Atelier EtaLab : Retour d'expérience Open Data Paris

8,313 views
8,213 views

Published on

Published in: Technology, News & Politics
0 Comments
2 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
8,313
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
3,933
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
2
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Atelier EtaLab : Retour d'expérience Open Data Paris

  1. 1. Open Data PARIS Retour d’expérience Atelier EtaLab 20/07/2011
  2. 2. <ul><li>Introduction rapide à l’Open Data </li></ul><ul><li>Le choix de la licence </li></ul><ul><li>Etapes et méthodologies de la démarche </li></ul><ul><li>Les premiers REX (erreurs et réussites) </li></ul>
  3. 3. Qu’est ce que l’Open Data? Philosophie, … <ul><li>Philosophie et concepts Comme tout mouvement d’ouverture souvent issu de la culture Internet (comme l’Open Source pour les logiciels), l’open data est une philosophie et une pratique qui considère que si certaines données sont librement exploitables par le plus grand nombre sans restriction liée à un droit d’auteur ou un droit d’utilisation, cette exploitation collaborative engendrera de nouvelles visions, de nouveaux services, … des innovations. </li></ul><ul><li>Les données publiques Cette philosophie est valable pour la sphère privée et la sphère publique. Cependant le mouvement est très attaché à l’ouverture des données publiques considérées comme un bien commun et partagé par et pour les citoyens. </li></ul><ul><li>Les philosophies et concepts voisins Le web2.0, le collaboratif, le participatif, l’innovation ouverte, la co-production avec la foule (crowdsourcing) sont autant de concepts dont se nourrit l’Open Data et auxquels l’Open Data participe. </li></ul>
  4. 4. Qu’est ce que l’Open Data? …Contexte international (les pionniers), … <ul><li>L’ouverture des données est un des piliers de l’Open Government Initiative lancée par Barack Obama après son élection qui vise à associer les citoyens de manière transparente, participative et collaborative à la définition et la mise en œuvre des politiques publiques. OpenData.gov.uk est un autre bon exemple à suivre </li></ul><ul><li>Dans le monde (San Francisco, Seattle, NYC, Edmonton, Vancouver…), en Europe (Londres, la Catalogne, Le Piemont…) et en France (Brest, Rennes) ont lancé des initiatives de mise à disposition de leurs données publiques et parfois de concours de création de nouveaux services avec ces données. </li></ul>
  5. 5. Quelques finalités potentielles d’une politique Open Data par acteur <ul><li>Pour une collectivité ou une organisation publique qui libère ses données </li></ul><ul><ul><li>Accompagner, compléter ou devancer l’obligation réglementaire (licence, mieux connaitre les attentes et les destinataires, expliquer les jeux de données) </li></ul></ul><ul><ul><li>Faire converger la démarche Open Data avec les missions et les objectifs des services (ex : Plan vélo) </li></ul></ul><ul><li>Pour une organisation privée qui libère ses données </li></ul><ul><ul><li>Accroitre la transparence de ses actions vis-à-vis de ses publics (partenaires, clients, investisseurs, actionnaires…) </li></ul></ul><ul><ul><li>Démultiplier la valeur de ses données en les enrichissant et ouvrir sa démarche d’innovation vers l’extérieur </li></ul></ul><ul><ul><li>Découvrir de nouveaux partenaires potentiels et élargir sa chaine de valeur </li></ul></ul><ul><ul><li>Mieux Echanger avec ses publics et notamment ses clients sur leurs attentes </li></ul></ul><ul><li>Pour les scientifiques </li></ul><ul><ul><li>Enrichir les éléments statistiques de leur recherche, élargir leurs travaux, développer de nouveaux modèles, obtenir des résultats plus complets et plus fins </li></ul></ul><ul><li>Pour les citoyens </li></ul><ul><ul><li>Accroitre leur connaissance et améliorer leurs perceptions du service public et des missions