0
Identité et réseaux socionumériques :  lien social et formes dexpression de soi         Campus Européen de la Cité des Sav...
Contextualisation du phénomène              « Phénomène » quantitatif• Facebook :  –   955 Ms de profils actifs  –   405 m...
Des identités « numériques » ?• Diversité des facettes identitaires est consubstantielle  à l’individu   – Part importante...
Des identités « numériques » ?• Traces de notre présence en ligne (Coutant,  Stenger, 2011a)  – Endogènes :    • Conscient...
Endogènes : conscientes et       volontaires
Endogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
Exogènes : conscientes et      volontaires
Exogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
Quels enjeux identitaires ?• Identité est un processus multiple, interactif et narratif   – Pérennité des traces de soi   ...
Une définition « sociotechnique »• Fonctionnalités ET usages (Stenger, Coutant,  2011)• Les réseaux socionumériques consti...
Quelles activités sur les réseaux              socionumériques ? « Le profil est une narration par laquelle on présente sa...
Réseaux socionumériques et         construction identitaire• Raisons d’utilisation : traîner ensemble (Ito &  al, 2008, 20...
Réseaux socionumériques et        construction identitaire• S’entraîner aux usages sociaux  – Espace de ménagement mutuel ...
Réseaux socionumériques et         construction identitaire• Une logique participative fondée sur la  prescription (Stenge...
Incitation logicielle :Incitation sociale :
Créativité autour des métriques de la popularité
Les Rsn : un espace de prescription          ordinaire généralisée• Différents niveaux de volontariat et de  conscience de...
Synthèse : cartographie des profilsd’utilisateurs des réseaux socionumériques                               Coutant, Steng...
Quel revers au meilleur des mondes ?• Permanence des inégalités traduite dans les usages  – Propension à afficher des cont...
Prolonger les débats…• Thomas Stenger, Alexandre  Coutant, « Ces réseaux  numériques dits sociaux »,  revue Hermès, n° 59,...
Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi
Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi

502

Published on

Présentation au Campus Européen de la Cité des Savoirs le Université de Poitiers.
Lien vers la conférence en vidéo : http://uptv.univ-poitiers.fr/web/players/rich_media_player/index.php?video_id=3201

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
502
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
15
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Transcript of "Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi"

