• Like
Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Entretien de vacances avec Maître François Glansdorff

  • 779 views
Uploaded on

un recueil de contrepèteries, publié dans le n° 5 du Journal des avocats

un recueil de contrepèteries, publié dans le n° 5 du Journal des avocats

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
779
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1

Actions

Shares
Downloads
0
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Après les concerts de Roger Waters, notre envoyé spécial Tommaso Debenedetti a eu le plaisir derencontrer le bâtonnier Glansdorff en Baie de Somme, où il séjournait cet été. Il en a profité pour luiposer quelques questions.Entretien avec Maître François Glansdorff sur le WallT.dB Monsieur le bâtonnier, tout d’abord, pourquoi la Baie de Somme ?F.G. J’adore glisser dans la piscine, les deux sumos1 qui font des belles balades à marée basse, lesguides qui parlent d’écume, les enfants qui se trémoussent au passage des phoques, les Bretonnesqui présentent leurs potes malouins... J’ai déjà été au Crotoy, mais il faut avoir la foire. Cette année,je suis au Hordel : c’est beau. Bref, s’il est vrai qu’aller à Damme en bateau c’est chic, je trouve ceciplus chouette que la mer de chez nous et puis, j’adore y prendre les devants.T.dB Un peu de gastronomie aussi ?F.G. Oui, j’en ai un peu marre des bouchées à la reine avec de belles frites ou des boites de riz dont lasauce coule sur les bols. Là, au moins, les pates ne sentent pas le coca. Mon amie Corinne adore lespalourdes et les poix de Chine. Et, moi je ne rechigne pas devant des plats plus originaux : soupe derossignols, caneton à la Russe, tripes aux papillotes, tourte aux cailles et, même, ces délicieusesfriandises locales qu’ils appellent crottes de mammouth. Hier, l’hôtelière a fait goûter sa lotte auxmarrons, mmm…. Et au dessert, la traditionnelle poire au pinot, bien sûr.T.dB Vous accompagnez tout cela de fines appellations, j’imagine ? Du Gros-plant ?F.G. Oui, pour autant que je ne doive pas boire le verre des juges. Le Mercurey va avec toutes sortesde poules. Et puis, rien ne vaut un bon coup de marc après la dinette. Ou une fine sans dépôt. Detoutes façons, on boit mieux à treize.T.dB La fête, quoi ! Votre compagne m’a d’ailleurs avoué que vous aviez fêté sa tante.F.G. Oui, popol, on a bien fêté mais parfois c’était un peu fort !T.dB Hum … De la lecture pendant les vacances ?F.G. J’ai toujours peine à lire en vacances. Surtout Zola parce que je trouve que ses Rougon sontpleins de stress. Et puis, ce n’est pas que les mots me dérangent mais quelle peste, Céline ! Jeregrette le temps où Bernard Pivot présentait des bouquins sur la deux. Enfin, j’ai quand mêmedécouvert une libraire futée qui cachait Sapho derrière son Dante. Et elle avait plein de Becket dansle cabas. J’avoue que j’ai lu aussi quelques BD. Après tout, un Plantu ce n’est pas nécessairementcarré.T.dB Un peu de musique quand même ?1 Pour que vous ne cherchiez pas trop longtemps : « bubo » est le nom scientifique du grand-duc…
  • 2. F.G. Les beaux-arts sont un plaisir des Dieux. J’évite l’abus. J’ai cependant découvert que j’aimaisassez Bizet et que Mozart appréciait la percussion du verre. Et ma compagne m’a offert son joliCouperin pendant que je dinais. Mais je reste sous le charme du Mur de Roger Waters. Ça, ce n’estpas du doux ! Dis, c’est du grand art !T.dB Un peu de sport ? Cela vaudrait bien la mise à bas d’un tronc …F.G. Ma compagne m’a beaucoup admiré pendant le tennis. Un ami m’a proposé d’aller au foot. Paspu. J’en perdrais ma belle mine. Et puis, depuis que j’ai vu une cycliste avec un cale-pied coincé dansla mousse, je suis prudent. Non, je ne me suis pas fatigué. Mon plan : glandouille !T.dB D’autres projets de voyages ?F.G. L’Italie : aux sites de Bologne, je préfère les mines de Pompéï. Mais, dans quinze jours, je mets lecap sur les Pouilles. Quel magnifique vue et quel bocage, hein ! Et puis, l’escalope montagnarde c’estdélicieux et c’est encore meilleure avec une salade. Au-delà, j’aimerais aller au Tibet. Cela doit d’êtreformidable d’arriver à pied par la Chine. Avec mon ami japonais, de préférence, car je sais que lesnippons adorent s’offrir la Chine.T.dB Et d’ici là ?F.G. Ho, je vais d’abord me taper un week-end CUP. Quel beau métier professeur !T.dB Je vous présente toutes mes félicitations. Vous avez un peu suivi l’actualité ?F.G. Les Grecs sont acculés à fond. A mon avis, c’est parce qu’ils ne sont pas assez grands. Ils doiventse sentir honnis par l’Union. Papandréou leur a fait adopter un plan dégressif. Angela Merkel et toutela Grèce ont d’ailleurs salué son plan. Mais croyez-moi, les lois ne servent à rien dans la dèche.T.dB La Grèce historique