Rencontre-débat #4 Iteem / BEEZ&CO - Le compte-rendu

675 views
501 views

Published on

Published in: Leadership & Management
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
675
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Rencontre-débat #4 Iteem / BEEZ&CO - Le compte-rendu

  1. 1. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014   DOCUMENT BEEZ&CO – ITEEM COMPTE-RENDU 14 FÉVRIER 2014
  2. 2. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014   DOCUMENT BEEZ&CO – ITEEM 1.  Les  acteurs     a.  Décideurs  :   • Léonore   Heemskerk  :   Déléguée   à   la   mission   mécénat   pour   le   conseil   régional  Nord-­‐Pas-­‐de-­‐Calais  (http://www.nordpasdecalais.fr/).   • Corinne  Coppin  :  Fondatrice  et  dirigeante  de  CCookie  :  Conseil  et  Formation  en   Rationalisation  Commerciale.  (http://www.ccookie.fr/).   • Baptiste   Vandenberghe   :   Ex-­‐dirigeant   de  Pijarsukma,   en   phase   de   rachat   d'entreprise  (http://www.pijar-­‐online.com/)   • Benoît  Faure  :  Directeur  logistique  Oxylane  (http://www.oxylane.com/)   • Franck  Arnold  :  Directeur  de  l’incubateur  Tonic  Incubation  (http://www.tonic-­‐ incubation.com/)   • Rémy   Langaigne  :   Co-­‐fondateur   et   dirigeant   de   Colisweb   (http://www.colisweb.com/)   b.  BEEZ&CO  :   • Caroline   Valent  :   Créatrice   et   animatrice   de   la   communauté   BEEZ&CO,   le   business  sous  un  autre  regard  (http://www.beezandco.com/)      
  3. 3. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014   DOCUMENT BEEZ&CO – ITEEM c. L’équipe  Iteem     2. Le  débat     a.  L’innovation  selon  vous   Pour  commencer,  de  par  son  expérience  au  sein  de  l’incubateur  Tonic,  Franck  Arnold   nous   donne   son   point   de   vue   sur   l’innovation   qui,   selon   lui,   peut   prendre   deux   aspects  différents  :   • Le   premier   type   est   l’idée   de   génie   qui   est   très   rare   et   qui   correspond   à   une   rupture  entre  ce  qui  a  été  fait  et  ce  qui  va  se  faire.     • Le   deuxième   type   est   l’analyse   d’un   secteur   d’activité,   d’un   marché,   qui   va   amener   à   modifier   un   élément   utilisé   actuellement   dans   un   domaine   pour   l’adapter  ailleurs.   Les   jeunes   ont   l’avantage,   toujours   selon   Franck   Arnold,   d’avoir   accès   à   une   information   qui   est   toujours   disponible  (Internet,  télévision,  …).  Ainsi,  le  mode  de   perception  d’aujourd’hui  est  différent  de  celui  du  passé.  Le  changement  est  constant.     Corinne  Coppin  partage  ce  point  de  vue.  Étant  donné  la  rapidité  du  changement,  il  faut   aller   très   vite.   Il   peut   y   avoir   des   problèmes   quand   il   y   a   des   relations   intergénérationnelles.  En  effet,  la  perception  de  l’information  étant  différente,  un  conflit   peut  émerger.   En  terme  de  business,  malgré  une  information  toujours  changeante,  il  est  primordial  de   prendre  le  temps  pour  écouter  son  client.  On  ne  peut  pas  écouter  son  client  comme  on   écoute  une  information.    
  4. 4. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014   DOCUMENT BEEZ&CO – ITEEM Pour  Benoît  Faure,  l’innovation   est   une   vision  :  l’envie  de  créer  quelque  chose.  Chez   Oxylane,  l’innovation  a  pour  but  de  créer  l’envie  chez  le  consommateur.  L’innovation  va   donner   une   caution   à   la   marque  :   amélioration   continue.   C’est   une   stratégie   commerciale.   Il  partage  le  point  de  vue  de  Franck  Arnold  :  l’innovation  est  dans  la  plupart  des  cas  un   copier-­‐coller  du  passé.  Exemple  :  le  Rollnet  (filet  de  tennis  de  table  qui  se  place  partout)     a  déjà  été  inventé.  Oxylane  l’a  juste  rendu  plus  moderne.     Rémy  Langaigne,  quant  à  lui,  est  parti  d’un  constat  très  simple  :  la  mauvaise  méthode  est   celle   qui   place   l’innovation   en   cause   et   non   en   conséquence.   