Newsletter Juin 2014
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

Newsletter Juin 2014

on

  • 180 views

Allègement des obligations comptables ...

Allègement des obligations comptables
Téléprocédures, êtes vous concernés ?
Actus sociales !
Portabilité, nouvelles modalités
Entrepreneur Individuel : protégez votre patrimoine
Contrat de développement participatif
Comment gérer la journée de solidarité ?

Statistics

Views

Total Views
180
Views on SlideShare
175
Embed Views
5

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

2 Embeds 5

https://www.linkedin.com 3
http://www.slideee.com 2

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Newsletter Juin 2014 Document Transcript

  • 1. NEWSLETTER JUIN 2014 N° 2014-6 - 1 - Newsletter JUIN 2014 N° 2014-6 TOUTE L’ACTUALITE A VOTRE PORTEE DANS CE NUMERO Allègement des obligations comptables Allègement des obligations pour les micro- entreprises et petites entreprises. Page 2 Téléprocédures, êtes vous concernés ? Dans certains cas, télé-déclarer et télé-payer ses déclarations est une obligation. Page4 Actu sociales ! Dernières actualités sociales à prendre en compte Page 6 Portabilité de la prévoyance & frais de santé Nouvelles modalités au 1er Juin 2014 Page 7 Entrepreneur individuel : protégez votre pratimoine Page 10 Contrat de développement participatif Page 11 Question du mois : Comment gérer la journée de solidarité ? Page12
  • 2. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 2 - Allègement des obligations comptables Par BBK Management L’ordonnance du 30 Janvier 2014, n° 2014-86, prévoit l’allègement des obligations comptables des micros-entreprises et des petites entreprises. Cette ordonnance a été publiée au Journal Officiel le 1er Février 2014. Mesures applicables dès cette année Pour les exercices clos au 31 décembre 2013 Dont les comptes sont déposés à compter du 1er avril 2014 Dispense pour les micro-entreprises de l'établissement d'annexe Possibilité pour les petites entreprises d'adopter une présentation simplifiée de leurs comptes annuels Possibilité pour les micro-entreprises de demander lors du dépôt de leurs comptes, qu'ils ne soient pas rendus publics
  • 3. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 3 - Seuils comptables des micro-entreprises :  Total du bilan = 350K€  Montant net du chiffre d’affaires = 700K€  Nombre moyen de salariés employés au cours de l’exercice = 10 Seuils comptables des petites entreprises :  Total du bilan = 4M€  Montant net du chiffre d’affaires = 8M€  Nombre moyen de salariés employés au cours de l’exercice = 50 Pour rentrer dans la définition, le calcul se fait sur le dernier exercice clos, sur une base annuelle, et doit respecter 2 des 3 seuils. Précisions :  Total du bilan = montants nets des éléments d’actif  Chiffre d’affaires = montant des ventes de produits & services lié à l’activité courante diminué des réductions de ventes, TVA et taxes assimilées  Effectif = moyenne des effectifs à la fin de chaque trimestre de l’année civile ou de l’exercice comptable s’il est différent de l’année civile.
  • 4. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 4 - 2 modes de télé-déclarations :  EFI (Echange de Formulaires Informatisés) : les déclarations et paiements peuvent être faits directement sur internet via un espace abonné  EDI (Echange de Données Informatisées) : votre comptable ou prestataire mandaté transmet directement à l’administration les données Prochains changements :  Mai 2014 = CVAE obligation de télé-déclaration pour les entreprises non soumises à l’IS ayant un chiffre d’affaires > 80 000€  Octobre 2014 = TVA obligation de télé-déclaration & télépaiement + CFE obligation de télépaiement pour toutes les entreprises, sans condition  Mai 2015 = CVAE obligation de télé-déclaration pour toutes les entreprises, sans condition Téléprocédures, êtes vous concernés ? Par BBK Management Les entreprises ont divers impôts à payer. Au fur et à mesure, les déclarations papiers font place à la télé-déclaration. Les paiements font place au télépaiement. Les obligations varient pour chaque impôt en fonction du chiffre d’affaires hors taxes.
