressant aux christianismes, aux judaïsmes ou à l’islam ont ici accumulé une précieuse expérience et des compétences internationalement reconnues dans l’approche de ces interrelations et influences. Toutes les conditions sont donc réunies pour que, grâce à un support institutionnel adapté, l’université de Toulouse augmente encore la visibilité qu’elle mérite sur ces questions. II Programme et objectif scientifiques La proposition qui est faite vise à dynamiser les recherches sur le religieux conduites à l’UT2 en impliquant la MSHS-T, aux côtés de l’IRPALL et de l’IESR, dans un programme transversal. L’objectif n’est pas, au moins dans un premier temps, de substituer de nouveaux programmes de recherche à ceux qui existent déjà mais, d’une part, de leur donner une plus grande visibilité en interne et par rapport à l’extérieur et, d’autre part, de faciliter les coopérations sur la base de l’existant. De cette première démarche devraient naître de nouvelles perspectives pouvant notamment déboucher sur des réponses à appels d’offres ou l’élaboration de programmes à soumettre à l’ANR ou d’autres instances de financement de la recherche. D’un point de vue strictement scientifique, l’objectif est de parvenir à une véritable mise en commun des recherches les plus avancées conduites dans chaque discipline : on voit trop souvent des préhistoriens interpréter leurs données de terrain à partir des hypothèses de l’anthropologie religieuse du XIXe siècle, des anthropologues ignorer le b.a. ba des techniques interprétatives des littéraires ou des sémioticiens, des littéraires se référer aux théories caduques du mythe ou du rite, etc. Parvenir simplement à une sorte d’aggiornamento partagé de nos instruments d’analyse et de nos centres d’intérêt ouvrirait des perspectives à peu près sans exemple dans le champ de la recherche sur ces questions. Il y a là un enjeu crucial de formation mutuelle dans la logique d’une interdisciplinarité active qui, à elle seule, justifierait le projet ici présenté. C’est en ce sens que, sur la base des consultations conduites entre les responsables et un nombre important de chercheurs des IRPALL, FRAMESPA, LISST, TRACES, PLH, il a été possible de dresser un état des lieux des recherches en cours et de définir les attentes des différents partenaires. Quatre regroupements thématiques ont été retenus : - Expressions sensibles, langages et rhétoriques du religieux Études sur les textes, l’image et l’esthétique des expressions religieuses ou du religieux dans les registres de l’art, la philosophie, la littérature ou les objets et pratiques de la vie quotidienne. - Religion, irréligion, politique La laïcité, les nouvelles formes de construction d’un religieux actif, les formes marginalisées du religieux, dissidences et oppositions au religieux, athéisme et libre-pensée, les changements de la place du religieux dans la société, les frontières des espaces public et privé. - Théories et concepts des sciences du religieux Questions de l’autorité, des manières de recevoir le discours religieux, de l’abandon du religieux, et, à partir des séminaires existants, réflexion autour des grandes notions que nous utilisons : mythe, rites, sacré, charisme, sécularisation, croyance… Il s’agira de confronter les sens que nous donnons à ces termes, de répondre aux Page 28 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 attentes que chaque discipline peut formuler vis-à-vis des autres, de tenter des ajustements de langage et de problématiques. - Mobilités religieuses, conversion, passages Les religions en diaspora, les recompositions du religieux en situation migratoire, la circulation des objets et des rituels, les espaces et lieux du sacré, les mouvements en marge des institutions, les syncrétismes, les parcours individuels. III. Organisation du travail Il est nécessaire que le programme transversal soit doté de ressources propres, d’une structure de pilotage et bénéficie, au moins à temps partiel, d’un secrétariat assurant la circulation de l’information à l’échelle de l’Université et des partenaires extérieurs impliqués dans les actions. L’objectif à court terme (dès 2009-2010, donc avant le début du prochain quadriennal) sera de mettre en place des coopérations entre les équipes concernées par le projet : séminaires thématiques (certains existent déjà et seront ouverts), contributions croisées aux enseignements, organisation de journées d’étude exploratoires. À partir de 2011, l’objectif sera d’ajouter à cette première strate d’activité des initiatives communes : organisation d’enquêtes ou de recherches pluridisciplinaires, journées d’études interdisciplinaires sur des aspects des quatre thématiques retenues, organisation de colloques autour des objets explorés en commun, réponses coordonnées à des appels d’offre internationaux, nationaux ou régionaux. À cette dernière échelle, la richesse en Midi-Pyrénées du patrimoine architectural et l’importance de hauts lieux du religieux chrétien et de ses extensions touristiques (Conques, Rocamadour, Saint-Bertrand de Comminges, Betharram, Lourdes, etc.) peut déboucher sur de fructueuses collaborations avec les collectivités territoriales. C) GENRE, CULTURES, TRANSMISSIONS Coordonnatrice : Agnès Fine (EHESS) I. Contexte et positionnement du thème structurant Le projet vise notamment à promouvoir une dynamique de recherche transversale à plusieurs unités et à maintenir la visibilité nationale et internationale d’un pôle d’excellence en « études genre » à Toulouse et dans la région Midi-Pyrénées. L’Université de Toulouse-Le Mirail a été historiquement pionnière en France dans le domaine. Rappelons qu’elle a organisé en 1982 le premier colloque national financé par le CNRS sur « Femmes, féminisme, recherches », qui a rassemblé 800 chercheuses et chercheurs, puis en 1989, le colloque international « Femmes et Révolution » pour le bicentenaire de la Révolution française. Cette spécificité s’est concrétisée par la suite par la création de postes d’enseignement et de recherche fléchés en histoire (M.-F. Brive) et en sociologie (N. Lefeuvre). Le recensement national des enseignements et recherches sur le genre, effectué en 2004 par l’Association nationale des études féministes à la demande du Service des Droits des femmes et de l’égalité et de la Direction des enseignements supérieurs du Ministère, a confirmé le rôle central joué par les établissements toulousains dans la structuration de ce champ en France. En dehors de l’Ile-de-France, la région toulousaine concentre à elle seule une part significative des unités d’enseignement sur le genre à tous les niveaux du cursus et bénéficie de l’apport de plusieurs équipes de recherche, dont le genre constitue un fil conducteur des projets scientifiques. Certaines de ces équipes sont déjà investies dans des structures fédératives au niveau national ou européen. C’est notamment le cas de l’équipe SAGESSE (UMR CERTOP), qui est membre fondateur du PPF RING et du GDRE- MAGE au niveau national et du réseau thématique Socrates ATHENA au niveau européen. Une telle configuration est plutôt exceptionnelle dans le paysage académique de ce pays et la plupart des recherches et activités de formation doctorale menées dans ce domaine sont plutôt le fait d’individus isolés, travaillant de manière relativement invisibles au sein d’unités de recherche dont le genre ne constitue pas une thématique centrale. Le caractère particulièrement « éclaté » des compétences scientifiques en études genre nous semble justifier le projet de créer un axe structurant « Genre » qui vise à fédérer des sous-équipes, des sous-axes ou des individus travaillant au sein de plusieurs structures fédératives. Une telle fédération paraît d’autant plus nécessaire que Page 29 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 le nombre de thèses intégrant une dimension genre est en augmentation constante, tant du côté des sciences sociales qu’en lettres et langues. Par ailleurs, les études genre constituent l’un des domaines prioritaires de l’espace européen de la recherche. Certaines équipes intégrées dans ce projet d’axe structurant ont déjà participé à plusieurs projets européens de recherche, notamment dans le cadre du 5ème et du 6ème PCRD de la Commission européenne. De ce fait, elles disposent d’une expérience qui pourrait être mutualisée et aider à l’ouverture européenne, voire internationale, d’autres équipes et structure fédératives. Toutefois, pour être intégrées dans ces consortiaux de recherche au niveau européen, les équipes doivent bénéficier d’une visibilité et d’une lisibilité auprès des partenaires des autres états membres de l’U.E. Le PPF ARPEGE (Approches pluridisciplinaires du genre) a été un premier jalon pour structurer les recherches et les enseignements sur le genre sur le site toulousain. De 2006 à 2010, il a réuni 11 équipes ou pôles de laboratoires : au CERTOP (Nathalie Lapeyre, Annie Rieu) ; au LISST-CAS (Karen Meschia et Élisabeth de Cacqueray), au LISST-CIEU (Monique Membrado), au LISST (Agnès Fine Marlène Albert-Lorca, Noria Boukhobza, Nicolas Adell-Gombert et Stéphanie Mulot) ; à Dynamiques rurales (Anne-Marie Granié et Hélène Guétat) ; à Espan@ (Monique Martinez) ; au GRAL 31 (Michèle Soriano) ; au SOI-STAPS (Christine Menesson) ; ou encore à l’IUFM (équipe genre et éducation, Véronique Lizan). L’axe Genre de la MSHS-T, dénommé ARPEGE 2, prolonge et élargit ce regroupement à quatre nouveaux partenaires : le PDPS (Psychologie du Développement et Processus de Socialisation) (Véronique Rouyer) ; le LaSSP (Laure Ortiz) ; le LERASS (Marlène Coulomb) et le groupe Olympe de Gouges de FRAMESPA (Sylvie Chaperon et Sylvie Mouysset). Au total ARPEGE 2 rassemblera 65 chercheur-es et enseignant-e-s/chercheur-e-s et 47 doctorant-e-s. Lors d’une réunion qui a regroupé le 24 avril 2009 une vingtaine de participantes décidées à travailler en réseau, a été adopté le projet structurant « Genre, Cultures, Transmissions » qui fédère les principales problématiques des projets de recherche pour le futur quadriennal 2011-2014. II. Programme et objectif scientifiques L’axe se donne six objectifs principaux. - Former un espace d’échanges scientifiques valorisant la pluridisciplinarité dans le cadre d’une politique de site Six domaines de recherche transversaux regroupant des pôles de laboratoires appartenant aux diverses institutions de la MSHT ont été identifiés : 1. Genre, identités sexuées, socialisation : un projet, « Prescription des normes, socialisation corporelle des enfants et construction du genre », vient d’être sélectionné par l’ANR (G.Neyrand, C.Mennesson et A.Fine). 2. Genre et production culturelle : en histoire, poursuite de l’ANR « Corpus » sur « Les écrits du for privé en France du Moyen Âge à 1914 », trois journées d’étude prévues d’ici à 2012, (S. Mouysset) ; Projet Archives du genre (S.Cassagnes-Brouquet et S.Chaperon). 3. Genre et développement (A.-M.Granié, H.Guétat) 4. Genre, Familles, parenté, sexualités, corps, santé (A.Fine, S.Mulot) 5. Genre, Travail, Éducation, politiques d’égalité (N. Lapeyre, V. Lizan, V. Rouyer) 6. Genre et politique (M. Coulomb, I. Lacoue-Labarthe, H. Cettolo, J. Martin, Y. Lequentrec) - Former un espace articulant recherches et enseignements genre 1. Valoriser les parcours qui existent déjà. 2. Enrichir l’offre de formation et de diplômes : deux masters européens sont en cours d’habilitation. Le master européen ÉGALÉS (Études Genre pour des Actions liées à l’Égalité dans les Sociétés), piloté par le département de sociologie de Lyon 2, regroupe sept partenaires (France, Grande-Bretagne, Finlande, Roumanie, République Tchèque, Espagne, Suisse) ; Le master « Genre et développement » associe le master Essor du département de géographie et Dynamiques Rurales. Collaboration : IHEID, Genève ; IED, Louvain la Neuve ; CEDREF, Paris ; IEDES, Paris ; UMR Dynamiques Rurales, Toulouse ; Département Genre, Univ. de Genève ; Centre Études genre, Liège, Univ. de Lausanne. Institutions associées : ISS, la Haye ; KIT, Amsterdam. Page 30 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 - Former un espace de formation doctorale Actuellement près de 50 doctorant-e-s effectuent des recherches sur le genre. L’axe devra encadrer et professionnaliser leurs parcours. Pour répondre à cet objectif, il faudra accroître l’offre de formation doctorale sur le genre, permettre aux doctorants de présenter et discuter leurs propres recherches, aider les doctorants à se structurer en association. - Former un espace de valorisation des recherches 1. Des outils de communications performants : création d’un site commun, très régulièrement tenu à jour, avec une liste des cours, des séminaires, et des conférences ; un agenda de la recherche, un annuaire des chercheurs. Création de listes de diffusion rassemblant chercheurs, enseignants, doctorants, public sensibilisé. Ce site et cette liste pourraient être hébergés dans le portail Genre qui existe déjà, à l’UT2, mais qui fédère surtout des réseaux nationaux (ANEF, RING, etc., voir infra). 