Synthese etude guyane_asfored_cg_drac_dec_ 2013

976
-1

Published on

Synthèse de l'étude réalisée par l'Asfored sur le livre en Guyane. Etude réalisée à la demande du Conseil régional et de la DRAC Guyane. Décembre 2013

0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
976
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
11
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Synthese etude guyane_asfored_cg_drac_dec_ 2013

  1. 1. LE LIVRE EN GUYANE État des lieux, diagnostic et préconisations Synthèse du rapport juillet 2013 Aïda Diab – Françoise Geoffroy-Bernard
  2. 2. Remerciements Ce rapport d'étude est le fruit de rencontres et d'échanges avec de nombreux acteurs du livre guyanais et d'un travail en concertation avec le Conseil régional et la Direction des affaires culturelles de Guyane. Nous tenons à remercier l'ensemble de nos interlocuteurs et tout spécialement les éditeurs, auteurs, libraires indépendants, bibliothécaires, responsables d'associations et de façon générale, les « promoteurs » du livre en Guyane qui ont rendu cette étude possible en acceptant de nous recevoir en entretiens et de répondre à nos questions. Nous les remercions pour leur accueil, leur disponibilité et leur intérêt pour les résultats de cette enquête qui souhaite rendre compte des difficultés comme des atouts de ce territoire pour l'avenir du livre en Guyane. décembre 2013 - Asfored 2
  3. 3. Plan de l'intervention Présentation de l'étude •Contexte •Objectifs •Méthodologie État des lieux •Situation de l'édition en Guyane •Situation de la librairie indépendante en Guyane Difficultés et Atouts •Les lecteurs •Les éditeurs et les auteurs •Les libraires Préconisations Conclusion décembre 2013 - Asfored 3
  4. 4. Contexte de l'étude • Le Conseil régional et la Direction des affaires culturelles de Guyane ont signé une convention d'accord-cadre triennale pour la période 2012/2014. • Cette convention culturelle a permis aux deux institutions de programmer une réflexion sur la situation économique du livre en Guyane. • Le recours à une étude confiée à l'Asfored (Centre de formation du Syndicat national de l'édition) doit permettre de définir les premières orientations dans ce domaine. décembre 2013 - Asfored 4
  5. 5. Objectifs de l'étude • L'objectif général de cette enquête est d'avoir une vision claire sur les menaces et les opportunités, les atouts et les difficultés, les stratégies et les perspectives, les projets et les attentes des acteurs économiques et culturels du livre en Guyane. • Au-delà de cet état des lieux qui a permis d'instaurer un temps de dialogue et de faciliter un diagnostic partagé avec l'ensemble de la filière, il s'agit de proposer des dispositifs d'accompagnement qui puissent conforter et favoriser le développement économique et la professionnalisation des structures existantes comme celles à venir. décembre 2013 - Asfored 5
  6. 6. Méthodologie de l'étude L'étude a été menée en 4 phases : •État des lieux : étude documentaire approfondie ; conception et rédaction des questionnaires et guides d'entretien ; sélection d'acteurs de la filière livre •Entretiens semi-directifs avec 21 acteurs parmi les plus représentatifs du territoire pour ce secteur économique •Élaboration d'un diagnostic spécifique à chaque structure rencontrée et d'une typologie de leurs atouts mais aussi de leurs difficultés et de leurs besoins, intégrant les problématiques liées au numérique •Préconisations, propositions d'outils opérationnels adaptés décembre 2013 - Asfored 6
  7. 7. Étude documentaire • Il s'agissait de collecter les informations déjà disponibles sur le livre en Guyane et d'identifier les sources et ressources accessibles et fiables • L'Asfored a également commencé dès février 2013 à regrouper toutes les données pertinentes qui permettent des comparaisons sur le secteur livre avec d'autres régions et au plan national. décembre 2013 - Asfored 7
  8. 8. Questionnaires • Cette étape quantitative préalable aux entretiens qualitatifs via des questionnaires précis était destinée à recueillir les principales données économiques et à repérer les pratiques actuelles grâce à des indicateursclés de la professionnalisation des structures. • Elle a permis de mieux préparer les rencontres en face à face, lorsque nous avons pu, dans certains cas, disposer des résultats au préalable. décembre 2013 - Asfored 8
  9. 9. Entretiens Compte tenu du faible nombre d'acteurs du livre en Guyane, nous avons proposé de retenir l'ensemble des éditeurs et libraires ayant participé à l'enquête préalable et d'y inclure d'autres intervenants tels des bibliothécaires, des auteurs, des responsables d'associations culturelles, des représentants des collectivités territoriales, etc. La sélection des acteurs rencontrés s'est faite en concertation avec le Conseil régional et la Direction des affaires culturelles de Guyane. Au total, 5 journées ont été consacrées aux entretiens et visites sur place (du 22 au 26 avril 2013) auxquels s'ajoutent des rendez-vous téléphoniques et des rencontres à Paris. décembre 2013 - Asfored 9
  10. 10. Situation de l'édition en Guyane 1 éditeur« historique » (sciences humaines) 1 nouvel éditeur pratique) (beaux livres, jeunesse, 1 éditeur public (éducation) 1 « mook » (magazine-book) décembre 2013 - Asfored 10
  11. 11. Caractéristiques • Un nombre très réduit d'éditeurs présents sur le territoire : quatre maisons d'édition (dont une publie une revue et relève en partie plutôt du secteur presse) auxquelles il conviendra d'ajouter des associations d'auteurs • Une implantation, sur le littoral comme les librairies mais uniquement à Cayenne ou à sa périphérie (Matoury) qui, de fait, concentre plus de 50 % de la population du territoire de la Guyane • Les maisons d'édition en Guyane sont récentes puisque toutes, y compris les associations d'auteurs, existent depuis moins de 20 ans, hormis le CRDP de Guyane qui est une structure publique. Les statuts juridiques sont divers (SARL, EURL, Association loi 1901, établissement public) décembre 2013 - Asfored 11
  12. 12. Poids économique • Les quatre maisons d'édition répertoriées pour la Guyane représentent un chiffre d'affaires global d'environ 600 k€ - chiffre d'affaires que nous avons déterminé comme l'encaissé ou net éditeur. • Les structures éditoriales recensées publient de 2-3 à 14 titres par an avec plutôt une tendance à l'augmentation. • Le nombre de titres disponibles au catalogue en 2012 est très variable, de 8 « numéros » (3 épuisés en version papier) pour Une saison en Guyane à plus de 400 publications pour Ibis rouge, les autres éditeurs se situant à 35-50 titres, ce fonds ainsi constitué dépendant évidemment de l'ancienneté de la maison et surtout de son rythme de parutions. • En 2012, les maisons d'édition de la région ont publié au total 33 nouveautés, soit 0,08 % de l'ensemble des titres nouveaux publiés à l'échelle nationale. décembre 2013 - Asfored 12