  • 5. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 5 - En ligne Obligatoire Facultatif Mode EFI Mode EDI Déclaration & Paiement de la TVA Pour toutes les entreprises soumises à l’IS Pour les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires > 80 000€ Pour toutes les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires < 80 000€ Oui EDI-TVA Demande de remboursement de crédit de TVA Pour toutes les entreprises soumises à l’IS Pour les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires > 80 000€ Pour toutes les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires < 80 000€ Oui EDI-TVA Déclaration de résultat (liasses fiscales) Pour toutes les entreprises soumises à l’IS Pour les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires > 80 000€ Pour toutes les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires < 80 000€ Non EDI-TDFC (transfert des données fiscales & comptables) Paiement de l’IS Pour toutes les entreprises soumises à l’IS X Oui EDI- Paiement Paiement de la Taxe sur salaires Pour toutes les entreprises soumises à l’IS Pour les entreprises non soumises à l’IS Oui EDI- Paiement Déclaration de la CVAE Pour toutes les entreprises soumises à l’IS Pour les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires > 80 000€ Pour toutes les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires < 80 000€ Oui EDI-TDFC Paiement de la CVAE Pour toutes les entreprises redevables X Oui EDI- Paiement Paiement de la CFE Pour toutes les entreprises soumises à l’IS Pour les entreprises non soumises à l’IS dont le chiffre d’affaires > 80 000€ Pour un chiffre d’affaires < 230 000€ Oui EDI- Paiement Paiement des Taxes Foncières Pour un montant à payer > 30 000€ Pour un montant à payer < 30 000€ Oui Non D’après le service public ; http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F23543.xhtml
  • 6. NEWSLETTER JUIN 2014 N° 2014-6 - 6 - Actu sociales ! par BBK Management Trimestres retraite Suite au Décret n° 2014-349 du 19 mars 2014, publié au journal officiel du 20/03/2014, la validation de 4 trimestres d’assurance vieillesse auprès de la Sécurité Sociale est en fonction de la rémunération annuelle soumise à cotisations. Depuis le 1er janvier 2014, 600 SMIC (5 718€) de rémunération sont nécessaires pour valider les 4 trimestres de l’année civile. Mise en conformité des contrats frais de santé & prévoyance Les contrats de protectionsociale mis enplace dans lesentreprises sont soumis à une nouvelle règlementation. Le décret du 9 Janvier 2012 précise les conditions que doivent remplir les contrats prévoyance, frais de santé et retraite surcomplémentaire (hors article 39) pour bénéficier de l’exonération des charges sociales. Mise en conformité des contrats :  5 critères pour définir les catégories de personnel,  Taux uniforme de la contribution employeur,  Caractère collectif & obligatoire des contrats Le décret était applicable dès le 12 Janvier 2012 pour les nouveaux contrats. Pour ceux déjà en place, la période transitoire se finit le 30 Juin 2014. Retrouvez notre dossier spécial sur la mise en conformité de vos contrats sur notre site internet ! Nous vous expliquons en détail les nouvelles modalités et les risques encourus !
  • 7. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 7 - Généralités Qui peut bénéficier de la portabilité ? : Pour bénéficier de cette portabilité des frais de santé et prévoyance, trois conditions sont requises :  La rupture du contrat de travail ne doit pas être liée à une faute lourde du salarié,  Le salarié doit être pris en charge par l’assurance chômage,  Le bénéfice du maintien des garanties est subordonné à la condition que les droits à remboursements complémentaires aient été ouverts chez le dernier employeur. Concrètement, si le bénéfice de la prévoyance n’est ouvert dans l’entreprise qu’à la condition que le salarié justifie d’une ancienneté d’un an et que le salarié ne justifie que d’une ancienneté de 6 mois au moment de la rupture de son contrat de travail, les droits à remboursements complémentaires ne sont pas ouverts lors de la rupture. En conséquence, le salarié ne peut bénéficier de la portabilité de la prévoyance. Obligations de l’employeur : L’employeur est tenu :  D’informer le salarié du maintien des garanties dans le certificat de travail,  D’informer l’organisme assureur de la cessation du contrat de travail du salarié. Durée du maintien des garanties Le maintien des garanties est applicable à compter de la date de cessation du contrat de travail et pendant une durée égale à la période d’indemnisation du chômage, dans la limite de la durée du dernier contrat ou, le cas échéant des derniers contrats de travail lorsqu’ils sont consécutifs chez le même employeur. Cette durée est appréciée en mois, arrondie au nombre supérieur. Portabilité de la prévoyance & frais de santé par BBK Management