2. Une politique de publication globale : il existe déjà aux PUM deux publications majeures, dotées d’une très bonne réputation : la revue Clio, Histoire, Femmes et sociétés, et la collection Le temps du genre. Elles doivent être soutenues. Les publications en lignes, plus rapides et moins onéreuses, seront développées afin de valoriser les meilleures communications de nos séminaires et colloques. - Former un espace de ressources documentaires 1. Le Portail genre : ce portail national d’information sur les études genre rassemble les annonces des colloques et séminaires, des liens vers des centres de recherche et vers des listes de discussion en études genre, des outils méthodologiques ainsi qu’un catalogue des enseignements sur le genre dispensés dans les universités françaises. Il sera amené à s’enrichir avec l’annuaire des chercheur-e-s pris en charge par la mission égalité du CNRS, le site ARPEGE, plus centré sur les activités toulousaines et les publications en lignes que nous comptons développer. 2. Le catalogue collectif genre : ce catalogue documentaire national commun est développé en partenariat avec les universités et équipes de recherche spécialisées en études genre et il est accessible sur Internet dans le portail précité. Il doit être développé. Il permet d’identifier et de localiser des ouvrages et des périodiques spécialisés du champ, en effectuant des recherches simultanées sur plusieurs catalogues déjà informatisés. 3. Le fonds de documentation genre de la Bibliothèque universitaire : il est constitué principalement de l’ancien centre de documentation de l’équipe interdisciplinaire Simone-SAGESSE. Depuis son transfert à la BU, ce fonds a continué à s’enrichir en ouvrages et périodiques, ainsi qu’en littérature grise, grâce notamment au financement du PPF. L’axe genre de la MSHS-T devrait nous permettre de poursuivre cette politique documentaire. - Former un espace intégré dans les réseaux nationaux et internationaux 1. L’intégration nationale : l’équipe Simone puis ARPEGE 1 ont été membres fondateurs du RING (réseau inter disciplinaire et inter universitaire sur le Genre) qui regroupait outre l’UT2, Lyon 2, Paris VII et Paris VIII et qui a maintenant le statut de fédération de recherche. L’axe genre de la MSHS-T est aussi partie prenante d’un réseau genre des MSH qui est en cours de constitution. La première réunion s’est tenue à Paris en mars 2009. 2. L’intégration internationale : des échanges internationaux importants ont déjà été noués par diverses équipes, en particulier l’équipe Simone SAGESSE, le CAS (Grande-Bretagne, USA), ou le LISST-Centre d’anthropologie sociale (Canada et Brésil), encore Dynamiques rurales (Afrique, Amérique du Sud) et d’autres seront recherchés et développés dans les recherches à venir. III Organisation du travail Le projet sera coordonné par trois chercheuses : Agnès Fine (EHESS), anthropologue, Sylvie Chaperon, MCF HDR, Historienne et H. Guétat, MCF HDR, géographe, dont les expériences et les disciplines sont différentes, aidées d’un bureau composé de représentantes de chaque équipe, qui organisera des réunions régulières pour l’organisation et le suivi des actions prévues. La forme que prendront les actions a été présentée précédemment : actions pérennes autour du portail documentaire ; actions régulières liées au renforcement de l’encadrement doctoral : journées des doctorants, conférences biannuelles etc. ; Actions ponctuelles des Page 31 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 différentes composantes sur les thèmes de recherches : séminaires, journées d’études, colloques, locaux, nationaux, internationaux. D) ENVIRONNEMENTS, RISQUES, VULNERABILITES Coordonnateur : Patrick Chaskiel (UT3) I. Contexte et positionnement du thème structurant Dans le cadre du contrat quadriennal 2007-2011 de la MSHS-T, les recherches sur environnement, santé et risques ont été fédérées dans deux axes, de fait disjoints, de la MSHS-T. L’axe « Territoires, Villes, Mode de vie, Environnement » (TVME) a pris en charge l’intersection des recherches sur les questions environnementales ou sanitaires, tout particulièrement sur les processus de formation de normes, à travers l’examen des politiques publiques/territoriales et des pratiques sociales en général. Dans cette perspective, des objets forts se sont imposés, tels que la gestion des ressources naturelles ou encore le développement territorial urbain et rural en lien, le cas échéant, avec une problématique de la vulnérabilité. Dans cette optique, des relations ont été établies avec des organismes tels que l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP) ou l’IFÉRISS (Institut Fédératif d’Études et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société). L’axe « Travail, Marché, Risques » (TMR) a croisé les recherches sur les risques (professionnels, industriels, organisationnels, selon l’entrée adoptée). Les échanges ont porté sur des travaux menés tant sur les espaces organisés (sécurité, fiabilité, robustesse, organisationnelles, responsabilité sociale des entreprises…) que sur la constitution des problèmes publics (politiques et espaces publics, réglementation, concertation, contestation). La thématique des risques industriels (comme menace de catastrophe) a pris une importance particulière, en raison de la catastrophe de l’usine AZF et de l’implantation, à Toulouse, de la Fondation (de recherche) pour une Culture de la Sécurité Industrielle (FONCSI). Cependant, les frontières de ce découpage en territoires de recherches nécessitent d’être retracées. D’une part, les questions de politiques publiques soulevées dans le sous-axe « Environnement » de TVME et dans le sous-axe « Risques » de TMR sont superposables, que ce soit sur le plan des enjeux sociétaux ou des enjeux scientifiques. D’autre part, divers problèmes afférant à la thématique de la santé (santé au travail, politiques publiques, corps/maladie/vieillissement), portée par les laboratoires toulousains dans le cadre constitué par l’IFÉRISS, relèvent de questionnements compatibles avec ceux posés dans les thématiques « environnementales » ou sur les « risques ». Les recherches qui se sont rencontrées dans les différents séminaires ou manifestations scientifiques du précédent contrat renvoient à des questionnements souvent équivalents même si ces derniers s’appliquent à des terrains différents. La décision a donc été prise de les fédérer, au sein d’une même thématique : « Environnement, Risques, Vulnérabilités » (ERVé). En ce sens, cette initiative est originale puisqu’elle permet de dépasser une sorte de régionalisation scientifique, observable y compris à l’échelle internationale. En effet, la recherche, rendue visible au travers des organisations ou des manifestations scientifiques internationales, est fortement spécialisée en thèmes relatifs à l’environnement ou bien aux risques, à la santé ou bien à l’environnement, aux risques naturels ou bien technologiques, aux catastrophes ou bien aux risques. Cette spécialisation a certes l’intérêt, évident, de rendre discutables des recherches, mais elle a aussi pour inconvénient de faire perdre de vue des dimensions transversales. L’objectif est donc de capitaliser et de rendre plus lisibles les travaux menés à Toulouse au sein, notamment, des laboratoires : CDA-EJERIDD (UT1), CERTOP-CNRS (UT2 et UT3), CLEE-LTC-CNRS (UT2), CRM (UT1), GÉODE- CNRS (UT2), LaSSP (IEP-UT1), LISST-CNRS (UT2), LMTG-OMP-CNRS (UT3), PRISSHM-SOI (UT3). Ces laboratoires regroupent des chercheurs en droit, géographie, gestion, information-communication, psychologie, science politique, sociologie. Ces laboratoires et les disciplines qui leur correspondent ont une tradition de recherches bien installée sur les questions soulevées par la thématique ERVé, selon des entrées diversifiées : territoires, organisations, politiques publiques, espaces publics, réglementation, milieux professionnels, expertises, société civile. Dès lors, l’Université de Toulouse dispose d’un potentiel important de recherches variées, qui peut la placer en position Page 32 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 favorable dans le paysage scientifique français et international sur la thématique. La multiplicité et l’interdisciplinarité des recherches, loin d’être des inconvénients, sont de fait un atout pour mettre au jour les universaux de la thématique. De manière spécifique, l’objectif visé dans le prochain contrat quadriennal est donc de tirer parti de la diversité des recherches menées à Toulouse pour interroger une dimension clé des problèmes concernés, présente dans tous les travaux : la régulation et la gouvernance, plus spécifiquement les nouvelles régulations, les nouvelles gouvernances provoquées par la montée des thèmes « environnement, risques, vulnérabilités ». Sur cette base particulière, la thématique s’inscrira dans le réseau des MSH en maintenant des liens étroits avec la MSH Alpes, dont un des thèmes importants est relatif aux risques collectifs. II. Programme et objectif scientifiques 1° Orientation générale La montée des problèmes publics d’environnement et de santé, de risques et de vulnérabilités s’est accompagnée d’une transformation majeure des modes et des critères de prise de décision, que ce soit pour l’action publique ou pour les organisations. Une des raisons essentielles de ce changement réside dans l’émergence, depuis les années 1960-1970, d’une mutation dans les normes sociales afférentes au mode de vie. Ce changement a été largement provoqué par une (re)mise en cause du mode de développement antérieur. L’identification d’une crise environnementale mondiale (réchauffement climatique et interrogations sur les ressources en eau, la déforestation), l’éclatement de scandales (amiante) ou d’affaires (sang contaminé), les problèmes radicalisés liés au nucléaire civil, la survenue de catastrophes industrielles (par exemple celles de Bhopal et Tchernobyl, de l’usine AZF), ou écologiques (marées noires), les inondations à répétition et les feux de forêts, la mise en cause du « progrès » technologique manifestée par des mouvements de rejet des OGM ou des nanotechnologies, tous ces événements, et d’autres moins dramatiques (conflits sur la construction de barrages, d’aéroports, …), ont placé sous pression politique les décisions stratégiques (économiques notamment) dans les domaines de l’environnement-santé. On voit alors se modifier et, même, se brouiller les référentiels et les processus de la décision, notamment en raison, d’une part, de la démultiplication, locale ou sur un territoire plus vaste, des problèmes environnementaux/sanitaires publiquement posés et, d’autre part, de l'affirmation d'une société civile devenue hyper-sensible vis-à-vis de ces problèmes. 