• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Cpp
 

Cpp

on

  • 525 views

 

Statistics

Views

Total Views
525
Views on SlideShare
525
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Cpp Cpp Document Transcript

    • Code de Procédure PénaleSénégalaisSOMMAIRETITRE PRELIMINAIRE : De l’action publique et de l’actioncivile ................................6LIVRE I : DE L’EXERCICE DE L’ACTION PUBLIQUE ET DE L’INSTRUCTION ......7TITRE I : Des autorités chargées de l’action publique et del’instruction ......................7CHAPITRE I - De la policejudiciaire ......................................................................7SECTION I - Dispositionsgénérales ....................................................................7SECTION Il - Des officiers de policejudiciaire ....................................................7SECTION III - Des agents de policejudiciaire......................................................8SECTION IV - Des fonctionnaires et agents chargés de certaines fonctionsde policejudiciaire................................................................................................8CHAPITRE Il - Du ministèrepublic ........................................................................9SECTION I - Dispositionsgénérales ....................................................................9SECTION Il - Des attributions du Procureur général près la Courd’appel ..........9SECTION III - Attributions du Procureur de laRépublique ..................................9SECTION IV - Du ministère public près les tribunauxdépartementaux ............10CHAPITRE III - Du juged’instruction ....................................................................11TITRE Il : Desenquêtes..............................................................................................12CHAPITRE I - Des crimes et délitsflagrants ........................................................12CHAPITRE Il - De l’enquêtepréliminaire ..............................................................16TITRE III : Del’instruction ..........................................................................................16CHAPITRE I - Dispositionsgénérales ..................................................................16
    • CHAPITRE Il - De la constitution de partie civile et de seseffets ........................17CHAPITRE Ill - Des transports, perquisitions, mesures conservatoires etsaisies ..................................................................................................................18CHAPITRE IV - Des auditions detémoins............................................................19CHAPITRE V - Des interrogatoires etconsignations............................................20CHAPITRE VI - Des mandats et de leurexécution ..............................................21CHAPITRE VIl - De la détentionprovisoire ..........................................................23SECTION I : Dispositionsordinaires ..................................................................23SECTION Il : Dispositions particulières concernant la détention provisoiredes auteurs de certainesinfractions ..................................................................26CHAPITRE VIII - Des commissions rogatoires et délégationsjudiciaires ............26CHAPITRE IX - Desexpertises ............................................................................27CHAPITRE X - Des nullités del’information ........................................................29CHAPITRE XI - Des ordonnances derèglement ..................................................30CHAPITRE XII -De l’appel des ordonnances du juged’instruction ......................311
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisCHAPITRE XIII - De la reprise de l’information sur chargesnouvelles ................32CHAPITRE XIV - De la chambre d’accusation: Juridiction d’instruction duseconddegré ........................................................................................................32SECTION I : Dispositionsgénérales ..................................................................32SECTION Il : Des pouvoirs propres du Président de la Chambred’accusation........................................................................................................35SECTION III : Du contrôle de l’activité des officiers de policejudiciaire ............36LIVRE II : DES JURIDICTIONS DEJUGEMENT ......................................................36TITRE I : De la Courd’assises....................................................................................36CHAPITRE I - De la compétence de la Courd’assises ........................................36CHAPITRE Il - De la tenue desassises................................................................36CHAPITRE III -De la composition de la Courd’assises........................................37SECTION I : De lacour ......................................................................................37Paragraphe I - DuPrésident ......................................................................37Paragraphe Il - Desassesseurs ................................................................37SECTION Il : Dujury ..........................................................................................38Paragraphe I - Des conditions d’aptitude aux fonctions dejuré ................38Paragraphe Il - De la formation dujury ......................................................38CHAPITRE IV - De la procédure préparatoire aux sessions
    • d’assises ................39SECTION I - Des actesobligatoires ..................................................................39SECTION Il - Des actes facultatifs ouexceptionnels ........................................40CHAPITRE V - De l’ouverture dessessions ........................................................40SECTION I - Du tirage au sort desjurés ............................................................40SECTION Il - De l’installation des jurés de lasession........................................42CHAPITRE VI - Desdébats ..................................................................................42SECTION I - Dispositionsgénérales ..................................................................42SECTION Il - De la comparution del’accusé ....................................................43SECTION III - De la production et de la discussion despreuves ......................44SECTION IV - De la clôture desdébats ............................................................46CHAPITRE VII - Dujugement ..............................................................................46SECTION I - De la délibération de la Courd’assises ........................................46SECTION Il - De la décision sur l’actionpublique ..............................................47SECTION III - De la décision sur l’actioncivile ..................................................48SECTION IV - De l’arrêt et du procès-verbal......................................................48CHAPITRE VIII - Descontumaces ......................................................................49TITRE Il : Du jugement desdélits ..............................................................................50CHAPITRE I -Des tribunaux départementaux etrégionaux..................................50
    • SECTION I - De la compétence et de lasaisine ................................................50Paragraphe I - Dispositionsgénérales ......................................................50Paragraphe Il - Du flagrantdélit..................................................................51SECTION Il - De la composition du tribunal et de la tenue desaudiences ........51SECTION III - De la publicité et de la police del’audience ................................512
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisSECTION IV - Desdébats..................................................................................52Paragraphe I - De la comparution duprévenu ..........................................52Paragraphe Il - De la constitution de partie civile et de seseffets..............53Paragraphe III - De l’administration de lapreuve ......................................54Paragraphe IV - De la discussion par lesparties ......................................56SECTION V - Dujugement ................................................................................56SECTION VI - Du jugement par défaut et del’opposition ..................................59Paragraphe I - Dudéfaut ............................................................................59Paragraphe Il - Del’opposition ..................................................................59Paragraphe III - De l’itératifdéfaut..............................................................60SECTION VII - Des défenses à exécutionprovisoire ........................................60CHAPITRE Il - De la Cour d’appel en matièrecorrectionnelle..............................60SECTION I - De l’exercice du droitd’appel ........................................................60SECTION Il - De la composition de la chambre des appels correctionnels ......62SECTION III - De la procédure devant la chambre des appels correctionnels ..62TITRE III : Du jugement descontraventions ..............................................................63CHAPITRE I - De la compétence du tribunal de simple.police ............................63CHAPITRE Il - De l’amende decomposition ........................................................63CHAPITRE III - De la saisine du tribunal de simplepolice....................................64
    • CHAPITRE IV - De l’instruction définitive devant le tribunal de simplepolice ......64CHAPITRE V - Du jugement par défaut et del’opposition....................................65CHAPITRE VI -De l’appel des jugements de simplepolice ..................................65TITRE IV - Des citations etsignifications ....................................................................65LIVRE III : DES VOIES DE RECOURSEXTRAORDINAIRES....................................67TITRE UNIQUE : Du pourvoi en cassation et des demandes enrévision ..................67LIVRE IV : DE QUELQUES PROCEDURESPARTICULIERES ................................68TITRE I : De l’enfance délinquante et endanger ........................................................68CHAPITRE I - Des mineursdélinquants ..............................................................68SECTION I - Dispositionsgénérales ..................................................................68SECTION II - De laprocédure............................................................................69SECTION III - Du tribunal pourenfants..............................................................70SECTION IV - De la liberté surveillée et de l’action éducative en milieuouvert..................................................................................................................72CHAPITRE Il - De l’enfance endanger ................................................................73CHAPITRE III - Dispositionsparticulières ............................................................75TITRE Il : Dufaux........................................................................................................75TITRE III : De la procédure en matière d’infraction commises par tout moyen dediffusion
    • publique ........................................................................................................76TITRE IV : De la manière de procéder en cas de disparition des pièces d’uneprocédure ....................................................................................................................783
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisTITRE V : De la régularisation des actes, arrêts de jugements lorsque lesmagistratset greffiers sont dans l’impossibilité designer ............................................................78TITRE VI : De la manière dont sont reçues les dépositions des membres dugouvernement et celles des représentants des puissancesétrangères ....................78TITRE VII : Des règlements dejuges..........................................................................79TITRE VIII : Des renvois d’un tribunal à unautre........................................................79TITRE IX : De larécusation ........................................................................................79TITRE X : Du jugement des infractions commises à l’audience des cours ettribunaux ....................................................................................................................80TITRE XI : Des crimes et délits commis par certainsfonctionnaires ..........................81TITRE XII : Des crimes et délits commis àl’étranger..................................................81TITRE XIII : Des crimes et délits contre la sûreté del’Etat ........................................82LIVRE V : DES PROCEDURESD’EXECUTION ........................................................82TITRE I : De l’exécution des sentencespénales ........................................................82TITRE Il : De ladétention............................................................................................83CHAPITRE I - De l’exécution de la détentionprovisoire ......................................83CHAPITRE Il - De l’exécution des peines privatives deliberté ............................83CHAPITRE IlI - Des dispositions communes aux différents établissementspénitentiaires ........................................................................................................84TITRE III : De la libérationconditionnelle....................................................................85TITRE IV : Dusursis ..................................................................................................85TITRE V : De la reconnaissance de l’identité des individuscondamnés ....................86TITRE VI : De la contrainte parcorps ........................................................................86TITRE VII : De la prescription de lapeine ..................................................................88TITRE VIII : Du casierjudiciaire ..................................................................................88TITRE IX : La réhabilitation des
    • condamnés ..............................................................90TITRE X : Des frais dejustice ....................................................................................92TITRE XI : Sanctionsdisciplinaires ............................................................................92Annexe I : LA COMPETENCE RATIONAE MATERIAE DES JURIDICTIONS ENMATIEREPENALE ........................................................................................................92TITRE I : Les tribunauxdépartementaux ....................................................................94CHAPITRE I -Composition etorganisation ..........................................................94CHAPITRE Il -Compétence..................................................................................94TITRE II : Les tribunauxrégionaux ............................................................................95CHAPITRE I - Composition etorganisation ..........................................................95CHAPITRE Il -Compétence..................................................................................964
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisTITRE III : Les coursd’appels ....................................................................................96TITRE IV : Les coursd’assises ..................................................................................97TITRE V : L’inspection centrale des servicesjudiciaires ............................................97TITRE VI : Dispositionsdiverses ................................................................................98Annexe II :L’EXTRADITION ........................................................................................98TITRE I : Les conditions del’extradition......................................................................98TITRE Il : De la procédure del’extradition ................................................................100TITRE IlI : Des effets del’extradition ........................................................................101TITRE IV : De quelques procéduresaccessoires ....................................................102Annexe III : LE REGIME DES ETABLISSEMENTS PENITENTIAIRES ET LESCONDITIONS DEDETENTION....................................................................................103TITRE I : Dispositionsgénérales ..............................................................................103TITRE Il : De la.détentionprovisoire ........................................................................104TITRE III : De l’exécution des peines privatives deliberté........................................104TITRE IV : Du placement à l’extérieur du régime de semi-liberté et despermissionsdesortir ....................................................................................................................108TITRE V : Personnel et contrôle desprisons ............................................................110TITRE VI : Sécurité, visites, correspondances et peinesdisciplinaires ....................112TITRE VII : mouvements desdétenus ......................................................................114TITRE VIll : Dispositionsdiverses ............................................................................115TITRE IX : De diverses catégories de
    • détenus ........................................................116TITRE X : Dispositionsfinales ..................................................................................116Arrêté Ministériel n° 7117 M.INT.D.A.P en date du 21 mai 1987 portant règlementintérieur des établissementspénitentiaires ............................................................116CHAPITRE I - Ladiscipline ................................................................................117CHAPITRE Il - Punitions etrécompenses ..........................................................117CHAPITRE III - Emploi dutemps........................................................................118CHAPITRE IV - Paquetage ethabillement ........................................................119CHAPITRE V - Hygiène etsanté ........................................................................119CHAPITRE VI - Régime alimentaire etachat......................................................120CHAPITRE VIl - Pécule et gestion desbiens ....................................................121CHAPITRE VIII - Visites etcorrespondances ....................................................122CHAPITRE IX -Assistance ................................................................................123CHAPITRE X - Dispositionsdiverses..................................................................1245
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLOI DE BASE N° 65-61DU 21 JUILLET 1965PORTANT CODE DEPROCÉDURE PÉNALETITRE PRELIMINAIREDE L’ACTION PUBLIQUEET DE L’ACTION CIVILEArticle premierL’action publique pour l’applicationdes peines est mise enmouvement et exercée par lesmagistrats ou les fonctionnairesauxquels elle est confiée par laloi.Cette action peut aussi êtremise en mouvement par la partielésée, dans les conditionsdéterminées par le présentCode.Article 2L’action civile en réparationde dommage causé par touteinfraction appartient à tous ceuxqui ont personnellement souffertdu dommage directement causépar l’infraction.La renonciation à l’action civilene peut ni arrêter ni suspendrel’exercice de l’actionpublique, sous réserve des casvisés à l’alinéa 3 de l’article 6.Article 3L’action civile peut être exercéeen même temps que l’actionpublique et devant la même juridiction.Elle est recevable pour touschefs de dommages aussi bienmatériels que corporels oumoraux, qui découlent des faits,objets de la poursuite.La partie lésée peut poursuivredevant la juridictionrépressive, outre la réparation
    • du dommage découlant du faitpoursuivi, celle de tous autresdommages résultant directementde la faute de l’auteur del’infraction.Article 4L’action civile peut être aussiexercée séparément de l’actionpublique.Toutefois, il est sursis aujugement de cette action exercéedevant la juridiction civile,tant qu’il n’a pas été prononcédéfinitivement sur l’actionpublique, lorsque celle-ci a étémise en mouvement.Article 5La partie qui a exercé sonaction devant la juridiction civilecompétente ne peut la porterdevant la juridiction répressive.Il n’en est autrement que sicelle-ci a été saisie par le ministèrepublic avant que le jugementsur le fond ait été rendupar la juridiction civile.Article 6L’action publique pour l’applicationde la peine s’éteint par lamort du prévenu, la prescription,l’amnistie, l’abrogation de la loipénale et la chose jugée.Toutefois, si des poursuitesayant entraîné condamnationont révélé la fausseté du jugementou de l’arrêt qui a déclarél’action publique éteinte, l’actionpublique pourra être reprise: laprescription doit alors êtreconsidérée comme suspenduedepuis le jour ou le jugement oul’arrêt était devenu définitif jusqu’àcelui de la condamnationdu coupable de faux ou usagede faux.Elle peut, en outre, s’éteindrepar transaction, lorsque la loi endispose expressément; il en estde même, en cas de retrait deplainte, lorsque celle-ci est unecondition nécessaire de la poursuite.Article 7
    • En matière de crime, l’actionpublique se prescrit par dixannées révolues à compter dujour où le crime a été commis sidans cet intervalle, il n’a été faitaucun acte d’instruction ou depoursuite.S’il en a été effectué dans cetintervalle, elle ne se prescritqu’après dix années révolues àcompter du dernier acte. Il enest ainsi même à l’égard despersonnes qui ne seraient pasimpliquées dans cet acte d’instructionou de poursuite.La prescription est suspenduepar tout obstacle de droit ou defait empêchant l’exercice del’action publique.Article 8(Loi n° 77-32 du 22 février1977)En matière de délit, la prescriptionde l’action publique estde trois années révolues; elles’accomplit selon les distinctionsspécifiées à l’article précédent.Toutefois, en matière dedétournement de denierspublics, la prescription est de 7années révolues à compter dujour où le fait délictueux a étécommis.Article 9En matière de contravention,la prescription de l’actionpublique est d’une année révolue;elle s’accomplit selon lesdistinctions spécifiées à l’article7.Article 10L’action civile ne peut êtreengagée après l’expiration dudélai de prescription de l’actionpublique.Toutefois, lorsqu’il a été définitivementstatué sur l’actionpublique, et si une condamnationpénale a été prononcée,l’action civile se prescrit par dixans.
    • L’action civile est soumise àtous autres égards aux règlesdu Code civil.6
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLIVRE PREMIERDE L’EXERCICE DEL’ACTION PUBLIQUE ETDE L’INSTRUCTIONTITRE PREMIERDES AUTORITESCHARGEES DE L’ACTIONPUBLIQUE ET DEL’INSTRUCTIONArticle 11Sauf dans les cas où la loi endispose autrement, et sans préjudicedes droits de la défense,la procédure au cours de l’enquêteet de l’instruction estsecrète.Toute personne qui concourtà cette procédure est tenue ausecret professionnel dans lesconditions et sous les peines del’article 363 du Code pénal.CHAPITRE PREMIERDE LA POLICE JUDICIAIRESECTION PREMIERE DISPOSITIONSGENERALESArticle 12La police judiciaire est exercéesous la direction du Procureurde la République par lesofficiers et agents de police judiciaire,ainsi que par les fonctionnaireset agents auxquels sontattribuées par la loi certainesfonctions de police judiciaire.Article 13Dans le ressort de la Courd’appel, elle est placée sous lasurveillance du Procureur général et sous le contrôle de laChambre d’accusation conformémentaux articles 30 et 210
    • et suivants.Article 14La police judiciaire est chargée,suivant les distinctions établiesau présent titre, de rechercheret de constater les infractionsà la loi pénale, d’en rassemblerles preuves et d’enrechercher les auteurs, tantqu’une information n’est pasouverte.Lorsqu’une information estouverte, elle exécute les délégationsdes juridictions d’instructionet défère à leurs réquisitions.SECTION Il - DESOFFICIERS DE POLICEJUDICIAIRE(Loi n° 81-71 du 25novembre 1981 modifiée parla Loi n° 85-25 du 27 février1985)Article 15Ont la qualité d’officier de policejudiciaire:1. les officiers de gendarmerie;2. les sous-officiers de gendarmerieexerçant les fonctionsde commandant de brigade;3. les commissaires de police;4. les officiers de police;5. les élèves officiers et lessous-officiers de gendarmerienominativement désignés pararrêté conjoint du Ministre chargéde la Justice et du Ministrechargé des Forces arméesaprès avis conforme d’une commission;6. les fonctionnaires du cadrede la police nominativementdésignés par arrêté du Ministrechargé de la Justice, sur propositiondes autorités dont ils relèvent,après avis conforme d’unecommission.La composition des commissionsprévues aux paragraphes5 et 6 est déterminée par arrêtéconjoint du Ministre chargé de laJustice et du Ministre intéressé.Article 16
    • (Loi n° 77-32 du 22 février1977)Les officiers de police judiciaireexercent les pouvoirs définisà l’article 14; ils reçoivent lesplaintes et dénonciations. Ilsprocèdent à des enquêtes préliminairesdans les conditionsprévues par les articles 67 à 69.En cas de crime et délit flagrant,ils exercent les pouvoirsqui leur sont conférés par lesarticles 45 à 59.Ils ont le droit de requérirdirectement le concours de laforce publique pour l’exécutionde leur mission.Ils peuvent recevoir les déclarationsdes victimes désireusesde se constituer partie civile.Celles-ci peuvent, soit par pro-cès-verbal, soit par lettre, fixerle montant de la réparationdemandée pour le préjudice quileur a été causé.La déclaration doit contenirélection de domicile dans le ressortdu tribunal du lieu de l’infraction,à moins que la partiecivile n’y soit domiciliée.Article 17Les officiers de police judiciaireont compétence dans leslimites territoriales où ils exercentleurs fonctions habituelles.En cas de nécessité, ils peuventpoursuivre leurs investigationshors de ces limites à charged’en rendre compte au Procureurde la République territorialementcompétent.Dans toute circonscriptionurbaine divisée en arrondissementsde police, les commissairesexerçant leurs fonctionsdans l’un d’eux ont néanmoinscompétence sur toute l’étenduede la circonscription. Les commissairespeuvent, sur délégationjudiciaire expresse ainsiqu’en cas de crime ou délit flagrant,procéder à des auditions,7
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisperquisitions et saisies dans leressort du tribunal où ils exercentleurs fonctions ainsi quedans les ressorts des tribunauxlimitrophes.Les officiers de gendarmeriejouissent des mêmes pouvoirsdans le ressort des tribunauxlimitrophes à leur propres circonscriptions.Lorsqu’un officier de policejudiciaire se trouve légitimementempêché, tout autre officier depolice judiciaire de la même circonscriptionterritoriale ou d’unarrondissement voisin est tenude le suppléer, sans qu’il puisseretarder le service pour lequel ilsera requis, sous un prétextequelconque.Article 18(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les officiers de police judiciairesont tenus d’informer sansdélai soit le Procureur de laRépublique près le tribunalrégional, ou son délégué près latribunal départemental, soit leprésident de ce tribunal exerçantles fonctions de ministèrepublic en vertu de l’article 37,des crimes, délits et contraventionsdont ils ont connaissance.Dès la clôture de leurs opérations,ils doivent faire parvenirdirectement au ministère publicl’original des procès-verbauxainsi que tous actes, et documentsy afférents. Les objetssaisis sont tenus à sa dispositionau greffe de la juridiction.Une copie certifiée conformedes procès-verbaux estenvoyée au Procureur de laRépublique dans tous les casoù il n’est pas saisi de la procédure.Les procès-verbaux doiventénoncer la qualité d’officier de
    • police judiciaire de leur rédacteur.SECTION III - DES AGENTSDE POLICE JUDICIAIREArticle 19(Loi n° 77-32 du 22 février1977 modifiée par la loi n° 81-71du 19 décembre 1981)Sont agents de police judiciairelorsqu’ils n’ont pas la qualitéd’officiers de police judiciaire:-les militaires de la gendarmerie;-les membres des forces depolice.Article 20(Loi n° 66-18 du 1er février1966)Les agents de police judiciaireont pour mission:-De seconder, dans l’exercicede leurs fonctions, les officiersde police judiciaire;-De rendre compte à leurschefs hiérarchiques de touscrimes, délits ou contraventionsdont ils ont connaissance;-De constater, en se conformantaux ordres de leurs chefs,les infractions à la loi pénale etde recueillir tous les renseignementsen vue de découvrir lesauteurs de ces infractions, letout dans le cadre et dans lesformes prévus par les lois quileur sont propres;Cependant les gendarmessont habilités à dresser procès-verbal des infractions qu’ilsconstatent et à recevoir dans laforme les déclarations qui leursont faites par toutes personnessusceptibles de leur fournir desindices, preuves et renseignementssur les auteurs et complicesde ces infractions. Ilsn’ont cependant pas qualitépour décider des mesures degarde à vue.SECTION IV - DESFONCTIONNAIRES ETAGENTS CHARGES DECERTAINES FONCTIONSDE POLICE JUDICIAIRE
    • (Loi n° 66-18 du 1er février1966 complétée par la loi n°85-25 du 27.2.1985)Article 21Les fonctionnaires et agentsdes administrations et services,auxquels certains pouvoirs depolice judiciaire sont attribuéspar des textes spéciaux, exercentces pouvoirs dans lesconditions et limites fixées parces textes. Dans tous les cas,ils peuvent suivre les chosesconstituant le corps de l’infractiondans les lieux où elles ontété transportées et peuvent lesmettre sous séquestre.Ils ne peuvent cependantpénétrer dans les maisons, ateliers,bâtiments, cours adjacenteset enclos qu’en présenced’un officier de police judiciairequi ne peut se refuser à lesaccompagner et signe le pro-cès-verbal de l’opération àlaquelle il a assisté.Pour l’accomplissement deleur mandat, ils peuvent requérirmain-forte des services de policeou de gendarmerie du ressortdans lequel ils opèrent.Leurs procès-verbaux danstous les cas doivent être adressésdans les huit jours, soit auparquet du tribunal régionaldans le ressort duquel l’infractiona été commise, ou au déléguédu Procureur de la Républiqueprès le tribunal départementalou au présidents decette dernière juridiction exerçantles fonctions de ministrepublic en application de l’article37, soit au parquet de la juridictionoù le corps de l’infraction aété gardé.Une copie certifiée conformedes procès-verbaux est en outreenvoyée au Procureur de laRépublique dans tous les casoù il n’est pas saisi de la procédure.8
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 22(abrogé par la loi n° 85-25 du27 février 1985)CHAPITRE IIDU MINISTERE PUBLICSECTION PREMIERE DISPOSITIONSGENERALESArticle 23Le ministère public exercel’action publique et requiert l’applicationde la loi.Article 24(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le ministère public est représentéauprès de chaque juridictionrépressive: il assiste auxdébats des juridictions de jugement,toutes les décisions sontprononcées en sa présence; ilassure l’exécution des décisionsde justice.En l’absence du délégué duProcureur de la République prèsle tribunal départemental, lesfonctions de ministère publicsont assurées par le présidentde cette juridiction sous lecontrôle direct du Procureur dela République conformément àl’article 38 du présent code.Article 25Le ministère public est tenude prendre des réquisitionsécrites conformes aux instructionsqui lui sont données dansles conditions prévues auxarticles 28 et 29.Il développe librement lesobservations orales qu’il croitconvenables au bien de la justice.SECTION Il - DES
    • ATTRIBUTIONS DUPROCUREUR GENERALPRES LA COUR D’APPELArticle 26(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le Procureur général représenteen personne, ou par sessubstituts, le ministère publicauprès de la Cour d’Appel etauprès de la Cour d’Assise instituéeau siège de la Cour d’appel.Il représente également leministère public auprès desautres Cours d’Assises du ressort,soit en personne, soit parses substituts.Le Procureur général peutaussi, s’il l’estime nécessaire,se faire représenter devant laCour d’Assises instituée auprèsd’un tribunal régional autre quecelui du siège de la Cour d’appel,par le Procureur de laRépublique ou ses substituts.Article 27Le Procureur général estchargé de veiller à l’applicationde la loi pénale dans toutel’étendue du ressort de la Courd’appel.A cette fin, il lui est adressétous les mois, par chaque Procureurde la République, un étatdes affaires de son ressort.Le Procureur général a, dansl’exercice de ses fonctions, ledroit de requérir directement laforce publique.Article 28Le Garde des Sceaux,Ministre de la Justice peutdénoncer au Procureur généralles infractions à la loi pénaledont il a connaissance, luienjoindre d’engager ou de faireengager les poursuites, ou desaisir la juridiction compétentede telles réquisitions écrites quele Ministre juge opportunes.
    • Article 29Le Procureur général a autoritésur tous les représentants auministère public du ressort de laCour d’appel.A l’égard de ces magistrats, ila les mêmes prérogatives quecelles reconnues au Ministre dela Justice à l’article précédent.Article 30Tous les officiers et agents dela police judiciaire sont placéssous la surveillance du Procureurgénéral. Il peut les chargerde recueillir tous renseignementsqu’il estime utiles à unebonne administration de la justice.Tous les fonctionnaires etagents qui, d’après l’article 21du présent Code, sont, à raisonde fonctions, même administratives,appelés par la loi à fairequelques actes de la police judiciaire,sont, sous ce rapportseulement, soumis à la mêmesurveillance.SECTION III ATTRIBUTIONSDUPROCUREUR DE LAREPUBLIQUEArticle 31(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le Procureur de la Républiquereprésente en personneou par ses substituts le ministèrepublic près le tribunal régionalsans préjudice des dispositionsprévues par les lois spéciales.En cas d’empêchement oud’absence momentanés, il estremplacé, s’il n’a pas de substitut,par un délégué du Procureurde la République du ressort oupar un juge commis à cet effetpar le président du tribunalrégional sur sa proposition ou, àdéfaut, sur celle du Procureurgénéral.
    • Le délégué du Procureur de laRépublique représente le Ministèrepublic auprès du tribunaldépartemental. En cas d’absence,il est procédé conformémentà l’article 24, alinéa 2.9
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 32Le Procureur de la Républiquereçoit les plaintes et lesdénonciations et apprécie lasuite à leur donner.Toute autorité constituée, toutofficier public ou fonctionnairequi, dans l’exercice de ses fonctions,acquiert la connaissanced’un crime ou d’un délit, est tenud’en donner avis sans délai auProcureur de la République etde transmettre à ce magistrattous les renseignements, pro-cès-verbaux et actes qui y sontrelatifs (Loi n° 85-25 du 27 fév.1985).Le Procureur de la Républiquepeut, préalablement à ladécision sur l’action publique, etavec l’accord des parties, soumettrel’affaire à la médiationpénale s’il apparaît qu’une tellemesure est susceptible d’assurerla réparation du dommagecausé à la victime, mettre fin autrouble résultant de l’infraction,et contribuer au reclassementde l’auteur (Loi n° 99-88 du 3sept 1999).Le Procureur de la Républiquepeut procéder lui-même àla médiation pénale ou déléguertout ou partie de la tâche à unmédiateur pénale tenu à uneobligation de neutralité et desecret. Le médiateur pénal vérifieral’accord des parties en litigesur le principe du recours àla médiation pénale, les aidera àtrouver une solution acceptéepar elles. Cette solution ne doitêtre contraire ni à l’ordre publicni aux bonnes moeurs. Lemédiateur pénal contrôlera sinécessaire la bonne exécutiondes engagements (Loi n° 99-88du 3 sept. 1999).La tentative de médiationpénale doit intervenir dans les15 jours de la saisine du médiateur.Le procès-verbal de l’accordainsi que le rapport du
    • médiateur pénal dressé à ceteffet sont transmis immédiatementau Procureur de la République.En cas d’échec de lamédiation pénale par refus decomparaître, non comparutionde l’auteur des faits ou pourtoute autre raison, le médiateurpénal adresse son rapport auProcureur de la République.Celui-ci apprécie alors l’opportunitéd’engager des poursuites.(Loi n° 99-88 du 3 sept. 1999).Les informations recueilliesdans l’exécution de la missionne peuvent être utilisées contrel’une ou l’autre partie (Loi n° 9988du 3 sept. 1999).Le Procureur de la Républiquepeut décider de classerl’affaire sans suite. Il doit adresserau plaignant un avis de cettedécision dans les huit jours decelle-ci. Cet avis comportenotamment la mention que leplaignant peut, s’il le désire,prendre l’initiative de mettre l’actionpublique en mouvement ense constituant partie Civile (Loin° 99-88 du 3 sept. 1999).Article 33Le Procureur de la Républiqueprocède ou fait procéderà tous les actes nécessaires àla recherche et la poursuite desinfractions à la loi pénale.A cette fin, il dirige l’activitédes officiers et agents de la policejudiciaire dans le ressort deson tribunal.Il a tous les pouvoirs et prérogativesattachés à la qualitéd’officier de police judiciaire prévuspar la section Il du titre premierdu présent livre ainsi quepar des lois spéciales.En cas d’infraction flagrante, ilexerce les pouvoirs qui lui sontattribués par l’article 60.Article 34Le Procureur de la Républiquea, dans l’exercice de sesfonctions, le droit de requérirdirectement la force publique.
    • Article 35Sont compétents pour exercerles attributions prévues à la présentesection, le Procureur de laRépublique du lieu de l’infraction,celui de la résidence del’une des personnes soupçonnéesd’avoir participé à l’infraction,celui du lieu d’arrestationd’une de ces personnes, mêmelorsque cette arrestation a étéopérée pour une autre cause.Les conflits de compétenceentre parquets sont réglés par leProcureur général près la Courd’appel.SECTION IV - DUMINISTERE PUBLIC PRESLES TRIBUNAUXDEPARTEMENTAUXArticle 36(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Dans les tribunaux départementauxoù il n’existe pas dedélégué du Procureur de laRépublique, les présidents deces juridictions sont investis,pour les infractions relevant deleur compétence, des pouvoirsdu Procureur de la Républiquetels qu’ils sont précises à l’article33.Ils peuvent poursuivre d’office,et avertir ou faire citer le prévenudevant le tribunal sanspréjudice du droit d’avertissementou de citation directe duProcureur de la Républiquecompétent ou du droit de citationde la partie.Ils assurent l’exécution deleurs jugements.Toutefois, le Procureur de laRépublique près le tribunalrégional peut, lorsqu’il le jugeutile, y exercer les attributionsdu ministère public.Article 37(Loi n° 85-25 du 27 février
    • 1985)Dans les tribunaux départementauxoù il n’existe pas dedélégué du Procureur de laRépublique, les présidents deces juridictions sont investis,pour les infractions relevant deleur compétence, des pouvoirsdu Procureur de la République10
    • Code de Procédure PénaleSénégalaistels qu’ils sont précisés à l’article33.Ils peuvent poursuivre d’office,et avertir ou faire citer le prévenudevant le tribunal sanspréjudice du droit d’avertissementou de citation directe duProcureur de la Républiquecompétent ou du droit de citationde la partie.Ils assurent l’exécution deleurs jugements.Toutefois, le Procureur de laRépublique près le tribunalrégional peut, lorsqu’il le jugeutile, y exercer les attributionsdu ministère public.Article 38(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Lorsqu’il exerce les fonctionsdu ministère public le présidentdu tribunal départemental estplacé sous le contrôle du Procureurde la République près le tribunalrégional.CHAPITRE IIIDU JUGE D’INSTRUCTIONArticle 39Le juge d’instruction est chargéde procéder aux informationsainsi qu’il est dit au chapitre premierdu titre Ill du présent Code.Sauf les exceptions prévuespar les articles suivants, il nepeut, à peine de nullité, participerau jugement des affairespénales dont il a connu en saqualité de juge d’instruction.Article 40Il est désigné au moins unjuge d’instruction dans chaquetribunal régional, par arrêté duGarde des Sceaux, Ministre dela justice.
    • Quand le ou les juges d’instructiond’un ressort sontabsents, malades ou autrementempêchés, ils sont remplacéspar des juges provisoirementdésignés par ordonnance duprésident du tribunal; à défaut,le président du tribunal est chargédes fonctions de juge d’instruction.Dans ce dernier cas, laprocédure est réglée comme ilest dit aux articles 169 et suivantsdu présent Code et le présidentdu tribunal peut juger lesaffaires correctionnelles qu’il ainstruites.Article 41(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Lorsque le tribunal départementalne comprend qu’unmagistrat, celui-ci, qu’il se soitsaisi d’office des affaires de sacompétence ou qu’il ait étérequis d’informer par le Procureurde la République, remplitles fonctions de juge d’instructionpuis juge les affaires qu’il ainstruites.Article 42Le juge d’instruction ne peutinformer qu’après avoir été saisipar un réquisitoire du Procureurde la République ou par uneplainte avec constitution de partiecivile dans les conditions prévuesaux articles 71 et 77.Il a tous les pouvoirs et lesprérogatives attachés à la qualitéd’officier de police judiciaireprévus par la section Il du titrepremier du présent livre, ainsique par les lois spéciales.En cas de crimes ou de délitsflagrants, il exerce les pouvoirsqui lui sont attribués par l’article64.Le juge d’instruction a, dansl’exercice de ses fonctions, ledroit de requérir directement laforce publique.Article 43
    • Sont compétents le juge d’instructiondu lieu de l’infraction,celui de la résidence de l’unedes personnes soupçonnéesd’avoir participé à l’infraction,celui du lieu d’arrestation d’unede ces personnes. Mêmelorsque cette arrestation a étéopérée pour une autre cause.Article 44(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le président du tribunaldépartemental, quand il ne résidepas au siège d’un tribunalrégional, peut, en cas d’urgence,se saisir d’office aux finsd’instruction de tout crime oudélit excédant sa compétencecommis dans son ressort ou saisiraux mêmes fins, lorsqu’il enexiste un, le juge d’instructiondu tribunal départemental, qu’ily ait ou non, flagrant délit, àcharge d’en informer immédiatementle Procureur de la Républiquecompétent. Celui-ci, à quiest transmise en même tempsla copie du procès-verbal destinéeau juge d’instruction, saisitce dernier par un réquisitoire.Faute par le président du tribunaldépartemental de se saisird’office, il peut être requis d’informer,ou de faire informer, parle Procureur de la Républiquecompétent.En tout état de la procédure,le président du tribunal départementaldoit transmettre le dossierde l’information au juged’instruction du tribunal régional,sur la demande de celui-ci.Le président du tribunaldépartemental ou le juge d’instructionde ce tribunal qu’il agissed’office, sur réquisition ou surdélégation, procède à tous lesactes d’instruction, conformémentaux dispositions du présentCode, sous les réserves ci-après:1. Il ne peut décerner de mandatde dépôt ou d’arrêt et doiten demander la délivrance aujuge d’instruction du tribunalrégional; néanmoins, il peut garder
    • le prévenu à sa dispositionjusqu’à la décision du juge d’instructionqui doit intervenir dansles huit jours de la mise sousgarde. Celle-ci ne peut enaucun cas être prorogée au-delà de ce délai;11
    • Code de Procédure PénaleSénégalais2. La décision de mainlevéede mandat de dépôt ou d’arrêtappartient au juge d’instructiondu tribunal régional à qui le dossierde la procédure doit êtrecommuniqué;3. L’information terminée, iln’a pas qualité pour régler laprocédure et doit transmettre ledossier au juge d’instruction dutribunal régional à qui il appartientde statuer et de rendre l’ordonnancede clôture.Lorsque le président du tribunaldépartemental ou le juged’instruction de ce tribunal sedessaisit de la procédure, il doitinviter la partie civile à seconformer aux dispositions del’article 80.Le juge d’instruction du tribunalrégional, avant de rendreson ordonnance de clôture, peutprocéder par lui-même ou pardélégation à toute mesure d’instructioncomplémentaire qu’iljuge convenable.TITRE IIDES ENQUETESCHAPITRE PREMIERDES CRIMES ET DELITSFLAGRANTSArticle 45Est qualifié crime ou délit flagrant,le crime ou le délit qui secommet actuellement, ou quivient de se commettre. Il y aaussi crime ou délit flagrantlorsque, dans un temps très voisinde l’action, la personnesoupçonnée et poursuivie par laclameur publique, ou est trouvéeen possession d’objets, ouprésente des traces ou indiceslaissant penser qu’elle a participéau crime ou au délit.Est assimilé au crime ou délitflagrant tout crime ou délit qui,
    • même non commis dans les circonstancesprévues à l’alinéaprécédent, a été commis dansune maison dont le chef requiertle Procureur de la Républiqueou un officier de la police judiciairede le constater.Article 46En cas de crime flagrant, l’officierde police judiciaire qui enest avisé informe immédiatementle Procureur de la République,se transporte sans délaisur le lieu du crime et procède àtoutes les constatations utiles.Il veille à la conservation desindices susceptibles de disparaîtreet de tout ce qui peut servirà la manifestation de la vérité.Il saisit les armes et instrumentsqui ont servi à commettrele crime ou qui étaient destinésà le commettre, ainsi que toutce qui parait avoir été le produitde ce crime.Il représente les objets saisispour reconnaissance aux personnesqui paraissent avoir participéau crime, si elles sont présentées.Article 47Dans les lieux où un crime ouun délit a été commis, il estinterdit, sous peine d’une amendede 3.000 a 18.000 francs, àtoute personne non habilitée, demodifier avant les premièresopérations de l’enquête judiciaire,l’état des lieux et d’y effectuerdes prélèvement quelconques.Toutefois, exception est faitelorsque ces modifications ouces prélèvements sont commandéspar les exigences de lasécurité ou de la salubritépublique, ou par les soins àdonner aux victimes.Si les destructions des tracesou si les prélèvements sonteffectués en vue d’entraver lefonctionnement de la justice, lapeine est un emprisonnementde trois mois à trois ans et uneamende de 20.000 à 60.000francs.
    • Article 48Si la nature du crime est telleque la preuve en puisse êtreacquise par la saisie despapiers, documents ou autresobjets en la possession des personnesqui paraissent’avoir participéau crime ou détenir despièces ou objets relatifs auxfaits incriminés, l’officier de policejudiciaire se transporte sansdésemparer au domicile de cesdernières pour y procéder à uneperquisition dont il dresse pro-cès-verbal.Il a seul, avec les personnesdésignées à l’article 49 et cellesauxquelles il a éventuellementrecours en application de l’article52, le droit de prendreconnaissance des papiers oudocuments avant de procéder àleur saisie.Toutefois, il a l’obligation deprovoquer préalablement toutesmesures utiles pour que soitassuré le respect du secret professionnelet des droits de ladéfense.Tous les objets et documentssaisis sont immédiatementinventoriés et placés sous scellés.Cependant, si leur inventairesur place présente des difficultés,ils font l’objet de scellés fermésprovisoires jusqu’aumoment de leur inventaire et deleur mise sous scellés définitifset ce en présence des personnesayant assisté à la perquisition,suivant les modalitésprévues à l’article 49. Avec l’accorddu Procureur de la Républiquel’officier de police judiciairene maintient que la saisie desobjets et documents utiles à lamanifestation de la vérité.Article 49Sous réserve de ce qui est dità l’article précédent concernantle respect du secret professionnelet des droits de la défense,les opérations prescrites parledit article sont faites en présencedes personnes soupçonnées
    • d’avoir participé au crime12
    • Code de Procédure PénaleSénégalaiset de la personne au domicilede laquelle la perquisition a lieu.En cas d’impossibilité, l’officierde police judiciaire aura l’obligationde les inviter chacun à désignerun représentant de leurchoix; à défaut, l’officier de policejudiciaire choisira deuxtémoins requis à cet effet parlui, en dehors des personnesrelevant de son autorité administrative.Le procès-verbal de ces opérations,dresse ainsi qu’il est dità l’article 57, est signé par lespersonnes visées à l’alinéa précédent:au cas de refus ou d’impossibilité,il en est fait mentionau procès-verbal.Article 50(Loi n° 66-18 du 1er février1966)Sous réserve des nécessitésdes enquêtes ou de l’instruction,toute communication ou toutedivulgation, sans l’autorisationde l’inculpé ou de ses ayantsdroits ou du signataire ou dudestinataire d’un document provenantd’une perquisition à unepersonne non qualifiée par la loipour en prendre connaissance,est punie d’une amende de36.000 à 180.000 francs et d’unemprisonnement de deux moisà deux ans.Article 51Sauf réclamation faite de l’intérieurde la maison ou exceptionsprévues par la loi, les perquisitionset les visites domiciliairesne peuvent être commencéesavant cinq heures et aprèsvingt-et-une heures.Les formalités mentionnéesaux articles 48, 49 et au présentarticle sont prescrites à peine denullité.Article 52
    • S’il y a lieu de procéder à desconstatations qui ne puissentêtre différées, l’officier de policejudiciaire a recours à toutes personnesqualifiées.Les personnes ainsi appeléesprêtent, par écrit, serment dedonner leur avis en leur honneuret conscience.Article 53L’officier de Police judiciairepeut défendre à toute personnede s’éloigner du lieu de l’infractionjusqu’à la clôture de sesopérations.Toute personne dont il apparaîtnécessaire, au cours desrecherches judiciaires, d’établirou de vérifier l’identité, doit à lademande de l’officier de policejudiciaire, se prêter aux opérationsqu’exige cette mesure.Tout contrevenant aux dispositionsdes alinéas précédentsest passible d’une peine qui nepeut excéder quinze jours d’emprisonnementet 18.000 francsd’amende.Article 54L’officier de police judiciairepeut appeler et entendre toutespersonnes susceptibles de fournirdes renseignements sur lesfaits ou sur les objets et documentssaisis.Les personnes convoquéespar lui sont tenues de comparaîtreet de déposer. Si elles nesatisfont pas à cette obligations,avis en est donné au Procureurde la République, qui peut lescontraindre à comparaître par laforce publique.Il dresse un procès-verbal deleurs déclarations. Les personnesentendues elles-mêmesà sa lecture, peuvent y faireconsigner leurs observations ety apposent leur signature. Sielles déclarent ne savoir lire,lecture leur en est faite par l’officierde police judiciaire préalablementà la signature.
    • Au cas de refus d’impossibilitéde signer le procès-verbal, mentionen est faite sur celui-ci.Article 55(Loi n° 99-06 du 29 Janvier1999)Si, pour les nécessité de l’enquête,l’officier de police judiciaireest amené à garder à sa dispositionune ou plusieurs personnes visées aux articles 53 et54, il ne peut les retenir plus de24 heures.S’il existe contre une personnedes indices graves et concordants,de nature à motiver soninculpation, l’officier de policejudiciaire doit la conduire devantle Procureur de la Républiqueou son délégué, sans pouvoir lagarder à sa disposition plus de48 heures. En cas de difficultématérielle relative au transfèrement,le Procureur de la républiquedoit être immédiatementaverti des conditions et délai detransfèrement.Dans les deux cas, l’officierde police judiciaire doit immédiatementinformer le Procureurde la république, son déléguéou le cas échéant le Présidentdu tribunal départemental investides pouvoirs de Procureur dela république de la mesure dontil a l’initiative et faire connaître àla personne retenue les motifsde sa mise sous garde à vue.Lorsque la personne gardée àvue est un mineur de 13 à 18ans, l’officier de police judiciairedoit la retenir dans un local spécialisolé des détenus majeurs.La mesure de garde à vues’applique sous le contrôleeffectif du Procureur de laRépublique, de son délégué oule cas échéant du Président dutribunal départemental investides pouvoirs du Procureur de laRépublique.Dans tous les lieux où elles’applique, les officiers de policejudiciaire sont astreints à la
    • tenue d’un registre de garde àvue côté et paraphé par le parquetqui est présent à toutesréquisitions des magistrats chargésdu contrôle de la mesure.Le délai prévu à l’alinéa 2peut être prorogé d’un nouveaudélai de 48 heures par autorisationdu Procureur de la République,de son délégué ou dujuge d’instruction, confirmé parécrit.Les délais prévus au présentarticle sont doublés en ce qui13
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisconcerne les crimes et délitscontre la sûreté de l’Etat ; ilssont également doublés pourtous les crimes et délits enpériode d’état de siège, d’étatd’urgence ou d’application del’article 47 de la Constitutionsans que ces deux causes dedoublement puissent se cumuler.En cas de prolongation de lagarde à vue, l’officier de policejudiciaire informe la personnegardée à vue des motifs de laprorogation en lui donnantconnaissance des dispositionsde l’article 56. Il lui notifie ledroit qu’elle a de constituerconseil parmi les avocats inscritsau tableau ou admis enstage. Mention de ces formalitésest faite obligatoirement dans leprocès verbal d’audition à peinede nullité.Article 55 bis(Loi n° 99-6 du 29 janvier1999)L’avocat désigné est contactépar la personne gardée à vueou toute autre personne par elledésignée ou par défaut, par l’officierde police judiciaire. L’avocatpeut communiquer, y comprispar téléphone ou par tousautres moyens de communication,s’il ne peut se déplacerdans les meilleurs délais, avecla personne gardée à vue dansdes conditions qui garantissentla confidentialité de l’entretien.Si l’avocat choisi ne peut êtrecontacté, l’officier judiciaire enfait mention au procès verbald’audition de la personne gardéeà vue.L’avocat est informé par l’officierde police judiciaire ou, sousle contrôle de celui-ci, par unagent de police judiciaire de lanature de l’infraction recherchée.
    • A l’issue de l’entretien qui nepeut excéder trente minutes,l’avocat présente, le caséchéant, des observationsécrites qui sont jointes à la procédure.L’avocat ne peut faire état decet entretien auprès de quiconquependant la durée de lagarde à vue.Le Procureur de la Républiqueest, dans les meilleursdélais, informé par l’officier depolice judiciaire des diligenceseffectuées dans le cadre del’application du présent article.Article 55 ter(Loi n° 99-06 du 29 janvier1999)L’officier de police judiciairementionne au procès verbald’audition de toute personnegardée à vue les informationsdonnées et les demandes faitesen application de l’article 55 bis,ainsi que la suite qui leur a tétédonnée.Ces mentions doivent êtrespécialement émargées sur lapersonne intéressée et, en casde refus, il en est fait mention.Ces mentions sont prescritesà peine de nullité du procès verbal.Article 56(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si le Procureur de la Républiqueou son délégué l’estimenécessaire, il peut faire examinerla personne gardée à vuepar un médecin qu’il désigne, àn’importe quel moment desdélais prévus par l’article précédent.Il peut également être saisiaux mêmes fins et dans lesmêmes délais par la personnegardée à vue sous le couvert del’officier de police judiciaire partoute personne ou par sonconseil; dans ce cas, il doitordonner l’examen médical
    • demandé.Cet examen médical est pratiquésur les lieux mêmes où lapersonne est gardée à vue etlorsqu’il n’est pas demandé d’officepar le Procureur de laRépublique aux frais consignéspréalablement par la partierequérante. Dans ce derniercas, l’acte de désignation portemention de l’existence de cetteconsignation.Article 57(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les procès-verbaux dresséspar l’officier de police judiciaireen exécution des articles 46 et54 sont rédigés sur le champ etsignés par lui sur chaque feuilletdu procès-verbal.Le procès-verbal d’audition detoute personne gardée à vuedoit mentionner le jour et l’heureà partir desquels elle a été placéedans cette position, lesmotifs de la mise sous garde àvue, la durée des interrogatoires,la durée des repos, ainsique le jour et l’heure à partirdesquels elle a été soit libérée,soit conduite devant le magistratcompétent. Cette mention doitêtre spécialement émargée parles personnes intéressées et encas de refus, il en est fait mentionau procès-verbal, à peinede nullité.Article 58Dans les corps ou services oùles officiers de police judiciairesont astreints à tenir un carnetde déclaration, les mentions etémargements prévus à l’articleprécédent doivent être portéssur ledit carnet. Seules les mentionssont reproduites au pro-cès-verbal transmis à l’autoritéjudiciaire.Article 59(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les dispositions des articles
    • 46 à 58 sont applicables auxcas de délit flagrant ainsi à qu’àtous les cas où la loi prévoit unepeine d’emprisonnement.Lorsque des abus sontconstatés de la part des officiersde police judiciaire dans l’applicationdes mesures de garde àvue, le Procureur de la Républiqueou son délégué en informele Procureur Général quisaisit la Chambre d’Accusation.14
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLa victime des abus précisésà l’alinéa précédent peut égalementsaisir par requête laChambre d’accusation (loi n°99-06 du29 Janvier 1999).Celle-ci, en vertu de ses pouvoirsprévus aux articles 213,216 et 217 du présent Code,peut soit retirer temporairementou définitivement la qualité d’officierde police judiciaire à l’auteurdes abus, soit retourner ledossier au Procureur Généralpour intenter des poursuites, s’ilrelève qu’une infraction à la loipénale a été commise.Article 60L’arrivée du Procureur de laRépubliques sur les lieux dessaisitl’officier de police judiciaire.Le Procureur de la Républiqueaccomplit alors tousactes de police judiciaire prévusau présent chapitre.Il peut aussi prescrire à tousofficiers de police judiciaire depoursuivre les opérations.Article 61Si les nécessités de l’enquêtel’exigent, le Procureur de laRépublique, ou le juge d’instructionlorsqu’il procède comme ilest dit au présent chapitre, peutse transporter dans les ressortsdes tribunaux limitrophes decelui où il exerce ses fonctions,a l’effet d’y poursuivre sesinvestigations. Il doit aviser, aupréalable, le Procureur de laRépublique du ressort du tribunaldans lequel il se transporte.Il mentionne sur son procès-verballes motifs de son transport.Article 62En cas de crime flagrant, et sile juge d’instruction n’est pasencore saisi, le Procureur de laRépubliques peut décerner
    • mandat d’amener contre toutepersonne soupçonnée d’avoirparticipé à l’infraction.Le Procureur de la Républiqueinterroge sur le champ lapersonne ainsi conduite devantlui. Si elle se présente spontanément,accompagnée d’undéfenseur, elle ne peut êtreinterrogée qu’en présence de cedernier.Article 63Loi n° 99-06 du 29 Janvier1999En cas de délit flagrant,lorsque le fait est puni d’unepeine d’emprisonnement, et si lejuge d’instruction n’est pas saisi,le Procureur de la Républiquene peut interroger la personneconduite devant lui sur son identitéet sur les faits qui lui sontreprochés qu’en présence deson conseil choisi parmi les avocatsinscrits au tableau ouadmis au stage.L’avocat choisi est avisé sansdélai. Il peut consulter sur-lechampson dossier et communiquerlibrement avec son client.Si l’avocat ne peut êtrecontacté ou ne peut se déplacerdans les meilleurs délais, la formalitéest considérée commeaccomplie. Mention en est faiteau procès verbal à peine de nullitéde la procédure.Le Procureur de la République,après avoir recueilli lesdéclarations de la personneconduite devant lui et, le caséchéant les déclarations de sonavocat, peut la mettre sousmandat de dépôt motivé.Le conseil ne peut prendre laparole et poser des questionsqu’après y avoir été autorisé parle Procureur de la République.Il saisit alors le tribunal dansles conditions définies au livre Ildu présent Code relatif à la procéduredevant les juridictions dejugement.
    • Nonobstant les dispositionsde l’article 45, la procédure prévueaux deux alinéas précédentspeut être utilisée par leProcureur de la République ouson délégué ou le cas échéantle Président du tribunal départementalinvesti des pouvoirs duProcureur de la République s’ilexiste contre une personne desindices graves et concordantsde nature à motiver son inculpationpour infraction correctionnelle,lorsque ladite personnereconnaît devant ce magistratavoir commis les faits constitutifsdu délit considéré.La procédure prévue au présentarticle est inapplicable enmatière de délits de presse, dedélits politiques, ainsi que dansles cas où une loi spécialeexclut son application.Article 64Lorsque le juge d’instructionest présent sur les lieux, le Procureurde la République ainsique les officiers de police judiciairesont de plein droit dessaisisà son profit.Le juge d’instruction accomplitalors tous actes de police judiciaireprévus au présent chapitre.Il peut aussi prescrire à tousofficiers de police judiciaire depoursuivre les opérations.Ces opérations terminées, lejuge d’instruction transmet lespièces de l’enquête au Procureurde la République à toutesfins utiles.Lorsque le Procureur de laRépublique et le juge d’instructionsont simultanément sur leslieux, le Procureur de la Républiquepeut requérir l’ouvertured’une information régulière dontest saisi le juge d’instructionprésent.Article 65Dans les cas de crime flagrantou de délit flagrant puni d’unepeine d’emprisonnement, toute
    • personne a qualité pour enappréhender l’auteur et leconduire devant l’officier de policejudiciaire le plus proche.Article 66En cas de découverte d’uncadavre, qu’il s’agisse ou nond’une mort violente, mais si lacause en est inconnue ou suspecte,l’officier de police judiciairequi en est avisé informe15
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisimmédiatement le Procureur dela République, se transportesans délai sur les lieux et procèdeaux premières constatations.Le Procureur de la Républiquese rend sur place s’il lejuge nécessaire et se fait assisterde personnes capables d’apprécierla nature des circonstancesdu décès. Il peut, toutefois,déléguer aux mêmes finsun officier de police judiciaire deson choix.Les personnes ainsi appeléesprêtent, par écrit, serment dedonner leur avis en leur honneuret conscience.Le Procureur de la Républiquepeut aussi requérir informationpour rechercher lescauses de la mort.CHAPITRE IIDE L’ENQUETEPRELIMINAIREArticle 67(Loi n° 66-18 du 1er février1966)Les officiers de police judiciaireet les gendarmes, soit sur lesinstructions du Procureur de laRépublique, soit d’office, procèdentà des enquêtes préliminaires.Ces opérations relèvent de lasurveillance du Procureur général.Article 68(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les perquisitions, visitesdomiciliaires et saisies depièces à conviction ne peuventêtre effectuées sans l’assentimentexprès de la personnechez qui l’opération a lieu.
    • Cet assentiment doit fairel’objet d’une déclaration écritede la main de l’intéressé. Sicelui-ci ne sait pas écrire, le pro-cès-verbal en fait mention ainsique de son assentiment.Les formes prévues sur lesarticles 48 et 51 (premier alinéa)sont applicables.Article 69Si, pour les nécessités del’enquête, l’officier de policejudiciaire est amené à retenirune ou plusieurs personnescontre lesquelles existent desindices de culpabilité, il ne peutles retenir plus de quarante-huitheures.Avant l’expiration de ce délai,il doit rendre compte au parquetcompétent qui peut autoriser deprolonger la garde à vue d’unenouvelle période de quarante-huit heures à l’issue de laquelleles personnes ainsi retenuesdevront être immédiatementconduites devant le Procureurde la République.Les délais prévus au présentarticle sont doublés en ce quiconcerne les crimes et délitscontre la sûreté de l’Etat; ilssont également doublés pourtous les crimes et délits enpériode d’état de siège, d’étatd’urgence ou d’application del’article 47 de la Constitution,sans que ces deux causes dedoublement puissent se cumuler.Dans tous les cas, les dispositionsdes articles 55 alinéa 9 et56 à 58 sont applicables.TITRE IIIDE L’INSTRUCTIONCHAPITRE PREMIERDISPOSITIONSGENERALESArticle 70L’instruction préparatoire est
    • obligatoire en matière de crime;sauf dispositions spéciales, elleest facultative en matière dedélit; elle peut également avoirlieu en matière de contravention.Article 71(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le juge d’instruction ne peutinformer qu’en vertu d’un réquisitoiredu Procureur de la République,même s’il a procédé encas de crime ou de délit flagrant.En cas de plainte avec constitutionde partie civile, il est procédécomme il est dit à l’article77.Les dispositions des deuxprécédents alinéas ne s’appliquentpas au président du tribunaldépartemental ou au juged’instruction de ce tribunal, agissantdans le cadre de la saisined’office prévue à l’article 44.Le réquisitoire ou l’ordonnancede saisine peuvent être priscontre personne dénommée ounon dénommée.Le juge d’instruction a le pouvoird’inculper toute personneayant pris part, comme auteurou complice, aux faits qui luisont déférés.Lorsque des faits, non visésau réquisitoire, sont portés à laconnaissance du juge d’instruction,celui-ci doit immédiatementcommuniquer au Procureur dela République les plaintes ou lesprocès-verbaux qui les constatent.Dans les cas visés à l’alinéaprécédent, le président du tribunaldépartemental agissant d’officedoit prendre une ordonnanceétendant la saisine.Article 72Le juge d’instruction procède,conformément à la loi, à tous lesactes d’information qu’il juge
    • utiles à la manifestation de lavérité.Il est toujours assisté d’ungreffier. En l’absence d’un greffierassermenté, il peut désignerun greffier ad hoc qui prête ser16
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisment devant lui. Mention decette formalité doit être portéesur chaque acte auquel celui-ciparticipe, à peine de nullité del’acte.Il est établi une copie aumoins de ces actes ainsi que detoutes les pièces de la procédure:chaque copie est certifiéeconforme par le greffier ou l’officierde police judiciaire commismentionnée à l’alinéa suivant.Toutes les pièces du dossiersont cotées et inventoriées parle greffier au fur et à mesure deleur rédaction ou de leur réceptionpar le juge d’instruction.S’il est dans l’impossibilité deprocéder lui-même à tous lesactes d’instruction, le juge d’instructionpeut donner délégationaux officiers de police judiciaireafin de leur faire exécuter tousles actes d’information nécessairesdans les conditions etsous les réserves prévues auxarticles 143 et 144.Le juge d’instruction doit vérifierles éléments d’informationainsi recueillis.Le juge d’instruction procèdeou fait procéder, soit par desofficiers de police judiciaire,conformément à l’alinéa 4, soitpar toute personne qualifié, aune enquête sur la personnalitédes inculpés, ainsi que sur leursituation matérielle, familiale ousociale. Toutefois, en matièrede délit, cette enquête est facultative.Le juge d’instruction peutordonner toutes mesures utiles,prescrire un examen médical,ou confier à un médecin le soinde procéder à un examen médico-psychologique. Si les examenssont demandés par l’inculpéou son conseil, il ne peut lesrefuser que par ordonnancemotivée.Article 73
    • Dans son réquisitoire introductif,et à toute époque de l’informationpar réquisitoire supplétif,le Procureur de la Républiquepeut requérir du magistratinstructeur tous actes lui paraissantutiles à la manifestation dela vérité.Il peut, à cette fin, se fairecommuniquer la procédure àcharge de la rendre dans lesvingt-quatre heures.Si le juge d’instruction ne croitpas devoir procéder aux actesrequis, il doit rendre, dans lescinq jours des réquisitions duProcureur de la République, uneordonnance motivée.Article 74(Loi n° 99-06 du 29 janvier1999)Lorsqu’il existe dans un tribunalplusieurs juges d’instruction,le Procureur de la République,après avis du président du tribunal,désigne, pour chaque information,le juge qui en sera chargé.Il peut également désignerdeux ou plusieurs juges d’instructionpour instrumenter dansles affaires complexes comportantplusieurs chefs d’inculpation.Article 75Le dessaisissement du juged’instruction au profit d’un autrejuge d’instruction peut êtredemandé au président du tribunal,dans l’intérêt d’une bonneadministration de la justice, parrequête motivée du Procureurde la République.Le président du tribunal statuedans les huit jours par uneordonnance qui n’est pas susceptiblede voies de recours.En cas d’urgence et pour desactes isolés, tout juge d’instructionpeut suppléer un autre juged’instruction du même tribunal àcharge par lui d’en rendre
    • compte immédiatement au Procureurde la République.CHAPITRE IIDE LA CONSTITUTION DEPARTIE CIVILE ET DE SESEFFETSArticle 76(Loi n° 77-32 du 22 février1977)Toute personne qui se prétendlésée par un crime ou undélit peut, en portant plaintedevant le juge d’instruction, seconstituer partie civile, soit encomparaissant personnellementou par ministère d’avocat, soitpar lettre.Elle précise, soit à cemoment, soit ultérieurement, lemontant de la réparationdemandée pour le préjudice quilui a été causé.Article 77(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le juge d’instruction ordonnecommunication de la plainte auProcureur de la République ou àson délégué pour que ce magistratprenne ses réquisitions saufau cas de saisine d’office duprésident du tribunal départemental,lorsqu’il n’existe pas dedélégué du Procureur de laRépublique auprès de cette juridiction.Le réquisitoire peut être priscontre personne dénommée ounon dénommée, notamment encas de plainte insuffisammentmotivée ou insuffisamment justifiéepar les pièces produites.Dans ce cas, celui ou ceuxqui se trouvent visés par laplainte peuvent être entenduscomme témoins par le juged’instruction, sous réserve desdispositions de l’article 94 dont ildevra leur donner connaissance,jusqu’au moment où pourrontintervenir des inculpations,ou, s’il y a lieu, de nouvelles
    • réquisitions contre personnedénommée.Le Procureur de la Républiquene peut saisir le juged’instruction de réquisitions de17
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisnon informer que si, pour descauses affectant l’actionpublique elle-même, les faits nepeuvent légalement comporterune poursuite ou si, à supposerces faits démontrés, ils ne peuventadmettre aucune qualificationpénale. Dans le cas où lejuge d’instruction passe outre, ildoit statuer par une ordonnancemotivée.Article 78La constitution de partie civilepeut avoir lieu à tout moment aucours de l’instruction.Article 79La partie civile qui met enmouvement l’action publiquedoit, si elle n’a obtenu l’assistancejudiciaire, et sous peine denon recevabilité de sa plainte,consigner au greffe la sommeprésumée nécessaire pour lesfaits de la procédure. Cettesomme est fixée par ordonnancedu juge d’instruction.Article 80Toute partie civile qui nedemeure pas dans le ressort dela juridiction où se fait l’instructionest tenue d’y élire domicilepar acte au greffe de cette juridiction.A défaut d’élection de domicile,la partie civile ne peut opposerle défaut de signification desactes qui auraient dû lui êtresignifiés aux termes de la loi.Article 81Dans le cas où le juge d’instructionn’est pas compétent auxtermes de l’article 43, il rend,après réquisition du ministèrepublic, ou directement selon sacompétence, une ordonnancerenvoyant la partie civile à sepourvoir devant telle juridictionqu’il appartiendra.