  • 8. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 8 - Pour les contrats à durée déterminée successifs, la durée des garanties correspondra à celle de l’exécution d’une prestation de travail auprès du même employeur et non plus celle du dernier contrat signé par le salarié. Financement de la portabilité Aujourd’hui L’avenant n°3 du 18 Mai 2009 à l’ANI du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché de l’emploi prévoyait 2 modalités alternatives de financement des garanties :  Soit par l’ancien salarié et par l’ancien employeur dans les mêmes proportions,  Soit par un système de mutualisation défini par accord collectif. En cas de financement conjoint de ces garanties, le salarié avait la possibilité de renoncer au maintien de ces garanties (renonciation définitive, sur l’ensemble des garanties, notifée par écrit à l’employeur dans les 10 jours suivant la date de cessation du contrat de travail). Demain L’ANI du 11 janvier 2013 et la loi du 14 juin 2013 apportent diverses modifications :  La durée maximale de la portabilité est portée à 12 mois  Le financement par mutualisation est généralisé  L’employeur doit informer : o le salarié de son droit à portabilité sur le certificat de travail o l’organisme assureur de la cessation du contrat de travail déclenchant le droit à portabilité  L’ancien salarié doit informer directement l’organisme assureur de l’ouverture de ses droits à l’assurance chômage FRAIS DE SANTE Jusqu’au 31 Mai 2014 = 9 mois A partir du 1er Juin 2014 = 12 mois PREVOYANCE Jusqu’au 31 Mai 2015 = 9 mois A partir du 1er Juin 2015 = 12 mois
  • 9. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 9 - Le système de financement est donc celui de la mutualisation afin d’améliorer l’efficacité de la portabilité de la couverture santé et prévoyance. Le maintien de la couverture est donc gratuit pour l’ex salarié. Un délai d’un an à compter de l’entrée en vigueur de l’ANI du 11 janvier 2013 a été décidé pour permettre aux branches professionnelles et aux entreprises la mise en place de la mutualisation des frais de santé, deux ans pour les garanties prévoyance : 1er Juin 2014 au titre des garanties liées aux frais de santé, 1er Juin 2015 au titre des garanties de prévoyance. Attention : ce delta entre les dates de mise en place génère un double traitement. Exemple d’un salarié sortant de l’entreprise le 30 Juin 2014 avec un droit à portabilité sur les frais de santé et de prévoyance :  Frais de santé : système de financement par mutualisation. Aucune cotisation prélevée sur le solde de tout compte. L’ancien salarié informe directement l’organisme assureur du maintien de ses droits chômage.  Prévoyance : système de co-financement entre l’ancien salarié et l’employeur (la mutualisation n’étant applicable qu’en Juin 2015). Les cotisations liées à la portabilité doivent être prélevées. L’ancien salarié doit informer l’employeur du maintien de ses droits chômage, et l’employeur doit verser sa part à l’organisme assureur.
  • 10. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 10 - La loi permet de déclarer insaisissable, dans le cadre de poursuite de créanciers envers un entrepreneur individuel, tout bien immobilier bâti ou non à usage personnel dont il est propriétaire. Etablir une déclaration d’insaisissabilité :  Devant notaire  Doit être enregistrée à la Conservation des hypothèques  Doit être publiée dans un registre de publicité légale à caractère professionnel  Concerne toutes les personnes physiques qui exercent une activité professionnelle sous forme d’entreprise individuelle  Peut porter sur la résidence principale et sur tout autre bien immobilier, bâti ou non, ou un terrain nu o Le bien ne doit pas être affecté à un usage