2° Ligne directrice On peut donc avancer l’idée que les thématiques « environnement/santé », « risques naturels/technologiques », traduisent un problème d’entente sociale sur les conditions du développement. Or, la notion très consensuelle de « développement durable », même si elle norme désormais significativement la gestion des organisations, des territoires et de l’action publique, ne peut dissimuler des tensions spécifiques et profondes. En particulier, le rapport entre, d’une part, les enjeux économiques (industriels ou territoriaux) et, d’autre part, les normes civiques déterminant le mode de vie apparaît comme un ressort d’évolution de la société. Face à ces tensions, les modes de régulation et de gouvernance se transforment progressivement. D’un côté, l'État (national ou européen) et ses administrations tiennent une place toujours croissante dans la régulation des problèmes environnement/santé (précaution, prévention, concertation, réparation) ; de l'autre, les organisations (les entreprises, les établissements tertiaires) sont de plus en plus soumises à des pressions non marchandes (tout particulièrement celle de l’opinion publique), pressions vis-à-vis desquelles les dispositifs historiques de l’économie et du droit apparaissent relativement décalés quand ils sont encore centrés sur la compensation (indemnisation, réparation). Ceci explique l’expansion des instances de concertation et de débat publics. L’utilisation extensive de la notion de « gouvernance », dans les milieux professionnels ou dans le milieu académique, est une manifestation explicite des modifications s’opérant dans le processus de prise de décision. La plupart des recherches concrètes menées en sciences humaines et sociales au sein de l’Université de Toulouse, notamment sur l’aménagement urbain et les vulnérabilités face aux risques naturels ou industriels, la gestion des ressources naturelles (forêts, eau), le malaise organisationnel et la souffrance au travail, le traitement des incidents/accidents dans les usines à risques ou les hôpitaux, les politiques de prévention Page 33 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 sanitaire et de la vieillesse (en ville, notamment)…, aborde, d’une façon ou d’une autre, ces aspects de régulation et de gouvernance. Elles sont donc à même d’alimenter une réflexion transversale. Cependant, comme le plus souvent ailleurs, ces recherches passent généralement par une porte d’entrée particulière (par exemple : environnement ou santé, risques naturels ou risques technologiques, organisations ou politiques publiques, vulnérabilités territoriales ou organisationnelles). Du coup, il apparaît difficile d’avoir une vision globale des nouveaux modes de régulation et de gouvernance, tant des espaces organisés (sens de la responsabilité sociale des entreprises, place des institutions représentatives du personnel…) que de l'État et des politiques publiques (avec la multiplication des agences, instituts et observatoires, instances de concertation publique). Le projet ERVé servira donc de mise en perspective des travaux particuliers afin de dépasser les spécialisations existantes. Le principe original du projet quadriennal réside ainsi dans une approche comparative des recherches effectuées. En particulier pourrait être creusée la question de la reconfiguration du fonctionnement des organisations (moins d’autonomie ?), en raison d’un estompage de leurs frontières, issu de la montée des normes environnementales et du renforcement du contrôle public (administratif et associatif). Ainsi, l’idée de « responsabilité sociale » traduit l’existence d’une prise en compte de plus en plus grande de la pression externe dans la gestion des organisations. En outre, de nouveaux risques émergent (risques psychosociaux), qui font l’objet d’une appréhension particulière dans les activités dangereuses. S’y ajoute, sur le même plan, la question de la reconfiguration de l’État, marquée par une tendance au « plus d’État », à un interventionnisme politique et administratif croissant, tendance venant contredire l’idée très courante d’une sorte d’un désengagement général. Ainsi, les « arrangements » historiquement établis dans le domaine de l’environnement, entre l’État et la sphère économique, apparaissent remis en cause par l’État lui- même, ce qui a conduit les entreprises à poser leur responsabilité sociétale. La multiplication des « Grenelle » est emblématique d’une évolution dans la gestion des activités à risques pour l’environnement. L’objectif très concret de la thématique « environnements, risques, vulnérabilités » est de mettre en évidence, au travers des échanges organisés par les laboratoires, des éléments permettant de déplacer les questionnements actuels sur les changements dans les modes de régulation et de gouvernance. 3° Axes de travail a) Opérations, organisations, dispositions La sophistication des technologies, devenues ultra-réactives au sens où les conséquences d’une activité débordent largement de l’espace d’activité (nucléaire ou OGM, par exemple), questionne les modalités antérieures de gestion tant des problèmes de sécurité que des problèmes de pollution. De plus, la prégnance de l’opinion publique (exprimée par les médias de masse ou par la multiplication des associations environnementales) et une observation publique (étatique et associative) du fonctionnement rendent plus délicate la gestion des opérations dans les organisations. L’expérience de la crise de l’amiante, affectant tant les salariés que les consommateurs, a montré qu’un problème ne pouvait être confiné à un espace social particulier, et l’on observe des déplacements significatifs (liens nouveaux entre syndicats et associations environnementales) dans la manière dont est appréhendé la directive REACH ou le développement des nanotechnologies. En outre, la montée des grands problèmes de risques industriels ou de pollution, alimentés par l’expérience de catastrophes et par une contestation qui recourt à toutes les voies possibles de résonnance (dont la voie judiciaire), a transformé la manière dont les organisations sont amenées à appréhender les risques. La notion de responsabilité sociale des entreprises reflète explicitement le nouveau rapport des organisations industrielles et tertiaires à la société. Enfin, l’intensification de problèmes, comme ceux du stress au travail et du suicide de salariés relevant d’entreprises à risques, renforce l’idée de l’existence d’un malaise organisationnel. Du coup se pose la question de savoir comment s’opère la régulation des espaces organisés, comment ces derniers « gouvernent » ce malaise organisationnel sous ses diverses facettes, quels dispositifs spécifiques sont mis en place en place, comment interviennent les institutions représentatives du personnel et le personnel lui- même ? b) Pouvoirs, Territoires, Concertations Page 34 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Tout comme les espaces organisés l’action publique a renouvelé ses formes de régulation et de gouvernance des problèmes d’environnement, de risque, de vulnérabilité. La mobilisation sociopolitique, très complexe, a débouché sur une expansion des dispositions réglementaires et des dispositifs supposés réguler les tensions ainsi créées. On observe une extension de la réglementation et, surtout, un empilement du droit européen et du droit national, tout particulièrement dans le domaine environnemental. Il s’agit alors de savoir, notamment, si cet empilement et la nécessaire articulation induisent une harmonisation des pratiques juridiques ou bien si l’espace national reste, au fond, l’espace de référence dans la mise en œuvre des principes réglementaires. De même convient-il de savoir si la transposition aux pays du Sud des modèles et pratiques des pays du Nord s’effectue de manière cohérente. Cette interrogation concerne, par exemple, la mise en œuvre des principes d’accès à l’information et de participation des citoyens au « processus de décision ». Ceci a pour effet de déplacer le rôle de l’expertise, notamment avec l’idée d’expertise pluraliste, ce qui est, fondamentalement, une remise en cause du caractère « expert » de l’expertise. De même, la reconfiguration de l’administration d’État (notamment la fusion des services dans un grand Ministère de l’Écologie mis en place en 2007) questionne la répartition des rôles entre les stratégies d’aménagement et d’environnement et la redistribution des fonctions au sein de l’État « national ». Dans quelle mesure cette tendance est-elle universelle ? 4° Actions scientifiques a) Manifestations transversales de la thématique ERVé On peut d’ores et déjà faire état d’une série d’échanges prévus pour 2011-2013. Ces échanges ont pour objectif de travailler des dimensions générales de la thématique. Ils pourront associer la MSHS-T et d’autres organismes fédérateurs. • L’interdisciplinarité du risque (Sylvia Becerra, LMTG-OMP) 2011 Les recherches interdisciplinaires sur environnement-santé se développent à Toulouse dans le cadre de projets construits en collaboration entre physico-chimistes, géochimistes, médecins, biologistes et socio-économistes. Pourtant, certains peinent à avoir une vision claire des questions scientifiques, des collaborations réelles entre les sciences, les terrains investis et ceux encore à explorer. Ce thème, émergeant comme une problématique commune aux SHS, SVT et sciences de la santé, mérite qu’on fasse le point sur les forces locales, les projets, les attentes des équipes et les croisements possibles entre disciplines, entre équipes. La journée doit être conçue comme un moment d’interconnaissance, d’information sur les approches scientifiques, sur les dynamiques de recherche existantes ou à formaliser. Des chercheurs de différentes disciplines seront appelés à s’exprimer sur leurs projets en cours, leurs attentes par rapport aux autres sciences, à partager les questions scientifiques qu’ils se posent. Un des enjeux est notamment de renforcer les liens entre la MSHST et l’OMP. • À quoi servent les comparaisons internationales ? (Patrick Chaskiel, CERTOP) 2012 Répondant, indirectement, à l’idée que la comparaison est la méthode expérimentale par excellence en SHS, beaucoup d’organismes financeurs de la recherche valorisent les comparaisons internationales, qu’il s’agisse de comparaisons Nord/Nord, en particulier entre pays au sein de l’Union Européenne, ou de comparaisons Nord/Sud. Un certain nombre de laboratoires et de chercheurs (confirmés ou doctorants) sont engagés ou vont s’engager dans des opérations de recherche répondant à une telle demande. Cependant, ces opérations comparatives ne sont pas systématiques et elles appellent une réflexion sur leur raison d’être : quelle est la valeur ajoutée des comparaisons internationales en termes d’effet scientifique ? À quelles interrogations théoriques ou empiriques répondent ces comparaisons ? On peut à titre d’exemple considérer des questions comme celles de l’éventuelle tension entre européanisation des politiques publiques environnementales et maintien de pratiques nationales, entre universalité de la thématique environnementale et régionalisation des dispositions et dispositifs adoptés. L’objectif de ce séminaire sera d’interroger les recherches effectuées ou à venir afin de faire le point sur les résultats effectifs acquis par les comparaisons internationales. • Pouvoir et risques collectifs (Julien Weisbein, LaSSP) 2011 L’objectif de ce colloque est d’interroger la dynamique de relation qui s’établit entre les risques, leur administration les mobilisations sociopolitiques qui les caractérisent et la question classique du pouvoir. Il s’agit de savoir si les thématiques de risques transforment les rapports de pouvoir, les redistribuent, modifient les pratiques des institutions concernées, amènent au redéveloppement de ces dernières. En particulier, il convient Page 35 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 de vérifier si et comment l’ouverture des processus de décision à la participation du public déplace la question du pouvoir. b) Soutiens à des manifestations pilotées par des laboratoires • Responsabilité Sociale des Entreprises (Jacques Igalens, CRM, Frank Cochoy CERTOP) colloque annuel Le thème de la Responsabilité sociale de l'entreprise est un projet structurant pour deux raisons principales. Il s'agit d'abord d'un domaine de recherche en plein essor - l’un des indices de cet intérêt académique étant la multiplication des associations et des revues scientifiques anglo-saxonnes mais aussi françaises - et le CRM a constitué une équipe très présente dans les réseaux internationaux sur cette thématique (des thèses soutenues et en cours, des relations étroites avec la chaire de RSE de l’UQAM, et l’ICCSR de Nottingham, la direction scientifique de la Revue ROR). Ce séminaire de recherche international est devenu une manifestation annuelle depuis 2006, les thématiques étant progressivement définies. Il est co-organisé par le CERTOP. • Vulnérabilités et robustesse de l’action publique en matière de gestion des risques : regards croisés Nord –Sud (Sylvia Becerra, LMTG-OMP) 2011 Le but de la journée d’étude est de mettre en exergue et en perspective les forces, limites, dysfonctionnements, les modes de gouvernance et les capacités de réponses des systèmes politiques aux aléas et aux crises ; la comparaison entre pays du Nord et territoires moins avancés devrait permettre de prendre la mesure des similitudes et décalages des mécanismes de gestion publique des risques, mais aussi du degré « d’encastrement » entre vulnérabilité socio-économique et vulnérabilité institutionnelle. On pourra aussi affiner l’analyse en fonction des temporalités des évènements considérés : lentes (pollution chronique par exemple) ou à occurrence rapide (inondation, accident industriel, etc.). • Comment opérationnaliser les recherches sur la vulnérabilité sociale dans la gestion risques : avancées, défis et limites ? (Sylvia Becerra, LMTG-OMP) 2011 Les recherches