Parcours professionnels : vers une mise en oeuvre opérationnelle - Bruggeman (Frédéric)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Parcours professionnels : vers une mise en oeuvre opérationnelle - Bruggeman (Frédéric)

on

  • 1,983 views

Quality of work in Europe : 2010 and beyond ?

Quality of work in Europe : 2010 and beyond ?

Statistics

Views

Total Views
1,983
Views on SlideShare
1,978
Embed Views
5

Actions

Likes
0
Downloads
11
Comments
0

3 Embeds 5

http://www.anact.fr 2
http://www.slideshare.net 2
http://www.slideee.com 1

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

Parcours professionnels : vers une mise en oeuvre opérationnelle - Bruggeman (Frédéric) Parcours professionnels : vers une mise en oeuvre opérationnelle - Bruggeman (Frédéric) Presentation Transcript

  • Conférence « Quelle qualité de vie au travail en Europe pour la décennie 2010 ? » Atelier 3 : Comment sécuriser et adapter les parcours tout au long de la vie ? Parcours professionnels : vers une mise en œuvre opérationnelle ? [email_address]
    • La montée en puissance de la thématique « sécurisation des parcours » n’est pas qu’un effet de mode mais un symptôme, autant qu’une réponse, à la déstabilisation du « modèle de l’emploi »
    •  Le discours sur la SPP marque une volonté d’adopter un nouveau point de vue sur les « dispositifs » (moins segmenté, besoins de la personne vs statuts)
    • Si les parcours professionnels supposent des transitions, l’ensemble des transitions ne sont pas professionnelles bien qu’elles interagissent avec le marché du travail.
    •  Les parcours professionnels et leurs sécurisations doivent être pensés dans ce cadre plus large (approche marché transitionnels du travail)
    • Si les transitions ont besoin d’être sécurisées, c’est qu’elle comporte une part de danger sur la nature de laquelle il faut s’interroger
      • Itinéraire : point d’arrivée connus et existence de plusieurs chemins pour l’atteindre
      • Parcours : le point d’arrivée n’est que vaguement défini, voire inconnu, et le le chemin est à construire
    •  Le risque est inhérent au parcours mais il est des parcours plus risqués que d’autres
    Première approche de la question
    • Il n’existe pas un parcours, mais des parcours-types avec des spécificités mais aussi propriétés communes.
    • La "sécurisation des parcours" a pour objet de rendre facile et fluide les transitions entre les différentes situations qu'un individu peut être amené à rencontrer dans son existence : entre formation et emploi, entre deux emplois, entre chômage et emploi.
      • Appréhender la sécurité dans le domaine de l’emploi dans une perspective dynamique, consistant à fournir un cadre de « sécurité active »
      • Sécuriser des trajectoires et non plus des emplois,
    Des parcours divers des problématiques communes
    • Les parcours de professionnalisation.
    • Les parcours liés aux mobilités professionnelles subies.
    • Les parcours liés aux mobilités professionnelles choisies
    • Les parcours d'insertion.
    4 parcours types
  • Une succession de situations possibles au cours d’une vie professionnelle Mobilité choisie Professionnalisation Insertion Mobilité subie Formation initiale 1 er emploi Demandeur d'emploi indemnisé 2 ème emploi 3 ème emploi Allocataire du RMI 4 ème emploi 1 ère Insertion
    • Des dispositifs collectivement définis et gérés, adaptables aux individus et aux particularités des situations locales
    • Une cohérence des mesures et des dispositifs qui s’accommode très mal des « tuyaux d’orgues » et suppose un fonctionnement en « mode projet »
    • Un accompagnement des personnes (« employabilité »)
    • Un accompagnement des institutions (« employeurabilité »)
      • Pour permettre une « combinatoire » personnalisée et contractualisée de manière souple, mobilisant les dispositifs déjà existants, (parfois les inventant  fonction d’innovation)
    Sécuriser les parcours requiert
    • la notion de professionnalisation suppose de ne plus considérer la compétence comme une "matière finie", mais inscrite dans un parcours permanent d'évolution.