réalisées par la collectivité. </li></ul></ul><ul><ul><li>Pouvoir plus facilement s’associer à la création des politiques publiques et mieux participer aux processus démocratiques du territoire (Conseil de quartier, conseil municipal, élection). </li></ul></ul><ul><li>Pour les journalistes (data journalism) </li></ul><ul><ul><li>Donner à voir et à comprendre des faits complexes (data visulaization) </li></ul></ul><ul><ul><li>Mener des enquêtes de fond qui recoupent différents jeux de données et mettent en perspective la parole des d’experts </li></ul></ul><ul><li>Pour les entreprises (grandes ou start up) </li></ul><ul><ul><li>Enrichir leurs services existants ou en cours de définition </li></ul></ul><ul><ul><li>Ajouter de la valeur aux données mises à disposition </li></ul></ul><ul><ul><li>Créer de nouveaux services </li></ul></ul><ul><li>Pour la communauté des développeurs amateurs, bénévoles ou passionnés </li></ul><ul><ul><li>Créer de nouveaux services pour la collectivité </li></ul></ul><ul><ul><li>Tester de nouveaux services à l’origine de futures entreprises </li></ul></ul><ul><li>Pour le territoire </li></ul><ul><ul><li>Créer une nouvelle valeur et de l’innovation </li></ul></ul>
  6. 6. Qu’est ce que l’Open Data? …cadre réglementaire français des données publiques <ul><li>La loi du 17 juillet 1978 reconnaît à toute personne un droit d'accès aux documents administratifs et un droit à la réutilisation des informations publiques. Pour assurer la bonne application de ces droits, les articles 20 à 23 de la loi prévoient la mise en place d'une autorité administrative indépendante : la Commission d'accès aux documents administratifs (CADA). </li></ul><ul><li>La directive européenne du 17 novembre 2003 concernant la réutilisation des informations du secteur public transposée en France via </li></ul><ul><li>L’ordonnance du 6 juin 2005 et le décret du 30 décembre 2005 qui créent un droit de réutilisation des données publiques (sauf données personnelles, infos d’organismes culturels ou données faisant l’objet de droits de propriété intellectuelle). Le réutilisateur a certaines obligations. </li></ul><ul><li>Il est possible d’accompagner clairement et précisément ce droit et ces obligations via l’établissement de licence de réutilisation des données. </li></ul>
  7. 7. Le choix d’une licence l’exemple de la licence ODBL à Paris <ul><li>Afin de déterminer les droits et les devoirs des réutilisateurs, l’organisation doit adopter une licence type, que l’utilisateur valide avant le téléchargement des données mises à disposition sur ce site. </li></ul><ul><li>A Paris, cette licence a été adaptée de la licence ODbL (Open Database Licence) de l' Open Knowledge Foundation, avec l'aide de la communauté de l'Open Data (remerciements à l'association Veni, Vidi, Libri, au collectif Regards Citoyens et au Chapitre France de Creative Commons). </li></ul><ul><li>Vous êtes libres : </li></ul><ul><li>De partager : copier, distribuer et utiliser la base de données. </li></ul><ul><li>De créer : produire des créations à partir de cette base de données. </li></ul><ul><li>D'adapter : modifier, transformer et construire à partir de cette base de données. </li></ul><ul><li>Aussi longtemps que : </li></ul><ul><li>Vous mentionnez la paternité :  Vous devez mentionnez la source de la base de données pour toute utilisation publique de la base de données, ou pour toute création produite à partir de la base de données, de la manière indiquée dans l'ODbL. Pour toute utilisation ou redistribution de la base de données, ou création produite à partir de cette base de données, vous devez clairement mentionner aux tiers la licence de la base de données et garder intacte toute mention légale sur la base de données originaire. </li></ul><ul><li>Vous partagez aux conditions identiques : si vous utilisez publiquement une version adaptée de cette base de données, ou que vous produisiez une création à partir d'une base de données adaptée, vous devez aussi offrir cette base de données adaptée selon les termes de la licence ODbL. </li></ul><ul><li>Gardez ouvert : si vous redistribuez la base de données, ou une version modifiée de celle-ci, alors vous ne pouvez utiliser de mesure technique restreignant la création que si vous distribuez aussi une version sans ces restrictions. </li></ul>