en SHS sont souvent considérées comme peu assimilables et difficiles à utiliser pour des acteurs de terrain. Le but de la journée d’étude est de réunir des praticiens des risques et des chercheurs pour plancher sur la question de la traduction opérationnelle des recherches en SHS sur la vulnérabilité : exprimer les expériences positives en la matière, les attentes de part et d’autre, les difficultés pratiques. • Les indicateurs du risque environnemental : théorie et pratique (Jean-Marc Antoine, GÉODE, Sylvia Becerra LMTG-OMP, Anne Peltier GÉODE), 2011 Ce séminaire aura pour objectif, sur une journée, de faire le point sur la notion d’indicateur de risque. Il s’agira de faire appel à des intervenants de diverses disciplines (« sciences dures », économie, sociologie, droit, géographie, psychologie) pour confronter différentes approches de la notion d’indicateur du risque. Les indicateurs en eux-mêmes seront également abordés mais ils ne constitueront pas le cœur de l’approche. • Nanotechnologies : de nouvelles perspectives pour la démocratie technique (Marie-Gabrielle Suraud, CERTOP), 2011 Le projet NanoINNOV vise à faire de Toulouse un des trois centres d’intégration des nanotechnologies (avec Grenoble et Saclay). L’expérience pratique montre que l’implantation des recherches et d’industries des nanotechnologies soulève des interrogations majeures quant à la pertinence d’une accélération du mouvement. C’est d’ailleurs pourquoi nano-INNOV inclut une dimension de Sciences Humaines et Sociales. Le projet de cette manifestation scientifique est d’interroger le sens et la place des recherches en SHS sur les nanotechnologies. En particulier, il s’agit de questionner l’aptitude de telles recherches à lier l’expérience du passé à l’appréhension des tensions provoquées par l’expansion des nanotechnologies, qu’il s’agisse des problèmes soulevés dans les entreprises ou dans l’espace public. • Risque et information : être informé, est-ce être moins vulnérable ? (Sylvia Becerra, LMTG-OMP) 2012 Entrée en vigueur avec le décret 90-918 du 11 octobre 1990, la politique d’information prévention sur les risques est aujourd’hui inscrite dans le Code de l’environnement (art. L125-2). Plus récemment la loi « Bachelot » du 30 juillet 2003 impose par exemple l’information de l’acquéreur ou du locataire d’un bien immobilier par le vendeur ou le bailleur sur les risques menaçant ce bien. Un des présupposés de la réglementation développée depuis plus de vingt ans est : « informer, c’est protéger ». Si l’information est le moteur du changement des Page 36 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 comportements face aux risques et aux crises, elle devrait permettre de réduire les dommages sur les biens et les personnes. L’information permettrait ainsi de faire du citoyen un acteur non seulement moins vulnérable mais aussi davantage responsable de sa propre sécurité. L’idée de la journée d’étude est de réunir des chercheurs, des élus et des « acteurs intermédiaires » de la politique d’information sur les risques (notaires, agents immobiliers, architectes, etc.) pour confronter les points de vue : voir quels sont les enjeux, les problèmes liés à l’application de la réglementation, quelles régulations concrètes s’opèrent à l’interface entre normes juridiques et enjeux socioéconomiques. • Risques liés à l’eau. Des modèles occidentaux aux réalités des Sud (Coordination : Jean-Marc Antoine, Anne Peltier, GÉODE, colloque international, 2013) Les risques liés à l’eau (naturels ou plus largement environnementaux) constituent un problème majeur dans les pays des Sud, problème susceptible d’être exacerbé dans le cadre du changement climatique. Ce contexte d’hypersensibilité des milieux et des sociétés conduit à reposer en des termes nouveaux la question du transfert aux pays des Sud des cadres d’analyse et des réponses apportées dans les pays occidentaux. Après des décennies de recherche fondamentale et appliquée sur les risques liés à l’eau au Sud, où en est-on des modèles de pensée et des solutions concrètes dans ce domaine ? III Organisation de la thématique ERVé Compte tenu de l’ambition de fournir des éléments scientifiques de questionnement susceptibles de déplacer l’approche des problèmes de régulation et de gouvernance de l’environnement, des risques, de la vulnérabilité, la gestion de ERVé sera assurée par un bureau, élargi en comité de pilotage scientifique lorsqu’il s’agit de débattre de questions scientifiques. Ce dernier sera constitué par un représentant de chaque laboratoire impliqué dans ERVé. Il se réunira cinq fois par an. La fonction de ce comité de pilotage sera double. La première fonction est d’assurer un rôle d’orientation scientifique à travers la prise en charge d’échanges transversaux, dont certains figurent ci-dessus (pour la première phase). Le comité pourra ainsi organiser lui- même des échanges entre chercheurs. Ces échanges transversaux répondront à une analyse des « besoins ». Par ailleurs, à toute manifestation scientifique soutenue/labellisée par ERVé participera es qualité un représentant du comité de pilotage scientifique. L’objectif n’est pas tant celui d’une représentation du comité dans la manifestation (même s’il n’est pas négligeable) que celui d’une représentation de la manifestation dans le comité. Il s’agit ainsi de capitaliser des échanges scientifiques, ce qui implique de mener, au sein du comité, une discussion sur les manifestations entrant dans le cadre de la thématique. La seconde fonction sera de définir et gérer la politique budgétaire, donc les critères déterminant les soutiens prioritaires du point de vue de l’ambition affichée. Le pilotage scientifique devra, ainsi, être sélectif dans les financements attribués, de telle sorte que certaines des manifestations soient particulièrement valorisées quand elles répondent aux objectifs affichés. À mi-parcours (2013), le comité de pilotage organisera un échange sur le bilan scientifique afin de mettre en évidence, et en tension, les questions posées par les nouvelles régulations et gouvernances. Sur cette base sera orientée la politique scientifique pour la seconde moitié du contrat. E) PROFESSION ET MARCHE DU TRAVAIL Coordonnateur : Gabriel Tahar (CNRS) I. CONTEXTE ET POSITIONNEMENT DU THÈME 1. Problématique : relations formations-emplois Les travaux passés du LIRHE (UT1) qui concernent l’insertion professionnelle se répartissent en deux types d’approches qui ne sont néanmoins pas disjointes. La première privilégie l’étude de l’usage et de la constitution Page 37 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 des compétences par les individus. La seconde est plus axée sur la manière dont le marché du travail s’approprie l’offre de compétences qui lui est proposée. Côté marché du travail, depuis plusieurs années, des travaux nationaux et internationaux ont été menés sur l’impact de la hausse des niveaux d’éducation : dévalorisation des diplômes, déclassement, reclassement, effet d’offre sur la répartition des diplômés dans les emplois de génération en génération. Au-delà de l’insertion professionnelle proprement dite, des travaux sur les cheminements longs ont été menés. Ici, l’on s’intéresse au lien entre les caractéristiques de l’emploi et la sécurité des trajectoires professionnelles (stabilité de l’emploi, sécurité de l’emploi, sécurité du revenu). L’hypothèse est que ce lien est plus déterminant que les caractéristiques individuelles. Un ensemble d’études ont été effectuées dans une optique GRH (gestion des ressources humaines) et plus précisément dans celle de la GPEC (gestion prévisionnelle des compétences) au sein de la sous-traitance aéronautique, ceci sous l’égide de la DRTEFP Midi-Pyrénées et de l’UIMM. L’objectif est la constitution d’un plan régional d’évolution de l’emploi et des compétences. Ces travaux sur la sous-traitance aéronautique sont la suite logique de travaux antérieurs du Centre Associé Régional CEREQ, dont plusieurs membres sont des experts reconnus dans ce domaine. En revanche, la thématique de la gestion de main d’œuvre au sein des systèmes éducatifs est beaucoup plus récente. L’analyse des modes de gestion de main d’œuvre repose sur la théorie économique des contrats qui a fait l’objet de nombreuses propositions de modélisations et d’expérimentation dans d’autres pays. En France, le terrain est encore vierge, et les recherches en cours confrontent la synthèse de ces études aux pratiques françaises. Concernant l’enseignement supérieur, les filières scientifiques ont fait l’objet d’analyses approfondies, notamment dans le cadre des travaux du groupe de recherche du CEREQ sur l’enseignement supérieur (GTES) dont le site est hébergé au LIRHE. Après la thématique de la mobilité géographique, le GTES s’intéresse au rôle du L3 (professionnel ou non) dans le cadre de la réforme du LMD. Toulouse a proposé des questions que certains observatoires universitaires ont intégrées à leurs enquêtes en vue d’une exploitation commune. Des investigations seront également menées sur le rôle du parcours d’études à l’insertion via les enquêtes « Génération » du CEREQ. 2. Problématique : ordre productif et temporalités des marchés Le premier thème concerne l’avènement du « temps des marchés » négocié et légitime : c’est le résultat issu des recherches antérieures dans lesquelles s’inscrit la responsabilité d’un programme (ANR) sur le temps de travail des cadres dans cette perspective du tout négocié. De quoi s’agit-il ? Du fait que l’État abandonne l’hégémonie de sa puissance normative pour laisser le soin aux partenaires sociaux d’inventer les compromis temporels qui conviennent au sein d’un triptyque composé de la durée du travail, de l’emploi et de la flexibilité : sur 30 ans en France, il montre la variété des compromis temporels qui peuvent voir le jour au sein de l’entreprise qui s’ouvre au marché ; en même temps ce qui s’échange autour de ces règles temporelles, c’est la reconnaissance du caractère non destructif du marché par les uns, contre l’acceptation du maintien de l’emploi pour les autres. Plus fondamentalement, il met au jour la fabrique des temporalités sociales fondée sur l’autorité du marché entendu comme une scène d’interactions entre acteurs multiples ; un marché qui s’invite dans les négociations au travers de ses acteurs, qui s’interpose au beau milieu de leurs transactions et qui est conçu comme familier, maniable, voire domestiqué. Le marché n’est pas une arène de luttes pour des arrangements alternatifs, mais un théâtre dans lequel s’élaborent deux choses : d’une part, de nouvelles règles de négociation avec cet invité de marque qu’est le marché porté par les acteurs au-devant de la scène et, d’autre part, une négociation sur les règles du jeu, puisque la puissance normative se déplace dans la société civile qui fabrique désormais les temporalités sociales. Le marché va constituer une clé interprétative de la fabrique des temporalités sociales. Plusieurs laboratoires ont participé à l’émergence de cette thématique. Le CERTOP (UT2) y développe ses travaux sur les temporalités, mais aussi les analyses liées à la sociologie des marchés. Le Centre Associé CEREQ, rejoignant l’Université de Toulouse 2 pour le prochain quadriennal, nous permettra de développer cette problématique, ainsi que le LIRHE/CRM (UT1) concernant les recherches sur les marchés de l’emploi et sur les qualifications. Le CLLE-LTC (UT2) autour de travaux d’ergonomie approfondira l’analyse du travail des postes long (12 heures). Dans l’ensemble, cette thématique a déjà donné lieu à deux Page 38 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 séminaires internationaux, l’un à Istanbul et l’autre à Toulouse soutenu par la MSH. Elle s’est également inscrite dans les activités du GDR « Cadres » et de l’AISLF. Le second thème concerne de nouvelles formes de négociations et l’invention d’une régulation intermédiaire au sein d’un espace social qui favorise la rencontre des protagonistes, est mis en évidence au travers de deux études distinctes effectuées par le CERTOP. En Allemagne, il s’agit de rallonger la durée du travail ou de diminuer les salaires pour maintenir l’emploi : la direction de l’entreprise négocie avec la direction du syndicat IG Metall un changement des règles du jeu. Chez Volkswagen, on connaissait le rôle historique des accords sur l’organisation temporelle de 1993 avec sa semaine de quatre jours et celui de 1995 qui interdit les licenciements, augmente la durée et la flexibilité. Avec l’accord de 2001, la légitimité du marché autorise des mouvements en arrière, lorsque le