    • Article 82Quand, après une informationouverte sur constitution de partiecivile, une décision de non-lieu a été rendue, l’inculpé ettoutes personnes visées dans laplainte, et sans préjudice d’unepoursuite pour dénonciationcalomnieuse, peuvent, s’ilsn’usent de la voie civile, demanderdes dommages et intérêtsau plaignant dans les formesindiquées ci-après.L’action en dommages et intérêtsdoit être introduite dans les3 mois du jour où l’ordonnancede non-lieu est devenue définitive.Elle est portée par voie decitation devant le tribunal correctionneloù l’affaire a été instruite.Ce tribunal est immédiatementsaisi du dossier de l’informationterminée par uneordonnance de non-lieu, en vuede sa communication aux parties.Les débats ont lieu enchambre du conseil; les partiesou leurs conseils, et le ministèrepublic sont entendus. Le jugementest rendu en audiencepublique.En cas de condamnation, letribunal peut ordonner la publicationintégrale ou par extrait deson jugement dans un ou plusieursjournaux qu’il désigne,aux frais du condamné. Il fixerale coût maximum de chaqueinsertion.L’opposition, s’il échet, et l’appelsont recevables dans lesdélais de droit commun enmatière correctionnelle.L’appel est portée devant lachambre des appels correctionnelsstatuant dans les mêmesformes que le tribunal.CHAPITRE IIIDES TRANSPORTS,PERQUISITIONS,MESURESCONSERVATOIRES ETSAISIESArticle 83
    • Le juge d’instruction assistéde son greffier peut se transporter sur les lieux pour y effectuertoutes constatations utiles ouprocéder à des perquisitions. Ilen donne avis au Procureur dela République qui a la faculté del’accompagner.Il dresse un procès-verbal deses opérations.Article 84Si les nécessités de l’informationl’exigent, le juge d’instructionpeut, après en avoir donnéavis au Procureur de la Républiquesde son tribunal, setransporter avec son greffierdans les ressorts des tribunauxlimitrophes de celui où il exerceses fonctions. Il peut également,avec l’autorisation du présidentde la chambre d’accusation, setransporter en n’importe quelautre lieu du ressort de la courd’appel, à l’effet d’y procéder àtous actes d’instruction. Danstous les cas il est tenu d’aviserau préalable le Procureur de laRépublique du ressort du tribunaldans lequel il se transporte.Il mentionne sur son procès-verballes motifs de son transport.Article 85Les perquisitions sont effectuéesdans tous les lieux oùpeuvent se trouver des objetsdont la découverte serait utile àla manifestation de la vérité .Article 86(Loi n° 66-18 du 1er février1966)Si la perquisition a lieu audomicile de l’inculpé, le juged’instruction doit se conformeraux dispositions des articles 49,50 et 51.Article 87Si la perquisition a lieu dansun domicile autre que celui del’inculpé, la personne chezlaquelle elle doit s’effectuer est
    • invitée à y assister. Si cette personneest absente ou refuse d’yassister, la perquisition a lieu enprésence de ses parents oualliés présents sur les lieux ou,18
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisà défaut, en présence de deuxtémoins (Loi n°66-18 du 1erfévrier 1966).Le juge d’instruction doit seconformer aux dispositions desarticles 49 (alinéa 2), 50 et 51(Loi n° 65-61 du 21 juillet 1965).Toutefois, il a l’obligation deprovoquer préalablement toutesmesures utiles pour que soitassuré le respect du secret professionnelet des droits de ladéfense.Article 87 bis(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Lorsqu’il est saisi d’un dossierd’information, le juge d’instructionpeut d’office ou sur demandede la partie civile ou duministère public, ordonner desmesures conservatoires sur lesbiens de l’inculpé.Article 88Lorsqu’il y a lieu, en coursd’information, de rechercher desdocuments et sous réserve derespecter, le cas échéant l’obligationstipulée par l’alinéa 3 del’article précèdent, le juge d’instructionou l’officier de policejudiciaire par lui commis à ceteffet, a seul le droit d’en prendreconnaissance.Tous objets et documents saisissont immédiatement inventoriéset places sous scellés.Ces scellés ne peuvent êtreouverts et les documentsdépouillés qu’en présence del’inculpé assisté de son conseil,ou ces derniers dûment appelés.Le tiers chez lequel la saisiea été faite est également invité àassister à cette opération.Le juge d’instruction ne maintientque la saisie des objets etdocuments utiles à la manifestation
    • de la vérité ou dont la communicationserait de nature ànuire à l’instruction. Si lesnécessités de l’instruction ne s’yopposent, il fait remettre dans leplus bref délai aux intéressés,sur leur demande et à leursfrais, copie ou photocopie desdocuments dont la saisie estmaintenue.Si la saisie porte sur desespèces, lingots, effets ouvaleurs dont la conservation ennature n’est pas nécessaire à lamanifestation de la vérité ou lasauvegarde des droits des parties,il peut autoriser le greffier àen faire le dépôt à la Caisse desdépôts et consignations.Article 89L’inculpé, la partie civile outoute personne qui prétend avoirdroit sur un objet placé sousmain de justice peut en réclamerla restitution au juge d’instruction.(Loi n° 66-18 du 1er février1966)Si la demande émane de l’inculpéou de la partie civile, elleest communiquée à l’autre partieainsi qu’au ministère public.Si elle émane d’un tiers, elle estcommuniquée à l’inculpé, à lapartie civile et au ministèrepublic. Dans les tribunauxdépartementaux au siège desquelsne réside pas de représentantdu ministère public, lacommunication au ministèrepublic n’est pas nécessaire.(Loi n° 65-61 du 21 juillet1965)Les observations que peutcomporter cette demande doiventêtre produites dans lestrois jours de la communication.La décision du juge d’instructionpeut être déférée à lachambre d’accusation sursimple requête, dans les dixjours de sa notification aux partiesintéressées, sans toutefoisque l’information puisse s’entrouver retardée.
    • Le tiers peut, au même titreque les parties, être entendu parla chambre d’accusation en sesobservations, mais il ne peutprétendre à la mise à sa dispositionde la procédure.Article 90Après décision de non-lieu, lejuge d’instruction demeure compétent pour statuer sur la restitutiondes objets saisis. Sesdécisions peuvent être déféréesà la chambre d’accusation,comme il est dit à l’alinéa 4 del’article 89.CHAPITRE IVDES AUDITIONS DETEMOINSArticle 91Le juge d’instruction fait citerdevant lui, par un huissier oupar un agent de la forcepublique, toutes les personnesdont la disposition lui paraitutile. Une copie de cette citationleur est délivrée.Les témoins peuvent aussiêtre convoqués par simple lettrerecommandée ou par la voieadministrative; ils peuvent enoutre comparaître volontairement.Article 92Les témoins sont entendusséparément et hors la présencede l’inculpé par le juge d’instructionassisté de son greffier; il estdressé procès-verbal de leursdéclarations.Le juge d’instruction peut faireappel à un interprète âgé de 21ans au moins, à l’exclusion destémoins et des parties.L’interprète, s’il n’est pasassermenté, prête serment detraduire fidèlement les dépositions.Mention de cette formalitédoit être portée sur chaque acteauquel celui-ci participe, à peine
    • de nullité de l’acte.Article 93Les témoins prêtent sermentde dire toute la vérité, rien quela vérité. Le juge leur demandeleurs prénoms, nom, âge, état,profession, demeure, langue oudialecte, s’ils sont parents oualliés des parties et à quel degré19
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisou s’ils sont à leur service. Il estfait mention de la demande etde la réponse.Ne peuvent être entenduessous la foi du serment les personnesénumérées à l’article317 du présent Code.Article 94Toute personne nommémentvisée par une plainte peut refuserd’être entendue commetémoin. Le juge d’instruction l’enavertit, après lui avoir donnéconnaissance de la plainte.Mention en est faite au procès-verbal. En cas de refus, il nepeut l’entendre que commeinculpée.Article 95Chaque page des procès-verbauxest signée du juge, dugreffier et du témoin. Ce dernierest alors invité à relire sa dépositiontelle qu’elle vient d’êtretranscrite, puis à la signer s’ildéclare y persister. Si le témoinne sait pas lire, lecture lui en estfaite par le greffier. Si le témoinne veut ou ne peut pas signer,mention en est portée sur leprocès-verbal. Chaque page estégalement signée par l’interprètes’il y a lieu.Article 96Les procès-verbaux ne peuventcomporter aucun interligne.Les ratures et les renvois sontapprouvés par le juge d’instruction,le greffier et le témoin et,s’il y a lieu, par l’interprète. Adéfaut d’approbation, cesratures et ces renvois sont nonavenus.Il en est de même du procès-verbal qui n’est pas régulièrementsigné.Article 97Toute personne citée ou
    • convoquée pour être entendueest tenue de comparaître, deprêter serment s’il y a lieu, et dedéposer sous réserve des dispositionsde l’article 363 duCode pénal et 317 du présentCode.Si le témoin, bien que citéconformément à l’article 91 alinéapremier, ne comparait pas,le juge d’instruction peut, sur lesréquisitions du Procureur de laRépublique, l’y contraindre parla force publique et le condamnersans autre formalité ni délai,et sans appel, à une amendequi n’excédera pas 18.000francs. S’il comparaît ultérieurement,il peut toutefois, sur productionde ses excuses et justifications,être déchargé de cettepeine par le juge d’instructionaprès réquisition du Procureurde la République.La même peine peut, sur lesréquisitions de ce magistrat,être prononcée contre le témoinqui, bien que comparaissantrefuse de prêter serment ou dedéposer.Article 98Lorsqu’il comparait régulièrementsur citation ou convocation,le témoin qui demande uneindemnité est taxé par le juged’instruction.Article 99Si le témoin est dans l’impossibilitéde comparaître, le juged’instruction se transporte pourl’entendre ou délivre à cette finune commission rogatoire.Si le témoin entendu dans cesconditions n’était pas dans l’impossibilitéde comparaître sur lacitation, le juge d’instructionpeut prononcer contre luil’amende prévue à l’article 97.Article 100Toute personne qui dénoncepubliquement un crime ou undélit, ou déclare publiquementen connaître les auteurs, et quirefuse de répondre aux questionsqui lui sont posées à cet
    • égard par le juge d’instruction,sera punie d’un emprisonnementd’un mois a un an et d’uneamende de 20.000 à 180.000francs ou de l’une de ces deuxpeines seulement.CHAPITRE VDES INTERROGATOIRESET CONSIGNATIONSArticle 101(Loi n° 99-06 du 29 janvier1999)Lors de la première comparutionet avant toute inculpation, lejuge d’instruction donne avis àla personne conduite devant luide son droit de choisir unconseil parmi les avocats inscritsau tableau ou admis austage. Mention de cet avis estfaite au procès verbal.Ensuite le juge d’instructionconstate son identité, lui faitconnaître expressément chacundes faits qui lui sont imputés etl’avertit qu’il est libre de ne faireaucune déclaration. Mention decet avertissement est faite auprocès-verbal.Si l’inculpé désire faire desdéclarations, celles-ci sontimmédiatement reçues par lejuge d’instruction.L’assistance d’un défenseurest obligatoire en matière criminelleou quand l’inculpé estatteint d’une infirmité de natureà compromettre sa défense.Dans ces cas, si l’inculpé n’apas fait le choix d’un défenseur,le magistrat en commet d’office.Dans le cas prévus aux alinéas1 et 4, si le conseil aviséne se présente pas 24 heuresaprès la conduite du mis encause devant le juge d’instruction,celui-ci peut procéder à l’inculpation.La partie civile régulièrementconstituée a le droit de se faireassister d’un conseil dès sa premièreaudition.Lors de la première comparution,
    • le juge avertit l’inculpé qu’ildoit l’informer de tous changementsd’adresse antérieurementà ceux-ci et qu’il peut en outrefaire élection de domicile dansle ressort du tribunal.20
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 102Nonobstant les dispositionsprévues à l’article précédent, lejuge d’instruction peut procéderà un interrogatoire immédiat et àdes confrontations si l’urgencerésulte soit de l’état du témoinou d’un coïnculpé en danger demort, soit de l’existence d’indicessur le point de disparaître,ou encore dans le cas prévu audernier alinéa de l’article 64.Le procès-verbal doit fairemention des causes d’urgence.Article 103(Loi n° 99-06 du 29 Janvier1999)Lorsque le juge d’instructioncroit devoir prescrire à l’égardd’un inculpé une interdiction decommuniquer, il ne peut le faireque pour une période de dixjours seulement.En aucun cas l’interdiction decommuniquer ne saurait s’appliquerau conseil de l’inculpé.Article 104L’inculpé et la partie civilepeuvent, à tout moment de l’information,faire connaître aujuge d’instruction, les noms desconseils choisis par eux auxquelsseront adressées lesconvocations et les notifications.Article 105L’inculpé et la partie civile nepeuvent être entendus ouconfrontés, à moins qu’ils n’yrenoncent expressément qu’enprésence de leurs conseils oueux dûment appelés. Mentionde la renonciation doit être faiteen tête du procès-verbal.S’il réside au siège de l’instruction,le conseil est convoquéau plus tard l’avant-veille de l’interrogatoirepar lettre recommandée
    • ou par avis comportantl’un ou l’autre un accusé deréception. Lorsque le conseil neréside pas au siège de l’instruction,ce délai est porté à huitjours.La procédure doit être mise àla disposition du conseil de l’inculpé vingt-quatre heures auplus tard avant chaque interrogatoireou confrontation. Elledoit également être remise à ladisposition du conseil de la partiecivile, vingt-quatre heures auplus tard avant l’audition decette dernière.Toutefois, en cas d’urgencerésultant soit de l’état d’untémoin ou d’un coïnculpé endanger de mort, soit de l’existenced’indices sur le point dedisparaître, le juge d’instructionpeut procéder a des interrogatoireset confrontations sansobserver les formalités prévuesà l’article précédent.Le procès-verbal doit fairemention des causes d’urgence.Article 107Le Procureur de la Républiquepeut assister aux interrogatoireset confrontations del’inculpé et aux auditions de lapartie civile.Chaque fois que le Procureurde la République a fait connaîtreau juge d’instruction son intentiond’y assister, le greffier dujuge d’instruction doit, souspeine d’une amende civile de1.000 francs prononcée par leprésident de la chambre d’accusation,l’avertir par simple note,au plus tard l’avant-veille de l’interrogatoire.Article 108Le Procureur de la Républiqueet les conseils de l’inculpéet de la partie civile ne peuventprendre la parole que pourposer des questions après yavoir été autorisés par le juged’instruction.En cas de refus, mention de
    • l’incident est faite au procès-verbalet le texte des questions estreproduit ou joint au procès-verbal.Article 109Les procès-verbaux d’interrogatoireet de confrontation sontétablis dans les formes prévuesaux articles 95 et 96.S’il est fait appel à un interprète,les dispositions de l’article92 sont applicables.CHAPITRE VIDES MANDATS ET DELEUR EXECUTIONArticle 110Le juge d’instruction peut,selon les cas, décerner mandatde comparution, d’amener, dedépôt ou d’arrêt.Ces mandats sont exécutoiresdans toute l’étendue du territoirede la République.Article 111Le mandat de comparution apour objet de mettre l’inculpé endemeure de se présenterdevant le juge à la date et àl’heure indiquées par ce mandat.Si l’inculpé fait défaut, le juged’instruction décernera contrelui un mandat d’amener.Article 112Le mandat d’amener estl’ordre donné par le juge à laforce publique de conduireimmédiatement l’inculpé devantlui.Le juge d’instruction peutaussi décerner mandat d’amenercontre le témoin qui refusede comparaître sur la citation àlui donnée conformément à l’article97, et sans préjudice del’amende portée à cet article.Article 113
    • (Loi n° 99-06 du 29 Janvier1999)Le mandat de dépôt estl’ordre donné par le juge audirecteur de l’établissementpénitentiaire de recevoir et deretenir l’inculpé. Ce mandat doitêtre dûment motivé. Ce mandatpermet également de rechercherou de transférer l’inculpé21
    • Code de Procédure PénaleSénégalaislorsqu’il lui a été précédemmentnotifié.Article 114Le mandat d’arrêt est l’ordredonné à la force publique derechercher l’inculpé et de leconduire à la maison d’arrêtindiquée sur le mandat, où ilsera reçu et détenu.Article 115Tout mandat précise l’identitéde l’inculpé; il est daté et signépar la magistrat qui l’a décernéet est revêtu de son sceau.Les mandats d’amener et dedépôt mentionnent l’inculpationpour laquelle ils sont décernéset les articles de loi applicables.Le mandat d’arrêt contientl’énonciation du fait pour lequelil est décerné et les articles deloi applicables.Le mandat de comparutionest notifié à celui qui en est l’objetpar un huissier, ou par unofficier ou agent de police judiciaireou par un agent de laforce publique, lequel lui endélivre copie.Le mandat d’amener ou d’arrêtest notifié et exécuté par unofficier ou agent de police judiciaireou par un agent de laforce publique, lequel en faitexhibition à l’inculpé et lui endélivre copie.Si l’individu est déjà détenupour une autre cause, la notificationlui est effectuée par ledirecteur de l’établissementpénitentiaire qui en délivre égalementune copie.Les mandats d’amener etd’arrêt peuvent, en cas d’urgence,être diffusés par tousmoyens.Dans ce cas, les mentions
    • essentielles de l’original et spécialementl’identité de l’inculpé,la nature de l’inculpation, le nomet la qualité du magistrat mandant,doivent être précisés.L’original du mandat doit êtretransmis à l’agent chargé d’enassurer l’exécution dans lesdélais les plus rapides.Le mandat de dépôt est notifiéà l’inculpé par le juge d’instruction;mention de cette notificationdoit être faite au procès-verbalde l’interrogatoire.Article 116Le juge d’instruction interrogeimmédiatement l’inculpé qui faitl’objet d’un mandat de comparution.Il est procédé dans lesmêmes conditions à l’interrogatoireou à l’audition de celui quiest arrêté en vertu d’un mandatd’amener; toutefois, si l’interrogatoirene peut être immédiatement,l’inculpé est conduit dansla maison d’arrêt où il ne peutêtre détenu plus de vingt-quatreheures.A l’expiration de ce délai, il estconduit d’office, par les soins dudirecteur de l’établissementpénitentiaire, devant le Procureurde la République quirequiert le juge d’instruction, ouà son défaut le président du tribunalou un juge désigné parcelui-ci, de procéder immédiatementà l’interrogatoire, à défautde quoi l’inculpé est mis enliberté.Article 117Tout inculpé arrêté en vertud’un mandat d’amener, qui a étémaintenu pendant plus de vingt-quatre heures dans la maisond’arrêt sans avoir été interrogé,est considéré comme arbitrairementdétenu.Tous magistrats ou fonctionnairesqui ont ordonné ousciemment toléré cette détentionarbitraire, sont punis despeines portées aux articles 110et 111 du Code pénal.
    • Article 118Si l’inculpé recherché en vertud’un mandat d’amener est trouvéhors du ressort du magistratinstructeur qui a délivré ce mandat,il est conduit devant le Procureurde la République du lieude l’arrestation.Ce magistrat l’interroge surson identité, reçoit ses déclarations, après l’avoir averti qu’ilest libre de ne pas en faire, l’interpelleafin de savoir s’ilconsent à être transféré ou s’ilpréfère prolonger les effets dumandat d’amener, en attendant,au lieu où il se trouve, la décisiondu juge d’instruction saiside l’affaire. Si l’inculpé déclares’opposer au transfèrement, ilest conduit dans la maison d’arrêtet avis est immédiatementdonné au juge d’instructioncompétent. Le procès-verbal dela comparution contenant unsignalement complet est transmissans délai à ce magistratavec toutes les indicationspropres à faciliter la reconnaissanced’identité.Ce procès-verbal doit mentionnerque l’inculpé a reçu avisqu’il est libre de ne pas faire dedéclaration.Article 119Le juge d’instruction saisi del’affaire décide, aussitôt aprèsréception de ces pièces, s’il y alieu d’ordonner le transfèrement.Article 120Si l’inculpé contre lequel a étédécerné un mandat d’amenerne peut être découvert, ce mandatest présenté au maire ou àl’un de ses adjoints ou au commissairede police ou au chef dela circonscription administrativeou à l’officier de police judiciairede la commune de sa résidence.Le maire, l’adjoint, le commissairede police, le chef de circonscriptionadministrative, oul’officier de police judiciaire
    • appose son visa sur le mandatqui est renvoyé au magistratmandant avec un procès-verbalde recherches infructueuses.L’inculpé qui refuse d’obéir aumandat d’amener ou qui aprèsavoir déclaré qu’il est prêt àobéir, tente de s’évader, doitêtre contraint. Le porteur dumandat d’amener emploie, dansce cas, la force publique du lieule plus voisin. Celle-ci sera22
    • Code de Procédure PénaleSénégalaistenue de référer à la réquisitioncontenue dans le mandatd’amener.Les dispositions de l’alinéapremier de l’article 124 sontapplicables au mandat d’amener.Article 121Si l’inculpé est en fuite ou s’ilréside hors du territoire de laRépublique, le juge d’instruction,après avis du Procureur dela République, peut décernercontre lui un mandat d’arrêt si lefait comporte une peine d’emprisonnementcorrectionnelle ouune peine plus grave.Le président du tribunaldépartemental investi des pouvoirsdu Procureur de la Républiquene résidant pas au sièged’un tribunal régional n’est pastenu de solliciter l’avis du Procureurde la République pourdécerner ce mandat.Article 122L’inculpé saisi en vertu d’unmandat d’arrêt est conduit sansdélai dans la maison d’arrêt indiquéesur le mandat, sous réservedes dispositions de l’article123 alinéa 2.Le directeur de l’établissementpénitentiaire délivre àl’agent chargé de l’exécutionune reconnaissance de remisede l’inculpé, et avise sans délaile Procureur de la République.Article 123Dans les quarante-huit heuresde l’incarcération de l’inculpé, ilest procédé à son interrogatoire.A défaut, et à l’expiration de cedélai, les dispositions desarticles 116 alinéa 3 et 117 sontapplicables.Si l’inculpé est arrêté hors duressort du juge d’instruction qui
    • a délivré le mandat, il estconduit immédiatement devantle Procureur de la Républiquedu lieu de l’arrestation qui reçoitses déclarations, après l’avoiraverti qu’il est libre de ne pas enfaire. Mention est faite de cetavis au procès-verbal.Le Procureur de la Républiqueinforme sans délai lemagistrat qui a décerné le mandatet requiert le transfèrement.Si celui-ci ne peut être effectuéimmédiatement, le Procureur dela République en réfère au jugemandant.Article 124L’agent chargé de l’exécutiond’un mandat d’arrêt ne peut s’introduiredans le domicile d’uncitoyen avant cinq heures etaprès vingt-et-une heures.Il peut se faire accompagnerd’une force suffisante pour quel’inculpé ne puisse se soustraireà la loi. Cette force est prisedans le lieu le plus proche decelui où le mandat d’arrêt doitexécuter et elle est tenue dedéférer aux réquisitions contenuesdans le mandat.Si l’inculpé ne peut être saisi,le mandat d’arrêt est notifié à sadernière habitation et il est dresséprocès-verbal de perquisition.Ce procès-verbal est dresséen présence des deux plusproches voisins du prévenu quele porteur du mandat d’arrêtpeut trouver. Ils le signent ou,s’ils ne savent pas ou ne veulentpas signer, il en est faitmention, ainsi que de l’interpellationqui leur a été faite.Le porteur du mandat d’arrêtfait ensuite viser son procès-verbal par le maire ou l’un deses adjoints ou le commissairede police ou le chef de circonscriptionadministrative ou l’officierde police judiciaire du lieuet lui en laisse copie.Le mandat d’arrêt et le pro-cès-verbal sont ensuite transmisau juge mandant.
    • Article 125Le juge d’instruction ne peutdélivrer un mandat de dépôtqu’après interrogatoire et si l’infractioncomporte une peined’emprisonnement correctionnelleou une autre peine plusgrave.L’agent chargé de l’exécutiondu mandat de dépôt remet l’inculpéau directeur de l’établissementpénitentiaire, lequel luidélivre une reconnaissance dela remise de l’inculpé.Article 126L’inobservation des formalitésprescrites pour les mandats decomparution, d’amener, dedépôt ou d’arrêt sera toujourspunie d’une amende de 1.000francs prononcée contre le greffierpar le président de laChambre d’accusation. Elle peutdonner lieu à des sanctions disciplinairesou à prise à partiecontre le juge d’instruction ou leProcureur de la République.CHAPITRE VIIDE LA DETENTIONPROVISOIRESECTION PREMIERE DISPOSITIONSORDINAIRESArticle 127(loi n° 99-06 du 29 janvier1999)En matière correctionnelle,lorsque le maximum de la peineprévue par la loi est inférieur ouégal à trois ans, l’inculpé régulièrementdomicilié au Sénégalne peut être détenu plus de cinqjours après sa première comparutiondevant le juge d’instruction.Cependant, dans les mêmesconditions relatives à la pénalitéencourue, l’inculpé régulièrementdomicilié dans le ressortdu tribunal compétent ne peutfaire l’objet d’une détention provisoire.
    • Les dispositions qui précèdentne s’appliquent ni aux inculpésdéjà condamnés pour crime, nià ceux déjà condamnés à une23
    • Code de Procédure PénaleSénégalaispeine d’emprisonnement deplus de trois mois sans sursispour délit de droit commun.Article 127 bis(loi n° 99-06 du 29 janvier1999)En matière correctionnelle, àl’exception des cas où elle estobligatoire aussi que tous lesinfractions prévues aux articles56 à 100 du Code pénal si ladétention provisoire est ordonnée,le mandat de dépôt délivrén’est valable pour une duréemaximum de six mois nonrenouvelable.Article 127 ter(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Dans tous les cas, le juged’instruction peut, s’il l’estimenécessaire placer l’inculpé souscontrôle judiciaire.Le contrôle judiciaire consistepour l’inculpé à se présenter àintervalles réguliers, fixés par lejuge, soit à lui-même, soit à l’officierde police judiciaire qu’ildésigne.Le juge aussi peut prescriretoutes autres mesures qu’il estimenécessaires pour empêcherque l’inculpé ne se soustrait àl’action de la justice ou éviterqu’il ne continue à commettrel’infraction pour laquelle il estpoursuivi.Il peut notamment ordonner leretrait du passeport de l’inculpéou interdire qu’il lui en soit délivré.La violation d’une de cesmesures entraîne l’arrestationimmédiate de l’inculpé et samise sous mandat de dépôt.Article 128
    • Sauf disposition législativeparticulière, lorsqu’elle n’est pasde droit, la mise en liberté provisoirepeut être ordonnée d’officepar le juge d’instruction aprèsavis du Procureur de la République,à charge pour l’inculpéde prendre l’engagement de seprésenter à tous les actes de laprocédure aussitôt qu’il en serarequis et de tenir informé lemagistrat instructeur de tousses déplacements.Le Procureur de la Républiquepeut également la requérira tout moment. Le juge d’instructionstatue dans le délai decinq jours à compter de la datede ces réquisitions.Article 129(Loi n° 85-25 du 27 février1985)La mise en liberté provisoirepeut être demandée à toutmoment au juge d’instructionpar l’inculpé ou son conseil sousles obligations prévues à l’articleprécédent.La demande en liberté provisoireest transmise au parquetdans les quarante-huit heures.Toutefois, elle est notifiée ousignifiée à peine d’irrecevabilité,à la partie civile, au domicile élupar elle, soit par le conseil del’inculpé, soit par le ministèrepublic si l’inculpé n’a pas deconseil, lorsque la constitutionde la partie civile émane del’Etat, d’une collectivitépublique, d’un établissementpublic, d’une société nationale,d’une société d’économie mixtesoumise de plein droit aucontrôle de l’Etat, d’une personnemorale de droit privé bénéficiantdu concours financier de lapuissance publique, d’un ordreprofessionnel, d’un organismeprivé chargé de l’exécution d’unservice public, d’une associationou fondation reconnue d’utilitépublique, ou de l’un des organismesénoncés aux articles335 et 387 du Code pénal. Dansce cas, la partie civile peut,dans le délai de vingt-quatre
    • heures à partir du jour de lanotification ou signification, présenterses observations. Passéce délai, le juge d’instructiondoit, par une ordonnance datée,communiquer le dossier au Procureurde la République dans ledélai de quarante-huit heures.Le Procureur de la République doit retourner le dossieravec ses réquisitions dans undélai de dix jours à partir du jourde la transmission qui lui en aété faite par le juge d’instruction.Ce dernier doit statuer, parordonnance spécialement motivée,au plus tard dans les cinqjours de la réception des réquisitionsdu Procureur de la République.Faute par le juge d’instructiond’avoir statué dans le délai fixéà l’alinéa 4, l’inculpé peut saisirdirectement de sa demande laChambre d’accusation qui surles réquisitions écrites et motivéesdu Procureur général, seprononce dans le mois de cettedemande faute de quoi l’inculpéest mis d’office en liberté provisoire,sur l’initiative du Procureurgénéral. Le droit de saisirdans les mêmes conditions laChambre d’accusation appartientégalement au Procureur dela République.Article 130La mise en liberté provisoirepeut aussi être demandée entout état de cause par tout inculpé,prévenu ou accusé, et entoute période de la procédure.Lorsqu’une juridiction de jugementest saisie, il lui appartientde statuer sur la liberté provisoire;avant le renvoi en cour d’assiseset dans l’intervalle dessessions d’assises, ce pouvoirappartient à la chambre d’accusation.En cas de pourvoi et jusqu’àl’arrêt de la Cour suprême, il eststatué sur la demande de miseen liberté provisoire par la juridictionqui a connu en dernierlieu de l’affaire au fond. Si le
    • pourvoi a été formé contre unarrêt de la cour d’assises, il eststatué sur la détention par lachambre d’accusation.En cas de décision d’incompétenceet généralement dansles cas où aucune juridictionn’est saisie, la chambre d’accusationconnaît des demandesde mise en liberté.24
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisDans tous les cas où un individude nationalité étrangère,inculpé, prévenu ou accusé estlaissé ou mis en liberté provisoire,la juridiction compétentepeut lui assigner pour résidenceun lieu dont il ne devra s’éloignersans autorisation, avantnon lieu ou décision définitive,sous les peines prévues à l’article36 du Code pénal.Les mesures nécessaires àl’application de l’alinéa précédentet notamment le contrôlede la résidence assignée de ladélivrance d’autorisations provisoiresseront déterminées parun arrêt du Garde des Sceaux,Ministre de la Justice.Article 131Lorsque la juridiction de jugementest appelée à statuer dansles cas prévus à l’article précédent,les parties et leursconseils sont convoqués parlettre recommandée. La décisionest prononcée après auditiondu ministère public et desparties ou de leurs conseils.Article 132Préalablement à la mise enliberté avec ou sans cautionnementle demandeur doit, paracte au greffe de la maison d’arrêt,élire domicile, s’il est inculpé,dans le lieu où se poursuitl’information et, s’il est prévenuou accusé, dans celui où siègela juridiction saisie du fond del’affaire. Avis de cette déclarationest donné par le chef de cetétablissement à l’autorité compétente.Après la mise en liberté provisoire,si l’inculpé, le prévenu oul’accusé, invité à comparaître,ne se présente pas ou si descirconstances nouvelles ougraves rendent sa détentionnécessaire, le juge d’instructionou la juridiction de jugement saisiede l’affaire peut décerner un
    • nouveau mandat.Le même droit appartient encas de décision d’incompétenceà la chambre d’accusation jusqu’à ce que la juridiction compétenteait été saisie.Lorsque la liberté provisoire aété accordée par la chambred’accusation réformant l’ordonnancedu juge d’instruction, cemagistrat ne peut décerner unnouveau mandat qu’autant quecette chambre, sur les réquisitionsécrites du ministère publica retiré à l’inculpé le bénéfice desa décision.Article 133La mise en liberté provisoire,dans tous les cas où elle n’estpas de droit, peut être subordonnéeà l’obligation de fournirun cautionnement.Ce cautionnement garantit:1. La représentation de l’inculpé,du prévenu ou de l’accusé àtous les actes de la procédureet pour l’exécution du jugementou de l’arrêt;2. Le paiement dans l’ordresuivant:a) Des frais avancés par lapartie civile;b) De ceux faits par la partiepublique;c) Des amendes;d) Des restitutions et dommagesintérêts.La décision de mise en libertédétermine la somme affectée àchacune des deux parties ducautionnement.Article 134Dans le cas où la liberté provisoireaura été subordonnée aucautionnement, il sera fourni enespèces soit par un tiers, soitpar l’inculpé, le prévenu ou l’accusé,et le montant en sera, suivantla nature de l’affaire déterminépar le juge d’instruction, letribunal ou la cour.
    • Il est versé entre les mains dureceveur de l’enregistrement, etle ministère public, sur le vu durécépissé, fera exécuter la décisionde mise en liberté.Toute tierce personne honorablementconnue et solvablepourra également être admise àprendre l’engagement de fairereprésenter l’inculpé, le prévenuou l’accusé, à toute réquisitionde justice, ou, à défaut, de verserau trésor la somme déterminée.Article 135Les obligations résultant ducautionnement cessent si l’inculpé,le prévenu ou l’accusé seprésente à tous les actes de laprocédure ou pour l’exécutiondu jugement ou de l’arrêt.La première partie du cautionnementest acquise à l’Etat, dumoment que l’inculpé, le prévenuou l’accusé, sans motif légitimed’excuse, a fait défaut àquelque acte de la procédure etpour l’exécution du jugement oude l’arrêt.Néanmoins, en cas de non-lieu, d’absolution ou d’acquittement,l’ordonnance, le jugementou l’arrêt pourra ordonner la restitutionde cette partie du cautionnement.Article 136La seconde partie du cautionnementest toujours restituée encas de non-lieu, d’absolution oud’acquittement, sauf en cas decondamnation à des dommageset intérêts au profit de la partiecivile.En cas de condamnation, elleest affectée aux frais, à l’amende,et aux restitutions et dommagesaccordés à la partie civile,dans l’ordre énoncé dansl’article 133; le surplus, s’il y ena, est restitué.Article 137Le ministère public, soit d’office,
    • soit sur demande de la partiecivile, est chargé de produireà l’Administration de l’enregistrement,soit un certificat degreffe constatant, d’après lespièces officielles, la responsabilitéencourue par l’inculpé, leprévenu ou l’accusé, dans lecas de l’article 135, soit l’extraitdu jugement ou de l’arrêt dansle cas prévu par l’article 136 alinéa2.25
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisSi les sommes dûes ne sontpas déposées, l’Administrationde l’enregistrement en poursuitle recouvrement par voie decontrainte.La Caisse des Dépôts etConsignation est chargée defaire, sans délai, aux ayantsdroit, la distribution des sommesdéposées ou recouvrées.Toute contestation sur cesdivers points est vidée surrequête, en chambre du conseil,comme incident de l’exécutiondu jugement ou de l’arrêt.Article 138L’accusé qui a été mis enliberté provisoire ou qui n’ajamais été détenu au cours del’information doit se constituerprisonnier au plus tard la veillede l’audience.L’ordonnance de prise decorps est exécutée, si dûmentconvoqué par voie administrativeau greffe de la cour d’assiseset sans motif légitime d’excuse,l’accusé ne se présente pas aujour fixé pour être interrogé parle président de la Cour d’assises.SECTION Il DISPOSITIONSPARTICULIERESCONCERNANT LADETENTION PROVISOIREDES AUTEURS DECERTAINES INFRACTIONSArticle 139(Loi n° 99-06 du 29 Janvier1999)Sur les réquisitions dûmentmotivées du ministère public, lejuge d’instruction est tenu dedécerner mandat de dépôtcontre toute personne inculpéede l’un des crimes ou délits prévuspar les articles 56 à 100 et255 du Code pénal.
    • La demande de mise en libertéprovisoire d’une personnedétenue provisoirement pourl’un des crimes ou délit spécifiésà l’alinéa précédent sera déclaréeirrecevable si le ministèrepublic s’y oppose par réquisitiondûment motivée.Article 140(Loi n° 99-06 du 29 janvier1999)A l’encontre des personnespoursuivies par application desarticles 152 à 155 du Codepénal, le juge d’instructiondélivre obligatoirement :1°/ Mandat d’arrêt si l’inculpéest en fuite;2°/ Mandat de dépôt, lorsquele montant du manquant initialest égal ou supérieur à 1 000000 de francs et ne fait pas l’objetd’un remboursement ou ducautionnement de son intégralitéou d’une contestation sérieuse.Dans les cas ci-dessus oùles mandats d’arrêt ou de dépôtsont obligatoires, il ne peut enêtre donné main-levée que si aucours de l’information surviennentdes contestationssérieuses ou le remboursementou le cautionnement de l’intégralitédu manquant.Il n’y a d’exception aux dispositionsdes deux premiers alinéasque si, selon le rapportd’un médecin commis en qualitéd’expert, l’état de santé du détenuest incompatible avec lemaintien en détention, mêmedans un centre hospitalier.Article 141(Loi n° 99-06 du 29 janvier1999)Les dispositions de l’article140, relatives à la mise en libertéprovisoire, sont applicablesmême après la clôture de l’informationjusqu’à l’interventiond’une décision définitive sur l’actionpublique, dès lors que ladurée de la détention provisoire
    • ne dépasse pas le maximum dela peine privative de libertéencourue.CHAPITRE VIIIDES COMMISSIONSROGATOIRES ETDELEGATIONSJUDICIAIRESArticle 142Le juge d’instruction peutrequérir, par commission rogatoire,tout juge d’instruction outout juge de paix de son ressort,et par délégation judiciaire, toutofficier de police judiciaire compétentdans ce ressort, de procéderaux actes d’informationqu’il estime nécessaires dansles lieux soumis à la juridictionde chacun d’eux.En matière de crimes et délitscontre la sûreté de l’Etat, et s’il ya urgence, le juge d’instructionpeut donner délégation judiciairedirectement à tout officier depolice judiciaire qui pourra exercerses fonctions sur tout le territoirede la République.L’officier de police judiciaireaccomplit sa mission après enavoir avisé le Procureur de laRépublique, sans être tenu desolliciter une subdélégation dujuge d’instruction territorialementcompétent.Article 143La commission rogatoire ou ladélégation judiciaire indique lanature de l’infraction objet despoursuites. Elle est datée etsignée par le magistrat qui ladélivre, et revêtue de sonsceau.Elle ne peut prescrire que desactes d’instruction se rattachantdirectement à l’infraction viséeaux poursuites et sous réservedes dispositions de l’article 94.Article 144Les magistrats ou officiers depolice judiciaire commis pourl’exécution exercent, dans les
    • limites de la commission rogatoireou de la délégation judiciaire,tous les pouvoirs du juged’instruction.26
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisToutefois, les officiers de poli-contre la sûreté de l’Etat; ilsce judiciaire ne peuvent procésontégalement doublés pourder aux interrogatoires et aux tous les crimes et délits enconfrontations de l’inculpé. Ils période d’état de siège, d’étatne peuvent procéder aux audid’urgenceou d’application detions de la partie civile qu’à la l’article 47 de la Constitution,demande ou avec l’assentiment sans que ces deux causes dede celle-ci. doublement puissent se cumu-Seul le juge d’instruction comler.mis rogatoirement peut décer(Loi n° 85-25 du 27 Févrierner tous mandats tels que défi1985)nis aux articles 111, 112, 113 et Dans tous les cas, les disposi114.tions des articles 55 dernier alinéaet 56 à 58 sont applicables.Article 145Tout témoin cité pour être Article 147entendu au cours de l’exécution Dans l’exécution des délégad’unecommission rogatoire ou tions judiciaires par les officiersd’une délégation judiciaire est de police judiciaire, aucune nul-tenu de comparaître, de prêter lité n’est encourue de plein droitserment et de déposer. du fait de l’inobservation desS’il ne satisfait pas à cette dispositions des articles 164 etobligation, avis en est immédia166.tement donné au juge d’instruc-Toutefois, au cas où l’inobsertionou au magistrat du lieu de vation de quelque règle de pro-l’exécution qui peut le cédure a été de nature à nuirecontraindre à comparaître par la aux droits des intéressés, leforce publique et prendre contre juge peut refaire les actes irréluiles sanctions prévues à l’arguliers.ticle 97.Article 148Article 146 Lorsque la commission roga-Lorsque, pour les nécessités toire ou la délégation judiciairede l’exécution de la délégation prescrit des opérations simultajudiciaire,l’officier de police judinéessur divers points du terriciaireest amené a retenir une toire, elle peut, sur l’ordre dupersonne à sa disposition, celle-juge d’instruction mandant, êtreci doit être obligatoirement adressée aux juges d’instructionconduite dans les quarante-huit et officiers de police judiciaireheures, délai de route non comchargésde son exécution souspris, devant le magistrat instrucformede reproduction ou deteur dans le ressort duquel se copie intégrale de l’original porpoursuitl’exécution. tant la mention expresse de laAprès audition de la personne diffusion suivie de la signaturequi lui est amenée, ce magistrat du juge d’instruction mandant.peut accorder l’autorisation, En cas d’urgence, la commis-confirmée par écrit, de prolonsionrogatoire ou la délégationger la garde à vue d’un nouveau judiciaire peut même être diffudélaide quarante-huit heures. sée par tous moyens; chaqueA titre exceptionnel, cette diffusion doit toutefois préciserautorisation peut être accordée les mentions essentielles de
    • par décision motivée, sans que l’original et spécialement lala personne soit conduite devant nature de l’inculpation, le nom etle magistrat compétent. la qualité du magistrat mandant.Les délais prévus au présentarticle sont doublés en ce quiconcerne les crimes et délitsCHAPITRE IXDES EXPERTISESArticle 149Toute juridiction d’instructionou de jugement, dans le cas oùse pose une question d’ordretechnique, peut, soit à lademande du ministère public,soit à la requête des parties, soitmême d’office le ministèrepublic entendu, ordonner uneexpertise.Lorsque le juge d’instructionestime ne pas devoir faire droità une demande d’expertise, ildoit rendre une ordonnancemotivée, qui est susceptibled’appel dans les formes etdélais prévus aux articles 179 et180.Article 150(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les experts sont choisis parmiles personnes figurant autableau de l’Ordre des Expertset Evaluateurs agrées. Le jugepeut toutefois, selon la spécialitéparticulière de la question,choisir une autre personnejugée compétente.Lorsqu’il s’agit d’une expertisemédicale qui porte sur unequestion liée à la détention, l’expertdoit obligatoirement êtredésigné par le juge d’instructionou la juridiction de jugement saisieen fonction de la spécialitéde l’expertise, après avis duConseil de l’Ordre des Médecins.Les experts procèdent à leurmission sous le contrôle du juged’instruction ou du magistratque doit désigner la juridictionordonnant l’expertise.Article 151
    • (Loi n° 85-25 du 27 février1985)Lorsqu’elle n’appartient pas àl’Ordre des Experts et Evaluateursagréés, la personne commiseprête serment devant le27
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisjuge d’instruction ou la juridictionde jugement, d’accomplir samission, de faire son rapport etde donner son avis en son honneuret conscience; la formalitéest constatée par procès-verbalsigné par le magistrat compétent,l’expert et le greffier. Encas d’empêchement, ce sermentpeut être perçu par écrit etla lettre de serment est annexéeau dossier de la procédure.Article 152La mission de l’expert ne peutavoir pour objet que l’examende questions d’ordre technique.Elle est précisée dans la décisionqui l’ordonne.Article 153(Loi n° 85-25 du 27 février1985)En matière criminelle, chacunedes parties ne peut faire lechoix que d’un expert même s’ily a plusieurs inculpés, accusésou parties civiles.Le ministère public, lorsque lademande émane de lui ou del’une des parties, peut, dans sesréquisitions aux fins d’expertise,faire choix d’un expert dans lesmêmes conditions.Soit en cas d’urgence, soitlorsqu’il ordonne d’office uneexpertise ou lorsque le ministèrepublic n’a pas fait choix d’unexpert, le juge d’instruction doitimmédiatement notifier sonchoix tant aux parties qu’auministère public en précisant lesnoms et qualités des expertsainsi que le libellé de la missiondonnée.Dans le cas prévu à l’alinéaprécédent, la décision du juged’instruction n’est pas susceptibled’appel. Toutefois, dans lestrois jours de sa notification, leministère public et les partiespourront présenter en la forme
    • gracieuse leurs observations.Celles-ci pourront porter soit surle choix, soit sur la mission desexperts désignés.Article 154En matière correctionnelle oude simple police, la juridictiond’instruction ou de jugementchoisit seule un ou plusieursexperts sans que cette décisionsoit susceptible d’appel nonobstantle droit pour le ministèrepublic et les parties de présenteren la forme gracieuse toutesles observations qu’elles estimeraientutiles soit sur le choix,soit sur la mission de l’expertdésigné et ce, dans le délai detrois jours à compter de la notificationqui doit leur être faite dela décision ordonnant l’expertise.Lorsque la décision intervientpar jugement, elle est réputéenotifiée aux parties présenteslors du prononcé.Article 155(Loi n° 85-25 du 27 février1985)L’expert qui ne dépose passon rapport dans le délai impartipar le juge est, après une premièreprorogation, remplacéd’office.L’expert doit, dans un délaifixé par le juge, restituer lesobjets, pièces et documents quilui ont été confiés en vue del’accomplissement de sa mission.Il n’a pas droit aux honoraires,quelles que soient ses diligencesaccomplies.En cas de récidive, l’expert,sur réquisition du Procureurgénéral peut être interdit par laCour d’Appel, provisoirement oudéfinitivement, pour l’exercicedes expertises judiciaires.Article 155 bis(Loi n° 85-25 du 27 février1985)
    • Si l’expertise est demandéepar l’inculpé, le prévenu ou lapartie civile, l’expert, peut avantl’accomplissement de toute mission,demander le versementd’une provision à valoir sur sesfrais et honoraires.Le montant de la provision estfixé par ordonnance du juge. S’ils’agit du ministère public, aucuneprovision ne peut être réclamée.Il en est de même lorsqu’ils’agit de la demande d’un prévenuayant bénéficié de l’assistancejudiciaire.Article 156Si les experts demandent àêtre éclairés sur une questionéchappant à leur spécialité, lejuge peut les autoriser à s’adjoindredes personnes nommémentdésignées, spécialementqualifiées par leur compétence.Les personnes ainsi désignéesprêtent serment dans lesconditions prévues aux alinéas3 et 4 de l’article 151.Leur rapport sera annexé intégralementau rapport mentionnéà l’article 160.Article 157Conformément à l’article 88,alinéa 3, le juge d’instruction oule magistrat désigné par la juridictionde jugement représentéà l’inculpé, au prévenu ou à l’accusé,avant de les faire parveniraux experts, les scellés quin’auraient pas été ouverts etinventoriés. Il énumère ces scellésdans le procès-verbal spécialementdressé à l’effet deconstater cette remise.Les experts doivent faire mentiondans leur rapport de touteouverture ou réouverture desscellés dont ils dressent inventaire.Article 158Les experts peuvent recevoir,à titre de renseignements etpour l’accomplissement strict deleur mission, les déclarations depersonnes autres que l’inculpé.
    • S’ils estiment qu’il y a lieud’interroger l’inculpé, le prévenuou l’accusé, et, sauf délégationmotivée délivrée à titre exceptionnelpar la juridiction compétente,il est procédé à cet interrogatoireen leur présence parle juge d’instruction ou le magis28
    • Code de Procédure PénaleSénégalaistrat désigné par la juridiction dejugement en observant danstous les cas les formes et conditionsprévues par les articles105 et 107.L’inculpé, le détenu ou l’accusépeut cependant renoncer aubénéfice de cette disposition,par déclaration expresse devantle juge d’instruction ou le magistratdésigné par la juridiction dejugement, et fournir aux experts,en présence de son conseil, lesexplications que ceux-ci estimentnécessaires à l’exécutionde leur mission. L’inculpé, leprévenu ou l’accusé peut égalementpar déclaration écrite,remise par lui aux experts etannexée par ceux-ci à leur rapport,renoncer à l’assistance deson conseil pour une ou plusieursauditions.Toutefois, les médecinsexperts chargés d’examiner l’inculpé,le prévenu ou l’accusé,peuvent lui poser les questionsnécessaires à l’accomplissementde leur mission, hors laprésence du juge et desconseils.Article 159Au cours de l’expertise, lesparties peuvent demander à lajuridiction qui l’a ordonnée qu’ilsoit prescrit aux experts d’effectuercertaines recherches oud’entendre toute personne nommémentdésignée qui seraitsusceptible de leur fournir desrenseignements d’ordre technique.Article 160Lorsque les opérations d’expertisesont terminées, l’expertrédige un rapport qui doit contenirla description desdites opérationsainsi que ses conclusions.L’expert doit attester avoirpersonnellement accompli lesopérations qui lui ont étéconfiées et signe son rapport.
    • En cas de désignation de plusieursexperts, s’ils sont d’avisdifférents ou s’ils ont desréserves à formuler sur lesconclusions communes, chacund’eux indique son opinion ouses réserves en les motivant.Le rapport et les scellés, ouleurs résidus, sont déposésentre les mains du greffier de lajuridiction qui a ordonné l’expertise;ce dépôt est constaté parprocès-verbal.Article 161Le juge d’instruction ou lemagistrat désigné par la juridictionde jugement doit convoquerles parties et leur donnerconnaissance ainsi qu’au ministèrepublic des conclusions del’expert dans les formes prévuesaux articles 105 et 107; il reçoitleur déclaration et leur fixe ledélai dans lequel elles auront lafaculté de présenter des observationsou de formuler desdemandes, notamment aux finsde complément d’expertise oude contre-expertise.En cas de rejet de cesdemandes, la juridiction saisiedoit rendre une décision motivée.L’ordonnance rendue dansce cas par le juge d’instructionest susceptible d’appel dans lesformes et délais prévus auxarticles 179 et 180.Article 162Les experts exposent à l’audience,s’il y a lieu, le résultatdes opérations techniques auxquellesils ont procédé, aprèsavoir prêté serment de rendrecompte de leurs recherches etconstatations en leur honneur etconscience. Au cours de leuraudition, ils peuvent consulterleur rapport et ses annexes.Le président peut, soit d’office,soit à la demande du ministèrepublic, des parties ou deleurs conseils, leur poser toutesquestions entrant dans le cadrede la mission qui leur a étéconfiée.
    • Après leur exposé, les expertsassistent aux débats à moinsque le président ne les autoriseà se retirer.Article 163Si à l’audience d’une juridictionde jugement, une personneentendue comme témoin où àtitre de renseignement contreditles conclusions d’une expertiseou apporte, au point de vuetechnique, des indications nouvelles,le président demandeaux experts, au ministère public,à la défense et, s’il y a lieu, à lapartie civile, de présenter leursobservations. Cette juridictionpar décision motivée déclare,soit qu’il sera passé outre auxdébats, soit que l’affaire serarenvoyée à une date ultérieure.Dans ce dernier cas, cette juridictionpeut prescrire quant àl’expertise toute mesure qu’ellejugera utile.CHAPITRE XDES NULLITES DEL’INFORMATIONArticle 164Les dispositions prescritesaux articles 101 et 105 doiventêtre observées à peine de nullitétant de l’acte lui-même quede la procédure ultérieure.La partie envers laquelle lesdispositions de ces articles ontété méconnues peut renoncer às’en prévaloir et régulariser ainsila procédure. Cette renonciationdoit être expresse.Article 165S’il apparaît au juge d’instructionqu’un acte de l’informationest frappé de nullité, il saisit lachambre d’accusation en vue del’annulation de cet acte, aprèsavoir pris l’avis du Procureur dela République et en avoir avisél’inculpé et la partie civile.Si c’est le Procureur de laRépublique qui estime qu’unenullité a été commise, il requiert
    • du juge d’instruction communicationde la procédure en vue29
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisde sa transmission à la chambred’accusation et présente requêteaux fins d’annulation à cettechambre.Si c’est l’inculpé ou la partiecivile qui estime qu’une nullité aété commise, il saisit par unerequête motivée la chambred’accusation qui réclame immédiatementle dossier de la procédureau juge d’instruction .La chambre d’accusation doitstatuer dans les cinq jours de laréception du dossier. Dans tousces cas, elle procède comme ilest dit à l’article 199.Article 166Il y a également nullité en casde violation des dispositionssubstantielles du présent titre,autres que celles visées à l’article164 et notamment en casde violation des droits de ladéfense.La chambre d’accusationdécide si l’annulation doit êtrelimitée à l’acte vicie ou s’étendreà tout ou partie de la procédureultérieure.Les parties peuvent renoncerà se prévaloir de ces nullitéslorsqu’elles ne sont édictéesque dans leur seul intérêt. Cetterenonciation doit être expresse.La chambre d’accusation estsaisie et statue ainsi qu’il est dità l’article précédent.Article 167Les actes annulés sont retirésdu dossier d’information et classésau greffe de la Cour d’Appel.Il est interdit d’y puiseraucun renseignement à peinede forfaiture pour les magistratset de poursuites devant leursconseils de discipline pour lesdéfenseurs.Article 168
    • La juridiction correctionnelleou de simple police peut, leministère public et les partiesentendus, prononcer l’annulationdes actes qu’elle estimeatteints de nullité et décider sil’annulation doit s’étendre à toutou partie de la procédure ultérieure.Lorsqu’elle annule certainsactes seulement, elle doit lesécarter expressément desdébats.Au cas où la nullité de l’acteentraîne la nullité de toute laprocédure ultérieure, elle ordonneun supplément d’informationsi la nullité est réparable ou, s’ily échet, elle renvoie le ministèrepublic à se pourvoir.Les parties peuvent renoncerà se prévaloir de ces nullitéslorsqu’elles ne sont édictéesque dans leur seul intérêt. Cetterenonciation doit être expresse.CHAPITRE XIDES ORDONNANCES DEREGLEMENTArticle 169Aussitôt que l’information luiapparaît terminée, le juge d’instructioncommunique le dossieraux conseils de l’inculpé et de lapartie civile. Cette communicationse fait par l’intermédiaire dugreffier du siège de l’instructionou s’il y a lieu, de la résidencedes conseils. Le dossier de l’affaireà la disposition desconseils durant trois jours aprèsl’avis qui leur a été donné.(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Après l’accomplissement dela formalité prévue à l’alinéaprécédant, le juge d’instructioncommunique le dossier de laprocédure au Procureur de laRépublique ou à son déléguéqui doit impérativement adresserses réquisitions au juged’instruction dans les quinze
    • jours à compter de la date del’ordonnance de soit communiqué.Cependant, en matière correctionnellelorsque l’instructiona été diligentée par le présidentdu tribunal départemental pourles affaires relevant de sa compétenceet en l’absence d’undélégué du Procureur de laRépublique, ce magistrat règlela procédure sans être tenu deprovoquer les réquisitions duProcureur de la Républiquecompétent. Les affaires quiexcèdent la compétence du tribunaldépartemental lorsqu’ellessont instruites par le présidentou le juge d’instruction de cettejuridiction sont réglées conformémentaux dispositions de l’article44 en ce qui concerne laclôture de l’information. Toutefois,le Procureur de la Républiquedu tribunal régional peut,en tout état de l’informationdemander la communication dudossier et requérir tellesmesures qu’il juge utiles.Article 170Lorsqu’en cas d’absence oud’empêchement des autresmagistrats, le président du tribunala diligenté l’instruction, il estprocédé comme suit pour lerèglement définitif de la procédure:en matière criminelle, leprésident rend l’ordonnance declôture sur les réquisitions duMinistère public; en matière correctionnelle,il transmet lespièces au Procureur de la Républiquequi statue sur la procédure.Article 171Le juge d’instruction examines’il existe contre l’inculpé descharges constitutives d’infractionà la loi pénale.S’il estime que les faits neconstituent ni crime, ni délit, nicontravention, ou qu’il n’existepas de charges suffisantescontre l’inculpé, ou si l’auteurest resté inconnu, il déclare, parordonnance, qu’il n’y a lieu àsuivre.
    • Les inculpés préventivementdétenus sont mis en liberté. Lejuge d’instruction statue enmême temps sur la restitutiondes objets saisis.30
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisIl liquide les dépens etcondamne éventuellement auxfrais la partie civile, s’il en existeen la cause. Toutefois, la partiecivile de bonne foi peut êtredéchargée de la totalité oud’une partie des frais par décisionspéciale et motivée.Article 172Si le juge estime que les faitsconstituent une contravention, ilprononce le renvoi de l’affairedevant le tribunal de simple policeet ordonne la mise en libertédu prévenu.Article 173(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si le juge estime que les faitsconstituent un délit, il prononcele renvoi de l’affaire devant letribunal régional ou devant le tribunaldépartemental statuant enmatière correctionnelle, pour lesdélits de sa compétence. Legreffier doit, dans le délai d’unmois, transmettre le dossier auparquet de cette juridiction.(Loi n° 77-32 du 12 février1977)Si l’emprisonnement estencouru, et sous réserve desdispositions de l’article 127, leprévenu arrêté demeure en étatde détention.Article 174(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Dans les cas de renvoi, soitdevant le tribunal de simple police,soit devant le tribunal correctionnel,le juge d’instructiontransmet le dossier avec sonordonnance au Procureur de laRépublique. Celui-ci est tenu del’envoyer sans retard au greffedu tribunal qui doit statuer.
    • Dans les cas de renvoi devantle tribunal régional, le Procureurde la République doit, dans undélai maximum de deux-mois,avertir ou faire citer les partiespour l’une des plus prochainesaudiences en observant lesdélais prévus au présent Codeet avise également son conseilde la date de l’audience, fautede quoi le tribunal doit renvoyerl’affaire jusqu’à l’accomplissementde ces formalités.Article 175(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si le juge d’instruction estimeque les faits constituent uneinfraction qualifiée crime par laloi, il ordonne que le dossier dela procédure et un état despièces servant à convictionsoient transmis dans un délai dequinze jours par le Procureur dela République au Procureurgénéral près la Cour d’Appelpour être procédé ainsi qu’il estdit au chapitre XIV du présentlivre.Les pièces à conviction restantau greffe du tribunal saufdispositions contraires.Article 176Des ordonnances comportantnon-lieu partiel peuvent interveniren cours d’information.Article 177(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Il est donné avis dans lesvingt-quatre heures, par lettrerecommandée, ou par avis comportantl’une et l’autre un accuséde réception, aux conseils del’inculpé et de la partie civile, detoutes ordonnances juridictionnelles.Dans les mêmes formes etdélais, les ordonnances derèglement sont portées à laconnaissance de l’inculpé et lesordonnances de renvoi ou detransmission des pièces au Procureur
    • Général, à celle de lapartie civile.Si l’inculpé est détenu, lacommunication lui est faite parl’intermédiaire du directeur del’établissement pénitentiaire.Les ordonnances dont l’inculpéou la partie civile peut, auxtermes de l’article 180, interjeterappel leur sont signifiées à larequête du Procureur de laRépublique dans les vingt-quatre heures.Avis de toute ordonnance nonconforme à ses réquisitions estdonné au Procureur de la République,le jour même où elle estrendue, par le greffier, souspeine d’une amende civile de1.000 francs prononcée par lePrésident de la chambre d’accusation.Avis de toutes les ordonnancesde clôture de l’informationest adressé à la maisond’arrêt où l’inculpé est détenu.Article 178Les ordonnances rendues parle juge d’instruction en vertu dela présente section contiennentles prénoms, nom, date, lieu denaissance, domicile et professionde l’inculpé. Elles indiquentla qualification légale du faitimputé à celui-ci et, de façonprécise, les motifs pour lesquelsil existe ou non contre lui descharges suffisantes.CHAPITRE XIIDE L’APPEL DESORDONNANCES DU JUGED’INSTRUCTIONArticle 179(Loi n° 99-06 du 29.1.1999).Sauf ce qui est dit aux articles153 alinéa 4 et 154, le Procureurde la République a le droitd’interjeter appel devant lachambre d’accusation de touteordonnance du juge d’instruction.
    • Cet appel, formé par déclarationau greffe du tribunal, doitêtre interjeté dans les cinq joursà compter du jour de la notificationde l’ordonnance au parquet.Le droit d’appel appartientégalement dans tous les cas auProcureur Général. Il doit noti31
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisfier son appel aux parties dansles dix jours qui suivent l’ordonnancedu juge d’instruction.Les délais impartis au Procureurde la République ou auProcureur Général pour interjeterappel des ordonnances dujuge d’instruction ont pour pointde départ, en ce qui concerneles ordonnances rendues par leprésident du tribunal départementalou le juge d’instructionde ce tribunal, le jour de laréception du dossier au parquetdu Procureur de la Républiqueou du Procureur Général.La déclaration d’appel est inscriteau greffe du tribunal régionalou de la Cour d’Appel suivantles cas et une expéditionen est transmise sans délai augreffe du tribunal départementalintéressé.Article 180(Loi n° 85-25 du 27 Février1985)Le droit d’appel appartient àl’inculpé contre les ordonnancesprévues par les articles 87 bis et129.La partie civile peut interjeterappel des ordonnances de refusd’informer, de non-lieu et desordonnances faisant grief à sesintérêts civils. Toutefois sonappel ne peut, en aucun cas,porter sur une ordonnance ousur la disposition d’une ordonnancerelative à la détention del’inculpé, sauf si la constitutionde partie civile émane de l’Etat,d’une collectivité publique, d’unétablissement public ou de l’undes organismes énoncés auxarticles 385 et 387 du Codepénal.L’inculpé et la partie civilepeuvent aussi interjeter appelde l’ordonnance par laquelle lejuge a, d’office ou sur déclinatoiredes parties, statué sur sa
    • compétence, ainsi que desordonnances prévues auxarticles 149 alinéa 2 et 161 alinéa2.L’appel de l’inculpé et de lapartie civile doit être formé pardéclaration au greffe du tribunal,dans les cinq jours de la dernièreen date des notifications ousignifications qui sont faites tantà la partie qu’à ses conseilsconformément à l’article 177. Sil’inculpé est détenu, sa déclarationd’appel est transmise parl’intermédiaire du directeur del’établissement pénitentiairedans les conditions prévues àl’article 491 (loi n° 99-06 du 29janvier 1999).Dans tous les cas prévus auxalinéas précédents, l’appel peutêtre interjeté par le conseil del’inculpé ou de la partie civile.Le dossier de l’information ousa copie établie conformémentà l’article 72 est transmis auProcureur de la République parle greffier au plus tard dans les48 heures de l’appel. Le Procureurde la République transmetavec son avis motivé le dossierde l’information ou sa copie auProcureur Général dans lemême délai. Le ProcureurGénéral procédera ainsi qu’il estdit aux articles 187 et suivants.En cas d’appel du ministèrepublic ou de la partie civilelorsque celle-ci est autorisée àrelever appel de l’ordonnancede mise en liberté provisoire,l’inculpé détenu est maintenu enprison jusqu’à ce qu’il ait étéstatué sur l’appel et, dans tousles cas, jusqu’à l’expiration dudélai d’appel du Procureur de laRépublique et de la partie civile,à moins que ceux-ci ne consententà la mise en liberté immédiate.Article 181Lorsqu’il est interjeté appeld’une ordonnance autre qu’uneordonnance de règlement, lejuge d’instruction poursuit soninformation, sauf décisioncontraire de la chambre d’accusation.
