Les publics imaginés et réels des professionnels de l'Internet

  • 180 views
Uploaded on

Intervention lors du séminaire Pixel du 12 mars 2013 à Metz

Intervention lors du séminaire Pixel du 12 mars 2013 à Metz

More in: Technology
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Be the first to comment
    Be the first to like this
No Downloads

Views

Total Views
180
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0

Actions

Shares
Downloads
6
Comments
0
Likes
0

Embeds 0

No embeds

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
    No notes for slide

Transcript

  • 1. Les publics imaginés et réels des professionnels de lInternet Alexandre Coutant, ELLIADD, OUN, Université de Franche-Comté alexandre.coutant@univ-fcomte.fr @acoutant Diffusable sous licence Creative Commons – CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/
  • 2. 2/24
  • 3. 3/24
  • 4. 4/24
  • 5. Impensé de nombreuses figures dusagers● Diversité des groupes sociaux retrouvés sur les plateformes peuplant Internet ● Modes d’interaction, relations de confiance et activités collectives différentes● Figures convoquées identiques : ● Communauté ● Réseau social ● Communautés de Google+, OpenGraph de Facebook, Community Management, réseau professionnel de Linkedin ● Finalités participative et relationnelle uniquement 5/24
  • 6. Une tradition danalyse des publics• Audience (Dayan, 2000)• Communauté – Dexpérience (Gensollen, 2006) – Épistémique (Gensollen, 2006) – De partage (Gensollen, 2006) – De marque (Muniz et OGuinn, 2001) – D’innovation (Füller & al., 2006) – Provisoire (Esquenazi, 2003) – Imaginée (Dayan, 2000)• Utilisateur-innovateur (Von Hippel, 2011)• Braconneur (Proulx, 1994)• Amateur (Flichy, 2011)• Consommateur (Cochoy, 1999) 6/24
  • 7. Nombreuses conséquences● Échecs – + de 90 % des innovations sont des échecs – 2/3 des applications de lApplestore jamais téléchargées (et moins de 15 % réutilisées)● Incompréhension des acteurs intéressés – Quelle attitude adopter face aux médias sociaux pour les éducateurs – Quels bénéfices tirer en contrepartie de notre traçabilité – Quels services acceptables et désirables développer● Enjeux à adresser dès lémergence des dispositifs – Rapidité de létablissement des positions de force et des normes par le marché – Stabilisation tardive des cadres dusage / diffusion 7/24
  • 8. Nécessité dune approche sociotechnique● Toute démarche vis à vis des TNIC suppose une conception de lutilisateur (Akrich, 1990)● Co-construction des usages au cours de la stabilisation des innovations (Akrich, Callon, Latour, 2006)● Nécessité détudier des phénomènes en cours de stabilisation (Coutant, Domenget, 2011) – Méthodologie multidimensionnelle (Proulx, 2012) : • Architecture technique • Structure des interactions sociales sy déroulant • Forme dexpérience pour lutilisateur • Forme de contribution 8/24
  • 9. Constats de variation entreutilisateur potentiel et utilisateur réel● Membres des communautés virtuelles (Proulx, Latzko- Toth, 2000) et usagers des réseaux socionumériques (Coutant, Stenger, 2011) ● Quelle forme de groupe social ? Quel lien hors ligne / en ligne● Marketing sur les médias sociaux (Stenger, Coutant, 2011 ; Coutant, Domenget, 2011) ● Quelle cible ?● Innovation de service autour de l’identité numérique (Coutant, Stenger, 2011, Coutant, Stenger, Michaud, 2012) ● Quel service ? 9/24
  • 10. Constats de variation entreutilisateur potentiel et utilisateur réel● Usagers de Twitter (Domenget, 2012) ● Quelle stratégie de présence ?● Systèmes de recommandation (Domenget, Coutant, 2012) ● Quelle aide à l’action ?● Hommes politiques et participation (Coutant, 2012) ● Quel engagement ?● Pratiques de lecture et terminaux numériques (Tirole, Coutant, Roxin, 2013) ● Quelles fonctionnalités ? 10/24
  • 11. Exemple :Les moteurs de recommandation sur les médias sociaux 11/24
  • 12. Les limites de la prescription sur TwitterUne intégration non aboutie de différents types de recommandationsissus des pratiques des usagers : # - RT - @ - Listes - mentions 12/24