client l’exige ou lorsque la concurrence entre salariés est trop vive : cet accord sur l’embauche de 5 000 chômeurs, mais payés moins que leurs homologues, n’aurait pu être obtenu sans la construction d’un terrain intermédiaire permettant aux protagonistes de construire leur confrontation, sur lequel vont se déployer les efforts de concessions et s’élaborer des points de convergence. L’autre exemple concerne le « mandatement » : dans la petite entreprise qui ne comporte pas de délégué syndical, l’État donne la possibilité à un salarié d’être « mandaté » pour négocier dans un espace social qui se construit par leur rencontre. Contre toute attente, on a pu montrer que les accords de réduction de la durée du travail en France, par cette voie du mandatement, sont plus favorables aux salariés (flexibilité, salaire et emploi). Ce résultat est d’autant plus surprenant que les salariés mandatés sont peu expérimentés : l’importance de cette performance « négociatoire » peut être interprétée comme le résultat d’une dynamique intermédiaire de construction de règles communes sur un territoire dans lequel chacune des parties a intérêt à aboutir à une solution acceptable, tout en faisant reconnaitre à l’autre sa prétention normative. Cette thématique est développée notamment avec l’équipe des juristes du travail à Toulouse 1 (IRDS). II PROGRAMME ET OBJECTIFS SCIENTIFIQUES L’objectif de ce thème est de fédérer et de développer les travaux des équipes de recherches des deux universités UT1 et UT2 dans l’analyse du travail et de l’emploi. La construction des professions et l’accès à l’emploi en début ou en cours de carrière consistent à étudier les effets sur les parcours individuels, non seulement de la formation initiale, mais aussi des expériences professionnelles antérieures, des formations post-scolaires, de la conjoncture économique, des autres caractéristiques des personnes (genre, notamment) ou de leur environnement (origine sociale, réseaux personnels et professionnels), des politiques des entreprises, des dynamiques territoriales et, enfin, du cadre institutionnel. Ensuite, le problème de l'emploi dérive concrètement d’un questionnement sur le temps des marchés. En effet, les questions de chômage partiel et des licenciements interpellent l'emploi comme problème social prépondérant des années à venir. L’évaluation des politiques d’emploi des entreprises et des pouvoirs publics consiste notamment à analyser les transformations du travail et des modes de gestion de la main-d’œuvre, en lien avec l’évolution des diverses modalités de la formation. Il s’agit de mieux comprendre le processus de professionnalisation des individus, l’évolution des compétences attendues dans le travail, le rôle des entreprises dans la gestion des compétences et des carrières et, ce faisant, d’éclairer les politiques publiques dans le champ du travail et de l’emploi. Pour aborder ces questions, deux approches sont habituellement retenues, l’une centrée sur l’individu et l’autre sur les catégories collectives et l’entreprise. Si la première est nécessaire pour comprendre notamment les parcours, elle ne peut se passer de la seconde, à moins de considérer, par exemple, les professions comme une donnée préalablement définie ex nihilo. Or, les professions, l’attractivité des métiers, la dynamique des compétences au sein des filières, les modes d’accès aux emplois, sont le résultat d’un construit social complexe. Le marché du travail doit ainsi être abordé comme une institution dont la régulation n’est qu’en partie associée à un fonctionnement de type confrontation offre-demande. Concernant les professions des individus, l’approche privilégiée ici se situe dans la continuité des travaux des équipes impliquées. Elle consiste à mettre l’accent sur le rôle historiquement situé de la négociation dans la constitution des catégories collectives, qu’il s’agisse de la négociation formalisée (la négociation collective et son inscription dans un cadre défini par des règles juridiques, la négociation relative aux certifications en lien Page 39 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 avec les professions) ou de négociations non formalisées qui réunissent un certain nombre d’acteurs pour structurer les activités professionnelles. On peut distinguer deux approches disciplinaires complémentaires : la première, sociologique, met davantage l’accent sur les aspects formels et la seconde, économique, envisage la relation d’emploi comme un nœud de contrats interindividuels ou intergroupes essentiellement implicites ou informels. Quant aux parcours professionnels, ils débutent par la confrontation de l’offre de diplômés (à l’insertion) à la structure des emplois, résultat du construit socioéconomique des professions. Ainsi, l’allocation des individus aux emplois dépendra de l’usage qu’ils peuvent faire de leurs compétences individuelles compte tenu des éléments dont il dispose pour les « signaler » (diplômes, spécialités, parcours scolaires, certification post- scolaire, expérience, y compris en cours d’études), d’une part, et de l'évolution des systèmes de relations sociales (les réseaux sociaux dans lesquels ils sont insérés) et des groupes d'affiliation d'un acteur social (entités collectives dont ils s’estiment proches), d’autre part. Dans ce cadre d’analyse, le programme de recherche associé au thème « professions – marché du travail » entend privilégier différents travaux pour le prochain programme quadriennal. À titre indicatif et non exhaustif, on peut citer les sous-thèmes suivants. • Certifications et Professions (CERTOP et CRM) Le premier chantier dans ce domaine est à la fois régional et international puisqu’il porte sur le secteur aéronautique et spatial. Le processus d’harmonisation européenne de l’accès aux professions réglementées qui est en cours, autrefois concentré sur les professions libérales, s’est déplacé vers certaines professions intermédiaires comme notamment les métiers liés à la sécurité. L’objectif ici est d’analyser les initiatives de certification standardisée compte tenu des contenus d’emplois et des différences nationales en matière de régulation, avec un accent mis sur les raisons de la réglementation (assurance qualité, « fermeture » d’une profession…). La professionnalisation est un sujet particulièrement actuel pour la formation initiale. Dans le supérieur, la mise en œuvre du LMD, la loi LRU, ont accru le pouvoir décisionnel des universités en matière de construction de l’offre de formation. Dans ce contexte, les travaux conjoints portent sur la construction de l’offre de formation professionnalisante à l’université (licence professionnelle et master professionnel) et son usage à l’insertion, selon le territoire notamment. Le pendant de la professionnalisation du supérieur est la transformation de l’offre de formation professionnelle pour les niveaux bac et moins, via notamment la suppression du BEP au profit du baccalauréat professionnel. Une analyse sociohistorique de la construction des certifications, en lien avec les professions, interrogera les transformations actuelles. À la jonction des deux filières professionnelles (sup – bac et moins), on trouve l’apprentissage, actuellement en pleine expansion. Les premières investigations, qui se poursuivront, ont montré que les logiques pourraient bien s’avérer fort différentes entre les deux niveaux, les apprentis relevant du supérieur faisant plutôt partie à ce jour des « privilégiés » avant même leur entrée en apprentissage. • Inégalités et professions (CERTOP-SAGESSE, CRM, LISST) Des travaux antérieurs ont montré que la ségrégation de genre sur le marché du travail ne reproduit pas celle exercée dans le système éducatif. Les travaux menés tenteront d’apporter des éléments d’analyse pour les sortants du supérieur. Concernant l’origine sociale, les travaux envisagés concernent le rôle des réseaux pour les jeunes sortants de l’université. En effet, la loi LRU enjoint également aux universités un nouveau rôle : celui de devenir un acteur de l’insertion professionnelle des étudiants. La mise en œuvre des BAIP (Bureau d’Aide à l’Insertion Professionnelle) nécessite alors un état des lieux des modes d’accès à l’emploi. L’accent sera mis sur le rôle des réseaux, l’un des premiers leviers envisagés par les BAIP étant la constitution de réseaux. • Construction des compétences et accès aux professions (CERTOP, CRM): Nombre d’études ont mis en avant une absence de correspondance entre diplôme et emploi non seulement verticale (situation de suréducation, de déclassement…), mais aussi horizontale (mauvais appariement entre spécialités, y compris à l’insertion). Il semble que la professionnalité des individus se construise hors spécialité de formation pour beaucoup. Les formations offertes mais aussi le fonctionnement du marché du travail conditionnent l’importance de ce « mismatch ». Quel rôle joue alors la formation initiale et quels sont les modes Page 40 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 de construction des professionnalités qui s’éloignent le plus du parcours scolaire ? C’est à ces questions que tente de répondre le programme de travail, en analysant notamment les coûts et les bénéfices au niveau agrégé de ce phénomène, mais aussi en prenant en compte les évolutions des modes de gestion des ressources humaines (individualisation) et les « injonctions » européennes (flexicurité). • Négociation, temps, emploi (CERTOP, IRDS): Ce programme étudie d'abord les temporalités sociales, du travail et des autres activités sociales. Consécutivement à des travaux antérieurs qui ont fait émerger la notion de « temps des marchés », nous voudrions maintenant approfondir ce résultat. En effet, la variabilité des durées du travail sous influence du mouvement des marchés a été bien établie pour la période 1980-2008. Aujourd'hui, les temporalités du travail et le temps des marchés se caractérisent toujours par la volonté de faire varier les rythmes de l'intervention humaine. Ce nouveau schéma d’action « marchés » s’établit aux dépens d’une norme protégeant la santé au travail qui s’était construite sur 150 ans (1830-1980). Il s'agit alors de comprendre comment différentes catégories de salariés vivent et construisent ces nouvelles temporalités des marchés (représentations, interprétations, actions…). Comment peut-on négocier des temporalités qui préservent l'emploi ? Comment gérer des situations dans lesquelles le temps de travail est remis à « zéro » ? Peut-on comprendre les logiques qui mènent à des solutions plus ou moins satisfaisantes en termes de temps de travail et d'emploi ? Ce programme aura comme objectif d'interroger les processus de construction des règles temporelles et de l'emploi. En effet, nous pensons que l'action collective et la négociation collective constituent un problème social à part entière. Elles constituent aussi des domaines à interroger et des outils de l’analyse pour comprendre les phénomènes de temporalités, de culture temporelle et de diversité, de l'emploi, et du chômage. III ORGANISATION DU TRAVAIL - Mise en place d’un réseau des équipes et sous-équipes concernées par le thème structurant sur le site de Toulouse. - Organisation de séminaires de restitution des travaux engagés avec invitation faite à d’autres MSH et à des partenaires internationaux. - Intégration de doctorants dans le réseau dans une optique interdisciplinaire. F) CHOIX SOCIAL, EQUITE, COOPERATION Coordonnateur : Jean-François Bonnefon (CNRS) I CONTEXTE L'action thématique structurante « Choix Social, Équité, Coopération » fédère les recherches menées à Toulouse sur les problématiques relevant de l'agrégation, de l'équité, et de la coopération. Chacun de ces trois thèmes fait déjà l'objet de recherches mono-disciplinaires parallèles dans les différentes universités du pôle toulousain. Ainsi, les juristes, les économistes, les psychologues, les sociologues, les informaticiens, et les mathématiciens toulousains se sont déjà engagés dans des travaux relevant de l'un, de deux, voire de l'ensemble des trois thèmes. La tenue d'un atelier structurant sous l'égide la MSHS-T a permis un recensement des forces toulousaines en la matière, et une première mise en réseau multidisciplinaire. Des contacts ont également été pris avec la MSH de Caen pour un début de mise en réseau nationale. En particulier, le principe a été retenu d'échanges réguliers (sous la forme de stages) de doctorants travaillant sur le thème du « Choix Social » entre les laboratoires partenaires des deux MSH. Le contexte international est propice à une telle action structurante