  13. 13. Poids économique (suite) • Chaque structure éditoriale guyanaise exerce d'autres activités en complément mais toujours connexes au métier d'éditeur : formation, communication, imprimerie, studio graphique, agence photographique, tirages d'art, CD audio, diffusion-distribution d'autres éditeurs… • L'activité édition représente de 70 % à 90 % du chiffre d'affaires global, à l'exception notable de la revue Une saison en Guyane où elle ne représente que 10 %. • Le nombre des personnes collaborant à l'activité des quatre structures éditoriales (mais non nécessairement rémunérées) est de 26 au total. Les formations initiales des dirigeants ou gérants sont plus techniques ou commerciales que véritablement en relation avec les métiers du livre et la fonction éditoriale. Il y a peu d'emplois induits car peu de délégation possible à des prestataires extérieurs ou même à des stagiaires (pas de formation Métiers du livre). décembre 2013 - Asfored 13
  14. 14. Financement • La situation financière reste globalement plutôt précaire et rend les acteurs du secteur très exposés au risque économique mais la pérennité de ces structures éditoriales est a priori assurée par la diversification vers d'autres activités. • En l'absence d'informations sur le montant des capitaux propres et/ou celui des stocks, nous n'avons pas pu évaluer la probable sous-capitalisation des structures éditoriales guyanaises ainsi que leurs évidents besoins en trésorerie pour financer l'activité, qu’on peut cependant déduire de leur faible rentabilité. • Les maisons d'édition guyanaises sont peu endettées en dépit de marges faibles voire négatives. Elles ont peu recours aux aides publiques (Conseil Régional, CNL, Subventions européennes : total de 75 k€) alors que la qualité de leurs publications le justifierait amplement. décembre 2013 - Asfored 14
  15. 15. Domaines éditoriaux • Les maisons d'édition guyanaises (hormis le CRDP spécialisé dans le domaine éducatif) interviennent dans plusieurs secteurs avec néanmoins pour chacun une dominante éditoriale, plus transversale car axée sur le territoire guyanais : sciences humaines et sociales et ouvrages linguistiques; photo-tourisme-nature et jeunesse; biodiversité, environnement et patrimoine. • Si les manuscrits édités proviennent tantôt d'envois spontanés (Ibis rouge) tantôt d'une commande (Une Saison en Guyane) ou les deux à la fois (Plume verte, CRDP), aucun éditeur guyanais ne publie de textes tombés dans le domaine public. • Le tirage moyen s'établit à 1 500 exemplaires (chiffre supérieur aux 1 000 exemplaires, tirage moyen de la moitié des maisons d'édition en LanguedocRoussillon ou en Rhône-Alpes) mais très inférieur évidemment au chiffre national de 7 600 exemplaires tous secteurs confondus. décembre 2013 - Asfored 15
  16. 16. Fonctionnement, professionnalisme • Tous les éditeurs guyanais signent des contrats d'édition avec leurs auteurs, illustrateurs, photographes… L'on sait qu’il s'agit d'un des principaux critères établis par la Charte nationale des éditeurs en régions de la Fill (Fédération interrégionale du livre et de la lecture) pour juger qu’une maison d'édition est professionnelle. Le mode de rémunération est soit un pourcentage du prix public (5, 7 ou 10 % selon les domaines éditoriaux) conforme aux standards de la profession, soit un forfait (de 400 à 1 500 €). • Seul Ibis rouge, compte tenu de ses publications qui intéressent des chercheurs et universitaires à l'international, pratique l'achat comme la cession de droits. • Les éditeurs guyanais nouent des partenariats avec des éditeurs hors région (notamment en France métropolitaine) voire étrangers mais aucun en Guyane, ce qui est logique compte tenu du nombre réduit d'acteurs sur le territoire. Plus étonnant : seuls le CRDP et Une Saison en Guyane déclarent développer des liens commerciaux et/ou éditoriaux avec des entreprises, des institutions et des collectivités publiques. décembre 2013 - Asfored 16
  17. 17. Fonctionnement, professionnalisme (suite) • L'ensemble de la chaîne de fabrication (composition, maquette, couverture, mise en page) hors impression n'est pas déléguée sauf pour Plume verte. Les autres activités connexes au métier d'éditeur (imprimerie, studio graphique, photographie…) qui sont exercées par ces structures permettent une relative autonomie. • Cette autarcie semble coûteuse puisque pour 3 éditeurs sur 4, les frais de fabrication représenteraient de 20 jusqu’à 40-45 % du prix public, ce qui est le double des moyennes professionnelles usuelles. • Les éditeurs guyanais disposent tous de bases de données clients ainsi que d'outils de base pour le suivi des stocks et des ventes mais ne semblent pas tenir une comptabilité analytique précise et investir beaucoup de temps dans la veille et l'analyse de leur marché. décembre 2013 - Asfored 17
  18. 18. Diffusion-distribution • Sauf pour Plume verte, qui possède lui-même une activité de diffuseur local pour d'autres éditeurs et pour la revue Une Saison en Guyane, et de ce fait, gère en direct la diffusion globale de tous ses ouvrages, les autres maisons d'édition ont choisi de déléguer leur diffusion nationale. L'organisation de la distribution est calquée sur celle de la diffusion. • Logiquement les disparités sont grandes entre les coûts en autodiffusiondistribution au moins locale (10 à 15 % du prix public de vente) à ceux d'une diffusion-distribution déléguée (de 35 à 55 %). • Les éditeurs auto-diffusés présentent un taux de retour faible voire nul, du fait de ventes fermes et de l'absence d'office (1) notamment. Les éditeurs, en diffusion déléguée annoncent des taux de 20 %, correspondant à la moyenne nationale. (1) L'office est un mode d'approvisionnement des librairies qui concerne les nouveautés. Il s'agit d'un contrat par lequel le libraire s'engage auprès d'un fournisseur à lui commander un certain volume de livres parmi les nouveautés et qui lui permet de renvoyer les invendus, plus de trois mois et moins de douze mois après la parution. décembre 2013 - Asfored 18
  19. 19. Commercialisation • Les librairies indépendantes restent le 1er circuit de commercialisation mais en l'absence de grandes surfaces culturelles en Guyane, ce sont les grandes surfaces alimentaires (Carrefour, Géant Casino, Super U) qui viennent en quelque sorte « combler le vide ». • Caractéristique commune des éditeurs en régions et/ou des éditeurs très spécialisés : une sur-représentation des ventes directes. • Les taux de la remise accordée varient de 20 % jusqu’à plus de 40 % selon le circuit de vente et l'éditeur concerné. décembre 2013 - Asfored 19