  8. 8. Un exemple de démarche Historique de la démarche parisienne <ul><li>Réflexion lancée à la Ville fin 2009 </li></ul><ul><li>Décembre 2009 : barcamp « OpenData Paris » à la Cantine, 120 participants </li></ul><ul><li>Accord de principe du Maire et déclaration lors des Vœux 2010 </li></ul><ul><li>Validation par le comité Paris Numérique, puis mise en place d’un CoPil Open Data </li></ul><ul><li>Pré exploration février – mai 2010 (technique, juridique, fonctionnelle) </li></ul><ul><li>Délibération sur le lancement du projet juin 2010 </li></ul><ul><li>Comités d’exploration avec les directions de fin août à début novembre 2010 </li></ul><ul><li>Délibération sur la licence ODBL parisienne en décembre 2010 </li></ul><ul><li>Ouverture du site opendata.paris.fr fin janvier 2011 </li></ul>
  9. 9. Un exemple de méthodologie Le cadre opérationnel de la Mairie de Paris <ul><li>Exploration </li></ul><ul><ul><li>Exploration avec les services de l’organisation des applications et des bases de données contenant des données sur 6 thèmes sélectionnés : citoyenneté, culture, déplacement, environnement, urbanisme, services aux usagers </li></ul></ul><ul><ul><li>Règles générales d’exploration : pas de données nominatives, pas de données sensibles de sécurité </li></ul></ul><ul><ul><li>Règles spécifiques Phase 1 d’exploration : pas de questions juridiques et facilité d’extraction des données (« low hanging fruits ») </li></ul></ul><ul><li>Travaux juridiques </li></ul><ul><ul><li>Direction des Affaires Juridiques (DAJ) de la Ville et communauté (juristes spécialistes des licences libres « Veni, Vidi, Libri ») sur la traduction de l’anglais et l’adaptation au droit français de la licence Open Data Base Licence (ODBL) </li></ul></ul><ul><li>Création d’un site dédié (OpenData.paris.fr) </li></ul><ul><ul><li>Répertoire des jeux de données </li></ul></ul><ul><ul><li>Mise en forme des fichiers après extraction : csv (tableur), shape (cartographique), … </li></ul></ul><ul><ul><li>Constitution des notices des jeux de données </li></ul></ul><ul><li>Après la mise en ligne </li></ul><ul><ul><li>Organisation d’un événement dédié à la réflexion et au développement de nouveaux services à partir des premiers jeux de données. </li></ul></ul><ul><ul><li>Organisation d’un concours de développement d’applications et de services, notamment orienté applications pour téléphone mobile. </li></ul></ul><ul><ul><li>Après le « quick win » structuration du réseau des correspondants Open Data dans chaque direction de la Ville et travaux sur la culture « Ville Ouverte ». </li></ul></ul>
  10. 10. Quels jeux de données libérer Les jeux de données de la phase 1 parisienne La première phase de libération des données d’une organisation peut avoir des domaines très diversifiés (Urbanisme, Citoyens, Déplacements, Services, Environnement, Culture). Ces premiers jeux de données libérés doivent susciter l’échange avec la communauté pour orienter la suite des travaux d’ouverture. Peu de jeux de données mais des millions d’objets libérés : Statistiques de prêts dans les bibliothèques Liste des établissements scolaires Arbres d'alignement Concessions dans les jardins Liste des parcs et jardins Arrêtés municipaux d'insalubrité de mise en demeure à 1 mois Mobiliers urbains de propreté Autorisation d'urbanisme 4 jeux sur les volumes bâtis : trottoirs, relief naturel, bâti, mur-clôture, détail du bâti Nomenclature de voies (infos historiques) Liste des bureaux de votes Equipements de proximité Liste des prénoms Nombre de naissances, Reconnaissances, Mariages, Décès Résultats des élections Liste des ouvrages des bib. édités en 2009 Acquisitions de la flore dans les parcs et jardins Plans parcellaires STDF Nombreux jeux de données autour du fond de plan de voirie : mobiliers urbains, signalétiques…