interdisciplinaire. Les années récentes ont vu en particulier émerger des approches computationnelles et comportementales du choix social, aux côtés des approches analytiques traditionnelles. Ces nouvelles approches ont apporté des perspectives excitantes, et laissent augurer d'un renouveau interdisciplinaire auquel la MSHS de Toulouse veut donner à ses chercheurs les Page 41 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 meilleures chances de contribuer. Le moment est bien choisi pour faire de Toulouse un leader international de ce nouveau mouvement scientifique. II PROGRAMME ET OBJECTIFS SCIENTIFIQUES Au sein de toutes les institutions, des groupes d'individus sont amenés à prendre des décisions ou à rendre des avis de façon coordonnée. Idéalement, la décision ou le jugement final reflète dans une certaine mesure les préférences et les opinions (perçues ou sincères) de tous les individus qu'elle a impliqués. Ces situations de décision ou de jugement coordonnés posent trois grands problèmes. • Le problème de l'agrégation Une décision ou un jugement qui engage un groupe entier doit être la meilleure synthèse des préférences et des croyances de tous les individus impliqués. Elle doit par exemple offrir des garanties d'efficacité, avoir les meilleures chances d'aboutir à un jugement correct ; mais d'autres critères peuvent rentrer en compte. Ainsi, on peut souhaiter que la procédure ne soit pas aisément manipulable par des agents machiavéliques. Cette exigence peut toutefois entrer en conflit avec l'exigence de simplicité, qui peut être un argument fort de l'acceptation de la procédure par le groupe. L'étude des procédures d'agrégation relève traditionnellement des sciences politiques et de l'économie, mais elle est aussi approchée sous l'angle des modèles computationnels, et plus récemment encore sous l'angle comportemental. • Le problème de l'équité Une procédure permettant la synthèse des préférences et des opinions sera perçue très différemment selon le degré auquel elle (ainsi que ses résultats) est jugée juste et équitable par les agents concernés (selon une certaine définition de la justice et de l'équité). Cet axe de travail peut-être compris comme une spécification du problème de l'agrégation, en ce que le caractère juste et/ou équitable de la procédure est l'un des critères de qualité considéré dans le problème de l'agrégation. Il est utile toutefois de lui donner une place à part, dans la mesure où ce problème à lui seul nourrit une intense activité de recherche dans de multiples disciplines. • Le problème de la Coopération Les individus dont les croyances ou les préférences entrent en compte doivent parfois accepter de se mettre à la merci des autres agents, qui pourraient profiter d'eux en prenant des positions stratégiques, égoïstes ou insincères. Cet axe de recherche recouvre le problème de la manipulabilité des procédures d'agrégation, du caractère stratégique de l'expression des opinions et des préférences, ainsi que, de façon plus générale, le problème de la confiance et des interactions stratégiques dans les jeux économiques. III ORGANISATION La MSHS de Toulouse va offrir à ce qui est pour l'instant une communauté éparse et multidisciplinaire, une structure fédérative, et l'impulsion nécessaire à la mise en place de projets interdisciplinaires. L'action « Choix Social » sera supervisée par trois coordinateurs, qui servent aussi de correspondant dans chacune des trois universités toulousaines : • Université Toulouse 1: Karine van der Straeten (CR, économiste) • Université Toulouse 2: Jean-François Bonnefon (CR, psychologue) • Université Toulouse 3: Hélène Fargier (DR, informaticienne) L'ambition de l'action thématique structurante « Choix Social » est de placer la MSHS de Toulouse en position de leader national de la recherche interdisciplinaire en matière d'agrégation, d'équité et de coopération. Le potentiel toulousain est clairement à la hauteur de cette ambition, et le travail de mise en réseau national, voire international est déjà commencé. Afin de développer cette mise en réseau, la thématique structurante « Choix Social » encouragera les acteurs de la recherche toulousaine à constituer des consortiums interdisciplinaires compétitifs en réponse à des appels d'offres locaux et nationaux (Région Midi-Pyrénées, PRES, PHC, ANR). L'effort de financement de la MSHS reflètera cet objectif prioritaire. Le soutien financier de la thématique structurante « Choix Social » ira principalement à l'organisation de journées d'études, séminaires et ateliers Page 42 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 interdisciplinaires associant des représentants de deux ou trois universités toulousaines et des intervenants extérieurs. Par ailleurs, dans l'objectif de soutenir les consortiums interdisciplinaires dans leur poursuite de financement, un soutien pourra être apporté à des opérations de recherche ponctuelles visant à faire la preuve de la faisabilité ou de la pertinence d'une opération de recherche plus vaste, qui pourra ultimement conduire à une demande de financement extérieur. 2. Ateliers de dialogues interdisciplinaires A) REGARDS CROISES NORD-SUD : EXPERTISE ET RECHERCHE-ACTION Coordonnateurs : Jean-Jacques Guibbert (UT2) et Alain Bonnassieux (CNRS) I CONTEXTE Le Conseil scientifique du GIS RNMSH, dans sa synthèse annuelle 2009, diagnostiquait une insuffisance des relations universités/société : « Les contacts avec la société civile, les milieux associatifs et syndicaux semblent rares, voire inexistants ». Aucune MSH ne rapporte la mise sur pied de mécanismes de collecte d’informations ou d’échanges avec les populations locales, qui leur permettraient de saisir les besoins et d’élaborer des programmes de recherche–action ». Cette fracture entre l’université et son environnement économique et social, et la difficulté à repenser les relations entre université et société, est un défi à relever dans le cadre des nouvelles dynamiques de la recherche universitaire. Il nous a donc paru opportun de proposer un espace de débat et d’échange sur l’évolution des pratiques, des réflexions et des interactions entre « Recherche, Expertise, Recherche–Action », tout en portant sur cette question un regard croisé Nord-Sud. Ce questionnement est aujourd’hui largement partagé tant au niveau régional, que français ou international. Il se traduit par un certain métissage des pratiques et une porosité entre les acteurs de la recherche, de l’expertise, des politiques publiques et des organisations de la société civile et politique. C’est ainsi qu’en France, l’IRD ou le GEMDEV dialoguent avec les responsables des politiques de développement pour reposer la question des modes d’articulation entre SHS et Recherche pour le développement ; que les chercheurs et universitaires canadiens, belges, suisses, allemands ou anglo-saxons transitent avec plus de fluidité entre les méthodes et les responsabilités dans les mondes de la recherche de l’expertise ou de l’action ; qu’au Sud enfin, au Brésil, en Inde ou en Afrique de l’Ouest, les nouvelles articulations entre universités, acteurs publics, ONG et acteurs sociaux ont été le creuset d’innovations tant dans les pratiques universitaires que sociales (budgets participatifs, gouvernance territoriale, crédit alternatif, etc.). Bien que cette dimension soit encore peu développée, les universités toulousaines en sciences sociales sont présentes dans les domaines de : - la recherche-appliquée dans le domaine de l’Aménagement du territoire, de la formation des instituteurs, de la relation santé société, du développement durable, des migrations internationales, etc. ; - le conseil et l’expertise auprès des acteurs publics ou privés, tant au niveau régional, qu’européen, ou Nord-Sud, dans le domaine des politiques de la ville, des politiques TIC, de la coopération-décentralisée, etc. ; - l’accompagnement de certains processus et mouvements sociaux, tant au Nord qu’au Sud (Recherches sur les organisations paysannes, Dynamiques Rurales, ENSAT, ENFA ; Recherches-actions sur l’économie sociale et solidaire, etc.) ; - la formation professionnelle, fortement articulée à la demande institutionnelle et sociale, tant régionale qu’internationale, et faisant appel au vivier des compétences professionnelles dans le cadre pédagogique, qui s’est traduite par la proposition d’une grande variété de masters Pro. ; - dans des thèses CIFRE au Nord (souvent, mais pas exclusivement, pour des étudiants du Nord) ou des thèses d’acteurs (souvent pour des étudiants du Sud) qui sont significatives des nouvelles modalités d’articulation Université, Économie et Société et préparent leurs auteurs à des carrières et des itinéraires nouveaux dans le monde de l’expertise ou de la formulation des politiques. Des antécédents existent à l’initiative de différents acteurs au Nord et au Sud : - Animation du réseau d’observatoires pour la société de la connaissance eATLASUDOE, PCRDT 2006 ; Page 43 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 - Séminaire LISST (UMR CNRS) « Recherche, Recherche-action et expertise urbaine », 2008-2009 ; - Colloque « SHS et Recherche pour le développement. Nouveaux contextes, nouveaux défis », (IRD, 2008) et Rencontres « La Recherche-action, les ONG et les chercheurs » (ENDA 2009) ; - Séminaires INRA SAD, Dynamiques Rurales, Université de Bahia Blanca (Argentine) sur les transformations des métiers du développement rural en France et en Argentine en 2002-2003. II PROGRAMME ET OBJECTIFS SCIENTIFIQUES Ces questionnements autour de la thématique « Recherche/Expertise/Recherche-Action » seront abordés à l’occasion d’une dizaine de séances au rythme de trois séances annuelles. Chaque séance s’organisera autour des éléments suivants : le choix d’un domaine d’actualité d’application de la relation recherche- expertise/recherche-action abordé de manière interdisciplinaire ; une combinaison entre des présentations de type académiques, témoignages d’acteurs et présentation d’itinéraires, une large marge sera laissée aux débats ; un regard comparatif Nord-Sud. Le pilotage de chaque séance sera porté par un tandem de laboratoires et/ou d’acteurs. À titre d’illustrations nous présenterons ci-après quelques-unes des séances pour lesquelles des premiers éléments de préparation ont déjà été recueillis. Journée 1 : Quelles relations entre experts, chercheurs et responsables associatifs face à l’émergence des organisations paysannes dans le secteur du développement rural ? La libération des politiques publiques a conféré un rôle important aux organisations paysannes dans le secteur du développement rural, qui s’est traduit par leur implication croissante dans la définition des politiques et la gestion des grandes filières de production. Cette évolution, qui a induit une réduction du rôle de l’État et un transfert de responsabilités aux organisations, a suscité de nombreuses questions par rapport à leurs capacités à faire face à leurs nouvelles responsabilités. Cette problématique ainsi que celle de leur accompagnement pour renforcer les capacités des organisations paysannes ont suscité de nombreux travaux d’expertises et de recherche-action. Une diversité d’acteurs y ont été associés - experts, chercheurs, techniciens du développement, responsables paysans, producteurs, etc. Du fait de leur positionnement professionnel, de leurs systèmes de références, de leur environnement socioculturel, de leurs champs de compétences, ces acteurs ont participé à ces recherches et recherche-action avec des représentations bien différentes de leurs contributions et de la place des organisations paysannes. C’est cette hétérogénéité que les échanges entre plusieurs types d’acteurs lors de l’atelier souhaitent pouvoir caractériser, en mettant en évidence les complémentarités et les oppositions afin de nourrir la réflexion sur les articulations possibles entre chercheurs, experts et acteurs du développement à différents niveaux. Laboratoire responsable : Dynamiques Rurales UT2, (Alain BONNASSIEUX, Ingénieur d’étude) Partenaires pressentis : CIRAD, Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement, Montpellier, (Denis PESCHE, sociologue) ; IRAM, Institut de Recherche et d’Applications des méthodes de développement, Paris (Étienne BEAUDOUX, Consultant) ; IRC, Institut des Régions Chaudes, (Betty WAMPFLER, Chercheur) ; APAD, Association Euro Africaine pour l’Anthropologie du changement social et du développement (Jean-Pierre OLIVIER de SARDAN). Journée 2 : Les nouvelles articulations Universités, collectivités, agences et sociétés civiles, dans