Your SlideShare is downloading. ×
LES OUTILS DE LECTURE, FACTEUR CLÉ DE LA LECTURE NUMÉRIQUE ?
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

LES OUTILS DE LECTURE, FACTEUR CLÉ DE LA LECTURE NUMÉRIQUE ?

217
views

Published on

Intervention avec Delphine Tirole, Ioan Roxin et les étudiants du M1 Produits et services Multimédia de Montbéliard au colloque "Les enjeux de la lecture numérique : de l'Ipad à Jules Verne" le 7 mai …

Intervention avec Delphine Tirole, Ioan Roxin et les étudiants du M1 Produits et services Multimédia de Montbéliard au colloque "Les enjeux de la lecture numérique : de l'Ipad à Jules Verne" le 7 mai 2013

Published in: Technology

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total Views
217
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
12
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. LES OUTILS DE LECTURE,FACTEUR CLÉ DE LALECTURE NUMÉRIQUE ?Delphine TiroleAlexandre CoutantIoan RoxinUniversité de Franche-Comté, ELLIADD, équipe OUNLes enjeux de la lecture numérique : de lIpad à Jules Verne - 7 mai 2013
  • 2. Le lecteur : le cœur de la lecture« Les lecteurs sont des voyageurs ; ils circulent sur les terres d’autrui,nomades braconnant à travers les champs qu’ils n’ont pas écrits,ravissant les biens d’Egypte pour en jouir. » (De Certeau, 1990)Il n’y a pas de lecture sans le lecteur. La lecture est une activitéhumaine.Lecture = appropriation du discours / du support de lecture (Wolf, 2007; Levy, 1997, Vandendorpe, 1999)La lecture est active et subjective.Le lecteur développe ses propres expériences et pratiques delecture2
  • 3. 3
  • 4. La lecture numérique : supports etcaractéristiquesDispositifs mobiles Vs dispositifs fixesEcran rétro-éclairé Vs encre électroniqueCaractéristiques principales :Affordance critique : papier > support de lecture numérique (Marshall, 2005)Dépôt de marques de lecture, confort de lecture, développement des repèresde lecture (Baccino, 2011 ; O’Hara, 1999)Propriétés calculatoires et combinatoires des données (Bachimont, 2004) :opportunité de développer des fonctionnalités avancéesPoint de vue informatique et interactions homme-machine, ne rend pascompte d’un cadre socio-techniqueApproche décontextualisée de la lecture et du lecteur4
  • 5. Potentialités de la lecture numériqueNouvelles interfacesPapier computationnelEnregistrer les traces de lectureParcours de lecture du document/du lecteurStatistiques de lectureVisualiser les points chauds du documentApport des technologies du Web sémantiquePromesse de recommandations plus pertinentes(Interopérabilité des données)Nouvelles formes du livre numériquelittératures numériques, livre-application, livre-hypertexte5
  • 6. État des lieux des pratiques sur tablettesnumériquesProgression importante de lapossession de tablettes (étude GFK 2013)Pratiques de lecture : correspondance/ actualités(admob by Google 2011 ; mediamétrie 2012)6admob by Google 2011Pas de prise en compte de certains supportsPourquoi on lit influence directement comment on lit. (Gharbi, 2006 ; O’Hara, 1996 ; Bertrand-Gastlady,2002)Etudier la lecture numérique dans un contexte particulier, avec des finalités précisesIntérêt pour le lecteur savant : pratiques de lecture importante & stratégies élaborésExiste-t-il une attente pour de tels outils de lecture numérique chez les lecteurs savants ?
  • 7. MéthodologieEnquête sur les pratiques de lecture professionnelleEntretiens compréhensifs (Kaufmann, 2006)Population : enseignants-chercheurs, doctorants, enseignantsn = 19Essentiellement intervenants en UniversitéDisciplines informatique et multimédia surreprésentéesVariété des âgesHommes surreprésentés (h : 17 ; F : 2)Analyse thématique :Types de contenus lus / Lieux de lecture / Temps consacrés à la lecture /Supports de lecture / Stratégie de sélection des contenus et formes delecture / Actions sur le texte / Archivage et réexploitation / Représentationsdes supports7
  • 8. Quelques catégories partagéesLecture recherche / lecture enseignementVeille régulière et périodes de lecture intense vs périodes de lectureintense et opportunismeContenus scientifiques et actualité vs manuels et actualitésLecture rapide / lecture approfondieVeille vs domaines de spécialitéContextes de mobilité (surtout courts trajets) ou bureau vs bureau etlongs trajets (bibliothèque peu évoquée)Tous terminaux dont mobiles vs papier et ordinateur8
  • 9. Quelques catégories partagéesSélection des sources : délégation + bricolage personnelCuration et contenus éditorialisés + lectures hypertextuellesSourcing et veille en numérique, mais lecture encore sur papier (et ordi)Taille du texte déterminante dans le recours au papierMéfiance à légard du web collaboratif : bruit, objectifs de lecturedifférentsTerminauxÉquipement relativement élevé (en ordinateurs mais aussi ensmartphones et tablettes) sauf liseusesPas de défiance à légard des terminaux numériquesConviction de loptimisation quils peuvent permettreIgnorance des outils existants1. papier 2. ordinateur 3. smartphone 4. tablette ? liseuse9
  • 10. Une aisance approximative et bricoléeActions sur textes : bricolages et niveaux de compétences variésHabitudes issues du bureau (classements en dossiers thématiques, post-it,surlignage, copie)Encore beaucoup de pertes et peu de réexploitationTravail sur texte = papier (praticité court-terme vs optimisation long terme)Maîtrise (organisation de larchivage/notes/réexploitation) par formation à larecherche dinformation ou méthodologies de recherchePas nécessairement technique, plutôt archive, exégèse, documentationApprentissage vicariant et opportunistePeu de formation initialePas dintérêt à se formerQuelques « adoptants précoces »Diffusion par les pairs10
  • 11. Des pratiques éloignées des représentationsdes lectures numériquesParadoxe des lectures augmentéesEnquêtés cherchent à les diminuer + algorithmes peu souhaitésParadoxe concernant les tablettes comme support de lectureMis en avant dans études IHM, applications, …Quand prise en compte du contexte des pratiques de lecture numérique savante effectives :mise en avant de l’ordinateurOrdinateur : adaptatifHabitudes de bureauTaille de lécranMulti-écranActions sur texte plus simples (clavier et souris plus ergonomiques) et sens pratique intégrépermettant la réflexionCulture scientifiqueMénagement de la faceFace cachée des coulissesLectures ciblées11
  • 12. Pour des recherches sociotechniquesSujet de thèse, postulat : proposer un prototype d’application pour lalecture savante sur tablette numériqueAprès enquête, réorientation des décisions de conception (support,fonctionnalités, ordre de développement, accompagnement envisageable pourfavoriser lappropriation)Intérêt de la collaboration spécialistes des usages / concepteursGain de temps et dargentÉthique des rapports innovation/sociétéSupports daccords entre chercheurs et innovateurs et entredisciplinesRemerciements aux étudiants du M1 Produits et Services Multimédias :réalisation des entretiens, analyse et discussion collective des matériaux12
  • 13. Science fiction ?Merci de votre attention13