SPÉCIAL DÉVELOPPEMENT DURABLE                                                                                             ...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Dd4

164 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
164
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Dd4

  1. 1. SPÉCIAL DÉVELOPPEMENT DURABLE 37 JEUDI 3 NOVEMBRE 2011 LES ECHOSPhilippe Vasseur « La RSE ne s’octroie pas,elle se partage »La responsabilité sociale et Ce sont souvent de grands portéparlessyndicats,mêmesicer-environnementale (RSE) groupes qui affichent tains le défendent. Ils vont plutôtdes entreprises peut-elle rester des démarches de RSE. évoquer des revendications sur laune priorité face à la crise ? Comment intégrer les PME ? INTERVIEW garantie de l’emploi, la progressionSilesbonnespratiquesavaientétéun Ce qui est terrible, et les médias en PHILIPPE VASSEUR du pouvoir d’achat, les conditionspeu plus généralisées et la RSE un sont partiellement responsables, PRÉSIDENT DU CRÉDIT MUTUEL de travail… La RSE ne s’octroie pas,peu plus répandue, on n’aurait pas la c’est qu’on voit tout à travers les NORD EUROPE ET DU RÉSEAU ellesepartage.Onaméliorenosper-crise qu’on a aujourd’hui. Cette crise grands groupes. Un grand groupe, ALLIANCES, FONDATEUR formances économiques tout enn’estpastechniquemêmesiellevient c’est spectaculaire, c’est beaucoup respectant plus et mieux les person- DU WORLD FORUM DE LILLEdel’endettement,elleestd’abordune d’emplois, de chiffre d’affaires, de nes et l’environnement, dans l’inté-crise d’une civilisation qui s’estimait résultat,dedividende…AvecAllian- rêt de toutes les parties prenantes.dominante, qui s’est lancée avec ces, nous travaillons énormémenttriomphalisme dans une financiari- avec des PME, en leur dédiant des Le développement durable estsation de l’économie. Si on rêve du diagnostics ou des opérations devenu très médiatisé. Sur quoimonde demain en disant « business d’accompagnement, et cette année le besoin de pédagogie reste-t-ilas usual », les mêmes causes produi- leWorldForummetvolontairement le plus fort ?ront les mêmes effets. La RSE est un l’accent sur les PME. Nous en avons « Une opération de RSE suppose que les salariés Souvent, on n’en voit que la partieconcept au contraire extrêmementmoderne, malheureusement de toute taille, dont les dirigeants s’interrogent sur leur façon de faire, se l’approprient, sans s’estimer prisonniers environnementale, la plus facile, la plus spectaculaire, la plus simplistedevenu un peu à la mode. surladifférenciationparrapportàla de la politique à laquelle ils ont contribué. » aussi.Surlaresponsabilitésociale,la concurrence et qui trouvent dans la démonstration peut être faite aussiLa RSE n’est-elle pas parfois RSE le moyen de conquérir ou de facilement. Si vous prenez les entre-un simple habillage marketing ? maintenir des parts de marché. la même au Danemark ou en Afri- relèvent du capitalisme familial. Ils prises classées dans le « best placesBien sûr. Il suffit de voir le nombre de que. Le monde est fait de diversité. possèdent leur entreprise, ils y tra- to work », ce ne sont pas celles quiprix citoyens ou autres qui fleuris- Pourquoi votre démarche vaillent et ne dépendent pas de fonds ontlesmoinsbonnesperformancessent. Et les banques ne sont pas les n’est-elle que régionale ? Depuis qu’Alliances essaie de pension situés à des dizaines de économiques ! Jean-Marie Descar-dernières à créer ce genre de prix ! Penser hexagonal n’a aucun intérêt. de diffuser cette « bonne parole », milliers de kilomètres. Et cela change pentries le dit dans son dernierNotre réseau Alliances existe depuis Il faut penser là où on est, où on peut voyez-vous les pratiques évoluer ? tout ! Ces gens se voient, se croisent, livre : les salariés heureux font lesdix-septans.Certes,ceteffetdemode agir sur un territoire. Je me suis tou- Dans la région, oui, incontestable- c’estlaforced’unterritoire. entreprises qui gagnent. Une bonnenous donne raison, mais la démar- jours refusé à porter Alliances au ment. C’est une région très particu- gestion