    •  les individus doivent devenir "acteurs" du développement de leurs compétences.
    • Cela suppose de :
      • proposer des trajectoires individualisées d'évolution professionnelle,
      • mobiliser des ressources formatives de type nouveau :
        • plan de formation comme une succession d'actions de formation.
        • VS
        • L’utilisation articulée du conseil en orientation, de la VAE, du plan de formation, de la formation en situation de travail, du tutorat, du management qualifiant….
      • donner des garanties : trouver des contreparties équilibrées des "nouveaux risques" liés aux mutations des situations de travail.
    Les parcours de professionnalisation (1/2)
    • Pour que la mise en œuvre soit effective et efficace :
      • Le cadre juridique doit être adapté.
        • ANI de décembre 2003 « relatif à l’accès des salariés à la formation tout au long de la vie professionnelle »
        • La circulaire DGEFP du 14 novembre 2006 texte prévoit ainsi que les parcours doivent faire l’objet d’une programmation globale
        • Mission du (Fongecif) explicitement redéfinit en 2006 par les partenaires sociaux : « proposer à tout salarié qui souhaite élaborer un projet professionnel individuel les mesures d’accompagnement de leur « parcours professionnels »
      • Les dispositifs doivent être coordonnés et affranchis des contraintes de statut (fonctionnaires CDI, CDD, Intérim,…)
      • Les conseils dont les individus ont besoin doivent leur être apportés
      • Un accompagnement des structures, particulièrement de celles, publiques associatives ou privées, qui n’ont pas la taille requise pour disposer des moyens financiers et humains que requiert cette mise en œuvre
    Les parcours de professionnalisation (2/2)
    • la notion de transition professionnelle subie traduit un fait - l’emploi occupé est transitoire – et suppose non seulement que des parcours de professionnalisation soient mis en place avant mais que les individus soient particulièrement aidés au moment de la rupture.
    • les individus doivent devenir "acteurs" d’une transition qu’ils n’ont pas décidée
    • Cela suppose de :
      • proposer des trajectoires individualisées d'évolution professionnelle,
      • De mobiliser du conseil individualisé capable d’agencer en situation les services offert (bilan professionnel, de compétences, projet professionnel, ARE, formation, …)
      • De donner des droits (statuts, revenu, protection sociale, offre de service) durant le temps de la transition
    Les parcours liés aux transition professionnelles subies (1/2)
    • Pour que la mise en œuvre soit effective et efficace :
      • Le cadre juridique doit être adapté.
        • PSE, congé de mobilité, rupture conventionnelle, CRP, CTP
        • Loi de 2005 – renouveau de la GPEC
      • Les dispositifs doivent être coordonnés et affranchis des contraintes de statut (CDI, CDD, Intérim, mai aussi contexte initial du parcours : GE, Pme, nature de la rupture, …)
      • Les conseils dont les individus ont besoin doivent leur être apportés
      • Un accompagnement des structures, particulièrement de celles, publiques associatives ou privées, qui n’ont pas la taille requise pour disposer des moyens financiers et humains que requiert cette mise en œuvre
    Les parcours liés aux transition professionnelles subies (2/2)
  • Les parcours liés aux transition professionnelles subies Total Ruptures CDI Motif économique Motif personnel 1989 2004 Données françaises Ruptures couvertes par un PSE ( courbe fictive)
    • Accompagner les personnes
      • Créer une profession?
      • Elargir le champ d’action des Partenaires sociaux?
    • Accompagner les structures
      • Intégrer des plate forme de transition professionnelle aux structures productives?
    • Donner aux accords une place de premier rang
      • Une condition sine qua non?
    • Transversalement : donner aux territoires leurs rôle d’intégrateurs de système
    Quatre conditions pour avancer