  20. 20. Communication • Les outils privilégiés sont les catalogues (papier - pour la première fois concernant Plume verte en 2012, et web - qui parfois le remplace complètement comme pour Ibis rouge depuis 2009), les relations presse et le marketing direct. • Toutes les maisons d'édition sont présentes lors de manifestations en Guyane : Salon du livre à Cayenne, Festival Carbet des Bulles et dans certains cas, Salon du livre de Paris avec l'association Promolivres. Pour les relations des éditeurs de Guyane avec les journalistes, « blogueurs » et autres relais d'opinion, il semble qu’elles soient vraiment plus efficaces, s'agissant des medias régionaux (presse, radio voire télévision). • Internet est désormais une formidable opportunité pour les éditeurs guyanais, pas encore suffisamment exploitée. Les relations presse ne sont jamais sous-traitées et aucun éditeur rencontré ne dispose d'outils pour en suivre les éventuelles retombées. décembre 2013 - Asfored 20
  21. 21. Numérique • Actuellement, les éditeurs guyanais les plus engagés dans cette démarche « multisupport » ou « transmedia » sont d'une part, le CRDP Guyane qui propose des « ouvrages mixtes » (pour environ un tiers de sa production) mêlant imprimé et CD-ROM ou audio, éventuellement DVD, mais surtout Ibis rouge dont le fonds est entièrement numérisé et qui publie tous ses titres en version papier et numérique (PDF et/ou ePub). • Tous les éditeurs guyanais ont un site Internet. D’abord « vitrine » pour présenter la maison d'édition, certains s'en servent pour diffuser leur catalogue via le web et surtout vendre en ligne. décembre 2013 - Asfored 21
  22. 22. Fiche éditeur Site Année de création Statut juridique Effectif Domaines éditoriaux Nombre de titres au catalogue (2012) Nombre de titres / an (2012) CA net éditeur (2012) Mode de diffusion-distribution Stratégie décembre 2013 - Asfored 22
  23. 23. Diagnostic SWOT OPPORTUNITÉS MENACES FORCES FAIBLESSES Une analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats : Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces) est un outil de synthèse qui permet de mettre en perspective les facteurs à la fois externes et internes, positifs et négatifs qui caractérisent une organisation dans son environnement. Ce diagnostic complet prépare les choix stratégiques et la prise de décision. décembre 2013 - Asfored 23
  24. 24. Situation de la librairie en Guyane Cayenne 1 librairie label 3 librairies + BD (dont 1 religieuse et 1 en ligne) + Matoury (ouvertures récentes) Kourou 1 librairie label St-Laurent du Maroni 1 librairie-papeterie-presse décembre 2013 - Asfored 24
  25. 25. Caractéristiques • Un faible nombre d'acteurs sur le territoire, six structures indépendantes, implantées dans les principales villes de Guyane, donc sur le littoral, et principalement à Cayenne. • Le paysage de la librairie guyanaise s'est complètement transformé en dix ans puisque toutes les structures faisant l'objet de cette étude n'existaient pas avant 2003, sauf Encrage à Kourou, créée dès 1988 mais qui a été reprise en gérance associée à partir de 2006. Les formes juridiques sont variées : 1 SAS, 4 SARL, 1 EURL. Les librairies Cas'A Bulles et Encrage ont été labellisées LIR (Librairie indépendante de référence) dès 2009 et de nouveau en 2012. • Les surfaces effectivement réservées à la vente sont comprises entre 45 m 2 et 210 m2. Les librairies en Guyane sont généralement ouvertes 6 jours sur 7 à l'exception de Guyalire. Soit une amplitude horaire d'environ 36 h pour plusieurs librairies, qui s'élève à 42 h et même 45 h, ce qui reste en-deçà des durées moyennes d'ouverture sur le plan national. décembre 2013 - Asfored 25
  26. 26. Poids économique La révolution numérique et les contraintes fortes qui pèsent sur les points de vente de livres (transport, « tabelle »…) sans parler des vastes rayons « loisirs » existant désormais dans les grandes surfaces alimentaires guyanaises ont raréfié le nombre de librairies indépendantes sur le territoire mais paradoxalement ont conduit de nouveaux entrepreneurs à relever le défi. Toutes les structures voient leur chiffre d'affaires progresser entre 2010 et 2012, pour certaines de façon très significative et y compris pour l'activité hors livres. Les six librairies indépendantes en Guyane réaliseraient, pour l'année 2012 un chiffre d'affaires net (livres uniquement) d'un total de 4 450 000 € environ. Si l'on calcule le ratio CA livres / m2 livres, on obtient de très bons indices de rentabilisation de la surface de vente. Les ventes aux collectivités (établissements scolaires, bibliothèques) représentent au moins 40 % (voire 100 % pour Guyalire) dans le chiffre d'affaires livres de tous les libraires guyanais. décembre 2013 - Asfored 26
  27. 27. Poids économique (suite) • Lorsque les librairies guyanaises ne vendent pas seulement des livres, leur assortiment se diversifie vers la presse, la papeterie, les consommables informatiques, les jeux et jouets éducatifs, les cadeaux et articles souvenirs, les CD/DVD et les objets religieux. Certaines ont également une activité de grossiste ou de diffusion pour des éditeurs. • Les effectifs varient de 2 à 11 personnes. Les librairies guyanaises recrutent du personnel et créent des emplois locaux, au total 30 (la plupart à temps plein) dont 18 exclusivement affectés à la vente des livres. Parmi eux, des vendeurs spécialisés et des gestionnaires qualifiés qui, comme les dirigeants et gérants, ont été formés le plus souvent en France métropolitaine mais ont également déjà suivi des stages de formation continue. décembre 2013 - Asfored 27
  28. 28. Financement • • • Le taux de résultat net (en % du CA) serait de 0,6 % en moyenne, ce qui est très faible mais correspond à l'étude nationale Xerfi sur les librairies indépendantes pour le SLF en 2013. Les marges sont positives et en progression mais le dirigeant n'est pas toujours rémunéré par la structure et une seule librairie est propriétaire de ses locaux (un quart au niveau national). Le loyer est soit faible car les libraires bénéficient de conditions préférentielles (moins de 5 % du CA, conforme à la moyenne nationale de 3 %) soit très élevé (plus de 15 %). Les frais de personnel (y compris les charges sociales) reflètent la même disparité puisqu’ils varient de 8 / 12 % à plus de 20 %, ce dernier pourcentage correspondant davantage aux taux constatés habituellement (18 % en moyenne). Les montants des stocks révèlent les mêmes différences : de moins de 5 % du CA à plus de 30 %. Les librairies qui ont les stocks les plus élevés sont généralement les plus endettées. Trois structures seulement ont bénéficié d'aides financières (DAC, CNL, CEGIP) pour un montant global, entre 2009 et 2012, de moins de 100 k€. décembre 2013 - Asfored 28
