la revolución rusa, francés

  • 302 views
Uploaded on

 

More in: Education
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
302
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
2
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. La révolution russe La fin d’une dynastie.
  • 2. Comment expliquer la révolution en Russie en 1917?
    • Au niveau économique :
    • 170 millions d’habitants, dont 80% de ruraux.
    • Etat pauvre, début d’une industrialisation.
  • 3. Comment expliquer la révolution en Russie en 1917?
    • Au niveau économique :
    • 170 millions d’habitants, dont 80% de ruraux.
    • Etat pauvre, début d’une industrialisation.
    • Au niveau social :
    • La société est dominée par une aristocratie foncière.
    • Grande misère des paysans et des ouvriers.
  • 4. Comment expliquer la révolution en Russie en 1917?
    • Au niveau économique :
    • 170 millions d’habitants, dont 80% de ruraux.
    • Etat pauvre, début d’une industrialisation.
    • Au niveau social :
    • La société est dominée par une aristocratie foncière.
    • Grande misère des paysans et des ouvriers.
    • Au niveau politique :
    • Le tzar Nicolas II détient le pouvoir absolu.
    • Une révolution a déjà eu lieu en 1905, réprimée dans le sang.
  • 5. Comment expliquer la révolution en Russie en 1917?
    • Au niveau économique :
    • 170 millions d’habitants, dont 80% de ruraux.
    • Etat pauvre, début d’une industrialisation.
    • Au niveau social :
    • La société est dominée par une aristocratie foncière.
    • Grande misère des paysans et des ouvriers.
    • Au niveau politique :
    • Le tzar Nicolas II détient le pouvoir absolu.
    • Une révolution a déjà eu lieu en 1905, réprimée dans le sang.
    La guerre désorganise Aggrave le dénuement Manque de ravitaillement, donc hausse des prix et pénurie Manque d’armes défaites Affaiblissement du régime politique désertions Février 1917, révolution à Petrograd Mutineries, les soldats passent du côté du peuple. Révolution, abdication du Tzar, installation d’un gouvernement provisoire Situation de la Russie avant 1917 évolution de la Russie avant 1917 Révolution de février 1917
  • 6. Le tsar est éliminé.
      • 2 mars le Tsar abdique, les députés de la Douma forment un gouvernement provisoire.
      • A Petrograd, lieu du commencement du mouvement : un conseil (soviet) se forme.
      • Trotski préside ce soviet.
      • Cette «Révolution de février» marqua la fin de l’Empire russe : un gouvernement provisoire, mis en place quelques jours auparavant par la Douma, contraignit Nicolas II à abdiquer le 15 mars 1917 (Nicolas II proposa la couronne à son frère Michel qui refusa). Moins d’une semaine plus tard, la famille impériale était arrêtée.
  • 7. Le tsar est éliminé. Le 17 juillet 1918, le tsar Nicolas II et tous les membres de sa famille, retenus prisonniers par les bolcheviks, sont assassinés sans jugement à Ekaterineburg, à l’est de l’Oural. Le tsar aura régné sur la Russie de 1894 à 1917. Après avoir abdiqué en mars 1917, il s’était vu refuser le droit d’asile par les Britanniques. Relégué en Sibérie, il sera fait prisonnier par les bolcheviks. Il fut d’abord détenu au palais Tsarkoïe Selo, puis près de Tobolsk. La progression, en juillet 1918, des forces contre-révolutionnaires fit craindre aux Soviets que Nicolas ne soit libéré ; lors d’une réunion secrète, une sentence de mort fut prononcée pour le tsar et sa famille. Ils furent tués avec leurs serviteurs dans une cellule à Iekaterinbourg, dans la nuit du 16 juillet. jeudi 17 juillet 2003 © Russie.net Tous droits de reproduction et de diffusion réservés.
