Mémoire Antoine Laforest - Le renouvellement des stratégies des opérateurs de télécommunications français face à l’arrivée d’un nouveau concurrent sur un marché oligopolistique
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Like this? Share it with your network

Share

Mémoire Antoine Laforest - Le renouvellement des stratégies des opérateurs de télécommunications français face à l’arrivée d’un nouveau concurrent sur un marché oligopolistique

  • 967 views
Uploaded on

Mémoire de fin d'études

Mémoire de fin d'études

  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
No Downloads

Views

Total Views
967
On Slideshare
967
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
42
Comments
0
Likes
1

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. IEP de Toulouse Le renouvellement des stratégies des opérateurs de télécommunications français face à l’arrivée d’un nouveau concurrent sur un marché oligopolistique Mémoire de recherche présenté par M. Antoine LAFOREST Directeur du mémoire : M. Jérôme VICENTE Date : 2013
  • 2. IEP de Toulouse Le renouvellement des stratégies des opérateurs de télécommunications français face à l’arrivée d’un nouveau concurrent sur un marché oligopolistique Mémoire de recherche présenté par M. Antoine LAFOREST Directeur du mémoire : M. Jérôme VICENTE Date : 2013
  • 3. Remerciements Je remercie toutes les personnes qui m’ont aidé dans la réalisation de ce mémoire et notamment M. Jérôme VICENTE qui, en tant que Directeur du mémoire et Professeur d’économie à l’IEP de Toulouse, m’a donné les clés utiles à ma réflexion à travers les cours magistraux et séminaires dispensés. L’élaboration de ce mémoire a été possible grâce à plusieurs personnes qui ont su m’aiguiller dans mes recherches et que je tiens à remercier, notamment M. Frédéric GRAZZINI, Directeur de la practice Human Capital Management du cabinet Sopra Consulting, ainsi que les collaborateurs d’Orange que j’ai rencontrés lors de ma mission pour leur accueil et leurs conseils avisés. Je remercie également chaleureusement mon père pour sa contribution et son soutien à la rédaction de ce mémoire, grâce à son expérience professionnelle de plus de 25 ans dans les télécommunications.
  • 4. Avertissement : L’IEP de Toulouse n’entend donner aucune approbation, ni improbation dans les mémoires de recherche. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur(e).
  • 5. Abréviations 3G : Norme de téléphonie mobile de 3e génération 4G : Norme de téléphonie mobile de 4e génération ADSL : Asymmetric Digital Subscriber Line ANFR : Agence Nationale des Fréquences ARCEP : Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes BLR : Boucle Locale Radio CEPT : Conférence Européenne des administrations des Postes et Télécommunications CSA : Conseil Supérieur de l’Audiovisuel EDGE : Enhanced Data Rates for GSM Evolution FFT : Fédération Française des Télécoms FSI : Fonds Stratégique d’Investissement GPRS : General Packet Radio Service GSM : Groupe Spécial Mobile Mhz : Megahertz MMS : Multimedia Messaging Service MVNO : Mobile Virtual Network Operator NFC : Near Field Communication NMT : Nordic Mobile Telephone OTT : Over The Top PME : Petite et Moyenne Entreprise RTC : Réseau Téléphonique Commuté SIM : Subscriber Identity Module SMS : Short Message Service TPE : Très Petite Entreprise UIT : Union Internationale des Télécommunications UMTS : Universal Mobile Telecommunications System VoIP : Voix sur IP
  • 6. SOMMAIRE INTRODUCTION....................................................................................................................1 PREMIÈRE PARTIE - LA STRUCTURE DU SECTEUR TRÈS RENTABLE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS EN FRANCE..........................................................................7 CHAPITRE 1- DU MONOPOLE À L’OLIGOPOLE .........................................................................8 CHAPITRE 2- UN SECTEUR MAJEUR DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE ..........................................21 DEUXIÈME PARTIE - L’ARRIVÉE D’UN NOUVEL ENTRANT SUR LE MARCHÉ, UN BOULEVERSEMENT MAJEUR POUR LE SECTEUR.......................34 CHAPITRE 1- LA MODIFICATION DU PAYSAGE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS EN FRANCE.......35 CHAPITRE 2- LE RENOUVELLEMENT DES STRATÉGIES DES OPÉRATEURS DE TÉLÉCOMMUNICATIONS.........................................................................................................46 CONCLUSION.......................................................................................................................57
  • 7. 1 Introduction Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif, et Fleur Pellerin, Ministre déléguée à l’Economie Numérique, qui ont saisi en novembre 2012 l’Autorité de la concurrence sur le contrat signé entre Free Mobile et Orange, écrivent dans une tribune intitulée « Enfin une politique industrielle pour les télécoms » publiée le 12 mars 2013 dans Le Figaro1 , avoir trouvé « en arrivant aux responsabilités, un secteur des télécoms meurtri, méprisé, en proie au doute et au déclin. Quel paradoxe pour un secteur d’avenir ! », accusant leurs prédécesseurs d’avoir privilégié les consommateurs aux dépends des producteurs. Au troisième trimestre 2012, Bouygues Télécom annonçait une perte nette de 16 millions d’euros. Chez SFR, c’est un plan social concernant la suppression d’environ 1000 postes qui a été lancé. La valeur boursière de France Telecom a quant à elle été divisée par deux, soit une perte sèche de 7 milliards d’euros pour le patrimoine de l’Etat actionnaire. Ce constat est symptomatique de la modification du paysage du secteur des télécommunications français. Celui-ci est en effet en proie à de multiples interrogations et à de nouveaux enjeux qui l’entrainent dans une recomposition permanente et une redéfinition constante des stratégies de ses acteurs. Malgré cela, le marché des télécoms poursuit son développement et continue d’innover à différents niveaux. Ce mémoire s’attachera à comprendre les mécanismes d’un secteur clé de l’économie, au potentiel de croissance prouvé, les télécommunications. *** 1 http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2013/03/12/10001-20130312ARTFIG00469-enfin-une-politique-industrielle- pour-les-telecoms.php
  • 8. 2 Mon choix de prendre comme objet d’étude pour ce mémoire le secteur des opérateurs de télécommunications français repose sur trois piliers. Premièrement, je souhaite orienter ma carrière professionnelle vers ce domaine, parce que c’est un secteur qui innove constamment, aussi bien dans la technologie que dans les usages, et dans lequel les enjeux pour l’avenir sont forts. Deuxièmement, la période de choix de ce sujet a coïncidé avec l’arrivée sur le marché du quatrième opérateur de téléphonie mobile. Or, j’ai été fortement interpellé par le tapage médiatique provoqué par cette entrée, et ce de manière unilatérale. En effet, je me suis étonné que tous les commentateurs, à quelques exceptions près, encensent les bienfaits de ce renforcement concurrentiel en vantant les mérites d’un acteur qui allait révolutionner le secteur, alors que dans ce type d’opération avantages et inconvénients cohabitent souvent. Troisièmement, je souhaitais travailler à l’occasion de la rédaction de ce mémoire sur un cas concret à partir d’une base théorique. Le secteur français des opérateurs de télécommunications constituant un exemple intéressant d’oligopole, cela a été l’occasion pour moi de m’appuyer sur les fondamentaux théoriques acquis à l’IEP de Toulouse en matière d’économie. *** Les télécommunications se définissent comme « transmission, émission ou réception d'informations par fil, radioélectricité, optique, ou d'autres systèmes électromagnétiques »2 . A l’origine, elles concernent des inventions telles que le télégraphe (Antonio Meucci), le téléphone (Alexander Graham Bell) ou encore la radio (Guglielmo Marconi). Dans son acceptation moderne, on parle de services de télécommunications pour la téléphonie fixe et mobile, ainsi que pour l’accès à internet, pour les ménages et les entreprises. Outre ces services B to C3 (marché final, 84% du CA des télécommunications), le secteur comprend également les services B to B4 (marché intermédiaire entre opérateurs, 16% du CA du secteur) qui concernent les services de transmission des données, c’est-à-dire l’établissement d’interconnexions entre opérateurs. Le marché français des télécommunications est dominé par une poignée d’acteurs, ce qui le place en situation d’oligopole. Longtemps l’opérateur historique qu’est France Télécom se trouvait en situation de monopole, avant l’ouverture à la concurrence qui a vu l’émergence de deux autres acteurs, SFR et Bouygues Télécom, puis récemment l’arrivée de Free (Groupe 2 Dictionnaire Larrousse 3 Business to Consumer 4 Business to Business
  • 9. 3 Iliad) en tant que quatrième opérateur de réseau dans la téléphonie mobile. Dans ce mémoire, l’accent sera mis sur les opérateurs de télécommunications « mobiles », bien qu’il ne soit pas possible d’écarter la partie « fixe » puisque les entreprises dont nous parlons sont présentes sur les deux segments. Néanmoins, l’entrée de Free sur le marché concernant la partie mobile du secteur, il semble plus intéressant de se focaliser dessus. Le faible nombre d’acteurs tient aux caractéristiques techniques de l’activité (infrastructures en réseau) mais aussi au coût très élevé des investissements requis pour une pénétration du marché. En effet, les services de télécommunications sont techniquement caractérisés par l’installation et la gestion des réseaux de communications, ce qui requiert de lourds investissements. Ils peuvent être de type terrestre (câbles en cuivre, fibre optique, etc) ou aériens (antennes hertziennes, satellites). Les services en réseaux tels que les télécommunications génèrent des externalités positives, également appelées externalités de réseaux, qui peuvent conduire à un phénomène de monopole5 . De même, une des spécificités des services en réseaux tient à la structure des coûts de cette activité. En effet, les coûts fixes sont extrêmement élevés en ce qui concerne le déploiement des infrastructures, ce qui limite d’autant plus les possibilités de concurrence. Quant aux coûts liés aux services (coûts fixes élevés, coûts marginaux faibles), ils assoient l’intérêt de diffusion au plus grand nombre. Les externalités de réseaux d’une part, et les coûts de réseaux d’autre part, provoquent une dynamique de diffusion des services en réseaux répondant à la loi des rétroactions positives. Cette loi stipule qu’une hausse de la demande va entraîner une hausse de l’offre (notamment grâce aux économies d’échelle), celle-ci stimulant à son tour la demande, etc. Les économistes parlent dans ce cas de « causalité circulaire ». De facto, les effets de rétroactions positives favorisent les situations d’oligopole. Un oligopole est une branche de l’économie (industrie ou services) dans laquelle un petit nombre de firmes est en concurrence. Une des caractéristiques principales de ce type de marché réside dans le fait que les firmes ne peuvent pas ignorer le comportement de leurs concurrents. Les interactions stratégiques entre ces firmes sont au cœur de la théorie de l’oligopole, représenté ici par le secteur français des télécommunications, c’est pourquoi ce mémoire s’efforcera de les analyser. 5 J. Vicente, Cours de microéconomie, ch. « Les externalités de réseaux », IEP de Toulouse, 1e année
  • 10. 4 Les opérateurs de télécommunications physiques français sont au nombre de quatre : Orange, SFR, Bouygues Télécom et, depuis janvier 2012, Free. Ce passage de trois à quatre acteurs ne change pas le caractère oligopolistique du secteur. Pour exemple, aux Etats-Unis, le secteur des télécommunications est reconnu comme étant un oligopole avec quatre concurrents en présence : AT&T, Sprint, T-Mobile et Verizon. Cette situation de « marché imparfait6 » peut également être analysée au travers de la théorie des jeux7 . Selon cette théorie, l’interaction entre les stratégies de deux individus ou firmes maximisant leur gain les conduit à une situation sous-optimale au sens de Pareto : c’est l’équilibre de Nash. On peut comprendre grâce à ce modèle la stabilité des stratégies des opérateurs avant l’arrivée de Free sur le marché, puisqu’aucun d’entre eux ne pouvait réellement modifier sa stratégie sans affaiblir sa position. *** Dans ce contexte, une situation optimale peut être obtenue via une entente entre les différents acteurs, ce qui est interdit par les autorités de concurrence. Ainsi, le Conseil de la concurrence français a condamné le 1er décembre 2005 les opérateurs Orange, SFR et Bouygues Télécom à des amendes de plusieurs dizaines de millions d’euros pour entente. Il leur est reproché d’avoir échangé entre 1997 et 2003 des informations précises concernant le volume de leurs ventes. Ce type d’échanges est de nature à altérer le jeu de la concurrence, puisque les opérateurs ont défini ensemble les parts de marché qu’ils s’octroyaient. Au sens de Pareto, cette situation est optimale. Cependant, on peut légitimement se demander si ce système est optimal du point de vue du consommateur, notamment en ce qui concerne les prix d’accès aux services. Lors de l’introduction de Free sur le marché et le lancement de ses offres « low cost », l’entreprise et les commentateurs ont souligné le gain de pouvoir d’achat octroyé aux clients. L’enjeu de ce mémoire sera de déterminer si cet effondrement des prix ne sera pas destructeur de valeur à long terme, et comment les opérateurs adaptent leurs stratégies à ce nouveau contexte. Dans l’hypothèse où l’arrivée d’un nouveau concurrent sur un secteur faiblement concurrentiel a entraîné une révolution dudit secteur, un certain nombre de questions, 6 La théorie de la concurrence imparfaite a été développée par l’entre-deux guerres par Edward Chamberlain au Etats-Unis et par Joan Robinson en Angleterre. 7 La théorie des jeux a été développée par John von Neumann et Oskar Morgenstern en 1944 dans un ouvrage intitulé Theory of Games and Economic Behavior.
  • 11. 5 auxquelles ce mémoire tentera de répondre, se posent. Est-ce que les opérateurs français de télécommunications auront toujours les moyens d’investir dans des infrastructures aux coûts extrêmement élevés ? Pourront-ils innover de la même manière qu’ils l’ont fait depuis 25 ans ? Les clients bénéficieront-ils toujours de la qualité d’un réseau performant sur le long terme ? Les nouvelles offres proposées par les opérateurs donnent-elles réellement un gain de pouvoir d’achat aux consommateurs ? Ces questions que soulève le contexte du sujet font apparaître un paradoxe. Dans un secteur faiblement concurrentiel, l’arrivée d’un nouvel acteur n’est assurément pas neutre. En effet, alors que le nombre d’abonnés est en constante augmentation (la France compte 40 millions d’abonnements à la téléphonie fixe, 73 millions au mobile et 23 millions à internet), avec un taux de pénétration aujourd’hui supérieur à 100% pour la téléphonie mobile, le chiffre d’affaires des télécommunications en France est en baisse (-6,4% au premier trimestre 2013), du fait de la naissance d’un quatrième opérateur. Dans ce contexte, comment les opérateurs de télécommunications français doivent-ils repenser leurs stratégies pour retrouver le chemin de la croissance ? *** La méthodologie de ce mémoire de recherche s’appuie essentiellement sur la lecture de travaux universitaires, d’études, d’articles de presse, ainsi que sur les témoignages d’experts que j’ai eu l’occasion de rencontrer durant mon stage de fin d’études8 . Cette base documentaire capitalisée pendant plusieurs mois a permis de nourrir ma réflexion sur le sujet, puis d’élaborer une problématique pertinente au regard du sujet ainsi qu’un plan qui permette d’exposer ces recherches de manière cohérente. Les difficultés auxquelles j’ai été confronté tiennent au fait que ce sujet fait référence à un événement récent, pour lequel il est ardu d’avoir le recul nécessaire à son analyse. Peu d’ouvrages empiriques ont été publiés sur l’introduction de Free sur le marché. En termes de statistiques du secteur, il n’a pas été difficile de trouver des rapports riches en données, comme l’étude Xerfi sur le secteur des Télécommunications publiée en 2012 9 . Cependant malgré de nombreuses recherches et contacts à des organismes, certaines données statistiques qui auraient été importantes pour ce mémoire sont restées introuvables, notamment en ce qui concerne les données internes aux entreprises. Malgré un nombre important de sollicitations d’acteurs pour des entretiens, peu 8 Stage de fin d’études réalisé dans le cabinet de conseil Sopra Consulting, avec une mission de 5 mois chez Orange. 9 Xerfi 700, « Télécommunications », Juillet 2012
  • 12. 6 ont accepté de répondre aux questions posées. Face à leur volonté de rester anonymes, leurs points de vue seront exposés dans ce mémoire sans présentation de l’auteur. En outre, il n’est pas possible de prévoir avec certitude les stratégies qui seront déployées par les forces en présence, mais des tendances se dégagent et des préconisations peuvent être formulées. *** Afin d’apporter des éléments de réponse à cette problématique qui nous servira de fil conducteur, la rédaction de ce mémoire s’articulera autour de deux parties. La première s’attachera à expliquer l’organisation d’un secteur majeur de l’économie française, à travers le prisme de ses évolutions technologiques, commerciales et institutionnelles. Nous verrons en quoi ces évolutions ont fait passer le secteur d’un monopole détenu par France Télécom à un oligopole plus réglementé, puis nous étudierons les caractéristiques de l’économie de ce secteur : tissu économique, forces en présence, segments de croissance, etc. La seconde partie traitera concrètement du bouleversement provoqué par l’entrée sur le marché d’un nouveau concurrent, Free, notamment en termes de conséquences macro et micro sur l’économie. Enfin, nous traiterons du renouvellement des stratégies déployées par les opérateurs de télécommunications, entre modèles de croissance remis en cause et accent mis sur l’innovation pour maintenir une création de valeur. Nous verrons que le principal résultat obtenu est qu’une concentration se dessine dans le secteur. Si une fusion entre opérateurs, souvent entendue mais peu probable économiquement, est à écarter, une mutualisation plus poussée des réseaux semble être la voie vers laquelle se tourne les acteurs du secteur, et ce afin de palier des coûts fixes très élevés de développement d’infrastructures.
