• Share
  • Email
  • Embed
  • Like
  • Save
  • Private Content
Rdp 19 coupure
 

Rdp 19 coupure

on

  • 1,648 views

 

Statistics

Views

Total Views
1,648
Views on SlideShare
1,648
Embed Views
0

Actions

Likes
0
Downloads
1
Comments
0

0 Embeds 0

No embeds

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Adobe PDF

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

    Rdp 19 coupure Rdp 19 coupure Document Transcript

    • La SucrièreLe MuSée d’art conteMporainLa Fondation BuLLukianL’uSine t.a.S.e.Commissaire invitée / victoria noorthoornDireCteur artistique / thierry raspailrégisseur artistique général / thierry prat
    • 11e biennale de lyon / contactS preSSe SoMMaire / 11e biennale de lyon sommaire 11e biennale de lyon une terrible beauté est née 8/ Avant-scène par thierry raspail, directeur artistique de la Biennale de lyon 12/ Une terrible beauté est née ContaCts par victoria noorthoorn, commissaire invitée presse 16/ L’exposition internationale Les artistes invités presse France, presse amériques, presse europe du presse locale Les lieux europe du sud, aFrique royaume uni, asie nord, allemagne, et régionale europe de l’est 32/ Veduta heymann renoult associées calum sutton pr laura lamboglia par abdelkader Damani, directeur de projet agnès renoult, annabelle Kristina mclean goldmann public relations 3 rue du Président edouard 36/ Résonance Floriant, laurence gillion ana vukadin Daniela goldmann, Judith eckstein Herriot, 69 001 lyon 29 rue Jean-Jacques south Wing, third Floor, somerset Zimmerstr.11, 10 969 Berlin T +33 (0)4 27 46 65 60 40/ Journées professionnelles rousseau, 75 001 Paris House, strand, london, WC2r 1la T +49 (0)3 02 59 35 70 P +33 (0)6 83 27 84 46 42/ La Biennale et ses visiteurs T +33 (0)1 44 61 76 76 T +44 (0)2 07 18 33 57 F +49 (0)3 02 59 35 72 9 llamboglia@labiennaledelyon.com F +33 (0)1 44 61 74 40 T +44 (0)7 79 56 10 939 44/ La campagne de communication daniela.goldmann@goldmannpr.de a.renoult@heymann-renoult.com F +44 (0)2 07 18 33 57 jeckstein@goldmannpr.de a.floriant@heymann-renoult.com kristina@suttonpr.com l.gillion@heymann-renoult.com ana@suttonpr.com repères 48/ Portrait 49/ Historique informations générales PHoToTHèqUe PResse Connectez-vous sur www.labiennaledelyon.com, 54/ Infos pratiques rubrique presse, et demandez votre accréditation 56/ Les partenaires pour accéder à la photothèque. 58/ L’association La Biennale de Lyon 59/ L’équipe 2011 Identité visuelle : Erick Beltrán Conception graphique et maquette : Claire Rolland Conception du site internet : Inook / Développement : Novius4/ /5
    • 11e biennale de lyon / avant-Scène avant-Scène / 11e biennale de lyon avant- Multiples étendues sCène À la manière de l’histoire générale, puisqu’on évoque plus haut le monde, l’expo trace un chemin à travers des étendues multiples, dont les faits rapportés ici, les œuvres, émanent d’une quantité inépuisable de causes. La plasticité des faits d’histoire comme celle des œuvres quelles qu’elles soient, et qu’elles s’espacent dans le temps ou non, délimite un cadre, une configuration et des périphéries, qu’il est vain d’énoncer a priori. L’histoire comme l’œuvre se situe à des par thierry raspail niveaux différents de généralité : grilles temporelles incompatibles, géographies disper- directeur artiStique de La BiennaLe de Lyon sées, séquences antinomiques, périodisations multiples, traditions distinctes, morpholo- gies rompues, « objet de pensée remarquable » (Gadamer) ou décors, « objet premier » (Kubler) ou série ou surrection, ou perspectives inédites… L’œuvre comme l’événement ne se laisse pas décomposer en éléments reproductibles, et il est peu probable que l’on dresse de tout cela une synthèse (la tenter serait prendre le risque d’enfouir les dispari- tés, d’écraser les plis, de combler les failles, bref de glisser sur le réel). Au mieux peut-on espérer raconter une histoire (story). débuter Mais à cette histoire, il faut bien un début, car avant d’être un qui (playlist), l’expo est un comment. « Qu’est-ce qu’un début ? », s’interrogeait Louis Althusser avant d’étrangler son épouse et d’écrire un livre formidable. C’est un point, un arrêt, presque déjà une « coupure épistémologique », si toutefois l’expression a encore un sens aujourd’hui. En Face à vous, un paysage. C’est l’expo. 1/ Depuis sa création en 2011 (2010 plutôt), avec Victoria Noorthoorn, modestement, notre début commence Elle est achevée mais toutes les histoires minuscules qui la composent sont encore là, 1991, un terme commun relie trois Biennales : 1991-1995 : par un mot que j’ai avancé en 2009 déjà car il vaut pour trois biennales successives, mêlées. histoire ; 1997-2001 : global ; cycle ternaire qui caractérise la Biennale de Lyon1. L’ombre portée de leurs présences voile à peine la retombée des choses, du monde. 2003-2007 : temporalité Ce terme est transmission, à la fois monument, tartarin et caricature. C’est avec ce terme Vous l’avez parcourue, à quoi avons-nous affaire ? 2/ Imre Kertész, Journal de galère, Actes Sud, Paris, 2010, que j’ai invité Victoria Noorthoorn. Il s’inscrit dans l’âge du monde qu’on nomme pour Y a-t-il seulement un sens à tout cela ? Ou pas ? 1re édition Budapest, 1992, aller vite assez généralement globalisation, et il interroge bien sûr la part de convergence Parcourir une exposition laisse toujours un sentiment vague de choses répandues au p.133. qu’il nous revient de concevoir et de produire pour voir (« Vois ce que tu décris. Le style, hasard. Héraclite en parlait déjà pour le monde, à moins que vous n’ayez pris soin, à la 3/ La route, roman monstre c’est voir », Imre Kertész2), voir donc ce qui, dans nos multiples différences, nos incom- manière de Léonard, de donner aux taches répandues sur le mur le statut de forme. de Cormac McCarthy, Prix Pulitzer 2007, l’Olivier, Paris, mensurables divergences, nous rassemble peut-être. De quelles formes est faite une expo ? D’œuvres. En ce sens, elle est elle-même 2008. Comme l’histoire générale, mais pour un temps seulement, l’expo doit pouvoir tracer une forme complexe, de facteur deux au moins. Mais elle doit cependant se donner 4/ Clément Rosset, Le réel. sans trahir les propriétés combinatoires d’une morphologie définitivement conjonctu- simplement (donner comme on le dit d’un opéra ou d’une qualité, bien qu’offrir soit Traité de l’idiotie, Minuit, Paris, probablement plus juste). 1977, p.39. relle, sans passé ni avenir, au présent. Et contenir en prélude (ce qui interdit au « sa- voir constitué », comme à la « certitude des choses », à la « pensée ready-made », à la « structure » et au « fondement » d’imposer un type, fût-il idéal (Weber), un modèle, un telos), et contenir donc, ce qu’à défaut de mots nous empruntons à Carlo Ginzburg, « des éléments impondérables : le flair, le coup d’œil, l’intuition ». Broder thierry raspail Un mot, c’est déjà la possibilité d’un monde et d’une trame qu’on va tisser sur « La route »3. Mais broder convient mieux, car il ne présuppose rien de la fin inéluctable que Directeur du Musée d’art contemporain de Lyon depuis sa création, de Lyon et en occupe depuis le poste de Directeur artistique. Il la pièce (de tissu, de théâtre) incarne. Thierry Raspail initie dès son arrivée à Lyon en 1984 un projet travaille entre autres avec Harald Szeemann, Jean-Hubert Martin, Broder contient l’art des incises et digressions et la faconde, autant de petits riens qui, muséographique unique en France, reposant sur le principe d’une Le Consortium, Jérôme Sans et Nicolas Bourriaud, Stéphanie déposés sur le réel, font qu’il devient un peu plus que ce qu’il n’est. C’est une production collection d’expositions qui sont autant de moments composés Moisdon et Hans Ulrich Obrist, et Hou Hanru. Il est le commissaire d’image et une projection d’imaginaire. C’est ce qui précisément distingue l’expo du réel « d’œuvres génériques ». Pour la plupart monumentales, ces de nombreuses expositions et monographies marquantes : et de l’histoire. Selon Clément Rosset, « toute réalité est nécessairement quelconque, à œuvres constituent le socle du musée et sont signées Joseph La Couleur Seule – l’expérience du monochrome (avec Maurice la fois déterminée et fortuite, donc insignifiante. […] Lorsqu’on attribue une signification Kosuth, John Baldessari, Robert Morris, Daniel Buren, Robert Besset), Ed Ruscha, Dan Flavin, James Turrell, Robert Morris, au réel, on lui prête une valeur imaginaire, valeur ajoutée à la perception de la réalité. Filliou, Ilya Kabakov, George Brecht, Terry Riley, La Monte Young… Sarkis, Andy Warhol, Kader Attia, Fabien Verschaere, Keith Haring, […] Il n’y a pas de secret de l’Histoire, pas de mystère du devenir. Le devenir est sans En 1991, Thierry Raspail crée la Biennale d’art contemporain Jean-Luc Mylayne, Alan Vega, Ben ou Pascale-Marthine Tayou. mystère car il advient […] de toute façon d’une certaine façon, c’est-à-dire n’importe comment »4.8/ /9
    • 11e biennale de lyon / avant-Scène avant-Scène / 11e biennale de lyon Mais de quoi parlons-nous ? Le monde suppose d’avance que nous ayons avec nous des signifiants, survit sous le régime de la poésie. Jean-Christophe Ammann le dit ainsi : l’histoire, son écriture, un certain récit donc, le présent et tout ce qui s’y fourre et s’agite, « Depuis la fin des avant-gardes historiques, il n’y a plus de nouveauté. Ce qui reste, la mémoire et l’oubli, le monde (du latin mundus : ordre, bel arrangement). Et aussi le c’est la poésie, cette constante anthropologique qui depuis toujours unit les hommes »16. chaos. Après cela, toute prétention à ériger un paysage sur ce monde est pure inno- enargeia cence. Un autre l’a dit autrement : « Le monde apparent est le seul. Le monde vrai est un mensonge qu’on y ajoute »5. La poésie comme l’œuvre se prêtent aux jeux du récit (au sens que Wittgenstein donne aux jeux du langage). La pensée historique a trouvé depuis Hayden White une com- intrigue mune affinité avec l’esthétique en empruntant les chemins fascinants de la fiction. Nous Une exposition s’écrit comme s’écrit l’histoire. Avec des mots lourds, avant que leur courons, nous, dans l’expo, sur le chemin miné de la vérité possible. Pas la fiction, juste dispersion sous forme de taches sur un plan, puis d’œuvres dans l’espace, ne prenne l’écart entre réalité et possibilité. L’acteur en est l’artiste dont l’œuvre est une vaste com- l’allure d’un lieu. plicité d’évasion. L’histoire, c’est l’écriture d’une intrigue : « Le tissu de l’histoire est ce que nous appelle- Si l’histoire a vocation de rendre compte de la nouveauté de chaque événement (Han- rons une intrigue, un mélange […] très peu scientifique de causes matérielles, de fins et nah Arendt), l’expo a vocation de rendre présente chaque œuvre nouvelle. La présence, de hasards. […] Tout dépend de l’intrigue choisie. Ou bien Néron est notre héros […] ou c’est ce qui s’installe. On parlera d’elle comme faisant partie de « l’univers physique bien les gardes sont nos héros et nous écrivons une autre tragédie »6. des choses », comme d’une « présentification », voire d’« épiphanie » (l’« aura » de Benja- Tragédie ! Fil conducteur et « synthèse » de l’hétérogène, elle est « le temps qu’il faut min17). Le rituel, les masques, le carnaval, la folie devraient en faire partie. (L’humour n’est parcourir pour traverser l’espace du texte »7. En l’occurrence, l’expo n’est pas un texte pas une présence mais une attitude). mais un condensé de présences, à voir dans tous les sens (mais la plupart du temps Pour « orner le vrai de quelque ajout », et ce dès l’époque hellénistique, le terme enargeia debout), et un récit, à l’indicatif et au conditionnel. apparaît, dont « la réalité était l’effet » (et dont l’équivalent romain est quelque chose comme l’evidentia – en anglais, document = evidence). On dira que l’évidence, disons régime l’« énergie », de l’œuvre se tient dans sa présence dont il faut faire chaque fois l’expé- 5/ Friedrich Nietzsche, Le Selon Marcel Conche, « ce qui est réel est ce qui est présent, ce qui est présent est 8/ Marcel Conche, L’aléatoire, 16/ Jean-Christophe Ammann, rience. Celle-ci échappe (enfin) à l’appareil discursif (sans elle tout commentaire est crépuscule des idoles, Œuvres, ce qui se passe ou a lieu »8. Mais nous vivons sous le régime du présent perpétuel qui Ed. de Mégare, 1989, p.93-96. En y regardant mieux, Les tome VIII, p.76. presses du réel, Dijon, 2010, vain). récuse tout avenir au futur9. C’est là, probablement (Jimmie Durham : « Probablement, 9/François Hartog, empruntant 6/ Paul Veyne, Comment on à Marshall Sahlins la notion p.81. c’est ce qui maintient les gens en activité ») le seuil et le chœur de cette terrible beauté. Livre écrit l’histoire, Point/Seuil, de régime d’historicité, définit 17/ Hans Ulrich Gumbrecht, Paris, 1971, p.51-53. Selon Carlo Ginzburg : « Aujourd’hui, les mots comme vérité ou réalité sont devenus notre présent comme un Eloge de la présence, Maren À peu près partout, l’occident a fini par exporter son art, qui a été plus ou moins bien 7/ Paul Ricoeur, Temps et présentisme : François Sell, Paris, 2010, p.149, 169, reçu, plus ou moins contesté, comme ses langues. imprononçables pour certains, à moins qu’ils ne soient renfermés entre guillemets écrits Hartog, Régime d’historicité, 176. récit, Point/Seuil, T3, p.435, T1, p.202. ou mimés »10. Si je dispose du schème cézannien, la Sainte-Victoire est bien plus qu’une présentisme et expérience 18/ Walter Benjamin, Essais L’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Europe Centrale – parmi d’autres – ont longtemps été colline : « la grande falaise calcaire s’est transformée en idée »11. Est-ce là rajouter un du temps, Seuil, Paris, 2008. sur Bertolt Brecht, Maspero, sous le boisseau de récits et de pensées importés. Certains, les poètes notamment, Marshall Sahlins, Des îles dans Paris, 1969, p.149, cité par mensonge ? l’histoire, Gallimard, Seuil, en ont fait une arme de guerre, qui, décrivant d’abord leur monde, ont fini par décrire le Carlo Ginzburg, Le fil et les Paris, 1989. traces, Verdier, Paris, 2010 nôtre. C’est le même ou à peu près (nous optons ici pour la concordance, non pour la L’art, le monde 10/ Carlo Ginzburg, Le Fil (1e édition, 2006), p.23. discordance). Partout, une terrible beauté est née. À l’ère « du hasard, des temporalités alternées, de la flexibilité, de l’incertitude, du et les Traces, Verdier, Paris, 2010, p.23. C’est pourquoi, nous terminerons par une phrase de début, tirée du magnifique livre jeu, de l’interaction »12, un faisceau de chemins de traverse et de présupposés ba- 11/ Alain Roger, Nus et d’histoire de Carlo Ginzburg, Le fil et les traces, déjà cité : « comme l’a dit une fois Ber- lise ce terrain. Devant, juste devant : le « jaillissement d’imprévisible nouveauté ». paysages, Aubier, Paris, 1978, tolt Brecht à son ami Walter Benjamin, nous ne devons pas partir des bonnes choses L’expression est de Bergson (citée par Lapoujade13), et elle désigne un certain p.118, citation de J. Onimus, passées mais des méchantes choses nouvelles »18. état du présent, mais vague. Le présent (ce avec quoi on fait l’expo), l’écriture de Image et profondeur, Revue l’histoire (résurgence et intrigue), l’événement (event : l’œuvre, « le grand art est toujours d’esthétique, 1963, p.306. comme la traversée d’une maladie »14 ou encore : « l’événement est ce qu’il devient », 12/ Hans Ulrich Obrist, dontstopdontstopdontstop- Michel de Certeau15). Tous trois sont dans le titre que les œuvres écrivent : cette terrible dontstop, presses du réel, JP beauté déjà née, déjà écrite par Yeats (Pâques, 1916). Ringier, Dijon, Zurich, 2007, p.115. L’oxymore a pour vertu d’éclairer la problématique et de traduire ce qu’induit la virgule. 13/ David Lapoujade, Puis- poésie sances du temps, Minuit, Paris 2010, p.56. Notre histoire sera celle de l’histoire courte, plus ou moins partagée, de la petite mo- 14/ Imre Kertész, op. cit. dernité prématurément annoncée défunte, mais qui frémit depuis les années zéro et dix p.197. du XXe siècle. Mémoire courte de notre culture occidentale plus ou moins contestée, 15/ Michel de Certeau, La elle ne cesse de perdurer sous différentes formes, globalisées, sans isme, ni manifeste prise de parole, Point/Seuil, Paris, 1994, p.51. depuis 1975. Sa morphologie actuelle que Roger M. Bürgel a nommé migration des formes (Documenta 12), et que d’autres, avant et ailleurs, ont qualifié d’infinie circulation10/ /11