    • CHAPITRE XIIIDE LA REPRISE DEL’INFORMATION SURCHARGES NOUVELLESArticle 182L’inculpé à l’égard duquel lejuge d’instruction a dit n’y avoirlieu à suivre ne peut plus êtrerecherché à l’occasion du mêmefait, à moins qu’il ne surviennentde nouvelles charges.Article 183Sont considérées commecharges nouvelles les déclarationsdes témoins, pièces et pro-cès-verbaux qui n’ayant pu êtresoumis à l’examen du juged’instruction, sont cependant denature soit à fortifier les chargesqui auraient été trouvés tropfaibles, soit à donner aux faitsde nouveaux développementsutiles à la manifestation de lavérité.Article 184Il appartient au ministèrepublic seul de décider s’il y alieu de requérir la réouverturede l’information sur chargesnouvelles.CHAPITRE XIVDE LA CHAMBRED’ACCUSATION:JURIDICTIOND’INSTRUCTION DUSECOND DEGRESECTION I - DISPOSITIONSGENERALESArticle 185Une section spéciale de laCour d’appel constitue lachambre d’accusation.32
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisElle est composée d’un présidentde chambre, ou à défautd’un conseiller, exclusivementattaché à ce service, et de deuxconseillers qui peuvent, en casde besoin, assurer le servicedes autres chambres de la cour.Le président et les conseillerscomposant la chambre d’accusationsont désignés chaqueannée, pour la durée de l’annéejudiciaire suivante, par l’assembléegénérale de la Cour.En cas d’empêchement, l’unde ces magistrats peut être remplacé,à défaut d’autresmembres de la Cour, par unmembre du tribunal régional, ausiège de la Cour.Un arrêté du Garde desSceaux, Ministre de la Justicepourra prévoir que le présidentde la chambre d’accusationassurera, à titre exceptionnel, leservice d’une autre chambre.Les fonctions du ministèrepublic auprès de la chambred’accusation sont exercées parle Procureur Général ou par sessubstituts, celles du greffe parun greffier de la Cour d’appel.Article 186La chambre d’accusation seréunit au moins une fois parsemaine et, sur convocation deson président ou à la demandeexpresse du Procureur Général,toutes les fois qu’il est nécessaire.Article 187(Loi n° 77-32 du 22 février1977)Le Procureur Général met l’affaireen état dans les quarante-huit heures de la réception despièces en matière de détentionpréventive et dans les dix joursen toute autre matière; il la soumet,avec réquisitoire, à la
    • chambre d’accusation.Celle-ci doit, en matière dedétention provisoire, se prononcerau plus tard dans le mois del’appel prévu par l’article 180,faute de quoi l’inculpé est misd’office en liberté provisoire saufsi des vérifications concernantsa demande ont été ordonnées.Cette mise en liberté provisoirene peut être révoquée quedans les conditions prévues parle dernier alinéa de l’article 132.Article 188Dans toutes les causes dontsont saisies les juridictions correctionnellesou de police et jusqu’àl’ouverture des débats, leProcureur Général, s’il estimeque les faits sont susceptiblesd’une qualification plus graveque celle dont ils ont été l’objet,ordonne l’apport des pièces,met l’affaire en état et la soumet,avec réquisitoire, à lachambre d’accusation.Article 189Le Procureur Général agit demême lorsqu’il reçoit, postérieurementà un arrêt de non-lieuprononcé par la chambre d’accusation,des pièces lui paraissantcontenir des charges nouvellesdans les termes de l’article183. Dans ce cas et enattendant la réunion de lachambre d’accusation, le présidentde cette juridiction peut,sur les réquisitions du Procureurgénéral, décerner mandat dedépôt ou d’arrêt.Article 190Le greffier de la chambred’accusation notifie par lettrerecommandée ou par avis, comportantl’une ou l’autre un accuséde réception, à chacune desparties ou à ses conseils, ladate à laquelle l’affaire seraappelée à l’audience. La lettredestinée à une partie estenvoyée à son domicile élu ou,à son défaut, à la dernièreadresse qu’elle a donnée.
    • Un délai minimum de quarante-huit heures en matière dedétention provisoire et de cinqjours en toute autre matière, doitêtre observé entre la date d’envoide la lettre recommandée etcelle de l’audience.Pendant ce délai, le dossier,comprenant les réquisitions duProcureur général, est déposéau greffe de la chambre d’accusationet tenu à la dispositiondes conseils des parties.Article 191Les parties et leurs conseilssont admis jusqu’au jour de l’audienceà produire des mémoiresqui sont déposés au greffe de lachambre d’accusation et viséspar le greffier avec indication dujour et de l’heure du dépôt.Article 192Les débats se déroulent etl’arrêt est rendu en chambre duconseil.Après le rapport du conseiller,le Procureur général et lesconseils des parties, qui en ontfait la demande, présentent desobservations sommaires.La chambre d’accusation peutordonner la comparution personnelledes parties ainsi quel’apport des pièces à conviction.Article 193Lorsque les débats sont terminés,la chambre d’accusationdélibère sans qu’en aucun casle Procureur général, les parties,leurs conseils et le greffierpuissent être présents.Article 194La chambre d’accusationpeut, dans tous les cas, à lademande du Procureur général,d’une des parties, de sonconseil, ou même d’office,ordonner tout acte d’informationcomplémentaire qu’elle jugeutile, et notamment décernertous mandats.
    • Elle peut également, danstous les cas, le ministère publicentendu, prononcer d’office lamise en liberté de l’inculpé.Article 195Elle peut, d’office ou surréquisitions du Procureur général,ordonner qu’il soit informé àl’égard des inculpés ou prévenusrenvoyés devant elle surtous les chefs de crimes, de33
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisdélits, de contraventions, principauxou connexes, résultant dudossier de la procédure, quin’auraient pas été visés par l’ordonnancedu juge d’instructionou qui auraient été distraits parune ordonnance comportantnon-lieu partiel, disjonction ourenvoi devant la juridiction correctionnelleou de simple police.Elle peut statuer sans ordonnerune nouvelle information siles chefs de poursuite visés àl’alinéa précédant ont été comprisdans les inculpations faitespar le juge d’instruction.Article 196Les infractions sont connexessoit lorsqu’elles ont été commisesen même temps par plusieurspersonnes réunies, soitlorsqu’elles ont été commisespar différentes personnes,même en différents temps et endivers lieux, mais par suite d’unconcert formé à l’avance entreelles, soit lorsque les coupablesont commis les unes pour seprocurer les moyens de commettreles autres, pour en faciliter,pour en consommer l’exécution,ou pour en assurer l’impunité,soit lorsque des chosesenlevées, détournées ou obtenuesà l’aide d’un crime ou d’undélit ont été, en tout ou partie,recelées.Article 197La chambre d’accusation peutégalement, quant aux infractionsrésultant du dossier de laprocédure, ordonner que soientinculpées, dans les conditionsprévues à l’article 198, des personnesqui n’ont pas été renvoyéesdevant elle, à moinsqu’elles n’aient fait l’objet d’uneordonnance de non-lieu devenuedéfinitive.Cette décision ne pourra pasfaire l’objet d’un pourvoi en cassation.
    • Article 198Il est procédé aux supplémentsd’information conformément aux dispositions relativesà l’instruction préalable soit parun des membres de la chambred’accusation, soit par un juged’instruction qu’elle délègue àcette fin.Le Procureur général peut àtout moment requérir la communicationde la procédure, à chargede rendre les pièces dans lesvingt-quatre heures.Article 199La chambre d’accusation examinela régularité des procéduresqui lui sont soumises.Si elle découvre une cause denullité, elle prononce la nullitéde l’acte qui en est entaché et,s’il y échet, celle de tout ou partiede la procédure ultérieure.Après annulation, elle peutsoit évoquer et procéder dansles conditions prévues auxarticles 194, 195 et 197, soitrenvoyer le dossier de la procédureau même juge d’instructionou à tel autre de son choix, afinde poursuivre l’information.Article 200Lorsque la chambre d’accusationa statué sur l’appel relevécontre une ordonnance du juged’instruction en matière dedétention provisoire, soit qu’elleait confirmé l’ordonnance soitque, l’infirmant, elle ait ordonnéune mise en liberté ou un maintienen détention ou décerné unmandat de dépôt ou d’arrêt, leProcureur général fait sans délairetour du dossier au juge d’instruction,après avoir assurél’exécution de l’arrêt.Lorsque, en toute autre matière,la Chambre d’accusationinfirme une ordonnance du juged’instruction, elle peut soit évoquerdans les conditions prévuesaux articles 194, 195, 197
    • et 198, soit envoyer le dossierau juge d’instruction ou à telautre, afin de poursuivre l’information(Loi n° 85-25 du 27février 1985).L’ordonnance du juge d’instructionfrappée d’appel sort sonplein et entier effet si elle estconfirmée par la chambre d’accusation.Article 201Lorsqu’elle a prescrit uneinformation complémentaire etque celle-ci est terminée, lachambre d’accusation ordonnele dépôt au greffe du dossier dela procédure.Le greffier de la chambred’accusation avise immédiatementde ce dépôt chacune desparties ou son conseil par lettrerecommandée ou par avis comportantl’une et l’autre un accuséde réception.Article 202Le dossier de la procédurereste déposé au greffe pendantquarante-huit heures en matièrede détention provisoire, pendantcinq jours en toute autre matière.Il est alors procédé conformémentaux articles 190, 191 et192.Article 203La chambre d’accusation statuepar un seul et même arrêtésur tous les faits entre lesquelsil existe un lien de connexité.Elle examine s’il existe contrel’inculpé des charges suffisantes.Si elle estime que les faits neconstituent ni crime, ni délit, nicontravention, ou qu’il n’existepas de charges suffisantes ou sil’auteur est resté inconnu, elledéclare qu’il n’y a lieu à suivre.Les inculpés provisoirementdétenus sont mis en liberté.
    • La chambre d’accusation statuepar l’arrêt portant qu’il n’y alieu à suivre sur la restitutiondes objets saisis; elle demeurecompétente pour statuer éventuellementsur cette restitutionpostérieurement à l’arrêt denon-lieu.Article 204Si la chambre d’accusationestime que les faits constituent34
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisun délit ou une contravention,elle prononce le renvoi de l’affairedevant la juridiction compétenteen la matière.En cas de renvoi devant unejuridiction statuant en matièrecorrectionnelle si l’emprisonnementest encouru, et sous réservedes dispositions de l’article127, le prévenu arrêté demeureen état de détention.En cas de renvoi devant le tribunalde simple police, le prévenuest mis en liberté.Article 205Si les faits retenus à la chargedes inculpés constituent uneinfraction qualifiée crime par laloi, la chambre d’accusation prononcele renvoi devant la Courd’assises compétente.Elle peut saisir égalementcette juridiction des infractionsconnexes.Article 206L’arrêt de renvoi contient, àpeine de nullité, l’exposé et laqualification légale des faits,objets de l’accusation.Il décerne en outre ordonnancede prise de corps contre l’accusédont il précise l’identité.Article 207Les arrêts de la chambred’accusation sont signés par lePrésident et le greffier. Il y estfait mention du nom des juges,du dépôt des pièces et desmémoires, de la lecture du rapport,des réquisitions du ministèrepublic et, s’il y a lieu, de l’auditiondes parties ou de leursconseils, à peine de nullité.La chambre d’accusationréserve les dépens si son arrêtn’éteint pas l’action dont elle aeu à connaître.
    • Dans le cas contraire, ainsiqu’en matière de mise en liberté,elle liquide les dépens et ellecondamne aux frais la partie quisuccombe.Toutefois, la partie civile debonne foi peut être déchargéede la totalité ou d’une partie desfrais par décision spéciale etmotivée.Article 208(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Hors le cas prévu à l’article189, les arrêts sont, dans lesvingt-quatre heures, par lettrerecommandée ou par avis comportantl’une ou l’autre un accuséde réception, portés à laconnaissance des parties et deleurs conseils.Les arrêts contre lesquels lesinculpés ou les parties civilespeuvent former un pourvoi encassation leur sont signifiés à larequête du Procureur généraldans les quarante-huit heures.Avis de tous les arrêts de clôturede l’information est adresséà la maison d’arrêt ou l’accuséest détenu.Article 209Les dispositions des articles164, 166 alinéas 1er et 3, 167 et168 relatives aux nullités de l’informationsont applicables auprésent chapitre.SECTION Il - DESPOUVOIRS PROPRES DUPRÉSIDENT DE LACHAMBRE D’ACCUSATIONArticle 210Le Président de la chambred’accusation ou, en cas d’empêchement,son suppléant, exercesous le contrôle du Premier Présidentde la Cour d’Appel lespouvoirs propres définis auxarticles suivants.
    • Le président peut, pour desactes déterminés, déléguer sespouvoirs à un membre de lachambre d’accusation.(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Il peut aussi déléguer sespouvoirs de contrôle du bonfonctionnement des cabinetsd’instruction, au président du tribunal régional en ce qui concerneles cabinets d’instruction duressort.Article 211Le président de la chambred’accusation s’assure du bonfonctionnement des cabinetsd’instruction du ressort de laCour d’appel. Il vérifie notammentles conditions d’applicationdes alinéas 4 et 5 de l’article 72et s’emploie à ce que les procéduresne subissent aucun retardinjustifié.A cette fin, il est établi chaquetrimestre dans chaque cabinetd’instruction un état de toutesles affaires en cours portantmention, pour chacune desaffaires, de la date du dernieracte d’information exécuté.Les affaires dans lesquellessont impliqués les inculpésdétenus provisoirement figurentsur un état spécial.(Loi n° 75-114 du 20décembre 1975)Les états prévus par le présentarticle sont établis en deuxexemplaires adressés dans lesdix premiers jours du trimestre:-l’un au président de lachambre d’accusation par l’intermédiairedu président du tribunalrégional qui fait connaîtreau juge d’instruction et au présidentde la chambre d’accusationles observations que ces étatsappellent de sa part;-l’autre au Procureur généralprès la Cour d’appel par l’intermédiairedu Procureur de laRépublique (Loi n° 81-71 du 10
    • décembre 1981).Toute affaire entrée au cabinetdu juge d’instruction depuisplus de six mois doit obligatoirementfaire l’objet d’un rapportcirconstancié, si, au bout decette période elle n’est pasréglée. Ce rapport établi en troisexemplaires est adressé au Présidentde la Chambre d’accusation,au Premier Président de laCour d’Appel et au Procureurgénéral près cette Cour, par lavoie hiérarchique. Il précise les35
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisraisons pour lesquelles le règlementde l’affaire a été retardé,et est renouvelé ensuite tous lesmois, jusqu’au règlement définitifde l’affaire. Une copie en estadressée respectivement parles chefs de la juridiction d’appelà l’inspecteur général des Courset Tribunaux et à l’inspecteurgénéral des Parquets.Article 212(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le président de la chambred’accusation ou le magistratdélégué par ses soins doit,chaque fois qu’il l’estime nécessaireet au moins deux fois paran, visiter les maisons d’arrêt duressort de la Cour d’Appel etvérifier la situation des inculpésen état de détention provisoire.Il peut saisir la chambre d’accusationafin qu’il soit par ellestatué sur le maintien en détentiond’un inculpé quelque soit lestade de la procédure dont cedernier fait l’objet.SECTION III - DUCONTROLE DE L’ACTIVITEDES OFFICIERS DEPOLICE JUDICIAIREArticle 213La chambre d’accusationexerce un contrôle sur l’activitédes fonctionnaires civils et militaires,officiers de police judiciairepris en cette qualité.Article 214Elle est saisie soit par le Procureurgénéral, soit par son président.Elle peut se saisir d’office àl’occasion de l’examen de laprocédure qui lui est soumise.Article 215
    • La chambre d’accusation, unefois saisie, fait procéder à uneenquête; elle entend le Procureur général et l’officier de policejudiciaire en cause.Ce dernier doit avoir été préalablementmis à même deprendre connaissance de sondossier d’officier de police judiciairetenu au parquet généralde la Cour d’appel.Il peut se faire assister d’unavocat.Article 216La chambre d’accusationpeut, sans préjudice des sanctionsdisciplinaires qui pourraientêtre infligées à l’officier depolice judiciaire par ses supérieurshiérarchiques, lui adresserdes observations ou déciderqu’il ne pourra, soit temporairement,soit définitivement, exercerses fonctions d’officier depolice judiciaire et de déléguédu juge d’instruction sur toutl’ensemble du territoire.Si la chambre d’accusationestime que l’officier de policejudiciaire a commis une infractionà la loi pénale, elle ordonneen outre la transmission du dossierau Procureur général àtoutes fins qu’il appartiendra.Les décisions prises par lachambre d’accusation contre lesofficiers de police judiciaire sontnotifiées, à la diligence du Procureurgénéral, aux autoritésdont ils dépendent.Article 217Les dispositions de la présentesection sont applicables auxinspecteurs et agents assermentésdes Eaux et Forêts.LIVRE IIDES JURIDICTIONS DEJUGEMENTTITRE PREMIER
    • DE LA COUR D’ASSISESCHAPITRE PREMIERDE LA COMPETENCE DELA COUR D’ASSISESArticle 218La Cour d’Assises a plénitudede juridiction pour juger les individusrenvoyés devant elle parl’arrêt de mise en accusation.Elle ne peut connaître d’aucuneautre accusation.CHAPITRE IIDE LA TENUE DESASSISESArticle 219Il est tenu des assises ausiège des juridictions désignéespar les textes relatifs à l’organisationjudiciaire du Sénégal.Article 220Exceptionnellement, lorsqueles circonstances l’exigent, leGarde des Sceaux, Ministre dela Justice, par arrêté pris sur laproposition du Procureur généralet après avis du Premier Présidentde la Cour d’appel, peutfixer le siège de la Cour d’assisesdans une autre ville.Article 221Chaque cour d’assises doittenir une session tous les quatremois.36
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 222La date d’ouverture dechaque session d’assises estfixée, après avis du Procureurgénéral par ordonnance du PremierPrésident de la Cour d’appel.Cette ordonnance est portéeà la connaissance du tribunal dusiège de la Cour d’assises parles soins du Procureur général,quinze jours au moins avantl’ouverture de la session.Article 223Le rôle de chaque session estarrêté par le président de laCour d’assises, sur propositiondu ministère public.Article 224Le ministère public avise l’accuséde la date à laquelle celui-ci doit comparaître.Lorsque l’accusé n’est pasdétenu, citation à comparaîtrelui est délivrée.CHAPITRE IIIDE LA COMPOSITION DELA COUR D’ASSISESArticle 225La Cour d’assises comprend:la cour proprement dite et lejury.Article 226Les fonctions du ministèrepublic y sont exercées dans lesconditions définies aux articles26 et 31.Toutefois, le Procureur généralpeut déléguer auprès d’uneCour d’assises un magistrat duministère public autre que celuiqui exerce ses fonctions près letribunal du siège de la Courd’assises.
    • Article 227La Cour d’assises est, à l’audience,assistée d’un greffier.Au siège de la Cour d’appel,les fonctions de greffier sontexercées par le greffier en chefou un greffier de la Cour d’appel.Dans les autres localités, ellesle sont par le greffier en chef ouun greffier du tribunal régional.SECTION PREMIERE - DELA COURArticle 228La Cour proprement dite comprend:le président et deuxassesseurs.Paragraphe premier - DuPrésidentArticle 229La Cour d’assises est présidéepar un président dechambre ou par un conseiller dela Cour d’appel.Article 230Pour la durée de chaque sessionet pour chaque Cour d’assises,le président est désignépar ordonnance du Premier Président.Article 231En cas d’empêchement survenuavant l’ouverture de lasession, le président desassises est remplacé par ordonnancedu Premier Président.Si l’empêchement survient aucours de la session, le présidentdes assises est remplacé parl’assesseur du rang le plusélevé.Article 232Le Premier Président peutprésider la Cour d’assiseschaque fois qu’il le juge convenable.
    • Paragraphe Il - DesassesseursArticle 233Les assesseurs sont aunombre de deux.Toutefois, il peut leur êtreadjoint un ou plusieurs assesseurssupplémentaires si ladurée ou l’importance de la sessionrendent cette mesurenécessaire.Les assesseurs supplémentairessiègent aux audiences. Ilsne prennent part aux délibérationsqu’en cas d’empêchementd’un assesseur titulaire constatépar ordonnance motivée du présidentde la Cour d’assises.Article 234Les assesseurs sont choisissoit parmi les conseillers de laCour d’Appel, soit parmi les présidents,vice-présidents ou jugedu tribunal régional du lieu de latenue des assises.Article 235Les assesseurs sont désignéspar le Premier Président pour ladurée d’une session et pourchaque Cour d’assises, dans lesmêmes formes que le président.Article 236En cas d’empêchement survenuavant l’ouverture de lasession, les assesseurs sontremplacés par ordonnance duPremier Président.Si l’empêchement survient aucours de la session, les assesseurssont remplacés par ordonnancedu président de la Courd’assises et choisis parmi lesmagistrats du siège du ressortde la Cour d’Appel.Article 237Lorsque la session est ouverte,le président de la Cour d’assisespeut, s’il y a lieu, désignerun ou plusieurs assesseurs supplémentaires.
    • Article 238Ne peuvent faire partie de lacour en qualité de président ou37
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisd’assesseur les magistrats qui,dans l’affaire soumise à la Courd’assises, ont, soit fait un actede poursuite ou d’instruction,soit participé à l’arrêt de mise enaccusation ou à une décisionsur le fond relative à la culpabilitéde l’inculpé.SECTION Il - DU JURYArticle 239Le jury est composé decitoyens désignés conformémentaux dispositions desarticles suivants:Paragraphe premier - Desconditions d’aptitude auxfonctions de juréArticle 240Peuvent seuls remplir lesfonctions de juré les citoyenssénégalais de l’un et l’autresexe âgés de plus de trenteans, sachant lire et écrire enfrançais, non atteints de surdité,jouissant des droits politiques,civils et de famille, et ne se trouvantdans aucun cas d’incapacitéou d’incompatibilité énuméréspar les deux articles suivants.Article 241Sont incapables d’être juré:1. Les individus ayant étécondamnés pour crime ou délitde droit commun;2. Ceux qui sont en état d’accusationou de contumace etceux qui sont sous mandat dedépôt ou d’arrêt;3. Les fonctionnaires etagents de l’Etat et des communesrévoqués de leurs fonctions;4. Les officiers ministérielsdestitués et les membres desordres professionnels frappésd’une interdiction définitived’exercer par une décision juridictionnelle;5. Les faillis non réhabilitésdont la faillite a été déclarée parun jugement exécutoire au
    • Sénégal;6. Les aliénés interdits ouinternés ainsi que les individuspourvus d’un conseil judiciaire;7. Ceux auxquels les fonctionsde juré ont été interditespar décision de justice.Article 242Les fonctions de juré sontincompatibles avec celles quisont énumérées ci-après:1. Membres du Gouvernement,de l’Assemblée nationale,du Conseil supérieur de laMagistrature et du Conseil économiqueet social;2. Secrétaire général du Gouvernement,membre d’un cabinetministériel, directeur d’unservice ministériel ou d’un servicepublic, gouverneur et adjoint,préfet et adjoint, chef d’arrondissement,magistrat de l’ordrejudiciaire;3. Fonctionnaire des servicesde police et des forcespubliques nationales, militairesde l’armée de terre, de mer etde l’air en activité de service,fonctionnaire ou préposé du serviceactif des douanes, descontributions directes ou indirecteset des eaux et forêts del’Etat.Nul ne peut être juré dans uneaffaire où il a accompli un actede police judiciaire ou d’instructionou dans laquelle il esttémoin, interprète, dénonciateur,expert, plaignant ou partie civile.Article 243Sont dispensés des fonctionsde juré s’ils le requièrent:1. Les septuagénaires;2. Ceux qui ont rempli lesditesfonctions pendant l’année courantesous réserve des dispositionsde l’article 279;3. Les ministres des cultes.Paragraphe Il - De laformation du juryArticle 244Il est établi annuellementdans le ressort de chaque Courd’assises un collège du jury criminel.
    • Ce collège comprend:1. Une liste principale de cinquantenoms de personnesayant leur domicile ou leur résidenceprincipale dans le ressortde la Cour d’assises;2. Une liste supplémentairede vingt noms de personnesrésidant effectivement dans lalocalité où siège la Cour d’assises.Article 245Dans le cas prévu à l’article220, les quatre jurés titulaires etles deux jurés suppléants désignéspar le tirage au sort pour leservice de la session se transportentavec la cour.Article 246Au premier juillet de chaqueannée, les gouverneurs établissentles listes définies à l’article244 et les transmettent avant lepremier août aux procureurs dela République du ressort qui lesfont parvenir, avec leurs observationss’il y a lieu, au Procureurgénéral près la cour d’appel.Article 247Les listes des jurés près lacour d’assises sont définitivementarrêtées avant le premieroctobre de chaque année par leGarde des Sceaux, Ministre dela Justice.Elles sont publiées au Journalofficiel.Article 248Chaque liste de jurés, arrêtéepar le Garde des Sceaux,Ministre de la Justice, comprendpar ordre alphabétique:1. Trente noms pris sur la listeprincipale;2. Douze noms pris sur la listesupplémentaire.38
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 249Les procureurs de la Républiquesont tenus d’informerimmédiatement le Garde desSceaux, Ministre de la Justice,des décès, des incapacités oudes incompatibilités légales quifrapperaient les personnes dontles noms sont portés sur leslistes annuelles.Article 250Le gouverneur fait notifier àchacun des jurés l’extrait de laliste le concernant dans lesquinze jours de sa publicationau Journal officiel.CHAPITRE IVDE LA PROCEDUREPREPARATOIRE AUXSESSIONS D’ASSISESSECTION PREMIERE - DESACTES OBLIGATOIRESArticle 2451L’arrêt de renvoi est signifié àl’accusé.Il lui en est laissé copie.Cette signification doit êtrefaite à personne si l’accusé estdétenu. Dans le cas contraireelle est faite dans les formesprévues au titre IV du présentlivre.Article 252Dès que l’arrêt de renvoi estdevenu définitif, l’accusé, s’il estdétenu, est transféré dans lamaison d’arrêt du lieu où doiventse tenir les assises.Article 253Si l’accusé ne peut être saisiou ne se présente pas, on prononcecontre lui par contumace.
    • Article 254Si l’affaire ne doit pas êtrejugée au siège de la Cour d’Appel, le dossier de la procédure Les avocats inscrits à un bar-est renvoyé par le Procureur reau étranger ne peuvent êtregénéral au Procureur de la désignés que s’il existe entre laRépublique près le tribunal République du Sénégal et leurrégional où doivent se tenir les pays une convention prévoyantassises. le droit des avocats de ce paysLes pièces à conviction sont de plaider devant les tribunauxégalement transportées au grefsénégalais.fe du tribunal.Article 259Article 255 L’accomplissement des for-Le président de la Cour d’asmalitésprescrites par lessises interroge l’accusé dans le articles 255 à 258 est constatéplus bref délai, après l’arrivée par un procès-verbal quede ce dernier à la maison d’arrêt signent le président ou sonet la remise du dossier au Pro-délégué, le greffier, l’accusé et,cureur de la République et des s’il y a lieu, l’interprète.pièces à conviction au greffe. Si l’accusé ne sait ou ne veutSi l’accusé est en liberté, il est signer, le procès-verbal en faitprocédé comme il est dit à l’ar-mention.ticle 138, alinéa 2.Le président peut déléguer un Article 260de ses assesseurs afin de pro-Les débats ne peuvent s’oucéderà cet interrogatoire. vrir moins de cinq jours aprèsIl doit être fait appel à un l’interrogatoire par le présidentinterprète si l’accusé ne parle ou de la Cour d’assises. L’accuséne comprend pas la langue franetson conseil peuvent renoncerçaise. à ce délai.Article 256 Article 261Le président interroge l’accu-Le conseil pourra communisésur son identité, s’assure quer avec l’accusé après sonqu’il a reçu signification de l’arinterrogatoire.rêté de renvoi et recueille les Il pourra aussi prendre comdéclarationsspontanées qu’il munication de toutes les piècesestime devoir faire. du dossier sans déplacement etsans que cette communicationArticle 257 puisse provoquer un retard dansL’accusé est ensuite invité à la marche de la procédure.choisir un conseil pour assisterdans sa défense. Article 262Si l’accusé ne choisit pas son L’accusé et la partie civile, ouconseil, le président ou son leurs conseils, peuvent prendredélégué lui en désigne un d’offioufaire prendre copie, à leursce. frais, de toutes pièces de la pro-Cette désignation est non cédure.avenue, si par la suite, l’accusé Il n’est délivré gratuitement àchoisit un conseil. chacun des accusés qu’uneseule copie des procès-verbauxArticle 258 constatant l’infraction, desLe conseil ne peut être choisi déclarations écrites des témoinsou désigné que parmi les avoetdes rapports d’expertise.cats inscrits au barreau ouadmis au stage. Article 263Toutefois, à titre exceptionnel, Le ministère public et la partie
    • le président peut autoriser l’accivilesignifient à l’accusé, l’accuséà prendre pour conseil un cusé signifie au ministère publicde ses parents ou amis. et, s’il y a lieu, à la partie civile,39
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisvingt-quatre heures au moinsavant l’ouverture des débats, laliste des personnes qu’ils désirentfaire entendre en qualité detémoins.L’exploit doit mentionner lesprénoms, nom, profession etrésidence de ces témoins.Les citations faites à la requêtedes parties sont à leurs frais,ainsi que les indemnités destémoins cités, s’ils en requièrent,sauf au ministère public àfaire citer, à sa requête, lestémoins qui lui sont indiqués parl’accusé, dans le cas où il jugeque leur déclaration peut êtreutile pour la découverte de lavérité.Article 264La liste des jurés telle qu’ellea été arrêtée conformément auxprescriptions de l’article 248 estnotifiée à chaque accusé auplus tard l’avant-veille du tirageau sort.SECTION Il - DES ACTESFACULTATIFS OUEXCEPTIONNELSArticle 265Le président, si l’instruction luisemble incomplète ou si deséléments nouveaux ont étérévélés depuis sa clôture, peutordonner tous actes d’informationqu’il estime utiles.Il est procédé, soit par le président,soit par un de ses assesseursou un juge d’instructionqu’il délègue à cette fin. Dansce cas, les prescriptions deschapitres 1 à 13 du titre III dulivre premier doivent être observées.Article 266Les procès-verbaux et autrespièces ou documents réunis aucours du supplément d’information
    • sont déposés au greffe etjoints au dossier de la procédure.Ils sont mis à la dispositiondes parties et du ministèrepublic qui sont avisés de leurdépôt par les soins du greffier.Le Procureur général peut, àtout moment, requérir communicationde la procédure, à chargede rendre les pièces dans lesvingt-quatre heures.Article 267Lorsqu’à raison d’un mêmecrime plusieurs arrêts de renvoiont été rendus contre différentsaccusés, le président peut, soitd’office, soit sur réquisition duministère public, ordonner lajonction des procédures.Cette jonction peut égalementêtre ordonnée quand plusieursarrêts de renvoi ont été renduscontre un même accusé pourdes infractions différentes.Article 268Quand l’arrêt de renvoi viseplusieurs infractions nonconnexes, le président peut, soitd’office, soit sur réquisition duministère public, ordonner queles accusés ne soient immédiatementpoursuivis que sur l’uneou quelques-unes de ces infractions.Article 269Le Président peut, soit d’office,soit sur réquisition du ministèrepublic, ordonner le renvoi àune session ultérieure desaffaires qui ne lui paraissent pasen état d’être jugées au coursde la session au rôle de laquelleelles ont été inscrites.CHAPITRE VDE L’OUVERTURE DESSESSIONSSECTION PREMIERE - DUTIRAGE AU SORT DESJURES
    • Article 270Au siège de la Cour d’Appel,dix jours au moins avant celuifixé pour l’ouverture de la session,le président de la Courd’assises tire au sort, sur la listeprincipale, les noms de quatrejurés titulaires et de deux juréssuppléants pour le service de lasession.Au siège des quatre juridictions,cette formalité peut êtreaccomplie en l’absence du présidentde la Cour d’assises, parle président de la juridictionrégionale.Article 271Le Premier Président de laCour d’Appel peut, en raison del’importance ou du nombreélevé des affaires inscrites aurôle de la session, ordonner queles quatre jurés titulaires et lesdeux jurés suppléants nécessairesau service de la sessionseront remplacés par un autregroupe de quatre jurés titulaireset de deux jurés suppléantsdont les noms seront tirés ausort dans les conditions prévuesau précédent article.Lorsque le Premier Présidentde la Cour d’Appel use de cettefaculté, il doit avant qu’il ne soitprocédé au tirage au sort, préciserdans une ordonnance lenombre total des jurés titulaireset, suivant l’ordre des inscriptionsau rôle, le nombre desaffaires qui seront soumises àchacun des groupes de quatrejurés titulaires et de deux juréssuppléants prévus.Le président de la Cour d’assiseset les magistrats qui, auxtermes de l’article 270, sontchargés de procéder au tirageau sort, doivent se conformer,dans l’accomplissement decette formalité, aux dispositionsde l’ordonnance précitée.Article 272Le tirage au sort a lieu en
    • audience publique, en présencedu ministère public, des accuséset de leurs défenseurs etdes interprètes.A cet effet, le président chargédu tirage dépose un à un40
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisdans une urne, après les avoirlus à haute et intelligible voix,les noms des jurés du ressortécrits sur autant de bulletins.La présence des partiesciviles régulièrement constituéesou de leurs conseils n’estpas obligatoire.Le ou les accusés peuventrenoncera assister au tirage ausort.Article 273Si, parmi les jurés inscrits surla liste principale, il en est qui neremplissent pas les conditionsd’aptitude exigées par l’article230 ou qui se trouvent dans undes cas d’incapacité, d’incompatibilitéou de dispense prévuespar les articles 241 à 243,le président ordonne que leursnoms soient rayés de la liste.Il en est de même en ce quiconcerne les noms des jurésdécédés.Si, à la suite de ces radiations,il reste moins de vingtjurés disponibles, ce nombre estcomplété par les jurés de la listesupplémentaire désignés par letirage au sort.Cette opération terminée, leprésident tire successivementchaque bulletin de l’urne et lit lenom qui s’y trouve inscrit.Article 274L’accusé par l’intermédiairede son conseil d’abord, le ministèrepublic ensuite, récusent telsjurés qu’ils jugent à propos, àmesure que leurs noms sortentde l’urne, sauf la limitation expriméeà l’article 275.L’accusé, son conseil, ni leministère public ne peuventexposer leurs motifs de récusation.
    • Article 275Les accusés, quel que soitleur nombre, ou leur défenseur,d’une part, le ministère publicd’autre part, ont respectivementle droit de récusation sur la moitiédes jurés, après défalcationdu nombre des jurés nécessaires au service de la session.Les accusés bénéficient d’unerécusation supplémentairelorsque le nombre des récusationsà exercer est impair.Les accusés pourront seconcerter pour exercer leurrécusation.A défaut d’entente, le sortdésignera l’ordre dans lequel ilsexercent leur droit, séparémentet pour la part fixée par chacund’eux proportionnellement à leurnombre. Les jurés récusés parun seul et dans cet ordre leseront pour tous jusqu’à ce quele nombre des récusations soitépuisé.Si le nombre des récusationsà exercer est inférieur à celuides accusés, les accusés placéspar le sort hors rang pourl’exercice du droit de récusationseront exclus de toute participationà ce droit, alors même queles récusations n’auront pas étéépuisées par les autres accusés.Dans le cas où le partage proportionnel,entre les accusés,des récusations à exercer, laisseraitun reliquat, il serait procédépour ces dernières récusationscomme il est dit au précédentparagraphe, dans l’ordredu tirage au sort.Les accusés exercent danstous les cas leur droit de récusationpar l’intermédiaire deleurs conseils.Article 276La liste des jurés de la sessionest définitivement forméelorsque le président chargé dutirage a obtenu, par le sort, lenombre de jurés titulaires et
    • suppléants nécessaires auxtermes des articles 270 et 271sans qu’il y ait eu de récusationou lorsque les récusationsauront été exercées conformémentà l’article précédent.Le procès-verbal du tout seradressé par le greffier et signé dumagistrat qui a présidé au tirage.Article 277(Loi n° 66-18 du 1er février1966)Huit jours au moins avant l’ouverturedes assises, significationest faite, à la requête du ministèrepublic, à chacun des jurésdésignés par le sort du procès-verbal constatant qu’il fait partiede la Cour.Elle contient sommation de setrouver aux jour, lieu et heureindiqués pour l’ouverture desassises sous les peines portéesau présent Code.Article 278(Loi n° 66-18 du 1er février1966)A défaut de signification àpersonne, elle est faite à domicileainsi qu’au maire ou à l’adjoint,ou au chef de circonscriptionadministrative qui est alorstenu d’en donner connaissanceau juré désigné contre récépissé.Article 279Les jurés qui ont satisfait auxréquisitions prescrites par l’alinéa2 de l’article 277 et par l’article278 ne peuvent être placésplus de deux fois dans la mêmeannée sur les listes formées enexécution des articles 270 et271.Article 280En ce qui concerne l’autregroupe de jurés appelés à remplacerle premier dans lesconditions prévues à l’article271 l’extrait du procès-verbaldoit contenir sommation de se
    • trouver aux jour, lieu et heure oùsera appelée la première affairequi, suivant les dispositions del’ordonnance, doit être soumiseà son examen.41
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisSECTION Il - DEL’INSTALLATION DESJURES DE LA SESSIONArticle 281Aux lieu, jour et heure fixéspour l’ouverture de la session lacour prend séance.Le greffier procède à l’appeldes jurés inscrits sur la listeconformément à l’article 270 ou271 selon le cas.La Cour statue sur le cas desjurés absents.Article 282Tout juré qui, sans motif légitime,n’a pas déféré à la citationqui lui a été notifiée, estcondamné par la cour à uneamende laquelle est, pour lapremière fois, de 5.000 francsau moins et de 10.000 francs auplus, la cour ayant la faculté dela réduire de moitié, pour laseconde fois de 10.000 francsau moins et de 20.000 francs auplus, et pour la troisième fois de20.000 francs au moins et de50.000 francs au plus.Cette dernière fois, il est deplus, déclaré incapable d’exercerà l’avenir les fonctions dejuré. L’arrêt est affiché à sesfrais en tous lieux indiqués parla cour.Les peines portées au présentarticle sont applicables à toutjuré qui, même ayant déféré à lacitation, se retire avant l’expirationde ses fonctions, sans uneexcuse jugée valable par lacour.Le recouvrement desamendes prévues au présentarticle est poursuivi à la requêtedu ministère public et à la diligencedu trésor.Article 283
    • Les mêmes amendes quecelles indiquées à l’article précédantpeuvent être prononcées,et le paiement poursuivide la même manière, contre lesmédecins ou tous autres quiauront délivré aux jurés des certificats que la cour aura crudevoir rejeter.Article 284Si, à l’ouverture de la session,un ou plusieurs jurés n’ont passatisfait à la citation, ou si, encours de session, un ou plusieursjurés se trouvent empêchés,ils sont remplacés par leou les jurés suppléants désignéspar le sort conformément àl’article 270 ou 271 et, si lenombre nécessaire n’est pasatteint, par voie de nouveau tirageau sort sur la liste supplémentaire.Les accusés et le ministèrepublic peuvent exercer le droitde récusation, tel qu’il est fixépar les articles 274 et 275.Le juré supplémentaire ainsidésigné par ce nouveau tirageau sort est tenu de faire le servicedes assises lors même qu’ill’aurait fait pendant la sessionprécédente.Article 285Lorsqu’un procès criminelparaît de nature à entraîner delongs débats, le président de laCour d’assises peut désigner,avant l’ouverture de l’audience,un ou deux jurés supplémentaires,pris parmi les jurés suppléantsdans l’ordre du tirage ausort qui assistent aux débats.Dans le cas où l’un ou plusieursdes quatre jurés qui composentla Cour d’assisesseraient empêchés de suivre lesdébats jusqu’au prononcé del’arrêt, ils seront remplacés parles jurés supplémentaires, suivantl’ordre dans lequel ces derniersont été appelés par le sort.Article 286
    • Le président adresse auxjurés, debout et découverts, lediscours suivant: «Vous jurez etpromettez, devant dieu etdevant les hommes, d’examineravec l’attention la plus scrupuleuseles charges qui serontportées contre chaque accusé,de ne trahir ni les intérêts del’accusé, ni ceux de la sociétéqui l’accuse; de ne communiqueravec personne jusqu’aprèsvotre déclaration; de n’écouterni la haine ou la méchanceté, nila crainte ou l’affection; de vousdécider d’après les charges etles moyens de défense, suivantvotre conscience et votre intimeconviction, avec l’impartialité etla fermeté qui conviennent à unhomme probe et libre, et deconserver le secret des délibérations,même après la cessationde vos fonctions» .Chacun des jurés, appeléindividuellement par le président,répond en levant la main :«Je le jure».Article 287Le président déclare le jurydéfinitivement constitué et inviteles jurés à prendre place parrang d’âge.CHAPITRE VIDES DEBATSSECTION PREMIERE DISPOSITIONSGENERALESArticle 288Les débats sont publics, àmoins que la publicité ne soitdangereuse pour l’ordre et lesmoeurs. Dans ce cas, la Courd’assises le déclare par un arrêtrendu en audience publique.Toutefois, le président peutinterdire l’accès de la salle d’audienceaux mineurs ou à certainsd’entre eux.Lorsque le huis clos a étéordonné, celui-ci s’applique auprononcé des arrêts qui peuvent
    • intervenir sur les incidentscontentieux visés à l’article 297.L’arrêt sur le fond doit toujoursêtre prononcé en audiencepublique.42
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 289Les débats, une fois entamés,doivent être continués sansinterruption jusqu’à ce que lacause soit terminée par l’arrêtde la Cour d’assises.Ils peuvent être suspenduspendant le temps nécessaire aurepos des membres de la Courd’assises, des témoins et desaccusés.Article 290Le président a la police del’audience et la direction desdébats.Il rejette tout ce qui tendrait àcompromettre leur dignité ou àles prolonger sans donner lieud’espérer plus de certitude dansles résultats.Article 291Le président est investi d’unpouvoir discrétionnaire en vertuduquel il peut, en son honneuret conscience, prendre toutesmesures qu’il croit utiles pourdécouvrir la vérité.Il peut au cours des débats,appeler, au besoin par mandatd’amener, et entendre toutespersonnes ou se faire apportertoutes nouvelles pièces qui luiparaissent, d’après les développementsdonnés à l’audience,utiles à la manifestation de lavérité.Les témoins ainsi appelés neprêtent pas serment et leursdéclarations ne sont considéréesque comme renseignements.Article 292Les assesseurs et les juréspeuvent poser des questionsaux accusés et aux témoins parl’intermédiaire du président.
    • Ils ont le devoir de ne pasmanifester leur opinion.Article 293Sous réserve des dispositionsde l’article 290, le ministèrepublic peut poser directementdes questions aux accusés etaux témoins.L’accusé, la partie civile ouleurs conseils peuvent poserdes questions par l’intermédiairedu président aux accusés et auxtémoins.Article 294Le ministère public prend, aunom de la loi, toutes les réquisitionsqu’il juge utiles: la courd’assises est tenue de lui donneracte et d’en délibérer.Les réquisitions du ministèrepublic prises dans le cours desdébats sont mentionnées par legreffier sur son procès-verbal.Toutes les décisions auxquelleselles ont donné lieu sontsignées par le président et parle greffier.Article 295Lorsque la Cour d’assises nefait pas droit aux réquisitions duministère public, l’instruction, nile jugement ne sont arrêtés, nisuspendus.Article 296L’accusé, la partie civile etleurs conseils peuvent déposerdes conclusions sur lesquellesla cour est tenue de statuer.Article 297Tous incidents contentieuxsont réglés par la cour, le ministèrepublic, les parties ou leursconseils entendus.Ces arrêts ne peuvent préjugerdu fond.Ils ne peuvent être attaquéspar la voie du recours en cassationqu’en même temps que l’arrêtsur le fond.
    • SECTION Il - DE LACOMPARUTION DEL’ACCUSEArticle 298A l’audience, la présence d’undéfenseur auprès de l’accuséest obligatoire.Si le défenseur choisi ou désignéconformément à l’article257 ne se présente pas, le présidenten commet un d’office.Article 299L’accusé comparait libre etseulement accompagné degardes pour l’empêcher des’évader.Article 300Si un accusé refuse de comparaître,sommation lui est faiteau nom de la loi, par un huissiercommis à cet effet par le présidentet assisté de la forcepublique; l’huissier dresse pro-cès-verbal de la sommation etde la réponse de l’accusé.Article 301Si l’accusé n’obtempère pas àla sommation, le président peutordonner qu’il soit amené par laforce devant la cour; il peut également,après lecture faite àl’audience du procès-verbalconstatant sa résistance, ordonnerque nonobstant son absence,il soit passé outre auxdébats.Après chaque audience, il est,par le greffier de la Cour d’assises,donné lecture à l’accuséqui n’a pas comparu du procès-verbal des débats, et il lui estsignifié copie des réquisitions duministère public ainsi que desarrêts rendus par la cour, quisont tous réputés contradictoires.Article 302Lorsque, à l’audience, l’undes assistants trouble l’ordrepublic, de quelque manière que
    • ce soit, le président ordonneson expulsion de la salle d’audience.Si, au cours de l’exécution decette mesure, il résiste, à cetordre ou cause du tumulte, ilest, sur le champ placé sousmandat de dépôt, jugé et punid’un emprisonnement de deuxmois à deux ans, sans préjudicedes peines portées au Codepénal contre les auteurs d’outrageset de violences enversles magistrats.43
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisSur l’ordre du président, il estalors contraint par la forcepublique de quitter l’audience.Article 303Si l’ordre est troublé par l’accusélui-même, il lui est faitapplication des dispositions del’article 302.L’accusé, lorsqu’il est expulséde la salle d’audience, est gardépar la force publique, jusqu’à lafin des débats, à la dispositionde la Cour d’assises; il est,après chaque audience, procédéainsi qu’il est dit à l’article301, aliéna 2.Article 304Dans les cas prévus à l’article302, alinéa 2 et à l’article 303,aliéna 1er, la cour seule procèdesans désemparer au jugementimmédiat de l’auteur dutrouble.Elle entend les témoins, ledélinquant et le conseil qu’il achoisi ou qui lui a été désignéd’office par le président et,après avoir constaté les faits etouï le ministère public, le toutpubliquement, elle applique lapeine par un arrêt motivé.SECTION III - DE LAPRODUCTION ET DE LADISCUSSION DESPREUVESArticle 305Lorsque le conseil de l’accusén’est pas inscrit à un barreau, leprésident l’informe qu’il ne peutrien dire contre sa conscienceou le respect dû aux lois et qu’ildoit s’exprimer avec décence etmodération.Article 306Immédiatement après, le présidentordonne au greffier de
    • donner lecture de la liste destémoins appelés par le ministèrepublic, par l’accusé et, s’il y alieu, par la partie civile, et dontles noms ont été notifiés conformément aux prescriptions del’article 263, sans préjudice dela faculté accordée au présidentpar l’article 291.L’huissier de service fait appelde ces témoins.Article 307Le président ordonne auxtémoins de se retirer dans lachambre qui leur est destinée.Ils n’en sortent que pour déposer.Le président prend, s’il enest besoin, toutes mesuresutiles pour empêcher lestémoins de conférer entre euxavant leur déposition.Article 308Lorsqu’un témoin cité ne comparaitpas, la cour peut, surréquisitions du ministère publicou même d’office, ordonner quece témoin soit immédiatementamené par la force publiquedevant la Cour d’assises pour yêtre entendu; s’il ne comparaitpas immédiatement, il sera sursisà l’exécution de cet ordrejusqu’à l’ouverture de la sessionà laquelle l’affaire aura été renvoyée.En ce dernier cas, tous lesfrais de citation, d’actes, devoyage de témoins et autresayant pour objet de faire jugerl’affaire sont, hors le cas d’excuselégitime, à la charge de cetémoin et il y est contraint,même par corps, sur la réquisitiondu ministère public, par l’arrêtqui renvoie les débats à lasession utile.Dans tous les cas, le témoinqui ne comparait pas ou quirefuse soit de prêter serment,soit de faire sa déposition peut,sur réquisitions du ministèrepublic, être condamné par lacour à la peine portée à l’article97.
    • La voie de l’opposition estouverte au condamné qui n’apas comparu. L’oppositions’exerce dans les cinq jours dela signification de l’arrêt faite àsa personne ou à son domicile.La cour statue sur cette opposition soit pendant la session encours, soit au cours d’une sessionultérieure.Article 309Le président invite l’accusé àécouter avec attention la lecturede l’arrêt de renvoi.Il ordonne au greffier de lirecet arrêt à haute et intelligiblevoix.Article 310Le président interroge l’accuséet reçoit ses déclarations.Il a le devoir de ne pas manifesterson opinion sur la culpabilité.Article 311Les témoins appelés par leministère public et les partiessont entendus dans le débat,même s’ils n’ont pas déposé àl’instruction, ou s’ils n’ont pasété assignés, à condition queleurs noms aient été notifiésconformément aux prescriptionsde l’article 263.Article 312Le ministère public et les partiespeuvent s’opposer à l’auditiond’un témoin dont le nom neleur aurait pas été notifié ou quileur aurait été irrégulièrementnotifié.La cour statue immédiatementsur cette opposition.Si elle est reconnue fondée,ces témoins peuvent néanmoinsêtre entendus à titre de renseignements,en vertu du pouvoirdiscrétionnaire du président.Article 313
    • Les témoins déposent séparémentl’un de l’autre, dans l’ordreétabli par le président.Les témoins doivent, sur lademande du président, faireconnaître leurs prénoms, nom,âge, profession, leur domicile ourésidence, s’ils sont parents oualliés soit de l’accusé, soit de lapartie civile, et à quel degré. Leprésident leur demande encores’ils ne sont pas attachés auservice de l’un ou de l’autre.44
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisAvant de commencer leurdéposition, les témoins prêtent àpeine de nullité le serment deparler sans haine et sans crainte,de dire toute la vérité, rienque la vérité. Cela fait, lestémoins déposent oralement.Sous réserve des dispositionsde l’article 290, les témoins nesont pas interrompus dans leurdéposition.Article 314Après chaque déposition, leprésident peut poser des questionsaux témoins.Le ministère public, ainsi queles conseils de l’accusé, et de lapartie civile, et la partie civiledépourvue de conseil, ont lamême faculté dans les conditionsdéterminées à l’article 293.Article 315Le président, soit d’office, soità la requête du ministère public,ou de l’accusé, ou de la partiecivile, fait porter mention par legreffier au procès-verbal desdébats des additions, changementsou variations qui peuventexister entre la déposition d’untémoin et ses précédentesdéclarations.Article 316Chaque témoin, après sadéposition, demeure dans lasalle d’audience, si le présidentn’en ordonne autrement, jusqu’àla clôture des débats.Article 317Ne peuvent être reçues sousla foi du serment les dépositions:1. Du père, de la mère ou detout autre ascendant de l’accusé,ou de l’un des accusés présentset soumis au mêmedébat;
    • 2. Du fils, de la fille ou de toutautre descendant ainsi que desenfants adoptifs de l’accusé etde ceux dont il est le tuteur;3. Des frères et soeurs;4. Des alliés au même degré;5. De l’époux et de l’épouse,même après le divorce prononcé;6. De la partie civile;7. Des mineurs au-dessousde l’âge de seize ans. Sansnéanmoins que l’audition sousserment des personnes ci-dessusdésignées puisse entraînernullité, lorsque le ministèrepublic ni aucune des parties nes’est opposée à la prestation deserment.En cas d’opposition du ministèrepublic ou de l’une des parties,le témoin peut être entenduà titre de renseignements envertu du pouvoir discrétionnairedu président.Article 318La personne qui, agissant envertu d’une obligation légale oude sa propre initiative, a portéles faits poursuivis à la connaissancede la justice, est reçue entémoignage mais le présidenten avertit la Cour d’assises.Celui dont la dénonciation estrécompensée pécuniairementpar la loi peut être entendu entémoignage, à moins qu’il n’y aitopposition d’une des parties oudu ministère public.Article 319Le ministère public, ainsi quela partie civile et l’accusé peuventdemander, et le présidentpeut toujours ordonner, qu’untémoin se retire momentanémentde la salle d’audience,après sa déposition, pour y êtreréintroduit et entendu, s’il y alieu après d’autres dépositions,avec ou sans confrontation.Article 320Le président peut, avant, pendantou après l’audition d’untémoin, faire retirer un ou plusieursaccusés, et les examinerséparément sur quelques circonstances
    • du procès; mais il asoin de ne reprendre la suitedes débats qu’après avoir instruitchaque accusé de ce quis’est fait en son absence, et dece qui en est résulté.Article 321Pendant l’examen, les assesseurs,le ministère public et lesjurés peuvent prendre note dece qui leur parait important, soitdans les dépositions destémoins, soit dans la défense del’accusé pourvu que les débatsne soient pas interrompus.Article 322Dans le cours ou à la suitedes dépositions, le présidentfait, s’il est nécessaire, présenterà l’accusé ou aux témoinsles pièces à conviction et reçoitleurs observations.Le président les fait aussireprésenter, s’il y a lieu, auxassesseurs et aux jurés.Article 323Si, d’après les débats, ladéposition d’un témoin entendusous la foi du serment paraitfausse, le président, soit d’office,soit à la requête du ministèrepublic ou d’une des parties,peut ordonner spécialement àce témoin d’être présent auxdébats jusqu’à leur clôture, eten outre, de demeurer dans lasalle d’audience jusqu’au prononcéde l’arrêt de la Cour d’assises.En cas d’infraction à cetordre, le président fait mettre letémoin en état d’arrestation provisoire.Ce témoin est jugé audiencetenante dès la clôture desdébats par la Cour d’assises s’ilne s’est rétracté auparavant.Il est obligatoirement assistéd’un conseil, au besoin désignéd’office par le président.Il peut être condamné à unepeine d’un mois à deux ansd’emprisonnement et sera enoutre déchu des droits énumérésà l’article 34 du Code pénal
    • pendant 5 ans au plus.Article 324La cour peut, par décisionspéciale et motivée, décernermandat de dépôt ou d’arrêtcontre le témoin condamné; ellepeut en outre ordonner l’afficha45
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisge de l’arrêt en tous lieux utilesaux frais du condamné.Article 325Dans le cas où l’accusé, lestémoins ou l’un d’eux ne parlentpas suffisamment la langue officielleou s’il est nécessaire detraduire un document versé auxdébats, le président nommed’office un interprète âgé devingt et un ans au moins, et luifait prêter serment de remplirfidèlement sa mission.Le ministère public, l’accuséet la partie civile, peuvent récuserl’interprète en motivant leurrécusation. La cour se prononcesur cette récusation et sa décisionn’est susceptible d’aucunevoie de recours.L’interprète ne peut, même duconsentement de l’accusé ou duministère public, être pris parmiles juges composant la cour, lesjurés, le greffier qui tient audience,les parties et les témoins.Article 326Si l’accusé est sourd-muet etne sait pas écrire, le présidentnomme d’office en qualité d’interprètela personne qui a leplus l’habitude de converseravec lui.Il en est de même à l’égard dutémoin sourd-muet dont letémoignage est recueilli en vertudu pouvoir discrétionnaire duprésident.Les autres dispositions duprécédant article sont applicables.Dans le cas où le sourd-muetsait écrire, le greffier écrit lesquestions et les observationsqui lui sont faites; elles sontremises à la partie intéresséequi donne par écrit sesréponses ou déclarations. Il estfait lecture du tout par le greffier.