  • 13. 7 Première partie - La structure du secteur très rentable des télécommunications en France Afin de mieux analyser les nouvelles stratégies mises en place par les opérateurs de télécommunications, il convient en premier lieu de faire un rappel sur les grands jalons qui ont marqué l’évolution de ce secteur. Du monopole détenu originellement par France Télécom à la situation à la veille de l’introduction de Free sur le marché, comment s’est développé ce secteur ? Quelles technologies ont été déployées au cours des décennies ? En quoi le cadre réglementaire a façonné le visage d’un nouveau marché ? Pourquoi parle-t-on d’un marché oligopolistique ? Autant de questions qui nous permettront d’appréhender ce secteur à travers une histoire, des institutions, des technologies. Etudier la composition du tissu économique et des segments de croissance nous permettra dans un deuxième temps de nous forger une vision globale du secteur. Quelles sont les caractéristiques structurelles des services de télécommunications ? Pourquoi parle-t-on de convergence entre ces métiers, ceux des médias et du numérique ? Quelles sont les forces en présence ? Outre les opérateurs « physiques » disposant de leurs propres infrastructures, quels autres acteurs jouent un rôle dans cet univers éclectique ? Sur quels piliers a reposé la croissance de ces services ? Au travers de la réponse à ces questions, nous tenterons de montrer que c’est un secteur en pleine croissance qui a du s’adapter à l’arrivée d’un nouveau concurrent.
  • 14. 8 Chapitre 1- Du monopole à l’oligopole Des télécoms comme services industriels de l’Etat à l’existence d’entreprises privées cotées en bourse, le visage du secteur a énormément évolué, notamment du point de vue du marché et du cadre réglementaire. Section 1- L’évolution du cadre réglementaire : entre libéralisation et régulation Les premiers services de télécommunications en France ont été instaurés par l’Etat sous la Révolution Française puisque, en 1792, est déployé le réseau de télégraphie optique de Chappe, afin d’acheminer rapidement les informations dans un contexte d’instabilité politique et de guerre civile. En 1878, suite au remplacement du télégraphe optique par le télégraphe électrique, puis l’invention du téléphone, l’Etat français crée un ministère des Postes et Télégraphes. Il faudra attendre 1923 pour que les « PTT » (Postes, télégraphes et téléphones) voient le jour, administrés à partir de 1941 par la Direction générale des Télécommunications. (I) La libéralisation du secteur C’est à partir de 1988 que s’amorça une déréglementation du secteur qui s’est traduite par une ouverture à la concurrence dans le domaine de la téléphonie mobile. En effet, suite à la diffusion par la Commission européenne d’une directive de mise en concurrence des services de télécommunications10 , la Direction générale des télécommunications devient France Télécom le 1er juillet 1988. « La présente directive s'inscrit dans le processus de libéralisation des marchés des télécommunications dans l'Union européenne, processus engagé au milieu des années 80. Une des principales impulsions à cette ouverture a été donnée en 1987 par le livre vert de la Commission sur le développement d'un marché commun pour les services et équipements de télécommunication. Deux objectifs y étaient fixés: mettre en place un réseau de 10 Directive 88/301/CEE de la Commission européenne, 16 mai 1988
  • 15. 9 télécommunications intégré au niveau européen, et favoriser le développement de services aux plus bas tarifs possibles ». La directive « vise à libéraliser les marchés de terminaux de télécommunication. Elle prévoit l'abolition des droits spéciaux ou exclusifs pour l'importation, la commercialisation, le raccordement, la mise en service et l'entretien des équipements terminaux de télécommunication »11 . La loi du 2 juillet 1990 transforme France Télécom en une entité dotée d’une personnalité morale distincte de l’Etat en lui octroyant une indépendance financière, son budget n’étant dorénavant plus voté par l’Assemblée Nationale. Cette déréglementation concernant la téléphonie mobile, les opérateurs ont donc du obtenir des licences d’exploitation octroyées par l’Etat français. Chaque opérateur retenu avait ainsi l’obligation d’investir dans son propre réseau et sa licence comportait des obligations de couverture géographique. En 1991, ce sont donc France Télécom et SFR qui obtiennent les deux premières licences, rejoins en 1995 par Bouygues Télécom. Le 26 juillet 1996, c’est la téléphonie fixe qui est à son tour soumise à la concurrence. En effet, la loi de réglementation des télécommunications12 votée à cette date a procédé à la transposition des directives communautaires libéralisant les télécommunications13 . « Les dispositions de l'article L. 33-1 du code des postes et télécommunications, en tant qu'elles permettent l'établissement et l'exploitation, par des opérateurs autres que France Télécom, de réseaux ouverts au public, en vue de la fourniture de tous services de télécommunications autres que le service téléphonique au public entre points fixes, prennent effet à compter du 1er juillet 1996 … la fourniture au public, par des opérateurs autres que France Télécom, du service téléphonique entre points fixes sur les réseaux autorisés en application de l'article L. 33-1 du code des postes et télécommunications ne pourra, sous réserve de l'application de l'article 2 de la loi n° 96-299 du 10 avril 1996 relative aux expérimentations dans le domaine des technologies et services de l'information, prendre effet qu'à compter du 1er janvier 1998. A la demande des opérateurs concernés, les autorisations correspondantes pourront être délivrées à compter du 1er janvier 1997 »14 . 11 http://europa.eu/legislation_summaries/information_society/legislative_framework/l24119a_fr.htm 12 Loi n° 96-659 du 26 juillet 1996 de réglementation des télécommunications 13 http://www.finances.gouv.fr/notes_bleues/nbb/nbb255/255_ouv.htm 14 Article 23 de la loi du 26 juillet 1996
  • 16. 10 A partir du 1er janvier 1998, d’autres opérateurs que France Télécom peuvent donc fournir des services de téléphonie fixe, la loi établissant la fin des monopoles de droit sur la téléphonie fixe dans le cadre d'une réglementation asymétrique15 . Dans la déréglementation asymétrique, l'ancien monopole, ici France Télécom, conserve son infrastructure mais doit la mettre à la disposition de ses propres concurrents, contrairement à la déréglementation symétrique dans laquelle les nouveaux concurrents ne sont pas aidés et tous respectent les mêmes règles. Afin de favoriser les nouveaux entrants, une série de règles asymétriques régulant les rapports contractuels entre l'opérateur historique et les nouveaux entrants ont été prévus : contrôle des prix de l'opérateur historique, droit d'accès aux infrastructures (en l'occurrence la mise à disposition du réseau de câbles en cuivre appartenant à l'opérateur historique, qui relie les abonnés aux centraux téléphoniques, nous y reviendrons plus tard) à un prix très proche du coût de production. Les services de télécommunications sont, au niveau européen, régis par la directive 2002/21/CE du 7 mars 2002, également appelée « Paquet Télécom ». Elle vise à garantir un niveau de concurrence satisfaisant dans toute l’Europe, ce qui se traduit en France par des transpositions dans la loi. En parallèle des ces dispositions ouvrant le secteur à la concurrence, des textes législatifs viennent donc le réglementer. La loi du 31 décembre 200316 définit l’application du service universel aux télécommunications, obligeant à fournir un « service téléphonique de qualité à un prix abordable », à « acheminer gratuitement les appels d’urgence », à « fournir un service de renseignements, un annuaire », et à « garantir la desserte du territoire en cabines téléphoniques dans le domaine public ». Cette loi prévoit également que France télécom ne sera plus en charge du service universel, ce service pouvant être fourni par d’autres sociétés. Néanmoins, suite à l’appel à candidature du 12 novembre 2004, l’opérateur historique fut logiquement choisi comme représentant du service universel. Selon Philippe Deubel17 , « le dégroupage des lignes téléphoniques a malgré tout permis l'introduction d'une réelle concurrence et l'émergence d'offres innovantes sur le marché de l'accès à l'Internet haut débit puis du « triple play » (Internet, TV numérique, voix IP). Des acteurs importants ont pu se développer dans ce cadre, notamment Free-Iliad ». Nous reviendrons sur cette notion de dégroupage dans une partie consacrée aux technologies. 15 http://www.melchior.fr/France-Telecom-du-monopole-a.9893.0.html 16 Loi n° 2003-1365 du 31 décembre 2003, suite à la directive européenne 2002/22/CE. 17 Professeur agrégé d’économie à l’Université Lille I
  • 17. 11 La dernière étape de la libéralisation des télécommunications en France réside dans l’attribution d’une quatrième licence de téléphonie mobile, qui fut octroyée au Groupe Iliad. Le 17 décembre 2009, la candidature de Free Mobile à une licence de téléphonie mobile a en effet été retenue par l’ARCEP18 , comme en témoigne l’article 5 de cette décision : « La candidature de la société Free Mobile à l’obtention d’une autorisation d’utilisation de fréquences dans la bande 2,1 GHz en France métropolitaine pour établir et exploiter un système mobile de troisième génération est retenue ». Cette décision se cristallisera deux ans plus tard par l’ouverture des services de Free Mobile le 10 janvier 2012, dont nous reviendrons dans la deuxième partie de ce mémoire sur les conditions et modalités. Ces différentes étapes de libéralisation ne sont cependant pas synonymes de dérégulation. En effet, sur un marché de type oligopolistique, la concurrence restera toujours imparfaite. Ainsi, des institutions veillent à ce que la concurrence soit libre et loyale sur le marché. En France, c’est l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) qui assure cette mission et qui dispose pour cela de la possibilité de sanctionner des contrevenants. D’autres institutions existent également de manière parallèle. (II) La multiplication des acteurs institutionnels Les pouvoirs publics ont toujours souhaité garder une forme de régulation dans le secteur des télécommunications, notamment parce que certains services de téléphonie ont un caractère de biens collectifs, comme par exemple la norme GSM (Groupe Spécial Mobile) sur laquelle nous reviendrons plus tard. Outre les législateurs français et européen dont nous avons fait part ci-dessus, ce sont maintenant les institutions qui nous intéressent, dans le sens où ont pour vocation de répondre aux défaillances du marché. Il convient en premier lieu de présenter l’Autorité de Régulation des Communications électroniques et des postes (ARCEP19 ), puisque c’est l’institution garante de la concurrence dans le secteur des télécommunications en France. L’ARCEP est une autorité administrative indépendante 20 , créée le 5 janvier 1997 sous le nom d’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART). Sa mission principale est de veiller à l’existence d’une véritable concurrence sur ce marché, afin qu’elle soit bénéfique pour le consommateur. Dans ce cadre, 18 Décision n° 2009-1067, Arcep, 17 décembre 2009 19 http://www.arcep.fr 20 Institution de l’État chargée, en son nom, d’assurer la régulation de secteurs considérés comme essentiels et pour lesquels le Gouvernement veut éviter d’intervenir trop directement.
  • 18. 12 elle dispose de la compétence pour fixer des obligations générales imposées aux opérateurs, sanctionner ces derniers si elles ne sont pas respectées, mais également attribuer les fréquences et numérotations nécessaires à l’exercice du métier des opérateurs, à travers le système des licences. Elle est également la garante du développement de l’emploi, de l’innovation, et de la compétitivité dans le secteur des télécommunications, tout comme celle des intérêts des territoires et des utilisateurs dans l’accès aux services et aux équipements. Une des missions de l’ARCEP a été de réguler les conflits portant sur l’ « interconnexion » entre les opérateurs. L’interconnexion est une notion-clé dans le cadre de l’ouverture à la concurrence du marché des télécommunications. Dans la mesure où les utilisateurs des réseaux des différents opérateurs doivent être capables de communiquer entre eux puisque nous sommes en situation de marché libre, il y a la nécessité de connecter les réseaux entre eux, phénomène appelé l’interconnexion. Dans le cas contraire, l’opérateur qui aurait initialement le plus de clients rapporterait tout le marché. Il y aurait donc un risque d’abus de monopole21 . L’institution, ici une autorité de régulation qu’est l’ARCEP, impose donc des accords d’interconnexion entre opérateurs (donc une stratégie coopérative), afin d’instaurer une concurrence. En l’absence de régulateur, le marché de la téléphonie mobile ne se serait pas développé en France. L’Agence Nationale des Fréquences (ANFR22 ) est quant à lui un établissement public à caractère administratif23 créé le 1er janvier 1997. Sa mission est de coordonner sur le territoire français l’implantation des stations radioélectriques dans le but d’assurer une utilisation optimale des sites disponibles et de veiller au respect des normes en matière d’exposition du public aux champs électromagnétiques. Les opérateurs ne peuvent, sans son accord, prendre une décision d’implantation. Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA24 ) est également une institution régulant les actions des opérateurs de télécommunications, notamment depuis qu’ils jouent un rôle dans les métiers de l’audiovisuel (distributeur de contenus via ADSL et sur téléphones mobiles). Selon le CSA, « ce phénomène est à l'origine d'une pression concurrentielle 21 J. Vicente, Cours de Théorie économique des institutions, ch. « Asymétries d’informations et théorie de l’agence », IEP de Toulouse, 4e année 22 http://www.anfr.fr 23 Personne morale de droit public disposant d’une autonomie administrative et financière afin de remplir une mission d’intérêt général, autre qu’industrielle ou commerciale, sous le contrôle de la collectivité publique dont il dépend (État, région, département ou commune). 24 http://www.csa.fr
  • 19. 13 nouvelle pour l'accès aux contenus et la vente de services. Elle contribue également à l'accroissement de l'offre de programmes mise à la disposition du public »25 . En ce sens, elle régule les services de communication audiovisuelle des opérateurs, tout comme l’ARCEP régule les réseaux. La Fédération Française de Télécoms (FFT26 ), créée en 2007, réunit les associations et les opérateurs de télécommunications français. Elle a pour mission de promouvoir une industrie responsable et innovante au regard de la société, de l’environnement, des personnes et des entreprises, de défendre les intérêts économiques du secteur et de valoriser l’image de ses membres et de la profession au niveau national et international. Pour réaliser ses missions, elle privilégie non pas la régulation contrainte mais la régulation ouverte, dans le respect des règles de la concurrence en vigueur27 . Au niveau européen, la Conférence européenne des administrations des postes et télécommunications (CEPT), créée le 26 juin 1959, est une organisation de coordination entre les entreprises européennes du secteur des télécommunications. Tout comme la FFT, elle a pour vocation de faire de la régulation ouverte. Au niveau international, l’Union internationale des télécommunications (UIT 28 ), agence des Nations Unies pour le développement spécialisé dans les technologies de l'information et de la communication, fut créée en 1865. Son principe fondateur est la coopération internationale entre les gouvernements des Etats membres et le secteur privé. Sa principale mission est la production de normes à portée internationale. Nous avons donc compris dans cette première section que le secteur des télécommunications en France fait l’objet depuis 25 ans d’une libéralisation du marché tout en restant régulé par des institutions diverses, ce qui nous permet de comprendre les raisons pour lesquelles un nouveau concurrent est apparu en 2012. Il paraît cependant nécessaire de revenir sur les fondamentaux de l’essor fulgurant de ce marché au cours des dernières décennies, ce qui nous permettra de comprendre entre autres pourquoi il ne peut exister qu’un faible nombre d’acteurs. 25 CSA, « Les opérateurs télécom, nouveaux acteurs du secteur audiovisuel », La lettre du CSA n° 217 – Juin 2008, 30 juin 2008 26 http://www.fftelecoms.org 27 http://www.fftelecoms.org/articles/qui-sommes-nous 28 http://www.itu.int/fr/