  29. 29. Assortiment • Les librairies guyanaises mettent particulièrement en avant, par ordre d'importance, la littérature française et notamment le poche, les livres jeunesse et/ou la bande dessinée et les mangas, soit les trois segments éditoriaux les plus dynamiques en 2012 selon les chiffres du SNE et du panel livres GfK. • Viennent ensuite le fonds local guyanais, qu’il s'agisse de fiction, de patrimoine ou de tourisme et tout ce qui relève du secteur référence : ouvrages scolaires et parascolaires, pédagogie, encyclopédies et dictionnaires. • La largeur de l'assortiment est étroitement corrélée à la taille comme à l'effectif de la librairie. Le nombre de références varie ainsi de plus de 40 000 à 1 000. Le nombre de volumes en stocks oscille entre 5 000 et 75 000 exemplaires. Le ratio nombre d'exemplaires / nombre de références est à peu près constant, de 2 volumes par référence. décembre 2013 - Asfored 29
  30. 30. Fonctionnement, professionnalisme • Tous les libraires rencontrés connaissent bien les éditeurs installés en Guyane, y compris les associations d'auteurs, mais aussi les éditeurs d'outremer comme Orphie et bien entendu, de nombreux éditeurs (jusqu’à 3 600) de France métropolitaine. Leurs publications sont généralement bien mises en valeur dans les différents points de vente et des animations, lectures ou dédicaces sont régulièrement organisées. • Les ventes à terme (collectivités) constituent une part prépondérante de l'activité des libraires guyanais, en termes de chiffre d'affaires mais aussi de services et donc d'investissements : bibliographies, conseil, sites de vente en ligne... Les libraires déplorent assez souvent un manque de qualification pour les procédures de commandes et les choix des ouvrages et surtout une relative méconnaissance des enjeux et des contraintes liés aux ventes de livres scolaires ou jeunesse dans le contexte particulier du marché guyanais. • Les libraires appartenant à des groupements (Canal BD, Siloë) ont parfois l'occasion de nouer des partenariats. Mais c’est l'exception pour d'autres institutions ou lieux culturels, d'autres structures publiques ou non, d'autres événements ou manifestations existant en Guyane. décembre 2013 - Asfored 30
  31. 31. Fonctionnement, professionnalisme (suite) • Toutes les librairies guyanaises utilisent Dilicom, qui leur donne accès au Fichier exhaustif du livre (FEL) et à la transmission des commandes vers plus de 600 distributeurs représentant 5 000 éditeurs. Ils pratiquent donc l'EDI (Echange de données informatisées) et certains sont également abonnés à la base Electre. • Les librairies guyanais sont plutôt bien informatisées : serveurs, plusieurs PC (jusqu’à 10 postes), des portables, imprimantes, imprimantes codes à barres, douchettes, platines axcel, concentrateur de caisse… • Les libraires tiennent une comptabilité analytique. Ils disposent tous de logiciels de gestion comptable et/ou de gestion des stocks : Inference, Ebp Open line, Gestmac, Ellipses (TMIC), Librisoft, Tite Live Medialog. Certains ont une base de données clients (jusqu’à 10 000 contacts). Les libraires guyanais ne bénéficient pas comme en Métropole des visites fréquentes des représentants des maisons d'édition pour s'informer sur leur marché. décembre 2013 - Asfored 31
  32. 32. Commercialisation • Les librairies guyanaises ont plutôt bien négocié leurs remises puisque le taux se situe autour de 36-37 %, tout à fait conforme au taux moyen des meilleures librairies en Métropole (37,3%). • C’est une singularité des librairies guyanaises : les taux de retours sont tous inférieurs à 5 %. Plusieurs facteurs l'expliquent : pas d'office, gestion rigoureuse et prudente des commandes, rationalisation des stocks. Un seul libraire indique un taux de retour de 30 % plus proches des standards métropolitains. • Le transport représente de 2,5 à 3 % au moins du CA, ce qui atteste du poids considérable de ce poste budgétaire en Guyane (malgré l'absence d'office, un taux de retour très faible et la gratuité du transport maritime) par rapport aux librairies de France métropolitaine (1,5 % en moyenne nationale). décembre 2013 - Asfored 32
  33. 33. Communication • Outre le rôle de relais pour la communication des éditeurs (ILV et PLV : information et publicité sur le lieu de vente, promotion des ventes : primes, concours…), les libraires guyanais privilégient les catalogues (papier et/ou web), les e-mailings et newsletters pour certains et les relations presse, qui ne sont jamais sous-traitées à un prestataire extérieur et ne font pas l'objet d'un suivi des retombées. • La plupart des libraires guyanais participent à de nombreux salons du livre ou sur d'autres thématiques, très majoritairement en Guyane. La librairie Cas'A Bulles organise tous les ans le festival Carbet des Bulles dédié à la bande dessinée et participe à des salons nationaux, notamment au Brésil. • Les librairies en Guyane, tout spécialement celles labellisées LiR (c’est un des critères d'attribution du label) ont une politique très dynamique d'animations généralement régulières, à la fois classiques (lectures, dédicaces, conférences-débats…) et plus originales : clubs de lecteurs enfants, adolescents ou adultes ; ateliers et contes pour enfants ; représentations théâtrales ; rendez-vous littéraires… décembre 2013 - Asfored 33
  34. 34. Numérique • Aucun libraire guyanais n'envisage à court terme de proposer une offre multisupport (hormis CD, DVD, livres audio en faible quantité) sauf Guyalire dans la logique de son projet de librairie en ligne sans magasin et en tant que diffuseur en Guyane des éditions Ibis rouge, dont tous les livres sont numérisés. • Concernant la présence des librairies guyanaises sur Internet, trois choix très différents existent : axe stratégique majeur et investissement prioritaire (Cas'A Bulles, Guyalire); service supplémentaire apporté aux clients du magasin (Le Toucan, Sel et lumière); pas de site actif par manque de temps et de moyens pour l'enrichir régulièrement (Encrage, Librairie guyanaise) avec présence renforcée, dans ce dernier cas, sur les réseaux sociaux (Facebook). décembre 2013 - Asfored 34
  35. 35. Fiche libraire Site Année de création Statut juridique Effectif Spécialités Nombre de références en stock (2012) Nombre d'exemplaires en stock (2012) CA net (2012) Stratégie décembre 2013 - Asfored 35