sociale de l’entreprise, uneche mérite une réflexion en profon- niveau national. On deviendrait un lière avec un terreau fertile et le lan- Que peuvent des dirigeants bonne motivation des salariés sontdeur.Lanotionderesponsabilitédoit « machin »commeunautre,passant gage est entendu. Ce n’est pas un mobilisés sans leurs salariés ? des gages de performance. Il ne fautêtre centrale dans l’économie. plus de temps en structure qu’en hasardsidesprésidentsnationauxdu C’est plus dur ! Une opération de jamais dissocier l’économie, leL’urgence est une chose, la première opérationnel. Mais aller regarder ce CJD,commeGontrandLejeune,sont RSE suppose que les salariés se social et l’environnemental. La RSE,responsabilitéd’unchefd’entreprise, qui se passe ailleurs dans le monde, issus du Nord-Pas-de-Calais. C’est ici l’approprient, sans s’estimer prison- c’est un tout que nous appelons NICOLAS TAVERNIER/RÉAc’est faire du profit, ce n’est pas hon- oui, et ça rend modeste. En Indoné- quesontnéesdanslepatronatdesini- niers de la politique à laquelle ils ont chez Alliances « la performance parteux ! Le profit c’est le progrès, qui sie, au Bangladesh, au Chili, il existe tiatives qui montraient une préoccu- contribué. Il y a beaucoup de péda- la responsabilité ». C’est nécessaire-garantit la viabilité d’une entreprise, des pratiques extrêmement intéres- pation autre que le seul enrichisse- gogie à faire. Et la RSE ne dispense ment du moyen ou du long terme.sa capacité à se pérenniser, investir, santes qui peuvent servir de leçons, ment :lesallocationsfamiliales,le1 % pas des conflits sociaux ! Le thème PROPOS RECUEILLIS PARdistribuer du pouvoir d’achat. mêmesilaresponsabiliténeserapas patronal… Beaucoup d’entreprises de la diversité n’est pas fortement OLIVIER DUCUING Uniforja, un modèle CAS D’ÉCOLE Martha Tilaar fait bouger les lignescoopératif pour l’industrie en Indonésie Avec plus de 4.000 employés, le groupeDans la banlieue de São Paulo, une coopérative ouvrière a réussi à faire revivre est l’un des plus importants fournisseursune entreprise spécialisée dans les forges. Jusqu’à devenir un exemple de réussite nationale. de produits de beauté en Indonésie.S E igne des temps. En face du n Indonésie, les femmes syndicat des ouvriers de représentent 66 % de la l’industrie métallurgiste population en âge de tra- dans la banlieue grise de vailler. Pourtant, les efforts du São Paulo, un hypermar- gouvernement, appuyés par lesché Wal-Mart a été érigé sur le ter- organisations féministes, pourrain jadis occupé par l’usine Villa- favoriser le travail des femmes etres,celle-làmêmeoùagissaitenson l’égalité des chances entre lestemps un certain Luiz Inácio da sexes ne sont toujours pas vrai-Silva, qui deviendra plus tard, au fil ment suivis d’effets. Les Indoné-des luttes syndicales et politiques, siennes sont encore maltout simplement Lula. Cette ban- employées et participent peu aulieue ouvrière a subi de plein fouet développement économiqueles effets de la restructuration au d’un pays où 14 % de la popula-cours des vingt dernières années. A tion vit sous le seuil de pauvreté,quelques kilomètres de Villares, avecuntauxdechômagedeplus MAISANT LUDOVIC / HEMIS.FRUniforja a elle aussi bien failli boire de 8 %. Des études ont cepen-le bouillon dans les années 1990. dant prouvé que les mieux édu- A deux pas de l’autoroute qui relie quées et formées avaient plus de DRSão Paulo à la plage, une ancienne chances de trouver un travail Martha Tilaar a lancéentreprise familiale spécialisée dans dans de bonnes conditions. un programme pour former deslesforgesapurenaîtredesescendres adolescentes aux métiers de lail y a une douzaine d’années. Elle Uniforja compte parmi ses clients une partie de l’industrie automobile installée dans la banlieue de São Paulo. Programme d’éducation beauté, celles-ci ayant ensuitecroulait alors sous les dettes. Pour C’est notamment à partir de ce l’assurance de travailler danssauver la société au bord de la faillite, « Nous avons été les pionniers en la dans ce bastion de la lutte syndicale. nationale de