  • 20. 14 Section 2- L’essor du marché depuis la fin des années 1980 Cette évolution du marché peut se comprendre au travers de deux éléments : les services et la technologie. (I) Des technologies sans cesse renouvelées Les technologies utilisées dans les télécommunications sont en évolution constante, gage de la croissance du secteur (sur laquelle nous reviendrons dans une section consacrée aux segments de croissance). Les technologies utilisées par les opérateurs de télécommunications (mobile et fixe) répondent souvent à des normes, qui permettent une meilleure visibilité pour le grand public et une compatibilité entre les différentes technologies. (A) Dans la téléphonie mobile En France, il existe plusieurs normes liées à la téléphonie mobile. Le marketing et la communication des opérateurs ont rendu familières les normes 1G, 2G, 3G et 4G, le « G » représentant l’abréviation « génération ». Les normes « 1G » Les normes « 1G » sont les normes associées à la première génération de téléphonie mobile, la voix circulant par un canal analogique29 , le contrôle étant effectué par un canal numérique30 . En France, cette norme fait tout d’abord référence à la technologie « Radiocom 2000 » lancée par France Télécom en 1986. Fonctionnant sous la bande de fréquence 400 MHz, c’est avec cette technologie qu’on parle pour la première fois de téléphonie cellulaire. L’utilisation qui en est faite par la plupart des usagers concerne des appareils installés à bord de véhicules. En parallèle, SFR marque l’arrivée de la concurrence dans le secteur en important une technologie des pays nordiques31 , appelée Nordic Mobile Telephone (NMT) dans la bande de 29 La transmission analogique de données consiste à faire circuler des informations sur un support physique de transmission sous la forme d'une onde. 30 La transmission numérique consiste à faire transiter les informations sur le support physique de communication sous forme de signaux numériques (série de 0 et de 1). 31 Finlande, Norvège, Suède, Danemark
  • 21. 15 450 MHz, autorisée par les pouvoirs publics. Cette technologie, qui avait prouvé son efficacité dans plusieurs pays depuis le début des années 1980, représente donc la première évolution technologique dans le secteur. En coopération avec Alcatel-Thomson, SFR a transposé le savoir-faire nordique pour que la technologie soit utilisable sur le sol français, et ce à partir de 1989. Les normes « 2G » Les normes de deuxième génération représentent le passage du mi-analogique/mi- numérique au tout numérique. Cette norme a offert la possibilité, en plus de la voix, d’envoyer des données textes (SMS) puis des messages multimédias comme le MMS. En France, comme partout en Europe, la norme utilisée est le GSM (Global System for Mobile Communication). Mis en place en 1992, cette norme se base en Europe sur deux fréquences : 900 MHz et 1800 MHz, raison pour laquelle on appellera les terminaux produits avec cette norme des « bi-bandes par opposition aux « tri-bandes », qui sont les terminaux compatibles aux Etats-Unis. En effet, la norme GSM, généralisée au niveau européen, devait asseoir la capacité des Européens à s’affirmer sur le plan technologique face aux Etats-Unis et leur norme CDMA32 . Cette norme a vu le jour grâce au groupe créé par la CEPT qui a rassemblé opérateurs et fabricants de terminaux. Le « Groupe Spécial Mobile » a ainsi été mandaté pour organiser et résoudre les modalités techniques liées à l’utilisation de la norme. L’acceptation officielle de la norme GSM a été signée en 1997 par les acteurs (opérateurs et fabricants) de 17 pays différents. La norme GSM a deux propriétés majeures : - elle permet à l’utilisateur de passer d’un réseau à un autre, tout en assurant la continuité du service (téléphoner et envoyer des SMS et MMS). - elle permet aussi la mise en place de la carte SIM (Subscriber Identity Module). Celle- ci va alors permettre aux utilisateurs de changer de téléphone tout en gardant la même ligne. 32 Code Division Multiple Access
  • 22. 16 Les principaux avantages de cette norme, par rapport à Radiocom 2000 et NMT étaient une meilleure qualité du son, une réduction des risques de piratage des lignes téléphoniques, ou encore une diminution de la taille des téléphones mobiles. Deux nouvelles technologies ont également vu le jour à la suite du GSM, qui concernait uniquement les échanges de voix : il s’agit du GPRS33 (2001) et du EDGE34 dont l’apport est l’échange de données sur réseau mobile. Le GPRS est souvent qualifié de « 2,5G », il offre un débit deux fois supérieur à celui du GSM, ce qui permet la transmission des données et un premier pas vers l’internet mobile. EDGE quant à lui est une évolution du GPRS apparue à la veille des réseaux de troisième génération. La norme « 3G » C’est en 2004 qu’apparaît la troisième grande génération en matière de téléphonie mobile, basée au départ sur la technologie UMTS35 dont les fréquences (900 MHz et 1800 MHz) ont été attribuées par l’ARCEP en 2001 et 200236 . La 3G, dont l’UMTS et ses évolutions (HSDPA37 , HSPA+ et DC-HSPA+) offrent un débit théorique bien supérieur à celui du GSM, va servir de socle technologique au développement des usages et des nouveaux services avec la téléphonie mobile : télévision, visioconférence, accès haut débit à l’internet mobile. Après la première génération basée sur des technologies françaises, et la deuxième basée sur des technologies européennes, c’est désormais une norme mondiale qui est utilisée. (B) Dans la téléphonie fixe Pour comprendre les évolutions opérées dans le domaine du mobile, il convient également de faire un état des lieux des différentes évolutions technologiques du domaine de la téléphonie fixe, qui se sont faites de manière parallèle, notamment dans le cadre du développement des accès à internet. Les connexions physiques 33 General Packet Radio Service 34 Enhanced Data Rates for GSM Evolution 35 Universal Mobile Telecommunications System 36 Conformément à la décision n°00-0835, ARCEP, 28 juillet 2000 37 High Speed Downlink Packet Access
  • 23. 17 A l’origine, la téléphonie fixe (transmission de la parole à distance) est possible techniquement grâce aux réseaux de câbles en cuivre appartenant à France Télécom, appelé Réseau téléphonique commuté (RTC). C’est ce réseau qui est utilisé par la technologie xDSL38 pour fournir les foyers en accès à internet, l’ADSL en étant la variante la plus connue. Il s’agit d’une technologie qui permet d’atteindre des débits de plusieurs mégabits par seconde (Mbits/s) sur des lignes téléphoniques classiques. De même, le « câble » qui permettait de recevoir des chaînes de télévision supplémentaires via une installation parallèle à celle de France Télécom permet aujourd’hui de recevoir l’internet haut débit et le téléphone. La fibre optique, constituée physiquement d’un fil de verre très fin permettant la transmission d’informations à un débit très élevé grâce à des impulsions lumineuses, est en cours de développement, notamment dans les grandes villes françaises pour les particuliers. Les connexions sans fil Le satellite est une technologie permettant d’acheminer des informations et d’offrir des services de téléphonie et d’internet. Néanmoins, son coût très élevé en fait un moyen de communication peu privilégié. Le Wimax, technologie de transmission de données par voies hertziennes, est utilisé dans des zones du territoire dans lesquelles il n’y a ni le câble ni l’ADSL. Enfin, la BLR (Boucle Locale Radio) consiste à remplacer les derniers kilomètres de lignes téléphoniques connectant un particulier ou une entreprise par des ondes radio dans des régions à faible densité de population. Nous avons vu que les technologies déployées par les opérateurs de télécommunications ont évolué très rapidement depuis les années 1980, passant de normes purement françaises à des normes internationales standardisées, notamment pour la téléphonie mobile. Les technologies déployées ont servi de socles à des services toujours plus enrichis pour les utilisateurs. 38 Digital Subscriber Line (Ligne numérique d’abonné)
  • 24. 18 (II) L’évolution des services proposés On distingue, dans les services proposés par les opérateurs de télécommunications, les services grand public (particuliers) et les services aux entreprises. (A) Les services grand public Service historique fourni par les opérateurs de télécommunication, la téléphonie peut être dite fixe ou mobile. La téléphonie fixe fait partie intégrante des offres de fourniture d’internet à haut débit. Elle connaît même un renouveau dans la mesure où les technologies de voix sur IP39 (VoIP) offrent un son de qualité améliorée. Au 4e trimestre 2011, la téléphonie sur IP concernait 52% des abonnements40 . Le marché de la téléphonie mobile est quant à lui en constante augmentation. Le taux d’équipement des Français en la matière est aujourd’hui de 112%41 . L’accès à internet est le deuxième service proposé par les opérateurs de télécommunications. Popularisé par les offres ADSL, couplées avec l’accès à la téléphonie fixe, voire mobile, et la télévision, le nombre de foyers équipés s’élève en 2010 à 64% de la population, contre 12% il 10 ans auparavant42 . Avec le développement sans précédent de l’internet mobile (24,1 millions de Français disposent d’un smartphone, soit 44,4% de la population 43 ), les opérateurs de télécommunication offrent également des services dans les contenus. Grâce à la technologie UMTS qui a permis d’élever sensiblement les débits de transmission des données pour que les utilisateurs accèdent au haut débit mobile, les téléphones portables sont devenus des appareils multifonctions permettant de se connecter à internet, de prendre des photos, des vidéos, de les envoyer, de télécharger des films, des applications et des jeux. De même, grâce aux connexions internet filaires de plus en plus rapides, les opérateurs peuvent désormais proposer des services tels que la vidéo à la demande (VOD), la diffusion de la télévision en haute définition ou encore la vidéosurveillance. 39 Mode de téléphonie utilisant le protocole de télécommunications créé pour Internet (IP pour Internet Protocol). La voix est numérisée puis acheminée sous forme de paquets comme n'importe quelles autres données. 40 Données Xerfi 41 Selon l’Arcep, 73,8 millions de cartes SIM pour une population de 65,8 millions de personnes au 1er trimestre 2013 42 http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1340 43 http://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/equipement-et-usages-des-smartphones-0613.shtml
  • 25. 19 (B) Les services aux entreprises Le type de services aux entreprises est similaire à ceux pour le grand public, mais les usages sont néanmoins différents. En ce qui concerne la voix (téléphonie fixe et mobile), les services sont identiques à ceux destinés aux particuliers, mais ils incorporent des fonctionnalités supplémentaires comme les options de numérotation ou les conférences téléphoniques. La voix sur IP assure des garanties de sécurité bien supérieures aux anciennes normes de téléphonie fixe, ce qui correspond à des besoins pour des clients professionnels. Pour leur accès à internet, les entreprises ont des besoins différents de ceux du grand public. En effet, du fait de leur taille et donc du nombre important de postes connectés à internet, les volumes de données qui transitent sur leurs réseaux nécessitent des connexions à très haut débit, le plus souvent grâce à la technologie de fibre optique. Tout comme la voix, l’accès à internet présente des enjeux forts en terme de fiabilité et de sécurité. Les entreprises, selon leur taille, ont des besoins en terme de traitement des données. Leur transmission doit être effectuée de manière complexe et sécurisée, comme le montrent les enjeux actuels qui existent autour du Cloud Computing44 et du Big Data45 . Pour répondre à ces besoins, les opérateurs fournissant l’accès à internet proposent des services tels que les interconnexions de LAN (réseaux internes à l’entreprise) ou les liaisons louées (location de liaisons physiques appartenant aux opérateurs pour la transmission des données, comme la fibre optique ou le câble) pour les transferts d’un gros volume de données. Les opérateurs proposent également des solutions de stockage à distance. De même, les opérateurs proposent également des solutions « machine to machine » permettant des échanges de données entre ordinateurs sans intervention humaine. Les entreprises utilisent ce type de service notamment pour des besoins logistiques liés à la sécurité, la monétique ou encore la gestion des équipements. Nous l’avons compris, de la Direction générale des Télécommunications ayant le monopole de la téléphonie fixe à la présence de plusieurs opérateurs fournissant des services 44 Utilisation de serveurs distants (en général accessibles par Internet) pour traiter ou stocker l'information. 45 Phénomène d’explosion des volumes de données de nature informatique à traiter par l’entreprise.
  • 26. 20 dans la téléphonie fixe et mobile, dans l’internet et dans les médias, le secteur français des télécommunications a connu une transformation à tous niveaux : politique, institutionnelle, réglementaire, technologique et commerciale. Après avoir étudié ce passage d’un marché en situation de monopole à un système oligopolistique, nous allons désormais nous intéresser à son fonctionnement d’un point de vue économique en regardant plus précisément la composition du tissu économique ainsi que les segments de croissance sur lesquels se sont appuyés les opérateurs.
  • 27. 21 Chapitre 2- Un secteur majeur de l’économie française Le secteur des télécommunications occupe une place importante dans l’économie française, puisqu’il pèse 3% du PIB national. Nous allons étudier dans cette partie la composition du tissu économique d’une part ainsi que les piliers de la croissance de ce secteur d’autre part. Section 1- La composition du tissu économique, entre éclatement des acteurs et concentration des métiers Les opérateurs de télécommunications sont évidemment les acteurs les plus importants du secteur, dans le sens où ils possèdent les réseaux physiques permettant de fournir des services associés. Néanmoins, ils ne sont pas les seuls à jouer un rôle dans ce secteur dans lequel la concurrence s’est nettement accrue au cours des dernières années. (I) Evolution et caractéristiques structurelles : maille économique éclatée et convergence (A) Un secteur atomisé Le marché des services de télécommunications, tels que nous les avons décrits dans la partie précédente (téléphonie, internet, etc), est composé de plus de 4900 entreprises46 , pour la plupart des TPE. Le chiffre d’affaires du secteur s’élève à 70,4 milliards d’euros, ce qui en fait un poids lourd au niveau européen, environ 87% des revenus étant générés par les activités de télécommunications filaires et sans fil. Tableau récapitulatif des entreprises composant le secteur (Source : Xerfi) 46 Recensées en 2009, donnée Xerfi – Voir en Annexe 1 les principales sociétés du secteur
  • 28. 22 Attirées par la rentabilité du secteur, de nombreuses entreprises se créent, passant de 3072 en 2005 à 4581 en 2010. Ainsi, on comprend que malgré la situation d’oligopole dont jouissent les opérateurs de télécommunications, le secteur est extrêmement concurrentiel, en particulier pour les petites entreprises. Cependant, le nombre de créations d’entreprises est en diminution depuis 2010, le solde création / défaillances restant tout de même positif. Il est également intéressant de voir dans quels sous-secteurs d’activité ces entreprises exercent. Alors que ce sont les télécommunications sans fil (46,6%) et filaires (40,8%) qui génèrent la majorité du chiffres d’affaires du secteur, tandis que celles par satellite (5,5%) et les autres activités47 (7,1%) sont minoritaires, les entreprises composant le tissu économique 47 Comprend la fourniture d’applications spécialisées, l’exploitation de stations de communications, la fourniture d’accès à internet par l’intermédiaire de réseaux dont l’opérateur n’est pas propriétaire, la fourniture de téléphone et d’internet dans des lieux publics, la fourniture de télécommunications par la voix sur IP, l’acquisition et la revente de capacités réseau dans services supplémentaires.