  • 8. La Douma et le gouvernement provisoire. "Citoyens de l'État russe...., Un grand événement a eu lieu. Par la puissante impulsion du peuple russe, l'ancien régime a été renversé. Une Russie libre et nouvelle est née . Ce grand renversement couronne de nombreuses années de combat.(...) Ni les efforts héroïques de l'armée, écrasée sous le poids du chaos intérieur, ni les appels des représentants du peuple qui se sont unis face au péril qui menaçait la nation n'ont pu mener l'ex-empereur ni son gouvernement sur la voie d'un accord avec le peuple. Et lorsque la Russie, à cause de l'action illégale et fatale de ses gouvernants, s'est trouvée confrontée avec les désastres les plus graves, la nation a été obligée de prendre le pouvoir entre ses propres mains . Dans son unanimité, l'enthousiasme révolutionnaire du peuple, pleinement conscient de la gravité du moment et la détermination de la douma d'État ont créé, ensemble, le gouvernement provisoire. Celui-ci juge sacrés son devoir et sa responsabilité de satisfaire les espérances populaires de conduire le pays, sur la route étincelante d'un régime libre et civique . Le gouvernement croit que l'esprit de profond patriotisme manifesté durant la lutte contre l'ancien régime inspirera nos vaillants soldats sur les champs de bataille. Pour sa part, il fera tout pour pourvoir l'armée du nécessaire pour mener la guerre jusqu'à sa fin victorieuse. Le gouvernement considérera comme sacrées les alliances qui nous lient aux autres puissances et respectera à la lettre les accords conclus avec nos Alliés. » cité FERRO, Marc, " La révolution russe de 1917 ", Flammarion, 1967, pp.123-124. Portrait pris en 1918 du prince Gheorghi Ievghenievitch Lvov, président à deux reprises du gouvernement provisoire russe en 1917.
  • 9. Les thèses d’avril de Lénine. "1) Notre attitude envers la guerre, qui du côté russe est incontestablement restée une guerre impérialiste de brigandage, n'admet aucune concession, si minime soit-elle de défensisme révolutionnaire. Organisation de la propagande la plus vaste de ces vues dans l'armée active. Fraternisation.  2) Ce qu'il y a de particulier dans l'actualité russe, c'est la transition de la première étape de la révolution, qui a donné le pouvoir à la bourgeoisie à la deuxième étape, qui doit remettre le pouvoir entre les mains du prolétariat et des couches pauvres de la paysannerie (...).  3) Aucun soutien au gouvernement provisoire.   4) Reconnaître que notre Parti est en minorité, et pour le moment en faible minorité, dans la plupart des Soviets de députés ouvriers (...). Expliquer aux masses que les Soviets de députés ouvriers sont la seule forme possible d'un gouvernement révolutionnaire.  5) Non pas une République parlementaire - le retour à celle-ci après les Soviets de députés ouvriers serait un pas en arrière -, mais la République des Soviets des députés ouvriers, salariés agricoles et paysans, dans le pays entier, de bas en haut.   6) Nationalisation de toutes les terres dans le pays : les terres sont mises à la disposition des soviets locaux.   7) Fusion immédiate de toutes les banques du pays en une seule banque nationale placée sous le contrôle du Soviet de députés ouvriers.  8) Non pas l'instauration du socialisme comme notre tâche immédiate, mais simplement le passage immédiat au contrôle de la production sociale et de la répartition des produits par le Soviet des députés ouvriers. Il faut stopper la guerre décidée par la bourgeoisie. La révolution n’est pas finie : 1ère phase (révol. De février) Tzar => Douma (bourgeoisie) 2ème phase Douma => Soviets (conseils d’ouvriers° Propagande Les Soviets doivent gouvernés.
    • Nationalisation :
    • des terres
    • Des banques
    • Des industries (moyens de production)
  • 10. Programme du parti socialiste révolutionnaire en 1917 "- Reconnaissance imprescriptible des droits de l'homme et du citoyen : pleine liberté de conscience, de parole, liberté de la presse, de réunion et d'union ; liberté de se déplacer, de choisir sa profession, du refus collectif de travailler (droit de grève) ; inviolabilité de la personne et du domicile; droit électoral complet pour tous les citoyens âgés de vingt ans, sans distinction de sexe, de religion, de nationalité, sur la base d'un suffrage direct, au scrutin secret.   - Établissement sur ces bases d'une république démocratique avec large autonomie des régions et des communautés tant urbaines que rurales; possibilité d'une large application des rapports fédératifs entre les différentes nationalités; reconnaissance de leur droit imprescriptible à l'autodétermination ; représentation proportionnelle ; législation populaire directe (par le référendum et l'initiative).   - Éligibilité et révocabilité, et responsabilité de tous les fonctionnaires, y compris les députés et les juges.   - Gratuité des tribunaux.   - Instruction laïque et obligatoire pour tous.   - Les régions à population mêlée, droit pour chaque nationalité à une part proportionnelle à la population, à des fins culturelles et droit pour chacune à administrer sa part.   - Séparation absolue de l'Église et de l'État, la religion étant reconnue affaire privée.   - Suppression de l'armée permanente et sa transformation en une milice populaire.«  FERRO, Marc, " La révolution russe de 1917 ", Flammarion, 1967, p.96.