  • 13. Les limites de la prescription sur TwitterUne prescription d’usages qui ne fonctionne pas forcément : « à quoiça sert ? » - réseautage vs curationLa nécessité d’une prescription justifiée quand elle vient de laplateforme 13/24
  • 14.  Une méconnaissance des configurations sociotechniques émergeant sur Facebook Principe de l’analyse structurale de l’homophilie Vs Diversité des « amis »  Intimes / Connaissances du quotidien / Connaissances passées / Famille / Personnes partageant un intérêt commun / Célébrités / « Soi » / Organisations / Fakes 14/24
  • 15.  Une méconnaissance des configurations sociotechniques émergeant sur Facebook Recommandation individuelle Vs activités collectives 15/24
  • 16.  Une méconnaissance des configurations sociotechniques émergeant sur Facebook Recommandation de consommation / finalités de sociabilité 16/24
  • 17. Grille d’analyse sociotechnique des médias sociaux (Stenger, Coutant, 2013) 17/24
  • 18. Recommandations sur les médias sociaux  Espace amitié / soi  « Traîner ensemble » (Ito & al., 2008)  Activités prétextes (Lahire, 2004)  Culture expressive (Allard, Blondeaux, 2007)  Recommandations pertinentes :  Activités collectives, participatives, permettant la comparaison  Tests, jeux collectifs, métriques diverses, partage de goûts et activités 18/24
  • 19. Recommandations sur les médias sociaux  Espace amitié / contenu  Traîner ensemble  Focalisation sur les connaissances IRL  Échanges autour de contenus tiers, même si variés  Recommandations pertinentes  Selon le lien unissant les individus  Contenus « nostalgiques » sur sites de retrouvailles d’anciens camarades, nouveautés depuis dernières connexions sur forums privés, incitations à échanger selon des événements concernant les membres 19/24
  • 20. Recommandations sur les médias sociaux  Espace intérêt / soi  Réseautage  Finalités stratégiques  Échanges autour des caractéristiques des participants  Recommandations pertinentes  Selon une logique de construction du réseau à finalité précise  Matching pour partenaires sentimentaux, bridging pour professionnels, bonding pour pratiques d’amateurs ou para- professionnelles 20/24
  • 21. Recommandations sur les médias sociaux  Espace intérêt / soi  Réseautage  Finalités stratégiques  Échanges autour des caractéristiques des participants  Recommandations pertinentes  Selon une logique de construction du réseau à finalité précise  Matching pour partenaires sentimentaux, bridging pour professionnels, bonding pour pratiques d’amateurs ou para- professionnelles 21/24
  • 22. Recommandations sur les médias sociaux  Espace intérêt / contenu  Communautés (pratique, intérêt, diasporas)  Focalisation sur le partage (expérience, compétence, avis)  Échanges autour d’une thématique précise  Recommandations pertinentes  Selon la finalité précise amenant à filtrer les contenus  Groupes proches ou genres pour musique, curation pour info, sérendipité pour veille, actualité pour la veille, reconnaissance pour auteurs/contributeurs appréciés 22/24
  • 23. Recommandations sur les médias sociaux Impératif : explicitation de la logique de recommandation  « À partir d’une requête initiale, le fait de pouvoir naviguer non plus simplement à l’aveugle ou sur la base des backlinks menant d’un site à un autre, mais bel et bien dans un environnement sémantique explicite et contextualisé pourrait être grandement intéressant. » (Ertzscheid, 2008) 23/24
  • 24. Activités en cours➢ Encouragement à définir la variété des publics des dispositifs numériques ➢ Appel à communication à venir revue Communication : les publics imaginés et réels des professionnels de lInternet (fin 2013)➢ Séminaire Usages des Dispositifs Sociotechniques Numériques ➢ Revue de ce quapportent les notions dusage, de dispositif et dapproche sociotechnique à la compréhension des utilisateurs et de leur rapport aux dispositifs numériques (prochaine séance 5 avril à Montbéliard)➢ Mise au point dune méthodologie tirant parti des différents courants sintéressant aux TNIC (publication fin 24/24 2013)