  • 29. 23 des télécommunications sont pour 51,6% d’entre elles présentes dans les activités annexes, tandis qu’elles sont 38,7% dans le filaire et seulement 7% dans le sans fil. Enfin, il convient de noter qu’une des composantes du tissu économique du secteur des télécommunications est le taux d’investissement très élevé de la part des entreprises. Entre 2005 et 2011, les investissements ont connu une croissance de 25% pour atteindre 7,9 milliards d’euros, ce qui tient essentiellement à l’accroissement des dépenses de déploiement des réseaux très haut débit, qui ont atteint 2,5 milliards d’euros en 2011 (1,8 M€ pour les réseaux mobiles, 700 m€ pour les réseaux de fibre optique). On remarque également qu’en 2011 les dépenses d’investissement ont augmenté pour la deuxième année consécutive :
  • 30. 24 (B) La convergence des services et des infrastructures48 Sous l’effet de la déréglementation, de l’évolution des technologies et de la vitalité économique du secteur, le mariage des télécommunications, de l’informatique et de l’audiovisuel ouvre de nombreuses perspectives de développement de nouveaux services intégrant voix, données et images. Le rapprochement entre ces industries induit un phénomène de convergence à plusieurs niveaux. La convergence des services Aujourd’hui, les technologies radio permettent d’offrir des services de visiophonie ou des accès à des applications multimédias à partir de terminaux mobiles (smartphones), grâce à la technologie UMTS que nous avons évoquée précédemment, ce qui n’était auparavant possible que sur des lignes fixes. Ce terminal permet aujourd’hui non seulement de passer ses communications vocales mais également de transférer des données, d’accéder à Internet et de payer de façon parfaitement sécurisée des services ou des biens achetés au travers soit de serveurs en ligne, soit de manière physique grâce à la technologie NFC49 qui permet le paiement sans contact. Désormais, le fait de souscrire un abonnement internet permet d’accéder à plusieurs services (téléphonie, télévision, internet) proposé par le même opérateur, preuve de la convergence entre communications et médias. Ces services, également disponibles sur téléphone mobile, sont proposés par les mêmes opérateurs « globaux ». La convergence des infrastructures L’offre de services est également de plus en plus décorrélée des plates-formes réseau. Les technologies deviennent polyvalentes et permettent un transport de façon indifférenciée de la voix, des données et des contenus multimédias. Les réseaux, quel que soit le support physique qu’ils utilisent (câble, fibre optique, systèmes hertziens) sont désormais capables de supporter des débits élevés et deviennent multiservices. Le secteur offre de nouvelles opportunités à tout acteur disposé à se diversifier dans le secteur des services de télécommunications, comme en témoigne le nombre élevé de créations d’entreprises. Des 48 P.-Y. Badillo, D. Roux, Les 100 mots des télécommunications, Que sais-je ? (P.U.F.), 2009 49 Near Field Communications
  • 31. 25 opportunités d’autant plus intéressantes que ce marché se révèle être particulièrement attractif : - En termes sectoriels : certains usages sont en pleine effervescence et devraient selon les prévisions enregistrer une croissance à deux chiffres (les contenus haute définition par exemple)50 ; - En termes de rentabilité. Les acteurs du marché sont bien évidemment conscients de ces opportunités, comme le montrent l’analyse des forces en présence. (II) Les forces en présence : des opérateurs possédant des réseaux physiques et des acteurs secondaires L’opérateur historique des télécommunications françaises, France Télécom devenu Orange le 1er juillet 201351 , qui fut en situation de monopole jusqu’en 1988 pour le mobile, et 1998 pour le fixe, est toujours leader incontestable du marché. Orange capte en effet 42,5% des abonnés à Internet et plus de 38% des abonnés à la téléphonie mobile. Il devance donc ses trois principaux concurrents, que sont SFR, Bouygues Télécom et Free. Outre les quatre opérateurs connus du grand public, il existe des entreprises spécialistes des services aux entreprises, des organismes publics et des acteurs des télécommunications. Ces opérateurs supplémentaires viennent faire concurrence à la fois aux opérateurs historiques mais aussi aux petites entreprises qui proposent le même type de services. 50 http://www.01net.com/editorial/585705/4g-beaucoup-des-promesses-et-quelques-realites/ 51 http://www.orange.com/fr/groupe/France-Telecom-devient-Orange
  • 32. 26 (A) Les opérateurs de réseaux physiques France Télécom / Orange Détenu à 27% par l’Etat français et le FSI52 , Orange est le leader français de la téléphonie fixe, de l’accès à internet et de la téléphonie mobile53 . Présent à l’international, le groupe réalise 47,6% de son chiffre d’affaires en France. Les clients du groupe sont les particuliers, les entreprises via sa filiale Orange Business Services ainsi que les opérateurs mobiles virtuels (MVNO, voir partie suivante). SFR Filiale à 100% du groupe Vivendi54 , SFR (Société Française du Radiotéléphone) fut créé en février 1987, lors de l’ouverture à la concurrence de la téléphonie mobile. Initialement spécialisé dans ce secteur, l’opérateur propose également aujourd’hui des services d’accès à internet depuis la fusion avec Neuf en 2007, ainsi que des contenus multimédias. L’entreprise occupe la deuxième place sur les marchés de la téléphonie mobile et la troisième pour la fourniture d’accès à internet, avec une clientèle composée de particuliers, de professionnels et d’administrations. Bouygues Télécom Troisième acteur historique de téléphonie mobile en France, Bouygues Télécom est une filiale du groupe Bouygues depuis 1994. Elle occupe logiquement la 3e place dans la 52 Fonds stratégique d’investissement 53 Voir Annexe 2 – Analyse SWOT de France Télécom 54 Membre du CAC40, Vivendi est une multinationale spécialisée dans les secteurs de la communication, des médias et du divertissement.
  • 33. 27 téléphonie mobile, mais seulement la 4e pour ce qui est du marché d’accès à internet, loin derrière ses concurrents avec 5,7% de parts de marché en 2012. Néanmoins, le groupe entend renforcer son poids sur ce segment grâce au rachat des activités télécoms de Darty en mai 2012 (300000 abonnés internet et 40000 abonnés mobile). Tout comme Orange et SFR, il propose des services aux particuliers, aux entreprises, et loue également son réseau aux MVNO. Free (Groupe Iliad) Iliad est détenu en majorité par Xavier Niel (58,6%55 ). Créé en 1991, Iliad exerce à l’origine des activités dans la fourniture de services de Minitel. C’est à partir de 1999 que le groupe devient un fournisseur d’accès à internet et de téléphonie fixe, notamment via sa filiale Free. Le groupe occupe aujourd’hui la deuxième place du marché français, devançant de peu SFR. Il est le premier opérateur à avoir proposé une offre « triple play »56 à moins de 30 euros par mois, affichant les prémices d’une stratégie reposant sur des offres commerciales à bas coûts. Depuis 2012, Iliad est également présent sur le marché de la téléphonie mobile, ce que nous détaillerons dans la seconde partie de ce mémoire. Au premier trimestre 2012, l’opérateur possédait déjà 3,8% de parts de marché. Numericable Completel Détenu par trois fonds d’investissement étrangers, Numericable Completel est leader sur le marché des télécommunications par câble pour la télévision via le réseau Numericable (3,42 millions d’abonnés), et de la fourniture d’accès à internet par fibre optique57 via le 55 http://www.iliad.fr/amf/2013/documentdereference2012.pdf 56 Offre composée d’un accès à internet, de téléphonie fixe et de télévision. 57 S. Godeluck, « Numericable reste le leader du très haut débit en France avec 500.000 clients », Les Echos, 13 avril 2012
  • 34. 28 réseau Completel, et présent dans la téléphonie fixe et mobile via le réseau de Bouygues Télécom. Numericable est né en 2007 de la fusion de NC Numericable, Noos et Est videocommunications. Alors que ses offres commerciales sont destinées aux particuliers, avec la fourniture de services similaires à ceux des autres opérateurs, Completel est spécialisé dans les solutions de télécommunications pour les entreprises et les administrations. Ses 10000 km de réseau en font le premier opérateur de télécommunications par fibre optique pour les professionnels en France. Ses solutions comprennent des services de téléphonie, (fixe, centres d’appel), des solutions d’accueil58 , d’interconnexions de sites, d’accès internet et de cloud computing. Il est intéressant de noter que Numericable Completel utilise le réseau de Bouygues Télécom pour la téléphonie mobile, tandis que ce dernier utilise le réseau fibre optique du câblo-opérateur dans ses offres très haut débit. (B) Les opérateurs de réseaux virtuels Les MVNO (Mobile Virtual Network Operator) sont des opérateurs de téléphonie mobile virtuels, dans le sens où ils ne possèdent pas leurs propres infrastructures ni les fréquences de télécommunications mais les louent aux opérateurs existants (Orange, SFR, Bouygues Télécom – Free ne louant pas son réseau pour le moment) pour proposer des offres à leurs clients. Leur arrivée sur le marché fait suite à l’avis favorable de l’ARCEP le 10 juin 2004. Aujourd’hui, il existe une cinquantaine de MVNO en France. C’est dans une logique de renforcement de la concurrence que l’ARCEP a souhaité l’apparition d’opérateurs virtuels. Néanmoins, malgré une progression croissante, leur part de marché cumulée n’atteignait que 11,2% au 1er trimestre 201259 . Contrairement aux opérateurs physiques qui sont présents sur tout le territoire, les MVNO privilégient des stratégies de niche, dans le sens où ils se développent dans des régions faiblement couvertes, où le taux de 58 Numéros commençant par 0800 par exemple. 59 Source Xerfi
  • 35. 29 pénétration est faible, ou encore en s’adaptant à des spécificités régionales : c’est le cas par exemple de Breizh Mobile, qui facture moins les communications passées à l’intérieur de la Bretagne que les autres. Pour proposer des offres attractives, ces opérateurs acquièrent leurs clients via des canaux à faibles coûts (par exemple Internet), dématérialisent leurs supports administratifs ou encore maintiennent des coûts de structures faibles. Les clients sont, en fonction des opérateurs, des particuliers ou des professionnels. Parmi les MVNO les plus connus, il convient de citer M6 Mobile, CIC Mobile, qui utilisent le réseau d’Orange, Joe Mobile, La Poste Mobile pour SFR, Numericable pour Bouygues Télécom. Nous avons vu que le tissu économique du secteur des télécommunications s’étendait sur un spectre large, des opérateurs « classiques » générant plusieurs milliards d’euros de chiffre d’affaires à de nombreuses TPE présents dans des marchés de niches, en passant par les opérateurs mobiles virtuels. L’évolution de cette maille fait apparaître une caractéristique qu’est la convergence entre les métiers de la téléphonie, de l’internet et des médias. En effet, les opérateurs de télécommunications, avec les offres multiservices, proposent tous de la téléphonie (fixe et mobile) et un accès à internet. Il convient désormais de s’intéresser aux segments de croissance phare qui ont permis à ce secteur d’occuper une place prépondérante dans l’économie française, et qui explique le renforcement de la concurrence de ces dernières années marqué par l’arrivée d’un quatrième opérateur physique sur le marché de la téléphonie mobile. Section 2- Des segments de croissance à bout de souffle Face à la multiplication des acteurs et le renforcement de la concurrence, les opérateurs de télécommunications ont axé leurs stratégies sur le développement de deux segments porteurs : la voix via une incitation à consommer plus, et les données grâce à l’essor le la consommation de l’internet mobile. (I) La voix, pilier de la croissance du secteur
  • 36. 30 En 2009, l’usage de voix (environ 200 milliards de minutes consommées) s’équilibrait entre la téléphonie fixe et la téléphonie mobile (respectivement 50% de parts de marché). Aujourd’hui, on observe une croissance pour le mobile et une baisse pour le fixe. Bien que l’usage de la téléphonie fixe soit en déclin, l’usage de la voix par les consommateurs est toujours un segment de croissance, tiré par la téléphonie mobile. Avec un trafic de téléphonie fixe et mobile s’élevant à 61,1 milliards de minutes, la croissance reste soutenue avec une augmentation de +4,7% en un an au premier trimestre 201360 . Ce volume, tiré par la progression du trafic de téléphonie mobile, connaît un taux de croissance annuelle de 20%. La consommation de téléphonie fixe s’élève à 27,8 milliards de minutes au premier trimestre 2013, ce qui correspond à une baisse de -8,8% en un an. Il s’agit d’une baisse consécutive sur quatre trimestres. Le trafic des box vers les mobiles connaît en effet sa première baisse (-4,3%), après une période de ralentissement de sa croissance en 2012. De même, le trafic de ligne fixe à ligne fixe est en recul de 7%, ce qui correspond à 1 milliard de minutes consommées en moins. Le volume de consommations téléphoniques mobiles atteint quant à lui 33,3 milliards de minutes au premier trimestre 2013, soit une augmentation de 5,4 milliards de minutes par rapport au premier trimestre 2012 (23 minutes de plus consommées par client et par mois, pour un total de 2h51 minutes de communications mensuelles). L’augmentation du trafic de voix au départ des mobiles est en augmentation annuelle de 19,5%. Néanmoins, malgré ces chiffres faisant état d’une croissance de l’usage de la téléphonie, les revenus qui y sont associés sont eux en baisse. Le revenu des communications mobiles ne cesse en effet pas de diminuer depuis cinq années. La voix, qui fut un segment de croissance pour les opérateurs de télécommunications, n’est donc plus un relai de croissance, du fait de la concurrence accrue dans ce secteur. 60 Données Arcep
  • 37. 31 (II) L’explosion de l’accès à internet La croissance du réseau Internet61 et la généralisation de l’utilisation du protocole IP (qui permet d’échanger des données d’un ordinateur à un autre) pour les réseaux de télécommunications mobiles, pour les réseaux internes des entreprises (Intranet) ou pour les réseaux reliant l’entreprise à ses fournisseurs et clients (Extranet), induisent une croissance sans précédent du trafic des données à partir des années 2000. En France, le marché de la connectivité Internet s’est fortement développé sur le segment « entreprises », avant que les particuliers prennent le relai de la croissance. Le nombre de SMS envoyés s’élève au premier trimestre 2013 à 49,4 milliards, avec une croissance annuelle de 11,5%. Le volume de données transitant par les réseaux mobiles est quant à lui de plus de 30 Pétaoctets pour le trimestre, en augmentation de 66% par rapport à l’année dernière. 61 Ensemble des réseaux de communication électronique interconnectés entre eux et permettant à ses utilisateurs d’échanger des informations.
  • 38. 32 Cependant, le revenu des données (SMS, MMS, accès à internet) dans les services mobiles n’augmente plus non plus depuis le deuxième trimestre 2012, cette différence entre la stagnation ou la baisse des chiffre d'affaires des opérateurs et l'augmentation importante des volumes s'expliquant selon l'Arcep « par la baisse des prix de détail des services de communications électroniques, que l'Insee a chiffrée à 9,5% en 2012 »62 . On comprend donc que les segments de croissance qui ont servi de piliers aux opérateurs de télécommunications français deviennent désuets, du fait d’un renforcement de la concurrence du secteur et de ce qui semble être une baisse des prix. 62 « Mobile : le volume de données échangées a augmenté de 70% en 2012 », L’Expansion, 4 avril 2013
  • 39. 33 Le secteur des télécommunications en France se caractérise, nous l’avons vu, par une structure oligopolistique. Cette situation s’explique par des raisons historiques (France Télécom était un monopole pour le mobile jusqu’en 1988 et pour le fixe jusqu’en 1998) et par d’importantes barrières à l’entrée, qui tiennent à la fois à la réglementation (attribution des licences par l’ARCEP), aux technologies (complexité, coût de développement) et à l’économie (importance des investissements à réaliser pour la mise en place d’un réseau). Par exemple, l’entrée de Free sur le marché en tant que quatrième opérateur de téléphonie mobile a coûté à Iliad la bagatelle de 2 milliards d’euros. La filière des services de télécommunications, qui génère un chiffre d’affaires de 70,4 milliards d’euros (notamment dans les télécommunications filaires et sans fil), comprend quelque 4900 entreprises, ce qui en fait un secteur atomisé. Cet éclatement est symptomatique d’un renforcement de la concurrence. Bien que les parts de marché soient majoritairement détenues par les trois acteurs « historiques » que sont Orange, SFR et Bouygues Télécom, de nouveaux poids lourds ont fait leur apparition. Outre Free (dans le mobile) et Numericable (surtout dans le fixe), des opérateurs virtuels (MVNO) ont fait leur apparition et réussissent à se faire une place dans le paysage concurrentiel. Les segments de croissance sur lesquels se sont appuyés les opérateurs de télécommunications tendent aujourd’hui à s’effriter, du fait de cette concurrence poussée. La croissance de la consommation n’entraîne plus une croissance des revenus, signe du bouleversement induit par l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile. C’est pourquoi nous allons tenter de comprendre dans la deuxième partie de ce mémoire les tenants et aboutissants de ce changement majeur. Nous comprendrons notamment pourquoi la modification du paysage concurrentiel entraîne des conséquences importantes sur l’économie et oblige les entreprises à repenser leurs stratégies.
  • 40. 34 Deuxième partie - L’arrivée d’un nouvel entrant sur le marché, un bouleversement majeur pour le secteur Afin de comprendre en quoi l’entrée d’un nouveau concurrent sur le marché des télécommunications a fait l’effet d’un tremblement de terre, il convient dans un premier temps de voir en quoi cela a modifié la physionomie du secteur. Dans quelles conditions Free a-t-il pu pénétrer un oligopole dans lequel les barrières à l’entrée sont extrêmement fortes ? Quel rôle les pouvoirs publics ont-ils joué ? Où le nouvel opérateur a-t-il trouvé les ressources nécessaires ? Quelles conséquences cela a-t-il pour les entreprises du secteur ? Pour l’emploi ? Pour les consommateurs ? Etudier les nouveaux modèles de croissance et les solutions innovantes mises en avant nous permettra dans un deuxième temps de comprendre comment les opérateurs renouvellent leurs stratégies pour faire face à ce bouleversement. Pourquoi Free a-t-il choisi de « casser les prix » en ne proposant que des offres « low-cost » ? Le service est-il réellement moins cher qu’auparavant ? Cela correspond-il à la juste valeur des services proposés ou au contraire détruit-il de la valeur ? Les opérateurs peuvent-ils maintenir ce modèle à long terme ? L’innovation peut-elle permettre aux opérateurs de retrouver le chemin de la croissance ? Au travers de la réponse à ces questions, nous tenterons de montrer que ce secteur est en pleine transformation, mais que des solutions existent pour continuer à créer de la valeur.
