2014
Rapport sur la
Richesse dans le
MONDEMONDE
La croissance des IF s’accélère et atteint un nouveau record	 4
–– L’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique sont les moteurs...
Capgemini et RBC Wealth Management ont le plaisir de vous présenter le Rapport 2014 sur la Richesse dans le Monde (WWR), o...
RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE4
La croissance des IF s’accélère et atteint un
nouveau record
L’AMÉRIQUE DU NOR...
5RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
LA CROISSANCE DES IF S’ACCÉLÈRE ET ATTEINT UN NOUVEAU RECORD
GRAPHE 1.	 Popula...
6 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Bien que le Moyen-Orient ait connu une croissance très saine de
16,0 %, sa po...
RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE 7
LES QUATRE PRINCIPAUX MARCHÉS GÉNÈRENT LA MAJORITÉ
DE LA CROISSANCE DES IF EN...
8 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Au cours des cinq dernières années, la région de l’Asie-Pacifique s’est
révél...
9RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Espagne, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. En Amérique
latine, les éc...
RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE10
DES DÉVELOPPEMENTS ÉCONOMIQUES POSITIFS COMPENSENT
UNE CROISSANCE DU PIB DÉCE...
11RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
L’AMÉLIORATION DE L’ÉCONOMIE STIMULE LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS ET LA RIC...
12 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Parmi les pays développés, le risque de déflation a menacé d’affaiblir
la de...
13RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Les actions des marchés émergents sont loin de s’en sortir aussi bien,
bien q...
14 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Dans les titres à revenu fixe, la décision prise par la Réserve fédérale de
...
15RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Après cinq ans passés à affronter les séquelles de la crise
financière, l’éco...
RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE16
bénéficié d’une hausse de la confiance à deux chiffres dans toutes les
région...
17RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
LES PRÉFÉRENCES DES IF OUVRENT LA VOIE À DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS
GRAPHE 11....
18 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
LES IEF AMORCENT UN CHANGEMENT DE CAP DE LA
PRÉSERVATION VERS LA CROISSANCE ...
19RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Les actions, qui ont connu une légère baisse de 1,2 point avec un
chiffre de ...
20 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Au cours de l’année 2013, les IF se sont montrés beaucoup
plus intéressés pa...
21RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
GRAPHE 16.	 Répartition géographique de la richesse des individus fortunés pa...
22 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
les régions du Moyen-Orient/Afrique (en hausse de 2,4 points avec
un score d...
23RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Le désir croissant de travailler avec une seule société est la
conséquence pr...
24 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
Certains segments de la population IF sont plus disposés à payer pour
ce ser...
25RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
GRAPHE 19.	 Préférence des individus fortunés pour les contacts directs vs nu...
RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE26
Les IF cherchent à être un moteur de
changement social, présentant ainsi
des ...
27RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
GRAPHE 20.	 Importance de l’impact social pour les individus fortunés; T1 201...
28 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
LA SANTÉ, L’ÉDUCATION ET LES ENFANTS SONT LES
PRINCIPALES CAUSES PRIORITAIRE...
29RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE
L’ENGAGEMENT SOCIAL DES IF SE MANIFESTE DE DIVERSES
MANIÈRES
Les IF utilisent...
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Wwr 2014
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Wwr 2014

1,766

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,766
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Wwr 2014"

  1. 1. 2014 Rapport sur la Richesse dans le MONDEMONDE
  2. 2. La croissance des IF s’accélère et atteint un nouveau record 4 –– L’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique sont les moteurs de la croissance mondiale de la population et de la richesse des IF 4 –– Le segment des individus extrêmement fortunés est le plus performant dans toutes les régions sauf en Amérique latine 6 –– Les quatre principaux marchés génèrent la majorité de la croissance des IF en 2013 - des tendances précises en matière de performance s’affichent depuis la crise financière de 2008 7 –– La richesse mondiale devrait atteindre des nouveaux records en 2016, sous l’impulsion de l’Asie-Pacifique 9 L’amélioration de l’économie stimule la confiance des investisseurs et la richesse des IF 10 –– Des développements économiques positifs compensent une croissance du PIB décevante 10 –– L’optimisme des investisseurs favorise des gains dans certaines classes d’actifs 12 –– La force de la reprise devrait l’emporter sur les risques persistants 14 Les préférences des IF ouvrent la voie à de nouvelles opportunités 16 –– Le niveau de confiance monte en flèche dans tous les domaines 16 –– Les IEF amorcent un changement de cap de la préservation vers la croissance de la richesse 18 –– Les IF multiplient les placements internationaux et les investissements alternatifs 19 –– Malgré la hausse de la richesse et de la confiance, la cote de performance des sociétés de gestion est en baisse 22 –– Les préférences des IF montrent aux gestionnaires la voie à suivre dans leur approche stratégique 23 Les IF cherchent à être un moteur de changement social, présentant ainsi des opportunités pour les sociétés 26 –– La santé, l’éducation et les enfants sont les principales causes prioritaires des IF 28 –– L’engagement social des IF se manifeste de diverses manières 29 –– Une opportunité de taille pour les sociétés de gestion d’accroître leur soutien aux actions sociales 30 –– Les obstacles et les opportunités liés à la recherche d’un impact social 33 Transformer la gestion de patrimoine à l’ère numérique 34 –– L’importance croissante du numérique dans la gestion du patrimoine 35 –– Le numérique est surtout important pour la collecte d’informations et les transactions 36 –– L’adhésion aux médias sociaux devrait conna‑ître une augmentation spectaculaire 40 –– Le risque d’attrition augmente avec le déficit de services numériques 42 –– Réussir dans le numérique offre de nombreux avantages commerciaux 43 –– Pour maximiser le retour sur investissement, les sociétés doivent opérer un changement de mentalité dans leur passage au numérique 45 Annexes 48 Qui sommes-nous ? 50
  3. 3. Capgemini et RBC Wealth Management ont le plaisir de vous présenter le Rapport 2014 sur la Richesse dans le Monde (WWR), offrant une analyse détaillée des individus fortunés (IF1 ) dans le monde. Le rapport de cette année, présenté en cinq sections, évalue la croissance du marché des IF et les facteurs qui l’expliquent, et se poursuit par une analyse en profondeur des comportements et des préférences des IF, depuis la façon dont ils font confiance à leurs gestionnaires de patrimoine jusqu’à la façon dont ils investissent leur richesse et souhaitent avoir un impact social. Nous concluons par un examen de la force perturbatrice des canaux numériques, leur répercussion sur l’industrie de la gestion de patrimoine et les préférences des IF en matière de services. Les conclusions du rapport de cette année sont tirées d’un large éventail de recherches empiriques. Comme dans notre WWR 2013, nous nous sommes informés directement auprès des IF par le biais d’une Enquête sur les perspectives des IF dans le monde que nous avons créée et réalisée en collaboration avec Scorpio Partnership. L’enquête de cette année a recueilli des réponses de plus de 4 500 IF dans 23 pays à travers cinq régions, ce qui en fait l’enquête la plus complète en son genre. En outre, des entretiens avec des cadres de la gestion de patrimoine, d’entreprises oeuvrant dans le social et dans le secteur de la technologie du monde entier complètent les résultats de notre enquête directe. Nos conclusions indiquent que le contexte semble plus que jamais propice aux sociétés de gestion de patrimoine pour tisser des liens plus larges et plus profonds avec les IF. La population et la richesse des IF augmentent, la confiance que les IF placent dans les gestionnaires de patrimoine et les entreprises est en pleine expansion, les IF recherchent de plus en plus la croissance de la richesse plutôt que sa protection, et ils continuent d’exprimer un degré de confiance élevé dans leur capacité à générer de la richesse. Notre Enquête sur les perspectives des IF dans le monde fournit une compréhension détaillée de nuances de la relation gestionnaire de patrimoine - IF, permettant ainsi d’identifier les façons dont les sociétés de gestion de patrimoine peuvent mieux répondre aux besoins des IF. De plus, notre enquête a montré que, pour la grande majorité des IF, il était important d’avoir un impact positif social. Dans notre section sur l’engagement social, nous présentons les résultats relatifs aux motivations et aux causes qui incitent les IF à allouer leur temps, leur richesse et leur expertise, ainsi que les mécanismes qu’ils utilisent pour atteindre leurs objectifs en matière d’engagement social, et la façon dont les entreprises peuvent jouer un rôle de soutien. Les canaux numériques, point sur lequel porte la dernière section de notre rapport, se développent bien au-delà des technologies établies pour inclure les nouvelles formes d’interaction numérique au sein de la gestion de patrimoine, tels que les applications mobiles, la vidéo et les médias sociaux. Notre recherche offre un regard sans précédent sur la demande émanant des IF en matière d’interaction numérique et la force perturbatrice que la technologie numérique exerce sur les entreprises, les gestionnaires de patrimoine, et l’expérience globale du client. Nous étudions certaines des actions transformatrices prises dans l’industrie et présentons un cadre stratégique pour aider les entreprises à naviguer dans ce contexte difficile. Nous espérons que vous trouverez notre dernier rapport utile pour comprendre les forces démographiques, concurrentielles et technologiques qui affectent l’industrie de la gestion de patrimoine. Nous souhaitons que cette dernière soit mieux à même d’élaborer des stratégies efficaces visant à améliorer ses performances grâce à l’information contenue dans ce rapport. Préface Jean Lassignardie Directeur des ventes et du marketing Services financiers Monde Capgemini M. George Lewis Chef de groupe RBC Gestion de patrimoine et RBC Assurances Royal Bank of Canada 1 Les IF sont définis comme les individus détenant au moins 1 million de dollars d’actifs investissables, hors résidence principale, objets de collection, consommables et biens de consommation durable.
  4. 4. RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE4 La croissance des IF s’accélère et atteint un nouveau record L’AMÉRIQUE DU NORD ET L’ASIE-PACIFIQUE SONT LES MOTEURS DE LA CROISSANCE MONDIALE DU NOMBRE D’IF ET DE LEUR PATRIMOINE Tant le nombre d’IF que le montant de leur patrimoine investissable augmente de manière importante en 2013 et la population des IF connaît sa plus rapide progression depuis 2000 (à l’exception de l’année de reprise après-crise de 2009) pour atteindre un nouveau record. La population des IF s’est accrue de 14,7 % atteignant 13,7 millions, un chiffre bien au-dessus des presque 12 millions de 2012 (voir le Graphe 1), alors que la richesse des IF a augmenté de 13,8 % passant de 46,22 billions de dollars US à 52,62 billions de dollars US (voir le Graphe 2). Au Japon, le taux de croissance de la population des IF a bondi pour atteindre un record de 22,3 % après une croissance annuelle plus modeste de 4,6 % de 2007 à 2012. Mené par Abenomics3 , le Japon a connu d’importants rendements sur les marchés boursiers et immobiliers grâce à la confiance et à une meilleure performance économique, surtout au cours du premier semestre 2013. L’Asie-Pacifique a connu la plus forte augmentation du nombre d’IF (17,3 %) et a réduit l’écart avec l’Amérique du Nord - la région avec le plus grand nombre d’IF - à tout juste 10 000 individus. Le Japon, avec le bond sans précédent de sa population des IF en 2013 et la Chine, avec sa forte croissance de population des IF annualisée de 15,8 % entre 2008 et 2013, ont contribué à la croissance de l’Asie-Pacifique. Alors que l’Europe a continué à traîner derrière ces deux régions, sa croissance de 12,5 % a toutefois été effectivement forte comparée aux deux années précédentes, propulsant la population des IF européens à 3,83 millions. Le recul de la récession qui durait depuis deux ans en Europe, combiné à l’augmentation saine de 13,4 % de la population des IF sur le marché du Royaume-Uni, a contribué à la croissance globale de l’Europe. ƒƒ Les rangs des IF ont augmenté de près de 2 millions de personnes en 2013, réalisant un taux de croissance de 15 % et la deuxième plus importante augmentation depuis 2000. L’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique continuent d’être moteurs tandis que la population des IF du Japon connaît une croissance importante. ƒƒ La richesse des IF a augmenté de près de 14 % et a atteint un niveau record pour la deuxième fois consécutive de 52,62 billions de dollars en 2013, poursuivant sa tendance forte des cinq dernières années. Au cours des cinq dernières années, la richesse des IF dans le monde a augmenté de près 20 billions de dollars US, 2 billions de dollars US de plus que la richesse totale actuelle des IF en Asie-Pacifique, au Moyen-Orient et en Afrique. ƒƒ Le nombre et la croissance de la fortune des individus extrêmement fortunés2 ont surpassé en 2013 ceux des autres catégories de riches dans toutes les régions à l’exception de l’Amérique latine.La lente croissance en Amérique latine, qui compte le plus gros pourcentage d’individus extrêmement fortunés (32,9 %), a freiné le chiffre mondial en 2013 ainsi que celui des cinq dernières années. ƒƒ Trois groupements de performance bien définis d’IF ont émergé parmi les 25 marchés depuis la crise de 2008 et le groupement de pays avec une croissance supérieure à la moyenne inclut un mélange de marchés diversifié. La Norvège et le Koweït, pays riches en pétrole, les centres financiers de Hong Kong et Singapour et les économies émergentes et riches de la Chine, de l’Inde, de la Russie et de Taïwan constituent le groupement avec une croissance supérieure à la moyenne. L’Amérique latine et la zone euro restent à la traîne. ƒƒ La richesse des IF devrait atteindre un nouveau record de 64,3 billions de dollars US en 2016, représentant 22 % de la croissance de l’année 2013 et près de 12 billions de dollars US de nouvelles richesses d’IF. Une expansion forte doit tirer la croissance dans la plupart des régions, et l’Asie-Pacifique sera en tête avec un TCAC de 9,8 %. Comme prévu dans le Rapport 2013 sur la richesse dans le monde, il est toujours estimé que l’Asie- Pacifique aura le plus grand nombre d’IF en 2014 et la plus grande richesse d’ici 2015. 2 Pour les besoins de notre analyse, nous subdivisons les IF en trois catégories de richesse : ceux qui possèdent de 1 à 5 millions $ US en actifs à investir (les millionnaires du premier échelon); ceux qui possèdent de 5 à 30 millions $ US (les millionnaires intermédiaires) et ceux qui possèdent 30 millions $ US ou plus (les individus extrêmement fortunés) 3 Abenomics fait référence aux politiques économiques du Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui incluent des plans de relance budgétaire, un assouplissement monétaire et des réformes structurelles pour relancer l’économie.