  • 11. Révolution d’octobre 1917 Désireux d’accélérer le processus révolutionnaire, peu confiant en l’évolution du nouveau gouvernement, Lénine, rentré en Russie, fit pression sur le Comité central du Parti bolchevique dès la fin du mois de septembre pour que celui-ci organise une insurrection armée et prenne le pouvoir. Après avoir résisté, le Comité approuva la politique de Lénine le 10 octobre. L’organisation militaire du parti avait planifié l’insurrection de manière qu’elle coïncidât avec l’ouverture du II e  Congrès des soviets, qui serait ainsi mis devant le fait accompli. Organisée et coordonnée par le Comité militaire révolutionnaire, sous la direction de Trotski, l’insurrection éclata dans la nuit du 24 au 25 octobre. Des ouvriers armés, des soldats et des marins prirent d’assaut le palais d’Hiver, siège du Gouvernement provisoire. Bien que la prise de pouvoir eût impliqué des milliers d’hommes et de femmes, de nouveau en proie aux difficultés d’approvisionnement et à la hausse des prix, le sang coula très peu. Dans l’après-midi du 25 octobre, Trotski annonça la dissolution du Gouvernement provisoire. Plusieurs ministres furent arrêtés en fin de journée ; Kerenski s’échappa et partit en exil. Le 25 octobre, le II e  Congrès des soviets, dans lequel les bolcheviks étaient majoritaires (343 sur 675 délégués), approuva l’insurrection et décida d’assumer le pouvoir. Lénine fit sa première apparition le 26 octobre ; il fut accueilli par une immense ovation, et sa première déclaration donna le ton des futures délibérations du Congrès : « Nous allons maintenant procéder à la construction de l’ordre socialiste. » Chef du Parti bolchevique, Lénine s'adresse aux troupes de l'Armée rouge, rassemblées le 25 mai 1919 sur la place Rouge de Moscou.
  • 12. Les grands décrets appliqués
  • 13. La paix "Le gouvernement ouvrier et paysan issu de la révolution du 24-25 octobre et s'appuyant sur les Soviets des députés ouvriers, soldats et paysans, invite tous les peuples belligérants et leurs gouvernements à entamer immédiatement des pourparlers en vue d'une paix démocratique équitable. Le gouvernement considère comme une paix équitable ou démocratique, comme le désire l'écrasante majorité des classes ouvrières et travailleuses épuisées, tourmentées et martyrisées par la guerre dans tous les pays belligérants, la paix que les ouvriers et les paysans russes ont réclamée de la façon la plus catégorique et la plus opiniâtre après le renversement de la monarchie tsariste, une paix immédiate sans annexion (...) et sans contribution. Le gouvernement abolit la diplomatie secrète en exprimant pour sa part sa ferme intention de mener tous les pourparlers tout à fait ouvertement, devant tout le peuple et en procédant immédiatement à la publication intégrale des traités secrets ratifiés ou conclus par le gouvernement des propriétaires fonciers et des capitalistes depuis février jusqu'au 25 octobre 1917. 8 nov. 1917."
  • 14. La terre "La grande propriété foncière est abolie immédiatement, sans aucune indemnité. Les domaines des propriétaires, fonciers, de même que toutes les terres des apanages, des couvents, de l'Église, avec tout leur cheptel mort et vif, leurs bâtiment et leurs dépendances, passent à la disposition des comités agraires de cantons et des Soviets des députés paysans de district, jusqu'à que la question soit réglée par l'Assemblée constituante. Toute dégradation des biens confisqués, qui appartiennent dorénavant au peuple tout entier, est proclamée crime grave, punissable par le tribunal révolutionnaire. Les terres des simples paysans ne sont pas confisquées. 26 oct. /8 nov. 1917 " … et le pain.
  • 15. Enfin, dès le 13 novembre, les bolcheviks demandèrent l’armistice qui aboutit, le 7 décembre, à l’ouverture de négociations de paix à Brest-Litovsk. Sous le contrôle des bolcheviks, et après une offensive allemande foudroyante en février 1918, le nouveau gouvernement mit fin à la participation de la Russie à la Première Guerre mondiale en signant le traité de Brest-Litovsk le 3 mars 1918 . Selon les termes du traité, les bolcheviks abandonnaient les Pays baltes, la Finlande, la Pologne , une partie de la Biélorussie , reconnaissaient l’indépendance de l’Ukraine , restituaient Batoumi , Ardahan et Kars à la Turquie et devaient verser des indemnités de guerre. Il s’agissait pour Lénine de «perdre de l’espace pour gagner du temps».