  • 41. 35 Chapitre 1- La modification du paysage des télécommunications en France Nous étudierons dans ce chapitre les modalités et les conditions d’une introduction de Free sur le marché facilitée par les pouvoirs publics, ainsi que les conséquences macroéconomiques que cela a entraîné. Puis, nous nous intéresserons aux nouvelles caractéristiques du secteur, au niveau environnemental et conjoncturel. Section 1- L’introduction de Free sur le marché (I) L’arrivée de Free : conditions et modalités Dans le prolongement du Paquet Télécom établi en 2002 par la Commission européenne, une mise à jour a été publiée le 13 novembre 2007, dont les dispositions réglementaires sont applicables en 2010, et adoptée le 24 novembre 200963 . Cette nouvelle directive encadre les conditions d’accès aux réseaux de télécommunications pour des nouveaux entrants et permet aux régulateurs nationaux, dans le cadre d’un renforcement de la concurrence, d’obliger les opérateurs historiques à séparer leurs activités commerciales de la gestion de leurs infrastructures. Le gouvernement Fillon II, dans une volonté de renforcer la concurrence dans un secteur des télécommunications où les opérateurs ont été condamnés dans le passé pour entente sur les prix, a lancé le 1er août 2009 un appel à candidatures pour l’attribution d’une quatrième licence de téléphonie mobile, après transmission de la décision de l’Arcep de mettre en vente une quatrième licence64 . Le coût de celle-ci a été fixé à 240 millions d’euros, bien en deçà des 619 millions d’euros que déboursèrent Orange, SFR et Bouygues Télécom au début des années 2000 pour l’attribution de la licence pour la technologie UMTS65 . Selon la décision de l’Arcep, le nouvel entrant doit respecter certaines conditions : « Les obligations minimales qui seront imposées au candidat qui sera retenu à l’issue de la 63 http://www.arcep.fr/index.php?id=9578 64 Décision n° 2009-0610, Arcep, 16 juillet 2009 65 Cette baisse du prix s’explique par la division des fréquences en trois lots.
  • 42. 36 présente procédure sont identiques à celles qui étaient imposées dans les trois précédents appels à candidatures. Il devra notamment respecter des obligations en matière de couverture de la population, de fourniture de services, de disponibilité et de qualité de ces services. Il devra obligatoirement fournir le service de téléphonie, un service de messagerie interpersonnel, l’accès à Internet et un service de transmission de données. Ces services devront être fournis sur l’ensemble de la zone de couverture de l’opérateur, avec un taux de réussite dès la première tentative qui devra être, pour chaque service, d’au moins 90%. Le candidat qui sera retenu devra couvrir a minima 25% de la population au bout de 2 ans puis 80% de la population au bout de 8 ans après la délivrance de l’autorisation ». Outre les obligations inhérentes au nouvel entrant, la décision de l’Arcep contraint également les opérateurs existants sur les questions de d’itinérance, de partage de sites et d’interconnexions : « Ainsi que le prévoient les cahiers des charges 3G des opérateurs existants, cette mise en œuvre doit se faire en privilégiant des négociations commerciales entre opérateurs. Toutefois, en cas de litige, l’Autorité pourra être saisie en règlement de différend, en application des dispositions de l’article L. 36-8 du code des postes et des communications électroniques. Dans cette hypothèse, l’Autorité s’attachera à mener la procédure dans des délais compatibles avec les impératifs commerciaux de l’opérateur nouvel entrant, sur le fondement des objectifs de l’article L. 32-1 du code des postes et des communications électroniques, notamment « la définition de conditions d’accès aux réseaux ouverts au public et d’interconnexion de ces réseaux qui garantissent la possibilité pour tous les utilisateurs de communiquer librement et l’égalité des conditions de concurrence », « l’absence de discrimination, dans des circonstances analogues, dans le traitement des opérateurs » et « l’exercice au bénéfice des utilisateurs d’une concurrence effective et loyale entre les exploitants de réseau et les fournisseurs de services de communications électroniques » ». Il est intéressant de noter que l’Arcep propose donc aux trois opérateurs de s’entendre pour favoriser l’arrivée du nouveau concurrent, mais qu’elle s’octroie également le droit de trancher en cas de désaccord. L’offre la plus solide étant celle de Xavier Niel pour Free, face à des dossiers plus faibles comme ceux de Numericable ou Virgin, l’Arcep choisit le 17 décembre 200966 cet acteur déjà bien implanté dans la téléphonie fixe et qui a les capacités d’investir massivement dans le développement d’un réseau de télécommunications mobiles. 66 Décision n°2009-1067, Arcep, 17 décembre 2009
  • 43. 37 Pour permettre à Free de pénétrer ce marché aux barrières importantes, le régulateur lui a donc accordé des avantages non négligeables. Tout d’abord, comme le montre l’extrait de la décision de l’Arcep, un des opérateurs existants a du signer un accord d’itinérance avec Free, puisque lors du lancement des offres, le 10 janvier 2012, ce dernier devait couvrir a minima 25% de la population. Orange a donc accepté d’ouvrir son réseau à Free pour un montant de 1 milliard d’euros sur 6 ans67 . Ensuite, la décision de l’Arcep prévoyait l’accès de Free aux « points hauts » des opérateurs existants, c’est-à-dire aux meilleurs emplacements auxquels les trois opérateurs ont installé leurs antennes. Enfin, l’opérateur a également obtenu des avantages en ce qui concerne la terminaison d’appels68 . Lorsqu’un abonné d’un opérateur souhaite appeler ou envoyer un SMS à un abonné d’un autre opérateur, le premier opérateur doit s’affranchir d’un droit de péage au second. Les montants de ces redevances étant identiques pour tous, l’équation s’équilibre au final. Or, l’Arcep, du fait que Free possèderait peu de clients au début, a décidé de créer une asymétrie des terminaisons d’appel afin de rééquilibrer les charges que devraient supporter le nouvel opérateur69 . Dans un souci de renforcement de la concurrence, l’Arcep a permis l’introduction d’un nouvel acteur sur le marché, et ce en lui procurant des avantages concurrentiels pour qu’il puisse bâtir un réseau de télécommunications viable. Cependant, il est légitime de se demander si cette régulation du secteur n’a pas de conséquences néfastes pour l’économie. (II) Des conséquences importantes sur l’économie Nous avons vu que l’arrivée d’un quatrième opérateur sur le marché relevait d’une décision réglementaire et politique dans la mesure où des avantages lui ont été accordés. Les offres low-cost, sur lesquelles nous reviendrons dans une partie consacrée aux modèles de croissance, ont immédiatement bénéficié de l’adhésion des consommateurs. Bruno Deffains, Professeur d’économie à l’Université Paris II Panthéon-Assas70 , a publié en 2012 une étude d’impact qui quantifie le choc au niveau de l’emploi interne des 67 Communiqué de presse d’Orange, « Free et Orange signent un accord d’itinérance pour la 2G et la 3G », 3 mars 2011 68 Tarif d’interconnexion facturé par un opérateur à ses concurrents à chaque fois qu’un de ses abonnés est appelé par un client d’un autre réseau. 69 « L’Arcep propose une terminaison d’appel asymétrique en faveur de Free », www.freenews.fr, 14 décembre 2011 70 http://www.u-paris2.fr/1277109159778/0/fiche___annuaireksup/
  • 44. 38 opérateurs, de l’emploi direct auprès des partenaires de premier rang (fournisseurs, distributeurs et administration), ainsi que sur l’emploi induit sur la chaîne des partenaires. Il en résulte selon lui que le secteur de la téléphonie mobile a généré en 2011 dans l’économie française 25,8 milliards d’euros de valeur ajoutée, ce qui correspond à 345000 emplois (24000 internes, 130000 directs et 191000 induits). Les trois quarts de ces emplois n’ont pas été créés chez les opérateurs mais dans le reste de l’économie, notamment dans la distribution et dans les services achetés par les opérateurs (centres d’appel, maintenance, etc), secteurs enclins à subir plus brutalement les conséquences des modèles low-cost. L’économiste explique son analyse dans un article publié dans Les Echos71 . Selon lui, le chiffre d’affaires des télécommunications mobiles va baisser de 6,5 milliards d’euros (soit une baisse de 30% sur deux ans), du fait des offres commerciales à prix cassés proposés par Free. Il prévoit dans le même temps une forte réduction des dépenses et des marges des opérateurs, ce qui entraînerait la destruction de 61600 emplois : 10600 chez les opérateurs, 35200 chez les partenaires directs et 15800 de manière indirecte. Néanmoins, cette perte d’emplois serait en partie compensée selon l’expert par les créations d’emplois liées au développement du nouvel opérateur, en portant la destruction nette à 55000. Bruno Deffains explique également qu’il n’est pas évident que des créations d’emplois se fassent par ailleurs, au vu de la conjoncture économique actuelle72 . Le pouvoir d’achat libéré par la baisse des prix s’orienterait d’abord vers d’autres produits de l’offre en télécommunications, comme les téléphones par exemple. En effet, les économistes parlent de « biens systèmes » pour évoquer la hausse de la demande d’autres composantes du système en cas de baisse des prix sur un des segments73 . Or, des biens tels que les téléphones mobiles, ne sont pas produits en France, ce qui ne permettrait pas la création d’emplois. Ainsi, moins de six mois après l’arrivée de Free sur le marché, les opérateurs de télécommunications ont annoncé des suppressions de postes74 . Chez Bouygues Télécom, un plan de départs volontaires concernant 556 salariés a été lancé. Dans le même temps, SFR a annoncé un plan visant à supprimer un millier d’emplois, ainsi qu’un plan de réorganisation prévoyant une réduction des coûts de 1 milliard d’euros entre 2012 et 2014. Ces réductions de dépenses ont également un impact négatif sur les investissements qui seront cruciaux dans les 71 B. Deffains, « Free : quand l’idéologie de la concurrence dessert l’économie », Les Echos, 11 juin 2012 72 B. Deffains, D. Thesmar, « Le choix Free, un mal ou un bien pour l’emploi ? », Les Echos, 7 février 2013 73 B. Deffains, « Pourquoi Free Mobile met l’emploi en danger », Les Echos, 18 décembre 2012 74 G. de Calignon, « Les opérateurs engagent des suppressions de postes », Les Echos, 4 juillet 2012
  • 45. 39 prochaines années pour le développement de nouvelles technologies comme la fibre optique ou la 4G75 . Chez SFR par exemple, ils seront réduits de 150 à 200 millions d’euros. A court terme, le nivellement des offres par le bas devrait avoir pour conséquence une baisse du chiffre d’affaires du secteur et donc des destructions d’emplois et une baisse des investissements, bien qu’à long terme un renforcement de la concurrence soit censé avoir des conséquences positives. Nous allons désormais essayer de comprendre les grandes tendances de la transformation du secteur à travers l’analyse de données économiques. Section 2- Un secteur des télécommunications déstabilisé (I) Au niveau de l’environnement Analyse PESTEL du secteur des télécommunications (Sources : auteur et Xerfi)76 75 T. Breton, « Free menace l’innovation dans les télécoms », Le Monde, 22 juin 2012 76 En stratégie d’entreprise, l’analyse PESTEL permet d’étudier l’influence des facteurs environnementaux. Secteur des télécommunications Politique • Soutien pour le déploiement du très haut débit mobile et internet (+) • Nombreuses taxes (-) Légal • Déréglementation au niveau européen (+) • Interventions de l’Arcep dans les prix des terminaisons d’appel (-) Economique • Crise économique, chômage qui réduit la propension des ménages à consommer (-) • Baisse des investissements chez les opérateurs (-) Ecologique • Mouvements contre les antennes relais (-) Socioculturel • Importance de la communication, réseaux sociaux (+) • Taux d’équipement élevé dans la téléphonie mobile (-) Technologique • Succès des smartphones et tablettes (+) • Développement de la 4G et de la fibre optique (+) • Saturation du réseau (-)
  • 46. 40 Cette analyse PESTEL permet d’analyser de manière globale l’environnement externe qui a de l’influence sur le secteur des télécommunications. Ce modèle permet notamment de comprendre quelles sont les menaces et les opportunités qui pèsent sur le secteur, ce qui est indispensable pour l’élaboration de stratégies d’entreprise. En prenant en compte l’influence de cet environnement ainsi que l’arrivée de Free sur le marché, il est possible d’étudier l’évolution des caractéristiques du secteur. Les dépenses des ménages en services de télécommunications, à la veille de l’arrivée de Free sur le marché, se situaient à 25,53 milliards d’euros. Bien que ce chiffre marque une légère baisse par rapport à l’année précédente (2010), il est 1,7 fois plus grand que celui de 2000. De même, le nombre d’abonnements à la téléphonie mobile a connu une augmentation croissante au cours des dix dernières années, passant de 17 millions en 2011 à 49 millions début 2012.
  • 47. 41 Malgré cette croissance du nombre d’abonnements souscrits, il est à souligner qu’en 2011 cette croissance tendait à diminuer, et ce depuis plusieurs années. Ainsi, il est important de noter que des facteurs environnementaux pesaient déjà en tant que menaces sur les opérateurs de télécommunications avant même l’entrée de Free sur le marché, que ce soit au niveau des dépenses des consommateurs ou de la croissance des abonnements. Le renforcement de la concurrence est donc intervenu dans un contexte économique difficile pour les opérateurs de télécommunications. Par ailleurs, ces dernières années ont coïncidé avec l’apparition dans l’environnement des télécommunications d’acteurs « over-the-top77 » (OTT) que sont par exemple Apple, Amazon, Facebook, Google et Microsoft. Principaux fournisseurs de contenus, leurs activités surchargent les réseaux de manière exponentielle sans qu’ils financent le déploiement et la maintenance des infrastructures 78 : c’est le paradoxe du passager clandestin 79 . Alors qu’auparavant les opérateurs choisissaient les contenus disponibles pour leurs clients via des portails, ils sont désormais obligés de suivre le rythme des innovations de ces entreprises influentes au niveau mondial. Par exemple, un acteur qui refuserait de fournir un accès à l’App Store d’Apple sur son réseau en subirait lourdement les conséquences sur le nombre de souscriptions à des forfaits avec de l’internet mobile. Outre les pressions concurrentielles sur l’environnement, il est important de noter que la conjoncture est difficile depuis quelques années. 77 L’Over The Top est une position stratégique dans une chaîne de valeur. Elle consiste pour un acteur de l’OTT à utiliser les structures existantes installées par un autre acteur pour fournir un service. 78 http://ceps-oing.org/Nos-actions/Les-publications/248 79 Mancur Olson, La logique de l’action collective, 1965
  • 48. 42 (II) Au niveau de la conjoncture En 2012, plus de 4,5 millions de carte SIM ont été vendues par les opérateurs, pour atteindre un total de 73,1 millions au mois de décembre. En un an, Free a réussi à amasser 5,2 millions de clients80 , chamboulant la répartition des parts de marché des différents opérateurs. Source : Le Monde L’année 2012 a été marquée par des revenus en baisse dans le secteur des télécommunications (-4,4%) à 49,8 milliards d’euros (hors chiffre location et vente de terminaux et d’équipements81 ) pour la vente de détails et l’intermédiation (services entre opérateurs), l’arrivée de Free sur le marché ayant affecté le chiffre d’affaires par la baisse des 80 « Free a recruté 5,2 millions d’abonnés en 2012 », Lemonde.fr avec AFP, 28 février 2013 81 Données Xerfi
  • 49. 43 tarifs. En effet, au cours des neuf premiers mois de l’année 2012, le chiffre d’affaires des trois principaux opérateurs a diminué82 : -9% chez Bouygues Télécom, -6,9% chez SFR et -2,5% chez Orange. La baisse des revenus générés par les opérateurs sur le marché de détail est imputable à la hausse de la TVA (passée de 5,5% à 19,6%) et donc au durcissement de la concurrence. En effet, les opérateurs ont choisi de ne pas répercuter cette hausse sur les prix TTC des forfaits afin de rester attractifs face aux prix proposés par le nouvel entrant, ce qui s’est mécaniquement traduit par un repli de leurs revenus hors taxes. Ce décrochage des revenus n’est en outre pas compensé par les revenus liés au fixe, en baisse de 3% en 2011. Ce secteur de la téléphonie fixe et de l’accès à internet est en effet touché du fait de la diminution du nombre d’abonnements à la téléphonie fixe (en RTC) et de ceux à l’internet bas débit, le marché du haut débit étant le seul à compenser ces baisses de revenus (+4,1% à 10,2 Md€ en 2012). En ce qui concerne le marché intermédiaire, la chute des revenus liés aux terminaisons d’appel (du fait d’un rapport asymétrique entre Free et les autres opérateurs, comme nous l’avons expliqué précédemment) ne permet pas de relever les ternes revenus tirés des autres sources rentables, le chiffre d’affaires des services d’interconnexion ayant diminué de 5,7% en 2012. Orange, dont le revenu moyen par abonné a baissé de 10% en 2012, craint un recul équivalent pour 201383 , ce qui n’appelle pas à l’optimisme pour les bénéfices des opérateurs de télécommunications. 82 C. Lacombe, « Free a-t-il détruit des emplois ? », Le Point, 31 janvier – 6 février 2013 83 « France Télécom prévoit une baisse d’au moins 10% de l’Arpu en 2013 », Reuters, 20 février 2013
  • 50. 44 Source : Le Figaro Les opérateurs ont certes beaucoup moins bénéficié de l’augmentation du nombre d’abonnements enregistré en 2012, mais ils n’ont pas nécessairement « perdu » des abonnés stricto sensu84 . Fort de 27 millions d’abonnés en 2011, Orange a par exemple fini l’année 2012 avec 27,2 millions de clients, lorsque Bouygues Télécom en a perdu 100000 pour redescendre à 11,2 millions. SFR a davantage souffert de l’arrivée de Free, avec une perte de 800000 abonnés, pour un total de 20,78 millions de clients mobiles. Les MVNOs quant à eux possèdent 7,6 millions de clients. Source : Le Monde 84 G. Pépin, « Free Mobile a chamboulé le paysage mobile, sans le révolutionner », Le Monde, 28 février 2013
  • 51. 45 Nous avons vu dans ce chapitre comment Free avait pu pénétrer l’oligopole du secteur français des télécommunications mobiles. Ce renforcement de la concurrence orchestré par le régulateur des télécommunications a pu avoir lieu grâce à des avantages accordés à ce nouvel entrant. Non sans conséquences sur l’économie, les majors français pâtissent aujourd’hui de cette situation qui vient s’ajouter à un mouvement de baisse de la croissance déjà initié depuis plusieurs années, comme nous l’a montrée l’analyse de l’environnement et de la conjoncture. La stratégie choisie par le nouvel entrant est celle des offres à bas coûts, ce qui tire inexorablement l’ensemble des prix et des prestations traditionnelles à la baisse. Les opérateurs mobiles, en panne de revenus, doivent donc définir de nouvelles stratégies qui leur permettront de renouer avec la croissance et de contrer ce tout « low-cost ». C’est ce que nous allons étudier dans ce chapitre 2.