L’innovation   est   la   conséquence   d’un   constat.   Par   exemple,   sa   création   d’entreprise   est   partie   d’une   simple  question  :  comment  faire  pour  livrer  un  produit  rapidement  ?     Léonore  Heemskerk  définit  l’innovation  comme  un    moyen  d’atteindre  un  nouveau   type  de  clientèle  ;  de  toucher  un  nouveau  marché.  Par  exemple,  pour  le  Louvre  Lens.  Le   partenariat   avec   Orange   a   permis   la   mise   en   place   de   nouvelles   technologies   (bornes   interactives  etc.).  Cette  innovation  a  eu  pour  conséquence  la  fréquentation  du  musée  par   une  cible  qui  jusqu’à  présent  était  réticent  quant  à  la  visite  de  musée  :  les  jeunes.     Pour   Baptiste   Vandenberghe,   innover   est   le   fait   de   s’améliorer   sans   cesse.   Il   faut   toujours  innover,  surtout  quand  tout  va  bien  même  si  cela  est  difficile.  Si  on  attend  que   l’entreprise  soit  en  difficulté  pour  innover,  il  sera  trop  tard.       Pour  finir  sur  cette  partie,  Franck  Arnold  conclut  :  il  faut  que  toutes  les  parties  prenantes   soient  favorables  à  l’innovation.  Il  cite  l’exemple  du  délégué  syndical  qui  refuse  d’utiliser   un  nouvel  outil  plus  efficace.  Par  conséquent,  l’outil  a  été  retiré.     b.  Comment  managez-­‐vous  l’innovation  ?   Baptiste   Vandenberghe   est   parti   travailler   en   Indonésie   en   tant   que   dirigeant   chez   Pijarsukma.   Il     nous   raconte   sa   façon   de   manager   par   une   de   ses   expériences   personnelles  en   Indonésie.   Une   des   équipes   était   chargée   de   contrôler   la   qualité   des   produits  sortant  de  l’usine.  Il  s’est  rendu  compte  que  leur  façon  de  contrôler  les  produits   pouvait  être  améliorée.  En  effet,  les  produits  étaient  posés  à  même  le  sol.  Il  fallait  donc   se  baisser  constamment  pour  contrôler.  Il  a  donc  eu  l’idée  d’installer  des  tables  pour  y   mettre  les  produits  finis  afin  que  les  contrôleurs  n’aient  plus  à  se  pencher  tout  au  long   de  la  journée.  Cependant,  il  n’a  pas  consulté  les  principaux  intéressés  qui  ont  mal  réagi   face  à  cette  décision  qui  a  été  prise  sans  les  consulter.  La  mise  en  place  des  tables  ne   s’est  pas  faite.  Il  s’est  rendu  compte  via  cette  expérience  qu’il  fallait  toujours  impliquer   les  personnes  concernées.  Cette  conclusion  a  fait  l’unanimité  des  décideurs.     Benoît   Faure,   en   plus   de   valider   le   point   précédent,   a   ajouté   que   l’innovation   est   d’autant   plus   acceptée   quand   il   y   a   un   respect   de   ce   qui   a   déjà   été   fait.   Une   innovation  ne  doit  pas  renier  le  travail  passé,  les  outils  utilisés  ou  les  méthodes  mises  en   place.   Chez  Oxylane,  tous  les  responsables  passent  par  des  métiers  opérationnels.  Cela  donne   de  la  crédibilité  au  manager  qui  connait  le  travail  de  celui  à  qui  il  parle.  
  5. 5. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014   DOCUMENT BEEZ&CO – ITEEM Toujours   selon   Benoît   Faure,   connaître   le   travail   des   opérationnels   est   un   atout   dans   une  carrière  professionnelle.     Ce  point  du  vue  est  partagé  par  Corinne  Coppin.  Selon  elle,  la  dimension  empathique  est   difficile   à   avoir.   Une   expérience   dans   ce   domaine   est   très   enrichissante   et   c’est   une   valeur  ajoutée.     Pour   Franck   Arnold,   le   porteur   d’innovation   doit   aller   rapidement   sur   son   secteur   d’activité.  Ceux  qui  attendent  trop  vont  se  faire  vite  rattraper  par  les  grands  groupes  qui   ont  des  moyens.   Rémy  Langaigne  est  d’accord  avec  Franck  Arnold  en  apportant  sa  vision  en  tant  que  co-­‐ créateur   d’une   start-­‐up.   En   effet,   ils   sont   conscients   de   la   puissance   et   de   la   rapidité   d’action  des  grands  groupes,  d’où  sa  volonté  de  constamment  innover.     