  5. 5. 5RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE LA CROISSANCE DES IF S’ACCÉLÈRE ET ATTEINT UN NOUVEAU RECORD GRAPHE 1. Population des individus fortunés, 2008–2013 (par région) (million) 0 3 6 9 12 15 201320122011201020092008 8,6 10,0 10,9 11,0 12,0 13,7 TCAC 2008−2013 : 9,9 % Croissance annuelle 2012−2013 : 14,7 % Nombre de IF 0,4 0,4 0,1 0,5 0,4 0,1 0,4 0,5 0,1 0,5 0,5 0,1 0,5 0,6 0,5 0,1 0,5 0,1 2,7 2,4 3,1 3,4 3,3 3,4 3,4 2,6 3,0 3,0 3,1 3,2 3,7 3,7 3,4 4,3 4,3 3,8 Amérique du Nord Asie-Pacifique Europe Moyen-Orient Amérique latine Afrique 12,5 % 17,3 % 15,9 % 16,0 % 3,7 % 3,5 % Changement en % en 2012−2013 FIGURE 1. Population des IF, 2008-2013 (par région) (million) Remarque : Les chiffres des tableaux et les pourcentages indiqués étant arrondis, il est possible qu’ils ne correspondent pas Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014 GRAPHE 2. Distribution de la richesse des individus fortunés, 2008–2013 (par région) (milliards de $ US) 9,1 8,3 7,4 5,8 10,7 9,5 9,7 6,7 11,6 10,2 10,8 7,3 11,4 12,7 12,0 10,9 7,5 10,1 10,7 7,1 1,4 0,8 1,5 1,0 1,7 1,2 1,7 1,1 1,8 1,3 14,9 14,2 12,4 7,7 2,1 1,3 Amérique du Nord Asie-Pacifique Europe Amérique latine Moyen-Orient Afrique 13,7 % 18,2 % 17,1 % 2,1 % 7,3 % 16,7 % Changement en % en 2012−2013 32,8 39,0 42,7 42,0 46,2 52,6 TCAC 2008−2013 : 9,9 % Croissance annuelle 2012−2013 : 13,8 % Richesse investissable des IF 201320122011201020092008 North America Asie-Pacifique Europe Amérique latine Moyen-Orient Afrique 0 10 20 30 40 60 50 FIGURE 2. Répartition de la richesse des IF, 2008-2013 (par région) (milliards de $ US) Remarque : Les chiffres des tableaux et les pourcentages indiqués étant arrondis, il est possible qu’ils ne correspondent pas Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014
  6. 6. 6 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Bien que le Moyen-Orient ait connu une croissance très saine de 16,0 %, sa population d’IF reste bien en dessous du million. L’Amérique latine et l’Afrique ont enregistré les taux de croissance les plus faibles, avec 3,5 % et 3,7 % respectivement. En terme de richesse investissable, 2013 fut une nouvelle année record avec la richesse des IF atteignant 52,62 billions de dollars US, une augmentation de 13,8 % depuis 2012. Depuis 2008, les IF ont augmenté leur richesse de 61 % soit 20 billions de dollars US, un montant qui dépasse de 2 billions de dollars US la richesse actuelle combinée de l’Asie-Pacifique, du Moyen-Orient et de l’Afrique. L’Amérique du Nord maintient sa position de région la plus riche (14,88 billions de dollars US), bien que son fort taux de croissance de 17,1 % soit juste en dessous de la croissance encore plus forte de l’Asie-Pacifique de 18,2 %. La richesse investissable de l’Asie-Pacifique de 14,20 billions de dollars US est suivie par celle de l’Europe avec 12,39 millions de dollars US et celle de l’Amérique latine avec 7,70 billions de dollars US. La faible croissance du Brésil et du Mexique a contribué à la faible croissance de l’Amérique latine de 2,1 %. LE SEGMENT DES INDIVIDUS EXTRÊMEMENT FORTUNÉS EST LE PLUS PERFORMANT DANS TOUTES LES RÉGIONS SAUF EN AMÉRIQUE LATINE Bien qu’ils ne soient que 128 000 et ne constituent que 0,9 % du total de la population des IF, les individus extrêmement fortunés, avec plus de 30 millions de dollars US des actifs, détiennent plus du tiers (34,6 %) de la richesse mondiale des IF (voir le Graphe 3). Les millionnaires intermédiaires, au nombre de 1,2 million et qui détiennent entre 5 et 30 millions de dollars US d’actifs, représentent 9,0 % de la population des IF et 22,3 % de la richesse. Le plus grand groupe jusqu’à présent, avec près de 12,4 millions et constituant 90,1 % du total, est composé des millionnaires du premier échelon, qui possèdent entre 1 et 5 millions de dollars US en actifs à investir et détiennent 43,1 % de la richesse mondiale des IF. La population et la richesse des millionnaires du premier échelon ont augmenté de 14,6 % et de 14,7 % respectivement, en hausse d’une croissance annualisée plus modeste de 10 % entre 2008 et 2013. De même, les millionnaires intermédiaires ont augmenté en nombre et en richesse de 15,2 %, par rapport à 10 % entre 2008 et 2013. Les individus extrêmement fortunés ont augmenté en nombre de 15,6 % alors que leur richesse a augmenté de 12,0 % seulement. La croissance annualisée de la richesse des individus extrêmement fortunés (9,9 %) a été fortement freinée par l’Amérique latine (6,0 %). Cette faiblesse relative de la croissance de la richesse des individus extrêmement fortunés provient de la mauvaise performance de l’Amérique latine, où la population des individus extrêmement fortunés est fortement concentrée et représente 10 % seulement de la population mondiale des individus extrêmement fortunés, mais détient 33 % de la richesse mondiale des individus extrêmement fortunés, une proportion bien plus importante que l’Amérique du Nord avec 22 % et l’Asie- Pacifique avec 20 %. Comme en 2012, la richesse des individus extrêmement fortunés a augmenté beaucoup plus faiblement en Amérique latine (1,7 %), par rapport à l’Asie-Pacifique (19,8 %) et l’Amérique du Nord (19,4 %). Une baisse de 0,9 % de la richesse des individus extrêmement fortunés au Brésil, qui constitue 60 % de la richesse des individus extrêmement fortunés en Amérique latine et presque un cinquième de la richesse mondiale des individus extrêmement fortunés, explique la croissance plus lente des individus extrêmement fortunés aussi bien en Amérique latine que dans le reste du monde. En excluant le Brésil, le taux de croissance mondial de la richesse des individus extrêmement fortunés aurait augmenté de 12,0 à 15,5 % et aurait réalisé la meilleure performance en 2013. La croissance plus lente de la richesse de l’Amérique latine, surtout pour le segment des individus extrêmement fortunés, en a fait la seule région où la croissance globale de la richesse des IF a augmenté plus lentement que le nombre des IF. GRAPHE 3. Composition de la population mondiale des individus fortunés par tranche de patrimoine, 2013 Remarque : Les chiffres des tableaux et les pourcentages indiqués étant arrondis, il est possible qu’ils ne correspondent pas Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014 Nombre d’individus 128,3k (0,9 % du total) +30 m$US IF Extrêmement fortunés 5 m$US—30 m$US Millionnaires intermédiaires 1 m$US—5 m$US Millionnaires du premier échelon 12 371,5k (90,1 % du total) 1 230,6k (9,0 % du total) Population des IF TCAC Croissance TCAC Croissance 10,5 % 10,1 % 9,8 % Richesse des IF 2008–2013 2012–20132013 2008–2013 2012–2013 15,6 % 15,2 % 14,6 % % de la richesse des IF 9,9 % 10,2 % 9,9 % 12,0 % 15,2 % 14,7 % 2013 34,6 % 22,3 % 43,1 %
  7. 7. RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE 7 LES QUATRE PRINCIPAUX MARCHÉS GÉNÈRENT LA MAJORITÉ DE LA CROISSANCE DES IF EN 2013- DES TENDANCES PRÉCISES EN MATIÈRE DE PERFORMANCE S’AFFICHENT DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE DE 2008 Les marchés qui avaient déjà les populations d’IF les plus fortes ont contribué fortement à ces chiffres. Les deux principaux marchés, les États-Unis et le Japon, qui constituent 46,1 % de la population mondiale des IF, comptabilisent plus de 55 % de la croissance de la population des IF en 2013. De manière similaire, les quatre principaux marchés, composés des États-Unis, du Japon, de l’Allemagne et de la Chine, ont comptabilisé presque 70 % de la croissance de la population des IF en 2013. Ces quatre marchés ont augmenté le nombre des IF plus de trois fois plus que les 21 marchés combinés suivants (voir le Graphe 4). Actuellement, ils composent 59,9 % de la population mondiale des IF, en hausse comparé au niveau stable de 58,4 % enregistré en 2011 et en 2012. Alors que les principaux marchés continuent à surpasser leurs résultats, et que les marchés émergents deviennent de plus en plus vulnérables d’un point de vue économique (voir la section suivante), l’espoir de voir les marchés émergents prendre de l’importance s’amenuise. LA CROISSANCE DES IF S’ACCÉLÈRE ET ATTEINT UN NOUVEAU RECORD GRAPHE 4. Classement des 25 premières populations des individus fortunés, 2013 (par marché) (milliers) Singapour Autriche Argentine Taïwan Norvège Hong Kong Koweït Mexique Arabie saoudite Inde Russie Espagne Brésil Pays-Bas Corée du Sud Italie Australie Canada Suisse France Royaume-Uni Chine Allemagne Japon États-Unis 2013 2012 Nombre de IF Changement de classement 2012−2013 22,3 % 11,4 % 17,8 % 13,4 % 9,7 % 16,8 % 7,2 % 5,8 % 15,6 % 16,5 % 4,1 % 4,3 % 2,0 % 16,4 % 21,2 % 9,4 % 11,4 % 17,4 % +3 +3 +2 +2 +1 +1 7,5 % -1 -1 -1 -1 +1 -1 9,4 % - - - - - - - - - 4,5 % -2 -2 -2 -2 -1,2 % 11,6 % 10,3 % 16,6 % 59,9 % de la population totale des IF dans le monde 3 436 1 902 1 015 643 465 430 282 298 207 176 160 149 165 145 154 153 129 131 103 114 108 95 102 99 101 4 006 2 327 1 130 758 527 472 330 320 219 203 176 173 172 161 160 156 151 130 125 124 120 112 109 108 105 Croissance annuelle (%) 2012–2013 Nouveaux IF en 2013 = ~70 % Les quatre premiers marchés–1,23 million Mondialement- 1,76 million Remarque : Les taux de croissance en pourcentage étant arrondis, ils ne correspondront pas aux totaux des colonnes Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014
  8. 8. 8 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Au cours des cinq dernières années, la région de l’Asie-Pacifique s’est révélée un leader en matière de croissance de la richesse. Tous les marchés de l’Asie-Pacifique parmi les 25 principaux marchés ont enregistré une croissance du nombre d’IF et de leur richesse au-dessus de la moyenne des IF de 2008 à 2013 (voir le Graphe 5). Les grands marchés matures des États-Unis et du Japon ont également été des éléments moteurs de la croissance mondiale. Les États-Unis qui possèdent la population la plus élevée d’IF au monde ont encore augmenté cette population de 16,6 % grâce à la reprise qui s’accélère. Le Japon, avec la deuxième population d’IF, voit encore cette part augmenter de 22,3 % en 2013. Depuis la crise financière de 2008, les 25 principaux marchés se classent dans trois catégories de croissance distinctes. Le groupement de pays avec une croissance supérieure à la moyenne représente un mélange de marchés, dont les marchés plus petits, riches en pétrole de la Norvège et du Koweit, les centres financiers régionaux et mondiaux de Hong Kong et Singapour, ainsi que les puissantes économique émergentes de la Chine, de l’Inde, de la Russie et de Taïwan. La plupart de ces marchés sont des économies récemment en développement qui ont connu une croissance au-dessus de la moyenne de leur PIB4 ou des marchés boursiers, aidant à propulser la population des IF et la croissance de la richesse entre 2008 et 2013. La Chine et l’Inde se distinguent par leur croissance légèrement en dessous de la moyenne de leur marché boursier et une croissance du PIB bien au-dessus de la moyenne mondiale entre 2008 et 2013. À l’exception du Mexique, qui décline légèrement à cause de rendements négatifs sur les marchés boursiers, chacun des 25 marchés a augmenté son nombre d’IF. Pour la première fois depuis 2006, les Pays-Bas ont dépassé le Brésil en nombre d’IF, menés par une activité économique robuste par rapport à la faible croissance du Brésil. Parmi les autres changements notables, la Suisse et le Canada échangent leur place grâce à la croissance importante de la population des IF suisses. De plus, la Corée du Sud avance d’une place et trois des marchés des BRIC ont reculé - le Brésil de trois places et l’Inde et la Russie de deux - à cause d’une faible croissance. Alors que les quatre marchés principaux génèrent ensemble une croissance massive de la population des IF, leur taux de croissance individuel n’a pas atteint les échelons les plus élevés. L’Irlande et les Émirats Arabes Unis se trouvent dans cette catégorie, ayant connu tous les deux de bons rendements sur les marchés boursiers et dans le cas des Émirats Arabes Unis, une reprise de l’immobilier, qui a contribué à accroître le nombre d’IF de près de 25 % dans les deux pays. Le Japon enregistre la troisième croissance la plus forte pour sa population d’IF et son grand bond par rapport aux années précédentes a fait la une en 2013. La Grèce qui gagne enfin du terrain après la crise financière se positionne juste derrière. Ces quatre marchés ont profité d’une conjoncture économique mondiale améliorée et d’une confiance croissante de la part des investisseurs. GRAPHE 5. Taux de croissance annuelle composé de la richesse et de la population des individus fortunés (TCAC) pour les 25 premiers marchés, 2008–2013 (%) PopulationdesIF2008–2013TCAC Richesse des IF 2008-2013 TCAC 0 % 0 % 4 % 4 % 8 % 8 % 12 % 12 % 16 % 16 % 20 % 20 % Croissance inférieure à la moyenne Croissance moyenne Croissance supérieure à la moyenne = 1 billion $US Bulle échantillon États-Unis Japon Allemagne Brésil Chine R.-U. France Mexique Australie Autriche Russie Argentine Suisse Inde Corée du Sud Singapour Arabie saoudite Espagne Pays-Bas Italie Taïwan Koweït Canada Norvège Moyenne mondiale (9,9 %) Moyenne mondiale (9,9 %) Hong Kong 28,2 % de la richesse 27,3 % de la population FIGURE 5. Taux de croissance annuelle composé de la richesse et de la population des IF (%) Remarque : La taille de la bulle représente la richesse des IF en 2013; Hong Kong n’a pas été placé à l’échelle sur le graphique, car il fait figure d’exception Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014 4 PIB se rapporte dans tous les cas au PIB ajusté en fonction de l’inflation ou PIB réel.