    • Article 327Une fois l’instruction à l’audienceterminée, la partie civileou son conseil est entendu. Leministère public prend sesréquisitions. L’accusé et sonconseil présentent leur défense.La réplique est permise à lapartie civile et au ministèrepublic, mais l’accusé ou sonconseil auront toujours la paroleles derniers.SECTION IV - DE LACLOTURE DES DEBATSArticle 328Le président déclare lesdébats terminés.Il ne peut résumer les moyensde l’accusation et de la défense.Article 329Le président donne lecturedes questions auxquelles lacour et le jury ont à répondre.Cette lecture n’est pas obligatoirequand les questions sontposées dans les termes de l’arrêtde renvoi ou si l’accusé ouson défenseur y renonce.Chaque question principaleest posée ainsi qu’il suit: «l’accuséest-il coupable d’avoircommis tel fait ?».Une question est posée surchaque fait spécifié dans le dispositifde l’arrêt de renvoi.Chaque circonstance aggravantefait l’objet d’une questiondistincte.Il en est de même, s’il y a lieu,de chaque excuse invoquée.S’il résulte des débats une ouplusieurs circonstances aggravantes,non mentionnées dansl’arrêt de renvoi, le présidentpose une ou plusieurs questionsspéciales.S’il résulte des débats que lefait comporte une qualificationlégale autre que celle donnée
    • par l’arrêt de renvoi, le présidentdoit poser une ou plusieursquestions subsidiaires. Le présidentest toujours tenu de poserla question des circonstancesatténuantes toutes les fois quela culpabilité de l’accusé auraété reconnue.S’il s’élève un incident contentieuxau sujet des questions lacour statue dans les conditionsprévues à l’article 297.Article 330Avant que la Cour d’assisesse retire, le président donne lecturede l’instruction suivante, quiest en outre affichée en groscaractères, dans le lieu le plusapparent de la chambre desdélibérations: «La loi ne demandepas compte aux juges desmoyens par lesquels ils se sontconvaincus; elle ne leur prescritpas de règles desquelles ils doiventfaire particulièrementdépendre la plénitude et la suffisanced’une preuve; elle leurprescrit de s’interroger eux-mêmes, dans le silence et lerecueillement, et de chercherdans la sincérité de leurconscience quelle impressionont faites, sur leur raison, lespreuves rapportées contre l’accuséet les moyens de sa défense.La loi ne leur fait que cetteseule question, qui renfermetoute la mesure de leursdevoirs:«Avez-vous une intimeconviction?».Article 331Le président fait retirer l’accuséde la salle d’audience.Il invite le chef du serviced’ordre à faire garder les issuesde la chambre des délibérations,dans laquelle nul ne pourrapénétrer pour quelque causeque ce soit, sans autorisation duprésident.Le président déclare l’audiencesuspendue.CHAPITRE VIIDU JUGEMENT
    • SECTION PREMIERE - DELA DELIBERATION DE LACOUR D’ASSISESArticle 332La cour et les jurés se retirentdans la chambre des délibérations.46
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisIls n’en peuvent sortirqu’après avoir pris leurs décisions.Article 333La cour et les jurés délibèrenten commun puis votent par bulletinsécrits et par scrutins distinctset successifs, sur lesquestions et sur la peine, séparémentpour chaque accusé.Article 334Chacun des magistrats et desjurés reçoit à cet effet un bulletinouvert marqué du timbre de laCour d’assises, sur lequel il écritsa décision.Cette rédaction doit s’effectuersur une table disposée demanière que personne ne puissevoir le vote inscrit sur le bulletin.Chacun des magistrats et desjurés remet ensuite le bulletinécrit et fermé au président, quile dépose dans une urne destinéeà cet usage.Article 335Le président constate sur lechamp le résultat du vote.Les bulletins blancs ou déclarésnuls par la majorité sontcomptés comme valables à l’accusé.Immédiatement après ledépouillement de chaque scrutin,les bulletins sont brûlés.La déclaration en ce quiconcerne les circonstances atténuantesest exprimée qu’ellesoit affirmative ou négative.Article 336Toute décision se forme à lamajorité de cinq voix aux moins.La déclaration du scrutin prévue
    • à l’article 335, alinéa 1erconstate que la majorité a étéacquise sans que le nombre devoix puisse être autrementexprimé.Article 337Si, après deux tours de scrutin,aucune peine n’a réuni lamajorité des suffrages, il estprocédé à un troisième tour aucours duquel la peine la plusforte proposée au tour précédentest écartée. Si, à ce troisièmetour, aucune peine n’a encoreobtenu la majorité des votes,il est procède à un quatrièmetour et ainsi de suite, en continuantà écarter la peine la plusforte, jusqu’à ce qu’une peinesoit prononcée à la majorité.Lorsque la Cour d’assisesprononce une peine correctionnelle,elle peut ordonner à lamajorité qu’il soit sursis à l’exécutionde la peine.La Cour d’assises délibèreégalement sur les peines accèsdéclaré non coupable, la courd’assises prononce l’acquittement.Article 338Si le fait retenu contre l’accusene tombe pas ou ne tombeplus sous l’application de la loipénale, ou si l’accusé est déclarénon coupable, la Cour d’assisesprononce l’acquittementde celui-ci.Si l’accusé bénéficie d’uneexcuse absolutoire, la Courd’assises prononce son absolution.Article 339Mention des décisions prisesest portée sur la feuille de questionsqui est signée séancetenante par le président et par ledoyen des jurés ou, si ce dernierne peut signer, par le plusâgé des autres jurés.SECTION Il - DE LADECISION SUR L’ACTIONPUBLIQUE
    • Article 340La Cour d’assises rentreensuite dans la salle d’audience.Le président fait comparaîtrel’accusé, donne lecture desréponses faites aux questions etprononce l’arrêt portantcondamnation, absolution ouacquittement.Les textes de la loi dont il estfait application sont lus à l’audiencepar le président; il est faitmention de cette lecture dansl’arrêt.Au cas de condamnation oud’absolution, l’arrêt condamnel’accusé aux dépens enversl’Etat et se prononce sur lacontrainte par corps.Au cas d’acquittement en raisonde l’état de démence del’accusé au moment des faits, laCour d’assises peut cependantle condamner aux dépensenvers l’Etat pour le tout ou enpartie.Dans le cas où la condamnationn’intervient pas pour toutesles infractions qui ont fait l’objetde la poursuite, ou n’intervientqu’à raison d’infractions qui ontfait l’objet d’une disqualification,soit au cours de l’instruction,soit au moment du prononcé del’arrêt, comme aussi dans le casde mise hors de cause de certainsaccusés, la Cour d’assisesdoit, par une disposition motivée,décharger le condamné dela part des frais de justice qui nerésultent pas directement del’infraction ayant entraîné lacondamnation au fond. La Courd’assises fixe elle-même lemontant des frais dont doit êtredéchargé le condamné, cesfrais étant laissés, selon les circonstances,à la charge du Trésorou de la partie civile.A défaut de décision de laCour d’assises sur l’applicationde l’alinéa précédent, il est statuésur ce point par la chambre
    • d’accusation.Article 341Si l’accusé est absous ouacquitté, il est mis immédiatementen liberté s’il n’est retenupour une autre cause.Article 342Aucune personne acquittéelégalement ne peut plus êtrereprise ou accusée à raison des47
    • Code de Procédure PénaleSénégalaismêmes faits, même sous unequalification différente.Article 343Lorsque dans le cours desdébats des charges sont relevéescontre l’accusé à raisond’autres faits, et lorsque leministère public a fait réservesaux fins de poursuites, le présidentordonne que l’accuséacquitté soit conduit sans délai,par la force publique, devant leProcureur de la République dusiège de la cour d’assises quidoit immédiatement requérirl’ouverture d’une information.Article 344Après avoir prononcé l’arrêt,le président avertit, s’il y a lieu,l’accusé de la faculté qui lui estaccordée de se pourvoir en cassationet lui fait connaître ledélai de ce pourvoi.SECTION III - DE LADECISION SUR L’ACTIONCIVILEArticle 345Après que la Cour d’assisess’est prononcée sur l’actionpublique, la cour seule statuesur les demandes en dommages-intérêts formées soit parla partie civile contre l’accusé,soit par l’accusé acquitté contrela partie civile, après que lesparties et le ministère public ontété entendus.La cour peut commettre l’unde ses membres pour consultertoute personne, entendre lesparties, prendre connaissancedes pièces et faire son rapport àl’audience, où les parties peuventencore présenter leursobservations et où le ministèrepublic est ensuite entendu.Article 346
    • La partie civile, dans le casd’acquittement comme danscelui d’absolution, peut demanderréparation du dommagerésultant de la faute de l’accusé,telle qu’elle résulte des faits quisont l’objet de l’accusation.Article 347La cour peut ordonner d’officela restitution des objets placéssous la main de la justice. Toutefois,s’il y a eu condamnation,cette restitution n’est effectuéeque si son bénéficiaire justifieque le condamné a laissé passerles délais sans se pourvoiren cassation ou, s’il s’est pourvu,que l’affaire est définitivementjugée.Lorsque la décision de laCour d’assises est devenuedéfinitive, la chambre d’accusationest compétente pour ordonner,s’il y a lieu, la restitutiondes objets placés sous la mainde la justice. Elle statue surrequête de toute personne quiprétend avoir droit sur l’objet ouà la demande du ministèrepublic.Article 348L’accusé qui succombe estcondamné aux dépens enversla partie civile.Article 349La partie civile qui a obtenudes dommages et intérêts n’estjamais tenue des dépens. Cellequi a succombé n’est condamnéeaux dépens que si elle a,elle-même, mis en mouvementl’action publique.,Toutefois,même en ce cas, elle peut, euégard aux circonstances de lacause, être déchargée de latotalité ou d’une partie de cesdépens, par décision spéciale etmotivée de la cour.SECTION IV - DE L’ARRETET DU PROCES-VERBALArticle 350Le greffier écrit l’arrêt; les
    • textes de lois y sont indiqués.Article 351Les minutes des arrêts renduspar la Cour d’assises sontsignées par le président et legreffier.Tous ces arrêts doivent portermention de la présence duministère public.Article 352Le greffier dresse, à l’effet deconstater l’accomplissementdes formalités prescrites, unprocès-verbal qui est signé parle président et par le greffier.Le procès-verbal est dressé etsigné dans le délai de trois joursau plus tard du prononcé de l’arrêt.Article 353A moins que le président n’enordonne autrement d’office ousur la demande du ministèrepublic ou des parties, il n’est faitmention au procès-verbal ni desréponses des accusés, ni ducontenu des dépositions sanspréjudice, toutefois, de l’exécutionde l’article 315 concernantles additions, changements ouvariations dans les déclarationsdes témoins.Article 354Les minutes des arrêts renduspar la Cour d’assises sontréunies et déposées au greffedu tribunal siège de ladite cour.Toutefois, les minutes desarrêts rendus par la Cour d’assisesdu siège de la cour d’appelrestent déposées au greffede la cour.Article 355Dans l’intervalle des sessionsde la Cour d’assises, lachambre d’accusation est compétentepour statuer sur toutesles difficultés relatives à l’exécutiondes arrêts rendus par laCour d’assises sur simplerequête de la partie intéressée.
    • 48
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisCHAPITRE VIIIDES CONTUMACESArticle 356Les accusés non détenus,s’ils ne défèrent pas à la citationprévue à l’article 224, sont jugéspar contumace par la Cour d’assises.S’ils se constituent ou s’ilsviennent à être arrêtés avant lesdélais de prescription, l’arrêt decondamnation est anéanti deplein droit et il est procédé ànouveau dans les formes ordinairesà moins que le contumaxdéclare expressément, dans undélai de dix jours, acquiescer àla condamnation.Article 357Aucun conseil ne peut se présenterpour la défense de l’accusécontumax. Toutefois, sil’accusé est dans l’impossibilitéabsolue de déférer à la citation,ses parents, ses amis et sonconseil peuvent proposer sonexcuse.Si la Cour d’assises trouvel’excuse légitime, elle ordonnequ’il soit sursis au jugement del’accusé.Article 358Hors ce cas, il est procédé àla lecture de l’arrêt de renvoi àla Cour d’assises et de l’exploitde citation.Après cette lecture, la Courd’assises, sur les réquisitions duProcureur général, prononce surla contumace.Si toutes les formalités ont étérégulièrement accomplies, laCour d’assises prononce surl’accusation. Elle statue ensuitesur les intérêts civils.Article 359
    • Si le contumax est condamné,ses biens, s’ils ne font pas l’objetd’une confiscation, sont placéssous séquestre et le comptede séquestre est rendu à qui ilappartiendra après que lacondamnation est devenue irrévocable par l’expiration du délaidonné pour purger la contumace,ou par l’acquiescement ducondamné.Article 360Extrait de l’arrêt de condamnationest, dans le plus brefdélai à la diligence du Procureurgénéral, inséré dans l’un desjournaux de la République.Il est affiché en outre, à laporte du dernier domicile ducondamné, à la porte de la mairiede sa commune ou à celledes bureaux de son arrondissementoù le crime a été commiset à celle du prétoire de la Courd’assises.Pareil extrait est adressé aureprésentant des domaines dudomicile du contumax.Article 361A partir de l’accomplissementdes mesures de publicité prescritespar l’article précédent, lecondamné est frappé de toutesles déchéances prévues par laloi.Article 362Le pourvoi en cassation n’estpas ouvert au contumax.Article 363En aucun cas, la contumaced’un accusé ne suspend ni neretarde de plein droit l’instructionà l’égard de ses co-accusésprésents.La Cour peut ordonner, aprèsle jugement de ceux-ci, la remisedes effets déposés au greffecomme pièces à conviction lorsqu’ilssont réclamés par les propriétairesou ayants droit. Elle
    • peut aussi ne l’ordonner qu’à lacharge de les représenter s’il ya lieu.Cette remise est précédéed’un procès-verbal de descriptiondressé par le greffier.Article 364Durant le séquestre, il peutêtre accordé des secours à lafemme, aux enfants, aux ascendants du contumax s’ils sontdans le besoin.Il est statué par ordonnancedu président du tribunal de premièreinstance du domicile ducontumax après avis du représentantdes domaines.Article 365Si le contumax se constitueprisonnier ou s’il est arrêtéavant que la peine soit éteintepar prescription, l’arrêt et lesprocédures faites postérieurementsont anéantis de pleindroit et il est procédé à sonégard dans la forme ordinaire.Lorsque l’arrêt de condamnationpar contumace a prononcé uneconfiscation au profit de l’Etat,les mesures prises pour assurerl’exécution de cette peine restentvalables. Si la décision quiintervient après la représentationdu contumax ne maintientpas la peine de confiscation, ilest fait restitution à l’intéressédu produit net de la réalisationdes biens aliénés et, dans l’étatoù ils se trouvent, des biens nonliquidés.Le séquestre est maintenujusqu’au règlement des frais,dépens et dommages et intérêtsmis à la charge du condamné.Article 366Dans le cas prévu à l’articleprécédant, si pour quelquecause que ce soit, des témoinsne peuvent être produits auxdébats, leurs dépositionsécrites, et, s’il est nécessaire,les réponses écrites des autresaccusés du même crime sont
    • lues à l’audience; il en est demême de toutes les autrespièces qui sont jugées, par leprésident, utiles à la manifestationde la vérité.Article 367Le contumax qui, après s’êtrereprésenté obtient son renvoi del’accusation, est condamné auxfrais occasionnés par la contumaceà moins qu’il n’en soit dispensépar la Cour d’assises.49
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLa cour d’assises peut égalementordonner que les mesuresde publicité prescrites par l’article360 s’appliquent à toutedécision de justice rendue auprofit du contumax.TITRE IIDU JUGEMENT DESDELITSCHAPITRE PREMIERDES TRIBUNAUXDEPARTEMENTAUX ETREGIONAUXArticle 368(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Sauf en ce qui concerne lesdispositions spéciales prévuespour les tribunaux départementaux,toutes celles qui font l’objetdu présent chapitre sontcommunes à toutes les juridictionsayant compétence pourjuger en matière correctionnelle.SECTION PREMIERE - DELA COMPETENCE ET DELA SAISINEParagraphe premier DispositionsgénéralesArticle 369(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les tribunaux départementauxconnaissent des délits pourlesquels la loi leur a donné spécialementcompétence.Les tribunaux régionauxconnaissent de tous les délitsautres que ceux qui relèvent dela compétence des tribunauxdépartementaux.
    • Tous les délits commis par lesmineurs sont de la compétenceexclusive des tribunaux pourenfants siégeant au sein des tribunauxrégionaux.Article 370(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Sont compétents le tribunalrégional ou le tribunal départementaldu lieu de l’infraction, dela résidence du prévenu, du lieud’arrestation de ce dernier,même lorsque cette arrestationa été opérée par une autrecause, et du lieu de détention.La compétence du tribunalcorrectionnel s’étend aux délitset contraventions qui formentavec l’infraction déférée au tribunalun ensemble indivisible;elle peut aussi s’étendre auxdélits et contraventionsconnexes au sens de l’article196.La compétence du tribunaldépartemental est limitée auxdélits qui lui sont attribués par laloi.Article 371(Loi n° 86-25 du 27 février1985)La compétence à l’égard d’unprévenu s’étend à tous coauteursou complices.Dans tous les cas, la causedes mineurs est disjointe etdéférée au tribunal régional.Article 372Le tribunal saisi de l’actionpublique est compétent pourstatuer sur toutes exceptionsproposées par le prévenu poursa défense, à moins que la loin’en dispose autrement, ou quele prévenu n’excipe d’un droitréel immobilier.Article 372 bis(Loi n° 85-25 du 27 février1985)
    • Le tribunal saisi de l’affaire ales mêmes pouvoirs que le juged’instruction, pour la prise desmesures conservatoires prévuesà l’article 87 bis.Article 373Les exceptions tirées de lanullité soit de la citation, soit dela procédure doivent, à peine deforclusion, être présentéesavant toute défense au fond.La nullité de la citation nepeut être prononcée que dansles conditions prévues à l’article553.Article 374L’exception préjudicielle estprésentée avant toute défenseau fond.Elle n’est recevable que si elleest de nature à retirer au fait quisert de base à la poursuite lecaractère d’une infraction.Elle n’est admise que si elles’appuie sur des faits ou sur destitres donnant un fondement à laprétention du prévenu.Si l’exception est admissible,le tribunal impartit un délai danslequel le prévenu doit saisir lajuridiction compétente. Fautepar le prévenu d’avoir introduitl’instance dans ce délai et dejustifier de ses diligences, il estpassé outre à l’exception .Si l’exception n’est pas admise,les débats sont continués.Article 375Lorsque le tribunal est saiside plusieurs procédures visantdes faits connexes, il peutordonner la jonction soit d’office,soit sur réquisition du ministèrepublic, ou sur requête d’une desparties.Article 376Le tribunal correctionnel estsaisi des infractions de sa compétencesoit par le renvoi qui luiest fait par la juridiction d’instruction,
    • soit par la comparutionvolontaire des parties, dans lesconditions prévues à l’article377, soit par la citation délivréedirectement au prévenu et auxpersonnes civilement responsablesde l’infraction, soit enfinpar application de la procédurede flagrant délit prévue par lesarticles 381 à 385.50
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 377L’avertissement délivré par leministère public dispense decitation, s’il est suivi de la comparutionvolontaire de la personneà laquelle il est adressé.Il indique le délit poursuivi etvise le texte de loi qui le réprime.Lorsqu’il s’agit d’un prévenudétenu, le jugement doit constaterle consentement de l’intéresséà être jugé sans citationpréalable.Article 378La citation est délivrée dansles délais et formes prévus parles articles 538 et suivants.Article 379Toute personne ayant portéplainte est avisée par le parquetde la date de l’audience.Article 380La partie civile, qui cite directementun prévenu devant untribunal répressif, fait, dans l’actede citation, élection de domiciledans le ressort du tribunalsaisi, à moins qu’elle n’y soitdomiciliée.Paragraphe Il - Du flagrantdélitArticle 381L’individu arrêté en flagrantdélit et déféré devant le Procureurde la République, conformémentà l’article 63 du présentCode est, s’il est placé sousmandat de dépôt, traduit sur lechamp à l’audience du tribunal.Article 382Si, ce jour-là, il n’est pointtenu d’audience, le prévenu estdéféré à l’audience du lendemain,
    • le tribunal étant, aubesoin, spécialement convoquéà la requête du ministère public.Article 383Les témoins du flagrant délitpeuvent être requis verbalementpar tout officier de police judiciaireou agent de la forcepublique. Ils sont tenus de comparaîtresous les sanctions portéesaux articles 425 et 428.Article 384La personne déférée en vertude l’article 381 est avertie par leprésident qu’elle a le droit deréclamer un délai pour préparersa défense; mention de l’avisdonné par le président et de laréponse du prévenu est faitedans le jugement.Si le prévenu use de la facultéindiquée à l’alinéa précédant, letribunal lui accorde un délai detrois jours au moins.Les dispositions du présentarticle sont prescrites à peine denullité du jugement.Article 385Si l’affaire n’est pas en état derecevoir jugement, le tribunal enordonne le renvoi à l’une desplus prochaines audiences pourplus ample information et, s’il ya lieu, met le prévenu en libertéprovisoire, avec ou sans caution.SECTION Il - DE LACOMPOSITION DUTRIBUNAL ET DE LATENUE DES AUDIENCESArticle 386(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le tribunal régional est présidépar le président du tribunalou l’un des juges désignés parcelui-ci.Le président du tribunaldépartemental désigne le
    • magistrat chargé de présiderl’audience correctionnelle s’il nela préside pas lui-même.Les fonctions du ministèrepublic sont exercées par le Procureurde la République ou l’unde ses substituts. Toutefois,dans les tribunaux départementauxnon dotés de délégué duProcureur de la République laprésence d’un magistrat duministère public n’est pas obligatoire.Les fonctions du greffe sontexercées par un greffier du tribunalrégional et par le greffieren chef du tribunal départemental.En cas de besoin il peut êtrefait appel à un greffier ad-hoc.Ce dernier doit prêter sermentdès l’ouverture de l’audience etmention de cette formalité doitêtre portée sur chaque jugement.Article 387(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le nombre des audiencescorrectionnelles est déterminé àla fin de chaque année judiciairepour l’année judiciaire suivantepar l’Assemblée générale du tribunalrégional tant en ce quiconcerne les audiences du tribunalrégional que celles des tribunauxdépartementaux de sonressort. Dans ce dernier cas, leprésident et les magistrats deces tribunaux participent à ladélibération de l’Assembléegénérale du tribunal régional.Le nombre des audiencescorrectionnelles peut être modifiédans les mêmes conditionsen cours d’année, suivant lesnécessités. Il peut être égalementtenu des audiencesforaines et des audiences extraordinaires,sur simple décisionde la juridiction intéressée.SECTION III - DE LAPUBLICITE ET DE LAPOLICE DE L’AUDIENCEArticle 388
    • Les audiences sont publiques.Néanmoins, le tribunal peut,en constatant que la publicitéest dangereuse pour l’ordre etles moeurs, ordonner, par jugementrendu en audiencepublique, que les débats aurontlieu ou seront poursuivis à huisclos.51
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLorsque le huis clos a étéordonné, celui-ci s’applique auprononcé des jugements séparésqui peuvent intervenir surles incidents ou exceptions ainsiqu’il est dit à l’article 446 alinéa4.Le jugement sur le fond doittoujours être prononcé enaudience publique.Article 389(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le président a la police del’audience et la direction desdébats, il peut prendre toutesmesures utiles pour en assurerla dignité et la sérénité.Lorsque le dossier est en étatd’être jugé, l’affaire ne peut fairel’objet de plus de trois renvoispour quelque cause que ce soit.Après trois renvois successifsl’affaire est obligatoirementjugée.Article 390Lorsque, à l’audience, l’undes assistants trouble l’ordre dequelque manière que ce soit, leprésident ordonne son expulsionde la salle d’audience.Si, au cours de l’exécution decette mesure, il résiste à cetordre ou cause du tumulte, il estsur-le-champ placé sous mandatde dépôt, jugé et puni d’unemprisonnement de deux moisà deux ans, sans préjudice despeines portées au Code pénalcontre les auteurs d’outrages etde violences envers les magistrats.Sur l’ordre du président, il estalors contraint par la forcepublique de quitter l’audience.Article 391Si l’ordre est troublé à l’audience
    • par le prévenu lui-même,il lui est fait application des dispositionsde l’article 390.Le prévenu, même libre, lors-qu’il est expulsé de la salle d’audience,est gardé par la forcepublique, jusqu’à la fin desdébats, à la disposition du tribunal. Il est alors reconduit à l’audienceoù le jugement est renduen sa présence.SECTION IV - DES DEBATSParagraphe premier - De lacomparution du prévenuArticle 392Le président constate l’identitédu prévenu et donne connaissancede l’acte qui a saisi le tribunal.Il constate aussi s’il y alieu, la présence ou l’absencede la personne civilement responsable,de la partie civile, destémoins, des experts et desinterprètes.Article 393Dans le cas où le prévenu neparle pas suffisamment lalangue française ou s’il estnécessaire de traduire un documentversé aux débats, à défautd’un interprète assermenté, leprésident désigne d’office uninterprète, âgé de vingt-et-unans au moins, et lui fait prêterserment de remplir fidèlementsa mission.Le ministère public, le prévenuet la partie civile peuventrécuser l’interprète en motivantleur récusation, et sa décisionn’est susceptible d’aucune voiede recours.L’interprète ne peut, même duconsentement du prévenu ou duministère public, être pris parmiles juges composant les tribunaux,les greffiers d’audience,les parties et les témoins.Article 394Si le prévenu est sourd-muetet ne sait pas écrire, le président
    • nomme d’office, en qualitéd’interprète, la personne qui a leplus l’habitude de converseravec lui.Les autres dispositions duprécédent article sont applicables.Dans le cas où le prévenuvisé au présent article sait écrire,le greffier écrit les questionsou observations qui lui sontfaites; elles sont remises au prévenuqui donne par écrit sesréponses. Il est fait lecture dutout par le greffier.Article 395Au jour indiqué pour la comparutionà l’audience, le prévenuen état de détention y estconduit par la force publique.Article 396Le prévenu régulièrement citéen personne doit comparaître, àmoins qu’il ne fournisse uneexcuse reconnue valable par lajuridiction devant laquelle il estappelé. Le prévenu a la mêmeobligation lorsqu’il est établique, bien que n’ayant pas étécité en personne, il a euconnaissance de la citationrégulière le concernant, dansles cas prévus par les articles545 alinéa 3, 546 et 548 du présentCode.Si ces conditions sont remplies,le prévenu non comparantet non excusé est réputé jugécontradictoirement.Article 397Toute mention inexacte dansles exploits de citation est passibledes peines portées à l’article555 du présent Code.Article 398Le prévenu cité pour uneinfraction passible d’une peined’amende ou d’une peine d’emprisonnementinférieure à un anpeut, par lettre adressée au président,et qui sera jointe au dossierde la procédure, demanderà être jugé en son absence.
    • Dans ce cas, son défenseurest entendu.Toutefois, si le tribunal estimenécessaire la comparution duprévenu en personne, il est procédéà la réassignation du prévenu,à la diligence du ministèrepublic, pour une audience dontla date est fixée par le tribunal.52
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLe prévenu qui ne répond pasà cette invitation est réputé jugécontradictoirement, sans queson défenseur puisse alors êtreentendu.Il est jugé contradictoirementdans le cas prévu par le premieralinéa du présent article.Article 399Si la citation n’a pas été délivréeà la personne du prévenuet s’il n’est pas établi qu’il ait euconnaissance de cette citation,la décision, au cas de non-comparutiondu prévenu, est renduepar défaut.Article 400Nul n’est recevable à déclarerqu’il fait défaut dès lors qu’il estprésent au début de l’audience.Article 401Les dispositions de l’article398 alinéas 1 et 2 sont applicablesquel que soit le taux dela peine encourue chaque foisque le débat sur le fond de laprévention ne doit pas êtreabordé, et spécialement quandle débat ne doit porter que surles intérêts civils.Article 402La personne civilement responsablepeut toujours se fairereprésenter par un avocat. Dansce cas le jugement est contradictoireà son égard.Article 403Si le prévenu ne peut, en raisonde son état de santé, comparaîtredevant le tribunal et s’ilexiste des raisons graves de nepoint différer le jugement de l’affaire,le tribunal ordonne, pardécision spéciale et motivée,que le prévenu, éventuellementassisté de son conseil, seraentendu à son domicile ou à la
    • maison d’arrêt dans laquelle ilse trouve détenu, par un magistratcommis à cet effet, accompagnéd’un greffier. ll fixe dansla même décision la date dereprise de l’audience. Procès-verbal est dressé de cet interrogatoireet mention y est faite del’avis donné au prévenu de ladate ainsi fixée. A la reprise del’audience, les dispositions del’article 398 alinéas 1 et 2 sontapplicables quel que soit le tauxde la peine encourue. Dans tousles cas, le prévenu est jugécontradictoirement.Article 404Le prévenu qui comparait a lafaculté de se faire assister parun défenseur.Le défenseur ne peut êtrechoisi que parmi les avocatsinscrits au tableau ou admis austage.Les avocats inscrits à un barreauétranger ne peuvent êtredésignés que s’il existe entre laRépublique du Sénégal et leurpays une convention prévoyantle droit des avocats de ce paysde plaider devant les tribunauxsénégalais.L’assistance d’un défenseurest obligatoire quand le prévenuest atteint d’une infirmité denature à compromettre sadéfense. Dans ce cas, si le prévenun’a pas fait choix d’undéfenseur, le président en commetun d’office.Paragraphe Il - De laconstitution de partie civile etde ses effetsArticle 405(Loi n° 77-32 du 22 février1977)Toute personne qui, conformémentà l’article 2, prétendavoir été lésée par un délit peut,si elle ne l’a déjà fait dans lesformes prévues aux articles 16alinéa 4 et 76, se constituer partiecivile à l’audience même etdemander réparation du préjudice
    • qui lui a été causé.Le ministère d’un avocat n’estpas obligatoire.Article 406La déclaration de constitutionde partie civile se fait soit avantl’audience au greffe, soit pendantl’audience par déclarationconsignée par le greffier ou pardépôt de conclusions.Article 407(Loi n° 77-32 du 22 février1977)Lorsqu’elle est faite avantl’audience, la déclaration departie civile doit préciser l’infractionpoursuivie et contenir électionde domicile dans le ressortdu tribunal saisi, à moins que lapartie civile n’y soit domiciliée.Elle peut préciser le montant dela réparation demandée pour lepréjudice causé.Elle est immédiatement transmise,par le greffier, au ministèrepublic, qui cite la partie civilepour l’audience.La partie civile est égalementcitée pour l’audience dans lescas prévus aux articles 16 alinéa4 et 76.Article 408A l’audience, la déclaration departie civile doit à peine d’irrecevabilité,être faite avant lesréquisitions du ministère publicsur le fond.Article 409La personne qui s’est constituéepartie civile ne peut plusêtre entendue comme témoin.Article 410Le tribunal apprécie la recevabilitéde la constitution de partiecivile et, s’il échet, déclare cetteconstitution irrecevable.L’irrecevabilité peut égalementêtre soulevée par le ministèrepublic, le prévenu, le civilement
    • responsable ou une autrepartie civile.Article 410 bis(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le tribunal peut d’office ou surdemande de la partie civile ou53
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisdu ministère public, ordonnerdes mesures conservatoires surles biens de l’inculpé.Article 411La partie civile peut toujoursse faire représenter par un avocat.Dans ce cas, le jugementest contradictoire à son égard.Article 412(Loi n° 77-32 du 2 février1977)Lorsque la partie civile régulièrementcitée ne comparaîtpas ou n’est pas représentée àl’audience, il est statué pardéfaut à son égard.En ce cas, et si l’actionpublique n’a été mise en mouvementque par la citation directedélivrée à la requête de lapartie civile, le tribunal ne statuesur ladite action que s’il en estrequis par le ministère public; àdéfaut de réquisitions spécialesdu ministère public, l’action dela partie civile est déclarée irrecevable,sauf au prévenu àdemander au tribunal des dommageset intérêts pour abus decitation.Si, l’action publique a étémise en mouvement par leministère public, celui-ci peut,en l’absence de la partie civilenon représentée, requérir qu’ilsoit statué sur la demande dedommages-intérêts formuléepar cette dernière en applicationdes dispositions des articles 16alinéa 4, 76 alinéa 2, 407 alinéapremier et 539 alinéa 7.Le tribunal statue par jugementréputé contradictoire.Le tribunal correctionnel peutordonner toutes mesures d’information,notamment touteexpertise de la victime en luiallouant le cas échéant une provision.
    • Après expertise, le tribunalcorrectionnel statue sur l’actioncivile, une fois établi l’entierdommage éprouvé par la victime.Article 413Le désistement de la partiecivile ne met pas obstacle à l’actioncivile devant la juridictioncompétente.Paragraphe III - Del’administration de la preuveArticle 414Hors les cas où la loi en disposeautrement, les infractionspeuvent être établies par toutmode de preuve et le juge décided’après son intime conviction.Le juge ne peut fonder sadécision que sur des preuvesqui lui ont été apportées aucours des débats et discutéesdevant lui.Article 415L’aveu, comme tout élémentde preuve, est laissé à la libreappréciation des juges.Le principe de l’indivisibilité del’aveu ne s’applique pas enmatière pénale, en raison de lapreuve par intime conviction.Article 416Tout procès-verbal ou rapportn’a de valeur probante que s’ilest régulier en la forme si sonauteur a agi dans l’exercice deses fonctions et a rapporté surune matière de sa compétencece qu’il a vu, entendu ou constatépersonnellement.Article 417Sauf dans les cas où la loidispose autrement, les procès-verbaux et les rapports constatantles délits ne valent qu’à titrede simples renseignements.Article 418
    • Dans le cas où les officiers depolice judiciaire, les agents depolice judiciaire ou les fonctionnaireset agents chargés de certainesfonctions de police judiciaireont reçu d’une dispositionspéciale de la loi le pouvoir deconstater les délits par desprocès-verbaux ou des rapports,la preuve contraire ne peut êtrerapportée que par écrit ou partémoins.Article 419La preuve par écrit ne peutrésulter de la correspondanceéchangée entre le prévenu etson conseil.Article 420Les matières donnant lieu àdes procès-verbaux faisant foijusqu’à inscription de faux sontréglées par des lois spéciales. Adéfaut de disposition expresse,la procédure de faux est régléecomme il est dit au titre Il dulivre IV.Article 421Si le tribunal estime qu’uneexpertise est nécessaire, il estprocédé conformément auxarticles 149 et 163.Article 422Les témoins sont cités ainsiqu’il est dit aux articles 538 etsuivants.Article 423Après avoir procédé auxconstatations prévues à l’article392, le président ordonne auxtémoins de se retirer dans lachambre qui leur est destinée.Ils n’en sortent que pour déposer.Le président prend, s’il enest besoin, toutes mesuresutiles pour empêcher lestémoins de conférer entre euxavant leur déposition.Article 424Toute personne citée pourêtre entendue comme témoinest tenue de comparaître, de
    • prêter serment et de déposer.Article 425Le témoin qui ne comparaitpas ou qui refuse, soit de prêterserment, soit de faire sa déposition,peut être, sur réquisitionsdu ministère public, condamné54
    • Code de Procédure PénaleSénégalaispar le tribunal à la peine portéeà l’article 97 du présent Code.Article 426Si le témoin ne comparaît paset s’il n’a pas fait valoir un motifd’excuse reconnu valable etlégitime, le tribunal peut, surréquisitions du ministère publicou même d’office, ordonner quece témoin soit immédiatementamené devant lui par la forcepublique pour y être entendu, ourenvoyer l’affaire à une prochaineaudience.En ce dernier cas, tous lesfrais de citation, d’actes, devoyage de témoins et autres,ayant pour objet de faire jugerl’affaire sont, hors le cas d’excuselégitime, à la charge de cetémoin. Sur la réquisition duministère public, le jugement quiordonne le renvoi des débats, lecondamne, même par corps, aupayement de ces frais.Article 427Le témoin qui a été condamnéà une amende ou aux frais pournon-comparution peut, au plustard dans les cinq jours de lasignification de cette décisionfaite à sa personne ou à sondomicile, former opposition.La voie de l’appel ne lui estouverte que sur le jugementrendu sur cette opposition.Article 428Le témoin qui a été condamnépour refus de prêter serment oude déposer peut interjeter appel.Article 429Avant de procéder à l’auditiondes témoins, le président interrogele prévenu et reçoit sesdéclarations.Le ministère public peut poserdirectement des questions au
    • prévenu et aux témoins. Le prévenu,la partie civile ou leursconseils peuvent poser desquestions par l’intermédiaire duprésident.Article 430Lorsqu’un témoin est sourd-muet ou ne parle pas suffisammentle français, les dispositionsdes articles 393 et 394 sontapplicables.Article 431Les témoins déposent ensuiteséparément.Parmi les témoins cités, ceuxqui sont produits par les partiespoursuivantes sont entendus lespremiers, sauf pour le présidentà régler lui-même souverainementl’ordre d’audition destémoins.Peuvent également, avec l’autorisationdu tribunal, êtreadmises à témoigner les personnesproposées par les partiesqui sont présentées à l’ouverturedes débats sans avoirété régulièrement citées.Article 432Les témoins doivent, sur lademande du président, faireconnaître leurs prénoms, nom,âge, profession et domicile, s’ilssont parents ou alliés du prévenu,de la personne civilementresponsable ou de la partie civileet s’ils sont à leur service.Le cas échéant, le présidentleur fait préciser quelles relationsils ont, ou ont eues, avecle prévenu, la personne civilementresponsable, ou la partiecivile.Article 433Avant de commencer leurdéposition, les témoins prêtentserment de dire toute la vérité,rien que la vérité.Article 434Les enfants au-dessous del’âge de seize ans sont entendus
    • sans prestation de serment.Sont reçues dans les mêmesconditions les dépositions:1. Du père, de la mère ou detout autre ascendant du prévenuou de l’un des prévenus présentset impliqués dans lamême affaire;2. Du fils, de la fille ou de toutautre descendant, ainsi que desenfants adoptifs du prévenu etde ceux dont il est le tuteur;3. Des frères et soeurs;4. Des alliés aux mêmesdegrés;5. Du mari, ou de la femme;cette prohibition subsiste mêmeaprès le divorce.Article 435Toutefois, les personnesvisées à l’article précédant peuventêtre entendues sous sermentlorsque ni le ministèrepublic, ni aucune des parties nes’y sont opposés.Article 436Le témoin qui a prêté sermentn’est pas tenu de le renouveler,s’il est entendu une secondefois au cours des débats.Le président lui rappellera, s’ily a lieu, le serment qu’il a prêté.Article 437La personne qui, agissant envertu d’une obligation légale oude sa propre initiative, a portéles faits poursuivis à la connaissancede la justice, est reçue entémoignage, mais le présidentdoit en donner avertissement.Celui dont la dénonciation estrécompensée pécuniairementpar la loi peut aussi être entenduen témoignage à moins qu’iln’y ait opposition d’une des partiesou du ministère public.Article 438Les témoins déposent oralement.Toutefois, ils peuvent, exceptionnellement,s’aider de documentsavec l’autorisation du
    • président.Article 439Le greffier tient note du déroulementdes débats et principalement,sous la direction du président,des déclarations destémoins ainsi que des réponsesdu prévenu.Les notes d’audience sontsignées par le greffier. Elles55
    • Code de Procédure PénaleSénégalaissont visées par le président, auplus tard dans les trois jours quisuivent chaque audience.Article 440Après chaque déposition, leprésident pose au témoin lesquestions qu’il juge nécessaires.Le ministère public ainsi que lesconseils des parties peuventposer directement des questionsaux témoins après autorisationdu président. La partiedépourvue de conseil ne peutposer de questions que par l’intermédiairedu président.Le témoin peut se retireraprès sa déposition à moins quele président n’en décide autrement.Le ministère public, ainsi quela partie civile et le prévenu,peuvent demander, et le présidentpeut toujours ordonner,qu’un témoin se retire momentanémentde la salle d’audienceaprès sa déposition, pour y êtreréintroduit et entendu s’il y a lieuaprès d’autres dépositions avecou sans confrontation.Article 441Au cours des débats, le présidentfait s’il est nécessairereprésenter au prévenu ou auxtémoins les pièces à convictionet reçoit leurs observations.Article 442Le tribunal soit d’office, soit àla demande du ministère public,de la partie civile ou du prévenu,peut ordonner tous transportsutiles en vue de la manifestationde la vérité.Les parties et leurs conseilssont appelés à y assister. Il estdressé procès-verbal de cesopérations.Article 443
    • Si, d’après les débats, ladéposition d’un témoin paraîtfausse, le président soit d’office,soit à la requête du ministèrepublic ou de l’une des parties,fait consigner aux notes d’audienceles dires précis dutémoin.Il peut enjoindre spécialementà ce témoin de demeurer à ladisposition du tribunal qui l’entendraà nouveau s’il y a lieu.Si le jugement doit être rendule jour même, le président peutégalement faire garder cetémoin par la force publiquedans ou hors la salle d’audience.Ce témoin est jugé audiencetenante après lecture du jugementsur le fond.Il est obligatoirement assistéd’un conseil, au besoin désignéd’office par le président.Il peut être condamné à unepeine d’emprisonnement d’unmois à un an et être en outredéchu des droits énumérés àl’article 34 du Code pénal pendanttrois ans au plus.Article 444Le jugement est exécuté surle champ nonobstant toute voiede recours et l’affichage peut enêtre ordonné en tous lieux utilesaux frais du condamné.Paragraphe IV - De ladiscussion par les partiesArticle 445Le Procureur de la Républiqueprend, au nom de la loi,les réquisitions tant écritesqu’orales qu’il croit convenablesau bien de la justice.Dans le cas où les réquisitionsécrites sont prises, mentionen est faite dans les notestenues par le greffier et le tribunalest tenu d’y répondre.Article 446Le prévenu, les autres parties
    • et leurs conseils, peuvent déposerdes conclusions.Ces conclusions sont viséespar le président et le greffier: cedernier mentionne ce dépôt auxnotes d’audience.Le tribunal, qui est tenu derépondre aux conclusions ainsirégulièrement déposées, doitjoindre au fond les incidents etexceptions dont il est saisi, et ystatuer par un seul et mêmejugement en se prononçant enpremier lieu sur l’exception etensuite sur le fond.Il ne peut en être autrementqu’au cas d’impossibilité absolue,ou encore lorsqu’une décisionimmédiate sur l’incident ousur l’exception apparaît nécessaireau tribunal.En ce cas la prescription estsuspendue jusqu’au jugementsur le fond.Article 447L’instruction à l’audience terminée,la partie civile est entendueen sa demande, le ministèrepublic prend ses réquisitions,le prévenu et, s’il y a lieu, la personnecivilement responsableprésentent leur défense.La partie civile et le ministèrepublic peuvent répliquer. Le prévenuou son conseil auront toujoursla parole les derniers.Article 448Si les débats ne peuvent êtreterminés au cours de la mêmeaudience, le tribunal fixe le jouroù ils seront continués et mentiondoit être faite aux notesd’audience.Les parties et les témoins nonentendus, ou ceux qui ont étéinvités à rester à la dispositiondu tribunal, sont tenus de comparaître,sans aucune citation, àl’audience de renvoi.SECTION V - DUJUGEMENT
    • Article 449Le jugement est rendu soit àl’audience même à laquelle onteu lieu les débats, soit à unedate ultérieure.Dans ce dernier cas, le présidentinforme les parties présentesdu jour où le jugementsera prononcé.56
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 450S’il y a lieu de procéder à unsupplément d’information, le tribunalcommet par jugement unde ses membres qui disposedes pouvoirs prévus aux articles142 à 148 du présent Code.Ce supplément d’informationobéit aux règles édictées par lesarticles 105 à 109.Le Procureur de la républiquepeut obtenir, au besoin par voiede réquisitions, la communicationdu dossier de la procédureà toute époque du supplémentd’information à charge derendre les pièces dans les vingt-quatre heures.Les pièces de la procédure dusupplément d’information sontmises à la disposition desconseils des parties vingt quatreheures, au plus tard, avant l’audience.Article 451(Loi n° 99/88 du 3 sept. 1999)Si le tribunal estime que lesfaits constituent un délit, il prononcela peine.Pour la réparation du préjudicené de l’infraction, il peutrecourir, avec le consentementdes parties, à la médiationpénale.Le médiateur pénal, en cas desuccès de la mission, envoie leprocès verbal constatant l’accorddes parties au juge mandantpour apposition de la formuleexécutoire et un rapport auProcureur de la République. Leprocès-verbal est annexé à laminute du jugement de condamnation.En cas de non-accord, lejuge statue sur l’action civile. Ilpeut ordonner le versement provisoirede tout ou partie desdommages et intérêts alloués.
    • Il a aussi la faculté, s’il nepeut se prononcer en l’état surla demande en dommages etintérêts, d’accorder à la partiecivile une provision exécutoirenonobstant opposition ou appel.Il statue également, s’il y alieu, sur la validité des mesuresconservatoires prises. Les intérêts de droit prennent effet àcompter du prononcé du jugement.Article 452Dans le cas visé à l’article 451premier alinéa, s’il s’agit d’undélit de droit commun et si lapeine prononcée est au moinsde six mois d’emprisonnement,le tribunal peut, par décisionspéciale et motivée, décernermandat de dépôt ou d’arrêtcontre le prévenu.Le mandat d’arrêt continue àproduire son effet, même si letribunal, sur opposition, ou laCour, sur appel, réduit la peineà moins de six mois d’emprisonnement.Le mandat de dépôt décernépar le tribunal produit égalementeffet lorsque, sur appel, la Courréduit la peine d’emprisonnementà moins de six mois.Toutefois, le tribunal, suropposition, ou la Cour sur appel,a la faculté, par décision spécialeet motivée, de donner mainlevéede ces mandats.En toutes circonstances, lesmandats décernés dans les cassusvisés continuent à produireleur effet, nonobstant le pourvoien cassation.En cas d’opposition au jugementdans les conditions prévuespar les articles 478 et 479,l’affaire doit venir devant le tribunalà la première audience ouau plus tard dans la huitaine dujour de l’opposition, faute dequoi le prévenu doit être mis enliberté d’office.S’il y a lieu à remise, le tribunal
    • doit statuer d’office par unedécision motivée sur le maintienou la mainlevée du mandat, leministère public entendu. Letout sans préjudice de la facultépour le prévenu de former unedemande de mise en liberté provisoiredans les conditions prévuespar les articles 129 et 130.Article 453Si le tribunal, régulièrementsaisi d’un fait qualifié délit par laloi, estime, au résultat desdébats, que ce fait ne constituequ’une contravention, il prononcela peine et statue, s’il y a lieu,sur l’action civile.Article 454Si le fait est une contraventionconnexe à un délit, le tribunalstatue par un seul et mêmejugement, à charge d’appel surle tout.Article 455Si le prévenu bénéfice d’uneexcuse absolutoire, le tribunalprononce son absolution et statue,s’il y a lieu, sur l’action civile,ainsi qu’il est dit à l’article451.Article 456Si le fait déféré au tribunalcorrectionnel sous la qualificationde délit est de nature àentraîner une peine criminelle,le tribunal renvoie le ministèrepublic à se pourvoir ainsi qu’ilavisera.Il peut, le ministère publicentendu, décerner, par la mêmedécision, mandat de dépôt oud’arrêt contre le prévenu.Article 457(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si le tribunal estime que le faitpoursuivi ne constitue aucuneinfraction à la loi pénale ou quele fait n’est pas établi, ou qu’iln’est pas imputable au prévenu,il renvoie celui-ci des fins de la
    • poursuite.La partie civile, dans le cas derelaxe, peut demander réparationdu dommage résultant de lafaute du prévenu, telle qu’elledécoule des faits qui sont l’objetde la prévention.Article 458(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Est, nonobstant appel, mis enliberté, immédiatement après lejugement, le prévenu qui a étérelaxé ou absous, ou condamné57
    • Code de Procédure PénaleSénégalaissoit à l’emprisonnement avecsursis, soit à l’amende.Il en est de même du prévenudétenu condamné à une peined’emprisonnement aussitôt quela durée de la détention auraatteint celle de la peine prononcée.Article 459(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Dans le cas prévu à l’article457, lorsque la partie civile aelle-même mis en mouvementl’action publique, le tribunal statuepar le même jugement sur lademande en dommages et intérêtsformée par la personnerelaxée contre la partie civilepour abus de constitution departie civile.Article 460Tout jugement de condamnationrendu contre le prévenu etéventuellement contre la partiecivilement responsable, lescondamne aux frais et dépensenvers l’Etat. Il se prononce àl’égard du prévenu sur la duréede la contrainte par corps.Il en est de même au cas detransaction ayant éteint l’actionpublique, conformément à l’article6, et au cas d’absolution,sauf si le tribunal, par décisionspéciale et motivée, décharge leprévenu et la personne civilementresponsable de tout oupartie des frais.La partie civile dont l’action aété déclarée recevable n’est pastenue des frais dès lors que l’individucontre lequel elle s’estconstituée a été reconnu coupabled’une infraction.Article 461(Loi n° 85-25 du 27 février1985)
    • Au cas de relaxe, le prévenune peut être condamné aux fraisdu procès.Toutefois, si le prévenu estrelaxé à raison de son état dedémence au moment des faits,le tribunal peut mettre à sa chargetout ou partie des dépens.Article 462La partie civile qui succombeest tenue des frais. Il en est demême dans le cas visé par l’article412.Le tribunal peut, toutefois, pardécision spéciale et motivée,l’en décharger en tout ou partie.Article 463Dans le cas où la condamnationn’intervient pas pour toutesinfractions qui ont fait l’objet dela poursuite ou n’intervient qu’àraison d’infractions qui ont faitl’objet d’une disqualification, soitau cours de l’instruction, soit aumoment du prononcé du jugementcomme aussi dans le casde mise hors de cause de certainsprévenus, le tribunal peut,par une disposition motivée,décharger le condamné de lapart des frais de justice qui nerésulte pas directement de l’infractionayant entraîné lacondamnation au fond. Le tribunalfixe lui-même le montant desfrais dont est alors déchargé lecondamné, ces frais étant laissés,selon les circonstances, àla charge du trésorier ou de lapartie civile.Article 464Les frais et dépens sont liquidéspar le jugement. A défautde décision sur l’application desarticles 460 et suivants ou encas de difficultés d’exécutionportant sur la condamnation auxfrais et dépens, la juridiction quia statué au fond peut être saisiepar tout intéressé, conformémentaux règles établies enmatière d’incidents d’exécutionet compléter son jugement surce point.
    • Article 465Le prévenu, la partie civile oula personne civilement responsablepeut réclamer au tribunalsaisi de la poursuite la restitutiondes objets placés sousmain de justice.Le tribunal peut ordonner d’officecette restitution.Article 466Toute personne autre que leprévenu, la partie civile ou lapersonne civilement responsablequi prétend avoir droit surdes objets placés sous main dejustice, peut également enréclamer la restitution au tribunalsaisi de la poursuite.Seuls les procès-verbauxrelatifs à la saisie des objetspeuvent lui être communiqués.Le tribunal statue par jugementséparé, les parties entendues.Article 467Si le tribunal accorde la restitution,il peut prendre toutesmesures conservatoires pourassurer jusqu’à la décision définitivesur le fond la représentationdes objets restitués.Article 468Si le tribunal estime que lesobjets placés sous main de justicesont utiles à la manifestationde la vérité ou susceptiblesde confiscation, il sursoit à statuerjusqu’à sa décision, sur lefond. Dans ce cas, le jugementn’est susceptible d’aucunrecours.Article 469Le jugement qui rejette unedemande de restitution est susceptibled’appel de la part de lapersonne qui a formé cettedemande.Le jugement qui accorde larestitution est susceptible d’appelde la part du ministère publicet de la part du prévenu, de la
    • personne civilement responsable,ou de la partie civile à quicette décision ferait grief.La cour ne peut être saisiequ’après que le tribunal a statuéau fond.Article 470Le tribunal qui a connu de l’affairedemeure compétent pourordonner la restitution desobjets placés sous main de justicesi aucune voie de recours58
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisn’a été exercée contre le jugementsur le fond.Il statue sur requête de toutedemande qui prétend avoir droitsur l’objet ou a la demande duministère public.Sa décision peut être déféréeà la Cour d’appel, conformémentaux dispositions de l’article469.Article 471Lorsque la Cour d’appel estsaisie du fond de l’affaire, elleest compétente pour statuer surles restitutions dans les conditionsprévues par les articles465 à 468.Elle demeure compétente,même après décision définitivesur le fond, pour ordonner larestitution dans les conditionsprévues aux alinéas 1 et 2 del’article 470.Article 472Tout jugement doit contenir,outre un exposé des faits et desmoyens de droit des parties etdu ministère public des motifs etun dispositif.Les motifs constituent la basede la décision.Le dispositif énonce les infractionsdont les personnes citéessont déclarées coupables ouresponsables, ainsi que lapeine, les textes de loi appliquéset les condamnationsciviles.Il est donné lecture du jugementpar le président.Article 473(Loi n° 85-25 du 27 février1985)La minute du jugement estdatée et mentionne le nom du
    • magistrat qui l’a rendu; la présencedu ministère public à l’audiencedoit y être constatée, lecas échéant.Après avoir été signée par leprésident et le greffier, la minuteest déposée au greffe du tribunaldans les quinze jours, auplus tard du prononcé du jugement.Ce dépôt est mentionnésur le registre spécialementtenu au greffe à cet effet.SECTION VI - DUJUGEMENT PAR DEFAUTET DE L’OPPOSITIONParagraphe premier - DudéfautArticle 474Sauf les cas prévus par lesarticles 396, 398, 401, 402, 403,411, toute personne citée qui necomparait pas au jour et à l’heurefixés par la citation est jugéepar défaut, ainsi qu’il est dit àl’article 399.Article 475Le jugement prononcé pardéfaut est signifié par exploitd’huissier, conformément auxdispositions des articles 538 etsuivants.Paragraphe Il - Del’oppositionArticle 476Le jugement par défaut estnon avenu dans toutes ses dispositions,si le prévenu formeopposition à son exécution.Il peut toutefois limiter cetteopposition aux dispositionsciviles du jugement.Article 477L’opposition aux dispositionspénales du jugement par défautest notifiée au ministère public.Lorsqu’elle porte sur les dispositionsciviles du jugement, leprévenu doit en adresser signification
    • à la partie civile.Article 478(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si la signification du jugementa été faite à la personne du prévenu,l’opposition doit être formée dans les délais ci-après,qui courent à compter de cettesignification:-trente jours si le prévenuréside sur le territoire de laRépublique.-quarante-cinq jours dans lesautres cas.Article 479(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si la signification du jugementn’a pas été faite à la personnedu prévenu, l’opposition doitêtre formée dans les délais ci-après, qui courent à compter dela signification du jugement faiteà domicile, à la mairie ou auparquet:-trente jours si le prévenuréside sur le territoire de laRépublique;-quarante cinq jours s’il résidehors du territoire.Toutefois, s’il s’agit d’un jugementde condamnation et s’il nerésulte pas, soit de l’avis duconstatant remise de la lettrerecommandée prévue auxarticles 545, alinéa 3, et 546, alinéa2, soit d’un acte d’exécutionquelconque, ou de l’avis donnéconformément à l’article 548,que le prévenu a eu connaissancede la signification, l’opposition,tant en ce qui concerneles intérêts civils que lacondamnation pénale, resterecevable jusqu’à l’expirationdes délais de prescription de lapeine.Dans les cas visés à l’alinéaprécédent, le délai d’oppositioncourt à compter du jour où leprévenu a eu cette connaissance.
    • Article 480La personne civilement responsableet la partie civile peuventformer opposition à toutjugement par défaut à leurencontre, dans les délais fixés àl’article 478, lesquels courent àcompter de la signification dujugement à personne ou à domicile,ou à compter de l’acted’exécution.59
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisParagraphe III - De l’itératif L’assignation doit être notifiéedéfaut au Procureur de la République,à son délégué, ou le casArticle 481 échéant au président du tribunalL’opposition est non avenue si départemental investi des pou-l’opposant ne comparait pas à la voirs du Procureur de la Répudatequi lui est fixée, soit par la blique près le tribunal qui anotification à lui faite verbale-rendu le jugement. Ce dernierment et constatée par procès-transmet le dossier selon le casverbal au moment où l’opposisoitau Procureur général prèstion a été formée, soit par une la Cour d’Appel, soit au Procunouvellecitation, délivrée à l’inreurdu tribunal régional pourtéressé, conformément aux dis-qu’il soit statué sur lespositions des articles 538 et suidéfenses.vants. A l’audience fixée, l’affairedoit être retenue séance tenanteArticle 482 pour être plaidée, à moins queDans tous les cas les frais de le demandeur dépose desla signification du jugement par conclusions. Dans ce dernierdéfaut et de l’opposition peuvent cas, la juridiction compétente,être laissés à la charge de la donne à l’autre partie et aupartie opposante. ministère public un délai dequinze jours pour répondre auxarguments du demandeur.Article 482 quaterSECTION VII - DESDEFENSES A EXECUTIONPROVISOIRELa juridiction compétente doitimpérativement statuer dans ledélai d’un mois à compter de lapremière audience.(Loi n° 85-25 du 27 février Elle peut ordonner la conti1985)nuation des poursuites, en totalitéou en partie. Elle peut aussiArticle 482 bisEn matière d’intérêts civils sil’exécution provisoire a étéprendre toutes dispositionsqu’elle estime utiles pour garantirles droits des parties.ordonnée nonobstant oppositionou appel l’appelant ne peutobtenir des défenses à exécutionprovisoire que devant la CHAPITRE IIjuridiction d’appel.DE LA COUR D’APPEL ENArticle 482 terLe demandeur à la défense àexécution provisoire présenteMATIERECORRECTIONNELLEselon le cas requête au PremierPrésident de la Cour d’Appel, ouau président du tribunal régional SECTION PREMIERE - DEaccompagnée de toutes les L’EXERCICE DU DROIT
    • pièces justificatives du bien D’APPELfondé de sa demande.Le magistrat saisi apprécie Article 483souverainement s’il y a lieu Les jugements rendus end’autoriser le demandeur à assimatièrecorrectionnelle peuventgner la partie civile à une être attaqués par voie de l’apaudienced’une chambre de la pel.Cour ou du Tribunal régional, L’appel est porté à la Courdont il fixe la date. d’appel. Il suspend la prescription jusqu’au prononcé de l’arrêtsur le fond.Article 484La faculté d’appeler appartient:1. Au prévenu;2. A la personne civilementresponsable;3. A la partie civile, quant àses intérêts civils seulement;4. Au Procureur de la République;5. Aux administrationspubliques, dans les cas oùcelles-ci exercent l’actionpublique;6. Au Procureur général prèsla Cour d’appel.Article 485(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Sauf dans le cas prévu à l’article494 et hors le cas de forcemajeure, l’appel est interjetédans le délai de trente jours àcompter du prononcé du jugementcontradictoire. Toutefois,le délai d’appel ne court qu’àcompter de la signification dujugement, quelqu’en soit lemode.1. Pour la partie qui, aprèsdébat contradictoire, n’était pasprésente ou représentée à l’audienceoù le jugement a été prononcési elle n’avait pas étéinformée, ainsi qu’il est dit à l’article449, alinéa 2;2. Pour le prévenu qui ademandé à être jugé en sonabsence dans les conditionsprévues par l’article 398, alinéa1er, s’il n’a pas été représentépar un avocat;3. Pour le prévenu qui n’a pascomparu, dans les conditionsprévues par l’article 398, alinéa
    • 4.Il en est de même dans le casprévu à l’article 396.Article 486(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le délai d’appel du Procureurde la République est de quaran60
    • Code de Procédure PénaleSénégalaiste cinq jours à l’égard des jugementsrendus par les tribunauxdépartementaux à partir du jourdu prononcé.Article 487Si le jugement est rendu pardéfaut ou par itératif défaut, ledélai d’appel ne court qu’àcompter de la signification dujugement à personne ou à domicile.Article 488En cas d’appel d’une des partiesou du ministère public pendantles délais ci-dessus, leministère public et les autresparties ont un délai supplémentairede cinq jours pour interjeterappel.Article 489Lorsque le tribunal statue surune demande de mise en libertéprovisoire en conformité desarticles 130 et 131, l’appel doitêtre formé dans un délai devingt quatre heures à compterdu prononcé du jugement.Le prévenu détenu est maintenuen prison jusqu’à ce qu’ilait été statué sur l’appel du Procureurde la République, etdans tous les cas jusqu’à l’expirationdu délai de cet appel.Article 490(Loi n° 77-32 du 22 février1977)L’appel a lieu par déclarationau greffe de la juridiction qui arendu la décision attaquée oupar signification faite au greffieren chef de cette même juridiction.L’appel peut égalementêtre déclaré au greffe de la juridictiondu domicile ou de la résidencede l’appelant; dans cedernier cas, le greffier saisiadresse sans délai une expéditionde l’acte d’appel au greffier
    • en chef de la juridiction qui arendu la décision.La déclaration d’appel doitêtre signée par le greffier et parl’appelant lui-même, ou par unavocat ou par un fondé de pouvoirspécial: dans ce derniercas, le pouvoir est annexé àl’acte dressé par le greffier. Sil’appelant ne peut signer, il ensera fait mention par le greffier.La déclaration ou la significationd’appel est inscrite sur unregistre public à ce destiné ettoute personne a le droit de s’enfaire délivrer une copie.(Loi n° 85-25 du 27 février1985)En ce qui concerne les jugementsrendus par les tribunauxdépartementaux, le Procureurde la République fait sa déclarationau greffe de son tribunal quien transmet l’expédition sansdélai au greffe du tribunal qui astatué.(Loi n° 77-32 du 22 février1977)Dans tous les cas où le tribunala statué par défaut réputécontradictoire conformémentaux dispositions de l’article 412alinéa 4, l’appel peut être déclarésur l’original de significationdu jugement, qui devra dans cecas être transmis sans délai augreffier en chef de la juridictionqui a rendu la décision attaquée;il est inscrit à sa date surle registre public prévu à l’alinéa3 précédent et est annexé àl’acte dressé par le greffier.Article 491Lorsque l’appelant est détenu,il peut également faire connaîtresa volonté d’interjeter appel parune lettre qu’il remet au directeurde l’établissement pénitentiaire;ce dernier lui en délivrerécépissé.Le directeur certifie sur cettelettre même que celle-ci lui a étéremise par l’intéressé, et il précisela date de la remise.