    • 11e biennale de lyon / une terriBLe Beauté eSt née une terriBLe Beauté eSt née / 11e biennale de lyon une terrible beauté Pour la 11e édition de la Biennale de Lyon, historiquement une biennale d’auteur, jai est née choisi de faire ce que font les artistes – d’avancer à l’aveugle, dans le noir, sans savoir si celui-ci s’éclaircira ou non au cours de ma progression, pas à pas et d’œuvre en œuvre, de me laisser influencer par mes obsessions, mes intuitions et mes frayeurs, et d’être guidée par les indices et les provocations que les artistes conviés ont semé sur ma route – sur notre route. J’ai voyagé et fait en sorte que cette exposition parle tout à la fois de l’incertitude du présent et de son proche avenir, qu’elle parle de la condition de l’artiste et de l’absolue nécessité de l’art, tout en restant ouverte au doute, à la contradiction et à par viCtoria noorthoorn la perplexité, au changement et au mouvement. Cette exposition est née des convictions coMMiSSaire invitée et interrogations suivantes : 1 Limagination est le support de la connaissance. Nous par- tageons avec Oscar Wilde chacune de ses célèbres épi- grammes : la fonction de lartiste est dinventer et non den- registrer ; le plaisir suprême de la littérature est de réaliser l’inexistant ; et je plaide pour le mensonge dans l’art. Cela signifie que l’art doit prendre ses distances à l’égard du réel pour exister en tant que tel – en tant que construction artifi- cielle – et pour répondre en retour, et avec éloquence, à la viCtoria noorthoorn complexité du réel. 2 L’imagination permet au rationnel et à l’irrationnel de coha- Victoria Noorthoorn est commissaire (2006) en Espagne ; elle a participé à la artistique de la 7e Bienal do Mercosul, avec biter avec la plus grande productivité. L’artifice de l’art se indépendante et vit à Buenos Aires. présentation de l’artiste argentin León Camilo Yáñez. crée en réunissant ou en opposant des méthodologies très Elle a été Coordinatrice de projet du Ferrari lors de la 52e Biennale de Venise ; Ensemble, ils ont invité 8 artistes diverses, qu’elles soient rationnelles (ainsi, le retour aux Programme International du MoMA New- et a entre autre été commissaire de d’Amérique latine à être co-commissaires notions modernes de sciences et d’encyclopédie) ou irra- York (1998-2000) ; Assistant Curator l’exposition Beginning With A Bang! From des 7 expositions et 3 programmes qui tionnelles (ainsi, l’appel au mysticisme, à la fantasmagorie, à pour les expositions contemporaines du Confrontation to Intimacy. An Exhibition exploraient ce qui se passe lorsque les l’hallucination, au délire, au jeu et au hasard, jusqu’à l’aban- Drawing Center, New-York (1999-2001) ; of Argentine Contemporary Artists 1960 / pratiques artistiques s’immiscent dans le don). et Conservateur du Malba-Fundación 2007 à l’Americas Society, New-York. fonctionnement d’une Biennale au niveau Costantini à Buenos Aires (2002-2004). En 2008, elle a été co-commissaire avec institutionnel. 3 L’imagination permet à l’individu de prendre des risques, de repousser ses limites et d’explorer, avec ou sans intention Depuis, elle a travaillé en tant que les artistes colombiens Wilson Díaz, José Victoria Noorthoorn a réalisé en novembre intellectuelle, les gestes et les pratiques qui sont autant d’al- commissaire indépendante sur divers Horacio Martínez, Oscar Muñoz, et Bernardo 2010, la rétrospective de l’artiste argentine ternatives au présent – et donc de construire des utopies projets d’exposition à Buenos Aires, Cali, Ortiz, du 41 Salón Nacional à Cali, Colombie, Marta Minujín pour Malba – Fundación alternatives. Porto Alegre, Santiago de Chile, São Paulo, un événement qui présentait 17 expositions Costantini, à Buenos Aires. Elle a été Pontevedra et New-York. Elle a pensé de commissaires locaux et 3 grandes désignée finaliste du Walter Hopps Award 4 L’imagination est la première des émancipations. la collection permanente de la nouvelle expositions internationales : La imagen en for Curatorial Achievement, prix établi et 5 La liberté peut prendre différentes formes dans l’art : l’inter- section du Museo Nacional de Bellas Artes cuestión ; Presentación y representación ; décerné tous les deux ans par The Menil rogation du présent, la création d’un monde alternatif, la des- de Neuquén (2004) ; a été commissaire Participación y poética. Elle a remporté la Collection, à Houston, Texas. truction constructive des discours et des langages établis. principale de la 29e Bienal de Pontevedra compétition internationale pour la direction Cette destruction constructive rejoint l’imagination et fait de l’absurde, du délire et de l’humour des outils d’émancipation du langage.12/ /13
    • 11e biennale de lyon / une terriBLe Beauté eSt née une terriBLe Beauté eSt née / 11e biennale de lyon 6 Dans son poème Pâques, 1916, le poète W. B. Yeats s’interroge sur son propre présent et analyse avec la plus grande incertitude la révolte des Irlandais revendi- quant leur émancipation du joug britannique. À première vue, le poème semble cé- lébrer les martyrs qui donnèrent leurs vies pour l’indépendance. Mais en y regardant de plus près, il est évident que le narrateur doute. Comme l’affirme Carlos Gamerro dans l’essai qu’il publie pour le catalogue de la Biennale de Lyon 2011, le poème, 15 Nous souhaitons nous interroger sur le pouvoir de la ligne en tant qu’outil de démar- troublant, oscille entre affirmation, interrogation et négation, sans jamais prendre cation du territoire et de représentation d’une position dans le temps, dans l’espace parti. Cette Biennale est pénétrée de ce sentiment qui nous laisse incapable de et dans l’idéologie. juger de l’évidence d’un présent. Nous préférons répondre, deviner et nous contre- 16 C’est ainsi que nous souhaitons répondre à la confusion croissante entre art et po- dire en toute liberté. litique. Pour nous, l’artiste est avant tout un sujet politique et l’art est politique. Nous 7 Une terrible beauté est née, le fameux vers du poème de Yeats qui donne son titre navons aucune intention de faire de la politique au sein de lespace dexposition ; à la Biennale, rassemble deux idées apparemment opposées – c’est cette contra- un tel désir serait redondant. diction productive qui nous intéresse ici. 17 La 11e Biennale de Lyon a été conçue à Buenos Aires, en Amérique du sud, pour 8 Pourquoi est-il nécessaire d’interroger une fois encore cette notion de beauté ? et avec Lyon. Les artistes exposés ont été conviés durant de nombreux voyages de La beauté est depuis toujours l’un des paramètres les plus violents et les plus recherche en Europe et en Afrique au cours de l’année écoulée. Ils ont été choisis arbitraires de la pensée occidentale. Interrogeons-nous : la Beauté – au sens de pour leurs qualités personnelles et non en tant que représentants de leurs pays ou R. M. Rilke – est-elle toujours le début de la terreur ? Y a-t-il une beauté qui ne régions d’origines – faut-il le préciser ? soit pas terrible ? L’émergence de la beauté adoucit-elle la brutalité du réel ou n’en 18 Dans de nombreux cas, les artistes ont été invités à répondre les uns aux autres. Il renforce-t-elle pas au contraire les horreurs ? leur a ainsi été demandé de résoudre des problèmes spécifiques et de participer 9 Cette Biennale est une réponse à ces questions et ces mécanismes en ce qu’elle à un dialogue avec d’autres artistes. Cette exposition est par conséquent le fruit orchestre les tensions, les vides et les excès sur lesquels s’appuient les artistes en d’une conversation permanente, d’un modus operandi qui croit au pouvoir du dia- réaction au présent. Dans sa mise en scène, la Biennale emprunte à la philosophie, logue dans l’élaboration de tout projet. au théâtre et à la littérature. La scène, le jeu, le dévoilement, la dissimulation ou le 19 La 11e Biennale de Lyon a l’ambition d’être vivante. Si elle pouvait être considérée travestissement s’infiltrent partout dans la Biennale. La charte graphique conçue comme un animal ou une créature vivante, elle choisirait de l’être. Si elle peut entrer pour elle par l’artiste Erick Beltrán en est d’ailleurs un exemple. L’exposition invite en guerre contre elle-même et répondre au caractère inexplicable du présent et à ainsi la fiction à se développer et à commenter les contradictions du présent. la puissance de l’art, elle le fera. 10 Cette Biennale entend répondre à l’actuelle confusion de l’art, à une époque où La 11e Biennale de Lyon rassemble 60 artistes du monde entier, venus principalement celui-ci est principalement considéré comme un produit de marché. Ici, nous dEurope, dAfrique et dAmérique latine, et dont les œuvres sont exposées sur 14 000 m² cherchons à élaborer une exposition conçue comme un réseau au sein duquel dans quatre lieux : La Sucrière, la Fondation Bullukian, le Musée d’art contemporain de les œuvres communiquent entre elles, en créant du sens et en prenant position à Lyon et lUsine T.A.S.E. l’égard du monde. Le catalogue de la Biennale est conçu et dirigé par une équipe éditoriale résidant à Bue- 11 À la suite de Wilde, cette exposition ne cherche pas à témoigner ; elle distingue l’art nos Aires, dont font partie les écrivains Carlos Gamerro et Rubén Mira, le dramaturge et du journalisme. metteur en scène Alejandro Tantanian, et moi-même. Conçu et publié en étroite relation 12 Elle distingue également l’art de la communication. Cette Biennale s’efforce de avec Franck Gautherot aux presses du réel, ce catalogue est un projet éditorial auto- résister aux modes de communication courants qui exigent d’une exposition qu’elle nome plutôt qu’une tentative de représentation de la Biennale en soi. soit soumise à un communiqué rédigé sur le même ton et empruntant un vocabu- laire commun aux quatre coins du monde. Nous résistons à la nécessité d’expliquer Victoria Noorthoorn la densité. Si des textes doivent être publiés dans le cadre de la Biennale ou dans Buenos Aires, 12 avril 2011 son catalogue, ils le seront au titre d’œuvres d’art et pas en tant que textes étroite- ment explicatifs. 13 Depuis l’Antiquité, les mots étaient par-dessus tout des images et les images, des mots. Ecrire, c’était faire image. Les unes et les autres incarnaient un sens et une action. La création d’une image suppose dorénavant la possibilité d’une action qui prenne place dans le réel. C’est cette action performative que nous souhaitons susciter. 14 Chaque image a un effet, et cette exposition est conçue comme une réflexion sur ces effets. Nous partageons les réflexions de W. J. T. Mitchell en choisissant de nous interroger sur le désir et le faire des images, sur ce qu’elles véhiculent et com- ment, plutôt que sur ce qu’elles représentent. Nous souhaitons montrer le pouvoir des images, un pouvoir capable de modifier de façon radicale l’ordre établi. À cet égard, nous croyons à l’importance de la création de l’image aussi fictionnelle, rare ou travestie qu’elle puisse paraître, en tant qu’action qui permet à son créateur de mettre en scène sa propre position idéologique.14/ /15
    • 11e biennale de lyon / L’expoSition internationaLe L’expoSition internationaLe / 11e biennale de lyon 11e biennale de lyon l’exposition internatio- nale LA BIennALe de Lyon esT Une exPosITIon InTeRnATIonALe AccomPAgnée de deUx PLATeFoRmes, VedUTA eT RésonAnce. les artistes invités gabriel acevedo velarde julien discrit cildo meireles the arctic perspective initiative marlene dumas alex mlynárčik Zbyněk baladrán morton Feldman laurent montaron ernesto ballesteros robert Filliou bernardo ortiZ lenora de barros stano Filko the otolith group hannah van bart aurélien Froment sarah pierce eduardo basualdo alberto giacometti josé alejandro restrepo samuel beckett & daniela thomas milan grygar tracey rose erick beltrán joana hadjithomas & khalil joreige alexander schellow diego bianchi arturo herrera gabriel sierra guillaume bijl michel huisman elly strik pierre bismuth jessica hutchins neal tait arthur bispo do rosário yun-Fei ji javier télleZ katinka bock christoph keller barthélémy toguo ulla von brandenburg lúcia koch erika verZutti Fernando bryce eva kotátková judi werthein François bucher robert kuśmirowski lynette yiadom-boakye john cage luciana lamothe hector Zamora augusto de campos moshekwa langa marina de caro kemang wa lehulere Liste au 6 mai 2011, sous réserve de modifications. center For historical christian lhopital reenactments / dirigé par gabi ngcobo laura lima virginia chihota jarbas lopes robbie cornelissen jorge macchi16/ /17
    • 11e biennale de lyon / L’expoSition internationaLe L’expoSition internationaLe / 11e biennale de lyon THe ARcTIc PeRsPecTIVe InITIATIVe collectif créé en 2006 par marko peljhan et matthew biederman. Art, sciences, technologies et géo- politique constituent le principal do- maine de recherche de The Arctic Perspective Initiative, un collectif artistique qui travaille sur un projet écologique et culturel global dans ZByněk BALAdRán HAnnAH VAn BART l’Arctique. Nouvelles routes navales, né en 1973 à prague, république née en 1963 à maassen, pays- explorations minières et réserves tchèque, où il vit et travaille. bas. vit et travaille à amsterdam, edUARdo BAsUALdo de pétrole ou tests d’armements : Tout à la fois artiste, auteur et pays-bas. né en 1977 à buenos aires, gABRIeL AceVedo la globalisation dans tous ses as- commissaire, Zbyněk Baladrán En jouant sur la fusion des cou- argentine, où il vit et travaille. VeLARde né en 1976 à lima, pérou. pects a un impact important sur agit comme un archéologue de la leurs, sur les motifs et la compo- Les œuvres d’Eduardo Basualdo vit et travaille à berlin, les communautés vivant dans l’Arc- connaissance. Ses installations sition des fonds, Hannah van Bart visent à susciter un déséquilibre allemagne. tique. Le but d’API est de permettre mettent en scène images trouvées, se focalise plus sur un état d’esprit dans notre compréhension du sAmUeL BeckeTT Utilisant aussi bien le dessin, l’ani- à ces communautés d’entamer un fragments de récits, animations ou ou sur une présence plutôt que sur monde. Qu’il utilise l’eau, l’électri- né en 1906 à dublin, irlande. mation, la vidéo ou la performance, processus de « re-nomadisation » found-footage qui, reliés entre eux l’incarnation d’un sujet. Ses por- cité, le vide, les végétaux, le vent décédé à paris en 1989. Gabriel Acevedo Velarde crée des pour pouvoir continuer à s’adapter par un système de cartes ou de traits acquièrent ainsi une dimen- ou la lumière, l’artiste met simulta- Tout le projet d’une terrible beauté récits dans lesquels l’autobiogra- au cœur du système mondial, en diagrammes, lui permettent de re- sion psychologique étonnante en nément en scène, à la manière d’un est né d’un théâtre de l’absurde : phie, l’histoire et la fiction sont inti- collaborant avec eux sur différentes présenter des concepts, des idées ce qu’ils parlent tout à la fois de conte de fée tragique, le ludique et à ce titre, Samuel Beckett y a na- mement liés. technologies open source pour la et des relations d’une manière à la l’incertitude liée au présent et à l’étrange. turellement sa place. En 1969, ce- mise en place de nouveaux sys- fois personnelle et structurée. l’expérience du réel. Expositions récentes : Colección contemporánea Expositions récentes : The Traveling Show, lui-ci écrit Breath, probablement sa tèmes éducatifs et artistiques. del Museu de Arte de Lima, Estação Pinacoteca, Expositions récentes : Biennale de Sharjah, Expositions récentes : Hannah van Bart, FIAC, Coleccion Jumex, Mexico City, 2010 ; Todo lo pièce la plus courte – 24 secondes São Paulo, 2011 ; Cone Flow, Museum of Modern Expositions récentes : Arctic Perspective Ex- 2011 ; Gallery by Night, Studio Gallery, Budapest, Paris, 2011 ; Hannah van Bart, Marianne Boesky Contrario, Galería Ruth Benzacar, Buenos Aires, selon ses indications – et la seule Art, Fort Worth, 2010 ; Runway Dance, Maribel Ló- hibition, Canada House Gallery, Londres, 2011 ; 2011 ; Mutující medium, Rudolfinum, Prague, Gallery, New-York, 2011 ; The Pencil Show, Foxy 2009 ; Southern Exposure, Dumbo Art Center, sans acteur, mise en scène par Da- pez Gallery, Berlin, 2009 ; Quorum Power, Museo Arctic Perspective, HKMV, Dortmund, 2011 ; 2011 ; No ifs, no buts, Depo, Istambul, 2010 ; Co- Production, New-York, 2010 ; Faces, Galerie Mo- New-York, 2008 ; Azotado por el viento, Galería niela Thomas pour la Biennale de de Arte Carrillo Gil, Mexico City, 2009… ISEA2010 RUHR, Dortmund, 2010… gnitive maps, Hunt Kastner Artworks, Prague, 2009 nica De Cardenas, Milan, 2010… Isidro Miranda, Buenos Aires, 2007… Lyon 2011. eRnesTo LenoRA de BARRos dAnIeLA THomAs eRIck BeLTRán dIego BIAncHI BALLesTeRos née en 1953 à são paulo, brésil, née en 1959 à rio de janeiro, né en 1974 à mexico city, né en 1969 à buenos aires, né en 1963 à buenos aires, où elle vit et travaille. brésil. vit et travaille à são mexique, où il vit et travaille. argentine, où il vit et travaille. argentine, où il vit et travaille. paulo, brésil. L’artiste et poète Lenora de Barros Erick Beltrán est fasciné par l’idée Les sculptures de Diego Bianchi, L’œuvre d’Ernesto Ballesteros s’in- explore les dimensions visuelles et Dramaturge, réalisatrice, scéna- d’encyclopédie, c’est-à-dire le lan- qui sont autant de références impli- téresse aux relations entre l’art et sonores du langage. Liés à la tra- riste, créatrice de décors et de gage, les images, leurs correspon- cites au Surréalisme et à l’Arte Po- la science : dans ses dessins qua- dition de la poésie concrète brési- costumes, Daniela Thomas co- dances et leurs supports. Il donne vera, sont le plus souvent mises en si-mathématiques, rien n’est jamais lienne, ses vidéos, performances, écrit et co-dirige notamment Terre une place centrale à l’édition dans scène dans des forces en tension laissé à la chance. En résidence poèmes, photographies et ins- lointaine (1996), Le premier jour son œuvre, composée des sup- qui envahissent tout l’espace sans pour trois mois (dans le cadre de tallations sonores sont autant de (1998), Une famille brésilienne et ports les plus variés – affiches, résultat prédéterminé. Formes an- Veduta / Biennale de Lyon), Er- formes qui lui permettent de réflé- une partie de Paris je t’aime (2006) impressions, panneaux, lettrages thropomorphiques et matériaux de nesto Ballesteros crée pendant chir au passage du temps, à la re- avec Walter Salles. Elle collabore sous forme d’installations de tailles récupération interrogent la condi- toute la durée de l’exposition une lation entre le texte et l’image, et au également à de nombreux scéna- diverses – et questionne par ce tion humaine et semblent résulter performance qui lui permet de positionnement de l’individu face à rios. Au théâtre et à l’Opéra, elle biais les « vérités » économiques, d’une véritable collision. construire une métaphore sur la son histoire. met en scène, dessine les décors sociales, culturelles et idéologiques et les costumes d’une centaine de Expositions récentes : Ejercicios espirituales, Cen- beauté de la liberté, reconduite in- édictées par la communication de Expositions récentes : ISSOEOSSODISSO, Pro- productions au Brésil, en Europe tro Cultural Recoleta, Buenos Aires, 2010 ; Xe Bien- lassablement du 13 septembre au masse et la culture visuelle. Pour la jeto Passagem, Oi, Brésil, 2010 ; Jogos de Guerra, et aux États-Unis. nale de La Havane, Cuba, 2009 ; Las formas que no 31 décembre 2011. Biennale 2011, Erick Beltrán crée Memorial da America Latina, São Paulo, 2010 ; So- son, Galería Alberto Sendrós, Buenos Aires, 2008… une nouvelle pièce visant à per- Expositions récentes : Photographic Installa- por-estar, Galeria Millan, São Paulo, 2009 ; Helero- mettre au visiteur d’accéder à une tion, Mundo Dios, Mar del Plata, Argentine, 2010 ; nimia Brasil, Museu de America Madrid, 2008… compréhension de l’univers, et de Extract - Southamerican artists contemporary partager ainsi l’utopie de l’artiste. drawing, Galerie Catherine Putman, Paris, 2010 ; Interior Astronomy, Centro Cultural Recoleta, Bue- Expositions récentes : Biennale de São Paulo, nos Aires, Argentine, 2009 ; Ghost, Universidad Di 2008 ; Malmö Konsthall, Suède, 2008 ; Biennale Tella, Buenos Aires, 2008… de Lyon, 2007 ; Stedelijk Museum Bureau, Ams- terdam, 2005…18/ /19