  1. 1. Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes dexpression de soi Campus Européen de la Cité des Savoirs Université de Poitiers Alexandre Coutant, ELLIADD, OUN, Université de Franche-Comté alexandre.coutant@univ-fcomte.fr Diffusable sous licence Creative Commons – CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/
  2. 2. Contextualisation du phénomène « Phénomène » quantitatif• Facebook : – 955 Ms de profils actifs – 405 minutes de consultation mensuelle – 500 000 commentaires / minute – 543 Ms d’utilisateurs de Facebook en mobilité – 1 Md de contenus partagés / jour – 130 amis en moyenne et limite à 5000• Skyrock : – 32 Ms de Blogs – 26 Ms de profils – 100 000 images publiés / jour – 850 000 commentaires publiés / jour
  3. 3. Des identités « numériques » ?• Diversité des facettes identitaires est consubstantielle à l’individu – Part importante de « porte-identités » (Goffman, 1975) – Mécanisme croissant d’« invention de soi » • « Double hélice » (Kaufmann, 2004)• Continuum de nos expériences en ligne et hors ligne – Les relations sociales sont multi-supports – Les supports numériques, comme tous les autres médias, peuvent anticiper, compléter, remplacer les relations hors ligne
  4. 4. Des identités « numériques » ?• Traces de notre présence en ligne (Coutant, Stenger, 2011a) – Endogènes : • Conscientes et volontaires • Plus ou moins conscientes et involontaires – Exogènes : • Conscientes et volontaires • Plus ou moins conscientes et involontaires – « On ne peut pas ne pas communiquer » Watzlawick, 1979 – « lindividu doit compter sur les autres pour compléter un portrait de lui-même quil na le droit de peindre quen partie » Goffman, 1974
  5. 5. Endogènes : conscientes et volontaires
  6. 6. Endogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
  7. 7. Exogènes : conscientes et volontaires
  8. 8. Exogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
  9. 9. Quels enjeux identitaires ?• Identité est un processus multiple, interactif et narratif – Pérennité des traces de soi – Accessibilité à de multiples publics• E-réputation des individus – Rapports aux employeurs et partenaires professionnels – Contrôle social• Conception du rapport de l’individu à ses traces – Transparence, droit à l’oubli, droit à l’anonymat – Conception marchande des données personnelles• Inégalités face aux techniques – Inégalités d’accès – Inégalités de maîtrise technique – Inégalités dans les logiques d’usage • Et les réseaux socionumériques ? – Supports d’expression de soi – Variété des activités et des publics (Coutant, 2011)
  10. 10. Une définition « sociotechnique »• Fonctionnalités ET usages (Stenger, Coutant, 2011)• Les réseaux socionumériques constituent des services web qui permettent aux individus : – (1) de construire un profil public ou semi-public au sein dun système, – (2) de gérer une liste des utilisateurs avec lesquels ils partagent un lien, et – (3) de voir et naviguer sur leur liste de liens et sur ceux établis par les autres au sein du système – (4) fondent leur attractivité essentiellement sur les trois premiers points et non sur une activité particulière
  11. 11. Quelles activités sur les réseaux socionumériques ? « Le profil est une narration par laquelle on présente sa face etdont le vocabulaire et la syntaxe sont constitués par les activités » (Coutant, Stenger, 2010, 2011b)• Partage, commentaires et comparaison – Fonction « d’affichage » • Afficher ses goûts, valeurs, mode de vie, etc. – Fonction « miroir » • Se comparer aux autres ou à des programmes et se soumettre à leur évaluation• Des sociabilités diversifiées mais géographiquement ancrées – « Trainer ensemble » avec les bons amis • Discuter, s’organiser, renforcer les liens. Intensité des interactions s’étalant souvent sur une grande partie des activités – « Entretenir le lien » avec les amis moins proches ou ayant été perdus de vue • Moyen de garder le contact pour un coût minimal. Mur, commentaires et évaluations essentiellement et a minima visite du profil – « Explorer » avec des connaissances au sein d’une aire géographique ou de sociabilité finie • Consiste à nouer des liens, demeurant souvent faibles
  12. 12. Réseaux socionumériques et construction identitaire• Raisons d’utilisation : traîner ensemble (Ito & al, 2008, 2010) – “Hanging out” (passer du bon temps ensemble), en utilisant des outils comme la messagerie instantanée, Facebook ou MySpace pour retrouver et discuter avec ses amis – “Messing out” (surfer, se frotter à l’extérieur), chercher de l’information, bricoler avec des moyens expérimentaux ou naviguer au hasard – “Geeking out” (bidouiller), ou se plonger en profondeur dans un domaine d’intérêt ou de connaissance spécialisé
  13. 13. Réseaux socionumériques et construction identitaire• S’entraîner aux usages sociaux – Espace de ménagement mutuel – Invention (modérée) de soi tolérée – Apprentissage vicariant et espaces simplifiés d’interactions
  14. 14. Réseaux socionumériques et construction identitaire• Une logique participative fondée sur la prescription (Stenger, 2011) – Activités encouragées, stimulées par les amis • Page d’accueil affiche les activités des amis • Logique de flux encourage à intervenir régulièrement • Outils pensés pour faciliter la participation (commentaires, j’aime, etc) • Outils pensés pour encourager la comparaison et l’évaluation • Dynamique volontiers appropriée par les utilisateurs
  15. 15. Incitation logicielle :Incitation sociale :
  16. 16. Créativité autour des métriques de la popularité
  17. 17. Les Rsn : un espace de prescription ordinaire généralisée• Différents niveaux de volontariat et de conscience de l’activité prescriptive : – Prescription a minima – Déclaration publique – Prescription volontaire – Prescription logicielle (morceaux choisis, suggestion d’amis, gestion de la newsfeed, applications externes)
  18. 18. Synthèse : cartographie des profilsd’utilisateurs des réseaux socionumériques Coutant, Stenger, 2010
  19. 19. Quel revers au meilleur des mondes ?• Permanence des inégalités traduite dans les usages – Propension à afficher des contenus intimes inversement proportionnelle à sa position sociale – Exhibitionnisme : ressource de ceux qui n’en ont pas d’autres• Technique de soi ≠ expression de soi – Fuite en avant identitaire – Vampirisation des temps sociaux• Enjeux de compréhension de ces contextes – Maîtrise sociale et technique de nos publics – Mémorisation ≠ mémorable
  20. 20. Prolonger les débats…• Thomas Stenger, Alexandre Coutant, « Ces réseaux numériques dits sociaux », revue Hermès, n° 59, CNRS Éditions, 2011.• alexandre.coutant@univ-fcomte.fr
  1. A particular slide catching your eye?

    Clipping is a handy way to collect important slides you want to go back to later.

×