Identité et réseaux socionumériques :  lien social et formes dexpression de soi         Campus Européen de la Cité des Sav...
Contextualisation du phénomène              « Phénomène » quantitatif• Facebook :  –   955 Ms de profils actifs  –   405 m...
Des identités « numériques » ?• Diversité des facettes identitaires est consubstantielle  à l’individu   – Part importante...
Des identités « numériques » ?• Traces de notre présence en ligne (Coutant,  Stenger, 2011a)  – Endogènes :    • Conscient...
Endogènes : conscientes et       volontaires
Endogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
Exogènes : conscientes et      volontaires
Exogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
Quels enjeux identitaires ?• Identité est un processus multiple, interactif et narratif   – Pérennité des traces de soi   ...
Une définition « sociotechnique »• Fonctionnalités ET usages (Stenger, Coutant,  2011)• Les réseaux socionumériques consti...
Quelles activités sur les réseaux              socionumériques ? « Le profil est une narration par laquelle on présente sa...
Réseaux socionumériques et         construction identitaire• Raisons d’utilisation : traîner ensemble (Ito &  al, 2008, 20...
Réseaux socionumériques et        construction identitaire• S’entraîner aux usages sociaux  – Espace de ménagement mutuel ...
Réseaux socionumériques et         construction identitaire• Une logique participative fondée sur la  prescription (Stenge...
Incitation logicielle :Incitation sociale :
Créativité autour des métriques de la popularité
Les Rsn : un espace de prescription          ordinaire généralisée• Différents niveaux de volontariat et de  conscience de...
Synthèse : cartographie des profilsd’utilisateurs des réseaux socionumériques                               Coutant, Steng...
Quel revers au meilleur des mondes ?• Permanence des inégalités traduite dans les usages  – Propension à afficher des cont...
Prolonger les débats…• Thomas Stenger, Alexandre  Coutant, « Ces réseaux  numériques dits sociaux »,  revue Hermès, n° 59,...
Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi
Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi

588 views
565 views

Published on

Présentation au Campus Européen de la Cité des Savoirs le Université de Poitiers.
Lien vers la conférence en vidéo : http://uptv.univ-poitiers.fr/web/players/rich_media_player/index.php?video_id=3201

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
588
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
5
Actions
Shares
0
Downloads
21
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes d'expression de soi