  9. 9. 9RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Espagne, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. En Amérique latine, les économies du Mexique, du Brésil et l’Argentine ont été confrontées à des problèmes intérieurs liés à l’inflation et à une faible confiance des investisseurs, en plus d’une demande mondiale plus lente pour les exportations de marchandises. LA RICHESSE MONDIALE DEVRAIT ATTEINDRE DES NOUVEAUX RECORDS EN 2016, SOUS L’IMPULSION DE L’ASIE-PACIFIQUE Les prévisions de croissance de la richesse financière mondiale des IF sont de 6,9 % annuellement jusqu’en 2016 pour atteindre un nouveau record de 64,3 billions de dollars US, avec 11,7 billions de dollars US supplémentaires de richesse des IF créés au cours des trois années entre 2014 et 2016 (voir le Graphe 6). Chaque région, à l’exception de l’Amérique latine, devrait connaitre une forte croissance, même si l’Asie-Pacifique va sans doute émerger en tant que leader avec un taux de croissance annuelle de 9,8 %. La forte croissance de l’Asie- Pacifique devrait lui permettre de dépasser l’Amérique du Nord en termes de nombre d’IF en 2014 et de richesse des IF en 2015. Le groupement de pays de croissance moyenne est caractérisé par deux des plus grands marchés d’IF, les États-Unis et le Japon, ainsi que d’autres pays plus petits, des marchés matures en Asie-Pacifique (Australie, Corée du Sud), en Amérique du Nord (Canada) et en Europe (Autriche, Pays-Bas, Suisse). Aux États-Unis et sur certains autres marchés, la croissance a été favorisée par la reprise après les crises financières et de la zone euro. Le Japon, qui a connu une croissance en dessous de la moyenne presque tout au long des cinq dernières années, a profité des changements récents dans la politique du Premier ministre Abe et d’un sentiment optimiste qui ont permis une augmentation de 24,9 % sur les marchés boursiers et de 3,9 % sur les marchés immobiliers. L’Arabie saoudite qui a réalisé des performances relativement bonnes malgré la crise de la zone euro se situe également dans le groupe des pays avec une croissance au-dessus de la moyenne. Le groupement des pays ayant une croissance en dessous de la moyenne était composé surtout de marchés européens plus matures et de marchés d’Amérique latine. Au cours des cinq dernières années, la crise financière mondiale et le ralentissement subséquent de la zone euro ont touché de manière négative la population des IF et la croissance de la richesse sur les marchés européens en Italie, en GRAPHE 6. Prévisions de richesse des individus fortunés, 2011-2016 (par région) (milliards de $ US) Asie-Pacifique Amérique du Nord Europe Amérique latine Moyen-Orient Afrique 7,1 % 6,4 % 9,8 % 2,3 % 6,0 % 6,6 % 6,9 %Mondial TCAC 2013−2016F 2016F201320122011 Croissance annualisée de 6,9 % Richesse investissable des IF 42,0 46,2 52,6 64,3 7,1 10,1 11,4 10,7 7,5 10,9 12,7 12,0 7,7 12,4 14,9 14,2 1,7 1,1 1,8 1,3 2,1 1,3 8,2 15,2 17,9 18,8 2,6 1,6 0 15 30 45 75 60 FIGURE 6. Prévisions de richesse des IF, 2011-2016F (par région) (milliards de $ US) Remarque : Les chiffres des tableaux et les pourcentages indiqués étant arrondis, il est possible qu’ils ne correspondent pas Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014 LA CROISSANCE DES IF S’ACCÉLÈRE ET ATTEINT UN NOUVEAU RECORD
  10. 10. RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE10 DES DÉVELOPPEMENTS ÉCONOMIQUES POSITIFS COMPENSENT UNE CROISSANCE DU PIB DÉCEVANTE Bien que l’économie mondiale n’ait pas été très bonne en 2013 d’un point de vue du PIB, la morosité économique persistante s’est amenuisée, préparant le terrain pour une amélioration de la confiance des investisseurs et une croissance des actifs plus élevée. En plus d’un meilleur rendement réalisé sur quelques marchés importants, les investisseurs semblaient encouragés par le recul de plusieurs gros risques dont la récession de la zone euro et le plafond de la dette américaine. Le redressement de la confiance des investisseurs a atteint des sommets post-récession et a contribué à la poussée des rendements, surtout sur les marchés développés en 2013. Prise en compte seule, la croissance du PIB n’a pas été réellement positive. Le PIB mondial s’est accru faiblement, progressant à un taux de 2,2 % en légère baisse par rapport au taux de 2,3 % en 2012 (voir le Graphe 7). Toutefois, dans certains domaines, il y a eu quelques éclaircies. Le Japon a profité d’un plan de relance agressif qui a eu le double effet de pousser le PIB vers le haut (d’une croissance négative en 2011 à 1,7 % en 2013) et d’engendrer des gains importants sur les marchés boursiers japonais. Alors que tous les autres marchés boursiers asiatiques enregistraient des croissances faibles ou négatives, à cause en partie des préoccupations concernant la croissance de la Chine, le Japon est apparu comme l’un des meilleurs de l’indice MSCI5 , après les États-Unis et l’Allemagne. Àpremière vue, l’économie mondiale a été morose en 2013 enregistrant à peine une croissance au cours de l’année précédente. Ce résultat, toutefois, ne reflète pas le lent retour à la normalité qui commence à prendre forme après des années de crise économique suivant la crise financière de 2008-2009. Au lieu de l’incertitude qui règne depuis si longtemps, 2013 a été marquée par des signes embryonnaires de reprise : une amélioration visible même si hésitante dans la zone euro, un recul radical de la déflation au Japon, une croissance stable en Chine et une impulsion croissante dans les économies aux États-Unis et au Royaume-Uni. Les investisseurs ont répondu de manière enthousiaste à l’amélioration des perspectives. Les actions sur les marchés développés ont produit de bons résultats au fur et à mesure de la stabilisation, bien que des rendements faibles aient persisté sur les marchés émergents. Une propension au risque accrue risque a aussi relancé l’immobilier sur les principaux marchés et a donné un nouvel élan aux rendements des fonds de couverture. Grâce aux investissements réalisés dans une économie en accélération, les IF ont largement augmenté leur richesse en 2013 (voir page 4). Toutefois, de nombreux risques persistent dans l’économie mondiale, dont la peur de la déflation dans les pays développés et la nature imprévisible de la croissance poussée par les réformes au Japon. Sur les marchés émergents, les problèmes de crédit et de croissance suscitent des inquiétudes, notamment sur cinq marchés vulnérables, même si une crise de la balance des paiements semble improbable. Malgré ces risques et certains autres - dont les taux d’intérêts croissants, un possible ralentissement en Chine et les menaces d’instabilité politique dans certaines régions, dont le Moyen-Orient, la Thaïlande et le Brésil, ainsi que la Russie et l’Ukraine - la croissance mondiale du PIB devrait s’accélérer en 2014. L’amélioration de l’économie stimule la confiance des investisseurs et la richesse des IF 5 Le Japon a enregistré le troisième indice de croissance le plus élevé du MSCI en 2013 parmi 15 marchés clés, dont l’Australie, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume- Uni et les États-Unis dans le monde développé et le Brésil, la Chine, l’Inde, le Mexique, la Russie, la Corée du Sud et Taïwan dans le monde émergent
  11. 11. 11RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE L’AMÉLIORATION DE L’ÉCONOMIE STIMULE LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS ET LA RICHESSE DES IF De manière similaire, le Royaume-Uni a connu une croissance du PIB plus élevée que prévu. Avec un taux de 1,8 %, le Royaume-Uni connait son taux le plus élevé depuis 2007, grâce à une demande accrue et des réformes structurelles. La croissance de l’économie et le regain de confiance ont permis aux marchés boursiers du Royaume- Uni d’enregistrer des rendements sains de 16,2 %. Malgré les rendements médiocres dans l’ensemble de nombreux marchés, des signes positifs étaient visibles. Malgré une croissance modérée de la zone euro, la région a su sortir de la récession et a allégé les mesures d’austérité. Parmi les pays périphériques de la zone euro, l’Irlande est un pays moins préoccupant puisqu’il a réussi à exploiter les marchés obligataires pour la première fois en 2013 et à regagner sa notation Moddy’s. La Chine n’a connu qu’une croissance neutre, mais a évité le ralentissement, même si l’on peut légitimement craindre un ralentissement. Aux États-Unis, la faible expansion du PIB général a été atténuée par une croissance plus rapide au cours du deuxième semestre de l’année, au fur et à mesure que l’austérité fiscale commençait à porter ses fruits. Les marchés émergents ont été confrontés à des problèmes causés par la décélération de la croissance économique et par un excès de crédits, bien qu’une répétition de la crise financière asiatique de 1997-1998 semble improbable. Les similitudes entre les problèmes actuels du crédit et la crise asiatique, dont des flux d’investissement endigués sur les marchés émergents et un resserrement des crédits bon marché, devraient être modérées grâce à une meilleure réglementation bancaire ainsi que des réserves plus élevées de change et un endettement réduit des pays asiatiques. Alors qu’une crise totale semble peu probable, la croissance devrait être limitée. D’autres risques continuent de miner l’économie mondiale. Le ralentissement du crédit sur les marchés émergents a compliqué encore plus la situation incertaine des « cinq fragiles » - la Turquie, le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud et l’Indonésie - qui ont tous des déficits courants considérables et qui ont été touchés négativement par les marchés durant les moments de panique. GRAPHE 7. Taux de croissance du PIB réel, dans le monde et certaines régions, 2011–2013 (%) Europe de l’Ouest Europe de l’Est Amérique du Nord Moyen-Orient et Afrique du Nord Amérique latine Afrique sub-saharienne JaponAsie-Pacifique  (Japon exclu) Monde -2 0 2 4 6 8 10 Taux de croissance 20122011 2013 -0,1 0,2 -0,3 -0,8 -0,5 0,50,3 -1,6-0,1 Croissance en 2012−2013 (PPa ) 2,8 2,3 2,2 6,5 5,3 5,5 4,9 4,6 4,5 4,4 3,0 2,7 2,8 3,8 2,2 1,9 2,7 1,9 3,9 2,1 1,6 1,9 0,3 -0,5 1,4 1,7 -0,2 FIGURE 7. Taux de croissance du PIB réel, monde et régions sélectionnées, 2011-2013 (%) a : PP = Point de pourcentage Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014; Economist Intelligence Unit, mars 2014