    • Ce document est transmisimmédiatement au greffe de lajuridiction qui a rendu la décisionattaquée: il est transcrit surle registre prévu par l’article490, alinéa 3, et est annexé àl’acte dressé par le greffier.Article 492(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Une requête contenant lesmoyens d’appel peut être remise,dans les délais prévus pourla déclaration d’appel, au greffedu tribunal; elle doit être signéede l’appelant ou d’un avocat inscritau barreau ou d’un fondé depouvoir spécial. Dans ce derniercas le pouvoir sera annexé à larequête.Sous la responsabilité dugreffier en chef, le dossier d’appelcontenant toutes les piècesde la procédure doit être dansles trois mois transmis au Procureurde la République.Le Procureur de la Républiquedoit, dans le mois de laréception du dossier, le transmettreau parquet général de laCour d’Appel, qui en assurel’enrôlement dans le délai dedeux mois.Article 493Les débats devant la courpeuvent avoir lieu et l’arrêt êtrerendu en dehors de la présencedes parties, dans les conditionsci-après indiquées.Les prévenus en état dedétention provisoire en dehorsde la Région du Cap-Vert, appelantsou intimés, ne sont pasadmis à comparaître et la courstatue sur pièces à leur égard, àmoins qu’elle ne juge, d’officeou sur leur requête, leur comparutionnécessaire.Dans l’un et l’autre cas, lesprévenus reçoivent notification,par voie d’huissier, de la date del’audience qui est fixée sansqu’il y ait à tenir compte desdélais de distance et ils ont la
    • faculté de se faire représenterpar un avocat ou de produire unmémoire.L’arrêt est réputé contradictoireà leur égard, mais il leur estnotifié s’ils n’ont pas été représentéspar un avocat.61
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 494(Loi n° 77-32 du 22 février1977)Le Procureur général formeson appel par déclaration augreffe de la Cour, dans le délaide trois mois à compter du jourdu prononcé du jugement. Ilnotifie cet appel aux personnescontre qui il est appelé.Article 495Pendant les délais d’appel etdurant l’instance d’appel, il estsursis à l’exécution du jugement,sous réserve des dispositionsdes articles 451, alinéas 2et 3, 458, 496 et 679.Article 496Toutefois, l’appel contre lesjugements préparatoires ouinterlocutoires, statuant sur lesincidents et exceptions, ne serareçu, même contre les jugementsrendus sur la compétence,qu’après le jugement sur lefond et en même temps quel’appel contre ledit jugement.Le greffier du tribunal dresseraprocès-verbal du refus qu’iloppose à la transcription de ladéclaration d’appel, dans tousles cas où la loi prescrit quel’appel ne sera pas reçu.Les parties sont admises à enappeler, par simple requêtedans les vingt-quatre heures,devant le Président du Tribunal,du refus du greffier, lequel seratenu de recevoir l’appel si l’injonctionlui en est faite par cemagistrat.Dans tous les cas, la partiequi aura manifesté sa volontéd’appeler d’un jugement dansles délais légaux conservera ledroit de renouveler son appelaprès la décision sur le fond.Article 497
    • L’affaire est dévolue à la Courd’Appel dans la limite fixée parl’acte d’appel et par la qualité del’appelant ainsi qu’il est dit à l’article503.SECTION Il - DE LACOMPOSITION DE LACHAMBRE DES APPELSCORRECTIONNELSArticle 498La chambre des appels correctionnelsest composée d’unprésident de chambre et dedeux conseillers.Les fonctions du ministèrepublic sont exercées par le Procureurgénéral ou par un de sesavocats généraux ou de sessubstituts: celle du greffe par ungreffier de la Cour d’Appel.Article 499Le nombre des audiencescorrectionnelles est déterminé àla fin de chaque année judiciairepour l’année suivante par l’assembléegénérale de la cour.Il peut être modifié, dans lesmêmes conditions en coursd’année, suivant les nécessités.SECTION III - DE LAPROCEDURE DEVANT LACHAMBRE DES APPELSCORRECTIONNELSArticle 500(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les règles édictées pour le tribunalrégional sont applicablesdevant la Cour d’Appel sousréserve des dispositions suivantes.Article 501(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le secrétaire général de laCour d’Appel, sous le contrôledu Premier Président:
    • -s’assure de la répartition desdossiers entre les chambrescorrectionnelles de la cour;-veille à la mise en état desprocédures, en donnant auxparties toutes injonctions qui luiparaissent opportunes;-contrôle la mise au rôle desaffaires;-prend toutes dispositionsutiles pour la prompte évacuationdes causes.L’appel est jugé à l’audiencesur le rapport oral d’unconseiller: lorsqu’il comparaît leprévenu est interrogé.Les témoins ne sont entendusque si la cour a ordonné leuraudition.Les parties en cause ont laparole dans l’ordre suivant:D’abord, les parties appelantes;Puis les parties intimées;S’il y a plusieurs parties appelantesou intimés, elles sontentendues dans l’ordre fixé parle président.Le prévenu ou son conseilaura toujours la parole le dernier.Article 502Si la cour estime que l’appelest tardif ou irrégulièrementformé, elle le déclare irrecevable.Si elle estime que l’appel,bien que recevable, n’est pasfondé, elle confirme le jugementattaqué.Dans les deux cas, ellecondamne l’appelant auxdépens, à moins que l’appeln’émane du ministère public, lesdépens étant alors laissés à lacharge du Trésor.Article 503La cour peut, sur l’appel duministère public, soit confirmerle jugement, soit l’infirmer entout ou partie dans un sens
    • favorable ou défavorable auprévenu.La cour ne peut, sur le seulappel du prévenu ou du civilementresponsable, aggraver lesort de l’appelant.Elle ne peut, sur le seul appelde la partie civile, modifier lejugement dans un sens défavorableà celle-ci.La partie civile ne peut, encause d’appel, former aucunedemande nouvelle; toutefois,elle peut demander une aug62
    • Code de Procédure PénaleSénégalaismentation des dommages etintérêts pour le préjudice souffertdepuis la décision de premièreinstance.Article 504Si le jugement est réforméparce que la cour estime qu’iln’y a ni crime, ni délit, ni contravention,ou que le fait n’est pasétabli ou qu’il n’est pas imputableau prévenu, elle renvoiecelui-ci des fins de la poursuite.Dans ce cas, si le prévenuacquitté demande des dommageset intérêts, dans lesconditions prévues à l’article459, il porte directement sademande devant la Cour d’Appel.Article 505Si le jugement est reforméparce que la cour estime que leprévenu bénéficie d’une excuseabsolutoire, elle se conformeaux dispositions de l’article 455.Article 506Si le jugement est annuléparce que la cour estime que lefait ne constitue qu’une contravention,elle prononce la peineet statue, s’il y a lieu, sur l’actioncivile.Article 507Si le jugement est annuléparce que la cour estime que lefait est de nature à entraînerune peine criminelle, la Courd’Appel se déclare incompétente.Elle renvoie le ministèrepublic à se pourvoir ainsi qu’ilavisera.Elle peut, le ministère publicentendu, décerner par la mêmedécision, mandat de dépôt oud’arrêt contre le prévenu.Article 508
    • Si le jugement est annulépour violation ou omission nonréparée de formes prescritespar la loi à peine de nullité, lacour évoque et statue sur lefond.TITRE IIIDU JUGEMENT DESCONTRAVENTIONSCHAPITRE PREMIERDE LA COMPETENCE DUTRIBUNAL DE SIMPLEPOLICEArticle 509Le tribunal de simple policeconnaît des contraventions.Sont des contraventions lesinfractions que la loi punit d’unepeine d’un mois d’emprisonnementau plus et de 20.000francs d’amende au plus ou del’une de ces deux peines seulement,qu’il y ait ou non confiscationdes choses saisies et quellequ’en soit la valeur.Sont également considéréescomme contraventions lesinfractions pour lesquelles la loidonne expressément compétenceau tribunal de simple policequelle que soit la peine encourue.Article 510La connaissance des contraventionsest attribuée exclusivementau tribunal de simple policedu ressort dans l’étendueduquel elles ont été commises.Les articles 371 à 375 sontapplicables au jugement desinfractions de la compétence dutribunal de simple police.Article 511Le tribunal de simple policeest constitué par le président dutribunal départemental et ungreffier.CHAPITRE II
    • DE L’AMENDE DECOMPOSITIONArticle 512Avant toute citation devant letribunal de simple police, le jugedudit tribunal saisi d’un procès-verbal constatant une contraventionfait informer le contrevenantde la faculté qu’il a de verser,à titre d’amende de composition,une somme qui est fixéepar le juge, conformément aumode de calcul déterminé parun décret.Article 513Si le contrevenant verse lemontant de l’amende de compositiondans les conditions etdélais prévus par ce décret, l’actionpublique est éteinte.Le payement de l’amendeimplique la reconnaissance del’infraction.Article 514La décision déterminant lemontant de l’amende de compositionn’est susceptible d’aucunrecours de la part du contrevenant.Article 515Dans le cas où l’amende decomposition n’a pas été payéedans le délai imparti, le tribunalde simple police procède et statueconformément aux dispositionsdes articles 519 et suivants.Article 516Les dispositions des articles512 et 515 ne sont pas applicablesdans les cas suivants:1. Si la contravention constatéeexpose son auteur, soit àune autre sanction qu’une sanctionpécuniaire estimée insuffisantepar le juge, soit à la réparationde dommages causésaux personnes ou aux biens;2. S’il y a eu information judiciaire;63
    • Code de Procédure PénaleSénégalais3. Si le même procès-verbalconstate à la charge d’un seulindividu plus de deux contraventions;4. Si la contravention est prévueet réprimée par un texteexcluant la procédure del’amende de composition.Article 517Dans les matières spécialementprévues par la loi, lescontraventions peuvent donnerlieu au payement immédiatd’une amende forfaitaire entreles mains de l’agent verbalisateur.En cas de refus de paiementde l’amende forfaitaire, il estprocédé conformément aux dispositionsdes articles 519 et suivants.Article 518Les dispositions de l’article517 sont inapplicables dans lescas prévus à l’article 516.CHAPITRE IIIDE LA SAISINE DUTRIBUNAL DE SIMPLEPOLICEArticle 519Le tribunal de simple policeest saisi des infractions de sacompétence soit par le renvoiqui lui en est fait par la juridictiond’instruction, soit par lacomparution volontaire des parties,soit par la citation délivréedirectement au prévenu et à lapersonne civilement responsablede l’infraction.Article 520L’avertissement dispense decitation s’il est suivi de la comparutionvolontaire de la personneà laquelle il est adressé.Article 521
    • Les articles 378 à 380 sontapplicables à la procéduredevant le tribunal de simple police.CHAPITRE IVDE L’INSTRUCTIONDEFINITIVE DEVANT LETRIBUNAL DE SIMPLEPOLICEArticle 522(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Avant le jour de l’audience, leprésident peut, sur la requête duministère public ou de la partiecivile, estimer ou faire estimerles dommages, dresser ou fairedresser les procès-verbaux,faire ou ordonner tous actesrequérant célérité, notammenten ce qui concerne les mesuresconservatoires prévues à l’article87 bis.Article 523Les dispositions des articles388 à 394 sont applicables à laprocédure devant le tribunal desimple police.Toutefois, les sanctions prévuespar l’article 390, alinéa 2,ne peuvent être prononcées quepar le tribunal correctionnel,saisi par le ministère public, auvu du procès-verbal dressé parle Président du tribunal desimple police relatant l’incident.Article 524Sont également applicablesles règles édictées par lesarticles 405 à 413 concernant laconstitution de partie civile; parles articles 414 à 443 relatifs àl’administration de la preuve,sous réserve de ce qui est dit àl’article 525; par les articles 445à 448 concernant la discussionpar les parties; par l’article 449relatif au jugement.Article 525Les contraventions sont prouvéespar procès-verbaux ou
    • rapports, et par témoins.Sauf dans les cas où la loidispose autrement, les procès-verbaux ou rapports établis parles officiers et agents de policejudiciaire, ou les fonctionnairesou agents chargés de certainesfonctions de police judiciaireauxquels la loi a attribué le pouvoirde constater les contraventions,font foi jusqu’à preuvecontraire.La preuve contraire ne peutêtre rapportée que par écrit oupar témoins.Article 526S’il y a lieu à supplément d’information,il y est procédé par lejuge du tribunal de police,conformément aux articles 105à 109.Les dispositions de l’article450, alinéas 3 et 4 sont applicables.Article 527(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si le tribunal de simple policeestime que le fait constitue unecontravention, il prononce lapeine.Il statue s’il y a lieu sur l’actioncivile, conformément aux dispositionsde l’article 451.Article 528Si le tribunal de simple policeestime que le fait constitue uncrime ou un délit, il se déclareincompétent. Il renvoie le ministèrepublic à se pourvoir ainsiqu’il avisera.Article 529Si le tribunal de simple policeestime que le fait ne constitueaucune infraction à la loi pénale,ou que le fait n’est pas établi, ouqu’il n’est pas imputable au prévenu,il prononce la relaxe decelui-ci.La partie civile, dans le cas de
    • relaxe, peut demander répara64
    • Code de Procédure PénaleSénégalaistion du dommage résultant de lafaute du prévenu telle qu’elledécoule des faits qui sont l’objetde la prévention.Article 530Si le prévenu bénéficie d’uneexcuse absolutoire, le tribunalde simple police prononce sonabsolution et statue s’il y a lieusur l’action civile ainsi qu’il estdit à l’article 527.Article 531Sont applicables à la procéduredevant le tribunal de simplepolice les articles 460 à 473concernant les frais de justice etdépens, la restitution des objetsplacés sous main de justice et laforme des jugements.CHAPITRE VDU JUGEMENT PARDEFAUT ET DEL’OPPOSITIONArticle 532Sont applicables devant le tribunalde simple police les dispositionsdes articles 496 et 398à 402 relatives à la comparutionet à la représentation du prévenuet de la personne civilementresponsable.Toutefois, lorsque la contraventionpoursuivie n’est passibleque d’une peine d’amende, leprévenu peut se faire représenterpar un avocat ou par unfondé de procuration spécial.Article 533Sont également applicablesles dispositions des articles 474et 475, relatives aux jugementspar défaut, et 476 à 482 relativesà l’opposition.CHAPITRE VI
    • DE L’APPEL DESJUGEMENTS DE SIMPLEPOLICEArticle 534(Loi n° 66-18 du 1er février1966)La faculté d’appeler appartientau prévenu et à la personnecivilement responsable, lorsquele jugement prononce une peined’emprisonnement ou une peined’amende supérieure à 5.000francs.Lorsque les dommages etintérêts ont été alloués, la facultéd’appeler appartient égalementau prévenu et à la personnecivilement responsable.Cette faculté appartient danstous les cas à la partie civilequant à ses intérêts civils seulement.Dans les affaires poursuiviesà la requête de l’administrationdes eaux et forêt, l’appel esttoujours possible de la part detoutes les parties quelles quesoient la nature et l’importancedes condamnations.Le Procureur général et leProcureur de la Républiquepeuvent faire appel de tous lesjugements rendus en matière desimple police.Article 535(Loi n° 85-25 du 27 février1985)L’appel des jugements desimple police rendus par les tribunauxdépartementaux estporté devant le tribunal régional.L’appel des jugements desimple police rendus par les tribunauxrégionaux est porté à laCour d’Appel.Cet appel est interjeté dansles délais prévus par les articles485 et 488.L’appel est suivi et jugé dansla même forme que les appels
    • des jugements correctionnels.Les articles 490 et 492 sontapplicables à l’appel des jugementsde simple police.Article 536(Loi n° 77-32 du 22 février1977)Le Procureur général formeson appel par déclaration augreffe de la cour dans le délaide trois mois à compter du jourdu prononcé du jugement. Ilnotifie cet appel aux personnescontre qui il est appelé.Article 537Les dispositions des articles495 à 508 sont applicables auxjugements rendus par les tribunauxde simple police.TITRE IVDES CITATIONS ETSIGNIFICATIONSArticle 538Les citations et significations,sauf disposition contraire deslois ou décrets, sont faites parexploits d’huissier.Les notifications sont faitespar voie administrative.L’huissier ne peut instrumenterpour lui-même, pour sonconjoint, pour ses parents etalliés, et ceux de son conjoint,en ligne directe à l’infini, ni pourses parents et alliés collatéraux,jusqu’au degré de cousin issude germain inclusivement.Article 539(Loi n° 77-32 du 22 février1977)La citation est délivrée à larequête du ministère public oudu président du tribunal départementalinvesti des pouvoirs duProcureur de la République, dela partie civile, et de toute administrationqui y est légalementhabilitée. L’huissier doit référer
    • sans délai à leur réquisition.La citation énonce le fait poursuiviet vise le texte de loi qui leréprime.65
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisElle indique le tribunal saisi, lelieu, l’heure et la date de l’audienceet précise la qualité deprévenu, de civilement responsable,ou de témoin de la personnecitée.Si elle est délivrée à la requêtede la partie civile, elle mentionneles prénoms, nom, professionet domicile réel ou élude celle-ci.La citation délivrée à untémoin doit en outre mentionnerque la non-comparution, le refusde témoigner et le faux témoignagesont punis par la loi.La personne qui reçoit copiede l’exploit doit signer l’original:si elle ne veut ou ne peut signer,mention en est faite par l’huissier.La citation délivrée à la partiecivile contiendra interpellationde l’huissier sur le montant desdommages-intérêts que cettepartie civile réclame et invitationà fournir les pièces justificativesde son action. L’huissier fournittoutes indications utiles sur laprocédure.Article 540Le délai entre le jour où lacitation est délivrée et le jourfixé pour la comparution devantle tribunal correctionnel ou desimple police est d’au moins:-Trois jours si la partie citéeréside au siège du tribunal.-Huit jours si elle réside dansun ressort du tribunal;-Quinze jours si elle résidedans un ressort limitrophe;-Un mois si elle réside dansun autre ressort du territoire dela République;-Deux mois, si elle réside enEurope, en Amérique à Madagascaret à la Réunion;-Trois mois, si elle réside enAmérique;-Quatre mois dans tous les
    • autres cas.Article 541Si les délais prescrits à l’articleprécédant n’ont pas étéobservés, les règles suivantessont applicables:1. Dans le cas où la partiecitée ne se présente pas, la citationdoit être déclarée nulle parle tribunal;2. Dans le cas où la partiecitée se présente, la citationn’est pas nulle, mais le tribunalpeut, sur la demande de la partiecitée, ordonner le renvoi àune audience ultérieure.Cette demande doit être présentéeavant toute défense aufond, ainsi qu’il est dit à l’article373.Article 542(Loi n° 85-25 du 27 février1985)La signification des décisions,dans les cas où elle est nécessaire,est effectuée à la requêtedu ministère public, ou du présidentdu tribunal départementalexerçant les fonctions de ministèrepublic ou de la partie civile.L’exploit contient la désignationdu requérant, la date, lesprénoms, nom et adresse del’huissier, ainsi que les prénoms,nom et adresse du destinataire.La personne qui reçoit copiede l’exploit doit signer l’original;si elle ne veut ou ne peut signer,mention en est faite par l’huissier.Article 543Lorsque l’huissier trouve, audomicile indiqué dans l’exploit lapersonne qu’il concerne, il lui enremet une copie.Article 544Si cette personne est absentede son domicile, l’huissier interpellela personne présente auditdomicile sur ses prénoms, nomet qualité ainsi que sur la duréede l’absence de l’intéressé et
    • sur l’adresse à laquelle celui-cipeut être trouvé.Si cette adresse est comprisedans un lieu pour lequel l’huissiera compétence, il se transporteà cette adresse et remet lacopie de l’exploit à la personne,ainsi qu’il est dit à l’article 543.Article 545Si l’adresse à laquelle l’intéressépeut se trouver est situéedans un lieu hors de la compétencede l’huissier, comme dansle cas où la personne présenteau domicile déclare ne pasconnaître l’adresse où peut êtretouché l’intéressé, la copie del’exploit est remise à la personneprésente au domicile.Il en est de même dans le casvisé à l’article 544 si l’intéressén’est pas trouvé à l’adresse quiavait été indiquée à l’huissier.Dans ces hypothèses, l’huissieravise sans délai de cetteremise la partie que l’exploitconcerne, par lettre recommandéeavec accusé de réception;lorsqu’il résulte de l’accusé deréception que l’intéressé a euconnaissance de l’avis de l’huissier,l’exploit remis au domicileproduit les mêmes effets que s’ilavait été délivré à personne.Article 546Si l’huissier ne trouve aucunepersonne au domicile de l’intéressé,il remet la copie de l’exploità la mairie, au maire, ou àdéfaut, à un adjoint ou à unconseiller municipal délégué, ouau secrétaire de mairie ou auchef de la circonscription administrative.Il avise sans délai de cetteremise la partie que l’exploitconcerne, par lettre recommandéeavec accusé de réception,en l’informant qu’elle doit retirerla copie de l’exploit à l’adresseindiquée, dans les moindresdélais. Lorsqu’il résulte de l’accuséde réception que l’intéresséa eu connaissance de l’avisde l’huissier, l’exploit remis à lamairie ou au chef de la circonscription
    • administrative produitles mêmes effets que s’il avaitété délivré à personne.Article 547(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Si la personne visée par l’exploitest sans domicile ou rési66
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisdence connue, l’huissier remetune copie de l’exploit au parquet,au Procureur de la République,à son substitut ou à sondélégué, ou au président du tribunaldépartemental exerçantles fonctions du ministèrepublic.Article 548Lorsqu’il n’est pas établi quel’intéressé à reçu la lettrerecommandée qui lui a étéadressée par l’huissier, conformémentaux dispositions desarticles 545 et 546, ou lorsquel’exploit a été délivré au parquet,un officier de police judiciairepeut être requis par le Procureurde la République à l’effet deprocéder à des recherches envue de découvrir l’adresse del’intéressé. En cas de découvertede ce dernier, l’officier depolice judiciaire lui donneconnaissance de l’exploit, quiproduit les mêmes effets que s’ilavait été délivré à personne,sans que la personne citée puissese prévaloir de la nullitérésultant de l’inobservation desdélais prévus à l’article 540.Dans tous les cas, l’officier depolice judiciaire dresse procès-verbal de ses recherches et letransmet sans délai au Procureurde la République.Article 549Dans les cas prévus auxarticles 545 et 546, la copie estdélivrée sous enveloppe ferméene portant d’autres indications,d’un côté que les prénoms,nom, adresse de l’intéressé, etde l’autre que le cachet de l’étuded’huissier apposé sur la fermeturedu pli.Article 550(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Ceux qui habitent à l’étranger
    • sont cités selon les cas au parquetdu Procureur de la Républiqueprès le tribunal départementalsaisi.Le Procureur de la Républiqueou son délégué, ou leprésident du tribunal départementalexerçant les fonctions deministère public, vise l’original etenvoie la copie au Ministère dela Justice ou à toute autoritédéterminée par les conventionsinternationales.Article 551Dans tous les cas, l’huissierdoit mentionner sur l’original del’exploit, et sous forme de pro-cès-verbal, ses diligences ainsique les réponses qui ont étéfaites à ses différentes interpellations.Le Procureur de la Républiquepeut prescrire à l’huissierde nouvelles recherches, s’ilestime incomplètes celles quiont été effectuées.L’original de l’exploit doit êtrerenvoyé à la personne à larequête de qui il a été délivré,dans les quarante-huit heures.En outre, si l’exploit a été délivréà la requête du Procureur dela République, une copie del’exploit doit être jointe à l’original.Article 552Les huissiers sont tenus demettre, à la fin de l’original et dela copie de l’exploit, le coût decelui-ci à peine d’une amendecivile de 1.000 à 10.000 francs;cette amende est prononcée parle président de la juridiction saisiede l’affaire.Article 553La nullité d’un exploit ne peutêtre prononcée que lorsqu’elle aeu pour effet de porter atteinteaux intérêts de la personnequ’elle concerne, sous réserve,pour les délais de citation, desdispositions de l’article 541,2°.
    • Article 554Si un exploit est déclaré nulpar le fait de l’huissier, celui-cipeut être condamné aux frais del’exploit et de la procédureannulée, et éventuellement àdes dommages et intérêtsenvers la partie à laquelle il estporté préjudice.La juridiction qui déclare lanullité a compétence pour prononcerces condamnations.Article 555Tout huissier, fonctionnairehuissier ou huissier «ad hoc»qui a sciemment porté des mentionsinexactes dans lesexploits, est puni d’un emprisonnementde six mois à deux anset d’une amende de 20.000 à100.000 francs, ou de l’une deses deux peines seulement,sans préjudice des peines dufaux en écritures publiques, lecas échéant.LIVRE IIIDES VOIES DE RECOURSEXTRAORDINAIRESTITRE UNIQUEDU POURVOI ENCASSATION ET DESDEMANDES EN REVISIONArticle 556Le pourvoi en cassation estouvert dans cas et selon la procédureprévue par la loi organiquesur la Cour suprême.Article 557En matière criminelle, l’arrêtde renvoi de la chambre d’accusation,devenu définitif, fixe lacompétence de la Cour d’assiseset couvre, s’il en existe,les vices de la procédure antérieure.Article 558Lorsque la chambre d’accusationest saisie d’une procédured’instruction, tous moyens pris
    • de nullité de l’information doi67
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisvent être proposés. Faute dequoi, ils ne peuvent plus l’êtreultérieurement.Article 559En matière criminelle et dansle cas où l’accusé a étécondamné. Si l’arrêt a prononcéune peine autre que celle appliquéepar la loi à la nature ducrime, l’annulation de l’arrêtpourra être poursuivie tant parle ministère public que par lapartie condamnée.Article 560La même action appartient auministère public contre les arrêtsd’acquittement mentionnés àl’article 338 si la décision a étéprononcée sur la base de lanon-existence d’une loi pénalequi pourtant aurait existé.Article 561Lorsque la peine prononcéeest la même que celle portéepar la loi qui s’applique à l’infraction,nul ne peut demanderl’annulation de l’arrêt sous leprétexte qu’il y aurait erreurdans la citation du texte de laloi.Article 562En matière correctionnelle, leprévenu n’est pas recevable àprésenter comme moyen decassation les nullités commisesen première instance s’il ne lesa pas opposées devant la Courd’Appel, à l’exception de la nullitépour cause d’incompétencelorsqu’il y a eu appel du ministèrepublic.Article 563Nul ne peut, en aucun cas, seprévaloir contre la partie poursuiviede la violation ou omissiondes règles établies pourassurer la défense de celui-ci.
    • Article 564Les demandes en révisionsont réglées selon la procédureprévue dans la loi organique surla Cour suprême.LIVRE IVDE QUELQUESPROCEDURESPARTICULIERESTITRE PREMIERDE L’ENFANCEDELINQUANTE ET ENDANGERArticle 565Aucune mesure ne peut êtreprise concernant un délinquantmineur de dix-huit ans ou unmineur de vingt-et-un ans setrouvant en danger, si ce n’estdans les formes déterminées ci-après.CHAPITRE PREMIERDES MINEURSDELINQUANTSSECTION PREMIERE DISPOSITIONSGENERALESArticle 566Les mineurs de dix-huit ansauxquels est imputée uneinfraction qualifiée crime ou délitne sont pas déférés aux juridictionspénales de droit communet ne sont justiciables que destribunaux pour enfants. Lorsqueseule l’année de naissance dumineur est connue, il est présuméné le 31 décembre de laditeannée.Article 567Le tribunal pour enfants prononce,suivant les cas, lesmesures de protection, d’assistance,de surveillance et d’éducation qui semblent appropriées.
    • Il peut cependant, lorsque lescirconstances et la personnalitédu délinquant lui paraissentl’exiger, prononcer à l’égard dumineur âgé de plus de treizeans, une condamnation pénaleconformément aux dispositionsdes articles 52 et 53 du Codepénal.Ces mesures et condamnationssont toujours susceptiblesd’être modifiées dans les conditionsdéterminées ci-après.Article 568Est compétent le tribunal pourenfants du lieu de l’infraction dela résidence du mineur, de cellede ses parents ou tuteur, du lieuoù le mineur a été trouvé, dulieu où il a été placé soit à titreprovisoire, soit à titre définitif.Article 569(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le tribunal pour enfants estinstitué auprès de chaque tribunalrégional. Sa compétences’étend au territoire de la région.Il est présidé par le magistratspécialement désigné, parordonnance du président du tribunalrégional, pour juger lesmineurs.Au niveau de chaque tribunalrégional, un juge d’instructionest spécialement désigné parordonnance du président du tribunalrégional pour instruire lesaffaires concernant les mineurs.Article 570(Loi n° 99-88 du 3 sept. 1999)Le Procureur de la Républiquepeut décider de l’ouvertureou non d’une informationselon la gravité de l’affaire, et lapersonnalité du délinquantmineur.A tout stade de la procédure,le Procureur de la Républiquepeut saisir le Président du Tribunalpour enfants aux fins deprendre toutes mesures nécessaires
    • au règlement de l’affaire.68
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisAu niveau de chaque Tribunalrégional un substitut est, cumulativementavec ses fonctions,chargé des poursuites et durèglement des affaires concernantles mineurs.Lorsqu’il est recouru à lamédiation pénale à la suite defaits reprochés à un mineur, lamédiation pénale sera dans lamesure du possible, confiée àun service ou un médiateurpénal spécialement qualifié pourles problèmes de jeunesse.Lorsque le mineur déjà jugédans depuis moins d’un an,commet un délit dans le ressortdu même Tribunal, le Procureurde la République, en joignantl’enquête sur les faits nouveauxau dossier de la procédure précédente,peut saisir directementle Président du Tribunal pourenfants par simple requête. Cemagistrat peut prendre à l’égarddu mineur toutes mesures quilui semblent provisoirementutiles jusqu’à ce que l’affairevienne à l’audience du Tribunalpour enfants sans informationpréalable.Article 571L’action civile peut être portéedevant le juge d’instruction etdevant le tribunal pour enfants.Lorsqu’un ou plusieursmineurs de dix-huit ans sontimpliqués dans la même causequ’un ou plusieurs majeurs, l’actioncivile contre tous les responsablespeut être portéedevant le tribunal correctionnelou devant la Cour d’assises. Ence cas les mineurs ne comparaissentpas à l’audience maisseulement leurs représentantslégaux. A défaut de choix d’undéfenseur par le mineur ou parson représentant légal, il lui enest désigné un d’office. S’il n’apas encore été statué sur la culpabilitédes mineurs, le tribunalcorrectionnel ou la Cour d’assises
    • peuvent surseoir à statuersur l’action civile bien qu’ilsaient décidé de la culpabilitédes prévenus ou accusésmajeurs.SECTION Il - DE LAPROCEDUREArticle 572(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le Procureur de la Républiqueprès le siège du tribunalpour enfants est chargé de lapoursuite des crimes et délitscommis par les mineurs de dixhuit ans. Dans le cas d’infractiondont la poursuite est réservéed’après les lois en vigueur auxadministrations publiques, leProcureur de la République aseul qualité pour exercer lapoursuite sur plainte préalablede l’administration intéressée.Pour les infractions commisespar un mineur, délinquant primaire,le Procureur de la Républiquepeut, avec l’accord de lapartie civile, s’il en existe une,adresser des admonestations àl’intéressé ou à sa famille sansengager de poursuites contrelui.Toutefois, le président du tribunaldépartemental exerçantles fonctions de ministère publicprocède à tous les actesurgents de poursuites et d’informationà charge par lui d’endonner immédiatement avis auProcureur de la République etde se dessaisir de la poursuitedans le plus bref délai. Il peutgarder le mineur à sa dispositionjusqu’à délivrance du mandatde dépôt qu’il doit alorsdemander télégraphiquementau juge d’instruction compétent.Lorsqu’un mineur de dix huitans est impliqué dans la mêmecause qu’un ou plusieursmajeurs de dix huit ans, il estprocédé, conformément aux dispositionsdes alinéas précédents,aux actes urgents depoursuite et d’information. Si leProcureur de la République
    • poursuit des majeurs de dix huitans en flagrant délit ou par voiede citation directe, il constitueun dossier spécial concernant lemineur et le transmet au magistratinstructeur compétent. Siune information a été ouverte aucours de laquelle il apparaît quedes mineurs de dix huit ans sonten cause en même temps quedes majeurs, le juge d’instruction,outre les copies prévues àl’article 73, établit un dossierspécial en ce qui concerne lemineur et se dessaisit de touteprocédure au profit du juged’instruction chargé des affairesde mineurs auprès du tribunalrégional.Article 573Le juge d’instruction spécialementchargé des affaires demineurs effectue toutes diligenceset investigations utilespour parvenir à la manifestationde la vérité et à la connaissancede la personnalité du mineur,ainsi que des moyens appropriésà sa rééducation.A cet effet, il procède dans lesformes ordinaires.Il recueille par une enquêtesociale des renseignements surla situation matérielle et moralede la famille, sur le caractère etles antécédents du mineur, sursa fréquentation scolaire, sonattitude à l’école, sur les conditionsdans lesquelles il a vécuou a été élevé.Lorsqu’il n’existe pas un servicespécialement organisé à ceteffet auprès du tribunal, il peutdésigner pour effectuer laditeenquête toute personne qui luisemble qualifiée en qualité d’expert,les frais de l’enquête étantalors réglés comme frais de justicecriminelle.Le magistrat instructeurordonne un examen médical et,s’il y a lieu, un examen médicopsychologique.Il décide le caséchéant le placement du mineurdans un centre d’accueil oudans un centre d’observation.Toutefois, il peut, dans l’intérêt
    • du mineur, n’ordonner aucunede ces mesures ou ne prescrireque l’une d’entre elles. Dans cecas, il rend une ordonnancemotivée.69
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 574Lorsque l’instruction est achevée,le juge d’instruction spécialementchargé des mineursrend, suivant les circonstances,soit une ordonnance de renvoidevant le tribunal pour enfantsdu mineur de 18 ans, prévenude délit ou accusé de crime,soit, en cas de disqualification,une ordonnance de renvoidevant le tribunal de simple policecompétent, soit une ordonnancede non-lieu.Dans ce dernier cas, il peutsoit admonester le mineur, soit,s’il l’estime utile, le remettre àses parents, à son tuteur, à lapersonne qui en avait la gardeou à une personne digne deconfiance, en prescrivant qu’ilsera placé jusqu’à un âge qui nepourra excéder 21 ans accomplissous le régime de la libertésurveillée.Il procède, le cas échéant,selon les règles de droit communà l’égard des coïnculpésmajeurs.Article 575Le juge d’instruction prévientdes poursuites les parents,tuteurs, ou gardiens connus. Adéfaut de choix d’un défenseurpar le mineur ou son représentant,il fait désigner par le bâtonnierou son délégué un défenseurd’office.Le juge d’instruction peutconfier provisoirement lemineur:1. A ses parents, à son tuteurou à la personne qui en avait lagarde ainsi qu’à une personnedigne de confiance;2. A un centre d’accueil ouune section d’accueil d’une institutionpublique ou privée habilitéeà cet effet;3. A un établissement hospitalier;4. A un établissement ou à
    • une institution de formation professionnelleou de soins del’Etat, d’une administrationpublique ou d’une oeuvre privéehabilitée et agréée.La garde provisoire peut, lecas échéant, être exercée sousle régime de la liberté surveillée.La mesure de garde est toujoursrévocable. Elle est exécutoirepar provision.Lorsque la mesure de gardeentraîne des frais, le juge d’instructionpeut, par l’ordonnanceprescrivant la mesure, indiquerquelle part en sera supportéepar la personne responsable dumineur. Si cette personne exerceune profession ou un emploipublic, le simple avis donné del’ordonnance par le magistratinstructeur à l’employeur ou àl’organisme payeur permettrapaiement direct par celui-ci auprofit de la personne ou de l’organismehabilité de la part defrais ainsi précisée, en l’acquitdu responsable, jusqu’à l’avisde la rétraction de la mesure.Article 576Le mineur âgé de plus de 13ans ne peut être placé provisoirementdans une maison d’arrêtpar le juge d’instruction que sicette mesure parait indispensableou encore s’il est impossiblede prendre toute autre disposition.Dans ce cas le mineurest retenu dans un quartier spécialou, à défaut, dans un localspécial; il est autant que possiblesoumis à l’isolement denuit.Le juge d’instruction ne peutprendre une telle mesure àl’égard d’un mineur de 13 ansque par ordonnance motivée ets’il y a prévention de crime pourappel.SECTION III - DUTRIBUNAL POURENFANTSArticle 577Le tribunal pour enfants estprésidé par un magistrat du
    • siège désigné par le présidentdu tribunal. Il peut s’adjoindre,comme assesseurs ayant voixconsultative, la personne ayantdiligenté l’enquête sociale, lereprésentant du centre d’observationayant rédigé le rapportversé au dossier et toute personnequalifiée.Article 578Le tribunal pour enfants statueaprès avoir entendu lemineur, les témoins, les parents,le tuteur ou le gardien, le ministèrepublic et le défenseur. Ilpeut entendre à titre de simplerenseignement les co-auteursou complices majeurs.Il peut, si l’intérêt du mineurl’exige, dispenser ce dernier decomparaître à l’audience. Dansce cas le mineur est représentépar un avocat et par son père,sa mère ou son tuteur s’ils sontprésents. La décision est réputéecontradictoire.Article 579Chaque affaire est jugéeséparément en l’absence detous autres prévenus.Seuls sont admis à assisteraux débats les témoins de l’affaire,les proches parents, letuteur ou le représentant légaldu mineur, les membres du barreau,les représentants des servicesou institutions s’occupantdes enfants, les délégués à laliberté surveillée.Le président peut à toutmoment ordonner que le mineurse retire pendant tout ou partiede la suite des débats.Le jugement est rendu enaudience non publique, en laprésence du mineur, sous réservedes dispositions du paragraphe2 de l’article précédent.Est interdite la publication partous moyens du compte rendudes débats, du jugement et detoutes indications concernantl’identité et la personnalité desmineurs délinquants.
    • Les infractions à cette dispositionsont punies d’une amendede 20.000 à 50.000 francs etd’un emprisonnement de 2 moisà 2 ans.70
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 580Si la prévention est établie àl’égard du mineur de 13 ans, letribunal pour enfants prononcepar décision motivée l’une desmesures suivantes:1. Remise à ses parents, àson tuteur, à la personne qui enavait la garde ou à une personnedigne de confiance;2. Placement dans une institutionou un établissement publicou privé d’éducation ou de formationprofessionnelle habilité;3. Placement dans un établissementmédical ou médicopédagogiquehabilité;4. Placement dans un internatapproprié aux mineurs délinquantsd’âge scolaire.Article 581Si la prévention est établie àl’égard d’un mineur âgé de plusde 13 ans, le tribunal pourenfants prononce par décisionmotivée l’une des mesures suivantes:1. Remise à ses parents, àson tuteur, à la personne qui enavait la garde ou à une personnedigne de confiance;2. Placement dans une institutionou un établissement publicou privé d’éducation ou de formationprofessionnelle habilité ;3. Placement dans un établissementmédical ou médicopédagogiquehabilité;4. Placement dans une institutionpublique d’éducation surveilléeou d’éducation corrective.Article 582Dans tous les cas prévus auxarticles 580 et 581 ci-dessus,les mesures sont prononcéespour le nombre d’années que ladécision détermine et qui nepeut excéder l’époque où lemineur aura atteint l’âge de 21ans accomplis.Article 583
    • Si la prévention est établie àl’égard d’un mineur âgé de plusde 13 ans, celui-ci peut fairel’objet d’une condamnationpénale conformément à l’article567.Article 584Lorsque l’une des mesuresprévues aux articles 580 et 581ci-dessus ou une condamnationpénale est décidée, le mineurpeut en outre être placé, jusqu’àun âge qui ne pourra excéder21 ans révolus, sous le régimede la liberté surveillée.Le tribunal pour enfants peut,avant de se prononcer sur lefond, ordonner la mise en libertésurveillée à titre provisoire,assortie ou non de l’une desmesures visées aux articles 580et 581 en vue de statuer aprèsune ou plusieurs périodesd’épreuves dont il fixe la durée.Dans le cas où l’une desmesures ci-dessus indiquéesentraînerait des frais, le tribunalpour enfants peut indiquer quellepart en sera supportée par lapersonne responsable dumineur. Si cette personne exerceune profession ou un emploipublic le simple avis donné dujugement par le président du tribunalà l’employeur ou à l’organismepayeur vaudra saisie-arrêt et permettra paiementdirect par celui-ci au profit de lapersonne ou de l’organismehabilité de la part de frais ainsiprécisée, en l’acquit du responsable,jusqu’à l’avis donné de larétraction de la mesure.Article 585(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les contraventions commisespar les mineurs de 18 ans sontdéférées aux tribunaux départementauxdans les conditions dedroit commun.Toutefois, lorsqu’un mineur de13 ans a été reconnu coupabled’une contravention, il ne peutfaire l’objet que d’une admonestation.
    • Lorsqu’il a plus de treize anset moins de dix huit ans, il estpassible des mêmes peinesqu’un majeur, à moins que le tribunalde simple police n’estimesuffisant de lui adresser unesimple admonestation. Dans cedernier cas, s’il croit qu’unemesure de surveillance est utilea l’intérêt du mineur, le présidentdu tribunal départementaltransmet le dossier au présidentdu tribunal pour enfants, qui a lafaculté de placer le mineur sousle régime de la liberté surveillée,après avis du Procureur deRépublique. Dans tous les casles débats ont lieu, et le jugementest prononcé en Chambredu Conseil. Il est également statué,sur l’action civile enChambre du Conseil, mêmelorsqu’elle est exercée contreles personnes civilement responsablesdu mineur.Article 586Le tribunal pour enfants peut,dans tous les cas, ordonnerl’exécution provisoire de sadécision nonobstant oppositionou appel.Article 587L’un des conseillers choisispour composer la Chambred’accusation est désigné par lePremier Président de la Courd’appel en qualité de conseillerdélégué à la protection de l’enfance.Le conseiller délégué à la protectionde l’enfance préside lachambre spéciale de la Courd’appel chargée des affairesdes mineurs ou y exerce lesfonctions de rapporteur. Il peutprendre en cause d’appel, parprovision, jusqu’à ce qu’interviennel’arrêt de la cour, toutesmesures nécessaires, à l’effetde s’assurer de la personne dumineur et décider notammentq’u’il sera conduit et retenu à lamaison d’arrêt dans les conditionsprévues à l’article 576.Article 588
    • Les règles sur le défaut etl’opposition sont applicables auxjugements du tribunal pourenfants.71
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisL’appel est jugé par unechambre spéciale de la Courd’appel, dans les mêmes conditionsqu’en première instance.Le droit d’opposition, d’appelou de recours en cassation peutêtre exercé soit par le mineur,soit par son représentant légal .SECTION IV - DE LALIBERTE SURVEILLEE ETDE L’ACTION EDUCATIVEEN MILIEU OUVERTArticle 589(Loi n° 79-39 du 11 avril 1979)La surveillance des mineursplacés sous le régime de laliberté surveillée et l’action éducativeexercée sur eux, leurfamille ou la personne investiede leur garde sont assurées,sous l’autorité du président dutribunal pour enfants et sous lecontrôle du conseiller délégué àla protection de l’enfance, parun service d’observation, d’éducationou de rééducation enmilieu ouvert dénommé Serviced’Action éducative en Milieuouvert (A.E.M.O.).Dans les tribunaux où n’existepas un tel service, ces tâchessont assurées, sous la directiondu président du tribunal pourenfants, par des délégués à laliberté surveillée, choisis en raisonde leurs aptitudes particulièreset de leur honorabilité.Dans chaque affaire, le déléguéest désigné par la décisionplaçant le mineur sous le régimede la liberté surveillée.Les frais de transport assuméspour la surveillance et l’actionéducative sont payéscomme frais de justice criminelle.Article 590
    • Dans tous les cas où le régimede la liberté surveillée estdécidé, le mineur, ses parents,son tuteur, la personne qui en ala garde sont avertis du caractèreet de l’objet de cette mesureet des obligations qu’elle comporte.Le délégué visite le mineur enliberté surveillée aussi souventqu’il est nécessaire et fournitdes rapports sur sa conduite auprésident de la juridiction qui aordonné la mesure, notammenten cas de mauvaise conduite,de péril moral du mineur, d’entravesystématique à la surveillanceet lorsqu’une modificationde placement ou de gardelui paraît utile.En cas de décès, de maladiegrave, de changement de résidenceou d’absence non autoriséedu mineur, les parents,tuteur, gardien ou patron doiventsans retard en informer ledélégué.Si un incident à la liberté surveilléerévèle un défaut de surveillancecaractérisé de la partdes parents ou du tuteur ou dugardien, ou des entraves systématiquesà l’exercice de la missiondu délégué, le tribunal pourenfants, après simple avis àcomparaître délivré par lessoins du Procureur de la République,peut condamner lesparents ou le tuteur ou gardienà une amende de 20.000 à30.000 francs et à un emprisonnementde deux mois au plusou à l’une de ces deux peinesseulement.Le tribunal peut déléguer sespouvoirs en matière de libertésurveillée soit au tribunal pourenfants du domicile de la personneà laquelle le mineur a étéconfié, soit à celui dans le ressortduquel le mineur se trouveplacé.Article 591(Loi n° 79-39 du 11 avril 1979)Les mesures de protection,d’assistance, de surveillance,
    • d’éducation ou de réformesordonnées à l’égard d’un mineuret les peines prononcées contrelui peuvent être révisées à toutmoment par le tribunal pourenfants qui en a décidé.Lorsque l’une des mesuresprévues aux articles 580 et 581s’avère inopérante en raison dela mauvaise conduite opiniâtre,de l’indiscipline constante ou ducomportement dangereux dumineur, le tribunal peut prononcerune condamnation pénaleen application de l’article 567, sile mineur avait plus de 13 ansau moment des faits ayantentraîné poursuite. Dans le casoù le mineur ayant fait l’objetd’une condamnation pénalemanifeste par son comportementen cours de peine qu’ilserait susceptible de tirer profitd’une simple mesure de rééducationou de surveillance, le tribunalpeut rapporter la condamnationet prononcer la mesurequi lui paraît la plus opportunedans les conditions prévues auxarticles 580 et 581.Ces mesures peuvent êtreprises, soit d’office par le tribunal,soit à la requête du ministèrepublic ou des éducateursspécialisés ou assistantssociaux chargés de la surveillanceet de l’action éducativesur le mineur, soit sur la demandedu mineur, de ses parents,de son tuteur, de la personnequi en a la garde ou du déléguéà la liberté surveillée.Toutefois, les parents, letuteur ou le mineur lui-même nepeuvent former une demandede remise ou de restitution degarde que lorsqu’une année aumoins s’est écoulée depuisl’exécution d’une décision plaçantle mineur hors de sa familleet s’il est justifié de l’amendementde l’enfant et de l’aptitudede la famille à assurer son éducation.En cas de rejet, la mêmedemande ne peut être renouveléequ’après l’expiration du délaid’un an.Article 592
    • Le président du tribunal pourenfant peut, s’il y a lieu, ordonnertoutes mesures nécessairesà l’effet de s’assurer de la personnedu mineur. Il peut parordonnance motivée déciderque le mineur soit conduit et72
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisretenu à la maison d’arrêt dansles conditions prévues à l’article576. Le mineur doit, en ce cas,comparaître dans le plus brefdélai devant le tribunal pourenfants à la diligence du Procureurde la République.CHAPITRE IIDE L’ENFANCE ENDANGERArticle 593Dans tous les cas de délits oude crimes commis sur lesmineurs de 21 ans, ou si cesmineurs sont en danger moralou matériel, le magistrat instructeurou le président de la juridictionjugeant la cause peut, s’ill’estime utile, le ministère publicentendu, s’il est représenté,ordonner que la garde dumineur soit provisoirementconfiée à un parent, à une personneou à une institution qu’ildésigne. Il informe aussitôt leprésident du tribunal pourenfants du ressort de la mesureprise.Article 594Les mineurs de 21 ans dont lasanté, la sécurité, la moralité oul’éducation sont compromises,peuvent faire l’objet de mesuresd’assistance éducative dans lesconditions suivantes.Article 595(Loi n° 79-39 du 11 avril 1979)Le président du tribunal pourenfants du domicile ou de larésidence du mineur, de sesparents ou du gardien, ou de lapersonne chez laquelle il a ététrouvé, est saisi par une requêtedu père, de la mère, de la personneinvestie ou non du droitde garde, du mineur lui-mêmeou du Procureur de la République.La requête peut être présentée
    • par celui des père etmère qui n’a pas l’exercice dudroit de garde sur l’enfant àmoins qu’il n’ait été déchu de cedroit. Elle peut être présentéeégalement par un représentanthabilité d’un service spécialisé,judiciaire ou administratif.Le président du tribunal pourenfants peut en tout état decause se saisir d’office.Le Procureur de la République,quand il n’a pas présentélui-même la requête, est avisésans délai.Article 596Le président du tribunal pourenfants avise de l’ouverture dela procédure les parents et legardien, quand ils ne sont pasrequérants, ainsi que le mineurs’il y a lieu. Il les entend etconsigne leur avis sur la situationdu mineur et son avenir.Le président du tribunal pourenfants fait procéder à uneétude de la personnalité dumineur, notamment par lemoyen d’une enquête sociale,d’examens médicaux, psychiatriqueset psychologiques, d’uneobservation du comportementet, s’il y a lieu, d’un examend’orientation professionnelle. Ilpeut toutefois, s’il possède deséléments suffisants d’appréciation,n’ordonner aucune de cesmesures ou ne prescrire quecertaines d’entre elles. Il peutfaire procéder à l’enquête parun service administratif spécialisélorsqu’il en existe un dansson ressort.Article 597(Loi n° 69-71 du 30 octobre1969)Le président du tribunal pourenfants peut, pendant l’enquête,prendre à l’égard du mineur etpar ordonnance de garde provisoiretoutes mesures de protectionnécessaires.Il peut décider la remise dumineur:
    • 1. A celui des père et mèrequi n’a pas l’exercice du droit degarde;2. A un autre parent ou unepersonne digne de confiance;3. A un centre d’accueil, detriage ou d’observation;4. A tout établissement ouservice approprié.En cas de placement enmilieu ouvert, il peut chargertout service d’observation,d’éducation ou de rééducationde suivre le mineur et sa famille.Les mineurs faisant l’objet desmesures indiquées au présentarticle peuvent être placés sousle régime de la liberté surveillée.En ce cas, les dispositions desarticles 589 et 590 sont applicables.Si à l’occasion de l’exécutionde cette mesure, un incidentrévèle un défaut de surveillancecaractérisé de la part desparents, du tuteur ou du gardienou des entraves systématiquesà l’exercice de la mission duservice visé à l’alinéa précédent,le tribunal pour enfants,après simple avis à comparaîtredélivré par les soins du Procureurde la République, peutcondamner les parents ou letuteur ou gardien à une amendede 20.000 à 30.000 francs et àun emprisonnement de 2 moisau plus ou à l’une de ces deuxpeines seulement.Article 598(Loi n° 85-25 du 27 février1985)En cas d’urgence, le Présidentdu tribunal départementaldu lieu où le mineur a été trouvépeut prendre l’une des mesuresprévues à l’article 597.Il doit, dans les trois jours,transmettre le dossier au présidentdu tribunal pour enfants duressort qui maintient, modifie,ou rapporte la mesure prise.Article 599Le mineur, ses parents ougardien peuvent faire choix d’un
    • conseil ou demander au présidentdu tribunal pour enfantsd’en faire désigner un d’office.La désignation est faite par le73
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisbâtonnier ou son délégué dansles trois jours suivant la transmissionde la demande.Article 600Les mesures provisoiresordonnées par le président dutribunal pour enfants peuvent àtout moment être par lui modifiéesou rapportées soit d’office,soit à la requête du mineur, desparents ou gardien ou du Procureurde la République.Quand il n’agit pas d’office, leprésident du tribunal pourenfants doit statuer au plus tarddans le mois qui suit le dépôt dela requête.Article 601Son enquête terminée, etaprès communication despièces au Procureur de la République,le Président du tribunalpour enfants convoque lemineur et ses parents ou gardienpar lettre recommandéeavec accusé de réception, 10jours au moins avant l’audience;il avise le conseil.Il entend en chambre duconseil le mineur, ses parentsou gardien, le directeur ducentre et toute personne dontl’audition lui parait utile.Il peut, si l’intérêt du mineurl’exige, dispenser ce dernier decomparaître à l’audience ouordonner qu’il se retire pendanttout ou partie de la suite desdébats.Il tente de recueillir l’adhésionde la famille à la mesure envisagée.Article 602Le Président du tribunal pourenfants statue par jugement enchambre du conseil. Il peut déciderla remise du mineur:
    • 1. A ses père et mère, ou gardien;2. A un autre parent ou à unepersonne digne de confiance;3. A un établissement d’enseignement,d’éducation spécialiséeou de rééducation;4. A un établissement sanitaire;5. A un service administratifspécialisé.Il peut en cas de placementen milieu ouvert, charger toutservice d’observation, d’éducationou de rééducation de suivrele mineur et sa famille.(Loi n° 69-71 du 30 octobre1969)Les mineurs faisant l’objet desmesures indiquées au présentarticle, peuvent être placés sousle régime de la liberté surveillée.En ce cas, les dispositions desarticles 589 et 590 sont applicables.Si, à l’occasion de l’exécutionde cette mesure, un incidentrévèle un défaut de surveillancecaractérisé de la part desparents, du tuteur ou du gardienou des entraves systématiquesà l’exercice de la mission duservice visé à l’alinéa précédent,le tribunal pour enfant,après simple avis à comparaîtredélivré par les soins du Procureurde la République, peutcondamner les parents ou letuteur ou le gardien à uneamende de 20.000 à 30.000francs et un emprisonnement de2 mois au plus ou à l’une de cesdeux peines seulement.Article 603Le président du tribunal pourenfants qui a primitivement statuépeut à tout moment modifiersa décision.Il se saisit d’office ou agit à larequête du mineur, des parentsou gardien, du service ou établissementauquel a été confiéle mineur ou le Procureur de laRépublique.Il peut déléguer sa compétenceau président du tribunal pourenfants du domicile ou de larésidence des parents au gardiendu mineur.
    • Quand il n’agit pas d’office, ildoit statuer au plus tard dansles trois mois qui suivent ledépôt de la requête.Article 604(Loi n° 69-71 du 30 octobre1969)Les décisions rendues enapplication des articles 597,598, alinéa 2, 600, 602 et 603alinéas 1er et 4, sont notifiéesaux parents, au gardien et audirecteur du centre ou serviceconcerné, dans les 48 heures,par lettre recommandée avecaccusé de réception ou par avisadministratif avec accusé deréception.(Loi n° 65-61 du 21 juillet1965)Les décisions du président dutribunal pour enfants sont exécutoirespar provision.(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les mineurs, les parents ougardien, et le Procureur de laRépublique peuvent, par déclarationau greffe du tribunalrégional, interjeter appel desdécisions rendues en applicationsdes articles 600, 602 et603. L’appel est formé dans lesquinze jours de la notification dela décision.Il est statué sur cet appel parla chambre spéciale de la Courd’Appel chargée des affaires demineurs siégeant en chambrede conseil, les parties entenduesou dûment appelées.Article 605Les frais d’entretien, d’éducationet de rééducation du mineurincombent aux père et mère etaux ascendants auxquels desaliments peuvent être réclamés.Lorsqu’ils ne peuvent supporterla charge totale de ces frais etdes frais de justice, la décisionfixe le montant de leur participation.
    • Lorsque l’un d’eux exerce uneprofession ou un emploi public,le simple avis de la décisiondonné par le président du tribunalpour enfants à l’employeurou à l’organisme payeur vautsaisie-arrêt et permet paiementdirect par celui-ci au profit de lapersonne ou de l’organisme74
    • Code de Procédure PénaleSénégalaishabilité de la part de frais ainsiprécisée jusqu’à l’avis donné dela rétraction de la mesure.Article 606Les décisions rendues enapplication des dispositions duprésent titre sont dispensées detimbre et enregistrées gratis.Article 607(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Pour permettre la recherchedes mineurs en danger, il estinstitué une brigade spéciale deprotection des mineurs dont lesagents assermentés sont habilitésconcurremment avec lesofficiers de police judiciaire àconduire ces mineurs devant leprésident du tribunal départemental,le Procureur de laRépublique, ou le président dutribunal pour enfants les plusproches du lieu de découvertedesdits mineurs.Seuls les agents assermentésde la brigade spéciale de protectiondes mineurs ont le droitde pénétrer de jour et de nuit entous lieux où, en raison d’indicessérieux et précis, s’ils sontamenés à penser que peuventse trouver des mineurs en dangerau sens de l’article 594,conformément aux dispositionsde l’article 13 de la Constitutionde la République du Sénégal.CHAPITRE IIIDISPOSITIONSPARTICULIERESArticle 608Les mesures et condamnationsprononcées en applicationdes textes antérieurs pourrontêtre réformées dans les conditionsprévues par l’article 591.
    • TITRE IIDU FAUXArticle 609Lorsqu’il est porté à laconnaissance du Procureur dela République qu’une piècearguée de faux figure dans undépôt public ou a été établiedans un dépôt public, il peut setransporter dans ce dépôt pourprocéder à tous examens etvérifications nécessaires.Le Procureur de la Républiquene peut déléguer les pouvoirsci-dessus à un officier depolice judiciaire.Le Procureur de la Républiquepeut, en cas d’urgence,ordonner le transport au greffedes documents suspectés.Article 610Dans toute information pourfaux en écritures, le juge d’instruction,aussitôt que la piècearguée de faux a été produitedevant lui ou a été placée sousmain de justice, en ordonne ledépôt au greffe. Il la revêt de sasignature ainsi que le greffier enchef qui dresse du dépôt unacte décrivant l’état de la pièce.Toutefois, avant le dépôt augreffe, le juge d’instruction peutordonner que la pièce soitreproduite par photographie oupar tout autre moyen.Article 611Le juge d’instruction peut sefaire remettre par qui il appartiendraet saisir toutes pièces decomparaison. Celles-ci sontrevêtues de sa signature et decelle du greffier en chef qui enfait un acte descriptif comme ilest dit à l’article précédent.Article 612Tout dépositaire public depièces arguées de faux, ouayant servi à établir des faux,est tenu, par ordonnance dujuge d’instruction, de les luiremettre et de fournir, le cas
    • échéant, les pièces de comparaisonqui sont en sa possession.Si les pièces ainsi remises parun officier public ou saisiesentre ses mains ont le caractèred’actes authentiques, il peutdemander à ce qu’il en soit laisséune copie ou reproductioncertifiée conforme par le greffieren chef.Ladite copie ou reproductionest mise au rang des minutesde l’Office jusqu’à restitution dela pièce originale.Article 613Si au cours d’une audienced’un tribunal ou d’une cour, unepièce de la procédure ou unepièce produite est arguée defaux, la juridiction décide, aprèsavoir recueilli les observationsdu ministère public et des parties,s’il y a lieu ou non de surseoirjusqu’à ce qu’il ait été prononcésur le faux par la juridictioncompétente.Si l’action publique est éteinteou ne peut être exercée du chefde faux et s’il n’apparaît pas quecelui qui a produit la pièce aitfait sciemment usage de faux, letribunal ou la cour saisie de l’actionprincipale statue incidemmentsur le caractère de lapièce prétendue entachée defaux.Article 614Les plaintes et dénonciationsen faux peuvent toujours êtresuivies, lors même que lespièces qui en sont l’objetauraient servi de fondement àdes actes judiciaires ou civils.Article 615Lorsque des actes authentiquesauront été déclarés fauxen tout ou partie, la cour ou letribunal qui aura connu du fauxpourra ordonner qu’ils soientrétablis, rayés ou réformés, etdu tout il sera dressé procès-verbal.
    • La cour ou le tribunal pourraégalement ordonner que les75
    • Code de Procédure PénaleSénégalaispièces de comparaison serontrenvoyées dans les dépôts d’oùelles auront été tirées ouremises aux personnes qui lesauront communiquées, le toutdans le délai de quinzaine àcompter du jour de l’arrêt àpeine d’une amende de 5.000francs contre le greffier en chef.Article 616Le surplus de l’instruction surle faux se fera conformément audroit commun.Article 617La demande en inscription defaux contre une pièce produitedevant la Cour suprême estsoumise aux règles édictées parla loi organique sur la Coursuprême.TITRE IIIDE LA PROCEDURE ENMATIERE D’INFRACTIONSCOMMISES PAR TOUTMOYEN DE DIFFUSIONPUBLIQUEArticle 618La poursuite des infractionscommises par tout moyen dediffusion publique aura lieu suivantles règles du droit communsous réserve des règles particulièresci-après indiquées.Article 6191. Dans le cas d’injure ou dediffamation envers les cours, tribunauxet autres corps indiquésen l’article 259 du Code pénal,la poursuite n’aura lieu que surune délibération prise par euxen assemblée générale etrequérant les poursuites ou, sile corps n’a pas d’assembléegénérale, sur la plainte du chefde corps ou du ministre duquelce corps relève;2. Dans le cas d’injure ou de
    • diffamation envers un ou plusieursmembres de l’Assembléenationale, la poursuite n’auralieu que sur la plainte de la personneou des personnes intéressées;3. Dans le cas d’injure ou diffamationenvers les fonctionnairespublics, les dépositairesou agents de l’autorité publiqueautres que les ministres, etenvers les citoyens chargésd’un service ou d’un mandatpublic, la poursuite aura lieu soitsur leur plainte, soit d’office surLa plainte du ministère dont ilsrelèvent;4. Dans le cas de diffamationenvers un juré ou témoin, délitprévu par l’article 360 du Codepénal, la poursuite n’aura lieuque sur plainte du juré ou dutémoin qui se prétendra diffamé;5. Dans le cas d’offenseenvers les Chefs d’Etat ou d’outrageenvers les agents diplomatiquesétrangers, la poursuiteaura lieu sur leur demandeadressée au Ministre desAffaires étrangères et par celui-ci au Ministère de la Justice;6. Dans le cas de diffamationenvers les particuliers prévuepar l’article 261 et dans le casd’injure prévu par l’article 262,alinéa 2 du Code pénal, la poursuiten’aura lieu que sur la plaintede la personne diffamée ouinjuriée. Toutefois, la poursuitepourra être exercée d’office parle ministère public lorsque la diffamationou l’injure commiseenvers un groupe de personnesappartenant à une race ou àune religion déterminée aura eupour but d’exciter à la hainecontre les citoyens ou habitants.En outre, dans les cas prévuspar les paragraphes 2°, 3°, 4°,5° et 6° ci-dessus ainsi qu’aucas de refus du droit de réponse,la poursuite pourra êtreexercée à la requête de la partielésée.Article 620Dans tous les cas de poursuitescorrectionnelles ou desimple police, le désistement duplaignant ou de la partie poursuivantearrêtera la poursuitecommencée.
    • Article 621Si le ministère public requiertune information, il sera tenudans son réquisitoire d’articuleret de qualifier les provocations,outrages, diffamation et injures,à raison desquels la poursuiteest intentée, avec indication destextes dont l’application estdemandée à peine de nullité duréquisitoire de ladite poursuite.Article 622Immédiatement après leréquisitoire, le juge d’instructionpourra ordonner la saisie dequatre exemplaires au plus del’écrit, du journal, du dessin, dudisque, du ruban, du film ou detous supports de diffusion incriminés.(Loi n° 77-86 du 10 août1977)Toutefois dans les cas prévusaux articles 249, 250, 251, 252,254, 259, 260, 265 et 266 duCode pénal, la saisie aura lieuconformément aux règles ordinairesde procédure pénale etportera sur la totalité des exemplairesqui pourront être découverts.Article 623(Loi n° 81-77 du 10 décembre1981)Si l’inculpé est domicilié auSénégal, il ne pourra être préventivementarrêté, sauf dansles cas prévus aux articles 249,250, 251, 252, 255, 256 bis, 265et 266 du Code pénal.Article 624La citation précisera et qualifierale fait incriminé, elle indiquerale texte de loi applicable àla poursuite.Si la citation est à la requêtedu plaignant, elle contiendraélection de domicile dans la villeoù siège la juridiction saisie etsera notifiée tant au prévenuqu’au ministère public.76
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisToutes ces formalités serontobservées à peine de nullité dela poursuite.Article 625Le délai entre la citation et lacomparution sera de vingt joursoutre un jour par cinquante kilomètresde distance.Toutefois, en cas de diffamationou d’injure pendant la périodeélectorale contre un candidatà une fonction élective, ce délaisera réduit à vingt-quatreheures, outre le délai de distanceet les dispositions desarticles 627 et 628 ne serontpas applicables.Article 626La vérité du fait diffamatoire,mais seulement quand il estrelatif aux fonctions, pourra êtreétabli par les voies ordinairesdans le cas d’imputations contreles corps constitués, l’armée,les administrations publiques etcontre toutes les personnesénumérées dans l’article 260 duCode pénal.La vérité des imputations diffamatoireset injurieuses pourraêtre également établie contreles directeurs ou administrateursde toute entreprise industrielle,commerciale ou financièrefaisant publiquement appel àl’épargne ou au crédit.La vérité des faits diffamatoirespeut toujours être prouvéesauf:a) Lorsque l’imputationconcerne la vie privée de la personne;b) Lorsque l’imputation seréfère à des faits qui remontentà plus de dix années;c) Lorsque l’imputation seréfère à un fait constituant uneinfraction amnistiée ou prescrite,
    • ou qui a donné lieu à unecondamnation effacée par laréhabilitation ou la révision.Dans les cas prévus aux deuxalinéas précédents, la preuvecontraire est réservée. Si lapreuve du fait diffamatoire estrapportée, le prévenu sera renvoyédes fins de la plainte.Dans toute autre circonstanceet envers toute autre personnenon qualifiée, lorsque le faitimputé est l’objet de poursuitescommencées à la requête duministère public, ou d’une plaintede la part du prévenu, il sera,durant l’instruction qui devraavoir lieu, sursis à la poursuiteet au jugement du délit de diffamation.Article 627Quand le prévenu voudra êtreadmis à prouver la vérité desfaits diffamatoires, conformémentaux dispositions de l’articleprécédent, il devra, dans le délaide dix jours après la significationde la citation, faire signifierau ministère public ou au plaignantau domicile par lui élu,suivant qu’il est assigné à larequête de l’un ou l’autre:1. Les faits articulés et qualifiésdans la citation, desquels ilentend prouver la vérité;2. La copie des pièces;3. Les noms, professions etdemeures des témoins par lesquelsil entend faire la preuve.Cette signification contiendraélection de domicile près le tribunalcorrectionnel, le tout àpeine d’être déchu du droit defaire la preuve.Article 628Dans les cinq jours suivants,en tout cas au moins trois joursfrancs avant l’audience, le plaignantou le ministère public, suivantles cas, sera tenu de fairesignifier au prévenu, au domicilepar lui élu, les copies des pièceset les noms, professions etdemeures des témoins par lesquelsil entend faire la preuvedu contraire, sous peine d’être
    • déchu de son droit.Article 629Le tribunal correctionnel et letribunal de simple police seronttenus de statuer au fond dans ledélai maximum de deux mois àcompter de la date de la premièreaudience.Dans le cas prévu à l’alinéa 2de l’article 625, la cause nepourra être remise au-delà dujour fixé pour le scrutin.Article 630Sous réserve des dispositionsdes articles 621,622 et 623 ci-dessus, la poursuite des crimesaura lieu conformément au droitcommun.Article 631En ce qui concerne le délitdéfini et réprimé par l’article 255du Code pénal, les règles deprocédure fixées par le présenttitre ne seront pas applicables.Les coupables pourront êtredéférés devant les tribunauxcorrectionnels selon la procédureprévue par les articles 381 à385.Les officiers de police judiciairepourront procéder à la saisie,à titre de pièces à conviction,des écrits, imprimés, périodiques,signes, emblèmes, placards,affiches, portraits, dessins,films et d’une façon généralede tous objets ayant servi àcommettre le délit. En cas desaisie, la confiscation de cesmêmes objets et leur destructionseront ordonnées par lejugement ou l’arrêt de condamnation.Article 632L’action publique et l’actioncivile résultant des crimes, délitset contraventions prévus à lasection IV du chapitre IV du titreI du livre III du Code pénal seprescriront après six mois révolusà compter du jour où ilsauront été commis ou du jour du
    • dernier acte de poursuite, s’il ena été fait.Les dispositions des articles 8et 10 resteront néanmoins applicablesen ce qui concerne lesinfractions à l’article 255 duCode pénal.77
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisTITRE IVDE LA MANIERE DEPROCEDER EN CAS DEDISPARITION DES PIECESD’UNE PROCEDUREArticle 633Lorsque, par suite d’unecause extraordinaire desminutes d’arrêts ou de jugementsrendus en matière criminelle,correctionnelle ou de police,et non encore exécutés, oudes procédures en cours et lescopies établies conformément àl’article 72 ont été détruites,enlevées ou se trouvent égaréeset qu’il n’a pas été possiblede les rétablir, il est procédéainsi qu’il suit.Article 634S’il existe une expédition oucopie authentique du jugementou de l’arrêt, elle est considéréecomme minute et en conséquenceremise par tout officierpublic ou tout dépositaire augreffe de la juridiction qui arendu la décision, sur l’ordre duprésident de cette juridiction.Cet ordre lui sert de décharge.Le dépositaire de l’expéditionou copie authentique de laminute détruite, enlevée ou égaréeaura liberté en la remettantau greffe de s’en faire délivrerune expédition sans frais.Article 635Lorsqu’il n’existe plus enmatière criminelle d’expéditionni copie authentique de l’arrêtmais s’il existe encore la déclarationde la cour et du jury mentionnéesur la feuille de questionscomme il est dit à l’article339, il est procédé d’après cettedéclaration au prononcé d’unnouvel arrêt.
