Your SlideShare is downloading. ×
Open Data, introduction, état des lieux et débats (université d'été 2012 EIVP)
Upcoming SlideShare
Loading in...5
×

Thanks for flagging this SlideShare!

Oops! An error has occurred.

×

Introducing the official SlideShare app

Stunning, full-screen experience for iPhone and Android

Text the download link to your phone

Standard text messaging rates apply

Open Data, introduction, état des lieux et débats (université d'été 2012 EIVP)

997
views

Published on

Présentation effectuée le 29 août 2012 à l'université d'été de l'EIVP reprenant une introduction, un état des lieux et les principaux débats autour des domaines de l'Open Data et de l'Open Government.

Présentation effectuée le 29 août 2012 à l'université d'été de l'EIVP reprenant une introduction, un état des lieux et les principaux débats autour des domaines de l'Open Data et de l'Open Government.

Published in: Technology

0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total Views
997
On Slideshare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

Report content
Flagged as inappropriate Flag as inappropriate
Flag as inappropriate

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Cancel
No notes for slide

Transcript

  • 1. Open Data PARIS Université d’été 2012 de l’EIVP « Numérique et Génie urbain »Partage des données numériques, Open Data Paris 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 2. Introduction « Qu’est ce que l’Open Data »Etat des lieux des projetsEtapes et méthodologie d’une démarche : comment se lancer?Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en France 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 3. Qu’est ce que l’Open Data?…Qu’est ce qu’une donnée ouverte… Dans le cadre de ses missions, le service de l’arbre de la Ville de Paris a recensé les arbres remarquables (anciens ou essences rares) sur le territoire. Il a produit un fichier comptabilisant et détaillant tous ces arbres et celui-ci a été publié sur Paris Data. Des réutilisateurs ont téléchargé et utilisé ces données pour produire des applications mobiles d’information. Tout organisme dune certaine taille collecte, génère ou maintient un important volume de données électroniques (bases de données, systèmes dinformation cartographiques, registres électroniques, etc.). Les données que possède la Ville de Paris sont exploitées au mieux par les services municipaux dans le cadre de leurs missions, mais constituent également un patrimoine immatériel qui peut être mis en valeur pour et par lensemble des acteurs du territoire. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 4. Qu’est ce que l’Open Data?…Genèse, contexte international (les pionniers)… Depuis 2005 : Petites initiatives locales de recensement et publication de données (ex : carte de la criminalité de Chicago everyblock.com) Octobre 2007 : Séminaire de l’ Open Government Working Group à l’initiative de Tim OReilly and Carl Malamud pour définir les principes de l’Open Government Data en vue des élections US de 2008. Janvier 2009 : Lancement par Barack Obama le jour de son investiture de l’Open Government Initiative, qui vise à associer les citoyens de manière transparente, participative et collaborative à la définition et la mise en œuvre des politiques publiques et dont l’Open Data est l’un des piliers. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 5. Qu’est ce que l’Open Data?Philosophie, … Philosophie et concepts Comme tout mouvement d’ouverture souvent issu de la culture Internet (comme l’Open Source pour les logiciels), l’open data est une philosophie et une pratique qui considère que si certaines données sont librement exploitables par le plus grand nombre sans restriction liée à un droit d’auteur ou un droit d’utilisation, cette exploitation collaborative engendrera une meilleure compréhension, de nouvelles visions, de nouveaux services, … des innovations. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 6. Qu’est ce que l’Open Data?…Pilier de l’Open Government ou Démocratie Ouverte … Les données publiques Cette philosophie est valable pour la sphère privée et la sphère publique. Cependant le mouvement est très attaché à l’ouverture des données publiques considérées comme un bien commun et partagé par et pour les citoyens. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 7. Qu’est ce que l’Open Data?…Les concepts et vocabulaires voisins… Les philosophies et concepts voisins Le web2.0, la co- conception, le collaboratif, le participatif, l’innovation ouverte, la co-production avec la foule (crowdsourcing) sont autant de concepts dont se nourrit l’Open Data et auxquels l’Open Data participe. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 8. Qu’est ce que l’Open Data? …Les 8 critères qui définissent une donnée ouverte (selon l’Open Government working group)… Complète : Toutes les données sont rendues disponibles sauf restrictions (sécurité et anonymat) Primaire / Brute : Publiée telle que disponible à la source Opportune : Publiée aussi rapidement que possible pour préserver leur valeur Accessible : Mise à disposition du plus grand nombre sans restriction Exploitable : Suffisamment structurée pour être facilement lisible par les machines Non discriminatoire : Accessible sans processus d’authentification Non propriétaire : Le format de la donnée n’est pas propriétaire ou restrictif Libre de droits : La donnée nest pas soumise au droit dauteur, des brevets, des marques ou dusecret commercial. Il peut être admis des restrictions raisonnables au titre de la confidentialité et de lasécurité. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 9. Qu’est ce que l’Open Data?…Les objectifs et les enjeux de l’Open Data… Transparence [ (Open Government) Data ] VS Les promesses politiques de lOpen Data transparence vs participation Participation [ Open (Government Data) ] Collaboration / Co-conception Modernisation des pratiques administratives Interopérabilité / standardisation Innovations Open innovation 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 10. Qu’est ce que l’Open Data?Quelques finalités potentielles d’une démarche Open Data par acteur Pour une collectivité ou une organisation publique qui libère ses données • Accompagner, compléter ou devancer l’obligation réglementaire (licence, mieux connaitre les attentes et les destinataires, expliquer les jeux de données) • Faire converger la démarche Open Data avec les missions et les objectifs des services (ex : Plan vélo) • Développer la vision et les pratiques d’ouverture de l’organisation. Apprendre aux agents à collaborer avec des acteurs externes. Pour une organisation privée qui libère ses données • Accroitre la transparence de ses actions vis-à-vis de ses publics (partenaires, clients, investisseurs, actionnaires…) • Démultiplier la valeur de ses données en les enrichissant et ouvrir sa démarche d’innovation vers l’extérieur • Découvrir de nouveaux partenaires potentiels et élargir sa chaine de valeur • Mieux Echanger avec ses publics et notamment ses clients sur leurs attentes Pour les scientifiques • Enrichir les éléments statistiques de leur recherche, élargir leurs travaux, développer de nouveaux modèles, obtenir des résultats plus complets et plus fins Pour les citoyens • Accroitre leur connaissance et améliorer leurs perceptions du service public et des missions réalisées par la collectivité. • Pouvoir plus facilement s’associer à la création des politiques publiques et mieux participer aux processus démocratiques du territoire (Conseil de quartier, conseil municipal, élection). Pour les journalistes (data journalism) • Donner à voir et à comprendre des faits complexes (data visulaization) • Mener des enquêtes de fond qui recoupent différents jeux de données et mettent en perspective la parole des d’experts Pour les entreprises (grandes ou start up) • Enrichir leurs services existants ou en cours de définition • Ajouter de la valeur aux données mises à disposition • Créer de nouveaux services Pour la communauté des développeurs amateurs, bénévoles ou passionnés • Créer de nouveaux services pour la collectivité • Tester de nouveaux services à l’origine de futures entreprises Pour le territoire • Créer une nouvelle valeur et de l’innovation 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 11. Qu’est ce que l’Open Data?Quelques exemples de réutilisations Typologie des réuitilisations de SChignard : Consultation, Application, Médiation, Réutilisation spécialisée Typologie croisée par mode de restitution (analyse rédigée, illustration, animation interactive, services web,applications mobiles) et par finalités (expression artistique, accompagnement illustratif, transmission d’information,mise en œuvre d’un service, alimentation d’un débat…) Dataviz Mapize Naissance Etat Civil 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 12. Qu’est ce que l’Open Data?Quelques exemples de réutilisationsDataviz interactive du vote par bureau de vote à la Présidentielle Etude sur la corrélation entre vote par procuration et participation2012 par Le Monde 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 13. Qu’est ce que l’Open Data?Quelques exemples de réutilisations Mashup Transparent School, lieux universitaires et activités 4square par Mapize 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 14. Qu’est ce que l’Open Data?Quelques exemples de réutilisations App mobile des hotspots Paris Wi-Fi App mobile Les envies parisiennes Toutes les réutilisations publiques à partir de Open Data Paris :http://opendata.paris.fr/opendata/jsp/site/Portal.jsp?page_id=16 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 15. Qu’est ce que l’Open Data?Une petite