  12. 12. 12 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Parmi les pays développés, le risque de déflation a menacé d’affaiblir la demande et d’augmenter le lourd fardeau de la dette, une combinaison qui pourrait dissuader la reprise toujours naissante. Sur une note positive, une banque centrale européenne déterminée s’est engagée à agir pour contrer les risques de déflation en Europe, où le risque est le plus élevé. Les menaces politiquesà la stabilité comprennent les troubles au Moyen-Orient, la tension montante entre le Japon et la Chine au sujet de la souveraineté d’un ensemble d’îles, et un conflit en gestation sur la frontière entre la Russie et l’Ukraine qui est devenu au début de 2014 une confrontation entre la Russie et l’Occident. Cette situation a diminué les potentiels de croissance aussi bien pour la Russie que pour l’Ukraine, mais ne devrait pas affecter les marchés mondiaux. Les récentes élections en Inde et les élections prévues sur de nombreux autres marchés, dont le Brésil, l’Indonésie, la Thaïlande, l’Europe et le Moyen‑Orient, menacent la stabilité, apportant une incertitude quant à savoir si les économies de ces marchés se ressaisiront ou s’écrouleront après les élections. En attendant, la zone euro se trouve encore sur un terrain glissant. Des actions politiques ambitieuses ont contribué à raviver les marchés, mais un chômage élevé, une demande faible, une croissance inexistante du crédit et une inflation faible continuent de dominer les économies de plusieurs régions. L’OPTIMISME DES INVESTISSEURS FAVORISE DES GAINS DANS CERTAINES CLASSES D’ACTIFS Les investisseurs sont restés en phase avec les aspects les plus positifs de l’économie mondiale. Malgré des risques persistants, la confiance des investisseurs a augmenté de 14,4 points en 2013 par rapport à l’année précédente6 . La confiance renouvelée des investisseurs a stimulé les marchés boursiers, faisant d’eux la classe d’actifs au meilleur rendement en 2013. De plus, l’immobilier a connu une reprise considérable et les fonds spéculatifs ont offert des rendements solides. Autre signe d’optimisme, l’or a enregistré sa plus grande perte annuelle depuis 1981, à mesure que s’effaçait la crainte de l’inflation et que les investisseurs adoptaient des actifs plus risqués. Les actions se sont montrées particulièrement fortes sur les marchés développés. La croissance des indices de référence a atteint 27,6 % en Amérique du Nord, 24,9 % au Japon, et 21,7 % en Europe (voir le Graphe 8). Au Japon, le Nikkei a atteint 16 000 pour la première fois en six ans, le yen affaibli et la reprise de l’économie américaine ayant contribué à augmenter les exportations. Les seules exceptions à l’amélioration du rendement boursier sur les marchés développés sont l’Australie et le Canada, qui ont souffert de la baisse du prix des produits de base et d’une moindre demande en Chine. GRAPHE 8. Valeurs de l’indice de référence mondial MSCI, 2013 0 90 80 100 110 120 130 Déc-13Juil-13 Sep-13Jan-13 Avr-13 Valeursdel’indice (Recalculéà100àpartirdu1/1/2013) Croissance (2012−2013) Europe 21,7 % Amérique du Nord 27,6 % Marchés développés Marchés émergents Japon 24,9 % Monde 24,1 % Asie-Pacifique  (Japon exclu) 0,5 % Amérique latine -15,7 % Les discours de la Réserve fédérale portant sur les réductions en mai 2013, ont bouleversé les marchés boursiers mondiaux Le resserrement des liquidités chinoises dans le crédit interbancaire, la pression à la hausse sur les taux d’intérêt, et le ralentissement de l’économie chinoise ont eu des répercussions négatives sur les marchés émergents FIGURE 8. Valeurs de l’indice de référence mondial MSCI, 2013 Remarque : L’indice MSCI monde se compose des 23 indices de marchés des pays développés suivants : Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Hong Kong, Irlande, Israël, Italie, Japon, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Norvège, Portugal, Singapour, Espagne, Suède, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis. L’indice MSCI Europe se compose des pays suivants : Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Allemagne, Irlande, Italie, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Espagne, Suède, Suisse et Royaume-Uni. L’indice MSCI AC Asie-Pacifique (ex-Japon) se compose des indices de marché des pays développés et émergents suivants : Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Corée, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Singapour, Taiwan et Thaïlande. L’indice ME Amérique latine se compose du Brésil, Chili, de la Colombie, du Mexique et du Pérou Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014; indices MSCI Barra, janvier 2014 6 State Street Investor Confidence Index (ICI), 2014
  13. 13. 13RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Les actions des marchés émergents sont loin de s’en sortir aussi bien, bien qu’elles aient largement dépassé les marchés développés depuis 2008 (de moins de 4 points de pourcentage par an néanmoins). L’indice de référence en Asie-Pacifique (Japon exclu) a enregistré une augmentation de 0,5 % seulement, avec une croissance marginale en Chine et en Corée du Sud, et un déclin de la croissance en Inde, due à la dépréciation de la roupie, une envolée de l’inflation, et des problèmes de déficit budgétaire. L’indice de référence en Amérique Latine, quant à lui, s’est effondré de 15,7 %, aggravé par une chute de 18,7 % pour le Brésil, qui a souffert d’une inflation élevée, d’un ralentissement des exportations, et d’une réduction des investissements étrangers. (Voir page 6 pour une analyse de l’impact de la performance de l’Amérique Latine sur les IEF et leur fortune.) L’immobilier a repris sur la plupart des marchés, les seuls grands marchés montrant des signes de faiblesse étant l’Inde, la France, et l’Italie (voir le Graphe 9). Taïwan, l’Allemagne, et les États-Unis ont connu les taux de croissance les plus impressionnants, tandis que les FPI devenaient un secteur privilégié pour déployer des capitaux (secteur qui a cependant commencé à donner de mauvais résultats vers la fin de l’année). Encouragé par l’amélioration des perspectives de croissance et des politiques monétaires favorables, le secteur de l’immobilier devrait continuer à se développer, malgré une hausse attendue des taux d’intérêt. GRAPHE 9. Changement des prix des logements ajustés à l’inflation pour des marchés sélectionnés, 2012-2013 (%) -10% 0 % 10 % 30 % 20 % Les bons duCanadaSuisse R.-U.ItalieAllemagneFranceTaïwanSingapourJaponIndeHong KongChineAustralie Taux de croissance Asie-Pacifique Europe Amérique du Nord 6,5 % 6,1 % 10,1 % 21,1 % 3,3 % 3,9 % 4,9 % 3,7 % 3,2 % 5,3 % 9,4 % 2,4 % 2,2 %2,5 % 7,7 % 14,5 % 0,2 %0,5 % -1,9 % -9,1 % -1,1 % -1,1 %-0,9 % -2,6 % -6,7 %-6,4 % -3,7 % -2,0 % 2012 2013 2,4 % 1,7 % - 0,3 %14,4 % 1,0 % 2,6 % 12,7 % 3,4 % 1,2 % SO 2,9 % -0,8 % 2,8 %-1,6 % TCAC 2008−2013 Remarque : Les données pour l’Italie sont pour la croissance annuelle pour le T3 2012 et T3 2013 et le TCAC 2008 à 2013 pour l’Italie n’a pas été calculé, étant donné que les données avant 2010 ne sont pas disponibles Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014; Global Property Guide House Price Index, mars 2014 L’AMÉLIORATION DE L’ÉCONOMIE STIMULE LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS ET LA RICHESSE DES IF
  14. 14. 14 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Dans les titres à revenu fixe, la décision prise par la Réserve fédérale de réduire ses achats d’obligation avec la reprise de l’économie américaine a provoqué une hausse des taux dans le monde et un élargissement des crédits à moyen terme en 2013. Bien que les investisseurs aient été dans un premier temps effrayés en apprenant le recul de la Réserve fédérale, le processus, qui devrait se terminer en 2014, a été plutôt bien géré. Cependant, ce recul pose des risques pour la stabilité de certaines économies émergentes, qui pourraient connaître une fuite de capitaux et une hausse du coût de l’emprunt, ce qui freinerait leur économie. Les banques centrales des économies développées suivent des stratégies divergentes, la Banque centrale européenne et la Banque du Japon favorisant la relance et soutenant une baisse des taux d’intérêt, tandis que la Réserve fédérale et la Banque d’Angleterre tendent vers un resserrement de leur politique monétaire. Dans le domaine des investissements alternatifs, le rendement des fonds spéculatifs et de l’huile/du gaz naturel a augmenté. Bien que le rendement des fonds spéculatifs soit inférieur à celui des actions pour la cinquième année consécutive, il atteignait tout de même en moyenne un solide 7,4 %7 . Une forte demande saisonnière a conduit à une flambée du prix du gaz naturel, tandis que le conflit au Moyen-Orient a fait monter le prix du pétrole, même si l’accroissement de l’offre pétrolière aux États-Unis agit comme un facteur d’équilibre. Le prix de l’or et de l’argent a chuté—de 28,1 % et 35,8 %, respectivement — dans le cas de l’or, une chute due principalement aux signes de reprise économique en 2014 et à une crainte de l’inflation apaisée. Les marchandises ont continué à sous-performer suite à une croissance décevante sur les marchés émergents, ainsi qu’une réduction de l’écart entre l’offre et la demande. LA FORCE DE LA REPRISE DEVRAIT L’EMPORTER SUR LES RISQUES PERSISTANTS Sous l’impulsion d’une activité économique accrue au cours de la seconde moitié de l’année 2013, la croissance du PIB devrait reprendre dans toutes les régions en 2014. La croissance du PIB mondial devrait atteindre 3,0 %, une hausse de près d’un point par rapport à 2013 (voir le Graphe 10). Le PIB devrait connaître la plus grande accélération en Europe de l’Ouest (1,4 point) et en Amérique du Nord (1,1 point) avec une croissance plus lente sur les marchés émergents d’Asie-Pacifique (0,8 point) et d’Amérique latine (0,4 point). Les taux de croissance les plus élevés devraient à nouveau être enregistrés en Asie-Pacifique (Japon exclu), bien qu’à un taux d’accélération plus bas qu’auparavant. Dans les régions qui continuent à être source de préoccupation, y compris le Japon, la zone euro, et les marchés émergents, des réformes structurelles resteront nécessaires pour assurer une croissance solide et confirmer la reprise observée en 2013. GRAPHE 10. Perspectives des taux de croissance du PIB réel, dans le monde et certaines régions, 2013 - 2015P (%) 0 2 4 6 8 2,2 4,5 2,2 1,9 1,6 1,5 0,3 3,0 3,3 5,5 6,1 6,3 2,7 2,5 3,1 3,4 4,0 2,7 2,5 1,7 3,13,0 SOSO Taux de croissance 20142013 2015 1,1 0,8 1,8 1,5 1,4SO 1,10,4 Croissance en 2013−2015 (PPa) Europe de l’Ouest Europe de l’Est Amérique du Nord Moyen-Orient et Afrique du Nord Amérique latine Afrique sub-saharienne Asie-Pacifique  (Japon exclu) Monde FIGURE 10. Perspectives des taux de croissance du PIB réel, dans le monde et certains pays, 2013 - 2015F (%) a : PP = Point de pourcentage Remarque : Toutes les données 2013 de l’EIU; Toutes les données 2014 et 2015 des prévisions moyennes, à l’exception de l’Afrique subsaharienne et de la région MENA. Les chiffres de la prévision MENA viennent de l’EIU. Les prévisions relatives au PIB de l’Afrique sub-saharienne n’étaient pas publiées à l’heure de tombée des données et par conséquent elles ne sont pas incluses dans le rapport. Source : Analyse du Secteur Services Financiers de Capgemini, 2014; Economist Intelligence Unit, mars 2014; Prévisions générales, mars 2014 7 ”Hedge Funds Trail Stocks for Fifth Year With 7.4% Return”, Bloomberg, consulté en avril 2014
  15. 15. 15RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Après cinq ans passés à affronter les séquelles de la crise financière, l’économie mondiale semble enfin entrer dans une phase de reprise durable. Les signes d’amélioration se caractérisent par un recul de l’austérité et une forte performance du secteur privé. L’économie américaine devrait être le moteur de la croissance mondiale, la Réserve fédérale poursuivant méthodiquement sa politique d’assouplissement monétaire, et les secteurs comme l’immobilier et l’énergie contribuant à la production économique. À mesure que les économies développées se rétablissent, la plupart des économies émergentes devraient progresser également, fortes d’une hausse des exportations. Cependant, certaines continuent à affronter de grandes difficultés, parmi elles le Venezuela, l’Argentine, l’Ukraine, la Thaïlande, et les « Cinq fragiles » en raison d’un gros déficit budgétaire, d’un ralentissement de la croissance, ou des élections provoquant des tensions politiques. En 2013, des évaluations normalisées, résultant d’une plus grande confiance des investisseurs, ont généré une croissance des marchés boursiers, bien qu’il y ait des limites à la hausse de ces valorisations. En 2014, les bénéfices des entreprises devraient s’imposer comme un moteur beaucoup plus important. Une hausse de la confiance et de la performance des entreprises devrait, en retour, préparer le terrain pour un plus grand développement de l’immobilier commercial et d’autres dépenses de capitaux, stimulant l’expansion du PIB. Même si l’économie mondiale guérit doucement, il faut gérer plusieurs risques à court terme. La Réserve fédérale doit avancer prudemment en assouplissant sa politique de relance monétaire afin d’éviter une flambée des rendements obligataires et de ne pas contribuer à un resserrement du crédit sur les marchés émergents. Dans la zone euro, où la reprise reste fragile, les banques centrales doivent être préparées à agir de manière décisive pour éviter le risque de la spirale déflationniste. Autres sujets de préoccupation : la hausse des taux d’intérêt, l’énorme dette publique des économies développées, et le risque d’une croissance ralentie sur les marchés émergents. Enfin, des doutes persistent concernant la viabilité de la croissance au Japon et le poids de son endettement, l’instabilité due à une année d’élections dans de nombreux marchés, la croissance des tensions entre l’Est et l’Ouest autour de la Crimée et de l’Ukraine, et le risque d’un ralentissement des prêts et de la croissance dans la zone euro dû aux résultats des tests de stress bancaire. L’AMÉLIORATION DE L’ÉCONOMIE STIMULE LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS ET LA RICHESSE DES IF