    • Lorsque la déclaration de laCour et du Jury ne peut plusêtre représentée, ou lorsquel’affaire a été jugée par contumace et qu’il n’en existe aucunacte par écrit, l’instruction estrecommencée à partir du pointoù les pièces se trouvent manquer.Il en est de même en touteautre matière lorsqu’il n’existeplus d’expédition ni de copieauthentique de la décision.TITRE VDE LA REGULARISATIONDES ACTES, ARRETS DEJUGEMENTS LORSQUELES MAGISTRATS ETGREFFIERS SONT DANSL’IMPOSSIBILITE DESIGNERArticle 636Si, par l’effet d’un événementquelconque, un arrêt n’a pu êtresigné, les autres membres de lacour qui ont concouru à l’arrêtdoivent attester en signant queledit arrêt a bien été rendu enprésence de celui qui n’a pusigner.Article 637Si, par l’effet d’un événementquelconque, un jugement rendupar un juge statuant seul n’a puêtre signé par celui-ci, il en estréféré par le ministère public àla Cour d’appel devant lachambre que tient le PremierPrésident, laquelle, sur lesconclusions du Procureur général,autorise le juge désignépour remplir les fonctions duprécédent à signer en ses lieuet place en faisant précéder lasignature de la mention «Parempêchement de M. X... qui aainsi jugé et par autorisation dela Cour d’appel».Il sera procédé de la mêmemanière dans le cas où tous lesmembres d’une chambre de lacour seraient dans l’impossibilité
    • de signer l’arrêt auquel ils ontconcouru.Article 638Dans tous les cas où l’impossibilitéde signer serait de la partdu greffier, Il suffit que le magistratqui a présidé l’audience oùle jugement a été rendu, enfasse mention en signant.TITRE VIDE LA MANIERE DONTSONT RECUES LESDEPOSITIONS DESMEMBRES DUGOUVERNEMENT ETCELLES DESREPRESENTANTS DESPUISSANCESETRANGERESArticle 639Les ministres et secrétairesd’Etat ne peuvent comparaîtrecomme témoins qu’après autorisationdonnée par décret sur lerapport du Garde des Sceaux,Ministre de la Justice.Article 640Lorsque la comparution a lieuen vertu de l’autorisation prévueà l’article précédent, la dépositionest reçue dans les formesordinaires.Article 641Lorsque la comparution n’apas été demandée ou n’a pasété autorisée, la déposition estreçue par écrit dans la demeuredu témoin par le Premier Présidentde la Cour d’appel ou parle magistrat qu’il aura délégué.Il sera, à cet effet, adressépar la juridiction saisie de l’affaire,au magistrat ci-dessus désigné,un exposé des faits, ainsiqu’une liste des demandes et78
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisquestions sur lesquelles letémoignage est requis.Article 642La déposition ainsi reçue estimmédiatement remise au greffeet envoyée, close et cachetée, àcelui de la juridiction requéranteet communiquée, sans délai, auministère public ainsi qu’auxparties intéressées.A la Cour d’assises, elle estlue publiquement et soumiseaux débats.Article 643La déposition écrite d’unreprésentant d’une puissanceétrangère est demandée parl’entremise du Ministre desAffaires étrangères. Si lademande est agréée, cettedéposition est reçue par le PremierPrésident de la Cour d’appelou par le magistrat qu’il auradélégué.Il est alors procédé dans lesformes prévues aux articles641, alinéa 2 et 642.TITRE VIIDES REGLEMENTS DEJUGESArticle 644Lorsque deux juges d’instruction,appartenant à des tribunauxdifférents, se trouvent saisisde la même infraction oud’infractions connexes, le ministèrepublic peut, dans l’intérêtd’une bonne administration dela justice, requérir l’un des jugesde se dessaisir au profit del’autre. Si le conflit de compétencesubsiste, il est réglé dejuges conformément aux articles645 à 648.Si les deux juges d’instructionappartiennent au même tribunal,
    • il est procédé comme il est dit àl’article 75, alinéa premier.Article 645Lorsque deux tribunaux correctionnels,deux juges d’instructionou deux tribunaux desimple police appartenant aumême ressort de Cour d’appelse trouvent saisis simultanémentde la même infraction, ilest réglé de juges par lachambre d’accusation qui statuesur requête présentée par leministère public, l’inculpé ou lapartie civile. Cette décision estsusceptible d’un recours en cassation.Article 646Lorsque, après renvoi ordonnépar le juge d’instructiondevant le tribunal correctionnelou le tribunal de police, cettejuridiction de jugement s’est, pardécision devenue définitive,déclarée incompétente, il estréglé de juges par la chambred’accusation cette décision estsusceptible d’un recours en cassation.Article 647Hors les cas prévus auxarticles 645 et 646, tous conflitsde compétence sont portésdevant la Cour suprême.Article 648La requête en règlement dejuges est signifiée à toutes lesparties intéressées qui ont undélai de quinze jours à compterde ladite signification pour déposerun mémoire au greffe de lajuridiction chargée de régler dejuges.La présentation de la requêten’a pas d’effet suspensif àmoins qu’il n’en soit autrementordonné par la juridiction chargéede régler de juges. Celle-cipeut prescrire l’apport de toutesles procédures utiles et statuersur tous actes faits par la juridictionqu’elle dessaisit.TITRE VIII
    • DES RENVOIS D’UNTRIBUNAL A UN AUTREArticle 649La procédure de renvoi d’untribunal à un autre est régléeselon la loi organique sur laCour suprême.TITRE IXDE LA RECUSATIONArticle 650Tout juge, conseiller ou présidentde chambre peut être récusépour les causes ci-après:1. Si lui ou son conjoint sontparents ou alliés d’une des partiesou de son conjoint jusqu’audegré de cousin issu de germaininclusivement:La récusation peut être exercéecontre lui, même au cas dedivorce ou de décès de sonconjoint, s’il a été allié d’une desparties jusqu’au deuxièmedegré inclusivement.2. Si lui ou son conjoint, si lespersonnes dont il est tuteursubrogé-tuteur, curateur, ouconseil judiciaire, si les sociétésou associations à l’administrationou à la surveillance desquellesil participe ont intérêtdans la contestation.3. Si lui ou son conjoint estparent ou allié, jusqu’au degréindiqué ci-dessus, du tuteur,subrogé-tuteur, curateur ouconseil judiciaire d’une des partiesou d’une administration,directeur ou gérant d’une société,partie en cause;4. Si lui ou son conjoint setrouve dans une situation dedépendance vis-à-vis d’une desparties;79
    • Code de Procédure PénaleSénégalais5. S’il a connu du procèscomme magistrat, arbitre ouconseil, ou s’il a déposé commetémoin sur les faits du procès;6. S’il y a eu procès entre lui,son conjoint, leurs parents oualliés en ligne directe, et l’unedes parties, son conjoint ou sesparents ou alliés dans la mêmeligne;7. Si lui ou son conjoint, ontun procès devant un tribunal oùl’une des parties est juge;8. Si lui ou son conjoint, leursparents ou alliés en ligne directeont un différend sur pareillequestion que celle débattueentre les parties;9. S’il y a eu contre lui ou sonconjoint et une des partiestoutes manifestations assezgraves pour faire suspecter sonimpartialité.Article 651(Loi n° 85-25 du 27 février1985)L’inculpé, le prévenu, l’accuséet toute partie à l’instance quirécuse un juge d’instruction, unmagistrat du tribunal départemental,un ou plusieurs, ou l’ensembledes juges du tribunalcorrectionnel, des conseillers dela Cour d’Appel ou de la Courd’Assises doit à peine de nullité,présenter une requête au PremierPrésident de la Cour d’Appel.Les magistrats du ministèrepublic ne peuvent être récusés.La requête doit désigner nommémentle ou les magistratsrécusés et contenir l’exposé desmoyens envoyés avec toutesjustifications utiles à l’appui dela demande.La partie qui aura procédévolontairement devant toute juridictionne sera reçue à demanderla récusation qu’à raisondes circonstances survenuesdepuis, lorsqu’elles seront denature à constituer une causede récusation.
    • Article 652Le Premier Président notifieen la forme administrative larequête dont il a été saisi auprésident de la juridiction àlaquelle appartient le magistratrécusé.La requête en récusation nedessaisit pas le magistrat dontla récusation est proposée. Toutefois,le Premier Présidentpeut, après avis du Procureurgénéral, ordonner qu’il sera sursisà la continuation de l’informationou des débats, soit auprononcé du jugement.Article 653Le Premier Président reçoit lemémoire complémentaire dudemandeur s’il y a lieu, et celuidu magistrat dont la récusationest proposée. Il prend l’avis duProcureur général et statue surla requête.L’ordonnance statuant sur larécusation n’est susceptibled’aucune voie de recours. Elleproduit effet de plein droit.Article 654Toute demande de récusationvisant le Premier Président de laCour d’Appel doit faire l’objetd’une requête adressée au PremierPrésident de la Coursuprême qui, après avis du Procureurgénéral près ladite Cour,statue par une ordonnance,laquelle n’est susceptible d’aucunevoie de recours.Les dispositions de l’article652 sont applicables.Article 655Toute ordonnance rejetantune demande de récusationprononce la condamnation dudemandeur à une amende de25.000 à 250.000 francs.Article 656Aucun des magistrats visés àl’article 650 ne peut se récuserd’office sans l’autorisation du
    • Premier Président de la Courd’appel dont la décision rendueaprès avis du Procureur général,n’est susceptible d’aucunevoie de recours.TITRE XDU JUGEMENT DESINFRACTIONS COMMISESA L’AUDIENCE DESCOURS ET TRIBUNAUXArticle 657(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Sous réserve des dispositionsprévues aux articles 323 et 443,les infractions commises à l’audiencesont jugées d’office ousur réquisitions du ministèrepublic suivants les dispositionsci-après.Article 658(Loi n° 85-25 du 27 février1985)S’il se commet une contraventionde police pendant la duréede l’audience, les cours, les tribunauxrégionaux ou départementauxdressent procès-verbaldu fait, entendent le prévenu,les témoins, le ministère publicet le défenseur, et appliquentsans désemparer les peinesprévues par la loi.Article 659Si le fait commis pendant ladurée de l’audience d’un tribunalcorrectionnel ou d’une courest un délit, il est procédécomme il est dit à l’article précédent.Dans ce cas, si la peineprononcée est supérieure à unmois d’emprisonnement, unmandat de dépôt peut êtredécerné.(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les présidents des tribunauxdépartementaux ne peuvent sesaisir des infractions commisesà l’audience que dans la limitede leur compétence.
    • Si le fait, qualifié délit, a étécommis à l’audience d’un tribunalde simple police, le présidentdresse procès-verbal, qu’iltransmet au Procureur de laRépublique; il peut, si la peine80
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisencourue est supérieure à sixmois d’emprisonnement, ordonnerl’arrestation de l’auteur, etsa conduite immédiate devant leProcureur de la République.Article 660Si le fait commis est un crime,la cour ou le tribunal après avoirfait arrêter l’auteur, l’interroge etdresse procès-verbal des faits;cette juridiction transmet lespièces et ordonne la conduiteimmédiate de l’auteur devant leProcureur de la Républiquecompétent qui requiert l’ouvertured’une information.TITRE XIDES CRIMES ET DELITSCOMMIS PAR CERTAINSFONCTIONNAIRESArticle 661Lorsqu’un officier de policejudiciaire est prévenu d’avoircommis un délit dans l’exercicede ses fonctions, le Procureurgénéral près la Cour d’Appel lefait citer devant la premièrechambre de cette Cour qui prononcesans qu’il puisse y avoirappel.Article 662Lorsqu’un officier de policejudiciaire est prévenu d’avoircommis un crime, le Procureurgénéral près la Cour d’Appel etle Premier Président de cetteCour remplissent tous les deuxle premier les fonctions d’officierdu ministère public et le secondcelles de juge d’instruction oudésignent spécialement et respectivementdes magistrats duparquet général et de la courpour exercer ces fonctions.Article 663La Chambre d’Accusationprononce s’il y a lieu le renvoi
    • devant la Cour d’Appel composéede cinq magistrats au moinsqui est seule compétente pourstatuer sur le crime.TITRE XIIDES CRIMES ET DELITSCOMMIS A L’ETRANGERArticle 664Tout citoyen sénégalais qui,en dehors du territoire de laRépublique, s’est rendu coupabled’un fait qualifié crimepuni par la loi sénégalaise, peutêtre poursuivi et jugé par lesjuridictions sénégalaises.Tout citoyen sénégalais qui,en dehors du territoire de laRépublique, s’est rendu coupabled’un fait qualifié délit parla loi sénégalaise, peut êtrepoursuivi et jugé par les juridictionssénégalaises si le fait estpuni par la législation du paysoù il a été commis.En matière de délits attentatoiresà la sûreté de l’Etat, decontrefaçon du sceau de l’Etatou des monnaies nationalesayant cours, le délit commis endehors du territoire de la Républiqueest punissable comme ledélit commis sur le territoire.Les dispositions des alinéasqui précédent sont applicables àl’auteur du fait qui n’a acquis laqualité de citoyen sénégalaisque postérieurement au fait quilui est imputé.Article 665Quiconque s’est, sur le territoirede la République, renducomplice d’un crime ou d’undélit commis à l’étranger, peutêtre poursuivi et jugé par lesjuridictions sénégalaises si lefait est puni à la fois par la loiétrangère et par la loi sénégalaise,à la condition que le fait qualifiécrime ou délit ait été constaté par une décision définitive dela juridiction étrangère.
    • Article 666En cas de délit commis contreun particulier, la poursuite nepeut être intentée qu’à la seulerequête du ministère public; elledoit être précédée d’une plaintede la partie offensée ou d’unedénonciation officielle à l’autoritésénégalaise par l’autorité dupays où le fait a été commis.Article 667Dans les cas visés auxarticles précédents, qu’il s’agissed’un crime ou d’un délit,aucune poursuite n’a lieu si l’inculpéjustifie qu’il a été jugédéfinitivement à l’étranger et, encas de condamnation, qu’il asubi ou prescrit sa peine ouobtenu grâce.Article 668Est réputée commise sur leterritoire de la République touteinfraction dont un acte caractérisantun de ses éléments constitutifsa été accompli au Séné-gal.Article 669Tout étranger qui, hors du territoirede la République, s’estrendu coupable soit commeauteur, soit comme complice,d’un crime ou d’un délit attentatoireà la sûreté de l’Etat ou decontrefaçon du sceau de l’Etat,de monnaies nationales ayantcours, peut être poursuivi etjugé d’après les dispositions deslois sénégalaises ou applicablesau Sénégal, s’il est arrêté auSénégal ou si le Gouvernementobtient son extradition.Article 670Tout sénégalais qui s’estrendu coupable de délits etcontraventions en matière forestière,rurale, de pêche, de douane,de contributions indirectessur le territoire de l’un des Etatslimitrophes, peut être poursuiviet jugé au Sénégal d’après la loisénégalaise si cet Etat autorise81
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisla poursuite de ses nationauxpour les mêmes faits commis auSénégal.La réciprocité sera légalementconstatée par des conventionsinternationales ou par décret.Article 671Dans les cas prévus au présenttitre, la poursuite est intentéeà la requête du ministèrepublic du lieu où réside le prévenuou de sa dernière résidenceconnue ou du lieu où il s’esttrouvé.TITRE XIIIDES CRIMES ET DELITSCONTRE LA SURETE DEL’ETATArticle 672(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Les crimes et délits contre lasûreté de l’Etat commis entemps de paix sont jugés par lesjuridictions de droit commun,lorsque le Commissaire du Gouvernementprès la Cour deSûreté de l’Etat ne s’en est passaisi.Lorsqu’ils sont commis entemps de guerre, les crimes etdélits contre la sûreté de l’Etatsont jugés conformément auxdispositions du titre premier dulivre premier du Code de Justicemilitaire.Article 673Les délits contre la sûreté del’Etat, commis en temps de paix,sont jugés par les tribunaux correctionnels,lorsqu’ils ont étécommis par la voie de la presseou par tout autre moyen depublication.Article 674
    • Lorsque les poursuites dirigéespour une infraction commise par la voie de la presse oupar tout moyen de diffusionpublique, doivent porter enmême temps sur d’autres délitscontre la sûreté de l’Etat oumettent en cause d’autres personnesque celles qui sontpénalement responsables del’infraction commise par la voiede la presse ou par tout autremoyen de diffusion publique,l’affaire entière est jugée conformémentà l’article 672.Article 675La poursuite de l’infraction etle jugement ont lieu suivant laprocédure applicable devant lajuridiction saisie.Article 676L’interdiction de reproduire lesdébats relatifs aux crimes etdélits contre la sûreté de l’Etatne s’applique pas à la publicationdu jugement rendu.Article 677En vue d’éviter la divulgationd’un secret de la défense nationale,il peut être procédé, mêmepar voie administrative, à la saisiepréventive des objets, écritsimprimés au autres instrumentsde cette divulgation.LIVRE VDES PROCEDURESD’EXECUTIONTITRE PREMIERDE L’EXECUTION DESSENTENCES PENALESArticle 678Le ministère public et les partiespoursuivent l’exécution dela sentence chacun en ce qui leconcerne.Néanmoins, les poursuitespour le recouvrement des
    • amendes et confiscations sontfaites par le trésor.Article 679L’exécution à la requête duministère public a lieu lorsque ladécision est devenue définitive.Toutefois, le délai d’appelaccordé au Procureur généralpar les articles 494 et 536 nefait point obstacle à l’exécutionde la peine.Article 680Le Procureur de la Républiqueet le Procureur généralont le droit de requérir directementl’assistance de la forcepublique à l’effet d’assurer cetteexécution.Article 681Sous réserve des dispositionsde l’article 355, tous incidentscontentieux relatifs à l’exécutionsont portés devant le tribunal oula cour qui a prononcé la sentence;cette juridiction peut égalementprocéder à la rectificationdes erreurs purement matériellescontenues dans ses décisions.Article 682Le tribunal ou la cour, surrequête du ministère public, oude la partie intéressée, statueen chambre du conseil aprèsavoir entendu le ministèrepublic, le conseil de la partie s’ille demande, et s’il échet la partieelle-même sous réserve desdispositions de l’article 683.L’exécution de la décision enlitige est suspendue si le tribunalou la cour l’ordonne.Le jugement su r l’incident estsignifié à la requête du ministèrepublic aux parties intéressées. Iln’est pas susceptible d’appel.Article 683(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Dans toutes les hypothèses
    • où il parait nécessaire d’en82
    • Code de Procédure PénaleSénégalaistendre un condamné qui setrouve détenu, la juridiction saisiepeut donner commissionrogatoire au président du tribunalrégional le plus proche dulieu de détention.Ce magistrat peut déléguerl’un des juges du tribunal quiprocède à l’audition du détenupar procès-verbal.Article 684Lorsque la peine prononcéeest la mort, le ministère publicdès que la condamnation estdevenue définitive, la porte à laconnaissance du Ministre de laJustice.La condamnation ne peut êtremise à exécution que lorsque lagrâce a été refusée.Si le condamné veut faire unedéclaration, elle est reçue parun des juges du lieu d’exécutionassisté du greffier.TITRE IIDE LA DETENTIONArticle 685La mise à exécution des décisionsjudiciaires prononçant unepeine privative de liberté ouordonnant une incarcérationprovisoire, la garde et l’entretiendes personnes qui, dans les casdéterminés par la loi, doiventêtre placées ou maintenues endétention en vertu ou à la suitede décisions de justice sontassurés par l’administrationpénitentiaire.CHAPITRE PREMIERDE L’EXECUTION DE LADETENTION PROVISOIREArticle 686(Loi n° 85-25 du 27 février1985)
    • Les inculpés, prévenus etaccusés soumis à la détentionprovisoire la subissent dans unemaison d’arrêt.Il y a une maison d’arrêt ausiège de chaque tribunal régional.Article 687Le juge d’instruction, le présidentde la chambre d’accusationet le président de la Cour d’assises,ainsi que le Procureur dela République et le Procureurgénéral, peuvent donner tousles ordres nécessaires quidevront être exécutés dans lesmaisons d’arrêt tant pour lesbesoins de l’instruction que pourtout autre acte de procédure.Article 688Les inculpés, prévenus etaccusés soumis à la détentionprovisoire sont placés au régimede l’emprisonnement individuelde jour et de nuit. Il ne peut êtredérogé à ce principe qu’en raisonde la distribution intérieuredes maisons d’arrêt ou de leurencombrement temporaire ou siles intéressés ont demandé àtravailler, en raison des nécessitésd’organisation du travail.Toutes communications ettoutes facilités compatibles avecles exigences de la discipline etde la sécurité de la prison sontaccordées aux inculpés, prévenuset accusés pour l’exercicede leur défense.CHAPITRE IIDE L’EXECUTION DESPEINES PRIVATIVES DELIBERTEArticle 689Les condamnés aux travauxforcés et les condamnés à ladétention criminelle purgent leurpeine dans un camp pénal.Il en est de même descondamnés à l’emprisonnementauxquels il reste à subir une
    • peine d’une durée supérieure àun an, ou plusieurs peines dontle total est supérieur à un anaprès le moment où leurcondamnation, ou la dernière deleurs condamnations est devenuedéfinitive.Les autres condamnés à l’emprisonnementcorrectionnel sontdétenus dans une maison decorrection.Les condamnés à l’emprisonnementde police sont incarcérésdans un quartier distinct dela maison d’arrêt.Un même établissement peutservir à la fois de maison d’arrêtet de maison de correction.Des annexes aux maisonsd’arrêt servant de maisons decorrection peuvent être crééespar arrêtés du Ministre chargéde l’administration pénitentiaire.Article 690La répartition des condamnésdans les prisons établies pourpeines s’effectue compte tenude leur catégorie pénale, de leursexe, de leur âge, de leur étatde santé et de leur personnalité.Les condamnés dont la peinedoit expirer avant qu’ils aientatteint l’âge de vingt-huit anspeuvent être détenus dans desétablissements pénitentiairessusceptibles de dispenser unenseignement scolaire ou professionnel.Les condamnés séniles ouinaptes au travail, les condamnésmalades et les psychopathessont hospitalisés dansles locaux pénitentiaires appro83
    • Code de Procédure PénaleSénégalaispriés des formations sanitairesdu lieu de leur détention.Article 691Les condamnés sont soumisdans les maisons de correctionà l’emprisonnement individuelde jour et de nuit et, dans lescamps pénaux, à l’isolement denuit seulement, après avoir subiéventuellement une périoded’observation en cellule.Il ne peut être dérogé à ceprincipe qu’en raison de la distributionintérieure des locaux dedétention ou de leur encombrementtemporaire ou des nécessitésd’organisation du travail.Article 692Les condamnés à des peinesprivatives de liberté pour desfaits qualifiés crimes ou délits dedroit commun sont astreints autravail.Les produits du travail dechaque condamné sont appliquésaux dépenses communesde la maison, au payement descondamnations pécuniaires prononcéesau profit du trésorpublic et de la partie civile ainsiqu’à la formation pour lui d’unfonds de réserve qui lui seraremis lors de sa libération etd’un pécule dont il peut disposerau cours de sa détention; letout, ainsi qu’il est ordonné pardécret.Article 693Le placement à l’extérieur, lerégime de semi-liberté ou despermissions de sortie peuventêtre octroyés aux condamnésdont le degré d’amendement estestimé suffisant, lorsque cesmesures n’apparaissent passusceptibles de troubler l’ordrepublic.Un décret détermine lesconditions selon lesquelles ces
    • diverses mesures sont accordéeset appliquées.CHAPITRE IIIDES DISPOSITIONSCOMMUNES AUXDIFFERENTSETABLISSEMENTSPENITENTIAIRESArticle 694Tout établissement pénitentiaireest pourvu d’un registred’écrou signé et paraphé àtoutes les pages par le Procureurde la République.Tout exécuteur d’arrêt ou dejugement de condamnation,d’ordonnance de prise de corps,de mandat de dépôt ou d’arrêt,de mandat d’amener lorsque cemandat doit être suivi d’incarcérationprovisoire, ou d’ordred’arrestation établi conformémentà la loi, est tenu, avant deremettre au chef d’établissementla personne qu’il conduit,de faire inscrire sur le registrel’acte dont il est porteur; l’actede remise est écrit devant lui; letout est signé tant par lui quepar le chef de l’établissementqui lui remet une copie signéede lui pour sa décharge.En cas d’exécution volontairede la peine, le chef d’établissementrecopie sur le registred’écrou l’extrait de l’arrêt ou dujugement de condamnation quilui a été transmis par le Procureurgénéral ou par le Procureurde la République.En toute hypothèse, avis del’écrou est donné par le chef del’établissement, selon le cas, auProcureur général ou au Procureurde la République.Le registre d’écrou mentionneégalement en regard de l’actede remise la date de la sortie dudétenu ainsi que s’il y a lieu, ladécision ou le texte de la loimotivant la libération.Article 695Nul agent de l’administration
    • pénitentiaire ne peut, à peined’être poursuivi et puni commecoupable de détention arbitraire,recevoir ni retenir aucune personnequ’en vertu d’un arrêt oud’un jugement de condamnation,d’une ordonnance de prisede corps, d’un mandat de dépôtou d’arrêt, d’un mandat d’amener,lorsque ce mandat doit êtresuivi d’incarcération provisoire,ou d’un ordre d’arrestation établiconformément à la loi et sansque l’inscription sur le registred’écrou prévu à l’article précédentait été faite.Article 696Si quelque détenu use demenaces, injures ou violences,ou commet une infraction à ladiscipline, il peut être enferméseul dans une cellule aménagéeà cet effet ou même être soumisà des moyens de coercition encas de fureur ou de violencegrave, sans préjudice des poursuitesauxquelles il peut y avoirlieu.Article 697Le juge d’instruction, le présidentde la chambre d’accusationainsi qu’il est dit à l’article 212,le Procureur de la République etle Procureur général visitent lesétablissements pénitentiaires àtous moments qu’ils jugentutiles.Auprès de l’établissementpénitentiaire est instituée unecommission de surveillancedont la composition et les attributionssont déterminées pardécret; ce décret fixe en outreles conditions dans lesquellescertaines personnes peuventêtre admises à visiter les détenus.Article 698Un décret détermine l’organisationet le régime intérieur desétablissements pénitentiaires.Dans les prisons établies pourpeines, ce régime sera instituéen vue de favoriser l’amendementdes condamnés et de préparer
    • leur reclassement social.84
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisTITRE IIIDE LA LIBERATIONCONDITIONNELLEArticle 699Les condamnés ayant à subirune ou plusieurs peines privativesde liberté peuvent bénéficierd’une libération conditionnelles’ils ont donné despreuves suffisantes de bonneconduite et présentent desgages sérieux de réadaptationsociale.La libération conditionnelle estréservée aux condamnés ayantaccompli trois mois de leurpeine, si cette peine est inférieureà six mois, et la moitié de lapeine dans le cas contraire.Pour les condamnés en état derécidive légale aux termes desarticles 42, 43 ou 44 du Codepénal, le temps d’épreuve estporté à six mois si la peine estinférieure à neuf mois et auxdeux tiers de la peine dans lecas contraire.Pour les condamnés aux travauxforcés à perpétuité, letemps d’épreuve est de quinzeannées.Article 700(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le droit d’accorder la libérationconditionnelle appartient auministre chargé de l’administrationpénitentiaire. L’avis conformedu Ministre de la Justice estnécessairement requis lorsqu’iln’est pas chargé de ce service.Le dossier de proposition comporte,outre l’avis du chef del’établissement dans lequel l’intéresséest détenu, celui du chefde la circonscription administrativeou le condamné entendfixer sa résidence et celui duministre public près la juridiction
    • qui a prononcé la condamnation.Article 701Le bénéfice de la libérationconditionnelle peut être assortide conditions particulières ainsique de mesures d’assistance etde contrôle destinées à faciliteret à vérifier le reclassement dulibéré.Ces mesures sont mises enoeuvre sous la direction ou sousla surveillance de comités dontle Procureur de la Républiqueest membre de droit et avec lesecours de sociétés de patronagehabilitées à cet effet.Un décret détermine lesmesures visées au présentarticle, la Composition et lesattributions desdits comités etles conditions d’habilitation dessociétés de patronage. Il fixeégalement les conditions dufinancement indispensable àl’application de ces mesures etau fonctionnement des comités.Article 702L’arrêté de libération conditionnellefixe les modalitésd’exécution et les conditionsauxquelles l’octroi ou la maintiende la libération est subordonnée,ainsi que la nature et ladurée des mesures d’assistanceet de contrôle.Cette durée ne peut être inférieureà la durée de la partie dela peine non subie au momentde la libération s’il s’agit d’unepeine temporaire; elle peut ladépasser pour une périodemaximum d’un an.Toutefois, lorsque la peine encours d’exécution est une peineperpétuelle, la durée desmesures d’assistance et decontrôle est fixée pour unepériode qui ne peut être inférieureà cinq années, ni supérieureà dix années.Pendant toute la durée de laliberté conditionnelle, les dispositionsde l’arrêté de libérationpeuvent être modifiées sur proposition
    • du Procureur de laRépublique, et après avis duchef de la circonscription administrativedu lieu où le libéré afixé sa résidence.Article 703(Loi n° 66-18 du 1er février1966)En cas de nouvelle condamnation,d’inconduite notoire, d’infractionaux conditions ou d’inobservationdes mesures énoncéesdans la décision de miseen liberté conditionnelle, leministre chargé de l’administrationpénitentiaire peut prononcerla révocation de cette décisionsur avis du Procureur de laRépublique et du chef de la circonscriptionadministrative oùest située la résidence du libéré.En cas d’urgence, l’arrestationpeut être provisoirement ordonnéepar le Procureur de laRépublique du lieu où se trouvele libéré, à charge de saisirimmédiatement le Ministre chargéde l’administration pénitentiaire.(Loi n° 65-61 du 21 juillet1965)Après révocation, le condamnédoit subir, selon les dispositionsde l’arrêté de révocation,tout ou partie de la durée de lapeine qu’il lui restait à subir aumoment de sa mise en libertéconditionnelle, cumulativement,s’il y a lieu, avec toute nouvellepeine qu’il aurait encourue; letemps pendant lequel il a étéplacé en état d’arrestation provisoirecompte toutefois pourl’exécution de sa peine.Si la révocation n’est pasintervenue avant l’expiration dudélai prévu à l’article précédent,la libération est définitive. Dansce cas la peine est réputée terminéedepuis le jour de la libérationconditionnelle.TITRE IVDU SURSISArticle 704
    • Sauf disposition législativecontraire, en cas de condamna85
    • Code de Procédure PénaleSénégalaistion à l’emprisonnement ou àl’amende, si le condamné n’apas fait l’objet de condamnationantérieure à l’emprisonnementpour crime ou délit de droit commun,les cours et tribunaux peuventordonner, par le mêmejugement et par décision motivée,qu’il sera sursis à l’exécutionde la peine principale.Article 705Si, pendant le délai de cinqans à dater du jugement ou del’arrêt, le condamné n’a encouruaucune poursuite suivie decondamnation à l’emprisonnementou à une peine plus gravepour crime ou délit de droit commun,la condamnation seracomme non avenue.Dans le cas contraire, la premièrepeine sera d’abord exécutéesans qu’elle puisse seconfondre avec la seconde.Article 706La suspension de la peine nes’étend pas au payement desfrais du procès et des dommageset intérêts.Elle ne s’étend pas non plusaux peines accessoires et auxincapacités résultant de lacondamnation.Toutefois, les peines accessoireset les incapacités cesserontd’avoir effet du jour où, parapplication des dispositions del’article 705, la condamnationaura été réputée non avenue.Article 707Le président de la cour ou dutribunal doit, après avoir prononcéla décision de condamnationprévue à l’article 704 avertir lecondamné qu’en cas de nouvellecondamnation la premièrepeine sera exécutée sansconfusion possible avec laseconde et que les peines de la
    • récidive seront encourues dansles termes des articles 43 et 44du Code pénal.TITRE VDE LA RECONNAISSANCEDE L’IDENTITE DESINDIVIDUS CONDAMNESArticle 708Lorsqu’après une évasion suiviede reprise ou dans touteautre circonstance l’identité d’uncondamné fait l’objet d’unecontestation, cette contestationest tranchée suivant les règlesétablies en matière d’incidentsd’exécution, comme il est ditaux articles 682 et 683. Toutefois,l’audience est publique.Si la contestation s’élève aucours et à l’occasion d’une nouvellepoursuite, elle est tranchéepar la cour ou le tribunal saisi decette poursuite, comme il est dità l’article 735.TITRE VIDE LA CONTRAINTE PARCORPSArticle 709(Loi n° 99-06 du 29 janvier1999)Les arrêts, jugements, ordonnancesportant condamnationau profit de l’Etat à desamendes, restitutions, dommageset intérêts et dépens enmatière criminelle, correctionnelleet de simple police sontexécutés d’office par la voie dela contrainte par corps, aprèssignification commandement dela décision définitive à la diligencedu Ministère Public quidélivre en double exemplaire lesréquisitions d’incarcérationcontre tout condamné qui n’aurapas payé volontairement dansles conditions fixées à l’article711.Lorsque la contrainte parcorps garantit le recouvrementde plusieurs créances, sa duréeest fixée d’après le total des
    • condamnations.Article 710La durée de la contrainte parcorps est réglée ainsi qu’il suit:-De deux à dix jours lorsquel’amende et les condamnationspécuniaires n’excèdent pas5.000 francs;-De dix à vingt jours lorsque,supérieures à 5.000 francs,elles n’excédent pas 15.000francs;-De vingt à quarante jourslorsque, supérieures à 15.000francs, elles n’excèdent pas25.000 francs;-De quarante à soixante jourslorsque, supérieures à 25.000francs, elles n’excèdent pas50.000 francs;-De deux à quatre moislorsque, supérieures à 50.000francs, elles n’excèdent pas100.000 francs;-De quatre à huit moislorsque, supérieures à 100.000francs, elles n’excèdent pas200.000 francs;-De huit mois à un an lorsquesupérieures à 200.000 francselles n’excèdent pas 400.000francs;-De un an à deux ans lors-qu’elles excèdent 400.000francs.En matière d’amende de police,la durée de la contrainte parcorps ne peut excéder un mois.Elle est réduite de moitié, sansque la durée puisse jamais êtreau-dessous de vingt-quatreheures, pour les condamnés quijustifient de leur insolvabilité enproduisant:1. Un certificat du receveurdes contributions de leur domicileconstatant qu’ils ne sont pasimposés;2. Un certificat du chef de lacirconscription administrativedans laquelle ils ont leur domicile.86
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 711La contrainte par corps nepeut jamais être appliquée ni enmanière d’infraction politique, nicontre des condamnés mineursde moins de dix-huit ans, nicontre ceux qui ont commencéleur soixante-dixième année aumoment de la condamnation.Elle ne peut être exercéesimultanément contre le mari etla femme, même pour le recouvrementde sommes afférentesà des condamnations différentes.Article 712Dans le délai de trois mois àcompter du jour où la décisionest devenue définitive, la partiecondamnée doit s’acquitter desa dette entre les mains del’agent du trésor.Le président de la juridictionayant prononcé l’amende avertità l’audience le condamné dudélai qui lui est imparti pours’acquitter et mention de cetavertissement doit être portéedans le jugement ou dans l’arrêt.Avant de se présenter àl’agent du trésor, le condamnéreçoit en triple exemplaire, augreffe de la juridiction ayantrendu la décision, un extraitconforme de celle-ci comprenantle décomptedes condamnations pécuniaires,y compris les droitsd’enregistrement. Un extraitidentique est remis, sur sademande, à la partie civile qui aobtenu des dommages et intérêts.Un extrait supplémentaire estconservé au greffe et portemention de la date d’envoi destrois exemplaires ci-dessusvisés.
    • L’agent du trésor, à qui la partiecondamnée remet les troisextraits, rend l’un de ceux-ci àl’intéressé avec la mention dupaiement, renvoie le secondextrait au greffe avec mentionde l’acompte versé ou du délaiaccordé et conserve le troisièmecomme titre de recette.A l’expiration du délai de troismois ci-dessus, le greffier transmetau Ministère public de lajuridiction compétente, pourexercice de la contrainte parcorps, conformément à l’article709, les extraits concernant lescondamnés pour lesquels il n’apas reçu l’avis de paiementmentionné au précédent alinéa(Loi n° 99-06 du 29.1.1999).Les parties qui désirent s’acquitteravant que la condamnationsoit définitive, ont la facultéd’utiliser la procédure prévueaux alinéas 2 et 3 du présentarticle.L’extrait renvoyé au greffeavec mention du paiement tientlieu, le cas échéant, de l’avis depaiement de l’amende nécessaireà l’établissement du casierjudiciaire.Article 713Les règles sur l’exécution desmandats de justice sont applicablesà la contrainte par corps.Article 714Si le débiteur, déjà incarcéré,requiert qu’il en soit référé, il estconduit sur le champ devant leprésident du tribunal régional dulieu où l’arrestation a été faite.Ce magistrat statue en état deréféré sur conclusions du ministèrepublic sauf à ordonner, s’iléchet, le renvoi pour être statuédans les formes et conditionsdes articles 681 et 682.(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le même droit appartient audébiteur arrêté ou recommandéqui est conduit sur le champdevant le président du tribunalrégional du lieu de détention.
    • En tout état de cause, aucundélai de grâce ne peut êtreaccordé pour le paiement desfrais, amendes et réparationsenvers l’Etat et les collectivitéspubliques.Article 715Les arrêts et jugementscontenant des condamnationsen faveur des particuliers pourréparation de crimes, délits oucontraventions commis à leurpréjudice sont, à leur diligence,exécutés suivant les mêmesformes et voies de contrainteque les jugements ou arrêts portantcondamnation au profit del’Etat.L’avertissement donné audébiteur, prévu à l’alinéa 2 del’article 712, concerne égalementle paiement des condamnationsen faveur des particuliers.A l’expiration du délai detrois mois prévu à l’alinéa viséci-dessus, les parties civilespeuvent solliciter du parquet territorialementcompétent lesréquisitions d’incarcérationnécessaires pour le montantdes condamnations prononcéesà leur profit, ou de la portion enrestant due. Il doit être donnésuite à ces demandes dans lessix mois au plus de leur réceptionau parquet, sous réserve dela justification préalable de laconsignation des aliments augreffe de la maison d’arrêt (Loin° 99-06 du 29 janvier 1999).Article 716La contrainte par corps estsubie en maison d’arrêt, dans lequartier à ce destiné.Toutefois, en cas de recommandation,si le débiteur estsoumis à une peine privative deliberté, il est, à la date fixée poursa libération définitive ou conditionnelle,maintenu dans l’établissementpénitentiaire où il setrouve, pour la durée de sacontrainte.Article 717
    • Les individus contre lesquelsla contrainte a été prononcéepeuvent en prévenir ou en fairecesser les effets soit en payantou consignant une somme suffisantepour éteindre leur dette,soit en fournissant une cautionreconnue bonne et valable.La caution est admise pourl’Etat par l’agent du Trésor, pourles particuliers par la partie inté87
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisressée. En cas de contestationen ce qui concerne les particuliers,elle est déclarée, s’il y alieu, bonne et valable par le présidentdu tribunal agissant parvoie de référé.La caution doit se libérer dansle mois, faute de quoi elle peutêtre contrainte par corps auxlieu et place de la partiecondamnée.Lorsque le paiement intégralen’a pas été effectué, la contraintepar corps peut être requiseou poursuivie pour la duréemaximum prévue à l’article 710,pour le montant des sommesrestants dues (Loi n° 99.06 du29 janvier 1999).Article 718(Loi n° 99.06 du 29.1.1999)Lorsque la contrainte parcorps, exercée soit à la requêtedu ministère public, soit à larequête de la partie lésée, a prisfin soit par l’expiration du tempsprévue soit par le paiement totalde la créance, elle ne peut plusêtre exercée ni pour la mêmedette, ni pour des condamnationsantérieures à son exécutionà moins que ces condamnationsentraînent, par leur quotité,une contrainte plus longueque celle déjà subie, auquel casla première incarcération doittoujours être déduite de la nouvellecontrainte.Lorsque la contrainte parcorps, exercée soit à la requêtedu ministère public, soit à larequête de la partie lésée, a prisfin pour une cause quelconque,elle ne peut plus être exercée nipour la même dette, ni pour descondamnations antérieures àson exécution à moins que cescondamnations n’entraînent parleur quotité une contrainte pluslongue que celle déjà subie,auquel cas la première incarcérationdoit toujours être déduite
    • de la nouvelle contrainte.Article 719Le débiteur détenu est soumisau même régime que lescondamnés sans toutefois êtreastreint au travail.Article 720Le condamné qui a subi unecontrainte par corps n’est paslibéré du montant des condamnationspour lesquelles elle aété exercée.TITRE VIIDE LA PRESCRIPTION DELA PEINEArticle 721(Loi n° 66-18 du 1er février1966)Les peines portées par unarrêt en matière criminelle seprescrivent par vingt annéesrévolues à compter de la dateoù cet arrêt est devenu définitif.Néanmoins, le condamnésera, sans préjudice des dispositionsde l’article 36 du Codepénal, soumis de plein droit etsa vie durant a l’interdiction deséjour dans la région où demeuraientsoit celui sur lequel oucontre la propriété duquel lecrime aurait été commis, soitses héritiers directs.Les dispositions des articles36 et 37 du Code pénal sontapplicables à la présente interdiction.Article 722Les peines portées par unarrêt ou jugement rendu enmanière correctionnelle se prescriventpar cinq années révolues,à compter de la date oucet arrêt ou jugement est devenudéfinitif.Article 723Les peines portées par unarrêt ou jugement rendu pour
    • contravention de police se prescriventpar deux années révolues,à compter de la date oùcet arrêt ou jugement est devenudéfinitif.Toutefois, les peines prononcéespour une contravention depolice connexe à un délit seprescrivent selon les dispositionsde l’article 722.Article 724En aucun cas, les condamnéspar défaut ou par contumacedont la peine est prescrite nepeuvent être admis à se présenterpour purger le défaut ou lacontumace.Article 725Les condamnations civilesportées par les arrêts ou par lesjugements rendus en manièrecriminelle, correctionnelle et depolice et devenus irrévocables,se prescrivent d’après les règlesétablies par le Code des obligationsciviles et commerciales.TITRE VIIIDU CASIER JUDICIAIREArticle 726(Loi n° 85-25 du 27 février1985)Le greffier de chaque tribunalreçoit, en ce qui concerne lespersonnes nées dans la circonscriptiondu tribunal, et aprèsvérification de leur identité auxregistres de l’état civil, desfiches constatant:1. Les condamnations contradictoiresou par contumace etles condamnations par défautnon frappées d’opposition prononcéespour crime ou délit partoute juridiction répressive ycompris les condamnationsavec sursis;2. Les décisions prononcéespar application des textes relatifsa l’enfant délinquante;3. Les décisions prononcéespar l’autorité judiciaire ou par88
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisune autorité administrative lors-qu’elles entraînent ou édictentdes incapacités;4. Les jugements déclaratifsde faillite ou de liquidation judiciaire;5. Tous les jugements prononçantla déchéance de lapuissance paternelle ou leretrait de tout ou partie desdroits y attachés;6. Les arrêtés d’expulsion priscontre les étrangers.Les condamnations et décisionsprécitées ne font l’objetd’une fiche que lorsqu’elles sontdevenues définitives.Article 727Il est fait mention sur lesfiches du casier judiciaire, desgrâces, commutations ou réductionsde peines, des décisionsqui suspendent ou qui ordonnentl’exécution d’une premièrecondamnation, des arrêtés demise en liberté conditionnelle etde révocation, des décisions desuspension de peine, des réhabilitations,des décisions quirapportent ou suspendent lesarrêtés d’expulsion, ainsi que dela date de l’expiration de lapeine et du paiement de l’amende.Sont retirées du casier judiciaireles fiches relatives à descondamnations effacées parune amnistie ou réformées enconformité d’une décision derectification du casier judiciaire.Article 728Lorsqu’à la suite d’une décisionprise en vertu des dispositionsdu titre premier du livre IVrelatives à l’enfance délinquante,la rééducation du mineurapparaît comme acquise, le tribunalpour enfants peut, aprèsl’expiration d’un délai de cinqans à compter de ladite décisionet même si le mineur a atteintsa majorité, décider à sa requête,à celle du ministère public ou
    • d’office, la suppression ducasier judiciaire de la ficheconcernant la décision dont ils’agit.Le tribunal pour enfants statueen dernier ressort. Lorsquela suppression de la fiche a étéprononcée, la mention de ladécision initiale ne doit plus figurerau casier judiciaire de l’intéressé.La fiche afférente à laditedécision est détruite.Le tribunal du lieu de la poursuiteinitiale, celui du lieu dudomicile actuel du mineur etcelui du lieu de sa naissancesont compétents pour connaîtrede la requête.Article 729Il est tenu au greffe de la Courd’appel de Dakar un casier judiciairecentral qui reçoit lesfiches concernant les personnesnées hors du territoire de laRépublique et celles dont l’actede naissance n’est pas retrouvéou dont l’identité est douteuse.Article 730Une copie de chaque ficheconstatant une décision entraînantla privation des droits électorauxest adressée par le greffecompétent à l’autorité chargéed’établir les listes électorales.Article 731Le relevé intégral des fichesdu casier judiciaire applicables àla même personne est porté surun bulletin appelé bulletin n° 1.Le bulletin n° 1 n’est délivréqu’aux autorités judiciaires.Lorsqu’il n’existe pas de ficheau casier judiciaire, le bulletin n°1 porte la mention «néant».Article 732Le bulletin n° 2 est le relevédes fiches du casier judiciaireapplicables à la même personne,à l’exclusion de celleconcernant les décisions suivantes:
    • 1. Les décisions prononcéesen vertu des textes relatifs àl’enfance délinquante;2. Les condamnations assortiesdu bénéfice du sursis, lors-qu’elles doivent être considéréescomme non avenues;3. Les condamnations effacéespar la réhabilitation deplein droit ou judiciaire;(Loi n° 66-18 du 1er février1966)4. Les condamnations auxquellessont applicables les dispositionsde l’article 45, alinéa 4de la Loi n° 63-21 du 5 février1963 remplaçant le titre premierdu Code de justice militaire.(Loi n° 65-61 du 21 juillet1965)5. Les jugements de failliteeffacées par la réhabilitation;6. Les décisions disciplinaireseffacées par la réhabilitation;7. Les décisions d’expulsionabrogées ou rapportées.Les bulletins n° 2 fournis encas de contestation concernantl’inscription sur les listes électoralesne comprennent que lesdécisions entraînant des incapacitésen matière d’exercice dudroit de vote.Lorsqu’il n’existe pas aucasier judiciaire de fichesconcernant des décisions à releversur le bulletin n° 2, celui-ciporte la mention «néant».Article 733Le bulletin n° 2 du casier judiciaireest délivré:1. Aux gouverneurs derégions, aux préfets et auxadministrations publiques del’Etat saisis de demandes d’emploispublics, de propositionsrelatives à des adjudications detravaux ou de marchés publics,en vue de poursuites disciplinairesou de l’ouverture d’uneécole privée;2. Aux autorités militaires pourles appelés des classes et del’inscription maritime et pour lesjeunes gens qui demandent àcontracter un engagement ainsiqu’aux autorités compétentesen cas de contestation sur
    • l’exercice des droits électoraux;3. Aux administrations et personnesmorales dont la listesera déterminée par le décretprévu par l’article 736;4. Aux présidents des tribunauxpour être joint aux procé89
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisdures de faillite et de liquidationjudiciaire ainsi qu’aux jugescommis à la surveillance duregistre du commerce à l’occasiondes demandes d’inscriptionaudit registre.Article 734Le bulletin n° 3 est le relevédes condamnations à despeines privatives de liberté prononcéespar une juridictionsénégalaise pour crime ou délit.Il indique expressément que telest son objet. N’y sont inscritesque les condamnations de lanature ci-dessus préciséeautres que celles mentionnéesdu 1° au 7° de l’article 732 etpour lesquelles le sursis n’a pasété ordonné, sauf révocation decette mesure.Le bulletin n° 3 peut êtreréclamé par la personne qu’ilconcerne. Il ne doit, en aucuncas, être délivré à un tiers.Article 735Lorsque, au cours d’une procédurequelconque, le Procureurde la République ou le juged’instruction constate qu’un individua été condamné sous unefausse identité ou a usurpé unétat civil, il est immédiatementprocédé d’office, à la diligencedu Procureur de la République,aux rectifications nécessairesavant la clôture de la procédure.La rectification est demandéepar requête au président du tribunalou de la cour qui a rendula décision. Si la décision a étérendue par une cour d’assises,la requête est soumise à laChambre d’accusation.Le président communique larequête au ministère public, lecas échéant, et commet unmagistrat pour faire le rapport.Les débats ont lieu et le jugementest rendu en chambre duconseil. Le tribunal ou la cour
    • peut ordonner d’assigner la personneobjet de la condamnation.Si la requête est admise, lesfrais sont supportés par celui quia été la cause de l’inscriptionreconnue erronée s’il a étéappelé dans l’instance. Dans lecas contraire ou dans celui deson insolvabilité, ils sont supportéspar le Trésor.Toute personne qui veut fairerectifier une mention portée àson casier judiciaire peut agirdans la même forme. Dans lecas où la requête est rejetée, lerequérant est condamné auxfrais.Mention de la décision estfaite en marge du jugement oude l’arrêt visé par la demandeen rectification.La même procédure est applicableau cas de contestation surla réhabilitation de droit, ou dedifficultés soulevées par l’interprétationd’une loi d’amnistie,dans les termes de l’article 727alinéa 2.Article 736Un décret détermine lesmesures nécessaires à l’exécutiondes articles 729 à 735, etnotamment les conditions danslesquelles doivent être demandés,établis et délivrés les bulletinsnos 1, 2 et 3 du casier judiciaire.Article 737Quiconque a pris le nom d’untiers, dans les circonstances quiont déterminé ou auraient pudéterminer l’inscription d’unecondamnation au casier judiciairede celui-ci, est puni de sixmois à cinq ans d’emprisonnementet de 25.000 à 500.000francs d’amende, sans préjudicedes poursuites à exercer éventuellementdu chef de faux.La peine ainsi prononcée estsubie immédiatement aprèscelle encourue pour l’infraction àl’occasion de laquelle l’usurpation
    • de nom a été commise.Est puni des peines prévues àl’alinéa premier celui qui, par defausses déclarations relatives àl’état civil d’un inculpé a sciemmentété la cause de l’inscriptiond’une condamnation sur lecasier judiciaire d’un autre quecet inculpé.Article 738Quiconque, en prenant unfaux nom ou une fausse qualité,s’est fait délivrer un extrait decasier judiciaire d’un tiers estpuni de deux mois d’emprisonnementau plus et de 20.000francs à 100.000 francs d’amende.Est puni des peines prévues àl’article 737 celui qui aura fourniles renseignements d’identitéimaginaire qui ont provoqué ouauraient pu provoquer des mentionserronées au casier judiciaire.TITRE IXLA REHABILITATION DESCONDAMNESArticle 739Toute personne condamnéeau Sénégal à une peine criminelleou correctionnelle peutêtre réhabilitée.Article 740La réhabilitation est soitacquise de plein droit, soitaccordée par arrêt de laChambre d’accusation.Article 741La réhabilitation est acquisede plein droit au condamné quin’a, dans les délais ci-aprèsdéterminés, subi aucunecondamnation nouvelle à l’emprisonnementou à une peineplus grave pour crime ou délit:1. Pour la condamnation àl’amende, après un délai de 5ans à compter du jour du paiementde l’amende ou de l’expiration
    • de la contrainte par corpsou de la prescription accomplie;2. Pour la condamnationunique à une peine d’emprison90
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisnement ne dépassant pas 6mois, après un délai de 10 ansà compter soit de l’expiration dela peine subie, soit de la prescriptionaccomplie;3. Pour la condamnationunique à une peine d’emprisonnementne dépassant pas deuxans ou pour les condamnationsmultiples dont l’ensemble nedépasse pas un an, après undélai de 15 ans compté commeil est dit au paragraphe précédent;4. Pour la condamnationunique à une peine supérieure à2 ans d’emprisonnement oupour les condamnations multiplesdont l’ensemble ne dépassepas 2 ans, après un délai de20 ans compté de la mêmemanière.Sont, pour l’application desdispositions qui précédent,considérées comme constituantune condamnation unique, lescondamnations dont la confusiona été accordée.La remise totale ou partielled’une peine par voie de grâceéquivaut à son exécution totaleou partielle.Article 742La réhabilitation ne peut êtredemandée en justice, du vivantdu condamné, que par celui-ci,où s’il est interdit, par son représentantlégal. En cas de décès,et si les conditions légales sontremplies, la demande peut êtresuivie par son conjoint ou parses ascendants ou descendantset même formée par eux, maisdans le délai d’une année seulementà dater du décès.La demande doit porter surl’ensemble des condamnationsprononcées qui n’ont été effacéesni par une réhabilitationantérieure ni par l’amnistie.Article 743La demande en réhabilitation
    • ne peut être formée qu’après undélai de cinq ans pour lescondamnés à une peine criminelleet de trois ans pour lescondamnés à une peine correctionnelle.Ce délai part, pour lescondamnés à une amende, dujour où la condamnation estdevenue irrévocable et, pour lescondamnés à une peine privativede liberté, du jour de leurlibération définitive, ou conformémentaux dispositions de l’article703, alinéa 4, du jour deleur libération conditionnellelorsque celle-ci n’a pas été suiviede révocation.Article 744Les condamnés qui sont enétat de récidive légale, ceux qui,après avoir obtenu la réhabilitation,ont encouru une nouvellecondamnation, ceux qui,condamnés contradictoirementou par contumace à une peinecriminelle, ont prescrit contrel’exécution de la peine, ne sontadmis à demander leur réhabilitationqu’après un délai de dixans écoulés depuis la libérationou depuis la prescription.Néanmoins, les récidivistesqui n’ont subi aucune peine criminelleet les réhabilités quin’ont encouru qu’une condamnationà une peine correctionnellesont admis à demander laréhabilitation après un délai dedix années écoulées depuis leurlibéralisation.Sont également admis àdemander la réhabilitation,après un délai de six annéesécoulées depuis la prescription,les condamnés contradictoirementou par défaut à une peinecorrectionnelle qui ont prescritcontre l’exécution de la peine.Les condamnés contradictoirement,les condamnés parcontumace ou par défaut, quiont prescrit contre l’exécution dela peine, sont tenus, outre lesconditions qui vont être énoncées,de justifier qu’ils n’ontencouru, pendant les délais de
    • la prescription, aucune condamnationpour faits qualifiés crimesou délits, et qu’ils ont eu uneconduite irréprochable.Article 745Le condamné doit, sauf le casde prescription, justifier dupayement des frais de justice,de l’amende et des dommageset intérêts ou de la remise qui luien est faite.A défaut de cette justification,il doit établir qu’il a subi le tempsde contrainte par corps déterminépar la loi ou que le trésor arenoncé à ce moyen d’exécution.S’il est condamné pour banqueroutefrauduleuse, il doit justifierdu payement du passif dela faillite en capital, intérêts etfrais ou de la remise qui lui enest faite.Néanmoins, si le condamnéjustifie qu’il est hors d’état de selibérer des frais de justice, ilpeut être réhabilité même dansle cas où ces frais n’auraientpas été payés ou ne l’auraientété qu’en partie.En cas de condamnation solidaire,la Cour fixe la part desfrais de justice, des dommageset intérêts ou du passif qui doitêtre payée par le demandeur.Si la partie lésée ne peut êtreretrouvée, ou si elle refuse derecevoir la somme due, celle-ciest versée à la caisse desdépôts et consignations commeen matière d’offres de payementet de consignation. Si la partiene se présente pas dans undélai de cinq ans pour se faireattribuer la somme consignée,cette somme est restituée audéposant sur sa simple demande.Article 746Si, depuis l’infraction, lecondamné a rendu des serviceséminents au pays, la demandede réhabilitation n’est soumise àaucune condition de temps nid’exécution de peine. En ce cas,
    • la cour peut accorder la réhabilitationmême si les frais, l’amendeet les dommages-intérêtsn’ont pas été payés.91
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 747Le condamné adresse lademande en réhabilitation auProcureur de la République desa résidence habituelle.Cette demande précise:1. La date de la condamnation;2. Les lieux où le condamné arésidé depuis sa libération.Article 748Le Procureur de la Républiques’entoure de tous renseignementsutiles aux différentslieux où le condamné a puséjourner.Article 749Le Procureur de la Républiquese fait délivrer:1. Une expédition des jugementsde condamnations;2. Un extrait du registre deslieux de détention où la peine aété subie constatant quelle a étéla conduite du condamné;3. Un bulletin n° 1 du casierjudiciaire.Il transmet les pièces avecson avis au Procureur général.Article 750La Cour est saisie par le Procureurgénéral.Le demandeur peut soumettredirectement à la Cour toutespièces utiles.Article 751La Cour statue dans le moissur les conclusions du Procureurgénéral, la partie ou sonconseil entendus ou dûmentconvoques.Article 752En cas de rejet de la demande,une nouvelle demande nepeut être formée avant l’expiration
    • d’un délai de deux années àmoins que le rejet de la premièreait été motivé par l’insuffisancedes délais d’épreuve. En cecas, la demande peut êtrerenouvelée dès l’expiration deces délais.Article 753Mention de l’arrêt prononçantla réhabilitation est faite enmarge des jugements decondamnation et au casier judiciaire.Dans ce cas, les bulletins nos2 et 3 du casier judiciaire ne doiventpas mentionner la condamnation.Le réhabilité peut se faire délivrersans frais une expéditionde l’arrêt de réhabilitation et unextrait du casier judiciaire.Article 754La réhabilitation efface lacondamnation et fait cesserpour l’avenir toutes les incapacitésqui en résultent.TITRE XDES FRAIS DE JUSTICEArticle 755Un décret détermine les fraisqui doivent être compris sous ladénomination de frais de justicecriminelle, correctionnelle et depolice; il en établit le tarif, enrègle le payement et le recouvrement,détermine les voies derecours, fixe les conditions quedoivent remplir les parties prenanteset, d’une façon générale,règle tout ce qui touche auxfrais de justice en matière criminelle,correctionnelle et de police.TITRE XISANCTIONSDISCIPLINAIRESArticle 755 bisL’inobservation par toutmagistrat, greffier en chef, greffier
    • ou secrétaire, des délais etformalités prévu par le présentCode constitue une faute professionnelleentraînant l’applicationdes sanctions disciplinairesprévues par les statuts particuliers.Article 756Sont abrogées toutes dispositionscontraires et antérieuresau présent code qui entrera envigueur à compter du 1er février1966.La présente loi sera exécutéecomme loi de l’Etat.ANNEXE 1LA COMPÉTENCERATIONAE MATERIAEDES JURIDICTIONS ENMATIÈRE PÉNALELOI N° 84-20 DU 2FEVRIER 1984 FIXANTLES ATTRIBUTIONSDES TRIBUNAUXDEPARTEMENTAUXEN MATIERECORRECTIONNELLEL’Assemblée nationale a délibéréet adopté, en sa séance duvendredi 13 janvier 1984;Le Président de la Républiquepromulgue la loi dont la teneursuit:Article premierDans les conditions de compétencefixées par les articles369 et 370 du Code de Procédurepénale, les tribunauxdépartementaux connaissent, àcharge d’appel devant la Courd’Appel, des délits prévus par leCode pénal dont l’énumérationfigure à l’article 2 ci-après, ainsi92
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisque des délits dont la compétenceleur a été spécialementattribuée par la loi et de ceuxdont la loi attribuait spécialementcompétence aux justicesde paix.Article 2Les délits réprimés par leCode pénal dont la connaissanceest attribuée aux tribunauxdépartementaux, sauf dans lescas où ils ont été commis pardes mineurs de 18 ans, sontceux qui sont prévus par lesarticles suivants dudit code:Délits contre la chosepublique:-infraction à décision d’interdictionde séjour ( article 36, alinéa3);-provocation à un attroupementnon armée ( article 95, alinéa1er);-réunion et manifestation nonautorisées ( articles 96 et 97);-falsification de scrutin(articles 103 et 104);-faux dans certains documentsadministratifs, dans lesregistres de logeurs et aubergistes,dans les feuilles de routeet certificats (articles 137, 138,139, 140, 141, 143 et 145);-violation de domicile par unparticulier (article 64, alinéa 2);-suppression, ouverture delettres confiées à la poste, commisepar un non fonctionnaire(article 167, alinéa 2);-délits relatifs à la tenue del’état-civil (articles 172 à 175inclus);-rébellion simple (articles185,187 et 193);-évasion de détenus sansviolence ni bris de prison (article215, alinéas 3 et 4);-remise à un détenu et sortiesirrégulières de correspondances,sommes d’argent ouobjets quelconques (article217);-bris de scellés (articles 218,219 alinéa1 er et 220);
    • -usurpation de fonctions(article 226);-port illégal d’uniforme et dedécorations, altération de titresou de noms (articles 227, 228 et229);-usage irrégulier de titres(articles 235 à 237 inclus);-vagabondage et mendicité(articles 241 a 247 inclus).Délits contre les particuliers-menaces simples de voiesde fait ou violence (article 293);-coups et blessures volontairesn’entraînant pas plus de20 jours d’incapacité (articles296, 297 et 298, alinéas 1er, 3et 4);-consommation du mariagesur un mineur de 13 ans n’ayantpas occasionné de blessuresgraves (article 300, alinéas 1eret 3) ;-administration de substancesnuisibles n’ayant pasentraîné une incapacité supérieureà 20 jours (article 306, alinéa1er);- outrage public à la pudeur(article 318);-attentat à la pudeur sansviolences (article 319, alinéa1er);-adultère et complicité(articles 329 à 331 inclus);-mariage illicite (article 333);-non déclaration de naissanceet non remise d’enfant trouvé(articles 339 et 340);-détournement de mineur(article 348);-non représentation demineur (article 349);-abandon de famille (articles350 et 351);-inhumation sans permis etautres infractions aux lois etrèglements sur les inhumations(article 352);-faux témoignage en matièrecorrectionnelle de la compétencedes tribunaux départementaux(articles 356, 357, 358 alinéas2, 3 et 4);-subordination de témoins etfaux serment commis dans lesprocédures engagées devant letribunal départemental (articles359 et 360);-dénaturation volontaire d’interprétationdevant le tribunaldépartemental (article 361);
    • Délits contre les propriétés-vol simple (articles 364, 365et 370);-filouterie (article 374);-escroquerie au mariage(article 379, alinéa 4);-soustraction de pièce, titreou mémoire produits dans unecontestation soumise au tribunaldépartemental ( article 384);-établissement irrégulier demaison de jeu et de loterie(article 388);-incendie de baraques,paillotes, récoltes etc, (article406 alinéa 6);-destruction de marchandises,etc ( article 415);-dévastation de récoltes(articles 416, 420, 421 et 427);-destruction de clôture...,etc... ; (article 428);-abattage d’arbres et destructionde greffes (articles 422 et427);-recel de choses provenantdes délits de la compétence dutribunal départemental (article430).Article 3Les dispositions de la présenteloi entreront en vigueur le 1ernovembre 1984.Article 4Sont abrogées toutes dispositionscontraires à la présente loiet, notamment, la loi n° 67-10du 20 février 1967 fixant lesattributions des justices de paixen matière correctionnelle.la présente loi sera exécutéecomme loi de l’Etat.93
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisDECRET N° 84-1194 DU 22OCTOBRE 1984 FIXANTLA COMPOSITION ET LACOMPETENCE DESCOURS D’APPEL, DESTRIBUNAUX REGIONAUXET DES TRIBUNAUXDEPARTEMENTAUXTITRE PREMIERLES TRIBUNAUXDEPARTEMENTAUXCHAPITRE PREMIERCOMPOSITION ETORGANISATIONArticle premierLe président du Tribunaldépartemental répartit lesaffaires selon les besoins duservice.En cas d’absence ou d’empêchementil est remplacé dansles conditions prévues par l’article77 de l’ordonnance n° 6047du 9 novembre 1960 portantstatut de la Magistrature.Article 2Dans chaque tribunal départementalun juge désigné pararrêté du Ministre de la justice,Garde des Sceaux, remplit lesfonctions de juge d’instruction.Ses attributions sont fixéespar le Code de Procédure pénale.Il peut être établi plusieursjuges d’instruction quand lesbesoins du service l’exigent.S’il n’y a qu’un juge présentau siège du tribunal, il remplitd’office les fonctions de juged’instruction.Article 3
    • Il peut être institué auprès dutribunal départemental un déléguédu Procureur de la République, celui-ci est chargéd’exercer les fonctions de ministèrepublic, telles qu’elles sontdéfinies par la loi, sous l’autoritédu Procureur de la Républiqueprès le tribunal régional dans leressort duquel est situé le siègedu tribunal départemental.Pour les tribunaux départementauxqui ne comportent pasde ministère public, ou en casd’absence du délégué du Procureurde la République l’actionpublique est exercée par le chefde la juridiction qui est investides pouvoirs de Procureur de laRépublique dans les conditionsfixées aux articles 36 et 38 duCode de Procédure pénale.CHAPITRE IICOMPETENCEArticle 4Les tribunaux départementauxconnaissent de tous lesfaits qualifiés de contraventionde police commis dans l’étenduede leur ressort.Ils connaissent également desdélits pour lesquels la loi leur adonné compétence ainsi que deceux pour lesquels compétenceétait donnée aux juges de paixlorsque ces infractions sontcommises par des délinquantsmajeurs de 18 ans accomplis.Article 5Les tribunaux départementauxconnaissent de l’actiondirecte, engagées conjointementà l’action publique mise enoeuvre pour la poursuite desinfraction relevant de leur compétencequelque soit le montantde la demande.Article 6Sous réserve des dispositionsdes articles suivants le tribunaldépartemental connaît en matière
    • civile et commerciale detoutes actions personnelles oumobilières, en dernier ressort,jusqu’à la valeur de 200.000francs et à charge d’appel jusqu’àla valeur de 1.000.000 defrancs.Article 7Le tribunal départementalconnaît des actions relatives aucontrat de louage d’immeublesà usage d’habitation:-en dernier ressort pour lesbaux conclus à un taux de loyerinférieur ou égal à 25.000 francspar mois;-et à charge d’appel lorsquele taux du loyer mensuel excèdecette somme sans dépasser lavaleur de 50.000 francs.Dans les mêmes limites ilconnaît également desdemandes en autorisation, validité,nullité ou main-levée desaisie-gagerie ou de saisie-revendication alors même qu’il yaurait contestation de la partd’un tiers.Article 8Le tribunal départementalconnaît, lorsque les causes dela saisie sont dans les limites desa compétence :1. des demandes en déclarationaffirmative, validité, nullitéou mainlevée de saisies arrêt etopposition autres que cellesportant sur des salaires, rémunérations,traitements ou revenuspériodiques;2. des demandes en validité,nullité ou main levée de saisiesur débiteurs forains;3. des contestations en matièrede saisie-brandon;4. des contestations en matièrede saisie-exécution.Article 9Le tribunal départementalconnaît, en premier ressort etquelle que soit la valeur du litigede toutes les actions relativesau statut personnel.Il est notamment compétentpour connaître des demandes
    • en paiement, révision ou sup94
    • Code de Procédure PénaleSénégalaispression de pension alimentaires.Article 10Dans les localités où il existedéjà un cadi; et le cas échéant,un cadi suppléant ceux-ci sontintégrés au tribunal départementaldans le ressort duquel ilsont été nommés.Le tribunal peut les consulterdans les matières relevant duCode de la Famille, avant destatuer sur le fond, et aprèsavoir ordonné toutes mesuresprovisoires ou urgentes nécessitéespar la cause. Cette consultationest obligatoire lorsque lelitige est relatif aux successionsde droit musulman.Le tribunal peut renvoyer lesparties devant le cadi ou le cadisuppléant aux fins de tentativede conciliation. L’accord intervenun’est exécutoire qu’aprèshomologation rendue en formed’ordonnance par le juge.Le secrétariat du cadi estassuré par les services du greffedu tribunal départemental.Article 11Les tribunaux départementauxconnaissent de tous incidentsou difficultés de procédureou d’exécution lorsque l’objetdu litige entre dans leur compétenceet n’excèdent pas1.000.000 de francs.Article 12Les tribunaux départementauxconnaissent de toutes lesdemandes reconventionnellesou en compensation qui, parleur nature ou leur valeur, sontdans les limites de leur juridiction.Ils connaissent, en outre,comme de la demande principaleelle-même, des demandes
    • reconventionnelles en dommages-intérêts fondées exclusivementsur la demande principale,à quelque somme qu’ellespuissent s’élever.Lorsque plusieurs demandesprocédant de causes différenteset non connexes sont forméespar la même partie contre lemême défendeur et réunies enune même instance, la compétencedu tribunal départementalest déterminée par la nature etla valeur de chaque demandeconsidérée isolément. Lorsqueles demandes réunies procèdentde la même cause ou sontconnexes, la compétence estdéterminée par la valeur totalede ces demandes.La demande formée par plusieursdemandeurs contre plusieursdéfendeurs collectivementest jugée en dernier ressortsi la somme totale est inférieureà 200.000 francs, sanségard à la part de chacun d’euxdans cette somme.Article 13L’appel des jugements renduspar les tribunaux départementauxen matière civile, commerciale,de statut personnel ou desimple police est porté devant letribunal régional.L’appel des jugements renduspar les tribunaux départementauxdans les affaires correctionnellesréservées à leur compétenceet sur l’action civile oudirecte engage conjointement àl’action publique dans lesditesaffaires est porté devant la Courd’appel.Article 14Les jugements rendus en dernierressort peuvent faire l’objetd’un pourvoi porté devant laCour suprême.TITRE IILES TRIBUNAUXREGIONAUXCHAPITRE PREMIER
    • COMPOSITION ETORGANISATIONArticle 15Le président du tribunal régional,qui peut toujours présiderl’audience quand il le jugeconvenable, repartit le serviceentre les juges.En cas d’absence ou d’empêchementil est remplacé dansles conditions prévues par l’article77 de l’ordonnance n° 6047du 9 novembre 1960 portantstatut de la Magistrature.Article 16Le jugement des mineurs et leservice des audiences correctionnellessont assurés par desjuges plus spécialement désignéspar ordonnance du présidentdu tribunal.Ces emplois peuvent secumuler avec le service desautres chambres.Article 17Dans chaque tribunal régional,l’un des juges désigné pararrêté du Ministre de la justice,Garde des Sceaux, remplit lesfonctions de juge d’instruction.Ses attributions sont fixéespar le Code de Procédure pénale.Il peut être établi plusieursjuges d’instructions dans un tribunalrégional quand lesbesoins du service l’exigent.En cas d’absence ou d’empêchementmomentané, le juged’instruction est remplacé dansles conditions prévues au Codede Procédure pénale.S’il n’y a qu’un juge présentau siège du tribunal il remplitd’office les fonctions de juged’instruction.95
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 18 Article 23Il y a auprès de chaque tribu-Les Tribunaux régionaux sontnal régional un Procureur de la juges d’appel des décisions ren-République chargé d’exercer les dues par les tribunaux départe-fonctions de ministère public mentaux en matière civile, comtellesqu’elles sont définies par merciale et de simple police.la loi.En cas d’empêchement ou Article 24d’absence il est remplacé par le Les jugements rendus en der-plus ancien des substituts. nier ressort peuvent faire l’objetd’un pourvoi en cassation portédevant la Cour suprême.CHAPITRE IICOMPETENCETITRE IIIArticle 19Les tribunaux régionaux LES COURS D’APPELSconnaissent, sans préjudice desdispositions spéciales concer-Article 25nant le jugement des infractions Le ressort de la Cour d’appelpénales commises par les de Dakar s’étend à l’ensemblemineurs, et sous réserve des de la République du Sénégal.dispositions légales particulières,de tous les délits autres Article 26que ceux qui sont réservés à la En toutes matières, les arrêtscompétence des tribunaux sont rendus par trois magistratsdépartementaux. au moins.En cas d’absence ou d’empê-Article 20 chement momentané, l’un desLes tribunaux régionaux magistrats de la Cour d’Appelconnaissent tant en matière civipeutêtre remplacé pour le servileque commerciale de l’enced’une audience déterminéesemble des matières qui ne sont par un magistrat du Tribunalpas de la compétence des tribu-régional de Dakar, par ordonnauxdépartementaux. nance du Premier Président.Ils connaissent également de En matière correctionnelle, enl’ensemble du contentieux admicasde difficulté inopinée ànistratif et fiscal à l’exception du constituer une chambre, le Pré-recours pour excès de pouvoir sident y pourvoit en appelant àet des recours en matière élecsiégersoit un membre du Tributoraledont la compétence est nal régional de Dakar n’ayantréservée à une autre juridiction pas connu de l’affaire soit unpar des dispositions législatives avocat présent à la barre et prisou réglementaires particulières. dans l’ordre du tableauArticle 21 Article 27Les jugements des tribunaux La Cour d’Appel connaît, tantrégionaux sont rendus en preenmatière civile, commercialemier ressort, à charge d’appel. et de contentieux administratif,fiscal et électoral, qu’en matièreArticle 22 correctionnelle, de l’appel desL’appel des jugements rendus jugements rendus en premierpar les tribunaux régionaux est ressort par les tribunaux régioportédevant la Cour d’appel. naux.