  • 52. 46 Chapitre 2- Le renouvellement des stratégies des opérateurs de télécommunications Nous allons nous efforcer dans cette partie de décrypter la stratégie mise en œuvre par Free tout d’abord, pour comprendre quel est son intérêt à révolutionner ce marché, puis nous verrons que les stratégies déployées par ses concurrents sont centrées sur l’innovation, technologique d’une part, et commerciale d’autre part. Section 1- Une stratégie de croissance basée sur le nivellement des prix par le bas (I) L’avènement du low-cost et de la chute des prix Le 10 janvier 2012, Free est arrivé sur le marché en se positionnant sur le segment de la simplicité puisque seulement deux offres ont été lancées, tandis que les trois autres opérateurs en possédaient plusieurs centaines 85 . La première, à 19,99€, offrait de la téléphonie, des SMS et des MMS illimités et un quota de données de 3 Go. La seconde, à 2€, offrait 1h d’appel et 60 SMS par mois. Ce système de forfaits « SIM only », sans engagement et sans téléphone subventionné, rappelle les forfaits ADSL à moins de 30€ lancés par Free au début des années 2000. Cette simplicité des offres constitue la stratégie de Free, car cela lui évite par exemple d’avoir un système d’information lourd et coûteux, et l’opérateur peut se permettre de communiquer sur un prix unique. Cette structure de coût légère, associée à un service client minimal et à une distribution basée avant tout sur internet permet de garantir des prix bas, le tout en partie financé par la trésorerie accumulée grâce à l’activité de fournisseur d’accès à internet de Free, qui lui a permis de dégager en 2011 494 millions d’euros de résultat d’exploitation. Orange, SFR et Bouygues Télécom, bien que préparés à cette entrée agressive sur les prix, se sont immédiatement lancés dans une « guerre des prix » afin de limiter la fuite de leurs abonnés vers Free Mobile. Pour cela, ils ont mis en avant leurs propres offres « low cost » à travers des marques comme Sosh (Orange), RED (SFR) ou B&You (Bouygues 85 « Low-cost : Free Mobile a dynamité le marché », Lesechos.fr, 18 février 2013
  • 53. 47 Télécom). Cependant, alors que ces forfaits sont censés être vendus uniquement par internet, force est de constater qu’ils contaminent petit à petit le reste de la gamme. Par exemple, les vendeurs Orange en boutique font désormais la promotion des offres Sosh pour garder leurs clients, car « il vaut toujours mieux promouvoir ces offres moins chères que de perdre un client qui irait chez Free »86 . Ainsi, nous observons qu’une diminution brutale du prix des forfaits classiques (avec subvention de téléphone), de 30 à 40% en moyenne, a eu lieu. Orange a, au moins de juin 2013, inauguré ses premières offres « quadruple play » (fixe, mobile, internet, télévision) low- cost, dans le sens où elles ne pourront être souscrites que sur Internet, avec un service client virtuel87 . L’opérateur historique, grâce à sa marque Sosh, possède aujourd’hui 1,2 millions de clients low-cost (sur un total de 27 millions). De même, les nouveaux abonnés à SFR ou Bouygues Télécom signent pour ce type d’offres. En mars 2013, ces deux opérateurs comptaient respectivement 1,3 million et 1,4 million de clients low-cost. Source : Le Monde Selon Delphine Ernotte-Cunci, directrice exécutive d’Orange, le marché « va passer à 50% de low-cost dans quelques années », alors que les opérateurs n’attribuaient à ce segment que 15% du marché maximum avant l’arrivée de Free Mobile88 . Cependant, si les opérateurs peuvent se lancer dans cette guerre des prix, cela est beaucoup plus difficile pour les MVNOs. Ces derniers, qui louent des capacités de réseau à un des opérateurs « physiques », peuvent 86 Henri Tcheng, associé dans le cabinet de conseil BearingPoint 87 G. de Calignon, « Orange : une offre quadruple play chez Sosh », Les Echos, 29 mai 2013 88 C. Ducourtieux, « Téléphonie mobile : le marché bascule de plus en plus vers le low cost », Le Monde, 30 mai 2013
  • 54. 48 difficilement suivre ce modèle économique, dans la mesure où le prix auquel ils louent le réseau ne leur permet pas d’être rentable avec des offres low-cost. José Caballero, Directeur Marketing de Budget Mobile, a en effet déclaré que « nous avons du diviser par deux notre revenu par abonné, et nos marges pas trois ». De même, le patron d’un opérateur mobile virtuel déclarait en décembre 2012 « on est dans un effet panique. Personne ne peut faire une marge suffisante pour déployer des réseaux mobiles à ce prix-là »89 . Face à la réaction de ses concurrents, Free Mobile a décidé d’enrichir davantage son offre à 2€, la dotant de deux heures de communications et de SMS illimités. B&You, a en effet sorti en novembre 2012 une offre à moins de 10€ avec appels et SMS illimités, accentuant le nivellement des prix vers le bas90 . Pour rappel, à l’automne 2011, un forfait Sosh comprenant deux heures de communications, SMS illimités et 500 Mo de données internet valait 19,99€. Son prix a donc été divisé par dix en moins de deux ans. Source : Le Point Cette guerre des prix entre les opérateurs de télécommunications mobiles a fait de la France le pays où les forfaits sont les moins chers au monde. 89 G. de Calignon, « La guerre des prix s’accélère dans le mobile », Les Echos, 7 décembre 2012 90 « Bouygues Télécom relance la guerre des prix dans le mobile », Lesechos.fr, 6 novembre 2012
  • 55. 49 (II) Un modèle économique critiqué En janvier 2013, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir a déposé une plainte à l’encontre de Free Mobile pour « pratiques commerciales trompeuses ». Alain Bazot, président de l’association, a en effet déclaré que « le décalage entre le service promis par Free et la réalité du service nous a proprement stupéfié ». Pour lui, « le low cost a toute sa place à condition qu’il ne soit pas synonyme d’un service rendu au rabais »91 . De nombreux consommateurs mettent en effet en avant la mauvaise qualité du réseau de Free Mobile, ce qui a été prouvé par des tests réalisés sur le terrain par des entreprises spécialisées. Dans un rapport intitulé « Rapport sur la couverture et la qualité des services mobiles en France métropolitaine » publié par l’Arcep en novembre 2012, le régulateur expose les résultats de ces tests92 . En ce qui concerne la navigation web, ses conclusions sont les suivantes : « De fortes disparités existent entre opérateurs. Selon les indicateurs mesurés, les performances d’Orange France et SFR sont « supérieures » ou « très supérieures » à celles des valeurs moyennes, celles de Bouygues Telecom sont « voisines » ou « supérieures » à celles des valeurs moyennes, tandis que celles de Free Mobile sont « très inférieures » aux valeurs moyennes ». Il en est de même pour les services de diffusion en ligne : « Les opérateurs ont des performances très variables. Les performances d’Orange France sont systématiquement « très supérieures » aux valeurs moyennes. Celles de SFR sont, selon les indicateurs, « voisines », « supérieures » ou « très supérieures » à celles des valeurs moyennes. Celles de Bouygues Telecom sont « voisines » ou « inférieures » à celles des valeurs moyennes. Enfin, les performances de Free Mobile sont toujours « très inférieures » aux valeurs moyennes ». Cette mauvaise qualité du réseau de Free Mobile pour l’accès à Internet semble, selon les experts, liée à des interconnexions sous dimensionnées avec le réseau d’Orange93 . En effet Free Mobile, qui paye des frais d’itinérance à l’opérateur historique, est accusé de limiter la bande passante de ses usagers pour réduire ses coûts. Orange, soucieux que ses clients gardent la même qualité de service qu’auparavant, avait même menacé Free au premier trimestre 2012 91 http://www.arcep.fr/index.php?id=11639&L=1 92 Partie III.3, page 123 93 G. de Calignon, « Free a pris du retard sur le déploiement de son réseau mobile », Les Echos, 14 janvier 2013
  • 56. 50 de « suspendre le contrat entre les deux acteurs si les incidents sur le réseau de Free Mobile devaient affecter la qualité de service d’Orange »94 . Ce type de constat sur la qualité du réseau fourni par Free Mobile, éventuellement du à des contraintes budgétaires, appelle à une réflexion sur le modèle économique développé par Free pour proposer des offres low-cost. En premier lieu, il semble important d’étudier plus en profondeur les avantages accordés par l’Arcep à Free Mobile en ce qui concerne les terminaisons d’appel. Ces sommes facturées par un opérateur à un autre sont, comme nous l’avons vu, asymétriques, afin de rééquilibrer la balance entre les opérateurs déjà installés disposant d’un grand parc de clients et le nouvel entrant, disposant de peu d’abonnés au départ. Pour l’année 2012, les terminaisons d’appel vocal étaient facturées 2,4 cts/min par Free Mobile contre 1,5 cts/min pour les opérateurs établis sur le premier semestre, puis 1,6 cts/min contre 1 ct/min sur le second semestre95 . En ce qui concerne la terminaison d’appel SMS, ils étaient facturés par Free Mobile 2,85 cts par SMS, soit 90% de plus qu’Orange, SFR et Bouygues qui facturaient 1,5 ct pour le premier semestre 2012, puis 1 ct pour le second, lorsque Free facturait 1,6 ct96 . Face à ce constat, Stéphane Richard, PDG d’Orange, a déclaré le 1er février 2012 devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale que « compte-tenu de l’usage moyen d’un utilisateur de téléphonie mobile, la proposition de Free revient à faire financer par les autres opérateurs le forfait de 19,99 euros à hauteur de presque 10 euros. C’est ce mécanisme de la terminaison d’appel qui permet à la société Free de formuler les tarifs qu’elle offre ». De même, des experts du secteur affirment que ces terminaisons d’appel représentent une part importante dans le modèle économique de Free97 . Selon Stéphane Beyazian, analyste chez Raymond James Equities, « sur le forfait à 19,99 euros, on estime l’Arpu98 à 22 euros, dont 4 à 5 euros de revenus entrants – environ 3 euros de SMS et 2 euros d’appels. Or comme c’est de la marge pure, on peut considérer, sur la base d’une hypothèse d’une marge brute de 80%, que cela finance près d’un tiers du business ». Ainsi, les terminaisons d’appel sont rentables pour Free, en particulier en ce qui concerne le SMS, car l’émission de ceux-ci exige souvent une réponse, ce qui n’est pas le cas pour les appels. 94 G. de Calignon, « Orange fait pression sur Free au nom de la qualité de service », Les Echos, 26 mars 2013 95 http://europa.eu/rapid/press-release_IP-12-368_fr.htm?locale=fr 96 http://www.clubic.com/telephone-portable/operateur-telephonie-mobile/actualite-503788-terminaison-appel- arcep-reduit-avantage-free-mobile-full-mvno.html - Voir en Annexe 3 l’avis rendu par l’Arcep 97 D. Cuny, « Bruxelles menace le modèle économique de Free », La Tribune, 16 avril 2012 98 Revenu moyen par abonné.
  • 57. 51 En second lieu, il convient de s’intéresser de manière plus approfondie à la différence de tarifs entre les offres de Free mobile et celles des autres opérateurs. A première vue, Free a radicalement réduit la facture des consommateurs. Cependant, beaucoup d’analystes ont raisonné en coûts partiels et non en coûts complets. Alors que les opérateurs existants proposaient des forfaits accompagnés d’un téléphone, le nouvel opérateur ne propose qu’un forfait seul. Ainsi cela diminue fortement le différentiel tarifaire, car il faut intégrer le prix du mobile, de même qu’un certain nombre de coûts que n’a pas à supporter Free, comme un service client efficace ou encore un réseau devant couvrir l’ensemble du territoire français. Afin de percevoir le véritable différentiel entre les offres « classiques » des opérateurs existants et l’offre de Free Mobile, des comparatifs ont été effectués. Pour cela, des forfaits équivalents chez Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free Mobile ont été choisis, en y incluant le prix du téléphone mobile99 , le tout reporté sur 24 mois (correspondant à la durée d’engagement). Certes, Free Mobile a fait baisser le prix des forfaits « tout illimité » des opérateurs traditionnels. Mais le différentiel de prix affiché dans le cas d’un raisonnement en coûts complets tend à se réduire considérablement, pour une qualité de service des opérateurs traditionnels supérieure, comme nous l’avons montré précédemment. Il n’en demeure pas moins que le modèle économique de Free qui a tiré l’ensemble des prix du marché vers le bas handicape les autres opérateurs qui doivent assumer des coûts fixes extrêmement élevés. Pour réussir à créer de nouveau de la valeur dans ce secteur, ils s’efforcent d’innover, que ce soit dans la technologie ou les offres. 99 Samsung Galaxy S3, dont le prix est celui affiché par les opérateurs.