n’aime Rome qu’au moment des élections… Un mot sur le printempsarabe ?F.G. Saisons belles, qui passent… Que le temps se dévide… Un vrai vent de liberté. Mais je ne meréjouis pas trop vite. J’ai appris à me méfier de l’aspect des Ottomanes. Et j’ai craint que le Fillon soitdominé par la Lybie. Enfin, il faut essayer de prendre la chose en riant. Mais attention auxfondamentalistes ! Comme le disait la Reine Victoria : « On ne peut pas être mède et roux » …T.dB C’est quand même un grand pas pour l’AfriqueF.G. Doucement. Il ne faut pas aller au Gabon avec des urnes trop pleines.T.dB Un avis sur l’affaire DSK …F.G. La délation c’est fou. Mais cela Clinton l’avait déjà dit. Non, plus simplement, j’ai été étonné dela réaction de Kenneth Thompson : osez dire au juge « Ah, tu l’acquittes, Obus ! ». Il fallait le fairedans un dossier comme celui-ci.T.dB N’empêche, dans son cosy appartement de Tribeca, il a dû ressentir la trahison des Caïn…F.G. Sans doute. Mais je suis sûr aussi qu’il est bien content que son cosy soit de plus en plus rare…Ah, la France de l’attente !
  • 3. T.dB Poutine ou Medvedev ?F.G. Allez connaître les buts des élites … Ces rustres dépassent les bornes. Cela commence piano puisil y en a qui conclut : « Bien, je suis russe, il faut que tu me cèdes, là vite » ! Hé, je ne pense pas que Mis en forme : Non SurlignagePoutine cachera sa peine au cagibi. Pas d’annexion pour les Russes !T.dB Obama ? Stop ou encore ?F.G. Difficile à dire aujourd’hui. Mais au moins, avec lui, on aura évité les vases de Bush. Quellebouille, et quelle candeur !T.dB Toujours le spectre du 11 septembre et du 11 mars ?F.G. Il ne faut pas s’attacher aux dates fétiches.T.dB Et chez nous ?F.G. C’est à ses grands traits que l’on reconnaît la Belgique. Je continue à penser que l’union mène àla noce. Elio di Rupo a pourtant dû en rester sur le pette en apprenant l’affaire Uyttersprot. Lui quiessaye d’acculer le CVP ne devait pas s’attendre à une telle démonstration des gens du cru. C’est unpeu laid mais je crois qu’il devra foncer jusqu’Alost.T.dB Un conseil aux jeunes qui souhaitent sans cesse entrer dans notre profession ?F.G. Ecoutez, Je n’ai pas l’habitude de manier la langue de bois, ni de pratiquer l’édito clément. Pourêtre un bon avocat, il n’est pas nécessaire d’être doté d’une immense verve, mais il faut trouver sajoie à la barre. Parmi nous, Il y a des forts, il y a des durs, il y a des loups. Mais l’essentiel est quel’avocat soit là, présent, à côté d’un homme pour l’aider à se tenir debout. Il faut se dire que couriraprès les riches, ce n’est pas nécessairement le but du barreau (je rappelle que DSK a été avocat,comme Sarkosy. C’étaient des plaideurs bien racés !). Et puis, je rêve que tous les avocats montrentleur force. Qu’ils fassent voir qu’ils ne sont pas des cloches qui la jouent petit.T.dB Les droits de l’homme sont les pépites de la démocratie. Que tous les avocats du monde setiennent par la toile !F.G. Vous avez raison, la dernière chose à faire serait d’abolir nos mythes. Mais il faut vivre avec sontemps. Le nouveau site de l’OBFG est doté d’une excellente bande passante. Il permet de téléchargerau moins cent deux kilobits à la seconde. Si Bill Gates le savait, je crois qu’il se déporterait vers laBelgique immédiatement. Mais aujourd’hui tout va trop vite. C’était le bon temps celui des lentesaffaires…T.dB Monsieur le bâtonnier, on vous dit expert en contrepèteries. Pouvez-vous nous en dire un peuplus ?F.G. C’est tout simple. La contrepèterie, c’est l’art de décaler les sons. Il faut voir les bons côtés. Parexemple, on pourrait en multiplier avec Pippa et Kate, mais William risquerait d’en faire un plat.T.dB Merci monsieur le bâtonnier, j’espère vous revoir très bientôt.
  • 4. F.G. Salut Patrick ! Contrairement à Ilse Uyttersprot, on ne pourra pas dire que cet Henry est maculéde boue. Et si la rédactrice en chef du journal des avocats souhaite me rencontrer, je lui laisserai lechoix dans la date.L’auteur« Je veux être un journaliste honnête mais en Italie c’est impossible », a déclaré TommasoDebenedetti.Ce journaliste italien a créé la sensation en 2009-2010 en publiant une série de fausses interviews depersonnalités célèbres. Il fut démasqué lorsqu’il prêta à l’écrivain Philippe Roth des propos critiquesvis-à-vis de Barack Obama.Aujourd’hui (rançon de la gloire ?), le voici usurpateur usurpé. Son identité a été empruntée pourpermettre la réalisation d’un entretien de vacances avec un maître-contrepèteur, FrançoisGlansdorff.Mais pour découvrir quel bâtonnier facétieux et irrévérencieux se cache derrière cette supercherie, ilvous faudra d’abord affronter une bonne centaine de contrepèteries (118 exactement, et le tout demon cru), dont plus d’un quart sont originales.