l’élaboration des politiques de la ville et la problématique des banlieues. La question des quartiers dits sensibles occupe, depuis une trentaine d’années, une place centrale dans les médias comme au sein de l’action publique. Laboratoire de la territorialisation des politiques publiques, longtemps innovant dans le domaine de l’association des habitants au développement social de leur territoire, ayant ces dernières années retenu des options radicales en matière de rénovation urbaine... Ce champ constitue depuis l’origine un lieu de débats entre chercheurs, militants associatifs, experts, acteurs publics et parfois habitants. Leurs profils et/ou leurs postures sont parfois entrecroisés, ils peuvent aussi renvoyer à des oppositions plus tranchées comme celle séparant, par exemple, les chercheurs ou les experts dont les travaux accompagnent l’action publique de ceux dont les recherches sont construites dans sa contestation. À l’échelle de la France, ou au niveau local, s’est ainsi structuré autour de la politique de la ville un champ à l’intérieur duquel dans le cadre de la réalisation d’études, d’évaluation, d’expertises ou à l’occasion de débats, de formations ou de colloques, ces différents acteurs interagissent. Page 44 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Les débats qui s’y développent portent, par exemple, sur les transformations de la place de l’État au sein de cette politique. Que reste-t-il de la position d’animateur (Donzelot et Estèbe, 1994) qu’il a parfois occupé dans les années 1990 ? Est-il vraiment engagé dans un processus de gestion à distance (Epstein, 2007) ? Les analyses portent aussi sur les notions à utiliser pour tenter de comprendre le fonctionnement de ces quartiers. Peut-on en parler en utilisant le terme de ghetto (Vieillard-Baron, 1994) ? N’est-il pas temps de prendre acte de l’ampleur des processus de ghettoïsation qui les touchent (Lapeyronie, 2008) ? En arrière-fond de ces débats, c’est aussi les méthodes mobilisées pour connaître ces territoires qui sont l’objet de controverses. Comment concilier les éléments d’objectivation statistique nécessaires à la caractérisation de ces territoires avec des approches approfondies et plus localisées permettant de s’attacher aux vécus des habitants ? Les réflexions sur les outils d’observation ne sont jamais vraiment déconnectées de celles portant sur les modalités d’intervention sur ou dans ces quartiers. Quels sont les limites des actions privilégiant le remodelage du cadre urbain ? De quelle manière peuvent-elles être coordonnées avec l’impulsion de dynamiques de développement social ? Laboratoire responsable: LISST cieu (Fabrice ESCAFFRE) ; Fabrique Urbaine de Toulouse ; Partenaires pressentis : ATRIA (Association Toulousaine pour la Recherche Interdisciplinaire sur les Amériques) ; HIC (Coalition Internationale de l’Habitat, Chili). Journée 3 : Les nouvelles articulations Recherche/Expertise/Travail associatif induites par la construction de la société de l’information dans ses territoires ? Pendant de nombreuses années, les travaux portant sur les Tic ont adopté une grille de lecture que l’on pourrait qualifier de déterministe. Les auteurs qui ont adopté ce type de posture se rejoignent dans l’importance qu’ils accordent à la technique, importance qui est telle qu’ils finissent par autonomiser l’objet technique de l’objet social. La figure de l’usager des Tic comme acteur de l’innovation commence à s’imposer dans les travaux de recherche en France et dans les autres pays du Nord, autour des années 1980. Dans ce contexte s’est développée une approche centrée sur les « usages », allant parfois jusqu'à prétendre opérer un « changement de paradigme ». Cette nouvelle approche a par ailleurs été assortie de nouveaux concepts tels que celui dit « social pull » censé se substituer au « technological push ». Ce changement paradigmatique a fait évoluer le type de relation qui s’établissait dans la période antérieure entre chercheur et producteur des politiques, entre expert et usager consommateur. Les nouvelles modalités de production des connaissances, de gouvernance des territoires, et de participation induites par la nature même des TIC, questionnent fortement les anciens schémas académiques, technocratiques, technicistes portés par le paradigme déterministe. De nombreux acteurs (chercheurs, experts, observatoires, collectivités locales, acteurs associatifs) interviennent dans la conception, l’expérimentation et la construction des sociétés de l’information dans leurs territoires. De nouvelles questions de recherche émergent. De nouvelles modalités de production des connaissances et de diagnostics, apparaissent (Observatoires, web 2.0, etc.). De nouveaux dispositifs de coproduction des politiques inter-acteurs s’affirment. Nous essaierons d’apporter un regard nouveau sur ces questions à partir de terrains situés principalement dans les villes et régions européennes, d’une part, en Afrique francophone, d’autre part. Laboratoire responsable : LISST, UT2 (E. ÉVENO, Géographe) ; Partenaires pressentis ; OTeN, Observatoire des Territoires Numériques, Toulouse (P. OURLIAC) ; FMSH, Fondation maison des Sciences de l’Homme, Paris (Alain d’IRIBARNE, Économiste). Journée 4 : Sciences sociales et développement entre Recherche – expertise et posture militante. S’il est un domaine dans lequel le type de relations qui s’établit entre recherche - expertise et militantisme est complexe et changeant, c’est bien celui du développement. Les chercheurs et acteurs du développement des années 1960–1970 (Louis Joseph Lebret, Roland Colin, Yves Lacoste, Michel Rochefort, Milton Santos, Yves Goussault, etc.) étaient très impliqués dans la construction des économies et des sociétés du Sud et leurs pratiques de recherche ont été profondément influencées par cet engagement. Les années 1980-1990 ont vu le poids des institutions internationales dans la production des connaissances sur le développement entraîner une subordination progressive de la recherche (en particulier au Sud) à la logique de l’expertise. Depuis les années 2000, la vague alter mondialiste et le rôle émergent des ONG sur le terrain de la recherche et de la recherche-action posent à nouveau la question des enjeux de Page 45 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 l’articulation des sciences et du développement pour un monde solidaire avec la mise en avant de certains thèmes : développement et mondialisation, migrations internationales, changements globaux, gouvernance démocratique, etc. À l’occasion des États généraux de la recherche en France, des ouvertures intéressantes ont eu lieu sur la question de la recherche en sciences sociales et celle de la recherche en développement. De nouvelles questions vives ont émergé, de nouveaux acteurs sont apparus en particulier du côté des ONG, des agences internationales, du milieu professionnel ou des entreprises privées. La spécialisation entre chercheur, expert, militant et acteur est, elle, toujours d’actualité, dans un contexte où les ressources humaines du développement mobilisent successivement des acteurs–chercheurs, expert, militants associatifs ou décideurs politiques qui ont plusieurs compétences et engagements. N’assiste-t-on pas à une hybridation des itinéraires des méthodes et des métiers du développement ? Cette journée aura comme objectif de poser, d’illustrer et de mettre en débat les nouveaux défis qui se posent aux SHS pour le développement. Laboratoire responsable: LISST (Jean-Jacques GUIBBERT, Géographe Aménageur). Partenaires pressentis : IRD, Institut de Recherche pour le développement, Paris (Jacques CHARMES, Économiste) ; GEMDEV, GIS pour l’Étude de la Mondialisation et du Développement, Paris, (Charles GOLDBLUM, Urbaniste) ; AITEC, Association Internationale des Techniciens, Experts et Chercheurs, (Gustave MASSIAH, Économiste). III.ORGANISATION Cet Atelier de dialogue interdisciplinaire a comme ambition d’offrir à la MSHS de Toulouse et à certains de ses partenaires tant en Europe qu’au Sud, un espace souple de débats et de capitalisation qui permettra de repenser (poser la question des nouvelles modalités) les modalités de la relation Université/Société dans le sens d’une plus grande ouverture de l’université en direction des partenaires potentiels de l’expertise, de la société civile ou des milieux associatifs. Le pilotage de cet atelier est assuré dans sa phase actuelle de démarrage par Jean-Jacques Guibbert (Géographe, LISST, UT2) et Alain Bonnassieux (Sociologue, Dynamiques Rurales, UT2). Dans les mois qui suivent un comité de pilotage de représentants des trois universités toulousaines sera mis sur pied. Un comité scientifique élargi d’une douzaine de personnes est en voie de constitution. Il assurera l’accompagnement scientifique des journées et des publications qui en résulteront. Une série de « working papers » sont envisagés et un colloque international final pour clore la série des ateliers. Membres pressentis : - Christophe ALBALADEJO (Géographe) INRA, Institut de Recherche Agronomique, Toulouse ; - Catherine BARON (Économiste), UT2, LEREPS, Toulouse ; - Laurence BARTHE (Géographe), UT2, Dynamiques Rurales, Toulouse ; - Dominique BLANC (Anthropologue) EHESS, LISST-Centre d’Anthropologie Sociale, Toulouse ; - Fabrice ESCAFFRE (Géographe), UT2, Toulouse ; - Mohamed GAFSI (Économiste), ENFA, Toulouse ; - Sinda HAOUES-JOUVE (Géographe), UT2, LISST-CIEU, Toulouse ; - Marie-Christine JAILLET (Géographe), UT2, LISST-CIEU, Toulouse ; - Geneviève NGUYEN (Économiste), ENSAT, Toulouse ; - Denis REQUIER DESJARDINS (Économiste), LEREPS, UT1, & IEP, Toulouse ; - Pierre TRIBOULET (Spécialiste Systèmes d’Informations SHS) INRA, Toulouse ; - Denis PESCHE (Sociologue), CIRAD, Montpellier. Page 46 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 B) FORMALISATION EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Coordonnateur : Jean-François Bonnefon (CNRS) I CONTEXTE Il existe une forte tradition à Toulouse d'application des méthodes formelles en SHS. Les échanges sont ainsi nombreux entre spécialistes de psychologie cognitive et spécialiste de l'intelligence artificielle, ce qui s'est traduit ces dernières années par de nombreuses publications interdisciplinaires, ainsi que par des financements de projets et de thèses (ACI Cognitique, ANR, PRES de Toulouse). La MSHS-T s'attachera à étendre le champ de ces interactions vers de nouveaux sujets interdisciplinaires porteurs, telles que la confiance ou les émotions. D'autre part, la formalisation linguistique occupe une place importante dans les recherches menées à l'UT2 (CLLE-ERSS) et à Toulouse 3 (IRIT-RPDMP, IRIT-LILaC). Initialement centrées sur la sémantique du temps et de l'espace, elles abordent maintenant la représentation et l'exploitation du lexique, ou la sémantique et la pragmatique du discours. La collaboration entre ces groupes de recherche est intense, notamment au travers de contrats joints (ACI Cognitique, programme PICS, ANR-ANNODIS, ANR-M3, Quaero-KODEX). Cette forte dynamique locale doit être soutenue, et l'analyse des principes de son succès viendra nourrir de nouveaux projets structurants au sein de l'atelier de dialogue Formalisation. Enfin, la dynamique toulousaine en matière de réseaux et de leur formalisation est remarquable du point de vue du nombre de chercheurs et de disciplines concernées (LISST en sociologie, LEREPS en économie, IMT en mathématiques, IRIT en informatique, CRCA en biologie). Elle l'est aussi du point de vue des animations scientifiques (Journées Mathématiques des Réseaux, journées Mathématiques et Sciences Humaines, plusieurs séminaires ouverts), et du point de vue du financement de projets interdisciplinaires (ANR Graph-Comp, ANR CO- SMA-GEMS). Là encore, la MSHS de Toulouse s'assurera de soutenir cette dynamique dans le cadre de l'atelier de dialogue Formalisation. II PROGRAMME ET OBJECTIFS SCIENTIFIQUES Le champ de l'atelier est plus vaste que celui d'une action thématique structurante, et se doit de rester ouvert. Cependant, à titre d'illustration, nous donnons ici trois exemples du type de dialogue qui pourra se tenir dans le cadre de l'atelier. • Psychologie Cognitive et Intelligence Artificielle La psychologie cognitive décrit les processus liés au traitement de l'information (mémoire, perception, raisonnement, décision, etc.) y compris dans ses aspects émotionnels. L'intelligence artificielle, de son côté, élabore les modèles formels qui permettent de doter des agents artificiels de ces capacités cognitives. De façon remarquable, la psychologie cognitive adopte comme