  • 58. 52 Section 2- Des stratégies de croissance basées sur l’innovation (I) Au niveau technologique Le marché des télécommunications a, nous l’avons compris, considérablement changé depuis l’arrivée du nouveau concurrent. Alors qu’auparavant le cœur des offres concernait la durée d’appel, le tout illimité a remis en question ce modèle. Désormais, c’est l’internet mobile qui permet de différencier les offres. Plus le volume de data augmente, plus la gamme de forfait est importante, avec une bataille qui se joue désormais sur la vitesse de connexion. Ainsi, les opérateurs traditionnels tentent, pour se différencier de Free Mobile, d’innover dans les réseaux dans l’espoir de créer de la valeur, ce qui représente un enjeu crucial puisque leurs investissements pourraient générer un point de PIB supplémentaire100 . Le 28 novembre 2012, SFR était le premier opérateur à ouvrir un réseau 4G à Lyon101 . Cette technologie, permettant d’offrir des débits deux à trois fois supérieurs à la 3G, a commencé à être déployée depuis l’attribution des licences par l’Arcep fin 2011. Les opérateurs se sont partagés les bandes de fréquences 2600 Mhz102 et 800 Mhz103 pour un montant total de 3,5 milliards d’euros versés à l’Etat. Orange, SFR et Bouygues Télécom ont obtenu l’essentiel des fréquences, contrairement à Free qui n’a pas pu investir autant que ses concurrents, ce qui incite les trois autres à orienter leur stratégie vers le déploiement de cette technologie. Free devra nécessairement, s’il souhaite proposer des offres 4G, louer les infrastructures d’un autre opérateur. Avant l’arrivée de Free sur le marché, l’innovation dans ce secteur était stimulée par les terminaux, qui se sont considérablement transformés avec l’arrivée des smartphones104 . Même si le taux d’équipement en terminaux nouvelle génération est en constante augmentation, c’est le réseau qui permet aujourd’hui de créer de la valeur chez les opérateurs, plus précisément celui de quatrième génération. En effet, le débit plus élevé permet d’accéder à des contenus immédiatement (pages web, images en haute définition, visio-conférences). 100 Etude « L’économie des télécoms en France », Arthur D. Little, 2012 – Voir annexe 4 101 O. Chicheportiche, « SFR lance commercialement la 4G à Lyon. L’arme anti low-cost ? », Zdnet.fr, 29 novembre 2012 102 Décision n° 2011-1080, Arcep, 22 septembre 2011 103 Décision n° 2011-1510, Arcep, 22 décembre 2011 104 D. Barroux, « La 4G peut-elle sauver les opérateurs mobiles ? », Les Echos, 25 février 2013
  • 59. 53 L’intérêt de cet investissement dans le réseau 4G pour les opérateurs traditionnels est de sortir de la guerre des prix, que nous avons décrite précédemment. Grâce à cette technologie les opérateurs pourront vendre des forfaits plus chers que ce que propose Free aujourd’hui, car de qualité supérieure, et développer de nouveaux services qui généreront également du chiffre d’affaires supplémentaire. Orange, SFR et Bouygues Télécom espèrent donc, comme les opérateurs américains, augmenter leurs revenus grâce à la 4G. Néanmoins, l’enjeu pour eux réside dans le fait de concilier la baisse de leurs chiffres d’affaires dans le contexte d’un secteur plus concurrentiel avec les lourds investissements requis pour une généralisation de ce réseau de quatrième génération au niveau national. Par exemple, SFR a dépensé 1 milliard d’euros pour obtenir les fréquences 4G en 2011 et 1,6 milliard d’euros en 2012 dans le développement de ses infrastructures fixes et mobiles105 . Si le prix des forfaits est aujourd’hui le même pour un accès 3G et un accès 4G106 , du fait du peu de zones couvertes, l’ambition affichée par les opérateurs est bel et bien de tirer les prix vers le haut. Delphine Emotte-Cunci, directrice exécutive d’Orange France, a déclaré « que ce soit pour la fibre optique ou la 4G, les investissements consentis sont considérables. Nous déboursons en ce moment 500 millions d'euros par an dans notre réseau mobile. Si les tarifs ne suivent pas, ces investissements ne pourront tout simplement pas être tenus. Nous prévoyons toujours d'augmenter nos tarifs de 5 à 10 euros par mois [par rapport à la 3G] pour les forfaits 4G. Grâce à cette nouvelle norme, on va sortir par le haut de la guerre des prix ». La stratégie qui semble se dessiner est donc une sortie de la guerre des prix par le haut grâce au développement de la 4G. Les opérateurs traditionnels pensent en effet que c’est en misant sur la qualité du réseau qu’ils pourront se différencier de Free 107 . De plus, le développement de cette technologie est indispensable pour les opérateurs, selon les analystes d’Exane BNP Paribas et les consultants du cabinet Arthur D. Little, qui ont publié une étude prospective sur le secteur européen des télécommunications108 . Ils estiment que les revenus data s’élèveront à 12 euros en moyenne par utilisateur et par mois, contre 10 euros aujourd’hui. Elle permettra également aux opérateurs de gagner en efficacité, et sera donc plus rentable. Selon les experts, « pour une même quantité de fréquences, la 4G permet 105 Etude entreprise « Vivendi », Xerfi 700, Juillet 2013 106 C. Ducourtieux, « La 4G ne met pas fin à la guerre des prix », Le Monde, 29 janvier 2013 107 G. de Calignon, « Pour contrer Free, SFR accélère dans la 4G », Les Echos, 25 septembre 2012 108 G. de Calignon, « La 4G pourrait ne pas être la bouée de sauvetage espérée », Les Echos, 13 mars 2013
  • 60. 54 d'acheminer un trafic de 70 % supérieur à celui de la dernière version de la 3G », ce qui présentera l’avantage de baisser les coûts d’acheminement de l’internet mobile. Une autre technologie, la fibre optique, ne concerne pas le mobile mais touche les opérateurs en tant que fournisseurs d’accès à internet. Celle-ci, dont le déploiement est activement soutenu par l’Etat dans le cadre du « Programme national très haut débit109 », permet l’accès à internet à très grande vitesse. En 2011, France Télécom et SFR ont décidé de signer un partenariat pour l’installation des infrastructures nécessaires dans les zones à faible densité de population, afin d’effectuer des économies d’échelle en évitant un dédoublement des infrastructures. En 2012, c’est Bouygues Télécom qui signait un accord du même type avec l’opérateur historique, pour mutualiser leurs réseaux en dehors des zones très denses. Pour France Télécom par exemple, l’investissement dans la fibre optique à l’horizon 2015 se chiffre à 2 milliards d’euros pour un déploiement dans 220 agglomérations110 . Positionnement des technologies de télécommunications en France sur la courbe du cycle de vie Nous l’avons vu, les opérateurs investissent lourdement dans des technologies de pointe comme la 4G pour les réseaux mobiles afin de se différencier de Free Mobile qui n’a 109 La France s’est dotée en juin 2010 de ce programme destiné à assurer la couverture numérique de l’ensemble du territoire en 2025. La feuille de route présentée par le Gouvernement prévoit que la moitié des Français ait accès au très haut débit d’ici à 2017 et l’ensemble des foyers d’ici à 2022. 110 Source : France Télécom
  • 61. 55 pas encore déployé son propre réseau 3G, dans l’optique de faire remonter les prix de leurs services. Ce bond en avant technologique s’accompagne en parallèle au niveau commercial d’innovations dans les offres. (II) Au niveau commercial Les opérateurs de télécommunications traditionnels ont été contraints de lancer de nouvelles offres pour faire face à la politique de Free Mobile, agressive en matière de prix. Ces nouvelles offres visent à segmenter les forfaits en deux catégories : les low cost d’une part, pour concurrencer Free sur leurs forfaits positionnés sur de l’entrée de gamme, et les forfaits dotés d’une qualité de service supérieure, avec notamment un terminal mobile subventionné. Alors qu’auparavant, nous l’avons vu, la durée d’appel permettait de segmenter les offres, ce n’est plus le cas aujourd’hui avec l’avènement des offres « tout illimité » à bas coûts. Ce qui semble se dessiner chez les opérateurs est une montée en gamme progressive en fonction du volume de data disponible. Ces offres « premium » donnent également accès à la 4G, ce qui permet une différenciation par la vitesse de connexion. Souvent accompagnées d’un subventionnement du mobile, elles sont intéressantes pour les opérateurs dans le sens où elles permettent d’attirer des clients et garantissent un revenu régulier111 . Associées à un réseau de boutiques conséquent, les opérateurs misent dessus pour se démarquer du nouvel entrant. Par exemple, SFR s’est lancé dans une refonte de ses offres qui s’appuient sur la subvention du mobile, en les simplifiant. L’opérateur propose désormais sept forfaits seulement, dont cinq d’entre eux contiennent appels et SMS illimités112 , avec un accès internet s’étalant de 500 Mo à 6 Go. De plus, l’opérateur propose à ses abonnés deux cartes SIM, ce qui lui permet de pénétrer en même temps le marché des tablettes. Le forfait le plus haut de gamme offre quant à lui des heures d’appel depuis l’étranger, ainsi qu’un volume de data réservé à l’usage international113 . Selon le forfait choisi, le client bénéficiera également d’un service client différencié, en disposant du statut « silver », « gold » ou « platine », et pourra par exemple avoir accès à une aide informatique personnalisée. 111 R. Potocki, « Quelles perspectives pour le marché français du mobile ? », Telcospinner-solucom.fr, 27 mars 2013 112 http://www.sfr.fr/mobile/offres/toutes-les-offres-sfr?vue=000029 113 Forfait « Carré Voyageur » - Voir Annexe 5
  • 62. 56 Ainsi, SFR propose des forfaits « haut de gamme » avec subvention, en moyenne 20 euros plus chers que des offres low-cost, mais disposant de services à valeur ajoutée comme la 4G. Il introduit également le principe de la carte de fidélité avec ses différents niveaux de service client114 . De l’autre côté de la chaîne, l’opérateur concurrence directement Free avec ses forfaits RED, sans valeur ajoutée et à des prix alignés sur ceux de Free. La stratégie affichée est bien de prendre des clients à Free en affichant une qualité de réseau supérieure, et de conserver un maximum d’abonnés sur des forfaits avec subventionnement du terminal mobile, plus rentable. Par ailleurs, les opérateurs traditionnels tentent de proposer à leurs clients de nouveaux services autour des télécommunications, à l’image de SFR qui s’est lancé en juin 2012 sur le marché de la télésurveillance avec « Home by SFR », un système d’alarme connecté qui permet à l’utilisateur d’être immédiatement alerté sur son mobile en cas de problème à son domicile et de vérifier en temps réel ce qu’il s’y passe grâce à une caméra panoramique. Le système, disponible sous forme d’abonnement, permet en cas de besoin pour le client de demander 24h/24 l’intervention sur place d’un agent de sécurité. 114 C. Ducourtieux, « Mobiles : après l’offensive de Free, SFR mise sur le haut de gamme », Le Monde, 24 septembre 2012
  • 63. 57 Conclusion Est-ce que les opérateurs français de télécommunications auront toujours les moyens d’investir dans des infrastructures aux coûts extrêmement élevés ? Pourront-ils innover de la même manière dont ils l’ont fait depuis 25 ans ? Les clients bénéficieront-ils toujours de la qualité d’un réseau performant sur le long terme ? Les nouvelles offres proposées par les opérateurs donnent-elles réellement un gain de pouvoir d’achat aux consommateurs ? Ces questions que nous avons soulevées lors de l’introduction de ce mémoire constituent le socle de notre réflexion sur le secteur français des télécommunications. Oui, les clients des opérateurs traditionnels bénéficieront d’une bonne qualité de réseau, comme le montrent les dernières études commandées par l’ARCEP, tandis que le réseau du nouvel entrant est encore trop jeune pour le qualifier de « performant ». Les investissements déployés par les acteurs de ce secteur, notamment dans la 4G et la fibre optique, tendent à prouver que la qualité du réseau est une priorité pour eux, dans le sens où elle constitue une manière de se différencier de leur nouveau concurrent. Cependant, pour qu’ils puissent continuer à innover sur le long terme, ils doivent utiliser leur avance technologique pour sortir par le haut de la guerre des prix via de nouvelles offres et ainsi retrouver le chemin de la croissance. En effet, face à la stratégie de Free Mobile basée sur le low-cost, l’enjeu n’est plus de l’imiter mais de se différencier. Certes, cette baisse des prix a redonné un certain pouvoir d’achat aux consommateurs, mais aux dépends de la qualité du réseau et du système de terminaux mobiles subventionnés, qui, vendus seuls, alourdissent la facture. Ainsi, l’oligopole constitué par Orange, SFR et Bouygues Télécom s’est largement ouvert à la concurrence dans la dernière décennie, avec tout d’abord l’apparition des MVNOs qui captent aujourd’hui un dixième du marché, puis Free qui a conquis plusieurs millions de
  • 64. 58 clients en moins de deux ans. Néanmoins, cette concurrence est profondément régulée par une institution qu’est l’ARCEP, qui a offert au nouvel entrant des avantages non négligeables dans la conquête de nouveaux clients, au point d’être rappelé à l’ordre par la Commission européenne, notamment sur les tarifs d’interconnexions. Dans un contexte économique de croissance atone, le gouvernement lui-même appelle à la vigilance dans ce secteur qui pourrait être porteur dans les prochaines années. Bien que l’arrivée de Free sur le marché rende les analyses à long terme difficile, des grandes tendances se dégagent. Une première hypothèse serait un rééquilibrage des marchés avec des acteurs indépendants qui accepteraient des marges plus faibles, à l’image du secteur des télécommunications américain, allemand ou anglais qui sont structurés autour de quatre grands opérateurs. La seconde hypothèse est une concentration du marché, du fait de la stabilité qui existait lorsqu’il n’y avait que trois concurrents. La presse économique a beaucoup parlé ces derniers mois de rapprochements entre des poids lourds du secteur : SFR et Numericable, ou bien Bouygues Télécom et Free Mobile en sont des exemples. On peut légitimement penser que de telles opérations de fusion ne seront jamais acceptées par le régulateur des télécommunications, puisque celui-ci vient de faciliter la création d’un quatrième concurrent. La troisième hypothèse, sûrement la plus probable, est celle d’une mutualisation des réseaux. Alors que des accords ont été passés entre Orange et les autres opérateurs pour le déploiement de la fibre optique dans les zones les moins denses du territoire, cette mutualisation des investissements pourrait également se généraliser dans le mobile, avec comme modèle celui du partage des coûts, ceux-ci étant intrinsèquement très élevés du fait que les télécommunications sont des métiers à coûts fixes. Cette solution, adoptée par Telefonica et Vodafone en Grande-Bretagne, permettrait aux opérateurs d’économiser 20% d’investissements et 7% de frais de fonctionnements115 , ce qui n’est pas négligeable à l’heure où les opérateurs français développent des plans de réduction des coûts. Si cette hypothèse était validée dans les prochaines années, la concurrence ne se jouerait cependant plus sur les infrastructures. A l’heure actuelle, les grands enjeux qui animent la téléphonie mobile concernent la 4G, en plein déploiement au niveau national. Si SFR, puis Orange, ont été les premiers à proposer cette nouvelle technologie à leurs clients, dans certaines zones seulement, Bouygues Télécom a obtenu l’autorisation de l’ARCEP d’utiliser les bandes de fréquence 1800 Mhz 115 G. de Calignon et S. Godeluck, « Télécoms : le casse-tête de la consolidation à venir », Les Echos, 6 décembre 2012
  • 65. 59 pour cette nouvelle technologie, ce qui devrait lui permettre dès le mois d’octobre 2013 de proposer ce service sur tout le territoire. Il faudra néanmoins quelques mois supplémentaires pour voir si ce développement donne aux opérateurs traditionnels un avantage sur Free Mobile, qui maintient pour le moment ses offres low-cost et continue de gagner des parts de marché. Outre la 4G et la fibre optique, les opérateurs sont à la recherche de technologies qui vont pouvoir les différencier techniquement. Bien que nous n’ayons pas approfondi ces questions dans ce mémoire, elles ont devenir récurrentes dans les prochaines années. Il s’agit notamment de la NFC pour le paiement sans contact, le paiement sur mobile, le cloud computing ou encore les services d’e-santé. Les opérateurs investissement en effet dans des laboratoires de R&D, comme le montre l’exemple des Orange Labs chez l’opérateur historique. L’évolution de ce secteur est donc incertaine pour le moment, mais les stratégies mises en œuvre pour le moment par les opérateurs ainsi que les possibilités économiques qui s’offrent à eux devraient leur permettre de résister face à ce nouveau concurrent. Cette situation, à défaut de susciter l’espoir dans un contexte morose, présente l’intérêt d’être un cas très intéressant à étudier du point de vue des relations entre les acteurs et les institutions économiques.