  1. 1. Identité et réseaux socionumériques : lien social et formes dexpression de soi Campus Européen de la Cité des Savoirs Université de Poitiers Alexandre Coutant, ELLIADD, OUN, Université de Franche-Comté alexandre.coutant@univ-fcomte.fr Diffusable sous licence Creative Commons – CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/
  2. 2. Contextualisation du phénomène « Phénomène » quantitatif• Facebook : – 955 Ms de profils actifs – 405 minutes de consultation mensuelle – 500 000 commentaires / minute – 543 Ms d’utilisateurs de Facebook en mobilité – 1 Md de contenus partagés / jour – 130 amis en moyenne et limite à 5000• Skyrock : – 32 Ms de Blogs – 26 Ms de profils – 100 000 images publiés / jour – 850 000 commentaires publiés / jour
  3. 3. Des identités « numériques » ?• Diversité des facettes identitaires est consubstantielle à l’individu – Part importante de « porte-identités » (Goffman, 1975) – Mécanisme croissant d’« invention de soi » • « Double hélice » (Kaufmann, 2004)• Continuum de nos expériences en ligne et hors ligne – Les relations sociales sont multi-supports – Les supports numériques, comme tous les autres médias, peuvent anticiper, compléter, remplacer les relations hors ligne
  4. 4. Des identités « numériques » ?• Traces de notre présence en ligne (Coutant, Stenger, 2011a) – Endogènes : • Conscientes et volontaires • Plus ou moins conscientes et involontaires – Exogènes : • Conscientes et volontaires • Plus ou moins conscientes et involontaires – « On ne peut pas ne pas communiquer » Watzlawick, 1979 – « lindividu doit compter sur les autres pour compléter un portrait de lui-même quil na le droit de peindre quen partie » Goffman, 1974
  5. 5. Endogènes : conscientes et volontaires
  6. 6. Endogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
  7. 7. Exogènes : conscientes et volontaires
  8. 8. Exogènes : plus ou moinsconscientes et involontaires
  9. 9. Quels enjeux identitaires ?• Identité est un processus multiple, interactif et narratif – Pérennité des traces de soi – Accessibilité à de multiples publics• E-réputation des individus – Rapports aux employeurs et partenaires professionnels – Contrôle social• Conception du rapport de l’individu à ses traces – Transparence, droit à l’oubli, droit à l’anonymat – Conception marchande des données personnelles• Inégalités face aux techniques – Inégalités d’accès – Inégalités de maîtrise technique – Inégalités dans les logiques d’usage • Et les réseaux socionumériques ? – Supports d’expression de soi – Variété des activités et des publics (Coutant, 2011)
  10. 10. Une définition « sociotechnique »• Fonctionnalités ET usages (Stenger, Coutant, 2011)• Les réseaux socionumériques constituent des services web qui permettent aux individus : – (1) de construire un profil public ou semi-public au sein dun système, – (2) de gérer une liste des utilisateurs avec lesquels ils partagent un lien, et – (3) de voir et naviguer sur leur liste de liens et sur ceux établis par les autres au sein du système – (4) fondent leur attractivité essentiellement sur les trois premiers points et non sur une activité particulière
  11. 11. Quelles activités sur les réseaux socionumériques ? « Le profil est une narration par laquelle on présente sa face etdont le vocabulaire et la syntaxe sont constitués par les activités » (Coutant, Stenger, 2010, 2011b)• Partage, commentaires et comparaison – Fonction « d’affichage » • Afficher ses goûts, valeurs, mode de vie, etc. – Fonction « miroir » • Se comparer aux autres ou à des programmes et se soumettre à leur évaluation• Des sociabilités diversifiées mais géographiquement ancrées – « Trainer ensemble » avec les bons amis • Discuter, s’organiser, renforcer les liens. Intensité des interactions s’étalant souvent sur une grande partie des activités – « Entretenir le lien » avec les amis moins proches ou ayant été perdus de vue • Moyen de garder le contact pour un coût minimal. Mur, commentaires et évaluations essentiellement et a minima visite du profil – « Explorer » avec des connaissances au sein d’une aire géographique ou de sociabilité finie • Consiste à nouer des liens, demeurant souvent faibles
  12. 12. Réseaux socionumériques et construction identitaire• Raisons d’utilisation : traîner ensemble (Ito & al, 2008, 2010) – “Hanging out” (passer du bon temps ensemble), en utilisant des outils comme la messagerie instantanée, Facebook ou MySpace pour retrouver et discuter avec ses amis – “Messing out” (surfer, se frotter à l’extérieur), chercher de l’information, bricoler avec des moyens expérimentaux ou naviguer au hasard – “Geeking out” (bidouiller), ou se plonger en profondeur dans un domaine d’intérêt ou de connaissance spécialisé
  13. 13. Réseaux socionumériques et construction identitaire• S’entraîner aux usages sociaux – Espace de ménagement mutuel – Invention (modérée) de soi tolérée – Apprentissage vicariant et espaces simplifiés d’interactions
  14. 14. Réseaux socionumériques et construction identitaire• Une logique participative fondée sur la prescription (Stenger, 2011) – Activités encouragées, stimulées par les amis • Page d’accueil affiche les activités des amis • Logique de flux encourage à intervenir régulièrement • Outils pensés pour faciliter la participation (commentaires, j’aime, etc) • Outils pensés pour encourager la comparaison et l’évaluation • Dynamique volontiers appropriée par les utilisateurs
  15. 15. Incitation logicielle :Incitation sociale :
  16. 16. Créativité autour des métriques de la popularité
  17. 17. Les Rsn : un espace de prescription ordinaire généralisée• Différents niveaux de volontariat et de conscience de l’activité prescriptive : – Prescription a minima – Déclaration publique – Prescription volontaire – Prescription logicielle (morceaux choisis, suggestion d’amis, gestion de la newsfeed, applications externes)
  18. 18. Synthèse : cartographie des profilsd’utilisateurs des réseaux socionumériques Coutant, Stenger, 2010
  19. 19. Quel revers au meilleur des mondes ?• Permanence des inégalités traduite dans les usages – Propension à afficher des contenus intimes inversement proportionnelle à sa position sociale – Exhibitionnisme : ressource de ceux qui n’en ont pas d’autres• Technique de soi ≠ expression de soi – Fuite en avant identitaire – Vampirisation des temps sociaux• Enjeux de compréhension de ces contextes – Maîtrise sociale et technique de nos publics – Mémorisation ≠ mémorable
  20. 20. Prolonger les débats…• Thomas Stenger, Alexandre Coutant, « Ces réseaux numériques dits sociaux », revue Hermès, n° 59, CNRS Éditions, 2011.• alexandre.coutant@univ-fcomte.fr

×