hypothèse de travail que l'esprit humain fonctionne comme un ordinateur, et l'intelligence artificielle adopte comme hypothèse de travail que l'ordinateur peut être conçu de façon à imiter ou surpasser l'esprit humain. Le dialogue entre ces deux disciplines est porteur de nombreux bénéfices mutuels. Les concepts et les résultats empiriques de la psychologie cognitive permettent aux modèles de l'intelligence artificielle de gagner en validité écologique ; et les possibilités de modélisation explorées par l'intelligence artificielle ouvrent régulièrement de nouveaux champs théoriques à la psychologie cognitive, dans sa recherche d'un modèle computationnel de l'esprit humain. • Formalisation en linguistique La formalisation en linguistique a deux visées complémentaires. La description formelle consiste à utiliser un langage explicitement défini pour représenter les données linguistiques (les sons, les mots, les structures et leurs propriétés grammaticales et sémantiques). Ces représentations fines permettent de faire émerger des généralisations qui constituent des modèles formels. La modélisation s'intéresse à la validation et à l’exploitation de ces modèles. Les prédictions faites sont confrontées aux observations empiriques, et les données ainsi découvertes alimentent de nouveaux efforts de description et d’analyse formelles. La formalisation en linguistique est d'abord une démarche méthodologique dont les caractères principaux sont la rigueur des descriptions, la possibilité de cumuler les descriptions et de les implémenter notamment sous forme de programmes informatiques. Par leur confrontation aux données langagières, elle permet également un Page 47 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 enrichissement mutuel des descriptions, des classifications et des formalismes. La modélisation formelle permet également à la linguistique de s'insérer au sein des sciences cognitives et de se rapprocher des autres sciences d'observation comme la psychologie ou la neurologie. Elle donne accès à un large champ d'application : le traitement automatique de langue, la détection de pathologies, l'amélioration des moteurs de recherche sur internet, etc. • Les réseaux sociaux L'étude des réseaux sociaux envisage la société (ou plus généralement un système), comme composée entre autres d’un ensemble d’individus ou d’entités en interaction/relation. Ces relations s’agrègent dans un réseau social. La formalisation de cet objet sous forme de graphe (au sens de la théorie des graphes en mathématiques) permet de mettre au point des méthodes d’analyse qui enrichissent la boîte à outils des sciences sociales, et qui sont par ailleurs créatrices de nouveaux concepts (telles que la centralité ou l'intermédiarité). L’objet scientifique des réseaux se trouve à l’intersection de deux mouvements convergents. D’une part, de plus en plus de disciplines (souvent en SHS mais également en éthologie ou en biologie) souhaitent adopter l'angle des réseaux, et ont de plus en plus facilement accès à des données de ce type. D’autre part, des disciplines orientées vers la modélisation, comme les mathématiques ou l’informatique, ont la volonté de mettre au point des indicateurs ou des approches de modélisation permettant d’étudier l’évolution des réseaux sociaux ou leurs aspects dynamiques (telle que la diffusion d’information). Ces deux mouvements se rejoignent de plus en plus fréquemment dans des projets de recherche interdisciplinaires au fort potentiel scientifique. III ORGANISATION La MSHS de Toulouse a pour ambition d'ouvrir les SHS à la collaboration avec les sciences pour l'ingénieur, notamment les mathématiques et l'informatique. Les bénéfices scientifiques d'une telle collaboration se doublent d'un potentiel accru de valorisation et d'application des découvertes en SHS. Un enjeu critique pour que cette collaboration soit possible est d'engager un dialogue interdisciplinaire sur les possibilités de formalisation des objets et des problématiques SHS. C'est la mission que se donne l'atelier de dialogue interdisciplinaire « Formalisation en SHS ». L'atelier soutiendra toutes les actions promouvant le dialogue interdisciplinaire et la mobilité disciplinaire des chercheurs en SHS et de leurs partenaires. Il fera l'objet d'un pilotage conjoint d'un représentant de chaque université toulousaine : • Université Toulouse 1 : Frédéric Amblard (MCF, informaticien) • Université Toulouse 2 : Jean-François Bonnefon (CR, psychologue) • Université Toulouse 3 : Philippe Muller (MCF, informaticien) L'espace Formalisation s'attachera particulièrement à soutenir l'organisation d'ateliers et journées de travail interdisciplinaires centrées sur l'application des méthodes formelles en SHS, et l'invitation de scientifiques pouvant apporter un éclairage nouveau aux pratiques de formalisation menées à Toulouse dans le cadre des SHS. L'espace Formalisation s'attachera également à soutenir les chercheurs en SHS (y compris les doctorants) qui souhaitent acquérir ou approfondir des compétences en matière de formalisation, par le biais d'écoles d'été, d'ateliers ou de conférences; mais aussi, et à l'inverse, à soutenir les chercheurs issus de disciplines formelles qui souhaitent acquérir ou approfondir des connaissances sur les objets en SHS qui leur semblent se prêter à la formalisation. 3. Plateformes et Bases de Données Dans la continuité de l’orientation qu’elle a prise il y a un peu plus d’un an, la MSHS-T va amplifier son appui aux plateformes technologiques ou à la constitution des bases de données qui viennent renforcer son programme scientifique et qui ont un rôle fédérateur de compétences. Nous y retrouvons bien sûr des actions dans lesquelles la MSHS-T est déjà engagée et le rattachement à des thématiques essentiellement liées au Patrimoine ou à l’Environnement. Page 48 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 A) CONSERVATION DE SOURCES (RNMSH) Nous désirons rejoindre le programme transversal ARSHS (Archives de la recherche en sciences humaines et sociales, http://www.msh-reseau.fr/spip.php?article34) du Réseau National des MSH. Mis en place depuis trois ans, il a pour objectif de développer une politique de conservation et de traitement des patrimoines scientifiques et culturels des SHS en France. À la MSHS-T, nous articulerons l’action de conservation de matériaux élaborés et accumulés par les chercheurs (écrits, mais aussi photographiques, audio, et audiovisuels) avec les actions menées par la Mairie de Toulouse dans le cadre de la préservation du Patrimoine. La volonté d’un échange de compétences entre les archives municipales et des équipes de la MSHS-T s’est déjà manifestée lors de plusieurs rencontres : par exemple, les archives disposent d’équipements professionnels permettant la numérisation de documents fragiles et/ou complexes alors que la MSHS-T a des compétences en numérisation et stockage de photographies. La lettre d’intention (voir annexe) qui est en signature, pour un partenariat entre la Mairie de Toulouse et la MSHS-T, va dans ce sens. Céline Pottier, IGE à la MSHS-T, est en charge de ce dossier. B) BASE D’EXPERTS MHS (ADONIS) Rappelons que ce projet consiste en la réalisation d’une plateforme d’identification des compétences des chercheurs du Réseau National des MSH (http://w3.competences.univ-tlse2.fr). La 1ère étape de ce projet a été réalisée en 2008-2009 (voir bilan). La 2ème étape, financée en partie par un consortium ADONIS, consistera à poursuivre le travail engagé au niveau de la MSHS de Toulouse pour valider une méthodologie et les modalités d’une mutualisation de la méthode (thésaurus et interface) à l’ensemble du Réseau des MSH. Pour ces deux premières étapes, le projet est évalué à 157 000 € et s’étalera jusqu’à 2011 (si nous disposons des financements). Une 3ème étape est prévue en 2012 avec une ouverture à l’international. Une collaboration déjà engagée avec des réseaux ad hoc (réseau CURIE, réseau européen ASTP, réseau québécois des BLEUs) qui doit permettre l’harmonisation des pratiques en matière d’offre de compétences et d’expertise scientifique en SHS, au moins dans les pays francophones. C) ARCHEOLOGIE ET ENVIRONNEMENT Les trois plateaux « TERRAE », « Scanner 3D » et « Paléo-archéologie » (voir bilan p. 23) ont fait l’objet en 2009 d’une réponse commune à un financement FEDER. L’objectif est d’unifier ces trois plateaux pour créer une plateforme de niveau international permettant l’acquisition et le traitement de données archéologiques et environnementales. L’Observatoire Homme Milieux « Pyrénées-Haut Vicdessos » profitera de cette plateforme. Cet OHM est un des quatre observatoires créé par l’INEE CNRS. Il bénéficie d’un 1er financement en 2009 pour le lancement. La MSHS-T soutient ce projet piloté par l’UMR GÉODE qui est une des plateformes articulée avec le thème structurant « montagne » de la MSHS-T. Le directeur de la MSHS-T est membre du Comité de Direction de l’OHM. D) BANQUE D’IMAGES DES PATRIMOINES ET TERRITOIRES (GÉODE, ADONIS) La base de données BIPT est piloté par l’UMR GÉODE et soutenue par la MSHS-T. Sous ce label elle a obtenu un financement ADONIS. La MSHS-T continuera de soutenir activement la constitution de cette base de données et son interopérabilité avec d’autres fonds. Cette base de données est bien sûr articulée avec l’axe structurant « patrimoine ». Elle est aussi en lien avec la plate forme « Conservation de sources » par le biais notamment du réseau Im@Doc (http://w3.msh.univ-tlse2.fr/imadoc/index.php) qui représente une mise en commun de réflexions, de méthodologies, de compétences, d'outils et de productions sur la problématique de l'intégration et de la diffusion de l'imagerie numérique scientifique en Sciences Humaines et Sociales. Page 49 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 4. Actions Incitatives Interdisciplinaires À la demande des chercheurs, nous maintenons un financement pour des Actions Incitatives Interdisciplinaires, mais en nombre limité par rapport à ce qui se faisait au cours du quadriennal 2007-2011. Ces actions accompagnent pour une année des projets interdisciplinaires qui ne relèvent pas des thématiques structurantes de la MSHS-T mais qui s’inscrivent notamment dans le cadre des thématiques transversales du réseau. Ces actions incitatives constituent un élément essentiel de la politique de prospective de la MSHS-T. Les critères actuellement en cours à la MSHS-T pour sélectionner les projets à soutenir pourraient être utilisés. Page 50 sur 51
    • MSHS-T 2011-2014 Unités membres de la structure fédérative au 1er janvier 2011 Établiss Domaine ement scientifiqu Label et de e principal Intitulé de l’unité Responsable n° rattach (cf ement nomenclat support ure) UMR 5263 Cognition, Langues, Langages, Ergonomie (CLLE) J.-F. Bonnefon UT2 DS 6 MA 104 Dynamiques Rurales A.-M. Granié UT2 DS 6 JE 2512 Equipe littéraire de recherche sur la première modernité (ÉLIRE) F. Nepote UT2 DS 6 UMR 5136 France méridionale et Espagne (FRAMESPA) J.-M. Olivier UT2 DS 6 UMR 5602 Géographie de l’Environnement (GÉODE) J.-P. Métailié UT2 DS 6 UMR 5193 Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, territoires (LISST) M.-C. Jaillet UT2 DS6, DS7 EA 1697 Psychologie du Développement et Processus de Socialisation (PDPS) R. Dupuy UT2 DS 6 EA 4153 Patrimoine, Littérature, Histoire (PLH) P. Payen UT2 DS 6 Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces UMR 5608 M. Barbaza UT2 DS 6 et les Sociétés (TRACES) EA 789 Centre Toulousain d'Histoire du Droit et des Idées Politiques (CTHDIP) J. Krynen UT1 DS 7 UMR 5604 Groupe de Recherche en Économie athématique et Quantitative (GRÉMAQ) A. Bommier UT1 DS 7 EA 1920 Centre de Droit Privé (CDP) L. Rozès UT1 DS 7 EA 4175 Laboratoire des Sciences sociales du politique (LaSSP) É. Darras IEP-UT1 DS 7 Laboratoire d’Étude et de Recherche sur l’Économie, les Politiques et les EA 4212 O. Brossard UT1 DS 7 Systèmes Sociaux (LEREPS) EA 4211 Institut de Recherche en Droit Européen, International et Comparé (IRDEIC) M. Blanquet UT1 DS 7 EAC Centre de Recherche en Management (CRM) P. Roussel UT1 DS 7 5032 EA ??? Institut de Recherche en Droit Social (IRDS) A. Arseguel UT1 DS 7 UT2, UMR 5044 Centre d’Études et de recherche Travail, Organisation, Pouvoir (CERTOP) V. Simoulin DS 7 UT3 UT3- UMR 5219 Institut de Mathématiques de Toulouse (IMT) M Boileau DS 1 UT2-UT1 L. Farina del UT3- UMR 5505 Institut de Recherche en Informatique de Toulouse (IRIT) DS 9 Cerro UT2-UT1 Programme de Recherche Interdisciplinaire en Sciences du Sport et EA ??? UT3 DS 7 du Mouvement Humain (PRISSMH) Page 51 sur 51