  • 66. 60 ANNEXES  Annexe 1 : Principales sociétés du secteur, dans Etude « Télécommunications », Xerfi 700, Juillet 2012  Annexe 2 : Matrice SWOT de l’entreprise France Télécom, dans Etude « France Télécom », Xerfi 700, Octobre 2012  Annexe 3 : ARCEP, Modélisation des coûts de terminaison d'appel SMS d'un opérateur mobile nouvel entrant, Octobre 2012  Annexe 4 : L’économie des télécoms en France, Etude pour la Fédération Française des Télécoms, Arthur D. Little, Novembre 2012  Annexe 5 : Les forfaits avec subvention de SFR, Août 2013
  • 67. 61 Annexe 1 – Principales sociétés du secteur
  • 68. 62
  • 69. 63 Annexe 2 – Analyse SWOT de France Télécom
  • 70. 64 Annexe 3 - Modélisation des coûts de terminaison d appel SMS d un opérateur mobile nouvel entrant © Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 1 Octobre 2012 ISSN : 2258-3106 Modélisation d s coûts de terminaison d’appel  SMS d’un opérateur mobile nouvel entrant Synthèse des réponses à la consultation publique
  • 71. 65
  • 72. 66
  • 73. 67
  • 74. 68
  • 75. 69
  • 76. 70
  • 77. 71
  • 78. 72 Annexe 4 – L’économie des télécoms en France
  • 79. 73
  • 80. 74 Novembre 2012 h. Les opérateurs télécoms ont injecté 204 Mds€ dans l’économie française entre 2006 et 2011 11% 19% 10% 37% 23% Emploi direct et indirect Les opérateurs télécoms ont versé 76 Mds€ en charges salariales directes et indirectes(1) Autres fournisseurs / sous-traitants Les opérateurs ont versé  46 Mds€ d’autres charges (marketing, commissions de distribution…) à leurs fournisseurs Etat Les opérateurs ont versé  23 Mds€ à l’Etat en taxes (hors  TVA), impôts, licences et dividendes Equipement du territoire en réseaux Les opérateurs ont investi 39 Mds€ dans le déploiement, l’upgrade et l’entretien des  réseaux télécoms Actionnaires privés Les opérateurs ont versé  20 Mds€ à leurs actionnaires privés Notes : (1) Incluant salaires et charges; (2) CA déclaré en France ou paru dans la presse, pour Apple estimation basée sur les ventes annoncées en France; (3) Données redressées pour prendre en compte le CA effectif estimé des acteurs internationaux en France; (4) Impôt sur les sociétés et impôts, taxes et versements assimilés (hors TVA), licences et fiscalité spécifique;;  (5) Hors licences des opérateurs;;  si  donnée France non disponible estimation au pro rata de l’emploi en France; (6) conclusion d’une étude Ericsson  portant sur  les pays  de l’OCDE;;  (7) selon une étude Capital Economics réalisée sur le marché britannique, investir ~5Mds€ dans la 4G permet de créer 0,37 points de PIB Sources : h) ARCEP, Diane, opérateurs; i) Diane, opérateurs; a) opérateurs; b) Capital Economics, étude Ericsson / Arthur D. Little; analyse Arthur D. Little i. Revenus, emplois, impôts-taxes et investissements 2011 en France de 5 acteurs de chaque catégorie 2. Les télécoms sont les principaux moteurs du développement des filières numériques de communication b. Impact des investissements très haut débit sur le PIB en France a. Initiatives des opérateurs télécoms français dans les filières numériques de communication d’ av enir Investissements d’avenir: 75M€ Investissements d’avenir: 75M€ Partenariats stratégiques ~6,2 Mds€ d’investissement dans la 4G (hors licences) +0,46 point de PIB(7) ~20 à 30 Mds€ d’investissement dans la fibre +0,75 point de PIB(6) Exemple du Cloud Computing Revenus(2)(3) : 68 Mds€ Impôts, taxes et licences(4): 7,1Mds€ Emplois directs : 167 000 Investissements(5) : 7,6Mds€ 8% 14% 11% 3% 64% 5 opérateurs télécoms 2% 13% 1% 7% 77% 1% 10% 1% 1% 88% 1% 4% 2% 1% 92% 5 équipementiers réseaux 5 fabricants de terminaux 5 fournisseurs de contenus 5 acteurs internet OTT 2
  • 81. 75 3. La performance des opérateurs télécoms se dégrade sous l’effet de fortes pressions Novembre 2012 Notes : (1) Appels illimités (min. 500 minutes), SMS/MMS illimités (min.1000 SMS,) Internet 1, 2 ou 3 Go; avec fonction modem quand disponible, offres sans mobile, offres sans engagement quand disponible; opérateurs dont la part de marché > 15%; (2) Appels nationaux illimités (min. 3000 minutes), internet haut débit avec téléchargement illimité y compris pour usage intensif quand disponible, TV; hors câblo-opérateurs; (3) IFER : taxe sur les infrastructures de réseau, (4) TST : Taxe sur les services de télévision, affectée au COSIP (compte de Soutien à l’Industrie des Programmes Audiovisuels; (5) groupe fiscal France; (6) top 30 acteurs selon le CA 2011 dans chaque catégorie; (7) affectation des acteurs par région selon la nationalité de leur siège social Sources : a) ARCEP b) opérateurs; c) FFT; d) Upnext Research, Diane; e) Diane, presse; f) Thomson Reuters; analyse Arthur D. Little b. Impact de la concurrence sur les prix des services télécoms c. Fiscalité spécifique aux opérateurs télécoms en France en 2011 a. Impact de la réglementation sur les revenus des opérateurs mobiles en France 2011 -4,9 -0,9 -4,0 2010 -3,8 -0,8 -3,0 2009 -3,0 -0,6 -2,3 2008 -1,9 -0,6 -1,3 2007 -1,1 -0,3 -0,8 Impact de la baisse des tarifs de roaming Impact de la baisse des  prix des terminaisons d’appel Total 2007-2011 : ~14,7 Mds€ En Mds€ Prix d’une offre mobile comparable(1), en € TTC par mois, octobre 2012 78 67 504238 20 Prix d’une offre fixe comparable(2), en € TTC par mois, octobre 2012 77 5648434032 0,38% 5,78% (5) f. Evolution des revenus du top 30 des acteurs de chaque catégorie(6) de l’écosystème numérique selon le ur nationalité(7) Amérique du Nord Amérique du Sud Asie Oceanie 2011 3 333 635 1 155 70 1 446 27 2010 3 067 643 1 025 66 1 312 21 2009 2 820 652 937 45 1 165 21 2008 2 817 686 954 37 1 117 24 2007 2 619 Europe 893 42 968 20 2006 696594 762 32 837 17 2 243 En milliards de dollars Croissance 2006-2011 +118% +7% +73% +51% +58% Amérique du Sud Europe dont –9% depuis 2007 Océanie Asie Amérique du Nord e. Impôts sur les sociétés en France 2011, en % du CA d. Taux de fiscalité spécifique au secteur des télécommunications 253 127 Copie privée, VOD TST / COSIP(4) «Taxe Télécom » IFER antennes(3) IFER cuivre 1 211 41 150 235 405 Redevances de gestion (fréquences) Financement Régions Fin de la publicité sur France TV Départements, communes Sur-fiscalité totale : 1,2 Mds€ / an En M€ 0,06%0,12% 0,81% 1,79% 1,95% 2,79% Cinéma, ayant-droits Etat Cinéma (CNC) et TV En % du CA 2010 Les opérateurs télécoms subissent une dissymétrie fiscale qui les pénalise vis- à-vis des autres acteurs globaux En Europe, les revenus de l’écosystème numérique de communication stagnent, contrairement à l’Asie et l’Amérique du Nord 3
  • 82. 76
  • 83. 77
  • 84. 78 Annexe 5 – Forfaits SFR
  • 85. 79 BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES  J. von Neumann, O. Morgenstern, Theory of Games and Economic Behavior, 1944  M. Olson, La logique de l’action collective, 1965  G. Johnson, K. Scholes, R. Whittington, F. Frery, Stratégique, 8e édition, Pearson Education, 2008  P.-Y. Badillo, D. Roux, Les 100 mots des télécommunications, Que sais-je ?, P.U.F., 2009 ARTICLES  Communiqué de presse d’Orange, « Free et Orange signent un accord d’itinérance pour la 2G et la 3G », 3 mars 2011  S. Godeluck, « Numericable reste le leader du très haut débit en France avec 500.000 clients », Les Echos, 13 avril 2012  « Stratégie numérique: la Commission met en question la proposition de l'autorité réglementaire française d'appliquer des tarifs de gros plus élevés à Free Mobile, Lycamobile et Oméa Télécom; elle ouvre une enquête », Communiqué de presse de la Commission européenne, 13 avril 2013  D. Cuny, « Bruxelles menace le modèle économique de Free », La Tribune, 16 avril 2012  B. Deffains, « Free : quand l’idéologie de la concurrence dessert l’économie », Les Echos, 11 juin 2012  T. Breton, « Free menace l’innovation dans les télécoms », Le Monde, 22 juin 2012  G. de Calignon, « Les opérateurs engagent des suppressions de postes », Les Echos, 4 juillet 2012  C. Ducourtieux, « Mobiles : après l’offensive de Free, SFR mise sur le haut de gamme », Le Monde, 24 septembre 2012  G. de Calignon, « Pour contrer Free, SFR accélère dans la 4G », Les Echos, 25 septembre 2012  « Bouygues Télécom relance la guerre des prix dans le mobile », Lesechos.fr, 6 novembre 2012  O. Chicheportiche, « SFR lance commercialement la 4G à Lyon. L’arme anti low-cost ? », Zdnet.fr, 29 novembre 2012
  • 86. 80  G. de Calignon et S. Godeluck, « Télécoms : le casse-tête de la consolidation à venir », Les Echos, 6 décembre 2012  G. de Calignon, « La guerre des prix s’accélère dans le mobile », Les Echos, 7 décembre 2012  B. Deffains, « Pourquoi Free Mobile met l’emploi en danger », Les Echos, 18 décembre 2012  C. Lacombe, « Free a-t-il détruit des emplois ? », Le Point, 31 janvier – 6 février 2013  B. Deffains, D. Thesmar, « Le choix Free, un mal ou un bien pour l’emploi ? », Les Echos, 7 février 2013  G. de Calignon, « Free a pris du retard sur le déploiement de son réseau mobile », Les Echos, 14 janvier 2013  C. Ducourtieux, « La 4G ne met pas fin à la guerre des prix », Le Monde, 29 janvier 2013  « Low-cost : Free Mobile a dynamité le marché », Lesechos.fr, 18 février 2013  « France Télécom prévoit une baisse d’au moins 10% de l’Arpu en 2013 », Reuters, 20 février 2013  D. Barroux, « La 4G peut-elle sauver les opérateurs mobiles ? », Les Echos, 25 février 2013  « Free a recruté 5,2 millions d’abonnés en 2012 », Lemonde.fr avec AFP, 28 février 2013  G. Pépin, « Free Mobile a chamboulé le paysage mobile, sans le révolutionner », Le Monde, 28 février 2013  A. Montebourg et F. Pellerin, « Enfin une politique industrielle pour les télécoms », Le Figaro, 13 mars 2013  G. de Calignon, « La 4G pourrait ne pas être la bouée de sauvetage espérée », Les Echos, 13 mars 2013  G. de Calignon, « Orange fait pression sur Free au nom de la qualité de service », Les Echos, 26 mars 2013  R. Potocki, « Quelles perspectives pour le marché français du mobile ? », Telcospinner-solucom.fr, 27 mars 2013  « Mobile : le volume de données échangées a augmenté de 70% en 2012 », L’Expansion, 4 avril 2013  G. de Calignon, « Orange : une offre quadruple play chez Sosh », Les Echos, 29 mai 2013
  • 87. 81  C. Ducourtieux, « Téléphonie mobile : le marché bascule de plus en plus vers le low cost », Le Monde, 30 mai 2013 TRAVAUX UNIVERSITAIRES  B. Deffains, Rapport sur l’impact de Free en termes d’emplois, 2012  J. Vicente, Cours de microéconomie, ch. « Les externalités de réseaux », IEP de Toulouse, 1e année  J. Vicente, Cours de théorie économique des institutions, ch. « Asymétries d’informations et théorie de l’agence », IEP de Toulouse, 4e année TEXTES LEGISLATIFS  Commission européenne, Directive 88/301/CEE, 16 mai 1988  Assemblée Nationale, Loi n° 96-659 sur la réglementation des télécommunications, 26 juillet 1996  Arcep, Décision n° 00-0835, 28 juillet 2000  Parlement européen, Directive 2002/22/CE, 7 mars 2002  Assemblée Nationale, Loi n° 2003-1365, 31 décembre 2003  Arcep, Décision n° 2009-0610, 16 juillet 2009  Arcep, Décision n° 2009-1067, 17 décembre 2009  Arcep, Décision n° 2011-1080, 22 septembre 2011  Arcep, Décision n° 2011-1510, 22 décembre 2011 ETUDES  CSA, « Les opérateurs télécom, nouveaux acteurs du secteur audiovisuel », La lettre du CSA n° 217 – Juin 2008, 30 juin 2008  Xerfi 700, « Bouygues », Mai 2012  Xerfi 700, « Télécommunications », Juillet 2012  Xerfi 700, « France Télécom », Octobre 2012  Arthur D. Little, « L’économie des télécoms en France », Novembre 2012  Xerfi 700, « Vivendi », Juillet 2013 RAPPORTS  Iliad, Document de référence, 2012
  • 88. 82  Arcep, Rapport sur la couverture et la qualité des services mobiles en France métropolitaine, Arcep, Novembre 2012, Partie III.3, P. 123 SITES VISITES  Site internet de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes : www.arcep.fr  Site internet de l’Agence Nationale des Fréquences : www.anfr.fr  Site internet du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel : www.csa.fr  Site internet de la Fédération Française des télécoms : www.fftelecoms.org  Site internet de l’Union Internationale des télécommunications : www.itu.int/fr  Site internet de l’INSEE : www.insee.fr  Sites internet de la presse généraliste et économique : o www.lemonde.fr o www.lefigaro.fr o www.lesechos.fr o www.lexpansion.fr o www.latribune.fr  Sites internet spécialisés dans les nouvelles technologies : o www.journaldunet.com o www.01net.com o www.clubic.com  Sites internet des opérateurs de télécommunications : o www.orange.com o www.sfr.fr o www.bouyguestelecom.fr o www.free.fr  Blog des consultants en télécommunications du cabinet de conseil Solucom : telcospinner-solucom.fr  Site internet des sciences économiques et sociales : www.melchior.fr
  • 89. 83 TABLE DES MATIERES Introduction ............................................................................................................................... p.1 Première partie – La structure du secteur très rentable des télécommunications en France ........................................................................................................................................ p.7 Chapitre 1 – Du monopole à l’oligopole............................................................................. p.8 Section 1 – L’évolution du cadre réglementaire : entre libéralisation et régulation.............................................................................................................. p.8 (I) La libéralisation du secteur ............................................................ p.8 (II) La multiplication des acteurs institutionnels ................................ p.11 Section 2 – L’essor du marché depuis la fin des années 1980 ............................. p.14 (I) Des technologies sans cesse renouvelées ....................................... p.14 (II) L’évolution des services proposés ................................................ p.18 Chapitre 2 – Un secteur majeur de l’économie française.................................................... p.21 Section 1 – La composition du tissu économique, entre éclatement des acteurs et concentration des métiers ................................................................................. p.21 (I) Evolution et caractéristiques structurelles : maille économique éclatée et convergence ......................................................................... p.21 (II) Les forces en présence : des opérateurs possédant des réseaux physiques et des acteurs secondaires ................................................... p.25 Section 2 – Des segments de croissance à bout de souffle................................... p.29 (I) La voix, pilier de la croissance du secteur ..................................... p.29 (II) L’explosion de l’accès à internet .................................................. p.31
  • 90. 84 Deuxième partie – L’arrivée d’un nouvel entrant sur le marché, un bouleversement majeur pour le secteur .............................................................................................................. p.34 Chapitre 1 – La modification du paysage des télécommunications en France ................... p.35 Section 1 – L’introduction de Free sur le marché ................................................ p.35 (I) L’arrivée de Free : conditions et modalités .................................... p.35 (II) Des conséquences importantes sur l’économie ............................ p.37 Section 2 – Un secteur des télécommunications déstabilisé ................................ p.39 (I) Au niveau de l’environnement ....................................................... p.39 (II) Au niveau de la conjoncture ......................................................... p.42 Chapitre 2 – Le renouvellement des stratégies des opérateurs de télécommunications...... p.46 Section 1 – Une stratégie de croissance basée sur le nivellement des prix par le bas......................................................................................................................... p.46 (I) L’avènement du low-cost et de la chute des prix ........................... p.46 (II) Un modèle économique critiqué ................................................... p.49 Section 2 – Des stratégies de croissance basées sur l’innovation ........................ p.52 (I) Au niveau technologique ................................................................ p.52 (II) Au niveau commercial .................................................................. p.55 Conclusion .................................................................................................................................. p.57 Annexes ...................................................................................................................................... p.60
  • 91. 85 RESUME Ce mémoire de recherche s’inscrit dans un contexte de transformation d’un secteur majeur de l’économie française. Les télécommunications ont largement évolué dans les dernières décennies. D’un monopole détenu par l’Etat, nous sommes passés à une libéralisation de cette activité qui constitue aujourd’hui un oligopole doté de quatre acteurs principaux. Le développement des technologies et des services a permis aux entreprises du secteur de s’appuyer sur des segments de croissance solides pendant de nombreuses années. Cependant, le renforcement de la concurrence initié dans les années 2000 qui a vu l’arrivée d’un nouvel entrant sur le marché en 2012 a bouleversé l’économie du secteur, et oblige les opérateurs à redéfinir leurs stratégies. Le mémoire présenté ici expose le fait que l’introduction d’un nouveau concurrent arrive dans un contexte difficile, et que cette concurrence artificielle met en péril la croissance des opérateurs. Il analyse les changements actuels et fait part des nouvelles orientations stratégiques adoptées par ces entreprises. Une stratégie à deux niveaux semble être mise en place par les opérateurs de télécommunications traditionnels pour se différencier de Free : sur le plan technique tout d’abord, avec de lourds investissements effectués dans des technologies innovantes comme la 4G ou la fibre optique, puis sur le plan commercial avec un alignement des offres entrée de gamme sur celles du nouvel entrant, mais également une montée en gamme via des forfaits possédant une qualité de service supérieure. Mots-clés : Télécommunications, Stratégie, Concurrence, Réseaux, Mobile