  16. 16. RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE16 bénéficié d’une hausse de la confiance à deux chiffres dans toutes les régions sauf l’Asie-Pacifique (Japon exclu) et l’Amérique latine, la plus grande hausse (16,3 points) ayant été observée en Europe. Le niveau de confiance envers les sociétés de gestion de patrimoine a connu une hausse de 18,9 points en Europe et de 19,7 points au Japon. LE NIVEAU DE CONFIANCE MONTE EN FLÈCHE DANS TOUS LES DOMAINES Le niveau de confiance envers le secteur de gestion du patrimoine, déjà élevé, a grimpé en flèche en 2014, dopé par les perspectives économiques et de placement plus optimistes. Les gestionnaires et sociétés de gestion de patrimoine ont grandement bénéficié de cette humeur positive et ce sentiment favorable : le niveau de confiance des IF envers les gestionnaires de patrimoine a augmenté de 13,5 points, atteignant 74,7 %, et de 15,0 points pour les sociétés, atteignant 76,4 % (voir le Graphe 12). Les gestionnaires de patrimoine ont Nos conclusions sur les comportements et préférences des IF se basent sur L’Enquête sur les perspectives des IF dans le monde8 , l’enquête la plus vaste et la plus détaillée jamais réalisée sur les individus fortunés. Pour la deuxième année consécutive, plus de 4 500 IF dans 23 grands marchés en Amérique du Nord, Amérique latine, Europe, Asie- Pacifique, au Moyen-Orient et en Afrique ont été interrogés dans le cadre de ce rapport (voir le Graphe 11). L’enquête a été élargie cette année, avec l’ajout de l’Indonésie et de la Malaisie dans la zone Asie-Pacifique. ƒƒ Partant d’une base déjà solide, la confiance des IF dans le secteur de la gestion de patrimoine sous tous ses aspects a atteint une croissance à deux chiffres. Les IF ont dans l’ensemble exprimé une grande confiance envers les gestionnaires et les sociétés de gestion de patrimoine, avec des niveaux de confiance en hausse de 13,5 et 15,0 points pour un résultat de 74,7 % et 76,4 % respectivement. On constate également une hausse de la confiance envers les marchés financiers (+12,8 points pour un résultat de 58,2 %) et les organismes de réglementation (+16,4 points pour un résultat de 56,0 %), en raison d’un fort sentiment favorable. Leur confiance dans la production de richesse future, qui était déjà élevée, a augmenté de 1,7 point pour un résultat de 77,1 %. ƒƒ Les IF adoptent une vision plus globale, en augmentant les investissements hors de leurs marchés nationaux, tandis que les IEF sont en train d’opérer un changement de mentalité, privilégiant la croissance de la richesse par rapport à sa préservation9 . Les IF ont réparti 36,6 % de leurs investissements hors de leur région d’attache en 2014, contre 25,0 % en 2013. Les IEF se sont beaucoup plus axés sur la croissance de leur richesse, 30,7 % d’entre eux ayant déclaré faire de la croissance et non la préservation de la richesse leur objectif principal, contre 18,0 % en 2013. ƒƒ Malgré une forte confiance et une croissance de la richesse solide, les gestionnaires et sociétés de gestion de patrimoine sont moins bien notés, leur cote ayant baissé de 4,0 points pour un résultat de 63,0 %. La baisse est plus forte chez les IEF, avec une chute de 8,6 points pour un résultat de 64,6 % contre 73,2 % l’an dernier. Les jeunes IF sont plus sévères envers les sociétés de gestion de patrimoine que les IF plus âgés. Leur cote de popularité chez les moins de 40 ans est de 62,4 %, elle est de 60,8 % chez les 40 à 50 ans, tandis qu’elle est de 64,3 % chez les 50 à 59 ans et de 66,4 % chez les plus de 60 ans. ƒƒ Les IF réaffirment des préférences claires en matière de service des sociétés de gestion de patrimoine, indiquant qu’ils recherchent des conseils professionnels d’experts et des services personnalisés. Si la préférence pour un contact direct avec un gestionnaire de patrimoine demeure, le contact numérique prend de plus en plus d’importance, et il est particulièrement dominant chez les IF de moins de 40 ans. Les préférences des IF ouvrent la voie à de nouvelles opportunités 8 L’Enquête sur les perspectives des IF dans le monde de Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership a été menée en janvier et février 2014 9 Pour les besoins de l’enquête, nous avons pris la tranche de 20 millions de $US et plus en actifs investissables comme notre section de richesse la plus élevée. La définition d’un IEF reste à 30 millions de $US et plus. À des fins d’analyse, la tranche supérieure de l’enquête sert d’extrapolation fiable pour les IEF.
  17. 17. 17RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE LES PRÉFÉRENCES DES IF OUVRENT LA VOIE À DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS GRAPHE 11. Enquête sur les perspectives des individus fortunés dans le monde, 1er trimestre 2014FIGURE 11. Global HNW Insights Survey Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2014 EUROPE (1 222) ■ Belgique ■ France ■ Allemagne ■ Italie ■ Pays-Bas ■ Russie ■ Espagne ■ Suisse ■ R.-U. AMÉRIQUE LATINE (297) ■ Brésil ■ Mexique MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE (172) ■ Afrique du Sud ■ Émirats Arabes Unis ASIE-PACIFIQUE (1 411) ■ Australie ■ Chine ■ Hong Kong ■ Inde ■ Indonésie ■ Japon ■ Malaisie ■ Singapour AMÉRIQUE DU NORD (1 450) ■ Canada ■ États-Unis Plus de 4 500 IF dans 23 pays ont été soumis à l’enquête en 2014 GRAPHE 12. Niveaux mondiaux de confiance des individus fortunés envers les intervenants-clé, 1er trimestre 2014 (%) Marchés financiers Gestionnaires de patrimoine Trés élevéÉlevéQuelque peu élevé 24,4 % 28,7 % 21,6 % 74,7 % 26,7 % 29,5 % 20,2 % 76,4 % 29,6 % 19,6 % 9,0% 58,2 % 25,7 % 20,2 % 10,1% 56,0 % 28,3 % 29,4 % 19,3 % 77,1 % 13,5 15,0 12,8 16,4 1,7 Changement de la confiance, 1er T 2014 vs 1er T 2013, (points) Principales relations des IF Pouvoir personnel de générer de la richesse Organismes et institutions de réglementation Sociétés de gestion de patrimoine Sentiment de richesse Infrastructure FIGURE 12. Niveaux de confiance des IF envers les intervenants-clé (million) Remarque : Les totaux ne sont pas égaux à 100 % puisque les valeurs de confiance moyennes (ni élevées, ni basses) et les valeurs de confiance faibles (très faible, faible et assez faible) n’ont pas été présentées ici; les numéros des tableaux peuvent ne pas correspondre exactement aux totaux en raison de l’arrondissement; les réponses à la question : « Actuellement, dans quelle mesure êtes-vous en accord ou en désaccord avec les déclarations suivantes? – J’ai confiance en … » pour les diverses parties prenantes listées ci-dessus ont été analysées en fonction des accords et désaccords pour arriver aux pourcentages de confiance élevés et faibles des IF. Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014
  18. 18. 18 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE LES IEF AMORCENT UN CHANGEMENT DE CAP DE LA PRÉSERVATION VERS LA CROISSANCE DE LA RICHESSE Le choix de la croissance sur la préservation de la richesse a gagné du terrain, particulièrement chez les IEF. Plus précisément, leur préférence pour la croissance a radicalement augmenté, atteignant 30,7 % contre 18,0 % en 2013, tandis que l’objectif de préservation a décliné, passant de 44,8 % à 27,6 %. Même si les IF dans le monde entier restent encore légèrement plus attachés à préserver leur richesse (28,6 %) qu’à la faire croître (27,6 %), parmi les personnes interrogées, le pourcentage de ceux qui se concentrent sur la préservation a baissé, car il était de 32,7 % l’an dernier (voir le Graphe 13). Au niveau régional, c’est au Japon que l’attachement à la préservation de la richesse a le plus baissé (de 10,4 points), mais cette baisse ne s’est pas traduite par une hausse proportionnelle de l’attachement à la croissance, qui reste presque stationnaire au Japon à 15,8 %. Dans la région Asie-Pacifique (Japon exclu), les IF ont opéré un changement de cap très clair en faveur de la croissance de la richesse — 40,7 % d’entre eux étant plus attachés à la croissance qu’à la préservation (31,1 %) en 2014, par rapport à 31,5 % seulement en faveur de la croissance et 38,9 % en faveur de la préservation un an plus tôt. La confiance envers les marchés financiers et les organismes de réglementation a également connu une forte expansion de 12,8 points et 16,4 points respectivement, bien qu’étant partie de plus bas. Les IF européens ont en grande partie été le moteur de cette hausse de la confiance, leur confiance envers les marchés financiers étant en hausse de 17,8 points et de 19,2 points envers les agences de réglementation. L’Amérique latine est le seul groupe où le niveau de confiance a chuté, avec une baisse de 1,7 points pour les marchés financiers, ce qui est probablement dû aux rendements négatifs des marchés boursiers et au fait que la région a connu la croissance la plus basse de la richesse par rapport aux autres régions. Les IF de la région Asie-Pacifique (Japon exclu) ont de loin la confiance la plus élevée dans les marchés financiers (78,3 %) et les organismes de réglementation (79,7 %). Les IF avaient déjà dans l’ensemble une grande confiance dans leur propre capacité à générer de la richesse, et ce chiffre a légèrement augmenté, avec une hausse de 1,7 point, pour atteindre 77,1 %. GRAPHE 13. Croissance de la richesse vs préservation du patrimoine par tranche de richesse, T1 2013, T1 2014 (%) + 20 m$ 10 m$–20 m$ 5 m$–10 m$ 1 m$–5 m$ Monde 2013 2014 28,6 % 27,4 % 32,3 % 27,6 % 44,8 % 36,7 % 34,1 % 34,7 % 34,1 % 32,7 % 27,6 % 29,2 % 26,5 % 30,7 % 18,0 % 22,2 % 25,9 % 20,9 % 26,0 % 26,3 % Préservation du patrimoine Croissance du patrimoine FIGURE 13. Axé sur la croissance de la richesse c. La préservation du patrimoine par les tranches de richesse, T1 2013, T1 2014 (% de répondants) Remarque : Question posée sur un spectre de 10 points : « Veuillez nous indiquer à quel point vous êtes axé sur la croissance de votre patrimoine versus la préservation de votre patrimoine? » ; Étant donné que nous avons demandé les préférences sur un spectre de 10 points contentant deux points extrêmes, les chiffres dans le Graphe ci-dessus indiquent le pourcentage de personnes interrogées évaluant aux trois premiers points de chaque extrême les paramètres ci-dessus. Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014
