Your SlideShare is downloading. ×
Place (enfin) aux électeurs

Normalement la campagne électorale du premier tour prend fin à 6 heures du matin le jeudi 24
...
que d’ici là, le gouvernement se réveillera et déclarera la journée fériée (désolée, mais la société
civile déplorait le c...
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Place (enfin) aux électeurs - Sahondra RABENARIVO

1,592

Published on

Un article de Sahondra Rabenarivo, daté du 16 octobre 2013

Published in: News & Politics
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
1,592
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
4
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Place (enfin) aux électeurs - Sahondra RABENARIVO"

  1. 1. Place (enfin) aux électeurs Normalement la campagne électorale du premier tour prend fin à 6 heures du matin le jeudi 24 octobre 2013, il devrait y avoir silence radio. Moi aussi, je vous laisserai tranquille suite à cette dernière missive sur les présidentielles, et on se retrouve après pour les législatives. Ne vous abstenez pas 57,21% des électeurs des six arrondissements d’Antananarivo se sont abstenus de voter aux municipales de décembre 2007, avec les résultats que l’on connaît et l’histoire qui en a découlé. L’abstention n’est pas une expression de son opposition, au contraire, elle laisse passer les candidats moins désirables. L’abstention laisse votre espace sur la liste d’émargement vide et susceptible de remplissage par quelqu’un d’autre (qui va vérifier ?). Au lieu de s’abstenir, exprimez votre vote d’opposition ou de ni-ni. Un taux de participation faible ne veut rien dire car de toute manière, la loi ne prévoit pas un minimum de participation pour rendre le scrutin légitime et la vie continuera. La vraie protestation ne peut venir que par l’expression d’un vote, pour, contre ou nini. Mieux vaut voter contre, ou ni-ni, que de ne pas voter du tout. Par ailleurs, un grand nombre d’électeurs se trouvent plutôt en centres urbains (voir liste attaché), où il y a une plus forte concentration de personnes avec accès à l’état civil, qui savent lire et écrire, et donc qui détiennent une carte nationale d’identité. Les centres urbains sont aussi plus vigilants, mieux informés, et le vote y est moins facile à manipuler. La fraude électorale, si elle a lieu, aura lieu dans les coins reculés ou en cas de grande absence (non seulement d’électeurs mais d’observateurs et de délégués). S’abstenir laisserait alors une meilleure chance aux fraudeurs d’effacer le choix de ceux qui votent. Voter voudra dire que quelqu’un de moins informé ne choisira pas à votre place ! Au cas où vous n’aurez pas reçu votre carte d’électeur avant le jour du scrutin, ne laissez pas ce prétexte vous empêcher d’aller voter. Sachez que les cartes d’électeur non distribuées sont mises à la disposition des électeurs le jour du scrutin à proximité du bureau de vote (art 61 du Code Electoral). La CENI-T semble indiquer que vous pourriez les récupérer dans un bureau annexe au bureau de vote le jour du scrutin (L’Express de Mada du 16/10/13). In extremis, si vous avez votre récépissé bleu d’inscription sur le registre de recensement et votre carte d’identité nationale, vous pouvez voter (art 63 du Code Electoral). Soyez prêts à vous salir les mains Les seuls moyens de frauder avec le bulletin unique serait, soit, de pré-cocher des bulletins et les insérer dans l’urne au nom d’électeurs absents (raison de ne pas s’abstenir), soit, de saboter votre vote en le marquant (coche, croix, gribouille) une deuxième fois, le rendant alors nul. Il serait plus difficile de simuler votre marque s’il s’agit de votre empreinte digitale. Mais veillez à utiliser votre plus petit doigt car l’empreinte ne devrait pas dépasser les lignes (art 104 du CE : est nul tout bulletin sur lequel deux ou plusieurs options sont marquées)! N’utilisez pas la main gauche si possible, car votre pouce gauche fera l’objet de marquage avec encre indélébile (art 91 du CE). Sinon, apportez votre propre stylo, qui aurait un encre différent du stylo fourni, mais (par prudence car nul ne s’est exprimé la dessus) choisissez le bleu ou le noir et pas un feutre ! Laissez vos employés voter Faute de décret déclarant le jour du scrutin férié (ce qui serait assez surprenant étant donné que la plupart des bureaux de vote sont des écoles ou collèges –où iront les enfants ?), pensez à encourager vos employés à aller voter. Je ne parle pas seulement des salariés d’entreprise, je pense à vos employés personnels : nénennes, femmes de ménage, chauffeurs, gardiens, jardiniers… ceux qui pourraient ne pas oser arriver en retard ou demander une demi-journée pour voter. Mais espérons
  2. 2. que d’ici là, le gouvernement se réveillera et déclarera la journée fériée (désolée, mais la société civile déplorait le choix de vendredi pour le scrutin, pas le fait que le jour du vote soit férié). Retournez au bureau de vote vers 17h30, après le scrutin Selon l’article 112 du Code Electoral, le procès-verbal du dépouillement du scrutin doit être affiché immédiatement à l’extérieur du bureau de vote à l’issue du dépouillement. Ne serait-ce pas intéressant de voir comment vos voisins ont voté ? Surtout au niveau d’un village ? De vérifier que le vote n’est pas à 100% pour quelqu’un alors que vous avez voté contre ? Soyez présents, prenez-en photo le PV, notez les scores, envoyez sur facebook. Savoir que les électeurs attendent dehors découragera les fraudeurs. Et aux observateurs, nous vous demandons de noter quel pourcentage des bulletins uniques sont déclarés nuls parce qu’ils y contenaient deux ou plusieurs choix. Il suffit de peu pour que le meilleur gagne, et ce peu commence avec nous, les électeurs. Sahondra Rabenarivo 16 octobre 2013

×