Atelier de co-réflexion BEEZ&CO - On parle coopétition

244 views
197 views

Published on

Lors de la Journée BEEZ&CO du 2 juillet 2013 "Organisations en éco-système, création de valeurs pour tous ?", des participants de tous horizons croisent leurs regards sur le concept de coopétition.

Rendez-vous sur beezandco.com pour plus de réflexion !

Published in: Economy & Finance
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
244
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
6
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Atelier de co-réflexion BEEZ&CO - On parle coopétition

  1. 1. Ateliers Co-réflexion   DOCUMENT BEEZ&CO – LA JOURNEE BBEZ&CO 2013 SYNTHESE ATELIER SUR THEME COOPETITION – MARDI 2 JUILLET 2013 – EURATECHNOLOGIES   Animé  par  Delphine  Coffart  et  Sophie  Mayeux.     La   coopétition   est   un   concept   difficile   à   définir,   peut-­‐être   parce   que   nous   sommes   éduqués   dans   la   compétition.   À   l'école,   il   faut   avoir   de   bonnes   notes,   en   classe   préparatoire  il  faut  passer  des  concours,  en  entreprise  il  faut  être  performant,  dans  la   vie,  il  faut  avoir  la  meilleure  réussite  sociale.  Aujourd'hui,  il  faut  être  "fort"  pour  décider   d'évoluer  autrement,  car  même  si  nous  constatons  que  ce  système  qui  a  construit  nos   sociétés  s'essouffle,  nous  sommes  cependant  obligés  d'évoluer  dedans.       TABLE 1 : DES VALEURS PILIERS ET DES RÈGLES DU JEU À DEFINIR   La  table  1  tente  de  définir  le  concept  de  coopétition.     Des  valeurs  piliers  :     La  loyauté     La  confiance  :  il  y  a  de  la  place  pour  tout  le  monde.     La  volonté  :  la  coopétition  n'est  pas  possible  s'il  n'y  a  pas  de  volonté  commune.     La  bienveillance  :  on  essaiera  de  trouver  chez  chacun  le  meilleur  avantage  (compétitif,   ...),  et  on  créera  les  conditions  de  partage  de  cette  valeur.     Equité  :  définir  un  mode  de  relation  équitable.     Un  contexte  commun  :     Des   contraintes   et   des   intérêts   communs   :   on   identifie   des   concurrents   qui   ont   les   mêmes  contraintes  que  soi,  on  constate  qu'il  existe  une  convergence  de  contraintes  et   d'intérêts,  c'est  un  contexte  qui  fait  que  la  coopétition  est  possible.     Complémentarité   :   si   cette   condition   n'est   pas   remplie,   les   entreprises   vont   alors   se   retrouver   sur   les   mêmes   marchés   et   se   battre   :   notre   côté   instinctif   va   ressurgir,   car   finalement,  nous  sommes  tous  des  prédateurs.    
  2. 2. Ateliers Co-réflexion   DOCUMENT BEEZ&CO – LA JOURNEE BBEZ&CO 2013     Les  bénéfices  :     La  coopétition  est  un  moyen  :   •  de  changer  d'attitude  de  manière  globale,   •  d'échanger  des  pratiques,   •  d'apprendre  de  l'autre,   •  de  mettre  à  plat  les  conditions  de  travail  idéales,  car  on  se  rend  compte  qu'on  ne  peut   plus  produire  de  la  même  manière.   Mais  pour  faire  tout  cela,  il  faut  une  dose  d'audace.     Exemple  donné  dans  le  domaine  des  agences  de  communication  :   Les   agences   de   communications   sont   souvent   sollicitées   pour   répondre   à   des   appels   d'offre,  des  briefs,  sur  lesquels  elles  investissent  du  temps  finalement  à  perte.  Elles  sont   donc  de  plus  en  plus  nombreuses  à  se  réunir  au  sein  d'une  charte  qui  définit  les  règles   de   comportement   des   clients.   Les   agences   ne   désirent   plus   être   ainsi   misées   en   compétition  sur  des  briefs,  mais  sur  des  compétences  et  des  actions  qu'elles  ont  déjà   réalisées.     Définition  table  1  :     Des   entreprises   coopétitives   sont   des   entreprises   d'un   même   secteur   d'activité,   qui   décident,  ensemble,  de  se  comporter  de  la  même  manière  vis-­‐à-­‐vis  de  leurs  clients.     Un  doute  s'élève  à  ce  moment  de  la  réflexion  :  s'il  est  nécessaire  de  mettre  en  place  des   règles  du  jeu,  c'est  que  la  confiance  n'existe  plus.  Le  groupe  s'accorde  à  reconnaître  que   les  règles  du  jeu  peuvent  quand  même  rassurer  et  définir  des  choses  positives.  