    • 11e biennale de lyon / L’expoSition internationaLe L’expoSition internationaLe / 11e biennale de lyon FRAnçoIs BUcHeR né en 1972 à cali, colombie. vit et travaille à berlin, allemagne et bogota, colombie. L’œuvre de François Bucher com- gUILLAUme BIJL bine différentes sources filmiques né en 1947 à anvers, belgique, qui visent à célébrer le potentiel po- où il vit et travaille. litique du quotidien. Ses films et vi- JoHn cAge L’humour et l’ironie mais plus sû- déos prennent pour point de départ né en 1912 à los angeles, états- unis. décédé en 1992 à new- rement l’absurde gravité ne man- différents événements historiques york, états-unis. quent pas aux installations de et politiques qui sont aussi bien is- Compositeur de l’aléatoire, poète Guillaume Bijl, qui explorent les sus de sa Colombie natale que du et plasticien, John Cage est l’au- frontières séparant l’art de la réa- ARTHUR BIsPo reste du monde. Pour la Biennale teur d’une œuvre dont l’influence a lité sociale, serrant l’image au plus do RosáRIo de Lyon 2011, François Bucher largement débordé le seul champ AUgUsTo de cAmPos profond de sa vérité communé- PIeRRe BIsmUTH né vers 1909 à japaratuba, présente La Nuit de l’Homme, qui brésil. décédé en 1989. musical pour contaminer toutes les né en 1931 à são paulo, brésil, ment admise. L’artiste puise son né en 1963 à paris. vit et raconte l’histoire visionnaire d’un où il vit et travaille. travaille à bruxelles, belgique. formes d’expression artistiques : inspiration dans l’environnement Tour à tour marin, boxeur et d’une homme finissant par accepter les happenings, performances, cho- Poète, traducteur et essayiste, quotidien qui nous entoure et il en L’œuvre de Pierre Bismuth s’efforce pauvreté extrême, Arthur Bispo do liens entre naturel et surnaturel. En régraphies, mises en scène, ins- Augusto de Campos est l’un des extrait des éléments parfaitement de brouiller les définitions commu- Rosário fut interné pendant 50 ans. collaboration avec Ayreen Anastas tallations multimédias… Au-delà fondateurs du mouvement interna- naturels, c’est-à-dire comportant nément admises de la réalité pour Son œuvre foisonnante et mysté- et Rene Gabri, François Bucher des formes d’une grande diversité tional de la poésie concrète dans cette part de trivialité contrôlée en changer la perception. L’artiste rieuse ne fut découverte que très propose une nouvelle version de et des techniques de composition, les années 50. À partir de 1980, qui a l’assurance d’être dépourvue interroge les effets de la proliféra- tardivement, et ses sculptures et Chronique d’un été, film à la fois c’est sa poésie et un regard unique il oriente ses expérimentations à de goût. Il organise pour cela des tion des images sur le quotidien et installations se situent au cœur célèbre et inconnu, réalisé en 1961 sur le monde qu’il pose. L’absence la fois verbales et visuelles vers mises en scène à la fois neutres et démonte l’emprise des codes de la des préoccupations artistiques du par Jean Rouch et Edgar Morin. de catégorie, l’amour des cham- les nouveaux medias de l’époque, inattendues. représentation sur l’imaginaire. XXe siècle. Expositions récentes : Stills-Scotland Centre pignons, la flexibilité, le désordre en affichant ses poèmes sur des Expositions récentes : Guillaume Bijl, L’Archéo- Expositions récentes : The Last Newspaper, Expositions récentes : Rational / Irrational, for Photography, Edinbourgh, 2011 ; Rational/ du monde son event de 1952 tout supports électroniques, ou en leur logie de notre « Civilisation », Guy Pieters Gallery, New Museum, New-York, 2010 ; Pierre Bismuth, Haus der Kulturen der Welt, Berlin, 2009 ; Mu- Irrational, House of World Cultures, Berlin, 2009 ; comme ses 4’33 de musique ont donnant la forme de vidéo-textes, Paris, 2011 ; The State of Things, Bozar, Bruxelles, Fremantle Art Center, Perth, 2010 ; Chef d’oeuvre, seum of Modern Art, Dublin, 2006 ; Galerie natio- Politics of Vision, Forde, Genève, 2008 ; Documen- changé le paradigme de l’art, de néons et hologrammes. À partir des 2010 ; Stedelijk Museum, Gant, 2008 ; Sculpture- Centre Pompidou, Metz, 2010 ; Talk Show, ICA nale du Jeu de Paume, Paris, 2003 ; 46e Biennale tary Film Festival, Kassel, 2008 ; Cinema Paradise tous ceux qui le pratiquent et de années 90, il utilise également l’in- Project Münster, 2007… Institute of Contemporary Art, Londres, 2009… de Venise, 2001… Festival, Honolulu, 2008… ceux qui l’observent. fographie, le multimédia et le son. kATInkA Bock ULLA Von FeRnAndo BRyce mARInA de cARo cenTeR FoR née en 1976 à Francfort, BRAndenBURg né en 1965 à lima, pérou. née en 1961 à buenos aires, HIsToRIcAL allemagne. vit et travaille à paris née en 1974 à karlsruhe, vit et travaille à berlin, argentine, où elle vit et travaille. ReenAcTmenTs et berlin, allemagne. allemagne. vit et travaille à paris. allemagne et lima. L’espace, l’expérience du corps, dIRIgé PAR gABI Les installations, photographies et Entre film, théâtre et perfor- Fernando Bryce rejoue inlassa- la subjectivité, l’intuition, la ten- ngcoBo vidéos de Katinka Bock sont tou- mance, l’œuvre multiforme d’Ulla blement la chronique d’une mé- sion des opposés et l’instabilité née à durban, afrique du sud. jours sur le fil du rasoir, celui qui von Brandenburg s’inspire tout à moire collective et d’une actualité sont les maîtres mots de l’œuvre vit et travaille à johannesburg, sépare l’équilibre précaire de la effacée par son propre quotidien. afrique du sud. la fois de l’histoire de l’art, de la de Marina De Caro. Ses installa- chute destructrice. L’artiste produit commedia dell’arte et des images Obsédé par le temps qui passe, tions se déploient dans un espace Créé par l’artiste et commissaire in- ainsi des œuvres discrètes, qui qu’elle puise dans un très large Bryce reproduit, en noir et blanc et poétique et sensible fait d’objets dépendante Gabi Ngcobo, le Cen- viennent perturber intimement le répertoire. De la psychanalyse à à la main, des traces d’informations sculpturaux (robes, corps…), le ter for Historical Reenactments est lieu d’exposition, la ville ou le pay- la chorégraphie en passant par la oubliées. L’artiste mesure ainsi le plus souvent mis en scène dans une plateforme curatoriale destinée sage qui les accueillent. fin du XIXe siècle, les œuvres de trouble et la distance qui se créent des performances qui enveloppent à répondre aux exigences artis- von Brandenburg sont toujours entre une information donnée et le le spectateur dans une narration tiques contemporaines de l’Afrique Expositions récentes : Spatial City, Museum of des transitions, des constructions dessin qui la représente. expérimentale. du Sud. Par le biais d’expositions, Contemporary Art, Detroit, 2010 ; Frischzelle_12, faites d’illusions d’optiques où rien publications, projections, débats, Kunstmuseum, Stuttgart, 2010 ; Le Temps du des- Expositions récentes : Linie Line Linea, Zeich- Expositions récentes : My Head Wants To Create A n’est jamais déterminé à l’avance. spectacles et séminaires avec des sin, Galerie Poirel, Nancy, 2010 ; A sculpture for nung der Gegenwart, Kunstmuseum Bonn, 2010 ; World, Galerie Vanessa Quang, Paris, 2011 ; Who are artistes Sud-Africains et internatio- two different ways of doing two different things, Expositions récentes : K21 Kunstsammlung Fernando Bryce, MUSAC, León, 2009 ; An Ap- you, Peter?, Espace Louis Vuitton, Paris, 2010 ; Bien- naux, le CHR explore l’impact sur Galerie Jocelyn Wolff, Paris, 2009… Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf, Allemagne, 2010 ; proach to the Museo Hawai, Museum Het Domein, nale de Mercosul, 2009 ; Domus/casa - Fundación l’art contemporain des faits histo- Wagon Wheel, Pilar Corrias Gallery, Londres, Sittard, 2009 ; 53e Biennale de Venise, 2009… Federico Jorge Klemm, Buenos Aires, 2008… riques et questionne le potentiel Grande-Bretagne, 2009 ; Whose beginning is not, politique des interprétations artis- nor end cannot be, IMMA, Dublin, Irlande, 2008… tiques de l’histoire.20/ /21
    • 11e biennale de lyon / L’expoSition internationaLe L’expoSition internationaLe / 11e biennale de lyon RoBeRT FILLIoU né en 1926 à sauve, France. décédé en 1987 aux eyzies de sTAno FILko tayac. né en 1938 à velka hradna, Tour à tour résistant, manœuvre slovaquie (tchécoslovaquie). vit et travaille à bratislava, pour la Société Coca-Cola à Los slovaquie. Angeles, diplômé d’économie de AURéLIen FRomenT Personnalité centrale de la scène l’Université de Californie et fonc- né en 1976 à angers, France. Slovaque dès la fin des années vit et travaille à dublin, irlande. VIRgInIA cHIHoTA tionnaire de l’ONU en Corée, Ro- 50, Stano Filko s’inspire de l’ar- née en 1983 à chitungwiza, RoBBIe coRneLIssen bert Filliou a su élaborer, à l’instar La mémoire collective, la fiction, chitecture moderniste, du situa- Zimbabwe. vit et travaille à né en 1954 à utrecht, pays-bas, JULIen dIscRIT de ses camarades du mouvement la forme et l’imaginaire du cinéma harare, Zimbabwe. où il vit et travaille. tionnisme et d’une philosophie né en 1978 à épernay, France. Fluxus, une œuvre visant à abolir sont autant de références qui ja- vit et travaille à paris. « existentielle » que les intellectuels Utilisant aussi bien la gravure, la Les dessins monumentaux de Rob- les frontières entre l’art et la vie. lonnent et constituent l’œuvre slovaques inventèrent comme anti- peinture, l’impression ou la séri- bie Cornelissen sont à l’échelle Julien Discrit s’intéresse aux ques- Fondée sur les rapports entre le d’Aurélien Froment. Celle-ci prend dote au matérialisme du léninisme. graphie, Virginia Chihota s’astreint d’une architecture fantasmée. Des tions de géographie, de cartogra- langage, l’image, la poésie et les la forme d’une constellation dans Avec ses œuvres, Filko se fonde dans la création de ses dessins à espaces faits de grilles, de blancs, phie et l’espace. Avec une dimen- mots, l’œuvre de Filliou remet en laquelle les travaux interagissent sur de nombreuses recherches et une discipline très stricte. La série d’aplats gris, de traits et de dessins sion parfois absurde, ses œuvres question le processus de créa- les uns avec les autres pour propo- méthodologies personnelles pour de dessins qu’elle présente à Lyon font ainsi référence à un monde ur- mettent en jeu la perception et la tion des œuvres selon un principe ser une narration ouverte, qui en- se placer au centre de l’univers met en scène, dans différentes si- bain imaginaire et construisent au représentation des territoires et d’équivalence inspiré par la philo- chevêtre les registres de la fiction et ainsi tenter d’en expliquer la lo- tuations dramatiques, une poupée gré des œuvres une narration fra- questionnent de fait les rapports sophie bouddhiste : « bien fait, mal et du documentaire. gique. habituellement utilisée pour évo- gile et incertaine. qui s’instaurent entre le monde et fait, pas fait ». Expositions récentes : 8e Biennale de Gwan- quer la fertilité. l’individu. Expositions récentes : Star City – The Future under Expositions récentes : Galery Art Mur, Montréal, Expositions récentes : Galerie Nelson Freeman, gju, 2010 ; Aurélien Froment : Fickteater, Bon- Communism, Nottingham Contemporary, Grande-Bre- Expositions récentes : Facet, Zimbabwe Now, 2011 ; Het grote geheugen X, Gemeentemuseum Expositions récentes : Diagrammes, galerie Mar- Paris, 2011 ; Musée d’art contemporain de Ro- niers Konsthall, Stockholm, 2009 ; Froebel Suite, tagne, 2010 ; Between Concept & Action, Galleria So- Gallery Delta, Harare, 2010 ; Another Perspective, Den Haag, The Hague, 2011 ; Studio Vertigo, tine Aboucaya, Paris, 2010 ; America Deserta, Parc chechouart, 2010 ; Centre international de Poésie, Gasworks, Londres, 2009 ; Théâtre de Poche - The nia Rosso, Turin, 2008 ; Biennale de Venise, 2005… Gallery 23, Amsterdam, 2009 ; Greatmore Studios, Centraal Museum, Utrecht, 2011 ; Towing the line Saint-Léger, France, 2010 ; OI Futuro, Rio de Janeiro, Marseille, 2006 ; Musée d’art moderne de Ville- Physics Room, Christchurch, 2009, Performa 09, Cape Town, 2008 drawing space, White box, New-York, 2009… 2009 ; Faux-semblants, CAB, Grenoble, 2009… neuve d’Ascq, 2003… New-York, 2009… mARLene dUmAs moRTon FeLdmAn ALBeRTo gIAcomeTTI mILAn gRygAR JoAnA HAdJITHomAs née en 1953 à cap town, né en 1926 à new-york, états- né en 1901 né à borgonovo, né en 1926 à Zvolen, slovaquie & kHALIL JoReIge afrique du sud. vit et travaille à unis. décédé en 1987 à buffalo, suisse. décédé en 1966 à coire, (tchécoslovaquie). vit et travaille nés en 1969 à beyrouth, liban. amsterdam, pays-bas. états-unis. suisse. en république tchèque. vivent et travaillent à paris et « C’est de la rhétorique de l’apar- Figure majeure de la musique du La Biennale 2011 montre un pan Personnalité centrale de l’art beyrouth. theid sud-africain que se nourrit XXe siècle, Morton Feldman fut l’un important de l’œuvre d’Alberto tchèque, Milan Grygar cherche à Nés à Beyrouth, Joana Hadjithomas ma méfiance des définitions et en des pionniers de la musique indé- Giacometti avec un ensemble de transposer le visuel dans une di- & Khalil Joreige sont plasticiens et même temps, mon désir pour eux » ; terminée et l’inventeur des partitions dessins rarement montrés : des mension sonore, et « creuse » ainsi cinéastes. Ils construisent ensemble « je ne décide pas de représen- aléatoires, caractérisées par un portraits qui se caractérisent par des formes capables à leur tour un territoire et un champ d’action ter quoi que ce soit, excepté moi. rythme libre et flottant, une évolution une absence de décor, une pa- de produire des sons. Dès 1965, dans lequel ils questionnent l’his- Mais ce moi est plein de mémoire mélodique à la fois douce et lente, lette sombre et des retouches il réalise ses premiers « dessins toire contemporaine et leur statut de collective » ; et « peut-être mon des motifs sonores asymétriques abondantes qui perdent le regard acoustiques », œuvres tactiles faiseurs d’images. Ils produisent de véritable sujet est-il l’auto-décep- et récurrents, des tonalités sourdes figé des modèles dans un réseau dont le tracé est une sonorité qui manière très personnelle, à travers tion » : dans ses œuvres, Marlene et des durées extrêmes. Il évolue de lignes infinies - des lignes qui a valeur de partition musicale. L’ar- des documents politiques, des ar- Dumas propose un regard pointu dans une grande proximité avec les ne délimitent pas seulement une tiste va jusqu’à préciser la nature chives collectives ou des éléments sur la fragilité et la douleur de la artistes des années 50 et 60, des- figure humaine mais aussi une po- des instruments de musique et biographiques, des narrations et des condition humaine, et se sert de la quels il tire les notions d’échelle et sition dans le monde, celle de l’ex- des sources sonores qu’il convient images critiques qui rendent compte peinture pour interroger le territoire de champs et il est par ailleurs un trême solitude. d’utiliser pour la « traduction so- de la complexité des situations qu’ils – politique et subjectif – que nous excellent et rare dessinateur. nore » de ses œuvres. À Lyon, l’ar- confrontent et de la nécessité de Expositions récentes : Musée des Beaux-Arts occupons en tant qu’individus du tiste présente en outre sa série des déplacer le regard. C’est dans ce de Zurich, 2011 ; Fondation Maeght, Saint-Paul de monde contemporain. Geometric drawings, qui introdui- même mouvement qu’ils ont em- Vence, 2010 ; Musée Rath, Genève, 2009, Centre sent la surprise et l’instabilité dans mené Catherine Deneuve au Liban Expositions récentes : Tronies - Marlene Du- Pompidou, Paris, 2007… le monde des mathématiques. après la guerre pour faire Je veux mas and the Old Masters, Haus der Kunst, Mu- voir, un long-métrage qui a été parti- nich, 2011 ; Marlene Dumas, Museu Serralves, Expositions récentes : Concrete Art Connec- culièrement remarqué en 2008. Porto, 2010, Measuring your own grave, The Menil tion, artmark Wien, Vienne, Autriche, 2009 ; Collection, Houston, et MoMA, New-York, 2009 ; Arbeiten auf Papier, Galerie St. Johann - Gale- Expositions récentes : Is there anybody out Intimate Relations, Standard Bank Gallery, Jo- rie St. Johann, Saarbrucken, Allemagne, 2009 ; of there?, Gallery in situ fabienne leclerc, Paris, hannesburg, 2008… Antiphons, Galerie Zdenek Sklenar, Prague, 2010 ; Wonder Beirut, Centre de la photographie République Tchèque, 2008… de Genève, 2009, Wish we could tell, Space Gal- lery, Toronto, 2009 ; Zones of conflict, Pratt Man- hattan Gallery, New-York, 2009…22/ /23