  11. 11. Après la première mise en ligne Les suites de la démarche pour une organisation <ul><li>Le projet est en mode expérimentation car l’organisation ne connait pas à l’avance les résultats et les attentes engendrés par la démarche. </li></ul><ul><li>Le site comportera une zone d’échange avec la communauté pour recueillir leurs remarques et affiner leurs attentes. Ceci permettra de porter les efforts des extractions Phase 2 sur les jeux de données demandés. </li></ul><ul><li>La démarche peut aller plus loin avec une logique d’Open Innovation ou de crowdsourcing organisé : </li></ul><ul><ul><li>Les services de l’organisation peuvent imaginer et travailler avec la communauté sur de nouvelles applications </li></ul></ul><ul><ul><li>Les services peuvent mettre en ligne un jeu de données volontairement incomplet et organiser la collecte des données (ex pour la Ville de Paris : le repérage des sépultures de personnages célèbres dans les cimetières) </li></ul></ul>
  12. 12. Après la première mise en ligne Les premières réutilisations publiques <ul><li>Visualisation cartographique de plusieurs jeux de données : http :// demo.3liz.fr/opendataparis </li></ul><ul><li>Visualisations inédites de l’Etat Civil parisien http :// paris.mapize.com </li></ul><ul><li>Cartographie des votes par bureau de vote aux Régionales 2010 http://mounirsimon.com/dequelbord/ </li></ul><ul><li>Plusieurs visualisations des prénoms des nouveaux nés http :// notjustbi.wordpress.com/2011/01/28/les-prenoms-des-petits-parisiens </li></ul><ul><li>Cartographie des arbres parisiens par essence http :// www.govdata.eu/samples/paris/parisarbreseu.html </li></ul><ul><li>Cartograohie des colonnes à verre (réceptacles de recyclages) http :// www.govdata.eu/samples/paris/pariscolonnesverre.html </li></ul><ul><li>Cartographie des origines et historique des voies parisiennes http :// www.govdata.eu/samples/Paris/ParisHistoRuesBing.html </li></ul><ul><li>Cartographie des équipements municipaux http :// www.govdata.eu/Samples/Paris/ParisEquipements.html </li></ul><ul><li>Application mobile (win phone 7) de géolocalisation des toilettes Publiques sur Windows Phone Market place </li></ul><ul><li>Transparent School : mash up entre les données des sites géographiques universitaires et Foursquare http:// www.transparentschool.org </li></ul><ul><li>Import et sémantisation (web sémantique) de nombreux de données http://www.PariSemantique.fr </li></ul>
  13. 13. Après la première mise en ligne Les premiers retours et perspectives <ul><li>Retours sur l’animation : </li></ul><ul><ul><li>Beaucoup de spams via les commentaires </li></ul></ul><ul><ul><li>De nombreuses remarques pertinentes qui invitent à modifier une donnée, un format, une ergonomie </li></ul></ul><ul><ul><li>Assez peu de demandes de libération </li></ul></ul><ul><ul><li>Beaucoup de remarques d’incompréhension (grand public vs réutilisateurs, données vs visualisation, formats géo vs fichiers plats) </li></ul></ul><ul><li>Retours sur l’organisation interne </li></ul><ul><ul><li>Nécessité </li></ul></ul><ul><ul><li>De structurer le réseau des correspondants </li></ul></ul><ul><ul><li>D’imaginer le dispositif permettant de passer du mode projet au mode vie courante </li></ul></ul><ul><ul><li>De travailler la culture « Ville Ouverte » au-delà de l’Open Data. </li></ul></ul><ul><li>Les réflexions </li></ul><ul><ul><li>API et web sémantique </li></ul></ul>
  14. 14. <ul><li>OpenData.paris.fr </li></ul><ul><li>Twitter.com/OpenDataParis </li></ul>Connexions

×