  19. 19. 19RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Les actions, qui ont connu une légère baisse de 1,2 point avec un chiffre de 24,8 %, maintiennent leur position de deuxième classe d’actifs préférée après les liquidités. Le comportement des investisseurs institutionnels et des IEF montre souvent la voie à suivre au reste du marché, et leurs préférences auront probablement une influence sur l’ensemble du comportement des IF. En conséquence, la baisse de la part des actions dans les investissements ne durera peut-être pas, compte tenu du fait que les IEF ont considérablement élargi la part de leurs investissements en bourse, qui est passée de 20,2 % en 2013 à 23,8 % en 2014. On constate la plus forte baisse de la part des actions dans les investissements en Amérique du Nord (4,7 points de pourcentage), en dépit du fait qu’elles restent bien plus prisées en Amérique du Nord que dans aucune autre région, représentant 32,5 % des investissements. La focalisation sur la croissance de la richesse a le plus baissé au Moyen-Orient et en Afrique, où 34,6 % des personnes interrogées privilégient la croissance contre 42,4 % en 2013. Le seul groupe d’IF qui reste plus motivé par la préservation que par la croissance de la richesse est la catégorie des 60 ans et plus. Au sein de ce groupe, ils sont 37,8 % à privilégier la préservation de la richesse et seulement 18,1 % à privilégier la croissance. LES IF MULTIPLIENT LES PLACEMENTS INTERNATIONAUX ET LES INVESTISSEMENTS ALTERNATIFS La répartition des investissements en 2014 reflète l’attention moindre portée à la préservation de la richesse. Bien que les liquidités représentent toujours la majorité des placements des IF, la part affectée à cette classe d’actifs a baissé de 1,6 points par rapport à l’an dernier, tombant à 26,6 %. Les attributions mixtes de liquidités et d’actions ont baissé de 2,8 points, tombant à 51,5 % (voir le Graphe 14) contre 54,3% en 2013. Par contre, les revenus fixes et les investissements alternatifs ont augmenté de 4,1 points, passant de 25,8 % à 29,9 % en 2014. GRAPHE 14. Répartition des actifs financiers des individus fortunés, 1er trimestre 2014 (%) Asie-Pacifique 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % Europe Liquidités et équivalents de liquidités Actions Immobilierb Revenu fixe Placements alternatifsa 10,1 % 15,7 % 20,0 % 26,1 % 28,2 % 13,5 % 16,4 % 18,7 % 24,8% 26,6 % 12,9 % 17,9 % 14,1 % 32,5 % 22,5 % 14,5 % 18,2 % 23,0 % 21,7 % 22,6 % 12,4 % 11,8 % 11,4 % 20,7 % 43,8 % 13,6 % 16,0 % 23,4 % 23,3 % 23,7 % 12,0 % 19,7 % 27,6 % 11,7 % 29,0 % 17,6 % 17,1 % 25,4 % 19,0 % 20,9 % Moyen- Orient et Afrique Amérique latine JaponAsie-Pacifique  (Japon exclu) Amérique du Nord Monde 2013 Monde 2014 FIGURE 14. Découpage des actifs financiers des IF en 2014 (%) a : Comprend les produits structurés, les fonds spéculatifs, les dérivés, les devises étrangères, les matières premières, les capitaux privés b : Exclut la résidence principale Remarque : Les nombres du tableau peuvent ne pas être égaux à 100 % en raison de l’arrondissement Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014 LES PRÉFÉRENCES DES IF OUVRENT LA VOIE À DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS
  20. 20. 20 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Au cours de l’année 2013, les IF se sont montrés beaucoup plus intéressés par les investissements hors de leur marché d’origine, et leur part d’investissements à l’étranger est passée de 25,0% à 36,6% en 2014. Les investissements à l’étranger ont connu des hausses à deux chiffres dans toutes les régions sauf l’Amérique latine, la plus forte hausse ayant été constatée en Europe avec 13,5 points de plus (voir le Graphe 16). Les IF en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique restent les plus susceptibles d’investir sur leur marché national à 68,1 % et 67,5 %, tandis que les IF de la région Moyen-Orient/Afrique et en Europe restent les plus susceptibles d’investir à l’étranger, à 54,0 % et 60,7 % respectivement. Les IF possédant plus de 5 millions de $ US en biens ont augmenté leur part d’investissement à l’étranger de 19,3 points, passant de 22,8 % à 42,1 %, ce qui indique que les IF des catégories plus fortunées sont prêts à adopter une approche multinationale afin de saisir des opportunités partout dans le monde. La part des investissements traditionnels a augmenté dans toutes les régions sauf en Amérique latine, où une conjoncture économique et boursière difficile a conduit les IF à augmenter la part des investissements en liquidités et en revenus fixes. Cette hausse se caractérise par une croissance de 3,5 points de la part des fonds spéculatifs (voir le Graphe 15). La part des fonds spéculatifs dans les investissements a le plus augmenté en Amérique du Nord, avec un chiffre de 12,1 % en 2014 contre 7,6 % un an plus tôt. Les moins de 40 ans ont augmenté la part de leurs investissements dans les fonds spéculatifs de 12,5 % en 2013 à 17,7 % en 2014, tandis qu’elle passait de 10,4 % à 13,2 % pour les 40 à 49 ans. Sur l’ensemble des personnes interrogées, les fonds spéculatifs restent l’investissement non traditionnel le moins prisé, à 13,4 %. Les devises étrangères sont la seule autre catégorie d’investissement non traditionnel, à part les fonds spéculatifs, dont la part a augmenté, passant de 17,3 % à 18,4 %. Les IF au Japon sont de loin ceux qui sont les plus intéressés par les devises étrangères — elles constituent 33,6 % de leurs investissements, ce qui représente presque le double du montant investi par les IF de toutes les autres régions, bien que ce chiffre soit en baisse de 11,0 points par rapport à l’an dernier. La part des devises étrangères a le plus augmenté en Amérique du Nord, grimpant de 6,8 points pour atteindre 12,5 %. GRAPHE 15. Répartition des placements alternatifs des individus fortunés, 1er trimestre 2014 (%) Asie-Pacifique 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % Moyen-Orient et Afrique Amérique latine EuropeJaponAsie-Pacifique  (Japon exclu) Amérique du Nord Monde 2014 Monde 2013 9,9 % 16,2 % 16,5 % 17,3 % 19,9 % 20,3 % 13,4 % 14,1 % 16,2 % 18,4 % 18,6 % 19,3 % 12,1 % 16,1 % 17,7 % 12,5 % 19,5 % 22,1 % 14,3 % 11,3 % 18,2 % 19,1 % 17,1 % 20,0 % 15,4 % 13,6 % 10,7 % 33,6 % 14,9 % 11,8 % 13,3 % 13,1 % 16,5 % 16,1 % 20,8 % 20,1 % 13,1 % 18,3 % 15,1 % 16,8 % 21,8 % 14,8 % 12,2 % 13,6 % 18,7 % 16,3 % 15,8 % 23,4 % Capital privé Opérations de change Matières premières Fonds d’investissement Autres placements non traditionnels Produits de structure complexe FIGURE 15. Figure 15. Découpage des placements non traditionnels des IF, 1er trimestre 2014. (%) Remarque : Les nombres du tableau peuvent ne pas être égaux à 100 % en raison de l’arrondissement Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014
  21. 21. 21RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE GRAPHE 16. Répartition géographique de la richesse des individus fortunés par région, 1er trimestre 2014 (%) 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % T1 2014T1 2013 30,2 % 30,4 % 26,5 % 6,8 % 6,1 % 29,5 % 29,3 % 24,6 % 9,1 % 7,5 % Mondial T1 2014T1 2013 10,8 % 5,1 % 5,2 % 2,8 % 76,1 % 14,8 % 5,4 % 8,0 % 5,1 % 66,6 % Amérique latine T1 2014T1 2013 80,3 % 7,4 % 8,0 % 1,7 % 2,5 % 68,1 % 11,0 % 11,9 % 5,1 % Amérique du Nord 4,0 % T1 2014T1 2013 5,5 % 13,9 % 11,9 % 65,2 % 7,2 % 15,7 % 15,4 % 54,0 % 7,8 % Moyen-Orient et Afrique 3,5 % T1 2014T1 2013 Asie-Pacifique 7,2 % 79,2 % 6,7 % 4,1 % 2,7 % 12,3 % 67,5 % 8,9 % 6,5 % 4,8 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % T1 2014T1 2013 Europe 7,5 % 9,6 % 74,2 % 5,2 % 3,4 % 11,4 % 12,8 % 60,7 % 8,8 % 6,2 % Amérique latine Moyen-Orient et Afrique Europe Asie-Pacifique Amérique du Nord La répartition des investissements étrangers des IF a augmenté de 25,0 % au 1er trimestre 2013 à 36,6 % au 1er trimestre 2014 FIGURE 16. Répartition géographique de la richesse des IF par région (%) Remarque : Les nombres du tableau peuvent ne pas être égaux à 100 % en raison de l’arrondissement Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014 LES PRÉFÉRENCES DES IF OUVRENT LA VOIE À DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS
  22. 22. 22 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE les régions du Moyen-Orient/Afrique (en hausse de 2,4 points avec un score de 68,5 %) et de l’Asie-Pacifique (Japon exclu), en hausse de 0,5 point avec un score de 67,7 %, ont connu de légères augmentations dans la cote de performance des sociétés de gestion de patrimoine, ce qui les place juste derrière l’Amérique du Nord. La note plutôt basse obtenue en Europe (58,5 %) est le résultat d’une baisse de 4,8 points. Seul le Japon donne une note plus basse, avec 45,5 %, ce qui représente une baisse de 4,2 points par rapport à l’an dernier. Les IEF possédant plus de 20 millions de $US en biens sont beaucoup moins satisfaits que l’an dernier de la performance de leurs sociétés de gestion, et leur donnent une note en baisse de 8,6 points, qui tombe à 64,6 % contre 73,2 % en 2013. Si l’on regarde les résultats par tranche d’âge, les IF de moins de 50 ans sont également moins satisfaits. Avec 62,4 % pour les moins de 40 ans et 60,8 % pour les 40 à 50 ans, leurs notes passent sous la moyenne mondiale et bien au-dessous de la moyenne des notes données par les IF plus âgés (64,3 % pour les 50 à 60 ans et 66,4 % pour les plus de 60 ans). MALGRÉ LA HAUSSE DE LA RICHESSE ET DE LA CONFIANCE, LA COTE DE PERFORMANCE DES SOCIÉTÉS DE GESTION EST EN BAISSE Le contexte semblait propice à un élargissement et un approfondissement des liens que les sociétés de gestion de patrimoine ont tissé avec les IF en 2013. Une forte performance du marché a propulsé la catégorie des IF et leur richesse à des niveaux record, la confiance accordée aux gestionnaires et sociétés de gestion de patrimoine a grandi, et la confiance des IF en leur propre capacité de générer de la richesse a continué à augmenter. Mais malgré la hausse de leur richesse et de leur confiance, les IF ont donné des notes de performance sensiblement plus basses que l’an dernier, ce qui suggère que les occasions pour les gestionnaires et sociétés de gestion de patrimoine de répondre à des besoins non satisfaits sont encore nombreuses. Dans l’ensemble, la cote de performance des sociétés a baissé de 4,0 points, avec un résultat de 63,0 % (voir le Graphe 17). La plus grosse baisse a eu lieu en Amérique du Nord (6,0 points), bien que la note globale reste encore la plus élevée dans cette région (72,9 %). Seules GRAPHE 17. Cote de performance des sociétés de gestion (%) 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % JaponEuropeAmérique latine Asie-Pacifique  (Japon exclu) Moyen-Orient et Afrique Amérique du Nord Monde Cote de performance T1 2014 vs T1 2013 (points de pourcentage) 63,0 % 72,9 % 68,5 % 67,7 % 66,5 % 58,5 % 45,5 % 4,0 6,0 2,7 4,8 4,22,4 0,5 FIGURE 17. Cote de performance de la société de gestion (%) Remarque : Question posée : « Sur une échelle de 0 % à 100 %, en pensant à votre relation globale avec votre gestionnaire de patrimoine principal, quelle note de performance lui donneriez-vous? » Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014
  23. 23. 23RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Le désir croissant de travailler avec une seule société est la conséquence prévisible d’un certain nombre de forces puissantes au sein du secteur. Les nouvelles réglementations lourdes, y compris le poids administratif des exigences de recrutement de personnel, qui ont fait surface suite à la crise financière dans un but de réduire les risques au sein du système, font qu’il est beaucoup plus difficile pour les IF de maintenir un compte dans plusieurs sociétés. C’est aussi sans doute une réaction des IF face à la complexité de la gestion de portefeuilles multiples, la compréhension des risques au niveau international, et du suivi des comptes et de la performance dans plusieurs sociétés. La confiance qu’ils portent à leurs gestionnaires de patrimoine étant en hausse, il est tout naturel que les IF cherchent à regrouper leurs placements dans une seule société. Les sociétés de services financiers à service complet, avec des modèles de banque intégrés, sont les mieux placées pour fournir une gamme complète de produits et services complémentaires adaptés aux IF, disposent de l’envergure nécessaire pour offrir des synergies permettant une économie sur les coûts et la stabilité financière. Non seulement ce type de société peut offrir des solutions financières complètes par l’intermédiaire d’un point de contact unique, mais elles sont aussi bien placées, de par leur couverture étendue, pour veiller à la santé financière de leurs clients et détecter une accumulation des risques défavorable sur les marchés. LES PRÉFÉRENCES DES IF MONTRENT AUX GESTIONNAIRES LA VOIE A SUIVRE DANS LEUR APPROCHE STRATÉGIQUE Les résultats de nos recherches sur les préférences et les comportements des IF indiquent plusieurs voies à suivre pour améliorer ces notes de performance et mieux répondre aux besoins des IF. Ces différents parcours exigent de satisfaire les préférences déclarées des IF, y compris leur souhait de pouvoir bénéficier d’une gamme complète de services auprès d’une seule société, de conseils professionnels d’experts, et de services personnalisés. La demande d’un contact numérique versus direct est également en hausse. Les IF réaffirment leur préférence à ne travailler qu’avec une seule société, malgré l’envergure et la variété de leurs placements. Bien que le désir de travailler avec une seule société reste pratiquement identique, à 41,3 %, celui de travailler avec plusieurs sociétés est en déclin, passant de 14,4 % à 12,3 % (voir le Graphe 18). Le désir de travailler avec une seule société se fait particulièrement