vidéo vaut mieux qu’… 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 16. Etat des lieux des projets Carte détaillée des démarches Open Data dans le monde • Dans le monde plus de 15 Etats engagés avec une cinquante d’agglomération ( San Francisco, Seattle, NYC, Edmonton…) • En Europe, UK (Londres et 90 agglomérations) et la Catalogne, Le Piemont…) • 215 initiativesSource : Open Data 2012 : où en est-on en France ? (mai 2012) recensées parhttp://www.slideshare.net/slidesharefing/open-data-week-ouverture-o-en-eston-en-france PublicData.eu 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 17. Etat des lieux des projets Carte détaillée des démarches Open Data en France • Pionniers : Brest, Keolis Rennes, Rennes, Paris • EtaLab avec data.gouv.fr • 5 régions sur 22 (ou 26) dont 3 actives [cible 7 dans 18 mois] • 7 départements sur 101 dont 6 actifs [+10] • 27 villes (et/ou agglomérations) sur 36000 communes • Privé : Suez, SNCF,Sources : Open Data 2012 : où en est-on en France ? (mai 2012) CDT 13, RATP…http://www.opendata-map.org/ 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 18. Etat des lieux des projets Autres éléments de situation 800+ jeux de données ouverts (hors data.gouv.fr) ... … qui ont permis de produire environ 200 applications Forte implication d’au moins 8 mouvements citoyens locaux Initiatives citoyennes nationales très visibles Regards Citoyens : NosDeputes.fr et NosSenateurs.fr WikiMedia France : notamment partenariats avec des musées OpenStreetMap : Carto Party Des acteurs très spécialisés (geek/développeurs) Paradoxalement encore peu de ponts avec les actions de démocratie participative ou celles de l’économie sociale et solidaireSources : Open Data 2012 : où en est-on en France ? (mai 2012) 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 19. Etat des lieux des projets Les modalités d’animation et leurs résultats Constat partagé : La libération des données ne suffit pas, il faut produire del’animation autour du projet pour créer de la valeur : Ateliers OpenData School Conférences et séminaires Forum d’échanges sur la démarche, appel à idées de libération de données Hackathons DevCamps Concours / Appels à projets Le grand public est encore absent. Même si des initiatives d’inclusionvoient le jour comme ExpoViz (La Fonderie / Région IDF) Le manque de jeux de données diversifiées, de modèle économique etde créativité apporte le constat d’une certaine pauvreté des réutilisationspubliques (200 applications environ). Qualité disparate des jeux de données publiés (format, saucissonnage,erreurs…) + : Transformation de la vision des services gestionnaires des donnéesSources : Open Data 2012 : où en est-on en France ? (mai 2012) 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 20. Les phases d’une démarche Open Data : l’exemple parisien…Questions et éléments à traiter• Juridique • Objectifs : rassurer, • Mode d’acceptation de • Animation du- Choix de la licence convaincre, converger la licence ? site via les• Technique et valider • Formats et visualisation échanges avec- Etude d’extraction et qualification • Supports : des données les utilisateursdes jeux de données - Présentation projet • Modes d’interactions- Mode et processus de publication - Liste des jeux de avec les utilisateurs • Animation de- Réflexion API données pré-recensés la démarche via • Phase de mise en ligne rencontres avec• Pré-exploration des données : • Rencontres des restreinte aux services et les dev etFacilité d’extraction, pas de données experts externes pour aux experts concoursnominatives, pas de questions desécurité, pas de questions juridiques ouvrir l’élaboration deliées aux données la démarche • Ouverture du site • Préparation • Echanges avec les • Préparation du site • Animation • Juridique services gestionnaires • Mise en ligne • du site • Technique • de la démarche • Pré-exploration des données • Rencontres des experts Open Data Feed back utilisateurs 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 21. Un exemple de méthodologieLe cadre opérationnel de la Mairie de Paris Exploration • Exploration avec les services de l’organisation des applications et des bases de données contenant des données sur 6 thèmes sélectionnés : citoyenneté, culture, déplacement, environnement, urbanisme, services aux usagers • Règles générales d’exploration : pas de données nominatives, pas de données sensibles de sécurité • Règles spécifiques Phase 1 d’exploration : pas de questions juridiques et facilité d’extraction des données (« low hanging fruits ») Travaux juridiques • Direction des Affaires Juridiques (DAJ) de la Ville et communauté (juristes spécialistes des licences libres « Veni, Vidi, Libri ») sur la traduction de l’anglais et l’adaptation au droit français de la licence Open Data Base Licence (ODBL) Création d’un site dédié (OpenData.paris.fr) • Répertoire des jeux de données • Mise en forme des fichiers après extraction : csv (tableur), shape (cartographique), … • Constitution des notices des jeux de données Après la mise en ligne • Organisation d’un événement dédié à la réflexion et au développement de nouveaux services à partir des premiers jeux de données. • Participation à des événements de développement d’applications et de services, notamment orienté applications pour téléphone mobile. • Après le « quick win » structuration du réseau des correspondants Open Data dans chaque direction de la Ville et travaux sur la culture « Ville Ouverte ». 