Enfin,  il   ne  faut  pas  être  naïf,  car  il  faut  reconnaître  que  la  raison  d'être  d'une  entreprise  est  de   "manger",  "vivre"  et  donc,  il  faudra  qu'elle  dégage  de  la  rentabilité.       TABLE 2 : UN CONCEPT FLOU   La   table   2   tente   de   répondre   à   la   question   :   quelles   sont   les   conditions   pour   que   la   coopétition  soit  créatrice  de  valeur  pour  tous  ?     Besoins  :  Il  faut  partir  des  besoins  du  marché.     Abnégation  :  pour  faire  de  la  coopétition,  il  faut  prendre  sur  soi.     Confiance  :   Il   faut   de   la   confiance   entre   les   différents   acteurs,   mais   comment   nouer   ce   lien   de   confiance  ?  Il  faut  que  la  relation  soit  équitable.  Pour  avoir  avoir  confiance  en  l'autre,  il   faut  d'abord  avoir  confiance  en  soi  pour  ne  pas  avoir  peur  de  l'autre.  On  a  confiance  en   l'autre   à   partir   du   moment   où   on   a   vécu   quelque   chose   ensemble,   il   y   a   eu   une   expérience  commune.  
  3. 3. Ateliers Co-réflexion   DOCUMENT BEEZ&CO – LA JOURNEE BBEZ&CO 2013 Par  exemple,  on  va  coopter  une  personne  de  confiance,  ou  on  va  se  faire  coopter  par  une   personne  de  confiance.  On  doit  être  rassuré  au  préalable.     Un  participant  ne  voit  pas  pourquoi  on  "invente"  le  mot  coopétition  ni  dans  quel  but.  En   effet,  il  considère  que  la  coopétition  n'est  en  rien  différente  de  la  concurrence.  Il  donne   sa  propre  définition  de  la  coopétition,  mot  qu'il  souligne  ne  pas  aimer  :  "  pour  moi,  la   coopétition   est   une   collaboration   avec   un   intérêt   commun.   C'est   de   l'intelligence   collective.   La  compétition,  c'est  sain,  si  on  n'a  pas  de  concurrent,  on  n'a  pas  de  point  de  repère.  La   compétition,   ce   n'est   pas   forcément   mal   si   on   la   considère   comme   une   source   d'amélioration."     "Je  n'arrive  pas  à  imaginer  comment  deux  entreprises  exactement  identiques  peuvent   travailler  ensemble".     La  coopétition  n'est  pas  un  concept  abouti  pour  cette  table.  C'est  une  solution  pour  faire   moins   pire.   C'est   une   étape   intermédiaire   avant   la   vraie   collaboration.   Elle   ne   peut   s’appliquer  que  sur  des  sujets  supports  et  pas  sur  des  sujets  stratégiques.  Elle  repose  sur   la  définition  des  besoins  de  chacun  et  d'une  charte  relationnelle,  conditions  préalables   de  mise  en  place  de  la  coopétition.     La  table  s'accorde  sur  les  points  suivants  :   •  la  coopétition  repose  sur  le  comportement  des  différents  acteurs.  Il  ne  faut  pas  être   dans  une  optique  de  destruction  de  son  concurrent.   •  Une  condition  de  réussite  de  la  coopétition  est  la  défintion  d'un  objectif  commun.   •  La  coopétition  ne  peut  pas  forcément  fonctionner  sur  tous  les  secteurs  économiques  :   par  exemple,  cela  semble  plus  possible  sur  un  secteur  tel  que  la  solidarité.  Si  c’est  pour   générer  du  gain,  elle  est  vouée  à  l’échec.  Renvoie  à  la  notion  de  redistribution,  ne  pas   être  intéressée.  Tout  dépend  si  l’on  a  une  vision  guerrière  ou  positive  de  la  concurrence.       TABLE 3 : UN CONCEPT QUI REPOSE SUR LE SENS DE LA NATURE HUMAINE   La  table  3  entre  tout  de  suite  dans  le  vif  du  sujet,  car  elle  vient  d'une  table  qui  a  déjà     travaillé  sur  le  concept  de  coopétition.     Dans  quel  contexte  la  coopétition  est  possible  ?  Lorsque  diverses  entreprises  vendent   les   mêmes   produits,   par   exemple,   et   qu'elles   décident   de   partager   le   même   outil   de   production.  Elles  peuvent  alors  décider  de  vendre  ensemble  ou  de  manière  séparée.  Cela   dépend  du  besoin  du  client.  Cela  est  possible  aussi  lorsque  plusieurs  entreprises  veulent   accéder  à  un  même  marché,  elles  s'associent.  Les  bénéfices  sont  alors  certains  tant  pour   les  salariés  que  les  clients.  Les  premiers  apprennent  les  uns  des  autres  et  partagent  leurs   connaissances  ;  quant  aux  seconds,  il  y  a  de  fortes  chances  pour  qu'ils  obtiennent  un   meilleur  produit  à  un  meilleur  prix.   La  coopétition  est  une  manière  de  réinventer  le  travail,  ensemble.  