sentir chez les IF de plus de 60 ans, passant de 42,5 % à 49,2 %, contre seulement 8,0 % qui souhaitent travailler avec plusieurs sociétés. GRAPHE 18. Préférences notables des individus fortunés, T1 2013, T1 2014 (%) 2013 2014 Paramètres ayant la préférence des IF 2014 12,3 % 14,4 % 20,9 % 33,9 % 29,2 % 26,0 % 26,4 % 23,7 % 41,3 % 41,4 % 33,7 % 26,9 % 24,1 % 26,8 % 29,9 % 30,7 % Changement de pourcentage 2013–14 2 % (2 %)(2 %) à 2 % Une seule société Je préfère travailler avec une seule société de gestion de patrimoine qui peut répondre à l’ensemble de mes besoins financiers Plusieurs sociétés Je préfère travailler avec diverses entreprises de gestion de patrimoine qui ont chacune un domaine d’expertise spécifique qui répond à mes besoins Recherche de conseils professionnels Je recherche des conseils financiers professionnels Ne cherche pas de conseils professionnels Je ne cherche pas de conseils professionnels Conseils financiers Services standards Je suis heureux que mon gestionnaire de patrimoine m’offre un niveau de service standard Services personnalisés Je suis heureux de payer plus pour un niveau de service personnalisé offert par mon gestionnaire de patrimoine Contact direct En général, le contact personnel direct est plus important que le contact numérique (internet, cellulaire, courriel) Contact numérique En général, le contact numérique (internet, cellulaire, courriel) est plus important que le contact personnel direct FIGURE 18. Préférences notables des IF (% de personne interrogée ) Remarque : La question portant sur les préférences des IF a été posée sur un spectre de 10 points; étant donné que nous avons demandé les préférences sur un spectre de 10 points contentant deux points extrêmes, les chiffres dans indiquent le pourcentage de personnes interrogées évaluant aux trois premiers points de chaque extrême les paramètres ci-dessus. Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014 LES PRÉFÉRENCES DES IF OUVRENT LA VOIE À DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS
  24. 24. 24 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE Certains segments de la population IF sont plus disposés à payer pour ce service personnalisé. Les sociétés ont ici une opportunité d’englober les conseils professionnels et le service personnalisé, car 32,1 % de ceux qui recherchent des conseils professionnels sont prêts à payer un supplément pour cela. Les IF de moins de 40 ans sont aussi partisans d’un service personnalisé payé, et 41,2 % (contre 29,6 % l’an dernier) affirment qu’ils seraient prêts à payer pour cela. Même avec la hausse du désir de conseils, les IF conservent une affinité croissante pour le contact numérique, la préférence pour ce dernier atteignant pour l’ensemble des personnes interrogées 26,4 %, contre 23,7 % précédemment (voir le Graphe 19). Cette préférence est particulièrement forte dans la région Asie-Pacifique (Japon exclu) avec 37,8 %, et la région Moyen-Orient/Afrique avec 33,5 %. Chez les IF plus jeunes, qui tendent à être plus familiers avec le monde numérique, la préférence pour le contact numérique est bien supérieure à celle des IF plus âgés. Pour les moins de 40 ans, la préférence pour le contact numérique est passée à 36,7 % contre 29,1 % l’an dernier, et elle est passée de 24,8 % à 29,0 % pour les 40 à 40 ans. Seuls les IF de plus de 50 ans continuent à exprimer une préférence pour le contact direct, avec 18,6% seulement des 50 à 59 ans préférant le contact numérique, contre 34,8 % pour le contact direct. De même, 42,9 % des plus de 60 ans préfèrent le contact direct, contre 21,5 % pour le contact numérique Les sociétés de gestion du patrimoine sont en retard dans l’adoption de la technologie numérique, par rapport au secteur des services financiers dans son ensemble. Cependant, les canaux numériques prennent de plus en plus d’importance pour les IF, surtout chez les plus jeunes, ce qui ne laisse pas d’autre choix aux sociétés que de s’adapter. Même si le contact direct restera probablement le mode de communication préféré dans un avenir proche, les sociétés de gestion de patrimoine doivent fournir des solutions numériques pratiques en complément. Les sociétés qui mettront en place une stratégie exhaustive et cohérente de numérisation pourront tirer parti des opportunités qu’offre la technologie numérique, bénéficier de relations plus solides avec leurs clients, d’une réduction des coûts opérationnels, et pourront communiquer efficacement sur leur marque et leur offre de valeur. Le dernier chapitre (ci-après en page 34) offre une analyse approfondie du paysage actuel des canaux numériques dans les relations de gestion de patrimoine, des préférences des IF en matière de transactions numériques, et un guide pour faciliter la nécessaire transition vers la transformation numérique. En plus de leur préférence pour une société unique, les IF expriment une préférence beaucoup plus grande encore pour l’accès aux conseils professionnels. C’est d’ailleurs la préférence qui a connu la plus grande variation de toutes celles que nous avons évaluées, car 33,7 % des IF souhaitent désormais bénéficier de conseils professionnels, par rapport à 26,9 % un an plus tôt. De plus, la proportion des IF déclarant qu’ils ne cherchaient pas de conseils professionnels est tombée à 20,9 % en 2014, contre 33,9 % un an plus tôt. Cette tendance en faveur de la recherche de conseils est très prononcée dans la région Asie-Pacifique (Japon exclu), où 45,3 % des IF ont exprimé une préférence pour les conseils, (contre 25,2 % en 2013), et seulement 24,1 % des IF ne souhaitent pas en bénéficier. En Amérique latine, les IF ont assoupli leur position de refus des conseils professionnels, avec seulement 27,8% d’entre eux déclarant ne pas en être demandeurs, une baisse par rapport aux 38,9 % de l’an dernier, qui reflète un changement de cap. La préférence pour les conseils a augmenté dans toutes les tranches d’âge, mais surtout chez les plus âgés, atteignant 37,2 % chez les 50 à 59 ans et 38,8 % chez les plus de 60 ans. Les IF les plus intéressés par les conseils sont également, et de loin, ceux qui privilégient la croissance à la préservation de leur richesse. Près des deux-tiers (65,8 %) des IF qui veulent faire croître leur richesse cherchent des conseils professionnels, pratiquement le double de la moyenne mondiale. La combinaison d’actifs sous-utilisés que reflètent les niveaux élevés de liquidités et de l’intérêt en hausse des IF pour les conseils, particulièrement chez ceux qui cherchent à faire croître leur patrimoine, constitue une énorme opportunité pour les sociétés de mieux aider les IF à comprendre toute la portée de certaines classes d’actifs qui sont à leur disposition, en prenant en compte l’appétit pour le risque et l’éventuel potentiel de croissance à long terme de divers investissements. L’accroissement de la recherche de conseils va de pair avec une plus grande préférence pour les services personnalisés. Les IF préfèrent de plus en plus des services personnalisés (29,2 % contre 26,0 % l’an dernier). Parallèlement, ils expriment une moindre préférence pour les services standards (24,1 % contre 26,8 % l’an dernier). Cette préférence pour la personnalisation est particulièrement forte sur les marchés émergents de la région Moyen-Orient/Afrique, avec 48,2 %, et Asie-Pacifique (Japon exclu), avec 36,7 %. Elle est aussi notable chez les IF de 40 à 49 ans, dont 30,5 % expriment leur souhait de bénéficier de services personnalisés, contre 22,5 % qui préfèrent les services standards. Seuls les IF de plus de 60 ans préfèrent les services standards à 35,0% contre 22,7% qui préfèrent les services personnalisés.
  25. 25. 25RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE GRAPHE 19. Préférence des individus fortunés pour les contacts directs vs numériques, T1 2013, T1 2014 (%) Contact direct Contact numérique Amérique du Nord Moyen-Orient et Afrique Amérique latine Japon Europe Asie-Pacifique  (Japon exclu) Monde 26,4 % 23,7 % 37,8 % 38,2 % 24,0 % 21,4 % 19,4 % 19,6 % 30,5 % 28,7 % 33,5 % 29,7 % 25,5 % 19,2 % 29,9 % 30,7 % 28,4 % 23,8 % 30,4 % 30,0 % 9,7 % 12,8 % 39,8 % 42,6 % 41,6 % 40,0 % 37,8 % 40,4 % 2013 2014 FIGURE 19. Préférence des IF pour les contacts directs par rapport aux contacts numériques, T1 2013, T1 2014 (% de répondants) Remarque : Question posée sur un spectre de 10 points : « Veuillez indiquer si un contact direct est plus important pour vous qu’un contact numérique (internet, cellulaire, courriel) ou si un contact numérique (internet, cellulaire, courriel) est plus important pour vous qu’un contact direct ? »; étant donné que nous avons demandé les préférences sur un spectre de 10 points contentant deux points extrêmes, les chiffres dans indiquent le pourcentage de personnes interrogées évaluant aux trois premiers points de chaque extrême les paramètres ci-dessus. Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2013, 2014 LES PRÉFÉRENCES DES IF OUVRENT LA VOIE À DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS
  26. 26. RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE26 Les IF cherchent à être un moteur de changement social, présentant ainsi des opportunités pour les sociétés Dans la gestion de leur patrimoine, nombreux sont les IF qui cherchent plus qu’un rendement financier. Avoir un impact positif sur la société en investissant de manière judicieuse leur temps, leur argent, ou leur expertise tient une place importante, et les chiffres sont unanimes : alors que 92 % attachent une certaine importance au fait d’avoir un impact social, cela est soit extrêmement soit très important pour plus de 60 % des IF. Si les IF de tous pays confondus mettent l’accent sur l’impact social, ce sont ceux des pays émergents, particulièrement la région Asie-Pacifique, qui le recherchent le plus (voir le Graphe 20). La plus grande proportion d’IF considérant comme extrêmement ou très important leur impact social se trouve en Inde (90,5 %), qui est suivie de près par la Chine (89,4 %) et l’Indonésie (89,2 %). Hong Kong (82,1 %) et la Malaisie (81,1 %) les rejoignent dans le Top cinq. La prédominance des créateurs de richesse de première génération qui souhaitent donner en retour à leurs communautés est probablement un facteur clé qui motive les IF de la région Asie-Pacifique à donner à leur tour. Si le souhait d’avoir un impact positif social se retrouve dans tous les segments, l’accent mis sur ce sujet change avec le niveau de fortune. Les IF qui possèdent entre 10 et 20 millions $US sont plus nombreux à considérer cela comme extrêmement ou très important (74,3 %), par rapport à ceux qui possèdent entre 5 et 10 millions $US (68,5 %) et ceux qui possèdent plus de 20 millions (62,0 %). Avec un chiffre de 57,9 %, les IF les moins fortunés (entre 1 million et 5 millions $US) se placent légèrement en-dessous de la moyenne mondiale. Parmi le vaste éventail des facteurs qui motivent les IF à avoir une action sociale, les valeurs personnelles et familiales sont les plus importantes, surtout pour les IF en Amérique du Nord et en Amérique latine (90,7 % et 88,6 %, respectivement), ainsi que pour ceux qui sont plus âgés et plus fortunés. Les IF citent aussi le désir d’inculquer des valeurs sociales à leur famille et leurs enfants comme un des facteurs déterminants dans la manière dont ils répartissent leur richesse, leur temps et leur expertise pour avoir un impact social positif. Ces résultats mettent en évidence un sujet de préoccupation essentiel chez les IF plus âgés et plus fortunés : veiller à ce que la génération future ait la maturité et les valeurs sociales nécessaires pour gérer de manière adéquate la richesse considérable dont elle héritera. L’âge joue aussi un rôle dans le souhait d’œuvrer pour le bien de la société. Si 75,0 % des moins de 40 ans voient l’action sociale comme extrêmement ou très importante pour eux, le chiffre baisse d’environ 10 % à chaque tranche d’âge, et atteint son niveau le plus bas avec 45,4 % pour les plus de 60 ans. Les valeurs sont un moteur important dans l’engagement social des IF (voir le Graphe 21). Le désir d’être fidèle à leurs valeurs personnelles ou celles de leur famille et celui de transmettre ces valeurs à leurs enfants arrive en tête de liste de ce qui motive les IF, qui citent ces deux causes à 87,5 % et 80,9 %, respectivement, comme des moteurs importants. Le sentiment d’avoir une responsabilité envers la société est important pour 76,5 % des IF.