    • 11e biennale de lyon / L’expoSition internationaLe L’expoSition internationaLe / 11e biennale de lyon JessIcA HUTcHIns RoBeRT eVA koTáTkoVá née en 1971 à chicago, états- kUśmIRowskI unis. vit et travaille à portland, née en 1982 à prague, république tchèque né en 1974 en pologne. états-unis. vit et travaille à lublin, pologne. (tchécoslovaquie), où elle vit et Le travail de Jessica Hutchins ré- travaille. Reconnu pour ses simulations ARTURo HeRReRA sulte de l’alliance unique de cé- Associant dessins et sculptures, méticuleuses de mises en scène né en 1959 à caracas, ramiques, d’objets trouvés, d’es- les vastes installations d’Eva aux allures historiques, Robert venezuela. vit et travaille à tampes et d’œuvres sur papier, Kotátková suggèrent l’emprise de Kuśmirowki regroupe objets trou- berlin, allemagne. un mélange de grotesque, de sur- l’environnement physique et social vés et éléments construits dans LUcIAnA LAmoTHe En proposant au regard un point charge, d’effacement et de poésie sur le corps du citoyen. Par le biais des installations qui se fondent à née en 1975 à buenos aires, d’accroche familier au sein d’une qui donne lieu à un monde unique. d’appareillages complexes qui la fois sur l’imagination de l’artiste argentine, où elle vit et travaille. abstraction tumultueuse, Arturo Ses œuvres, toujours ancrées dans enferment ou distordent le corps et sur des souvenirs personnels Telle une criminelle de l’art, Lu- Herrera subvertit l’innocence rela- le désordre des relations humaines humain, les situations spécifiques de lieux réels ou représentés par ciana Lamothe marie le vandalisme mIcHeL HUIsmAn tive de ses images pour proposer et des matériaux, vont de l’anec- créées par ses œuvres les trans- la culture populaire. Les œuvres à l’esthétique conceptuelle. Ses né en 1957 à heerlen, pays-bas, un ensemble de narrations poten- où il vit et travaille. dote singulière aux débordements forment en véritables machines vi- de Kusmirowski fouillent ainsi dans sculptures et interventions sont tielles à la fois suggestives et pro- de la culture populaire en passant vantes. son passé et dans la mémoire col- autant d’actions malicieuses qui Les œuvres de Michel Huisman vocantes. Pour la Biennale 2011, par l’humour noir. lective pour en faire surgir des his- interrogent l’espace urbain et y in- sont une combinaison exception- Expositions récentes : Duům umeění, House l’artiste conçoit quatre immenses toires nouvelles. jectent force, tension et danger. nelle de matières, de formes, de Expositions récentes : Jessica Jackson Hutchins, of Art, Ceske Budejovice, République Tchèque, dessins. sons et de mouvements. À la ma- Atlanta Contemporary Art Center, Atlanta, 2011 ; 2011 ; Educational Model, Kunstvereniging Die- Expositions récentes : Cosmorama / P.A.P.O.P Expositions récentes : Sabotaje, Museo de Arte Expositions récentes : Arturo Herrera : Les Noces, nière d’un inventeur, l’artiste réalise Champions, Timothy Taylor Gallery, Londres, penheim, Pays-Bas ; City of Old, Meyer Riegger, Galleria Civica di Arte Contemporanea, Trente, Contemporáneo de Rosario, 2011 ; Galería Oscar Americas Society, New-York, 2011 ; Keeping it Real, de véritables expériences qui don- 2010 ; Over Come Over, Small A Projects, New- Karlsruhe, Allemagne, 2010 ; Reading Room, 2010 ; Shelf Life - Haifa Museum of Art, Haifa, Cruz. San Pablo, 2010 ; Paraconstrucion, Banco Whitechapel Art Gallery, Londres, 2011 ; Arturo Her- nent à ses travaux un aspect à la York, 2010 ; The Whitney Biennial, Whitney Mu- Space for One Work, Moravian Gallery, Brno, Ré- Israël, 2010 ; Barbican Centre, Londres, 2009 ; T2 Itáu Cultural, Buenos Aires, 2010 ; Argentina Hoy, rera : Home, Haus am Waldsee, Berlin, 2010… fois mécanique et fragile. seum of American Art, New-York, 2010… publique Tchèque… Torino Triennale, Turin, 2008… Banco Do Brasil, Rio de Janeiro, 2009… yUn-FeI JI cHRIsToPH keLLeR LúcIA kocH mosHekwA LAngA kemAng wA cHRIsTIAn LHoPITAL né en 1963 à pékin, chine. né en 1967 à Fribourg, née en 1966 à porto alegre, né en 1975 à bakenberg, LeHULeRe né en 1953 à lyon, où il vit et vit et travaille à new-york, états- allemagne. vit et travaille à brésil. vit et travaille à são afrique du sud. vit et travaille né en 1984 à cap town, travaille. unis. berlin, allemagne. paulo, brésil. à amsterdam, pays-bas et afrique du sud. vit et travaille à bakenberg. Connu pour son usage du noir et En s’inspirant de la grande tradition Fort d’un passé d’étudiant en ma- L’espace architectural dans sa johannesburg, afrique du sud. blanc et son utilisation monumen- de la peinture paysagère chinoise, thématiques, en physique et en dimension physique et son expé- L’œuvre de Moshekwa Langa Les installations, vidéos, peintures tale de la poudre de graphiste, Yun-Fei Ji crée des œuvres dont la hydrologie, Christoph Keller nourrit rience unique sont les points de s’inspire largement de son environ- et performances de Kemang Wa Christian Lhopital présente pour la charge engagée se dissimule dans continuellement son œuvre d’inter- départ des œuvres de Lúcia Koch. nement immédiat. Ses peintures, Lehulere partent d’anecdotes fami- Biennale une série plus ancienne une technique parfaitement maîtri- rogations liées à la conscience et à L’artiste engage ainsi une inflexion réalisées par couches successives liales associées à des événements de dessins, univers foisonnants qui sée : ses références à l’histoire et la l’expérimentation du temps. Ques- sur le bâti, la contrainte spatiale, le de matériaux (spray, vernis à ongle, historiques majeurs. À partir d’une allient des univers contraires main- critique féroce des leaders chinois tionnant tout un pan de la science cadre architectural et son influence acrylique…), sont autant de réfé- grammaire visuelle qui se constitue tenus en tension permanente dans tels que l’indiquent les titres de rationaliste, il en élargit les possi- directe sur notre quotidien. Son rences énigmatiques qui traitent de d’un dessin à l’autre, Kemang Wa laquelle le grotesque l’emporte sur ses œuvres ne se distinguent qu’à bilités et cumule les interprétations œuvre joue avec l’éclairage naturel toutes les formes d’appartenance Lehulere met en scène une icono- le tragique. travers les fantômes, particulière- dans des installations qui en ré- et les formes qu’elle insère dans sociale, culturelle ou religieuse, et graphie intime qui transpire les dif- ment ceux des effets dévastateurs vèlent les fondements tout en les des architectures préexistantes. révèlent le contraste d’un homme ficultés de son contexte et de son Expositions récentes : Cosmogonies lunatiques, du barrage des Trois Gorges, qui mettant en doute. moderne face aux rituels sociaux histoire. Galerie Domi Nostrae, Lyon, 2011 ; An impossible Expositions récentes : When Lives Become et psychologiques d’un pays qui a Match, Galerie Polaris, Paris, 2010 ; Collection peuplent ses peintures. Expositions récentes : Æther, Espace 315, Form, Yerba Buena Center for the Arts, 2010 ; connu l’Apartheid. Expositions récentes : US - Iziko South African Florence et Daniel Guerlain, Musée des Beaux- Expositions récentes : James Cohan Gallery, Centre Pompidou, Paris, 2011 ; A Perishers’s Aichi Triennale, Nagoya, Japon, 2010 ; Places National Art Gallery, Cape Town, 2010 ; Ubontsi : arts de Besançon, 2010 ; L’énigme demeure, Mu- New-York, 2009 ; Medals of Dishonour, The British Nostalgia, Architectural Association School of Unfolded, Iberê Camargo Foundation, Porto Alegre, Expositions récentes : Black Maria, Galerie Sharp Sharp!, AVA, Cape Town, 2009 ; Identity : sée d’Art Contemporain, Lyon, 2009… Museum, Londres, 2009 ; Displacement: The Architecture, Londres, 2011 ; Archivologie, Li- Bresil, 2008… Mikael Andersen, Copenhague, 2010 ; Wuthering An Imagined State, CCA, Lagos, 2009 ; Bring me a Three Gorges Dam and Contemporary Chinese Art, veInYourHead, HEAD, Genève, 2010 ; Verbal / Heights, Galerie Mikael Andersen, Berlin, 2010 ; leaf of grass from the edge of the image, atelier- Smart Museum of Art, Chicago, 2008… Nonverbal, Galerie Esther Schipper, Berlin, 2010 ; Open End, The Goodman Gallery, Johannesburg, frankfurt, Frankfort, 2009… Voyages Extraordinaires, CRAC Alsace, Altkirch, 2010 ; 29e Biennale de São Paulo, 2010 ; 53e 2010… Biennale de Venise, 2009…24/ /25
    • 11e biennale de lyon / L’expoSition internationaLe L’expoSition internationaLe / 11e biennale de lyon LAURA LImA née en 1971, à governador valadares, brésil. vit et travaille à THe oToLITH gRoUP rio de janeiro, collectif fondé en 2001 à brésil. JoRge mAccHI BeRnARdo oRTIZ londres, angleterre, par kodwo Laura Lima organise son œuvre né en 1963 à buenos aires, né en 1972 à bogota, colombie, eshun et anjalika sagar. autour d’une nomenclature per- argentine, où il vit et travaille. où il vit et travaille. Fondé en 2001, The Otolith Group sonnelle qu’elle appelle Instan- Les œuvres de Jorge Macchi À travers sa pratique quotidienne développe une lecture attentive de cias, soit des catégories et modes consistent en un déplacement et méthodique du dessin, Bernardo l’image dans la société contem- de classement qui sont autant de subtil des références les plus Ortiz rend compte de son quotidien poraine à partir de films et vidéos, formes de pensées et de manière quotidiennes pour les transformer de façon artistique en enregistrant workshops, projets d’expositions de créer des mondes. Ses œuvres, JARBAs LoPes en pure poésie. Ses images sont chacune de ses activités : chez et publications. En explorant les souvent habitées par des indivi- né en 1964 à rio de janeiro, silencieusement décomposées, lui, la pratique du dessin et celle héritages et potentialités du docu- dus ou des animaux, portent sur brésil, où il vit et travaille. fragmentées puis recomposées de l’écriture se nourrissent mu- mentaire, du film-essai, de l’archive l’étrangeté et la fantaisie, parfois L’œuvre de Jarbas Lopes repose pour présenter une vision à la tuellement et permettent ainsi un et de la science-fiction, le collectif la déception. Avec une certaine sur l’expérience de l’échange. fois personnelle et universelle du regard critique neuf sur la relation interroge notre vision du monde et légèreté, un humour aigu, et une N’hésitant pas à interroger les ter- monde contemporain. Il réalise une entre texte et image telle qu’elle est de l’Histoire et donne ainsi à ses imagination débordante, Lima or- ritoires, les croyances personnelles œuvre extérieure monumentale qui habituellement expérimentée. Héri- œuvres une portée allégorique et ganise des contrastes surprenants et les modes de pensée collective, interroge directement le titre de tier de Cage, Broodthaers et de la engagée qui agit en tant que cri- qui sont autant de métaphores en Lopes fait de son œuvre une hy- la Biennale à proximité de l’Usine poésie concrète, Bernardo Ortiz tique fondamentale des structures vues d’actions dans l’espace d’ex- pothèse de construction et de re- T.A.S.E., nouveau lieu d’exposition montre pour la Biennale 2011 des contemporaines du pouvoir. position. construction du monde. de la Biennale 2011. dessins intimes et raffinés. Expositions récentes : The Otolith Group, Expositions récentes : Padedéu, Galeria Luisa Expositions récentes : Law of the Jungle, Leh- Expositions récentes : Echoes, Centre culturel Expositions récentes : Primera e Ultima, Galeria Thoughtform, MACBA, Barcelone, 2011 ; The Oto- Strina. São Paulo, 2009 ; Paisagem Ready Made, mann Maupin, New-York, 2011 ; Wild Thing, Roberts suisse, Paris, 2011 ; Crónicas Eventuales, Galería Luisa Strina, São Paulo, Brésil, 2010 ; Transpeda- lith Trilogy, Seven Arts Limited, New Delhi, 2011 ; Museu da República, Rio de Janeiro, 2009 ; Fuga, & Tilton, Los Angeles, 2010 ; Brazilian Summer, Mu- Ruth Benzacar, Buenos Aires, 2010 ; Rendez-vous, gogy, Museum of Modern Art, NY, 2009 ; MDE07, Turner Prize 2010, Tate Britain, Londres, 2010 ; A Gentil Carioca, Rio de Janeiro, 2008… seum Het Domein, Sittard, Pays-Bas, 2009… Galleria Continua, San Gimignano, Italie, 2009… Museo de Antioquia, Medellín, Colombie, 2007… 29e Biennale de São Paulo, 2010… cILdo meIReLes ALex mLynáRčIk LAURenT monTARon sARAH PIeRce José ALeJAndRo TRAcey Rose né en 1948 à rio de janeiro, né en 1934 à Žilina, slovaquie né en 1972 à verneuil-sur-avre, née en 1968 dans le ResTRePo née en 1974 à durban, afrique brésil, où il vit et travaille. (tchécoslovaquie). vit et travaille France. vit et travaille à paris. connecticut, états-unis. né en 1959 à bogota, colombie. du sud. vit et travaille à à Žilina et paris. vit et travaille à dublin, irlande. vit et travaille à bogota. johannesburg, afrique du sud. Probablement l’artiste le plus cé- À partir d’un savant mélange de lèbre et influent de la scène bré- Au milieu des années 60, le pou- hasard, d’histoire et de mémoire, Depuis 2003, Sarah Pierce mène José Alejandro Restrepo explore La plupart du temps, principal per- silienne actuelle, Cildo Meireles a voir tchécoslovaque tente de re- les œuvres de Laurent Montaron un projet qu’elle intitule The Me- les différents aspects de la culture sonnage de ses œuvres, Tracey créé quelques-unes des œuvres prendre la main sur la vie intellec- créent chez le spectateur une véri- tropolitan Complex et qui associe colombienne à travers des œuvres Rose se fait à la fois agresseur et les plus les plus engagées d’un tuelle du pays. En réaction, Alex table attente de ce que sera l’image documents, interviews, archives, qui sont autant de réflexions sur victime et transforme de facto le point de vue politique et les plus Mlynárčik lance dès 1965 avec suivante à travers une narration conférences et expositions. Son l’éthique, le contrôle et la mani- spectateur en voyeur. Ses perfor- stimulantes d’un point de vue Stano Filko le mouvement artis- faite de suspens et de rétention. œuvre s’intéresse globalement à pulation médiatique des images. mances sont autant de réponses conceptuel et perceptuel. En tique « Happsosc » qui introduit Sculptures, sons, photographies l’idée de création artistique : le sta- Son champ d’action va de la per- aux failles d’un discours institu- brouillant les frontières entre cri- le happening en Europe de l’Est. et films dévoilent ainsi différentes tut de l’œuvre d’art, sa constitution formance à l’installation vidéo en tionnel oppressant et révèlent les tique politique et engagement so- L’artiste crée des environnements énigmes, suspendues à une inter- et sa réception, qu’elle interroge passant par la recherche et l’ensei- questions d’identité, de genre, de cial, les installations de Meireles et installations qui induisent le prétation à laquelle elles semblent non pas comme sociologue ou an- gnement. sexe et de conditions sociales. mettent à contribution tous les plus souvent la collaboration ac- toujours vouloir se dérober. thropologue, mais en proposant de Expositions récentes : S’envoler les pieds sur Expositions récentes : Waiting For God, Jo- sens et sont autant d’expériences tive du spectateur pour, écrit-il, nouvelles formes. Expositions récentes : Les Paradoxes Du terre, Frac Lorraine, 2010 ; Teofanías, Museo de hannesburg Art Gallery, Afrique du Sud, 2011 ; à vivre pour leurs spectateurs. « provoquer une véritable prise de Temps, Mudam, Luxembourg, 2011 ; Galerie Expositions récentes : Neighborhood, Mattress Antioquia, Medellín, Colombie, 2008 ; 52e Bien- Raison d’être, Doual’art, Douala, Cameroun, conscience – un engagement pu- Expositions récentes : Cildo Meireles, Museo Schleicher+Lange, Paris, 2011 ; Prospectives Factory, Pittsburgh, 2011 ; Push and Pull, Tate Mo- nale de Venise, 2007 ; Cisneros Fontanals Art 2009 ; Plantation Lullabies, The Goodman Gallery, blic et sans violence ». Universitario Arte Contemporáneo, Mexico, 2010 ; XXIe siècle, Frac Ile-De-France, Paris, 2010 ; Col- dern, Londres, 2011 ; Call for Alternatives, Stiftung Foundation, Miami, 2007… Johannesburg, Afrique du Sud, 2008 ; The Cock- 53e Biennale de Venise, 2009 ; À Contre-Corps, Expositions récentes : Out of the City (Mos- lection ‘10, IAC, Villeurbanne, 2010… Kunstsammlung Nordhein-Westfalen, Düsseldorf, pit, MC Kunst, Los Angeles, États-Unis, 2008… Frac Lorraine, Metz, 2009 ; Cildo Meireles, Tate cow), City Gallery, Bratislava, Slovaquie, 2009 ; 2011 ; We Are Grammar, Pratt Manhattan Gallery, Modern, Londres, 2008… Out of the City, NCCA, Moscou, 2009 ; Sucasnost, New-York, 2011… City Gallery Prague, République Tchèque, 2008 ; Between Concept and Action, Galleria Sonia Rosso, Turin, 2008…26/ /27
    • 11e biennale de lyon / L’expoSition internationaLe L’expoSition internationaLe / 11e biennale de lyon ALexAndeR scHeLLow né en 1974 à hanovre, allemagne. vit et travaille à eRIkA VeRZUTTI berlin, allemagne. née en 1971 à são paulo, brésil, Alexander Schellow réalise de où elle vit et travaille. nombreuses séries de dessins Les sculptures d’Erika Verzutti en explorant le pouvoir et la fa- combinent de nombreuses réfé- gABRIeL sIeRRA çon d’être de la mémoire. Pour rences – de la nature à l’histoire de né en 1975 à san juan quelques œuvres, les dessins nepomuceno, colombie. l’art en passant par la littérature – et donnent lieu à de très courts films vit et travaille à bogota, sont pour elle un moyen d’associer JUdI weRTHeIn d’animation dans lesquels l’ar- colombie. la création artistique aux objets de eLLy sTRIk née en 1967 à buenos aires, tiste enregistre un moment qui Sculpteur d’espace de premier née en 1961 à la haye, pays- la vie quotidienne. L’importance de argentine. vit et travaille à new- s’échappe, comme le présent ordre, Gabriel Sierra crée aussi bas. vit et travaille à bruxelles, l’imagination et sa capacité à uti- york, états-unis. s’échappe et devient passé… En bien des installations spécifiques belgique. liser des éléments contradictoires L’œuvre de Judi Werthein défie se fondant sur la perception invo- que des œuvres éphémères qui Dans les œuvres d’Elly Strik, têtes pour en faire de nouvelles entités toute catégorisation : quels que lontaire de la vie quotidienne – des soulignent la relation probléma- sans visages, voiles de mariées proches du sentiment humain pro- soient les mediums qu’elle utilise, gens dans un train, une cage d’es- tique entre les éléments naturels et et pelages d’animaux exotiques duisent des formes délirantes qui, Werthein interroge les notions calier, un passant – Schellow tente artificiels, entre l’expérience d’un se combinent dans une peinture paradoxalement, semblent égale- universellement admises qui sont de conserver ce que la conscience espace et sa conceptualisation, quasi-transparente aux teintes dé- ment très proches et toujours fa- celles de l’identité, de la justice et humaine rejette généralement dans entre une conception établie et layées qui donnent à ses portraits milières. des droits de l’homme. Ses projets l’oubli. acceptée du temps, et une expé- une véritable épaisseur symbo- témoignent ainsi d’un engagement Expositions récentes : Law of the Jungle, Leh- rience autre – celle que permettent lique. poignant dans la vie de la cité. Expositions récentes : RE:MADE, Rencontres mann Maupin, New-York, 2011 ; Bigminis, Musée ses œuvres. Internationales Paris/Madrid/Berlin, Centre Pom- Expositions récentes : All About Drawing, Stede- d’Art Contemporain de Bordeaux, 2011 ; Bicho de Expositions récentes : La Tierra de los Libres, pidou, Paris, 2010 ; Een Voorspel, de Appel Art- Expositions récentes : Center for Curatorial Stu- lijk Museum, Schiedam, 2011 ; Dazzle The Evil Eye, Sete Cabeças, Galeria Fortes Vilaça, São Paulo, Figge von Rosen Galerie, Cologne, Allemagne, center, Amsterdam, Pays-Bas, 2010 ; T.I.C.A.B. – dies, Bard College, New-York, 2010 ; Zona Maco Kunsthal KAdE, Amersfoort, 2011 ; Hareng Saur, 2010 ; Chopping Board, Misako & Rosen, Tokyo, 2011 ; CGEM : apuntes sobre la emancipación, Tirana International Contemporary Art Biennale, Sur, Mexico Arte Contemporáneo, Mexico City, Stedelijk Museum, Gand, 2010 ; A rebours, Centre 2010 ; In collaboration with A.I.T. (Arts Initiative MUSAC Museo de Arte Contemporáneo de Castilla Albanie, 2009 ; Shadow/Existance, Gallery schei- 2009 ; 28e Biennale de São Paulo, Brésil, 2008, Culturel Suisse, Paris, 2010 ; Le bizarre, l’étrange et Tokyo) and the Backers Foundation, Gallery Side y León, Espagne, 2010 ; Lehmann Maupin Gallery, blermitte, Berlin, Allemagne, 2009… MDE07, Medellín, Colombie, 2007 l’incongru, Sélest’Art, Sélestat, 2009… 2, Tokyo, 2010… New-York, États-Unis, 2010… neAL TAIT JAVIeR TéLLeZ BARTHéLémy TogUo LyneTTe HecToR ZAmoRA né en 1965 à edimbourg, né en 1969 à valencia, né en 1967 à m’balmayo, yIAdom-BoAkye né en 1974 à mexico city, écosse. vit et travaille à londres, venezuela. vit et travaille à new- cameroun. vit et travaille entre née en 1977 à londres, mexique. vit et travaille à são royaume-uni. york, états-unis. bandjoun, cameroun et paris. royaume-uni, où elle vit et paulo, brésil. Dans les portraits et tableaux oni- Javier Téllez porte