Benoît   Faure,   qui   travaille   dans   une   multinationale,   partage   son   point   de   vue.   Les   grosses  entreprises  ont  plus  de  moyens  et  peuvent  donc  plus  facilement  rattraper  leur   retard  en  termes  d’innovation  par  exemple  sur  des  PME  ou  TPE.   Il  conseille  ceux  qui  se  sont  lancés  ou  qui  veulent  se  lancer  dans  la  création  d’entreprise  :   adopter   une   stratégie   avec   un   ou   deux   gros   clients  :   cela   permet   d’avoir   une   certaine   liberté  mais  surtout  des  moyens  pour  faire  face  à  la  concurrence  et  leurs  gros  moyens.     c.  La  place  du  leader  dans  l’innovation       Baptiste  Vandenberghe,  suite  à  la  difficulté  rencontrée  avec  la  mise  en  place  des  tables   dans  son  entreprise  s’est  rendu  compte  de  l’importance  de  l’implication  de  tous  et  des   discussions  avec  toutes  les  parties  participantes.       Benoît  Faure  définit  le  leader  comme  celui  qui  doit  rappeler  le  sens  aux  opérationnels.  Il   doit   guider,   trouver   une   solution   pérenne.   Le   leader   est   également   présent   pour   rassurer.  Il  doit  toujours  avoir  en  tête  que  dans  la  vie  il  y  a  des  éléments  perturbateurs.   Enfin,   le   leader   doit   motiver   les   opérationnels.   Il   sait   qu’il   y   aura   des   difficultés   à   surmonter.   Selon   lui,   l’innovation   et   le   leadership   à   l’échelle   planétaire   ne   sont   pas   évidents.   Les   différences   culturelles   et   les   attentes   différentes   sont   dures   à   manager.   Par   exemple,   20%   des   Indiens   ne   peuvent   pas   acheter   les   produits   Oxylane   du   fait   du   très   faible   niveau  de  vie  de  la  population.  Ce  chiffre  va  à  l’encontre  des  valeurs  d’Oxylane  :  un  sport   accessible  à  tous.       Baptiste   Vandenberghe   partage   ce   point   de   vue  :   les   Indonésiens   ont   un   mode   de   vie   complètement  différent  du  nôtre.  Il  est  difficile  de  se  mettre  à  leur  place  et  inversement.   Il  raconte  une  expérience  personnelle  ;  des  produits  fabriqués  en  Indonésie  allaient  être   envoyés  et  vendus  en  France.  Baptiste  avait  donc  la  responsabilité  de  vérifier  la  qualité   des  produits  envoyés.  Il  a  eu  des  difficultés  dans  cette  mission  puisque  ses  attentes  en   termes  de  «  zéro  défaut  »  n’étaient  pas  les  mêmes  attentes  que  ses  collaborateurs  locaux.   Il  a  dû  expliquer  à  cette  équipe  quelles  étaient  les  attentes.  Par  exemple,  montrer  des   photos  sur  des  produits  similaires,  etc.    
  6. 6. RENCONTRE-DEBAT ITEEM 2014   DOCUMENT BEEZ&CO – ITEEM   Pour   Corinne   Coppin,   on   innove   pour   changer   et   on   change   pour   mieux.   Il   faut   l’inculquer   aux   autres,   bien   expliquer   pourquoi   on   innove.   Dans   ce   monde   qui   bouge  sans  cesse,  il  faut  toujours  rassurer.     d.  Les  citations   L’innovation  selon  vous  c’est…   -­‐ «  Faire  du  sens  avec  du  bon  sens»  Léonore  Heemskerk   -­‐ «  Faire  sérieusement  sans  se  prendre  au  sérieux»  Corinne  Coppin     -­‐ «  Une  arme  pour  détruire  les  concurrents»  Benoît  Faure   -­‐ «  Faire  peur  aux  autres»  Franck  Arnold   3.  Conclusion     Il  y  a  deux  types  d’innovation.  L’innovation  ce  n’est  pas  d’inventer  la  poudre.  Il  suffit   juste  de  trouver  une  opportunité,  et  faire  mûrir  l’idée.   L’innovation  n’est  pas  un  but,  mais  un  moyen  d’atteindre  son  but.   Pour  cela,  il  faut  connaître  la  personne  qui    va  utiliser  et  mettre  en  place  l’innovation.  Il   faut  que  le  leader  donne  du  sens  à  son  équipe.  C’est  son  rôle.   Il  faut  toujours  avoir  en  tête  qu’à  chaque  innovation,  les  concurrents  ont  déjà  trouvé  un   moyen  de  produire  la  même  chose  pour  moins  cher.            

×