  36. 36. Diagnostic SWOT OPPORTUNITÉS MENACES FORCES FAIBLESSES Une analyse SWOT (Strengths, Weaknesses, Opportunities, Threats : Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces) est un outil de synthèse qui permet de mettre en perspective les facteurs à la fois externes et internes, positifs et négatifs qui caractérisent une organisation dans son environnement. Ce diagnostic complet prépare les choix stratégiques et la prise de décision. décembre 2013 - Asfored 36
  37. 37. Les lecteurs en Guyane Difficultés et Atouts
  38. 38. Lecteurs en Guyane : Difficultés Un marché théorique restreint, de la taille d'un département de Métropole Selon l'Insee (2010), il y a bien moins de professions intermédiaires et surtout de cadres (4,8 % au lieu de 11,23 %) en Guyane qu’en métropole, qui sont les plus forts acheteurs de livres. La consommation théorique s'élèverait à 14 millions € (voir tableau ci-dessous), comparable à celui CSP Nb de ménages Consommation Valeur livre d'un département comme l'Aude. Guyane nationale (2006) Guyane Agriculteurs 1 332 43 € 57 276 € Artisans, commerçants 8 343 98 € 817 614 € Cadres, prof. intellectuelles 7 129 229 € 1 632 541 € Professions intermédiaires 15 891 136 € 2 161 176 € Employés 24 120 72 € 1 736 640 € Ouvriers 16 728 83 € 1 388 424 € Retraités 10 247 56 € 573 832 € Autres inactifs 64 528 84 € 5 420 352 € TOTAL 148 316 décembre 2013 - Asfored 13 787 855 € 38
  39. 39. Lecteurs en Guyane : Difficultés Un marché réel essentiellement francophone et mouvant La consommation de livres en Guyane se situe probablement bien en deçà de cette estimation théorique car les ouvrages disponibles et achetés sont très majoritairement en langue française. Le marché « domestique » de taille réduite, est aussi « mouvant » car pour les « Métropolitains », il se renouvelle en grande partie tous les 2-3 ans au rythme des mutations. L’activité est également très inférieure à celle des autres Régions d'outre-mer (voir tableau ci-dessous). VENTES DANS LES DOM-TOM [MILLIERS D'EUROS] 2012 Réunion Guadeloupe Martinique Nouvelle-Calédonie Guyane Polynésie-Française Mayotte Saint-Pierre et Miquelon Wallis et Futuna TOTAL TOTAL 57 230 100.0% 64 999 PDM 2011 21 522 11 627 11 268 4 286 3 357 2 973 2 039 127 31 37.6% 20.3% 19.7% 7.5% 5.9% 5.2% 3.6% 0.2% 0.1% 25 428 10 422 13 896 4 912 4 135 3 711 2 331 157 7 57 230 100.0% (12.0%) 62 950 58 378 64 999 décembre 2013 - Asfored 2012 / 2011 (15.4%) 11.6% (18.9%) (12.7%) (18.8%) (19.9%) (12.5%) (19.1%) 342.9% (12.0%) 2010 2009 Evol 23 496 9 992 15 523 4 543 3 838 3 718 1 658 180 2 21 929 9 057 14 216 4 210 3 763 3 401 1 655 139 6 (0.6%) 8.7% (7.5%) 0.6% (3.7%) (4.4%) 7.2% (3.0%) 72.9% 62 950 58 378 39
  40. 40. Lecteurs en Guyane : Difficultés Des pratiques culturelles peu favorables à un pays « jeune » ? Selon la dernière enquête Pratiques culturelles des Français (2008) du ministère de la Culture et de la Communication, depuis plusieurs décennies, et bien avant la généralisation d'Internet, chaque nouvelle génération arrive à l'âge adulte avec un niveau d'engagement inférieur à la précédente, si bien que la diminution des forts lecteurs de livres s'accompagne d'un vieillissement du lectorat. décembre 2013 - Asfored 40
  41. 41. Lecteurs en Guyane : Atouts L'explosion démographique guyanaise : de nouveaux lecteurs potentiels ? C’est bien évidemment la spécificité majeure par rapport à la France métropolitaine du marché du livre en Guyane, davantage comparable aux pays « grands émergents » comme son voisin le Brésil qu’aux indicateurs démographiques actuels de l'Europe vieillissante. La population a été pratiquement multipliée par 2 entre 1990 et 2010. La population serait de 574 000 habitants en 2040. Les moins de 20 ans représentent plus de 43 % de la population guyanaise (contre 23 % en moyenne nationale) et les moins de 15 ans, 34 % des habitants de Guyane. C’est dire l'enjeu pour le livre en Guyane de bien comprendre l'évolution des usages et des modes de consommation culturels des jeunes générations (10-24 ans), nées dans un univers où l'accès à l'information, au savoir et à la culture est aussi numérique. décembre 2013 - Asfored 41
  42. 42. Lecteurs en Guyane : Atouts Des cibles prioritaires : les enseignants et les adultes en auto-formation Alors qu’en Métropole, les effectifs scolarisés stagnent ou diminuent, ils augmentent en Guyane de 3,2% par an, au même rythme que la population totale. Parallèlement, sur la période 2002–2009, le nombre d'enseignants a crû rapidement (+ 21 %). Ces professeurs toujours plus nombreux auraient besoin d'outils pédagogiques adaptés au contexte particulier du territoire, notamment pour l'enseignement face aux élèves qui n'ont pas la langue française comme langue maternelle (soit 80 %). Une autre attente prioritaire ressort également de l'analyse du lectorat potentiel en Guyane : les adolescents sans diplôme (43 % des 18-24 ans en 2007) et les adultes en auto-formation qui souhaitent préparer des concours, reprendre des études, apprendre le français, une langue régionale ou une langue étrangère. décembre 2013 - Asfored 42
  43. 43. Lecteurs en Guyane : Atouts Des opportunités : les touristes en Guyane et les Guyanais de Métropole Il y a peu de tourisme en Guyane par comparaison avec la Martinique ou la Guadeloupe mais il tend à se développer. Selon le site du Comité de tourisme guyanais, qui propose des chiffres de 2007, 108 800 touristes ont choisi la destination Guyane contre 93 100 en 2005. Il s'agit pour moitié de déplacements professionnels mais aussi de proches venus visiter une personne mutée. Ainsi plus d'un touriste sur deux réside en Métropole. Près des trois-quarts des touristes recommandent la Guyane comme lieu de séjour touristique. On peut en tout cas supposer qu’ils préparent leur voyage et ont besoin de se documenter sur la Guyane avant, pendant voire après leur séjour. Selon les données 2008 de l'Insee, 24 400 Guyanais sont installés en Métropole (contre 117 000 Martiniquais et 115 000 Guadeloupéens) mais la croissance récente de la population en Guyane pourrait accélérer ces migrations. La moitié des Guyanais venus en Métropole sont installés dans la région parisienne. Il faut ajouter à ce public potentiel pour les éditeurs guyanais tous les fonctionnaires, gendarmes, enseignants, ingénieurs qui ont séjourné en Guyane au gré de mutations et ont conservé un vif intérêt pour cette région. décembre 2013 - Asfored 43
  44. 44. Les éditeurs et les auteurs en Guyane Difficultés et Atouts