une attention Barthélémy Toguo procède par travaille. En prenant l’espace public comme riques de Neal Tait, récits et sous- particulière au dialogue entre com- accumulation : qu’il utilise la pho- À la fois raffinées et provocantes, référence, Hector Zamora conçoit récits sont créés par collage d’élé- munautés et aux situations sociales tographie, l’installation, la vidéo les œuvres de Lynette Yiadom- une œuvre qui combine les carac- ments visuels qui combinent la sur le fil du rasoir. Son œuvre ou la performance, l’artiste prend Boakye sont à elles seules une vé- téristiques physiques d’un envi- rhétorique d’un conte de fée avec questionne l’institution, le handicap comme point de départ souvenirs ritable leçon picturale. Chacun des ronnement urbain et architectural. le ludique pervers du surréalisme. ou la maladie mentale vus comme et sensations de voyages. À par- individus imaginaires qu’elle peint Il crée ainsi des structures aux des vecteurs de certains compor- tir d’éléments et de motifs récur- semblent sourire au spectateur réminiscences diverses, qui met- Expositions récentes : Der Menschen Klee, tements collectifs et individuels. rents, Toguo transforme ainsi une (on peut presque dire qu’ils rient), tent en évidence certaines carac- Kunst Im Tunnel, Düsseldorf, 2011 ; The Milkplus vie quotidienne à la fois globalisée dans un décor ambigu et atempo- téristiques des modes d’utilisation Bar, Josh Lilley Gallery, Londres, 2010 ; Les Toits Expositions récentes : Moca, Cleveland, États- et unique en une véritable réflexion rel. Pleins de certitudes, ces per- sociale de l’espace dans lequel il de Parise, White Cube, Londres, 2009 ; Neal Tait, Unis, 2011 ; Yebisu International Festival for Art & sur le monde contemporain. sonnages équivoques semblent intervient. ACME, Los Angeles, 2008… Alternative Visions, Tokyo, Japon, 2011 ; Périfé- tout entiers affirmer leur présence riks, CAN, Neuchâtel, Suisse, 2009 ; 4 ½, Kunstve- Expositions récentes : 8e Biennale do Mercosul, Expositions récentes : Zeppelin Schärme, au monde. rein Braunschweig, Allemagne, 2009… Porto Alegre, 2011 ; New Ceramics, Manufacture Zeppelin Museum, Friedrichshafen, 2011 ; White Nationale de Sèvres, Paris, 2011 ; Environment Expositions récentes : Lynette Yiadom-Boakye, Noise, Auckland Festival, Auckland, 2011 ; Offe- and Object in Recent African Art, Museum and Art The Studio Museum in Harlem, New-York, 2010 ; red paradises, Museo El Eco, Mexico City, 2011 ; Gallery at Skidmore College, New-York, 2011 ; The Essays and Documents, Jack Shainman Gallery, Credibility Crisis, Miami Basel, Miami, 2010 ; Ce- Lost Dogs’ Orchestra, Galerie Lelong, Paris, 2010… New-York, 2010 ; Essays and Letters, Michael Ste- râmica 6, Vermelho Gallery, São Paulo, 2010… venson Gallery, Cape Town, 2010 ; Manifesto, Faye Fleming & Partner, Genève, 2010…28/ /29
    • 11e biennale de lyon / LeS Lieux LeS Lieux / 11e biennale de lyon LA sUcRIèRe les docks, 47/49 quai rambaud, lyon 2e Construite dans les années 30, agran- die en 1960, La Sucrière sert d’entrepôt jusque dans les années 90. Son réamé- nagement, pour en faire le lieu phare de FondATIon BULLUkIAn la Biennale de Lyon 2003, constitue une 26 place bellecour, lyon 2e étape importante dans la transformation Dernière œuvre de Napoléon Bullukian du Port Rambaud. Le visiteur, qui pénètre (1905, Arménie - 1984, Lyon), la Fonda- dans l’édifice par les anciens silos, suit tion Léa et Napoléon Bullukian est créée le chemin autrefois emprunté par l’arri- en 1986 et reconnue d’utilité publique en vage du sucre. Belle entrée en matière 2003. Elle poursuit les actions de son fon- pour ce bâtiment récemment réhabilité de dateur en soutenant des projets dans trois 7 000 m², qui offre une éloquente évoca- les lieux domaines : l’art, la science et l’Arménie. tion de son passé. ©Blaise adilon, stéphane rambaud, Claire rolland mUsée d’ART L’UsIne T.A.s.e. conTemPoRAIn de Lyon la suCrière, la boîte 14 rue du textile, vaulx-en-velin cité internationale, des possibles… Construite en 1925 l’Usine T.A.S.E., 81 quai charles de gaulle, lyon 6e Après une vie industrielle bien remplie et quatre inscrite au patrimoine industriel est une Construit par Renzo Piano, le Musée ancienne fabrique de soie, qui fait au- Biennales d’art contemporain, la Sucrière est d’art contemporain de Lyon est inauguré jourd’hui l’objet d’un projet d’urbanisation réhabilitée par l’agence Z Architecture en en décembre 1995 à l’occasion de la à l’échelle du quartier tout entier Carré de 2010/2011. Le parti architectural a été celui 3e Biennale de Lyon. Il offre une surface la Soie Lyon-Vaulx-en-Velin. Elle accueille de préserver l’âme du bâtiment et des Docks au d’exposition temporaire de 3 000 m² ré- pour la première fois la Biennale de Lyon. service d’une mixité de fonctions inédites. partie en trois vastes plateaux complète- Ce lieu emblématique de la Confluence accueille ment modulables qui permettent toutes désormais espaces de travail, manifestations formes de scénographie. culturelles (expositions, spectacles, concerts…), et événements (salons, conventions et séminaires). Il accueille en outre sur le toit un club qui peut rassembler jusqu’à 800 personnes.30/ /31
    • 11e biennale de lyon / veduta veduta / 11e biennale de lyon quelqu’un s’exclame immédiatement : « tiens, voilà un geste qui 11 biennale de lyon e installe un objet banal, doté de la laideur quotidienne, dans une filiation entre une icône de la Renaissance, La Joconde de Léo- veduta nard de Vinci, et une icône de l’art moderne, le Nu descendant un escalier de Marcel Duchamp. La pointe d’humour de cette pièce lui confère une critique fine du fétichisme des objets depuis plus d’un siècle. Tu ne trouves pas, chérie ? » Là, il vous suffit d’es- quisser un léger sourire pour rassurer la « chérie » en question sur l’« intelligence bruyante » de son homme et poursuivre votre expérience. Dans un troisième cas, votre spécimen va se dire : « moi aussi, je peux le faire et je ne vois vraiment pas en quoi ceci une traversée en Cinq aCtes est plus artistique que l’empilement de vieilles valises au fond de par aBdeLkader daMani, directeur de projet mon garage ». Vous pouvez alors rappeler quelques évidences du genre : « l’art, c’est ce que font les artistes », et rajouter à cela : « l’empilement des valises, c’est ce que font les empileurs de valises ». Mais ce n’est pas fini, car il apparaît de plus en plus un quatrième cas que vous risquez d’observer. Ceux qui disent : « Je le fais déjà ». Là, vous êtes bien embêté ; et il ne vous reste plus rien d’autre à dire, éventuellement complimenter la personne, vérifier que ce n’est pas l’incarnation de Robert Filliou, et passer votre chemin en vous posant la question : « que fait-on dans ce dernier cas ? » A priori, rien. Arrêtons-nous là, car il serait vain, et sans grand intérêt, de tenter une liste exhaustive des comporte- ments face à une œuvre d’art. Essayons maintenant de deviner la provenance et la qualité des publics dissimulés dans les quatre cas caricaturés ci-dessus. En France, pays des typologies en tous genres et des catégories sans fin, la vulgarité des usages habituels voudraient admettre Veduta est, dans la Biennale de Lyon, une traversée de cifique au territoire français qui, après une urbanisa- 1/ Les observations qui sui- que le premier soit un « inculte » de banlieue, le second un « éru- la diversité des cultures visuelles. Autour de la « terrible tion ghettoïsante, depuis les années soixante, étale vent sont le souvenir flottant et dit » de centre-ville, le troisième un « imbécile » de nulle part et beauté », titre de la Biennale 2011, nous construisons les villes jusqu’à générer des paysages de banlieues amusé du comportement d’un public lors d’une exposition le dernier un « jeune » de partout. Or, rien n’est moins sûr. Nous Veduta avec différents acteurs de l’agglomération isolées, est bien étrange. S’il est question de difficulté qui accueillait l’œuvre de observons, dans notre pratique quotidienne, les réactions citées (Villes de Vaulx-en-Velin, Décines-Charpieu, Lyon, économique et urbaine – pour dire, convenons-en, les Robert Filliou. Nous essayons ci-dessus, auprès de l’ensemble des publics, sans distinctions Grand Lyon, centres sociaux, associations…) et choses rapidement et facilement, ce sont là des pro- de rapporter ces faits au plus prêt de leur réalité tout d’âge ni de provenance centro-périphérique. Faut-il alors consi- différentes institutions culturelles et artistiques (Institut blèmes qu’une biennale ne peut aborder. S’agit-il alors en partageant intimement dérer que l’une ou l’autre des réactions soit un échec ou une Lumière, macLYON, Villa Gillet, Musiques en Scène, d’un problème spécifique à ces publics qui éprou- avec Mikhael Bakhtine incompréhension de l’art ? Avec Veduta, nous donnons une ré- École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, veraient des difficultés particulières à comprendre l’affirmation que « de même que l’homme ne coïncide ponse qui, à l’image de Filliou, reprend son principe d’équiva- bibliothèques…). De l’invitation de Yona Friedman à la l’art ? Mais là encore, pourquoi des publics habitant jamais complètement avec sa lence : en effet, toutes les attitudes sont des attitudes justes dans résidence des artistes Ernesto Ballesteros et Jarbas un quartier de banlieue seraient-ils plus en difficulté situation concrète, de même le processus de rencontre avec l’œuvre d’art (et non pas juste Lopes en passant par la construction d’un Musée face à l’art, et pourquoi exigeraient-ils des actions le monde ne coïncide jamais complètement avec la parole des attitudes, pour reprendre le bon mot de Godard). L’œuvre « Cube Blanc », d’un espace public « le Kiosque » dites « spécifiques » ? Avec Veduta, modestement et qui le décrit ». d’art n’est pas un savoir à acquérir, elle est une invitation à l’expé- et d’un concours de nouvelles, Veduta propose à notre échelle, nous travaillons à la disparition de ces rience. Accepter l’invitation ou la décliner ne saurait être un critère cette année une mise en scène en cinq actes de la évidentes considérations jamais questionnées. d’évaluation, encore moins un jugement. transversalité des disciplines artistiques. Mais il reste encore une dernière remarque sur cette œuvre dont le D’ailleurs, le public, c’est qui ? Prélude Prenez un être humain, d’une taille « moyenne » et commentaire avait dépassé toutes nos espérances – celle d’une Veduta n’est pas, dans la Biennale de Lyon, un espace d’esprit « moyen », et posez-le debout devant une petite fille qui demande à un monsieur, en tirant sur la manche de programmation artistique et culturelle à destination œuvre d’art contemporain dans l’espace d’un musée. de sa veste : « ils sont où, les escaliers ? » Question à laquelle des quartiers difficiles. Cela, pour deux raisons. Pour les besoins de la démonstration choisissez La il répond : « pourquoi cherches-tu des escaliers ? » La réponse D’une part, il n’y a, de notre point de vue, aucun conflit Joconde est dans les escaliers de Robert Filliou1. Ce est des plus poétiques : « je cherche la Joconde ». Avec Veduta, spécifique entre le public et l’art contemporain. Il n’y a décor installé, observez votre dispositif expérimental nous essayons de dissimuler des Jocondes dans des escaliers, pas non plus de difficulté particulière à l’art contempo- et notez avec attention et précision ce que ce dis- en assumant pleinement la naïveté d’une telle quête. rain, pas plus qu’il n’y en aurait à réussir un risotto. Le positif va révéler. Premier cas de figure, votre regar- En 2009 nous avions suivi Hou Hanru au plus près du « spec- problème réside, pour nous, dans la distance de plus deur passe son chemin en se disant : « la femme de tacle du quotidien », en construisant notre propos autour de cinq en plus étendue entre les œuvres et le public. L’art ménage a oublié ses affaires ». Là, vous avez le choix catégories : manger, habiter, fabriquer, parler ou encore penser contemporain n’est pas difficile, il est juste difficile de entre vous offusquer, car tout votre travail d’exposi- l’art contemporain. En 2011, l’invitation de Victoria Noorthoorn le rencontrer et surtout de « vivre avec ». Avec Veduta, tion vient de s’effondrer en quelques mots ; ou vous à la « terrible beauté » qui « est née » nous conduit, de juillet à nous travaillons à ce rapprochement. dire : « au fond, Filliou a réussi ; la confusion entre l’art fin décembre, à une traversée rythmée par cinq moments autour D’autre part, la notion de quartier difficile, très spé- et la vie vient de s’opérer ». Dans un deuxième cas, desquels nous tentons de donner une spatialité à la rencontre.32/ /33
    • 11e biennale de lyon / veduta veduta / 11e biennale de lyon Acte 3 : le kiosque à Vaulx-en-Velin. Qu’il s’agisse du Musée du XXIe siècle ou du « Cube Blanc », les actions de Veduta sont des dispositifs de convergences, des points de rencontres et de rendez-vous avec l’œuvre d’art. À Vaulx-en-Velin (69120), nous avons souhaité cette convergence autour d’un « Kiosque » – un terme et une fonction devenus depuis une architecture. En colla- boration avec l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon et sous la forme d’un concours à destination des étudiants de cinquième année, le principe d’organisation de ce Kiosque a été pensé pour un terrain vague de Vaulx-en-Velin. Il n’y avait ni pro- Acte 1 : yona Friedman, une figure tutélaire. gramme, ni intention précise, juste un terme et un terrain disponibles. Les trois étudiants L’acte inaugural de Veduta / Biennale de Lyon 2011 est l’invitation faite à Yona Friedman d’activer son Musée lauréats du concours, Amélie Gauthier, Vanessa Pointet et Thibaut Pierron, sous la di- du XXIe siècle le temps d’une journée, le 9 juillet 2011, au Grand Parc Miribel Jonage, à proximité de Lyon. rection de leur enseignant Christophe Widerski, ont imaginé un espace « capacitaire » Chez Yona Friedman, dans le XVe arrondissement de Paris, le moindre centimètre carré d’espace comporte le à base d’échafaudages, qui fonctionne comme un « porte-manteau » sur lequel nous « risque » heureux d’être une œuvre. Son espace de vie est « plein » de son œuvre. À la proposition faite d’une pouvons venir accrocher toutes formes et toutes fonctions. À partir du 15 septembre, invitation pour Veduta cet été, Yona Friedman répond positivement et nous expose ses pistes de travail. Il y a des événements rythmeront la vie de ce nouvel espace public autour de quatre thèmes là, dans la même personne, l’enthousiasme d’un jeune artiste et la précision d’une figure devenue aujourd’hui inspirés de la « terrible beauté » : historique. Chaque mot de Yona Friedman résonne alors pour nous comme un principe pour Veduta. « Le Mu- - 17 septembre 2011 : le patrimoine, un programme de musique actuelle confié à Da- sée du XXIe siècle », nous dit-il, « est une invitation faite au public de venir exposer, dans une structure ouverte mien Pousset, délégué artistique de la Biennale Musiques en Scène et très légère, un objet que la personne éprouve un plaisir à partager ». Et de rajouter à cela, non sans humour : - 1er octobre 2011 : la culture urbaine, une journée programmée par Bwoy Rudy, direc- « il faudrait que chacun accepte le risque du vol ». À la question de savoir quelle méthode observer pour scé- teur de Revolution-R nographier cette exposition, sa réponse est dans le droit fil de son utopie : « organisez une élection sur place. - 15 octobre 2011 : la théâtralité, représentation d’une pièce de Samuel Beckett, mise La personne élue par le groupe décidera de l’emplacement des objets ». en scène par Claire Truche, directrice de la Nième Compagnie et jouée par des habi- Ainsi, le principe du Musée du XXIe siècle, processus commencé dès l’année 2000, est la construction « aléa- tants de Vaulx-en-Velin toire » d’une collection dont l’inventaire prendra fin en 2100. L’infrastructure qui accueille cette collection d’un - 29 octobre 2011, la littérature, la poésie (programme en cours) nouveau genre est une « architecture de la survie », précaire, ouverte et peu coûteuse. Il y a dans ce processus Chaque journée est clôturée par la projection d’un film dont le choix est confié à Thierry un aspect qui constitue pour nous le cœur de l’intention de Veduta : le visiteur apporte l’objet à exposer et, par Frémaux, directeur de l’Institut Lumière de Lyon et délégué général du Festival de Cannes. ce geste, participe au processus de l’artiste. Il construit ainsi l’image que nous nous faisons de l’œuvre d’art. important : la construction de cette structure est confiée à un chantier d’insertion Mais le plus important est la disparition, à l’instant où chaque personne pose son objet choisi, de toute distance accueillant six personnes réfugiées politiques, suivies par Forum réfugiés. l’en- entre l’œuvre et le spectateur. Dans cette nouvelle configuration, il n’y a plus de place pour les discours : le semble de l’opération de construction est conduit par le club d’entreprises pass regardeur fait l’œuvre. Veduta s’inscrit dans la filiation de l’œuvre de Yona Friedman. rhône-alpes. Acte 2 : le « cube Blanc », un musée à décines-charpieu. Acte 4 : résidences d’artistes – ernesto Ballesteros à Lyon On l’aura compris, Yona Friedman, avec son Musée du XXIe siècle, critique ouvertement (3e et 9e arrondissements) et Jarbas Lopes à Feyzin. les gigantesques infrastructures que sont devenus les musées et galeries, pour leur La scène de Veduta est ainsi installée entre deux musées et un espace public, le préférer un engagement et une ouverture dans l’espace public. Dans le projet global de Kiosque : ne manque plus que la figure de l’artiste dans cette mise en scène. C’est là Veduta, un autre musée répond à celui de Yona Friedman : le « Cube Blanc » (caricature que Victoria Noorthoorn nous a proposé d’accueillir deux artistes qui, dès l’ouverture de et réflexion sur la modernité), construit à Décines-Charpieu (69150) dans le quartier du la Biennale, commencent une résidence – l’un à Lyon, l’autre à Feyzin (ville de l’agglo- Sablon-Berthaudière. mération). Le résultat de ces deux résidences sera visible sous deux formes, pendant L’idée du « Cube Blanc » à Décines consiste à créer un musée installé au pied des toute la durée de la Biennale, d’une part : une œuvre exposée dans les espaces dédiés à immeubles. Ce projet est né de la rencontre des habitants du quartier, des services l’exposition internationale ; et d’autre part, un événement dans l’espace public coproduit techniques de la Ville de Décines, d’un bailleur social (l’OPAC 38), et du Centre Social avec les habitants. de la Berthaudière. Le principe en est simple : créer une convergence entre la collection d’un Musée, le macLYON, et un groupe d’habitants, pour mettre l’exposition à l’épreuve, Acte 5 : la voix off (en collaboration avec Télérama). en questionner les tenants et les aboutissants, et en expérimenter l’ensemble des mo- Ce cinquième acte de Veduta 2011 ne clôt pas le déroulé mais le traverse. Il s’agit d’un dalités. concours de nouvelles lancé à l’échelle nationale et, au-delà, francophone, ayant pour Les habitants du quartier seront tour à tour les conservateurs, les curators, les média- titre celui de la Biennale : Une terrible beauté est née. La règle de ce concours est teurs, les régisseurs, les gardiens et les visiteurs de ce « Cube Blanc » qui, d’octobre à simple : ouvert à toutes et à tous, la nouvelle devra faire exactement 2011 signes. Le décembre, accueillera des expositions d’art contemporain conçues par ce groupe d’ha- concours est lancé à l’ouverture de la Biennale. À sa clôture au mois de décembre, un bitants. jury élira les nouvelles les plus marquantes, qui seront publiées par le magazine Télérama.34/ /35