développement constat que le groupe Martha un des centres du groupe.un groupe d’ouvriers a repris l’affaire matièredanslesecteurindustrielet,en Durant la campagne électorale de (BNDES), ce qui ne s’était pas avéré Tilaar, qui emploie majoritaire-en main. Ils mettent alors sur pied la plus, on est un exemple de réussite », 2002, il avait tenu à visiter Uniforja possible sous le précédent gouver- ment des femmes, a lancé dès Mar tha Tilaar ont recr utécoopérative Uniforja. Son président, explique le responsable de la coopé- en compagnie d’un patron du sec- nement. En évoquant Uniforja, Lula 1990unprogrammed’éducation 2.120 adolescentes. L’implanta-José Luiz Trofino, se dit fièrement rative, dont le chiffre d’affaires est de teur textile, José Alencar Gomes da retrouve son âme d’ouvrier autoges- pour des centaines de jeunes tion du programme bénéficiemembrefondateurdelacoopérative, l’ordre de 200 millions de reals Silva, qui deviendra peu après son tionnaire. « Tout le monde com- filles originaires des régions pau- plus largement à toute la société.qui n’emploie toutefois aujourd’hui (80 millions d’euros). vice-président. Avec la conviction mande, tout le monde obéit et tout le vres d’Indonésie. Le programme AJakarta,lerevenumoyend’unequ’un quart des effectifs d’antan qu’« il y a une alternative à la désin- monde travaille, parce que la coopé- consiste principalement en une employée de spa se situe entre(2.000 ouvriers à la belle époque). Salué par Lula dustrialisationetauchômage ».Huit rative est un état d’esprit », indique formation aux métiers de la 150et250euros,soitplusdedeuxMais la grande victoire, c’était de Petrobras, le géant du pétrole, est ans plus tard, en fin de mandat, Lula celui qui, après deux mandats prési- beauté et du spa. Elles sont foisetdemielesalaireminimum.montrer, alors que la plupart des l’un de ses grands clients. Une réunit un Conseil national de l’éco- dentiels, est retourné vivre dans son logées pendant toute la durée de Un revenu qui peut suffire à faireéquipementiers de l’industrie auto- bonne partie de l’industrie automo- nomie solidaire et cite en exemple appartement de banlieue, non loin leur stage puis placées dans un vivre toute une famille et à payermobiledisparaissaientousefaisaient bileinstalléedanslabanlieuedeSão Uniforja, qui « a le vent en poupe ». du syndicat des métallos. des centres de soin du groupe. des études aux enfants.racheter par des groupes étrangers, Paulo également. Lula, ancien Surtout depuis qu’elle a obtenu des THIERRY OGIER Créée en 1970 dans le garage de MarthaTilaarestmembrefon-que l’économie solidaire, ça marche. métallo, n’a pas manqué de revenir prêts à taux bonifiés de la Banque CORRESPONDANT À SÃO PAULO ses parents, la société de Martha dateur du Global Contact des Tilaar réalise aujourd’hui un Nations unies et mène des chiffred’affairesde75millionsde actions en faveur de l’environne- dollars à travers le monde. ment, de l’agriculture biologique Cette démarche sociale s’intè- et du développement local en gredansledéveloppementcom- favorisant notamment les coo- mercial de la société, qui pour- pérativesagricolesetl’autoentre- COUPS DE PROJECTEURS SUR D’AUTRES CAS D’ÉCOLE D’ENTREPRISES EN POINTE SUR LES QUESTIONS suit son expansion avec la vente prise. Cependant, sur ce dernier DE RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE, ET QUI ONT PLACÉ CELLE-CI AU CŒUR DE LEUR STRATÉGIE de franchises et l’ouverture de point, des experts soulignent le SUR lesechos.fr centresdespaenAsieduSud-Est risque à faire reposer la respon- mais aussi en Europe et aux sabilité sociale et environne- h VEJA, MARQUE FRANÇAISE DE BASKETS « COMMERCE ÉQUITABLE » Etats-Unis, offrant ainsi l’assu- mentale sur des sous-traitants h DESSO, PRODUCTEUR DE MOQUETTE NÉERLANDAIS, PIONNIER DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE rance aux diplômées d’obtenir autonomes, plus difficiles à con- un emploi et à ses centres la trôler et beaucoup moins sensi- garantie d’un personnel parfai- bilisés à ces questions. tementformé.En2009,lesécoles JÉRÉMY REBOUL

×