  45. 45. Éditeurs/Auteurs en Guyane : Difficultés Des éditeurs isolés en amont Les maisons d'édition guyanaises sont peu nombreuses et fragiles. Leur chiffre d'affaires et plus encore leur marge commerciale sont trop faibles pour autoriser des recrutements. Personnalités dynamiques et pleines d'initiatives, ces éditeurs se retrouvent le plus souvent à « tout faire tout seuls ». Ils sont de plus contraints à développer une activité complémentaire. Loin des Antilles et surtout de Métropole, ces maisons d'édition sont pourtant obligées de trouver des compétences hors de Guyane, en particulier pour la fabrication de leurs livres. La contrepartie est le coût du transport qui vient renchérir le prix de revient du livre et augmenter le « point mort ». Les éditeurs guyanais souhaiteraient pouvoir déléguer davantage les tâches notamment de prépresse (corrections et préparation de copie, maquette et couverture, illustration, iconographie, mise en page, etc.) qu’ils ne parviennent pas à sous-traiter ni à des prestataires locaux ni même à des stagiaires puisqu’il n'existe pas en Guyane de formations aux métiers du livre. Ils auraient également besoin de trouver sur place des interlocuteurs / des intervenants pour les conseiller dans leurs développements numériques, leur informatisation, la création et la gestion de leurs sites internet, leur présence sur les réseaux sociaux, leur communication vis-à-vis des libraires et des médias … décembre 2013 - Asfored 45
  46. 46. Éditeurs/Auteurs en Guyane : Difficultés Des débouchés limités en aval Les maisons d'édition guyanaises sont confrontées aux caractéristiques du marché « intérieur » structurellement encore restreint. Or, un éditeur auto-diffusé et auto-distribué n'a pas accès, sauf ventes via les librairies en ligne, aux lecteurs hors de son territoire. Cette distance avec d'éventuels débouchés commerciaux et promotionnels n'est hélas, semble-t-il, pas compensée par la proximité avec les Antilles. Tous les éditeurs comme les libraires guyanais rencontrés ont expliqué qu’un livre d'un auteur guyanais ou même édité en Guyane se vend très peu en Martinique ou en Guadeloupe. Alors qu’à l'inverse, les lecteurs comme les points de vente guyanais sont beaucoup plus ouverts et curieux des publications des Antilles ou d'Haïti, par exemple, et qu’un éditeur comme Orphie, implanté depuis 1984 à La Réunion, est très visible dans les librairies en Guyane et plus encore dans les rayons livres des grandes surfaces alimentaires. Cette production, pas toujours d'excellente qualité, « encombre » les étals guyanais au détriment de publications qui pourraient être davantage locales sur des sujets aussi porteurs (cuisine, tourisme…). décembre 2013 - Asfored 46
  47. 47. Éditeurs/ Auteurs en Guyane : Atouts Un vivier d'auteurs soutenus par des associations locales Les auteurs guyanais contrairement à ceux d'Haïti notamment restent peu connus hors de Guyane même les plus emblématiques comme Serge Patient, Elie Stephenson ou André Paradis, par exemple. Il y a, semble-t-il, en Guyane une persistance de l'édition « à compte d'auteur » ou « à demi », notamment pour des ouvrages universitaires, comme en témoigne la visibilité de la collection des Presses de l'Université des Antilles et de la Guyane via le site publibook.com. il s'agit davantage en Guyane d'auto-édition, notamment portée par des associations loi 1901 comme l'AGE (Association guyanaise d'édition) ou l'AAG (Association des auteurs guyanais), née en 1994, ou encore l'association MKT (Mayouri Kozé Tracé), créée en 2008, qui est une structure éditoriale puisqu’elle possède déjà 19 livres édités à son actif (soit environ 4 par an et dont 5 dédiés aux enfants) mais organise aussi des cafés, jardins et même abattis littéraires, des ateliers d'écriture, un prix littéraire et des rencontres dans les écoles et collèges avec les « écrivains en herbe », soit les auteurs guyanais de demain… décembre 2013 - Asfored 47
  48. 48. Éditeurs/ Auteurs en Guyane : Atouts Des secteurs éditoriaux particulièrement porteurs Le domaine de la littérature et de façon plus globale, la promotion de la culture et de l'histoire guyanaises à travers essais, documents et ouvrages de référence semblent déjà « pris en charge » et il convient surtout de favoriser la numérisation, l'impression à la demande, les cessions de droits ou les traductions, les achats par les bibliothèques, la communication hors Guyane pour les sciences humaines et sociales comme pour les romans. A noter une demande croissante en Guyane pour des « romans féminins » pas forcément « sentimentaux ». Il s'agit pour les éditeurs guyanais d'imaginer en priorité des titres ou de nouvelles collections attractives et de qualité (texte comme iconographie) dans les domaines suivants du secteur pratique : cuisine, santé, plantes, jardinage, écologie, tourisme vert, artisanat, couture, décoration, etc. avec des déclinaisons pour les enfants et des ouvrages de référence mais aussi des adaptions à petits prix. On ajoutera les ouvrages pédagogiques, de vulgarisation scientifique (nature, biodiversité, espace) avec des partenariats, des ouvrages parascolaires et d'autoformation dans une logique d'édition multisupport, et des ouvrages jeunesse (fiction et documentaire) ainsi que BD-Mangas, dont les thèmes et les illustrations font référence à l'univers guyanais. décembre 2013 - Asfored 48
  49. 49. Les libraires en Guyane Difficultés et Atouts
  50. 50. Libraires en Guyane : Difficultés Des problématiques communes aux librairies de Métropole - problèmes de succession, de transmission de commerces dont la rentabilité moyenne est la plus faible pour le commerce de détail (0,6 % selon le Syndicat de la librairie française) - hausse continue des charges d'exploitation : personnel, loyers en centre-ville qui ne leur permettent pas forcément d'avoir les emplacements les plus visibles pour la clientèle de passage, touristes ou professionnels en déplacement (à l'inverse des « bazars chinois ») - développement des librairies en ligne et des téléchargements d'e-books qui induisent un risque croissant de désintermédiation entre les livres et les lecteurs encore plus hors Métropole - déplacement des zones de chalandise en périphérie des villes qui se trouve illustrée à Cayenne par l'ouverture, après celle du magasin But (le plus grand de l'enseigne) en 2008 et du multiplex cinématographique Agora en 2011, de la galerie marchande Family Plaza - concurrence plus récente qu’en Métropole mais croissante des rayons livres des grandes surfaces alimentaires aggravée par l'érosion continue du public des gros acheteurs et des grands lecteurs, coeur de cible des librairies indépendantes décembre 2013 - Asfored 50
