• Save
"Les excès de la régulation" par Hervé Alexandre - mai 2013 (Bale, Dodd Franck, Liikanen, Vickers)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×
 

Like this? Share it with your network

Share

"Les excès de la régulation" par Hervé Alexandre - mai 2013 (Bale, Dodd Franck, Liikanen, Vickers)

on

  • 2,831 views

Auteur du document : Hervé Alexandre (Professeur à l'Université Paris Dauphine, Directeur du Master 224 "Banque et Finance") ...

Auteur du document : Hervé Alexandre (Professeur à l'Université Paris Dauphine, Directeur du Master 224 "Banque et Finance")
Type d’auteur : Professeur
Réglementation financière traitée : Bale & Dodd Franck
Langue du document : Français

Statistics

Views

Total Views
2,831
Views on SlideShare
1,549
Embed Views
1,282

Actions

Likes
0
Downloads
0
Comments
0

10 Embeds 1,282

http://banquesetsupervision.blogspot.fr 801
http://albanjarry.wordpress.com 384
http://www.scoop.it 69
https://albanjarry.wordpress.com 11
http://banquesetsupervision.blogspot.ru 8
https://twitter.com 4
http://banquesetsupervision.blogspot.co.uk 2
http://banquesetsupervision.blogspot.de 1
http://banquesetsupervision.blogspot.ca 1
http://banquesetsupervision.blogspot.com 1
More...

Accessibility

Categories

Upload Details

Uploaded via as Microsoft PowerPoint

Usage Rights

© All Rights Reserved

Report content

Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Your message goes here
    Processing…
Post Comment
Edit your comment

"Les excès de la régulation" par Hervé Alexandre - mai 2013 (Bale, Dodd Franck, Liikanen, Vickers) Presentation Transcript