    • Elle connaît également del’appel des jugements rendus enpremier ressort par les tribunauxdu travail.Elle connaît enfin de l’appeldes jugement rendus en matièrecorrectionnelle par les tribunauxrégionaux et par les tribunauxdépartementaux.Le tout sous réserve descauses soumises à sa compétenceen premier et dernier ressortsuivant les procédures particulièresinstituées par les loiset règlements.Article 28Le Premier Président établit,au commencement de chaqueannée judiciaire, le roulementdes conseillers dans les différenteschambres après avoirpris l’avis des présidents deChambre et du Doyen desconseillers et après avoir entendule Procureur général.Il répartit, en même temps, leservice des différenteschambres entre les différentsprésidents.Il établit dans les mêmesconditions le roulement desaudiences de vacations enfixant les jours et heures de cesvacations qui sont portées à laconnaissance des justiciablespar voie d’insertion au Journalofficiel et d’affichage à la portedu Palais de Justice.Il préside les audiences solennelles,les assemblées généraleset les audiences de lachambre civile. Il préside aussi,quand il le juge convenable,toute autre Chambre.En cas d’empêchement oud’absence momentanée, il estremplacé par le Président deChambre le plus ancien, ou àdéfaut le plus ancien conseillerprésent.Les présidents de Chambresont remplacés par lesconseillers par ordre d’ancienneté.
    • Article 29Le secrétaire général de laCour d’Appel, conformément96
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisaux directives du Premier Présidentet sous son autorité:-s’assure de la répartition desdossiers entre les différenteschambres de la Cour;-veille à la mise en état desprocédures en donnant aux partiestoutes injonctions qui luiparaissent opportunes et contrôlela mise au rôle particulier desaffaires civiles, commerciales,administratives et sociales;-prend toutes dispositionsutiles pour la prompte évacuationdes causes;-assiste, ou remplace en casd’empêchement, le Premier Présidentde la Cour d’Appel dansses attributions administratives.Article 30La composition de laChambre d’Accusation et sesattributions sont réglées conformémentaux dispositions duCode de Procédure pénale.Le Président de la Chambred’Accusation s’assure du bonfonctionnement des cabinetsd’instruction dans le ressort dela Cour d’Appel et s’emploie àce que les procédures ne reçoiventaucun retard injustifié.Il peut saisir la Chambre d’Accusationafin qu’il soit statué parelle sur le maintien de détentiond’un inculpé détenu préventivement.Il peut, pour des actes déterminés,déléguer ses pouvoirs àun magistrat du siège appartenantà la Chambre d’Accusation.Article 31Toutes les fonctions du ministèrepublic sont spécialement etpersonnellement confiées auProcureur général.Les avocats généraux et lessubstituts généraux ne participentà l’exercice de ces fonctions
    • que sous sa direction.Le service auprès desChambres de la Cour d’Appelest distribué par le Procureurgénéral.Article 32Les arrêts rendus en toutesmatières par la Cour d’Appelpeuvent faire l’objet d’un pourvoien cassation porté devant laCour Suprême.TITRE IVLES COURS D’ASSISESArticle 33Les cours d’assises ont leursiège établi à Dakar, Saint-Louis, Ziguinchor et Kaolack.Le ressort de la Cour d’Assisesde Dakar s’étend aux tribunauxrégionaux de Dakar etde Thiès; celui de la Cour d’Assisesde Saint-Louis aux tribunauxrégionaux de Saint-Louis,de Diourbel et de Louga; celuide la Cour d’Assises de Kaolackaux tribunaux régionaux deKaolack, et de Tambacounda;celui de la Cour d’Assises deZiguinchor au tribunal régionalde Ziguinchor.TITRE VL’INSPECTION CENTRALEDES SERVICESJUDICIAIRESArticle 34L’inspection centrale des Servicesjudiciaires est assurée parun magistrat inspecteur central,assisté de magistrats adjoints.Pour l’accomplissement d’unemission déterminée l’inspecteurcentral peut, s’il l’estime nécessaire,requérir le concours detout magistrat ou de toute personnequalifiée.Article 35Au début de chaque annéejudiciaire l’inspecteur central
    • des services judiciaires élabore,après consultation des directeursdu Ministère de la Justice,du Premier Président de la Courd’Appel et du Procureur généralprès ladite Cour un programmed’inspection qui est soumis auGarde des Sceaux et arrêté parlui.Les Directeurs, le PremierPrésident et le Procureur Généralde la Cour d’Appel sont informésdes missions d’inspectionprévues au programme annuel.En dehors du programmeannuel, des missions particulièrespeuvent, en cours d’année,être confiées à l’inspecteurcentral des services judiciairespar le Garde des Sceaux.L’inspecteur central assure,en outre, la centralisation desrapports de l’inspection généraledes cours et tribunaux et del’inspection générale des Parquets.Il communique aux directeursdu Ministère de la Justiceces rapports ou les éléments deces rapports qui concernent lesaffaires de leur compétence.Article 36Les inspections s’exercent parvoie de vérification, de contrôleet d’enquête, tant sur les servicesdes juridictions et institutionsque sur l’activité et le comportementdes magistrats et dupersonnel de la Justice.L’inspecteur central et sesadjoints, agissant sous sonautorité, disposent pour accomplirleur mission de tout pouvoird’investigation et de contrôle. Ilspeuvent convoquer et entendretoute personne, y compris toutofficier de police judiciaire, toutofficier ministériel, tout auxiliairede la Justice, tout agent du personnelde la Justice et toutmagistrat et se faire communiquertout document utile.Article 37A la suite de chaque inspection,l’inspecteur central appré
    • 97
    • Code de Procédure PénaleSénégalaiscie dans son rapport le fonctionnementdes juridictions ou servicesdu point de vue, notamment,de l’organisation desméthodes, de la diligence et dela manière de servir des personnels.Il présente toutes suggestionspropres à accroître le rendementet l’efficacité.Il adresse, en outre, au Gardedes Sceaux, une note sur lamanière de servir du magistrat,du fonctionnaire ou de l’agentinspecté, qui est versée au dossierde l’intéressé.Article 38Les magistrats de l’inspectioncentrale du Ministère de la Justiceseront sur justifications, remboursésdes frais engagés noncouverts par l’indemnité réglementairede déplacement ou demission allouée aux fonctionnairesde leur catégorie.TITRE VIDISPOSITIONS DIVERSESArticle 39Les règles de procédure suiviesdevant les tribunaux départementaux,devant les tribunauxrégionaux et devant la Courd’Appel sont, en matière civile etcommerciale, celles établies parle Code de Procédure civile et,en matière pénale, celles édictéespar le Code de Procédurepénale, le tout sous réserve del’application des règles de procédureparticulières instituéespar les lois et règlements.Article 40Toutes les juridictions sontassistées d’un ou de plusieursgreffiers en chef nommés pardécret chargés de tenir la plumeaux audiences, de conserver laminute des arrêts, jugements et
    • ordonnances et d’en délivrerexpédition.Ils peuvent se faire suppléerpar un ou des greffiers.Article 41Les greffiers prêtent sermentdevant la juridiction à laquelle ilssont attachés.Article 42Les jugements doivent mentionnerles noms des magistratsqui les ont rendus, celui desmembres du ministère public quiont requis ainsi que celui desparties et de leurs avocats.Article 43Les tribunaux départementauxet les tribunaux régionauxpeuvent, si les besoins du servicel’exigent, tenir des audiencesen dehors du lieu où ils siègenthabituellement.Ils statuent, au cours de cesaudiences foraines, dans la plénitudede leur compétence etavec leur composition habituelle.Article 44Sont abrogées, toutes dispositionsantérieures en cequ’elles ont de contraire au présentdécret notamment le décretn° 60-389 du 10 Novembre1960 fixant la composition et lacompétence des cours d’Appel,des tribunaux de première instanceet des justices de paix duSénégal à l’exception toutefoisde celles relatives aux indemnitéspouvant être payées auxcadis, aux cadis suppléants etaux anciens assesseurs coutumiersprès les justices de paixet les tribunaux de première instance,lesquelles resteront envigueur jusqu’à une date quisera fixée par décret.Article 45Le présent décret entrera envigueur le 1er novembre 1984.
    • Article 46Le Ministre de la Justice,Garde des Sceaux et le Ministrede l’Economie et des Financessont chargés, chacun en ce quile concerne, de l’exécution duprésent décret qui sera publiéau Journal officiel.ANNEXE IIL’EXTRADITIONLOI N° 71-77 DU 28DÉCEMBRE 1971TITRE PREMIERLES CONDITIONS DEL’EXTRADITIONArticle premierEn l’absence de traités, lesconditions, la procédure et leseffets de l’extradition sont déterminéspar les dispositions de laprésente loi qui s’applique égalementaux points qui n’auraientpas été expressément réglementéspar lesdits traités.Article 2Aucune personne ne pourraêtre remise à un Gouvernementétranger si elle n’a fait l’objet depoursuites ou d’une condamnationpour une infraction prévuepar la présente loi.Article 3Le Gouvernement sénégalaispeut livrer, sur leur demandeaux Gouvernements étrangerstout individu non sénégalais qui,étant l’objet d’une poursuiteintentée au nom de l’état requérantou d’une condamnationexécutoire prononcée par sestribunaux, est trouvé sur le territoirede la République.98
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisNéanmoins, l’extradition n’estaccordée que si l’infraction,cause de la demande, a étécommise:Soit sur le territoire de l’étatrequérant par un sujet de cetEtat ou par un étranger ;Soit en dehors de son territoirepar un individu étranger;Soit en dehors de son territoirepar un individu étranger à cetEtat, quand l’infraction est aunombre de celles dont la loisénégalaise autorise la poursuiteau Sénégal, alors mêmequ’elles ont été commises parun étranger à l’étranger.Article 4Les faits qui peuvent donnerlieu à l’extradition, qu’il s’agissede la demander ou de l’accorder,sont les suivantes :1° Tous les faits punis despeines criminelles par la loi del’Etat requérant ;2° Les faits punis de peinescorrectionnelles, quand le maximumde la peine encourue, auxtermes de cette loi, est de deuxans ou au dessus, ou, s’il s’agitd’un condamné, quand la peineprononcée par la juridiction del’Etat requérant est égale ousupérieure à deux mois d’emprisonnement.En aucun cas l’extraditionn’est accordée par le GouvernementSénégalais si le fait n’estpas puni par la loi Sénégalaised’une peine criminelle ou correctionnelle.Les faits constitutifs de tentativeou de complicité sont soumisaux règles précédentes à conditionqu’ils soient punissablesd’après la loi de l’Etat requérantet d’après celle de l’Etat requis.Si la demande a pour objet
    • plusieurs infractions commisespar l’individu réclamé et qui n’onpas encore été jugés, l’extraditionn’est accordée que si lemaximum de la peine encourue,d’après la loi de l’Etat requérant,pour l’ensemble de ces infractions,est égal ou supérieur àdeux ans d’emprisonnement.Si l’individu réclamé a étéantérieurement l’objet, enquelque pays que ce soit, d’unecondamnation définitive à deuxans d’emprisonnement, ou plus,pour délit de droit commun, l’extraditionest accordée, suivantles règles précédentes, c’est-àdireseulement pour les crimesou délits mais sans égard autaux de la peine encourue prononcéepour la dernière infraction.Les dispositions précédentess’appliquent aux infractionscommises par les militaires,marins ou assimilés lorsqu’ellessont punies par la loi sénégalaisecomme infraction de droitcommun.Il n’est pas innové quand à lapratique à la remise des marinsdéserteurs.Article 5L’extradition n’est pas accordée:1° Lorsque l’individu, objet dela demande, est national sénégalais,la qualité de nationalétant appréciée à l’époque del’infraction pour laquelle l’extraditionest requise ;2° Lorsque le crime ou délit aun caractère politique ou lors-qu’il résulte des circonstancesque l’extradition est demandéedans un but politique.En ce qui concerne les actescommis au cours d’une insurrectionou d’une guerre civile oupar l’un ou l’autre des partisengagés dans la lutte et dansl’intérêt de sa cause, ils ne pourrontdonner lieu à l’extraditionque s’ils constituent des actesde barbaries odieuse et de vandalismedéfendus suivant les
    • lois de la guerre, et seulementlorsque la guerre civile a pris fin;3° Lorsque les crimes oudélits ont été commis au Séné-gal ;4° Lorsque les crimes oudélits, quoique commis hors duSénégal, y ont été poursuivis etjugés définitivement ;5° Lorsque, d’après les lois del’Etat requérant ou celle de l’Etatrequis, la prescription de l’actions’est trouvée acquise antérieurementà la demande de l’extradition,ou la prescription de lapeine antérieurement à l’arrestationde l’individu réclamé etd’une façon générale toutes lesfois que l’action publique seraéteinte.Article 6Si, pour une infraction unique,l’extradition est demandéeconcurremment par plusieursétats, elle est accordée de préférenceà l’Etat contre les intérêtsduquel l’infraction était dirigéeou à celui sur le territoireduquel elle a été commis.Si les demandes concurremmentont pour cause des infractionsdifférentes, il est tenucompte, pour décider de la priorité,de toutes circonstances defait et notamment de la gravitérelative et du lieu des infractions,de la date respective desdemandes, de l’engagement quiserait pris par l’un des Etatsrequérants de procéder à laréextradition.Article 7Sous réserve des exceptionsprévues ci-après, l’extraditionn’est accordée qu’à la conditionque l’individu extradé ne serapas poursuivi, ni puni pour uneinfraction autre que celle ayantmotivé l’extradition.Article 8Dans le cas où un étrangerest poursuivi ou a été condamnéau Sénégal ou son extradition
    • est demandée au GouvernementSénégalais à raisond’une infraction différente, laremise n’est effectuée qu’aprèsque la poursuite est terminée,et, en cas de condamnation,après que la peine a été exécutée.Toutefois, cette disposition nefait obstacle à ce que l’étrangerpuisse être temporairement,pour comparaître devant les tri99
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisbunaux de l’Etat requérant, sousla condition expresse qu’il seraenvoyé dès que la justice étrangèreaura statué.Est régi par les dispositionsdu présent article le cas oùl’étranger est soumis à lacontrainte par corps par applicationdes articles 709 à 720 duCode de procédure pénale.TITRE IIDE LA PROCEDURE DEL’EXTRADITIONArticle 9Toute demande d’extraditionest adressée au Gouvernementsénégalais par voie diplomatiqueet accompagnée, soit d’unjugement ou d’un arrêt decondamnation, même par défautou par contumace, soit d’unacte de procédure criminelledécrétant formellement ou opérantde plein droit le renvoi del’inculpé ou de l’accusé devantla juridiction répressive, soitd’un mandat d’arrêt ou de toutautre ayant la même force etdécerné par l’autorité judiciaire,pourvu que ces derniers actesrenferment l’indication précisedu fait pour lequel ils sont délivréset la date de ce fait.Les pièces ci-dessus mentionnéesdoivent être produites enoriginal ou en expéditionauthentique.Le Gouvernement requérantdoit produire en même temps lacopie des textes de loi applicablesau fait incriminé. Il peutjoindre un exposé des faits de lacause.Article 10La demande d’extradition est,après vérification des pièces,transmise, avec le dossier, parle Ministre des Affaires étrangères
    • au Ministre de la justice,qui s’adresse de la régularité dela requête lui donne telles suitesque de droit.Article 11Dans les vingt-quatre heuresde l’arrestation, il est procédé,par les soins du ProcureurGénéral de la République oud’un membre de son parquet, àun interrogatoire d’identité dontil est dressé procès verbal.Article 12L’étranger est transféré dansle plus bref délai et écroué à lamaison d’arrêt du chef lieu de lacour d’appel dans le ressort delaquelle il a été arrêté.Article 13Les pièces produites à l’appuide la demande d’extraditionsont en même temps transmisespar le Procureur de laRépublique au Procureur général.Dans les vingt-quatreheures de leur réception, le titre,en vertu duquel l’arrestationaura lieu, est notifié à l’étranger.Le Procureur général, ou unmembre de son parquet, procèdedans le même délai, à uninterrogatoire dont il est dresséprocès verbal.Article 14La chambre d’accusation estsaisie sur le champ des procèsverbaux susvisé et de tousautres documents. L’étrangercomparaît devant elle dans undélai maximum de huit jours, àcompter de la notification despièces. Sur la demande duministère public ou du comparant,un délai supplémentaire dehuit jours peut être accordé,avant les débats. Il est ensuiteprocédé à un interrogatoire dontle procès-verbal est dressé.L’audience est publique, àmoins qu’il n’en soit décidéautrement, sur la demande duparquet ou du comparant.Le ministère public et l’intéressé
    • sont entendus. Celle-cipeut se faire assister d’un avocat inscrit et d’un interprète. Ilpeut être mis en liberté provisoireà tout moment de la procédure,et conformément aux règlesqui gouvernent la matière.Article 15Si, lors de sa comparution,l’intéressé déclare renoncer aubénéfice de la présente loi etconsent formellement à êtrelivré aux autorités du paysrequérant, il est donné acte parla Cour de cette déclaration.Copie de cette décision esttransmise sans retard par lessoins du Procureur général auMinistre de la justice, pourtoutes fins utiles.Article 16Dans le cas contraire, lachambre d’accusation donneson avis motivé sur la demanded’extradition.Cet avis est favorable, si lacour estime que les conditionslégales ne sont pas remplies, ouqu’il y a erreur évidente.Le dossier doit être envoyé auMinistère de la justice dans undélai de huit jours à dater del’expiration des délais prévus àl’article 14.Article 17Si l’avis motivé de la chambred’accusation repousse lademande d’extradition, celle-cine peut être accordée.Article 18Dans le cas contraire, l’extraditionpeut être autorisée pardécret. Si, dans le délai d’unmois à compter de la notificationde cet acte, l’extradé n’a pas étéreçu par les agents de la puissancerequérante, il est misliberté et ne peut être réclamépour la même cause.Article 19
    • En cas d’urgence et sur lademande directe des autoritésjudiciaires de pays requérant,les procureurs de la Républiquepeuvent, sur un simple avis100
    • Code de Procédure PénaleSénégalaistransmis, soit par la poste, soitpar tout mode de transmissionplus rapide laissant une traceécrite, ou matériellement équivalente,de l’existence d’unedes pièces indiquées par l’article9, ordonner l’arrestationprovisoire de l’étranger.Un avis régulier de la demandedevra être transmis, enmême temps, par voie diplomatique,par la poste, par le télégrapheou par le mode de transmissionlaissant une trace écrite,au Ministère des AffairesEtrangères.Les procureurs de la Républiquedoivent donner avis decette arrestation au Ministère dela Justice et au Procureur général.Article 20L’individu arrêté provisoirementdans les conditions prévuespar l’article 12 peut, s’il n’apas lieu de procéder à sonexpulsion, être mis en liberté, si,dans un délai de vingt jours àdater de son arrestation, lors-qu’elle aura été opérée à lademande du Gouvernementd’un pays limitrophe, le Gouvernementsénégalais ne reçoit l’undes documents mentionnés àl’article 9.Le délai de vingt jours précitéest porté à un mois, si le territoiredu pays requérant est nonlimitrophe, à deux mois si ce territoireest hors d’Afrique.TITRE IIIDES EFFETS DEL’EXTRADITIONArticle 21L’extradé ne peut être poursuiviou puni pour une infractionantérieure la remise, autant quecelle ayant motivé l’extradition.
    • Il est autrement, en cas d’unconsentement spécial donnédans les conditions ci-après parle Gouvernement requis.Ce consentement peut êtredonné par le Gouvernementsénégalais, même au cas où lefait causé à la demande neserait pas l’une des infractionsdéterminées par l’article 4 de laprésente loi.Article 22Dans le cas où le Gouvernementrequérant demande, pourune infraction antérieure à l’extradition,l’autorisation de poursuivrel’individu livré, l’avis de lachambre d’accusation devantlaquelle l’inculpé avait comparupeut être formulé sur la seuleproduction des pièces transmisesà l’appui de la nouvelledemande.Sont également transmisespar le Gouvernement étrangeret soumise à la chambre d’accusation,les pièces contenant lesobservations de l’individu livréou la déclaration qu’il entendn’en présenter aucune. Cesexplications peuvent être complétéespar un avocat choisi parlui, ou qui est désigné ou commisd’office.Article 23L’extradition obtenue par leGouvernement sénégalais estnulle, si elle est intervenue endehors des cas prévus par laprésente loi.La nullité est prononcée,même d’office, par la juridictiond’instruction ou de jugementdont l’extradé révèle, après saremise.Si l’extradition a été accordéeen vertu d’un arrêt ou d’un jugementdéfinitif, la nullité est prononcéepar la chambre d’accusationdans le ressort de laquellecette remise a eu lieu.La demande en nullité formuléepar l’extradé n’est recevableque si elle est présentée dans
    • un délai de trois jours à compterde la mise en demeure qui luiest adressée, aussitôt après sonincarcération, par le Procureurde la République. L’extradé estinformé en même temps du droitqui lui appartient de se choisirou de se faire désigner undéfenseur.Article 24Les mêmes juridictions dujuge de la qualification donnéeaux faits qui ont motivé lademande d’extradition.Article 25Dans le cas où l’extraditionest annulée, l’extradé, s’il n’estpas réclamé par le Gouvernementrequis, est mis en libertéet ne peut être repris, soit enraison des faits qui ont motivéson extradition, soit à raison defaits antérieurs, qui si, dans lestrente jours qui suivent sa miseen liberté, il est arrêté sur le territoiresénégalais.Article 26Est considéré comme soumissans réserve à l’application deslois de l’Etat requérant, à raisond’un fait quelconque antérieur àl’extradition et différant l’infractionqui a motivé cette mesure,l’individu livré qui eut pendanttrente jours à compter de sonélargissement définitif la possibilitéde quitter le territoire decet Etat.Article 27Dans le cas où l’extraditiond’un étranger ayant été obtenuepar le Gouvernement sénégalais,Le Gouvernement d’unpays tiers sollicite à son tour duGouvernement sénégalais l’extraditiondu même individu à raisond’un fait antérieur à l’extradition,autre que celui jugé auSénégal, et non connexe à cefait, le Gouvernement ne défère,s’il y lieu, à cette requêtequ’après s’être assuré duconsentement du pays parlequel l’extradition a été accordée.
    • Toutefois, cette réserve n’apas lieu d’être appliquée lorsque101
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisl’individu extradé a eu, pendantle délai fixé à l’article précédent,la faculté de quitter le territoiresénégalais.TITRE IVDE QUELQUESPROCEDURESACCESSOIRESArticle 28L’extradition par voie de transitsur le territoire sénégalais, oupar les bâtiments des servicesmaritimes sénégalais, d’un individude nationalité quelconque,livré par un autre Gouvernement,est autorisé, sur simpledemande par voie diplomatique,appuyée des pièces nécessairespour établir qu’il ne s’agitpas d’un délit politique ou purementmilitaire.Cette autorisation ne peut êtredonnée qu’aux puissances quiaccordent, sur leur territoire, lamême faculté au Gouvernementsénégalais.Le transport s’effectue sous laconduite d’agents sénégalais etaux frais du Gouvernementrequérant.Article 29La Chambre d’accusationdécide s’il y a lieu ou non detransmettre en tout ou en partieles titres, valeurs, argent ouautres objets saisis, au Gouvernementrequérant.Cette remise peut avoir lieu,même si l’extradition ne peuts’accomplir, par suite d’évasionou la mort de l’individu réclamé.La cour d’accusation ordonnela restitution des papiers etautres objets énumérés ci-dessusqui ne rapporte pas au faitimputé à l’étranger. Elle statue,le cas échéant, sur les réclama
    • tions des tiers détenteurs etautres ayant droits.Article 30En cas de poursuites répressivesnon politique dans unpays étranger, les commissionsrogatoires émanant de l’autoritéétrangère sont reçues par lavoie diplomatique et transmiseau Ministère de la Justice dansles formes prévues par l’article10. Les commissions rogatoiressont exécutées s’il y a lieu etconformément à la loi sénégalaise.Au cas d’urgence, elles peuventêtre l’objet de communicationsdirectes entre les autoritésjudiciaires des deux Etats, dansles formes prévues par l’article19. En pareil cas, faute d’avisdonné par voie diplomatique auMinistère sénégalais desAffaires étrangères par le Gouvernementétranger intéressé,les communications directesentre autorités judiciaires desdeux pays n’auront pas de suiteutile.Article 31En cas de poursuites répressivesexercées à l’étranger,lorsque un Gouvernementétranger juge nécessaire la notificationd’un acte de procédureou le jugement d’un individurésident sur le territoire sénégalais,la pièce est transmise suivantles formes prévues par l’article9 et 10, accompagnée, lecas échéant, d’une traductionfrançaise.La signification est faite à lapersonne à la requête du Ministèrepublic. L’original constatantla notification est envoyé par lamême voie au Gouvernementrequérant.Article 32Lorsque, dans une causepénale instruite à l’étranger, leGouvernement étranger jugenécessaire la communication depièces à conviction ou de documentse trouvant entre les
    • mains des autorités sénégalaises,la demande est faite parvoie diplomatique. Il est donnésuite, à moins que des considérationsparticulières ne s’y opposent,et sous l’obligation de renvoyerles pièces et documentsdans le plus bref délai.Article 33Si, dans la cause pénale, lacomparution personnelle dutémoin résidant au Sénégal estjugée nécessaire par le Gouvernementétranger, le Gouvernementsénégalais, saisi de lacitation par la voie diplomatique,l’engage à se rendre à l’invitationqui lui a été adressée.Néanmoins, la citation n’estreçue et signifiée qu’à conditionque le témoin ne pourra êtrepoursuivi et détenu pour desfaits et condamnations antérieursà sa comparution.Article 34L’envoi des individus, en vued’une confrontation, doit êtredemandé par la voie diplomatique.Il est donné suite à lademande, à moins que desconsidérations particulières nes’y opposent, et sous la conditionde renvoyer lesdits détenusdans le plus bref délai.Article 35La loi du 10 Mai 1927 relativeà l’extradition des étrangers estabrogée.102
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisANNEXE IIILE RÉGIME DESÉTABLISSEMENTSPÉNITENTIAIRES ET LESCONDITIONS DEDÉTENTIONDECRET N° 66-1081 DU 31DECEMBRE 1966PORTANT ORGANISATIONET REGIME DESETABLISSEMENTSPENITENTIAIRES(modifié et complété parles décrets n° 68-583 du 28mai 1968 et n° 86-1466 du28 novembre 1986)TITRE PREMIERDISPOSITIONSGENERALESArticle premierLes établissements pénitentiairessont créés, regroupés,supprimés par des décrets. Cesdécrets fixent ou modifient leurlieu d’implantation.Article 2Sont en même temps desmaisons d’arrêt et de correction,les établissements pénitentiairesde: I’Hôpital Aristide LeDantec (pavillon spécial), Cap-Manuel, Hann (ex-Fort B),Ziguinchor, Diourbel, Saint-Louis, Tambacounda, Kaolack,Thiès, Louga, Fatick, Kolda,Bignona, Oussouye, Mbacké,Bambey, Podor, Matam, Dagana,Kédougou, Bakel, Kaffrine,Nioro-du-Rip, Mbour, Tivaouane,Linguère, Kébemer, Foundiougne, Gossas, Sédhiou, aux dispositions de l’article 8 ci-Vélingara. dessus, le juge d’instruction a ledroit de prescrire une interdic-Article 3 tion temporaire de communiquerEst une maison de correction en vertu de l’article 103 du Codela prison de Tivaouane. de Procédure pénale.
    • En aucun cas, l’interdiction deArticle 4 communiquer ne s’applique auSont des camps pénaux, les conseil de l’inculpé. Elle s’oppoétablissementspénitentiaires de se à ce que le détenu qu’elleDakar Liberté VI, de Kédougou concerne, soit visité par touteet de Koutal. autre personne étrangère à l’administrationpénitentiaire ou cor-Article 5 respondre avec elle.L’établissement pénitentiairede Rufisque est réservé aux Article 10femmes. Dans chaque maison d’arrêt,maison de Correction et campArticle 6 pénal, des quartiers distinctsLes inculpés, prévenus, accu-sont aménagés pour lessés et condamnés justiciables hommes et les femmes de telledes juridictions militaires, sont sorte qu’il ne puisse y avoirsoumis aux dispositions du pré-communication entre eux.sent décret. Devront également être séparésdes autres détenus, lesArticle 7 inculpés prévenus, accusés etEst une maison d’arrêt la pricondamnésjusticiables des jurisoncentrale de Dakar dictions militaires. Il en sera de(Rebeuss). Est une maison de même pour les mineurs âgés decorrection, l’établissement péniplusde 13 ans lorsqu’ils sonttentiaire de Sébikhotane. placés provisoirement dans unemaison d’arrêt selon les disposi-Article 8 tions de l’article 576 du Code deConformément aux disposi-Procédure pénale.tions de l’article 687 du Code deProcédure pénale, le juge d’ins-Article 11truction, le président de la Lorsque le même établisse-Chambre d’Accusation, le présimentpénitentiaire sert à la foisdent de la Cour d’Assises, le de maison d’arrêt et de maisonjuge des enfants ainsi que le de correction, une séparationProcureur de la République et le est établie autant que faire seProcureur général, peuvent don-peut entre:ner tous les ordres nécessaires - Les inculpés, prévenus etqui devront être exécutés dans accusés;les maisons d’arrêt tant pour les - Les condamnés à l’empribesoinsde l’instruction, que sonnement correctionnel, aux-pour tout autre acte de procéduquelsil reste à subir une peinere. inférieure à un an;Compte rendu doit leur être - Les condamnés à l’empriadresséd’urgence des difficulsonnementde simple police;tés auxquelles pourrait donner - Les individus qui subissentlieu l’exécution desdits ordres. la contrainte par corps.Article 9 Article 12Indépendamment des Les femmes enceintes serontmesures d’isolement ou de placées, pendant les deux der-séparation d’autres détenus qu’il niers mois de leur grossesse,peut ordonner conformément dans un local séparé où elles103
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisresteront durant les deux moisqui suivront l’accouchement.Même après sevrage, lesenfants pourront être laissésjusqu’à l’âge de trois ans auxsoins de leur mère, par la suite,ils devront être confiés auxsoins de leur famille ou d’uneinstitution charitable agréée.TITRE IIDE LA DETENTIONPROVISOIRE(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Article 13Dans les maisons d’arrêt oùpar suite de la distribution deslocaux ou de leur encombrementtemporaire, le régime del’emprisonnement individuel nepeut être appliqué à tous lesprévenus, ceux à l’égard desquelsl’autorité judiciaire auraprescrit l’interdiction de communiquerou la mise à l’isolementdoivent être placés par prioritéen cellule individuelle.Il en est de même dans lesétablissements servant à la foisde maison d’arrêt et de maisonde correction.Article 14Les prévenus ne sont pasastreints au travail. Ils peuventdemander qu’il leur en soitdonné. Ils sont dans ce casassujettis aux mêmes règlesque les condamnés pour l’organisationet la discipline du travail.La portion qui leur est accordéesur le produit de leur travailest fixée comme il est prévu auxarticles 54, 55 et 58 du présentdécret.Article 15
    • Lorsqu’ils ont demandé à travailleret si la nature des travauxà exécuter l’exige, les prévenussont extraits de leurs cellulespour travailler en commun. Ilsne restent réunis que durant letemps du travail.Article 16Les prévenus conserventleurs vêtements personnels àmoins qu’il n’en soit autrementordonné par l’autorité administrativeà titre de mesure d’ordreou de propreté, ou par l’autoritéjudiciaire dans l’intérêt de l’instruction.Ils ont la faculté de réclamerle costume pénal s’ils ontconsenti à faire un travail susceptiblede détériorer leurs vêtementspersonnels.Article 17Les permis de visite sont délivréspour les prévenus par lemagistrat saisi du dossier del’information et ils sont utilisésdans les conditions visées auxarticles ci-dessous.Sauf disposition contraire, cespermis sont valables jusqu’aumoment où la condamnationéventuelle acquiert un caractèredéfinitif. En conséquence, il n’ya pas lieu à renouvellement dupermis lorsque le magistrat quil’a accordé est dessaisi du dossierde la procédure, mais l’autoritéjudiciaire nouvellementsaisie est compétente pour ensupprimer ou en suspendre leseffets ou pour délivrer de nouveauxpermis.Les visites aux prévenus sontsoumises aux mêmes conditionsque prévues aux articles19, 116, 117 et 118 ci-dessous.Article 18Les prévenus peuvent écriretous les jours, sans limitation, àtoute personne de leur choix etrecevoir des lettres de toute personne,sous réserve des dispositionscontraires ordonnées parle magistrat saisi du dossier de
    • l’information.lndépendamment desmesures de contrôle auxquelleselle est soumise conformémentau règlement intérieur des prisonsleur correspondance estcommuniquée audit magistratdans les conditions que celui-cidétermine.Article 19Les prévenus peuvent communiquerlibrement avec leurconseil, verbalement ou parécrit. Le défenseur régulièrementchoisi ou désigné, agissantdans l’exercice de sesfonctions et sur présentationd’une lettre de constitution viséepar le magistrat compétent,communique librement avec lesprévenus, en dehors de la présenced’un surveillant. Lesvisites de conseil peuvent avoirlieu tous les jours ouvrables de8 heures à 12 heures et de 15heures à 18 heures.TITRE IIIDE L’EXECUTION DESPEINES PRIVATIVES DELIBERTEArticle 20Les camps pénaux reçoiventles individus condamnés auxtravaux forcés, à la détentioncriminelle et ceux auxquels ilreste à subir une peine d’unedurée supérieure à un an, ouplusieurs peines dont le total estsupérieur à un an, après lemoment où leur condamnationou la dernière de leurs condamnationsest devenue définitive.Les maisons de correctionreçoivent les autres condamnésà l’emprisonnement.Les maisons d’arrêt reçoiventles condamnés à l’emprisonnementde police et à la contraintepar corps, sauf le cas prévu parl’article 716, alinéa 2 du Codede Procédure pénale.104
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLes affectations des condamnéssont décidées par le Ministèrechargé de l’Administrationpénitentiaire.Article 21Un arrêté du Ministre chargéde l’Administration pénitentiairedétermine ceux des campspénaux qui comportent un régimeprogressif fondé sur laconstatation de la bonneconduite des intéressés et desefforts qu’ils manifestent en vuede leur reclassement. Ce régimeest fixé par le règlementintérieur des prisons et appliquésous le contrôle du Procureurde la République.Article 22Chaque fois qu’ils l’estimentutile, le président de la juridictionqui a prononcé la condamnationainsi que le représentantdu Ministère public peuventexprimer leur avis sur la destinationqui semblerait la mieuxappropriée au condamné ou surcelle qui, au contraire, leurparaîtrait contre indiquée. Il leurest également loisible de donnerleur opinion sur le traitementdont l’intéressé relèverait.Article 23Le Ministère public près lajuridiction qui a prononcé unecondamnation à une longuepeine adresse à l’établissementpénitentiaire où le condamnéest détenu, ou vient à être incarcéré,l’extrait de jugement oud’arrêt et une notice individuelle.Sur la demande de l’établissementpénitentiaire, il doit égalementadresser:-Copie du rapport de l’enquêteou des enquêtes sur la personnalité,la situation matérielle,familiale ou sociale de l’intéressédans le cas où ils auraientété prescrits;
    • -Copie du rapport de l’examenou des examens médicaux,psychiatriques ou médico-psychologiquesauxquels il auraitété éventuellement procédé envertu d’une décision judiciaire.La demande des copies derapports indiquées ci-dessus estobligatoire lorsque le condamnéest affecté dans une prisoncomportant un régime progressifou lorsque le chef de l’établissementpénitentiaire désire proposerl’affectation d’un condamnédans une prison comportant unrégime progressif, au bénéficede la libération conditionnelle,au placement à l’extérieur ou aurégime de semi-liberté.Article 24Dans tous les cas où cela estpossible, le régime appliqué auxcondamnés dans les maisonsde correction ou d’arrêt, estcelui de l’emprisonnement individuelde jour et de nuit. Cetterègle ne fait pas obstacle, toutefois,à ce que soient organiséesdes activités collectives ou dirigéesprévues par le règlementintérieur des prisons.Article 25Dans les maisons de correctionou d’arrêt où la distributionintérieure des locaux ne permetpas l’emprisonnement individuel,toutes précautions utilesdoivent être prises pour éviterque la promiscuité des détenusn’entraîne des conséquencesfâcheuses.Article 26Indépendamment des détenusqui doivent être isolés deleurs codétenus pour des raisonssanitaires, disciplinaires oude sécurité, il importe que soientséparés chaque fois que celaest possible, les mineurs de 18ans quelle que soit leur situationpénale.Doivent également être séparésles condamnés à l’emprisonnementde simple police et lesdétenus soumis à la contraintepar corps.
    • Article 27Le choix des détenus à placeren commun et leur répartition àl’intérieur de son établissementincombent au régisseur. Ce derniersignale au Ministre chargéde l’Administration pénitentiairetout dépassement de la contenancenormale de la prison parl’effectif des détenus.Article 28Dans les camps pénaux, lescondamnés sont soumis à l’incarcérationet au travail en commun,de jour, et à l’isolement,de nuit.Article 29La progressivité du régimedans les camps pénaux visés àl’article 21 est assurée par lesdifférences que comporte l’exécutionde la peine au cours dephases successives dans le butde faciliter le retour descondamnés dans la vie libre.La première phase consisteen une période d’observationd’un an au moins.Au cours des phases terminales,les condamnés bénéficientd’un régime de confianceet, s’il y a lieu, d’un placement àl’extérieur ou du régime desemi-liberté, qui les prépare à lalibération conditionnelle.Les délais et les conditionsd’admission à chaque phasesont déterminés par le règlementintérieur des prisons, l’accèsaux dernières phases ayantlieu sur la décision du Ministrechargé de l’Administration pénitentiaireet compte tenu, nonseulement des aptitudes descondamnés mais aussi, de ladurée de la peine qu’ils ontsubie et de celle qui leur reste àsubir.Article 30Le travail est obligatoire pourtous les condamnés à despeines privatives de liberté pour
    • des faits qualifiés crimes oudélits de droit commun qui n’ensont pas dispensés en raison deleur âge, de leur infirmité ou surprescription médicale. Toutefoisla concession ou la cession de105
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisla main-d’oeuvre pénale à desparticuliers, compagnies ou personnesmorales de droit privé,ne peut se faire sans le consentementdes détenus intéressés.(Décret n° 68-583 du 28 mai1968).L’exemption définitive ou provisoireest accordée par lerégisseur de la prison qui enrend compte au Ministre chargéde l’Administration pénitentiaire.Les condamnés de policepeuvent demander qu’il leur soitdonné du travail. Dans cettehypothèse, ils sont assujettisaux mêmes règles que lesautres condamnés pour l’organisationet la discipline du travail.Article 31Les dispositions nécessairesdoivent être prises pour qu’untravail productif et suffisant àoccuper la durée normale d’unejournée de travail soit fourni auxdétenus qui sont astreints autravail ou qui en demandent.Article 32Les condamnés ne devrontjamais être employés au serviceparticulier du personnel des prisonset de tout autre fonctionnaireou magistrat sans l’applicationdes prescriptions desarticles 41 à 48 du présentdécret.Article 33La propreté intérieure de l’établissementest assurée par lesprévenus, accusés et condamnés;celles des abords est assuréepar les condamnés. Cescorvées ne donnent droit àaucune rémunération.Article 34La durée du travail est de huitheures au moins et de dixheures au plus par jour. Un
    • repos de deux heures est accordévers le milieu de la journée.Les travaux sont interrompusles dimanche et jours féries saufceux nécessités par le fonctionnementessentiel des servicespermanents de l’établissement.Article 35Dans chaque établissement,des détenus sont affectés auxservices administratifs et médico-social de la prison. Ils sontdésignés parmi les condamnésn’ayant pas une longue peine àsubir ou bénéficiant du régimede confiance.A ceux-ci et sous réserve queleur travail s’effectue dans unlocal de la prison soumis à surveillance,il peut être confié destravaux d’écritures faits au profitdes services des administrationsde l’Etat et des collectivitéspubliques.Article 36Hors les corvées du servicede la prison et les occupationsprévues à l’article 35, le travaildes détenus consiste:-En des travaux à l’intérieurde la prison qui pourront êtreconcédés à des particuliers;-En des travaux à l’extérieur,soit à la demande et pour lecompte des services publics etétablissements publics, soit parcession de main-d’oeuvre à desparticuliers, soit sur des chantierspublics.Article 37Les condamnés occupés àl’intérieur de la prison le sontsoit à des travaux de leur professiontels que ceux de la cordonnerie,de la menuiserie, dela confection de chemiserie ouvêtements, soit à des travauxmanuels tels que la confectionde sacs de jute, de nattes, filets,objets de vannerie ou de cuirssuivant les capacités des détenuset les moyens dont disposentles prisons.Article 38
    • Les matières premières, lesoutils et machines nécessairesaux travaux autres que ceuxconcédés, sont achetés sur lescrédits budgétaires de l’Administrationpénitentiaire.Article 39(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Sauf en cas d’expositionsorganisées par l’Administrationpénitentiaire ou de travauxconcédés ou commandés émanantdes services et établissementspublics, les objetsconfectionnés sont vendus àl’adjudication.Article 40(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Il sera tenu une comptabilitédes matières premières, de lamain-d’oeuvre pénale employéeet des ventes d’objets provenantdes ateliers, sur des registresspéciaux dont le relevé estenvoyé chaque mois à la Directionde l’Administration pénitentiaire.Article 41Le travail peut être effectuédans des établissements pénitentiairessous le régime de larégie directe ou sous celui de laconcession .Il n’existe aucun contrat delouage de services, ni entrel’Administration pénitentiaire etle condamné auquel celle-ciassigne un travail dont la caractéristiqueessentielle est d’êtreun élément de la peine, ni entrele concessionnaire et la maind’oeuvre pénale qui lui’estconcédée selon les clauses etconditions d’un contrat purementadministratif.Toutefois, conformément àl’article 693 du Code de Procédurepénale, les dispositions ci-dessus ne sont pas applicablesaux condamnés admis au régimede semi-liberté qui font l’objetd’une décision de placement
    • à laquelle ils doivent souscrire.Article 42Le régisseur de la prison aqualité pour accorder lesconcessions de main-d’oeuvrepénale à l’intérieur de son établissementpour une duréeégale ou inférieure à cinq jours.106
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLes autres concessions fontobligatoirement l’objet d’uncontrat fixant les conditions particulières,notamment en ce quiconcerne l’effectif concédé, ladurée de la concession et le prixdu travail. Ce contrat, signé parle concessionnaire, est établipar le Ministre chargé de l’Administrationpénitentiaire. Lecontrat ne peut contenir aucuneclause fixant l’identité des détenusdestinés à travailler pour lecompte du concessionnaire.Article 43Le contrat est remplacé parune autorisation du Ministrechargé de l’Administration pénitentiairelorsque les travaux oula cession de main-d’oeuvre sefait au profit de services ou établissementspublics.Article 44Les détenus peuvent êtreemployés, par équipe ou isolément,à des corvées à l’intérieurde la prison, jardinage et plantations,corvées de propreté etd’eau, entretien des rues, desroutes et des bâtiments publics.Ils ne peuvent être employéscomme domestiques.Article 45Les cessions de main-d’oeuvre pénale à des particulierspour des travaux à l’extérieurde la prison sont soumisesaux mêmes conditions quecelles fixées par les articles 42et 43.Article 46Au cas où les chantiers privésou publics seraient trop éloignésde la prison pour que lescondamnés puissent y rentrerchaque soir, les employeursdevront mettre, pour eux, à ladisposition de l’administrationpénitentiaire, un local où ilspuissent se reposer et passer la
    • nuit avec leurs gardiens sansqu’il ait à craindre d’évasion.Article 47Du point de vue technique, letravail peut être dirigé soit par lepersonnel spécialisé des serviceset établissements publics,soit par des préposés duconcessionnaire de la main-d’oeuvre agréés par le régisseurde la prison.Article 48Tout concessionnaire oubénéficiaire d’un travail pénalacquitte une redevance qui neprésente pas le caractère d’unsalaire à l’égard des détenus,sous réserve des dispositionsde l’article 41, alinéa 3.Son taux est fixé par leMinistre chargé de l’Administrationpénitentiaire et sa répartitionest effectuée conformémentaux dispositions des articles 54et 55 ci-dessous.Article 49(Décret n° 68-583 du 28 mai1968)Les dispositions législatives etréglementaires relatives à l’hygièneet la sécurité des travailleursainsi que la réglementationparticulière sur la préventionet la réparation des accidentsdu travail et les maladiesprofessionnelles en faveur desdétenus, sont applicables à lamain d’oeuvre pénale.Article 50(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Les détenus employés à l’extérieurpeuvent être dispensésdu port de la tenue pénale.Article 51Les détenus qui seront jugésdangereux en raison de violenceou de leurs antécédents ainsique ceux qui se sont évadés ouauront tenté de s’évader, nepourront pas être employés à
    • l’extérieur de la prison.Article 52Il est constitué au profit desdétenus employés à des travauxautres que ceux de corvées àl’intérieur de la prison, un péculequi leur est remis à leur libérationou qui peut servir, en coursde peine, à leur procurerquelques adoucissements s’ilsle méritent.Article 53Le produit du travail des détenusest réparti comme suit:-6/10e pour le pécule desdétenus et le fonds de réserve;-4/10e pour le budget del’Etat.Le régisseur tient la comptabilitédes opérations de recetteset de dépenses dans la formeprescrite par la réglementationLa part revenant à l’Etat serareversée mensuellement à laCaisse du Trésorier général,appuyée des pièces justificatives.Article 54Les travaux effectués pour lecompte des services et établissementspublics sont rémunérésà un taux inférieur de moitié autaux fixé par arrêté du Ministrechargé de l’Administration pénitentiaire.Dans ce cas la totalitédu produit du travail revient audétenu.Article 55Les cessions de main-d’oeuvre ne peuvent se fairepour moins de quatre heures.Au-delà de quatre heures, ellessont calculées sur la base deportions de deux heures.Article 56Les cessions d’objets confectionnésou de produits diverssont faites au prix fixé par leMinistre chargé de l’Administrationpénitentiaire. Ce prix doittenir compte du prix de la matière
    • première, de l’amortissementdu matériel et de la rémunérationdu travail des détenus.Article 57La portion accordée aux détenussur le pécule, produit de107
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisleur travail est répartie commesuit:-Une moitié est affectée àleur pécule disponible;-Un quart est affectée à laconstitution de leur fonds deréserve;-Un quart est affectée à laconstitution de leur pécule degarantie.Article 58Le pécule disponible comprendles sommes que le détenua apportées lors de sonincarcération, celles qui lui sontenvoyées et les 3/10e qui luireviennent sur le produit de sontravail.Le pécule disponible peut servirà l’achat de livres, vivres,menus objets et vêtementsautorisés, à l’affranchissementde sa correspondance, auxsecours à la famille du détenu,aux retenues opérées en paiementdes dégradations dont ils’est rendu coupable au coursde sa détention ou du remboursementde la valeur desmatières, outils ou machinesdétériorés dans les ateliers ouchantiers.Les retenues sont prononcéespar le Ministre chargé de l’Administrationpénitentiaire sur rapportdu régisseur.Article 59Le pécule de réserve est destinéà mettre le détenu en mesure,au moment de sa libération,d’acquitter les premiers fraisqu’il aura à supporter avant detrouver du travail ou de rejoindreson domicile.Pendant l’incarcération, lefonds de réserve ne peut fairel’objet d’aucune voie d’exécutionpour quelque cause que ce soit.Article 60
    • Sous réserve des dispositionsde l’article 40 du Code pénalapplicables en cas de concurrencede l’amende et des restitutionset dommages-intérêtssur les biens insuffisants ducondamné, le pécule de garantieest affecté, en premier lieu,au paiement des amendes etdes frais de justice dus à l’Etat àla suite de décisions prononcéespar la juridiction répressive.Lorsque les droits du trésoront été acquittés, il est affecté àla réparation du préjudice subipar la ou les victimes de l’infraction,par le paiement des dommageset intérêts alloués judiciairementaux parties civiles quiont fait connaître au Ministèrepublic, près la juridiction ayantprononcé la condamnation, leurintention de poursuivre le recouvrementde leurs créances, surcette fraction du pécule.Le pécule de garantie ne sauraitfaire l’objet d’aucun acte dedisposition de la part du détenuet les conditions de sa formationet de son emploi sont déterminéespar arrêté conjoint duMinistre chargé de l’Administrationpénitentiaire, du Ministre dela Justice et du Ministre desFinances.Article 61Les dispositions de l’article 61sont applicables aux détenussoumis à la contrainte parcorps.Article 62La part prévue pour la formationdu pécule de garantie estversée au fonds de réserve,lorsqu’ont été acquittés lesamendes et frais de justice ainsique les réparations civiles.Article 63Au moment de sa libération,chaque détenu reçoit, en mêmetemps que les sommes quirésultent de la liquidation de sescomptes de pécule, les piècesjustificatives du paiement dessommes versées pour l’exécutionde ses condamnations
    • pécuniaires.Article 64En cas d’évasion, le détenuperd définitivement ses péculesdisponibles et de réserve et parconséquent, ne devra plus êtreemployé à des travaux à l’extérieur.Article 65En cas de transfèrementd’une prison à une autre, lespécules sont transférés enmême temps que le détenu. Lerégisseur de la prison de la premièreincarcération fait parvenirà celui de la nouvelle incarcération,le livret de pécule prévu àl’article 95 ci-dessous.TITRE IVDU PLACEMENT AL’EXTERIEUR DU REGIMEDE SEMI-LIBERTE ET DESPERMISSIONS DE SORTIRArticle 66Indépendamment des cas oùil est procédé à leur extractionou à leur transfèrement, et descas où ils sont chargés d’exécuterdes corvées à l’extérieursous la surveillance directe etconstante du personnel, descondamnés peuvent se trouverrégulièrement en dehors desétablissements pénitentiaires,dans les hypothèses visées àl’article 693 du Code de Procédurepénale qui prévoit le placementà l’extérieur, l’admissionau régime de semi-liberté et lespermissions de sortir.Article 67La décision de placement àl’extérieur est prise par leMinistre chargé de l’Administrationpénitentiaire, sur la propositionou après avis du régisseur.En cas d’incident, de mauvaiseconduite ou de tentatived’évasion, le Ministre chargé del’Administration pénitentiaireannule la décision prévue à l’alinéa
    • premier.108
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 68Peuvent être placés à l’extérieur,les détenus dont la peinerestant à subir n’excède pascinq ans, à condition qu’ils nesoient pas récidivistes, qu’ilsaient donné des gages d’amendementet de bonne conduite etqu’ils ne constituent pas un dangerpour la sécurité ou l’ordrepublic, compte tenu de leursantécédents et de leur personnalité.Peuvent également être placésà l’extérieur, les détenus quiremplissent les conditions dedélai pour la libération conditionnelle.Article 69Les détenus admis au placementà l’extérieur peuvent êtreemployés à des travaux contrôléspar l’Administration pénitentiaireet exécutés, soit au profitde services et établissementspublics, soit de particuliers, sousle régime de la régie ou de laconcession.Article 70Les services administratifs,les collectivités publiques et lesparticuliers désirant obtenir unou plusieurs détenus en placementadressent une demandeau Ministre chargé de l’Administrationpénitentiaire. Ils précisentles travaux auxquels ils destinentles condamnés, le lieu oùils seront employés et les conditionsgénérales de leur emploi.Article 71(Abrogé par le décret n° 861466du 28 novembre 1986)Article 72Par dérogation aux dispositionsde l’article 72 et à titreexceptionnel, un détenu ou unnombre très limité de détenus,
    • peut être mis à la dispositiond’un employeur, sous le contrôleexercé à intervalles régulierspar des agents de l’Administrationpénitentiaire. La gardeincombe à l’employeur qui doitveiller à ce que les condamnésne quittent, à aucun moment, lelieu de leur travail ni les limitesde l’entreprise aux heures etjours de repos, comme auxheures et jours de travail.Article 73Les prix payés pour le travaildes détenus placés à l’extérieurdoivent être égaux aux salaireset accessoires de salaires desouvriers libres de la même catégorie,placés dans les mêmesconditions de tâche et de lieu,déduction faite des frais particulierspouvant incomber à l’employeur.Les salaires sont répartiscomme il est prévu aux articles54, 55 et 58 ci-dessus.Article 74Dans les mêmes conditionsque celles prévues à l’article 68ci-dessus les détenus peuventêtre admis à titre probatoire etpréalablement à la libérationconditionnelle, au régime desemi-liberté.Article 75Les détenus condamnés àtitre définitif qui peuvent êtreadmis au régime de semi-libertésont les suivants:1. Les condamnés auxquels ilreste à subir une peine qui n’excèdepas un an, à conditionqu’ils ne soient pas récidivistes,qu’ils aient donné des gagesd’amendement et de bonneconduite et qu’ils ne constituentpas un danger pour la sécuriténi l’ordre public;2. Les condamnés qui remplissentles conditions de délaipour la libération conditionnelleet qui ont été placés à l’extérieurpendant six mois au moins.Article 76
    • Le régime de semi-liberté estsemblable à celui du placementà l’extérieur. Cependant, lesdétenus ne sont pas soumis auport de la tenue pénale et peuventdétenir une somme d’argent, provenant de leur péculeet nécessaire au règlement deleurs dépenses telles que repaset transports.Ils doivent être porteurs d’undocument leur permettant dejustifier de leur situation et délivrépar le Ministre chargé del’Administration pénitentiaire.Sauf autorisation exceptionnelleaccordée par le Ministrechargé de l’Administration pénitentiaire,ils doivent réintégrer laprison tous les soirs, après la finde leur travail, et y passer lesjours chômés.Article 77Sauf dispositions particulièresdu présent décret, les droits etobligations envers leuremployeur, des détenus placésà l’extérieur sont ceux des travailleurslibres de la même catégorie.Article 78Le régime de la semi-libertépeut également être accordéaux détenus pour suivre unenseignement ou recevoir uneformation professionnelle.Article 79Des autorisations de sortirpeuvent être accordées, unefois par mois, aux détenusbénéficiant de la semi-liberté.Elles sont accordées par leMinistre chargé de l’Administrationpénitentiaire, pour lesdimanches et jours fériés. Leurdurée maximum est de douzeheures.La fréquentation d’un débit deboisson et de dancings au coursde la sortie fait prononcer leretrait de la semi-liberté.