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 22. Le choix d’une licence…cadre réglementaire français des données publiques La loi du 17 juillet 1978 reconnaît à toute personne un droit daccès auxdocuments administratifs et un droit à la réutilisation des informations publiques.Pour assurer la bonne application de ces droits, les articles 20 à 23 de la loiprévoient la mise en place dune autorité administrative indépendante : laCommission daccès aux documents administratifs (CADA). La directive européenne du 17 novembre 2003 concernant la réutilisation desinformations du secteur public transposée en France via L’ordonnance du 6 juin 2005 et le décret du 30 décembre 2005 qui créent undroit de réutilisation des données publiques (sauf données personnelles, infosd’organismes culturels ou données faisant l’objet de droits de propriétéintellectuelle). Le réutilisateur a certaines obligations. L’ordonnance du 21 octobre 2010 a transposé la directive européenne Inspirequi impose aux autorités publiques, d’une part de publier sur Internet leurs donnéesenvironnementales géographiques, d’autre part de les partager entre elles. En 2011 le décret de la mission EtaLab établit la gratuité comme cadre généralet la redevance comme une exception. Il est possible d’accompagner clairement et précisément ce droit et cesobligations via l’établissement de licence de réutilisation des données. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 23. Le choix d’une licence l’exemple de la licence ODBL à Paris Afin de déterminer les droits et les devoirs des réutilisateurs, l’organisation doit adopter une licence type, que l’utilisateur valideavant le téléchargement des données mises à disposition sur ce site. A Paris, cette licence a été adaptée de la licence ODbL (Open Database Licence) de l Open Knowledge Foundation, avec laidede la communauté de lOpen Data (remerciements à lassociation Veni, Vidi, Libri, au collectif Regards Citoyens et au ChapitreFrance de Creative Commons). Vous êtes libres : De partager : copier, distribuer et utiliser la base de données. De créer : produire des créations à partir de cette base de données. Dadapter : modifier, transformer et construire à partir de cette base de données. Aussi longtemps que : Vous mentionnez la paternité : Vous devez mentionnez la source de la base de données pour toute utilisation publique de la base de données, ou pour toute création produite à partir de la base de données, de la manière indiquée dans lODbL. Pour toute utilisation ou redistribution de la base de données, ou création produite à partir de cette base de données, vous devez clairement mentionner aux tiers la licence de la base de données et garder intacte toute mention légale sur la base de données originaire. Vous partagez aux conditions identiques : si vous utilisez publiquement une version adaptée de cette base de données, ou que vous produisiez une création à partir dune base de données adaptée, vous devez aussi offrir cette base de données adaptée selon les termes de la licence ODbL. Gardez ouvert : si vous redistribuez la base de données, ou une version modifiée de celle-ci, alors vous ne pouvez utiliser de mesure technique restreignant la création que si vous distribuez aussi une version sans ces restrictions. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 24. Les guides d’une démarche d’ouverture des donnéesLe guide pratique coordonné par la FING et les 72 critères Opquast Guide pratique de l’ouverture des données publiques coordonnépar la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING)http://fing.org/?Guide-pratique-de-l-ouverture-des Grille d’auto-évaluation d’une démarche Open Data en 72 critèressur Opquast (référentiel de bonnes pratiques dans le domaine du web) 13 catégories analysées : Animation, API, Applications, Catalogage, Format, Historique, Identification, Licence, Linked Data, Nommage, Transparence, Utilisabilité, Vie privée Aucun projet atteint les 100% sur les 72 critères. C’est une cible idéale. Un guide dans la démarche d’ouverture. http://checklists.opquast.com/fr/opendata 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 25. Les guides d’une démarche d’ouverture des donnéesS’inscrire dans une perspective