  • 1. Les excès de la régulationHervé Alexandre. Professeur à l’Université Paris Dauphine
  • 2. La crise : un déséquilibre des bilansbancaires Liquidité (abondance de la liquidité = bien gratuit) Inadéquation des fonds propres (volume et qualité) Le modèle Originate-to-distribute Pas de réelle analyse du crédit Elle se débarrasse mal
  • 3. La crise : un excès d’optimisme Un levier dendettement hors du commun Réduction du levier => Rationnement du crédit Gestion du risque et gouvernance (psychologie des organisations) Excès de confiance Concentration des risques Méconnaissance de lexposition au risque (subprime)
  • 4. 20 ans de bouleversement à l’actif…Source : Rapport LiikanenAs discussed in Chapter 2, at aggregate level and over time, the share of the basic lending activity inrelation to total banking assets has diminished, as is evident amongst others in the evolution of theasset side of bank balance sheets. Two of the large EU banks are used as an example of how(customer) loans have declined as a proportion of the total balance sheet.Chart 3.4.11: Barclays – Evolution of as se ts (€ billion) Chart 3.4.12: Deutsche Bank – Evolution of as se ts (€ billion)Source: Data from published accounts.
  • 5. … Et au passifSource : Rapport LiikanenIn addition to the above 2011 snapshot, it is again useful to examine the evolution of the banksfunding structure over time. As illustrated for two banks (chart 3.4.18 and 3.4.19), banks have growntheir balance sheets significantly without corresponding increases in equity or customer depositfunding (and with additional off-balance sheet growth which is not reported in the charts).Chart 3.4.18: Barclays – Evolution of liabilities (€ billion) Chart 3.4.19: Deutsche Bank – Evolution of liabilities (€ billiSource: Data from published accounts.In addition to the above 2011 snapshot, it is again useful to examine the evolution of the banksfunding structure over time. As illustrated for two banks (chart 3.4.18 and 3.4.19), banks have growntheir balance sheets significantly without corresponding increases in equity or customer depositfunding (and with additional off-balance sheet growth which is not reported in the charts).Chart 3.4.18: Barclays – Evolution of liabilities (€ billion) Chart 3.4.19: Deutsche Bank – Evolution of liabilities (€ billion)Source: Data from published accounts.
  • 6. Les réactions post-crise Une logique universelle et internationale mais très finalementdiverse Dodd Franck Bâle Vickers, Liikanen… Loi française Connaissance et information A qui profite l’opacité ? Simplicité et déresponsabilisation Confusion régulation et performance
  • 7. Bâle 3Accroître la qualité des fonds propres Le Tier 1 est composé de : Common Equity Tier 1 (CET 1) = capital social +réserves. Lower Tier 1 = titres subordonnés sans maturité Le Tier 2 est simplifié : Titres subordonnés de maturité > 5 ans (plus de sous-catégories ce qui participe à une meilleure lisibilité) Le Tier 3 est supprimé. Lobjectif du Tier 1 est de pouvoir permettre de couvrir les pertesde la banque en régime de croisière (going concern capital) Le Tier 2 va absorbé les pertes juste avant la liquidationéventuelle (gone concern capital).
  • 8. Durcir la pondération des activités demarché Meilleur prise en compte des corrélations deportefeuille La charge pour le risque de marché ne peut plus êtrediminuée même si le portefeuille est correctementdiversifié et composé dactifs liquides Les banques doivent calculer une VaR stressée. Capital = Var + Var Stressée
  • 9. Accroître la liquidité des bilans bancairesMise en place de deux ratios :lun pour la liquidité à court termeLiquidity Coverage Ratio (LCR)Quels actifs ? Quels cash-flows ?L’autre à plus long termeNet Stable Funding RatioQuel montant requis ?Actifsliquides de grande qualitéCash− flowsnets dûs dansles30 jours≥100Financements stablesdisponiblesMontant requis de financement stable≥100
  • 10. Réforme Dodd-FranckLa réforme américaine (Dodd Franck). interdiction du trading en compte propre (règle Volcker) limitation de linvestissement par les banques dans les hedges funds. obliger les cédants dans le cadre dune titrisation à conserver 5 % duvolume des crédits titrisés obligation de faire figurer les dérivés dans des filiales bien distinctes.
  • 11. Dodd Franck :Trop de régulation …
  • 12. … Tue la régulation (The Economist, février 2012)
  • 13. Les dérives de la régulation Basel 1 30 pages; Basel 2 347 pages; Basel 3 616 pages Le monde bancaire est-il 20 fois plus compliqué ? Aux Etats-Unis Glass-Steagall (1933) 37 pages; Dodd-Frank 848 pages => 30,000 pages of detailed rule-making by various agencies.The economist 8 sept 2012
  • 14. Les autres réactions Rapport Liikanen Les activités de trading et risquées sont filialisées, cantonnées Le risque de ces activités n’est alors plus supporté par les dépôts Les activités de marché sont financées par des passifs financiers Formalisation d’un plan de résolution pré-crise (Bail-in…) RapportVickers Taxe sur les passifs courts des banques Exigence en FP supérieure à celle préconisée par le Bâle Séparation hermétique de la banque de détail dans les groupes bancaires permettantleur sauvetage Projet de loi bancaire française taxe sur les passifs courts des banques 0,5 % du bilan de la Société Générale
  • 15. Les SIFI Quelle définition ? La taille Linterconnexion avec les autres banques (risque de propagation dun choc). L’internationalisation (la cross-juridictionalité) L’absence de substituts. La complexité Quelle mesure ? De l’avantage d’être SIFI Aux US, les banques « too big too fail » bénéficiaient d’un coût de financement inférieurde 29 bps par rapport aux plus petites avant la crise. En 2010 cet écart était de 78 bps(Hart Zingales 2009)
  • 16. Limite de vitesse Une règle simple 130 km/h sur autoroute Une sanction connue à l’avance Trop simple Imaginons une vitesse limite fonction non linéaire du poids de lavoiture, de sa cylindrée, de l’âge du chauffeur, du kilométragede la voiture. Avec une loi leptokurtique de mesure de laprobabilité du temps de réaction du chauffeur Coût en connaissance de l’information marginale ?
  • 17. Confusion connaissance et information Pour trop de gens transparence = quantité d’information L’information n’est pas connaissance Ex : les 30 000 pages de Dodd Franck La technicité est souvent un voile d’opacité L’information (disponible) est un input, la connaissance est unoutput limité par les capacités cognitives individuelles ouorganisationnelles. Quid du plan de résolution de la BNP : + de 1000 pages Bank of America (site de la Fed) : 42 pages JP Morgan : 30 pages
  • 18. Pourquoi l’opacité Les banques Une vieille habitude Culture de la complexité Les régulateurs Technicité et incitation Les gouvernants Urgence Méconnaissance Les conseils Le client paie, il veut de la quantité
  • 19. Entre simplicité et déresponsabilisation Le ratio de levier comptable bâlois est simple mais remet encause la gestion du risque et la confiance accordée auxbanques Remettre en cause la pondération des actifs par leur risquefocalise la performance sur la rentabilité sans l’ajuster aurisque En fait, le régulateur s’inquiète de la complexité des mesuresde pondération
  • 20. Confusion solvabilité et performance Une banque rentable n’est pas une banque solvable RBS Une banque solvable n’est pas une banque rentable Les groupes mutualistes Performance et solvabilité se rejoignent dans des mesures detype RAROC
  • 21. Biais et Heuristiques Kahneman (prix nobel d’économie en 2002) Psychologie des indivividus Les gens commettent des biais lorsqu’ils choisissent car ilsutilisent de nombreuses heuristiques pour choisir Deux systèmes pour décrire le fonctionnement du cerveau Système 1 : automatique, rapide, pas de pause, pas de contrôle Système 2 : lent, contrôlable, opérations cognitives complexes Le système 2 doit contrôler le système 1 mais le cerveau sesatisfait des réponses fournies par le système 1.
  • 22. Application aux banques Application imparfaite (idée émergente…) Vision holiste de la banque Application de la psychologie de l’individu à la psychologie de l’organisation Système 1 Salle de marché M&A Centre de profits Système 2 Contrôle interne Audit La régulation actuelle charge le système d’une régulation confuse etcompliquée sans ralentir l’hyper activité du système 1.
  • 23. Un exemple de supervision simpleUn déclencheur de résolutionPourquoi pas le spread de CDS ?Une règle simple et connue à l’avanceRésolutionBail-inPertinence des cocosUne lecture« A New Capital Regulation For Large Financial Institutions »Hart et Zingales (2009)