    • Article 80(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Outre les cas prévus à l’article7 des autorisations de sortiepeuvent être accordées par leMinistre chargé de l’Administrationpénitentiaire aux condamnés,en vue des visites à des109
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisemployeurs éventuels, pour laprésentation aux examens oupour l’accomplissement des formalitéspréalables à un engagementdans les Forces arméesou pour tous autres motifs laissésà l’appréciation du Ministrechargé de l’Administration pénitentiaire.Article 81Dans tous les cas, le détenubénéficiant d’une autorisation desortie doit réintégrer la prison àla tombée de la nuit.TITRE VPERSONNEL ETCONTROLE DES PRISONSArticle 82Le personnel de chaque établissementpénitentiaire comprend:1. Pour les établissementsdont la capacité est inférieure àcent détenus:-un régisseur;-un adjoint au régisseur quifait office de comptable matière;-un greffier qui fait office dechef de cour;-un infirmier;-un secrétaire dactylographe;-des gardiens et des gardiennes;2. Pour les établissementsdont la capacité est égale ousupérieure à cent détenus:-un régisseur;-un adjoint au régisseur;-un greffier en chef;-un ou deux greffiers;-un chef de cour;-un comptable;-un infirmier major;-des secrétaires dactylographes;-des chauffeurs;-des gardiens et des gardiennes.Article 83(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Le régisseur est placé sous
    • l’autorité du Directeur de l’administrationpénitentiaire.Article 84Le régisseur administre l’établissementqui lui est confié. Ilveille à l’exécution des lois,règlements et mandats de justiceainsi qu’au maintien del’ordre et de la discipline.Il a notamment pour attribution:la garde et la surveillancedes détenus, l’exécution du servicede propreté, la tenue desdifférents registres et écritures,la nourriture des prisonniers et,d’une façon générale tout ce quiconcerne l’administration de laprison. Il dirige toutes les partiesdu service intérieur de la prison.Tous les employés lui sontsubordonnés. Il est seul responsablevis-à-vis de l’autorité dontil dépend.Article 85(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)L’adjoint au régisseur estnotamment chargé sous l’autoritéde celui-ci:-de veiller au contrôle strictdes effectifs, des personnels etde la population pénale ainsiqu’à l’exécution correcte etimmédiate des notes reçuesdans le cadre du service;-de s’assurer quotidiennementdu déroulement normal duservice de gardiennage;-de gérer le magasin devivres et du matériel et de justifierchaque fois les entrées etles sorties;-de l’organisation de la main-d’oeuvre pénale;En cas d’absence du régisseur,il est chargé de l’expéditiondes affaires courantes.Article 86Le chef de cour est notammentchargé de la bonne exécutiondes ordres qui lui sont donnés, de la discipline et du serviceintérieur de propreté.
    • Article 87Le greffier est chargé sous lecontrôle du régisseur de latenue des registres et écrituresse rapportant à la section judiciaireet le second de la sectionadministrative.Le greffier le plus gradé occupealors les fonctions de greffieren chef.Le comptable est chargé,sous les ordres du régisseur, dela bonne tenue des registres etécritures comptables de l’établissement,de celui des fichesse rapportant à la gestion dupécule des détenus ainsi quecelle des dépôts d’argent oud’objets de valeur. Dans les établissementsdépourvus decomptables, ces fonctions sonttenues par l’adjoint du régisseur.Article 88Les gardiens veillent à labonne exécution des ordres quileur ont été donnés, au maintiende l’ordre et de la discipline.Ils rendent compte sans délaide toute infraction au règlementet aux ordres reçus.Article 89Les femmes détenues sontsurveillées par une ou plusieurspersonnes de leur sexe chargéesdes mêmes fonctions quecelles des gardiens.Article 90Il est interdit à tous lesemployés, aux gardiens et auxpersonnes ayant accès auxlocaux de détention:-De se livrer à des actes deviolence sur les détenus;-De leur adresser la parole sice n’est pour l’exécution durèglement ou des ordres et derépondre aux questions étrangèresau service;-D’user à leur égard soit dedénomination injurieuse, soit unlangage grossier ou familier;
    • 110
    • Code de Procédure PénaleSénégalais-De manger et de boire avecles détenus, avec les personnesde leur famille et amis venus lesvisiter;-De fumer à l’intérieur de ladétention;-D’occuper les détenus pourleur service particulier ou de sefaire assister par eux, sauf dansles cas spécialement autorisés;-De se mettre en état d’ivresse;-De recevoir des détenus oudes personnes agissant poureux, des dons, prêts ou avantagesquelconques;-De se charger pour euxd’une commission, de faciliterou tolérer toute transmission decorrespondance, tous moyensde communication irrégulièredes détenus entre eux ou avecle dehors, ainsi que toute introductiond’objets et de denréeshors des conditions et cas prévuspar les règlements.-D’agir de façon directe ouindirecte auprès des détenus,prévenus et accusés pour exercerune influence sur leursmoyens de défense ou sur lechoix de leur défenseur.Toutes infractions au présentarticle ainsi qu’aux dispositionsdu règlement intérieur des prisons,sont punies des sanctionsdisciplinaires déterminées par lestatut particulier s’appliquant aufonctionnaire en infraction, cecisans préjudice, s’il y a lieu, dessanctions prévues par le Codepénal.Article 91Les gardiens sont responsablesdes dégradations, dommageset dégâts commis par lesdétenus lorsqu’ils ne les aurontpas signalés immédiatement augardien-chef.Article 92Le régisseur ou le greffierdans les prisons importantes,tient le registre d’écrou et leregistre des contraignables,comme il est stipulé aux articles
    • 694 et 713 du Code de Procédurepénale.Ces registres contiennent lesindications suivantes: les noms,prénoms et surnoms du détenu,le lieu et la date de sa naissance,les noms et prénoms de sespère et mère, sa profession, sondernier domicile, la date àlaquelle il a été écroué, la naturede l’inculpation dont il faitl’objet, la date et le numérod’enregistrement de l’arrêt ou dujugement de condamnation, del’ordonnance de prise de corpsou du mandat de justice établisselon la loi, le nom et la qualitédu magistrat qui les a décernés,la date de la condamnation lors-qu’elle est intervenue, lacondamnation et le tribunal quil’a prononcée, la date de libérationdu détenu et, s’il y a lieu ladécision ou la référence dutexte motivant la libération.Ces mentions sont signéespar le régisseur lors de leur inscriptionainsi que par l’exécuteurd’arrêt, de jugement decondamnation ou de mandat dejustice comme il est prévu à l’article694 du Code de ProcédurePénale.Article 93Le registre d’écrou doit êtreprésenté, aux fins de contrôle etde visa, aux différentes autoritésjudiciaires à chacune de leursvisites, ainsi qu’aux autoritésadministratives qui procèdent àl’inspection générale de l’établissement.A compter de son ouverture,le registre d’écrou ne doit pasquitter l’établissement pénitentiaire.Article 94Indépendamment du registred’écrou et des contraignables,des registres et des livres prévuspar le règlement intérieurdes prisons, le régisseur doittenir ou faire tenir les registresdont la nomenclature suit:-Répertoire alphabétique desécroués;
    • -Registre des déclarationsd’appel et de pourvoi;-Registre des libérations établipar mois;-Registre des libérationsconditionnelles;-Registre des contrôlesnumériques et nominatifs;-Registre des punitions etrécompenses;-Registre des entrées et sorties;-Registre numérique desdétenus placés à l’extérieur, ouadmis au régime de semi-libertéou plusieurs permissions de sortie;-Registre de décès;-Registre des objets déposésau greffe par les détenus;-Un livret de pécule pourchaque détenu, destiné à enregistrertoutes les recettes ettoutes les dépenses du détenu.Article 95Lors de transfert de tout détenu,le régisseur fait parvenir à laprison de la nouvelle incarcération,copie de la partie registred’écrou concernant le détenutransféré. Cette copie est transcritesur le registre de la prisonde la nouvelle incarcération.Article 96Les établissements pénitentiairesfont l’objet de contrôlesde la part des autorités judiciaires,conformément aux dispositionsde l’article 697, alinéa1er, du Code de Procédurepénale et de contrôle de l’autoritéadministrative.Article 97Auprès de chaque établissementpénitentiaire, il est instituéune commission de surveillancequi comprend:1°. Dans les chefs-lieux derégion:-le gouverneur ou sonadjoint, président;-le Procureur de la Républiqueou son substitut;-le chef du Service régionalde la Sécurité publique;-le commandant de la Compagniede Gendarmerie;111
    • Code de Procédure PénaleSénégalais-le chef du Service régionalde l’Hygiène;-le médecin-chef de région;-le chef du Service régionalde l’urbanisme et de l’Habitat;-le chef du Service régionalde l’enseignement;-le responsable régional del’Artisanat;-le responsable régional duDéveloppement social;2°. Dans les chefs-lieux dedépartement.-le préfet ou son adjoint, président;-le président du Tribunaldépartemental ou le délégué duProcureur de la République;-les chefs de services départementauxde la sécuritépublique (police, gendarmerie),de l’Artisanat, du Développementrural, de l’urbanisme del’Habitat, de l’enseignement, del’hygiène de la Santé et dudéveloppement social.Article 98La commission de surveillanceinspecte la prison, surveilletout ce qui concerne la salubrité,l’alimentation, la discipline, letravail, assure le service desanté et la réforme morale desdétenus, la tenue des registresréglementaires, la conduite desagents de la prison.Article 99La commission de surveillancese réunit au moins une foispar trimestre sur la convocationde son président et plus souvent,si celui-ci le juge nécessaire.Elle rédige un procès-verbalde ses constatations et faittoutes propositions qu’elle jugeutiles. Un exemplaire du procès-verbal est transmis au Ministrechargé de l’Administration pénitentiaireet un autre au régisseurde la prison contrôlée.TITRE VI
    • SECURITE, VISITES,CORRESPONDANCES ETPEINES DISCIPLINAIRESArticle 100Les détenus doivent obéissanceaux fonctionnaires ouagents ayant autorité dans laprison, en tout ce qu’ils leurprescrivent pour l’exécution desrèglements.Article 101Les jeux de toute nature, leschants, cris, interpellations etconversations à haute voix,toute réunion en groupe bruyantet généralement tous actes individuelsou collectifs de nature àtroubler l’ordre, sont interditsaux détenus de toutes les catégories.Les dons, trafics ou échangesentre détenus sont égalementinterdits.Article 102Les demandes de réclamationsou pétitions collectivessont interdites.Article 103Le régisseur veille à ce qu’aucunearme, aucun instrumentdangereux, notamment lesrasoirs et les couteaux ne soientlaissés à la disposition des détenusni même à leur portée.Article 104Il est interdit de laisser introduiredans les prisons des boissonsalcoolisées ou desmatières inflammables.Article 105Tous les détenus doivent êtrefouillés à leur entrée dans la prisonet chaque fois qu’ils en sontextraits pour être conduits àl’instruction ou à l’audience etramenés à la prison. Ils peuventêtre également fouillés pendantle cours de la détention aussisouvent que le régisseur le
    • jugera nécessaire.Les détenus ne peuvent êtrefouillés que par des personnesde leur sexe.Les documents découverts àla suite d’une fouille et paraissantoffrir un intérêt pour uneinformation en cours, sont remisau juge d’instruction ou au Procureurde la République, lesquelsdécident, s’il y a lieu, deles saisir ou de les rendre audétenu.Article 106La propreté intérieure et extérieurede l’établissement seraassurée dans les conditions suivantes:Pour les prévenus, sur leurdemande:-Corvées de balayage etvidange à l’intérieur.Pour les condamnés, obligatoirement:-Corvée intérieure et desabords extérieurs concernant lapropreté et l’hygiène.Article 107Les dégradations constatéessont signalées au régisseur.Les détenus qui les ont commisespaient sur leur pécule lemontant de ces dégradations,sans préjudice d’une sanctiondisciplinaire.Il est interdit aux détenus declouer ou de coller sur les mursdes images, affiches, etc. Estconsidéré comme dégradationtout ce qui peut laisser trace surles murs, les boiseries et objetsmobiliers.Article 108Pendant que les détenusn’occupent pas les dortoirs, atelierset réfectoires, la visite deces locaux est faite chaque jourpar le régisseur ou par un agentde la surveillance.Les cours sont visitées et lesobjets quelconques qui y sont
    • laissés doivent être enlevés.Les inscriptions et dessins tracéssur les murs et sur le sol112
    • Code de Procédure PénaleSénégalaissont effacés sans préjudice dece qui est dit à l’article précédent,quant à l’imputation desdégradations et à la sanctiondisciplinaire.Article 109(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Les promenades sont organiséestous les jours dans la courde l’établissement au profit desdétenus.Le temps de promenade estde deux heures le matin et dedeux heures l’après-midi. Il peutêtre augmenté par le régisseurlorsque les conditions climatiquesl’exigent comme il peutêtre réduit lorsque les conditionsde sécurité ne sont pas réunies.Article 110La plus grande tranquillité doitrégner dans les dortoirs etaucun luminaire n’y est autorisé.Article 111L’appel des détenus a lieuaux heures de lever et de coucheret au moins une fois dansla journée à une heure variable.Article 112A l’exception des personnesqui y sont obligées par leur service,et les avocats des prévenuset accusés, nul ne peut êtreadmis à visiter un détenu s’iln’est porteur d’un permis decommuniquer.Article 113(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Pour les prévenus et accusés,le permis de communiquer estdélivré exclusivement par lemagistrat saisi du dossier, quipeut être suivant le cas le juge
    • d’instruction, le Procureur de laRépublique, le président du tribunaldépartemental, le Procureurgénéral près la Cour d’Appel,le Président de la Chambred’Accusation, le Président de laCour d’Assises.Pour les condamnés le permisde communiquer est délivré parle Directeur de l’Administrationpénitentiaire dans la Région deDakar, ailleurs il est délivré parles préfets qui doivent en conséquenceen tenir un contrôle.Article 114Les permis ne sont en principedélivrés qu’aux prochesparents des condamnés. Exceptionnellementet pour les motifsque l’autorité chargée de leurdélivrance apprécie, des permispeuvent être délivrés à d’autrespersonnes que les parents.Article 115(Décret n° 86-1466 du 28novembre 1986)Les visites ont lieu lesdimanche, mercredi et joursfériés.Les horaires de visites sontfixés par le régisseur suivantl’emploi du temps établi dansl’établissement. Ils ne devrontpas cependant être inférieur àtrois heures le matin et troisheures l’après-midi. La duréed’une visite est de 15 minutesau moins.Article 116Les visites ont lieu en présenced’un gardien qui doit avoir lapossibilité d’entendre lesconversations et empêchertoute remise d’argent ou objetquelconque par les visiteurs.Les objets que les visiteursdestinent aux détenus doiventêtre remis au régisseur.Article 117Tout individu détenu au secreten vertu des dispositions législativesou pour manquement
    • aux règles disciplinaires ne peutrecevoir de visite.Cette interdiction de communiquerne s’applique pas à l’avocat.Article 118La correspondance de tousles détenus doit être lue tant àl’arrivée qu’au départ à l’exception,cependant, des lettresadressées par les prévenus etaccusés à leur défenseur ouque ce dernier leur fait parvenir,sous les garanties que déterminel’Administration pour assurerque la lettre émane bien dudéfenseur.Article 119Tous les détenus ont la facultéde remettre au régisseur deslettres closes adressées par euxaux autorités administratives etjudiciaires. Aucun retard ne doitêtre apporté dans l’envoi de ceslettres à leur destination.Article 120Si un détenu use demenaces, injures ou violences,soit à l’égard du régisseur ou deses préposés, soit à l’égard desautres détenus, s’il refuse de seconformer aux prescriptions envue du maintien du bon ordre etde l’exécution des consignes etrèglements il est passible depeines disciplinaires, sans préjudice,s’il y a lieu, des sanctionsprévues par le Code pénal.Article 121Les peines disciplinaires pouvantêtre appliquées par lerégisseur, sur proposition dugardien-chef sont les suivantes:1. La réprimande;2. La suppression de promenades,pendant huit jours auplus;La privation de toute correspondancependant deuxsemaines au plus, sauf le droittoujours maintenu d’écrire auxautorités administratives et judiciaires.
    • Il en est aussitôt rendu compteau Ministre chargé de l’Administrationpénitentiaire.Article 122Les peines disciplinaires ci-après, peuvent être infligéesaux détenus:113
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisNature de lapunitionMaximum suivantl’autorité quiprononceRégisseur MinistreSuppressionde l’usagede procédure 8 jours 3 moisMise en cellule 8 jours 1 moisSuppressionde visite 10 jours 1 moisArticle 123En cas d’évasion, le régisseurdoit en rendre compte immédiatementà l’autorité compétente(Police et gendarmerie) quiprend sur le champ toutesmesures destinées à reprendrel’évadé.Il est en même temps, dresséavis au juge d’instruction, auProcureur de la République, auprésident du tribunal départemental,au délégué du Procureurselon que l’évadé estcondamné ou prévenu.Le régisseur est tenu de dresserimmédiatement procès-verbalde l’évasion et des circonstancesdans lesquelles elle s’estproduite.Ce procès-verbal est adresséau Procureur de la Républiqueet au Président du tribunaldépartemental, au délégué duProcureur, aux fins de poursuite,dont les agents de surveillancepeuvent être passibles.Article 124En cas de décès d’un détenu,le régisseur en fait mention enmarge du registre d’écrou. Il endonne immédiatement avis àl’officier de l’état civil compétentet en rend compte à l’autoritéadministrative.L’autorité judiciaire est aviséedu décès de tout détenu.
    • Article 125En cas de suicide ou de mortviolente, le régisseur en dehorsdu rapport qu’il doit adresser àl’autorité administrative, est tenude provoquer immédiatementl’intervention de la police judiciaireconformément à l’applicationdes dispositions législativesen vigueur.TITRE VIIMOUVEMENTS DESDETENUSArticle 126A leur arrivée dans un établissementpénitentiaire, les détenussont fouillés, soumis auxformalités de l’écrou et auxmensurations anthropométriquesainsi qu’aux soins depropreté nécessaires. Ils sontensuite, s’il y a lieu, revêtus ducostume pénal.Article 127Dans les délais les plus brefs,le détenu est soumis à un examenmédical destiné à décelertoute affection de nature contagieuseou évolutive qui nécessiteraitdes mesures d’isolementou des soins urgents.Article 128Les objets et vêtements dontles détenus sont porteurs à leurentrée dans un établissementpénitentiaire sont pris en comptepar le greffe de la prison,ainsi que les valeurs et bijoux.Article 129Une fois par semaine, lerégisseur de chaque maisond’arrêt et de correction est tenud’adresser au Procureur de laRépublique l’état nominatif desdétenus entrés et des détenussortis de son établissement,sauf en cas de placement à l’extérieur,de régime de semi-libertéet de permission de sortir.Article 130
    • Des instructions de servicedéterminent les conditions danslesquelles sont rédigés etenvoyés les différents documentsdestinés à l’informationdes services de police et degendarmerie.Article 131Au moment de la levéed’écrou, il est obligatoirementdélivré un billet de sortie qui justifiela régularité de sa libération.Article 132Aucun transfèrement ouextraction ne peut être opérésans un ordre écrit que délivrel’autorité compétente et qui estprésenté à l’établissement dedétention pour y être conservéen original ou en copie certifiéeconforme. Le régisseur doit vérifieravec soin et au besoinauprès du signataire indiqué,l’authenticité de ce document.Article 133Le transfèrement consistedans la conduite d’un détenusous surveillance d’un établissementpénitentiaire à un autre.Cette opération comporte laradiation de l’écrou à l’établissementde départ et un nouvelécrou à la prison de destinationsans que la détention subie soitpour autant considérée commeinterrompue.Article 134L’extraction est l’opération parlaquelle un détenu est conduitsous surveillance en dehors del’établissement pénitentiaire, parexemple lorsqu’il doit comparaîtreen justice ou lorsqu’il doitrecevoir des soins qu’il n’est paspossible de lui donner en prison.Article 135Les détenus ne doivent avoiraucune communication avecdes tiers à l’occasion de transfèrementsou d’extraditions. Desprécautions doivent être prisesen vue d’éviter des évasions,
    • 114
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisnotamment la fouille avant ledépart et, le cas échéant, le portde menottes si le détenu estconsidéré comme dangereux.Article 136Les frais des opérations detransfert des prévenus et accuséstransférés sur la réquisitionde l’autorité judiciaire, sontimputables au budget du ministèrede la Justice.Article 137Le Ministre chargé de l’Administrationpénitentiaire ordonnele transfèrement de caractèreadministratif. Sa compétenceest exclusive en ce qui concerne:-Le transfèrement d’une prisonà une autre pour remédier àl’encombrement d’un établissement,pour mieux répartir lesdétenus suivant les possibilitésdu travail pénal, ou pourenvoyer dans un établissementplus sur un détenu jugé dangereux.-le transfèrement dans l’undes établissements à régimeprogressif visés à l’article 21 oudans une prison sanitaire.Article 138Le transfèrement d’uncondamné ne peut se faire sicelui-ci doit être tenu à la dispositionde la juridiction dans leressort de laquelle il se trouve,soit parce qu’il fait l’objet depoursuites soit parce qu’il estsusceptible d’être entenducomme témoin.Article 139Les dépenses auxquellesdonnent lieu l’exécution destransfèrements administratifssont à la charge de l’administrationpénitentiaire.Article 140Les transfèrements se font
    • sous escorte. Les détenus quisont astreints au port du costumepénal y demeurent soumispendant leur transfèrement.Article 141La translation des extradésest assimilée au transfèrementjudiciaire.Les mesures qui ont pourobjet de refouler à la frontièrecertains étrangers condamnéspar décision de justice ou d’assurerl’exécution des arrêtésd’expulsion, incombent aux servicesde la police et de la gendarmerie.La prise en charge et laconduite des mineurs placésprovisoirement dans une maisond’arrêt incombent au Ministèrede la Justice.Article 142L’extraction s’effectue sansradiation de l’écrou car ellecomporte obligatoirement lareconduite de l’intéressé à l’établissementpénitentiaire.Article 143La charge de procéder auxextractions de détenus qui sontrequises par l’autorité judiciaireincombe aux services de policeet de gendarmerie. Les autresincombent à l’Administrationpénitentiaire.TITRE VIIIDISPOSITIONS DIVERSESArticle 144Sous réserve des dispositionsprévues à l’article 77, il n’estlaissé aux détenus ni argent, nivaleurs, ni bijoux autres que leurbague d’alliance.Article 145Le détenu conserve la gestionde ses biens patrimoniaux extérieurs,dans la limite de sa capacitécivile. Toutefois, cette gestionne peut s’effectuer que parmandataire, celui-ci devant être
    • étranger à l’administration pénitentiaire.Les procurations éventuellessont envoyées dans les conditionsfixées par le présentdécret et les textes d’applicationconcernant la correspondancedes détenus. Elles se trouventnotamment soumises au contrôledu magistrat saisi du dossierde l’information lorsqu’ellesémanent de prévenus.Un acte requérant le ministèred’un notaire peut être dressé enprison, lorsque cet officier ministériela obtenu l’autorisation devisite.Article 146Si le détenu meurt en prisonavant l’expiration de sa peine,ses héritiers ont droit à sonpécule, sous déduction éventuelledes sommes dues pouramendes, restitution ou frais dejustice. Il leur est égalementremis les objets vêtement,bijoux et valeurs déposés augreffe de la prison.Article 147La composition du régime alimentairedes détenus est fixéepar le Ministre chargé de l’Administrationpénitentiaire. Ce régimecomporte trois distributionsjournalières.Article 148A moins d’en être privés parmesure disciplinaire, les détenusont la possibilité d’acheter,sur leur pécule disponible diversobjets ou denrées en supplémentde ceux qui leur sontoctroyés, selon les modalitésprévues par le règlement intérieur.Article 149Le règlement intérieur édictépar le Ministre chargé de l’Administrationpénitentiaire fixenotamment les mesures d’hygiène,l’habillement, l’organisationsanitaire, l’occupation desloisirs, l’assistance spirituelle etmorale, les détails de service
    • qu’il est utile de prescrire danschaque type de prison, et toutes115
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisdispositions nécessaires pourcompléter le présent décret.Article 150Lors de son entrée dans unétablissement pénitentiaire,chaque détenu doit être informédes dispositions essentielles duprésent décret et du règlementintérieur. Son attention doit êtreappelée, en particulier, sur lesrègles relatives à la discipline,sur les possibilités de communiqueravec sa famille et sondéfenseur, et sur les points qu’illui est nécessaire de connaîtreconcernant ses droits et sesobligations.TITRE IXDE DIVERSESCATEGORIES DEDETENUSArticle 151Le régime spécial de détenupolitique peut être accordé surrequête de l’intéressé, par leMinistre chargé de l’Administrationpénitentiaire, aux détenusqui subissent une détention préventiveou une peine privativede liberté correctionnelle ou criminelle.Article 152Les condamnés bénéficiantdu régime spécial ne sont pasastreints au travail, mais peuventdemander qu’il leur en soitdonné.Dans cette dernière hypothèse,ils sont assujettis auxmêmes règles que les condamnésappartenant à leur catégoriepénale.Article 153Dans toute la mesure du possible,les détenus bénéficiant durégime spécial sont incarcérés
    • dans un établissement particulier et dans un quartier particu-Article 158lier d’établissement de manière Les détenus écroués à laà être séparés des détenus suite d’une demande d’extradiappartenantaux autres catégotionémanant d’un Gouverne-ries. ment étranger, sont soumis auChaque fois que les installa-régime des prévenus.tions matérielles le permettent,ils sont placés en cellule individuelle.Article 154Les détenus bénéficiant durégime spécial peuvent recevoir, TITRE Xà leurs frais, des livres de leurchoix, des journaux et publica-DISPOSITIONS FINALEStions, des vivres, utiliser desvêtements personnels. Ils peuventécrire ou recevoir desvisites tous les jours, dans lesseules limites imposées par lesnécessités du service et, en cequi concerne les visites, auxheures fixées par le régisseur.Les visites ont lieu en présen-Article 159Sont abrogées toutes dispositionscontraires au présentdécret et notamment celles del’arrêté n° 3653 A.P.A.-1 du 22octobre 1947 et des textes quil’ont complété ou modifié.ce d’un surveillant, au parloir.Les permis de communiquersont délivrés dans les conditionsindiquées aux articles 114 et115 ci-dessus.L’envoi ou la réception descorrespondances, communicationet objets quelconques sontsoumis au contrôle administratif.Article 160Le Ministre de l’intérieur, leMinistre de la Justice, Gardedes Sceaux et le Ministre desFinances sont chargés, chacunen ce qui le concerne de l’exécution,du présent décret quisera publié au Journal officiel.Article 155Les condamnés à mort sontsoumis à l’emprisonnement individuel,ils font l’objet d’une surveillancede jour et de nuit destinéeà empêcher toute tentatived’évasion ou de suicide.ARRETE MINISTERIEL N°7117 M. INT. D.A.P. ENArticle 156 DATE DU 21 MAI 1987Les condamnés à mort sont PORTANT REGLEMENTexempts de tout travail et ne INTERIEUR DESpeuvent en obtenir. Ils peuventfumer, lire et écrire sans limitation.
    • Ils sont soumis au régimeETABLISSEMENTSPENITENTIAIRESdes prévenus en ce qui concernela correspondance et les Article premiervisites. Le présent arrêté fixe les dispositionsgénérales applicablesArticle 157 aux détenus et au personnel deLes détenus de nationalité l’Administration pénitentiaireétrangère sont soumis au même particulièrement en ce quirégime que les détenus natioconcernela discipline, lesnaux appartenant à leur catégomesuresd’ordre, les détails derie pénale. service en vigueur dans les établissementspénitentiaires.116
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisLes dispositions de cet arrêtésont portées à la connaissancedes détenus aussi souvent quenécessaire en ce qui les concernedès leur entrée dans l’établissement.CHAPITRE PREMIERLA DISCIPLINEArticle 2L’ordre et la discipline doiventêtre maintenus avec fermeté,mais sans apporter plus decontrainte qu’il n’est nécessairepour le maintien de la sécuritéet la bonne organisation de lavie en collectivité.Article 3Le personnel de l’établissementpénitentiaire ne peutemployer la force envers undétenu qu’en cas de résistancepar la violence ou d’inertie auxordres donnés.Article 4Des menottes et éventuellementdes entraves sontemployées par mesure de précautioncontre les évasions,mais seulement pendant lestransfèrements ou extractions.Elles ne sont utilisées à l’intérieurde la détention qu’en casde fureur ou de violence graveet s’il n’est pas d’autres moyensde maîtriser un détenu, de l’empêcherde causer des dommagesou de porter atteinte àlui-même ou à autrui. Elles nesauraient être appliquées à titrede punition.Article 5Conformément à la loi, il peutêtre fait usage des armes encas de légitime défense et encas d’évasion ou de tentatived’évasion d’un ou plusieursdétenus.
    • Article 6 autre que leur bague d’alliance.Aucun détenu ne peut occu-Ils ne doivent en outre être enper un emploi comportant un possession d’outils ou d’ustenpouvoird’autorité ou de disciplisilesdangereux, en dehors desne. heures de travail.Article 7 Article 12Les détenus sont l’objet de En application de l’alinéa 2 desurveillance constante ainsi qu’il l’article 101 du décret n° 66estprévu aux articles 103, 105, 1081 du 31 décembre 1966,108 et 111 du décret n° 66-1081 modifié, les dons, trafics oudu 31 décembre 1966 modifié. échanges entre détenus sontinterdits. Il en est de même desArticle 8 jeux et paris d’argent.Les différents mouvements de L’usage des cartes, des jeuxla journée se font en silence et de dames ou d’échecs esten ordre sous la conduite d’un cependant toléré en dortoir.ou de plusieurs gardiens. Lesdétenus ne peuvent fumer dans Article 13les rangs. Les détenus sont autorisés àdétenir leur poste récepteur àArticle 9 piles, qu’ils peuvent écouter jus-Les détenus doivent garder le qu’à 21 heures. Dans un mêmesilence, sauf dans les excepdortoir,il ne peut être fait usagetions nécessitées par les que d’un seul poste récepteurbesoins du travail et en dehors au même moment.des moments consacrés à ladétente, aux activités récréa-Article 14tives ou de ceux qu’ils passent Toute sortie ou entrée irrégudansles dortoirs, le silence est lière de sommes d’argent, destrictement obligatoire dans les correspondances ou d’objetcellules de punition et dortoirs à quelconque, expose son auteur,partir de l’extinction des son complice ou celui qui alumières et jusqu’au réveil. tenté de l’effectuer à des sanctionsdisciplinaires sans préjudi-Article 10 ce des poursuites judiciaires.Sauf mesures disciplinairesou prescriptions médicales, lesdétenus sont autorisés à fumerau cours des heures de promenadeet pendant les momentsde détente. CHAPITRE IIArticle 11 PUNITIONS ETLes détenus ne doivent gar-RECOMPENSESder par devers eux, aucun objet,médicament, stupéfiant ou substancepouvant permettre ou Article 15faciliter un suicide, une agres-Toute infraction du décret n°sion ou une évasion. Le régis66-1081 du 31 décembre 1966seur doit également veiller à ce modifié et au présent décretqu’aucune arme, aucun instruexposele détenu, selon la gravi-ment dangereux, notamment les té des faits et indépendammentrasoirs et les couteaux, ne des poursuites judiciaires évensoientlaissés à la disposition tuelles, à l’une des sanctionsdes détenus, ni même à leur disciplinaires suivantes etportée. Ils ne doivent conserver conformément aux articles 121ni argent, ni valeur, ni bijoux et 122 du décret précité:117
    • Code de Procédure PénaleSénégalais-la réprimande;-la suppression de promenades,pendant huit jours auplus;-la privation de toute correspondancependant deuxsemaines au plus, sauf le droittoujours maintenu d’écrire auxautorités administratives et judiciaires;-la suppression de l’usage dupécule;-la mise en cellule;-la suppression des visites.Article 16Le détenu doit avoir été préalablementinformé de l’infractionrelevée contre lui et mis enmesure de présenter ses explicationsau régisseur de l’établissementou au Directeur de l’Administrationpénitentiaire, selonla gravité de la faute commise etla sanction encourue.En cas d’urgence, l’auteurd’une infraction est conduit encellule et puni immédiatement, àtitre de prévention dans l’attentede la décision à intervenir. Il enest obligatoirement ainsi en casd’évasion, de rébellion, decoups et blessures sur la personned’un membre de l’Administrationpénitentiaire ou detentative de ces infractions.Article 17Aucune amende ne peut êtreinfligée par mesure disciplinaire,mais des retenues sur péculepeuvent être opérées en cas dedégradation, comme prévu àl’article 107 du décret n° 661081du 31 décembre 1966.Elles sont prononcées par lerégisseur jusqu’à concurrencede 1.500 francs et par le Directeurde l’Administration pénitentiairelorsqu’elles dépassentcette somme. Elles peuvent êtreprononcées solidairement àl’encontre de plusieurs détenus.Article 18La punition de cellule consiste
    • dans le placement du détenudans une cellule aménagée àcet effet. Elle entraîne l’isolementde jour et de nuit, la suppressiondes promenades detoute sorte hors de la cellulesauf pour les besoins d’hygiène,la privation de toute visite, detoute correspondance et un allégementde menu. Le régisseurchef d’établissement peut infligerune punition de 8 jours decellule avec compte rendu auDirecteur de l’Administrationpénitentiaire qui peut augmentercette punition à un mois.La punition de cellule ne privecependant pas le prévenu de lavisite de son défenseur. Lesmarabouts, aumôniers ou assistantsociaux peuvent rendre visiteaux détenus punis de cellule.Article 19Les récompenses qui peuventêtre accordées aux détenusdans la mesure où elles sontcompatibles avec leur situationou ne font pas partie du régimeauquel ils sont soumis sont lessuivantes:-autorisation d’acheter ou derecevoir de l’extérieur des livresou fournitures servant auxétudes ou à des petits travauxpersonnels;-autorisation d’entreprendrepour son propre compte soit desétudes, soit de petits travauxpersonnels à l’intérieur du dortoir;-autorisation de recevoir unevisite supplémentaire par quinzainedans un parloir ne comportantpas de dispositif deséparation.-autorisation de sorties accordées,une fois par mois, auxdétenus bénéficiant de la semiliberté;elles sont accordées parle Ministre de l’intérieur, pourdes dimanches et jours féries.Leur durée maximum est de 12heures. La fréquentation d’undébit de boissons et de dancingau cours de la sortie fait prononcerle retrait de la semi-liberté;-autorisation de sorties accordéespar le Ministre de l’intérieuraux condamnés en vue devisite à des employeurs éventuels,
    • par la présentation auxépreuves d’un examen ou pourl’accomplissement des formalitéspréalables à un engagementdans les Forces armées, oupour tous autres motifs laissés àl’appréciation du Ministre chargéde l’Administration pénitentiaire.Dans tous les cas, le détenubénéficiant d’une autorisation desortie doit réintégrer la prison àla tombée de la nuit.CHAPITRE IIIEMPLOI DU TEMPSArticle 20L’emploi du temps dans lesétablissements pénitentiairesest le suivant, en dehors desheures de promenades, desoins d’hygiène et des diversesactivités récréatives et culturelles:-7h à 7h30: réveil, toilette,rangement des cellules et dortoirs,appel;-7h30: petit déjeuner;-8h: début du travail;-12h à 15h: interruption dutravail, appel, déjeuner et détente;-15h: reprise du travail;-18h à 18h30: cessation dutravail et toilette,-21h: extinction des lumières;-22h: doublure des portes.Article 21Les dimanche et jours féries,l’emploi du temps se présenteainsi qu’il suit:-7h30 à 8h: réveil, toilette,appel;-8 h à 11h: petit déjeuner,corvée de propreté à l’intérieur,lavage à grande eau des dortoirset cellules;-11h à 12h: temps libre;-12h à 12h30: appel et déjeuner;-12h30 à 15h: repos;118
    • Code de Procédure PénaleSénégalais-18h à 18h30: dîner;-18h30 à 19h: appel et réintégrationdes dortoirs;-21h: extinction des lumières;-22h: doublure des portes.Les horaires de l’emploi dutemps peuvent varier suivant leslocalités et les conditions climatiques.Dans ce cas, ils sontlaissés à l’appréciation du régisseur.Article 22La période de détente qui suitle déjeuner peut être passéedans les cellules et dortoirs.Article 23Les détenus, inculpés, prévenuset accusés qui ne sont passoumis au travail restent enfermésdans les cellules ou dortoirsen dehors des heures depromenade.Article 24Dans les établissements pénitentiairesoù la main-d’oeuvrepénale est utilisée à des activitésagricoles, l’emploi du tempspeut être modifié en tenantcompte de la nécessité de certainstravaux saisonniers.Article 25Les détenus employés au servicegénéral de l’établissementsont soumis au même emploi dutemps que les autres à l’exceptionde ceux qui sont employésdans les cuisines.CHAPITRE IVPAQUETAGE ETHABILLEMENTArticle 26Les objets dont les détenussont porteurs à leur entrée dansl’établissement et qui ne peuventêtre laissés en leur possession
    • en vertu des articles 103 et128 du décret n° 66-1081 du 31décembre 1966 modifié, notammentles effet d’habillementpour ceux qui sont soumis auport obligatoire de la tenuepénale, sont pris en charge parle comptable ou l’adjoint aurégisseur conformément à l’article87 du décret n° 86-1466 du28 novembre 1986.Après inventaire, ce dernierles inscrits sur un registre ouvertà cet effet pour le compte del’intéressé, à charge de les restituerà sa libération.Chaque détenu est tenud’émarger ce registre aumoment du dépôt, du retrait etde la restitution des objets enguise de reconnaissance de laréalité des opérations.Article 27Les bijoux, les valeurs,notamment les livrets de caissed’épargne et de pension, leschèques ou chéquiers et autrestitres ainsi que les piècesd’identité peuvent être rendus àla famille du détenu sur sademande, après condamnationdéfinitive, sauf décision contrairede l’autorité judiciaire.La personne désignée par ledétenu émarge le registre aumoment de la remise des bijoux,objets de valeur.Article 28En cas de transfèrement lesobjets appartenant au détenul’accompagnent au lieu de sanouvelle incarcération.Article 29Conformément à l’article 16du décret n° 68-1081 du 31décembre 1966 modifié, les prévenussont astreints au port dela tenue pénale lorsqu’ils participentà des travaux de propretéou lorsque leurs vêtements personnelssont malpropres ou enmauvais état.Article 30
    • Les condamnés auxquels ilreste à subir plus d’un an d’emprisonnement,après le momentoù la condamnation est devenuedéfinitive, sont obligés deporter la tenue pénale, à l’exceptiondes détenus placés àl’extérieur, sur rapport circonstanciédu régisseur.Ils peuvent conserver leseffets de lingerie qui leur sontpersonnels ou qu’ils sont autorisésà recevoir de l’extérieur.Article 31Le Directeur de l’Administrationpénitentiaire fixe la tenuepénale en fonction des possibilitésbudgétaires. Elle comprend:une chemise, une culotte ou unpantalon de couleur bleu foncé.Article 32Les condamnés hospitaliséssont soumis au port de la tenuepénale. Il en est de même pourles prévenus qui sont dans lemême cas, pour des raisonsd’ordre et de sécurité.CHAPITRE VHYGIENE ET SANTEArticle 33La propreté corporelle est exigéede tous les détenus. Ils doiventfaire leur toilette à chaqueréveil et se laver une fois dansla journée. L’entretien et lacoupe de cheveux sont obligatoires.Des fournitures de premièrenécessité sont distribuéespériodiquement.Ils peuvent se procurer à leursfrais les articles courants de toiletteet d’hygiène dont ilsauraient besoin.Article 34Tous les détenus se laventaprès cessation de travail, il leurest alloué une ration journalièrede savon de 50 grammes quipeut leur être distribué en uneseule fois, à raison de 350
    • grammes par semaine.119
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 35 pas astreints au temps de pro-Les vêtements et sous-vêtemenade.ments laissés ou fournis auxdétenus, doivent être propres et Article 41maintenus en bon état par ces A son arrivée dans l’établissederniers.Ils disposent pour ce ment pénitentiaire, le détenu estfaire de temps libre les soumis autant que faire se peut,dimanches et jours fériés. à un examen médical destiné àdéceler toute affection de natureArticle 36 contagieuse et évolutive.Chaque détenu valide esttenu d’entretenir sa cellule ou le Article 42dortoir dans un état constant de Un médecin généraliste estpropreté et y maintenir en bon désigné auprès de chaque étaordreles objets laissés ou mis à blissement pénitentiaire poursa disposition. Cette corvée est veiller à la santé physique eteffectuée chaque matin au mentale des détenus, à défautréveil. un infirmier major y supplée.Article 37 Article 43Les ateliers, les locaux à L’admission à l’infirmerie deusage commun, les cours et l’établissement peut être déci-couloirs et les abords de l’étadéepar l’infirmier major. L’hosblissementsont nettoyés pitalisation relève du médecinchaque jour de la semaine à désigné.l’occasion de corvées effectuéespar des prévenus ou Article 44condamnés aux heures nor-Les soins prescrits et lesmales de travail. médicaments ordonnés ne peu-Les détenus affectés aux serventêtre administrés que par levices administratifs et médicomédecintraitant, l’infirmiersocial entretiennent chaque jour major ou son aide. Il est interditle local dans lequel ils exercent aux détenus de conserver desleurs activités. médicaments.Article 38 Article 45Le temps de promenade des Au cas où le médecin de l’étadétenusest de deux heures le blissement estime que les soinsmatin et deux heures l’après nécessaires ne peuvent êtremidi. Il peut être augmenté par donnés sur place, il peutle régisseur lorsque les condiadmettreles détenus maladestions climatiques l’exigent dans les centres hospitalierscomme il peut être réduit locaux.lorsque les conditions de sécuriténe sont pas réunies. Article 46Les détenus hospitalisés sontArticle 39 astreints à la garde et à la surL’horairede promenade des veillance de jour comme de nuit.détenus travaillant dans un ate-Le présent règlement intérieurlier en commun est fixé de 11 des établissements pénitenheuresà 12 heures et de 17 tiaires leur est applicable notamheuresà 18 heures. ment en ce qui concerne la disciplineet leurs relations avecArticle 40 l’extérieur.Les détenus travaillant à l’extérieurnotamment ceux Article 47
    • employés à des travaux agri-Les détenus malades bénéficoleset aux cuisines ne sont cient gratuitement des soins quileur sont nécessaires ainsi quede la fourniture des produitspharmaceutiques dûmentordonnés par le médecin traitant.La gratuité des soinss’étend à tous examens ou traitementsde spécialistes querequiert l’état de santé des détenusà l’exception des prothèseset des verres de correction.Article 48A l’exception des expertisesordonnées par l’autorité judiciaireles détenus ne peuventmême à leurs frais, être examinésou hospitalisés dans un établissementprivé.Article 49La prophylaxie de la tuberculoseet de toutes les maladiestransmissibles est organiséedans les établissements conformémentaux réglementationsgénérales applicables en lamatière. Les détenus atteints delèpre, sont transférés à la maisond’arrêt et de correction duCap Manuel pour y subir le traitementapproprié.Article 50Le médecin de l’établissementpénitentiaire ne fournit de certificats,ni aux détenus, ni à leurfamille ni à leur défenseur.CHAPITRE VIREGIME ALIMENTAIRE ETACHATArticle 51Sauf dérogation, les repassont servis et consommés dansles dortoirs ou cellules auxheures fixées aux articles 20 et21 du présent arrêté. Ils sontpréparés dans l’établissement.Article 52Le petit déjeuner comprenddu café ou du quinquéliba sucré120
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisavec du pain. Le déjeuner et ledîner comprennent un plat de rizou du couscous avec du poissonfrais, sec, fumé ou de laviande avec sauce, ou tousautres plats nationaux.Les repas peuvent être amélioréspar des légumes et condimentsproduits par les jardinspotagers entretenus par lesdétenus. On peut y ajouter desproduits de haute valeur nutritive.Article 53La ration par repas et pardétenu est composée ainsi qu’ilsuit:-Mil ou mais: 250 grammes;-Semoule de maïs ou de mil:175 grammes;-Riz: 200 grammes;-Viande: 75 grammes;- ou poisson frais: 100grammes;-Poisson fumé: 25 grammes;-Poisson sec: 15 grammes;-Huile: 0,08 litre;-Sel: 8 grammes;-Café ou quinquéliba: 20grammes;-Sucre: 20 grammes;-Tomate: 10 grammes;-Pain: 60 grammes;-Farine: 8 grammes;-Niébé: 20 grammes.La composition de la rationpeut être modifiée par l’applicationde taux forfaitaires en casde dépassement de la capacitébudgétaire de l’établissement.Article 54Les détenus militaires sontsoumis au même régime alimentaireque les autres détenus.Le remboursement par leMinistre des Forces armées desjournées d’alimentation est fixéà 350 francs par détenu et parjour.Article 55
    • Les prévenus, accusés et lescondamnés ont la faculté derenoncer aux repas de l’établissementet de faire venir de l’extérieurdes aliments nécessairesà leur nourriture et à celle deleurs enfants.A l’exception du lait ou desproduits destinés aux nouveaux-nés, les aliments ainsi introduitsdoivent pouvoir être consomméssans cuisson nouvelle.Article 56Indépendamment des supplémentsqui peuvent être allouésaux détenus mineurs, le régisseurpeut, dans la mesure dupossible, accorder des rationsou des plats supplémentairesaux détenus qui effectuent destravaux de force pour le servicegénéral, à condition que le plafondbudgétaire ne soit pasdépassé.Article 57A moins d’en être privé parmesure disciplinaire, les détenuspeuvent acheter sur leurpécule disponible divers objetsou denrées en supplément deceux qui leur sont fournis:vivres, tabac, allumettes,articles nécessaires à la correspondance,produits usuels detoilette ou d’hygiène, boissonsnon alcoolisées.Article 58Les vivres comprenant lesdenrées d’usage courant quipeuvent être consommés sansavoir à faire l’objet de préparation,d’une cuisson ou d’unréchauffement peuvent êtretolérés.Article 59En ce qui concerne la rationde tabac, aucune limitation n’estfaite à l’égard des détenus, àmoins d’abus flagrant ou dedanger de trafic résultant de laconstitution de stocks.Article 60
    • Toute commande d’objet oude denrées prévues aux articles57, 58 et 59 ci-dessus, donnentlieu à l’établissement d’un bondaté et signé par le détenu danslequel l’article désiré est précisé. Le bon porte les prénoms etnom de l’intéressé.Ces bons sont rassemblés etremis au régisseur qui fait effectuerles achats qui peuvent sefaire à la cantine de l’établissementpour les produits disponiblessur place, et veille à laremise des commandes. Il porteà la connaissance du détenu lemontant de la dépense.Le pécule disponible est débitéau fur et à mesure que ledétenu présente ses bons decommande et à l’occasion desfrais d’affranchissement de sacorrespondance.CHAPITRE VIIPECULE ET GESTION DESBIENSArticle 61A l’exception de ceux qui sontadmis au régime de semi-liberté,il est interdit aux détenus deconserver de l’argent ou d’enrecevoir en main propre pendantleur détention.Les sommes qui, en coursd’incarcération seraient trouvéessur eux ou dans leurs dortoirs,seront réputées avoir uneorigine frauduleuse. Elles serontsaisies et portées sur les bordereauxmensuels et le livre journalde la caisse intermédiairedes recettes pour être verséesau compte spécial du Trésor del’Administration pénitentiaire.Article 62Au moment de l’écrou, lessommes dont l’intéressé esttrouvé porteur, sont inscrites sursa fiche de pécule et verséesdans le pécule disponible, quellequ’en soit l’importance.
    • La portion accordée aux détenussur le pécule, produit deleur travail est repartie commesuit:121
    • Code de Procédure PénaleSénégalais-une moitié est affectée à leurpécule disponible;-un quart est affecté à laconstitution de leurs fonds deréserve-un quart est affecté à laconstitution de leur pécule degarantie.Article 63L’Administration ne peut procéderau recouvrement descréances, capitaux, intérêts,dividendes et coupures desvaleurs appartenant aux détenus,ni au recouvrement desarréages des pensions ourentes d’accident de travail.Le détenu conserve la gestionde ses biens patrimoniaux extérieurs,dans la limite de sa capacitécivile. Toutefois, cette gestionne peut s’effectuer que parmandataire. Celui-ci devant êtreétranger à l’Administration pénitentiaire.Les procurations éventuellessont envoyées dans les conditionsfixées par les textes d’applicationconcernant la correspondancedes détenus. Elles setrouvent notamment soumisesau contrôle du magistrat saisi dudossier de l’information lors-qu’elles émanent des prévenus.Un acte requérant le ministèred’un notaire peut être dressé enprison, lorsque cet officier ministériela obtenu l’autorisation devisite.Article 64Les sommes portées au créditdes dépenses et qui ne proviennentpas de leur travail, tellesque le produit des mandats àeux adressés, sont versées aupécule disponible.Article 65Les règles de gestion despécules disponibles et de réserveainsi que les modalités de
    • versement des sommes duesau titre des amendes, frais dejustice et de réparation civile,feront l’objet d’instructionsconjointes du Ministre de l’intérieur, du Ministre de l’Economieet des Finances et du Gardedes Sceaux, Ministre de la Justice.Article 66Les détenus sont informés dela situation de leur pécule par lacommunication de leurs fiches.Ils doivent émarger la fiche etprésenter leurs réclamationséventuellement.CHAPITRE VIIIVISITES ETCORRESPONDANCESArticle 67Les visites aux prévenus etaux condamnés prévues par ledécret n° 66-1081 du 31décembre 1966 modifié doiventavoir lieu au parloir de l’établissementpénitentiaire sauf lescas prévus à l’article 19 du présentarrêté.Les prévenus peuvent communiquerlibrement avec leurconseil, verbalement ou parécrit. Le défenseur régulièrementchoisi ou désigné, agissantdans l’exercice de sesfonctions et sur présentationd’une lettre de constitution viséepar le magistrat compétent, peutcommuniquer librement avec lesprévenus, en dehors de la présenced’un surveillant. Lesvisites du conseil peuvent avoirlieu tous les jours ouvrables de8 heures à 12 heures et de 15heures à 18 heures.Article 68Pour les prévenus et accusés,le permis de communiquer estdélivré exclusivement par lemagistrat saisi du dossier, quipeut être suivant le cas, le juged’instruction, le Procureur de laRépublique, le président du Tribunal
    • départemental, le Procureurgénéral près la Cour d’Appel, le Président de la Chambred’Accusation, le Président de laCour d’Assises.Pour les condamnés, le permisde communiquer est délivrépar le Directeur de l’Administrationpénitentiaire dans la Régionde Dakar, ailleurs, il est délivrépar les préfets qui doivent enconséquence en tenir un contrôle.Article 77Les détenus qui seraient tentésde soustraire leurs correspondancesdes formalités decensure, s’exposent à une sanctiondisciplinaire, sans préjudicedes poursuites judiciaires s’il y alieu. Compte-rendu de chaquecas est fait au Directeur de l’Administrationpénitentiaire avecsaisie obligatoire.Article 78Les lettres envoyées par lesdétenus ne doivent pas portersur l’enveloppe un signe extérieurconventionnel prouvantleur provenance. Il en est demême de celles venant de l’extérieur.Article 79Sous réserve de l’exercicedes droits à la défense, lesmanuscrits rédigés par les détenusau moment de leur incarcérationne doivent pas sortir del’établissement pour être divulguésou publiés sauf s’ils ontété rédigés en vue d’un examenou d’un concours. Dans le cascontraire, ils sont confisqués parl’Administration pénitentiaire,leurs auteurs sanctionnés et lesdocuments ne seront restituésqu’au moment de la libération.Article 80Les détenus peuvent recevoirsans limite de l’argent qui peutêtre versé soit par mandats, soiten numéraire lors des visites.Dans les deux cas, les sommes
    • ou les mandats sont remis aurégisseur qui les porte au créditdu pécule disponible de l’intéressé.122
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 81Les détenus peuvent faireenvoyer aux membres de leursfamilles des sommes d’argent àpartir de leur pécule disponible.L’envoi est fait par le régisseursous forme de mandat. Lessommes peuvent être remisesdirectement aux parents en présencedu détenu à charge pourles parents de signer unedécharge.Article 82Il est interdit de remettre. auxdétenus des vivres frais, quidemandent cuisson.Les seuls colis admis sontceux qui contiennent du linge,des livres, des articles autoriséestels que tabac, boissonsnon alcoolisées, produits enpoudre, en tube ou en boîte àl’exception des produits pharmaceutiques.Article 83Les colis doivent être remisau chef de cour avant la visiteou être expédiés par la poste.Article 84Outre leur bague d’alliance,les détenus sont autorisés àconserver sur eux ou dans lesdortoirs des photos de familleainsi que des correspondancesqu’ils possédaient ou qu’ilsreçoivent.CHAPITRE IXASSISTANCEArticle 85Chaque détenu a la faculté depratiquer le culte de sa foi dansla mesure où cette pratique neperturbe pas l’ordre ou la discipline.Les détenus de toutes religions
    • peuvent effectuer leursprières sous la direction d’unmarabout ou d’un aumônierautorisé par le Directeur de l’Administrationpénitentiaire.Article 86Un aumônier catholique ouprotestant peut être nomméauprès de chaque établissementpénitentiaire. Le grandImam de la Localité désigne auDirecteur de l’Administrationpénitentiaire, les marabouts quivisiteront l’établissement.Les marabouts et aumônierspeuvent s’entretenir avec lesdétenus aussi souvent qu’ilsl’estiment nécessaire auxpériodes de temps libre. Ils peuventcélébrer les offices, administrerles sacrements et organiserdes conférences sur dessujets traitant de la religion et dela morale.Article 87Les détenus sont autorisés àrecevoir et à conserver lesobjets de pratique religieusecourants tels que coran, bible,chapelet et tapis de prière.Article 88Ils peuvent recevoir du maraboutou de l’aumônier des livresd’édification ou d’instrument religieuxde leur confession, de lesfaire acheter, d’en recevoir del’extérieur sous le contrôle desautorités de l’établissementpénitentiaire.Article 89Un assistant ou une assistantesociale est chargé d’assurerle service social des détenus etde préparer ou faciliter leurreclassement à leur libération. Ilest tenu de garder le secret àl’égard des tiers surtout en cequi concerne les informationsrecueillies dans l’exercice deses fonctions.Il peut s’entretenir avec lesdétenus sans la présence dupersonnel de gardiennage. La
    • correspondance qu’il échangeavec les détenus est dispenséede visa.Article 90L’Administration peut, en collaborationavec les servicescompétents, organiser desséances d’instruction civique etmorale dans les établissementspénitentiaires.Article 91Toutes instructions compatiblesavec les exigences de ladiscipline et de la sécurité sontdonnées aux détenus qui présenterontdes aptitudes à recevoirun enseignement scolaire etprofessionnel.Article 92L’enseignement primaire etdes cours d’alphabétisation sontdispensés autant que faire sepeut aux détenus analphabètes.Ils sont obligatoires pour lesmineurs lorsque leur nombre estsuffisant.Article 93Les cours primaires ou d’alphabétisationsont dispenséspar un enseignant, un gardienou un détenu possédant lescompétences nécessaires.Lorsqu’ils sont dispensés àdes mineurs, ces cours ont lieuaux heures prévues pour le travail.Dans les autres cas, ils ontlieu à des heures déterminéessuivant les besoins du service etdu travail.Article 94Les détenus peuvent recevoiret suivre des cours par correspondanceavec l’autorisation durégisseur, en dehors du tempsauquel ils sont astreints au travail.Article 95La lecture est autorisée tousles jours et à toute heure dansune bibliothèque aménagéedans l’établissement ou dans
    • les dortoirs jusqu’à l’extinctiondes lumières. Elle est interditeaux punis de cellule.123
    • Code de Procédure PénaleSénégalaisArticle 96Lorsque l’établissement possèdeune bibliothèque lesouvrages sont mis gratuitementà la disposition des détenus, àraison de deux par semaine.Article 97Les détenus peuvent se procurerpar abonnement ou pardon des personnes admises àles visiter, les revues et périodiquesvisés par le régisseur.CHAPITRE XDISPOSITIONS DIVERSESArticle 98Les condamnés auxquels ilreste à subir plus d’une annéede prison à partir du moment oùleur condamnation est devenuedéfinitive doivent être transférésdans un camp pénal.Article 99Les détenus prévenus pourune cause et condamnés pourune autre, sont soumis aumême régime et aux mêmesrègles disciplinaires que lescondamnés à titre définitif.Ils bénéficient cependant desavantages et facilités accordésaux prévenus pour les besoinsde leur défense.Article 100Sauf en cas d’exposition organiséepar l’Administration pénitentiaireou de travaux concédésou commandes émanantdes services et établissementspublics, les objets confectionnéspar les détenus, sont vendus àl’adjudication, conformément àl’article 39 du décret n° 86-1466du 28 novembre 1986.Article 101
    • Le régime progressif peut êtreappliqué dans les campspénaux, lorsque les infrastructuresle permettent et sur ordredu Directeur de l’Administrationpénitentiaire.Article 102Le présent arrêté peut êtrecomplété par des instructions duMinistre de l’intérieur dans tousles cas où cela s’avère nécessaire.Des instructions donnéesconjointement par le Ministre del’intérieur et le Ministre de laSanté publique, préciseront lerèglement spécialement applicableaux détenus hospitalisés.Article 103Sont abrogées toutes dispositionscontraires au présent arrêté,notamment l’arrêté n° 8683M.INT. CAB. du 29 juin 1967.Article 104Le Directeur de l’Administrationpénitentiaire, les régisseurset le personnel de l’Administrationpénitentiaire sont chargés,chacun en ce qui le concerne,de l’application du présent arrêté.124