  51. 51. Libraires en Guyane : Difficultés Accentuées par des spécificités du territoire - leur nombre réduit et les distances qui les séparent entre eux (60 kms entre Cayenne et Kourou, 250 kms jusqu’à Saint-Laurent du Maroni) mais aussi d'associations, groupements ou réseaux en Métropole ; les délais et erreurs de livraisons, le coût du transport et le coefficient de majoration de 1,15 (sauf livres scolaires) - l'énorme difficulté de recrutement d'un personnel à la fois qualifié (donc arrivant presque toujours de Métropole puisqu’il n'existe pas notamment de DUT Librairie en Guyane) et stable (le turn over est un souci récurrent et majeur pour tous les libraires rencontrés) - les spécificités très contraignantes de la gestion des commandes d'une librairie implantée en Guyane : pas d'offices, rares visites des représentants (en moyenne, 3 à 4 par an) soit la nécessité de s'informer soi-même sur les fonds et les nouveautés des maisons d'édition, le risque permanent de surstockage - la prééminence du marché des livres scolaires, et donc, une forte dépendance vis-à-vis des budgets des collectivités, des commandes complexes à gérer, des stocks coûteux (nécessitant des garanties COFACE) des retards de paiement… décembre 2013 - Asfored 51
  52. 52. Libraires en Guyane : Atouts L'absence de grandes surfaces culturelles Il n'existe aucune grande surface culturelle sur le territoire. Certes ni les Antilles ni la Guyane n'ont échappé à la montée en puissance des grandes surfaces alimentaires (GSA), « nouveaux venus » dans le commerce du livres : hypermarchés (Cora installé en 2005 et devenu en 2009, Géant Casino, Carrefour) ou de supermarchés (Super U de Kourou ou de St-Laurent du Maroni). Mais cette forme de concurrence assez récente pour les points de vente livres en Guyane ne peut soutenir la comparaison avec de véritables librairies qui font du conseil, de l'accueil et de l'animation leur cœur de métier. La problématique serait très différente si certaines chaînes de produits culturels s'avisaient de s'intéresser à un territoire aussi porteur que celui de la Guyane en termes de croissance démographique et d'opportunités commerciales. Ainsi, Gibert Joseph, forte déjà de 29 points de vente et spécialiste des livres scolaires, parascolaires et universitaires et des livres d'occasion (en forte croissance : 25 % des achats en septembre 2012 selon GfK) ou encore Cultura , particulièrement performante pour son assortiment (ouvrages jeunesse, parascolaires, pratiques mais aussi loisirs créatifs, instruments de musique ) auprès des familles (listes scolaires, animation d'ateliers, etc.). décembre 2013 - Asfored 52
  53. 53. Libraires en Guyane : Atouts Des entrepreneurs dynamiques Ce sont d'abord des professionnels dont la qualité est reconnue par leurs pairs comme en atteste notamment l'attribution par le Centre national du livre du label LiR à Lettres d' Amazonie – Cas'A Bulles et Encrage. Ils font preuve d'une véritable expertise dans la gestion de leurs commandes (soit la connaissance de leur clientèle comme des catalogues des éditeurs) puisque la plupart indique des taux de retour de 5 % seulement. Certains appartiennent également à des groupements professionnels comme Canal BD ou Siloë et entretiennent leur réseau de contacts avec les éditeurs et les auteurs en Guyane comme en Métropole pour organiser de très nombreuses animations dans leurs magasins mais également « hors les murs ». Les libraires guyanais sont de vrais chefs d'entreprise qui investissent (achat des locaux, déménagements, réaménagements, extensions ; sites de ventes en ligne ; logiciels de gestion professionnels ; informatisation…), embauchent en dépit des conditions difficiles de recrutement et donc créent des emplois locaux, répondent aux appels d'offres des collectivités publiques, et s'impliquent dans des services de proximité en dépit de la concurrence des adjudicataires de Métropole, vont à la rencontre des publics qui n'osent pas forcément pousser la porte d'une librairie ou d'une bibliothèque et avant tout maintiennent une relation forte avec leurs clients qu’ils parviennent à fidéliser en restant à l'écoute de leurs attentes. décembre 2013 - Asfored 53
  54. 54. Préconisations Professionnalisation des acteurs Liens interprofessionnels Numérique Livre scolaire Vie littéraire et culturelle Aides et subventions
  55. 55. Préalable Aider les acteurs de la chaîne du livre à se structurer en association où aider à la création d'une Agence du Livre qui les représente, afin qu’ils puissent : •devenir des partenaires de la politique de soutien du Conseil régional ; •dialoguer de manière responsable et unifiée, à travers leurs représentants, avec la collectivité régionale et les instances professionnelles de la filière du livre, tant au niveau régional que national, voire international. décembre 2013 - Asfored 55
  56. 56. Professionnalisation des acteurs Ressources •Informations clés sur le livre centralisées •Outils, modèles et procédures spécifiques téléchargeables (ex : contrat d'auteur ; fiche argumentaire ; budget-type communication ; compte d'exploitation prévisionnel ; procédures et règles des appels d'offres ; …) Ateliers •Atelier d'une ½ journée ou d'1 journée, programme annuel sur la base de 8 ateliers (groupe interprofessionnel ou interrégional) sur un aspect spécifique de l'organisation et la gestion d'une maison d'édition ou d'une librairie (ex : contrat de diffusion ; bases de données clients ; site internet et réseaux sociaux ; participation à un salon ; relations avec les medias ; diffusion à l'international ; négociation commerciale ; relations avec les bibliothèques…) décembre 2013 - Asfored 56
  57. 57. Professionnalisation des acteurs (suite) Conseil / Accompagnement Mise en relation avec experts en gestion juridique, économique ou marketing et communication Accompagnement des maisons d'édition et des librairies indépendantes confrontées à une question stratégique ou à un stade crucial de leur développement par un consultant spécialisé dans l'accompagnement de PME/TPE de l'édition. Plan de formation continue Journées de formations dédiées et opérationnelles à destination des éditeurs, des libraires et des auteurs selon les besoins identifiés Filière Livre Favoriser la constitution d'un « écosystème du livre » en Guyane et la délégation à des compétences locales Création d'un BTS ou DUT (+ Licence Pro) Métiers du livre, en particulier option Librairie, si possible en alternance décembre 2013 - Asfored 57
  58. 58. Liens interprofessionnels Annuaire / Agenda Constitution de bases de données professionnelles pour un meilleur accès des éditeurs et des libraires aux prestataires et acteurs du secteur livre en Guyane et hors Guyane Voir infra : Portail « Livre en Guyane » Rencontres interprofessionnelles Organisation de journées thématiques permettant de réunir les acteurs de l'interprofession et plus globalement les acteurs culturels de la région et hors région, élaboration d'un planning de rencontres : environ 3 par an Rencontres interrégionales / transfrontalières Journées autour de problématiques communes décembre 2013 - Asfored 58