    • 11e biennale de lyon / réSonance réSonance / 11e biennale de lyon 11e biennale de lyon résonanCe De septembre à décembre 2011, plus de 90 centres d’art, galeries privées, institutions culturelles et collectifs à noTeR Dans le cadre de leur coopération les 4 agglomérations ont décidé de soutenir les grands événements culturels d’envergure métropolitaine. ainsi, en complément du grand lyon, st-etienne métropole, d’artistes s’associent à la Biennale de Lyon. Tous les deux ans depuis 2003, Résonance propose ainsi un vé- l’agglomération Porte de l’isère et vienne agglo feront écho à la ritable parcours artistique – un événement dans l’événement qui permet au public le plus large d’avoir accès, Biennale de lyon en 2011 en proposant des événements en résonance dans l’agglomération lyonnaise et en région Rhône-Alpes, à plus de 125 événements : danse, performance, sur chacun de leurs territoires. théâtre, photographie, vidéo, installation, design, musique, littérature… - médiathèque de l’isle d’abeau Points d’orgue du programme, la semaine d’ouverture de la Biennale (du 10 au 17 septembre 2011), qui septembre : rétrospective agnès varda propose de nombreux vernissages, expositions, concerts, projections et événements, et la Nuit Résonance, - Creafactory/Pays viennois septembre : Voir plus loin sans jamais organisée cette année le 24 novembre 2011 dans le centre-ville de Lyon. - musée d’art moderne de saint-etienne métropole Programme complet dès août 2011 dans le guide Résonance (30 000 exemplaires) disponibles dans les lieux de septembre à janvier : Bertrand lavier participants et à la Biennale et sur www.labiennaledelyon.com les lieux en résonanCe Lyon 1er et 4e Maison de larchitecture Rhône- Lyon 2e, 5e et 9e Lyon 3e, 6e, 7e et 8e Agglomération du Région Rhône-Alpes Centre d’Art Bastille, Grenoble Rhône Alpes Le VOG, Fontaine La BF 15 Célestins, Théâtre de Lyon Cinéma Le Comœdia grand Lyon ain Musée Paul-Dini, Villefranche-sur- septembre : Clémence Torres / novembre : MAPRA octobre-novembre : Festival Sens Interdits Espace Vallès, Saint-Martin-d’Hères Saône septembre, octobre et novembre : expositions Alliance Française Espace d’arts plastiques, Vénissieux H2M Hôtel Marron de Meillonnas, Eric Hattan Quelques Cercles (concerts) septembre : Thomas Collet / octobre : Ghislaine octobre : Simon de Saint-Martin septembre : Marie Frier / novembre : exposition octobre : La collection a 10 ans collectives Bourg-en-Bresse collective École Nationale Supérieure des Festival Micro Mondes (novembre) Hamid ; novembre : Noriyuki Muraki L’Épicerie Moderne, Centre Léonard octobre : Moi l’art je ne pense qu’à ça Galerie le 116 art, Villefranche-sur- beaux-arts de Lyon Modern Art Galerie Musée Géo-Charles, Echirolles Saône septembre : Frédéric Périmon / novembre : Lina Broadcast Posters Art Tripping de Vinci, Feyzin BIAPI, Bourg-en-Bresse septembre / octobre / novembre : expositions septembre : Myanm-Art(s) / décembre : AyeKo septembre : Jean-Marc Rochette septembre : Tapis rouge collectives Manousogiannaki septembre : Matt Coco et Scott Barry La Ferme du Vinatier, Bron septembre : colloque et Laurence Médioni octobre : Gorgia Volpe La Halle Jean Gattégno, Pont-en- Galerie Caroline Vachet Néon Cabaret Contemporain (concerts) ardèche Royans savoie Association Rêve Général INSA, Villeurbanne septembre : Anya Belyat Giunta / novembre : La Opéra national de Lyon Galerie Jean-Louis Mandon septembre : Bernard Garcier / décembre : Gac, Annonay octobre : Sur la pointe des pieds / novembre : La Conciergerie, La Motte-Servolex beauté s’appelle plurielle septembre : Maguy Marin / octobre : William septembre : Madeleine Lambert septembre : Enrique Ramirez / octobre : Rendez-vous avec l’art en Sud-Grésivaudan septembre : Lucy Watts / octobre : Yves Fanny Press exposition collective septembre : Philippe Favier / novembre : Galerie Céline Moine Kentridge Galerie L’Attrape-Couleurs Susanne Bruynzeel Monnier Bibliothèque Lyon Part Dieu Maison du Livre, de lImage et du loire septembre : Photographie onirique Regard Sud septembre : Yann Lévy / novembre : Gaëlle septembre : Wolman Watier ©box, Chambéry septembre : Jocelyne Saab / novembre : Nabil Retière et Elise Sorin Son, Villeurbanne drôme Cité du Design, Saint-Etienne Galerie Elizabeth Couturier Cabinet Plastique octobre : Julien Nédélec / décembre : Le Gentil septembre : Design Map septembre : Carlos No, Hélène Katz Boutros Galerie Olivier Houg art3, Valence Haute-savoie octobre : exposition collective Garçon septembre : Raffaella Spagna et Andrea Caretto Galerie Bernard Ceysson, Saint- Galerie Henri Chartier Le Réverbère septembre : Aurélie Pétrel imagespassages, Annecy septembre : William Klein / décembre : Alain École Normale Supérieure La Spirale, Décines novembre : Gabriela Oberkofler Etienne septembre : Franchir / octobre : Partager et septembre : Georges Romathier / octobre : Galerie Georges Verney-Carron octobre : Rodolphe Töpffer septembre : David Morel / novembre : Yannick septembre : Claude Viallat Caroline Demangel Fleischer Les enfants du facteur, Grignan Le Nomade et la transphère / novembre : Galerie Saint-Charles Galerie Artaé Vey septembre : Brigitte Laurendeau Lassaut de la menuiserie, Saint- Transmettre et Poétique du monde, politique de Galerie José Martinez La salle de bains septembre : Frédéric Adrait / octobre : Zhang septembre : Paul Pfeiffer, Nicolas Leavenworth / septembre : Les Yeux vernis / novembre : Le Toboggan, Décines Lithos, Saint-Restitut Etienne l’autre et esthétique de l’échange septembre : Renaud Layrac Haiying / novembre : Helen Uter Allers/Retours octobre : Fight Art septembre : Bayrol Imenez / novembre : Carte novembre : Mélanie Giligan septembre : Marie-Laure de Decker Fondation pour l’art contemporain Galerie Le Bleu Du Ciel Goethe Institut Galerie Domi Nostrae Blanche ! Claudine et Jean-Marc Salomon, septembre : Marco Delogu et Lyon Septembre Solidarte septembre : Maix Mayer Angle Art Contemporain, Saint-Paul- septembre, octobre et novembre : expositions septembre : Olivier Masmonteil / novembre : Trois-Châteaux Artothèque Idéograf, Saint-Etienne Alex de la Photographie 2011 / novembre : Tom Musée de lImprimerie Sigurdur Arni Sigurdsson septembre : Christelle Franc / octobre : Jacque- septembre : Paul Rebeyrolle Wood collectives septembre : Not Valid from octobre : Roger Excoffon Galerie Nouvelle Echelle dOr line Salmon / novembre : Flavie Cournil Villa du Parc, Annemasse Galerie Vrais Rêves 4, Barbier isère septembre : Rumeurs au Transfo 6 picoles cycliques septembre : Bernard Clarisse septembre : Kaz Oshiro septembre : Arno-Rafael Minkkinen octobre : exposition collective Médiathèque de L’Isle d’Abeau Spacejunk Lyon Galerie Roger Tator La Robertsau, Rumilly Atelier Ramet Gaudin septembre : FocAr, Studio 21 bis septembre : rétrospective Agnès Varda septembre : exposition collective septembre : Vincent Ramet et Virginie Gaudin septembre : Caïa Koopman et Venus 2 / novembre : Will Barras Grame Creafactory/Pays Viennois Le Point Commun, Cran-Gevrier Interior novembre : Iannis Xenakis / décembre : septembre : Voir plus loin sans jamais septembre : Ecosse 74, Alain Boulivet septembre : Collection n° 1 Mauricio Kagel Oui, Centre d’art contemporain, IUFM Centre hospitalier Saint-Joseph Grenoble septembre : Valerio Adami / novembre : septembre : David Lefebvre / octobre : L’usine Liste non définitive au 6 mai 2011. Saint-Luc exposition collective Spacejunk, Grenoble Le Croiseur (danse) septembre : Skateboarding is not a crime / Maison de la Danse (danse) octobre : Caïa Koopman / décembre : Will Barras36/ /37
    • 11e biennale de lyon / réSonance réSonance / 11e biennale de lyon les « foCus » de résonanCe Rendez-Vous 2011 Antoine de galbert, collectionneur Les enfants Terribles Bertrand Lavier Institut d’art contemporain Musée des Beaux-Arts de Lyon Lowbrow & Pop surrealism exhibition Musée d’Art Moderne de Saint-Etienne Métropole 11 rue du Docteur Dolard, 69100 Villeurbanne 20 place des Terreaux, 69001 Lyon Le Plateau, espace d’exposition La Terrasse, 42006 Saint-Etienne Du 12 septembre au 13 novembre 2011 www.mba-lyon.fr Conseil régional Rhône-Alpes www.mam-st-etienne.fr Vernissage le lundi 12 septembre 2011 Du 16 septembre 2011 au 2 janvier 2012 1, Esplanade François Mitterrand, 69002 Lyon Du 18 septembre 2011 à janvier 2012 Du 15 septembre au 31 décembre 2011 Vernissage le vendredi 17 septembre 2011 Dédiée à la jeune création et initiée en 2002 par Thierry Ras- Sur une proposition de Sylvie Ramond, Antoine de Galbert, col- pail, directeur du Musée d’art contemporain de Lyon, et conçue lectionneur et fondateur de la « Maison Rouge » à Paris, choisit L’exposition « Les Enfants Terribles » vient apporter un éclairage Lóránd Hegyi invite Bertrand Lavier à s’emparer de l’espace mo- avec Yves Robert, directeur de l’Ecole nationale supérieure des de faire dialoguer une centaine d’œuvres de sa propre collection sur deux mouvements artistiques issus des États-Unis et qui numental de la salle centrale. À cette occasion, l’artiste crée une beaux-arts de Lyon, « Rendez-Vous » s’accroit dès l’année sui- d’œuvres anciennes, modernes et contemporaines avec celles jouissent aujourd’hui d’une reconnaissance établie : le « Low- installation inédite visant à bouleverser totalement l’architecture vante d’une collaboration avec l’Institut d’art contemporain de du département du XXe siècle du Musée des Beaux-Arts de brow » et le « Pop Surrealism ». Deux mouvements qui n’ont cessé du Musée d’Art Moderne. Villeurbanne dirigé par Nathalie Ergino, et forme désormais un Lyon de se croiser et de s’entrechoquer depuis les années 70, por- Les 25 ans du cAP saint-Fons projet commun aux trois institutions. D’abord dévolue aux artistes tés à coup sûr par des « enfants terribles » du monde de l’art. Centre d’Arts Plastiques de Saint-Fons émergents de la région Rhône-Alpes, « Rendez-Vous » devient docks Art Fair 2011 Puisant leurs inspirations dans la BD, les cartoons, la « custom Centre Léon Blum, Place du Pentacle, 69195 Saint-Fons en quelques années seulement une véritable plateforme ouverte Foire internationale d’art contemporain culture » et plus récemment dans l’univers du tatouage, du skate Du 3 septembre 2011 au 13 janvier 2012 à la création internationale. Les liens qu’entretient la Biennale Quai Rambaud, 69002 Lyon et des musiques alternatives, ces artistes nous confrontent à nos www.docksartfair.com Créé en 1986 et dirigé depuis 2008 par Anne Giffon-Selle, le de Lyon avec les biennales qui comptent dans le monde contri- propres références grâce à des supports inattendus comme les Du 13 au 18 septembre 2011 Centre d’Arts Plastiques de Saint-Fons présente quatre manifes- buent à faire de « Rendez-Vous » un projet unique : résidences et pochettes de disque, les affiches de concert, les planches de tations simultanées à l’occasion de ses 25 ans : deux expositions échanges internationaux sont ainsi mis en place dès 2008 avec Idéalement située sur l’esplanade de la Sucrière, la troisième skateboard et certaines marques de vêtements de sport. Robert monographiques sont consacrées à Pierre-Olivier Arnaud et Sa- Moscou, Buenos Aires, Pékin ou Miami, tandis que le Shanghai édition de la foire d’art contemporain Docks Art Fair réunira 40 Crumb, Robert Williams, Ed Roth, Jean-Michel Basquiat ou Keith rah Tritz, et deux expositions montrent l’ampleur de la collection Art Museum accueille une première fois l’exposition en ses murs galeries internationales du 13 au 18 septembre 2011. Créée en Haring sont autant de pères de ces mouvements, autant d’ar- du Centre depuis sa création, sur les thèmes de « Il était une en 2008, avant de confier à « Rendez-Vous » le commissariat 2007 à l’initiative des galeristes Olivier et Patricia Houg, Docks tistes reconnus et qui s’inscrivent dans une forme exigeante et fois… » et « Plis et replis dans l’espace urbain ». de la participation française à la Biennale de Shanghai 2010 Art Fair est la seule foire internationale biennale consacrée au populaire de l’art contemporain, à laquelle notamment les jeunes (Delphine Balley, Vincent Olinet, Marlène Mocquet, Chourouk solo show. Les galeries présentées, sélectionnées avec soin par générations sont particulièrement sensibles. Si le Pop Surréa- « on The Road », salon de l’Automobile de Lyon : Hriech), tandis que le macLYON accueille l’exposition « Infantiza- un comité réunissant des personnalités prestigieuses du monde lisme a ses maîtres incontestés avec Mark Ryden, Ray Caesar 20 pièces des collections du macLyon tion », consacrée à la jeune création chinoise. Le commissariat de l’art contemporain (Georgina Adam, Isabelle Bertolotti, Bar- et Todd Schorr, qui témoignent d’une maîtrise technique pictu- Salon de Automobile de Lyon 2011 commun de « Rendez-Vous » 2011 est assuré pour le macLYON par bara Polla, Patrizia Sandretto Re Rebaudengo, Richard Leydier et rale des plus élevées, le Lowbrow reste fidèle à la ligne pure, Boulevard de l’Europe, 69680 Chassieu Isabelle Bertolotti et Thierry Raspail, pour l’IAC par Nathalie Er- Pascal Neveux), exposeront chacune les œuvres d’un seul artiste, au crayonné, au dessin « sur le coin de la nappe » ou dans le www.mac-lyon.com Du 8 au 16 octobre 2011 gino, et pour l’ENSBA-Lyon par Yves Robert, avec une sélection sur un stand de taille unique. Docks Art Fair assure ainsi une visi- cahier d’école. La jeune garde européenne en est le porte-parole de dix jeunes artistes travaillant en France et récemment issus bilité égale à tous les galeristes, tous les artistes et offre au public avec des artistes français comme Nicolas Thomas ou Odö. Si La Biennale de Lyon, le macLYON et le Salon Automobile 2011 d’écoles d’art, notamment en Rhône-Alpes : Fouad Bouchoucha, l’occasion de découvrir une création contemporaine de qualité in- ces mouvements sont figuratifs, certains travaux font appel à l’hu- proposent une exposition inédite autour de la création contem- Julia Cottin, François Daillant, Thomas Léon, Camille Llobet, San- ternationale dans un environnement accessible et convivial. Forte mour comme ceux de l’australien Reg Mombassa, ou font le lien poraine. Dans un espace de 900 m2, sur une scénographie com- dra Lorenzi, Emilie Peythieux et Anne-Lise Seusse. Par ailleurs, de ce concept unique et novateur, Docks Art Fair a su s’imposer avec le street art comme les œuvres du chilien Victor Castillo ou mune à la section design(s) de l’ENSBA-Lyon, le macLYON pré- « Rendez-Vous » s’étend plus largement encore au réseau in- dans le calendrier des rendez-vous majeur de l’art contemporain. de l’américain Jeff Soto, qui reste fidèle à la peinture « live » sur sente un large ensemble d’œuvres de sa collection associées à ternational en s’ouvrant dès 2009 à dix biennales et institutions mur qu’il couvre de sujets oniriques et merveilleux, expression du des pièces actuelles sur le thème du déplacement et des méta- internationales qui proposent chacun un artiste. Pour 2011, les rêve également mise à l’honneur par le japonais Naoto Hattori. À phores propres à la circulation. biennales participantes sont les suivantes : Biennale de Dakar l’instar de l’américaine Caia Koopman, la plupart de ces artistes Co-commissariat : Hervé Percebois et Olivier Vadrot. (N’Goné Fall) ; Biennale de Gwangju (Massimiliano Gioni) : Sasa ; s’emparent souvent, très frontalement, de l’activité locale ou in- mai-Thu Perret : The Adding machine Biennale d’Istanbul (Adriano Pedrosa & Jens Hoffmann) : Zarou- ternationale. L’exposition met ainsi en perspective dix artistes du Le Magasin – Centre national d’art contemporain de Grenoble hie Abdalian ; Biennale de Kochi Muziris (Bose Krishnamachari) : Lowbrow et du Pop Surrealism avec un certain nombre de leurs 155 Cours Berriat, 38000 Grenoble Rohini Devasher ; Biennale de Liverpool : Lewis Biggs ; Biennale contemporains – des artistes qui ont été eux aussi, à leur manière, www.magasin-cnac.org de la jeune création de Moscou (Daria Pyrkina) : Anya Zholud ; des Enfants Terribles, tels qu’Art Keller, Jérôme Basserode, Ro- Du 9 octobre 2011 au 1er janvier 2012 Biennale de la Nouvelle-Orléans (Dan Cameron) : Sophie Lvoff ; bert Combas ou Charlemagne Palestine. Vernissage le samedi 8 octobre 2011 Biennale de Sao Paulo (Moacir dos Anjos) : Matheus Rocha Pit- Commissariat : Jérôme Catz/Spacejunk ; en collaboration avec la Collection Rhône-Alpes/FRAC Première exposition monographique en France de l’artiste Suisse, ta ; Biennale de Sydney (David Elliott) : Harry Newell ; Triennale de Rhône-Alpes ; coréalisation Région Rhône-Alpes/Centres d’art Spacejunk. « The Adding Machine » présente sculptures, installations, pein- Yokohama (Akiko Miki) : Soichiro Murata. tures, vidéos et performances et rend compte de la diversité des Alan charlton Couvent de la Tourette, 69210 Éveux approches artistiques de Mai-Thu Perret. Du 10 septembre au 6 novembre 2011 Commissariat : Yves Aupetitallot. Vernissage le vendredi 16 septembre 2011 À l’invitation de Marc Chauveau, Alan Charlton s’empare de l’es- pace intérieur de ce patrimoine d’architecture contemporaine qu’est le Couvent de la Tourette conçu par le Corbusier et Xenakis, et conçoit à cette occasion un ensemble d’œuvres spécifiques.38/ /39