  27. 27. 27RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE GRAPHE 20. Importance de l’impact social pour les individus fortunés; T1 2014 (%) Belgique Canada Pays-Bas Australie Japon France Suisse États-Unis Espagne R.-U. Monde Allemagne Émirats arabes unis Italie Afrique du Sud Singapour Russie Brésil Mexique Malaisie Hong Kong Indonésie Chine Inde Très important Extrêmement important 48,0 % 42,5 % 90,5 % 35,8 % 53,6 % 89,4 % 51,0 % 38,2 % 89,2 % 22,3 % 59,8 % 82,1 % 33,0 % 48,1 % 81,1 % 37,9 % 39,3 % 77,1 % 35,0 % 41,4 % 76,4 % 33,8 % 38,0 % 71,8 % 20,6 % 49,5 % 70,1 % 31,0 % 37,1 % 68,1 % 24,6 % 41,4 % 66,0 % 35,7 % 28,6 % 64,3 % 18,0 % 45,4 % 63,4 % 22,5 % 38,0 % 60,5 % 22,9 % 37,3 % 60,2 % 26,4 % 33,3 % 59,7 % 23,1 % 33,0 % 56,0 % 15,0 % 36,9 % 51,9 % 17,6 % 34,1 % 51,6 % 12,7 % 37,6 % 50,3 % 17,1 % 30,3 % 47,4 % 7,1 % 40,0 % 47,1 % 12,4 % 31,4 % 43,8 % 18,6 % 12,9 % 31,4 % FIGURE 20. Importance de l'impact social pour les IF (%) Remarque : Question posée : « Dans quelle mesure est-ce important pour vous de donner du temps, de l’argent ou de l’expertise dans le but de générer un impact social positif ? » IL a été demandé aux personnes interrogées de choisir entre 5 niveaux d’importance : (1) C’est extrêmement important (c’-à-d. critique) ; (2) C’est très important ; (3) C’est IMPORTANT ; (4) C’est assez IMPORTANT ; et (5) Ce n’est pas important du tout Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2014 GRAPHE 21. Importance des principaux moteurs de l’impact social pour les individus fortunés; T1 2014 (%) 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 100 % Le plus important Également important 64,1 % 23,4 % 87,5 % 66,8 % 14,1 % 80,9 % 59,7 % 16,8 % 76,5 % 62,8 % 10,1 % 72,9 % 57,3 % 13,2 % 70,5 % 54.6 % 10,8 % 65,4 % 31,8 % 6,7 % 38,6 % personnesinterrogées Valeurs personnelles ou familiales Désir d’inculquer des valeurs sociales à ma famille et mes enfants Responsabilité de donner en retour Réaction à une expérience personnelle Immobilier ou planification financière (y compris les incitations fiscales) Désir de laisser un héritage personnel significatif Raisons religieuses FIGURE 21. Importance des principaux moteurs de l'impact social pour les IF (%) Remarque : Question posée : « Quel est l’élément qui vous motive le plus pour allouer une partie de votre patrimoine, le temps ou les compétences pour avoir un impact social positif »? IL a été demandé aux personnes interrogées de choisir entre 3 niveaux d’importance : (1) C’est très important ; (2) C’est également important ; (3) Ce n’est pas important du tout ; Les chiffres des tableaux et les pourcentages indiqués étant arrondis, il est possible qu’ils ne correspondent pas. Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2014 LES IF CHERCHENT À ÊTRE UN MOTEUR DE CHANGEMENT SOCIAL, PRÉSENTANT AINSI DES OPPORTUNITÉS POUR LES SOCIÉTÉS
  28. 28. 28 RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE LA SANTÉ, L’ÉDUCATION ET LES ENFANTS SONT LES PRINCIPALES CAUSES PRIORITAIRES DES IF Les IF consacrent leur temps, leur richesse et leur expertise à des causes diverses, particulièrement la santé, l’éducation et la protection de l’enfance : environ un tiers des IF consacre actuellement des ressources à l’une de ces causes (voir le Graphe 22). La santé, une catégorie qui inclut les soins palliatifs et la lutte contre les maladies, est un domaine où les IF de plus de 60 ans s’impliquent plus (37,3 %) par rapport au moins de 40 ans (29,6 %). Le sentiment de responsabilité envers la collectivité est le troisième facteur le plus important qui motive les activités d’engagement social des IF, et on le retrouve le plus chez les IF de la région Asie-Pacifique (Japon exclu) et d’Amérique du Nord. Dans l’ensemble, la majorité des IF motivés par ce facteur sont des femmes âgées de 50 à 59 ans. Bien que la religion ne soit pas un facteur de motivation dans l’ensemble en ce qui concerne l’engagement social des IF, certains pays d’Asie-Pacifique font exception, notamment l’Indonésie et la Malaisie, où une forte proportion des IF cite la religion parmi les trois principaux moteurs d’engagement de leur action sociale. GRAPHE 22. Causes sociales importantes pour les individus fortunés, T1 2014 (%) Questions liées au racisme Inégalité entre les sexes Capacité à bâtir un secteur social Société et travail (par exemple, le chômage, la réforme des prisons) Inégalité des revenus (l’écart entre les riches et les pauvres) Sécurité en matière d’énergie Dons religieux Sans-abris Arts, culture et héritage Lutte contre la pauvreté et développement international Changement climatique et environnement Droits de la personne Aide d’urgence et secours Salubrité alimentaire Flore et faune sauvages et écologie Bien-être des animaux Bien-être des personnes âgées Bien-être des enfants Éducation Santé, maladies et soins palliatifs 33,3 % 33,2 % 32,1 % 23,9 % 23,7 % 22,6 % 21,6 % 22,4 % 21,4 % 21,1 % 19,0 % 17,9 % 16,9 % 15,9 % 14,1 % 11,3 % 10,5 % 9,4 % 16,5 % 17,8 % FIGURE 22. Causes sociales importantes pour les IF (%) Remarque : Question posée : « Pour ce qui des questions suivantes répartissez-vous actuellement la richesse, le temps ou l’expertise » ? Le pourcentage signifie : Pourcentage des millionnaires qui sont répartissent actuellement leur richesse, leur temps ou leur expertise dans cette cause sociale spécifique Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2014
  29. 29. 29RAPPORT 2014 SUR LA RICHESSE DANS LE MONDE L’ENGAGEMENT SOCIAL DES IF SE MANIFESTE DE DIVERSES MANIÈRES Les IF utilisent des moyens divers afin de poursuivre leurs objectifs d’action sociale (voir le Graphe 23). Leur engagement peut prendre la forme d’œuvres caritatives, de bénévolat, d’investissements ou de prises de décisions commerciales ayant pour but le bien commun. Bien que leurs méthodes ne suivent pas une tendance perceptible au niveau mondial, des signes indiquent que les préférences de certaines générations commencent à jouer un rôle dans la manière dont les IF s’engagent socialement. Aucun type d’engagement social ne se distingue particulièrement. Ce peut être choisir des placements avec pour objectif clair qu’ils aient un impact social, et 14,5 % le mettent en tête de liste par ordre d’importance, ou faire des dons réguliers à des œuvres caritatives (14,4 %). 21,0 % des IF d’Amérique du Nord sont plus axés sur les dons réguliers à des œuvres caritatives, de même que les IF de plus de 60 ans partout dans le monde. Même si aucun type d’engagement ne se distingue, il faut remarquer que choisir ses placements avec pour objectif clair qu’ils aient un impact social positif est considéré comme le plus important, devant les méthodes plus courantes comme les dons à des œuvres caritatives et le bénévolat, ce qui suggère que les IF tendent à s’aventurer de plus en plus hors des canaux traditionnels afin d’atteindre leurs objectifs d’action sociale. De plus, les femmes citent également la santé comme priorité numéro un (36,0 %), contre 31,2 % pour leurs homologues masculins. La santé a vu également de gros investissements de la part des IF de la région Asie-Pacifique (Japon exclu) (39,4 %), et d’Amérique du Nord (35,6 %). L’éducation s’impose comme la deuxième priorité majeure des IF dans l’ensemble. Plus particulièrement, 35,3% des IF de plus de 60 ans considèrent l’éducation comme une priorité majeure. De plus, 50,2 % des IF en Amérique latine considèrent l’éducation comme une priorité, suivis par le Moyen-Orient et l’Afrique à 46,5 %. La protection de l’enfance constitue le troisième sujet de préoccupation des IF, qui le placent très haut dans leurs priorités quelle que soit leur région, à l’exception du Japon. Le bien-être des personnes âgées attire également l’attention d’un nombre considérable d’IF, parmi lesquels 23,9 % y consacrent des ressources, ce qui en fait la quatrième priorité. Les IF de la région Moyen-Orient/Afrique (34 %) et d’Amérique latine (32 %), ainsi que les IF dont la fortune se situe entre 10 et 20 millions de $US sont ceux qui se préoccupent le plus des personnes âgées. GRAPHE 23. Mécanismes utilisés par les individus fortunés pour avoir un impact social positif, 1er trimestre 2014 (%) 14,5 % 14,4 % 13,8 % 12,7 % 12,6 % 9,1 % 8,7 % 8,6 % 5,7 %Octroi de subventions par l’intermédiaire d’une fiducie personnelle ou d’une fondation Faire des cadeaux uniques à des causes charitables Levée de fonds ou bénévolat pour des organismes de bienfaisance Planifier sa succession pour laisser de l’argent à des causes particulières dans votre testament Prendre des décisions commerciales stratégiques avec pour objectif clairement déni qu’elles aient un impact social positif Offrir des connaissances et de l’expertise professionnelle pour promouvoir des causes sociales Activité communautaire comme le bénévolat ou le travail dans un rôle civique non rémunéré Donner sur une base permanente à des organisations caritatives Faire des choix d’investissement avec pour objectif clairement déni qu’ils aient un impact social positif FIGURE 23. Mécanismes utilisés par les IF pour effectuer un impact social positif (%) Remarque : Question posée : « Parmi les activités suivantes, laquelle est la plus importante pour vous dans le but d’avoir un impact social positif ? » Le pourcentage signifie : Pourcentage des IF qui considèrent ce mécanisme particulier comme le plus attrayant pour générer un impact social positif Source : Capgemini, RBC Wealth Management et Scorpio Partnership, Enquête sur les perspectives des IF dans le monde, 2014 LES IF CHERCHENT À ÊTRE UN MOTEUR DE CHANGEMENT SOCIAL, PRÉSENTANT AINSI DES OPPORTUNITÉS POUR LES SOCIÉTÉS

×