  4. 4. Ateliers Co-réflexion   DOCUMENT BEEZ&CO – LA JOURNEE BBEZ&CO 2013   La  coopétition  est  une  compétition  positive,  c'est  une  concurrence  saine.  Les  avantages   ne  sont  pas  évidents  à  identifier  pour  un  client.  On  peut  bien  sur  citer  la  réduction  des   coûts,   mais   cela   n'est   pas   inhérent   à   la   coopétition.   Il   existe   un   problème   de   success   stories.  Il  faudrait  trouver  des  exemples  d'entreprises  qui  ont  mis  en  place  et  vécu  la   coopétition  pour  illustrer  tous  ces  propos.  Il  faudrait  écrire  un  livre  !...  (Super  idée  ;)  !)     Quel  est  alors  l'événement  déclencheur  de  la  décision  de  s'engager  dans  la  coopétition   ?   Dans  un  contexte  sinistré,  des  entreprises  décident  de  s'associer,  de  travailler  ensemble,   dans   l'intérêt   général,   pour   la   sauvegarde   et   la   création   d'emplois.   Dans   certains   environnements,  il  y  existe  une  urgence  à  éviter  la  destruction  de  l'activité  économique.   Plutôt   que   de   tous   mourir   ensemble,   on   va   décider   de   tout   recréer   ensemble.   Ici,   les   bénéfices  sont  immatériels,  on  arrive  vite  sur  le  terrain  des  valeurs,  du  bien  commun,   du  sens.  C’est  en  situation  d’urgence  que  l’on  franchit  le  cap  de  la  coopétition,  lorsque   l’on  est  au  pied  du  mur.     La  coopétition  se  vit  de  manière  incrémentale.  On  apprend  au  fur  et  à  mesure  qu'on  en   fait,  qu'on  la  vit.  Dans  un  cadre  de  coopétition,  il  ne  faut  pas  se  fixer  des  objectifs  trop   importants,  mais  réalistes.  Il  faut  pouvoir  atteindre  les  objectifs  pour  avoir  confiance  et   continuer.     Quelles  sont  finalement  les  conditions  de  réalisation  de  la  coopétition  ?  Il  faut  de  la   maturité   de   la   part   des   acteurs   (car   les   relations   sont   basées   sur   la   confiance,   la   loyauté...)  et  un  cadre,  une  gouvernance  basée  sur  la  définition  d'un  bien  commun.  Deux   entreprises  qui  décident  de  s'engager  dans  la  coopétition  doivent  nourrir  des  valeurs,   des   croyances   profondes   et   communes   basées   sur   la   nature   humaine,   comme   la   réalisation   de   soi   ou   la   valorisation   de   soi.   Pour   être   capables   de   s'engager   dans   ce   processus,  les  hommes  de  ces  entreprises  doivent  avoir  dépassé  leurs  peurs.     Définition  table  3  :     La  coopétition  naît  d'une  situation  d'urgence,  d'une  RUPTURE  (d'un  environnement).  Il   y  a  une  prise  de  conscience  qu'il  faut  réinventer  une  autre  manière  de  travailler.  Des   entreprises   décident   alors   de   se   rassembler   pour   ne   pas   mourir.   Elles   vivent   une   expérience  positive,  donc  elles  décident  de  continuer  ensemble  à  se  comporter  de  cette   manière.   Les  ingrédients  qui  rendent  cela  possible  :   •  des  CROYANCES  communes  qui  reposent  sur  des  valeurs  humaines  ;   •  des  PERSONNES  volontaires,  car  il  faut  qu'il  y  ait  une  volonté,  une  croyance  forte  du   dirigeant   pour   au   départ   imposer   cette   vision,   et   pérennes   car   ce   sont   des   processus   longs  à  mettre  en  place  et  qui  reposent  sur  des  hommes  (liens  de  confiance  à  mettre  en   place,  ...)          
  5. 5. Ateliers Co-réflexion   DOCUMENT BEEZ&CO – LA JOURNEE BBEZ&CO 2013   EN SYNTHÈSE   Un  concept  difficile  à  définir,  un  comportement  qui  ne  semble  pas  "naturel"  au  contraire   de  la  concurrence  qui  est  plus  simple  à  définir  et  à  appréhender.     Un  concept  qui  repose  sur  des  valeurs  fortes  et  liées  à  l'humain.     Un  concept  qui  mérite  d'être  cadré  dans  une  charte,  qui  a  besoin  de  règles  du  jeu.     Un   concept   qui   a   besoin   d'être   illustré   par   des   exemples   pour   être   mieux   compris   et   partagé.  

×