Linked Data (web 3.0) avec les critères de Tim Berners-Lee Classement issu des travaux du W3C sur l’eGouvernmenthttp://www.w3.org/egov/ Orienté Web sémantique Typologie de démarche et note de 1 à 5 étoiles * make your stuff available on the web (whatever format) ** make it available as structured data (e.g. excel instead of image scan of a table) *** non-proprietary format (e.g. csv instead of excel) **** use URLs to identify things, so that people can point at your stuff ***** link your data to other people’s data to provide context Ressource complémentaire : Livre « Open Data , Comprendre louverture desdonnées publiques » Ed Fyp de S Chignard et JF Marchandise 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 26. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceOpen Data et (idéologies) orientations politiques La démarche Open Data est-elle politique ? A priori non, elle fait largement consensus. Il n’y a même pas vraimentdébat dans le choix entre transparence et participation. Les 2 objectifsdoivent être menés de front. Pour autant, on aperçoit différents positionnements des acteurs vis-à-visde l’Open Data publique : La donnée doit être libérée, elle a déjà été payée par le contribuable VS la donnée est un patrimoine collectif (actif « appartenant » aux contribuables) qu’il faut valoriser. Différentes familles de positionnement vis-à-vis des acteurs publics Libérale : Défiance > la transparence pour dénoncer (IFRAP) Libérale-libertaire : Méfiance > la transparence pour surveiller (Sunlight Foundation) Participative : Bienveillance > la participation pour reconstruire de la confiance (FING)Source : Les promesses politiques de lOpen Data transparence vs participation 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 27. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceComment, combien et quand l’Open Data créera de la valeur? 2006 : 1ère grande étude des potentialités économiques de la réutilisationdes informations publiques en Europe (MEPSIR) commandé par lacommission européenne> 26 à 47 milliards d’euros Fin 2011 : Nouvelle étude commandé à l’OCDE par la commissaireeuropéenne Neelie Kroes (« Data is the new oil »)> 40 à 140 milliards d’euros La réflexion retient le chiffre de 140 milliards d’euros sans préciser Qu’il s’agit d’une agrégation d’études et de chiffrage aux méthodologies différentes Que le champs des données publiques étudiées est très large et ne se soucie pas des protections actuelles de certaines d’entre elles : Géographic information, meteorological and environmental information, economic et business information, social information, traffic and transport information, tourist and leisure information, agricultural, farming, forestry and fisheries information, natural ressource information, legal system information, scientific information and research data, educational content, political content, cultural content. Le champs des compétences des collectivités locales est loin de couvrir tous ces domaines. La promesse n’était-elle pas irréaliste dès le départ, l’Europe aurait-elle dû plus appuyer surl’argument de la transparence comme les USA? (Le Figaro, CR du MOMO du 12/06/2012) 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 28. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceComment, combien et quand l’Open Data créera de la valeur? Où est la valeur de l’Open Data? Pas dans les modèles économiques balbutiants et irréguliers autour desapplications (Les échos 01/06/2012) Certainement plus dans L’usage par les collectivités elles-mêmes et les transformations culturelles induites Les grandes entreprises basées sur la business intelligence (banque, assurance, grands services territoriaux comme La Poste) La Big Data (networked and complex data) de la futur Smart City, même si les villes maitrisent mal leurs données souvent confiées à des gestionnaires des services publics. Dans la création d’un écosystème innovant qui va pousser la standardisation, l’interopérabilité la création de solutions techniques plus dynamiques (web services, API, mash up) la multiplication des échanges entre gestionnaires de la donnée et réutilisateurs directs ou indirects 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 29. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceLe cadre législatif et règlementaire doit-il évoluer? De nombreuses questions sensibles et très complexes se posent (B Jean). L’ « information publique » est assez bien définie juridiquement mais cen’est pas aussi précis pour la « donnée publique ouverte ». Doit-oninstitutionnaliser les 8 critères d’une donnée ouverte (LiberTIC, 17/06/2012)> Vrai ou faux débat ? Elargissement sous certaines conditions des domaines relevant de ladonnée publique ouverte (CNN 06/2012) Ouverture des données des Services publics industriels et commerciaux (SPIC) Ouverture des données et contenus culturels (régime d’exception) Ouvertures de certaines des données des acteurs privés gérant des services publics (commencer par le prévoir dans les marchés publics) Imposer un cadre de licence unique en choisissant définitivemententre ODbL et Licence ouverte? OU travailler sur les métadonnéesjuridiques de chaque jeu de données (patrimoine-immateriel.fr) 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 30. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceLe cadre législatif et règlementaire doit-il évoluer? Adaptation du code des marchés publics Pour faciliter la liaison avec Open Data dans les cahiers de charges Pour faciliter les expérimentations et les aides à la création de services et d’applications Faire évoluer le droit d’auteur des agents publics? Passer d’un logique de la demande à une logique de l’offre (CNN06/2012) FAUSSE BONNE IDEE Contre-productif de vouloir mettre toutes les ouvertures au même niveau La logique de demande légitime l’échange et la création de liens entre les gestionnaires et les réutilisateurs La logique de la demande est plus économe en moyen et évite de créer une nouvelle bureaucratie technique interne aux administrations Eventuellement porter l’effort sur les répertoires des informations publiques pour mieux orienter la demande 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 31. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceQuelles évolutions organisationnelles et opérationnelles au niveau de l’Etat, de la mission EtaLab et de data.gouv.fr Au niveau national, Faut-il simplement muscler la CADA (LiberTIC, 17/06/2012) ou la transformer en Haute Autorité des données publiques (CNN 06/2012) ou encore travailler à des fusions plus globales avec la CNIL ou d’autres administrations ? Pour un « Open Gov France program » : La création de nouveaux moyens n’est pas vraiment à l’agenda budgétaire national, même si cela amènerait la démarche plus loin. Par contre, à coût quasi constant, en utilisant certains des moyens et des logiques d’EtaLab, il devrait être possible de créer des coordinations nationales et un plan d’action global entre les services (DGME, DILA, DISI) et les agences ou autorités (APIE, CNIL, CADA) pour mettre en œuvre les politiques de l’Open Government France. Les USA viennent de publier (mai 2012) un rapport sur le digital government du 21ème siècle qui met la logique de plate-forme de services au centre de la démarche. La France a de l’avance sur certains domaines (RGI, RGS, RGA). 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 32. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceQuelles évolutions organisationnelles et opérationnelles au niveau de l’Etat, de la mission EtaLab et de data.gouv.fr Evolutions d’EtaLab et data.gouv.fr Les formidables travaux effectués par l’équipe d’EtaLab pour sortir data.gouv.fr en moins d’une année doivent être salués. Pourtant les orientations actuelles d’EtaLab et de data.gouv.fr peuvent évoluer. Stratégie : tout est déjà dans le rapport, accompagné par EtaLab, « Pour une politique ambitieuse des données publiques » (juillet 2011) POURTANT Aucune formalisation nationale des bonnes pratiques (interopérabilité) Efforts limités sur la ré-exploitation des formats (Data Factory de D Berthault 03/2012 / 01net-entreprise.fr) Manque de formation spécifique des gestionnaires de données qui peuvent entrainer parfois des soucis de qualité (coordination avec ENA, IRA, CNFPT..). Réflexions conjointes avec l’APIE sur les contrats et marchés publics Un réseau et un écosystem quasi exclusivement tourné vers les grands groupes (Big Data – Cloud) et les startups Piloter et encourager l’innovation vers de grandes thématiques fortes (CNN 06/2012) comme Smart City ou Smart Grid. Fournir un vrai accompagnement et un moyen d’import automatisé sur data.gouv.fr ou un kit de publication aux collectivités. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 33. Les petits, grands et faux débats de l’Open Data en FranceComment passer du mode expérimental à des projets industrialisés Priorité à l’animation et à l’inclusion du grand public Expositions, DataSchools, InfoLabs Surtout pousser l’éditorialisation des données dans les actus, les services proposés aux usagers, les débats proches de la vie courante des habitants. Faire (très vite) émerger les acteurs techniques français eteuropéens et pas forcément que des grands groupes Plate-formes de gestion des données US (Socrata) et canadienne (Junar) très en avance. Favoriser les projets mutualisés en Open Source et les start up comme Open Data Soft ou Data Publica. 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM
  • 34. Connexions OpenData.paris.fr Twitter.com/OpenDataParis http://fr.slideshare.net/AgentNumerique/presentations 29 août 2012 / JEAN-PHILIPPE CLEMENT / Secrétariat Général @AgentNuM