professionnel o En cas d’usage mixte (professionnel et personnel), la partie affectée à l’habitation pourra être déclarée insaisissable par les créanciers. Cette déclaration n’empêche pas la vente du bien. Attention : la déclaration rend insaisissable le bien uniquement auprès des créanciers professionnels de l’entrepreneur individuel. Les créanciers personnels ont un droit de saisie. Idem, pour les créanciers professionnels dont la créance est née avant la publication de la déclaration. Nouveautés au 1er Juillet 2014 : L’administration peut saisir le bien déclaré insaisissable si l’entrepreneur individuel s’est rendu coupable de manœuvres frauduleuses ou inobservations graves et répétées des obligations fiscales. Dans le but d’éviter les tentatives d’un entrepreneur de soustraire aux poursuites des créanciers un bien immobilier, il est défini :  La nullité de plein de droit des déclarations d’insaisissabilité faites lorsque l’entrepreneur est déjà en cessation de paiement  La nullité facultative des déclarations d’insaisissabilité faites dans le 6 mois précédant la cessation de paiement Entrepreneur individuel : protégez votre patrimoine Par BBK Management
  • 11. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 11 - Contrat de développement participatif Par BBK Management  Aucune garantie sur les actifs de l’entreprise, ni sur le patrimoine du dirigeant,  5% de retenue de garantie restituée après remboursement,  Crédit sur 7 ans,  Différé d’amortissement du capital de 2 ans. Le contrat de développement participatif a pour objectif de financer des dépenses et renforcer la structure financière de la société. Les dépenses doivent concerner la mise en place d’un programme d’investissement immobilier, matériel ou de croissance externe, comportant des dépenses immatérielles et des besoins en fonds de roulement. PME et ETI indépendantes (jusqu’à 5000 salariés) :  Constituées sous forme de sociétés  Créées depuis +3 ans  Financièrement stables  Ayant une croissance prévisionnelle du chiffre d’affaires global de +5% l’an Les SCI et entreprises en nom personnel sont exclues du dispositif.  Coût de mise aux normes, dépenses liées au respect de l’environnement,  Coût liés à une implantation à l’étranger,  Croissance externe,  Coût de constitution ou de rénovation d’un parc de magasins,  Acquisition d’un droit au bail, recrutement et formation de l’équipe commerciale,  Travaux d’aménagement,  Frais de recrutement et de formation,  Frais de prospection dépenses de publicité, matériels, progiciels, équipement à faible valeur de revente,  Besoins en fonds de roulement…  Jusqu’à 3 000 000€  Limité aux fonds propres et quasi-fonds propres de l’entreprise,  En partenariat avec la banque = 1€ de contrat de développement pour 2€ de prêt d’accompagnement
  • 12. NEWSLETTER JUIN 2014 N°2014-6 - 12 - Question du mois Comment gérer la journée de solidarité ? Newsletter JUIN 2014 Retrouvez sur notre site www.bbkm.fr toutes les informations dont vous avez besoin ! BBK Management 57 rue Henri Chevalier 69 004 LYON Tél : 04 72 69 74 80 Fax : 04 72 69 74 90 Origine Suite à la canicule de 2003, Jean-Pierre Raffarin, 1er Ministre à cette époque, établit la loi relative à la solidarité pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées du 30 Juin 2004 (n° 2004-626). Après plusieurs modifications, le principe général reste le même :  Le salarié doit travailler 7 heures / an sans supplément de rémunération,  L’employeur doit verser une contribution de 0.30% auprès de l’URSSAF basée sur les rémunérations bruts de l’année. Comment effectuer la journée de solidarité ? Initialement la journée de solidarité était fixée au Lundi de Pentecôte. Mais suite aux diverses modifications ces dernières années, désormais la journée est fixée :  Par accord d’entreprise ou d’établissement ou de branche,  A défaut d’accord, par l’employeur de manière unilatérale après consultation du comité d’entreprise (ou délégué du personnel) En outre, le salarié doit travailler :  Un jour férié normalement chômé (hors 1er Mai),  Un jour RTT (repos compensateur exclu)  Un jour de repos hebdomadaire (à l’exception du dimanche)  Un jour de congé conventionnel (ex : congé d’ancienneté) (les congés payés légaux sont exclus)