    • 11e biennale de lyon / journéeS proFeSSionneLLeS journéeS proFeSSionneLLeS / 11e biennale de lyon journées à noTeR 1e biennale pour l’image de beyrouth, liban / “defy the medias” Commissaire : ghada Waked profes- du 11 septembre au 15 octobre 2011 3e biennale d’art contemporain de thessalonique, grèce / “a rock and a hard place” Commissaires : Paolo Colombo, mahita el Bacha urieta, marina Fokidis sionnelles du 18 septembre au 18 décembre 2011 www.thessalonikibiennale.gr mardi 13 et merCredi 14 septembre 2011 prix de l’artiste 12e biennale franCophone 2011 d’istanbul Accréditations, réservations d’hôtels et informations pratiques sont sur le La Maison de la Créé lors de la dernière Biennale, le Prix de l’artiste “Untitled (12th Istanbul Biennial), 2011” site de la Biennale www.labiennaledelyon.com, rubrique « professionnels ». Francophonie francophone sera remis à l’ouverture de la Biennale à commissaires invités : adriano Elle a pour vocation de l’un des artistes participants, originaires d’un des 75 pedrosa et jens hoffmann Performances, happenings, conférences… auront lieu tout au long des journées professionnelles promouvoir la Francophonie en pays membres de l’Organisation Internationale de la du 17 septembre au 13 novembre 2011 (programmation en cours). Rhône-Alpes. journées professionnelles : 15-16 septembre 2011 Elle bénéficie du soutien de Francophonie, ou, tout simplement, revendiquant une l’Organisation Internationale culture francophile. www.iksv.org/bienal/english Accueil des professionnels et retrait des accréditations : de la Francophonie, du minis- tère des Affaires Étrangères, Une terrible beauté est née. Cela aurait pu être l’excla- la Sucrière, Quai Rambaud, 69002 Lyon La Biennale d’Istanbul 2011 explore la relation entre de la ville de Lyon, du conseil mation de Senghor lorsqu’il a créé, avec trois autres général du Rhône, de la région art et politique, en se fondant sur des œuvres qui chefs d’État de pays décolonisés, la Francophonie, il Rhône-Alpes, de l’Association sont à la fois formellement novatrices et politiquement Pendant les journées professionnelles, mARdI 13 sePTemBRe Internationale des Régions y a tout juste 41 ans. 75 pays ont aujourd’hui choisi engagées. Les œuvres de l’artiste cubain-américain navettes fluviales et bus sont mis en place Francophones, de la chambre de revendiquer une langue et une vision du monde à intervalles réguliers entre la Sucrière et Sucrière : ouverture de 11h à 19h de Commerce et d’Industrie Felix Gonzalez-Torres (1957-1996) sont l’une des en partage. Un tiers des pays du monde qui, par cet les autres lieux d’exposition. Musée d’art contemporain, Fondation Bullukian, Usine T.A.S.E. : de Lyon. principales sources d’inspiration de cette 12e édition. engagement, refusent l’uniformité et plaident pour la ouverture de 12h à 19h Le titre de la biennale, “Untitled (12e Biennale d’Is- différence, la diversité culturelle, le mouvement. tanbul), 2011”, fait d’ailleurs délibérément référence à Choisie en 2008 pour accueillir la première maison la façon dont Gonzalez-Torres a nommé la plupart de meRcRedI 14 sePTemBRe de la Francophonie de l’Hexagone, Lyon est au cœur ses œuvres : Sans titre, suivi d’une description entre Tous les lieux : ouverture de 10h à 22h d’un fantastique appel d’air culturel francophone, no- parenthèses. La Biennale d’Istanbul est composée de Vernissage à la Sucrière : 18 h 30 tamment avec la Caravane des 10 mots, le Festival du cinq expositions de groupe et environ 45 expositions film court francophone, le Festival francophone du film solo. d’école… De Lyon à Istanbul, au départ de l’aéroport Lyon-St-Exupéry : En 2009, c’était au tour de la Biennale d’art contem- Vol direct Turkish Airlines mercredi 14 septembre à 18.00 porain de Lyon de succomber à cette aspiration fran- Vol direct Turkish Airlines jeudi 15 septembre à 13.35 cophone en faveur d’un monde multipolaire, respec- tueux des diversités notamment culturelles à l’heure où la mondialisation est trop souvent synonyme de monde aplati. Ce prix de l’artiste francophone viendra récompenser une œuvre affirmant que, dans ce spec- tacle mondialisé du quotidien, la différence, cette ter- rible beauté, reste le meilleur passeport pour demain. En 2009, le prix de la Francophonie a été décerné à Maria Thereza Alves.40/ /41
    • 11e biennale de lyon / La BiennaLe et SeS viSiteurS La BiennaLe et SeS viSiteurS / 11e biennale de lyon la biennale à noTeR la Biennale offre à chaque visiteur un guide d’exposition gratuit qui commente chaque œuvre et ouvre une fenêtre sur lyon à travers et ses une rubrique magazine. Des visites commentées sont également proposées sur réservation aux publics en groupe, tels que les associations, les centres de loisirs ou les clubs d’activités. visiteurs en partenariat avec la délégation aux personnes âgées de la ville de lyon, les acteurs du champ social et de l’insertion et l’association Culture pour tous, la Biennale ouvre ses portes à chacun grâce à des tarifs adaptés et à des parcours de sensibilisation. La Biennale invite les visiteurs au sein de son projet de médiation et propose de les accompagner selon leurs envies de différentes manières : en suivant une visite commentée qui privilégie l’échange et la discussion, en s’équipant d’une application audio pour évoluer librement dans les espaces d’exposition, ou encore en profitant du guide d’exposition gratuit remis à chaque visiteur. les aCtions enCore plus de visites ! sColaires spéCifiques formation Nous proposons cette année, un grand nombre de visites pour être à l’écoute de tous Enfants, jeunes ou adultes bénéficient ainsi d’un cadre privilégié L’association « Histoires et Toiles » travaille les publics et accompagner le plus grand nombre : des plus jeunes, à partir de 3 ans et découvrent l’exposition avec un parcours adapté. en partenariat avec la Biennale de Lyon et aux collégiens en passant par les groupes d’amis, chacun peut trouver la visite qui lui propose des stages de formation pour les Pour les primaires convient. adultes souhaitant développer ou appro- L’association PetitArt propose une exposition découverte, une fondir leur connaissance autour de l’expo- • La visite partage, visite commentée d’1 h 30 ou 1h selon le lieu malette pédagogique et un atelier créateur en complément de la sition de la Biennale. visite commentée de l’exposition. • La visite apéro que l’on poursuit autour d’un verre Au programme : lectures et questionne- Des moments ludiques et pédagogiques pour une meilleure ap- ments des œuvres exposées, repères his- • nouveau La visite coulisses qui accompagne le visiteur dans l’envers du décor proche de l’art contemporain. toriques et théoriques, informations biblio- en privilégiant une approche technique des œuvres Pour les lycéens graphiques et documentaires. • nouveau La visite pour personnes mal voyantes, parcours adapté qui privilégie une approche sensorielle et une description orale des œuvres La Région Rhône-Alpes offre aux détenteurs de la carte M’ra Visites de 3 sites de la Biennale sur une (lycéens et apprentis) la gratuité de l’exposition. Le dispositif journée, ou visites approfondies sur plu- • nouveau La visite lsF, visite bilingue français - langue des signes Soprano permet d’offrir une approche particulière de l’exposition sieurs jours. • La visite au fil de l’eau, le plaisir d’une promenade en bateau sur le Rhône entre et de l’art contemporain avec un certain nombre de propositions www.histoires-toiles.fr deux visites commentées de la Sucrière et du Musée d’art contemporain qui complètent et enrichissent la visite commentée. • Les soirées meetic permettront d’allier la rencontre de l’art à la rencontre de l’autre Pour un public familial Pour les enfants • La visite complice pour partager en famille la • La visite anniversaire pour les enfants découverte de l’exposition de 5 à 12 ans • nouveau L’atelier bac à sucre « famille » • L’atelier bac à sucre pour les enfants parents et enfants partagent la découverte d’une de 6 à 10 ans pratique plastique le temps d’un atelier • nouveau La visite des sucripants ! découvrir l’exposition au détour d’une histoire, pour les enfants de 3 à 5 ans les espaces des ateliers pédagogiques sont conçus et aménagés grâce au partenariat d’iKea.42/ /43
    • 11e biennale de lyon / La caMpagne de coMMunication La caMpagne de coMMunication / 11e biennale de lyon la Campagne de Communi- Cation La Biennale de Lyon a choisi l’artiste mexicain Erick Beltrán pour la création du visuel 2011. Erick Beltrán propose une série de 10 visages, qui sera essaimée dans la ville durant tout la campagne de communication. « stiCk art » le ConCours le ConCours mobilier quelques mots d’eriCk beltrán photo d’affiChe d’artiste La description que fait Yeats de la beauté se trouve aujourd’hui à un carrefour. Elle a été Nous éditons pendant la Biennale 100 000 En partenariat avec le magazine Étapes, RBC Mobilier invite certains artistes de la conçue au cœur d’un problème (ou nœud épistémologique) qui en définitive crée de stickers à l’effigie des 10 portraits proposés nous organisons un concours d’affiche sur Biennale à réinterpréter librement l’incon- l’identité. La beauté comme un territoire de contradictions et de questionnements sans par Erick Beltrán, qui se répandront dans la le thème de la « terrible beauté » ouvert aux tournable chaise 3107 de Arne Jacobsen, concessions. ville grâce à une large distribution*. étudiants en graphisme. icône du mobilier design. Chacun est invité à laisser libre cours à son Les participants sont invités à proposer Chacune de ces créations originales sera Suivant la même voie, l’image de la 11e Biennale de Lyon pose les postulats suivants : imagination et à s’emparer de ces images une affiche alternative à celle de cam- présentée chez RBC Mobilier, pendant 1 La beauté est une question d’idéologie et pas uniquement une solution formelle ou pour interpréter à son tour la campagne de pagne de communication 2011. Un jury toute la Biennale, puis sera vendue aux esthétique. communication 2011. désignera les affiches gagnantes qui se- enchères en décembre. L’intégralité des 2 Les idées prennent source dans le mélange et la multiplicité. La fusion générée Le principe : récolter un maximum de stic- ront exposées à la Sucrière, publiées dans recettes sera reversée à une association. par la création ouvre et enrichit en permanence notre langage et nos références kers et les mettre en scène pour en prendre le magazines Étapes de décembre 2011. RBC Mobilier, partenaire de la 11e Bien- symboliques. une photo. Chaque semaine les 10 photos nale de Lyon, souhaite s’inscrire d’une ma- 3 Ces assemblages ont tendance à avoir une vie propre, car ils suggèrent un système les plus réussies seront exposées à la Su- nière singulière dans la période extraordi- implicite semblable à celui des cellules, qui se reproduisent et s’associent à partir crière et au Musée d’art contemporain, et nairement créative qui s’ouvre à partir du d’un ordre auto-généré. visibles sur le site internet de la Biennale. mois de septembre. 4 Ces formes sont en même temps affectées par les schémas inconscients qui don- *Avec la collaboration du Grand Lyon, de Tendance Presqu’île et Explorant la création et le design depuis nent naissance à des solutions irrationnelles et incontrôlables. de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon. plus de 25 ans, RBC Mobilier Lyon, situé 5 La continuité de l’idée d’une beauté convulsive. au cœur de la Confluence, dans le Cube Orange créée par Jacob et Mc Farlane, 6 Les unités de base utilisées pour l’image graphique étant des fragments de visages, ne pouvait être absent de cet événement nous pouvons par conséquent considérer la collection dans son ensemble comme culturel international majeur qu’est la Bien- une archive de références et de post-scriptum associés, tels des néologismes, nale de Lyon. dans un texte neuf : la biennale elle-même. 7 La beauté est exponentielle et peut être utilisée par tous, partout. une collection de produits dérivés déclinera la campagne de communication en partenariat avec la B.a.C. (la boutique d’art contemporain).44/ /45
    • 11e biennale de lyon / portrait hiStorique / 11e biennale de lyon portrait historique une biennale d’auteur la biennale de lyon, 11 éditions née d’un projet de musée par thierry raSpaiL, directeur artiStique de La BiennaLe de Lyon La Biennale de Lyon est née d’un projet du Musée d’art contem- Le souhait de créer une infrastructure capable de se renouve- Les trois premières éditions de la Biennale de Lyon et réalise une audience européenne. Elle matérialise le porain de Lyon dirigé depuis sa création en 1984 par Thierry ler en permanence tout en assurant un projet artistique au long – 1991, 1993 et 1995 – s’inscrivent dans une pers- potentiel de Lyon et de son public et elle est une étape Raspail. Suite à quatre éditions d’une manifestation annuelle terme, à la fois international et en rapport avec son territoire, pective largement historique de laquelle sont tirées considérable dans la mise en place de la structure pé- intitulée Octobre des arts organisée par le Musée, Thierry donne lieu à la création du système original de la Biennale de les problématiques, enjeux et thématiques des expo- renne de la Biennale. Raspail organise en 1989 l’exposition La couleur seule, l’His- Lyon. La direction artistique conçoit un projet artistique global, sitions. La seconde Biennale, en 1993, surfe également sur toire du monochrome qui incite la Ville de Lyon à créer une sur la durée, choisit pour chaque édition un commissariat dif- La première, intitulée L’Amour de l’Art, choisit de faire le contre-emploi : elle prend à contre-pied la création manifestation nationale d’art contemporain. férent et lui donne la possibilité de développer un propos, un l’état des lieux de la création en France. Biennale dé- internationale en ne correspondant pas aux critères Une convergence de volontés entre la Ville de Lyon et le minis- concept, une réflexion dans trois lieux permanents et dans un libérément à contre-emploi, elle constate que depuis normalisés des biennales internationales. tère de la Culture, qui souhaite relancer la Biennale de Paris quatrième renouvelé à chaque édition. Parmi beaucoup d’autres, l’exposition dite « Pompidou » (Paris, 1969), aucun Un projet ambitieux : sept ans avant la fin du siècle, dont la dernière édition s’est achevée par un échec en 1985, Thierry Raspail a invité Harald Szeeman en 1997 (L’Autre) ; projet d’envergure de ce type n’a été imaginé en il s’agit de réexaminer l’art du 20e siècle à la lumière fait émerger en 1991 la première édition de la Biennale d’art Jean-Hubert Martin en 2000 (Partage d’exotismes) ; le Consor- France. Or, depuis 1981, l’impulsion nouvelle donnée du couple « Dada/Fluxus ». L’objet de cet opus, à partir contemporain de Lyon. Celle-ci s’intitule : L’Amour de l’Art tium de Dijon (avec Robert Nickas et Anne Pontégnie) en 2003 à l’art contemporain sur l’ensemble du territoire, avec la de la question des limites posées par les avant-gardes (commissariat : Thierry Prat & Thierry Raspail). (C’est arrivé demain), Stéphanie Moisdon et Hans Ulrich Obrist création des FRAC, des centres d’art et la restructura- historiques (objets manufacturés, ready-made, mono- en 2007 (00’s : l’histoire d’un décennie qui n’est pas encore tion des musées, l’institution a pratiqué une importation chrome, Art et vie…) consiste à problématiser la ques- nommée) et Hou Hanru en 2009 (Le spectacle du quotidien). massive d’œuvres, contribuant en cela au désenclave- tion des liens entre art visuel, poésie, champ sonore, Le rôle du directeur artistique et le dialogue qu’il entretient ment français, mais participant du même coup au dé- gestuelle et performance. avec le (la, ou les) commissaire(s) sont évidents et très diffé- séquilibre de la balance culturelle puisque l’exportation Cette Biennale, intitulée Et tous ils changent le monde rents d’une édition à l’autre. Le directeur artistique propose aux artistique française s’avère inopérante. Quelques an- (Julian Beck), construit un itinéraire inédit de Marcel commissaires une « problématique » ou en tout cas un début nées avant la triennale parisienne, la Biennale de Lyon, Duchamp, Kurt Schwitters, Kasimir Malévitch à Jean- de réflexion, la plupart du temps incarné par un mot (et qui vaut en ouverture, souhaitait explorer « la force de l’art » en Michel Basquiat, Andy Warhol, John Cage, William S. pour trois éditions). Ainsi se construit, de biennale en biennale, France. Sur une scénographie de Patrick Bouchain, 69 Burroughs, Ilya Kabakov, Bill Viola, Bruce Nauman, Imi la trame d’une réflexion sur l’art et le monde. A la suite de quoi, artistes, chacun disposant d’un espace équivalent de Knoebel, David Hammons. le commissariat a carte blanche pour élaborer son propre projet, 120 m² fermé par une porte, exposent 69 pièces iné- En 1995, à la faveur du bicentenaire du cinéma (Frères toujours dans un dialogue fécond. dites : Arman, César, Robert Filliou, Pierre Soulages, Lumière), la Biennale retrace l’histoire courte, qui en La Biennale de Lyon est ainsi une véritable Biennale d’auteur Erik Dietman, mais aussi Fabrice Hyber, La vérité une trentaine d’années, va des premières expériences et, comme le disait Jean-Hubert Martin, « une manière habile de (Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Joseph, Ber- artistiques sur téléviseur (Wuppertal 1963), à l’inte- faire traiter les thèmes à travers la personnalité d’autres ». nard Joisten et Philippe Parreno), Pierre & Gilles, So- ractivité et au haut débit. Le Musée d’art contempo- phie Calle, ou encore Alain Séchas… Cette première rain, inauguré pour l’occasion, coproduit avec la Bien- édition accueille 73 000 visiteurs en quatre semaines nale un ensemble de pièces historiques disparues :48/ /49