  59. 59. Liens interprofessionnels Mutualisation des moyens Accès à des moyens partagés en matière de veille, de gestion, de distribution, d'impression, de communication, d'administration à de meilleures conditions. Groupes de réflexion Regroupement d'acteurs du livre ayant des intérêts communs pour constituer un groupe de réflexion et de travail et parler « d'une même voix » + Antilles-Guyane (ex : Enjeux et spécificités du livre scolaire dans les DOM-TOM) Numérique Portail « Livre en Guyane » (Ressources + Bases de données professionnelles + Sitothèque + Agenda événements culturels) décembre 2013 - Asfored 59
  60. 60. Numérique Portail « Livre en Guyane » Ressources + Bases de données professionnelles+ Sitothèque + Agenda événements Editeurs et Auteurs Soutien à la numérisation des fonds Soutien à la création d'outils innovants (ex. : applications) Soutien à la création de sites, blogs, présence sur les réseaux sociaux Aide à la mise en relation librairies et bibliothèques numériques Conseil contrats d'édition (droits numériques) Information plateformes autoédition et impression à la demande Libraires Soutien stratégie multicanal (web + magasin) Renouvellement parc informatique, logiciels Soutien commercialisation œuvres du patrimoine numérisé (BnF) : ouvrages indisponibles dur la Guyane décembre 2013 - Asfored 60
  61. 61. Livre scolaire Éditeurs Former un groupe d'enseignants et d'experts pour réfléchir à des outils numériques pour l'apprentissage des élèves et des adultes (français langue étrangère notamment) Constituer un pôle de ressources en Guyane (auteurs, illustrateurs, enseignants…) pour favoriser des partenariats avec des éditeurs scolaires ou des sites partage enseignants Libraires Renforcer l’information sur les appels d'offres et sur la concurrence des adjudicataires Rappel des règles et procédures légales Signature d'une « charte des bons usages » Favoriser les achats directs des livres scolaires lycéens / libraires guyanais avec une carte (voir projet Pass culture 973) décembre 2013 - Asfored 61
  62. 62. Vie littéraire et culturelle Résidences d'écrivains, d'illustrateurs, de traducteurs, de chercheurs Organisation de rencontres dans les établissements scolaires, d'ateliers d'écriture, d'animations dans les librairies indépendantes En partenariat avec les associations d'auteurs guyanaises Salons du livre en Guyane et hors Guyane Salon du livre de Paris (stand Outre-mer / Guyane) Foire de Paris, manifestations Guyane en Métropole Salon du livre jeunesse à Cayenne Rencontres du livre de voyage et d'aventures Animations itinérantes Aller à la rencontre des publics (enfants et parents) ayant peu accès au livre grâce à des animations originales et itinérantes décembre 2013 - Asfored 62
  63. 63. Aides et subventions Renforcer l'information sur les aides existantes et nouvelles Simplifier les procédures Mise en valeur du dispositif existant (notamment Région Guyane) et des aides nationales (CNL, ADELC, IFCIC, …) Simplification et aide au montage des dossiers Consolider les aides dédiées aux supports de promotion Soutien des éditeurs et des libraires indépendants pour la réalisation de leurs catalogues papier et/ou web Consolider les aides aux salons Soutien des éditeurs et des libraires pour leur participation à des salons nationaux ou internationaux y compris thématiques (Blois, Saint-Malo, Belem…) décembre 2013 - Asfored 63
  64. 64. Aides et subventions Consolider les aides financières pour les investissements matériels Soutien des éditeurs et des libraires (ex : équipement informatique, travaux de modernisation et d'agrandissement, aménagement et achat de mobilier) Consolider les aides financières à l'investissement et au développement Soutien des éditeurs et des libraires indépendants pour faciliter l'aboutissement de projets d'investissement liés à leur professionnalisation et la réalisation de projets d'investissements mutualisés ou non (ex : aides à la publication et à la traduction ; projets de numérisation ; création et enrichissement du fonds ; rachat de stocks ; centre d'impression à la demande) Participer au financement de la croissance des maisons d'édition et des librairies indépendantes Consolider les capacités financières des maisons d'édition et des librairies indépendantes, accélérer le développement économique des maisons d'édition et des librairies indépendantes sous capitalisées décembre 2013 - Asfored 64
  65. 65. Conclusion
  66. 66. D’un point de vue purement économique, les maisons d'édition comme les librairies guyanaises (hormis Cas'A Bulles) sont toutes des microentreprises, soit des structures occupant moins de 10 personnes et ayant un chiffre d'affaires annuel n'excédant pas 2 millions d'euros. Il en va bien autrement de leur « poids symbolique » et de leur rayonnement culturel pour faire mieux connaître la Guyane sur et au-delà de son territoire mais surtout en raison du rôle majeur que tous les acteurs du livre guyanais, avec leurs manques mais aussi leurs réussites, ont à jouer pour l'avenir de la lecture (et aussi de la francophonie) dans cette partie du monde. Tous les acteurs de l'écosystème du livre en Guyane, auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, associations culturelles doivent être mobilisés pour que la promotion de la lecture prépare les lecteurs de demain. décembre 2013 - Asfored 66
  67. 67. Que veut la Guyane pour le livre ? Des acteurs déjà professionnels, qui innovent mais sont isolés, en nombre trop réduit et qui cumulent les difficultés de leurs confrères métropolitains avec certaines contraintes inhérentes à leur situation géographique ? La Guyane a la chance d'avoir des entrepreneurs qui lui ressemblent, qui osent et savent prendre des risques mesurés, relever les nouveaux défis comme ceux qui persistent. C’est bien le rôle de l'Etat et de la Région de les accompagner dans leurs projets, d'être à leurs côtés dans leurs difficultés et de contribuer à cet effort vital pour le territoire. Car, en effet, l'enjeu majeur pour la Guyane, davantage encore que pour d'autres régions du fait de sa croissance démographique, c’est l'éducation au livre et à la lecture de toute sa jeunesse, futurs lecteurs mais aussi futurs auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, journalistes, et tout simplement citoyens éclairés de demain… décembre 2013 - Asfored 67
  68. 68. Merci de votre attention. Étude sur le livre en Guyane disponible en ligne : http://www.asfored.org/page.php?rubrique=mp_audit__conseil&page=10 (Rapport entier hors annexes confidentielles)

×