Your SlideShare is downloading. ×
Le bonheur est dans les champs pour 190.000 agriculteurs rwandais - Forces de l’approche FFS au Rwanda
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Le bonheur est dans les champs pour 190.000 agriculteurs rwandais - Forces de l’approche FFS au Rwanda

53
views

Published on

Former les agriculteurs de manière interactive et expérimentale, tel est le secret du succès rencontré par les Farmer Field Schools. …

Former les agriculteurs de manière interactive et expérimentale, tel est le secret du succès rencontré par les Farmer Field Schools.

Chaque jour, des millions d'agriculteurs travaillent dans leur champ pour faire pousser les aliments qu’ils consommeront eux-mêmes ou qu’ils vendront sur les marchés locaux. Au Rwanda, la superficie très restreinte des terres cultivables disponibles pousse les agriculteurs à en tirer le maximum. Ils veulent apprendre et appliquer les pratiques qui leur permettront d'accroître leur productivité et leurs revenus. C’est la raison pour laquelle 80.000 agriculteurs ont d'ores et déjà adhéré à un groupe de Farmer Field Schools (FFS) dans le cadre de l'Initiative FFS Rwanda, mise en oeuvre par le Conseil Agricole du Rwanda avec l'assistance de la CTB - Agence belge de développement.

Published in: Education

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
53
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. WWW.BTCCTB.ORG INFO@BTCCTB.ORG Forces de l’approche FFS au Rwanda LE BONHEUR EST DANS LES CHAMPS POUR 190 000 AGRICULTEURS RWANDAIS Former les agriculteurs de manière interactive et expérimentale, tel est le secret du succès rencontré par les Farmer Field Schools 1. © CTB / Dieter Telemans Chaque jour, des millions d'agriculteurs travaillent dans leur champ pour faire pousser les aliments qu’ils consommeront eux-mêmes ou qu’ils vendront sur les marchés locaux. Au Rwanda, la superficie très restreinte des terres cultivables disponibles pousse les agriculteurs à en tirer le maximum. Ils veulent apprendre et appliquer les pratiques qui leur per- 1 |  Champs-écoles paysans » « mettront d'accroître leur productivité et leurs revenus. C’est la raison pour laquelle 80 000 agriculteurs ont d'ores et déjà adhéré à un groupe de Farmer Field Schools (FFS) dans le cadre de l'Initiative FFS Rwanda, mise en œuvre par le Conseil Agricole du Rwanda avec l'assistance de la CTB - Agence belge de développement.
  • 2. Un apprentissage basé sur l'expérimentation et le plaisir Les champs-écoles proposent aux agriculteurs une expérience d'apprentissage interactive, pratique et amusante. Des agriculteurs sont formés et coachés pour devenir des facilitateurs de groupes d’autres agriculteurs. Plus important encore, on ne leur dit pas ce qu’ils doivent faire, ils sont amenés à prendre eux-mêmes des décisions basées sur leurs observations et expériences dans les champs. « Au sein d’un groupe, nous comparons les variétés et les pratiques culturales, et évaluons nous-mêmes les résultats. J'ai vraiment apprécié l'expérience du « zoo d'insectes ». Nous avions placé dans une bouteille des feuilles de haricots, des pucerons et une coccinelle, afin d’observer ce qui se passait. Les pucerons ont sucé la sève des feuilles, mais la coccinelle a mangé tous les pucerons ! Nous avons ainsi appris quels insectes attaquaient nos plantes et quels insectes étaient nos amis. Je suis convaincu que nous sommes maintenant mieux préparés pour faire face à ce que nous réserve l'avenir. Et si nous ne pouvons trouver les solutions nous-mêmes, nous avons toujours la faculté de faire appel à notre facilitateur », explique Aimable Gatambire, qui a rejoint un groupe FFS en 2011. Les revenus des agriculteurs ont plus que doublé L'impact des FFS est des plus significatifs. Globalement, 92 % des 2897 groupes font état d'une augmentation de productivité d'au moins 50 % ; pour certaines cultures, les résultats sont encore plus impressionnants. Les revenus moyens des agriculteurs ont plus que doublé (+164 %). En outre, les membres d'un FFS utilisent moins de pesticides et préservent les ressources génétiques locales. « Nous n'en croyions vraiment pas nos yeux quand nous avons récolté notre manioc sur les parcelles FFS. Nous n'avions jamais vu d'aussi grosses racines ! Je pense qu'elles étaient six, voire sept fois plus grosses que celles auxquelles nous étions habitués ! » se réjouit Ernest Kabeja, un planteur de manioc. « Et heureusement, le goût y est aussi ! » Un autre membre du groupe ajoute : « Nous sommes vraiment heureux d'avoir adhéré à un groupe FFS. C'est l'agriculture qui nous a réunis, mais le fait d'être membre comporte bien d'autres avantages. Nous avons par exemple mis en place un système d'épargne dans notre groupe. Désormais, nous avons tous une assurance santé et nous faisons en sorte que chaque membre puisse acquitter les droits de scolarité. Nous discutons même du VIH lors de nos réunions. » Le succès de l'intervention a été remarqué par les décideurs. L'approche FFS est désormais reconnue comme l'approche de vulgarisation la plus performante pour accroître la productivité. L'ambition ultime de l'Initiative FFS Rwanda est de mettre en place trois groupes FFS dans chaque village rwandais, et de permettre ainsi pratiquement à chaque agriculteur rwandais d'en devenir membre. Si les fonds nécessaires sont trouvés à temps, cet objectif pourrait être réalisé en l'espace de cinq ans seulement. L'approche est efficiente à grande échelle. Ce qui compte maintenant, c'est de poursuivre l'expansion, de passer à la vitesse supérieure et de transformer l'ensemble de l’agriculture rwandaise. Recherches menées par les agriculteurs pour résoudre leurs défis Force motrice perpétuelle de la mise en œuvre de l'approche FFS, la recherche participative a permis aux agriculteurs de : › éduire la fréquence et les quantités de pesticides utilisés r pour protéger les cultures ; ›  hoisir des variétés appropriées, adaptées aux conditions c locales et à la préférence des agriculteurs et du marché ; › écupérer les cultures les plus appréciées ; r ›  ccroître de manière significative la productivité des cultures a en recourant aux meilleures pratiques agronomiques ; › éaliser, au niveau de la ferme, une conservation et une exr ploitation actives des ressources génétiques. En leur qualité d'acteurs actifs dans la recherche agricole, les agriculteurs contribuent dès lors à une plus grande appropriation des innovations/technologies. Une approche dérivée « quick win » Les facilitateurs formés dans le cadre des FFS font aussi partie d’une expérience « à impact rapide », dérivée de l'approche FFS. Si l'approche classique procure aux agriculteurs une compréhension approfondie de leurs activités agricoles, elle prend néanmoins beaucoup de temps. Or, des interventions urgentes s'avèrent parfois nécessaires pour lutter contre un foyer de maladie émergente. La stratégie à impact rapide baptisée « Campagnes de mobilisation communautaire » permet alors la montée en puissance rapide d'une intervention technique qui s'est révélée fructueuse dans le cadre FFS. Des milliers d'agriculteurs sont mobilisés par des dirigeants locaux et travaillent ensemble sur des parcelles de terre remembrées sous la conduite technique des facilitateurs FFS. Depuis 2012, 110 000 agriculteurs ont déjà été impliqués dans des campagnes de lutte contre le flétrissement bactérien du bananier et contre le Striga dans les céréales. © CTB / Dieter Telemans Pour plus d’informations sur ce projet, contacter info@btcctb.org