    • 11e biennale de lyon / hiStorique hiStorique / 11e biennale de lyon Nam June Paik, Vito Acconci, Dan Graham, Peter Campus, Dennis Oppenheim, ainsi que de nouvelles productions de Rirkrit Tirava- nija, Dumb Type, Carsten Höller, Douglas Gordon, Tony Oursler, Pierre Huyghe. En 1997, Harald Szeemann assure le commissariat de la Biennale de Lyon et accepte de travailler sur la problématique de L’Autre. C’est selon lui le das, le neutre auquel il empruntera son titre. Harald Szeemann fait de la Biennale de Lyon l’un des enjeux ma- jeurs de la recomposition des critères en cette fin du 20e siècle, 1991 En 2005, le tome 2 de cette nouvelle trilogie est assuré par Nico- en confrontant des pièces monumentales (Katharina Fritsch, Chris L’Amour de l’Art las Bourriaud et Jérôme Sans. Il s’intitule Expérience de la durée Burden, Richard Serra) à des travaux plutôt associés à l’art brut. Commissaires : Thierry Raspail et Thierry Prat et associe les œuvres de la collection du Musée d’art contem- Il fait d’ailleurs du Facteur Cheval, régional de l’étape, l’emblème porain : La Monte Young, Terry Riley, James Turrell à des pièces de L’Autre, qui ouvre sur Chen Zhen aussi bien que sur Emery 1993 Et tous ils chan- spectaculaires : Martin Creed, Kader Attia, John Bock, Erwin Blagdon, Eugène Von Bruenchenhein ou Elisar Von Kupffer, dont gent le monde Wurm, Kendell Geers ; mais redécouvre aussi Tony Conrad, les œuvres flirtent avec un fort mysticisme. Commissaire : Marc Dachy expose Robert Crumb, et réalise une pièce monumentale de Et il présente pour la première fois en Europe un large ensemble 1995 Daniel Buren qu’acquiert le Musée d’art contemporain. d’artistes chinois, expérience qu’il reconduira avec le succès que Interactivité, image mobile, vidéo En 2007, avec L’histoire d’une décennie qui n’est pas encore l’on sait deux ans plus tard à Venise. Commissaire : Georges Rey nommée, Stéphanie Moisdon et Hans Ulrich Obrist convient 50 1997 marque une nouvelle étape dans l’histoire de la Biennale : commissaires du monde entier à choisir une œuvre qui incarne 1997 Harald Szeemann démontre que face aux structures fortement his- L’Autre la décennie. C’est un enjeu qui porte sur la question de l’actua- toriques et charpentées que sont La Documenta, la Biennale de Commissaire : lité et c’est un pari sur l’histoire. Parmi les artistes invités : Josh Venise, ou Münster, Lyon peut largement tirer son épingle du jeu Harald Szeemann Smith, Kelley Walker, Urs Fischer, Tomas Saraceno, Hilary Lloyd, en affirmant sa volonté de penser en terme global (le terme n’ayant 2000 Nathaniel Mellors, Sheela Gowda, Ryan Gander, Tino Sehgal, pas encore à l’époque acquis son statut de lieu commun) et de Partage d’exotismes Commissaire : Wade Guyton. Le prix Only Lyon est décerné à Seth Price, avec un pluriculturalisme. Jean-Hubert Martin accessit pour Jennifer Allora & Guillermo Calzadilla. 2000, la Biennale de Lyon se tient exceptionnellement une an- 9 éditions par cycle de 3 : l’histoire, le global, la temporalité. 2001 née paire pour honorer les trois zéros. Au seuil du troisième millé- Connivence En 2009, la 10 édition s’intitule Le spectacle du quotidien et e Commissaires : Anne Bertrand, naire, la 5e édition s’interroge sur la validité de l’art et des multiples elle est signée Hou Hanru, jeune commissaire chinois. Un thème Jean-Marc Chapoulie, Yvane applications du terme à l’échelle de la planète, notamment lorsqu’il global, qui propose de réfléchir sur le pourquoi de l’art au sein Chapuis, Laurence Dreyfus, est plaqué sur les productions matérielles d’ères culturelles qui Klaus Hersche, Richard de notre monde spectaculaire et tente de retrouver le lien très Robert et Guy Walter échappent aux critères occidentaux. proche entre la création et la vie de chacun. 2003 2001, retour aux années impaires, la Biennale ne dispose que Cette Biennale se construit sur plusieurs dimensions : La magie C’est arrivé demain d’un an. Une équipe de sept commissaires compose Connivence, des choses propose le travail d’artistes qui modifient des ob- Commissaires : Le Consortium, qui traite de la convergence entre les arts : jeux vidéo, chorégra- jets ou des situations du quotidien, L’éloge de la dérive s’inté- Dijon (Xavier Douroux, Franck Gautherot, Eric Troncy et Anne phie, photographie, cinéma, littérature, musique avec des artistes resse aux artistes qui interviennent dans l’espace urbain, Vivons Pontégnie, Robert Nickas) comme Jérôme Bel, Marco Berrettini, Xavier Le Roy, William Egg- ensemble explore le dialogue entre la ville et les communautés 2005 leston, Adrian Piper, Steve McQueen, Kolkoz, Robert Wyatt… qui l’habitent et Un autre monde est possible reçoit la parole Expérience de la durée En 2003, C’est arrivé demain marque la nouvelle implantation de d’artistes qui examinent la réalité de façon critique et imaginent Commissaires : Nicolas de nouveaux codes sociaux. Parmi les artistes invités : Adel Ab- Bourriaud et Jérôme Sans la Biennale en plusieurs lieux, parmi lesquels la Sucrière, entrepôt industriel réhabilité, et le Musée d’art contemporain. dessemed, Pedro Cabrita Reis, Dan Perjovschi, Tsang Kinwah, 2007 Sarkis, Agnès Varda… Le prix de la Francophonie est décerné à OO’s, l’histoire d’une Le commissariat est confié au Consortium de Dijon (avec Anne décennie qui n’est Pontégnie et Bob Nickas) qui ouvre ainsi une trilogie consacrée à Maria Thereza Alves. pas encore nommée la question de la temporalité. Cette problématique, en partie liée Concepteurs : Stéphanie Moisdon et Hans Ulrich Obrist à la multiplication et au succès considérable des biennales dans le monde (plus de 110 à l’époque), présente une image actuali- 2009 Le spectacle du sée de l’actualité artistique internationale, à la manière d’un flux quotidien permanent. Lyon s’interroge légitimement sur ce phénomène qui Commissaire : Hou Hanru semble générer une actualité incessante et infinie, dans le cadre d’un régime d’historicité produit artificiellement pour et par le sys- tème d’exposition. Sont ainsi accueillis parmi d’autres Mike Kelley & Paul McCarthy, Tim Head, Katarina Fritsch, Steven Parrino, Larry Clark, Yayoi Kusama, Catherine Sullivan, Bridget Riley, Ugo Ron- dinone…50/ /51
    • infor-mationsgéné-rales
    • 11e biennale de lyon / inFoS pratiqueS inFoS pratiqueS / 11e biennale de lyon un Week-end À lyon ! Rien de plus facile que de passer un du Rhône et de la Saône dont elles ré- Ville gastronome par excellence où l’art infos week-end dans la douceur de vivre lyon- vèlent les façades florentines ou celles, de vivre atteint la perfection, Lyon réveille naise. féériques, des illuminations nocturnes de votre côté épicurien et ce goût pour les Avec un aéroport qui dessert 30 pays et plus de 250 édifices. bonnes et belles choses. Les nombreux près de 100 destinations en vols directs Avec son Musée d’art contemporain, chefs lyonnais vous feront découvrir les (Europe, Amérique du nord, Maghreb…), ses nombreuses galeries et collectifs produits des terroirs français alentours, pratiques et accessible depuis Paris en moins d’artistes, son Opéra national, son Au- le tout accompagné de nombreux crus de deux heures, Marseille en 1 h 30, ditorium, sa Maison de la Danse et ses célèbres de la vallée du Rhône. Les fa- Bruxelles en 3 h 30, Lyon est la destina- nombreux festivals, Lyon est incontesta- meux chefs étoilés Paul Bocuse, Nico- tion idéale pour un week-end culturel. blement une ville où le dynamisme cultu- las le Bec, Pierre Orsi, Mathieu Viannay, rel est palpable. Expositions, musiques Jerome Soonberg, Franck Delhoum, Un art de vivre exceptionnel Aurélien Gourrat et tant d’autres atten- actuelles, théâtre, danse, littérature, fes- Comme un livre d’histoire, Lyon révèle tivals d’été… l’effervescence culturelle y dent vos papilles pour vous faire décou- son architecture au gré de ses quar- est incontournable. vrir leurs savoir-faire inimitables. tiers classés qui nous transportent au fil Lyon, une ambiance chaleureuse de ville Berceau du cinéma, la ville a vu naître de 2 000 ans d’Histoire. Nul besoin de du Sud et un art de vivre méridional, le premier film tourné en 1895 par les marcher longtemps, la ville se love entre l’effervescence d’une ville d’invention et Frères Lumière, lyonnais d’origine. Au- ses deux fleuves et ses deux collines et d’expérimentation, une ville à vivre à tous jourd’hui, l’Institut Lumière propose toute laisse apercevoir les spécificités archi- les instants. l’année une programmation d’exception tecturales du centre-ville inscrites au Pa- et organise un festival de cinéma où de Pour organiser son week-end : trimoine mondial de l’Unesco. www.lyon-france.com grands noms viennent faire redécouvrir Lyon, c’est aussi une ville Lumière ; www.monweekendalyon.com leurs créations. celles rasantes et dorées sur les quais dATes Les LIeUx d’exPosITIon TARIFs nAVeTTes FLUVIALes du jeudi 15 septembre 2011 La sucrière Plein tarif : 12€ Le samedi et le dimanche, pendant toute la durée de la Biennale, au samedi 31 décembre 2011 Les Docks, 47-49 quai Rambaud, Lyon 2e Tarif réduit : 6€ des navettes fluviales relient la Sucrière, le Musée d’art contem- Fermé le 25 décembre 2011 Pour les moins de 26 ans, les demandeurs d’emploi, les familles nombreuses. porain, et la Fondation Bullukian. musée d’art contemporain de Lyon le billet donne accès une fois à chaque lieu pendant toute la durée de l’ex- Journées professionnelles : Cité Internationale, 81 quai Charles de Gaulle, Lyon 6e position. Une façon agréable de se laisser porter au fil de l’eau et d’accé- Mardi 13 et mercredi 14 septembre 2011 Fondation Bullukian der aux différents lieux d’exposition. Ces navettes sont acces- Pass permanent : 19€ 26 place Bellecour, Lyon 2e sibles sur présentation du billet d’exposition. entrée illimitée dans les 4 lieux pendant toute la durée de l’exposition. HoRAIRes d’oUVeRTURe samedi et dimanche, de 13h à 19h. Usine T.A.s.e. Pass duo : 28€ En 2011, la Biennale de Lyon propose de nouveaux 14, rue du Textile, Vaulx-en-Velin Pass pour deux personnes. FoRmULe ToURIsTIqUe horaires d’ouverture pour mieux s’adapter au public : Entrée piéton : rue du Rail mêmes conditions que le pass permanent. plus de temps pour les groupes scolaires en semaine Pour venir visiter l’exposition, l’Office de Tourisme de Lyon pro- Pass jeune : 12€ et plus de temps pour le public individuel le week-end. pose de faciliter les séjours à Lyon grâce à une centrale de réser- Pour les moins de 26 ans. en semaine mêmes conditions que le pass permanent. vation regroupant plus de 90 hôtels de l’agglomération lyonnaise. Formule package proposée avec l’achat du billet d’entrée. Du mardi au vendredi de 11h à 18h Visite commentée : 4€ ou 5€ Atelier pour les enfants : 8€ Une façon pratique et rapide d’organiser son séjour à la Biennale Le week-end de Lyon. Samedi et dimanche de 11h à 19h gratuit les - de 15 ans, les étudiants de la région rhône-alpes, les élèves des écoles réservation sur www.lyon-france.com Fermeture hebdomadaire le lundi des Beaux-arts, les étudiants en histoire de l’art et arts plastiques, les déten- Horaires exceptionnels pendant la Fête des Lumières teurs de la carte m’ra, les bénéficiaires du rsa, les détenteurs des cartes ALLeZ-y AVec TeR ! jeudi 8, vendredi 9 décembre de 10h à 18h, maPra, maison des artistes et iCom, les personnes à mobilité réduite. samedi 10 et dimanche 11 décembre de 10h à 19h. Du 15 septembre au 31 décembre 2011, faites l’aller-retour en Nocturnes exceptionnelles train pour vous rendre à la Biennale de Lyon. Retrouvez les in- le vendredi 7 octobre, 4 novembre et 2 décembre 2011 formations sur la Biennale et tous les bons plans pour profiter de 18h à 21h de votre temps libre en famille ou entre amis avec « Les + TER Occasionnels » sur le site internet ter-sncf.com (Rhône-Alpes).54/ /55
    • 11e biennale de lyon / partenaireS partenaireS / 11e biennale de lyon les partenaires partenaires puBLicS/ partenaireS publiCs La Biennale de Lyon membres du club de Veduta est financée à décines-charpieu 2011 est financée par La Biennale de Lyon par Centre social de la Berthaudière le grand lyon algoé executive le grand lyon Centre social marillat la ville de lyon atC groupe le Conseil régional rhône-alpes espace Jeunes le ministère de la culture et de Bonne réponse la Direction régionale des maison de l’emploi la communication (DraC rhône- Diagonale affaires culturelles (DraC) de oPaC 38 alpes) rhône-alpes, ministère de la DiCt.Fr culture et de la communication médiathèque partenaireprincipaL/ partenaire prinCipal le Conseil régional rhône-alpes eagle Conseil l’anCse : l’agence nationale à Feyzin Partenaire principal Fermob pour la Cohésion sociale et l’égalité des Chances l’epicerie moderne groupe Partouche / grand lyon le grand tour Casino de lyon le Pharaon le grand Parc miribel Jonage médiathèque nouveau monde DDB la ville de Décines-Charpieu Bureaux de quartier : Partenaires officiels rhône-saône Développement la ville de lyon vignettes - Figuière - les maures Compagnie nationale du rhône sier la ville de vaulx-en-velin Bandonnier - les géraniums gl events voyages n&m la ville de Feyzin Plateau - la Bégude - Carré Brûlé partenairesoFFicieLS/ partenaireS offiCiels Caisse d’epargne rhône alpes Xanadu architectes et urbanismes la tour - oasis Zilli Avec le concours de les razes la Poste Avec le concours de Pass (Plan d’action sur site) Champlantier groupe Cardinal C’Pro lyon / Partenaire Forum réfugiés Deloitte/in extenso peinture de l’exposition DireCCte rhône-alpes à meyzieu Bouwfounds marignan rBC moBilier (Direction régionale des médiathèque de meyzieu immobilier Fermob entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du travail Avec la participation de toupargel iKea et de l’emploi) (pour l’exposition pascale Club de la Biennale de lyon Youcast ensal (ecole nationale martine tayou, en partenariat Duvel moortgat France supérieure d’architecture de avec le maclyon) Partenaires associés lyon) opéra national de lyon Brochier soieries aquasourça oPaC 38 Commissariat de Police (lyon 1er) partenairesaSSociéS/ partenaireS assoCiés tarvel Woopa magasin monoprix Cordeliers les Peintures Chagneau / à Vaulx-en-Velin groupe Bernard Partenaire peinture de librairie la Papéthèque m.e.r.i.C/Cireme l’exposition Centre social et culturel Jean et Joséphine Peyri lycée la martinière ugC agence de voyage mondial Centre social georges lévy evasion Partenaires l’atelier gagarine Fort saint-Jean partenaires veduta/ partenaireS veduta communication l’artistorium eglise saint Bonaventure JC Decaux Jardins de l’ecoin Cabinet d’avocats Fronton & snCF Jardins de la cité tase Berny, Dor, mamet, regnier Fnac révolution-r, en partenariat avec la Boucherie de Casablanca piou3 la fédération vaudaise du Hip Hop et des Cultures urbaines restaurant la Pause thé (FeDevo) magasin la maison orientale partenairescoMMunication/ partenaireS CommuniCation la Fédération vaudaise epicerie Bahadourian nième Compagnie Collège Duclos réseau ambition réussite ecole primaire neruda Collège des noirettes56/ /57
    • 11e biennale de lyon / L’aSSociation La BiennaLe de Lyon L’équipe 2011 / 11e biennale de lyon l’assoCiation l’équipe la biennale 2011 de lyon La Biennale d’art contemporain est organisée par l’association La Biennale de Lyon. commIssAIRe InVITée victoria noorthoorn dIRecTIon ARTIsTIqUe La Biennale de Lyon conçoit, produit et organise alternativement La Biennale de la de LA BIennALe de Lyon / ART danse les années paires et La Biennale d’art contemporain les années impaires. thierry raspail, Directeur artistique dIRecTIon généRALe de LA BIennALe de Lyon sylvie burgat, Directrice générale assistée de laetitia chanel BUReAU dIRecTIon généRALe RégIe ARTIsTIqUe généRALe seRVIce des PUBLIcs président : Bernard Faivre d’Arcier Sylvie Burgat thierry prat, Régisseur artistique eT des PRoFessIonneLs général elisabeth tugaut, Directrice vice-président : François Bordry assisté de ludovic chemarin dIRecTIon ARTIsTIqUe/ART nathalie prangères et marie mulot, trésorier : michèle Daclin Thierry Raspail cooRdInATIon ARTIsTIqUe Chargées de relations avec les publics trésorier adjoint : Jean-Pierre michaux assistées de virginie lafon Frédérique gautier, Coordinatrice secrétaire : Yves robert dIRecTIon ARTIsTIqUe/dAnse artistique nicolas garait, Responsable des relations avec assistée d’alexandra chopin les professionnels et coordination Résonance secrétaire adjoint : eliane Baracetti Dominique Hervieu assisté de renata paciullo membre : gérard Debrinay charline monod, Assistante de Victoria Noorthoorn prune grillon, Responsable de la billetterie nora mouzaoui, Responsable de la surveillance Le conseIL d’AdmInIsTRATIon VedUTA des œuvres abdelkader damani, Directeur de projet cyrille bret, Chargé de médiation membres qualifiés assisté de lucie stern mélanie Fagard et maylis de lataulade, commUnIcATIon, déVeLoPPemenT TecHnIqUe mmes et mrs : Bernard Faivre d’arcier / François Bordry / michèle eT ReLATIons exTéRIeURes Daclin / Jean-Pierre michaux / Yves robert / eliane Baracetti / gérard Chargées de médiation bertrand buisson, Directeur technique Debrinay / véronique adnet / guy Benhamou / Cédric Brochier / geneviève paire, Directrice alexis bergeron et nadège lieggi, Régisseurs Patricia Houg / Jean Hubert martin / michel sala / nathalie sauvanet COMMUNICATION généraux barbara loison, Responsable communication AdmInIsTRATIon membres de droit jack vos, Responsable communication, achats et yves le sergent, Administrateur Pour le Grand Lyon : mme la vice-présidente du grand suivi de fabrication et développement interne lyon, chargée des industries créatives et des manifestations anne villa, Administratrice de production culturelles d’agglomération, nadine gelas ingrid levin, Chargée de communication assistés de carole dufour assistés de Florian thouvenot, anne-claire bellot Pour le Ministère de la culture et de la communication : mr le Directeur et mohamed lansari solange barbry, Chef Comptable régional des affaires culturelles de rhône-alpes, alain lombard marie-France deruaz, Responsable de paye claire rolland, Graphiste Pour la Région Rhône-Alpes : mme la vice-présidente du assistée de kelly boujnah et marine Folléa cathy mornet crozet, Secrétaire comptable Conseil régional rhône-alpes, déléguée à la culture et à la lutte contre les discriminations, Farida Boudaoud PARTENARIATS, CLUB DE LA BIENNALE ET InFoRmATIqUe Pour le Département du Rhône : mr le vice-président délégué au RELATIONS ENTREPRISES norbert paglia, Informaticien rayonnement culturel et aux relations internationales, Jean-Jacques Pignard cécile claude, Responsable mécénat et relations Pour la Ville de Lyon : mr l’adjoint au maire de lyon, délégué à la Culture, entreprises secRéTARIAT, AccUeIL au Patrimoine et aux Droits des Citoyens, georges Képénékian assistée de léonor rey eT sTAndARd catherine verbruggen, Responsable du club, amina murer et marion monod, Chargées de la protocole et relations extérieures gestion du fichier et des archives assistée de mélida bidal justine belot, Coordinatrice des événements privés et partenariats spécifiques Avec le renfort de 150 autres coéquipiers.58/ /59
    • 11e biennale de lyon / noteS noteS / 11e biennale de lyon notes60/ /61
    • inFoS pratiqueS / 11e biennale de lyon
    • 11e biennale de lyon / Le projet64/